Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Mer 7 Jan - 11:43

Mon monde, celui du mensonge et de l'hypocrisie. Mon univers, celui de la recherche et du questionnement. Ma réalité, celle de craindre et redouter. Certes l'un dans l'autre cela semblait ne pouvoir conduire absolument nul part, et pourtant! Et pourtant j'avais vécu mes dernières années dans mon univers, me questionnant sur ma famille. J'avais recherché, presque traqué cette famille biologique si distante et qui me semblait si impossible à atteindre. J'avais pour cela vécu dans mon monde, mensonge et hypocrisie. Je mentais à tour de bras, ou plutôt à coup de mots, peu m'importait la vérité ou le mensonge, je n'avais qu'une seule et unique envie, obtenir des informations. Le plus rapidement ayant toujours été le mieux, même alors que j'entamais à peine mes recherches et que ma patience était à son summum. Hypocrisie, celle qui m'avait toujours motivé à mentir, à agir comme le dernier des escrocs pour parvenir à mes fins. Hypocrisie qui, lorsqu'elle avait touché mon coeur et mes pensées, m'avait poussé à haïr secrètement tout ce que cette soeur aurait pu représenter pour moi. Je la haïssais de la plus simple pensée que j'avais jusque ces moments où doutant de la retrouver je hurlais son nom en me réveillant en sursaut.

J'étais comme l'esclave de cette famille si mystérieuse, de cette famille qui n'avait pas voulu de moi. Je la recherchais, exactement comme un enfant chercherait un trésor perdu. Je passais mon temps en quête de ces personnes que je ne connaissais pas et qui pourtant était au plus proche de ma personne. Je partageais le sang, la chair de ces personnes, j'étais le fruit de leur union. Seulement tout n'était pas aussi simple, quand bien même les recherches avançaient rapidement, la vérité était également que je doutais toujours plus de la façon dont je devrais réagir face à ces personnes lorsque enfin viendrait le jour de vérité. Je ne dirais jamais le jour de la délivrance, car il se contenta d'être le jour de la vérité. Ce jour de la vérité pour cet homme qui assis sur son fauteuil m'avait tiré dessus lors que je m'étais présenté comme son fils et après que j'eusse parlé de sa femme. Je m'en étais sorti non sans une bonne dose de chance. Tout était bien différent après cela. La vérité, il l'avait eu en pleine face quand bien même il n'en voulait pas. La vérité, je l'eus en pleine face et je n'en voulais pas. Je n'avais pas été le bienvenue il y a vingt ans de cela, je ne suis toujours pas le bienvenu dans cette famille.

Et c'est un peu après ça que je découvris l'existence d'Evanna, ma petite soeur. Elle m'était soudainement apparue comme un cadeau des Dieux, rayon de soleil dans la noirceur des ténèbres autour de cette famille. Famille qui, une fois encore, me rejetait sans raison apparente. De la même façon, tout aussi providentielle, je rencontrais la jeune femme dans le collège Poudlard, et de fort belle manière. Fort belle manière car involontaire et au moment même où je perdais pieds dans mes recherches de la demoiselle. J'avais même commencé à me dire qu'il serait mieux que je reparte, que je quitte ce collège où trouver une personne était impossible. J'étais resté. J'avais eu raison. Le vice hypocrite me pousse à le rajouter, j'avais eu raison...Encore et toujours. La jeune femme m'était apparue providentielle. Plutôt, m'était tombée dessus de façon surprenante et providentielle. C'était marrant comment un escalier glissant et une faute d'attention pouvait porter à miracle! Pas que je m'en plaigne loin de là. Bien au contraire d'ailleurs, j'avais ce que je voulais si l'on pouvait parler ainsi! En tous cas, j'avais retrouvé ma cadette.

Il y eut bien sûr présentation et c'est là que mon cauchemar se commença. La jeune femme et moi-même étions tranquillement assis autour d'une bière au beurre quand elle se présenta. Je feignis que son nom ne me disait rien. Avec le temps, j'étais passé expert dans l'art de la supercherie, du mensonge et de la dissimulation. Trois termes au final donnant un résultat extrêmement similaire. Je n'avais pas su lui dire la vérité, tout au contraire. Mon cauchemar s'entama lorsque pour me sortir de cette passe compliquée dans laquelle j'étais plongé, je choisis de répondre à sa séduction. Inconsciemment, je m'étais piégé moi-même dans son jeu de séduction, me retrouvant esclave de ce jeu qu'elle avait entamé. Je n'avais su m'imposer comme son frère mais comme un jeune homme qui la séduisait et qui aimait à se laisser séduire par elle. J'avais réussi à obtenir un autre rendez-vous avec la jeune femme, mais pas n'importe où, n'importe quand. Ici même, et exactement maintenant. Je l'avais invité au bal et elle n'avait pas su dire "non".

Cette soirée était bien entamée bien qu'elle ait pu déjà se passer, notamment pendant le repas, sous de meilleurs auspices. Mais au moins, j'étais avec elle, et alors que nous étions à table, j'avais pris mon courage à deux mains. J'allais dire la vérité à la demoiselle. Et c'est ainsi que plus tard dans la soirée, après quelque danses et sourires, je l'avais emmené avec moi un peu à l'écart, bien décidé à ce que vérité soit dites. Seulement voilà, c'était facile de penser à un plan et de le préparer, mais l'exécuter était plus compliqué lorsqu'un jeune femme absolument charmante portait telle décolleté, eusse-t-elle été ou non votre petite soeur! Alors que j'étais à peu près seul avec elle, j'allais lui dire, mais une fois encore, je me ravisais. Et c'est le moment où elle eut dû me répondre que vint le moment tant attendu du roi et reine de la soirée. Sans vraiment grande surprise, j'entendis le nom de Lily Evans, qui sous un feu nourri d'applaudissement se rendit sur l'estrade. Le second nom serait James Potter que j'avais déjà vu se lever lorsque la personne lisant les noms se ravisa. Severus Rogue.

Tous les regards se figèrent sur lui dès lors qu'il monta sur l'estrade. Et oui, James Potter avait été vaincu aux votes par un Serpentard connu pour aimer la petite amie du Gryffondor. Il n'était pas loin d'avoir ce qu'il voulait le Salazar, car la coutume voulait un baiser entre le roi et la reine. Lily avait évidemment le choix, on est pas des barbares, elle pouvait dire non. Lui évidemment ne dirait pas non, cela tombait sous le sens! Ironiquement, ce fut la jeune femme qui prit les devants, prenant la main du Roi de la soirée et posant ses lèvres, quelque secondes durant sur celle de son vis à vis. Mon regard lâcha rapidement les deux personnes pour se figer sur James Potter qui quittait la seule. Après un "Je reviens vite" pour ma petite soeur je prenais aussi le chemin de l'extérieur, suivant les pas de James. Une fois encore, j'avais vu un échappatoire, et je l'avais saisi. J'arrivais dehors pour voir le Gryffondor martyrisé sans pitié un arbuste. Posant ma main sur l'épaule du jeune homme:


- James, ce n'est pas la fin du monde, c'est rien qu'un baiser...
Admin↯  Je veux être publiéééée !!!
avatar



Nombre de messages : 1806
Age : 27 ans
Groupe : Sorcière - Journaliste
Caractère : Solitaire - ambitieuse - intelligente - fouineuse
Date d'inscription : 21/02/2008




Rita Skeeter

Admin
Je veux être publiéééée !!!


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour ::
Bonus: + 5
MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Mer 7 Jan - 17:20

    Rita observait les moindres mouvements de chacun, mais au milieu de cette foule qui se dandinait au rythme de la musique du groupe, difficile de déceler quoique ce soit pour remplir son article. Bien sûr certains restaient au bord de la piste, soit parce qu’ils étaient déjà trop éprouvés par le tumulte qui régnait aux abords de la scène, soit parce que ce spectacle n’était pas réellement à leur goût. Cependant, une petite saynète retint l’attention de la journaliste, un petit sourire en coin, elle porta son verre à ses lèvres, puis s’approcha un peu plus de ce qu’il se passait et cela tout en discrétion.

    Une scène de ménage tout ce qu’il y a de plus typique. Deux garçons, une fille et une furie extrêmement jalouse, des échanges ne semblaient guère joyeux, puis un perturbateur vint faire son entrée, emportant avec lui la jalouse. Irruption brève mais efficace au sein du premier tableau qui lui sera plus qu’utile pour son article. Toute l’expression de la jalousie, en présence de la rivale, apanage de telle soirée. La scène prit fin quelques secondes plus tard avec le départ d’un des deux jeunes hommes.

    Rita se mit alors en quête de nouveau tableau, son regard balaya la salle. Les amoureux dansaient enlacés, où bien à des centimètres l’un de l’autre. Des cavaliers allaient chercher la boisson afin d’étancher la soif de leur belle. La fête battait son plein, les cris étaient de plus en plus stridents, et la chaleur de plus en plus étouffante.

    A nouveau elle porta son verre aux lèvres, la gorgée avalée, Rita reporta toute son attention au spectacle. Ses prunelles s’attardèrent sur un nouveau couple, dont la blonde connaissait vaguement un des membres. Lentement elle se dirigea vers le bar, cherchant un nouveau breuvage. La journaliste vida le contenu de son verre d’une traite, le goût de la citrouille était bien présent, tout comme le fraîcheur du jus. Malgré tout, elle aurait apprécié un petit whisky pur feu, mais bon passons.

    Alors qu’elle atteignit le bar, non loin du couple Severus et sa cavalière, le silence se fit, excepté quelques chuchotements surexcités. Rita savait que le point culminant de la soirée allait être atteint … L’élection du roi et de la reine de la soirée. Le moment était assez excitant pour certains, plutôt à oublier pour d'autres. Le chanteur du groupe, à l’instar des musiciens, était resté sur scène. Nouvelle scène intéressante observer, et nouveau point pour son article. La tendance de ces jeunes filles en fleur à baver devant un plutôt beau garçon, une tendance qui se répand comme une traînée de poudre.

    Une nouvelle fois son verre vint à la rencontre de ses lèvres, tandis que l’homme présent sur scène faisait parvenir grâce à un sort les enveloppes contenant le nom de chacun élu par ses camarades. Il n’y aurait là aucune surprise, les élèves le plus populaires avaient été très certainement désignés. La dur loi de l’école. Le suspens fut bref, la reine désigné répondait au nom de Lily Evans … Evans, Evans ce nom parvenait vaguement à l’esprit de la journaliste. Lorsque la lumière se fit, un meurtre mystérieux accompagné d’une marque, l’article avait été relégué au rang des faits divers des moldus, mais la magie était clairement impliquée. Serait-ce possible que la jeune fille qui se trouvait face à la foule ait un lien quelconque avec l’innocente ?

    Pour l’instant l’élève était acclamé par ses camarades, tous savaient qu’elle serait élu. Aucune surprise. Laors son cavalier serait sûrement le roi, et oui cela se passait ainsi, et le baiser clôtura alors la fête. Un baiser passionné bien évidemment. Mais ce n’est pas comme cela que le destin en avait décidé pour la jeune fille qui patientait pour accueillir son prince charmant. Un nom s’éleva dans le silence pesant qui venait de s’installer. Severus Rogue. Un sourire s’étira sur les lèvres peintes de Rita, alors que personne n’applaudissait, par pur sympathie, ses mains commencèrent à s’entrechoquer l’une contre l’autre. La journaliste fut rejoint par d’autres, des serpentards à l’évidence, quelques regards se tournèrent vers la journaliste, mais elle n’en avait que faire. Quelques petits applaudissements, la blonde se dirigea vers la cavalière esseulée du roi de la soirée.

    La blonde se pencha vers la jeune femme et prononça quelques mots qui se voulaient sympathique à son égard.


    Dommage, je pense que vous allez bien mieux avec lui qu’elle … D’ailleurs je pense que vous auriez fait une parfaite reine du bal.

    Severus n’avait pas l’air dans son assiette et peinait à monter sur scène, son malaise était palpable, comme celui régnant dans la salle. Cette soirée était de plus bizarre, quelqu’un aurait voulu se jouer du jeune homme. Encore à cette époque, les adolescents étaient encore trop cruel. Quelque chose frappa Rita, sa gêne ne venait pas plus du fait qu’il devait monté sur scène, mais sûrement de la personne qu’il devait embrasser. Serait-ce possible qu’il éprouve de sentiments à l’égard de la rousse ? Vu son comportement, évidemment. Le baiser allait être encore plus difficile à supporter … Le moment cruciale arriva, la reine se pencha effleura les lèvres de son roi durant quelques brèves secondes.

    Une personne s’extirpa de la foule visiblement en colère. Scène numéro trois, la jalousie exacerbée, il s’agissait là sans aucun doute du candidat malheureux à la couronne, le cavalier de la miss. Ce genre de petite sauterie avait toujours le don de révéler beaucoup de chose, de lever le voile sur de nombreux secrets. Mas alors que les deux jeunes gens saluaient le public à la manière d’une pièce de théâtre qui venait tout juste de s’achever, quelque chose arriva ..

_________________



Et si toute la Vérité était Ici


I'm the escargot of the RP

Oubliez la Rita Skeeter des livres, je ne suis pas comme elle !!
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Mer 7 Jan - 19:00

Enfin au chaud, avec un bon verre de jus de citrouille, seule avec son cavalier et à un point d’observation idéal : le bar.
Hermione était beaucoup plus détendue. La soirée commençait à devenir plus agréable, d’autant plus que l’annonce du roi et de la reine allait bientôt se produire. De toute façon, une chose était pratiquement certaine, Lily et James seraient à nouveau élus, comme toutes les autres années, donc la jeune fille pourrait passer un peu de temps avec Severus sans être interrompue ou harcelée par l’autre qui vouait un véritable culte en sa personne, et qui avait décidé de transformer sa soirée de Noel en véritable cauchemar. Si Lily Evans avait du être rebaptisée pour cette « merveilleuse » nuit de Noel, le père fouettard aurait été un surnom parfait pour elle. Mais comme il était quasi certain, vu que sa popularité au sein de l’école n’avait pas faibli, qu’elle allait se retrouver sur scène dans quelques micro-secondes avec son prince charmant, elle n’allait pas encore lui pourrir la vie.

Bref, que du bonheur… ou presque.

Une jeune femme à la silhouette élancée, à la blondeur platine presque aveuglante et aux accroche-cœurs qui entouraient son visage, vint se poser non loin des jeunes gens, près du bar… et m% « #de ! Il ne manquait plus que ça !
Maintenant, Hermione ne pourrait pas discuter tranquillement avec son ami sans que ses paroles ne soient volées, réinterprétées par une gourmandine prête à tout afin d’inventer LE scoop et les premières pages de la gazette. La Gryffondor se rappela l’année dernière, lorsqu’elle était encore à son époque… ou non, c’était peut-être l’année d’avant… argh !! Le temps ! Quel infâme dictateur..Bref.. Le petit scarabée était toujours prisonnié dans son bocal de verre, posé délicatement dans le placard à chaussure de la jeune fille.

Un moment de panique submergea Hermione. Mais alors, qui allait le nourrir ? Personne ! Damned, elle l’avait oublié. Elle se rassura lorsque le souvenir d’une grosse feuille de laitue verte entreposée dans le pot peu avant son départ, apparut. Et puis cette femme était suffisamment intelligente pour s’en sortir toute seule ! Si elle allait se retrouver en danger de mort, elle allait certainement trouver une solution !.. Non ? Oulala.. la bourde ! Ce serait terrible de revenir chez soi avec un mort sur la conscience.

Mais de toute façon, lorsqu’ils rentreraient chez eux, ils pourraient revenir avant que la petite bestiole ne meurt de faim. Ou alors, en espérant que sa mère fasse un bon coup de ménage et découvrant le bocale, décide soit de le libérer, soit de s’en occuper… Ces pensées la rassurèrent. Oui, certainement, maman Granger allait prendre la relève. Ainsi, comme par enchantement, tout sentiments de culpabilité s’évaporèrent comme de la buée.

Pendant que Severus donna élégamment le verre de jus de citrouille à sa cavalière, Hermione surveillait en coin les faits et gestes de la journaliste. Visiblement, comme la plupart des personnes de cette salle, elle était accaparée par le suspens artificiellement crée par l’extraordinaire maître de cérémonie, qui était aussi accessoirement un petit cachotier (ouh ! le coquin…) et qui allait bientôt donner le nom de l’heureuse élue.
Et bien sur, ce n’était une surprise pour personne, Miss Evans monta sur la scène, rayonnante dans sa robe et arborant le sourire étoilé d’une heureuse tête couronnée. Bon, ben au moins, sa soirée à elle n’aura pas été complètement gâchée… Merci Lily !

Bientôt le roi allait être nommé. Cela ne faisait bien sur aucun doute dans la tête de la jeune fille que Monsieur Potter allait rejoindre bientôt sa douce et tendre, lorsque le nom fut enfin prononcé…

Ké ?! Suspect

Hermione se retourna vers son cavalier, visiblement sous le choc de la nouvelle. Elle ne savait pas comment réagir. Le féliciter ? Elle aurait bien voulu, mais vu sa tête, ce n’était pas vraiment approprié. Prendre une mine déconfite et pleine de compassion ? Euh.. pas vraiment.
Décidemment, les choses ne se déroulaient plus du tout comme prévu. Tout était complètement chamboulé, plus rien n’était comme la normale. Hermione se mit à ce moment là sur le qui-vive. Elle avait un très mauvais pressentiment. Les yeux rivés sur la scène, elle glissa sa main droite discrètement dans le pan de sa robe, pour se rassurer : oui, sa chère complice de baguette était bien là, prête à l’emploi en cas de grabuge.

Soudain une voix féminine ramena toute son attention vers le bar. Miss Skeeter lui avait adressé la parole, et lui assura qu’elle aurait mieux porté la couronne que Lily. En outre, d’après ses dire, elle et Severus faisaient un très joli couple… Hermione la regarda, enregistrant doucement le concept de se voir elle, en couple amoureux et glamour avec son horrible prof de potion… Mon dieu ! Qu’est-ce-qu’il fallait pas entendre ! Pourtant, en observant Severus sur scène, raide comme un bâton, embrassant la future maman de Harry, Hermione avait bien du mal à croire qu’il s’agirait bel et bien de l’odieux professeur Rogue. Mais qu’est-ce-qu’il avait bien pu se passer dans sa vie pour qu’il devienne si détestable… car ce type avait vraiment un bon fond, et le Severus qui l’accompagnait au bal était une personne qu’Hermione appréciait beaucoup.

Pour toute réponse au commentaire encourageant de Rita, Hermione lui rendit un sourire


-Merci ! Mais je suis très contente pour lui. Pour une fois, ce ne sont pas les même qui gagnent.

Son regard se posa alors sur James, courroucé visiblement par cette dernière humiliation. Le cœur d’Hermione se fendit en le voyant. Elle avait passé une soirée pitoyable, mais lui ! Qu’est ce qu’elle aurait aimé le rejoindre et lui parler pour lui redonner courage. Mais si elle faisait cela, c’était sur, ce serait son dernier soir de vie sur terre ! Mais au moins, Severus pourrait savourer cette revanche pendant longtemps… cela l’attrista encore plus. Ces deux personnes étaient adorables, à leur façon. Au moins, elle comprenait maintenant Lily sur un point : l’impossibilité de choisir entre les deux.

Alors elle reposa toute son attention sur la scène. Les deux élus s’étaient embrassés et saluaient à présent la foule en délire à la façon de deux comédiens ayant produit leur premier spectacle de la saison. Quand soudain…
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Jeu 8 Jan - 11:08

    Cette soirée partait de plus en plus en cacahuète. J'avais vu de nombreuses choses se passer ce soir, les gens ne pouvaient décidémment pas s'empêcher de se bouffer la tronche et de se déchirer, même dans les moments les plus propices à la fête. Et avec ce qui semblait s'annoncer dehors, il était certain que cette grande soirée organisée par Dumbledore soit un des derniers moments de réjouissance avant un long moment. Tout avait commencé par de basses remarques qui fusaient entre élèves de différentes maisons au fur et à mesure que je passais et me faufilais au travers la foule en faisant le service du début de soirée. Mais j'avais très vite remarqué que les élèves avaient poussé le vice jusqu'à se lancer des piques entre élèves d'une même maison. Même du côté des serveurs cela s'envenimait également à l'occasion. Pathétique, aucun sens professionnel.


    J'avais été témoin d'altercation plus ou moins vives entre élèves donc. De loin, on avait très bien pu voir et sentir la froideur qui transpirait littéralement de certaines tables, comme de celle de Krystel Raybrandt et de son ami le professeur Glace. Ce n'était guère étonnant de ce côté là, ces deux là avaient un côté fantasmagorique et entreprenant qui ne pouvait que déplaire à des personnes aussi sobres de corps comme d'esprit comme Roxanne Cartwright et son ami. Heureusement que ma soeur s'était tenue à carreaux! Mais j'y pense, sobre de corps et d'esprit, Roxy Cartwright? Qu'est ce que je me mettais à penser moi! N'était ce pas elle qui faisait des sous entendus évocateurs à l'âge de quinze ans, et qui semblait à avoir déjà goûté à bien des plaisirs? Bref, tout ça pour dire que l'ambiance était tendue, et elle le fut encore plus quand je venais d'arriver pour régler le début de bagarre entre Anna Sanders et Krystel Raybrandt.


    D'ailleurs, en parlant de cette dernière altercation, je tombais plutôt sur le cul devant la réaction de Krystel Raybrandt, cette femme m'étonnerait donc toujours. Je me serais attendu à tout, sauf à sa réaction, t pourtant je connaissais plutôt bien la française, m'étant frité à elle plusieurs fois! Colère, haine, froideur, sarcasmes, je me serais attendu à tout dans l'état où la belle était pour défendre son bout de viande qu'était devenu Amycus. Mais pas ça. A peine entrée dans la petite pièce qu'elle faisait fi de ma colère et de mes paroles pour se coller sensuellement à moi. Que pasà oO? Qu'est ce qu'elle me veut encore celle là! Et voilà qu'elle recommençait à prendre ma réaction pour une attirance physique! D'accord, elle est canon et en temps normal j'en aurais sansdoute profité, mais j'avais Alice, et ne désirait qu'elle! Même si elle voudrait prendre son temps, j'attendrais, ce n'était pas vital... Mais Krystel semblait penser que ci, tous les mêmes ces français!



    - Auriez vous oublié miss que j'ai déjà par le passé refusé de telles avances? Je suis avec quelqu'un, et contrairement à certaines personnes, je suis ...


    Pas le temps de finir, que j'étais déjà interrompu, pas de la plus vilaine des façons, mais pour avoir osé me faire ça, j'aurais bien balancé ma main dans la tronche de Raybrandt. C'était pas humain ce genre de choses, n'importe quel mec ressentirait cette petite chose dans son ventre, signe que la situation devenait outrageusement dangereuse. Krystel venait de frôler mes lèvres et dessiner mes formes, juste avant de se retirer, pile au moment où Amycus entrait. J'étais gêné vis à vis de mon camarade et ami, je n'avais pas voulu ça, je voulais surtout qu'il ait le temps de mettre les choses avec Sanders pendant que je prenais le taureau par les cornes, mais Amycus ne semblait pas l'avoir entendu de cette oreille. Sur ce, Krystel s'ne alla le plus théâtralement possible, tenant des propos particulièrement... poétiques! Rien n'allait plus entre elle et Amycus! D'ailleurs, les paroles de la belle m'interpellèrent...


    - Ecoutes mon vieux, je voulais juste te laisser quelques minutes avec Sanders que tu mettes les choses au clair avec elle, je voulais pas envenimer les choses... Mais t'as raison on devrait y aller!


    Bon, c'était aussi pour éviter de me retrouver avec Amycus. Il ne me gênait pas outremesure, mais je n'avais pas envie de me retrouver avec lui après ce qu'il venait de se passer. En arrivant dans la salle, je remarquais que la musique s'interrompait, bientôt aurait lieu l'heure du vote. Il fallait que je me dépêches, jusqu'à ce que je sentis une main se poser sur mon avant bras, me retenant quelque peu. Interloqué, je me retournais pour faire face à la personne, et je tombais sous le choc. Jana. Mon premier amour, a des milliers de kilomètres de chez nous. Que faisait elle ici? Elle était dans une magnifique robe noire, qui ne faisait que la rendre encore plus magnifique elle même. Notre dernière conversation me revint alors en mémoire, et je sentis une boule dans le ventre, tandis qu'elle me lançait un sourire gêné, mais charmeur.


    - Torben... Cela fait si longemps, tu es devenu un homme à ce que je vois... Te souviens tu de notre dernière conversation et de la parole que tu m'avais donné?


    Je ne savais pas quoi dire. Alice devait être dans le coin. J'étais tiraillé entre deux promesses. Que faire dans ce cas? Le code de l'honneur ne disait absolument rien là dessus, si? Prenant mon silence comme une réponse, Jana me prit par le bras et m'attira hors de la salle. Quelque chose venait de changer en moi, je ne savais pas quoi, mais je ne me sentais plus maître de la situation, et je sentais que le peu d'innocence que j'avais retrouvé avec Alice, ne ferait pas logn feu avec Jana... Sortant de la salle, nous étions repartis, comme au bon vieux temps...

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Jeu 8 Jan - 12:37


    Contrairement à ce qu'il avait redouté, Regulus s'estimait au final plutôt satisfait de sa soirée. Même si l'ambiance du début du dîner avait été particulièrement tendue, le déroulement du reste du bal compensait. Non seulement il avait rempli son objectif initial consistant à dissuader Marylise de s'acharner à le pourchasser, mais en bonus il avait eu l'occasion de danser avec de jolies filles, de se sustenter avec de quoi contenter son palais, d'échanger des propos divertissants sans avoir sans cesse à peser ce qu'il disait. Il était conscient qu'il devait ce sentiment de contentement en majeure partie à Roxanne, qui en dépit d'un accès de froideur au bar juste après le dîner, s'était globalement conduite en cavalière exemplaire. Il ne pouvait qu'espérer lui avoir également permis de s'amuser au cours de cette soirée.

    Ne tenant pas à ce qu'une nuit ayant jusqu'à présent dépassé ses espérances soit gâchée par le spectacle de deux niais sacrés roi et reine se voyant ridiculement affublés de couronnes avant de devoir s'embrasser, il avait proposé à Roxanne de finir la soirée au bar, suffisamment à l'écart pour qu'il lui soit possible d'ignorer ce qui se déroulerait sur scène.

    Comme l'impliquait la question qu'il venait de poser à sa cavalière, il estimait personnellement qu'il y avait une très forte probabilité que le couple réputé comme le plus glamour du moment au sein de l'école, formé par Lily Evans et James Potter, se retrouve élu. Il aurait aimé pouvoir penser qu'il en serait autrement, vraiment. Mais vu la méthode choisie pour les votes, ils avaient peu de chances d'y échapper. Le simple fait de devoir voter dès l'entrée dans la salle limitait les possibilités d'élection aux élèves les plus populaires : pour nommer quelqu'un sur son bulletin, il fallait déjà au minimum le connaître de vue, être capable de lui attribuer un nom, et savoir qu'il participait au bal... et pour savoir cela avant même d'avoir eu l'occasion de bien repérer qui était présent à la soirée, il s'agissait soit d'un élève directement fréquenté par l'électeur, soit d'un élève suffisamment réputé pour que sa participation soit aisée à confirmer. Et bien évidemment, les votes isolés pour quelques élèves appréciés par leurs proches ne pesaient pas suffisamment face aux admirateurs votant en masse pour leur idole.

    Franchement, Regulus ne parvenait pas à discerner le moindre intérêt à une telle cérémonie, où les résultats n'indiquaient rien d'autre que ce que chacun savait déjà. C'était même ridicule de prétendre nommer les roi et reine du bal quand le vote prématuré ne prenait en compte aucun critère tels que l'élégance de l'habit de soirée, la grâce démontrée sur la piste de danse, la capacité à faire passer un agréable moment à ses partenaires. Il s'agissait d'un simple concours de popularité, et les résultats ne pouvaient donc être qu'aussi ineptes que l'était le concept de popularité. L'héritier Black l'avait pleinement réalisé lors de sa deuxième année à Poudlard, quand il avait appris que James avait reçu le titre de roi du bal pour la première fois. Qu'un garnement de 13 ans puisse l'emporter sur des jeunes hommes de 16 à 18 ans paraissait totalement risible. Que cela nécessite qu'une portion non négligeable des élèves ait choisi ledit garnement devenait carrément pitoyable. C'était le genre d'évènement qui avait fini de convaincre Regulus que le sorcier moyen était dépourvu de tout sens critique et n'était bon qu'à suivre le mouvement.

    De ce fait, cette année encore et pour la quatrième fois consécutive, James Potter serait vraisemblablement déclaré roi. Les seuls élèves suffisamment populaires pour lui faire perdre des voix étaient Sirius Black, que sa position perçue comme celle de second de James n'incitait pas à nommer préférentiellement au chef des Maraudeurs, Jessi Tumodel, que son statut de Serpentard suffisait à éliminer en dépit de ses opinions modérées, et peut-être Nathan Sanders, qui lui souffrait du manque de considération qu'on accordait généralement aux Poufsouffle. Du côté des filles, c'était plus partagé, ce qui expliquait que chaque année la reine changeait, mais cette fois-ci, l'élue serait indubitablement Lily Evans. Avoir finalement cédé aux avances de James et décidé de se caser semblait avoir paradoxalement augmenté l'intérêt que lui portait la gent masculine.

    C'est pourquoi, même s'il espérait sincèrement se tromper, il doutait que ce soit le cas. Ils auraient inévitablement droit à la consécration du Couple Gryffondor. Et déclarer que cela ne le réjouissait pas relevait de la litote. Heureusement, en dépit de ces considérations blasées, la réponse de sa cavalière lui arracha aisément un nouveau sourire en coin.


    "C'est une manière intéressante de voter que la tienne... J'avoue n'avoir pour ma part n'avoir pas fait preuve d'originalité : j'ai simplement désigné chacun de leur côté le garçon et la fille me semblant les plus dignes de porter la couronne, sans considérer le couple qu'ils formeraient s'ils étaient réellement tous deux désignés. Quoique maintenant que tu m'y fais penser, il serait également atypique, même s'il est possible de faire nettement mieux dans cette catégorie."

    Pendant qu'il finissait de répondre, le Professeur Glace, que le Serpentard n'avait même pas besoin de regarder pour savoir qu'il se délectait de rester au centre de l'attention générale, et plus particulièrement de l'attention des jeunes filles, avait annoncé que le temps était venu de découvrir les résultats. Sans se tourner vers la scène pour suivre une procédure qui serait probablement exagérément théâtrale, Regulus reprit son verre pour en siroter le contenu. Sans surprise, il entendit Lily être nommée. Reposant son verre sans se presser, il applaudit modérément, se tournant tout de même alors pour tâcher d'apercevoir la jeune fille. Les projecteurs s'étant braqués sur elle, ce ne fut pas bien difficile. Elle semblait se faire prier pour se lever, mais fut rapidement persuadée par ce qui semblait être les encouragements de James. Evidemment, le Gryffondor s'attendait à la rejoindre sous peu, il ne l'aurait jamais laissée aller si volontiers s'il avait un instant songé que c'était un autre qu'elle devrait embrasser. Mais Regulus ne pouvait même pas qualifier cela d'arrogance, cette fois. Après tout, sa propre analyse de la situation pointait vers le même résultat.

    Pour éviter d'avoir à réprimer un grognement disgracieux quand James serait appelé à son tour sur scène, le Serpentard se remit à siroter tranquillement son verre. Et de ce fait, manqua de s'étrangler quelques instants plus tard quand après des pauses théâtrales le Professeur murmura un autre nom. Il reposa brusquement son verre et tourna vivement la tête vers la scène pour observer l'expression de Keith... il devait plaisanter, n'est-ce pas ? Cela ne pouvait être vrai ?

    Mais les projecteurs se tournèrent alors vers une silhouette familière, assise au bar, un peu plus près de la scène que lui-même et Roxanne ne l'étaient. Et qui paraissait tétanisée par l'annonce de son nom. Regulus serra les poings qu'il avait posés sur ses genoux à s'en faire blanchir les jointures et sa mâchoire se crispa dangereusement. Donc, ce n'était pas une blague. Enfin si, c'en était une, les résultats avaient manifestement été trafiqués pour humilier Severus, mais l'appel de son ami sur scène restait une réalité. Severus allait devoir y aller sous peine de perdre complètement la face. Et devoir embrasser la fille qu'il croyait aimer sous les huées d'une bonne partie de l'école. Et s'attirer ainsi une haine encore plus virulente, de la part des Maraudeurs qui n'avaient pourtant pas besoin de prétexte pour ça, de l'ensemble des Gryffondors pour avoir porté atteinte à l'unité de leur couple fétiche, des Serpentard pour être tenu responsable du trucage des résultats afin d'embrasser une simple Née-Moldue de la Maison ennemie, de l'ensemble de l'école pour avoir obtenu un baiser de la populaire Lily Evans. L'héritier Black devait reconnaître que le plan destiné à piéger son ami était bien conçu. Au cours d'une telle cérémonie publique, il n'y avait aucune issue, Severus ne pouvait pas se dérober.

    S'il lui fallut à peine une paire de secondes pour se forcer à détendre ses poings et sa mâchoire, Regulus se doutait qu'il avait blêmi de rage et restait probablement livide. Il ne pouvait contrôler cela. Ni son bouleversement intérieur. Morgana lui vienne en aide, il détestait être aussi émotif, il n'était bon à rien dans un état pareil. Il espérait de tout cœur qu'une fois qu'il maîtriserait l'occlumancie, il ne connaîtrait plus ce genre de difficultés. Il ne pouvait pas se permettre de perdre ainsi ses moyens lorsque l'un des siens était en fâcheuse posture. Prenant une lente inspiration, il se contraignit à réfléchir le plus rapidement et raisonnablement qu'il en était capable sur le moment.

    Les résultats avaient été truqués, ça, c'était une certitude. Etant donnée la superficialité caractérisant le monde sorcier en général et les élèves de Poudlard en particulier, jamais la majorité ne se serait donnée la peine de chercher au-delà des apparences pour élire quelqu'un d'intéressant mais d'abord peu accommodant et esthétiquement peu plaisant. Dans quel but ? Humilier Severus, cela paraissait évident. Et rendre sa position au sein de l'école encore plus intenable. Le sixième année était globalement peu apprécié, un tel évènement n'allait rien arranger. Qui étaient les responsables ? Vraisemblablement les Gryffondor, sur l'injonction des Maraudeurs. Regulus dirigea un regard noir vers l'endroit où James était assis... et réalisa alors l'énorme faille de son raisonnement.

    Jamais James n'aurait autorisé un complot dont la réalisation impliquerait l'échange d'un baiser entre Severus et Lily. Les Gryffondor auraient-ils agi derrière son dos ? Très peu probable, il n'y avait eu aucun signe de tension dernièrement, James semblait conserver sa place d'idole sans que personne la remette en cause. Et puis les Maraudeurs semblaient suffisamment bien organisés pour se tenir informés des rumeurs parcourant leur propre Maison, ils auraient eu vent d'un tel plan. Hypothèse suivante, donc... Une autre Maison voulant faire descendre les Gryffondor de leur piédestral, ou bien attiser la rivalité entre Rouges et Verts ? Un coup d'œil circulaire lui permit de constater que l'ensemble des élèves paraissaient choqués, aucun n'affichait autre chose que de la stupeur ou du dégoût. Tous semblaient même hésiter à bouger, à l'instar de Severus qui ne s'était toujours pas levé. Donc, le complot n'émanait pas d'une Maison entière. Il n'était pas possible que la totalité des Poufsouffle ou des Serdaigle soit dotés de tels talents d'acteurs. Ou bien alors... le plan venait des Serpentard ? Et la victime visée était davantage James que Severus, qui ne constituait qu'un dommage collatéral ? Tout compte fait, ce n'était pas totalement improbable... En fait, à y songer, cela ressemblait davantage à un plan conçu par des membres de la Maison de Salazar.

    Mais origine Serpentard ou pas, peu importait. Si jamais Regulus parvenait à identifier les responsables, il s'assurerait qu'ils paieraient pour ce qu'ils avaient infligé à Severus. Voilà longtemps que l'héritier Black ne s'était pas senti aussi furieux, et sur l'instant, il ne voyait soudainement plus aucun inconvénient à recourir aux sortilèges de torture les plus pernicieux.

    Enfin, pour le moment, il ne pouvait rien faire de tel. Il devrait se contenter de gérer les problèmes immédiats. En dépit de la présence de professeurs, il n'excluait pas la possibilité que des Gryffondor guidés par leur impulsivité cherchent à s'en prendre directement à Severus. Si quelque chose arrivait, installé où il était, il ne pourrait rien faire pour l'aider. Il lui fallait donc se rapprocher de la scène pour pouvoir faire face à toute éventualité. Tout en n'étant pas gêné par la foule agglutinée à proximité. Sur un côté, donc. Pas trop loin de l'escalier permettant de monter sur l'estrade, ce serait parfait. Cela lui donnerait une bonne position pour observer les agissements du public, et même si l'angle était loin d'être le meilleur pour assister au baiser qui suivrait, ce n'était pas comme s'il s'en souciait. Tout ce qu'il arrivait à penser pour l'instant, c'est qu'au cas où ça tournerait mal, il fallait que Severus puisse compter sur le soutien d'un allié.

    Le Professeur Glace appela Severus une deuxième fois, et celui-ci finit par se résigner à se lever pour se diriger vers la scène, sous des applaudissements réticents. Auxquels Regulus n'eut même pas la présence d'esprit de se joindre, occupé qu'ilétait par ses propres pensées. La lenteur de la démarche du sixième année indiquait à quel point cela lui coûtait. Regulus n'osait imaginer ce que son ami pouvait ressentir en cet instant. Décidément, des gens devraient payer pour ça, il y veillerait. Focalisé sur son plan d'action, l'héritier Black ne prêta aucune attention au murmure de sa cavalière, et était déjà à moitié levé pour le mettre à exécution quand il songea à avoir la courtoisie élémentaire de s'excuser de la laisser aussi soudainement en plan. Il se pencha donc vers elle avec un léger sourire forcé pour prendre congé dans un murmure.


    "J'espère que vous saurez me pardonner de vous abandonner, ma douce amie, mais finalement je souhaiterais me rapprocher de la scène."

    Il esquissa encore un sourire, conscient de se conduire en très mauvais cavalier, surtout qu'il ne faisait aucune tentative pour se justifier, mais là il avait d'autres priorités. Severus était en train de monter sur l'estrade. N'étant resté qu'un bref instant pour écouter une éventuelle réponse, il se dirigea à son tour vers le point d'observation qu'il avait choisi, contournant la foule des élèves. Il parvint à destination sans que personne semble lui avoir prêté particulièrement attention, chacun se préoccupant plutôt du suspense accompagnant le baiser qui n'allait peut-être pas tarder... ou peut-être être décliné. Pour sa part, Regulus ne douta pas un seul instant que Lily embrasserait Severus. Vu ce qu'il savait de leur relation, il ne pourrait en être autrement. Si aucun Gryffondor n'était insensé au point de l'empêcher, du moins.

    Mais finalement, à son soulagement, il semblait que le drame serait évité pour le moment. En voyant Lily s'approcher de Severus pour échanger le baiser annoncé, le Maraudeur avait choisi d'aller refroidir ses ardeurs à l'extérieur, ou du moins c'est ce que laissait penser son brusque départ en direction de la sortie. Regulus ne le suivit des yeux que le temps de s'assurer qu'il s'éloignait réellement sans faire mine de tirer sa baguette, avant de se concentrer de nouveau sur les autres élèves présents potentiellement hostiles. La deuxième source de problèmes, Sirius, semblait gérée par Anna. Et sans indication de leurs meneurs, les Gryffondor n'agiraient vraisemblablement pas. Les Serpentard n'attaqueraient pas de front en présence de professeurs. Et les autres Maisons se montraient généralement plus tolérantes. D'ailleurs, la majorité des élèves semblaient encore trop sous le coup de l'étonnement pour avoir décidé comment réagir.

    Au murmure parcourant l'assemblée d'élèves qu'il continuait à scruter, Regulus devina que le baiser venait d'avoir lieu. Et rien ne s'était passé. Fausse alerte, et très honnêtement, il préférait ça. Il n'aurait probablement même pas su quoi faire si la situation avait dégénéré, n'ayant pensé qu'à la nécessité d'être à portée au cas où son aîné aurait besoin d'aide. Maintenant, il lui fallait juste rester là et voir si Severus aurait besoin de voir une face amicale ou d'être laissé seul quand il descendrait de la scène. Il commençait tout juste à se détendre quand soudain...

PNJ↯ Votre vie est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1818
Date d'inscription : 08/05/2008




Maître du Jeu

PNJ
Votre vie est entre mes mains

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Jeu 8 Jan - 12:42


    C'était une belle soirée. Tout était calme, dehors. Il n'y avait pas un chat. En réalité, tout était parfait pour conclure ce bal. Tout ce que je savais, c'est que les bruits de rire et de chansons allaient bientôt se terminer sur une note tout de suite plus dramatique. Oh, rien de bien grave, rassurez vous, juste que quelque chose doit être fait, et que c'est à moi qu'il appartient de le faire. Je ne sais pas comment je le sais, mais je sens que c'est l'heure. Je me suis donc mis en route. Je reconnaissais les lieux que je traversais, mais sans vraiment savoir exactement ce que je faisais, je me sentais un peu dans le flou. J'étais très excité à l'idée de ce que j'allais faire. Une partie de moi résistait. Une partie de moi hurlait de ne jamais faire ce que je devais faire. Une partie de moi s'insurgeait, paniquait, voulait s'enfuir à toutes jambes. Mais quelque chose en moi me donnait la force et me guidait. Je ne savais pas ce que c'était, mais je sentais que tout poids sur mes épaules m'était retiré. L'heure était venue.


    Il était temps de le faire.


    Parcourant le parc, je sentis une drôle de sensation dans mes membres, comme s'ils résistaient. Non, pas maintenant. J'avais une tâche à accomplir. Pour couvrir les hurlements qui résonnaient dans mon coeur et dans mon crâne, je ne pouvais que leur adresser un mur de silence incassable et insondable. Je marchais, rapidement mais le plus silencieusement possible. Les ordres étaient de ne pas me faire repérer. J'évitais autant que possible d'entrer dans les zones de lumière projetées depuis les fenêtres de la Grande salle de Poudlard. Je ne devais pas être vu. Le parc était un endroit calme ce soir. Il n'y avait pas à dire, cela contrastait vivement avec l'ambiance qui régnait au château. A cette heure ci, si j'avais respecté le minutage, les deux gagnants au titre de roi et reine du bal devaient monter sur l'estrade. D'ailleurs, le tonnerre d'applaudissement me le confirmait à l'instant. Il fallait que je fasse vite.


    Pourquoi je le faisais? Pourquoi je ne résistais pas? Si je résistais, mais pourquoi je n'avais pas su me dépêtrer de cette situation? Sans doute n'étais je pas aussi fort que j'aurais pensé l'être. J'avais échoué, et j'allais payer cette erreur. Peu importait, de toute façon, il était trop tard pour avoir des regrets. Sans même m'en rendre compte, je m'étais mis à courir. J'évitais les allées pour que le bruit de mes pas se fasse pas entendre sur le gravier, tout autant que j'évitais les différents massifs de fleurs. Je commençais lentement à perdre mon souffle, mais étant toujours en bonne condition physique, je savais qu'il faudrait encore plusieurs minutes avant d'être essoufflé à ce rythme, et j'étais de toute façon proche de mon objectif. Mais là, au détour d'une allée, je venais de me retrouver devant un accro inattendu... Que faisaient ces deux élèves dans le parc à cette heure ci? Et dans la neige? Et pourquoi m'avaient ils vus?


    Mon sang se glaça, mes yeux s'exorbitèrent et une voix hurlait à mes oreilles. Mes tympans se vrillèrent, et je sentais mes yeux me piquer tandis que je pleurais silencieusement devant ce que je m'apprêtais à faire. Mon bras se leva, lentement. Je ne connaissais pas ce type, ni sa copine. Je ne savais absolument pas qui ils étaient, mais peu m'importait au final, ce n'était pas important. Ma baguette était dirigée vers eux, et le garçon laissa échapper un cri d'alarme, juste avant de se faire frapper par un éclair vert. Ma victime se raidit, devenant plus pâle qu'un linge et s'effondra, immédiatement suivit par la chute de sa petite amie. Quelque chose venait de mourir en moi, et j'aurais volontiers hurler mon horreur, mais ma bouche refusait de s'ouvrir. Tout mon corps refusait de m'obéir. Seul comptait l'accomplissement de ma mission. Rien d'autre n'avait d'importance. Arrivé en vue de la fenêtre gigantesque du bout de la salle des fêtes, je marquais un stop.


    J'étais arrivé à destination. Lentement, je levais ma baguette vers le ciel.


    A quelques dizaines de mètres, je voyais au travers de la grande vitre du château l'estrade où se trouvaient les deux vainqueurs du concours, sur le point de s'embrasser. C'était pile le moment. L'accomplissement de ma mission.


    - MORSMORDRE!


    Un grand sifflement se fit entendre tandis que des étincelles jaillissaient de ma baguette, et que le sort partait vers le ciel comme une balle de fusil moldu. Soudain, le sort éclata de tous ses feux en un bruit d'explosion. La marque venait d'apparaître dans le ciel, tel un halo maléfique. Un grand crâne, avec un serpent sortant de sa bouche. La marque des ténèbres. Ce qui n'était qu'une rumeur venait de montrer le visage de la réalité. Ce qui n'était qu'une peur allait devenir une terreur. Dans le château, j'entendis les premiers hurlements de terreur, juste avant que je me retourne pour m'enfuir dans la nuit.


    Le règne des ténèbres venait de commencer.
PNJ↯ Votre vie est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1818
Date d'inscription : 08/05/2008




Maître du Jeu

PNJ
Votre vie est entre mes mains

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Jeu 8 Jan - 12:43

Le bal de noël vient d'arriver au terme de son suspens. L'élection de la reine du bal se fait sans trop de surprise, Lily Evans monte donc sur la scène, émue mais heureuse, et rejoint le professeur Keith Glace. Coup de théâtre, son partenaire n'est nul autre que Severus Rogue, le souffre douleur des maraudeurs. Toutes les personnes présentes sont sous le choc de l'annonce, et le moins que l'on puisse dire, c'est que beaucoup ont mal digéré la nouvelle... Alors Jamesie, ça fait quoi de voir sa petite amie embrasser le brave petit Servilus, et de voir ta couronne aller à ton pire ennemi? Mouahahaha! Hahem, pardon! Bref, les élèves n'en reviennent pas et un certain silence s'installe, quand soudain, un bruit, une sorte de petite déflagration se fait entendre, et ce, dans le ciel que l'on peut entrevoir derrière les vitres de la salle de bal...


Flottant dans les airs, une marque étrange, verdâtre, vient de se former. Elle a la forme d'une immense tête de mort, un serpent sortant de la bouche. La marque des ténèbres. Depuis les derniers mois, les rumeurs parlaient de cette marque, signe du retour des mages noirs. A chaque fois qu'une disparition, un enlèvement ou un meurtre avait lieu en grande Bretagne, cette marque était apparue. Dans un premier temps, pour éviter la panique, le ministère avait caché son existence, mais des témoins l'ayant aperçu la rumeur avait enflé, faisant de cette marque le pire cauchemar des britanniques. L'apparition met les centaines d'élèves et leurs professeurs sous le choc. Puis soudain, la panique se répand comme une traînée de poudre. L'ennemi est là, le monstrueux croque mitaine des légendes, et des actes innommables sont actuellement commis dans le château. Les voix des professeurs se font entendre, et essayent de ramener au calme, mais comment faire quand les rumeurs parlent de choses toutes plus horribles que les autres?


Ordre de passage (délai de deux jours):


  • Albus Dumbledore

  • Keith Glace

  • Lily Evans

  • Severus Rogue

  • Chacun des autres participants répondra ensuite à sa convenance, dans un délai qui expirera le dimanche 17



Conseils de jeu:


Chacun est libre de jouer son personnage à sa convenance, mais ne doit pas commettre d'acte insensé, et doit le plus possible agir en accord avec les directives que ne manqueront pas de donner les professeurs, mais il vous faut également agir en fonction de votre personnage! Même s'il est réputé courageux, se retrouver confronté face à la pire menace qu'a jamais connu l'Angleterre depuis des siècles ne laisse personne insensible! Bon jeu a tous et bonne fin de bal, Mouahahahahahaha! What a Face





PS: pour toutes questions, s'adresser à Torben Badenov par mp
Ordre↯ Je combat les ténèbres
avatar



Nombre de messages : 60
Groupe : Pnj... Et oui, je ne suis qu'une marionette dans les mains des administrateurs
Date d'inscription : 28/11/2008




Albus Dumbledore*

Ordre
Je combat les ténèbres

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Jeu 8 Jan - 15:01

    Albus Dumbledore venait de passer toute sa journée et sa soirée a traiter des affaires au ministère. Il n’était guère content d’ailleurs, lui qui aurait dû se trouver pendant le bal de Noel à Poudlard, cette année, c’était un peu râpé. Mais comme à son habitude, il ne laissa rien paraître non. Disons qu’il avait toujours eu cette classe quelque peu surhumaine sur les bords, qui n’aura de cesse que de nous toucher à chaque fois. Oui, tout en lui dégageait un je ne sais quoi, qui nous mettais à la fois en confiance, et à la fois nous inspiré à un grand respect. Ce n’était pas pour rien non plus qu’il était un des plus puissant sorcier de notre époque, voir de notre siècle, et qu’il soit autant demandé de part et d’autre de l’Angleterre pour ne pas dire du globe…

    Donc oui, je disais au début. Le directeur de la prestigieuse école de sorcellerie n’avait pas pu aller fêter ce jour dit saint avec ses élèves, ni ses enseignants. Appelé à la dernière minute à venir tenir lieux pour un procès concernant un partisan de mage noir, il n’avait pas pu en faire autrement. Il y avait des priorités et des choses qu’il ne pouvait pas se soustraire, et cela en faisait parti. De toute façon, il avait une totale confiance envers son corps d’employé. Allez savoir si c’est à tord ou à raison. Seul le futur pourrait lui apprendre. Et puis, d’un naturelle optimiste, il ne peut s’empêcher de croire en la bonté de ses concitoyens, et leur accorder le bénéfice du doute.

    Le conseil du magenmagot réunit en entier, avec à sa tête nulle autre que Albus, cela promettait d’être une nuit des plus longue pour ce dernier. Envoyant un hiboux à Poudlard pour prévenir le nouvel enseignant qui était en charge du bal – Keith Glace – qu’il ne sera pas présent, cette perceptive ne l’enchantait guère mais que pouvait-il faire d’autre ? Vous voyez vous le président de la cour de justice quittait le tribunal pour aller danser et siéger à une soirée ? Non, pas du tout malheureusement. Le temps passa pourtant très vite pour le vieil homme. C’était fous, mais à le voir plaidoyer comme un avocat de grand nom, on ne pouvait qu’admirer aussi son charisme impressionnant. Oui, c’est vraiment un grand homme sur tous les niveaux, cela ne fait pas de doute

    Alors que 12 coups sonnèrent, pour annoncer l’heure tardive qu’il était, les grandes portes s’ouvrirent à al volet, interrompant la séance. On pouvait lire de l’étonnement ou de l’indignation sur les visages des sorciers. On ne dérange pas la coure aussi impunément, et ce petit homme essoufflé allait devoir avoir une très bonne raison pour l’avoir fait. Courant directement vers le directeur de Poudlard, il vint lui remettre une très courte lettre. Seuls quelques mots étaient inscrit sur la feuille, des mots qui n’étaient nul autre que ‘marque des ténèbres apparut au château’. Sans prendre le temps d’expliquer quoi que ce soit, Albus se leva, et après une vague excuse se mit à courir hors de la salle à la vitesse grand V. Il devait faire vite, très vite.

    Fort heureusement, il avait pris la peine avant de venir de relier sa cheminé au réseau du ministère au cas où. Arrivant bien vite dans l’atrium ou déjà des employés du ministère se préparait à se rendre sur le crime, il sauta dans le feu, arrivant quelques secondes plus tard dans on bureau. Toujours dans une course folle, il parti en direction du parc, et à le voir courir ainsi, on ne pouvait pas soupçonner le grand âge qu’il avait. Il ne fallut que 5 minutes pour enfin se retrouver dans le froid glaciale et hivernale. Elle était bien là, flottante, et répandant une terreur dans la grande salle de banquet. Mais pas le temps d’y passer, il fallait qu’il fasse autre chose. Il sorti en premier lieu sa baguette, puis fit disparaître l’immonde image. Se dirigeant ensuite à l’endroit en dessous de cette dernière, il tomba sur James et Matthieu. S’approchant du gryffondor, il se mit à le secouer tout en lui demandant avec un certain affolement qui ne lui était pas commun :



    - C’est toi qui a fait cela James ? Réponds moi, es-toi qui a fait apparaitre cette marque ?


    Il n’attendit pas la réponse du jeune homme. Devant son air, il su tout de suite qu’il n’était en rien dans cette histoire, mais juste au mauvais endroit au mauvais moment. Il faisait parti de l’Ordre du phénix après tout, et n’aurait jamais pu agir ainsi. Le lachant, il se précipita sous les fenêtres de la grande salle. Et c’est là qu’il les vit… Il y avait réellement eu un meurtre au sein de son académie. Sa mains se crispa sur sa baguette quelques instants. Deux victimes il y avait eu. Et cela sous son nez, dans le lieux censé être le plus sur de tout le pays. S’agenouillant auprès des corps, il reconnut tout de suite les victimes. Le premier était un 7ième année, du nom de Matthew Robinson, capitaine de l’équipe de quidditch des serdaigles et préfet en chef. Quand à sa cavalière, il s’agissait d’une serpentarde de 7ième année également, Angela Watson, préfète en chef, et poursuiveur de sa maison. D’une forte voix puissante il dit alors :


    - Monsieur Potter, demandez au professeur Glace et Mc Gonagall de me rejoindre dès que possible. Une fois cela fait, regagnez au plus vite votre salle commune. Monsieur Vince, allez dans chacune des salles communes, et faites moi un listing des élèves présents. Nous devons être sur que tous soit saint et sauf...
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Jeu 8 Jan - 15:05

Comment cela se faisait-il que je sois toujours au cœur de situations délicates ? Non mais c’était vrai à la fin. Vous avez un nouvel exemple sous les yeux vous ne trouvez pas ? Je ne sais pas ce que je faisais ici, ni sur cette scène. Vraiment des fois, il faudrait vraiment que je reste couchée dans mon lit. J’étais venue dans un seul but : faire plaisir à James. Et me voilà en train de ‘devoir’ embrasser Severus Rogue, qui vient d’être élu à la place du maraudeur roi de la soirée. On aurait pu dire que j’avais le choix, même si à mon humble avis, ce n’était pas le cas. Comment voulez-vous que je l’aie dans une pareille circonstance ? Avais-je le droit de laisser tomber mon meilleur ami ? Où plutôt, pouvais-je laisser tomber mon meilleur ami ? Non, jamais je ne le pourrais. Mais d’un autre côté, cela serait de lui assurer à coup sur d’avoir mon petit ami de nouveau sur le dos. Ce dernier ne supporterait pas l’idée que je l’ai embrassé. De plus, avais-je le droit de lui voler son premier baiser ? Raaa foutu vie des fois ! Non mais c’est vrai quoi ! Jamais je ne pourrais la vivre tranquillement ? Je commençais vraiment à le croire.

J’avais donc finis par suivre tout de même ce que me dictait mon coeur, et non ma tête. Oui, je devais l’avouer que si j’avais fais ce que mon esprit me disait, je me serais contentée d’un vague bisous sur la joue, par vengeance qu’il m’ai laissé. De plus, cela m’éviterait une prise de tête certaine avec mon maraudeur. Oui, c’est horrible aussi de penser d’une telle manière, et pourtant, là non plus, je n’arrivais pas à en faire autrement. Enfin si, vu que je ne le fis pas. Non. Jamais je ne pourrais faire du mal volontairement au vert et argent, et l’humilier publiquement. Malgré tout ce qui s’était passé entre nous, je n’en serrais pas capable. Je le condamnais d’une autre façon par rapport à James, mais je préférais cela. Alors je m’étais décidée. Je m’étais approchée de lui, j’avais pris sa main, pour lui montrer que je n’étais pas contre lui, mais dans la même galère. Mes yeux s’étaient fermés, et j’étais venue poser mes lèvres sur les siennes délicatement.

Cela me fit très bizarre à y réfléchir. D’aussi long que je me souvienne, je l’avais toujours considéré un peu comme le frère que je n’avais jamais eu. Depuis toujours, il veillait sur moi, et j’avais toujours pu compter sur lui – mise à part ses derniers mois – Du coup, le fait de l’embrasser, et surtout d’être la première à le faire... C’était bizarre, oui, il n’y avait pas d’autre mot. Attention, je n’ai pas dis que cela était désagréable non. Et puis, vu les courtes secondes qui s’étaient écoulées, je n’aurais pas pu juger de sa capacité à bien ou mal embrasser. C’était juste que voilà quoi. Je n’ai pas l’habitude de poser mes lèvres sur celles d’un autre que mon petit ami ! Je suis très loin de la jeune femme volage, et tout ça et tout ça quoi. Enfin bref, je ne sais même pas pourquoi je me torture autant l’esprit, surtout que ce n’est qu’un baiser à la fin non ? Bon un baiser qui pouvait faire beaucoup de ravage, mais je n’aurais pas pu faire autrement.

Une fois cela fait, j’avais salué ‘notre’ public de manière théâtrale, pour montrer combien la situation et cette tradition étaient des plus ridicules. Je ne savais pas qui l’avait instauré, mais cette personne aurait du s’abstenir, cela aurait évité bien des problèmes sans aucun doute. Severus n’avait pas l’air être à l’aise du tout, ce que je comprenais parfaitement. Il était le plus à plaindre dans cette histoire. Je n’aurais d’une aucun ennuis après la soirée, ou qu’un petit peu. De plus, ce n’était pas de moi que l’on avait voulu se jouer, mais bel et bien de lui. Cela me fit énormément de peine, car j’attachais beaucoup d’importance à ce dernier, quoi qu’il puisse faire. Brisant enfin son silence de glace, il me remercia de ne pas l’avoir laissé en plan. En aurait-il douté ? J’espérais que non, même si les derniers évènements feraient croire au contraire…

Je voulu lui répondre, mais je ne le pu. Quand nous nous relevâmes, après notre rapide salut, des gros ‘boum’ se firent entendre, signe qu'un feu d’artifice était tiré. Ce n’était pas cela qui allait me plonger dans un état second, mais les cries qui suivirent dans l’assistance, des cries d'une terreur sans mesure. Me retournant, mon regard se porta sur le feu en question, et alors qu’on pouvait voir le visage de Severus et le mien se dessiner au dessus d’un château qui ressemblait à Poudlard {sûrement un sort programmé par notre enseignant}, elle était là. Flottant délicatement dans les airs, comme pour me narguer, comme pour me faire du mal de nouveau. Elle était là, rayonnante, et fière de son effet. Elle était là, l'annonciatrice de ce qu’elle venait 'de faire'. Elle était là, la marque du mage noir. Elle était là, la marque des ténèbres, flottante au dessus du dessin de mon visage, faisant sortir un serpent de la bouche du crane…

A partir de ce moment là, je ne pouvais plus vous dire la suite des évènements. Mon esprit se déconnecta, et resta bloqué sur une seule pensée : Pétunia, ma sœur morte à cause moi. De nouveau quelqu’un était mort, quelqu’un que j’avais côtoyé même de loin. Deux personnes sans aucun doute d’ailleurs. Alors tandis que les uns criaient et que les autres faisaient je ne sais pas trop quoi, ma main lâcha celle du serpentard, et mes jambes se plièrent. Je me retrouvais assise devant elles, des larmes coulant sur mes yeux, en train de murmurer le prénom de ma sœur inlassablement. Je venais d’entrer dans un état second, ne me rendant plus compte des choses, ni même des personnes autour de moi. Non, je venais de m’enfermer inconsciemment dans mon esprit, et dans un mutisme certain d’action ou de mot…



[Le rp de Keith arrivera ce soir ! ordre de passage inversé pour Lily et Keith ! Attendre le poste du professeur avant de répondre !]

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mort↯  Un seul mauvais sort et Pfiou !!!
avatar



Nombre de messages : 56
Age : Dans une tombe >.>'
Date d'inscription : 05/09/2008




Mort : Keith Glace

Mort
Un seul mauvais sort et Pfiou !!!

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Jeu 8 Jan - 20:57


    Je pense que mon étonnement au vue de l’élection du roi de la soirée était complètement étendu à la plupart des étudiants. En même temps, il y avait que quoi quand même. Non mais c’est vrai. Qui aurait cru que la personne la moins populaire du collègue, car il faut dire les choses telle quelles sont, monterait sur scène pour embrasser une des jeune femmes les plus mignonne ? Franchement, je pense que beaucoup aurait perdu à parier sur cette élection et moi le premier. Je plaignais franchement James Potter, qui ne devait pas être content du tout. C’était tellement compréhensif que s’il serait monté sur l’estrade pour empêcher le baiser, je ne l’aurais pas sanctionné. Pourquoi ? Tout simplement parce que si cela ne serait arrivé à moi, je l’aurais fais sans hésiter. Il semblait pourtant plus sage que moi à son age, vu qu’il préféra sortir plutôt que d’agir. Dommage, cela aurait pus être très marrant. Certes pas pour le serpentard oui, mais pour les autres si.

    Enfin bref. Vu que de toute façon, il n’y aurait personne qui s’interposerait, je vins vers les deux élus de la soirée, pour les ‘presser’ pour le baiser. Et oui, c’était la coutume, et personne ne pouvait s’en dérober. Severus Rogue avait quand même beaucoup de chance. D’une part la jeune femme était son amie, et aller donc par logique l’embrasser, et de deux, c’est qu’il allait devenir un homme enviait de beaucoup par justement ce baiser. Lily Evans, même si cela ne l’intéresse pas, reste une des personne des plus populaire de l’école, et très prisé. Beaucoup vendraient père et mère pour pouvoir goûter à ses lèvres exquises qui donnaient tant envie. Raa faut que j’arrête moi d’avoir de telles pensées envers elle. Avec ce que la préfète devait subir en ce moment avec sa sœur, puis pour l’après bal, elle n’avait pas besoin d’un professeur qui lui fasse des avances. Quand tout ira mieux, alors oui, je me ‘lancerais’ à sa conquête, mais pas pour le moment en tout cas.

    Comme le puceau dans tout les sens du terme qu’il est, le vert et argent ne fit rien du tout, pas même un geste envers la gryffondor, la laissant tout faire. Et bah, il n’était vraiment pas sorti de l’auberge le coco à ce stade là. Même pas capable de venir lui l’embrasser. Pourtant, c’est vraiment ce qu’il aurait du faire. Et bah non, il resta là, comme un piquet, à attendre qu’elle vienne poser ses lèvres sur les siennes. Encore une fois, il avait beaucoup de chance car pour un premier baiser, on ne pouvait pas rêver mieux. Elle était venue poser sa bouche sur la sienne avec délicatesse et douceur, ce dont je m’attendais pas moins d’elle. Et puis, il n’y avait pas que cela non. Il suffisait d’être un tantinet observateur pour voir qu’il était raide dingue d’elle. Les yeux ne trompent pas comme on dit…

    Cela avait été simple à voir en somme. Les autres élèves, c’est avec un mépris et une froideur qu’il les dévisageait. Avec elle, c’était plus un regard protecteur, attachant et bien entendu aimant. C’était la seule à qui il accordait cela, la seule. J’y avais fais attention, car de nature curieuse, j’avais voulu en savoir un peu plus sur ce qui se passait d’une part entre James et Lily, mais aussi avec lui dans l’équation. Pas étonnant que le petit ami de la rouquine ne puisse pas le blairer. Ce qui m’étonnait le plus, c’est qu’elle ne semblait pas s’être aperçue de ce qu’il y avait sous son nez. Ou bien peut-être ne voulait-elle pas s’en rendre compte ? Allez savoir encore une fois. Enfin bref, ils finirent par s’embrasser, pour ensuite saluer la scène de façon théâtrale. Aucun doute quand au fait qu’elle a voulu ainsi montrer toute la bêtise de la scène…

    Puis soudain, les sorts que j’avais programmé se mirent en action… Enfin il y avait quelque chose qui n’avait rien à faire là. On pouvait voir au dessus du visage de la gryffondor une terrifiante signature : celle qui annonçait la mort, celle des mages noirs. La panique envahit la salle à juste titre. Je fermais alors grâce à ma baguette les portes de la grande salle vers lesquelles se ruaient les élèves, pour pouvoir les garder groupé. Pointant mon arme sur ma gorge pour amplifier ma voix, mes yeux et mon cerveau se mirent à s’accélérer. Les premiers regardaient partout, pour ne rien ‘louper’. Le deuxième essayait de trouver une solution. De toute manière, il n’y avait qu’un seule chose à faire : mettre les enfants en sécurité. C’est ainsi que mes mots se résonnèrent dans la salle de banquet, couvrant tous les autres bruits.



    - SILENCEEEE ! Calmez vous, ce n’est pas le moment de paniquer. Vous allez tous regagner votre salle commune mutuelle le plus vite possible. Je veux les serdaigles à ma droite contre le mur, les poufsouffles à ma gauche toute. Devant moi du côté droit, je veux les gryffondor et ma gauche les serpentards. Vous ferez des papouilles à vos cavalier/ cavalière plus tard. Monsieur Sanders, je vous charger de ramener vos camarades dans leur dortoir. Mademoiselle Badenov, Monsieur Tumodel, et à défaut de monsieur Potter, monsieur Black, je vous demande de le faire également. Ne faites aucun détour ou autre, mais fait directement ce que je viens de vous dire ! Vous irez par maison, chacune à son tour. D’abord les jaunes et noirs, puis les verts et argents. Ensuite les bleue et argent et enfin le rouge et or.


    Agitant ma baguette, j’ouvris une porte qui menait dans le hall, pour que les élèves puissent rejoindre leur salle de vie. Je me tournais ensuite vers Severus et Lily qui était toujours sur la scène. Je ne pus m’empêcher de sentir mon cœur se ‘briser’ un peu, en voyant dans quel état elle semblait être. Elle semblait répéter une léthargie encore et encore, tandis qu’elle pleurait. Elle était à la fois consciente et plus là. Je vins poser ma main sur son front, et c’est là que je compris ce qu’elle disait : Pétunia. Pourquoi parlait-elle de fleur, je n’en savais rien. Alors tandis que la marque des ténèbres venaient de disparaître par je ne sais quel miracle, ou sorcier, j’endormie la demoiselle, faisant bien gaffe que sa tête tombe sur mon bras. La soulevant, je m’approchais alors du serpentard, la jeune femme dans les bras. La lui glissant dans les siens, je lui dis, avant de sauter de l’estrade, directement le parc :


    - Je te la confis… Je sais qu’elle n’a rien à craindre avec toi. Cela se voit quand tu la regardes… Emmène là au plus vite à l’infirmerie. Mme Pomfresh s’occupera d’elle très bien. Tu peux rester avec elle si tu veux une fois là bas ou rejoindre les autres dans le dortoir…

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Ven 9 Jan - 9:06

    Il était à la limite de craquer. Jusqu’ici, il avait réussi à ne pas trembler, à ne pas faire preuve de faiblesse ou même de sentimentalisme. Cela faisait si longtemps qu’il éprouvait ça pour elle… Et voilà que ce soir et devant un nombre si important de personnes, Lily, sa chère Lily, sa meilleure amie de toujours avait posé ses lèvres sur les siennes… En d’autres circonstances, Severus aurait peut-être pu se montrer un rien plus entreprenant et répondre à ce baiser, mais Lily n’était pas sa petite amie et il n’avait pas le droit de lui faire ça. D’ailleurs, il valait mieux pour lui qu’il ne le fasse pas, il le savait parfaitement bien.
    Cela ne dura, heureusement, pas bien longtemps et quand tous deux se penchèrent pour saluer le public, Rogue avait remercié la rouge et or. Depuis qu’elle était en couple avec Potter, le Serpentard ne s’était pas vraiment montré à la hauteur de l’amitié qu’ils avaient entretenue, elle et lui, durant des années. Et ce soir, elle avait fait cela pour qu’il ne soit pas, une fois de plus, la risée d’un collège dont la plupart des élèves étaient bouillonnants d’hormones. La reconnaissance du jeune homme aurait pu se lire dans ses yeux si la suite s’était déroulée normalement… Mais ce ne fut pas le cas.

    Une reproduction magique du château apparut devant la reine et le roi du bal, très certainement quelque chose qui était dû à la baguette du prof de sortilèges, et les bruits des traditionnels feux d’artifice commencèrent à se faire entendre… alors tout bascula.
    Une véritable panique envahit la grande salle, ça hurlait de tous les côtés et Severus ne vit pas immédiatement pourquoi les gens étaient aussi soudainement pris de frayeur… Et quand il vit l’image verdâtre, ce crâne grimaçant de la bouche duquel sortait un serpent avide et arriviste, sa main serra plus fort celle de son amie.
    Bien qu’il essayât de garder une certaine contenance, Severus avait pâli. La marque des Ténèbres n’était pas là pour rien. Il s’était passé quelque chose. Mais quoi ? Son cœur se mit à battre la chamade. S’il se passait quelque chose à Poudlard, alors rien ne pourrait plus jamais être pareil. Et Lily…

    Elle lui avait lâché la main et, pendant que Glace tentait de calmer les esprits en prenant les choses en main, Lily Evans était tombée à genoux sur la scène et avait une attitude étrange que Sev ne lui avait jamais vue. Elle pleurait, et toute la tristesse du monde se peignait dans ses larmes. Et elle avait l’air complètement déphasée. Le vert et argent crut d’abord qu’elle s’était fait mal en tombant, mais en s’accroupissant auprès d’elle, il comprit qu’elle pleurait sa sœur… Sa moldue de sœur… Pétunia. C’était le prénom qui revenait sans cesse dans sa litanie et Rogue ne savait pas ce qu’il devait faire pour aider la préfète de Gryffondor… Il ne lui était jamais venu à l’idée qu’il aurait un jour à chercher les mots pour tenter de consoler quelqu’un qui pleurait un être disparu… Bien sûr, il avait eut un pincement au cœur en apprenant le décès de Pétunia, il ne l’appréciait pas plus que ça cette fille, mais elle était la sœur de sa meilleure amie et bizarrement, Lily aimait sa sœur… Severus leva les yeux vers Glace alors qu’il commençait à envoyer les élèves en rangs dans leurs salles communes respectives. Non, ce type ne pouvait pas l’aider à trouver les mots, sûrement pas. Alors, il reporta toute son attention sur son amie, il posa la main sur son épaule et voulut lui faire comprendre qu’il regrettait de ne pas avoir été là quand il le fallait, mais qu’il n’hésiterait pas à faire tout ce qu’il pouvait pour qu’elle soit heureuse…

    C’est le moment que Glace choisit pour endormir Lily et la prendre dans ses bras. Le salaud. Il voulait en profiter. Severus le fusilla du regard, mais le professeur finit par donner ses injonctions et par confier la belle préfète au Serpentard. Il reçut Lily dans ses bras et se promit de féliciter la jeune fille pour sa ligne parfaite qui lui permettait de ne pas vaciller en la portant.


    "D’accord."

    Il n’avait rien d’autre à dire à ce professeur. Il ne l’aimait pas et n’avait pas confiance en lui. D’ailleurs, les mots de Glace à propos du regard qu’avait Sevy lorsqu’il regardait Lily ne lui plurent pas du tout. De quoi se mêlait-il, le pédophile ?

    Rogue descendit doucement de l’estrade. Il avait posé la tête de Lily contre son épaule et emportait ce précieux colis en marchant lentement, pour éviter que la belle n’ait à subir le moindre choc. Regardant droit devant lui, comme quelqu’un qui irait jusqu’au bout de l’objectif qu’il s’était fixé, le Serpentard avançait d’un pas plus assuré que lorsqu’il avait dû se déplacer pour monter sur scène. À présent, sa mission était d’une importance capitale, il ne s’agissait plus d’être humilié en public, mais bien d’emmener sa meilleure amie à l’infirmerie où elle serait accueillie et où on prendrait soin d’elle.
    Il traversa la grande salle à ce rythme régulier qu’était celui de sa respiration. Il marchait vers les grandes portes qui donnaient sur le hall. Et une fois ces doubles portes franchies, le jeune homme prit la direction de l’infirmerie.

    Il ne fallut pas cinq minutes pour y arriver et pour que Mrs Pomfresh prenne en charge Lily Evans. Celle-ci fut installée dans un lit et l’infirmière de l’école préconisa beaucoup de repos pour commencer. Elle allait sans doute aussi lui administrer une potion anti-surmenage. Severus avait décidé que sa place était là, au chevet de sa meilleure amie. Et tant pis si Potter arrivait, pour le vert et argent, à présent, il n’y avait que Lily qui comptait. Il fallait qu’elle s’en sorte, elle ne pouvait pas faire une dépression à cause de toute la souffrance qu’elle avait dû supporter alors qu’il n’était pas à ses côtés… Il aurait dû être là, il n’aurait pas dû se braquer ainsi et s’éloignait d’elle parce qu’elle aimait le garçon qu’il détestait le plus au monde…

    Le mécanisme de l’auto-reproche était enclenché. Severus Rogue se promit, en regardant dormir son amie à qui il avait prit la main, de ne plus jamais la laisser sans soutien. N’étant pas sûr qu’elle l’entende, il ne parla qu’à voix très basse, non loin de son visage, pour lui dire qu’il était là, qu’il regrettait, qu’il serait toujours là et qu’il était prêt à tout pour qu’elle puisse être heureuse…
Admin↯  Future star des couches culottes
avatar



Nombre de messages : 1595
Age : 18 ans !
Groupe : Auror - Ordre du Phénix - Maraudeur
Caractère : Têtu - Téméraire - Arrogant - Persévérant - Romantique - Imaginatif - Drôle - Charmant
Crédits : : ©sheismurphylaw
Date d'inscription : 02/03/2008




James Potter

Admin
Future star des couches culottes


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 11
MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Ven 9 Jan - 12:12

Le plus beau moment de la soirée, celui de l'election du roi et de la reine du Bal, venait d'être gâché. Severus Rogue lui avait encore une fois ravi ce moment là. C'était lui qui aurait du être élu. Lui qui aurait du s'avancer sur la scène vers Lily, lui qui aurait dû l'embrasser devant l'école au grand complet. Il méritait d'être roi. Si ce n'était pas pour lui, au moins pour le couple qu'il formait avec Lily. Il savait qu'ils étaient enviés par de nombreuses personnes. Elle était sublimissime, il était beau garçon. Ils avaient tous deux une façon de marcher assez assurée, parce qu'ils avaient confiance en eux. Ils ne pouvaient qu'attirer les regards et faire des envieux. Alors pour tout cela, c'était lui qui aurait dû porter la couronne ce soir ! Bon sang, qu'est-ce que Servilus faisait donc pour cette école ? Il n'était qu'un banal élève de Serpentard, uniquement bon à mélanger du sel et du poivre dans un chaudron.

Alors que lui, il faisait partie intégrante de la vie de Poudlard. Il était un Maraudeur, il était Capitaine de l'équipe de Quidditch, il était bon élève, il mettait du piment dans la vie de tous ces élèves. Pas une seule fois James n'avait douté de sa victoire à cette élection. Comme les trois années précédentes, il s'avancerait au devant de la foule pour embrasser une nouvelle fille. Mais cette année, cette fille aurait été Lily. Ce moment aurait été magique, il le savait. Et Rogue lui avait volé ça. Rogue avait gâché toute sa soirée. Quand le Gryffondor avait entendu le nom de son pire ennemi s'élever dans le silence tendu de la foule, il avait cru à une blague. Ce ne pouvait pas être vrai. Qui donc dans cette école avait pu voter pour lui ? Il n'était pas beau, il n'était pas populaire, il n'était pas sympa. A part les Serpentards, personne n'avait dû souhaiter le voir porter la couronne. Le jeune Potter savait que les Gryffondors ne lui auraient pas fait cet affront.

Car il prenait cela pour un affront. On avait voulu se moquer de lui. Lui, le grand James Potter, se faire voler la place de Roi du Bal par son pire ennemi... On avait souhaité se jouer de lui, on avait voulu le blesser, et bien c'était chose faite. Le Maraudeur était hors de lui. D'une part par la trahison de l'ensemble de l'école à son égard, et d'autre part parce que Rogue allait embrasser Lily. Il ne pouvait pas supporter de regarder ça. Il s'en sentait incapable. Il avait hésité entre deux options : soit sortir pour passer ses nerfs et sa rage sur la première chose qu'il trouverait dehors, soit bondir sur scène pour foutre sur la tronche à ce sale type. Il savait que s'il tirait sa baguette à cet instant, seul un professeur pourrait l'arrêter. Même une demande venant de Lily ne l'aurait pas empêché de mettre Servilus en pièces. A cet instant précis, il se demandait comment il pouvait contenir tant de haine envers quelqu'un sans exploser. Alors il était sorti. Parce qu'une bagarre n'aurait fait qu'ajouter à toutes les choses vraiment nulles qui lui étaient arrivées ce soir. Et parce qu'en plus, son couple n'avait vraiment pas besoin de ça.

James se surprenait. Il parvenait encore à songer à son couple alors qu'il avait une envie folle de mettre le feu aux cheveux graisseux du Serpentard. Et il pourtant, il était bien incapable de songer à quoi que ce soit d'autre. Aveuglé par la rage et la haine, il s'en prenait à un malheureux arbuste qui avait eu la malchance de se trouver devant lui. Le Gryffondor était tout occupé à en faire des brindilles lorsqu'il sentit une main se poser sur son épaule. Instinctivement, il se retourna brutalement, la baguette déja en main. Il avait prit le soin de la garder prête, juste au cas où. Il prenait très à coeur son rôle dans l'Ordre du Phénix. Il reconnut alors Matthieu, et baissa son arme, qu'il rangea même. Le bibliothécaire était là en ami, et il le savait. POurtant ses paroles ne firent rien pour le calmer. Au contraire, elles ne firent qu'attiser le feu qui le consummait déja. Il ne pouvait pas comprendre, lui.


-Rien qu'un baiser ?! Servilus est amoureux de Lily depuis toujours ! Pour lui, ce n'est pas un simple baiser, tu peux me croire ! Il ferait mieux de se terrer dans son sale petit trou de rat, parce que je vais lui faire regretter d'être venu ce soir !

James avait crié, hurlé même. Ce n'était pas contre Matthieu qu'il en avait, mais le bibliothécaire allait devoir essuyer les platres. Exprimer sa colère faisait du bien au jeune homme. Menacer Rogue alors qu'il n'était pas là également. Mais ce n'étaient pas des menaces ne l'air. Cette fois, même l'amitié de Lily ne protègerait pas le Serpentard. Le Gryffondor était certain qu'il avait truqué les élections, juste pour pouvoir embrasser la préfète. C'était bien son genre ça, la fourberie. Mais alors que James s'apprêtait à lancer des boules de neige contre les murs du Château, il y eut une détonnation qui le fit sursauter. Aux abois, sa baguette se retrouva immédiatement dans sa main. Dumbledore ne leur avait pas encore donné de cours, mais le Maraudeur s'était entraîné à sortir sa baguette plus vite que son ombre, et il se tenait toujours sur le qui-vive. Mais lorsqu'il vit la marque dans le ciel, il laissa tomber son arme de surprise.

Le visage de Lily, le visage de Rogue, la marque des ténèbres. Jamais le jeune homme ne l'avait vue en vrai, et pourtant il n'avait aucun doute. Son coeur battait à une vitesse folle contre ses côtes, tandis que sa tête restait obstinément vide. Il était sensé faire quelque chose... mais quoi ? Bon sang ! Il faisait tout de même partie de l'Ordre ! Dumbledore les avait recruté pour combattre ce type de choses, et lui il resté planté là comme une statue. Le Gryffondor se rendit soudainement compte qu'il n'avait jamais eu aussi peur de toute sa vie. La marque indiquait clairement qu'un meurtre avait eu lieu. Deux, pour l'occasion. Qui ? Comment ? A Poudlard, c'était certain, car c'était ici que venait d'apparaître la marque. Il y avait donc des mangemorts de présents ce soir.... Et lui qui s'était muré dans sa colère ! Il n'avait même pas eu l'intelligence de noter la présence d'éventuelles personnes extérieures à l'école. Il faisait une bien piètre recrue.

Dumbledore venait d'apparaître devant lui, sans même qu'il ne l'ai vu arriver. Le directeur se mit à le secouer comme pour le tirer d'un mauvais rêve. James ne realisa pas tout de suite qu'il le croyait coupable de cela. Il n'émit pas l'ombre d'un son, se laissant totalement faire. Finalement, le vieil homme sembla comprendre que le Maraudeur n'y était pour rien. Etrangement, il n'eut pas l'idée d'accuser également le bibliothécaire. Mais il donna des ordres clairs et précis, qui remirent les idées en place au poursuiveur. Voila, maintenant il savait ce qu'il devait faire. Il n'était plus livré à lui même, Dumbledore était là. Tout allait bien se passer maintenant. Le jeune homme se baissa rapidement pour ramasser sa baguette, et se rua à l'intérieur. Il ne songea plus un instant à Matthieu. Il avait reçu un ordre de Dumbledore.

L'arme brandie devant lui juste au cas où, le Maraudeur prit les jambes à son cou. Il se heurta alors à une masse bien trop molle pour être une quelconque porte ou mur. Tombé à la renverse, James se releva en quatrième vitesse, mettant l'inconnu qui lui faisait face en joue. La lumière verte dégagée par la marque des ténèbres éclaira alors le visage du professeur Glace. Une nouvelle fois, le Gryffondor baissa sa baguette. Si le professeur était là, c'était que la salle était vide.


-Le professeur Dumbledore vous demande de le rejoindre tout de suite. Avec MacGonagall.

Le jeune Potter resta planté là tandis que l'homme le dépassait pour aller rejoindre le directeur. Mais soudainement, il posa sa main sur l'épaule de Glace, l'obligeant à s'arrêter.

-Que s'est-il passé dedans ? Tout le monde va bien ? Lily va bien ?

James n'aimait pas cet homme, et ne l'avait jamais apprécié. Il ne lui inspirait rien de bon, et aucune confiance. Et au vu de comment il agissait avec les élèves féminines, le Maraudeur estimait ne lui devoir aucun respect. Pourtant, à cet instant précis, Glace était la seule personne qui pouvait lui en dire un peu plus long sur ce qui venait de se dérouler. Il avait posé plusieurs questions, mais une seule avait vraiment de l'importance : Lily allait-elle bien ? James s'en voulait de ne pas avoir bondit dans la salle de Bal pour prendre la main de sa petite amie et la tirer de là. Pour ne pas qu'elle ai à nouveau à faire face à cette marque qui lui avait tant pris la dernière fois. Si le jeune Potter attrapait le salaud qui avait fait ça, il allait le tuer avec un plaisir rare.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Ven 9 Jan - 15:32

Le baiser allait avoir lieu mais honnêtement, elle s'en fichait... la soirée allait encore dégénérer quand un sort fuserait vers Severus car, c'était sûrement ce qui allait se passer... ou peut-être vers Lily après tout ? Elle aurait bien imaginé Kim arriver et faire sortir de sa baguette un lassot pour récupérer l'âme soeur qu'elle voyait en Rogue. Cela aurait pû être comique si ça avait été un autre élève mais ça la fatiguait simplement que ce soit toujours le même... Elle fut sortie de ses pensées par Regulus qui la congédia de sa présence à une vitesse ne lui laissant pas même le temps d'ajouter mot, ni même d'assimiler ce qu'il venait de dire.

Se rapprocher de la scène ? Elle fronça les sourcils tandis qu'il filait déjà en se dessinant un passage à travers la foule, il venait tout juste de filer comme une flèche devant Alice et Evey, deux élèves de Gryffondors. Son regard glissant vers la masse d'élèves devant la scène, elle ne se rendit compte qu'à cet instant combien étaient les élèves à attendre le baiser avec avidité. Tous attendaient cela avec une impatience non dissimulée... c'est vraiment cruel un adolescent quand même. Et elle, qui pouvait parfois se montrer cruelle, ne l'était pas ce soir... sûrement son esprit de contradiction qui frappait encore. Ses yeux parcouraient donc la foule quand elle distingua deux personnes - et pas des moindres - courant vers la sortie : Repéré, Torben fuyant le bal avec Alice... C'était d'un romantique écoeurant ! Alice ? Ses yeux se reportèrent immédiatement vers le bar où la sixième année se trouvait toujours aux côtés de la rousse insupportablement souriante. Un autre regard vers le serveur qui venait juste de franchir la porte avec une fille qui n'était décidemment pas sa petite amie. Elle sourit doucement tandis que cette petite escapade lui inspirait un bien joli plan pour faire payer à Torben la façon dont il l'avait snobé. Qui ne sait que les plus gros scandales naissent toujours dans l'ombre ?

Oserait-elle ? Bien sûr ! Il s'était joué d'elle, se présentant un jour sous le visage d'un homme aimable avec qui discuter pour se refroidir la semaine d'après en la traitant comme une parfaite inconnue. Elle se sentait tellement stupide d'avoir cru pouvoir s'attacher à lui... elle s'en voulait d'avoir pu penser à abaisser ses barrières. Pourquoi fallait-il qu'il ait fait naître en elle cette satanée idée qu'il était bon de parfois renoncer à son impression d'invulnérabilité pour tenter d'être heureuse ? Car c'était bien la leçon qu'elle avait tiré de leur conversation, une leçon qu'elle s'en voulait d'avoir tirée. Sotte, voilà comment elle se sentait ! Mais lui allait se sentir encore bien plus stupide quand Alice lui demanderait des explications quant à sa petite escapade. Elle était tellement importante pour lui, sûrement la meilleure chose qui soit arrivé à ce minable... pourvu qu'elle ait l'intelligence de le laisser croupir dans son bar ! Et pourquoi ne pas le faire maintenant ? Il fallait bien tenter un rapprochement avec la Gryffondor et la jouer finement mais aussi rapidement, avant que Torben pris de remords ne viennent se jeter à ses pieds... Autant commencer maintenant. Que de divertissments en une soirée décidemment...

Ce fut les feux d'artifice tirés qui lui rappelèrent que le véritable coeur de la soirée était l'élection de la Reine et du Roi du Bal, suivis d'un grand halétement général. Houla ! James Potter avait dû frapper fort pour que tout le monde réagisse ainsi... mais son coeur se serrait tandis qu'elle relevait les yeux vers la scène pour voir ce qui s'était passé. Etrangement, elle sentait que ce même mouvement de foule laissait présager quelque chose de bien plus grave... mais qu'aurait-il pu se passer d'autre au Bal de Noël sérieusement ?

Elle n'eut pas même le temps de dresser la liste tandis que suivant les regards expressifs des héros de la soirée, le sien se porta à son tour dans la direction en question d'un même mouvement. Et pourtant, au fond d'elle, un instinct lui criait de ne pas regarder. Mais tout était tellement rapide, tout s'enchaînant sans qu'elle ne puise y penser... ni même envisager d'y penser. Une nuée verte formant un symbole qui ne commençait à être que trop connu des Sorciers. On la voyait de plus en plus en première page des journaux... mais elle semblait chaque fois tellement lointaine, et pour cause : elle l'était. Elle touchait des pays lointains dont Roxy n'avait pas grand chose à faire... des inconnus morts, sans visages, des noms sonnant toujours étrangers. Elle avait du mal à les quitter des yeux, deux marques menaçantes semblant les fixer, tous. Deux morts... à Poudlard ? Elle crut s'étrangler avec cette pensée et fut sortie de sa léthargie par une personne lui pércutant l'épaule, suivi par d'autres se précipitant vers la porte la plus près. Courir ? Sortir ? S'échapper ? Oui, c'était bien ça qu'il fallait faire, non ? Et même jouer des coudes s'il le fallait ! C'était ça qu'il fallait faire... Suivre le mouvement.

Plus aucun mépris pour ces autres élèves qu'elle passait son temps à critiquer, ils n'étaient pas humains de toute façon, qu'une masse dont elle faisait partie à cet instant. Les portes claquèrent avec force, comme le claquement de doigt d'un hypnotiseur mettant fin à cette transe qui vous emporte. La voix du professeur Glace s'éleva alors dans la salle et étrangement, elle se fichait bien qu'il soit le pire des pervers ou une star du rock has-been ou retrouvant son éclat. Il n'était pas le professeur Glace de toute façon, il était une voix qu'il fallait écouter et suivre. Aller à gauche... ok, c'était pas compliqué après tout ? Sauf que de parfaits inconnus dont elle découvrait tout juste les visages grouillaient de partout... certains cherchant avant tout à retrouver leurs amis, tous se fichaient bien de faciliter l'accès aux autres. Elle n'avait de toute façon personne à chercher dans cette foule... tout ce qu'il lui fallait faire, c'était se dessiner un passage. C'était tellement étrange comme sensation, elle avait l'impression de nager dans une mer d'élèves... et la lumière verte flottant au-dessus de leur tête donnait une allure de danse macabre à ce bal... Elle se rappela le cours du Professeur Winnfield sans trop savoir pourquoi, sûrement parce qu'ils y'avaient discuté mythologie... Mais elle avait l'impression d'être comme dans une mise en scène se déroulant dans le Royaume des morts. Juste de parfaits inconnus flottant en ayant qu'une vague idée du lieu à atteindre, des courants étranges se croisant... Ce fut finalement le visage impassible qu'elle rejoignit les autres élèves de sa Maison, restant volontairement un peu à l'écart. Elle ne voulait pas les connaître, elle ne voulait connaître aucun d'eux ce soir... elle aurait juste voulu être à Cork. Et dire que sa meilleure amie devait être en train de passer un excellent Noël, elle ne se doutait pas de ce monde, elle ne se doutait pas que ce soir, flottait dans les airs deux symboles représentant une haine profonde pour ce qu'elle était, pour le sang qui coulait dans ses veines. Roxy trouvait juste cela... étrange, un peu écoeurant aussi et profondément révoltant. Elle en avait marre de toute cette mascarade et se demandait quand ils pourraient enfin cesser de patienter pour rejoindre leur salle commune, le dortoir... Complétement perdue dans son monde et vraiment déconnectée de la réalité, elle croisa les bras, elle était soudainement prise de fatigue. Demain serait une journée meilleure.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Ven 9 Jan - 17:43

    Et donc, le moment crucial allait arriver... ANna avait à présent hate que ce bal se termine. Depuis qu'elle avait discuté avec Amycus, Sirius ne lui adressait plus la parole. Jaloux? Oui, sans doute. Côte à côte, Anna avait décidemment beaucoup de mal à ne pas partir en courant. De toute façon, plus que quelques minutes et ils iraient tous dormir.

    Mais alors que Severus et Lily allaient s'embrasser, au grand damne de James trés certainement (d'ailleurs il lui semblait l'avoir entenud crier quelquechose de la ou il était) Une chose étrange se prioduisit. Une marque apparut dans les airs. Une tête de mort a langue de serpents. Quoi? Anna fronça les sourcils. Tout sembla se passer au ralenti. Un éclair de lumière verte, des cris des élèves éffrayés. Et surtout, pour Anna, une horrible sensation de déja. Cette marque... Elle ne lui était pas inconnue du tout.

    Mais ou l'avait-elle croisée? C'était un signe pur de magie noire!
    Dans la mélée, Anna perdit Sirius qui la tenait pourtant solidement.
    Sans vraiment réfléchir à ses actions, Anna sortit sa baguette de son décolleté, et la serra dans son poing. Ces pourritures étaient à coups sûrs ceux qui avaient tués sa mère dans l'allée des embrûmes. Mais justement, si elle, auror n'avait pas survécu, sa fille ne ferait pas long feu. Un mélange de haine viscérale et d'effroi pur se mélangèrent dans osn esprit.

    C'est alors que la voix du dragueur en s... du professeur Glace se fit entendre dans la salle. Anna avait l'impression d'être ailleurs, de voir cette scène à la télé, comme une moldue. Elle songea à son père et à Cheryl qui devait certainement fêter Noël en discutant Quidditch... La voix de Glace leur disait d'aller à gauche. Avec un soulagement, Anna perçut que Nathan était vivant ainsi que Sirius, vu que le pervers venait de les appeler. Le regard de son petit ami croisa le sien, et elle inclina la tête pour lui dire qu'elle allait bien. ETrangement, la panique ne se faisait pas ressentir. Pourquoi? POurquoi cette sensation de tout voir par les yeux d'une autre? En général, cela lui promettait une belle crise d'angoisse par la suite.

    Suivant le flot humain vers la sortie, Anna ne parvenait pas à comprendre tout cela. Sa mère... Avait-elle vu cette marque avant de se faire agresser dans un coin? Sans doute. Et Shawn, le père de Nathan? SI il avait été assassiné lui aussi?
    SIlencieuse, Anna était plongée dans ses pensées. C'est la voix de stacy lui demandant si elle allait bien qui lui fit revenir à la réalité.
    Et c'est uniquement à ce moment là qu'Anna comprit pourquoi les gens la dévisageaient depuis tout à l'heure. Des spasmes avaient envahis son corps, et des larmes avaient coulés sur ses joues au moment ou Stacy lui avait demandé son état.


    -Je...

    Quoi? Je vais bien? Je vais mal? Et après??? Anna ne parvint pas à terminer sa phrase. Elle s'essuya les yeux, et rangea sa baguette dans son décolleté. C'était terminé. Sa crise était enfin passée. Soufflant doucement pour calmer une possible vague de panique, Anna remarqua que son état n'était rien comparée à d'autres. Des filles de sa classes étaient carrément en train d'hurler de terreur alors que tout danger potentiel était enfin passer.
    S'adossant au mur, Anna retrouva un rythme cardiaque normal et cessa de trembler.

    La journée de demain promettait d'être plus calme, c'était le principal...
Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 3303
Age : 17 balais
Groupe : Un phoenix préfète en chef des lions et gardienne de Quidditch.
Caractère : Enthousiaste, naïve, enjouée, déterminée
Crédits : : (c)Evey
Date d'inscription : 14/04/2008




Evey Lowan

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 23
MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Ven 9 Jan - 19:20

Perdue dans de nouvelles pensées joyeuses, la jeune sorcière pensait à sa famille, son jeune frère et sa jeune sœur qui devaient regretter qu’elle ne soit pas rentrée à la maison. La première fois depuis son entrée à Poudlard qu’elle ne rentrait pas pour les fêtes de fin d’année. La seule raison avait été ce bal tant attendu. A cet instant la rouquine ne regrettait en rien son choix et même si leurs sourires lui manquaient, les distractions qu’offrait cette soirée si spéciale en valaient largement la peine. Elle se promit cependant de retourner dans son Irlande chérie aux prochaines vacances. Soudain, une main vint la tirer de ses projets d’avenir, il s’agissait d’Alice qui manifestement venait de la retrouver dans la foule et le noir, un exploit !
Se tournant vers son amie, Evey lui rendit son sourire avec une joie véritable. Car même si la jeune sorcière aimait la solitude de temps en temps, ce soir elle n’avait rien contre de la compagnie ! Surtout que celle-ci semblait jouer à chat avec elle…


-Et bien vois-tu je ne suis pas très à l’aise dans la foule hystérique qui s’égosille devant la scène et dans ce noir, il semblerait que les gens ne me reconnaissent pas, ou alors, ce qui est plus probable, ils préfèrent rester entre cavaliers et cavalières à se faire des mamours, ce dont ils auraient tord de se priver ! Ajouta-t-elle avec un léger rire.

Prendre le célibat avec philosophie c’est la clé pour ne pas sombrer dans la déprimer de toute ces niaiseries ridicules quand on les regarde mais adorables à faire. La rouquine porta à ses lèvres pâles son verre de jus de citrouille qu’elle avait totalement oubliée lorsque ses pensées s’étaient envolées pour le cocon familiale. Au même moment, Evey remerciait l’obscurité de la salle nécessaire au bon déroulement du concert qui faisait rage car, sans celle-ci, Alice aurait sans doute remarqué ses yeux et le bout de son nez rouges, seuls restes de sa crise éphémère passées. Heureusement que son maquillage n’avait pas foutu le camp ! Merci les sortilèges ! D’ailleurs, comment faisaient les moldues dans pareils cas ? Se retrouvaient-elles avec des sillons de noir sous les yeux ou bien existait-il des procédés qui les rendaient résistant à l’eau ? Sinon, cela devait-être bien embêtant. Prenons par exemple une jeune moldue qui se rend à la piscine, elle doit se démaquiller avant d’aller en l’eau, ou alors ne pas se maquiller du tout. Et quand il pleuvait ? Ou alors pendant une bataille d’eau ? Non vraiment, cela devait-être handicapant ! Reportant son attention sur son amie, Evey s’inquiéta à son tour de la voir seule.

-Et toi dis-moi, ton prince charmant n’a pas pris garde de te laisser entre de bonnes mains avant de t’abandonner ?


Soudain l’idée qu’en rappelant l’absence du serveur de son amie ne lui ferait sans doute pas plaisir, son sourire vacilla légèrement avant de reprendre son éclat. Loin d’elle l’envie de lui faire du mal ou quoi que ce soit et Alice devait bien le savoir, après tout peut-être était-elle enfin habituée aux boulettes de la rouquine.

La musique finie par s’arrêter ce qui attira l’attention de la jeune Gryffondor qui porta ses yeux sur la scène et remarqua avec une pointe de déception que les membres s’en allaient laissant la scène vide ou presque, en effet, seul Keith Glace restait debout, souriant. Le moment tant attendu par la plupart des présents semblaient enfin arrivé. Un moment qu’Evey n’attendait pas avec une telle impatience en fait. Etrange car cela pouvait promettre d’être sympa SI le couple élu avait quelque chose de surprenant, d’original. Mais elle pouvait presque affirmer qu’il n’en serait rien alors oui, elle aurait préféré encore pouvoir écouter les mélodies entrainantes du groupe tout en rêvassant plutôt que de devoir assister à l’élection du couple le plus connu de l’école.

-Il semblerait que le bal arrive à son apogée !

Evey s’adressait bien sûr à Alice en disant cela, puis, la rouquine avala les dernières gouttes du délicieux breuvage. Lorsque leur professeur ouvrit la première enveloppe, l’irlandaise espérait de tout son cœur que n’en sorte pas le nom auquel tous s’attendaient. Un dernier fol espoir fit pétiller ses yeux. Cependant la déception fut totale. Avec une moue non dissimulée la lionne se tourna de nouveau vers son amie tout en applaudissant avec un manque d’enthousiasme visible et dût parler assez fort pour couvrir le bruit assourdissant de tous les rouge et or fiers de voir leur préfète monter sur l’estrade.

-C’est dommage qu’il n’y ait pas de surprise…

S’armant de nouveau de son doux sourire la jeune sorcière reporta son attention sur la scène alors que la deuxième enveloppe livrait son secret. Inutile de préciser le bond que son palpitant fit dans sa poitrine quand Keith trébucha sur le nom du roi. C’était bien la première fois qu’elle pouvait lire une vraie surprise dans ses yeux. Son sourire se fit encore plus grand et pour la première fois, elle écouta avec attention le nom qu’il prononça. Oui, cette soirée était unique et elle resterait gravée dans les mémoires de tous. Au moins, c’était un pari gagné. Tous devaient avoir été au moins s’attifait au moins une fois durant la soirée.
Le silence qui suivit l’annonce du prénom du gagnant laissa un blanc pesant dans l’assemblée amassée autour de la scène. Il est vrai que, même si Evey espérait entendre un autre nom que celui du cavalier de la reine, jamais elle ne se serait attendue à voir le Serpentard le moins populaire élevé au titre de roi. Une expression légèrement amusée et intriguée se peignit sur son visage alors que ses yeux bleus se voilaient légèrement. Et qu’allait-il se passer maintenant…
Lentement, des applaudissements et des encouragements de la part des serpents envers leur camarade se firent entendre ici et là dans la salle, Evey c’était joint à eux dès les premiers clappements de mains. Après tout, il méritait bien lui aussi une reconnaissance polie. Et même en méritait une plus que Lily dont l’élection n’avait fait aucun doute. L’inattendu, c’est ça le plus louable, le plus glorieux. Cependant, vu la tête du jeune Serpentard, il ne partageait pas du tout cet honneur et pour lui, cela ressemblait plus à une humiliation publique qu’à une déclaration de reconnaissance. D’ailleurs la question de savoir qui avait bien pût voter pour lui émergea dans son esprit. Jetant un rapide coup d’œil à l’assemblée, elle ne pût s’empêcher de penser à tous les hypocrites qui riait à présent dans son dos, car nul doute que beaucoup n’avaient voter que pour une ultime moquerie, le dernier coup fatal, car quel que soit la tournure que prendrait les évènements, Severus aurait le mauvais rôle et cela nourrirait des nouvelles blagues vaseuses à son sujet. Un léger sentiment de pitié germa dans le cœur de l’irlandaise. Personnellement, elle n’avait rien contre le jeune homme, elle le respectait même pour son talent en potion car, elle-même vénérait cette matière dans laquelle elle excellait. Seul peut-être son physique avait, il est vrai, quelque chose de peu attirant…Cependant, tout cela ne justifiait pas une telle mascarade contre lui, à croire que la majeur partie de Poudlard c’était léger contre lui dès son premier pas dans le train rouge.


-Cela promet d’être intéressant en revanche…

Les mots avaient été murmurés plus que parlé, mais peut-être Alice les avaient-elle entendus car un certain calme régnait à présent dans la foule. Un calme électrique et tous, dans un même mouvement, retenait leurs souffles, pendus aux déplacements des deux protagonistes. Le départ enragé de James attira le temps d’une seconde les yeux d’Evey. Sa réaction était des plus normales, sa petite-amie allait embrasser son pire ennemi. Pas facile comme situation à supporter, surtout pour quelqu’un de sa trempe. Elle-même ne savait pas comment elle aurait réagit en pareil situation. Heureusement cela ne risquerait jamais d’arriver ce qui la soulagea, comme quoi parfois cela à du bon de ne pas être connue par tous les élèves de l’école.
Et enfin, les deux êtres liés par le hasard du sort se lièrent de manière charnelle le temps d’un court baisé dirigé par la belle Lily Evans. Son jeune ami ne semblait en effet pas en état de faire le moindre premier pas et son regard froid n’avait rien d’encourageant. Qui sait ce à quoi il pensait derrière ce masque impassible…

Une lueur amusée perça le bleu-gris des yeux de l’irlandaise. Non pas qu’elle trouva un quelque conque élément désopilant dans la situation, mais pour la manière dont la préfète se tirait d’affaire sauvant ainsi quelques meubles et Evey ne pût que saluer sa réparti. En effet, les élus du bal saluaient à présent leur public, il ne manquait plus que les applaudissements des spectateurs qui les avaient choisis pour cette farce. La préfète n’était pas l’une des meilleures pour rien…Il fallait bien le reconnaître et Evey allait faire une remarque à Alice sur ce magnifique final quand soudain, son cœur se figea dans sa poitrine. En un instant son sang semblait avoir quitté définitivement son corps, jamais elle n’avait été aussi blanche, aussi cadavérique. Le temps de quelques secondes, la vie de la jeune femme c’était mise en suspend.

Le verre qu’elle tenait encore dans les mains alla s’écraser lentement au sol, un affreux bourdonnement intenable vibrait à ses oreilles, tout semblait tourner autour d’elle et plus rien n’avait de sens, les couleurs se mélangeaient dans un flou total, seul une image restait fixe.

Soudain la vie revint violemment dans tout son être avec sa dure réalité. Evey cligna une fois des yeux, puis deux, puis trois mais rien à faire, la chose ne semblait vouloir s’effacer. L’horrible sourire semblait se moquer d’elle et de son manque de souffle, du battement irrégulier de son cœur, du vide dont son esprit était saisi, de la pâleur de ses traits, de son visage figé dans une expression d’horreur effrayante.

Comment était-ce possible. Une telle chose ne pouvait se produire. Une telle chose n’arrivait qu’au dehors, dans le monde malade des adultes. De tels évènements n’étaient pas pour les écoles et les jeunes enfants qu’ils étaient encore. Tout cela se passait hors de ces murs sécurisants de Poudlard, hors de cette forteresse imprenable, dans des pays aux villes inconnus. Pas ici, pas si près, pas dans cette école.

Un filet glacé parcourut son échine et lui arracha un frisson qui ne parvint à la tirer de l’état dans lequel la rouquine se trouvait. Toute chaleur semblait avoir quitté à jamais son corps, était cet effet là qu’un détraqueur faisait sur nous ? La perte de tout espoir faisait cet effet là ? Evey ne bougeait pas, elle en était incapable, tout lui semblait si loin, des cris arrivaient faiblement jusqu’à ses oreilles, des cris de paniques, des pleurs, et elle ne pouvait que fixer la marque verte sifflante à ses oreilles des promesses de morts et de souffrances. Ce soir, quelque chose en elle venait de se briser à jamais. Une certaine innocence prenait fin, un quelque chose de son enfance que ce serpent venait de lui ravir. C’est comme si son doux masque candide et rêveur venait de se briser en milles morceaux frappé par la pointe de la langue fourchue de la plus grande de fourbes. Seul lui restait cette expression anéanti d’horreur.

Jamais son visage joyeux n’avait été fermé comme il l’était à présent. Son esprit marchait au ralenti ne pouvant supporter la douleur des informations qu’il recevait en nombres incroyable. Plus rien n’existait pour la sorcière que cette marque sournoise flottant au dessus du château. Une marque qu’elle ne connaissait que trop bien, et pour cause, elle c’était faite de plus en plus présente ses derniers temps au dessus des maisons. Plus les secondes ou bien les minutes passaient et plus une question prenait une place dans ses pensées. Qui. Qui avaient succombé au terrible sortilège impardonnable de mort ?
Un second frisson parcourut l’échine de l’irlandaise alors que la peur prenait peu à peu place dans son cœur balayant le premier traumatisme. Le mal était là, dans ses murs, si proche d’elle, d’eux, de tous ces innocents. Une pensée ironique frappa son esprit. C’était comme si, au fond, tout n’avait été fait que pour mener à cette fin là. Comme si le bal finalement, n’avait de but que cette marque là et l’annonce des temps prochains. N’avait-il pas été dit que cette soirée serait le théâtre de choses incroyables ?

L’esprit de la jeune sorcière faisait blocage, non, ce n’était pas possible, cela ne pouvait être possible. Et pourtant…Non ! Pas maintenant, elle était bien trop jeune pour voir de tels jours arrivés. Le souvenir d’une soirée passée à récurer la salle des trophées ressurgi dans sa mémoire. Ce soir là elle parlait des évènements comme des choses lointaines qui ne devaient jamais venir jusqu’à elle, jusqu’ici. Et pourtant, pourtant ce soir ses pires craintes devenaient réelles. Elles c’étaient matérialisées sous cette unique forme éphémère de mort dans une lumière blafarde.

Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 3303
Age : 17 balais
Groupe : Un phoenix préfète en chef des lions et gardienne de Quidditch.
Caractère : Enthousiaste, naïve, enjouée, déterminée
Crédits : : (c)Evey
Date d'inscription : 14/04/2008




Evey Lowan

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 23
MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Ven 9 Jan - 19:21

[JH : dsl trop long pour un seul post --']

Ce ne fut que lorsqu’on la bouscula qu’Evey revint à la réalité, tournant la tête de tous les côtés dans la peur qui s’infiltrait dans tout son être comme une trainée de poudre, la jeune sorcière remarqua la panique dont ses camarades étaient saisis et tous courraient vers la sortie dans un désordre totale motivés par l’instinct le plus primitif qu’l soit, le seul contre aucun homme ne peut se battre, l’instinct de survie. Cependant tous ces corps perdus se fracassèrent contre les grandes portes fermées ce qui ne fit qu’augmenter la panique et les cris d’angoisse redoublèrent. Plusieurs élèves gisaient à terre en larmes ou en proie à une violente crise incontrôlable. Finalement, tous à présent étaient affreux dans leurs robes et costumes négligés. Car l’humeur n’était plus à la fête, les inquiétudes ne portaient plus sur les coiffures et les parures, les escarpins et les robes devenaient encombrants. La magie du bal laissait place à la cohue du désespoir. On ne fait pas mieux comme clôture ! Au moins, pour l’originalité, Evey était servie, elle qui riait il y a encore quelques minutes…

Le festin prenait fin tandis que les flammes ravageaient les tours et que les ennemis frappaient à porte, le roi et la reine se retiraient dans leurs appartements, les gardes sortaient les piques, le bouffons et les troubadours disparaissaient derrières les tapisseries grappillant quelques pièces d’or qui trainent et les jeunes demoiselles affolées s’évanouissent. Le château du conte de fée avait laissé place au château de guerre.

La voix autoritaire de leur professeur s’éleva alors couvrant le brouhaha. Evey ne portait qu’une oreille distraite à ses ordres, elle n’avait pas bougée depuis la vision cauchemardesque qu’elle avait eue, de nouveau plus immobile qu’une statue. Alice lui avait-elle parlé ? Elle ne le savait pas, l’irlandaise ne savait même plus si celle-ci ce trouvait toujours à ses côtés ou non, sa vision du monde était complètement déformée et chamboulée.
Ce n’est qu’au prix d’un effort surhumain que la jeune sorcière parvint à mettre en marche ses jambes bien qu’elle ne fut pas totalement sûre d’avancer. Ces pieds bougeaient machinalement sans qu’elle parvienne à les maitrisée. Une peur folle agitait son cœur alors qu’elle pensait à sa famille, à son petit frère et sa petite sœur, à son père et à sa mère, à son grand frère, à ses cousines, son grand-père, sa tata…Etaient-ils en sécurité ? Car désormais plus rien ne semblait sûr, si même Poudlard pouvait connaître en son sein de tel drame, pas un seul refuge dans se monde ne garantissait une sécurité totale. Et si, si elle avait décidé de rentrer chez elle pour Noël, que se serait-il passé ? Comment aurait-elle réagit en apprenant la nouvelle au petit matin, aurait-elle été frappée ainsi par la réalité ? Non, sans doute pas de la même manière. Et si elle n’avait trouvée personne pour l’accompagnée au bal, comment aurait-elle réagit, seule dans le dortoir de la salle commune de Gryffondor ?
Tant de question sans importance qui tourmentaient l’esprit de la jeune rouquine.

Elle sait qu’elle à grandit, alors les dents serrées elle avance vers la colonne des lions, sa robe blanche glisse autour d’elle alors que son cœur bat douloureusement dans sa poitrine. Elle sait que cette nuit elle ne dormira pas. Elle sait qu’elle écrira une longue lettre, qu’elle verra le soleil se lever dans un ciel nouveau. Elle sait qu’elle scrutera le ciel maintenant, chaque jour, une peur nouvelle lovée au cœur de son âme. Elle sait que les nuits et les jours qui viennent seront longs et graves. Elle passera sans doute de longues heures à retrouver son sourire, elle le sait. Mais pour l’instant, son visage grave et ses yeux horrifiés ne sont capable que d’une chose, pâlir.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Dim 11 Jan - 9:54

    Décidément la soirée devait de moins en moins amusante pour Amycus. Une fois de plus quelque chose d’imprévue était arrivée et une fois de plus cela concernait son histoire d’amour avec Krystel… et si cette dernière venait de le gifler c’était encore une fois de plus en rapport avec Anna. Encore et toujours la même rengaine à croire que le mangemort ne pourrait jamais être heureux en amour !
    En plus s’ajoutait à cela le fait que son collègue et ami Torben avait eu la mauvaise idée d’intervenir. Un autre aurait agit de la sorte que l’héritier Carrow l’aurait tué sur place. Cependant, il n’en fit rien et ne fit même aucune remarque à Torben qui se justifia quand même…



    *Tu te tairais que ce serait mieux…*


    Pour lui laisser le temps de discuter avec Anna et de mettre les choses au clair ?! Voilà donc pourquoi Torben avait éloigné Krystel de son amant et du lieu de la dispute ?! Amycus n’avait pas pensé à ça. Son collègue lui dit ensuite qu’il avait raison et qu’il leur faudrait retourner bosser au moment même où il faisait disparaître son mégot. Le mangemort acquiesça d’un signe de tête. Il savait que l’heure fatidique était proche… Il ne devait donc pas lui faire perdre son temps…
    Les deux collègues retournèrent donc derrière le bar afin d’attendre l’annonce du roi et de la reine du Bal. Du moins c’est ce qu’Amycus voulait faire croire. En réalité, ce que lui attendait, c’était de voir s’il avait réussi sa mission.

    Tandis que Torben avait ‘‘disparu’’, le professeur Glace montait sur l’estrade afin de mettre fin au suspense. Amycus bien qu’il ait été sûr de lui et de la réussite de sa mission, se mit à douter. Et s’il avait oublié quelque chose ? Non ! C’était impossible… Il avait répéter sa mission une bonne centaine de fois et savait que tu avais été étudié dans le moindre détail pour que cela réussisse…
    Le Roi et la Reine du Bal de Noël de cette année étaient Lily Evans et Severus Rogue ! Déjà… Le temps semblait s’être accélérer. Amycus jeta un coup d’œil à son camarade qui semblait manifestement surpris. Après quelques minutes d’hésitation il le vit rejoindre la jolie rousse sur l’estrade. Les deux jeunes gens allaient devoir s’embrasser. Comme tout le monde, le mangemort regardait en direction du couple alors qu’il mourait d’envie de porter son attention sur l’extérieur…



    *Plus que quelques secondes… Enfin j’espère !*


    Ce fut Lily qui fit le premier pas et déposa ses lèvres sur celles de Severus alors que Potter était sorti de la salle de banquet… Par Merlin ! Ils ne pouvaient donc pas rester au chaud ces crétins ?!
    Amycus regarda de nouveau le couple tandis qu’ils faisaient une sorte de révérence et ce fut là qu’un bruit assourdissant se fit entendre… Comme une sorte de détonation d’arme à feu moldue ! Puis alors que des cris commençaient à s’élever dans la salle, le mangemort pu constater que la marque éclairait le ciel de son aura verdâtre ! Il avait donc réussit la première partie de sa mission. Il ne lui restait plus qu’à présent à se rendre au Ministère mais il devrait patienter un peu.

    Alors que la panique commençait à gagner du terrain, le professeur Glace prit les choses en main en indiquant à chacun ce qu’il avait à faire. Mais même si le corps professoral de Poudlard essayait de faire bonne figure, le mangemort savait qu’ils étaient complètement dépassés par ce qu’il venait de leur arrivé. Bien qu’il n’en laisse rien paraître, le jeune homme était entièrement satisfait du travail qu’il avait fournit… mais un détail ralentit son entrain !
    Et le mot détail n’était pas forcément le mieux choisi… En effet, son regard venait de se poser sur Anna ! Cette dernière était en larmes, adossée à un mur en compagnie de Stacy. Voir la jeune femme dans cet état peina énormément Amycus… Il aurait voulu qu’elle ne soit pas là et qu’elle n’ait pas à vivre cette soirée mais cela avait malheureusement été le cas et il ne pouvait rien y faire.



    *J’suis désolé…*


    Voilà la pensée qui traversa l’esprit du mangemort en voyant les larmes de tristesse coulées le long des joues d’Anna mais il chassa très vite ses ‘‘remords’’ de son esprit. Sa deuxième mission allait bientôt débuter et il ne pouvait pas se permettre de s’embrouiller l’esprit avec ce genre de chose ou avec sa dispute avec Krystel !
    D’ailleurs il lui faudra bientôt la rejoindre et il se demandait comment cela allait se passer… Disons bien ! Ils feraient leur boulot et parleraient de leur conflit lorsque tout serait terminé. Il lui expliquerait qu’elle s’était trompée et qu’il ne faisait vraiment rien de mal !

    Très vite le personnel du Ministère arriva. Ils posèrent plusieurs questions aux personnes ne faisant pas partis de l’école de magie, voulant savoir où ces derniers se trouvaient lorsque la marque était apparue ! Rapidement, Tom comme Amycus furent mis hors de cause puisqu’ils se trouvaient derrière le bar au moment du drame. Plusieurs élèves confirmant ces dires !
    Le patron du Chaudron Baveur ainsi que son employé purent donc rentrer… Amycus transplana donc chez lui afin de se changer et préparer à sa future mission qui débuterait d’ici peu de temps.

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Dim 11 Jan - 11:29

    Le baiser venait d'avoir lieu, et contrairement à ce qu'avait redouté Regulus, rien ne s'était passé. Fausse alerte. Il lui restait désormais juste à rester là à côté de l'estrade et à voir si Severus aurait besoin de voir une face amicale ou d'être laissé seul quand il descendrait de la scène. Il commençait tout juste à se détendre quand soudain, un long sifflement retentit à l'extérieur, suivi d'une petite déflagration. Il leva brièvement la tête vers le plafond laissant voir une image du ciel, vaguement curieux... et se pétrifia en réalisant que ce qu'il avait pris pour l'annonce d'un feu d'artifices n'en était pas.

    Haut dans le ciel, au-dessus d'une représentation du roi et de la reine de la soirée, une immense tête de mort avec un serpent lui sortant de la bouche en se tortillant émettait une sinistre lueur verdâtre. La Marque des Ténèbres. Les journaux prétendaient qu'elle accompagnait chacun des méfaits du supposé mage noir. S'ils pouvaient la voir, c'est que quelqu'un avait été enlevé ou tué, ici, à Poudlard. Le jeune Serpentard se sentit saisi par une étreinte glacée à cette idée.

    Il avait du mal à assimiler l'information. Bien sûr, il avait suivi les journaux, prêté attention aux rumeurs. Bien sûr, il avait su que le monde sorcier britannique allait bientôt entrer dans un nouveau conflit ouvert entre partisans de la lumière et partisans des ténèbres. Bien sûr, il avait su que des personnes qu'il connaissait pourraient être impliquées. Mais il avait toujours cru que Poudlard serait épargnée. Tout au long des guerres civiles entre sorciers qui avaient agité leur histoire, l'école était restée un lieu sacré, chaque camp convenant tacitement de ne pas impliquer directement les enfants. Pourquoi est-ce que cette fois, ce devrait être différent ?

    A peine la question fut-elle formulée dans son esprit que la réponse lui vint, et il se reprocha de ne pas l'avoir réalisé plus tôt. La différence, c'était que celui qui serait perçu comme le meneur des forces de la lumière avait fait du château son domaine. Dumbledore ne s'était pas contenté de diriger l'école, il y avait réuni des alliés et s'en servait pour modeler les jeunes esprits de manière favorable à sa cause, préparait le terrain pour obtenir la loyauté des éléments lui paraissant les plus prometteurs, n'hésitant pas à les recruter en amont. Si sa seule présence n'avait pas suffi à faire de Poudlard une cible, la manière dont il gérait l'école y poussait inévitablement. Et en y pensant, Regulus ressentit une bouffée de haine intense à l'encontre du Directeur. S'il tenait tant que ça à guider le monde sorcier, le vieil homme aurait dû s'en tenir à la scène politique. Il n'avait aucun droit d'entraîner les élèves dans ses propres conflits, la plupart étaient bien trop jeunes et innocents pour faire face à la réalité d'une guerre !

    Il lui avait semblé que le temps s'était arrêté, et il ne s'était probablement même pas écoulé deux secondes avant qu'il ne se décide à réagir, tiré de sa stupeur aussi bien par sa propre indignation que par les premiers cris d'horreur commençant à s'élever de la foule des élèves. Automatiquement, sa baguette lui glissa dans la main. Puis il se mit à rechercher frénétiquement les gens auxquels il tenait pour vérifier qu'il ne leur était rien arrivé. Severus. Certes, il venait de le voir, mais il avait besoin de s'assurer qu'il était toujours entier. Toujours sur scène, encore plus pâle que d'habitude, mais tout allait bien de ce côté. Sirius. Toujours auprès d'Anna. Faisant pour une fois honneur à son prénom en affichant une expression sérieuse, mais semblant sinon bien se porter. Rabastan. Pas au bar. Pas sur un côté. Perdu au milieu de la masse d'élèves ? Ou bien dehors ? Par la mansuétude de Merlin, pourvu que...

    Alors qu'il commençait à envisager les pires éventualités, une exclamation provenant du milieu de la foule le soulagea instantanément, tout en l'agaçant prodigieusement. Nom de la bouse du premier dragon, ce que Rabastan pouvait être con ! Il méritait un nouveau sermon sur les vertus de la discrétion. Peu importait s'il s'en fichait, il n'allait pas y échapper. Quelles que soient ses convictions, on n'avait franchement pas idée de s'enthousiasmer aussi ouvertement en découvrant que les agents d'un mage noir s'étaient infiltrés à proximité. Un jour, cette tendance à exprimer directement ses opinions sans ce soucier de ce que les autres en penseraient finirait par lui créer de vraies difficultés.

    Enfin, à présent que Regulus s'était assuré que tous ceux qui étaient importants pour lui étaient encore en vie, il pouvait réfléchir posément. Du moins aussi posément que possible avec la distraction occasionnée par le déplacement paniqué d'une masse d'élèves vers les portes de sortie. Il y en avait même un certain nommbre qui se dirigeaient vers l'extérieur, idiots qu'ils étaient. C'est pourtant là qu'il y avait le plus de danger : non seulement la Marque des Ténèbres y avait été lancée, mais les protections tissées autour de Poudlard étaient plus denses à l'intérieur du château que dans le parc, surtout que cette nuit celles du parc avaient dû être abaissées pour laisser pénétrer des personnes extérieures.

    Cela pouvait paraître étrange et même paradoxal, mais alors qu'il avait complètement perdu le contrôle de ses émotions simplement parce que Severus allait devoir embrasser Lily, il se sentait parfaitement maître de lui-même à présent qu'il était confronté à l'idée d'un crime orchestré par un mage noir s'étant déroulé tout près de là où il se trouvait et s'était jusqu'alors cru protégé. Cela s'expliquait pourtant facilement. C'était parce que l'humiliation d'un ami le touchait personnellement. Tandis que l'enlèvement ou le meurtre d'un individu n'appartenant pas à son cercle de relations proches constituait certes un évènement terrible, mais ne le touchait pas personnellement. Et cette différence lui permettait d'éviter d'être à nouveau submergé par une sensibilité malvenue. Face à ce nouveau problème, ses pensées s'étaient clarifiées, il avait pu les organiser pour analyser méthodiquement la situation. Et en tirer la conclusion que l'avertissement ayant été donné, les intentions du mage noir ainsi déclarées, il était peu probable que ses agents se soient attardés au risque d'être capturés. L'heure était à la déclaration d'intentions, et pas encore à la bataille rangée. Le danger était probablement déjà écarté. Même s'il doutait que qui que ce soit pourrait en convaincre la masse des élèves en proie à une hystérie collective.

    Heureusement, tous n'avaient pas cédé à la panique. Le Professeur Glace, si indigne soit-il d'occuper ce poste, se rendit utile en bloquant les portes avant que les élèves puissent se disperser et en donnant des consignes claires. Regulus ne put s'empêcher de relever que l'imbécile ne semblait pas avoir remarqué que le métal des Serdaigle était le bronze et non l'argent, à croire qu'il n'avait pas encore eu l'occasion d'observer de près le blason d'une élève de cette Maison, mais ce n'était pas vraiment important. Et si les élèves qu'il désignait comme responsables n'étaient pas forcément les meilleurs choix et s'il avait la stupidité de présumer que dans une telle panique les notions abstraites de gauche et droite en miroir seraient saisies de tous, ce n'était pas important non plus. Des ordres avaient été donnés par une personne en position d'autorité, cela donnait l'impression que la situation était gérée et la sécurité assurée, c'était ce qui comptait.

    S'apprêtant à suivre le mouvement, Regulus se tourna de nouveau vers la scène, attendant que Severus descende pour se joindre à lui... mais il s'aperçut alors que Lily semblait être complètement en état de choc. Décidément, cette fille n'était qu'une source de problèmes. Etant donné le brouhaha ambiant, en dépit de sa proximité, il n'entendit pas plus de quelques mots des consignes données à Severus, mais il comprit rapidement que le Professeur Glace chargeait son ami d'accompagner la Gryffondor à l'infirmerie. Alors ça, c'était vraiment une très mauvaise idée. A n'en pas douter, dès qu'il reviendrait, James réclamerait le droit de se rendre au chevet de sa petite amie. Et l'obtiendrait sans la moindre difficulté, brave Gryffondor qu'il était. Et même en présence d'une Lily inconsciente et en sachant la médicomage non loin, s'il se retrouvait seul face à Severus, un affrontement était quasiment garanti vu que le Gryffondor n'avait certainement pas digéré la scène du baiser. Et Severus n'avait vraiment pas besoin de ce genre de complication par dessus le marché, il avait déjà assez subi au cours de cette soirée. Regulus allait donc faire ce qu'il pouvait pour le lui éviter. C'était à ça que les amis servaient.

    Un plan s'étant rapidement formé dans son esprit, tandis que Severus prenait Lily dans ses bras pour l'emmener à l'infirmerie, Regulus gagna l'endroit où étaient rassemblés les Serpentard, prenant soin d'afficher une expression légèrement horrifiée et d'affecter une démarche moins assurée qu'à l'accoutumée. En plus de ça, il n'avait sans doute pas encore repris ses couleurs, ce qui lui servirait à rendre son apparence choquée plus crédible. S'avançant parmi les élèves, il fit mine de laisser errer un regard hagard complètement au hasard, tout en cherchant en réalité à repérer Rabastan.

    En passant, il aperçut Roxanne, positionnée un peu à l'écart et dont le visage était un masque impassible l'empêchant de savoir dans quel état elle se trouvait. Il éprouva un bref remords en réalisant qu'il abandonnait totalement sa cavalière, et qu'il l'avait même complètement oubliée après avoir vu la Marque des Ténèbres dans le ciel, mais se força à l'évacuer. Il ne pouvait s'attarder, ses priorités étaient fixées. Elle était d'agréable compagnie, mais ils se connaissaient à peine, elle n'était pas son amie. Elle ne courait aucun danger particulier, elle se débrouillerait. Il lui présenterait ses excuses dès qu'il pourrait, et elle les accepterait ou les refuserait, très franchement, pour le moment, il s'en moquait.

    Finalement, il réussit à trouver Rabastan, qui s'était placé un peu à l'écart lui aussi, et était en train d'observer le ciel comme s'il espérait qu'une autre marque apparaîtrait. Ou bien alors perdu dans une profonde contemplation. Regulus avait depuis longtemps renoncé à comprendre le fonctionnement du sixième année. Le rejoignant, il échangea un regard avec lui en effaçant momentanément son expression traumatisée, estimant que personne ne s'en apercevrait ou alors ne s'en soucierait, puis lui posa une main sur son épaule et s'appuya lourdement sur lui pour pouvoir lui glisser discrètement quelques mots à l'oreille. Enfin, à quelque distance, vu que le sixième année était sensiblement plus grand que lui, mais suffisamment près pour se contenter de murmurer son résumé de la situation.


    "Sev est allé accompagner Lily à l'infirmerie, elle est inconsciente. James va sans doute rejoindre sa petite amie. Je compte m'incruster pour soutenir Sev au besoin. Tu veux venir ?"

    Du fait de sa position, Regulus sentit davantage qu'il ne vit Rabastan hocher la tête pour marquer son assentiment avant de le confirmer oralement. Mais de toute manière, il n'avait pas vraiment douté que le sixième année accepterait. Ne serait-ce que pour échapper à la perspective d'être enfermé dans la salle commune avec tous les autres membres de leur Maison étant restés à Poudlard pour une durée indéterminée. Le jeune Serpentard compléta donc brièvement son explication, toujours aussi discrètement.

    "Je vais faire en sorte d'être vraiment malade. Je compte sur toi pour m'accompagner à l'infirmerie en informant Jessi au passage."

    Là encore, Regulus attendit un signe d'assentiment, avant de diriger la baguette qu'il tenait toujours en main vers son propre torse, murmurant le sort et effectuant les mouvements entre Rabastan et lui-même pour les masquer à d'éventuels observateurs. La discrétion était facilitée par le fait que que le sort ne produisait qu'un faible jet de lumière jaunâtre quasiment invisible. Après tout, il était conçu pour pouvoir être utilisé en salle de classe sans être repéré. Au cours de sa scolarité, Regulus avait déjà dû s'en servir quatre ou cinq fois quand il avait eu besoin de sécher : le sort donnait un aspect terriblement mal en point et permettait de gagner un aller direct pour l'infirmerie, où les scans médicaux classiques ne détectaient qu'un état nauséeux avancé causé par un excès de stress qu'une potion bien dosée suffisait à régler. Et comme le repos était préconisé pendant au moins deux heures après ingestion de la potion, il était aisé de s'arranger pour manquer une demi-journée entière.

    Regulus avait beau s'y être préparé et connaître cette sensation, il ne put totalement réprimer une grimace quand le sort fit effet. Maintenant, il se sentait vraiment mal et ne s'appuyait pas sur Rabastan uniquement pour les apparences. Mais c'était un manque de confort passager et nécessaire. Si James le dévoué Gryffondor obtiendrait certainement sans aucun mal la permission de ne pas tenir compte des consignes données pour rendre visite à sa petite amie, il était quasiment tout aussi certain que s'ils l'avaient demandé, des Serpentard n'auraient jamais été autorisés à se rendre à l'infirmerie pour soutenir leur propre ami. Ils devaient donc en passer par un subterfuge. Et pour que ça fonctionne, il valait mieux que ça ait l'air convaincant.

    Se détachant de Rabastan pour reprendre appui sur son bras aussitôt après, Regulus indiqua qu'ils pouvaient se mettre en route pour l'infirmerie.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Dim 11 Jan - 12:38

[Je vais passer un peu en accéléré tout ce que j'ai manqué pour en arriver à l'essentiel, j'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur.]

Rabastan avait super bien mangé! C'était trop bon! Chapeau aux elfes de maison, ou peu importe qui avait cuisiné, le serpentard s'était rempli la panse! Et qui plus est, ses voisines de table avaient été divinement sympathiques. C'était marrant comme le rustre de serpentard s'était senti comme un poisson dans l'eau au milieu de toutes ces lionnes. Qui l'eut cru? Certainement pas Lustucru. Tout s'était déroulé sans accroches, il avait plaisanté avec Evey et Alice, et le diner s'était terminé aussi sereinement qu'il avait commencé.

Ensuite, les lumières s'étaient tamisées et était revenu le temps de la danse. A cet instant, Rabastan aurait aimé échanger quelques pas avec Evey, ou bien de nouveau avec Alice, mais l'occasion de s'étant pas présentée, il avait renoncé à l'idée et avait invité d'autres jeunes filles, qui semblaient ne pas avoir de partenaire de danse.

Après un petit moment, les lumières s'allumèrent de nouveau. C'était l'heure d'élire le roi et la reine du bal. Rabastan observait se tourna vers la scène, distrait, connaissant les résultats avant même qu'ils ne soient énoncés: en reine on aurait Lily Evans et son vers à crasse de copain, James Potter. Et il ne fut pas trompé. Il murmurait en même temps que la personne annonçant les résultats: "Lily Evans!!" Avec une moue dubitative. Lui avait voté pour Roxanne, une fille avec une vraie personnalité qui ne se laissait pas marcher sur les pieds impunément, et qui à coup sûr aurait fait un discour détonnant pour marquer le coup. Mais bon, à croire que les gens présents n'avaient pas le même humour que lui. Là où fut toute sa surprise, c'est que ses lèvres, murmurant James Potter, n'étaient pas syncro avec celles du témoin, parce qu'il énonçait le nom de Severus Rogue! Rabastan tomba des nues! Mais ravi. Il se remit vite de sa surprise et frappa dans ses mains à tout rompre.

"Youhouuuuuuuuuuu!! Vas-y Sev'! Tu déchires!!!"

Yeah! Un roi qui créait la surprise! C'était démentiel! Magnifique, Génial!! Peut-être qu'il n'irait pas gerber de suite après tout. Sa bouche se tordi en un sourire narquois à la tête de Lily. Coquine. Elle semblait ne pas trop se pleindre alors que ça n'était pas son chéri d'amouuuuuuuuur qui montait sur scène pour la rejoindre...

"Le bisou! Le bisou!!!"

Mouahahahahahah!!! Le serpy chercha James du regard et jubila en le regardant partir furibond. Rien que pour voir sa tête, Rabastan serait allé à une centaine de bals! C'était trop excellent!! Il explosa littéralement de rire. Finalement, il était ravi d'être venu, ça valait le détour!

Et puis soudain, ce fut le drâme. Enfin, ça dépend pour qui. Un sifflement retentit et toute la salle fut comme nappée d'un halo verdâtre. Les têtes des personnes nottemment, prenaient des teintes cadavériques, c'était assez marrant. Rabastan leva la tête, comme tout un chacun, pour voir ce qui provoquait cet effet spécial d'enfer et ses yeux s'équarquillèrent, sa bouche souriant de toutes ses dents.

"YOUHOUUUUUUU!!! CA ROCKS!!!"

Complètement décalé dans le contexte présent, mais le vert et argent s'en moquait. Pour lui, rien n'avait vraiment d'importance, il le prouvait à cet instant. Au moins, cette marque des ténèbres promettait de l'action, quelque chose de plus intéressant qu'un baiser volé à Severus par Lily, qui n'avait sans doute pas manqué de faire du mal à son futur mangemort de partenaire. Au moins, CA c'était du sérieux! Bon, ok, quelqu'un était peut-être mort. Mais vous pouvez me dire en quoi ça peut intéresser un mec dont le plus grand soucis dans l'existence était sa propre personne?
Rabastan jeta un regard alentour. Il vit Regulus, saint, Severus, de même. Roxanne, c'était bon. Les filles de sa table, ça allait. Euuuuuh... Qui d'autre? Les profs? Et bah ils étaient en forme les vieux! Bon, qui qu'est mort alors? Qui???? Un sang de bourbe, espérait-il. Ca ferait du vide!

Des mouvements attiraient son attention. La Gourgandine d'Evans faisait un malaise...

*Pitiéééééééééé...*

Si Rabastan avait dû gerber, ça aurait été à ce moment. Il allait falloir qu'elle se remplume celle là si elle voulait survivre. Il n'avait jamais rien vu d'aussi pathétique. Ses yeux littéralement électriques, se posèrent ensuite sur Severus. Il devrait jouer les nounous maintenant. Et son kevalier kervant à la donzelle, il était où? Il servait à quoi? Non mais on était dans la quatrième dimension ou quoi? James, jaloux comme pas deux laisserait Lily dans les bras de Severus? Nawak...

Tout à ses tergiversations, il ne vit pas Regulus s'approcher. Mais fût content de le voir. Il allait lui lancer un "Salut mon pote!!" Quand il s'aperçut que lui aussi semblait choqué. N'y avait-il que Rabastan pour trouver ce retournement de situation cool? Enfin bref. Il comprit vite là où Reg' voulait en venir et aquiesca. S'il devait y avoir une baston avec Potter, il tenait à en être nom d'une gargouille!!!

Il aquiesca en silence (oui il en était capable), signe qu'il était Okay pour accompagner Regulus et le laissa se rendre malade. Pendant ce temps, il sortit un bout de papier de la poche de sa veste, et avec sa baguette, il griffonna:

Citation :
Un sinistros a été aperçu en compagnie d'un phoenix, tous deux à la poursuite d'une biche.

Ca n'était pas du vrai codé mais personne hors mis les intéressés ne pouvait deviner qu'il parlait de Regulus et de lui, à la suite de Severus. Il avait remplacé leurs pseudonymes par leur patronus, ce qui serait plus discret. Rabastan jeta ensuite un sort de répulsion, afin que le bout de papier se retrouve dans la poche de la veste de Jessi (c'était comme de jouer à un jeu vidéo, un jeu d'enfant pour un mec) et lui lança aussitôt un sort de luminescence, assez ténue cependant, juste assez fort pour attirer l'attention de l'intéressé.

Ce fut juste le temps qu'il faut à Regulus pour tomber malade. Quel acteur, ouah il est fort, oui il est très fort.

Il faillit tomber, alors Rabastan se précipita pour le soutenir. Il ne fallait pas qu'il s'affale sinon on leur enverrait des renforts. La plaie. Soutenant donc Regulus par la taille avec fermeté, pendant que ce dernier se cramponnait à son bras, lui coupant limite la circulation du sang, le duo prit la direction de l'infirmerie, à la suite des deux biches.
Admin↯  Je veux être publiéééée !!!
avatar



Nombre de messages : 1806
Age : 27 ans
Groupe : Sorcière - Journaliste
Caractère : Solitaire - ambitieuse - intelligente - fouineuse
Date d'inscription : 21/02/2008




Rita Skeeter

Admin
Je veux être publiéééée !!!


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour ::
Bonus: + 5
MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Dim 11 Jan - 14:39

    Depuis son arirvée depuis une petite heure, tout avait été très calme. Quelques petites scènes de ménages sans grandes importances, enfin si pour son article. Elle devrait rentrer aussitôt le bal achevé au bureau pour l'écrire, et ne pas perdre le fil de ce qui avait bien put se produire. La journaliste allait sûrement passer une nuit blanche mais qu'importe, peut être était-ce un article qui pourrait l'aider dans son ascension, en plus de celui qu'elle avait en préparation. Un petit sourire sur les lèvres, elle allait y arriver et très vite, enfin l'espérait-elle.

    L'élection du roi et de la reine, le baiser sous des regards consternés. Tous ne s'attendaient pas à cette élection surprise. Le regard de la journaliste se détacha de la scène que lui donnait les deux élus, et ses prunelles avisées se posèrent sur un protagoniste déchu qui se précipitait hors de la salle de bal. Le jeune homme devait être la personne toute désignée à la place du serpentard, mais visiblement le sort en avait décidé tout autrement.

    La soirée allait bien certainement s'achevé sur un feu d'artifice, ou autre festivité spectaculaire, dont on avait le don au seind e Poudlard. Bien sûr, il fallait en toute circonstance éblouir l'assistance, encore plus quand des personnes extérieur étaient présente lors des petites sauteries organisées par le collège.

    Mais la fête prit fin d'une manière moins réjouissante. Alors que le château de Poudlard apparaissait derrière les vainqueurs, une lueur verdâtre innonda la Grande Salle. Des cris commencèrent à s'éelver. Mais ces cris étaient d'une tout autre nature que ceux poussés précédemment, durant le concert. Il s'agissait là de cris de terreurs, d'horreur.

    Rita ne voulut pas lever le syeux au ciel, de peur que la menace ne se concrétise réellement. On en parlait depuis bien longtemps au journal, des événements étranges, qui s'achevaient bien trop souvent sur le meurtre d'innocent. Une marque qui flottait au dessus de chaque lieu de crime commis. Le signe annonciateur d'un avenir sombre. Personne n'avait encore put dire qui était derrière tout ça, un seul homme ou toute une organisation.

    Il régnait une atmosphère pesante, des cris, des pleurs, l'homme sur l'estrade qui tentait de ramener le calme. Dans tout ce rafus, Rita se décida enfin à regarder la source de ce tumulte. Une horrible tête de mort verte, un serpent sortant de la bouche de la tête.

    Alors voilà donc à quoi ressemblait-elle, aucune photo n'avait put encore être prise de cette marque. Aucune non, et en cette soirée, la journaliste ne s'était pas muni d'un appareil photo. mais ce détail qu'allait souligner très parfaitement Richard dés que l'information allait lui parvenir, ne faisait ni chaud ni froid à Rita. Non en cet instant précis, elle était comme dans un autre monde, hypnotisé par ce signe.

    Des larmes roulèrent sur ses joues, sans qu'elle sache pourquoi très exactement. Un trop plein d'émotion, peut être la certitude d'une paix ébranlée, et donc d'un futur plus que perturbé. Cet événement auquel elle assistait était certes du pain béni pour elle. Mais ce sentiment qui tiraillait ses entrailles ne lui permettait pas de savourer ceci comme une victoire.

    Son esprit était ailleurs, alors ses jambes décidérent de la porter hors de cette salle, hors de ce château. Mais voilà alors que la blonde descendait les marches tant bien que mal, un employé du ministère vint la stopper dans son élan de fuite. Il lui posa mille question. Où était-elle au moment du drame ? Pourquoi était-elle là ? Blabla ....

    Rita répondit machinalement à chaque question, le regard perdut dans le vague, ou plus exactement fixant la scène qui se déorulait plus loin. Un gorupe de personne dont faisait partit Albus Dumbledore, autour de deux corps inertes. Deux morts.

    Avant qu'elle ne soit autorisée à partir, l'employé la supplia de ne pas divulguer ce qu'il s'était passé. Un électrochoc pour la journaliste. Un regard noir s'était posé sur lui, elle s'était contentée de lui répondre, que c'était le droit de la communanuté de savoir qu'elle était en danger, et qu'importe si tout cela allait être enocre une fois reléguer aux faits divers. Mais il ne faisait aucun doute que nombre de parents allaient tout de même être prévenu par leurs enfants.

    Il n'avait rien dit à cela, et avait laissé partir Rita, arrivée au portail, elle ne regarda pas derrière elle, ces deux marques verdâtres flottant au dessus du château. Dans un plop elle se retrouva au journal, où elle allait devoir envoyé un hibou à Richard, s'il n'était pas déjà au courant de ce qui venait de se passer.

_________________



Et si toute la Vérité était Ici


I'm the escargot of the RP

Oubliez la Rita Skeeter des livres, je ne suis pas comme elle !!
Mangemort↯ Le pouvoir est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1007
Date d'inscription : 06/09/2008




Lord Voldemort

Mangemort
Le pouvoir est entre mes mains


Carte du maraudeur
Niveau magique: 15/15
Libre pour ::
Bonus: 0
MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Dim 11 Jan - 19:50

    J'avais attendu toute la soirée ce moment, et ils semblerait qu'enfin j'ai l'opportunité d'assister à mon premier triomphe sur les forces moribondes d'un conservatisme décadent. L'heure de la fin du bal approchait à grands pas, et il semblerait que tout était en place. Instinctivement, après avoir jeté un simple coup d'oeil dans la salle, je voyais que tous les éléments constituant mon vaste plan et mon premier coup étaient à leur place. Quelle satisfaction de voir que tout allait se dérouler comme prévu. Absolument tout. Dumbledore et son pitoyable ordre de protection n'avaient rien pu faire et je connaissais déjà le déroulement de la soirée. Incapables, ils n'avaient pas pu prévoir qu'au milieu de leur belle forteresse de Poudlard, j'allais probablement marquer ici ma plus belle victoire. Dumbledore en deviendrait presque fou, perdre ainsi le contrôle sur ce qui était littéralement devenu son domaine...


    J'avais donc faussé compagnie à Rabastan et Regulus de façon un peu énigmatique, histoire de continuer d'entretenir le mystère qui planait toujours autour de ma personne. Ce n'était guère rusé et était inutile en matière de discrétion, mais je devais avouer que cela ne faisait pas de mal à ces deux personnes de voir que chaque personne étaient complexes. Je sentais que même si elles avaient beaucoup de potentiel, leur façon de voir le monde aussi bien que les gens était dangereuse, en particulier pour eux. Se croire autant supérieur à quasiment tout le monde était une faiblesse incommensurable, surtout quand ce n'était absolument pas justifié. D'ailleurs, je pense que derrière totu ce mépris que pouvaient avoir Regulus et Roxanne, que ce soit pour Lily, ou James, pointait un soupçon d'envie. Après tout, je sentais l'ambition derrière leur comportement...


    Mais peu m'importait leur cas, toute mon attention était désormais tournée vers le bal, et lui seul. En fait, je m'étais avancé presque juste devant la scène d'où le professeur Keith Glace, un véritable clown, annonça les résultats. Un sourire quasi-carnassier s'étala sur mon visage, tandis que Lily était élue. Pas de surprise de ce côté là, et je n'avais pas eu besoin de trafiquer les résultats, même s'ils étaient plus serrés qu'on aurait pu s'y attendre. Mais il y avait également le choix du roi de la soirée... Qui ne fut autre que Severus! Mon agent avait donc remplit sa mission, celle, délicate, d'améliorer les scores du jeune serpentard. Certes, il avait quelques voix à son crédit, probablement la mienne et celle de quelques anti-conformistes présents à la soirée. Mais tout cela était bien loin d'être suffisant pour me battre, et encore moins pour battre James Potter.


    Là, je retenais mon souffle, et ma colonne vertébrale fut parcourue d'un frisson d'excitation tandis que je voyais les deux amis en train de s'embrasser. Un court baiser, qui laissa toute l'assemblée médusée, sauf un ou deux, comme Rabastan et moi, qui nous mirent à applaudir la chose. Par là même, je marquais mon attachement à ce couronnement de la soirée, jusqu'à ce que d'un coup, la marque des ténèbres apparaisse dans le ciel. Mon autre agent avait également réussit sa mission. Tout était donc nickel de ce côté. Le plus dur fut en fait de simuler mon malaise et ma eur face à la situation, tandis que des tas d'élèves commençaient à paniquer eux aussi. En fait, ils avaient raison d'avoir peur. Les ténèbres venaient de se déclarer à la face du monde, et rien ne pourrait plus les arrêter...


    Mais les professeurs, à commencer par Keith Glace, donnèrent quelques directives, et je dfevais apparemment regrouper les serpentard pour les faire retourner à leur dortoir. Grâce à de sdécennies de mensonges et de tromperies, je savais comment simuler la surprise et un état fébrile, aussi répondais je à l'appel d'un signe de tête peu sûr de moi. Me reportant face aux serpentard, ma voix tremblait d'une fausse appréhension, mais jusque là, j'étais parfait. Je venais d'assister à un premier triomphe sans même me faire remarquer.



    - Par ici les serpentard, regroupez vous! On rentre dans la salle commune, un peu d'ordre et de discipline!


    Facile à dire quand on avait affaire à des élèves totalement paniqués et que moi, celui qui était sensé en guider une partie, se révélait être un meneur plutôt médiocre. Je ne pouvais décemment pas rester de marbre et tous les subjugués pour qu'ils m'obéissent, je n'en avais après tout aucun intérêt et tout ce que je risquais de faire, était de faire porter les soupçons sur moi. Les élèves de Serpentard étaient cependant ceux qui réagissaient le mieux à l'apparition. Certains pariaient déjà que des sang de bourbes avaient été tués et d'autres semblaient tout à fait approuver. Certes, la majorité semblait en avoir également peur, mais les signes les plus encourageants venaient d'eux. Lentement, je mis mon groupe en marche, mais je n'avais pas fait une dizaine de mètres à leur tête qu'un papier semblait s'illuminer dans ma poche. Intrigué, je sentais peut être qu'il s'agissait de problèmes... Et j'en eu la confirmation. Ne pouvant m'empêcher de grommeler,n je me retournais vers la personne juste derrière moi.


    - Roxanne, conduis les à la salle commune, j'ai deux touristes à aller rechercher...


    Avait elle saisit la déception et l'ironie dans le ton de ma voix? C'était probable, mais je n'en avais cure. Le message était clair, le code banal. Rabastant et Regulus allaient jusqu'à l'infirmerie, pour suivre Rogue et Lily. Il ne fallait pas qu'ils y arrivent,e t ce, pour plusieurs raisons. Déjà de un, je voulais que ce moment soit l'opportunité pour Severus de se créer enfin l'ouverture qui lui manquait. Ensuite, il y aurait forcément rapprochement entre les deux, vu que le vert et argent était le meilleure amie d'Evans, et qu'il était le seul à pouvoir la faire changer de position. Peut être arriverait il même à mettre la pression en ce qui concernait Potter, absent quand Lily avait besoin de lui. Ensuite, Rabastan et Regulus avait été deux recrues potentielles, et s'ils se faisaient attraper et suspectés de cet acte de terrorisme, je les perdais également. Peu m'importait leur vie ou leur mort, j'avais juste besoin de chair fraîche dans mes rangs...


    Me mettant donc en route discrétement, je ne mis pas longtemps à les rattraper, je pouvais presque sentir où ils étaient, tant ils étaient prévisibles. Arrivé au détour d'un couloir, proche de l'infirmerie, je ne pouvais pas faire autrement que de les jauger du regard, afin d'apprécier leur pâle tentative. Regulus avait dû se rendre malade avec sa baguette, mais n'avait apparemment pas été assez doué pour palier aux désagréments par la suite. Tous deux avaient l'air de partir à l'aventure, un peu excités. J'hochais la tête, énervé et déçu par ce comportement puéril. Avançant derrière eux, je leur lançais quelques paroles acides d'un ton particulièrement glacial.



    - Dites moi messieurs, qu'est ce que vous comptiez faire au juste? Black s'est de toute évidence rendu malade tout seul, et si quelqu'un vous attrape, vous êtes bons pour aller faire un séjour préventif à Azkaban. Une fois les gens du ministère arrivés, ils se mettront à fouiller le château, et chaque élève qui ne sera pas à sa place sera suspect. Et puis, vous alliez faire quoi? Vous acharner sur Evans? Supporter Rogue quand Potter reviendrait? Rassurez vous, Rogue est bien plus doué que vous deux réunis, et c'est à lui qu'il appartient de se retrouver avec Evans. Seul. A moins, bien sûr, que vous aviez quelque chose d'intelligent à faire, et si c'est le cas, autant me le faire partager. Sinon, rentrez dans vos dortoirs. Si vous cherchez le frisson du danger, il y a bien mieux dans ce château...
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Dim 11 Jan - 23:46

Rabastan soutenait Regulus, mal en point par son sortilège, et l'aidait à monter les marches quand Jessi les rattrappa. Si Rab' n'était pas franchement queurelleur avec les mecs de sa propre maison, surtout quand ils n'avaient pas l'habitude de lui chercher des noises, les commentaires de Jessi lui tappèrent nettement sur le système.

Aparté: Précisons que Rabastan n'a pour le moment ni Dieu ni Maître, n'ayant pas encore fait la connaissance du Seigneur des ténèbres, ni même réellement de Jessi, il n'a aucune envie de s'y soumettre comme ça et ne l'a prévenu que parce que Regulus le lui a demandé, sinon il serait parti sans demander son reste. Fin de l'aparté. J'ai tenu à préciser cela pour ne pas qu'on incrimine mon manque de rationnalité vis à vis de mon personnage, sensé devenir mangemort.

Il resta là, sans répondre, face à son camarade, le temps qu'il débitait sa tirade, retenant un baîllement qu'il sentait venir gros comme une maison... D'ailleurs, il lui échappa juste à la dernière phrase de Jessi.

"Bwaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa..."

Il mit brièvement sa main devant sa bouche et laissa terminer le jeune homme, puis dégluttit et l'observa d'un regard hautain, désinvolte, comme s'il n'en avait rien à faire de ce que lui sortait ce personnage. Attendez... Comme s'il? Mais il n'y avait pas de comme s'il. Il n'en avait rien à faire. Point.

"Un séjour à Azkaban? C'est ça... Ils nous enverraient chez les détraqueurs tout ça parce que Régulus s'est senti de travers et moi pour l'avoir accompagné...? Tu crois pas que tu dramatises un peu les choses? Faudrait voir à prendre d'autres paramètres que les tiens en compte, et à analyser correctement les données avant de nous tomber sur le poil comme ça. On n'a aucune envie de s'acharner sur Evans. Cette petite dinde ne nous a rien fait, on s'en fout. Et on ne remet pas en question le talent de Severus alors tu seras bien aimable d'arrêter de nous prendre pour des incapbles et de nous prêter des propos déplacés qui ne nous ont même jamais effleuré l'esprit. Et je terminerai en te disant que je ne suis pas à ta botte Jessi. T'es p'tet un Dieu pour la gente Féminine, t'en deviendras un pour moi que s'il me poussait une paire de nichons. J'ai pas à te rendre compte de mes faits et gestes."

Personne ne doute que lorsqu'il saura à qui il a affaire, Rabastan regrettera ses paroles. Ou peut-être pas, allez savoir. Tout ce qu'il sait, c'est que Jessi s'est mis en travers de sa route alors qu'il ne lui avait rien demandé. Donc, il réagissait en conséquence. N'ayant pas pour habitude de se faire marcher sur les pieds, il ne comptait pas commencer aujourd'hui. Néanmoins, il savait Regulus bien plus impressionnable. Ce dernier se laisserait-il faire par Jessi? Rab' imaginait que oui. Et ils devraient sûrement regagner la salle commune avec les autres.

"Et euh ah ouais. Pour le frisson du danger. J'ai mes petites embrouilles persos. Espionner la petite bougresse ça ne m'intéresse pas. Tu me sous-estimes, me prend pour une commère Jessi. C'est ton problème, pas le mien."

Le serpentard haussa les épaules avec non chalence. Il s'en fichait pas mal de l'avis de Jessi. Rabastan ne se prenait pas pour un superwarior, mais le fait que Jessi le prenne pour une simple femelle à l'affut des ragots le dégradait, lui qui justement devait être la personne la moins au courant des rumeurs du château. C'était la preuve que la vision du monde du jeune homme était réduite et peu ouverte aux nouveaux terrains de recherche. Avant de penser à recruter qui que ce soit, il fallait se renseigner un peu sur la marchandise, ce que ne semblait pas avoir fait Jamesi...
Mort↯  Un seul mauvais sort et Pfiou !!!
avatar



Nombre de messages : 56
Age : Dans une tombe >.>'
Date d'inscription : 05/09/2008




Mort : Keith Glace

Mort
Un seul mauvais sort et Pfiou !!!

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Lun 12 Jan - 8:30

UC, en cours d'édition



    Après avoir donné mes ordres aux étudiants, j’avais attendu que chacune des maisons sortent et prenne la direction demandée. Il était primordial pour leur sécurité qu’ils le fassent et ne s’égarent pas. S’ils le faisaient, d’une, on risquerait de les croire mort, de deux, l’assassin pouvait toujours se trouver entre ses murs, et de trois, il mettrait en péril la sécurité des autres. Le premier que je trouvais à me désobéir aurait affaire à moi, et pas qu’un peu. Plongé dans mes pensées, je ne vis pas James Potter, qui courait lui aussi vers moi. Nous percutant, le jeune homme tomba à la renverse, mais se releva bien vite. Il me regarda un instant, puis il me dit que le directeur me cherchait. Cela me rassura un pu de savoir Dumbledore dans ces lieux en une heure si grave. Je ne l’avais pas montré pour faire bonne figure devant les étudiants, et qu’ils ne paniquent pas plus, mais quand la marque apparut dans le ciel, je me sentis envahir de peur. Comment cela pouvait-il arriver à Poudlard ? Jamais je n’aurais cru cela possible, jamais…


    - Je vais aller chercher Minerva, ne t’en fais pas, et nous irons rejoindre Dumbledore. Pour ce qui est de Lily, elle va bien et elle est montée avec les autres élèves de ta maison. Tu devrais rejoindre ta salle commune d’ailleurs au plus vite ! Je dois y aller désolé


    Je lui avais menti effrontément, sans aucun scrupule. Je savais qu’il m’en voudrait mais je m’en fichais. Le plus important c’était qu’il rejoigne les autres gryffondors au plus vite. Si je lui avais dis que sa petite amie était dans un état de choc assez important et que Severus l’a amené à l’infirmerie et veille sur elle, il aurait foncé là bas, sans que je ne puisse faire quelque chose. Hors, je devais à tout empêcher cela. Nous n’avions pas besoin d’une bagarre entre mecs pour savoir qui aura la belle donzelle ou pas, surtout pas en cet instant, et surtout pas à l’infirmerie. J’avais donc opté pour le mensonge pur et dur avec le poursuiveur. Dans l’état actuel des choses, il ne chercherait pas la petite bête, et m’écouterait aveuglément. J’étais son professeur après tout. Gardant toujours ma baguette à la main, je pris la direction du bureau de la directrice adjointe, qui devait dormir sur ses deux oreilles, sans se douter de ce qui se passait au sein de l’école. C’est là que je vis un serpentard comploter avec un autre, puis se lancer tout seul un sort 0_o Ya quand même des malades dans cette maison.



    Au moment ou j’allais intervenir, un autre élève arriva. Jessi Tumodel. Ne lui avais-je pas demandé de raccompagner les verts et argents dans leur dortoir ? Serait-il avec eux, pour une mission commando, ou je ne sais pas trop quoi ? J’eu un instant un doute, mais au vu de leur visages respectifs, et des brides de conversation que j’entendais, ce n’était pas le cas. Non. Au contraire, il essaya de ramener ses brebis dans le troupeau, mais ces dernières faisaient de la résistance. A croire qu’elles voulaient vraiment se faire croquer par les loups qui erraient dans les bois :rolls: Je me demandais vraiment ce qu’ils pouvaient avoir dans le crâne. Ils se croyaient vraiment au dessus de toute autorité, ce qui eu le don de m’énerver. M’avançant vers eux, je leur dis alors


    - Et bien, je vois qu’il y aura toujours pour se ficher des ordres donnés. Je pensais pourtant avoir été clair en disant que TOUT le monde devait rejoindre leur salle commune. Black, Lestrange, je vous enlève chacun 30 points, je vous colle pendant 2 semaines et j'enverrais une lettre à vos parents. Avec un peu de chance, cela vous mettra du plomb dans la tête et vous comprendrez les règles de sécurité. Tumodel, quand à vous je vous donne 25 points pour votre attitude. Je vous demanderais de venir dans mon bureau demain soir. J’aimerais m’entretenir avec vous jeune homme. Sur ce, que je ne vous reprenne pas tous les deux à essayer de filer en douce. D’ailleurs pour être sur, je vais vous faire raccompagner personnellement. Ah et monsieur Black, vous devriez consulter quelqu’un. Il a des choses bien plus drôle et saine que de s’auto envoyé un sort… Monsieur Tumodel, je vous fais confiance pour les ramener sur le ‘droit chemin’ et dans leur dortoir, on m’attend autre part. Et que je ne m’apprenne pas qu’ils ne figurent pas sur les listes de pointages ! Et aussi que je m’entende aucun de vous deux me répondre, sinon ce sera dans le bureau du directeur que vous serez convoqués.


    Mon regard était glacial, tout comme ma voix. Qu’ils ne poussent pas à perdre encore plus de temps et à les ramener moi-même. Je ne me gênerais pas d’utiliser des enchantements sur eux, que cela soit interdit ou non. J’en avais assez de ses petits cons qui pensaient être les rois du château. Après un bref regard, je repris ma course vers le bureau de la directrice de la maison des rouges et ors. Il me fallut plusieurs minutes pour la réveiller, ce qui ne m’étonna pas. Minerva était connu pour avoir un sommeil de plomb. Le simple mot ‘marque des ténèbres’ suffit à la réveiller totalement. Elle ne pus d’ailleurs pas réprimer un frisson. Sans prendre le temps de s’habiller, elle ne prit que sa baguette, puis se mit à courir en direction du parc, toujours en peignoir, et avec un bonnet de nuit écossais sur la tête. En d’autres circonstance, j’aurais pu trouver cela comique mais la situation faisait que. Nous arrivâmes dix minutes plus tard auprès de Dumbledore. Ce dernier n’était plus seul, et on pouvait voir une ribambelle de membre du ministère, et le ministre lui-même…




avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Lun 12 Jan - 12:56

Appuyée contre le mur un peu en retrait, Roxy semblait vraiment en dehors de tout ce qui se passait ce soir-là. Elle était simplement dans ses pensées. Ces derniers temps, elle était forcée de penser toujours plus à Cork et à sa vie là-bas. Car c'était bien une vraie vie qu'elle avait en Irlande, insignifiante... avec une seule meilleure amie et des visages un peu plus supportables. Elle était tellement différente quand elle y était. Beaucoup de personnes la croisant à Poudlard ne l'auraient sans doute pas reconnue, elle était simplement heureuse et épanouie... enfin jusqu'à un certain point ! Pas comme dans ce sombre château où elle se languissait en attendant de pouvoir en partir. Elle n'avait jamais aimé la vie à Poudlard, elle aimait simplement les cours et la passerelle en or qu'il lui offrait pour son avenir. Rien d'autre... sa Maison ? C'était très ambigü, elle pouvait s'y sentir incroyablement mal comme plutôt bien d'un moment à un autre ou plutôt, d'une présence à une autre. Il faut dire que la gentille "tare" que lui avait transmise sa chère mère en s'unissant à un Moldu était un fardeau qui ne pardonnait pas vraiment, dans le monde des Sorciers déjà mais, peut-être plus particulièrement chez les Serpentards.

Elle pensait simplement à tout cela tout en commençant à avancer en regardant droit devant elle... les cris alentours et les personnes qui pleuraient, elle ne les avait même pas remarqué et la voix de Jessi lui parvint de façon lointaine, comme la tirant de sa rêverie. Roxanne ! Roxanne ! Pourquoi tout le monde l'appelait ainsi ? Bon... d'accord, c'est son prénom. Mais elle se présentait toujours sous "Roxy", à quoi bon si c'était pour qu'on finisse toujours par l'appeler par son prénom tant détésté ? Devrait-elle s'y habituer ? Quelle horreur... peut-être que les personnes jugeaient cette proximité trop étrange... mais elle s'en fichait un peu en fait. D'ailleurs, de qui tenaient-ils qu'elle s'appelait vraiment Roxanne ? Roxy aussi était un prénom... plus original certes mais enfin ! Personne ne devait tenir cela ni de Merlin, ni de Morgane. Et il ne lui semblait pas être assez connue au sein du château comme à l'extérieur pour que l'on connaisse son prénom. Et qu'on ne lui dise pas que tous avaient retenu le prénom par lequel l'avait appelé le Choixpeau lors de ses premiers pas à Poudlard ? Elle était vraiment fatiguée, un violent coup de barre s'était abattue sur elle et les piaillements des élèves excités l'insupportaient. Elle acquiesca simplement mais Jessi avait déjà filé.

Elle se tourna alors pour voir la masse verte et argent derrière elle... certains souriaient, mais beaucoup quand même avaient peur... Sanders, soutenue par sa meilleure amie, avait les yeux rougis. Merveilleux ! Elle éspèrait simplement qu'elle n'éclate pas en sanglots tandis qu'elle les guiderait dans les cachots car elle était pas vraiment d'humeur à supporter des pleurs. En toute sincérité, elle se fichait bien de les guider ou non jusqu'à leur salle commune... ils en connaissaient le chemin, non ? Elle n'allait pas s'amuser à attendre les retardataires ni à faire la police pour s'assurer qu'aucun ne sorte des rangs. Elle retourna simplement son visage devant elle et se dirigea vers la salle commune. Si jamais quelqu'un voulait passer devant pour les guider, qu'il le fasse après tout... mais cette mesure de précaution n'était franchement pas le devoir de sa vie. Elle suivit tout de même sagement l'ordre que lui avait donné Jessi puisque ça ne lui demandait pas trop de peine. Il n'aurait pû lui souffler directive promettant un ennui plus mortel. Enfin, puisqu'il le fallait après tout. Elle passa les portes de la Salle de banquet et se dirigea, avec la force de l'habitude... le long des grands escaliers. Elle passa juste devant un tableau gigantesque représentant des fruits. Elle avançait toujours... c'était quand même assez perturbant de se rendre compte que lorsqu'on faisait un pas, il trouvait son écho dans des tas d'autres pas vous suivant. Elle n'aimait pas trop cela... l'idée qu'on lui jette un sort dans le dos lui traversa même l'esprit. Elle n'était pas appréciée de tous les élèves après tout et elle était prête à parier que certains étaient agacés à l'idée de devoir suivre ce qu'ils appelaient une "Sang Impur". Cela lui arracha finalement un léger sourire tandis qu'elle descendait les escaliers menant aux cachots. Une marche, deux marches, trois marches... ving-quatre marches : jamais avant elle n'avait eu l'idée de les compter avant ! Les couloirs étaient plus sombres malgré les torches et la température baissant immédiatement de quelques degrés. Il faisait assez sombre malgré tout et elle sortit finalement la baguette de sa manche, l'allumant d'un simple et furtif "Lumos"... Elle fut surprise de ne pas être imitée. Quoi ? Alors elle était vraiment la lumière qu'ils suivraient ? Elle ne connaissait pas les élèves de sa Maison si obéissants... Elle s'avança alors dans les cachots labyrinthiques : tous connaissaient le chemin par coeur depuis tant d'années... on allait jusqu'au bout du couloir, on tournait à droite en longeant les salles où se déroulaient les cours de potions. Et puis, on marchait encore dans une longue et interminable ligne droite avant de tourner une nouvelle fois à droite, une fois à gauche, une autre à droite et l'entrée de leur salle était juste là... en bas d'autres escaliers. Le tableau eut vite fait de s'ouvrir, le baron qu'il représentait se tortillait sa fine moustache d'un air insupportable comme à chaque fois, mais il lui sembla que ce soir-là, il souriait un peu. Elle passa l'entrée et arriva finalement dans sa salle commune, un flot d'élèves derrière elle. Les compter ? Faire l'appel peut-être ? Cela aurait pû être une bonne idée si elle avait eu une idée du nombre exacte qu'ils devaient être, quant à leurs prénoms et noms... pire encore ! Elle prit directement le chemin des dortoirs pour se changer. Elle ne voulait soudainement plus dormir mais se mettre à l'aise pour sortir un peu. Que ce soit dans les dortois, dans la salle commune : elle savait pertinnement ce qui allait se raconter et ne voulait pas l'entendre. Elle retira son serre-tête avec violence avant de le balancer sur un chat qui dormait sur un lit. Enervée, elle lui lança simplement un :


« Dégage ! »

Il fallait qu'elle pense à autre chose et vite tandis que son coeur accélérait sa course. Pourquoi pas à son plan concernant Torben ? Cette pensée l'apaisa immédiatement...
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   Lun 12 Jan - 13:50

Soudain une lumière verte, aveuglante, recouvrit le visage des lauréats et de la foule agglutinée vers la scène. Hermione leva doucement le visage vers la source de la lumière, le coeur battant, l'estomac noué. Non, cela ne pouvait être ce qu'elle croyait! La tête de mort et le serpent sortant de la gueule béante narguait la foule affolée.
Le coeur de la jeune fille se glaça et palpita de plus belle. Prise de vertiges, elle se cramponna à la barre du zinc. Ele ne sentait plus ses jambes qui glissaient lentement vers le sol. Elle avait un mal fou à respirer. Non. Il ne fallait pas tomber. Rester calme, contrôler sa respiration. Mais tout tournait autour d'elle, la pièce devenait de plus en plus sombre. Elle n'entendait que des bruits vagues de l'extérieur. Sentant le malaise devenir de plus en plus proche, elle s'accroupit au sol, ferma les yeux, attendit que la lumière de sa conscience revienne.
Puis un grand bang, et une voix masculine qui résonnait dans toute la pièce la ramena à la dure réalité.
Cela lui pris quelques minutes pour dupliquer les instructions du professeur Glace... Gryffondor devant l'estrade... Elle tenta difficilement de se relever, eut le temps d'apercevoir Rogue portant Lily dans ses bras et l'amener loin de la cohue. Elle aussi avait eu un malaise, mais n'avait pas encore récupérer, visiblement. En toute logique, miss Evans allait être conduite à l'infirmerie.

Les élèves se rassemblaient en rang, en fonction de leur maison. Elle rejoignit son groupe, les jambes flageollantes, le visage en sueur.
Puis les élèves commencèrent à avançer, plus ou moins calmement afin de sortir de la salle de bal.
Hermione observait les visages autour d'elle. Certains ne comprenaient pas ce qui venait de se dérouler. D'autres, surexcités par un tel évènement, piaillaient avec leur voisins telles des volailles dans leur poulailler. Enfin, d'autres, comme elle, ne disaient rien, sous le choc ou encore pleuraient.
Certains mots lui percutèrent alors le cerveau...deux corps... Dumbledore est là... meurtre...
Elle ferma les yeux, respira à fond comme pour se cramponner à la réalité et être sure de ne pas refaire un malaise jusqu'à l'arrivée à la salle commune.
À cet instant, la seule chose que désirait la jeune fille était de s'isoler, seule, et plonger dans un profond sommeil pour ne plus se réveiller. Plus personne ne bougeait, attendant devant le portrait de la grosse dame, que celui-ci se tourne et leur permette enfin de se retrouver tous ensembles et pouvoir, à loisir, élaborer toutes les thèses les plus folles qu'un tel évènement pouvait offrir.

Le portrait bougea enfin, laissant les élèves pénétrer dans la salle commune. À demi consciente, la jeune fille prit l'escalier en colimaçon qui la menait vers son dortoir. Arrivée devant son lit, machinalement, elle retira sa robe, retira une à une les épingles de son chignon, libérant chaques mèches bouclées, qui retombaient doucement sur son visage. Elle souleva ses draps, se faufila dans son lit et tira les rideaux pour ne pas être génée par la lumière.

Un profond sentiment d'échec et une peur incontrôlable la submergea. Des images de ses parents, ses amis, tous ceux qu'elle avait laissé derrière elle, à son époque, lui mitraillaient la tête. Elle n'allait plus les revoir. C'était fini. Le futur était définitivement chamboulé.
Sans qu'elle ne s'en aperçoive, des gouttes salées se déposèrent aux commissures de ses lèvres. Elle pleurait, silencieusement, et terriblement seule.
Finalement, elle ferma les yeux, attendant que les bras d'Orphée l'emportent très loin, dans le monde des songes et lui permettent de trouver un peu de repos avant la bataille.







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Bal de Noel [Mission !]   



Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum