Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Professeur↯ Les hypogriffes sont gentils, croyez moi
avatar



Nombre de messages : 237
Age : 64 ans
Groupe : Professeur s'efforçant la neutralité
Caractère : Affable - Serviable - Enigmatique - Erudit - Perspicace - Flegmatique - Observateur - Cauteleux - Rancunier - Calculateur - Parfois Traitre
Crédits : : Z
Date d'inscription : 29/06/2012




Phineas Wentworth

Professeur
Les hypogriffes sont gentils, croyez moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 17
MessageSujet: « Vous aussi vous avez vu la mort… »   Ven 26 Avr - 18:49

Spoiler:
 


Le soleil pointait à peine à l’horizon que le vieux professeur de Soins aux Créatures Magiques était déjà debout malgré l’absence de cours à donner pour la journée. Il n’était pas spécifiquement de bonne humeur mais plutôt de caractère matinal en toute circonstance. Lorsqu’il alla prendre son petit déjeuner ce matin-là, la grande salle était presque déserte, tant au niveau de la table des enseignants que celles des élèves. Même les courageux lions prenaient visiblement plaisir à flemmarder au lit. Ivanov était absent. McFly également. Au moins un repas dans le calme. N’étant pas particulièrement bavard, voir même désagréable, au réveil, Phineas s’isola, savourant sa tranquillité. Ceci, jusqu’au moment où le professeur de sortilège vint l’aborder, pensant établir une discussion vivante et enrichissante (ce qui, malheureusement pour lui, n’arriva pas). Wentworth s’empressa même de terminer son café, manquant ainsi de s’étrangler avec, et fourra un croissant dans l’une des poches de sa robe de sorcier. Après quoi, il quitta la pièce le plus rapidement possible pour retourner à son bureau et achever d’engloutir sa viennoiserie, confortablement installé dans l’un de ses fauteuils de cuir noir devant son feu de cheminé. Quand il eut finit, l’ancien Serpentard resta inerte pendant un bon moment, le regard vide, ne sachant trop quoi faire dans l’instant. Soudain, il se leva lentement, se dirigea vers sa chambre et inspecta sa penderie. Un petit tour à l’extérieur ne lui ferait pas de mal et étant donné la météo, il y avait peu de chance qu’on vienne l’importuner avec des discussions sans intérêt dont il n’était même pas disposé à faire semblant de participer ce jour-là. S’abritant dans un épais manteau de laine sombre, une écharpe verte foncée et des gants du même ton, Phineas s’orienta vers la sortie du château. La neige avait atteint une épaisseur considérable mais les gardes chasses avaient déblayé certains endroits pour faciliter le passage. Toutefois, ils devraient sans doute bien vite recommencer étant donné la cadence à laquelle tombait les flocons.

Les pas de l’enseignant les conduisirent inévitablement vers la Forêt Interdite, l’un de ses lieux privilégier pouvait-on affirmer. Nul doute qu’il s’agissait là d’un grand trait commun avec Rubeus Hagrid, sans parler de cette même passion dévorante concernant les créatures extrêmement dangereuses. Hagrid lui faisait souvent part de son envie de pouvoir élever un dragon. Ce genre de rêve avait également traversé l’esprit du vieil homme mais le ministère l’interdisait formellement. Par conséquent, s’il tenait à en voir un, il fallait qu’il s’aventure dans une réserve. Autant dire que ce n’était pas terrible. Néanmoins, s’il s’aventurait dans la forêt ce jour-là, ce n’était certes pas pour y admirer des dragons mais plutôt pour s’assurer que les sombrals se portaient bien malgré le froid hivernal. Il n’y avait pas de neige dans les bois, en raison de la forte proximité des arbres qui en occultait même la lumière du soleil, mais la fraicheur de la température, en revanche, était la même qu’à l’air libre. Il ne fallut pas beaucoup de temps pour que le professeur atteigne sa destination. Un groupe de ces créatures se tenait bientôt devant lui, leur regard blanc et vide semblant être fixé sur lui. Bien évidemment, Phineas n’était pas venu les mains vides, et sortit de bons morceaux de viandes fraiches d’un sac qu’il avait apporté avec lui. S’appliquant à leur donné la nourriture, le vieil homme ne vit qu’après, cette ombre qui se mouvait à travers les arbres. Lorsque celle-ci fut suffisamment proche pour qu’il puisse la reconnaître, il s’exclama quelque peu surpris :


    - Badenov ?


C’était la première fois qu’ils se croisaient vraiment en dépit du fait qu’il était lui aussi charger de certaines corvées concernant les créatures magiques de Poudlard de par son poste d’adjoint au garde-chasse qu’il occupait maintenant depuis quelques temps. Phineas n’avait jamais pris la peine de le rencontrer et de faire réellement connaissance. Non pas qu’il se méfiait de lui par son passé plutôt sulfureux et sujet à de nombreuses controverses mais il se voyait mal aller lui parler spontanément pour prendre des nouvelles sur sa petite vie. Il pensait simplement que le jeune Torben avait besoin qu’on le laisse tranquille et si besoin de parler il avait, autant qu’il vienne de lui-même. D’ailleurs ce n’était sans doute pas pour discuter qu’il était ici à en juger par un sac légèrement ensanglanté qu’il portait en bandoulière. Il avait dû avoir la même initiative que lui ce matin.
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: « Vous aussi vous avez vu la mort… »   Jeu 9 Mai - 14:23

    Il était tôt, ce matin. Nous en étions revenus à la case départ. Le ministère ne se doutait de rien à propos du retour de mes souvenirs, pas plus que je n'étais suspecté de quoi que ce soit. C'était passé très près, parfois, mais il fallait bien reconnaître que j'avais réussit à jouer ma partition avec une certaine maîtrise que personne ne pouvait me nier. J'étas de nouveau libre comme l'air ou peu s'en faut. J'étais toujours assigné à résidence et surveillé nuit et jour, je n'avais toujours pas ma baguette, et on contrôlait toujours mes allées et venues. Ce qui me semblait clair, c'était que l'on ne me faisait toujours pas confiance, pas le moins du monde même. J'avais pourtant réussit à tromper tout le monde. Et en plus, j'avais réussit à me laver de tous soupçons concernant mes agissements lorsque j'avais reconnu Krystel. Autant dire que les choses avaient été plutôt bien vu ce qu'il s'était passé. J'étais passé à deux doigts de mourir, encore une fois. J'y devenais tellement accoutumé que je ne prenais même plus en compte le danger dans mes calculs. La preuve. Je disais que tout s'était bien passé alors que j'avais faillit passer l'arme à gauche. Une fois de plus ou une fois de moins ne faisaient de toute façon plus grande différence au stade où nous étions. Je passais mon temps à risquer ma peau pour plus ou moins de résultats... J'étais passé très près de quelque chose d'incroyable quand même, je ne parvenais toujours pas à comprendre ce qu'il m'était arrivé ce jour là à pré au lard, au milieu des combats et de la confusion ; je me rappelais tituber vers l'estrade, croiser le regard de Krystel, puis être soufflé par un sortilège qui manquait de me tuer. Puis, l'explosion. Les couleurs. La puissance magique qui passait dans chacun des gens aux alentours de Purity qui explosait. Mutilant certains, tuant d'autres, changeant le restant. J'avais été changé par toute cette magie qui était passée en moi. Perdu, seul, et désespéré. Faible et pleurant mon sort. J'avais recouvré tous mes souvenirs, cette puissante magie me permettant d'annuler les effets du mélafice que je m'étais moi même lancé. Que d'aventures... Et surtout, que de problèmes !


    Je devais continuer à faire semblant. Et pour cela, je devais effectuer chacune des tâches qui m'étaient confiées avec la même diligence que quand je n'étais qu'un foutu amnésique. De toute manière, cela ne me causait pas trop de problèmes. Le souci principal était qu'avec mes souvenirs, le besoin de boire était réapparu. Pas forcément quelque chose qui m'aidait dans ma situation. Et je m'étais déjà cuité la gueule au moins deux fois depuis mon retour de l'hopital. Il fallait que je prenne garde à ne pas retomber dans tous mes vieux travers ; j'avais lutté pendant longtemps sans risquer de tout plaquer à nouveau par une attitude totalement imbécile. Ce que je désirais le plus, c'était me plonger dans ma quête de vengeance, qui continuait d'alimenter mon esprit, de faire battre mon cœur, et me réchauffait l'âme en règle générale. Alors que je découpais la viande que j'allais donner aux Sombrals, j'imaginais qu'il s'agissait du corps de mon pire ennemi. Et je m'acharnais dessus. Faisant glisser dans un énorme seau tous les morceaux de barbaque découpés avec un énorme hachoir de fabrication artisanale que m'avait donné Hagrid, je me mis en chemin sous les frondaisons. Il était toujours dangereux de s'aventurer dans la Forêt Interdite, a fortirori sans baguette magique. Mais depuis la guerre en Moldavie, j'en étais venu à accepter de me rendre dans tout environnement hostile qui se présenterait à moi. J'avançais lorsque j'entendis les bêtes de la Mort, et j'entendis quelqu'un déjà en train de s'occuper d'elles. En m'approchant, je remarquais le vieux prof de Poudlard, un vrai fossile, qui me reconnut lorsque je m'approchais.



    | Oui c'est bien moi, professeur. Hagrid m'a demandé de nourrir les bêtes. Je ne savais pas que vous étiez et matinal, et enclin à venir du château jusqu'ici pour ces créatures. Elles aiment plutôt la compagnie de leurs propres congénères. Vous voulez que je prenne le relais? |

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum