Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Professeur↯ Les hypogriffes sont gentils, croyez moi
avatar



Nombre de messages : 237
Age : 64 ans
Groupe : Professeur s'efforçant la neutralité
Caractère : Affable - Serviable - Enigmatique - Erudit - Perspicace - Flegmatique - Observateur - Cauteleux - Rancunier - Calculateur - Parfois Traitre
Crédits : : Z
Date d'inscription : 29/06/2012




Phineas Wentworth

Professeur
Les hypogriffes sont gentils, croyez moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 17
MessageSujet: « Le fils Potter ? Nous nous rencontrons enfin ! »   Mar 9 Avr - 16:34

Cela faisait maintenant un bon moment que la fameuse « fête » de Pré-au-Lard et le caractère catastrophique de cette petite sauterie étaient passé. Pourtant, le vieux professeur de Soins aux Créatures Magiques peinait à s’en remettre. Ceci, non pas en raison d’une quelconque brutalité dont aurait fait preuve les mangemorts mais plutôt sur l’aspect purement inutile dont il avait fait l’objet. Oui, Phineas répugnait à se sentir dans un état égal à celui qu’aurait pu être un pot de fleur au milieu d’un champ de maïs. Sa réaction avait tout simplement été stupide et sans intérêt. Au lieu de veiller à la sécurité des élèves (comme il se l’était juré en arrivant), il s’était contenté de poursuivre sa cavalière qu’il avait estimé pendant un bref instant, être partisante du Seigneur des ténèbres. Grossière erreur. Car cela n’avait été que pur supposition alors que le danger qu’encouraient les étudiants, lui, était bien réel. On pouvait dire qu’il avait failli à son devoir. Le remord et la culpabilité n’avait fait que le ronger depuis son retour au château, et s’il s’efforçait à maintenir son attitude habituelle durant ses leçons, son esprit bouillonnait à chaque fois qu’il croisait le regard d’un de ses élèves. Une voix n’avait de cesse de lui répéter dans sa tête que celui ou celle qu’il était en train d’interroger aurait très bien pu ne pas être là en raison de sa négligence mais aussi et surtout par cette forme d’orgueil qui l’habitait. Après tout, qui aurait-il de plus merveilleux que de pouvoir attraper un mangemort et le livrer aux aurors ? Sans doute serait-il gratifié par le ministère pour un tel geste de solidarité envers la communauté sorcière ! Allons ! Il fallait se ressaisir ! Wentworth n’était pas plus un combattant du bien que du mal ! Il se devait de rester neutre… Ou en tout cas, plus ou moins…

Et puis, si choix il y avait à faire, il n’y en avait que deux à sa connaissance : les mangemorts ou le ministère. Autant dire que ni l’un ni l’autre ne l’enchantait. Le premier camp et son idéologie du sang pur le révulsait tandis que le ministère et ses politiciens n’avaient rien de plus enviable. Dans de pareilles circonstances, autant rester parfaitement neutre, se contenter de dispenser son savoir et dans le pire des cas, porté allégeance à l’école. Au moins, on ne prenait pas trop de risque à se tromper, car Dumbledore était sans doute la personne en qui on pouvait avoir le plus confiance sur le territoire de la Grande Bretagne. En second, Phineas plaçait Selena Potter, l’une de ses anciennes élèves de serdaigle avec qui il avait gardé contact après la fin de sa scolarité. Une très charmante jeune femme qui avait d’ailleurs accepté de publier ses encyclopédies après presque toute une vie de recherche et de voyages passionnants. Cela faisait maintenant un moment que le vieil homme ne lui avait pas rendu visite, se contentant d’échange par hiboux de temps à autre. Il fallait dire qu’il ne sortait que très peu de l’enceinte de Poudlard ! Il avait très peu de chose à y faire à l’extérieur, si ce n’ait passé au ministère boire un café avec son très vieil ami d’école désormais membre du magenmagot. Mais un petit tour au Chemin de traverse allait s’imposer cette fois-ci. Et puis, peut-être trouverait-il de nouveaux ouvrages dans lesquels se plonger dans un futur proche.

Vêtu d’une grande robe de sorcier noire et verte, rappelant les couleurs de son ancienne maison, et maintenant une canne dans sa main droite (servant bien plus pour l’esthétisme que pour aider à marcher – après tout, il était encore fringuant), Wentworth quitta son bureau en prenant soin de verrouiller derrière lui avant de prendre le chemin des hautes grilles du collège. Il était assez agaçant de devoir parcourir tout le domaine avant d’espérer pouvoir transplaner ailleurs mais le professeur comprenait parfaitement les motivations du directeur. On n’était jamais trop prudent. Une fois à l’extérieur, il disparut dans un « pop » pour réapparaitre avec un même fond sonore, dans… l’Allée des Embrumes. Il fallait croire que Phineas n’était pas superbement doué en matière de destination en transplanage. Mais qu’importe ! L’important était de ne pas finir désartibulé. D’un pas décidé, il traversa les sombres ruelles mal famées, disait-on (bien que ça ne l’empêchait pas d’y faire un tour de temps à autre), croisant des visages douteux et infréquentables. Personne ne vint toutefois l’aborder jusqu’à ce qu’il parvienne enfin à la rue principale qu’était le Chemin de traverse. Le monde se pressait aux vitrines en ce début d’après-midi et il ne fut pas aisé pour l’ancien Serpentard de se glisser à travers la masse pour arriver à auteur de Fleury & Bott. Une fois engouffrer à l’intérieur, une bouffé de chaleur ranima ses doigts légèrement crispé par le froid hivernal qu’il venait de traverser. C’était agréable. Cette librairie ne semblait jamais dépourvue de clients. Il pouvait y aller n’importe quel jour à n’importe quelle heure, une foule s’y tassait en permanence, ce qui avait toujours le don de l’irriter. Phineas détestait se retrouver ainsi dans la multitude et se faire marcher sur ses bottes soigneusement cirées une bonne trentaine de fois sur une échelle d’une heure et trente minutes.

Dans le fond de la boutique, un sorcier tenait une conférence sur ses derniers écrits en matière de défense contre les forces du mal. Un succès certain semblait l’auréolé, ce qui n’était pas très étonnant en ces temps troublés. Dressant l’oreille pendant un court instant, Phineas décrocha bien vite, constatant l’absence de nouveauté réelle dans son discours. Il balaya l’ensemble du magasin de son regard de glace avant de se rendre à l’évidence. Selena n’était pas présente. Peut-être était-ce son jour de congé ? Après tout, il ne l’avait prévenu de son passage et cette possibilité n’était pas à exclure. Tant pis ! Ce n’était pas comme s’il était venu pour rien ! Inspectant les étalages, l’enseignant s’arrêta devant une grosse reliure où l’on pouvait lire « Contre-attaque sur les analyses du Professeur Wentworth » en fines lettres d’argents. L’image d’un sorcier à la mine goguenarde et radieusement stupide s’animait juste en dessous, le gratifiant de grande gestes obscènes de la main. Le sang de Phineas ne fit qu’un tour. Rien ne pouvait davantage l’indisposer que quelqu’un remette en question ses propres recherches. Il parcourut fébrilement les pages, les sourcils froncés dans une intense expression de contrariété, préparant déjà mentalement le contenu de son prochain courrier. Encore un idiot qui avait perdu l’occasion de laisser sa plume plonger dans son encrier !

Admin↯  Future star des couches culottes
avatar



Nombre de messages : 1595
Age : 18 ans !
Groupe : Auror - Ordre du Phénix - Maraudeur
Caractère : Têtu - Téméraire - Arrogant - Persévérant - Romantique - Imaginatif - Drôle - Charmant
Crédits : : ©sheismurphylaw
Date d'inscription : 02/03/2008




James Potter

Admin
Future star des couches culottes


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 11
MessageSujet: Re: « Le fils Potter ? Nous nous rencontrons enfin ! »   Jeu 11 Avr - 19:51

Il faisait plutôt beau en ce mardi matin, et malgré le froid mordant de l'hiver anglais, voir le soleil remontait le moral. James se remettait doucement de la mort de son paternel, et il commençait à accepter la place de chef de famille qui serait dorénavant la sienne. Aujourd'hui, il avait promis de remplacer Selena à la librairie, cette dernière passant la journée avec une Lily enceinte jusqu'aux yeux et inquiète de ne pas déja avoir pondu un bébé Harry. Le jeune Potter lui aussi se posait des questions, et s'inquiétait, mais il était sûr que le petit arriverait suffisamment tôt et il n'allait pas vraiment se plaindre d'un délai supplémentaire ! Aujourd’hui, donc, il jouerait les libraires. Il n’avait toujours pas repris son travail d’apprenti Auror, et devait avouer que si retourner au Ministère ne l’emballait pas le moins du monde, rester constamment enfermé à la maison commençait à lui peser. Parce que sa mère passait le plus clair de son temps chez lui, et que la voir le faisait obligatoirement penser à Jackson. Et puis, Lily n’était pas appelée la Tigresse pour rien, et même si elle faisait tout son possible pour aider James dans son deuil, elle restait enceinte de 9 mois et à bout de nerfs.

Notre Maraudeur était donc plutôt content de remplacer sa mère au magasin, chose qu’il faisait pour la première fois de sa vie. Lui et les livres…. A moins qu’ils ne parlent de Quidditch, ce n’était pas une grande histoire d’amour. Il n’y connaissait donc absolument rien, mais il mettait beaucoup de bonne volonté à aider les nombreux clients qui s’aventuraient dans la boutique, et à le voir ainsi on aurait pu croire que les blessures de Pré-au-Lard et la mort de son père étaient un lointain souvenir. Le jeune homme était redevenu, au moins l’espace de quelques heures, le James enjoué, amical et souriant qu’il avait toujours été. Il semblait prendre un réel plaisir à arpenter les rayons, essayer de conseiller les clients en prétendant y connaître quoi que ce soit en matière de littérature. Il avait jusque là réussi à maintenir l’illusion, si bien que les visiteurs semblaient contents de l’avoir à portée de main. Et James, lui, ne voyait pas le temps passer.

La conférence qui avait lieu dans l’arrière boutique l’ennuyait profondément, et il faisait tout son possible pour ne pas trop s’en approcher. Comme si entendre ne serait-ce qu’un mot du discours prononcé serait le suprême de la torture. Au lieu de ça, Cornedrue flirtait innocemment avec une fille un peu plus jeune que lui. Elle lui faisait les yeux doux, il jouait les mecs super cool, rien de bien méchant. Il n’avait aucune arrière pensée, ne se rappelait déjà plus le nom de la jeune femme, et comptait bien user de son charme pour lui vendre un livre, rien de plus. Et puis, ça faisait un moment qu’il n’avait pas dragué qui que ce soit, et il estimait que se sentir d’humeur à le faire était signe qu’il reprenait goût à la vie. Il était donc sur la bonne voix, et si Lily avait assisté à la scène, elle aurait dû se réjouir. Du moins essayait-il de s’en convaincre.

La jeune femme finit cependant par repartir, et sans livre à la grande déception du jeune Potter. Désœuvré, il se mit à parcourir les rayons à la recherche d’une pauvre âme ayant besoin de l’aide du grand littéraire qu’il était depuis le début de la journée. Il découvrit alors un homme d’un certain âge, plongé dans un livre qui n’avait pas du tout l’air de lui plaire si on se fiait à ses sourcils tellement froncés qu’ils ne formaient presque plus qu’un. Le sourire aux lèvres, James s’approcha de lui.

-Si vous n’aimez pas ce que raconte ce bouquin, je suis presque sûr que je peux vous en trouver un qui dit exactement l’inverse !

Il fit une pause, le temps que l’homme le remarque et réagisse, puis reprit la parole.

-Je suis James, employé pour la journée, et disponible si vous avez besoin d’aide !
Professeur↯ Les hypogriffes sont gentils, croyez moi
avatar



Nombre de messages : 237
Age : 64 ans
Groupe : Professeur s'efforçant la neutralité
Caractère : Affable - Serviable - Enigmatique - Erudit - Perspicace - Flegmatique - Observateur - Cauteleux - Rancunier - Calculateur - Parfois Traitre
Crédits : : Z
Date d'inscription : 29/06/2012




Phineas Wentworth

Professeur
Les hypogriffes sont gentils, croyez moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 17
MessageSujet: Re: « Le fils Potter ? Nous nous rencontrons enfin ! »   Ven 12 Avr - 12:36

Décidément le nombre d’inepties que contenait le bouquin ne se comptaient plus ! Publier ce genre d’écrit honteux à la profession ne devrait clairement pas être autorisé ! Pour faire simple, ça devrait même être punit d’une forte amende. C’était typiquement le genre de livre qui pouvait se retrouver entre les mains de jeunes élèves de Poudlard, lesquelles apprendraient ensuite un tas d’ânerie sur le sujet. Désespérant ! Il était profondément regrettable de trouver ce genre de chose dans la boutique même où travaillait l’une de ses amies… Enfin, sans doute n’avait-elle pas eu son mot à dire, quoi qu’elle était nettement pour la pluralité des opinions… Mais bon, de là à prendre en considération les ouvrages crétins de certains, il y avait à discuter ! Après un long moment de souffrance à chaque lecture de phrase, une voix étrangère lui parvint soudainement. Phineas n’aurait sans doute pas pensé qu’on puisse s’adresser à lui si la nature des propos tenus correspondait parfaitement à son cas, tellement il était plongé dans le pâté de lettres incohérentes. Il se redressa alors lentement, ôta ses lunettes rectangulaires lui servant uniquement pour lire, puis dévisagea son interlocuteur de ses yeux perçants. Un jeune homme aux cheveux bruns en batailles se tenait là, devant lui, un sourire accroché aux lèvres. Jamais encore le vieux professeur n’avait croisé ce vendeur dans la librairie, et pourtant, Dieu sait qu’il y allait régulièrement. Un nouveau sans doute ? Après un court instant, le visage de l’ancien Serpentard se détendit pour afficher un air aimable.

    - En effet, j’éprouve une aversion évidente pour ce livre mais soyez sans crainte, j’en connais déjà la parfaite antithèse pour l’avoir rédigé moi-même ! Argua-t-il d’un ton neutre.


La présentation du garçon ne manqua pas de lui faire hausser un sourcil de surprise. James ? Et employé pour la journée ? Voilà qui suscitait la curiosité à bien des égards ! Sa présence devait naturellement se justifier par l’absence de Selena et il n’était pas sans savoir que cette dernière avait un fils répondant à ce fameux non de James. Même s’il s’agissait d’un prénom plutôt commun, le deuxième aspect pouvait portait légitimement le doute quant au patronyme du vendeur. Un moment d’hésitation suivit avant qu’il ne réponde, animé par une curiosité dévorante :

    - James ? J’ose supposer que Potter est votre nom de famille ?


Il espérait ne pas se tromper, c’était toujours un peu embarrassant lorsque c’était le cas. Si jamais ce n’était effectivement pas James Potter, il l’enverrait sans doute promener par la suite. Après tout, il n’avait rien à dire à un jeune gamin employé de librairie pour une journée. Dans le cas contraire, il prendrait grand plaisir à faire connaissance. Cela faisait maintenant très longtemps qu’il avait vent de ce célèbre personnage par l’intermédiaire d’amis qu’il possédait au ministère, par ses collègues qui enseignaient à Poudlard lorsqu’il n’était encore qu’un élève et évidemment par sa mère. Autant dire que selon les sources, le portrait du jeune homme différait quelque peu et en particulier du côté des professeurs de l’école de sorcellerie. Combien de fois avait-il entendu que c’était un véritable démon sur patte, prêt à la moindre bêtise ? Lui, et ses trois acolytes inséparables, Sirius Black, Remus Lupin et un autre dont il ne se souvenait jamais du nom. En même temps, ce n’était pas comme s’il les avait eus dans ses classes.

Avant même que l’intéressé ait eu le temps de répondre, Phineas referma avec une certaine violence l’imposant ouvrage qu’il était précédemment en train de lire pour le remettre à sa place. Ou tout du moins, presque à sa place… Car souhaitant à tout prix retirer cette horreur de son champs de vision, il le calla au fond d’une étagère en re-disposant une séries d’autres écrits juste devant, de sorte à ce qu’on ne puisse le voir. Heureusement, qu’il n’y en avait qu’un exemplaire ! Phineas espérait simplement qu’il ne s’agissait pas là d’une marque de succès du livre mais plutôt la signification d’un stock plus que réduit au vue de sa médiocrité, tant intellectuelle que de vente. Une fois son méfait accomplit, il recentra son attention sur le jeune vendeur en lui gratifiant un sourire complice.

    - Je pense que vous ne m’en voudrez pas, c’est uniquement pour le plus grand bien de la communauté sorcière, lâcha-t-il à voix basse de sorte que seul le jeune homme puisse l’entendre. Il ne faudrait pas que ce livre tombe entre des mains innocentes…
Admin↯  Future star des couches culottes
avatar



Nombre de messages : 1595
Age : 18 ans !
Groupe : Auror - Ordre du Phénix - Maraudeur
Caractère : Têtu - Téméraire - Arrogant - Persévérant - Romantique - Imaginatif - Drôle - Charmant
Crédits : : ©sheismurphylaw
Date d'inscription : 02/03/2008




James Potter

Admin
Future star des couches culottes


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 11
MessageSujet: Re: « Le fils Potter ? Nous nous rencontrons enfin ! »   Ven 19 Avr - 16:50

[désolée du retard Phineas!]

James n’aurait jamais soupçonné le bien que lui faisait la librairie. Cela n’avait cependant aucun rapport avec le fait d’être entouré de livres ou de personnes avides de savoir… C’était simplement que le jeune homme se trouvait pour la première fois depuis longtemps dans un endroit qui ne lui rappelait pas son père, et occupé comme il était à servir des clients qui étaient intéressés par tout ce que lui détestait, sa tête était vide de toute préoccupation. Tandis qu’il jouait aux apprentis vendeurs avec énergie et bonne humeur, le Maraudeur en oubliait la mort de son paternel, la peine de sa mère, les blessures de ses amis à Pré-au-Lard et l’accouchement imminent de Lily. Il oubliait tout, pour se consacrer pleinement à la tâche qui était la sienne pour la journée, et ça lui faisait un bien fou. Il n’avait pas le temps de se poser des questions, il rencontrait des tas de nouvelles personnes et bavardait avec des inconnus plus ou moins intéressants. L’espace d’une journée, il était redevenu le James que tout le monde connaissait et le jeune homme avait la sensation de revivre.

Il était donc d’une excellente humeur lorsqu’il aborda un vieil homme qui semblait fortement mécontent de l’ouvrage qu’il lisait actuellement. Les bras croisés sur la poitrine et un large sourire aux lèvres, le jeune Potter lui assura qu’il pouvait lui trouver l’antithèse. Cependant l’homme ne sembla pas trouver la blague à son goût puisqu’il releva lentement la tête et dévisagea James après avoir retiré ses lunettes d’une façon que le jeune homme trouva un peu dramatique. Cette pensée lui donna envie de rire, et son sourire s’élargit. Le jeune Potter n’avait jamais été impressionné par qui que ce soit d’autre que Maugrey et Dumbledore, et le regard perçant du client ne le mit même pas vraiment mal à l’aise. Finalement, l’autre se détendit et finit par répondre qu’il connaissait très bien la théorie inverse puisqu’il l’avait lui-même écrite. James resta impassible face à cette déclaration, d’autant plus que le ton neutre de son interlocuteur ne lui donnait pas beaucoup d’indication sur l’humeur de ce dernier. De toute façon l’ancien Gryffondor n’avait jamais été impressionné par les auteurs ou les livres en général, et le fait d’en avoir écrit un ne consistait pas un exploit à ses yeux.

-Je comprends mieux le froncement de sourcils ! Vous pourriez peut-être écrire une suite à votre bouquin pour expliquer en quoi les théories de ce mec là ne valent pas une noise !

Il adressa un nouveau sourire à l’homme, accompagné d’un clin d’œil. L’air impassible de l’autre n’entachait en rien sa bonne humeur, et ne pas avoir de retour positif ne lui posait pas plus de problèmes que ça. Et puis, sa petite remarque sur le fait d’acheter tous les livres était plus une blague qu’un véritable conseil de vendeur, c’était trop gros pour que l’autre estime que ce soit une bonne idée. Finalement le jeune homme se présenta, ce qui sembla faire tiquer son interlocuteur. Ah, le jeune Potter serait-il devenu suffisamment célèbre pour qu’on le reconnaisse rien qu’à son prénom ? Apparemment, puisque l’homme lui demanda confirmation de son nom de famille. James observa un instant son vis-à-vis, essayant de déterminer s’ils s’étaient déjà vus quelque part. Il n’était vraiment pas doué avec les prénoms, mais il se souvenait généralement plutôt bien des visages, et ça l’étonnait franchement de n’avoir aucun souvenir de l’homme en face de lui s’ils se connaissaient. Non, définitivement, ce visage ne lui disait absolument rien. Il s’apprêtait à répondre enfin lorsque l’autre ferma bruyamment l’ouvrage qu’il tenait toujours entre ses mains, ce fit légèrement sursauter notre Maraudeur.

Surpris, ce dernier observa l’homme remettre le livre sur l’étagère et le glisser tout au fond. Il eut même l’audace de mettre d’autres ouvrages devant, histoire d’être sûr que personne ne le voit. Ce comportement aurait sans doute outré nombre des autres employés de la librairie, cependant James n’était pas un fan de bouquin, et il trouva même cet acte très drôle. Il ne se retint pas de rire, encore moins lorsque l’homme lui expliqua le pourquoi de son geste. S’il lui avait semblé froid et peu communicatif quelques instants plus tôt, à présent le jeune Potter le trouvait drôle et sarcastique.

-Si vous voulez éviter que ça ne tombe entre des mains innocentes, vous pouvez aussi acheter tout le stock ! Je ne crois pas qu'on en ai beaucoup. Il lui fit un nouveau clin d’œil sans se départir de son sourire. Et je suis effectivement James Potter… On s’est déjà rencontrés ?

Au moment même où il se présentait de cette manière un peu formelle une alarme s’alluma quelque part dans son cerveau. S’il était joyeux et libre de toute préoccupation aujourd’hui, il ne devait en devenir inconscient. Il restait une des cibles prioritaires du Seigneur des Ténèbres, et ça faisait plus d’un mois qu’il ne s’était pas entraîné au duel. Si l’homme en face de lui était un ennemi, il venait de livrer son identité sur un plateau d’argent, et il ne ferait probablement pas long feu en cas de combat. Une ombre passa sur son visage tandis qu’il cherchait mentalement où il avait rangé sa baguette, et il se détendit un peu lorsqu’il se souvint qu’il l’avait glissée dans la poche intérieure de la veste qu’il portait. Elle serait dans sa main en quelques secondes si besoin. Les yeux dans ceux de son interlocuteur, c’était un James détendu et amical mais à présent aussi alerte qui attendait une réponse.
Professeur↯ Les hypogriffes sont gentils, croyez moi
avatar



Nombre de messages : 237
Age : 64 ans
Groupe : Professeur s'efforçant la neutralité
Caractère : Affable - Serviable - Enigmatique - Erudit - Perspicace - Flegmatique - Observateur - Cauteleux - Rancunier - Calculateur - Parfois Traitre
Crédits : : Z
Date d'inscription : 29/06/2012




Phineas Wentworth

Professeur
Les hypogriffes sont gentils, croyez moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 17
MessageSujet: Re: « Le fils Potter ? Nous nous rencontrons enfin ! »   Mer 24 Avr - 14:09

Spoiler:
 



Ecrire une suite pour démontrer que l’auteur litigieux était bien un imposteur ? Par la barbe de Merlin ! Non ! Sans doute certains auraient eu du temps à perdre pour le faire mais ce n’était clairement pas dans les objectifs de Phineas. Et ceci d’autant plus qu’absolument tout était déjà dit dans celui qu’il avait précédemment écrit. C’était donc parfaitement inutile et une manœuvre pouvait finir par se révéler sans fin si l’autre répondait encore ensuite par un autre torchon. Non, il n’y avait sûrement rien à faire de ce côté-ci, si ce n’ait d’avertir les potentiels lecteurs de cette supercherie. A moins que le nabot de sorcier en question soit déjà tombé dans l’oubli, ce qui était plus que probable étant donné le peu (pour ne pas dire inexistant) de commentaires qu’il avait entendu autour de lui à ce sujet. Encore un inconnu qui voulait se faire de la publicité sur le dos des honnêtes gens ! Le vieux sorcier pris note du clin d’œil que lui adressa le jeune homme, concluant par là qu’il devait se sentir absolument décontracté et sans gêne malgré son attitude peu encline à la sympathie qu’il avait adopté jusque maintenant. Il ne changea d’ailleurs pas de ton lorsqu’il répondit :

    - Sans vouloir me vanter, je ne pense pas avoir suffisamment de temps libre pour répliquer à un tel escroc intellectuel. Je pense et j’espère surtout… Que les personnes en recherche de connaissance sur les soins aux créatures magiques seront suffisamment avisées pour constater que mon ouvrage se trouve au-delà de la simple pertinence et qu’ils seront subjuguer par son caractère éminemment brillant…


Il se tut un moment, et un large sourire fendit son visage ridé.

    - Oui, la modestie n’est peut-être pas mon point le plus fort, il faut bien le reconnaître, Ajouta-t-il accompagné d’un clin d’œil bienveillant. Mais je pense qu’un peu d’orgueil ne fait pas de mal à partir du moment qu’il est solidement justifié. Ce pauvre ère n’a jamais fait de recherche sur le domaine qu’il traite, je le crains. Il ne suffit pas d’écrire un livre pour être digne d’intérêt, bien au contraire. Je dirais même que c’est sans doute la chose la plus insignifiante qui puisse être lorsqu’il ne s’agit pas de retranscrire son travail.


Comme prévu, le vendeur ne manifesta aucune réticence à son comportement peu exemplaire qui le conduisait à dissimulé le livre au fond des étagères. Le jeune homme ne se retint même pas de rire de cette action animé de mauvaise intention (comme pourrait en juger certains, bien que Wentworth fût parfaitement persuader du contraire). En tant qu’employé d’une journée, il paraissait évident que son interlocuteur n’allait pas se prendre la tête avec une application trop strict du règlement. Il se pourrait même qu’il prenne plaisir à le violer, car maintenant que le vieil homme l’observait de plus près… Il avait vraiment une tête de coquin ! L’ancien Serpentard arqua un sourcil lorsque le libraire éphémère lui enjoignit d’acheter le stock d’immondices restant. Une tentative de vente ou une simple plaisanterie ? La première hypothèse le déplaisait particulièrement et il préféra spéculer sur la deuxième. Après tout, il n’avait pas l’air très sérieux ce jeune magicien.

    - Je pense que ce type de solution se révèlerait rapidement inefficace. Il me faudrait parcourir toute les librairies du coin pour espérer éradiquer cette chose des rayons, et revenir à chaque nouvelle livraison ! Ce serait insensé, vous comprenez bien… En vérité, j’avais pensé lâcher un Opaloeil des Antipodes chez la maison éditrice des livres de ce grand comique mais il paraitrait que ce type de procédé est interdit par le ministère de la magie… C’est regrettable ! Oui ! Vraiment regrettable ! Répondit-il d’un air joyeux, comme s’il expliquait qu’il avait prévu une grande caisse de feu d’artifice pour fêter la nouvelle année.


Tout ceci avait évidemment été dit sur le ton de la plaisanterie, quoique… Une lumière illumina soudainement ses yeux froids lorsqu’il eut confirmation qu’il s’agissait bien du jeune James Potter. Voilà qui expliquait bien des choses ! Le caractère malicieux de ce personnage n’était donc pas un mythe. C’était d’ailleurs assez surprenant quand on connaissait la mère si sérieuse, bien que très souriante au demeurant. Quoi qu’il en soit, le fils semblait un peu surpris qu’il puisse déterminé ainsi son identité au vue de la question qui suivit. Rien d’extraordinaire puisqu’il n’était pas quelqu’un de célèbre (ou du moins pas dans la communauté sorcière en général). Un changement d’attitude se fit alors brusquement percevoir chez le jeune Potter, bien qu’elle fût tout juste sensible, comme s’il regrettait soudainement de s’être dévoilé. Il n’avait sans doute pas que des amis dans le coin. Phineas choisit de n’y prêter aucune attention.

    - Ah ! Le fils Potter ! J’en étais sûr ! Nous nous rencontrons enfin ! Lâcha-t-il éperdument content. Enchanté ! Vraiment ! Je suis ravi !


Il présenta alors sa dextre pour le saluer d’une poigné de main tout en s’annonçant :

    - Phineas Wentworth, Professeur de Soins aux Créatures Magiques de Poudlard ! Je connais bien votre mère, c’est une amie et mon ancienne élève ! J’étais justement venu dans l’espoir de lui rendre visite mais elle n’est visiblement pas là aujourd’hui. Toujours est-il qu’elle m’a beaucoup parlé de vous et mes collègues de l’école, sans doute encore davantage !


Il marqua une pause avant d’aborder un sujet plus douloureux.

    - J’ai appris pour votre père… Je ne le connaissais pas vraiment et je pense que vous en avez peut-être assez d’entre ça mais je vous présente mes condoléances, c’est toujours très pénible de se remettre de la perte d’un être cher… J’espère que Selena se porte bien malgré tout… Vous auriez certainement l’amabilité de lui transmettre mon bon souvenir…


Il était plutôt rare que le vieil homme s’évertue dans les formules de politesse dans le registre du deuil. Ce n’était clairement pas son genre de compatir à la souffrance d’autrui mais pour les Potter, ce geste lui semblait naturel, en dépit du fait qu’il ne connaissait que Selena.
Admin↯  Future star des couches culottes
avatar



Nombre de messages : 1595
Age : 18 ans !
Groupe : Auror - Ordre du Phénix - Maraudeur
Caractère : Têtu - Téméraire - Arrogant - Persévérant - Romantique - Imaginatif - Drôle - Charmant
Crédits : : ©sheismurphylaw
Date d'inscription : 02/03/2008




James Potter

Admin
Future star des couches culottes


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 11
MessageSujet: Re: « Le fils Potter ? Nous nous rencontrons enfin ! »   Sam 11 Mai - 7:04

La conversation enjouée que le jeune Potter entretenait actuellement avec Phineas était plutôt à sens unique. Alors certes son interlocuteur était loquace, mais il ne semblait pas vraiment enclin à la plaisanterie ou aux sourires. Cela n’entachait cependant pas la bonne humeur de notre Maraudeur, qui continuait à plaisanter et à rire comme s’il connaissait le vieil homme depuis toujours. James avait toujours été très à l’aise avec les autres, que ce soit des inconnus ou des amis proches. Il n’avait aucun problème pour discuter avec qui que ce soit, d’autant plus que ses blagues, ses sourires ou simplement sa bonne humeur finissaient toujours par lui attirer les faveurs de tout le monde. Le jeune homme adorait donc se mêler à la foule et taper la causette à n’importe qui, ce qui était aussi l’une des raisons pour lesquelles il appréciait particulièrement cette journée : il ne faisait que discuter, et dans son cas particulier, que raconter des conneries. Comme il n’avait absolument aucune connaissance en matière de livres, il avait décidé de tout miser sur ses capacités relationnelles, et jusque là ça marchait assez bien. Oh il ne serait sans aucun doute pas promu employé du mois, et ses ventes n’avaient pas de quoi attirer la jalousie de ses collègues, mais il se marrait bien et il était fier d’avoir fait repartir plusieurs clients avec des achats.

Phineas, qui ne s’était pas encore présenté, se lança dans une longue tirade sur le livre qu’il tenait entre les mains, qui fit un peu rire le jeune homme. Apparemment, l’homme était aussi modeste que lui, ils allaient bien s’entendre ! Ce dernier fit d’ailleurs une remarque sur ce point, qui élargit le sourire du Maraudeur. En plus il était totalement d’accord : l’orgueil n’était pas déplacé ni mauvais quand il y avait de quoi le justifier. Et James avait toujours eu de quoi justifier sa vantardise et son orgueil, il l’avait toujours soutenu à ses détracteurs et particulièrement à Lily. Le jeune Auror fut satisfait de voir un sourire éclairer le visage de son interlocuteur, signe qu’il se détendait un peu. Il le savait, être sympa finissait toujours par attirer la sympathie des autres, il suffisait juste de ne pas se laisser démonter. Les dernières paroles de l’homme concernant les livres plurent au jeune Potter, qui pensait plus ou moins la même chose : écrire un bouquin, c’était pas automatiquement la classe. Il ne connaissait pas encore l’identité de son vis-à-vis, mais l’ancien Gryffondor l’appréciait un peu plus à chaque minute qui passait !

-Je l’ai toujours dit, l’orgueil n’est pas un défaut quand il est justifié ! Je suis ravi de rencontrer quelqu’un qui partage enfin mon avis, d’ailleurs si vous pouviez le mettre par écrit que je montre à ma femme qu’elle a tord sur toute la ligne… Il eut un petit rire, indication qu’il plaisantait. Lily l’aurait probablement traité d’idiot de toute façon. Vous n’avez pas tord, en plus personne n’aime les suites, et je crois bien que personne n’aime vraiment les bouquins expliquant pourquoi d’autres bouquins sont nuls.

L’homme se mit soudainement à pousser l’ouvrage vers le fond de l’étagère, et mit d’autres livres devant. James, amusé par son comportement, lui glissa qu’il pouvait aussi acheter tous les exemplaires du stock pour être sûr que personne n’achèterait ce torchon. C’était bien évidement une plaisanterie, le jeune Potter n’ayant un sens marchand que très secondaire. Lui sa vocation c’était Auror, pas libraire, et à ses yeux vendre un livre avait moins de valeur que plaisanter un peu avec de potentiels clients. Il n’avait rien promis à personne de toute façon, et ses collègues d’un jour ne semblaient pas vouloir se plaindre de son comportement. Phineas répliqua que ce ne serait pas une solution très intelligente, et ajouta qu’il songeait plutôt à aller saccager la maison d’édition de son adversaire. Cette dernière remarque fit rire le Maraudeur, qui trouvait son interlocuteur décidément plein de surprises. Lâcher un Opaloeil chez son ennemi, ça ressemblait drôlement à une idée de Maradeur ça ! Et même si le jeune Potter n’avait qu’une très vague idée de ce que pouvait bien être un Opaloeil puisqu’il avait arrêté les cours de Soin aux Créatures Magiques après ses BUSES, il se doutait que ça devait causer pas mal de dégâts et ça lui suffisait pour se marrer.

-Oh vous savez, s’il fallait s’arrêter à ce qui est interdit ou pas, on ferait jamais rien ! Il suffit de savoir couvrir ses traces, innocent jusqu’à preuve du contraire ! Sinon les colis piégés à la Bombabouse font aussi de bons moyens d’exprimer son appréciation.

Il eut un nouveau sourire, avant que l’homme ne lui demande se confirmer son identité. Sans réfléchir, James lui donna son nom de famille, demandant s’ils s’étaient déjà vus. Il regretta cependant sa désinvolture immédiatement, songeant que si son interlocuteur était un ennemi, il venait de se livrer sur un plateau d’argent. D’autant plus qu’avec son manque d’entraînement et ses blessures d’Halloween il n’avait aucune chance de gagner un duel. Cependant l’homme n’était pas hostile, et il sembla même enchanté. Surpris, James tendit la main pour serrer celle qui lui était offerte, se demandant toujours qui était cet homme et comment il pouvait bien le connaître. Il semblait vraiment content de le rencontrer, et le jeune homme se demanda qui avait bien pu parler de lui en de si bons termes. Finalement, la réponse lui vint rapidement. Phineas était professeur à Poudlard, mais il était surtout un bon ami de sa mère. Oui, effectivement, Selena avait parlé de lui à plusieurs reprises même si James n’avait toujours écouté que d’une oreille. Les histoires et les amis de sa mère ne le passionnaient pas vraiment. Le jeune Potter se détendit totalement, et afficha un nouveau sourire.

-J’imagine que le discours de ma mère et celui de vos collègues doivent pas mal différer ! En tous cas, enchanté de vous rencontrer Professeur ! Ma mère nous a pas mal parlé de vous, je lui dirai que vous êtes venu la voir. Elle a pris un jour de repos pour rester avec sa belle-fille, donc je me suis proposé pour la remplacer ! Vous venez seulement d’arriver à Poudlard, non ? Je ne me rappelle pas vous y avoir croisé l’an dernier.

Même si James n’avait pas pris l’option enseignée par Phineas, il était certain qu’il l’aurait au moins vu à la table des professeurs pendant les repas. Or il n’avait aucun souvenir de son visage, et d’ailleurs il se souvenait que le professeur de Soin aux Créatures Magiques, ce n’était pas lui. Pauvre Phineas, il n’aurait pas l’immense bonheur de connaître Poudlard sous le règne des Maraudeurs… Pas le loisir de chercher certaines de ses créatures « empruntées » pour des blagues ou des mauvais coups. Heureusement, il avait toujours ses collègues pour lui parler du bon vieux temps où personne n’était certain d’arriver en cours à l’heure, propre, ou présentable. Phineas marqua une pause, puis reprit la parole d’un ton beaucoup plus sérieux qui indiqua immédiatement à James ce dont il voulait parler. Son père. Evidemment, comme tout le monde qu’il voyait pour la première fois ou qu’il n’avait pas vu depuis longtemps, il présentait ses condoléances. Le jeune Auror perdit son sourire, mais se força à ne pas tomber dans le sentimental. Aujourd’hui, il ne voulait pas penser à Jackson et au fait qu’il ne serait plus jamais là.

-Merci. Ma mère a traversé des moments très difficiles, mais je crois qu’elle se remet peu à peu… Vous devriez passer la voir chez elle si vous avez le temps, ça lui ferait surement très plaisir.







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Le fils Potter ? Nous nous rencontrons enfin ! »   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum