Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Jeu 11 Sep - 13:19

    Cela faisait maintenant deux semaines que le fils Carrow s’était rendu à Poudlard dans l’optique de voir sa petite amie et qu’il en était ressorti en compagnie de son amante Krystel… Vous pourriez croire qu’il avait simplement quitté Anna en lui apprenant qu’il avait une liaison avec la sublime française mais ce n’était pas ça du tout…

    La présence de son amante avait été une surprise pour lui car il ignorait qu’elle étudiait à Poudlard… De plus il avait décidé le matin même de ne plus la revoir… Seulement les choses s’étaient déroulées différemment et le jeune homme s’était retrouvé en présence de son Ange et de son amante… Krystel, toujours aussi immorale, avait tout mis en œuvre pour faire douter Anna quant aux relations qu’elle entretenait avec son petit ami avant de lui mentir, en se prétendant être une cousine éloignée de celui-ci…

    Le reste de la journée aurait pu reprendre un cours ‘‘normal’’ si le nom de Black ne s’était pas faufilé dans la conversation ! En effet, le serveur qui acceptait déjà assez mal la relation ‘‘amicale’’ que sa petite amie entretenait à ce débile, fut blessé d’apprendre que Sirius avait consolée sa petite amie toute la soirée et la nuit suite à une mauvaise nouvelle… Mais le pire pour le mangemort avait été apprendre de la bouche de celle qu’il aimait qu’elle avait elle-même choisi d’appeler le Gryffondor plutôt que lui…

    C’était donc cette triste raison qui avait poussé le mangemort à délaissé son Ange pour partir avec celle qu’il n’aurait plus dû revoir…


    Les deux amants s’étaient donc retrouvés seuls dans une demeure qu’en théorie seul le mangemort devait connaître puisqu’il s’agissait du lieu que Jessi avait choisi pour leurs futures rencontres… C’est là que le jeune homme s’était rendu compte à quel point ses sentiments pour Anna l’avait affaibli et il détestait ça… Il détestait également le fait de savoir qu’il avait fait des efforts pour elle sans qu’elle ne fasse rien en retour… Oubliant tout ce en quoi il avait pu croire ces deux derniers mois, il décida de redevenir celui qu’il avait toujours été…

    Et puis, il n’était pas seul ! Krystel était là et ne le jugeait pas lorsqu’il était lui-même… C’est sûrement le fait qu’ils soient si semblables, ajouté à cela, qu’étrangement et bizarrement, la sublime française lui avait avoué être déjà venue avec sa mère il y avait de cela quelques années ; qui avait poussé le jeune homme à parlé des mangemorts à Krystel pour ensuite la recruter…

    Après qu’elle eut accepté, Amycus avait prévenu Jessi pour qu’il les rejoigne. Bien évidemment, celui-ci qui se faisait surnommé Lord Voldemort, accepta d’intégrer Krystel au sein des mangemorts et tout comme Amycus, elle portait à présent elle aussi la marque des ténèbres…
    Avant de repartir pour Poudlard, Jessi expliqua à Krystel que pour que son intégration soit totale elle devrait tuer les personnes qui lui auraient été désignées par son amant… Bien qu’Amycus ne sache pas qui choisir au départ, une sombre idée lui vint dans la soirée… Ses parents ! Les cibles de Krystel seraient ses propres parents ! :twisted:

    Durant les deux semaines qui suivirent cette, Amycus et Krystel ne cessèrent de se voir… Pour commencer, la sublime française n’ayant nulle part où loger, le fils Carrow lui avait proposé de l’héberger… et bien sûr elle avait accepté ! Ensuite, afin que la mission de Krystel ne se déroule sans problème, Amycus l’avait aidé à améliorer ses techniques magiques et lui avait appris les sortilèges impardonnables dans le même temps…


    Vendredi soir…
    Amycus transplana devant le manoir de ses parents avec son amante… Jusqu’à maintenant, il ne lui avait jamais dit qu’ils étaient riches car il avait pensé qu’elle devait le savoir… Après tout, la famille Carrow était aussi connue que celle des Black !
    Devant réaliser sa mission seule, le jeune homme avait donné toutes les explications nécessaires à Krystel pour que tout se passe sans problème… mais alors qu’elle était arrivée au milieu de l’allée principale, il décida de la rejoindre…

    Non pas pour l’aider… Bien sûr que non ! Et puis il savait pertinemment qu’elle se débrouillerait parfaitement seule. Cependant, il voulait être là ! Il voulait tomber ceux qui l’avaient abandonné sans réelles raisons… Arrivé aux côtés de la belle brune, il murmura seulement…


    - Je veux qu’ils sachent que c’est moi qui ai décidé du jour de leur mort…

    Après c’est quelques mots, les deux amants pénétrèrent dans le manoir familiale des Carrow… Comme il avait dit auparavant, Amycus ne fit rien et se contenta d’observer Krystel réaliser sa mission à la perfection. A cet instant, il su que l’intégration de cette dernière au sein des mangemorts était une idée des plus géniales… mais il su également, que son choix de ne pas la laisser partir avait été le meilleur qu’il ait fait ces derniers mois…
    Une fois la mission exécutée, Amycus expliqua à son amante qu’elle devait faire apparaître au dessus du manoir la même marque qu’ils portaient sur le bras… Il lui donna ensuite la formule et cette dernière fit apparaître la tête de mort dans le ciel…
    Tous rentrèrent ensuite à l’appartement se trouvant sur le chemin de Traverse…

    Une fois arrivés à chez le jeune homme, il lui dit que la marque qu’elle portait ne devait être vu de personne… qu’il ne fallait pas qu’ils se fassent démasquer ! Il lui avoua également qu’Anna savait qu’il portait cette marque et qu’il risquait d’être démasqué si elle parlait…


    Au petit matin…
    Après une nuit des plus agitées ( ), Amycus se réveilla aux côtés de sa sublime amante… Il l’observa dormir durant quelques minutes avant de se lever tout en prenant garde de ne pas la réveiller… Il regarda autour de lui et ne trouva pas ses vêtements qui devaient sûrement trainer aux quatre coins de l’appartement ! Laissant tomber ses recherches, il se dirigea vers la salle de bains pour ensuite se glisser sous la douche…

    Après quelques dizaines de minutes passées sous l’eau chaud, Amycus eu le plaisir de voir Krystel le rejoindre… Alors qu’il s’apprêtait à sortir de la douche, il changea d’avis et tous deux partagèrent un délicieux moment d’extase ce qui valut une nouvelle griffure dans la dos d’Amycus…
    Après ça, il s’éclipsa pour laisser toute la place à Krystel… Il se sécha, enfila un simple boxer noir et sortit de la salle de bains…

    Cependant, alors qu’il allait préparer du café et qu’il passait devant la porte d’entrée, un bruit attira son attention ! Il y avait quelqu’un derrière sa porte… Au départ il pensa à un voisin mais sut que ce n’était pas ça du tout quand il entendit un bruit de clés…
    Avant même qu’il est pu réagir, sa porte d’entrée s’ouvrit et le jeune homme se retrouva face à face avec Anna… Comment avait-il pu oublier qu’il lui avait donnée les clés ? Il n’en savait rien mais était sûr d’une chose… Si leur dernière rencontre n’avait pas été agréable, celle-ci s’annonçait bien pire !
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Jeu 11 Sep - 15:04

    Cela faisait déjà prêt de deux semaines que je passais tout mon temps avec Amycus, et cela n’était pas du tout pour me déplaire, loin de là. Comment ne pas aimer se trouver en sa compagnie. N’allez pas croire que nous avions passé notre temps à nous donner du plaisir mutuelle, même si ce fut de nombreuses fois le cas… Il avait aussi parfait mon enseignement de la magie noire, et mon ascension en tant que mangemorte.

    Oui, vous avez bien lu. Et il vous suffit de regarder mon avant bras pour y voir la marque caractéristique de ses derniers. Je l’étais devenue le jour des mes 18ans exactement. Après un épisode mouvementé au parc, entre mon amant et son ex petite copine Anna Sanders, ce dernier m’avait amené dans l’Antre de son groupe, me faisant devenir l’un d’entre eux. J’avais appris de nombreuses choses ce jour là, des choses dont je ne me serais jamais doutée… J’avais fini par avoir moi aussi le tatouage qui m’avait tant intrigué sur le bras…

    Comment cela se fait-il que je sois en ce moment même en train de dormir dans le lit de Amycus ? Patience mes amis, tout vient à point qui sait attendre. Donc oui. Après mon recrutement à leur cause si noble, Jessi, le chef des mangemorts comme on se faisait appeler, ordonna au serveur de parfaire mon ‘éducation’ dans les forces obscures et de me faire passer le test ultime… C’est également à ce moment là qu’il me proposa d’habiter chez lui, le temps que je me trouve un logement. Ainsi nous pourrions être ensembles, et il pourrait m’aider pour mon ‘épreuve’…

    Je n’avais pas tout compris au départ, mais cela ne présageait que de très bonnes choses, j’en étais certaine. J’appris l’existence, ainsi qu’a maîtriser parfaitement 3 nouveaux sortilèges, aussi terribles l’un que l’autre. A chaque fois que je les utilisais, une lueur malfaisante envahissait mes yeux. Plus je goûtais au pouvoir, et plus j’en voulais encore et encore. Et cela tombait bien car mon amant m’en donner encore et encore. Ma puissance magique n’en fut que plus grande, pour mon plus grand plaisir. Puis il y eu enfin ce fameux test, là pour prouver ma véritable valeur et que j’avais ma place dans leur groupe… Un test qui allait me faire tomber un peu plus dans les ténèbres…


    °O. Flash Back .O°


    Il était tard, très tard. Ma nuit était froide, et quelques flocons de neiges tombaient sur deux silhouettes qui marchaient côte à cote, en silence. On aurait qu’ils étaient la mort, avançant vers leurs prochaines victimes, allant ôter la vie à quelqu’un, lui prendre son âme pour l’éternité. Et c’est ce qu’ils étaient… Habillés de noir, ils se confondaient parfaitement dans les ténèbres de la nuit glaciale. Un furtif éclair, et on put distinguait vaguement, le visage magnifique d’une jeune femme, et celui d’un homme…

    Arrivés devant une grille, ils la passèrent, comme si cette dernière n’était protégée par aucun maléfice, puis continuèrent à avancer dans l’allée menant à une grande demeure. Aucun bruit, ni aucune lumière n’étaient visibles, signe que ses habitants devaient être plongés dans un profond sommeil, ne se doutant pas un seul instant de ce qu’ils allaient leur arriver. Ces derniers étaient Monsieur et Madame Carrow, noble d’une grande famille…

    Une des silhouette s’arrêta au milieu du chemin, laissant la deuxième continuait seule. Cette dernière n’était autre que moi, Krystel, héritière des Raybrandt, Française, qui venait tout juste de devenir mangemorte. Ce soir, j’avais pour mission d’assassiner les parents Carrow. Ce soir, je passais mon test ultime, en ôtant la vie à des personnes qui auraient pu être mes beaux parents plus tard… Ce soir, j’allais tuer pour la première fois de ma vie, et se seraient les géniteurs de mon amant.

    Pourquoi eux ? Tout simplement par vengeance pour ce dernier, qui les avait désigné comme cible. Mon cœur battait très fort d’excitation ? J’avais hâte de pouvoir goûter à la mort, et je n’étais en aucun stressée. Je savais très bien que cela serait un jeu d’enfant. Il m’avait tout appris, tout indiquait. Je devais faire mes preuves, montrer à mon maître que j’étais digne de le servir…

    Je fus très vite rejoint par Amycus. Mon regard se fit un instant étonné. Après tout, je devais le faire seule. Avait-il peur que j’échoue ? Non, il avait confiance en moi et savait de quoi j’étais capable. En fait, il voulait pouvoir assister à la fin de ceux qui l’avaient fait tant souffrir. Il voulait leur montrer le véritable visage de leur assassin, de celui qui aurait décidé de leur mort.

    Ma baguette dans une main, l’autre prenant celle d’Amycus, nous continuons notre ascension. Une fois dans la maison, la première personne sur qui nous tombions fut un vieux majordome. Avant qu’il me puisse donner l’alerte reconnaissant le fils de ses maîtres, une lumière verte le toucha, et il s’écroula en silence par terre, sur le sol en marbre. Et de uns. Le fait de l’avoir tuer fit monter en moi une folie, qui me criait de recommencer.

    Il fallait que j’assouvisse cette dernière et sans attendre. Lâchant la main de mon amant, ne pensant à rien d’autre qu’à continuer, je me mis à grimper avec une rapidité extrême les escaliers, tout en restant très silencieuse. M’arrêtant devant la première porte à ma droite, dans laquelle j’entendais des souffles que je pouvais reconnaître sans aucun mal, je poussais la porte tout doucement.

    Dans la pièce se trouvaient sûrement deux personnes, sûrement deux domestiques, qui étaient en train de copuler tel des lapins. L’homme se tenait derrière une très laide femme qui était à quatre patte par terre, et qui n’avait pas l’air d’apprécier cette position. Que c’était drôle. Tapis dans l’ombre, j’attendis quelques minutes que l’homme est fini sa besogne avant de lui ôter la vie. Le pauvre, il venait de mourir au moment même où il avait atteint l’orgasme. Quand à la mocheté, je débarrassais le monde d’une horreur.

    Sortant de la pièce, je savais à présent ce qu’il me restait à faire. Sur le pallier, se trouvait Amycus, qui me souriait fièrement. Sans un mot, sans un bruit, nous prîmes enfin la direction de la chambre de ses parents. C’était à leur tour à présent de subir le même sort que leurs domestiques. Ces deux derniers dormaient à point fermé. J’aurais pu les tuer dans leur sommeil, mais cela aurait trop simple, et pas assez divertissant.

    Allumant toutes les lumières de la pièce, faisant voler leurs deux baguettes dans mes mains, je n’eu pas beaucoup de temps à attendre. Ce fut d’abord madame qui se réveilla. Voyant son fils, elle poussa un petit crie de terreur, avant de secouer comme un pruneau son mari qui continuait de ronflait comme si de rien n’était. Quand il daigna enfin se réveiller, il gifla d’abord sa femme qui avait osé lui faire quitter son sommeil, avant de s’apercevoir de notre présence.


    - Amycus… Espèce de chien galeux, sors d’ici tout de suite, tu n’as rien à faire dans cette demeure… Et c’est qui celle là ?


    Je me pus m’empêcher de rire face à la stupidité de cette scène. Une grande haine se fit lire sur le visage du père, tandis qu’il cherchait sa baguette en vain. J’avais envie de m’amuser et de venger mon amant. Ce dernier ne devait pas intervenir, mais j’allais tout faire pour qu’il soit heureux. Levant mon arme, je lançais un sortilège impérium, le forçant à s’incliner devant son héritier et devant ‘celle là’. Maintenant le sort, je m’approchais de lui, pour lui murmurait à l’oreille…


    - Celle là n’est autre que la mort Monsieur Carrow… Vous devriez donc lui montrer un peu plus de respect vieux imbécile.


    Me retournant avec une rapidité extrême, j’envoyais la mère de mon amant dans les bras de la faucheuse, avant que cette dernière n’eut le temps de me toucher avec la paire de ciseau qu’elle avait dans les mains. Comme si une arme moldu pouvait venir à bout de moi… Elle devait vraiment stupide quand même. Cette femme était battue mais elle continuait à défendre son mari… Tss, les vieux je vous jure, ils ne comprennent vraiment rien.

    Voulant continuer à jouer, je me mis à tourner autour de son père, qui était toujours incliné devant son fils, tel un prédateur qui attendait le bon moment pour sauter sur la proie. Je voulais qu’il souffre, qu’il n’est pas une mort douce. L’avada serait trop directe pour un tel homme. Revenant près d’Amycus, je me mis à lancer en successivement des sort de doloris, jusqu’à ce que plus un cri de sorte de la bouche de l’homme.

    Il fallut une quinzaine de minutes pour qu’il ne finisse par laisser échapper un dernier souffle de douleur. Tombant à terre raide mort, je me mis à rigoler sadiquement devant tous les morts que j’avais fais. Je venais de tuer 5 personnes en l’espace d’une heure. J’étais à l’apothéose de ma puissance, et d’une folie qui mettait totalement méconnu jusqu’à ce jour. Ce fut Amycus qui me tira un peu vers la réalité. Nous devions partir à présent.

    Une fois dehors, il m’expliqua encore plusieurs petites choses. Nous devions signer nos actes, pour semer la terreur dans le monde sorcier. Ainsi il m’apprenait à lancer un dernier sortilège, dont la formule était Morsmodre. Le lançant au dessus de la demeure, il apparut dans le ciel une tête de mort, dans laquelle un serpent sortait. Elle était identique à celle que j’avais sur le bras. Il finit par me dire que nous devions à tout prix cachait cette dernière, pour ne pas que l’on nous reconnaisse avant de m’avouer qu’Anna avait vu la sienne.


    - On arrangera cela plus tard ensembles, ne t’inquiète pas… Rentrons dormir… Demain commence une belle journée pour ton mon amant… Demain toi et ta sœur devenaient riche…


    Me penchant sur lui, nous nous mines à nous embrasser langoureusement, torridement, lançant nos mains se baladaient sur le corps de l’autre, avant de transplaner dans son appartement. Bien entendu, nous ne étions pas arrêtés à de simple attouchement. Après tout, ils nous en fallaient plus, et une passion sans fin l’un pour l’autre nous dévorait entièrement…


    °O. Flash Back .O°


    Me revoilà donc chez Amycus, en train de dormir dans ses draps, après une folle nuit agité comme vous vous en doutez bien. Mon corps nu était enroulé dans ses couvertures, tandis que je rêvais à cette nuit si existante, à cette nuit où j’avais tué pour la première fois et qui avait fait grandir le monstre que j’étais. Je n’ouvris les yeux que quand je ne sentis plus la présence de mon amant à mes côtés. Cela faisait deux semaines que nous passions nos nuits ensembles. De ce fait, je m’étais habituée à le savoir pas loin.

    Ouvrant mes prunelles azur, j’entendis le petit cliquetis de l’eau de la douche. Sans prendre le temps de m’habiller, jugeant cela inule, et puis ne savant pas où mes vêtements avaient atterri, je me levais de son lit. Faisant tomber les draps dans lesquels j’étais enveloppée, je pris la direction de la salle de bain en tenue d’Eve. Rejoignant mon amant dans la douche, nos corps se mêlèrent une nouvelle fois pour nos plus grands plaisirs. D’ailleurs, je lui lançais de magnifique griffure dans le dos, tandis que lui me fit des belle marques de dents sur mon cou.

    Comment ça nous passions notre temps à cela ? Mais pas du tout. Pas plus de 4-5 fois dans la même journée, car il faut tout de même que nous nous reposions. Et puis, le sport, c’est très bon pour la santé, vous n’êtes pas au courant ? Enfin bref. Après avoir laissé une nouveau fois notre désir nous consumait, Amycus me laissa la douche pour que je puisse faire ma toilette, et sorti nous préparer du café. Il me fallut une dizaine de minutes pour sortir resplendissante de la douche. M’enroulant dans une des serviettes de bain, je vins à mon tour dans la cuisine, demandant en chemin au jeune homme :


    - Mon bel amant, tu ne saurais pas ou est-ce que tu as envoyé mon soutien-gorge valser ? Je n’arrive pas à mettre la main dess…


    Je m’arrêtais en pleine phrase au moment même ou j’arrivais dans la pièce principale. Là, dans cette dernière, se trouvait Amycus, mais pas seulement. Avec lui, il y avait l’autre… Si vous savez, l’autre naïve traite à son sang… Celle qui traîne avec des vermines de son genre… Je parle bien entendu de Anna Sanders, l’ex-petite-amie du jeune homme. Nous n’en avions jamais reparlé, mais je savais que mon mangemort ressentait encore un peu d’amour pour elle. Les sentiments ne s’oublient pas aussi facilement. D’ailleurs, je sentis une colère monter en moi, en même temps que de la jalousie. La regardant de haut en bas très dédaigneusement, je me tournais ensuite vers Amycus pour lui dire sans y mettre aucune forme de politesse :


    - Qu’est-ce qu’elle fout ici celle là ? C’est toi qui la sorti de ses bacs à sable dans lesquels elle faisait mumuse avec des impures ?


    Bon j’y allais un peu fort et alors ? Je n’aimais pas Anna. Elle était encore un peu le point faible de mon amant et donc, elle devait totalement disparaître de sa vie. Et puis, je ne pouvais empêcher cette petite pointe de jalousie qui grandissait en moi. Pourquoi alors que je ne l’enviais pas du tout ? Pourquoi je ressentais cela ? Parce que j’avais peur en faire qu’elle ne fasse retomber Amycus dans ses filets. Elle avait une sorte de pouvoir sur lui, et ce dernier pouvait de me faire redevenir seule comme avant que je rencontre le serveur. Et cela, je ne pouvais le permettre. C’était moi qu’il avait choisi. Alors pourquoi était-elle là ?
http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Jeu 11 Sep - 18:03

[désolée, c'est pas aussi bien que vous deux >_<]

Les deux dernières semaines avaient été des plus éprouvantes pour la jeune femme...
Entre heures de cours séchées à pleurer, et zéros bien pointés en classe, Sanders se laissait mourir à petit feu...
Il se passait trop de chose dans son esprit, beaucoup trop...
Faire un choix entre son meilleur ami et son petit ami... C'était pour elle une chose impossible.

Allongée sur son lit, quelquepart dans la salle des vert argents, Anna songeait à ce qu'elle était devenue ces derniers jours. Une loque. Tout simplement. Et ça, elle se le refusait!
Jetant les couvertures à bas du lit, la jeune femme se jeta dans la douche, et fit couler un jet glacé sur sa peau. Elle cria sous la morsure du froid, puis, se laissa aller. ses muscles raidis se détendirent, les dernières larmes coulèrent.

Les dernières.

Ca suffit de pleurer à présent. Elle avait assez pleurer dans sa vie... Fermant les yeux, Anna s'habita à l'eau froide, et y resta une demi heure; jusqu'a ce que ses extrémités ne deviennent bleus...
S'observant dans le miroir, la brune s'observa longuement. Ses cheveux séchés par la magie, elle les lissa pour la première fois depuis longtemps. Ils lui arrivaient à présent juste en dessous des épaules. Se maquillant légèrement, elle mit un fard à paupières brun, et son habituel baume à lèvre sombre. Ses yeux marrons verts s'étaient assombris ces derniers jours, et elle ne fit rien pour changer.

La douche froide l'avait fait réfléchir. Elle allait parler à Amycus aujourd'hui. Pas la peine d'attendre un autre jour. de plus, elle avait la clé de son appartment autour de son cou non?
Se rappelant qu'elle sortait de la douche, elle enfila un de ses jeans préférés de couleur noir, trés simple. Ouvrant sa valise, elle y trouva un haut qui n'était pas raccomodé, de couleur blanc. La température avait encore baissé, mais Anna s'en moquait bien elle n'était pas vraiment frileuse. Passant une main dans ses cheveux, la brune attrapa sa baguette, et enfila une paire de chaussure noire. Elle saisit au vol sa veste de cuir noir, et remonta les escaliers menants à la salle commune.

Une des préfètes, Stacy quelquechose, l'observa. Elle savait ce que vivait la jeune femme en ce moment, mais ne se mêlait pas pour autant de ses affaires, ce dont l'avait beni Anna plusieurs fois.
Cette fois ci pourtant, elle vint lui parler.


-Tu as 5 minutes?
-Oui bien sûr, mais si c'est pour me dire que Rusard me cherche, dis lui que ce n'est pas moi qui ait mis un nifleur dans son bureau...


La brune avait haussé les épaules en parlant. Stacy l'observa, puis parlat de nouveau

-Il ne s'agit pas de Rusard, mais de toi...
-Tu as toute mon attention.
-Je sais ce qui t'arrive en ce moment. Avec ta mère et ton petit ami.
-...
-Tu compte faire quelquechose?
-He bien...
-Si tu veux mon avis, tu devrais le quitter.
-Ton avis me touche enormement, mais je te dirais comme j'ai dit aux autres: Je sais ce que je fais.


Anna pour la première fois depuis des jours, fit un sourire sincère à la préfete. Cette dernière lui rendit, et lui serra la main en un geste de compassion.
La brune partit vite fais récuperer un toast à la grande salle, et descendit les escaliers qui menaient vers la sorcière borgne.
Il y avait à pré-au-lard une amie à elle qui faisait le transplanage d'escorte, et qui accepterait sans aucun doute de l'amener chez le serveur!

Comme la jeune femme l'avait prédit, son amie accepta, elle même devant aller récuperer un peu d'argent chez Gringotts. Pour le retour, les deux jeunes filles s'étaient données rendez vous devant Gringotts à 12h00. Anna avait acquiescer. Elle serait sans doute partie avant!

Devant les escaliers qui menaient chez le blond, Anna n'avait pas hesiter comme la première fois. Elle savait ce qu'elle avait à faire, et elle comptai le faire jusqu'au bout. Discuter calmement, et envisager une reconciliation... Respirant, elle grimpa les marches, et enfonça la clé dans la serrure sans trembler. Ouvrant l aporte, Anna se retrouva face à un Amycus torse nu, qui venait sans doute de se réveiller. Celui ci paraissait abasourdi de la voir, et Anna lui fit un sourire.


-Salut... Je passais par là, et je me disais que... on pouvait... parler un instant?

Il y eut encore un court instant ou les deux jeunes gens étaient seuls, jusqu'a ce qu'une autre voix se fasse entendre. Une vois des plus désagréables, aux paroles qui enfoncèrent un poignard bien profond dans le coeur de la brune.

Krystel Raybrandt. Sa """""""""""""""""""cousine"""""""""""""""" (xD désolée j'avais envie!) qui demandait ou il avait envoyer valser son soutien gorge;

Quoi????

Hola. Stop. Retour arrière. Mais non, elle avait bien entendu.
Les yeux de la brune croisèrent ceux de son petit ami.
Son petit ami qui la trompait.
Anna entendit une remarque de la vipère, comme quoi que c'etait son serveur qui l'avait tiré des bacs à sables ou elle s'amusait avec les sangs impurs. Anna regarda cette fille de haut en bas, avec une impassibilité insolente au possible. Ne prenant même pas la peine de répondre, la vert argent se tourna vers Amycus. Elle avait tellement pleuré ces dernières semaines, qu'un tel choc ne lui faisait plus rien. Le néant; Un trou a la place du coeur.

Croisant les bras sur sa poitrine, les yeux marrons verts fixèrent ceux du blond. Elle retrouva alors l'usage de la parole


-Bon, he bien, je ne vais pas te déranger plus longtemps Amycus. Vu que tu n'as pas perdu de temps pour te trouver une autre fille...

La jeune femme rouvrit la porte de l'appartement, et commença a descendre les escaliers...
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Ven 12 Sep - 13:38

    Comment avait-il pu oublier ça ? Amycus avait proposé à Krystel, son amante, de l'héberger alors que quelques semaines auparavant il avait donné le double des clés de son appartement à sa petite amie ! S'il fallait reconnaître une chose, c'est qu'en ce moment le mangemort avait vraiment l'esprit ailleurs et cela lui faisait commettre pas mal de connerie… Parce que faire venir son amante chez lui alors que sa petite amie possède les clés est loin d'être un raisonnement des plus logiques…

    D'ailleurs, pourquoi Anna était-elle là ? Une idée des plus effrayantes vint à l'esprit du jeune homme… Et si elle avait entendu parler du meurtre des parents Carrow ou pire, et si elle avait lu la Gazette du Sorcier ? Dans le deuxième cas, une photo du manoir surmonté de la Marque des Ténèbres aurait sûrement été publié et sa petite amie, ou son ex ; il ne savait plus trop en cet instant précis, aurait reconnu à coup sûr son tatouage !
    Elle saurait qu'il avait un rapport avec l'assassinat des propres parents et qu'il n'était pas celui qu'elle croyait qu'il était mais son contraire !

    Cette pensée fit ressurgir en lui la tristesse qu'il avait ressenti après la dispute qu'il avait eu avec Anna il y avait deux semaines de cela… Le simple fait de repenser à cette fameuse dispute et tout ce qui avait suivi, fit prendre conscience à Amycus que la personne la plus coupable entre Anna et lui-même, c'était lui !
    D'accord elle avait appelé Sirius au lieu de son petit ami… mais lui avait couché avec une autre et ce, plusieurs autres fois après le jour de la dispute ! Et puis, il avait également fait tuer ses parents et avait confié cette tâche à Krystel !

    Jamais Anna ne lui pardonnerait tout ça ! D'ailleurs elle venait peut-être lui dire qu'elle savait qu'il y avait un rapport entre lui et l'assassinat de ses parents… Peut-même qu'elle venait lui dire qu'elle comptait le dénoncer ! Et si c'était le cas, qu'est-ce qu'il devrait faire ? Il ne pourrait jamais lui faire de mal, enfin plus qu'il ne lui en avait déjà fait… Et la raison était simple. Il l'aimait ! Il l'aimait vraiment et n'arrivait pas à lutter contre ce sentiment !

    Cependant, en voyant le sourire d'Anna, le mangemort su qu'elle n'était au courant de rien pour le meurtre… Un sentiment de culpabilité l'envahit alors qu'elle prenait la parole… Elle lui expliqua qu'elle passait par là et qu'elle aurait aimé qu'ils discutent ensemble… Alors qu'elle terminait sa phrase et qu'il s'apprêtait à répondre, une autre voix se fit entendre… Krystel ! Il avait oublié l'espace d'un instant la présence de sa maîtresse… et les propos qu'elle tint ôtèrent toutes chances à Amycus d'avoir une explication "détendue" avec Anna…

    Au moment où la française était sortie de la salle de bains, Amycus avait détourné le regard… Et y'avait de quoi ! Ses paroles venaient d'apprendre à Anna qu'elle n'était pas la cousine de son petit ami… loin de là ! Mais Krystel n'avait pas fini sa phrase car elle venait elle aussi d'apercevoir Anna…
    Le regard que son amante lança à sa petite amie fit comprendre à Amycus qu'elle n'appréciait guère cette arrivée impromptue… Les commentaires qu'elle fit par la suite ne firent que confirmer la pensée du jeune homme.

    Elle lui demanda se qu'Anna foutait ici et si c'est lui qui l'avait sorti de ses bacs à sable… Une colère envahit le mangemort ! Sans savoir pourquoi, il n'avait pas aimé la façon dont la française avait parlé de sa petite amie… Enfin si, il savait pourquoi ! Il aimait Anna et la façon dont Krystel avait parlé de la jeune femme n'était pas du tout au goût du mangemort…
    Il reporta son attention sur son amante en posant sur elle un regard des plus glacials…

    Au même moment, Anna reprit la parole ! Le ton de sa voix était froid ce qui poussa le jeune homme à la regarder de nouveau… Elle lui dit qu'elle allait partir puisqu'il l'avait apparemment déjà remplacé ! Avant qu'il n'ait pu lui répondre quoique ce soit elle avait déjà ouvert la porte d'entrée et s'apprêtait à ressortir de l'appartement… Amycus se tourna vers Krystel…


    - Tes commentaires… t'auraient pu te les garder ! dit-il froidement.

    Sans prendre le temps d'enfiler un vêtement, Amycus sortit à la suite d'Anna et la rattrapa sur le palier du deuxième étage… Il lui attrapa le bras en douceur et l'obligea à lui faire face… Cependant, lorsqu'il croisa son regard, il ne dit rien ! Pas parce qu'il ne savait pas quoi dire mais parce qu'il savait la vérité serait des plus désastreuse pour elle comme pour lui… Pour le moment, il se fichait foutrement de la souffrance que lui ressentait mais il s'en voulait pour ce qu'il infligeait et allait infliger à son Ange !

    Le jeune homme fixait sa petite amie avec tristesse, la tenant toujours par la main... Il cherchait les mots qui seraient le moins blessants à entendre mais il ne trouvait pas… Alors il se lança…


    - Anna, je sais ce que tu dois…

    Cependant, il ne finit pas sa phrase ! Son regard venait de se poser sur la porte qui se trouvait sur leur gauche… Ou plutôt sur la Gazette du Sorcier qui se trouvait aux pieds de celle-ci. La première page du journal avait pour titre "Meurtres au Manoir Carrow" et une photo de la demeure surmontée de la Marque des Ténèbres se trouvait juste dessous…
    Ce fut sûrement l'air surpris que le jeune homme afficha qui poussa Anna à regarder dans la même direction que le mangemort…

    Instinctivement, le regard du jeune homme se porta sur son bras qui tenait toujours Anna et qui portait la même marque que sur la Gazette… Il regarda ensuite sa baguette qu'il tenait dans la main droite… Il savait ce qu'il devait faire ! Jessi avait été clair à ce sujet… Personne ne devait savoir ! Il avait même précisé que la mort était la solution la plus logique si quelqu'un venait à savoir ce qu'ils préparaient dans l'ombre ! Les battements de son cœur s'accélérèrent, il ne pouvait pas faire ça ! Il l'aimait trop pour s'en prendre à elle… Mais il ne pouvait pas prendre le risque d'être démasqué !

    Et c'est pourquoi, avant qu'Anna ait le temps de réagir, Amycus l'entraînait de nouveau vers son appartement après lui avoir murmuré avec sincérité et tristesse
    "Je suis désolé". Lorsqu'ils entrèrent dans le logement du jeune homme, ce dernier jeta un léger coup d'œil à Krystel et s'apprêtait à fermer la porte lorsqu'il utilisa avant ça un sortilège d'attraction sur la Gazette.
    Après ça, il claqua la porte et la ferma à l'aide d'un sortilège !

    Après ça il lâcha enfin Anna et ferma les yeux en poussant un soupir sonore… Il avait besoin de réfléchir à ce qu'il devait faire, ce qu'il devait dire… mais le problème était qu'il était incapable de se concentrer ! Il ouvrit de nouveaux les yeux pour observer les deux jeunes femmes et prit la direction de la salle de bains sans un mot, après avoir déposé le journal sur la table basse… Rapidement, il enfila un jeans et regagna de nouveau la pièce principale… Il s'approcha d'Anna, la regarda droit dans les yeux et lui dit simplement…


    - Je crois qu'il faut qu'on parle !
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Ven 12 Sep - 15:01

    Mon battait très fort, tandis que je bouillonnais de colère. Pourquoi elle était là celle là ? Encore pour venir foutre la merde, c’était sur et certain. Ne pouvait-elle pas continuer à nous fiche la paix comme elle l’avait fait pendant ses deux dernières semaines? Ce n’était pas méchant, mais elle n’avait d’ailleurs pas manqué à Amycus. Mais il fallait croire que maintenant qu’Anna était là, j’étais de trop dans la vie du serveur.

    En cet instant, je me retenais de sortir ma baguette et de la faire souffrir, voir pire, la tuer. J’en avais assez qu’elle soit toujours en travers de mon chemin. Sur un ton hautain, pas du tout aimable, je ne pus m’empêcher de lui signaler qu’elle n’était pas la bienvenue dans ce lieu. Cependant, ce que je n’aurais pas imaginé, c’est qu’il ne soit de mon avis. Ce n’est pas à elle qui s’en prit, mais à moi, encore une fois.

    Je commençais à me dire qu’il me ne connaissait pas autant que cela. Sur un ton des plus glaciales, il me fit savoir que j’étais ‘l’intrus’ de cette situation. Il pensait peut-être que je n’avais pas cœur, ce qui était faux. Ces paroles me blessèrent, et me mire encore plus en colère. Il m’avait dit que c’était moi qu’il avait choisi, il y a deux semaines ! Je lui avais laissé l’opportunité, et maintenant, il retournait sa veste ?

    Une nouvelle fois, j’étais la roue du carrosse de trop, qui ne servait que de remplacement. Serra les poings, je me bougeais pas d’un seul geste quand il parti rattraper ‘sa douce’. J’étais dans une colère noire, et j’avais envie de meurtre. Il m’avait fait goûté au plaisir que l’on peut ressentir quand on ôtait la vie à quelqu’un et depuis, j’en voulais encore et encore. Une folie était née en moi suite à la nuit dernière, une folie qui ne s’éteindrait jamais.

    Il ne fallut pas beaucoup de temps à l’autre ‘je sais pas ce que je veux’ pour revenir en compagnie de sa ‘dulcinée’. Et dire que c’était LUI qui m’avait dit de venir ici, LUI qui m’avait proposé. Je ne lui avais rien demandé, rien du tout ! Mais bien entendu, c’était de ma faute. Et bien qu’il reste avec elle, de toute façon il n’y avait pas photos que j’avais me casser d’ici. J’aurais du le faire il y a deux semaines, et ne pas à avoir à souffrir en ce moment.

    Quand le regard de mon amant croise le mien, ce dernier était triste, mais aussi envahit d’une colère sans limite. En l’espace d’une phrase, il était arrivé à me pousser à bout. Faisant voler un journal sur la table, il ferma la porte à l’aide d’un sortilège, avant de partir enfiler un vêtement. Bien entendu, je me pu m’empêchais de voir le gros titre de ce dernier, et je me mis à sourire. Et bien, ils avaient fais vite pour découvrir mon exploit.

    C’est alors que je compris. Amycus m’avait confié qu’Anna avec vu sa marque sur le bras. Quel imbécile, il n’avait même pas pu penser à la camoufler ! J’ai tellement colère, que je ne lui cherchais aucune excuse comme j’aurais pu le faire en temps normal. Et dire que je lui avais fait confiance. Quand il revint dans la pièce, il s’approcha bien entendu de Anna. Encore et toujours elle. Ne supportant pas, se fut à mon tour de ‘m’enfuir’. Oui, car là, il s’agissait que de cela.

    Allant dans sa chambre, je me pris la peine que d’enfiler mon string qui se trouvait son le lit, un tee-shirt, et mon jean. Prenant ma baguette, je fis voler mes affaires en ma direction, avant de les fourrer dans un sac. J’en avais assez qu’on se serve de moi. De toute façon, je commençais à me dire que je ne pourrais jamais compter que sur moi-même. La preuve venait encore de me frapper à la figure.

    Ne supportant pas rester une minute de plus dans cet endroit, je pris la direction de la sortie, baguette à la main. Qu’il essaye de m’empêcher de partir, et il allait s’apercevoir que j’avais très bien assimilé son entraînement, et à la perfection. J’avais toujours été honnête avec lui, je lui avait accordé ma confiance, et voilà comme j’étais traitée. Est-ce qu’un jour les gens allaient s’apercevoir que j’étais moi aussi une humaine avec des sentiments ?

    Non, il fallait croire que non. Passant par le salon, je pris mon manteau, sans un seul regard vers les deux ‘amoureux’. Ils n’avaient qu’à vivre heureux ensembles. Moi je retournais en France, pour ne plus jamais avoir affaire à eux. Jessi aurait sûrement besoin d’un de ses serviteurs là bas. Non… c’était trop simple si je partais sans rien dire. Je n’étais pas un objet que l’on utilisait à sa guise, et qu’on jetait après.

    Laissant place à toute ma colère, je m’approchais du jeune homme avant de lui mettre une gifle monumentale. Celle là, il avait s’en souvenir toute sa vie. Sortant ma baguette, je me mis à lui lancer un diffindo, qu’il me pu éviter. Cela eu pour résultat de lui faire une belle entaille sur le torse. Je ne pu de me mettre à regrettait un instant mon geste. Cela se vit surement dans mon regard, l'espace de quelque instant. Mais ma colère était trop grande. Mon regard azur lançait alors des éclairs, et rien ne pourrait me calmer.

    Il a osé me traiter comme une moins que rien ? Il allait bien voir que l’on ne se fichait pas aussi facilement de moi. Cependant, quelque chose me pousser à ne pas le ‘rouer’ de sortilège. Un instant, je relevais ma baguette, mais je ne fis rien. Non, je ne pouvais pas m’en prendre à lui. M’approchant de la porte, je lui fit un signe de tête qui me montrait la déception que je ressentais.

    Au moment où j’allais partir, pour ne plus jamais revenir en ce pays, je ressenti un légère douleur au niveau de mon avant bras gauche. Sur ce dernier, on ne pouvait voir aucun signe, aucune marque, mais mon symbole de ‘ralliement’ était quand même présent, même si je l’avais masqué, comme je le faisais avec ma cicatrice… Je ne pouvais quand même pas le laisser dans cette situation. Anna était au courant pour sa marque, et nous étions tous en danger à cause de cela.

    Sans crier gare, je tournais ma baguette vers la demoiselle, lui lançant un impero. Avant qu’il ne puisse faire quelque chose envers moi, j’immobilisais Amycus avec un sortilège de ligotage. Contrôlant Anna, je la fis venir jusqu’à moi. Cette dernière était consciente, mais ne pouvait rien faire. La faisant savoir sur une des chaises de la cuisine, je me tenais ainsi debout devant elle. Pointant ma baguette sur sa tête, je lui infligeais mon dernier sortilège…

    J’aurais pu lui lancer un Avada, et ainsi, ne plus entendre parler d’elle. Mais elle comptait pour le serveur. Je ne sais pas pourquoi, mais malgré tout le mal qu’il venait de me faire, je ne pouvais pas m’en prendre à lui, je n’y arrivais pas. Ainsi, je me contentais de lancer un sortilège d’oubliette, pour qu’elle oublie le tatouage de son cher petit ami, et le lien qu’il y avait entre cela et la marque des ténèbres. Une fois fait, je libérais cette dernière, ainsi que le jeune homme de mon emprise. je n'avais plus rien à faire ici.


    - Voilà c’est réglé… Vu que je ne suis qu'une erreur dans ta vie... Adieu Amycus...


    Ouvrant la porte de l’appartement, je ne pris pas la peine de me tourner vers le serveur. Ma colère s’était bien vite dissiper, pour ne laisser place qu’à ma tristesse. Ma voix était comme brisée. Une nouvelle fois, je souffrais à cause des autres. Je m’étais lourdement trompée sur lui, et pas qu’un peu. Quelle sotte je faisais… Je m’étais confiée à lui, comme je ne l’avais fais à personne avant. Et pourquoi ? Qu’avais-je eu ? J’avais toujours été sincère, mais pas lui…

    J'avais crus qu'il voyait en moi plus qu'un femme sur qui il peu sauter quand bon lui semble... J'avais cru à tord que les deux semaines que nous avions passé ensembles avaient compté pour lui... quelle imbécile... Ressent-on toujours cela quand une personne pour qui on a l'impression de compter, pour une fois, nous poignarde dans le dos?Quittant cet endroit qui m’était austère à présent, je ne pus empêcher quelques larmes couler de mes yeux…
http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Ven 12 Sep - 16:51

Alors qu'elle descendait les escaliers, Anna entendit Amycus parler d'une voix glacée à l'autre fille avec qui il venait de passer la nuit.Et certainement pas qu'une d'ailleurs...

Krystel Raybrandt...

Krystel qui disait être sa cousine...
On envoyait souvent valser le soutien gorge de sa cousine comme ça?Non, bien evidemment. Comment avait-il pu la tromper durant tout ce temps???

Alors qu'elle atteignait le deuxième étage, Amycus l'attrapa avec douceur par le bras. Se retournant froidement, la brune fixa d'un air méprisant le jeune homme.
Elle ne voulait pas montrer sa tristesse, et elle ne la montrerait pas, c'était clair! Le blond dit d'une voix génée, qu'il savait ce qu'elle devait penser.
La brune le coupa dans son élan.


-Je ne crois pas que tu sache quoi que ce soit de ma vie tu sais. Tout comme moi je ne sais rien de toi.J'avais raison la première fois. Tu me prenais bien pour une idiote.

Son ton était glacé, ses yeux fixés sur ceux du blond, avec une froideur qui devait descendre dans les -40 degrés...
Alors, Anna vit la marque. La même que celle qui figurait sur le journal du jour. Elle ouvrit la bouche pour parler, mais le blond l'attira à lui, et la fit rentrer dans l'appartement. Il murmura un "je suis désolé" à la brune, et partit se changer rapidement d'un jean. Oui, il faut dire qu'il venait d'aller la recuperer en boxer.

Il revint peu après, et lui dit qu'il fallait qu'ils parlent.
Anna le fixa de haut en bas, et répliqua.


-Je ne crois pas qu'il y ait grand chose à dire...

Krystel surgit alors, et giffla Amycus de façon bestiale, sortant sa baguette, elle raya la poitrine du blond d'un sortilège de découpe, au moment ou Anna se levait, baguette en main. Certes, elle detestait Krystel pour ce qu'elle avait fait, mais elle n'allait pas non plus la laisser attaquer le blond !
Entamant un sort de sectumsempra, elle criat à la brune.


-Arret...

A partir de là, tout se passa trés rapidement, sous le sortilège Imperium Anna se vit assise sur une chaise. C'était une telle félicité d'avoir reçu ce sortilège, et de ne plus penser à rien...
La baguette de Krystel la visa, et un instant, Anna songea qu'elle allait mourir...
Un eclat de lumière blanche, puis... le noir...


Quelques instants plus tards, Anna se reveillait une douleur atroce à la tête.Que venait-il de se passer exactement?
Elle se souvenait avoir hurler sur Amycus, et Krystel venait de prendre la porte après avoir gifler le blond.
Anna n'avait pas eu le temps de l'arreter, et avait chuter contre le mur, tandis que la "cousine" adorée de son serveur prenait la porte. Tant pis, au moins ils pourraient causer.

Mais avait-elle vraiment envie de parler? Oubliant son mal de tête, Anna regarda Amycus avec un mélange de mépris, mais aussi, de tristesse, et d'envie de pleurer. Malgré ce qu'elle s'était promis, elle voulait pleurer. Mais elle se le refusait. Elle avait laisser couler trop de larmes pour lui.

Au lieu de hurler, la brune resta froide, et lança la pique qui lui avait lancée une fois Krystel.


-Sympa ta "cousine"... Je suppose qu'elle doit être bonne au lit pour que son soutien gorge ait valser si vite?

Les bras croisés, Anna fixait son petit ami.
Enfin, si on pouvait encore l'appeler ainsi... Comment avait-il pu? Comment? Rejetant ses cheveux en arrière, elle murmura sur un ton rempli de colère, d'imcomprehension et de tristesse.


-Comment as tu pu me faire ça?


Les yeux lui piquèrent, mais elle les ferma bien vites pout éviter d'avoir des larmes qui couleraient sur ses joues.

[HJ: on va dire qu'Anna a eu sa léloire modifiéen=, et qu'elle pense avoir chuter contre le mur, ce sera plus facile pour le rp comme ça ]
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Sam 13 Sep - 10:00

    Alors qu’il sortait de la salle de bains après avoir enfilé son jeans, Amycus avait croisé le regard de Krystel… Un regard emplit une colère sans nom et tout à fait justifiée. Il s’en rendait compte maintenant ! Son amante lui en voulait et il y avait de quoi… La façon dont il venait de se comporter avec elle, tout comme la manière dont il lui avait parlé avant de rejoindre Anna n’avaient aucune raison d’être… Il venait de se comporter comme le pire des connards ! Mais contrairement au comportement qu’il avait toujours adopté dans un tel cas, cette fois-ci il le regrettait…

    Il se rendait compte que Krystel s’était confiée à lui, l’avait apprécié pour ce qu’il était réellement et surtout ne l’avait jamais trahi ni même blessé… Alors pourquoi s’entêtait-il à courir après Anna qui était si différente, qui le changeait tellement ? Et bien tout simplement parce qu’il le veuille ou non, il l’aimait et n’arrivait pas à faire autrement… Cependant, quelque chose avait changé ! Petit à petit, il s’était rendu compte qu’il y avait entre Krystel et lui autre chose qu’une relation purement physique… Mais il n’arrivait pas à savoir exactement ce que c’était.

    Mais même avec le regard que son amante lui lança, le mangemort choisi d’aller vers Anna… Il savait qu’elle pouvait le faire tomber et que dans un tel cas il finirait à Azkaban ! Il devait donc avoir une discussion avec la jeune femme… Après être arrivé près de celle qu’il aimait, Amycus lui dit qu’il devait parler… Dans le même temps, il chercha une solution au problème… Il ne pouvait pas se résoudre à la tuer, il devrait donc modifier sa mémoire et il mettrait définitivement fin à leur relation… Qui était déjà en partie terminée !

    Pourquoi venait-il faire le choix de la quitter ? La raison était simple, ils étaient trop différents et tout les opposaient… Leur point de vue, leurs amis et leur camp ! Car ne soyons pas idiots… Anna faisait partie de ceux qui protégeaient les sang-de-bourbe et les moldus… Et puis, les mangemorts devenaient de plus en plus actifs ces derniers temps, et il mettait Anna en danger en continuant de la côtoyer… Et si une chose était sûre, c’était qu’il ne voulait qu’il lui arrive quelque chose par sa faute…

    Lorsque la brune qui lui faisait face reprit la parole ce fut pour déclarer que selon elle il n’y avait pas grand-chose à dire… C’était vrai dans un sens, tout ce qui venait de se passer n’avait clairement pas besoin d’explication et Anna n’était pas stupide… Mais Amycus n’avait dit ça que pour retarder le moment où il devrait prendre une décision concernant ce qu’il allait faire maintenant qu’elle devait se douter de qui il était vraiment…

    Il avait tellement été concentrer sur les évènements qui allait suivre que durant ces derniers instants le jeune homme n’avait même pas remarqué que son amante s’était rhabillée, avait récupéré ses affaires et s’apprêtait à partir… Il ne le constata que lorsque la française vint se poster en face de lui afin de lui administrer une gifle des plus phénoménales… Même celle d’Anna aurait pu être comparée à une douce caresse comparée à celle-ci…

    Mais son amante ne s’arrêta pas là et devint plus violente… Il ne la vit pas saisir sa baguette, ni même lancer le sort… Cependant, l’espace de quelques secondes il eut le souffle coupé et ressentit une douleur lancinante dans le côté droit de son torse… Instinctivement, il porta sa main gauche à l’endroit douloureux ou il sentit son propre liquide vital couler de la blessure que venait de lui infligé Krystel… Il commença par lui jeter un regard de surprise mais aussi d’incompréhension… N’avait-elle pas compris qu’il n’avait pas voulu la blesser délibérément et qu’il le regrettait… ?

    A la vue de la colère qui émanait d’elle, elle ne s’en était pas encore rendu compte… Il baissa ensuite son regard à l’endroit de la blessure… Il ôta sa main couverte de sang pour constater que l’entaille, sans être mortelle n’était pas anodine non plus mais il s’occuperait de ça plus tard car déjà Krystel se dirigeait vers la porte… Cependant, elle s’arrêta et sans crier gare elle soumit Anna au sortilège de l’Impérium ! Avant qu’Amycus n’ait pu réagir, son amante l’avait ligoté et se dirigeait à présent dans la cuisine avec Anna…

    Amycus remarqua qu’il avait lâché sa baguette… Il fallait qu’il intervienne ! Krystel savait ce qui devait être fait aux personnes ayant découvert leur secret et il ne voulait pas qu’Anna se fasse tuer par sa faute ! Le jeune homme s’adossa au mur et se laissa glisser contre celui-ci en faisant son possible pour ne pas penser à la douleur quasi insupportable que lui infligeaient les cordes en frottant contre sa blessure qui continuait de saigner…
    Après quelques minutes, alors qu’il parvenait enfin à récupérer sa baguette… Krystel sortit suivi d’Anna qui revint se placer là où elle se trouvait avant que la française ne la soumette à l’Impérium. Son amante libéra ensuite Amycus en lui disant que c’était réglé… lui fit ses adieux puisqu’elle avait été une erreur et sortit de l’appartement ! Elle ? Une erreur ? Non… Il n’avait jamais pensé une telle chose… Mais avant qu’il n’ait pu faire le moindre geste, il entendit le bruit typique qui accompagnait un transplanage…

    Bien que légèrement déboussolé, il récupéra une chemise à manches longues qu’il enfila pour dissimuler sa marque… Peu à peu, Anna reprenait ses esprits et ne sachant pas de quelle manière Krystel lui avait modifié l’esprit, il ne dit rien et se contenta de la regarder tristement…
    Celle-ci au contraire lui jeta un regard noir avant de lui dire ironiquement que sa ‘‘cousine’’ était sympa et qu’elle devait être drôlement bonne pour que son soutif est valsé si vite… Elle croisa ensuite les bras et lui demanda dans un murmure d’une voix où se mêlaient colère, tristesse et incompréhension comment il avait pu lui faire ça…

    A cet instant, Amycus se détestait… Jamais il n’avait voulu la faire souffrir mais sa vraie nature avait fait qu’il en avait été ainsi, sans compter qu’en restant près de lui elle risquait de se retrouver en danger par la suite… Comment pouvait-il l’aimer autant alors qu’ils étaient si différents ? Il n’en savait rien mais c’était bel et bien le cas !
    Il avait de plus en plus de mal à se concentrer et il vint à penser que le sang qu’il perdait y était sûrement pour quelque chose… Il voulu se soigner mais sur le coup il ne se souvenait plus de la formule approprié et se contenta de ramasser le tee-shirt blanc qu’il portait la veille pour s’en servir de compresse… Il regarda ensuite Anna pour reprendre la parole…


    - Anna… Je…

    Il se tut… Il ne lui dit qu’il était désolé comme il voulait le faire, ni même qu’il tenait sincèrement à elle et que la perdre le ferait plonger encore plus… Il ne le fit pas car avec lui elle était en danger et il l’aimait trop pour pouvoir lui faire courir ce risque ! Alors une fois de plus il lui mentirait délibérément… Il dissimula comme il put la tristesse qui l’envahissait et parla d’un ton neutre…

    - Comment j’ai pu te faire ça ? répéta-t-il. Je te signale que la personne qui s’est le plus sacrifiée c’est bien moi… Mais apparemment t’avais pas l’air motivée pour faire de même alors j’ai décidé d’arrêter de faire des efforts et d’être celui que je n’étais pas…

    Pourquoi lui disait-il tout ça ? Pour une simple raison… La tristesse n’empêchait pas d’aimer, il s’en rendait compte mais la haine si… Il fallait qu’il fasse en sorte qu’Anna le déteste au point de ne plus avoir le moindre sentiment pour lui… C’est pourquoi, de la même voix il continua…

    - Si Krystel est bonne ? Sûrement plus que tu ne le seras jamais… Mais je suis certain que tes compétences satisferont amplement le bâtard qui te sert de soi disant meilleur ami !

    Au fur et à mesure qu’il parlait, il s’était rendu compte qu’il sombrait vers les ténèbres un peu plus, que son âme devenait encore plus sombre… mais il l’acceptait tout à fait puisque c’était le prix à payer pour sauver celle qu’il aimait… et qu’il devait cesser d’aimer !
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Sam 13 Sep - 10:53

Malgré sa colère, Anna remarqua que le serveur saignait...
Alors que ce dernier allait parler, la jeune femme vit qu'il changea complètement d'expression. De la tristesse, et peut-être du remord, le blond prit une voix neutre, et dit que si ils en étaient arrivés là, c'était tout simplement parce que elle n'avait pas fait d'effort. Quoi? Pour ça il était redevenu ce qu'il était avant?

Le trou qu'Anna a la place du coeur eut la mauvaise idée de redevenir un organe sensible qui ressentait les émotions à ce moment précis...
Répliquant, la jeune brune avait perdu sa morgue, et tentait de faire un semblant de figure neutre, chose qu'elle n'arrivait pas à faire loin de là.


-Amycus, je te jure que je comptais faire des efforts. Mais... Si j'avais su que tu souffrais tant, j'en aurais fait bien plus tôt...

La brune passa une main dans ses cheveux, et observa son petit ami. Il changeait au fur et à mesure de la conversation, cela se voyait. Quelquechose d'étrange se passait, et il tentait de lui cacher.
Alors, le blond reprit la parole de nouveau, et Anna crut réellement qu'elle allait mourir la, devant lui.
Il disait que Krystel avait été bien meilleure qu'elle, mais que elle, Anna Sanders, devrait être assez satisfaisant pour le batard qui lui servait de meilleur ami.

Colère, Larmes...

Les larmes coulent de nouveau le long de la joue de la jeune femme. Comment peut-il dire des choses pareille après ce qu'ils ont vécus ensemble? N'ont-ils pas eu de bons moments? Mais encore une fois, il venait d'insulter Sirius, prouvant vraiment leur ressentiment respectif. Se prenant la tête dans les mains, Anna ferma les yeux un instant. Elle avait envie de mourir, de le tuer lui, et en même temps, envie d'éclater de rire, de se dire que ceci n'était qu'une immense farce..


Rouvrant les yeux, une nouvelle flamme brillait dans les yeux de la brune. Entre colère et tristesse, un nouveau sentiment se faisait ressentir. Un mélange d'amour et de haine.

-TAIS-TOI!

Le cri avait fusé et aurait sans doute stoppé un Troll dans une colère noire. Jamais encore la brune n'avait dit une phrase avec autant de colère.
Anna sortit sa baguette, et visa la poitrine d'Amycus.Avant qu'il ait eu le temps de réagir, la jeune femme avait lancé son sortilège


-Episkey.

La blessure sur le torse d'Amycus se cicatrisa, et la brune rangea sa baguette d'un geste. Rejetant une mèche de cheveux en arrière, elle s'avança vers le blond, et appuya sur la cicatrice. Après avoir crié, elle avait perdu toute sa haine, comme si elle s'était vidée de sentiment. C'était peut-être le mieux ave lui, non? D'un côté, elle se sentait soulagée de ne plus avoir mal au coeur. Elle devait se faire une raison. Amycus ne l'aimait pas. Tout n'avait été que mensonge, et il s'était bien moqué d'elle encore une fois...


-Tu remerciera mon 'batard d'ami', car sans lui, tu perdrais encore tout ton sang...

Les yeux marrons verts affrontèrent ceux du blond, d'une couleur bleu limpide. Encore une fois, Anna aurait voulu se noyer dans ce regard. Pouvait-on avoir autant vécu et ne pas vouloir haïr à mort l'homme avec lequel on a eu sa première fois et qui vous trompait? Sans doute... La brune était tellement indiférente à tout ce qu'elle venait d'entendre... C'était vraiment étrange. Cherchant la main d'Amycus, elle lui posa la clé qu'il lui avait donné, la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Un silence pesant troubla la pièce, durant une trentaine de seconde avant que Anna ne se remette à parler.

-J'aurais pensé, que tu m'aimais vraiment tu sais... Je t'ai donné ce que j'avais de plus cher,je t'ai donné ma première fois les yeux fermés, avec une confiance absolue. Mais apparemment, ca ne t'as pas suffit. J'aurais pu te pardonner tout, même de m'avoir trompé une fois, si tu avais su me l'avouer. Mais en fait, tu viens de me faire ouvrir les yeux Amycus. Il n'y a que moi qui t'ai réellement aimer dans notre histoire...

Une voix neutre et sans timbre, tellement différente de d'habitude... Anna continua sur sa lancée.

-Si tu pense qu'il vaut mieux qu'on se sépare, dis le moi une fois pour toute. Mais avec du tact si possible. Parce qu'en deux semaines, je crois que j'ai autant vécu de malheur que tu ne pourras jamais avoir en un an, ou même en une vie. J'ai perdu mon frère, et sans doute ma mère. Et maintenant, je te perd toi...Toi que j'ai aimé.Mais je pense que tu as raison. Je ne suis pas assez bien pour toi.

Sa main effleura rapidement la joue du blond, comme elle avait eu l'habitude de le faire. Elle ne se recula pas pour autant, mais attendit une quelconque reaction de sa part.De plus, elle se doutait qu'il rejoindrait Krystel. Alors autant couper les ponts, qu'elle puisse l'oublier le plus vite possible...
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Dim 14 Sep - 6:53

    En cet instant précis Amycus n’avait jamais autant détesté une personne que lui-même… Ce qu’il avait fait, ce qu’il faisait maintenant le dégoutait mais il n’avait aucune autre solution que de continuer s’il voulait arriver à protéger la jeune femme qui lui faisait face… Les paroles qu’il prononçait ne pourraient pousser Anna qu’à le haïr et c’est ce qu’il fallait qu’elle ressente à son égard…

    Alors qu’il lui mentait en disant que c’était sa faute à elle si ils en étaient arrivés là, la brune le coupa pour lui qu’elle comptait faire des efforts et que si elle avait su qu’il souffrait autant, elle les aurait fait bien plus tôt… Mais ce qu’elle ne savait pas c’est que c’était maintenant qu’il souffrait réellement… L’amour qu’il le ressentait pour elle était en train de devenir une véritable torture… Et il luttait pour ne pas la prendre dans ses bras…

    D’ailleurs il avait continué en parlant d’une façon des plus odieuses… Lui faisant comprendre qu’elle n’avait pas été à la hauteur mais que ses compétences suffiraient sûrement à Black… A cet instant le jeune homme remarqua qu’Anna se mettait de nouveau en colère et c’est ce qu’il fallait mais les larmes qui coulèrent sur ses joues l’attristèrent encore plus… Mais il fallait qu’il ne laisse rien transparaître et cela devenait de plus en plus difficile… Il devait rapidement trouver un moyen pour la faire quitter son appartement…

    Alors qu’il allait continuer sur sa lancée d’horreurs verbales, Anna ferma les yeux, se prit la tête dans les mains… Puis, elle rouvrit les yeux pour lui hurler de se taire ce qu’il fit sans s’en rendre réellement compte… La jeune femme sortit ensuite sa baguette qu’elle pointa sur la poitrine d’Amycus… Il ne fit rien et n’en aurait sûrement pas eut le temps ! Le sortilège qu’il reçu fut celui de guérison dont il avait oublié la formule…

    Il écarta le tee-shirt imbibé de sang et constata que la plaie s’était refermée sous l’action du sort… Il jeta le vêtement dans la salle de bains et allait remercier la brune quand il se retint… Et puis elle fut plus rapide que lui ! Après avoir rangé sa baguette, elle s’approcha de lui et appuya sur la nouvelle cicatrice qu’il avait…
    Le jeune homme remarqua qu’Anna était toujours triste mais que sa colère semblait s’effacer… Il s’en voulait mais ce que la demoiselle dit par la suite eut le don d’attiser de nouveau sa colère sans qu’elle soit aussi puissante que se tristesse… Il devrait remercier l’impur qui lui servait d’ami car c’est grâce à lui qu’il ne perdait plus son sang…


    - J’aurais très bien pu me débrouillé tout seul… Je connais parfaitement cette formule ! déclara-t-il. Et tu peux chante toutes les louanges que tu veux au sujet du traître à son sang mais pas ici, pas chez moi…

    Il avait dit tout cela en fixant Anna dans les yeux… Lorsqu’il se tut Anna s’approcha légèrement de lui ! Il aurait voulu reculer mais ne fit rien, c’est alors qu’il sentit la main de celle qu’il aimait déposer dans la sienne la clé qu’il lui avait donné… L’espace d’un instant le jeune homme détourna le regard. Un silence pesant s’installa alors qu’il observait la clé tristement…

    Anna reprit ensuite la parole pour lui dire qu’elle pensait qu’il l’avait sincèrement aimé, qu’elle lui avait donné ce qu’elle avait de plus cher… Sa première fois et ce, en toute confiance ! Amycus savait tout ça et il l’avait vraiment aimé… Non il l’aimait toujours ! Elle continua en lui disant qu’elle aurait pu lui pardonner de l’avoir trompé s’il lui avait avoué…
    Amycus ferma les yeux… Elle devait se taire, il avait trop mal pour pouvoir continuer à l’écouter !


    - Tais-toi… dit-il en rouvrant les yeux.

    Il ne voulait plus savoir à quel point il état en train de la faire souffrir… il le savait sans qu’elle ait besoin de le dire car lui-même avait mal au point qu’il aurait préféré mourir plutôt que de vivre tout ça… et il continuait de penser que loin de lui elle serait en sécurité et c’était ça le plus important…
    Le problème c’est qu’elle ne se tut pas… Anna continua de parler et dans le même temps de le torturer…

    Il lui demanda de lui dire si il voulait qu’ils se séparent mais avec tact si possible… Elle lui dit qu’elle avait vécu en deux semaines tout le malheur qu’il ne pourrait jamais avoir en un an ou même dans sa vie… Elle avait perdu son frère, peut-être sa mère et maintenant lui… Elle ajouta ensuite qu’il avait raison qu’elle n’était pas assez bien pour lui…
    Anna effleura ensuite rapidement la joue du blond avant de s’écarter légèrement… Mais ce fut le geste de trop ! Il avait mal, il était triste et une nouvelle fois il fit ce qu’il pouvait pour gérer ça…

    Se surprenant lui-même, il attrapa Anna par les épaules et la plaqua contre le mur de façon assez brutale… Il la fixa avec un regard ou se mêlaient désespoir et colère…


    - Je t’ai dit de la fermer Anna… dit-il d’une froide et légèrement tremblante sous l’effet des toutes les émotions qu’il ressentait. Tu n’as pas encore compris !? Je ne suis qu’un con égoïste qui se fiche de tout et de tout le monde… La preuve en est ; je suis en train de te faire souffrir et je… Il marqua une pause et détourna légèrement le regard… et je m’en fous complètement…

    La tenant toujours plaquée contre le mur, il relâcha un peu son étreinte et la fixa de nouveau…

    - Et je ne te permets pas de parler de ma vie… Tu ne sais pas celle qu’elle a été et les malheurs que j’ai connu !

    Ses dernières paroles n’avaient pas été volontairement dites mais il s’en fichait… Ce n’était qu’un détail et Anna aurait sûrement retenu ses premières paroles…
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Dim 14 Sep - 8:47

Alors qu'elle venait de refermer la plaie du blond et de lui rappler qui elle devrait remercier, ce dernier répliqua qu'il conaissait parfaitement la formule, ce a quoi elle répliqua

-Ce n'est pas ce que j'ai cru voir.

Et que ce n'était pas la peine qu'elle chante les louanges de Sirius sous son toit.De nouveau, elle voulut répliquer, mais se tut. A quoi bon après tout?
De plus, la brune avait préférée continuer sur la lancées de ce qu'elle pensait réellement de lui en lui rendant sa clé. Ce dernier l'avait regardée tristement, puis un sielnce pesant s'était installé

Alors qu'Anna reprenait la parole, Amycus lui demanda de se taire, ce qu'elle ne fit absolument pas, vidant son coeur et sa tête de toutes ses pensées. Se rendait-il compte du mal qu'il lui faisait? Ne pouvait-il pas lui expliquer la vérité? Pourquoi avait-il changer brusquement? Pourquoi?

Alors qu'elle ne s'y attendait pas, Amycus l'attrapa par les épaules et la plaqua brutalement contre le mur. La tête de la brune heurta la paroie, et elle serra les dents pour éviter de crier.
La tête lui faisait à présent mal, mais pas autant que le reste de sa personne.

Amycus n'était à présent qu'a quelques cntimètres d'elle, et ce, elle ne pouvait ne pas le voir. La brune légèrement sonnée, ferma les yeux tandis qu'il paralt, lui demandant encore une fois de se taire, lui répliquant qu'il n'était qu'un pauvre con égoïste qui se fichait des autres... Il lui fit remarquer en disant qu'il savait qu'il la faisait souffrir, et qu'il s'en foutait complètement.

Lentement, la brune rouvrit les yeux et observa Amycus. Sa voix n'avait céssé de trembler tout au long de son discours, elle l'avait senti. Ce dernier venait de la lacher, et s'était légèrement reculé. Mais Anna était trop fatiguée pour bouger. Fatiguée de tout; de la vie, de ses blessures physiques et morales...

Mais elle se força à se rapprocher d'Amycus, et l'attrâpa aussi brutalement qu'il venait de le faire, de façon à ce qu'il ne puisse pas se dégager. Tirant sur la chemise ouverte de celui ci, elle le força à le regarder dans les yeux.


-Tu est peut-être un sale con, mais ça ne ma pas empêcher de t'aimer. Si tu t'en foutais royalement de de ma faire suffrir, tu detournerais pas le regard tant de fois.

Sa voix à elle aussi tremblait. Dehors, la pluie et un orage spectaculaire avaient remplacé le peu de soleil qui restait. Encore une fois Anna sentit des larmes lui piquer les yeux. Ses sentiments pouvaient-ils arreter de jouer au yoyo??? Elle comprit rapidement que c'était quand elle se savait proche de la vérité qu'elle avait envie de pleurer. Tirant encore sur la chemise du blond, elle mit leurs visage à quelques centimètres, véritable torture pour elle, et dit.

-Regarde moi droit dans les yeux sans ciller, si tu veux réellement te séparer de moi. Sans ciller, dis moi que tu ne m'aime plus. Et n'essaie pas de me duper.

Au dehors, un coup de tonerre éclata, et Anna songea au chemin qu'elle avait à faire pour aller à Gringotts. Avec un peu de chance, elle se ferait éléctrocuter en chemin...Malgré sa volonté de ne pas pleurer, Anna sentit deux perles salées couler le long de ses cils, et elle secoua la tête pour les chasser avant de se reconcenter sur le serveur quin'avait pas eu le temps de parler.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Dim 14 Sep - 11:34

    Amycus avait répondu, sans un remerciement, qu’il connaissait la formule avec laquelle Anna avait cicatrisé sa plaie… ce à quoi elle avait répliqué que ce n’était pas ce qu’elle avait cru voir. Le jeune homme allait à son tour lui répondre qu’il se fichait de ce qu’elle pouvait croire mais il n’en fit rien… Cela les ferait tourner en rond et ce n’est pas ce qu’il voulait…
    La seule chose qu’il désirait était que la jeune femme qui lui faisait face quitte l’appartement et le plus vite possible ce qui éviterait à Amycus de dévoiler ce qu’il ressentait réellement sans le vouloir…

    Cependant, la belle brune ne comptait apparemment pas partir avant d’avoir obtenu de réelles explications et ce qu’elle dit ne fit qu’augmenter la tristesse que le mangemort ressentait. C’est pourquoi il lui demanda de se taire mais la demoiselle n’en fit qu’à sa tête et continua de dire haut et fort ce qu’elle pensait…
    Elle avait soit disant été la seule à s’impliquer dans cette histoire… Il ne l’avait jamais vraiment aimé… Elle n’était pas assez bien pour lui…

    Ne tenant plus, la réaction du jeune homme avait été involontairement brutale… Il avait en effet plaquer Anna contre le mur sans penser au fait qu’il puisse lui faire mal et lui avait une nouvelle fois dit de se taire mais de façon beaucoup moins polie que la fois précédente…
    Il lui avait ensuite expliqué qui il était vraiment et lui avait mentit en prétendant qu’il se foutait de la faire souffrir… Peut-être que ces paroles là feraient partir celle qui le torturait tant…

    Mais, contrairement à ce qu’il avait pensé, Anna ne partit pas… loin de là ! Elle se rapprocha de nouveau de lui et l’attrapa aussi brutalement qu’il l’avait fait avec elle, l’obligeant en plus à la regarder… Celle qui était son Ange lui dit qu’il était peut-être un sale con mais que cela ne l’avait pas empêché de l’aimer… Elle ajouta à ça, d’une voix légèrement tremblante, que s’il se foutait vraiment d’elle il ne détournerait pas le regard constamment…

    Et ben beau… Autant lutter contre la colère et la haine était simple pour le mangemort que cela était difficile quand il s’agissait de dissimuler sa peine… Anna avait ‘‘légèrement’’ remarqué qu’il lui mentait et il devait remédier à ça… Et de toute urgence si possible !
    Il recula d’un pas mais la jeune femme tira de nouveau sur sa chemise pour l’empêcher de se défiler car oui, c’est bien ce qu’il tentait de faire ! Dissimuler ses sentiments en fuyant le regard inquisiteur de la brune…

    L’attirant à elle, Anna approcha ensuite son visage à quelques centimètres de celui du mangemort et une nouvelle fois il préféra regarder ailleurs… Dehors par exemple ! L’orage qui venait d’éclater était des plus spectaculaires mais cela n’empêcha pas Amycus d’entendre ce que lui disait la brune… à son plus grand regret.

    Elle voulait qu’il la regarde en face et que sans ciller il lui dise qu’il voulait se séparer d’elle… ça il pourrait le lui dire car il savait que cette séparation la protégerait même si elle ne l’apprendrait sûrement jamais… Mais la suite de la demande d’Anna déstabilisa quelque peu le jeune homme… Elle voulait qu’il lui dise de la même manière qu’il ne l’aimait plus et qu’il ne devait pas essayait de la duper… L’espace d’un instant il fixa de nouveau Anna, complètement perdu, avant de se dégager assez brutalement de son étreinte…

    A présent, il ne regardait plus Anna… Il observa son reflet dans le miroir de l’entrée durant quelques minutes, détaillant sa nouvelle cicatrice, regardant ensuite le sang qui tâchait son jeans… En bref, il retardait le moment fatidique… Le regard dans le vague, il reprit la parole d’une voix lasse…


    - T’es en compagnie du pire salaud que Poudlard et Londres… voir plus, aient connu ! Alors pourquoi t’insiste là ? Tu ne peux pas faire comme toutes les autres… Il marqua une légère pause. M’insulter de tous les noms, me détester et te tirer ?

    Comment ça il n’avait pas répondu à Anna ? Ah oui c’est vrai ! Cela venait sûrement du fait qu’il était, en cet instant précis, incapable de lui dire qu’il ne l’aimait pas sans qu’elle ne s’aperçoive pas qu’il lui mentait… Après ces quelques mots, il prit le paquet de Camel qui se trouvait sur le meuble de l’entrée et s’alluma une clope en continuant de faire face au miroir… essayant d’ignorer la présence d’Anna !
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Dim 14 Sep - 13:28

Comme Anna l'avait prévu, le blond se défilait. Mais pourquoi? Bordel, qu'avaient tous les hommes à fuir le regard quand ils étaient dans le faux, ou que l'on s'accrochait à eux. Pourquoi elle retsait la d'ailleurs? Elle avait été prise pour un idiote, il l'avait trompée, plaquée contre un mur, insulter ses amis...
Mais malgré ça, elle restait.

Ben oui, faut pas chercher plus loin... Amycus bien entendu ne répondit pas à sa question et se dégagea de son emprise. L'espace d'un instant, Anna songea à utiliser un maléfice d'immobilité pour qu'il ne bouge plus, et qu'il soit obligé de la regarder, mais à quoi bon?

Le blond obeserva son reflet dans le miroir. Mais oui, t'es beau et tu le sais va... Anna soupira et ferma les yeux. Sa tête avait cessé de lui lancer, et elle rouvrit les yeux en entendant les paroles d'Amycus.
Il disait qu'elle était en compagnie du pire salaud de Londre. Il lui demanda aussi pourquoi elle ne faisait pas comme les autres, l'insulter le detester et se barrer? Pourquoi? Trés bonne question, elle ne se l'était pas encore posée depuis le début...

Amycus se désinteressa d'elle pour s'allumer une cigarette, et s'observa dans le miroir. Mais... pour répondre à la question du blond, pourquoi elle ne partait pas la maintenant? Déja, il y avait un orage, mais aussi parce que rien n'était clair. Et puis, pourquoi réfléchir hein? Décroisant les bras de sa veste en cuir, Anna les laissa ballants et observa le serveur. Au début, sa voix était à peu près normale, mais Anna sentait que la colère grimpait de plus en plus vite. Depuis le début de l'auditoire, elle ne s'enervait pas. Si, elle avait hurler à n moment. Mais ça, qu'était-ce exactement? Un simple petit cri comparait à ce qui risquait de deferler...


-Tu veux savoir pourquoi je n'arrive pas à partir? C'est vrai, en réflechissant ien ,il me suffirait de prendre la porte. Mais il y a une raison qui fait que j'arrive pas à prendre la porte.

Anna tentait de se contrôler, mais ça ne faisait qu'empirer les chose. Alors, elle craqua. Sa colère voulait sortir, mais elle se mélangeait à la tristesse l'imcomprehension. Et la, c'était pire que tout. Prenant la première chose qui lui tomba sous la main, Anna récupera un cendrier de cristal qu'elle brisa à ses pieds. Aussi bien pour faire revenir le regard du blond sur le sien, que pour se défouler.

-SI JE PARS PAS, C'EST TOUT SIMPLEMENT PAR CE QUE JE PEUX PAS!!!!

Le cri avait surgit, encore plus fort que le premier. Et celui la aurait pu stopper la colère de Grindelwald et Dumbledore en plein combat acharné... Continuant, Anna se vida du poison qui instillait ses veines, comme on crève un abcès avant qu'il ne fasse mal.

-TU CROIS QUE CA ME PLAIT DE VENIR PLEURER ICI? "POURQUOI JE RESTE, T'A PAS ENCORE COMPRIS?" C'EST PARCE QUE JE T'AIME! J'EN AI RIEN A FOUTRE DE QUI TU EST, QUE TU SOIS OU NON UN SALAUD!

La brune aurait volontier continuer sur sa lancée, mais un sanglot déchira sa gorge, et à son état de colère vinrent s'ajouter des larmes de fureur. Passant ses mains sur son visage, elle les essuya comme elle put, et tenta de reprendre. Elle n'arrivait plus à parler, ni respirer, ni même vivre. Mais elle ne voulait pour autant mourir pour lui, pas maintenant, pas comme ça. Son regard capta celui d'Amycus qui n'avait pas le temps de réagir devant sa colère.

-Depuis tout à l'heure, tu ne fais que m'insulter moi et mes amis, et je reste encore comme une idiote. je m'accroche comme les humains s'accrochent à la vie. Et toi tu me demanda encore pourquoi? Il aura fallut que je te le hurle en pleine tête pour que tu comprenne?

Elle voulut proférer encore quelque chose, mais les sanglot la coupèrent. Fermant les yeux, elle plaqua sa main sur ses lèvres, refreinant comme elle pouvait ces sanglots qu'elle detestait tant.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Dim 14 Sep - 14:12

    Tout en fumant la clope qu’il venait de s’allumer Amycus attendit… Qu’est-ce qu’il attendait exactement ? Et bien le bruit de sa porte d’entrée qui claque ce qui signifierait qu’Anna était enfin partit le laissant seule avec sa tristesse, sa haine et tous les autres sentiments qu’il ressentait en cet instant… Cependant, il eu beau patienter, aucun bruit ne se fit entendre !

    Mais pourquoi s’obstinait-elle à rester ici alors qu’il la traitait de la pire des façons qui soit ? Pourquoi elle ne faisait pas ce qu’il voulait qu’elle fasse ? C’est-à-dire qu’elle parte après lui avoir fait comprendre qu’elle le haïssait et pourquoi pas après lui avoir une gifle qu’il méritait amplement ! Sincèrement, il ne comprenait pas… N’importe quelle jeune femme l’aurait tué sur place mais Anna, elle, ne semblait pas réagir aux propos qu’il tenait depuis qu’il avait décidé qu’une séparation était la meilleure solution…

    Le regard toujours dans le vague, il s’était mis à ignorer celle qu’il aimait tant, se disant qu’elle partirait peut-être s’il faisait comme si elle n’était pas là… Mais une fois de plus il s’était trompé !
    Premièrement, elle ne partit pas et deuxièmement, elle reprit la parole… Amycus hésita même à lui faire subir un sortilège de mutisme mais il y renonça immédiatement ! Il se contenta d’écouter sans réellement prêter attention à ce que la demoiselle disait…

    Il constata qu’elle venait de lui poser une question sans savoir quelle était vraiment l’interrogation… Elle parla aussi de porte et de raison… Sans s’en rendre compte, Amycus avait fermé les yeux et faisait son possible pour ne pas entendre !
    Cependant, un bruit de verre briser le ramena à la réalité. Il rouvrit les yeux et se tourna enfin vers Anna pour constater qu’elle venait de briser un cendrier en cristal d’une grande valeur… Il allait envoyer balader la jeune femme pour ce geste quant il fut coupé dans son élan…

    Anna avait reprit la parole mais en hurlant cette fois-ci… Impossible pour le mangemort de ne pas entendre ce qu’elle disait… Elle ne partait pas car elle ne pouvait pas ! La porte était juste à trois mètres pourtant… Cette pensée stupide fut la seule qui vint à l’esprit du jeune homme qui regardait maintenant Anna de manière assez incrédule…
    Elle continua en hurlant toujours à lui dire qu’elle ne venait pas pleurer ici et qu’elle ne restait pas par plaisir mais uniquement parce qu’elle l’aimait… Qu’il soit ou non un salaud !

    Amycus eut le souffle coupé… Non ! Non ! Non ! Elle ne pouvait pas lui dire ça ! Elle devait le détester… le haïr ! Pas l’aimer comme elle le prétendait… Le jeune homme ferma les yeux et fit son possible pour se ressaisir mais Anna avait décidé de continuer…
    Elle lui fit clairement comprendre qu’il l’avait blessé mais qu’il savait maintenant pourquoi elle restait… Elle venait de lui hurler la raison… Elle l’aimait…

    Amycus fit de nouveau face au miroir, il ne voulait pas la voir pleurer en sachant qu’il en était la cause… Il s’observa de nouveau… Son reflet le dégoûta… Il se détestait à un point qu’il n’aurait pu imaginer et c’est pourquoi il décocha une merveilleuse droite dans la glace qui se brisa instantanément…
    Sa main quant à elle fut entaillé à plusieurs endroits libérant du sang qui tomba goute à goute sur les débris du miroir… La douleur qu’il ressentit lui fit oublier un instant pourquoi il venait de faire ça… Mais il oublia seulement durant quelques secondes…

    Il en avait marre, il voulait que ça s’arrête, il voulait oublier à quel point il l’avait mal mais surtout à quel point il la faisait souffrir… Il s’écarta légèrement des morceaux de glace et s’adossa contre le mur pour au final se retrouver assis sur le sol… Il passa sa main indemne sur son visage…


    - Arrête… Arrête… Arrête ! dit-il dans un murmure. Je ne veux plus que tu dises que tu m’aimes ! Tu n’as pas le droit ! Tu dois partir et me détester. Non ! Tu dois me haïr… C'est comme ça que ça doit se passer... C’est tout !

    Après ça, il récupéra sa clope qui était tombée au sol durant sa crise de nerfs passagère… Il tira une taffe avant de fermer les yeux et d’attendre… Il savait plus ce qu’il attendait mais c’est pourtant ce qu’il faisait…
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Dim 14 Sep - 14:36

Amycus réagit alors, quand elle brisa le cendrier. Bon, surtout qu'il devait avoir une grande valeur celui la... Elle vit les levres du jeune homme s'entrouvrirent, mais la gueulant qu'elle poussa l'en empecha.

Ses paroles semblaient le pétrifier sur place, aussi sûrement qu'un sort. Au fur et mesure de ses aveux, le blond semblait perdre des couleurs.
Alors qu'Anna tentait de se resaisir, elle entendit à son tour un brui de verre brisé. Relevant les yeux, elle vit qu'Amycus venait de briser la glace en face de lui. Ouvrant la bouche pour parler, la stupeur lui coupa le sifflet, et elle vit Amycus sortir de son apathie pour s'adosser au mur et s'asseoir par terre.

Passant une main sur son visage, il lui dit d'arreter, qu'elle n'avait pas le droit de dire cela, qu'elle devait partir et le detester. Que 'ca devait se passer comme ça'.
Qu'est ce qui devait se derouler ainsi? Il préparait un tournage de film? Non, sans doute pas.

Essuyant ses larmes, Anna se releva tant bien que mal, et courut à moitié pour se retrouver face à lui.
La, deux choix s'offrirent à elle. Premièrement, elle le giflait, l'insultait et faisait ce qu'il demandait. Deuxièmement, elle tentait de comprendre pourquoi ces stupides reactions.

Ravalant un sanglot, Anna tomba à genoux pour se retrouver face à Amycus. Ses yeux étaient mélangés d'imcomprehension, et d'un minuscule espoir que le blond retrouve ses esprits.
Lui enlevant des mains la cigarette, Anna en avalat à son tour une bouffée. Ses sens se calmèrent un peu, même si les Camel avaient vraiment un goût ignoble. Dirigeant sa baguette sur la main du blond, la brune utilisa un nouveau sort de guérison, et effleura délicatement sa main de la sienne.

Ses yeux croisèrent enfin ceux de son serveur, et encore une fois elle murmura.


-Je peux pas partir...Pas comme ça.

Puis elle se souvitn de ce qu'il avait dit. Ca ne doit pas se passer comme ça. A son tour, Anna plaqua Amycus contre le mur et le fixa de son regard marron vert. Elle voulait des réponses. Quitte à le frapper pour en avoir. Quoi que au stade ou ils en étaient otus les deux, leur dispute risquait fort bien de se terminer en véritable duel à main nues...

-Amycus regarde moi. Qu'est ce qui doit se passer comme il faut? Tu dis que je n'ai pas le droit de te faire ça? Pourquoi?

Un instant, elle se souvint de leur complicité quelques semaines plus tôt, quand elle lui avait sussurer avec malice qu'elle n'était pas toujours sage, et qu'ils avaient rit ensemble...Il disait qu'elle ne devait plus lui dire je t'aime?

-J'ai le droit de rester ici pour avoir la vérité. Que tu le veuille ou non.

De toute ses forces, elle retenait les épaules de l'homme qu'elle aimait contre le mur. Elle voulait absolument des réponses, et elle ne put encore une fois s'empecher de pleurer.
Ses cheveux vinrent chatouiller le cou du blond quand elle baissa la tête. Dans un sanglot, elle parlat de nouveau.


-Je t'en supplie, explique moi...

Elle mourrait d'envie de le prendre dans ses bras, mais n'osait plus faire un geste de peur qu'il réussisse à se dégager.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Dim 14 Sep - 15:40

    Le néant… Voilà ce que voulait le jeune homme en cet instant ! Il voulait oublier qu’il savait aimer, oublié Anna et redevenir celui qu’il avait été autrefois… Ce dragueur qui ne ressentait aucune émotion excepté celle de la colère, de la haine sans oublier l’envie… Au fur et à mesure qu’il fumait voilà ce dont à quoi il pensait…

    Les yeux toujours fermés, il perçut un mouvement hâtif de la part d’Anna… Enfin elle se décidait à partir et à le laisser seul… Enfin, c’est ce que le mangemort cru car ce n’est pas ce que la demoiselle fit en réalité… Alors qu’il pensait qu’elle allait s’éloigner de lui, Amycus sentit la présence d’Anna tout près de lui ce qui l’obligea à ouvrir les yeux…
    Son Ange était toujours là, à genoux, face à lui… Il pouvait voir dans son regard de la tristesse, de l’incompréhension alors qu’il aurait voulu y lire de la colère et de la haine…

    Pourquoi ne comprenait-elle pas qu’il était dangereux pour elle et qu’elle devait rester éloignée… Pourquoi continuait-elle à le torturer alors qu’il faisait ça pour la sauver, quitte à en perdre la raison ?! Ce qu’elle avait à faire était pourtant très simple… il lui suffisait de quitter cet appartement ! Après ça, il aurait déménagé et ils ne se croiseraient sûrement plus ou quasiment jamais…
    La jeune femme saisit la cigarette qu’il tenait, fuma et le soigna à nouveau…

    Après ça, au moment où leurs regards se croisèrent, Anna reprit la parole dans un murmure… Elle lui expliqua qu’elle ne pouvait pas partir… pas comme ça ! Et pourtant c’est ce qu’elle allait devoir faire… qu’elle le veuille ou non ! Il l’observa et murmura à son tour, avant qu’elle ne dise autre chose…


    - Si tu le peux… et c’est ce que tu vas faire ! C’est la seule solution…

    Et effectivement, c’était la seule solution ! Car Anna ne le savait pas mais elle venait d’échapper à la mort et la personne qui lui avait laissé la vie sauve était Krystel alors que celle qui l’avait mise en danger n’était autre qu’Amycus…
    De nouveau, Anna le plaqua contre le mur et obligea le jeune homme à la regarder… Elle voulait savoir pourquoi il réagissait ainsi, pourquoi elle n’avait pas le droit de lui dire qu’elle l’aimait… La raison était parce qu’il l’aimait aussi mais il ne pourrait pas lui dire car le risque était trop grand…

    Elle continua de parler dans un murmure, lui disant qu’elle devait rester ici pour obtenir la vérité et ce, qu’il le veuille ou non ! Mais il était têtu et elle abandonnerait avant lui… et il se montrerait encore plus dur avec elle s’il le fallait ! Enfin, s’il y arrivait !
    Par la suite, elle le plaqua encore un peu plus contre le mur et des larmes coulèrent de nouveau sur ses joues… Elle baissa la tête et ses cheveux vinrent chatouiller le cou du jeune homme qui ferma les yeux de nouveau…

    Alors qu’il voulait la repousser, elle le supplia de lui donner des explications… Mais il ne pouvait pas lui expliquer quoique ce soit, comme il ne pouvait pas lui dire qu’il l’aimait, comme il ne pouvait pas la prendre dans ses bras… C’est alors que la toute la tristesse, la peine et le désespoir qu’il avait ressenti furent les plus fort…
    Il ferma les yeux et pour la premières depuis son enfance des larmes s’en échappèrent… La souffrance était telle qu’il avait fallu à un moment où un autre qu’elle s’extériorise… Bien sûr le jeune homme aurait voulu que ce fameux moment arrive plus tard mais ça n’avait pas été le cas et il s’en voulait…

    En gardant les yeux fermés et sans faire le moindre geste pour se dégager de l’emprise d’Anna, il reprit la parole dans un murmure emplit de désespoir…


    - Je ne te dirais rien quoique tu fasses… C’est comme ça ! Maintenant je te le demande une dernière fois… Vas-t-en. Vas rejoindre tes amis et oublie moi…

    Cette fois, il fallait vraiment qu’il fasse ce qu’il lui demandait… C’était d’une importance capitale ! Car dans le cas contraire, il aurait des problèmes… de graves problèmes et Anna, elle serait de nouveau en danger ! Il fallait éviter tout ça… Il fallait qu’ils cessent de s’aimer !
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Dim 14 Sep - 21:29

Amycus repeta encore une fois quelle pouvait partir,et qu'elle le devait.
Pretextant que c'état la seule solution.
Les larmes coualnt sur ses joues, Anna répliqua.


-Mais la solution à quoi?

Alors que la brune le suppliait, l blond reprit la parole d'une vois ou le desespoir était poignant. Il lui disait qu'il ne dirait rien, et que c'était ainsi. Il lui disait aussi de partir, et de l'oublier.
Mais ELLE NE POUVAIT PAS. Elle ne pouvait pas oublier tout ce qui s'était passé entre eux, leurs rires, leur complicité,leur recontres, ce qui s'était passé ici dans cet appartement... Non , ce serait comme demandé à un aventurier de rester cloité dans un bureau, ou d'enlever la vie à quelqu'un qui aimait cela plus que otut.

C'est alors que la brune remarqua ce qui perlait au coin des yeux fermés d'Amycus. Des larmes? Non, elle devait avoir les yeux si brouillés par les siennes qu'elle se faisait des idées...
Tenant toujours Amycus contre le mur, elle rapprocha sa tête de la sienne, collant son front au sien.
Braquant son regards dans les prunelles bleus du serveur, elle parlat.


-Amycus, je partirais pas d'ici. Je ne te répeterais pas encore pourquoi. Tu pourras me frapper, me menacer d'un sortilège, même utiliser la torture, je resterais ici. Tant que je n'aurais pas les véritables raisons.

Elle souffrait, il souffrait. Pourquoi fallait-il que leur relation deviennet ainsi? Comment en étaient-ils arrivés la? Pourquoi, pourquoi??? Ettouffant un nouveau sanglot, Anna inspira et continuat.

- Ou alors, dis moi que tu ne m'aime plus, que tu n'as plus de sentiments pour moi, sans ciller, en me regardant dans les yeux. Mais je t'en supplie. Ne me laisse pas dans le doute comme tu le fais.

Pleurer, supplier... Savait-elle faire autre chose? Non, plus maintenant...
Son front toujours collé à celui d'Amycus, toutes ses forces poussées contre lui, le forçant à rester assis dos au mur, elle ne savait plus quoi faire. Elle voulait le serrer dans ses bras, recommencer avec lui... Oublier tout. Elle ne put que répeter


-Je t'en supplie Amycus. Explique moi.

Ses mains tremblaient en tenant Amycus, et son regard se détacha du sien un court instant avant de revenir.

-Je serais pas comme les autres conquêtes. Je ne pourrais jamais te haïr.Ca m'est impossible...

Elle le suppliait de lui expliquer, de recommencer s'il le fallit. Elle voulait savoir quitte à en souffrir. Elle aimait Amycus, et elle savait qu'il était mal. Peut-être tout autant qu'elle d'ailleurs...
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Lun 15 Sep - 11:16

    Une fois de plus Anna ignora la demande d’Amycus et ne se décida pas à partir… De nouvelles larmes coulèrent sur le visage de la demoiselle quand elle lui demanda de quelle solution il parlait. Mais il lui avait déjà dit qu’il ne lui dirait rien alors pourquoi compliquait-elle tout ! La perdre était suffisamment douleur pour le jeune homme et lui mentir était pire… mais le fait qu’elle reste et qu’elle ne cesse de l’interroger était la torture absolue…

    La tristesse qu’il ressentait à présent était comme ancrée en lui, et le faisait souffrir de plus en plus. Cela venait-il du fait que celle qui lui avait volé son cœur se trouvait si près de lui sans qu’il ne puisse la toucher, l’embrasser ? Oui c’était ça ! Il mourait d’envie de la prendre dans ses bras mais il ne le ferait pas et plus jamais… C’était décidé ! Que cela le fasse sombrer ou non il allait la quitter en lui mentant…

    Après avoir versé des larmes sincères, il rouvrit les yeux lorsqu’Anna posa son front contre le sien… et croisa le regard de cette dernière lorsqu’elle se remit à parler… Elle lui dit qu’elle ne partirait pas et qu’il savait pourquoi… Il pourrait la frapper, la menacer, la torturer, elle ne bougerait pas d’ici tant qu’elle n’aurait pas eu de réponse…
    Gardant son regard ancré dans celui de la jeune fille, Amycus su qu’il devait trouver une solution… Mais pour le moment il se contenta de reprendre la parole dans un murmure.


    - Je ne te ferais rien de tout ça mais tu partiras. Que tu le veuilles ou non. Et moi, je ne te dirais rien… En plus de ça je suis convoqué au Ministère de la Magie au sujet de l’assassinat de mes parents, mentit-il sans la moindre émotion lorsqu’il évoqua le décès des Carrow.

    Petit à petit, il reprenait le dessus sur ses sentiments, comme il l’avait toujours fait et la simple pensée de ses parents l’y aidait beaucoup… Il écouta Anna lui demander une nouvelle fois de lui dire s’il ne l’aimait plus et qu’il devait le faire sans ciller… Si c’est ce qu’elle devait entendre pour partir, c’est ce qu’il lui dirait… Tant pis si lui en souffrait à un tel point qu’il aurait préféré subir le sortilège Doloris…

    En gardant son regard dans celui de sa brune il se concentra sur tout ce qu’il détestait le plus au monde… Ses parents, Black, ses satanés moldus qu’il avait eu le malheur de croisé alors qu’il avait à peine 14 ans, tout passa en revue !
    Il pensa dans le même temps qu’en lui disant cela il la sauverait… Et la mettre hors de danger était presque devenu une mission pour le jeune homme…

    Anna le plaqua un peu plus contre le mur et le supplia de lui expliquer… A cet instant, le jeune homme avait l’impression que son cœur allait exploser, tout comme sa tête mais il n’y faisait pas attention… Il devait rester concentrer et le dire ce qu’elle voulait, ou plutôt ce qu’elle ne voulait sûrement pas entendre…
    La jeune femme détourna ensuite légèrement le regard avant d’avouer à Amycus qu’elle ne serait jamais comme ses autres conquêtes et qui lui serait impossible de le haïr… Amycus n’avait jamais pensé d’elle qu’elle était comme toutes les autres. Elle était la seule qui l’ait aimé, qui l’ait fait changer et qui lui ait fait connaître la souffrance…

    Il se rendait compte à présent que la présence d’Anna le rendait plus faible qu’il ne l’était réellement alors que Krystel faisait de lui quelqu’un de plus puissant… La faiblesse pourrait le perdre et il ne le voulait pas ! Cela faisait donc une autre raison de lui dire…
    Il poussa alors un léger soupire et recommença à parler d’une voix neutre et fixa bien la demoiselle qui lui faisait face…


    - Je ne t’aime plus Anna… Maintenant, pars et oublie-moi !

    Il n’y avait pas eu de ‘‘mon Ange’’ et sa voix n’avait pas tremblée… Il avait dit ça sans hésiter et son regard n’avait quasiment rien laissé transparaître… Anna aurait peut-être un léger doute mais elle penserait sûrement que cela était dû aux propres sentiments qu’elle avait pour le mangemort…
    Sans s’en rendre compte, Amycus prit ensuite sa baguette, la pointa sur la porte et la fit s’ouvrit grâce à un sortilège informulé… Après ça, il attendit, le regard dans le vague…
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Lun 15 Sep - 14:10

Amycus dit à la jeune femme qu'il ne comptait pas la torturer, même si cela devait être la dernière solution. Elle s'en fichait, cela lui importaiy peu, ce qu'elle voulait c'était savoir!!
Il allait mal, et elle encore plus...
Il précisa qu'il était convoqué au ministère pour le meurtre de ses parents, et Anna détourna le regard un instant.
Elle avait appris, mais à son grand étonnement, Amycus ne paraissait pas touché par cette perte soudaine.

Anna se serait volontier attardé sur le sujet, mais... Ce n'était pas exactement le moment! Amycus tourna alors ses prunelles bleues sur elle, et lui dit qu'il ne l'aimait plus.
Le monde s'effondra alors autour de la brune. C'était impossible, les signes ne trompaient pas... Pourquoi passait-il des larmes a la neutralité?
Le coeur de la brune manqua un battement. Etrange, comme s'il avait décider de cesser de battre. La battement suivi une douleur, et Anna serra convulsivement sa main sur sa poitrine. Etait-ce cela, avoir le coeur brisé? Sentir une douleur telle que vous voudriez mourir à l'instant même? Anna ferma les yeux, et se força à se reprendre. Elle ne pouvait pas éclater de douleur comme cela, elle devait se contrôler.

Ses yeux se rouvrirent alors, et virent qu'Amycus d'un sortilège informulé avait ouvert la porte. Une invitation à partir.
Mais la brune ne pouvait pas s'en aller, c'était impossible. Pourtant, il le fallait... Anna soupira, et observa de nouveau Amycus. Elle allait partir, certes, mais avant, elle ferait quelquechose qui risquerait de lui faire se prendre une giffle magistrale.


-Ok. Je vais partir...

La Anna Sanders qu'elle pensait morte depuis deux semaines, la Anna souriante qui se moquait des règles, et encore plus du reste, fit pour la première fois une esquisse de sourire au blond en fac d'elle. Elle avait forcé ses larmes à cesser de couler, et par l'opération miraculeuse d'on ne sait qui, les perles de sel restèrent sagement en arrière, redonnant aux yeux d'Anna la couleur marrons verts qu'ils avaient en général.

-J'ai voulue la vérité, je l'ai eu. Mais avant de partir, laisse moi te dire une chose Amycus...

Elle savait qu'en faisant cela, elle signerait son arrêt de mort, elle en avait parfaitement conscience, mais elle s'en fichait. Elle n'avait plus grand chose à perdre à présent... Mais si cela pouvait l'aider à sortir Amycus des mensonges qu'il lui tissait depuis le début de leur dispute, elle en paierait le prix.

-Je continuerais de t'aimer encore longtemps...

Ses yeux marrons verts se fixèrent dans ceux du blond, et sa main gauche attrapa sa nuque, ramenant la têyte du serveur vers la sienne. Ses lèvres scélèrent celles du blond avec le siennes.

Elle priait pour qu'il ne la repousse pas, pour qu'il ne l'insulte pas, qu'il redevienne un court instant celui qu'il était....
Faites qu'elle ne faisait pas cela pour rien.. Supplia t-elle interieurment.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Lun 15 Sep - 15:40

    La fin de toute cette histoire arrivait enfin… Il venait bel et bien de réussir à mentir à celle qu’il aimait en prétendant le contraire et en voyant sa réaction le jeune homme compris qu’Anna l’avait cru… Cela le soulagea dans un sens ! Bientôt elle serait partie et lui… bah lui il se saoulerait sûrement la gueule ou il ferait on ne sait quoi…
    Cependant, voir son Ange si malheureuse l’attrista tout autant que cela le soulageait… La seule chose arrivait à se dire et qui dans un sens lui faisait plaisir était que cette la dernière fois… Oui ! La dernière fois qu’il lui ferait du mal !

    Au moment où il avait ouvert la porte d’entrée grâce à un sortilège informulé, il avait remarqué qu’Anna avait regardé dans cette direction. Il savait qu’elle avait compris que cela signifiait qu’elle devait partir et c’est pourquoi il ne le lui dit pas ! Elle n’était pas stupide ! Avec un soupir, la jolie brune le regarda de nouveau en lui disant qu’elle allait partir…

    Bizarrement le jeune homme eut l’impression qu’elle n’allait pas partir de suite… Il savait qu’il ne se trompait pas mais ne savait pas encore ce qu’elle allait dire ou faire… Ce qui surpris le plus le mangemort ce fut l’esquisse de sourire qui apparu sur le visage de la brune. Amycus ne comprit pas, il la regarda intrigué, cherchant à savoir ce qui avait fait naître ce léger sourire sur un visage auparavant si triste…
    Cependant il avait beau cherché, il ne trouvait pas ! Mais il savait que ce sourire n’avait rien d’une signe d’ironie ou de moquerie… Il était visiblement sincère et ce qui troublait le plus le jeune homme.

    Lorsqu’elle reprit la parole ce fut pour lui dire qu’elle avait voulu la vérité et qu’elle l’avait eut… Ce n’est pas ça qui la faisait sourire quand même ? Aux dernières nouvelles, apprendre que celui que vous aimez ne ressent plus rien pour vous c’est long d’être joyeux non ?
    Cependant, Amycus ne put pas y réfléchir trop longtemps puisqu'Anna continua à parler en disant qu’avant de partir elle devait lui dire une chose…

    Lui dire une chose ? Mais quoi ? Et ce sourire, il signifiait quoi ? Allait-elle lui annoncer qu’elle aussi avait agit comme il l’avait fait… C'est-à-dire le tromper ? Bah quoi ?! Cela pouvait être tout à fait probable et voudrait dire que le sourire était un sourire moqueur…
    Amycus continua de regarder celle qu’il aimait et trouva sa dernière pensée des plus débiles… Sans savoir pourquoi il savait qu’elle n’avait pas fait ça et que ce n’était pas ce qu’elle voulait lui dire…

    Alors qu’il se creusait la tête pour trouver la chose qu’elle allait lui dire, Anna reprit la parole et toucha le jeune homme en plein cœur… Elle lui dit qu’elle continuerait de l’aimer encore longtemps. A cet instant, le mangemort ferma les yeux pour dissimuler le trouble que ces quelques mots avaient semés dans son esprit…


    *Moi aussi je t’aimerais encore longtemps mon Ange…*

    Il aurait aimé lui dévoiler cette pensée mais il n’en fit rien… Elle allait partir et savoir ça la ferait sûrement rester ! Il rouvrit alors les yeux pour la regarder une dernière fois et croisa son regard ! Mais la demoiselle avait quelque chose en tête et c’est sûrement cela qui avait fait naître le léger sourire qu’il avait aperçut…

    Anna passa sa main derrière la nuque du jeune homme, l’attira à elle et fit en sortent que leurs lèvres se scellent de nouveau… Dans un premier temps, Amycus voulu la repousser… Il posa sa main droite sur celle de la demoiselle pour lui ôté mais ne put aller jusqu’au bout de son geste…
    La douceur des lèvres de son Ange ne lui donnait qu’une envie… Prolonger ce moment… ce denier baiser qu’elle lui offrait avec amour. Et c’est ce qu’il fit s’en même sans rendre compte ! Il laissa sa main sur celle d’Anna et prolongea leur ultime baiser…

    Cependant, après quelques exquises minutes, Amycus mit fin à cet instant à contrecoeur et avec une certaine tristesse… Il regarda Anna dans les yeux, lâcha sa main et lui murmura doucement…


    - T’aurais pas dû faire ça… Il soupira légèrement et regarda la porte d’entrée ouverte. Il vaut mieux que tu… que tu t’en ailles…

    En effet, il valait mieux pour elle comme pour lui, qu’elle quitte l’appartement de cette manière. D’accord elle ne le détestait pas comme il l’avait prévu mais était-ce vraiment important ! Ils venaient de rompre. D’une façon extrêmement étrange certes mais elle n’était plus en danger maintenant ! Elle n’avait plus qu’à partir…
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Lun 15 Sep - 20:01

Alors qu'Anna lui avouait qu'elle l'aimerait encore longtemps, Amycus ferma les yeux, comme s'il était géné.
Etrange pour un homme qui disait ne plus ressentir de sentiments.
Mais, la jeune femme ne pensait pas vraiment à cela su rle moment.

Quand Anna plaqua ses lèvres contre les siennes, le blond, au lieu de la repousser comme elle l'aurait imaginé, accentua leur baiser. La main du blond se posa sur la sienne, et prit part au baiser.

La brune fit tout pour ne pas laisser ses lamres couler de nouveau, et frissona en se rappelant otus leurs bon moments. Leur rencontre, leur rires, les hésitations qu'elle avait eu, cette fameuse nuit ici, la robe rouge fabriquée maison, le dîner aux chandelles...

Pouvait-on sincerement oublier tout cla si vite?
Les bras d'Anna entourerent le cou du blond, faisant de son baiser hésitant un baiser passioné, ou elle y transmit tout l'amour qu'elle avait pour lui, pour qu'il ne l'oublie pas.

Leurs lèvres se décollèrent à regret, et Amycus murmura qu'elle n'aurait pas du faire cela.
Anna eut un sourire mélancolique, et répliqua.


- Ca n'as pas eu l'air de te déranger en tout cas...

Il lui dit alors que maintenant elle devait partir. Elle hocha la tête, et se releva lentement. Puis, la brune détacha le collier qu'elle avait autour du cou. Il s'agissait d'une simple pierre d'améthyste, à laquelle tenait Anna. Se baissant légèrement, elle le passa autour du cou et murmura.

-Garde le...

Ses yeux croisèrent le siens une dernière fois, et Anna déposa un baiser sur le front du blond. Se reculant, elle tourna sur elle même et descendit les escaliers. La tempête faisait toujours rage, et en quelques secondes, Anna se retrouva trempée jusqu'aux os. Tombant à genoux dans une ruelle adjacente, le brune se mit de nouveau à sangloter, melant larmes et pluie.

Ses bras serrés sur elle même, elle savait qu'elle aurait du mal à s'en remettre. Mais qu'elle y arriverait. Elle le devait. Se relevant, elle jeta marchat mains dans le spoches jusqu'a Gringotts, ou elle transplana jusqu'a Poudlard sans un mot.
La journée allait être longue pour elle...
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   Mar 16 Sep - 9:06

    Alors qu’il avait prolongé le baiser que son Ange lui avait offert… Amycus s’était mis à regretter sa décision bien qu’il sache qu’elle était la meilleure qui soit. Il aurait voulu que le temps s’arrête lorsqu’il la sentit frissonner et s’était rendu compte qu’il n’y arriverait pas… Non ! Il n’arriverait pas à l’oublier, à effacer tous les moments qu’ils avaient passés ensembles… les bons comme les mauvais !
    Jamais le jeune homme n’aurait pu imaginer au moment où il avait croisé le regard d’Anna aux Trois Balais qu’elle deviendrait son premier et sûrement unique amour, son Ange…

    La jeune femme avait ensuite passé ses bras autour du cou du mangemort et fait en sorte que le baiser devienne encore plus passionné. Etait-ce parce qu’il savait que ce baiser était le dernier qu’Amycus éprouvait à la fois du plaisir et de la souffrance ? Sûrement. Mais une chose était certaine à présent ! Il ne pourrait jamais oublié cet instant, ni même l’amour que lui avait offert Anna… C’était impossible et il n’avait plus envie d’oublier. Il préférait souffrir et se souvenir.

    Après quelques instants où ils avaient pu s’accorder de l’amour mutuel, Amycus avait choisi d’y mettre fin… Il avait senti qu’il pourrait à tout moment revenir sur sa décision et cela était tout à fait exclu ! Sans le penser une seule seconde, il avait ensuite regardé Anna dans les yeux pour lui dire qu’elle n’aurait pas dû faire ça…

    Un sourire triste était apparu sur le visage de son Ange ce qui l’attrista… Elle répliqua à ce qu’il venait de lui dire en prétendant que cela n’avait pas eu l’air de le déranger. Et elle avait tout à fait raison ! Cela ne l’avait nullement dérangé et s’il était écouté, il aurait recommencé encore et encore !
    Mais non… Il fallait qu’il reste sur sa décision et c’est pourquoi il lui avait dit qu’elle devait y aller… Lentement, la brune se leva et Amycus détourna le regard avant de constater qu’elle se penchait de nouveau vers lui…

    Elle attacha autour de son cou ce qui semblait être un collier en argent sertie d’une améthyste brute. La jeune femme lui murmura ensuite qu’il devait le garder et il se contenta d’acquiescer de la tête, son cœur s’étant mis à lui faire horriblement mal… Lorsqu’il croisa le regard d’Anna et qu’elle déposa un baiser sur son front se fut pire ! Il l’avait l’impression que son cœur se trouvait dans un étau et que quelqu’un se plaisait à lui briser…

    Anna se recula ensuite, passa la porte et descendit les escaliers. Ça y est… C’était fini ! Il venait de demander à la personne à qui il accordait plus d’importance que sa propre vie de partir… et elle était partie ! Il l’avait perdu… En prenant conscience de cela il eut du mal à respirer, il aurait voulu mourir plutôt que de subir tout ça…
    Il se prit le visage entre les mains durant plusieurs minutes… Il saisit ensuite sa baguette, referma la porte, porta sa main au collier qu’elle lui avait laissé et murmura quelques mots qu’Anna n’entendrait jamais…


    - Je t’aime mon Ange…

    Après quelques secondes, il se releva, agita sa baguette pour ranger un peu… Il s’alluma une clope et prit la direction de la cuisine lorsqu’il aperçut les restes du cendrier cassé. Il allait le réparer mais il n’en fit rien ! Il ramassa les morceaux et décida de le réparer à la façon moldue… Une manière horriblement longue et pitoyable mais il voulait ne penser à rien. Cela lui occuperait l’esprit pendant un bon moment…
    Alors il déposa les morceaux, après les avoirs récupérer, sur la table basse… Il s’assit à même le sol en face de cette dernière et commença à recoller les débris de verre pour redonner vie à l’objet brisé… tout en se rendant compte qu’il aurait aimé que quelqu’un fasse la même chose avec son cœur…







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tout se sait un jour où l'autre... [Anna & Krystel]   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum