Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Dans son monde [Torben]   Ven 24 Oct - 22:30

Il y' ait des jours comme ça où tout est bizarre, où vous avez l'impression de marcher au ralenti, d'être en décalage avec le monde sans que personne d'autre ne s'en rende compte. Tous marchent pressés sur le Chemin de traverse, courant de magasins en magasins sans jamais voir la jeune fille qui se tient droite, au milieu, aucune expression sur le visage, et ils vous bousculent, s'excusent pas réflexe sans même un regard car au fond... tout le monde s'en fiche. Puis vous entrez au chaudron Baveur et vous vous hissez sur l'un des tabourets du bar, il n'y a pas beaucoup de monde aujourd'hui et leurs rires ne semblent pas même parvenir jusqu'à vos oreilles.

A vrai dire, habillée d'un simple slim noir et d'un pull en coton gris, Roxy se tenait là sans être vraiment là. Son menton appuyée dans la paume de sa main, ses prunelles brunes faisaient face aux bouteilles du bar. Ses cheveux châtains retombaient en jolie boucle le long de ses épaules mais pour une fois, l'une de ses rares fois, elle ne se souciait guère de ses cheveux, de ses ongles ou de quoi que ce soit dans son apparence. Il y'a quelques heures, elle avait été convoqué dans le bureau du Directeur de sa Maison et on lui avait annoncé, avec une tristesse feinte... ce genre de tristesse qu'on a l'impression d'avoir entendu cent fois dans le bouche de ce genre de personnes absolument pas concernés, que sa mère venait tout juste d'être envoyée à Sainte Mangouste. Des blessures sommaires bien sûr mais il avait quand même fallu prévenir Roxy pour savoir si elle voulait aller voir sa mère et instinctivement, un "oui" avait jailli de ses lèvres. Ca l'avait d'ailleurs étonnée... sa voix avait été tremblante comme si elle s'était inquiétée et son coeur était serré, il exercait une pression douloureuse dans sa poitrine. C'était tellement ridicule... elle se fichait de sa mère! Pourquoi ça lui faisait ça? Pour des blessures à la noix en plus! Sûrement que ça fait toujours un choc... elle savait pas mais elle ne comprenait vraiment pas. Le nombre de fois où elle avait imaginé perdre sa mère, chaque fois, elle s'était étonnée de ne rien ressentir si bien que ce détachement, elle s'y était habituée. Mais la réalité était tellement différente, ça l'avait pris au dépourvu.

Elle avait donc eu droit de rendre visite à sa mère et de s'absenter une journée de l'Ecole de Sorcellerie. C'était assez étrange de se promener seule dans Londres ou même sur le Chemin de traverse sans qu'il ne semble y avoir personne de son âge, pas l'effervescence de jeunes élèves. Il était à peine 15 heures et elle n'avait toujours pas été à Sainte Mangouste, en fait, elle n'était pas sûre de vouloir y aller. Elle ne voulait pas voir sa mère mais par-dessus tout, elle ne voulait pas que sa mère la voie. Nicole Cartwright avait toujours fait en sorte de s'éloigner de sa fille, de s'en rendre indépendante et par fierté, Roxy en avait alors fait de même. Venir maintenant... n'était-ce pas une marque de faiblesse?
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Lun 27 Oct - 17:33

    Une journée de plus au Chaudron Baveur. Cela ne faisait que deux mois que j’y travaillais et déjà j’avais l’impression de rentrer dans une certaine routine au niveau de mon train de vie. Cette routine m’était un peu pesante, ma vie étant devenue beaucoup trop stable et ce, trop rapidement pour que je m’en rende compte de prime abord. Paradoxalement, ce petit train train quotidien m’était également nécessaire d’un certain côté, en particulier à cause du fait que ma vie avait été bien trop bousculée ces derniers temps. La perte de mes parents, de mon foyer, de mes amis, puis mon exil forcé et enfin le fait que j’avais dû quitter Poudlard après à peine un mois et demi de cours m’avait laissé un peu exangue de mes forces et je n’aspirais alors qu’à me poser un peu de mon côté, tranquille, ne plus être balloté de catastrophe en catastrophe et pouvoir un peu goûter au peu de vie qui m’étais offerte.


    En même temps, la routine ne s’était pas encore totalement installée dans ma vie. Les journées de travail qui se jouaient et se passaient au fur et à mesure de façon qui pouvaient sembler à la fois identiques et tellement différentes. Il y avait bien entendu toujours le même travail. Servir, encaisser, nettoyer. Encore et toujours, chacune de ces tâches se recoupant avec d’autres, en particulier nettoyer, qui devenait de plus en plus récurrent. Nous étions dans une période de l’année un peu étrange, plus du tout chaude mais pas encore trop froide non plus, et l’affluence était quasi nulle dans l’après midi, et donc, je m’ennuyais parfois, sauf bien entendu quand Tom, mon employeur, se trouvait dans le secteur. Par contre, le fait qu’il y avait moins de clients permettait également de mieux connaître ceux qui venaient régulièrement ou même d’être plus accueillant avec tous les autres en règle générale.


    En fait, c’était surtout ce côté qui m’attirait dans ce boulot. Plus que voir de jolies filles, plus que l’argent si durement gagné. Ce que j’aimais vraiment, c’était avoir ce boulot qui permettait de parler, de discuter de tout ou de rien mais surtout des rumeurs qui courraient de plus en plus ces derniers temps. M’informer était devenu un passe temps que j’aimais beaucoup. Se renseigner sur les dernières rumeurs de disparitions ou de meurtres même parfois permettait de toujours se tenir sur ses gardes, et je savais qu’un jour ou l’autre, toute cette histoire tournerait au vinaigre. A ce moment là, on n’aurait plus qu’à se battre ou se sauver, du moins c’est ce qu’il semblait. On disait que les agresseurs, quels qu’ils soient, ne supportaient pas qu’on ne les rejoigne pas. Moi, je ne suis pas un lâche, mais ce n’était pas non plus mes affaires toutes les histoires qui secouaient le pays. Je ne restais en fait que pour protéger mes sœurs et Alice également.


    Là, je devais pourtant bien m’avouer que je m’ennuyais un peu. Pas beaucoup de clients et la majorité déprimait devant son verre d’alcool, fort le plus souvent. Encore un peu et l’ambiance morbide me pousserait moi-même à aller vider un verre de gin dans la réserve, sinon je sentais que l’ennui l’emporterait. Cependant, une jeune femme fit son entrée. Plutôt jolie, elle s’assit face au bar et décidé de rompre un peu la monotonie tout autant que de faire mon boulot, je m’avançais. La jeune femme semblait soucieuse mais je me permis néanmoins de poursuivre.


    - Bonjour Mademoiselle. Ah, la tête des mauvais jours. Je vous conseille notre cocktail maison, il vous redonnera le sourire. Je vous sers quoi ?

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Lun 27 Oct - 18:09

Elle entendit une voix la tirer de sa rêverie mais n'eut aucune réaction et son regard resta fixe. C'était comme si elle cherchait la motivation pour poursuivre sa journée. Elle serait bien restée bloquée là, comme une statut pendant toute l'après-midi à simplement se perdre dans ses pensées en ignorant que le monde extérieur continuait de tourner. Mais qui ne sait que ce n'est pas une solution?

Ce fut pourquoi, elle laissa tomber son bras qui soutenait son menton, lestement sur le bar et se redressa légèrement pour faire face au serveur. Plutôt bel homme et d'un âge qui tranchait clairement avec ceux des vieillards séniles autour d'eux. Un peu de jeunesse dans ce paysage ne faisait pas de mal, pas étonnant qu'elle se laisse décrêpir et s'endorme à moitié sur le comptoir dans une salle remplie de personnes séniles! Bon d'accord... elle exagérait un peu même beaucoup mais ce n'est là que la vision du monde selon Miss Cartwright. Elle reprit simplement d'un ton tout ce qu'il y'avait de plus neutre.


« Eh bien, va pour votre cocktail maison alors... et s'il me redonne le sourire, ce dont je doute, je m'engage même à vous laisser un généreux pourboire. »

Manière de le défier de la faire sourire? Allez savoir peut-être, il ne fallait jamais prendre ce que Roxy disait pour une simple façon de parler, bien sûr, elle était aussi ironique et sarcastique mais il y'avait toujours un fond de vérité dans ce qu'elle disait. Une sorte de franchise et de façon directe de s'exprimer qui ne l'avait jamais quitté et qui ne jouait pas vraiment à son avantage socialement parlant! Et puis qu'il s'estime heureux, car s'il n'avait pas été mignon, elle se serait davantage engagée à se faire rembourser si jamais il ne lui avait pas redonné le sourire.

Enfin, c'était un défi ambitieux car déjà en temps habituel, Roxy ne souriait vraiment pas souvent sinon de façon ironique ou provocante. Mais les sourires de bonheur, d'allégresse, c'était devenue chose rare chez elle et ça lui prenait la tête. L'un des plus grands défauts est sans doute celui qui fait de vous un être blasé, il y'avait quelque chose en elle qui l'empêchait d'accéder à la joie, à l'enthousiasme ou à l'émerveillement: une sorte de lassitude permanente et c'était plus lourd encore pour elle que pour les personnes qui lui parlaient. C'est précisément cela qui la conduisait à faire des bêtises, à tenter de nouvelles choses, à vouloir toujours plus, tout vivre de façon toujours plus forte! Elle avait besoin de ressentir, c'était un besoin constant... un désir insatiable qui faisait son malheur aussi. Mais quelques rares fois, elle y arrivait et un son cristallin s'échappait de ses lèvres, un rire doux qui était d'autant plus enchanteur qu'il était rare.

Ajoutez à cela sa mère qui se trouvait à Sainte Mangouste et on comprend bien mieux que la nature du défi se rapproche de l'impossible. Mais elle se posait beaucoup de questions concernant cela et elle se demandait ce qui la troublait plus: que sa mère soit blessée ou le fait qu'elle n'arrive pas à en être profondément affectée? Elle devrait s'inquiéter normalement, elle aurait du courir à son chevet, peut-être même pleurer mais non... rien de cela. Ca lui avait fait un coup, sa gorge s'était serrée mais rien d'autre. Etait-ce de la tristesse ou de l'angoisse? Elle n'en savait rien, c'était un malêtre tout simplement et elle ne savait pas même à quoi il était dû. Elle en avait marre d'être une adolescente car ça devait être à cause de l'âge qu'elle se posait tant de questions, ça devait forcément être une phase normale par laquelle il fallait passer. Elle l'espèrait en tout cas car elle ne se voyait pas avancer ainsi durant toute sa vie.
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Mar 28 Oct - 14:16

    La jeune femme semblait particulièrement perdue et je me demandais ce qu’elle pouvait bien avoir à l’esprit en ce moment même. C’était un peu étrange, mais j’avais l’impression que comparé à la période où je débutais encore vraiment dans mon métier, le bar semblait alors bien plus vivant et gai toute la journée, alors que maintenant, j’avais l’impression que les seuls clients réguliers étaient ces vieux poivrots qui se soulaient toute la journée en parlant de leurs misères et des maux du monde et surtout, de ceux qui risquaient de bientôt leur tomber dessus. C’était un peu déprimant mais je m’y étais fait. Ces discussions me permettaient également de noyer parfois mon ennui et de briser avec les tâches du genre de nettoyer tous les verres dont disposait le bar. Mais effectivement, voir un visage aussi jeune et pourtant aussi triste me frappait, j’étais sans doute trop habitué à voir des « vieux » dans cet état là. Et surtout, je n’avais encore jamais vu de jeunes anglaises déprimer en réalité.


    Mes paroles semblèrent arracher littéralement la jeune inconnue de ses pensées et celle-ci tourna son visage vers moi. Elle était plutôt jolie, un visage aux traits séduisants et des lèvres dont j’imaginais le sourire plaisant. Mais elle semblait aussi plutôt jeune, plus jeune que moi-même, bien que je ne pu me prononcer de façon certaine sur ce sujet. Mes estimations étaient souvent plutôt bonnes, mais là, elle avait un air mature dans un corps qui semblait plus jeune et il était donc difficile de deviner l’âge de la donzelle. Mais si je devais me prononcer, je lui aurais donner seize ou dix sept ans. Il était peu commun de voir de jeunes femmes au chaudron baveur à cette heure ci. D’un ton neutre, la jeune femme me commanda le cocktail maison et me mit au défi de la faire sourire…


    Je ne savais pas pourquoi, mais je sentais que cela ne serait pas chose aisée.



    - Eh bien, va pour un cocktail maison ! Curaçao, vodka, sirop de grenadine et rondelle de citron, ça marche !


    Décidé à relever le défi plus qu’à véritablement le remporter, je me mis à agiter des bouteilles dans tous les sens puis à saisir un verre. Laisser couler les boissons puis les laisser se décanter quelques secondes, afin que le mélange soit parfait et que cela forme un tout homogène d’une jolie couleur bleue. Satisfait, je me retournais à nouveau la jeune femme qui semblait un peu plus réveillée à présent, bien que son visage reste un peu fermé à mon goût. Posant le verre devant la jeune femme, je m’assis derrière le comptoir.


    - Et voilà ! bah vous savez, le pourboire que vous me donneriez éventuellement n’est pas ma principale motivation, voire une aussi jolie jeune femme que vous sourire et être moins triste serait pour moi une bien meilleur récompense, mademoiselle… ?


    Le genre de question dont j’avais le secret. L’art d’en poser plusieurs en une seule. En une phrase interrogative, j’avais demandé à la fois le prénom de mon interlocutrice tout autant que de glisser un compliment, avoir la confirmation de son état d’esprit actuel tout autant que la renseigner sur le moins. L’après midi allait s’avérer moins monotone qu’elle n’avait commencée, j’en étais certain.

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Mar 28 Oct - 23:22

Dis comme ça, le cocktail semblait en effet excellent.... il rassemblait tous les ingrédients favoris de Roxy mais voilà, il y'a des jours comme ça ou ce genre de petites choses peut suffir à vous rendre enthousiaste et d'autres, où ça vous laisse froide, indifférente. En tout cas, même si elle ne souriait pas, ça lui faisait du bien de pouvoir parler, d'être face à quelqu'un de sympathique. Oh bien sûr, il y'avait à Poudlard des personnes sympas mais dès qu'elle y pensa, la première personne qui vint à l'esprit de Miss Cartwright fut Emmeline Vance, cette élève de Serdaigle qu'elle ne connaissait pas mais qui l'avait marqué par son enthousiasme le jour du cours d'Etude des Moldus, une voix qui montait haut, un sourire laissant voir toutes ses dents... non vraiment, tant d'enthousiasme: ça la tuait!

Et à côté de ça, il y'avait eu une autre élève de Serdaigle: Heaven Peaceful, son nom l'avait marqué, la jeune fille s'était mise à déballer ses malheurs... et pendant quelques secondes, Roxy s'était demandée laquelle elle avait trouvé la plus pathétique. Elle savait qu'il aurait fallu qu'elle se remette en question, qu'elle était bien trop critique mais elle n'y arrivait pas, ça devait être dans sa nature ou une autre connerie de ce genre-là, elle savait pas trop et puis en cet instant, elle n'avait pas envie de se poser de questions. Elle avait juste envie de mettre son cerveau et toutes les pensées qui le traversaient en mode pause et de simplement partager une conversation avec le beau serveur, l'une des rares personnes qui ne l'exaspérait pas dès le premier mot échangé. Il ne se doutait pas à quel point ça pouvait être une belle performance, mais Roxy en était elle, pleinement consciente et bien qu'elle ne l'aurait jamais admis, pas même sous la torture, le fait de simplement discuter, même de choses totalement superflues avec lui, ça lui faisait du bien.


« Je sais pas si j'ai envie de vous le dire... »

Elle prit entre ses mains le verre qu'il lui avait tendu mais n'y toucha pas, sans pour autant à aucun moment cesser de le fixer dans les yeux. Son ton était froid et détachée comme d'habitude et elle reprit simplement avec un regard plus angélique et d'un ton légerement amusée:

« ... en ne le disant pas, je vous laisse une parfaite excuse pour continuer à m'appeler la 'jolie jeune femme' et il se pourrait que ça me plaise assez comme surnom. Et vous? Je peux savoir votre nom où devrais-je me contenter de vous appeler le beau serveur? »

Un simple haussement de sourcil suggestif, rien d'autre. Roxy jouait gentiment comme à son habitude. Beaucoup peuvent trouver ça bizarre mais elle trouve ça simplement amusant. A vrai dire, elle avait même eu envie de sourire mais n'en avait rien fait dans un unique but: le défi qu'elle avait lancé. Joueuse encore et toujours mais néanmoins sincère. C'était peut-être tournée sur le ton de l'amusement mais elle n'en pensait pas moins chaque mot qu'elle avait prononcé. Elle avait apprécié le compliment et elle le trouvait vraiment beau. Alors oui elle jouait, mais elle jouait franc jeu comme d'habitude. Elle baissa finalement son regard vers son cocktail qui avait une couleur qui donnait tout de suite envie et elle ne se fit pas prier pour en boire une longue gorgée à la paille. Délicieux ce cocktail...
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Ven 31 Oct - 14:15

    En fait, je ne pouvais pas m’empêcher de me comporter de façon un peu plus que galante et amicale avec les femmes en général et les jolies femmes en particulier. Je n’avais évidemment aucun scrupule en la matière. En fait, je n’en avais absolument aucune idée, de ce qui me faisait me comporter ainsi, j’en déduisais simplement qu’on en était arrivé à une certaine habitude. C’était vrai. Je m’étais en fait toujours comporté de cette façon avec les femmes, qu’est ce qui avait vraiment changé en réalité ? Je sortais avec Alice mc Pherson et je n’étais peut être pas sensé me comporter ainsi avec d’autres femmes qu’avec elle. En même temps, tant qu’il n’y avait ni pensée obscène, ni geste ou parole déplacé, je n’avais en fait rien à me reprocher si ? Ahlala, je n’étais décidément pas habitué à ce genre de relation et restait un peu novice en la matière. En tous cas, j’étais sûr de m’être bien comporté jusqu’ici, alors il n’y avait absolument aucune raison que cela ne dure pas, si ?


    En fait, j’aimais aussi également beaucoup mon travail pour le fait qu’il me permettait de tenir des discussions très intéressantes avec des femmes charmantes sans que pour autant il ne se passe quoi que ce soit. Et c’était également le cas ici. J’aimais déjà la compagnie de mon interlocutrice. Elle semblait être plutôt intelligente en plus d’être très jolie, et son esprit semblait parfaitement aiguisé comme semblaient le prouver ses paroles. Elle était plutôt bien châtiée niveau langage et ses traits d’humeur apparemment un peu sombre était quelque chose que je savais goûter et qui surtout, ne me rebutait pas. Mais au-delà des paroles, les regards de la jeune inconnue étaient équivoques et me montraient surtout qu’elle était triste et déboussolée. D’apparence et dans ses paroles, elle laissait l’apparence d’une personne jeune mais solide, mais quelque chose dans son regard m’attirait et me montrait que la réalité n’était pas aussi facile.


    L’inconnue continua d’un ton que je perçu comme un peu taquin et me fit sourire, elle ne voulait pas décliner son identité pour faire en réalité bonne mesure, et surtout que je continue à la complimenter. Le jeu était lancé et la partie commencée, je le sentais. Ce serait à qui serait le plus fort dans le verbiage. J’adorais ce genre de rencontre et me délectait d’avance de ce qui allait suivre. Ainsi, cela lui plaisait ? Elle allait être servie, même si moi je me décidais à lui laisser une longueur d’avance… Beau joueur en tous cas, c’était une qualité que j’avais. Une des rares, certes, mais une qualité quand même ! D’autant qu’en face d’une femme aussi intéressante que celle avec qui je parlais on ne pouvait que s’amuser et puis je ne perdais rien à lui dire mon nom !



    - Ai-je véritablement besoin d’une quelconque excuse pour énoncer une vérité ? Quant à moi, vous pouvez continuer à m’appeler « beau serveur », bien que cela ne m’apparaisse pas comme un qualificatif approprié. Torben Badenov, pour vous servir. Moldave de mon état, ancien gryffondor et serveur dans ce bar. Dites moi si je me trompes mais vous semblez apprécier le cocktail, dans ce cas, je pourrais également vous conseiller le Cariposkaïa, composé de vodka, de sucre et de citron vert. A moins que vous ne désiriez autre chose…


    Il fallait que je fasse quand même un minimum attention à mes paroles, si je continuais ainsi je franchirais la limite invisible que je m’étais moi-même placée quand j’avais commencé à sortir avec Alice, ma douce Alice. Je n’avais absolument aucune intention de lui être infidèle et voulait faire de mon mieux possible pour que le bonheur que je lui apporte ne soit entaché de quoi que ce soit, j’y mettais toute mon énergie. Cependant, je devais avouer que devant ce genre de jeu, j’avais bien du mal à garder toute ma contenance…

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Ven 31 Oct - 17:09

Le draguait-elle? Beaucoup de personnes assistant à la scène aurait affirmé cela... mais pas Roxy. Pour elle, c'était bien simple, elle partageait une simple discussion, une discussion plaisante rien d'autres. Il est vrai qu'elle jouait avec les mots nottament et même avec sa voix, mais elle a toujours été comme ça avec les hommes qu'elle trouvait intéressant. Pas avec tous évidemment car quand elle trouve un garçon idiot, quand elle voit bien qu'il n'a rien à lui apporter, c'est un tout autre dialogue mais disons qu'elle se délecte toujours autant. Et puis elle aimait la franchise, elle n'était pas une grande admiratrice des faux semblants et il ne fallait pas voir là une invitation, c'était simplement un jeu innocent. Bien sûr, certains objecteraient à cela que ce genre de jeu innocent dévie vite mais Roxy était bien loin de penser à tout cela. Elle ne pensait qu'au présent et savourait ainsi cette plaisante conversation.

Toujours flatteur apparement... mais elle avait toujours aimé les compliments, elle n'était pas de ces personnes qui baissaient la tête pour cacher leurs joues rougissantes. Loin de là. Elle savait qu'elle était jolie, elle s'en était rendue compte avec le temps et n'avait tout simplement pas de complexe mais elle ne plaçait pas son physique au centre de tout. Elle avait déjà croisé tant de filles plus jolies qui misaient tout là-dessus, et pour cause, dès que ses filles ouvraient leur bouche, on était forcée de découvrir qu'elles avaient autant de vocabulaire qu'un troll! Roxy trouvait toujours ce genre de spectacle pathétique... presque attristant même. Certes, elle était une jolie fille mais ce n'est pas ce qu'elle voulait, elle voulait toujours plus, ça ne lui suffisait pas. Elle voulait être instruite, intelligente, aimée, forte... et tant d'autres choses qu'elle voyait comme le moyen de pouvoir être heureuse un jour!


« Non, c'est vrai... vous pouvez m'appeler Roxy Cartwright, ça me plaît moins mais c'est plus court alors va pour Roxy... »

Roxanne de son vrai nom mais tout le monde l'avait toujours appelé Roxy si bien que quand on l'appelait Roxanne, elle était toujours un peu prise de court. Etonnant qu'il ne se trouve pas beau, elle haussa un sourcil intrigué... elle était habituée à croiser des hommes plutôt fiers de leur physique, certains à tort d'ailleurs qu'elle laissait toujours à contre coeur se faire bercer par leur douce illusion.

« S'il vous plaît pas, je veux bien vous appeler le "beau Torben" à la place... j'aurais bien dit le "beau Gryffondor" mais de la bouche d'une Serpentarde, ça sonnerait comme traîtrise et je considère avoir assez d'ennemis comme ça. En tout cas, votre nom ne m'est pas étranger, vous avez dû faire parler de vous à Poudlard pour que ça me dise quelque chose... »

Elle haussa simplement les épaules... Roxy n'avait en effet pas beaucoup d'amis, elle n'en avait qu'une à vrai dire et qui n'était pas à Poudlard. Mise à part son incapacité évidente à se montrer sociable, elle était dans une position délicate puisque son nom de famille même était source d'affrontements. Pour certains, c'était Cartwright... comme Nicole Cartwright: la jeune héritière d'une grande famille de sorciers qui avait commis la pire infâmie imaginable en portant l'enfant d'un moldu; Et pour les autres, c'était Cartwright... comme Nathaniel Cartwright: grand sorcier fier de son sang et impitoyable avec les moldus jusqu'au bout des ongles. Roxy ignorait encore que d'un côté comme de l'autre, l'affrontement allait bien plus loiin mais déjà il était assez avancer pour que, dans les temps actuels, elle soit cible de regards noirs dans les couloirs. Car si peu que vous ne soyez pas de nature sympathique et les personnes ne retiennent que ceux qui veulent savoir, c'est-à-dire le côté de son histoire qu'il jugeait "honteux" selon leurs idéaux. Mais ça ne la gênait pas à vrai dire, elle jouait beaucoup de cela pour ne pas se laisser approcher jouant toujours de cette contradiction pour perdre les autres...

« Encore un cocktail? Je vais finir par croire que c'est pas sans arrières pensées. Enfin, j'accepte. »

Elle avait simplement légèrement penché sa tête d'un côté en haussant les sourcils, simple moyen de suggérer à nouveau mais elle restait toujours vague et floue, c'était bien plus intéressant, ça laissait toujours le choix à l'interlocuteur d'interpréter à sa guise après tout.
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Lun 3 Nov - 18:34

    Plus le temps passait, plus j’avais l’impression de nager en eaux troubles. Pas que j’avais l’impression de trahir Alice ou quoi que ce soit de ce genre là. Juste que je savais très bien que dans le fil d’une discussion de ce genre là, mes paroles allaient parfois bien plus vite que mon esprit et je risquais inconsciemment de transgresser les règles strictes que je m’étais fixées. En même temps, je n’étais même pas totalement sûr que je faisais le bon choix en sortant avec quelqu’un qui était aussi différent de moi qu’Alice, pour la simple et bonne raison que c’était un choix venant de mon cœur et contrairement à mon habitude surtout. Mais je me faisais une certaine idée de mon honneur et de la façon dont les hommes devaient se comporter avec les femmes et je comptais bien continuer à appliquer les principes qui avaient toujours régis ma vie jusqu’à maintenant. Changer serait une insulte faite à mon éducation et par ce biais à mes parents. Je ne pouvais le tolérer, puisque mon caractère et ma façon d’être étaient en grande partie héritées de ce que feu mes parents avaient pu m’apprendre…


    J’avais aussi toujours su parler aux femmes quand une saine ambiance s’était installée au fur et à mesure de discussions. Faire des compliments quand la situation était appropriée et ne pas mentir en le faisant, telle était la règle. Si un disait à une jeune femme laide comme un troll qu’elle était aussi belle qu’une actrice mondialement connue pour sa beauté, on mentait et on risquait surtout de la blesser, ce qui était totalement contre indiqué, d’autant plus quand on est serveur et qu’avoir des frictions avec des clients n’est franchement pas bon pour le commerce ! Enfin bref, je ne mentais pas à Roxanne qu’elle était jolie, et elle semblait réellement flattée, et donc j’eu enfin droit à ce qu’elle me dise son identité… Roxy Cartwright !



    - Heureux de vous connaître Miss Cartwright. Mais si cela vous plaît moins, comment puis je vous appeler ?


    Poli et courtois jusqu’au bout, telle était ma ligne de conduite avec les jeunes et jolies inconnues. Heureux de la connaître, je l’étais assurément. Cette rencontre et cette discussion me permettaient de rompre avec l’ennui qui s’était installé toute l’après midi. Et puis, cette Roxy semblait être quelqu’un de triste, mais tout à fait charmante. Elle me rappelait un curieux mélange entre Krystel Raybrandt et Alice je trouvais. Aussi perspicace que joueuse que Krystel mais plus sereine et plus amicale comme Alice. Et elle paraissait étonnée que je décline mon « charme ». Ben oui, j’étais pas trop du genre à me la péter sur mes attributs, je faisais ce que je pouvais avec ce que j’avais et puis c’était très bien ainsi, je n’avais à mon avis pas à me considérer comme quelqu’un de beau ou quelqu’un de moche.


    Le « beau Torben » ? Là je sentais la lumière rouge s’allumer, il fallait que je fasse attention car on allait s’engager sur une pente savonneuse à ce train là et je m’efforcerais de dériver de l’autre côté. Par ailleurs, je venais également de découvrir que la jeune femme était une serpentarde. Je ne savais pas trop quoi penser de cette maison. Ils m’avaient semblé être un beau ramassis de gars imbuvables mais après l’histoire avec les maraudeurs, je devais bien avouer que les types imbuvables étaient partout. Je devais donc revoir mes a priori au niveau de Roxy, qui semblait bien plus ouverte et intéressante que bien d’autres élèves de Poudlard, Gryffondor y compris. Je répondis à la jeune femme avec un sourire.



    - En fait je ne suis plus Gryffondor, et puis « Torben » est très bien je trouve, inutile d’enjoliver mon prénom, ce ne serait que de la flagornerie inutile. J’ai effectivement fait parler de moi à mon grand dépit, à savoir que je suis parti en cours d’année, il y a deux mois, sans donner de raison apparente. Peut être aussi avez-vous entendu parler de moi parce que je sors avec Alice Mc Pherson, une septième année de Gryffondor… Sinon, vous êtes en quelle année ?


    Par cette réplique, j’espérais montrer à la jeune femme qu’il existait une limite invisible aux rapports que nous aurions et de lui faire prendre conscience surtout de cette limite. Je ne voulais pas l’offusquer ou la vexer pour autant, je la trouvais séduisante et charmante, en particulier à cause de la discussion intelligente et amusante que nous avions. Et puis, je ne voulais pas non plus plomber l’ambiance ! Finalement, Roxy Cartwright accepta mes compliments et ma proposition de cocktail tout en continuant les sous entendus, tout en se permettant d’aller plus avant. Cela me fit sourire plus qu’autre chose, j’aimais beaucoup l’humour de la jeune femme.


    - Oh, ne craigniez rien, si j’avais des arrières pensées, j’aurais drogué le premier cocktail et vous seriez déjà dans mes bras… Vous prendrez quoi ?

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Mar 4 Nov - 0:37

Comment l'appeler? Bonne question. A vrai dire elle n'avait jamais eu d'autres surnoms que Roxy, certains s'essayaient à Rox mais oubliaient vite cela en voyant le haussement de sourcil sceptique par lequel la demoiselle y répondait. Elle n'avait jamais vraiment eu de surnoms d'ordre "affectifs "à vrai dire; en général, les premières personnes qui vous en donnent sont vos parents. Bien sûr, ils ne sont pas toujours spécialement originaux mais ce sont des surnoms quand même. Elle pensa alors à sa meilleure amie et se souvint qu'elle avait l'habitude de l'appeler "Snow White". Ca remontait à leur tendre enfance et ça ne les avait finalement plus quitté. Elles étaient respectivement "Snow White" et "Boucles d'or" mais de la bouche d'une autre personne, cela aurait été plus qu'étrange à vrai dire.

Reprenant le fil de ses pensées, elle releva vers lui ses yeux bruns qui s'étaient égarés sur le comptoir durant un bref instant et répondit finalement:


« Je sais pas vraiment en fait. Pourquoi pas Pretty Girl... quoi que Pretty Roxy ferait un peu plus personnalisé. Mouai, bon j'admets, dans les deux cas, ça fait plutôt niais.»

Elle leva les yeux au ciel avec un léger sourire ironique, se moquant d'elle-même par ce biais. Qui a dit que seuls ses interlocuteurs avaient droit à son ironie? Elle n'avait pas non plus pour habitude de s'épargner. Roxy n'avait jamais vraiment reçu de nombreux surnoms et avait encore moins eu l'habitude de s'en donner alors tout sonnait bizarre à ses oreilles. Bref, ce petit épisode de cafouillage devait vite être clos.^^ Elle ne comptait pas ajouter quelque chose d'autre, pas vraiment désireuse de plus s'enfoncer encore.

Elle allait donc devoir se contenter de Torben, la flagonerie inutile n'était pas si mal à son goût. Mais elle comprenait qu'il préfère aller à la simplicité car après son échec pour se trouver un surnom, il lui fallaut bien admettre qu'au final "Roxy" était un surnom qui valait bien tous les autres! Enfin, elle l'appellerait donc simplement par son prénom mais maintenant qu'elle avait commencé à collé l'adjectif "beau" à tout bout de champ, elle savait que ça allait hanter son esprit.


« Je me souviendrais quand même de vous comme le "beau Torben"... trop tard. »

Un simple petit haussement d'épaules faussement désolé mais elle écoutait déjà la suite comprenant immédiatement pourquoi son nom lui semblait famillier. Ce petit évènement avait fait beaucoup de bruit à Poudlard il y'a de ça quelques semaines, ou mois... elle ne savait même plus. Mais ce dont elle se souvenait clairement, c'était que ses oreilles en avaient eu vent. Et pourtant, elle n'était pas du genre à prêter attention aux commérages, elle devait par exemple être l'une des seuls à ne pas jetter un coup d'oeil curieux au Racontard. Tout simplement car elle n'avait que faire des petits secrets croustillants de personnes dont elle n'avait tout autant que faire. Enfin, le départ de Torben avait tant fait jaser que même elle avait été au courant, ça laisse présager l'ampleur de la rumeur! Sans donner de raisons apparentes... ça ne voulait pas dire qu'il n'y en avait pas. Il y'en avait de toute façon forcément une, on ne décidait pas de quitter l'Ecole pour devenir serveur sans aucune raison. C'était une décision qui pouvait changer votre vie après que ce soit pour une raison originale ou banale telle qu'une vocation trouvée ou un gros ras-le-bol pour les cours, elle ne savait pas... mais il y'avait forcément une raison. Enfin, cette raison ne la concernait pas et à vrai dire, elle ne lui importait guère. Elle n'allait pas commencer à le questionner sur le pourquoi du comment après tout....

Elle le fixa sans ciller du regard et sans que son visage ne perde sa neutralité quand il évoqua Alice mais au fond d'elle, ça la faisait légèrement sourire qu'il se soit senti obligé de glisser entre deux phrases qu'il était pris. Les hommes et l'art de la subtilité... il y'aurait de quoi faire pâlir l'écrivain de l'Histoire de Poudlard avec une thése pareille car il en aurait fallu des pages et des tomes d'écriture!


« Je suis en cinquième année, les cours commencent à se compliquer mais ce n'est pas plus mal. Il faut dire que, en vue de mon célibat, j'accorde beaucoup d'importance aux cours. Et puis, avec l'épreuve des BUSES qui approche...»

Elle lui sourit légèrement d'un air amusé, ésperant lui faire voir clair dans son jeu. Elle s'était simplement amusée à mimer sa phrase à lui en insérant son statut de célibataire entre deux phrases, de la même façon qu'il avait évoqué Alice sautant un peu du coq à l'âne. Simple moyen de lui faire comprendre qu'elle avait trouvé cela assez amusant... elle ne se moquait pas de lui, c'était le genre de petites choses qu'elle trouvait simplement assez drôles et qu'elle aimait relever gentiment. Elle baissa simplement sa tête vers le comptoire pour ne pas trop sourire et garder son sérieux, sans quoi, il aurait vraiment pu penser qu'elle se moquait et mal le prendre, ce qui aurait été dommage.

Peu à peu, elle décrochait un peu de ses sombres pensées pour se permettre timidement de s'amuser mais c'était un terrain sur lequel elle avançait prudemment, elle n'avait pas l'habitude d'y mettre les pieds et cela lui semblait tellement fragile, elle ne voulait pas briser cela par une petite maladresse et avait peur également de trop se laisser aller. C'était comme si elle se fixait elle-même des barrières pour s'interdire de trop s'amuser. Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle faisait cela... c'était juste une habitude qu'elle avait pris. En appréciant la compagnie d'une autre personne, en s'amusant tout simplement, on se laissait toucher quelque part et c'était ça qui lui faisait peur. Elle avait tout simplement peur de l'apprécier car elle n'aimait pas vraiment se rendre dépendante de quelqu'un un tant soit peu. Dépendante est sans doute trop fort... mais ne serait-ce que lui accorder un peu de place dans ses pensées et lui donner une importance même minime sur le cours de sa vie, c'était une chose dont elle se méfiait. Tout simplement car on ne connaît jamais vraiment quelqu'un et qu'il faut toujours se méfier. Osant donc sourire puis se retenant immédiatement, elle avançait et reculait dans ses limites, poussant tout doucement ses barrières habituelles un peu plus loin, sans même qu'elle n'en ait conscience.

Elle fut amusée par ce qu'il répliqua, voyant qu'il ne s'était pas fait attendre pour interpréter à sa guise les points de suspension qu'elle laissait volontairement entendre. Mais ce qu'il y'a de bien avec ça, c'est justement qu'on peut l'interpréter de différentes façon et établir un simple petit jeu qui permet de mieux cerner son interlocuteur.


« Par arrières pensées, j'entendais simplement que vous me proposiez de l'alcool pour que je vide plus rapidement ma bourse... »

Non, en fait... elle n'avait pas pensé à cela, ou plutôt... elle avait pensé aux deux à la fois lui laissant à lui tout le soin de choisir. C'était un garçon et évidemment, il avait choisi d'intérpréter cela selon la proposition... Bon d'accord, de nombreuses filles l'auraient sans doute interprété de la même façon vu le dialogue qui s'était installé. Elle reprit finalement avec un simple sourire aux coins des lèvres:

« Mais j'aime néanmoins la façon dont vous savez mettre vos clientes en confiance. Je vais me laisser tanter par le Cariposkaïa. »
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Mar 4 Nov - 11:47

    La jeune femme semblait réfléchir un certain moment à ma question sur la façon de l’appeler. Visiblement, je l’avais un peu prise au dépourvu en la questionnant ainsi sur elle mais ce n’était pas plus mal. Je cherchais en fait quelque chose entre le « grivois » comme quand je l’avais appelée la « jolie jeune femme » qui était peut être la vérité mais cela pouvait être perçu par bien des oreilles comme étant un peu déplacé mais pas aussi morne que le « Roxy Cartwright ». Je n’avais pas vocation à trop me familiariser non plus avec la clientèle mais je devais avouer que je n’avais pas non plus en vie de me retrouver dans des discussions trop révérencieuses ou obséquieuses alors que le courant passait en plus plutôt bien avec la jeune femme que je servais ! D’ailleurs, celle-ci me fit part du résultat de ses réflexions quant à la façon dont je pouvais l’appeler. Pretty girl ou pretty Roxy ? Bon, cela sonnait de la même façon qu’au début mais elle réussit à me faire rire, aussi avais je adopté ce surnom.


    - Bien, va alors pour Pretty Roxy. Je ne veux pas dire par là que vous avez l’air niaise, bien au contraire, juste que cela vous va bien, mais cela ne vous rend pas tout à fait justice je l’avoues… Vous êtes jolie, mais vous aimez aussi la vodka ! Il vous faut quelque chose de plus approprié ! Enfin, c’est pas pour autant que je serais capable de vous en trouver un bon !


    Et c’était vrai, j’étais tout à fait pitoyable en matière de surnoms. Je n’avais jamais réussit à en trouver un bon, ni pour mes amis, ni pour les membres de ma famille, alors imaginez pour une quasi inconnue ! Mais bon en même temps, je devais avouer qu’elle me faisait bien sourire quand même, avec son attitude, que ce soit envers moi ou envers elle-même ! J’aimais beaucoup les personnes autodidactes et je devais avouer qu’elles se faisaient malheureusement fort rares par les temps qui couraient ! En même temps, je pouvais toujours l’appeler par son prénom et elle par le mien, c’était après tout plus simple et Roxy devait déjà être le diminutif d’un autre prénom, Roxanne probablement, bien que je ne sois pas particulièrement versé dans les us et coutumes occidentaux !


    Un autre sourire apparut sur mon visage quand Miss Cartwright me dit qu’elle se souviendrait tout de même de moi comme le « beau » Torben. Décidément, cette fille savait ce qu’elle voulait et elle avait l’éloquence qui lui permettait de tout faire passer ! Par contre, cela me fit immédiatement penser à une vieille connaissance… Sans que ça ne me déplaise pour autant ! Roxanne était après tout différente, bien plus discrète et aussi beaucoup moins intéressée, si vous voyez ce que je veux dire. C’était peut être aussi parce que les mots et le jeu qui tournait autour était bien plus subtil et délicieux pour mon esprit endormi et ennuyé par la journée de travail. Je remarquais également que la jeune femme devait avoir entendu parler de mon départ du Château, mais elle eu le bon sens et le tact de ne pas poser de questions à ce sujet.


    Toujours en me fixant les yeux dans les yeux, Roxy se mit à sourire presque imperceptiblement quand j’évoquais Alice. Je ne savais pas trop la raison de cette réaction mais ce qui était sûr, c’était que j’y étais allé franco et n’avais pas vraiment pris le temps d’amener le sujet de moi-même. D’ailleurs, mon interlocutrice me le prouva en glissant à son tour l’évocation de son propre célibat. J’avais du mal à comprendre comment une fille telle qu’elle était seule mais je ne la connaissais pas suffisamment pour pouvoir apporter le moindre élément de réponse à cette question. Cinquième année ? Elle était donc plus jeune que moi d’un peu moins de deux ans, et je fus surpris par cette nouvelle.



    - Eh bien, vous n’êtes qu’en cinquième année ? Vous faites bien plus mature Miss, j’ai parlé avec des gens bien plus âgés que vous et qui n’avaient pas votre éloquence ni votre charme. Je vous avez donné mon âge, sinon plus ! Il me paraît étrange qu’aucun des bellâtres du château n’ait mis le grappin sur vous, sans vouloir vous manquer de respect, vous êtes plutôt une « belle prise » pour les béllâtres du château, si vous voyez ce que je veux dire.


    Là, j’avais fait exprès de laisser la confusion possible sur tous les sens cachés de mes paroles. Déjà rien qu’en les formulant, je n’en avais pas moins de trois à l’esprit, et encore, sans trop y réfléchir. Le premier était une question cachée pour m’informer poliment et « subtilement » de la raison d’une jeune femme que je jugeais intéressante à tous points de vue, le deuxième était tout simplement une question quant aux éventuels assauts des maraudeurs et de tous les coureurs de jupons du château. Il allait sans dire que j’en avais moi-même été un et que je le serais toujours sans doute un minimum, on ne pouvait pas chasser le naturel sans qu’il ne revienne au galop après tout ! Enfin, le troisième sens, encore plus subtil, était un sous entendu du genre de celui qu’elle m’avait fait il y a quelques instants…


    En tous cas, il semblait que je pourrais sans conteste possible demander à ce que Roxy m’accorde la victoire, j’avais après tout relevé son défi avec succès et l’avait fait sourire plusieurs fois. J’en était plutôt satisfait car elle avait semblé plutôt déprimée et neutre vis-à-vis de ma personne tout au début de notre conversation, et aussi peu convaincue de mon réel talent à remonter le moral des gens. En fait, c’était tout un art, un art que tous les barmans et serveurs devaient apprendre s’ils voulaient continuer à faire du chiffre pendant les périodes difficiles…. Et la période actuelle l’était assurément avec tous les troubles ! A mon sens, il était inutile de rajouter de la tristesse en ce monde avec tout ce qu’il s’y passait déjà à l’heure actuelle !


    Bien entendu, j’avais interprété le sous entendu de Roxy de la façon à laquelle elle s’attendait à coup sûr, de façon grivoise ! En même temps, il m’aurait paru étrange que quiconque n’y aurait pas pensé à ma place ! Certes, j’avais la réputation d’un espèce de mini satyre, mais quand même, le sourire amusé qu’arbora ma camarade ne pu que confirmer mes soupçons, cela faisait toujours partie du petit jeu qui s’était instauré entre nous, et j’avais foncé tête baissé dans le panneau. Je ne m’en fustigeais pas, mais cela me fit sourire. Pour une fille de quinze ou seize ans, elle assurait !



    - Peut être que oui, mais je suis sûr que la perche m’était bel et bien tendue… Je me retiendrais cependant de faire une plaisanterie facile avec vos propos, je me contenterais juste de dire que vous pouvez vider votre bourse à la vitesse qui vous convient, je suis suffisamment endurant pour vous apporter tout ce que vous désirerez en échange ! Ahem ! Ceci étant dit, je vais vous chercher votre cocktail !


    Là, j’avais fait le boulet, mais la feinte était trop tentante pour que je la contienne. Un sourire satisfait sur les lèvres, je fis demi tour pour aller préparer un deuxième cocktail qui se fit plutôt rapidement, vu que je débordais littéralement d’ingrédients et avait pris l’habitude de m’en faire durant mes pauses. Revenant rapidement, je posais le verre devant la jeune femme et lui fit remarquer quelque chose…


    - Si vous me deviez un bon pourboire à chaque sourire que je vous ai arraché, je croulerais littéralement sous l’or n’est ce pas ? Disons que nous serons quitte, j’en avais un peu marre de la morosité des autres clients de l’après midi
    Lui confiais je en murmurant.

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Mar 4 Nov - 17:41

Pretty Roxy... Peut-être qu'elle finirait par s'y faire, mais ça sonnait déjà mieux dans la bouche de Torben à vrai dire. C'est vrai que son amour pour la boisson ne transparaissait pas à travers ce surnom mais elle non plus n'avait pas vraiment de don pour les surnoms. C'était pas vraiment quelque chose pour lequel elle était douée, elle n'en donnait pratiquement jamais ou quand elle en donnait, ce n'était vraiment pas destiné à flatter. Elle était assez ouverte d'esprit pour pouvoir se moquer d'elle quand il le fallait mais elle n'allait pas non plus commencer à se descendre par des surnoms. Fallait pas non plus pousser.^^ Elle répondit assez amusée:

« Oui, si on pouvait éviter "Pretty Alcoolic Roxy", ça m'arrangerait bien... »

En plus de ne pas être spécialement court, il ne la flattait pas vraiment et pourtant il n'était pas entièrement faux quand elle repensait à sa dernière cuite à Pré-au-Lard mais ça avait été sa première, la première fois qu'elle touchait à la boisson en fait. Et puis ce jour-là, elle n'avait pas même bu par plaisir, elle ne savait même pas pourquoi elle avait bu. Elle voulait simplement essayer une nouveauté, elle était curieuse et beaucoup disent que l'alcool permet de s'amuser. C'était simplement pour ça qu'elle avait fait un essai et côté amusement, elle n'avait d'ailleurs pas été déçu. Aujourd'hui, elle n'était clairement pas ici pour boire jusqu'à faire n'importe quoi... non elle appréciait les cocktails pour leur goût et non pas pour leur effet sur les neurones une fois une certaine quantité dépassée.

C'était pas la première fois qu'on s'étonnait de la voir en cinquième année à elle-même ne se reconnaissait pas vraiment parmi les autres élèves de sa génération. Après, que ce soit de la maturité ou bien autre chose, elle n'en savait rien du tout mais elle n'y était pas vraiment à sa place. Pour sûr, elle aimait bien s'amuser et s'essayer à des jeux enfantins de temps à autre et avec sa meilleure amie, ça ne la gênait pas de parler de futilités. Mais ici, c'était encore différent et elle aurait été bien incapable de dire pourquoi. Etait-ce elle qui se bloquait par rapport à eux? Il y'avait peut-être un peu de cela aussi mais pas seulement. En tout cas, il avait égayer sa curiosité et elle se demandait maintenant bien quel âge il avait, ce qu'elle demanda en toute simplicité:


« Pourquoi? Vous avez quel âge? Vous êtes assez jeune pour que je puisse vous tutoyer j'éspère? »

Même si elle l'avait tutoyer au début comme elle l'aurait fait avec n'importe quel serveur, elle avait bien envie de laisser tomber cette marque de distance tout simplement car elle l'appréciait mais aussi parce que, ayant quitté Poudlard dans l'année, il devait soit avoir l'âge d'un sixième année, soit d'un septième année... autant dire qu'il n'était franchement pas assez âgé pour qu'elle le vouvoie comme s'il avait eu l'âge d'être son père!

Elle sourit légèrement quand il évoqua les bellâtres du château. S'il entendait par là les Maraudeurs, elle ne leur avait jamais parlé et ne s'en portait vraiment pas plus mal. Elle ne supportait l'arrogance que chez elle et puis leur façon de toujours s'amuser et de rire bruyamment de leurs propres farces leur donnait un petit air trop "imbéciles heureux" à son goût... enfin là, c'était encore autre chose: c'était de la simple jalousie et Roxy en était consciente, elle semblait être née avec une incapacité maladive à être heureuse et elle était vraiment envieuse quand elle reconnaissait le bonheur, car elle n'avait pas besoin de le connaître pour pouvoir le reconnaître quand elle le voyait. Après réflexion, il y'avait bien Sirius qu'elle avait rencontré mais à vrai dire, elle avait toujours eu un avis neutre sur lui tout simplement car lui aussi ne portait pas un nom facile à vivre par les temps qui courraient et la façon dont il arrivait à s'en détacher, elle trouvait ça encourageant. Et puis, elle l'avait trouvé assez marrant... et même sympathique.

Enfin, il n'y avait pas que des bellâtres chez les Maraudeurs, elle l'avait bien remarqué car elle n'avait pas oublié sa rencontre avec Jessi, un garçon de sa Maison mais elle ne lui avait parlé que brièvement, ce n'était pas pour ça qu'elle avait oublié leur délicieux échange, au contraire. Autant dire que dans ses rencontres avec les bellâtres, il n'y avait jamais vraiment rien eu de bien concret. Elle n'était jusque là jamais sorti avec un garçon pour son physique, ni même pour son caractère à vrai dire. Elle les choisissait toujours en fonction de ce qu'ils pouvaient lui apporter, c'est à dire le bonheur, un bonheur aussi éphémère que cruel qui se puisait toujours dans la peine des autres. Une jeune fille l'insupportait, la contrariait alors elle faisait en sorte de lui piquer son petit ami... c'était un jeu dangereux, elle le savait mais c'était aussi pour cela qu'elle l'appréciait tant. Jouer avec les limites... elle ne s'en lassait pas.

Jouer avec les sentiments des autres non plus d'ailleurs et elle savait que c'était mal, mais elle n'y pouvait rien. Quand elle voyait quelqu'un qui respirait le bonheur, ça provoquait toujours chez elle un mal-être, elle ne se sentait pas à sa place, elle avait l'impression que quelque chose clochait vraiment chez elle et c'était à cause de ces personnes qui affichaient sans cesse leur bonheur qu'elle s'éloignait encore plus de cet état serein qu'elle recherchait inlassablement. Alors il fallait qu'elle soit celle qui leur arrachait le sourire des lèvres, elle voulait qu'ils soient aussi malheureux qu'elle. Après tout? L'avaient-ils mérité, eux, leur bonheur? Non... c'était injuste et il fallait qu'elle rétablisse cette justice par ses propres moyens. Elle n'arrivait pas à être aussi heureuse qu'eux... soit, c'était donc à eux d'être ramenés à son niveau. Enfin, elle ne pliait pas tout le monde à cette règle, tout le monde n'était pas insupportable dans le bonheur et heureusement... sinon, elle en aurait eu des personnes à briser
.

« Je crois que je les intéresse aussi peu qu'ils m'intéressent. Et c'est pas plus mal, ça me permet au moins d'avoir la paix.. personne ne veut vraiment approcher la "Reine de Glace"... tiens, un autre surnom. »

Elle sourit doucement, elle l'avait complètement oublié celui là... faut dire que ça faisait maintenant un petit moment qu'elle ne l'avait pas entendu non plus. Surnom que lui avait valu son insociabilité. Oh bien sûr, elle n'était pas une Kim Winchestre en puissance écrasant tout le monde d'un regard méprisant tandis qu'elle marchait dans les couloirs. Non à vrai dire, elle ne regardait personne, elle n'accordait pas un seul de ses regards aux autres, quand bien même on lui adressait la parole. Pourquoi? Elle n'en voyait pas l'intérêt. Arrivée en cours, même scénario, elle se sentait toujours obligée de poser ses affaires avec mauvaise humeur feinte: simple avertissement pour que tout le monde comprenne qu'elle voulait rester seule. Paradoxalement, l'idée du bonheur que Roxy se faisait ne trouvait pas son existence dans le rapport aux autres. Elle craignait de se faire blessée si elle se laissait approcher de trop près, simplement.

Oh que oui, elle lui avait tendu une perche et il s'était empressée de la saisir pour son plus grand bonheur. En le voyant aller plus loin, elle fronça un peu les sourcils se demandant ce qu'il voulait dire par là. Elle sourit finalement tandis qu'il se retournait vers elle, tenant un cocktail à la main, sourire qui ne lui avait semble-t-il pas échappé.


« Je vous reconnais cela... mais je pense malheureusement ne pas avoir pris assez d'argent, ça va me contraindre à repasser. »

Contraindre? Il fallait bien avouer que ce n'était pas vraiment le mot mais elle avait volontairement exagérée pour mieux faire entendre qu'en réalité, ça ne la gênait vraiment pas de repasser. Elle ne se doutait pas que sortir de l'enceinte de Poudlard lui ferait autant de bien, on a parfois tendance à tellement être enfermée dans le château qu'on en oublie que le monde continue au-delà des murailles. Elle but une simple gorgée du cocktail qui était tout aussi délicieux que le premier et sourit en entendant son petit aveu comprenant plutôt bien ce qu'il voulait dire après un bref coup d'oeil à la galerie de vieillards tirant la tronche autour d'un verre de whisky pur feu.

« Alors vous me préfèrez simplement à eux parce que je suis moins morose? Là je suis vexée. »

Une simple petite moue attristée digne d'une grande comédienne. Elle n'était évidemment pas sérieuse et but une nouvelle gorgée de son cocktail appréciant vraiment sa saveur.
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Ven 7 Nov - 10:43

    La jeune femme semblait franchement plus détendue qu’au début de notre conversation. Elle avait tout simplement quitté le marasme de ses pensées apparemment sombres pour se contenter à juste titre de recommencer à s’amuser. Bon, c’était un amusement qui paraissait encore timide quand même mais qui était plutôt sympathique à voir et à constater. Et puis surtout, j’avais gagné notre petit défi… Nouvelle consolation s’il y en avait encore besoin ! Enfin bref, tout semblait allait pour le mieux et j’avais la satisfaction d’avoir redonné le sourire à au moins une personne dans toute cette assemblée… D’ailleurs, la jeune femme semblait rayonner désormais, surtout en comparaison des vieux poivrots déprimés qui pourrissaient littéralement dans leur alcool. Je ne jugez pas ces types, j’étais au courant de leurs malheurs et je savais qu’à leur place je boirais également, mais je trouvais triste qu’un être humain quel qu’il soit puisse tomber dans une telle déchéance à force de recevoir des tuiles en pleine gueule.


    Roxy Cartwright avait semblait il trouvé son nouveau et définitif surnom : Pretty Alcoolic Roxy. C’était long mais ça sonnait bien, et je marquais mon approbation d’un sourire. Vu l’intelligence et la retenue de la jeune femme, je savais que parler d’alcoolisme dans son cas devait être exagéré, mais j’avais également appris que tout n’était qu’apparence. N’oublions pas non plus que je ne pouvais pas non plus me figurer l’Etat dans lequel j’avais été il y a quelques semaines, déchiqueté au Kvas et à la bière du matin au soir, même pendant les heures de travail. Remarque, j’avais besoin de ça pour éviter de trop rêver et même encore aujourd’hui, il m’arrivait de ressortir la bouteille avant d’aller me coucher… Mais je m’éloigne du sujet, qui était plaisant de surcroit !



    - Ah ? Alcoolique ? J’ai du mal à vous imaginer l’être, si je peux me permettre, vous êtes encore bien conservée si vous l’êtes réellement… Enfin, à seize ans ça me surprendrait !


    J’avais du mal à me faire à l’âge réel de la jeune femme. Elle semblait si mature à tous points de vue que j’aurais pu lui donner mon âge sans aucun problème. Je l’avais déjà dit et le pensait encore, mais il était vrai qu’elle avait encore l’espèce d’innocence que l’on a tous au début de notre adolescence, et même s’il n’y avait qu’un an ou deux qui nous séparait, je sentais bien le poids des responsabilités sur mes épaules, tandis que la jeune femme semblait encore « protégée » du monde qui l’entourait, même si elle se rendait compte de sa vacherie. Après tout, je bossais maintenant, je payais les études de mes sœurs, j’étais le chef de famille aussi maintenant que nos parents sont partis… Ce genre de chose fait grandir plus rapidement mentalement, enfin je suppose, et les quelques cicatrices gagnées l’été dernier m’avait rendu un peu plus vieux aussi physiquement.


    Me tirant de mes constatations en reprenant la parole, mon interlocutrice me demanda mon âge d’un ton un peu curieux, tout en ajoutant qu’elle espérait que je sois assez jeune pour qu’elle me tutoie. Je ne savais pas si je devais y voir des sens cachés comme nous avions pu en prendre l’habitude mais je décidais de faire abstraction et de répondre plutôt à la question posée comme si de rien n’était. Une jeune femme de quinze ans n’allait quand même pas faire des sous entendus à chacune de ses phrases quand même, si ? Quand je lui dis mon âge, j’eu l’impression de me rajeunir, j’avais l’impression que plusieurs années s’étaient écoulés depuis la dernière fois où on avait pu me le demander…



    - Vous espérez bien. J’ai dix sept ans et j’atteindrais bientôt les dix huit. Et si vous voulez, on peut se tutoyer, bien que j’air pris l’habitude de vouvoyer tous mes clients, avec le temps… Enfin bref, de toutes façons, je ne me considère ni comme jeune, ni comme vieux !


    Un esprit de jeune dans un monde de vieux aurais je pu ajouter. J’avais toujours l’esprit libertin et parfois totalement immature mais ma vie avait décidé à ma place du style de vie que je me devais de mener. J’avais des activités de personnes plus âgées, celles qu’auraient pu avoir mon père en réalité, notamment de devoir travailler dur pour pouvoir vivre et faire vivre sa famille, devoir se gérer de A à Z, que ce soit au niveau de la nourriture que du nettoyage de la chambre en passant par le lavage des vêtements. C’était un poids, mais je m’y étais habitué, à la dure. Et il fallait aussi préciser que j’avais également beaucoup plus de libertés que mes condisciples du château… je pouvais sortir, je pouvais boire, je pouvais traîner avec qui je voulais, et n’avait de comptes à rendre à personne, bien que cette pensée relança une douleur au niveau de l’estomac.


    Bref ! A ma remarque sur les bellâtres peuplant Poudlard, la jeune femme se mit à sourire, le regard un peu perdu et fixé sur un point qui devait se trouver approximativement derrière moi, et il était évident qu’elle se rappelait des rencontres. De toutes façons, tout le monde connaissait les maraudeurs de Poudlard, ou quiconque pouvant être qualifié de bellâtre. Ils se comptaient principalement sur les doigts d’une main et étaient immédiatement reconnaissables à leur physique tout autant qu’à leur caractère. Beau, adulé par les filles, arrogants, prétentieux, sûrs d’eux et malheureusement souvent, intelligents. Enfin, ce n’était pas non plus le cas de tous, je devais le remarquer. D’ailleurs, évoquer cela me ramena à ma dispute avec l’un d’entre eux, James Potter, quelqu’un que j’estimais terriblement avant coût.


    Pourquoi l’estimais je ? je pense que c’était tout simplement car jusqu’à récemment encore je me trouvais être un individu forgé de la même façon : je n’étais pas spécialement beau garçon mais j’avais les mêmes goûts : l’alcool, la fête, les femmes, les bagarres, les femmes etc… je m’étais même essayé au Quidditch juste pour plaire un peu plus, alors obnibulé par mon pari avec James sur le nombre de conquêtes que nous arriverions à avoir cette année. J’étais plutôt bien partit et lui s’était casé avec Lily Evans. Ahhhh Lily, une rencontre que je ne pourrais jamais oublier, pensais je amusé et ironique. La première fois que je vis une femme nue sans que ça soit volontaire de ma part ou de la sienne !


    Roxy me dit qu’elle ne les intéressait pas et qu’elle ne s’intéressait pas à eux et que cela s’arrêtait là, ajoutant que personne ne voulait se frotter à la reine des glaces. Un surnom carrément péjoratif que je n’approuvais pas. Il fallait juste savoir y faire et ne pas prendre cette fille de haut et elle pouvait se montrer tout à fait sympathique. Enfin, d’après ce que j’avais pu en juger vu qu’au final je ne la connaissais pas tant que cela…



    - D’un côté, je me réjouis pour vous. Je sais de quoi je parle, j’étais comme eux avant de quitter le château, et croyez moi, a moins que vous trouviez votre compte dans des relations « amicales » sans lendemain, autant ne pas vous approcher d’eux, les gens comme je l’étais ne causent que des ennuis. Heureusement, je l’ai compris. Enfin je pense ! Quant à votre surnom, je ne le pense pas mériter, et je pense plutôt que vous vous l’infligez vous-même. Enfin, je ne suis pas votre père et n’aie absolument rien à vous dire là-dessus ! Mais je suis sûr que si vous en feriez abstraction, vous aurez le monde à vos pieds croyez moi.


    Je pensais bien qu’il devait s’agir de cela. On avait tous nos problèmes, mais par expérience je savais que l’isolement n’était que très rarement infligé par d’autres plutôt que par soi même. Après l’épisode sanglant de l’été passé, je m’étais renfermé sur moi-même, ne pensant qu’à ma sombre vengeance et tout ce que je pourrais faire une fois rentré au pays, enfin, après quelques gorgées de boisson bien entendu. Oui, si Roxy avait ce surnom, je pensais bien que c’était elle-même qui se l’infligeait car quand elle le voulait, elle se montrait plutôt « réchauffée » pour une reine des glaces. Mais je ne la jugeais pas, je n’en avais pas le droit, je savais que si elle était ainsi il y avait une raison, mais nous nétions absolument pas assez proche pour qu’il me soit permis de la découvrir…


    Contrainte à repasser ? Je n’étais pas sûr qu’il avait vraiment fallu la contraindre pour qu’ele repasse, vu que le courant passait très bien entre nous et qu’elle semblait m’apprécier. Moi, j’en étais plutôt heureux, sans être quelqu’un de populiste, j’aimais cependant faire bon effet aux gens qui m’entourent et elle ne faisait pas exception. En fait, je pensais même avec une certaine impatience à notre prochaine rencontre, en particulier quand je me remémorais mes après midi de solitude passées dans ce bar, occupé surtout à laver faute d’autre travail. En revanche, si elle passait le soir, elle aurait peu de chance de me parler puisque c’était plutôt la cohue ici, une fois la nuit tombée…



    - Ne vous inquiétez pas, ma jeune reine des glaces, je ne vous apprécies pas simplement parce que vous consommez et ne me contaminez pas par votre désespoir comme ceux là. Vous êtes quelqu’un d’agréable, et malheureusement, les personnes comme vous sont fort rares, que ce soit ici ou à Poudlard. En tous cas, je suis heureux de vous avoir fait sourire, vous êtes plus jolie et vous êtes plus encline à porter la main à la bourse !Avais je plaisanté

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Ven 7 Nov - 23:07

Elle s'imaginait difficilement être alcoolique aussi tout simplement car ça aurait été une dépendance et elle se refusait à l'être de qui que ce soit ou de quoi que ce soit. Bien sûr, découvrir les joies de la boisson ça lui avait bien plu mais ça resterait pour elle exceptionnelle, pour les jours où tout va mal, où elle a envie d'agir sans réfléchir, d'agir sur un coup de tête en bref. Il était étonnant de voir comment une fille aussi discrète que Roxy, aussi organisée dans sa façon de ranger ses affaires ou de faire ses devoirs, aussi soigneuse dans sa façon de parler pour ne pas avoir de regrets après. Bref, comment une fille aussi prévoyante pouvait parfois agir sur de telles pulsions, pouvait simplement avoir une idée folle qui lui traversait la tête et agir sans réfléchir du tout comme ce jour où elle avait commandé de l'alcool encore et encore lors de la sortie à Pré-au-Lard ou bien encore ce jour où elle avait simplement arraché la cigarette des mains de Jonas pour essayer de fumer. Ça se retrouvait même dans quelques uns de ses mauvais coups, Roxy s’ennuyait, broyait du noir et décidait tout bonnement de provoquer gentiment un élève, pas même pour se battre ou quoi que ce soit... simplement pour le provoquer, par plaisir du jeu.

Non... Roxy ne serait jamais alcoolique, elle en était persuadée mais elle ferait sans doute dans sa vie de nombreuses bêtises en agissant ainsi, elle le savait déjà aussi. En agissant de la sorte, elle n’était pas vraiment fière de tout ce qu’elle avait fait, elle n’était pas fière d’avoir provoquée certaines personnes et d’avoir finit par les blesser ni même d’avoir fait pleurer cette pauvre Poufsouffle l’année précédente en poussant son petit ami à rompre avec elle et elle était encore moins fière d’avoir quitté le garçon en question le lendemain avec un grand sourire jusqu’aux oreilles en lui disant simplement qu’il n’avait été pour elle qu’un jouet. Mais elle continuerait encore, elle le savait... pourquoi? Ça, par contre, ça restait encore sans réponse.


« C‘est vrai, qu‘aller jusqu‘à me qualifier d‘alcoolique, ce serait aller un peu loin... disons que ça va avec l’adolescence et ses grandes découvertes. »

Il allait en avoir dix-huit... disons que son âge ne la surprenait pas vraiment. Il avait des traits assez durs et faisait peut-être un peu plus après réflexion mais Roxy n’avait jamais été doué pour fixer des âges aux personnes, c’était un jeu dans lequel elle n’excellait pas vraiment. Enfin, comparé à de nombreux garçons de son âge auxquels elle avait déjà eu l’occasion de parler dans le cadre des cours, il faisait déjà plus mature. Elle n’aurait pas su dire quoi mais il y’avait simplement ce quelque chose qui rendait à coup sûr son visage moins juvénile. Enfin traits plus mûrs ou non, ça ne l’empêcherait pas de le tutoyer.

« Je considère alors que je peux te tutoyer, je suis sûr que tu t‘y habitueras. Quelque chose me dit qu‘avec le temps, tu ne me considéreras plus comme une simple cliente...»

Elle but une simple gorgée avec sa paille, le fixant comme elle en avait pris l’habitude, avec un regard qui avait à la fois quelque chose de tentateur et d’amusé à la fois qui avait le don de perdre beaucoup de personnes. On ne pouvait s’empêcher de se demander si elle était sérieuse dans ces moments-là où si elle jouait toujours et pour cause, Roxy joue toujours avec la sincérité et ne peut s’empêcher de vouloir être déroutante, de vouloir brouiller les pistes et elle en rajoutait parfois même une petite couche, s’amusant à ajouter un troisième rôle: une sagesse naïve... et c’est ce qu’elle fit d’ailleurs, haussant simplement les épaules avec candeur en ajoutant, toujours avec le même regard mais avec un sourire innocent:

« ...mais au moins comme une fidèle cliente. »

Elle tourna finalement sa paille dans son cocktail, désirant le savourer et ne pas le boire d’une seule traite. Il se réjouissait pour elle? Eh bien elle aussi, elle considère déjà que sortir avec un garçon est une perte de temps alors si en plus, il faut sortir avec un garçon qui doit toujours se sentir admiré, qui vous fait vous attirer des jalousies malsaines et qui au final ne crée qu’un gros paquet de problème! Très peu pour elle. Jusque là, tous ses petits amis n’avaient été que des garçons qu’elle avait attiré dans ses filets dans un seul but: briser leur couple déjà existant. Elle n’avait jamais eu de relations sincères, c’était toujours intéressé et elle ne savait même pas si elle voulait que ça change. En soi, les relations sans lendemain, ça ne la gênait vraiment pas... c’était vraiment le côté perte de temps qui la repoussait et puis elle n’y voyait aucun intérêt, aussi simplement que ça. Alors il avait été comme ça lui aussi? Ça la fit sourire car ça ne l’étonnait vraiment pas, ça se voyait assez dans sa façon de parler et de rentrer dans le petit jeu que c’était justement un jeu qu’il connaissait bien. Les dragueurs se repèrent avec une grande facilité, ça ne signifie pas qu’ils aient d’arrières pensées mais simplement qu’ils aiment ce genre de petit jeu et chez Torben, elle l’avait remarqué, il aimait jouer. Enfin il avait apparemment changé.

« Pourquoi est-ce que je n’ai aucun mal à croire cela? Mignon et joueur, c’était obligatoire que tu aies une réputation de Casanova, au moins passée en tout cas. Je dois avouer que je regrette de ne pas t’avoir rencontré durant ta scolarité à Poudlard, par simple curiosité évidemment... »

Quoi d’autre après tout?^^ Elle se demandait juste comment ça se serait passé, peut-être qu’elle l’aurait détesté et vice-versa ou peut-être aurait-elle été une de ses conquêtes, qui peut savoir? Ça peut parfois être amusant de constater à quel point le contexte dans lequel vous rencontrez une personne peut-être déterminant.

Elle n’avait volontairement rien répondu sur ce qui avait suivi tout simplement car elle ne voyait pas comment répondre: soit elle mentait, soit elle parlait de quelque chose de trop personnel à ses yeux et elle ne voulait choisir aucune des deux options. Il avait raison sur un point, elle aimait paraître froide, c’était une protection qu’elle s’était érigée depuis bien longtemps, sans même s’en rendre compte, elle avait fait exactement comme sa mère... sa mère était la personne qui l’avait fait le plus souffrir mais paradoxalement, elle était aussi celle qui la fascinait le plus, celle qu’elle n’avait cesse d’imiter. Pourquoi? Par pure admiration... pas sûre. C’était évident d’un regard extérieur que Roxy rêvait d’attirer son attention, de se tailler une place dans son monde, de s’y adapter pour en faire partie, de compter pour sa mère tout simplement. Mais ces choses-là sont toujours plus faciles à voir de loin, Roxy n’avait nullement conscience de tout cela, elle pensait suivre sa propre voie depuis toujours.

Mais elle trouvait en effet qu’il n’avait rien à lui dire là-dessus, il venait de lui montrer qu’il en avait plus deviné sur elle qu’elle ne voulait bien le laisser voir et elle avait simplement ignoré cela, coupant tout simplement ici le dialogue, se rétractant. Elle avait l’impression d’en avoir trop dit sur elle et bien qu’elle n’en montre absolument rien, ça la mettait mal à l’aise. Pourquoi? Il n’était pas sensé avoir vu cela, elle ne l’avait pas voulu, ce n’était pas dans les règles de son jeu à elle tout simplement. Joueuse? Évidement, mais seulement quand c’est elle qui fixe les règles. Elle n’avait rien répondu pour une seule raison, espèrent lui faire comprendre par son silence qu’il ne fallait pas qu’il aille plus loin, avertissement courtois d’une certaine façon et c’était bien parce qu’elle appréciait sa présence. Il avait mis un pied sur un terrain dangereux où Roxy ne faisait pas de cadeaux, qu’il ne s’y risque pas à s’y aventurer davantage...

Enfin, ce léger froid n’empêcha pas la discussion de finalement reprendre et Roxy se radoucit avec une grande aisance, choisissant volontairement de mettre ce faux pas de côté. Les compliments et gentilles plaisanteries reprenaient et elle préférait de loin cela, elle reprit avec amusement:


« Plus jolie peut-être mais de là à être d’une générosité exceptionnelle, je risque de te décevoir un peu. Tu m’as fait sourire mais pas perdre la tête... désolée. »
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Sam 8 Nov - 21:41

    Cela faisait un petit moment maintenant que je n’avais pas pu faire de commentaires aussi grivois que je l’aurais voulu avec une autre personne, juste pour s’amuser. Disons que dans la majorité des cas, c’était plutôt quelque chose de déplacé et je préférais ne pas m’y risquer, préférant des jeux plus « gentils ». Remarque, ici, avec Roxanne, on ne pouvait surtout pas dire que je faisais quelque chose de mal, cela aurait été mentir. J’étais bien là, à pratiquer ce petit jeu du chat et de la souris avec Roxy. C’était plutôt quelque chose de rare que je m’entende bien avec une femme sans pour autant l’amener dans mon lit directement, et même si j’avais déjà tenté la même chose avec Alice, ce n’était pas là même chose car Miss Cartwright était une totale inconnue pour moi. Bref, j’étais heureux que la jeune serpentarde soit venue pousser la porte du bar en cette triste après midi.


    Cependant, ma satisfaction avait été de courte durée. Disons que parler d’alcool ne me transportait pas de joie. Non pas que le sujet me faisait peur ou qu’il soit honteux pour moi, non, pas du tout. Disons juste que j’avais un passif assez lourd à ce sujet. Depuis plusieurs années déjà, je m’imbibais littéralement avec la boisson. Fêtes, soirées, repas familiaux. Tous étaient une occasion pour moi de « prouver ma valeur » en quelque sorte, et à ingurgiter les pires alcools qui soient, gagnant par la même le surnom de « bois sans soif ». Je ne savais plus trop pourquoi je m’étais mis à boire autant il y a quelques années. J’aimais ça, c’était sûr, la boisson recelait des saveurs particulières en plus de ses effets et je ne pouvais pas me targuer ne pas être devenu un fin connaisseur depuis le temps ! L’alcool… Quelque chose qui m’aurait peut être un de ces jours !


    Le pire avait sans doute été ces quelques derniers mois. La mort de mes parents n’avait pas mis un terme à ce qui semblait être devenue une véritable addiction. En fait, j’étais certain que j’aurais pu m’en détacher comme je l’aurais voulu, en un tournemain, mais je ne pouvais pas non plus trop m’avancer, pour la simple et bonne raison que j’en prenais du matin au soir. Ma flasque m’accompagnait partout, véritable relique familiale. Je buvais avant les cours pour me donner du courage. Je buvais après les cours, pour ne pas culpabiliser. Je buvais le soir, sinon je savais pertinemment que je ne saurais pas dormir, hanté par le souvenir de l’été dernier et de feux mes parents. L’alcool était source de bien des maux, mais parfois, il était indispensable pour continuer à vivre… Sans lui, je serais probablement mort par manque de sommeil ! La jeune femme ne voulait pas être cataloguée comme alcoolique et je pouvais le comprendre, en particulier lorsqu’elle me dit qu’il s’agissait d’une des grandes découvertes…



    - Quelques uns n’ont pas attendus l’adolescence pour tout ça… Et en parlant de grandes découvertes, il existe bien des choses qui permettent d’atteindre l’ivresse et qui ont le mérite d’être gratuits, enfin, dans la plupart des cas je pense ! Mais à quelles autres découvertes pensez vous en disant cela ?


    J’étais certain que Roxy cernerait le sous entendu et j’espérais bien qu’elle le prendrait encore et toujours à la rigolade, comme les autres fois. Je m’amusais beaucoup à interpréter de façon un peu grivoise chacune de ses paroles, mais je soupçonnais aussi et surtout qu’il s’agissait de véritables perches tendues, et n’attendait que mon bon vouloir pour foncer dedans ! Enfin bref, le fait était qu’à à peine quinze ans, Roxy était décidément quelqu’un de très intelligent, car elle était capable de fournir une discussion très intéressante pendant un bon moment sans s’essouffler, et ce jeu du double-sens était vraiment délicieux à mon goût, et je soupçonnais que la belle était à son tour amusée de la tournure de la conversation. Je ne pouvais qu’espérer que ça ne continue pendant quelques temps encore, car retourner au travail allait s’avérer plus que difficile dans ces conditions…


    Roxy continua en avançant qu’elle considérait dès à présent qu’elle pourrait me tutoyer, et la façon dont elle s’y prit pour le dire me fit sourire une fois de plus. Sûr de m’y habituer ? Rien n’était moins sûr, mais après tout, la jeune femme ne me connaissait pas depuis si longtemps que ça et ne pouvait donc pas deviner que j’avais tendance à vouvoyer la plupart des gens, même après bien des rencontres… Remarque, vu que j’appréciais beaucoup la compagnie de la serpentarde, je devrais parvenir à la tutoyer sans trop me forcer, mais j’avais des doutes… Chassez le naturel et il revient au galop ! L’exemple type était Krystel Raybrandt, la vénéneuse beauté… Combien de fois nous étions nous vus ? Et combien de fois avions nous pu nous tutoyer sans que pour autant nous en arrivions à autant de familiarité ? Le dernier sous tendu de Roxy m’arracha un petit rire. Elle était vraiment un cas unique en son genre cette fille ! Mais comme je m’y attendais, elle avait bien vite corrigé ses paroles, laissant bien entendu la magie des commentaires implicites s’immiscer dans la conversation.



    - M’habituer à te tutoyer ? Je ne sais pas si j’en serais capable, mais je veux bien essayer. Oh oh, une fidèle cliente ? Voyez vous ça ! Je n’ai donc pas perdu ma journée si j’ai pu fidéliser une jolie jeune femme ! Et dans ce cas, vous pourriez me considérer comme votre obligé, Miss Cartwright…


    J’avais dit ces derniers mots en plaisantant, en insistant un peu sur le vouvoiement pour qu’elle voie bien que je plaisante, mais aussi pour donner un petit caractère solennel à mes paroles. Et puis son obligé, là encore, elle pouvait l’entendre comme elle le désirait, car je sous entendait encore plusieurs choses là-dessous. Enfin bref, tout n’était que jeu dans cette discussion. Quand j’eu énoncé le fait qu’avant je faisais partie des béllâtres qui peuplaient poudlard, j’avais un peu exagéré cet état de fait. Je n’étais alors que l’ombre de ce que j’avais pu être niveau drague et flirt, quoique, j’affichais tout de même un certain palmarès en si peu de temps là bas… Une fille conquise en quelques secondes par quelques baisers fougueux (qui m’avait larguée presque juste après), une autre que j’avais vu entièrement nue dans les douches (par accident) et une autre avec qui je suis sortit par la suite. Pas mal pas mal, même si j’avais déjà fait mieux !


    En tous cas, parler de cela semblait avoir amusé Roxy Cartwright, qui me dit qu’elle n’avait aucun mal à croire cet Etat de fait. Mignon et joueur ? Casanova ? Cela faisait tout de même une belle ribambelle de compliments énoncés les uns à la suite des autres. Remarque, je pouvais tout à fait tous les lui retourner, mais en mieux : elle était bien plus séduisante que je n’étais attirant, bien meilleure joueuse que je ne le serais jamais. Peut^être n’était elle pas une briseuse de cœurs en puissance mais je sentais bien qu’elle en avait le potentiel, en particulier si elle s’intéresserait un peu plus aux garçons… Curieuse de m’avoir rencontré à Poudlard, par curiosité ? J’y voyais là un autre compliment… Je ne savais pas trop ce qu’il se serait passé si je l’aurais rencontrée à Poudlard, mais une seule chose était sûre…



    - Oh, je me doute bien que si nous nous serions rencontrés avant, tu m’aurais bien vite fait la cour ! Car sous ton déguisement de jeune femme propre sur elle, je suis sûr d’y voir une jeune femme désireuse de s’amuser… D’ailleurs, ça vaut mieux qu’on se soient pas rencontrés avant, c’aurait pu faire du grabuge !


    Une fois encore, la jeune femme pouvait comprendre ce qu’elle désirerait… Mais tous les sens impliquant cette phrase étaient tout à fait vérifiables. Roxy était jeune, mais à Poudlard elle aurait fait un trophée de joie, car était très séduisante et très intelligente. La rencontrer là bas aurait été dangereux pour nous deux et cela aurait sans doute fait des étincelles, vu déjà le petit jeu qui s’offrait à nous alors que j’étais déjà pris, cela aurait sans doute été plus… libre et décontracté si j’avais été seul ! Et puis, elle aussi n’aurait pas été bloquée ! n’allez cependant pas y voir un regret, je ne voulais pas retourner en arrière et manquer ma relation avec Alice, c’était juste que je m’amusais à imaginer notre rencontre à Poudlard… Il n’y avait rien de mal à cela si, ?


    Sur le reste, je remarquais la moue gênée et bien plus refroidie de ma camarade de jeu. Mes paroles franches lui avaient parues plus que déplacées et je savais que je n’aurais pas dû pousser le petit jeu des devinettes aussi loin. Je l’avais touchée, j’en étais certain, mais je ne devais pas pousser plus avant sans craindre de pourrir l’ambiance et de heurter des sensibilités. Je me tus donc, mais n’en pensait pas moins : j’avais eu raison et elle aussi le savait. Elle ne voulait pas l’admettre et encore moins reconnaître cet état de fait, mais si mes paroles pouvaient la faire réfléchir et peut être changer d’avis sur elle-même, alors effectivement, je n’aurais pas perdu mon après midi. Il était dommage qu’une jeune femme telle que Roxy se retrouve prisonnière d’elle-même… Cependant, elle prit bien vite sur elle pour surmonter cet obstacle et continuer notre discussion.



    - Ah, excuses moi, j’avais oublié que vous autres serpentards étaient génés lorsqu’on vous faisait des compliments ! Ah, merde alors, je ne t’avais pas fait perdre la tête ? Même pas un peu tourné ? Il va falloir que je te recommande encore deux ou trois cocktails dans ce cas… Car il ne faut pas oublier que ma réputation de Casanova est en péril si ce n’est pas le cas ! Que pouvons nous bien faire pour y remédier ?

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Dim 9 Nov - 14:02

Si elle comprenait bien, il avait été initié au bonheur de l'alcool plus tôt qu'elle... ça devait aller avec l'image de Casanova. Roxy se demandait tout de même bien comment il se faisait qu'elle n'ait jamais touché à une goutte d'alcool avant. En fait, elle n'en avait jamais ressenti le besoin ni même l'envie et affirmait qu'elle n'avait pas besoin de ça pour s'amuser et d'une certaine façon, les années précédentes, c'était encore vrai. Autres moyens gratuits permettant d'atteindre l'ivresse? Elle pensait bien à certains autres moyens pas vraiment plus respectables que la boisson mais également à d'autres comme l'amusement tout simplement et elle avait encore en tête ses fous rires avec sa meilleure amie qui les conduisaient toujours toutes deux sur la voie d'une folie douce leur faisant dire et faire n'importe quoi. C'était précisément ce genre de moments qu'elle ne connaissait pas à Poudlard et qui lui manquaient.

Elle baissa la tête légèrement amusée par la question qu'il venait de lui poser, en évoquant les grandes découvertes, elle faisait surtout allusion aux autres moyens moins respectables d'atteindre l'ivresse en fait. Et sa question venait de les conduire sur un tout autre terrain. Relevant la tête, elle reprit finalement avec un léger sourire:


« Le célèbre slogan "Sex, Drugs & Rock'n roll" en est un joli condensé je trouve... mais avant que mon surnom ne se transforme en "Junkie Roxy", je tiens à préciser que je n'ai pas encore essayé les drogues. Je suis une simple et sage élève de Cinquième année.»

Et un nouveau sourire angélique... Côté sagesse, on avait déjà vu mieux que Roxy. Le Choixpeau avait hésité avant de la répartir mais tout le monde se doutait bien que ce n'était pas avec la Maison Bleu et Argent qu'il avait hésité. Elle n'était pas méchante, plutôt calme et discrète mais elle était agitée par des pulsions de bêtises qui la rendait vraiment imprévisible et ça la conduisait inévitablement à essayer de nouvelles choses et parfois même des choses pour lesquelles elle n'était pas forcément prête, elle repensait notamment à la catastrophique expérience du sexe l'année dernière. Que ne fallait-il pas faire pour briser des couples heureux? Ce qu'elle n'avait pas aimé, c'était l'impression de se soumettre à un désir qui n'était pas le sien pour simplement arriver à ses fins, elle ne résonnait que par rapport au but et sacrifiait toujours les moyens. Mais une fois le but atteint et tandis qu'elle regardait cette pauvre Poufsouffle pleurer, elle avait vite compris que le "bonheur" ressenti n'était qu'une illusion et elle était si peu fière de ce qu'elle avait fait, et pourtant... elle recommençait, elle n'arrêtait pas la machine ne sachant pas pourquoi. Sage élève de Cinquième année... ça restait donc discutable.

Elle était persuadée qu'il arriverait à finir par la tutoyer, elle l'espérait en tout cas car pour être enfermée durant des mois dans le château de Poudlard, elle avait pris l'habitude d'être uniquement vouvoyée par ses Professeurs et les Efles de maison quand elle allait grignoter dans les cuisines et disons qu'elle ne voyait Torben comme n'entrant dans aucune de ces catégories. Après, elle ne le voyait pas non plus de la même façon dont elle regardait les autres élèves qu'elle tutoyait mais disons que c'était quand même de cette vision qu'il se rapprochait le plus aux yeux de Roxy même si elle le trouvait... tout simplement moins con que les autres. Ça au moins, c'est dit. Ce n'est pas qu'elle ait du mépris pour les autres élèves de Poudlard mais côtoyer les mêmes personnes depuis maintenant cinq ans et constater que les trois quart d'entre eux semblent avoir été oublié par l'évolution qui accompagne normalement leur tranche d'âge, c'est effrayant! Elle avait encore en tête le petit débat qui avait eu lieu dans leur salle commune avec les grandes brutes, certaines de Septième année même, et qui n'étaient que de bonnes pattes manipulables et pathétiques au possible...

Elle fut assez amusée par ce qu'il ajouta et cela se ressentit dans son sourire. Si elle n'avait pas été elle, elle aurait sûrement même laissé échappé de ses lèvres son joli rire mais cela, ce n'était pas un défi... c'était carrément une mission impossible.


« Oh mon obligé, vraiment? C'est parler sans savoir dans quel aventure tu te lances. Je veux dire, je pourrais très bien décidée d'en profiter et tu te trouverais bien embêté de devoir obéir à mes exigences... ou pas. Disons simplement que ta conscience le serait. »

Roxy aussi savait saisir les perches qu'on lui tendait pour leur donner un sens immédiatement plus clair mais toujours avec son sourire amusé et un tantinet provocateur. Ce n'était pas la première fois qu'elle aurait torturé la conscience de parfaits petits amis amoureux après tout. Mais elle disait ça non sérieusement, bien sûr Torben lui plaisait mais elle n'avait aucune raison de vouloir briser le couple qu'il formait avec Alice... disons aucune raison rationnel. Elle ne connaissait pas Alice mais sans la connaître, la jeune fille semblait être l'une des rares filles de Poudlard intelligente et surtout sincère, disons qu'elle n'était pas sans cesse en train de glousser aux angles des couloirs ou de pousser des cris hystériques avec ses copines dans le parc. Elle ne dérangeait pas Roxy par le fait d'exister... ce qui est vraiment rare. Aucune raison rationnelle qui ne pousse donc Roxy à se la jouer parfaite petite garce mais il ne faut mieux pas calculer uniquement par rapport à cela car, comme je l'ai déjà dit, Roxy est loin d'être une jeune fille sage qui n'agit que par rapport à ce qui est logique...

En tout cas, il lui semblait bien sûr de lui et quand il affirma qu'elle lui aurait fait la Cour, elle haussa les sourcils d'un air surpris et même sceptique. Elle ne voyait pas du tout la chose comme ça et ne put s'empêcher de le corriger avec amusement, car s'il y'avait une chose dont elle était vraiment sûre, c'était celle-ci:


« Quelle suffisance! Non... je suis persuadée que c'est toi qui m'aurais fait la cour. Ça me semble même être parfaitement logique à vrai dire car tu n'avais pas encore ton déguisement de "parfait petit ami" pour cacher ton côté plus... mmh... disons séducteur. Enfin, on est au moins d'accord sur le grabuge que ça aurait pu causé. »

Elle était vraiment amusée par la tournure que ça avait pris, chacun imaginant ce qui se serait produit selon sa petite version imaginaire. Un petit jeu de flirt était déjà présent dans la façon dont ils discutaient ensemble alors même qu'il avait une petite amie dont il semblait amoureux et qu'elle en était consciente alors autant dire que s'il n'y avait pas eu Alice, ça laissait présager une discussion bien moins innocente encore.

En tout cas, cette journée qui s'annonçait véritablement triste et morose pour Roxy avait vraiment retrouvée des couleurs avec l'arrivée de Torben et elle n'avait pas envie de s'en aller maintenant. Car pour aller où? Aller rendre visite sa mère à Sainte Mangouste? Elle n'était pas même encore sûre de vouloir y aller. Et si elle n'y allait pas? Où irait-elle... à Poudlard? Cette pensée ne l'enchantait pas vraiment non plus et elle savait bien que passée cette discussion joyeuse, ce serait un véritable retour à la normale dans sa vie qui était... comment? Sombre... c'était peut-être un peu exagéré, des tas d'autres personnes avaient bien plus d'excuses qu'elle pour entamer une dépression! Disons insignifiante... c'était sûrement ça, le mot. Non pas qu'en cet instant, sa vie ait trouvé un sens particulier mais disons simplement qu'elle n'y pensait pas et c'était justement ça qui rendait cet instant si agréable pour elle: elle arrêtait un peu de penser pour vivre le présent.

Alors même s'il ne lui faisait pas perdre la tête, il la changeait vraiment de son quotidien et elle aurait pu lui concéder qu'il chassait de son esprit toutes ces sombres pensées, mais elle ne le ferait pas... ça aurait été trop bizarre tout simplement et Roxy aime aussi peu parler d'elle qu'énoncer ce genre de concessions. Elle reprit avec un sourire:


« J'ai parlé de réputation de Casanova au passé... quoi? tu ne voudrais quand même pas la retrouver? Dans ce cas là... ça me gênerait sûrement pas de t'aider à y remédier mais je ne suis pas sûre que ça collerait à mon image d'élève sage, dommage. »

Un haussement d'épaules faussement désolé et déjà Roxy s' intéressait de nouveau à son cocktail l'air de rien.
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Mer 12 Nov - 20:16

    Je me doutais que la jeune femme ne se formaliserait pas que je nous aventure sur des eaux plus troubles encore mais autrement plus amusantes. En effet, je venais d’évoquer les grandes découvertes de l’adolescence, et n’importe quel imbécile aurait compris quel sujet j’allais maintenant évoquer… Il n’y avait aucun sous entendu plus explicite que celui-ci et je m’amusais bien avec Roxy sur l’alcool, alors pourquoi pas là-dessus ? De plus, cela me ramenait à des sujets que je connaissais bien plus, et depuis une bonne paire d’années de surcroit ! je ne savais pas trop de qui je tenais de ce côté-là, mais probablement de mon père, qui s’était toujours montré plus exubérant que ma mère. De toutes façons, il n’y en avait qu’un qui avait pu m’apprendre tout ce que je sais aujourd’hui… Pour le plus grand bonheur des femmes ! Du moins, c’était toujours ce que je m’étais plut à penser.


    Parler de tout ceci me ramenait une, deux et même quelques années de plus en arrière. J’étais alors un jeune imbécile insouciant, passant le plus clair de mes journées à cuver tout ce que j’avais pu ingurgiter la veille et en récupérant les forces que j’avais dépensé en agréable compagnie. Y’avait pas à dire, j’avais plutôt bien profité de mon adolescence, pas forcément de façon particulièrement précoce, mais pour le moins intensive ! Cette pensée m’arracha un franc sourire alors que je me remmémorais mes frasques d’alors… Les concours de vodka, les danses suggestives avec les filles, le reste de la nuit… Oui, franchement, j’avais bien profité ! Il n’y avait pas non plus à dire de moi que j’étais quelqu’un de dépravé, mais surtout que je m’étais complétement lâché. Mais tout cela était loin dérrière moi désormais, et je devais regarder droit devant…


    Je ne pu pas m’empêcher non plus de rire quand ma camarade de jeu continua sur sa lancée, en résumant tout à fait l’adolescence : Sexe Drugs and Rock’nRoll ! Pour moi, ça convenait tout à fait, mais j’avouais que j’avais un faible pour le « Junky Roxy », en plus ça rime ! *bouleeeet* Bref, j’adorais totalement quoi. Cependant, si elle disait ne pas avoir essayé les drogues et après avoir parlé de l’alcool, elle n’avait finalement pas évoqué le troisième caractère, le sexe, et ça, elle n’avait pas nié en avoir fait une « grande découverte ». Cela me fit sourire de plus belle. J’adorais ce genre de conversation où il fallait interpréter chaque mot, chaque sous entendu mais également chaque silence !



    - Simple et sage élève de cinquième année… C’est sans compter le fait que tu n’as rien dit sur la dernière grande découverte… j’en déduis donc que là aussi, tu te constitues en connaisseuse… M’enfin bref, je te laisse à tes silences, bien que je les trouve particulièrement parlant ! Ahlala, les jeunes de nos jours… je n’imaginais pas les étudiantes de Poudlard ainsi !


    Quelle jeunesse quand même ! Je ne savais pas trop pourquoi, mais je sentais que sous le calme et cette « sagesse » apparente, se cachait en réalité une véritable démone ! En effet, je sentais bien que l’espiéglerie manifeste qui transpirait littéralement des phrases de Roxy ne se limitait justement pas à la parole. Je ne savais pas ce qu’elle avait dérrière la tête, mais j’avouais que je la pensais immédiatement beaucoup moin sage et beaucoup moins réfléchie que de prime abord. En fait, je vins presque à la comparer à ce que j’étais à son âge, sauf que j’étais peut être moins renfermé sur moi-même, et maniait alors un peu moins bien les mots. Elle m’apparaissait en fait comme plus espiègle et innocente, comme un enfant en quelque sorte, sans cesse en train de s’amuser tandis qu’elle devenait également plus joueuse, pas manipulatrice, mais quelque chose d’étrange… Je ne savais en fait plus trop définir la jeune femme qui se trouvait face à moi, et cela m’embarrassa quelque peu !


    Quand j’eu dit à Roxy que je serais son obligé, je sentis une bouffée d’amusement dans le regard de celle-ci, et elle semblait tout à faire prendre part au jeu que je lui proposais. Bon, j’y allais quand même un peu fort, mais j’étais certain que je contrôlais la situation et que je pourrais faire machine arrière a tout moment. N’étais je pas Torben le séducteur, celui qui parle et séduit ? Celui qui sait quand il peut foncer, mais également quand s’arrêter ? Euh, ce dernier fait n’était pas encore avéré en fait, car quand j’y réfléchissais, je me disais que c’était de la mauvaise foi de dire que j’étais ainsi, en tous cas avant de connaître Alice. La jeune femme, même si elle ne m’aimait pas, m’avait fait changé indubitablement et je lui en étais très reconnaissant…


    Parler sans savoir dans quoi je me lançais ? Justement, je n’étais plus sûr de vouloir me lancer.. Ce n’était pas méchant et encore moins le signe que je ne m’amusais plus, c’était même tout le contraire, mais vu le petit jeu qui s’ était installé entre nous, il serait dangereux que l’on s’amuse de la sorte. Et surtout, que je sois son obligé, car je redoutais le genre de jouet que je pourrais devenir entre ses mains. La dernière phrase de Roxy était sans équivoque. Si je devenais son obligé, elle ne doutait pas de la manière dont les choses pourraient se dérouler. J’en étais agréablement courroucé, car cela me piquait au vif tout en me faisant sourire. Ainsi donc, elle était aussi sûre d’elle-même que cela ?



    - Tu sembles bien sûre de toi, jeune fille. N’oublies pas que j’ai deux ans de plus et bien plus d’expérience dérrière moi, du moins je le pense. Qu’est ce qui te fais croire que je tomberais ainsi dans tes filets et surtout que j’y prendrais goût ? Tu ne doutes de rien, tout de même…


    Continuant sur sa lancée, Roxy me confia ensuite qu’elle était sûre et certaine que ce serait plutôt moi qui lui ferait la cour, si je n’avais pas été prisonnier de ce qu’elle semblait considérer comme des entraves. Je ne savais trop quoi en penser objectivement, bien que le fil de la discussion m’imposa de lui-même une réponse ; je ne pouvais de toute façon pas dire la vérité, si tant est qu’elle donnerait raison à la jeune femme. Et ça, rien n’était moins sûr. Près tout, je n’avais pas eu besoin de faire la cour à Krystel Raybrandt… Et encore moins à Eva Anderson. Non, elles étaient accourues et l’une d’elle accourait encore. Pourquoi serait ce différent avec Roxy ? je n’en voyais objectivement aucune raison !


    De plus, la vert et argent me fit prendre conscience d’une autre chose, à laquelle j’avais déjà pensé mais qu’il fallait instamment que je fasse attention… J’allais encore plus loin dans mes propos, et elle m’y amenait sans aucune difficulté, tant j’avais toujours eu l’habitude d’aller toujours plus loin avec les femmes. Il fallait que je temporise, et vite, sinon je sentais qu’elle finirait totalement par me guider là où elle voudrait, et je ne voulais surtout pas que cela arrive, me doutant quelque peu de cet endroit, je ne pouvais pas me le permettre ! Une simple pensée à Alice raffermit ma résolution et je pris sur moi, inspirant un grand coup mais le plus discrétement possible en essayant de rassembler ma raison. Mais là encore, j’échouais et me sentais inexorablement attiré par ces jeux de mots…



    - Oui tu l’as dit, dommage… Mais je ne l’ai pas perdue cette réputation, et ce, bien malgré moi, crois le ! Et puis tout dépend des façons auxquelles tu aurais pu avoir recours, mais ce n’est pas là un discours décent pour une jeune femme de ton âge… Et de plus, cela nuirait par trop à ta réputation d’enfant sage et comme tu l’as dit tout à l’heure, tu as déjà suffisamment d’ennemis comme cela, alors une vert et argent, aider un gryffondor… Tu es sûre que le jeu en vaut la chandelle ?

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Jeu 13 Nov - 21:05

Elle ne faisait vraiment rien pour faire parler d’elle mais était néanmoins bien loin du prototype de l’élève modèle. C’était plus fort qu’elle, fallait qu’elle joue, qu’elle provoque l’autre et même les profs avaient droit à voir leurs limites se faire tester par Roxy. Tiens, il avait noté son silence... elle sourit légèrement, elle s’imaginait mal s’étaler sur sa vie amoureuse à vrai dire, tout simplement car tout ce qu’elle aurait pu raconter aurait été un résumé de sa vie sexuelle et même s’il lui semblait vraiment sympathique, elle se voyait plutôt mal aborder le sujet... quoi que? En tout cas, connaisseuse... à vrai dire, plutôt oui, elle n’en était maintenant plus à sa première expérience mais alors si on prenait les sentiments, elle ne pourrait pas citer un seul homme avec qui elle a été par amour, ni même par envie ou attirance particulière... sauf une seule fois, une seule fois qui valait bien toutes les autres! Elle connaissait les relations physiques mais pas ce qu’elles apportaient aux autres car elles ne lui avaient presque jamais apporté d’autre satisfaction que celles de briser des couples... une vie plutôt triste en fait car si le sexe n’était pas un terrain inconnu pour la Verte et Argent, l’expression « faire l’amour » dans ce qu’elle pouvait vraiment signifier lui restait complètement étrangère.

Elle rit doucement, un simple éclat de rire presque inaudible et pourtant bien présent... défi relevé et dépassé, cher Torben. Elle avait laissé échappé ce petit rire quand il avait généralisé au champ des « étudiantes de Pourdlard », c’est vrai que ça peut plutôt surprendre de voir que, derrière ces jolis uniformes de sages et attentives étudiantes, se cachent des adolescentes comme les autres et dans le cas de Roxy, disons-le, une fille paumée qui a déjà côtoyé la dépravation!


« La dernière grande découverte? La réduire à des mots n’est pas ce qu’il y’a de plus intéressant je trouve... simple avis personnel. »

Elle lui sourit légèrement, des sourires toujours aussi parlants. Provoquer gentiment? Pourquoi ne pouvait-elle pas s’en passer... une conversation ne pouvait jamais rester une simple conversation avec elle, il fallait toujours qu’elle cherche l’autre, c’était plus fort qu’elle. Mais avec Torben c’était différent, car il répondait à ses provocations par d’autres et un véritable jeu s’était installé, chacun renvoyant toujours la balle à l’autre et créant ainsi une tension que Roxy adorait...

C’était un jeu mais un jeu qui prenait très vite tout son intérêt face à un interlocuteur tel que lui. Était-ce un jeu qui impliquait vraiment un gagnant? D’habitude pour Roxy, il y’en a toujours un et ce doit être elle, par tous les moyens mais à vrai dire, pas aujourd’hui... non le jeu était plaisant à lui seul sans y rajouter les plaisirs d’une victoire: elle ne savait pas pourquoi, mais elle l’aimait bien. Il lui rappela alors la donne et ce qu’il avait avancé était vrai, elle ne remettait nullement en doute son âge et son expérience mais Roxy était sûre d’elle, c’était ainsi... pourquoi aurait-elle douté de toute manière? Jusque là, le pouvoir qu’elle pouvait avoir sur les hommes ne s’était jamais trouvé démenti... il faut bien avouer, et elle était la première à le faire, que ses proies avaient toujours été vraiment faciles la plupart du temps, mais disons que, la force de l’habitude l’avait conduit à tirer quelques généralités... attention, elle n’en faisait pas une vérité absolue. Elle avait simplement remarqué que quand elle désirait vraiment quelque chose ou quelqu’un, elle avait toujours de grandes chances de l’obtenir.


« Disons que je vois pas pourquoi je commencerai à douter maintenant, mon assurance m’a toujours plutôt bien servi. Et puis... je n’ai pas vraiment dit cela. Enfin... que tu tombes dans mes filets, que tu t’y jettes ou bien que tu y résistes, je n’en ai pas la moindre idée pour tout dire, je ne suis pas devin. Par contre, pour ce qui est d’y prendre goût... crois-moi simplement quand je te dis que je sais de quoi je parle. »

Elle but une nouvelle gorgée de son cocktail, décidemment cette conversation lui était de plus en plaisante mais était-ce son imagination ou cela commençait-il à glisser doucement et sûrement sur une pente moins neutre? Des sous-entendus généraux, ils en étaient tout de même arrivé à des sous-entendus bien plus précis et bien moins innocents aussi. Mais qu’est-ce que cela pouvait bien faire à Roxy? Elle était célibataire, Torben était mignon et intéressant. Elle ne pensait pas à mal en parlant de cela, ça restait pour elle de l’ordre du simple flirt car, rappelons-le, Roxy ne s’offre qu’aux hommes prenant place dans une vengeance personnelle et ce n’était pas son cas à lui, Alice ne lui avait jamais rien fait, elle lui était indifférente tout simplement. Alors sans forcer la conversation ou tenter de l’arrêter, Roxy la laissait simplement glisser, la suivant sans rien calculer et s’amusant simplement. C’était après tout le rôle de Torben et non le sien de mettre un holà dès que sa conscience le jugeait bon car la conscience de Roxy n’avait aucune raison de s’en alarmer...

Mais lui... s’en alarmait-il? Ce n’était vraiment pas du tout impossible car dans ce qu’il venait de dire, Roxy sentait une légère contradiction... comme s’il tentait de freiner un peu l’ardeur de leur discussion en ne répondant pas à ses provocations dans le sens qu’elle l’avait laissé entendre mais relançant toujours par d’autres questions. Ça la fit légèrement sourire et elle ne se gêna pas pour reprendre, ajoutant au plaisir de s’amuser une certaine curiosité pour voir jusqu’où il pouvait se laisser aller avant de couper court une bonne fois pour toutes:


« Une jeune femme de mon âge? Mmh... je préférais le jolie jeune femme du début de conversation Torben, car enfin, tu l’as dit toi-même, je fais un peu plus. Quant à ma réputation d’enfant sage... ai-je vraiment besoin de répondre à cela? »

Un sourire amusé de dessina sur ses lèvres tandis que baissant légèrement sa tête, elle la balança doucement de gauche à droite car s’il croyait encore que cette réputation était fondée, c’était qu’il était d’un aveuglement incroyable. Enfin, elle se doutait bien qu’il avait plutôt dit ça de manière amusée sur le ton de la conversation, elle reprit simplement.

« Un ex-gryffondor particulièrement mignon et des ennemis dont je ne me soucie vraiment pas... Comme si ça valait le coup de peser le pour et le contre en pareilles circonstances. Ce que je pense est que si l’un de nous devait faire un pari et prendre des risques, ce ne serait pas moi. Tu ne penses pas? »

Simple discours hypothétique évidemment, elle ne demandait nullement à Torben de se poser autant de questions, à vrai dire... elle ne savait pas même comment ils en étaient arrivés à de tels hypothèses. La conversation les avait tout deux conduits sur un terrain inattendu, et Roxy elle-même s’en étonnait. Elle finit son cocktail et conclut finalement en posant la somme qu’elle lui devait accompagné d’un généreux pourboire sur le comptoir:

« Je connais déjà la réponse. »

La réponse à cette question ou à celle du pari en question? A vrai dire... elle était persuadée de connaître les deux, enfin pour aujourd’hui et en une rencontre, c’était déjà beaucoup apprendre. Elle était ravie de cette conversation mais préférait l’écourter ici. Simple moyen de lui dire au revoir ou plutôt à une fois prochaine, toujours avec un sourire sur les lèvres, elle se leva du tabouret, prête à y’aller.
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   Dim 16 Nov - 13:24

    Je ne savais pas pourquoi, mais je ne pouvais pas m’empêcher de penser à la débauche en voyant Roxy Cartwright devant moi. Elle me disait être très sage de réputation. Je ne pouvais absolument pas savoir si c’était oui ou non la vérité, mais le fait était que je la voyais mal encore vierge. C’était peut être un peu choquant, mais il y avait une lueur dans le regard de la jeune femme que je connaissais bien. Elle savait de quoi elle parlait. Elle était jeune pourtant, mais ses premières expériences dans le domaine intime n’étaient apparemment pas toutes récentes. Après tout, je ne pouvais absolument pas émettre de jugements sur la jeune femme car j’avais moi-même commencé à m’intéresser aux femmes bien jeune, et j’avais découvert bien peu après tout ce qu’elles étaient capables d’apporter. Depuis, je n’avais eu de cesse de pratiquer cet « art », et même si je n’avais absolument pas la prétention d’être une référence en la matière, j’avais suffisamment de pratique dérrière moi pour me rendre compte que la jeune femme devait savoir y faire aussi, bien que je pouvais toujours me tromper…


    La belle continua comme à son habitude à ne parler que par sous entendu, m’invitant presque tacitement à ce qu’elle me montre au-delà des mots ce qu’elle avait bien pu découvrir sur ce sujet. Presque. Il ne s’agissait pas d’une véritable invitation, mais je me doutais que si je poussais un peu plus loin mon avantage, je pourrais sans aucun doute jouer un peu plus avec la jeune femme. Mais je ne pouvais pas et surtout, je ne le voulais pas. J’étais avec Alice. Elle ne m’aimait peut être pas, m’ayant après tout avoué qu’elle n’était pas amoureuse de moi, mais je sentais que si je trompais la confiance qu’elle avait en moi maintenant, je ne serais plus jamais capable d’aimer et je ne mériterais d’ailleurs plus jamais d’être aimé. Je voulais à tous prix savoir ce que ça faisait de sentir que les sentiments amoureux étaient partagés, mais je devais me tenir à mes principes… Et je le faisais sans regret, j’étais plus fort que cela. On ne pouvait décemment pas m’attirer dans un piège pareil, aussi subtil soit il.



    - Pourtant, il aurait fallu me le décrire ainsi, il n’existe pas d’autres solutions je crois… Mais je suis d’accord avec vous. Les mots ne sont pas le meilleur moyen de décrire ces expériences, pourtant, il faudra nous en contenter…


    La jeune femme semblait sûre de pouvoir mener elle-même notre petit jeu à son terme. En ce sens, elle me rappelait Krystel Raybrandt, la jeune française qui essayait de me gagner et de me posséder depuis le début de l’année scolaire. Elle avait même pu tenter sa chance, mais n’avait pas réussit. Je sentais que Roxy pourrait m’avoir elle aussi. Enfin, s’il n’y avait pas Alice. Elle était belle, très intelligente. Elle avait ce côté un peu perturbant qui m’attirait énormément chez une femme, le mystère également et une certaine tension existait entre nous. Pourtant, elle était jeune, presque de deux ans ma cadette, et surtout, j’étais déjà avec quelqu’un, une personne que je pensais déjà aimer.


    Et puis, il y avait aussi ce côté sûre d’elle. Il n’y avait pas à dire, la jeune Cartwright ne faisait pas du tout son âge… Y prendre goût, rien que ça ! Elle ne doutait de rien cette petite… n’avais je pas connu un nombre conséquent de femmes qui était passé entre mes mains ? N’avaient elles pas toutes été contentées ? Enfin, c’est ce qu’elles m’avaient dit, je n’avais pas non la science infuse et je ne faisais que présumer de mes talents en ma matière… Mais soit elles simulaient toutes, soit effectivement j’avais une expérience plutôt solide en ce domaine, et du coup, mes exigences seraient sûrement plus importantes que ce que pourrait apporter une gamine d’une quinzaine d’années… Quoique, au vu du petit regard un peu coquin de la jeune femme, tout était possible…



    - Fais attention à ne pas être trop confiante, jeune fille, tu pourrais être prise par surprise… Moi je pense plutôt que les rôles devraient être inversés… Je suis du genre fidèle en amour, je ne peux donc tomber dans les filets de qui que ce soit, étant déjà pris. Par contre, je sens bien que toi, tu pourrais tout à fait prendre ma place dans ta théorie… Quant à apprécier, je ne sais pas trop… Que pourrais tu m’apporter que je n’ai pas déjà ? Personnellement, je ne sais pas si tu en es déjà capable…


    Etait ce une mise au défi que je venais de faire à la jeune verte et argent ? Non, je ne pensais pas, il ne pouvait s’agir de cela. Pourtant, elle pourrait très bien l’interpréter ainsi si elle était toujours dans l’optique du petit jeu. D’ailleurs, pourquoi est ce que je disais cela moi, il s’agissait toujours d’un jeu ! Seulement, ce petit jeu était indéniablement dérivé de son but d’origine et nous nous étions laissé entraînés bien loin de notre position initiale. J’avais perdu le contrôle à un moment ou à un autre, et même si je n’arrivais pas à me rappeler quand, il était indéniable que je ne pouvais plus guider la discussion comme je l’entendais. Il n’y avait en fait rien de plus difficile que de rétablir le bon déroulement d’une discussion qui avait échappé à tout contrôle.


    Apparemment, j’avais un peu touché Roxy a son tour en la « rappelant à l’ordre » a propos de son âge, remettant une certaine limite entre nous, celle de la différence d’âge. N’étais je pas plus âgé qu’elle et donc, d’une certaine manière (seulement), plus sage ? Du moins, c’était le déroulement normal des opérations, car il n’y avait en réalité pas vraiment de différence entre elle et moi, car elle était terriblement mature, tandis que moi… Pas vraiment quoi ! J’étais conscient n’être resté au final qu’un grand enfant, qui savait certes ce qu’il voulait, mais qui ne faisait pas souvent les bons choix et qui se trompait plus que régulièrement ! En tous cas je ne m’étais pas trompée, elle-même ne se considérait pas du tout comme une enfant sage…


    Un ex gryffondor mignon ? Ce n’est pas réellement ainsi que je me serais définit mais si Roxy le disait… Disons que je pouvais partir du principe qu’elle disait la vérité après tout, non ? La jeune femme poursuivit en argumentant qu’il n’y avait même pas lieu de faire réellement un choix entre les deux, puisque le fait était qu’elle semblait se ficher ce que les gens pouvaient penser d’elle. Quelque chose que nous partagions sans doute tous les deux, bien que je ne pouvais pas présager de la force réelle de ses ennemis et donc du courage véritable de la vert et argent en la matière. D’autant plus que mes préjgués envers les gens de cette maison restaient cependant forts. Peut être en avais je fait abstraction durant un temps pendant la conversation, et encore…


    Faire un pari serait risqué ? Qu’est ce qu’elle pouvait bien sous entendre par là ? Je n’en savais trop rien, et cela ne présageait rien de bon.



    - Un pari ? Je ne vois pas de quoi tu parles… Je n’ai absolument aucune intention de prendre un pari avec toi, après tout, quelle gloire pourrait il y avoir à battre une jeune femme qui ne sait pas ce qu’elle risque ? Moi, je sais parfaitement ce que je peux faire ou non, et sait exactement où j’en suis, je sais où ùmes pas me guident… Mais toi ? Ne serait ce pas plutôt toi qui ne saurait pas ?


    Roxy termina son cocktail et se leva, avant de me sourire pour aller payer ce qu’elle devait, en ajoutant quelques pièces qui tintèrent en raterrissant sur la table, signe que le pourboire promit était désormais dans ma poche. Enfin, façon de parler. Roxy considérait apparemment comme l’entrevue terminée puisqu’elle se leva et commença à partir. Juste avant qu’elle ne détourne le regard, je lui lançais cependant un sourire et lui avait fait un signe de la main en ajoutant un « A très bientôt » de circonstance, sûr de moi…



    [RP terminé, je locke !]

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dans son monde [Torben]   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum