Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Mangemort↯ Le pouvoir est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1007
Date d'inscription : 06/09/2008




Lord Voldemort

Mangemort
Le pouvoir est entre mes mains


Carte du maraudeur
Niveau magique: 15/15
Libre pour ::
Bonus: 0
MessageSujet: Re: Deux regards qui se croisent |pv Jessi|   Sam 15 Nov - 15:37

    J’avais l’impression d’être un de ces journalistes à scandale. C’était quelque chose de paradoxal, mais cette drôle d’image que j’avais à l’esprit convenait parfaitement à la situation. En effet, je furetais partout auprès de la jeune femme pour trouver une faille, peu m’importait laquelle, mais j’avais posé des tas de questions, avait cherché sans cesse à en découvrir plus, toujours plus, et de pouvoir m’avancer, m’immiscer toujours plus profondément dans la conscience de la jeune femme. J’avais commencé à exploiter quelques pistes, et je sentais que je me rapprochais peu à peu de mon but. Cependant, le temps commençait à devenir pressant et je savais que je ne pourrais me consacrer pleinement à mon objectif qui était de trouver cette faille chez Lyvianne Drachkenberg, et de l’exploiter pour m’en faire au moins une alliée, que ce lien soit forcé ou volontaire, peu m’importait.


    En effet, il ne fallait pas non plus que j’oublies mes cours aujourd’hui, même si je n’avais pas du tout envie d’y aller, il fallait bien que je fasse au moins acte de présence, voire même que je participe quelque peu. Il fallait que je continue mon travail de sape à l’intérieur même de Poudlard, continuer de me faire bien voir par les professeurs, renforcer mon emprise sur les différents groupes d’élèves, commencer le recrutement de façon plus active de la nouvelle génération de mes mangemorts, et bien d’autres choses encore. Sans oublier que le bal de noël approchait à Poudlard, et que c’était l’occasion de frapper un grand coup. Enfin, tout restait possible quoi. D’après la rumeur, Lily Evans et James Potter étaient sur le point de se séparer, tandis que tout le monde serait rassemblé à Poudlard… Oui, un grand plan se dessinait dans mon esprit.


    La jeune femme semblait cependant sous l’emprise d’une mélancolie et d’une nostalgie certaine à propos de son passé. Elle avait les yeux un peu perdus dans le vague alors qu’elle évoquait son passé. Une ombre passait parfois sur son visage et je sentais toujours plus que ma première idée avait été la plus juste sur elle : elle regrettait certes son enfance et tout ce que cela impliquait, mais quelque chose l’avait pour le moins troublée. Mais pour le moment, je n’avais absolument aucun moyen de savoir de quoi il en retournait puisque je ne savais absolument pas les détails du passé de la jeune femme. J’avais beau sentir cette tristesse, m’en repaître et en user contre elle m’était pour l’instant interdit et je ne pouvais agir comme je l’entendais, à mon plus grand mécontentement. Cependant, je savais fort bien cacher ce que je pensais, et ne m’en privait point…



    En réalité, je pensais bien que la chose qui troublait tant la libraire se retrouvait dans son enfance, et je pensais avoir un peu raison, car au moins, elle avait beau m’avoir dépeint son lieu de naissance comme un cadre quasi idyllique d’après ce que j’en avais saisit, elle avait néanmoins terminé sa description d’un ton ironique et amer en disant que vivre là bas n’avait pas été si paradisiaque que cela, et je ne pu que sourire intérieurement. C’est souvent dans les lieux les plus calmes et les plus tranquilles que se cachaient les plus lourds secrets… n’était ce pas le cas, par exemple, du manoir de la famille Jedusor ? Fier, entouré de bocage, il était calme et paisible, mais en son sein se cachaient bien des secrets… Mais je fus ramené à la réalité par Lyvianne, qui me questionna plus avant sur mon pays d’origine.

    - Eh bien, ce pays est radicalement différent du votre, si je puis me permettre. Chez moi, pas de mer, juste quelques rivières et fleuves, et quelques marais aussi. Mais surtout, de vastes plaines, des collines herbeuses et des forêts impénétrables. On y livre bien des combats contre les créatures des ténèbres, clan de goules, de trolls ou de gobelins. C’est d’ailleurs à cause de tous ces dangers que ma famille a émigré dans ce pays, si calme, si tranquille. Cependant, chez moi, il n’y a pas non plus de grande école comme Poudlard, nous n’avons qu’un institut de magie, pas aussi réputé ni aussi grand, mais qui est tout de même convenable. Je ne regrette pas d’être parti… Cependant, il faudrait que l’on s’attèle à votre tâche, car je serais bientôt de nouveau appelé par mes cours…
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Deux regards qui se croisent |pv Jessi|   Sam 15 Nov - 19:34

(Puisque nous sommes au parc, je propose que nous terminions le rp lors de ta prochaine réponse, si cela te convient évidemment)

Parfois, il était beau de revivre dans un passé proche, de le modifier comme bon nous semble. Cela dit, la déception grandiose était que nous ne pouvions y recommencer une vie autre que celle déjà vécue. L’Univers était ainsi fait de tristesse et d’amertume, les rares rayons incandescents du Soleil pouvaient, par moment, réchauffer les cœurs meurtris par les flots brulants du destin. Ce n’était pas avec étonnement que Lyvianne commenta sa jeunesse, qu’elle maquilla tant bien que de mal, de ces beautés superficielles qui ne signifiaient rien d’autre que l’insipidité d’un monde révolutionnaire qui s’annonçait des plus nuageux et pluvieux. Une belle vision pour commencer une belle journée est de mise, n’est-il pas? Toutefois, il fallait jouer la carte de la réalisation pure et dure : la vérité qui se jetait à votre cou dans l’espoir de vous enfoncer avec elle dans la noirceur de la désespérance. Dommage pour elle, cela ne fonctionnait plus depuis des lustres sur la libraire.

C’est donc avec une pointe de nostalgie que la belle aux cheveux de jais se remit sur le chemin du quotidien, son but premier de cette visite à Poudlard était bel et bien de faire son travail et non pas de flâner gaiement dans le parc de l’école avec un de ces nombreux élèves, même s’il était fort charmant et intéressant. Pour tout dire, Lyvianne voulait maintenant se perdre dans le dur labeur du boulot pour s’évader, encore une fois, dans les sinuosités et les complexités des écrits qu’elle aurait à commander, ni plus ni moins. À ce jour, la libraire espérait toujours en savoir plus, en apprendre plus. Cela lui permettait de s’évader du monde, de découvrir de nouveaux horizons, quitte à ne pas être une grand voyageuse dans l’âme, elle pouvait facilement se contenter des moyens du bord qui souvent, lui apportait plus de satisfaction que toutes autres choses.

Parlant d’en apprendre plus, Jessi lui raconta son pays, qui semblait fort beau, mais dangereux, selon ses dires. La Moldavie n’était pas très familière au savoir de Lyvianne, elle qui ne s’attardait pas tellement sur les pays, mais bien sur le contenu de la matière, c'est-à-dire les créatures, les plantes et diverses choses, bref tout ce qui n’attrayait pas à la géographie. Finalement, la libraire dégagea son poignet de sa manche pour observer l’heure. Effectivement, le temps avançait à grand pas, c’était peu dire. Jessi en avait eu conscience lui aussi, c’était parfaitement compréhensible. Activant ainsi leur pas, il fallait maintenant se dépêcher, afin que la sorcière elle, ne rentre pas trop tard à la boutique et que Jessi, lui, ne soit pas en retard à ses cours, chose important, selon ce que Lyvianne avait entendu dire : la discipline et la ponctualité était les mots d’ordre, si on se fiait à la bonne réputation des lieux mentionnés.


-Je vous comprends, vous et votre famille. Il est dommage de quitter son pays natal pour une cause aussi physique : les conflits et les dangers. Cela dit, il est préférable de rester en vie plutôt que de périr dans d’atroces situations, vous en conviendrez. Contrairement à la Moldavie, le Pays de Galles est plus paisible qu’il n’y parait, cependant, c’est lorsque l’on s’éloigne trop des frontières que le réel danger s’y trouve. Enfin, passons. Il est vrai que nous devons nous affairer au travail, au risque de se faire réprimander de notre retard. Je vous assure que la tâche ne sera pas longue, nous n’en aurons que pour de brèves minutes, Jessi, vous n’avez donc pas à craindre l’heure de vos classes. [/
Mangemort↯ Le pouvoir est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1007
Date d'inscription : 06/09/2008




Lord Voldemort

Mangemort
Le pouvoir est entre mes mains


Carte du maraudeur
Niveau magique: 15/15
Libre pour ::
Bonus: 0
MessageSujet: Re: Deux regards qui se croisent |pv Jessi|   Ven 21 Nov - 10:21

[HJ : comme convenu par mp, je termine ici le sujet]


    J’avais parfaitement appris mon cours sur la Moldavie. En fait, j’avais eu raison de me montrer clairvoyant en interrogeant comme il se devait Jessi Rodolv Tumodel avant de le museler une bonne fois pour toutes. Il n’y avait pas à dire, il avait été une précieuse source d’informations et en explorant son esprit j’avais fini par savoir tout ce dont je pouvais avoir besoin. Sa vie, ses amis, sa famille, son ancienne maison, son lieu de naissance, ses expériences éthyliques, sexuelles et expériences de la vie tout simplement. Je le connaissais mieux que lui-même ne se connaissait en réalité, c’était d’ailleurs ici un des privilèges de tout legilimen qui se respecte, de pouvoir connaître à fond les gens qui l’entourent… Oui, décidément, c’était quelque chose, et la jeune femme semblait totalement convaincue.


    Elle semblait même compatir en un sens. Il était vrai que les Tumodel n’avaient pas été une vie facile, mais tout de même bien plus heureuse qu’une innombrable quantité de sorciers de sang pur, qui se retrouvaient privés de leur véritable place en ce monde par le simple fait que d’autres sorciers moins doués et à la pureté des origines douteuse. Les Tumodel avaient jadis été très riches, et avaient tout perdu en misant tout sur le commerce de produits de beauté pour sorciers. Cela leur avait donné une certaine notoriété, en tous cas en Europe de l’est, et ils avaient fini par atterir à Londres avec le souvenir d’une fortune qui avait disparu dans sa quasi intégralité par la faute du père de Jessi, Gyorgi. Ce dernier, victime d’une addiction au jeu ahurissante, avait tout perdu, et les récentes attaques des créatures des ténèbres les avait chassé, jusqu’à ce qu’ils rencontrent mon chemin…


    De toutes façons, en ce qui concernait le pays en lui-même, je le connaissais quelque peu pour la simple et bonne raison que j’y avais déjà voyagé pour mon propre compte, quand ma jeunesse signifiait encore quelque chose et que j’avais l’impression qu’elle filait trop vite entre mes doigts. J’y avais rencontré des communautés complètes de sorciers pratiquant la magie noire au grand jour, et j’avais beaucoup acquis de leurs savoirs et de leurs compétences, avant de devenir moi-même le maître absolu dans ce domaine. Bon, je connaissais surtout les coins mal famés et deux ou trois communautés un peu isolées, mais Tumodel m’avait permis d’élargir et d’approfondir terriblement mes connaissances à tel point que j’avais l’impression d’avoir toujours vécu dans ce pays lointain.



    - Je suis tout à fait d’accord avec vous. Changer totalement d’environnement, de pays mais également de climat et d’entourage a été une épreuve pour nous tous, d’autant que je ne parlais pas un mot d’anglais jusqu’à l’été dernier, mais j’ai eu un bon professeur… Mes parents seraient également du même avis que vous, bien que quant à moi je préfére de loin rester sur ma terre et la défendre, ils n’ont aucun droit de nous la prendre de force et de nous en chasser. Mais je vais devoir vous laisser Lyvianne, j’ai un cours qui va bientôt commencer. Je vous dis aurevoir, je passerais sans doute vous voir dans votre librairie ! dis je avant de l’embrasser sur la joue, et de m’éloigner…







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Deux regards qui se croisent |pv Jessi|   



Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum