Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Heaven or Hell? [Amycus]   Lun 13 Oct - 13:15

[HJ = Suite de "Il était une fois" dans le manoir Carrow]


    Sortant de la salle de bain enfin prête, je passais la tête dans le couloir, pour appeler Amycus. Vu le temps que j’avais mis à me préparer, je ne savais guère où il se trouvait. Et puis, je ne connaissais pas du tout le manoir dans lequel je me trouvais. Imaginez-vous quand même, je n’avais pas que cela à faire que de te parcourir chacune des pièces, pour le trouver. J’avais donc opté pour prononcer son prénom et attendre qu’il arrive vers moi. D’ailleurs, je n’eu guère beaucoup de temps à attendre, loin de là. A croire que j’avais choisi le bon moment pour sortir de la pièce.

    Me faisant face à l’autre bout du couloir, il ne vint pourtant pas à ma rencontre. J’eu un instant peur qu’il ne regrette ses paroles, ou autres. Pourtant, le regard qu’il posait sur moi disant tout le contraire. Il avait l’air d’aimer ma tenue, ce qui ne pouvait que me faire plaisir. En même temps, il aurait été fou de ne pas penser cela, mais bon bref. Me souriant, il me dit alors que j’étais sublime d’un ton des plus franche, et je ne pus m’empêcher de lui sourire à mon tour. Je le vis jeter un coup d’œil à la poste à ma gauche, puis il ajouta qu’il était partant pour aller chez moi, plutôt que de rester ici.

    Je m’avançais alors vers lui, d’un pas qui aurait pu paraître lent. Avec une grâce quelque peu surhumaine, je vins jusqu’à ses côtés, faisant onduler toutes mes formes. Que j’aimais porter des vêtements qui me donner une telle allure, et que j’aimais les mettre en valeur. Il n’y avait pas à dire, mais j’adorais plus que tout mon corps si parfait, si sublime, si beau, si… Moi en fait. Car après tout, il fallait dire ce qui était et non se voiler la face. Je suis une déesse de la beauté, et personne ne pouvait le nier, ni n’était à ma hauteur.

    Enfin bref, non pas que je n’aime pas parler de moi, bien au contraire, c’est mon activité favorite, mais disons que pour l’instant, j’étais en compagnie d’un super beau mec, mon amant pour être plus précis, celui qui me rendait à la fois forte et faible, bref, Amycus. Venant un instant me frotter contre lui, un regard et un sourire aguicheur, je vins poser le bout de mes lèvres sur les siennes à peine quelques secondes, avant de le contourner et d’allers vers l’escalier. Me retournant, je lui dis alors sur un ton taquin :



    - Ah oui, tu trouves que je suis sublime ? C’est intéressant mon bel Apollon… Je dois par contre te laisser quelques instant, on se rejoints dans le hall…


    Sans attendre sa réponse, je descendais les escaliers toujours des plus gracieusement. On aurait dit que mes pieds ne touchaient pas le sol. Arrivée en bas des marches, je pris la direction de la bibliothèque, dans laquelle j’avais trouvé Amycus la veille. Y arrivant, je récupérais ma cape que j’enfilais au dessus de ma robe, rabattant la capuche sur ma tête. Prenant ensuite la baguette, je tapotais sur mes vêtements de la veille, les envoyant dans mon manoir directement. Une fois tout cela fait, je retournais dans le hall d’entrée.

    Il me restait un dernier truc à faire. Tenant toujours dans ma mains mon arme, je fis subir le même sort à mes sous vêtements, qui étaient posés sur le meuble d’entré. Voilà, j’en avais finis. J’avais été très vite, et du coup, se fut moi qui attendit quelques minutes Amycus. Je mis ma baguette dans ma poche, et me tenait droite devant la porte en bois. Quand il arriva enfin, je lui pris la main, et l’entraîna dehors pour pouvoir enfin transplanner chez moi. Collant mon corps contre son corps, ma bouche vint à la sienne, tandis que mes bras s’enroulaient autour de sa tête. Un léger Ploc, et nous disparaissions du paysage du manoir Carrow.

    Comme si le temps s’était arrêté, nous arrivâmes tout de suite devant un grand portail. Ce dernier était la seule entrée du domaine, délimité par un gigantesque mur très haut, qui ne laissait rien voir. Quittant les bras de mon amant, je vins murmurer quelques incantations. Quand j’eu finis, les grilles s’ouvrirent sans faire un seul bruit, et j’entraînais Amycus au delà de ses dernières. Au loin, on pouvait voir un immense château, bordé par un foret des plus noirs, malgré la neige qui recouvrait tout. Tandis que l’entrée se refermait derrière nous, on put apercevoir une calèche s’approchait de nous. Cette dernière était tirée par deux magnifiques chevaux au pelage noir feu.

    Et oui, vous m’avez compris, je n’aime guère faire les choses à moitié. J’étais parfaite, et du coup, tout devait être parfait chez moi. Une petite créature descendit de notre carrosse et s’inclina plusieurs fois devant moi. Quand son regard se posa sur Amycus, je vis une pointe d’indignation, comme si mon elfe de maison ne l’aimait déjà pas. Non mais pour qui il se prenait celui là à faire ça ? Depuis quand prenait-il autant d’aise. Sortant ma baguette, je la pointais vers lui. Tout de suite, il se mit à léviter, et c’était comme si ses membres s’écartelaient de son corps. Il se mit à couiner, mais mes prunelles le firent taire.



    - Vermine j’espère ce que j’ai demandé à été fait…Aussi, l’homme à mes côtés, tu devras lui obéir au doigts et à l’œil, et que je ne te revois plus le regarder de cette manière. Ce n’est pas parce que tu es mon esclave depuis que j’ai 5ans que je t’épargnerais. Est-ce clair ?


    - Oui maîtresse… Vermine est désolé maîtresse. Vermine ne le fera plus jamais maîtresse


    Relâchant mon emprise sur lui, il s’écrasa violement par terre. Il se releva en se massant le dos, puis après d’autres courbettes, il disparu dans un ploc. Me tournant vers Amycus, mon regard se fit des plus doux, très différent de celui que j’avais eu mon serviteur de toujours. Je lui fis le signe de monter dans la calèche en premier, puis je vins prendre place à mon tour dans cette dernière. Ne le laissant pas parler, je m’assis sur ses jambes, pour lui offrir un baiser des plus langoureux, pendant tout le trajet jusqu’à mon château. Mes mains se baladèrent sur son torse, et je me fis violence de ne pas le déshabiller sur place.

    Au bout d’une dizaine de minute, notre mode de transport s’arrêta, et mes lèvres ses décollèrent des siennes. Dehors, le ciel se remit à laisser tomber des flocons de neige sur mon immense parc. Je ne pouvais que constater que ce dernier était des plus beau, et que j’avais fais une superbe acquisition. Me levant des jambes de mon amant, je lui pris la main, et l’entraîna à l’extérieur, pour mieux lui faire passer la porte d’entrée de mon château. Une fois à l’abris, et au chaud, j’enlevais ma cape, avant de dire à Amycus :



    - Je te souhaite la bienvenue chez moi… Excuses moi par contre pour la décoration, je n’ai pas encore eu le temps de la faire… Viens, nous allons aller dans la salle de réception prendre notre déjeuné, on sera plus à l’aise.


    Il était vrai qu’il n’y avait guère de décoration dans le château. Mes elfes avaient passé toute la nuit à défaire les papiers peints et à reprendre les murs en blanc. Il y avait quand même des meubles très beaux posés à droite à gauche dans le hall, prouvant que je venais juste d’aménager dans ce dernier. Et ce n’était peu dire, vu que je le l’avais acheté la veille, et qu’il était à moi depuis même pas 24H. Pourtant, je connaissais par cœur chaque recoin de ce dernier. J’avais quelque peu grandi dans ce dernier, qui avait appartenu jadis à la famille de mon père, avant que ma matriarche ne le revende. Mais j’avais arrivé à le récupérer grâce à la fortune dont je venais d’hériter. D’un pas léger, je me dirigeais le couloir de droite, et je rentrais dans la troisième porte à droite.

    Comme je m’en doutais, mes elfes avaient été prévenus par Vermine de mon arrivé avec un invité, et avait dressé la table de mets en tout genre et des plus appétissants, et deux couverts dorés avaient été placés aux extrémités de la table. Fronçant quelques instant les sourcils, je pris ma baguette, et changea toute la position des affaires sur la table. Après coup, nous nous retrouvions l’un à côté de l’autre, ce qui me plaisait beaucoup plus. Je n’avais pas envie d’être séparé de mon amant par toute la longueur d’une table. M’installant ensuite à une mes chaises, dès qu’Amycus vint à mes côté je lui dis :



    - Prend ce qu’il te plait. Si tu veux autre chose, tu n’as qu’à le demander, et cela apparaîtra sur la table dans les quelques minutes à venir… Dis moi par contre, je peux te poser une question ? C’est à propos de… Anna…

http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Heaven or Hell? [Amycus]   Lun 13 Oct - 15:19

    Une chance pour le jeune homme, il n’eut pas besoin d’aller rejoindre son amante près de la salle de bains car celle-ci se dirigeait vers lui après qu’il lui ait avoué en toute franchise qu’elle était absolument sublime… Alors qu’elle approchait de sa démarche gracieuse, Amycus ne la quitta pas des yeux… et lui sourit lorsqu’elle se colla à lui avant de lui offrir un bref baiser…
    Après ça, sa déesse le contourna, se dirigea vers l’escaliers avant de se retourner un air malicieux sur le visage… Elle fit comme si ce qu’il venait de lui dire était une nouveauté et lui reposa même la question. Elle lui annonça par la suite qu’elle trouvait cela intéressant avant d’ajouter qu’elle devait le laisser quelques minutes… qu’ils se rejoindraient dans le hall…


    - Tu es toujours sublime, déclara-t-il en la regardant s’éloigner.

    Après quelques secondes, son amante avait complètement disparue de sa vue et Amycus se retrouvait de nouveau seul. Il regarda de nouveau en direction de son ancienne chambre et se souvint qu’un objet qui aurait dû ne plus exister y était caché. Cet objet était le collier que son Ange lui avait donné ! Ce dernier se trouvait dans un coffre habilement dissimulé par Amycus lorsqu’il qu’il vivait encore ici et qu’il était enfermé dans cette pièce…

    A cette époque, il dissimulait dans le coffre des bonbons, gâteaux, magazines de Quidditch etc. En bref, tout ce que ses parents lui interdisaient ! Aujourd’hui c’était différent, il y dissimulait le souvenir de son premier amour… de son Ange. De nouveau il se demanda pourquoi il n’arrivait pas à l’oublier complètement… de nouveau il essayait de se rappeler la fin de cette soirée mais il n’y arrivait pas. A moins qu’inconsciemment il ne le veuille pas !
    Hésitant, le blond fit un pas en direction de la pièce qu’il redoutait… Peut-être fallait-il qu’il détruise vraiment ce collier pour oublier Anna ! Alors qu’il s’apprêtait à faire un deuxième pas en direction de son ancienne chambre il entendit de bruit de pas dans le hall…

    Krystel l’attendait déjà ! Sans le moindre regard pour la porte qu’il avait voulu rejoindre, le mangemort fit demi-tour et descendit rapidement les escaliers qui le menaient à son amante. Ne laissant rien paraître des doutes qui l’avaient envahi un peu plus tôt, il sourit à son amante en arrivant près d’elle.
    Son amante lui saisit la main et l’entraîna dehors dès qu’il fut arrivé à ses cotés… Collant son corps contre celui du jeune homme et scellant leurs bouches, son amante les fit transplaner… laissant derrière eux le manoir Carrow et tous ses souvenirs et secrets…

    Comme si le temps s’était arrêté, les deux amants arrivèrent devant un grand portail entouré par un gigantesque mur qui ne laissait rien voir… Krystel quitta les bras d’Amycus et se rapprocha de la grille afin de murmurer quelques incantations. Au moment même où elle se tut, le portail s’ouvrit en silence et avant que le blond n’ait pu jeter un coup d’œil, son amante l’avait entraîné sur son domaine qui était sans conteste des plus magnifique et immense !
    Au loin, le blond pu apercevoir un immense château, bordé par une forêt enneigée… Il n’en vit pas plus car une calèche tirée par de superbes chevaux venait de lui masquer la vue…

    Lorsque ce qui semblait être le moyen de transport utilisé pour se rendre au château s’arrêta, une petite créature en descendit s’inclina plusieurs fois devant sa maîtresse. Cependant, quand son regard se posa sur Amycus ce dernier ne manque pas de regarder l’animosité qui brillait dans le regard de l’elfe de maison… Bien que cela déplu légèrement au jeune homme, il ne fit aucune remarque…
    Mais le comportement n’avait pas échappé à Krystel qui remit son serviteur à sa place et à sa manière ! Elle déclara à la stupide créature qu’elle espérait que ce qui avait été demandé avait été fait… mais elle n’en resta pas là !

    Elle déclara à son elfe que les ordres d’Amycus devraient être respectés par lui comme tous les autres serviteurs de sa demeure et elle précisa également que s’il tenait à sa vie, plus jamais il ne devrait regarder le jeune homme de cette façon… Evidement la créature accepta tout en s’excusant et disparut très vite lorsque la sublime française la libéra de son sortilège…
    Après ça, Krystel se tourna vers Amycus et posa sur lui un regard tendre avant de lui faire signe de monter le premier dans la calèche…

    Il s’exécuta et fut très vite rejoint par son amante qui prit place sur ses jambes pour lui offrir un baiser absolument divin et passionné. Dans le même temps, la brune laissa ses mains se balader sur le torse du jeune qui, lui, passa ses bras autour de la taille de son amante afin de savourer pleinement cet échange…
    Après quelques minutes la calèche s’arrêta et le baiser prit fin… Une fois sortit de leur moyen de transport, Amycus constata à quel point le domaine de son amante était fabuleux et immense. Mais ils ne s’attardèrent pas dehors car déjà la jeune femme prenait le blond par la main et le faisait entrer dans le manoir…

    Une fois à l’intérieur la brune se débarrassa de sa cape pour ensuite s’adresser à Amycus…Elle lui souhaita la bienvenue chez elle avant de s’excuser pour la décoration qui n’était pas encore faite… mais ça, le mangemort s’en fichait ! le plus important était qu’il était avec elle ! Elle lui dit ensuite qu’ils prendraient leur déjeuner dans la salle de réception…
    Après un léger coup d’œil au hall d’entrée, le jeune homme sourit à son amante…


    - Peu importe la décoration… Ta simple présence illumine la pièce, dit-il en suivant la brune dans un couloir.

    Après quelques pas, les amants pénétrèrent dans une immense pièce avec en son centre une longue table sur laquelle étaient disposés de nombreux mets… Tous avaient l’air délicieux mais un détail fit ‘‘tiquer’’ le blond. Ce détail ne concernait pas la nourriture mais la façon dont était disposé les deux assiettes… chacune à un bout de table !
    Cela lui rappela les dîners en ‘‘ famille’’ de son enfance… Il fut cependant soulagé de constater que cette disposition ne semblait pas plaire à Krystel ! En effet, cette dernière fit en sorte que les assiettes soient cote à cote…

    Lorsque ce fut chose faite, la maîtresse des lieux s’installa à table et Amycus le rejoint… La brune prit alors la parole pour de prendre ce qui lui plaisait et que s’il voulait autre chose il lui suffirait de le demander pour être servit dans les minutes qui suivraient…
    Mais les paroles de son amante ne s’arrêtèrent pas là et la suite coupa l’appétit du jeune homme, faisant renaître en lui une étrange angoisse… Krystel venait de lui demander si elle pouvait lui poser une question… Une question à propos d’Anna ! Le voilà le nouvel évènement perturbateur… Bien qu’il se doutait légèrement… beaucoup, du genre de question qu’il allait entendre, le jeune homme regarda son amante…


    - Je t’écoute, dit-il doucement. Que veux-tu savoir ?
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Heaven or Hell? [Amycus]   Ven 24 Oct - 21:17

    C’était étrange, mais pour la première fois de ma vie, je me sentais bien. Rien n’avait l’air de troubler mon bien être, et je ne me doutais pas encore que le sujet ‘Anna’ referait surface, et que j’en serais à l’origine. Non, mon esprit était trop ailleurs pour cela pour l’instant. Une fois prête, j’avais entraîné dans de nombreux baisers langoureux jusqu’à mon manoir. Bon d’accord, ce dernier n’était pas encore dans toute sa splendeur, mais cela changerait bientôt. J’avais décidé de faire venir des décorateurs de grand luxe me voir et qu’ils me cherchent tous les objets que je voulais et me mettent mon intérieur selon ma vision des choses. Bah oui, je n’allais pas me salir les mains moi-même. J’avais de l’argent à souhait, je comptais bien en profiter. D’ailleurs, comme m’avait dit un gobelin à Gringott, j’ai beau dépenser ma fortune, on a l’impression qu’elle revient toujours, comme si je n’y avais pas touchée.

    Je n’avais jamais manqué de rien niveau finance et cela grâce à la richesse de la famille de mon père. Ma mère avait elle aussi sa part dans cela, je devais bien le reconnaître même si cela ne me plaisait pas. Elle avait très bien géré mon héritage – sans savoir bien sure que tous ses fruits allaient me revenir - et avait fait de très bon placement. Elle n’était pas une femme d’affaire pour rien, et qui plus est un vrai requin dans son travail. Je pense que je tiens mon acharnement d’elle, car une fois que j’ai quelque chose en tête, il est impossible de me faire changer d’avis. Je suis très butée, et j’aime par-dessus tout relever des dures défis que je me lançais moi-même.

    Le plus important était sans aucun doute celui de toujours plaire, et d’être toujours admiré. Je passais beaucoup de temps à cela et je ne le regrettais pas un seul instant. Je n’étais pas la seule d’ailleurs. Mon amant semblait apprécier cela plus que tout. Et comme il l’avait si bien dis, j’étais ‘toujours’ sublime, en toute circonstance, quoi qu’il pouvait arriver. C’était ma règle d’or, celle à qui j’obéissais tout le temps et à qui j’obéirais toujours. C’était ainsi, et cela ne changerait jamais.

    La deuxième avait été celle de m’amuser et de faire passer mon bonheur, mes envies, moi, en premier lieux, quelques soient les conséquences. Elle se complaisait donc dans ma vie de débauche et dans mes nombreuses conquêtes, qui m’avaient tout juste servir d’objet rien de plus. Rien de plus ? Pas tous. Et d’ailleurs, j’allais devoirs oublier cette règle, et la remplacer. Cela ne risquait pas d’être facile, mais il le fallait, il le fallait pour Amycus…

    Ainsi, il était devenue ma seconde priorité. Je ne voulais ni ne pouvais lui faire de mal. Et pourtant, lui n’avait pas arrêté. Je ne me voilais pas la face. J’étais faible face à lui, et il pouvait faire de moi tout ce qu’il voulait. Par deux fois, il m’avait tourné en bourrique, sans que j’arrive à partir, à ne plus le laisser faire. J’étais accro à lui, et je n’y pouvais rien. J’avais donc décidé d’arrêter de lutter, et de voir ou cela allait mener.

    J’espérais quand même. J’espérais qu’il ne me ferait pas de nouveau souffrir, et pour cela, je devais, j’avais besoin de savoir ce qu’il en était exactement. Il m’avait avoué qu’il était amoureux de moi. Mais il l’était aussi de Anna à la dernière nouvelle, et mon bien-être disparu bien vite, laissant place de nouveau au doute. Je ne voulais plus qu’il me brise de nouveau et me sentir si désarmée.

    Arrivant dans la salle de banquet, j’avais changé les assiettes de place, pour me retrouver prêt de lui, décidée à évoquer un sujet qui n’allait pas me plaindre. Mais il le fallait. Je devais éliminé cette faiblesse et au plus vite, quitte à ce que je me reprendre la tête avec le serveur. Enfin, quitte à ce que je doive me contrôler de nouveau et ne pas laisser voir combien cela allait me rendre amoureuse. Après lui avoir dis de se servir, j’avais lâché ma bombe.

    Je venais de lui demander alors si je pouvais lui poser une question en rapport avec Anna. Me regardant dans les yeux, il me dit doucement, comme pour essayer de me préserver un peu, qu’il m’écoutait. Ce que je voulais savoir ? Tout bien entendu. Je savais que cela allait me faire du mal de nouveau et que j’aurais dû oublier tout simplement cela. Mais c’était impossible et il fallait que je le fasse, pour moi. Prenant un instant ma respiration, je lui répondis alors :



    - Tout… Cela doit te paraître bizarre… Je ne veux pas me prendre la tête avec toi, mais je dois savoir où me placer dans ce triangle, car c’est belle et bien la situation… Je ne suis pas aveugle tu sais, je sais très bien que tu… Elle compte encore pour toi et que cela sera toujours le cas… D’ailleurs je suis sure qu’il te suffit encore d’être en sa présence pour m’oublier… Je veux que tu me dises ce qu’il y a exactement entre toi et elle, et ce qui s’est passé entre vous quand tu l’as revu…


    Mes paroles avaient filés bien vite de ma bouche, sans que je les contrôle. D’ailleurs je m’étais levée, et lui avait tourné le dos, pour me dirigeait vers un des fenêtres de la pièce. Je voulais qu’il me réponde franchement, et ne pas influencer sa réponse. Il devait être sincère avec moi, que je sache dans quoi j’allais me lancer tête baissée. Il m’avait dis qu’il tenait à moi, mais à quel point ? Et comparée à elle, j’étais quoi ? Un prix de consolation, la deuxième place ? Sans m’en rendre compte, je me mettais de nouveau à douter de son ‘amour’ pour moi. Mais comment en faire autrement dans une telle situation.

    Me retournant vers lui, je m’adossais au mur. Avant qu’il ne réponde, je poussais un léger rictus, baissant la tête vers le sol. Relevant cette dernière, je vins de nouveau vers lui. Pourquoi me posais-je autant de question ? D’accord je savais qu’elle était là, alors je devais tout faire pour essayer de me détacher un peu de lui de telle sorte à ne plus souffrir, tout en le gardant vers moi. Oui, voilà, c’était mon nouveau défi. Venant m’asseoir sur ses jambes, je posais mon index sur sa bouche, et repris :



    - Oubli ce que je viens de dire… Cela n'est pas important... Je suis stupide des fois... J'ai une meilleure idée cependant....


    Ma voix avait changé, et était des plus sensuelle. C’était comme si je redevenais la Krystel qu’il avait connu lors de notre première rencontre, une Krystel forte, qui ne se prenait pas la tête. Je voulais redevenir cette dernière, même si inconsciemment, je me doutais que cela n’était pas possible. Une raison à cela ? C’était qu’à présent, ce n’était pas qu’une histoire banale, mais une avec des sentiments. Alors même si j’essayais de faire outre, cela ne durerait guère longtemps.

    L’embrassant passionnément, sauvagement, mes mains vinrent ouvrir sa chemise avec empressement. Je n’avais plus faims de nourriture, mais d’autre chose. J’avais décidé de chasser mes doutes, mes angoisses, mes peurs de ma tête, et quel était le meilleur moyen de le faire ? Tout simplement comme j’avais toujours agis, en oubliant tout par des jeux très plaisant. Quittant ses lèvres, je vins renverser très rapidement les plats sur la table, avant de venir de nouveau capturer sa bouche, tandis que je posais mes sublimes fesses sur cette dernière, l’entraînant vers moi.
http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Heaven or Hell? [Amycus]   Sam 25 Oct - 7:49

    Amycus était enfin de nouveau apaisé et tous ses doutes avaient disparus. Il savait à quoi cela était et il savait également qu’il rencontrerait d’autres difficultés qu’il surmonterait en faisant son possible pour ne plus dévier du bon chemin. Ce fameux chemin n’était autre que celui sur lequel il avançait avec son amante… Il avait cru en sa promesse et il avait eut raison ; elle était revenue près de lui…
    Mais son bien-être n’était pas dû qu’à son retour ! Non… Il y avait plus important. Il lui avec accidentellement dévoilé ses sentiments après qu’elle ait tué se stupide livreur et alors qu’elle avait commencé par fuir, Krystel lui avait ensuite avoué à sa manière que les sentiments qu’il ressentait pour elle était partagé !

    Le jeune homme n’aurait pu exactement expliquer ce qu’il avait ressentit mais les paroles de la sublimes française l’avaient rassuré… Elle avait même prétendu qu’elle changerait de vie pour lui mais il savait au fond de lui qu’il serait incapable de la quitter si elle venait de nouveau à ‘‘jouer’’ avec d’autres hommes. Il avait trop besoin d’elle pour se permettre de la perdre !
    Et puis, il fallait qu’il soit franc avec lui-même ! Il y avait toujours une part de lui qui pensait à son Ange et il avait l’étrange sentiment qu’il s’était passé quelque chose lorsqu’ils s’étaient revus au Pub… Mais il n’arrivait pas à savoir quoi exactement et cela lui faisait penser que lorsqu’il trouverait cela déplairait fortement à Krystel…

    Le plus étrange c’est qu’Amycus avait toujours été et était encore un fêtard ! Il avait l’habitude de boire de l’alcool à foison sans pour autant oublier les évènements d’une soirée… mais cette fois-ci tout était flou ! Il se souvenait d’avoir ‘‘fracasser’’ Dimitri et ce, par deux fois puis d’avoir proposé un verre à son Ange. Invitation que la brune avait acceptée ! Il se rappelait également avoir été très proche d’elle mais c’était tout !
    Il ne savait pas comment s’était fini sa soirée ni même comment il était rentré. Le mangemort trouvait ça assez étrange mais il se dit que cela lui reviendrait plus tard… en espérant qu’il n’est pas une nouvelle fois joué au con !

    Mais pour le moment, le jeune homme préférait penser à autre chose et profiter de la simple présence de son amante car cette dernière lui faisait oublier tout le reste… Le fait de pouvoir passer du temps avec elle était un véritable plaisir et Amycus faisait son possible pour en profiter. Il avait failli le perdre trop de fois et à cause de lui pour ne pas savourer chacune des secondes passées près d’elle…
    C’est pourquoi il avait accepté la proposition de la demoiselle de se rendre dans son manoir car de toute façon peu importe l’endroit où il était du moment que Krystel était près de lui !

    Les deux mangemorts s’étaient donc rendus au manoir Raybrandt… Amycus s’était rendu compte que ce dernier était fabuleusement immense et n’avait pu s’empêcher de sourire. Son amante aimait vraiment la perfection mais rien de plus normal puisqu’elle-même était absolument parfaite !
    C’est en pensant à cela qu’il se rendit compte qu’il était véritablement amoureux de la brune qui se trouvait à ses cotés dans la calèche et ce sentiment n’allait qu’en s’accroissant…

    Sans prendre le temps de visiter les lieux, les deux jeunes gens s’étaient ensuite rendus dans la salle de banquet où Krystel avait apporté quelques petits changements concernant la mise en table. Les deux assiettes étaient à présent cote à cote ce qui ravi Amycus… Cependant la suite fut moins ‘‘agréable’’ car la belle brune après lui avoir dit de se servir lui demanda si elle pouvait lui poser une question concernant Anna… ce qui voulait dire plus exactement : ‘‘concernant la dernière fois qu’ils s’étaient’’ !

    Le jeune homme aurait voulu répondre qu’il ne préférait pas mais elle l’aurait mal pris et cela aurait été tout à fait normal… C’est pourquoi il lui avait répondu qu’il l’écoutait bien qu’il savait en réalité ce que seraient les interrogations de Krystel ! Et il ne s’était pas trompé dans ses pensées.
    Son amante lui expliqua qu’elle ne voulait pas qu’ils s’engueulent mais qu’elle devait savoir qu’elle était sa place. Il continua en disant qu’elle n’était pas aveugle, qu’elle savait qu’Anna comptait encore pour lui et que lorsqu’il était en sa présence il devait sûrement l’oublier elle…

    Au fur et à mesure de ses paroles, Krystel s’était levé et avait fui le regard du blond pour faire face à une des fenêtres de l’immense pièce. Amycus, lui, l’observait de dos craignant que la question fatidique n’arrive et ce fut malheureusement le cas ! Son amante lui avoua qu’elle voulait savoir ce qu’il s’était passé entre son Ange et lui lorsqu’il s’était revu…
    Le problème c’est qu’il l’ignorait… du moins il n’arrivait pas à se souvenir de ce qui avait pu se passer en toute fin de soirée ! Et puis il était certain que mêmes les évènements dont il se souvenait ne plairaient pas à son amante… Elle n’apprécierait sûrement pas qu’il est été jaloux d’un mec qui draguait Anna, ni même le fait qu’il ait invité cette dernière à boire un verre…


    *Qu’est-ce que je fais maintenant ? Je lui dis ce que je sais et je lui précise que j’ignore comment c’est fini cette soirée ou je lui mens… Non ! Pas de mensonge. Il faut seulement que je me souvienne ce qui s’est passé, que je lui explique…*

    Cette solution ne plaisait pas trop à Amycus mais il ne voulait pas lui mentir… Cependant, il ne voulait plus lui faire de mal et ce serait forcément le cas car plus il réfléchissait à cette fameuse soirée plus des souvenirs lui revenait dont un de taille ! Alors que Krystel lui tournait toujours le dos, Amycus passa ses mains sur son visage pour oublier ce souvenir ! Il venait de se rappeler qu’il s’était adressé à Anna en l’appelant ‘‘Mon Ange’’… que cette dernière le lui avait fait remarqué et qu’il lui avait demandé si cela serait toujours le cas ! Si elle serait toujours son Ange… et la réponse avait été oui !

    Lorsqu’il ce souvenir refit surface le mangemort se mit à souhaiter de ne jamais se rappeler la suite… Et il n’eut pas le temps d’y réfléchir plus car Krystel venait de nouveau de lui faire face alors qu’il l’observait. Avant qu’il n’ait eut le temps de dire le moindre mot, son amante était revenue près de lui, s’était assise sur ses jambes et avait doucement posé son index sur les lèvres d’Amycus, l’empêchant de s’exprimer…

    Il la regarda légèrement surpris lorsqu’elle lui dit d’oublier ce qu’elle venait de lui demander, cela n’avait pas d’importance. Elle ajouta qu’elle était stupide et précisa avec une voix plus sensuelle qu’elle avait une meilleure idée…
    Après ces quelques mots elle offrit à Amycus un baiser passionné, sauvage auquel le blond ne resta pas indifférent… Son amante entreprit ensuite d’ouvrir la chemise qu’il portait avant de ‘‘débarrasser’’ à sa manière les assiettes sur la table. Alors que leurs lèvres s’étaient séparées quelques secondes, Krystel les scella une nouvelle fois alors qu’elle asseyait sur la table attirant à elle son amant.

    Amycus se retrouva alors debout contre la sublime française… Il passa ses mains derrière la nuque de Krystel pour approfondir ce baiser et après quelques secondes ses lèvres se reportèrent sur le cou de la jeune femme en de légers baisers… ses quant à elles glissèrent le long ses hanches pour ensuite passer dans son dos. Cela permit au mangemort de la plaquer encore un peu plus contre lui alors qu’il lui murmurait.


    - Tu n’es pas stupide... Tu veux savoir c'est tout... dit-il simplement. Elle est mon passé... Tu es mon présent et mon avenir... je ne veux plus qu’on soit séparer...

    L’une de ses mains remonta ensuite sur l’épaule de la brune et fit glisser la fine bretelle de la robe qu’elle portait… Il y déposa alors de nouveaux baisers entremêlés de mordillements avant de gouter une nouvelle fois au gout fruité des lèvres de celle qu’il avait choisi, de celle qu’il ne voulait plus quitter…
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Heaven or Hell? [Amycus]   Dim 9 Nov - 1:59

[désolée pour le retard. C'est pas top top... On va mettre ça sur l'heure tardive qu'il est... ]




    Pourquoi autant de chose se bousculait en moi ? Pourquoi ne pouvais-je pas arrêter de réfléchir un instant ? Pourquoi n’arrêtais-je pas d’avoir peur ? Oui, j’avais peur, peur que son ex revienne encore dans sa vie et qu’il gâche tout entre nous. Car oui, à présent, je ne parlais pas de moi, ni de lui, mais de nous, de nous deux. J’avais changé à son contact. Quand je suis faible je suis forte ? C’était à peu prêt cela qui reflétait mon état actuelle. J’étais devenue faible en me laissant aller à des sentiments que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam. Mais cela me rendait fort en même temps, plus forte que je ne l’avais jamais été. C’était bizarre comment une chose pouvait en apporter deux autres différentes, le contraire l’une de l’autre. En fait, cela était quelque peu mon état d’esprit : la contradiction. D’un côté je voulais savoir. De l’autre nan. D’un côté je voulais redevenir la Krystel que j’étais avant sa rencontre, sans attache, sans chaîne. De l‘autre, je ne voulais plus me retrouver seule, et rester à jamais avec lui.

    Que faire ? Quelle voie choisir ? Que voulais-je au fond de moi-même ? C’était si difficile à savoir. Dans ces bras, je pensais trouver la réponse. Mais dès que je repensais à Anna, je doutais aussitôt. Je n’avais pas pu m’empêcher de lui poser cette question qui me brûlait tant les lèvres. Pourtant, je m’étais rétractée, trouvant une pirouette qui marchait tout le temps avec les hommes. J’avais peur de sa réponse en fait. J’avais peur que mon cœur soit de nouveau tenaillé dans un étau qui le comprimerait. J’en avais accès de constater que j’étais la seule à renoncer à une partie d’elle-même pour que cela fonctionne entre nous. J’avais peur que de nouveau, ce qui était flagrant m’explose à la figure : il aimait Anna, et cela n’était pas prête de changer. Que faire d’autre alors que de revenir sur ma question, cette question qui pourtant demandé une réponse, et rebondir dessus ? Rien, je ne voyais rien d’autre à faire que cela.

    Bien entendu, je mettais donc mise à l’attirer vers moi, à l’embrasser passionnément, et à lui ôter sa chemise. Je savais qu’il ne résisterait pas à cela. Comment le pourrait-il en même temps ? Débarrassant la table d’un revers de main, je vins m’asseoir sur cette dernière, tandis qu’il posa sa main sur ma nuque, pour intensifier notre baiser. Il descendit ses lèvres sur mon cou ensuite, tandis que ses doigts glissèrent sur mes hanches. Ils n’y restaient guère longtemps, venant ensuite sur mon dos, et me rapprochant de lui. Il me murmura alors à l’oreille des mots qui se voulaient doux, et rassurants sûrement. Oui sûrement, car cela ne fut pas le cas pour moi. Même s’il me dit qu’elle était son passé, et que c’était avec moi qu’il voulait être, ne plus me quitter, je ne pouvais ôter de ma tête : ‘Jusqu’à quand ?’

    C’était un peu horrible, et cela me faisait du mal de me dire cela, mais je ne pouvais m’en empêcher. Même si c’est moi qui m’était montrée entreprenante, je n’avais guère envie de sexe en cet instant. Mais j’avais utilisé cette parade pour ne rien laisser voir, pour essayer peut-être de redevenir la Krystel forte que j’étais, celle qui aimait ce vice plus que tout, et qui faisait tout pour l’avoir. Celle qui collectionnait les hommes, comme certains les timbres, les billes ou les voitures. Celle qui ne croyait pas aux sentiments, et qui qualifiaient cela de faiblesses et d’invention. Oui, j’avais changé même si je ne l’avais pas voulu. Cela m’était tomber comme un cheveux dans la soupe. A vivre pendant 2 semaines auprès de lui, j’en étais venue à faire une chose que je m’étais prohibée : m’attacher à quelqu’un.

    Je ne pouvais pourtant plus revenir en arrière. D’ailleurs en même temps, en avais-je envie ? D’un côté oui… Mais d’un autre… A présent, je comptais pour quelqu’un. Un homme m’appréciait pour qui j’étais, me désirais pour moi-même et non une façade que j’aurais érigé pour lui. Je n’étais plus qu’une vulgaire femme avec qui on passait du bon temps, je n’étais plus ‘qu’un trou’ pour un homme. Non, j’étais une personne à part entière, qu’il prenait tel quel, qui lui plaisait ainsi. J’avais trouvé quelqu’un comme moi, avec qui je n’avais pas besoin de mot pour lui parler. Un homme qui pouvait lire facilement en moi, comme moi en lui. Mais un homme qui me faisait souffrir en silence également.

    Elle l’avait rendu bon. Même s’il était plongé dans les ténèbres, il l’était beaucoup moins que moi je pouvais l’être. Anna l’avait fait voir le ‘droit chemin’, en lui faisant découvrir l’amour. Et jamais je ne pourrais rivaliser avec cela. Avec moi, il s’enfonçait dans l’enfer, la noirceur, mais malgré tout, une part de lui restait bonne, et tenait bon. Tant qu’il ne renoncerait pas à elle, il ne saurait jamais totalement sincère et là avec moi. Nous entamions une relation dans laquelle il ne serait présent à 100 % alors que moi si. Avais-je envie de prendre ce risque ? Ce risque de tout perdre ? Je ne le savais guère si j’en étais capable. Il n’avait fait du mal, et je ne pouvais pas l’oublier aussi facilement. Il avait conquit mon cœur, l’avait brisé, pour revenir le recoller. Cela peut paraître absurde comme vision et métaphore, et pourtant cela reflétait tellement ce qui s’était passé entre nous.

    Cependant, je ne pouvais pas nier qu’il m’obséder. Toutes mes pensées étaient tournées vers lui, quand il n’était pas là, comme quand il était là. J’étais attachée à lui, plus que je n’aurais pu l’imaginer, et cela était plus fort que moi. Je n’arrivais pas à lui en vouloir, même si cela aurait pus soulager. Je n’arrivais pas à lui faire comprendre combien je souffrais à cause de son histoire d’amour, toujours trop présente en lui. Alors oui, je lui avais demandé ce qui s’était passé entre lui et Anna quand il l’avait revu, mais je n’avais pas pu attendre sa réponse. Non. De peur d’être blessée une nouvelle fois, cela ne faisait aucun doute, et j’en étais totalement consciente, même si j’avais du mal à me faire à cette idée, cette idée que j’étais à présent guidait par une crainte.

    Sa main remonta sur mon épaule, et fit glisser une de mes fines bretelles, tandis qu’il y déposait des baisers échangés de temps en temps par des mordillements. Cela me ramena à la réalité, et je le laissais capturer mes lèvres. Je répondis sauvagement, ne voulant pas montrer mon état d’esprit. C’était tellement plus simple de faire comme si de rien n’était, de fuir. Après tout, il n’y avait aucune honte à cela, si c’était fait au bon moment. Je me disais aussi que peut-être que ça passerait avec le temps, qu’il l’oublierait à mon profil, même si je n’y croyais guère en fait. Enfin bref. J’avais trouvé une bonne parade à tout cela, et je ne devais pas lui laisser entrevoir mes doutes, de peur de le perdre un peu plus. Il y avait beaucoup de chance qu’il le prenne comme un manque de confiance. Mais en même temps, comment pourrais-je lui faire totalement confiance après tout ce qu’il s’était passé ?

    Rompant notre baiser, je m’allongeais sur la table, le ramenant vers moi, grâce à mes jambes que je venais de passer autour de sa taille. Le caressant sur son torse nu, je revins vers ses lèvres, ne voulant pas qu’il puisse un instant s’apercevoir du conflit qui régnait en moi. Descendant mes mains, je vins ouvrir son jean, et le faire glisser jusqu’à ses pieds. Je fis très vites de même avec son sous vêtement. Même si n’avait pas spécialement envie de cela, je ne pouvais m’empêcher de frissonner sous lui. C’était étrange comment une nouvelle fois j’étais contradictoire avec moi-même. D’ailleurs, c’était également étrange l’attraction que j’avais pour lui, une attraction si forte que je ne pouvais pas y résister.

http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Heaven or Hell? [Amycus]   Mer 12 Nov - 9:28

    Amycus avait hésité avant de demander à Krystel de lui poser sa question concernant Anna. Il savait qu’il s’était passé quelque chose durant cette fameuse soirée… quelque chose qui ne plairait pas à son amante ! C’est pourquoi une part de lui voulait qu’elle ne sache jamais ce qui avait pu se passer dans ce pub alors que l’opposé ne voulait plus lui mentir. Il avait donc décidé de lui répondre sincèrement quelque fut la question qu’elle lui poserait. Mais elle n’avait rien demandé et avait préféré se rétracté. Dans un premier temps cela rassura le mangemort pour ensuite le faire culpabilisé.
    Il vint à se demander pourquoi la brune étais revenue sur son interrogation… Pourquoi lui avait-elle demandé de ne pas répondre ? Avait-elle des doutes ou bien s’en fichait-elle réellement ?

    Ce fut au tour du jeune homme de se poser des questions mais il fut interrompu par son amante qui l’attira vers elle pour lui offrir un baiser passionné alors qu’elle déboutonnait doucement la chemise du blond… Ce nouvel échange fit oublié à Amycus les pensées qui lui traversaient alors l’esprit et il intensifia le baiser que venait d’entreprendre la sublime française.
    Cependant sans savoir pourquoi, au fur et à mesure que son amante devenait entreprenante, le jeune homme avait l’impression que quelque chose n’allait pas et même les mots qu’il murmura à l’oreille de la belle ne lui ôtèrent pas cette sensation étrange. Il se rendit alors compte que cela ne venait pas seulement de lui…

    En effet, en cet instant précis il aurait préféré discuter avec Krystel de ce qui s’était passé durant son absence et de ce qui allait se passer pour eux dans le futur mais aux premiers abords la demoiselle ne semblait pas vouloir discuter… Pourtant il avait vraiment l’impression qu’elle ne se comportait pas comme elle le faisait habituellement ! Etait-ce sa propre culpabilité qui lui faisait penser cela où avait-il vraiment raison ? Il n’en savait rien mais une chose était sûr cela mettait un frein à son désir… Il voulait avant toute chose savoir où il allait ou plutôt où ils allaient car ils étaient bel et bien ensembles à présent et lui désirait par-dessus tout que cela dure !

    De nouveau ses pensées de plus en plus confuses furent interrompues par un nouveau baiser mais cette fois-ci c’est lui qui l’avait offert à la brune. Il savait que lui parlé risqué de la faire fuir une nouvelle et il ne le voulait pas… Pas maintenant qu’ils venaient de se retrouver ! Il ferait en sorte de ne plus recroiser Anna ce qui serait assez simple en y repensant bien… Il ferait son possible pour que Krystel lui pardonne la souffrance qu’il lui avait fait vivre sans le vouloir mais il lui était impossible de lui parler maintenant… C’était trop tôt ! Et le fait qu’il sache que cela pouvait lui faire perdre Kry lui faisait penser qu’il serait toujours trop tôt pour lui dévoiler la vérité…

    Son amante mit fin à leur baiser le ramenant une nouvelle fois à la réalité… Il croisa son regard l’espace d’un instant, avant qu’elle ne s’allonge sur la table et l’attire à elle. Mais ce qu’il cru y apercevoir ne fit qu’augmenter ses craintes, elle semblait différente ! Ou plutôt, elle semblait lui cacher quelque chose sans qu’il ne sache quoi.
    La brune se mit ensuite à le couvrir de caresses avant de l’embrasser une nouvelle fois… Amycus, lui, ne participa pas avec autant de motivation que la fois précédente. Bien sûr il la désirait mais il sentait que quelque chose clochait et il ne voulait pas coucher avec son amante sans être sûr que tout allait pour elle. Il la respectait trop pour ne pas se soucier de ce qu’elle ressentait…

    Mais comment résister à une telle femme ? C’était une excellente question surtout que ses mains venaient de glisser jusqu’à son jean qu’elle avait rapidement ouvert avant de l’ôter. Elle avait ensuite fait suivre le même chemin à son boxer et la sentir frémir sous lui n’aida pas le mangemort…
    Soudainement, sans réfléchir, il reporta alors ses lèvres sur le cou de la brune pour y déposer des baisers passionnés pendant que sa main faisait doucement descendre la deuxième fine bretelle de la robe que Krystel portait mais il s’arrêta aussi rapidement qu’il avait commencé et se redressa pour fixé la jeune femme qui ne devait pas comprendre sa réaction…

    Sans un mot envers son amante il s’écarta encore plus d’elle et récupéra ses vêtements… Il enfila son boxer, puis son jean et reporta enfin de nouveau son attention sur son amante lorsqu’il eut finit de boutonner ce dernier. Il savait qu’il lui devait des explications mais il ne savait pas comment lui dire ce qu’il avait pu ressentir…
    Comment pouvait-il lui faire comprendre qu’il avait eut l’impression qu’elle lui cachait quelque chose alors que lui-même le faisait ! Car en ne lui avouant pas qu’Anna l’avait embrassé il lui cachait bel et bien quelque chose. D’accord… C’était peut-être elle qui il avait dit d’oublier le fait qu’elle voulait l’interroger au sujet de son ex mais il aurait dû être franc !

    C’était d’ailleurs peut-être pour cela qu’elle lui semblait se comporter étrangement… Peut-être s’était-elle rendu compte qu’il n’avait pas été des plus sincères ! Cependant comment aurait-elle su puisqu’elle ne lui avait même pas posé de question ? La réponse était simple… Ils se ressemblaient trop pour pouvoir se mentir. S’il avait remarqué qu’elle lui dissimulait quelque chose elle devait avoir remarqué que lui aussi ne lui disait pas toute la vérité…
    Avec un léger soupir il se laissa retomber sur la chaise où il s’était trouvé assis quelque minute plus tôt et passa sa main sur son visage…


    *Qu’est-ce que je fais maintenant ?*

    Il regarda de nouveau Krystel et sut ce qu’il avait à faire… Ce n’était pas le moment de s’envoyer en l’air… non ! Pas du tout… Il devait lui parler. Ils devaient être francs l’un envers et l’autre même s’il craignait par-dessus tout de la perdre. Sans lâcher la brune du regard, il reprit la parole d’une voix qui se voulait sûre mais qui ne l’était pas tout à fait…

    - Désolé… mais je ne pense pas que ce soit le moment ! Et je pense pas que t’en aie aussi envie que t’essaie de le faire croire… avoua-t-il avant de se taire de nouveau.

    Il savait que Krystel voulait lui poser des questions… Des questions qu’il n’aurait pas forcément envie d’entendre ni même d’y répondre mais rester dans le flou ne pourrait qu’avoir des répercussions négatives dans le futur et il ne le voulait pas…
    Après avoir détourner le regard l’espace de quelques secondes, il observa de nouveau Krystel…







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Heaven or Hell? [Amycus]   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum