Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 99
Age : 17 ans
Groupe : Gryffondor, AFT
Caractère : Ambitieuse, Franche, Directe, Impulsive
Crédits : : avatar : Lokiddles
Date d'inscription : 28/11/2012




Evelyne Malkinson

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 12
MessageSujet: Hibou du matin, chagrin ♣ Mini-mission   Ven 22 Fév - 22:55

    Le matin, c'était assez compliqué ces temps-ci pour Evelyne. Enfin, comme le reste de la journée, remarque : depuis l'annonce de la mort de Robert, rien n'était simple. Et le matin, cela n'avait jamais été son moment : elle était toujours d'une humeur massacrante. Ses camarades de Gryffondor l'avaient d'ailleurs bien compris depuis longtemps, et plus personne n'osait lui parler avant qu'elle ait fini son jus de citrouille... de toute façon maintenant plus personne ne lui parlait du tout, entre ceux qui lui en voulaient depuis sa rupture avec Maël, et ceux qui n'étaient pas encore revenus depuis la soirée de Halloween. Enfin, au moins, cela réglait le problème, et elle pouvait prendre son petit déjeuner en paix. Du moins si un hibou ne venait pas interrompre sa quiétude... Et précisément, ce fut l'un de ces affreux volatiles, auxquels elle n'avait toujours pas réussi à s'habituer en plus de six ans dans le monde des sorciers, qui arriva ce matin là comme une fusée sans crier gare et entra en collision avec son gobelet de jus de citrouille, le répandant sur la table. Furieuse bien qu'encore à moitié endormie, Evelyne prit la lettre, chassa l'oiseau, arrangea comme elle put les dégâts d'un coup de baguette, se resservit un verre... et le renversa presque aussitôt en découvrant le contenu du message. Qu'est-ce que c'était que cette histoire ? Une lettre d'amour, mais bien sûr, et puis quoi encore ! On cherchait à se moquer d'elle, c'était ça ? Si encore c'était venu de Maël, mais non, le mot était signé Regulus, cet idiot prétentieux de Serpentard... D'ailleurs, elle pouvait le voir d'ici, assis à sa table de l'autre côté de la Grande Salle. C’était sans doute le moment d’avoir une petite explication… Ni une ni deux, sans prendre le temps d’y réfléchir à deux fois, ou même d'éponger le jus de citrouille qu'elle venait à nouveau de répandre sur la table, elle se leva, et se dirigea vers lui d'un pas vif. C’était d’ailleurs la première fois qu’elle s’approchait si près de la table des Serpentard, comme elle s’en fit la rémarque, et ils semblaient tous un peu étonnés de la voir arrivé ainsi. Elle se planta devant Regulus, les poings sur les hanches, tenant la lettre serrée dans sa main :

    « Je peux savoir ce que ça veut dire, Black ? »

    Spoiler:
     
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: Hibou du matin, chagrin ♣ Mini-mission   Sam 23 Fév - 11:50

La main sur mon front, le regard vague, je me réveillai d'une nuit où le sommeil n'avait pas été présent. À peine levé, j'avais bien envie de me recoucher. Je baillai longuement pour exprimer ma fatigue. Rapidement, je me faufilai sous la douche, espérant que l'eau chaude réveille peu à peu mes muscles. Une fois sorti, j'ôtai la buée accumulée sur le miroir. L'image qui se refléta laissait paraître un jeune homme de dix-sept ans, sans doute aucun le plus beau de tout l'école. Un sourire narquois apparut sur mon visage. Peu pouvaient prétendre la même chose. Je passai une main experte dans mes cheveux pour les remettre en place. J'enfilai mon uniforme scolaire et nouai correctement ma cravate. J'étais vraiment trop beau. J'en avais de la chance.

En ce moment, je me sentais mieux. J'étais fatigué, mais je commençai à me remettre de l'attaque de Pré-au-Lard. J'avais fini par m'y faire et me convaincre que les deux événements dont j'avais été victime n'étaient que de pures coïncidences et que cela n'avait rien à voir avec moi. J'étais toujours au mauvais endroit au mauvais moment. Comme pour l'attaque de Saint-Mangouste. Bref, je préférais ne plus y penser car le fait de ruminer mes noires pensées me rendaient encore plus morose. J'étais connu à Poudlard pour être un garçon très austère et acariâtre qu'il ne valait mieux pas déranger, et j'étais plutôt d'accord avec ça. Au moins, on me laissait tranquille. De retour dans le dortoir, je mis dans mon sac mon journal, des parchemins et des plumes, ainsi que la pile des ouvrages dont j'allais avoir besoin pour les cours de la matinée. Je jetai un coup d’œil sur les tours de garde des préfets. J'assurais ceux de Lowan en son absence. On ignorait toujours quand elle rentrerait au château. Elle me revaudrait ça un jour. En attendant, ces soirées à arpenter les couloirs avaient tout de même du bon, elles me permettaient de réfléchir, de penser durant de longues heures à mon destin, à mon avenir.

Je sortis du dortoir, traversant notre Salle Commune qui était bien vide. Certains étaient déjà dans la Grande Salle, d'autres sans doute encore dans la chaleur de leurs draps. J'arrivais donc seul à la table des Serpentard. Au loin, j’aperçus Lyra à celle des Serdaigle, je lui adressai un petit signe de main discret. On se retrouverait en cours de métamorphose de toute manière. Mon petit déjeuner apparut devant moi comme par magie. J'avalai d'une seule gorgée mon verre de jus de citrouille et plongeai ma cuillère dans mon bol de céréales. J'étais tellement plongé dans mes pensées que je ne vis pas arriver Evelyne Malkinson devant moi. Elle parla mais je ne l'entendis même pas, jusqu'à ce qu'un Serpentard de cinquième année, qui jouait d'ailleurs comme poursuiveur dans mon équipe de Quidditch me donne un violent coup de coude dans les côtes. Je levai les yeux sur elle en râlant : « Quoi, qu'est-ce que t'as toi ? Tu veux un autographe peut-être ? » Les poings sur les hanches, on aurait dit une mère qui venait gronder son enfant. Personnellement, j'avais déjà assez de la mienne, et je n'en avais pas besoin d'une deuxième. Elle paraissait furieuse. Mais qu'est-ce qu'elle pouvait bien me vouloir cette sale Gryffondor ? Comment osait-elle me déranger ? Je lui arrachai le papier des mains, celui qui avait l'air de la mettre dans une rage noire. Je parcourus les quelques lignes qui composaient le parchemin et un sourire apparut sur mon visage. Apparemment, quelqu'un se servait de mon identité pour draguer. Cela ne m'étonnait pas vraiment. J'étais trop beau gosse, tout le monde voulait être moi.
« Oh oui chérie, tu m'as découvert, ma belle déesse, tu illumines mon âme et tu occupes mes pensées... Malheureusement, ça va pas pouvoir le faire entre nous... Cela me fend le cœur... Allez sur ces belles paroles, dégage Malkinson, j'ai pas le temps à perdre avec toi. »
Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 99
Age : 17 ans
Groupe : Gryffondor, AFT
Caractère : Ambitieuse, Franche, Directe, Impulsive
Crédits : : avatar : Lokiddles
Date d'inscription : 28/11/2012




Evelyne Malkinson

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 12
MessageSujet: Re: Hibou du matin, chagrin ♣ Mini-mission   Lun 18 Mar - 8:05

    Bon, d'accord. Elle n'avait pas été très maligne elle non plus, et se précipiter comme une furie à la table des Serpentard n'était sans doute pas l'idée du siècle, mais elle n'avait pas pu boire son jus de citrouille, et sans son jus de citrouille, il est vrai qu'elle n'avait pas les idées très claires. Mais il ne valait pas mieux qu'elle, avec son regard narquois et puis toujours cet air prétentieux, suffisant ! Ce n'était pas comme si c'était nouveau de la part de Regulus Black : depuis leur entrer à Poudlard, Evelyne n'avait pour ainsi dire jamais pu le supporter, et ce n'était sans doute pas maintenant que cela allait s'arranger. En voilà un que le Choixpeau avait bien réparti, en tout cas. Un idiot de Serpentard, voilà tout ce qu'il était. Et voilà qu'il la prenait de haut. Il n'allait pas falloir qu'il s'amuse trop à ça, elle n'allait pas le supporter longtemps...

    « Oh, oui, un autographe, une photo dédicacée même, ce serait parfait, répondit-elle d’un ton aigre, pour mon album des plus grandes faces de Strangulot de Poudlard. Et ne me parle pas sur ce ton, Black, ce n’est pas moi qui suis venue t’agresser pendant ton petit-déjeuner avec une lettre idiote ! »

    Bon en réalité un peu, si, mais Evelyne n’envisageait pas cette façon de voir les choses. Elle savait bien, par contre, qu’elle n’aurait probablement dû s’emporter sur cette histoire de lettre, elle aurait dû se contenter de la déchirer en poussant un soupir exaspéré et ne plus y penser. Enfin, maintenant elle était là, il n’était plus question de simplement tourner les talons pour se rasseoir à sa table, ce qui ne ferait que la ridiculiser davantage.

    Elle jeta à Regulus son regard le plus froid. Elle ne savait pas, à vrai dire, si cette lettre venait de Regulus ou d’un petit plaisantin, mais elle s’en fichait un peu : dans tous les cas, elle n’appréciait pas la blague qui était de très mauvais goût vu l’état actuel de sa situation amoureuse - dont bien sûr tout le monde était désormais au courant, merci la Gazette ! - , et que l’auteur en soit un anonyme ou Regulus, ce dernier était le seul qu’elle ait sous la main pour passer sa colère.

    « Oh mais ne t’en fais pas, je ne vais pas abuser de ton précieux temps. Je voulais juste que tu sache que je ne suis pas intéressée. Garde tes salades pour les groupies qui te courent après. Sur ce, moi non plus je n’ai pas de temps à perdre avec toi : bonne journée, Black. »

    Evelyne s’apprêtait à tourner les talons lorsque subitement, presque sans s’en rendre compte elle-même, comme si elle n’avait pas tout à fait fini sa mini-esclandre et voulait la terminer par un coup d’éclat, elle saisit un verre de jus de citrouille posé sur la table et le jeta à la figure de Regulus.

Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: Hibou du matin, chagrin ♣ Mini-mission   Lun 18 Mar - 19:41

Cela me faisait bien rire cette histoire. Je n'étais pas vraiment étonné qu'on usurpe mon identité pour draguer de belles jeunes filles. C'était déjà arrivé des tas de fois. De nombreux Serpentard voulaient me ressembler, établir un tableau de chasse aussi conséquent que le mien. Mais il y avait un petit hic. Evelyne Malinkson était tout sauf jolie. En plus de cela, elle était une Gryffondor. Jamais de ma vie je m'abaisserais à sortir avec une bouffondor. Je détestais tous les gens de cette maison et ils me le rendaient bien, ou alors, j'essayais d'être quelqu'un d'autre pour les amadouer, comme avec Evey Lowan. Bref. Que cette pauvre fille imagine une seule seconde que je puisse m'intéresser à elle me sidérait. Elle était bien loin d'être mon style de femmes... Et en plus, si je ne m'abusais, n'était-elle pas une Sang-de-Bourbe ? Pour qui se prenait-elle exactement ? Je n'avais pas du tout apprécié en tout cas comment elle m'avait abordé. Pas besoin de me faire une scène comme ça devant toute l'école non ? Elle n'était pas très maligne celle-là.
« En fait, j'ai changé d'avis, désolé, je ne donne pas d'autographe aux Scroutt à pétard...  Quoique, tu pourrais le revendre après, avec ça, tu pourrais te refaire les seins. »
C'était très méchant, mais je m'en fichais, c'était une pauvre fille.
« Non mais tu veux rire de moi ? Qui est venu m'agresser alors que j'étais tranquillement en train de prendre mon petit déjeuner ? Alors s'il te plaît, n'essaye pas de retourner la situation ! »
Elle me jeta un regard glacial, et je lui rendis le mien, noir de colère. C'était vraiment ridicule. Elle se donnait en spectacle comme cela, devant tous nos camarades et la plupart des professeurs. Moi, je conservais mon calme. Il ne fallait pas que je perde mon sang froid, cela pourrait nuire à ma réputation au lien de l'école. Surtout, j'étais préfet-en-chef, je devais me contrôler. Le problème, c'est que les élèves autour de nous avaient cessé de parler pour nous écouter.
« Tant mieux ma jolie, j'en suis très heureux. Intéressé ? Par toi ? Regarde-toi un peu ! Réagis ma pauvre fille ! Comment t'as pu penser une seule seconde que j'avais RÉELLEMENT écrit cette fichue lettre ? Redescends sur terre ! Ouais c'est ça, bon débarras. »
Elle commença à partir, et j'allais me remettre à manger lorsque je reçus du jus de citrouille sur la figure. En colère, je me levais brutalement et attrapai les deux tartines de marmelade que j'avais préparées et lui lançai à la figure. Une gamine. Voilà ce que c'était. Il n'y aurait que nous deux, j'aurais tout de suite sorti ma baguette.
« Nan mais tu te prends pour qui toi ! Qu'est-ce que t'as cru ! Que quelqu'un comme moi pouvait demander un rancart à quelqu'un comme toi ! »
Par quelqu'un comme toi, j'entendais au plus profond de moi son sang. Moi, j'étais pur, et elle, qu'était-elle ? Elle n'avait rien pour elle. Il y avait des rumeurs qui circulaient sur elle. Elles avaient tout les défauts du monde cette fille. Possessive, calculatrice, et en plus elle avait trompé son mec avec le meilleur ami de celui-ci. C'était plutôt sympa. Je sautai par dessus ma table et m'approchai si près d'elle que je pouvais voir tous les défauts de son visage disproportionné. Elle ne pouvait rien dire sur moi, car j'étais parfait.
« Vas-y, réponds-moi franchement, tu y as vraiment cru ? Ou t'es juste débile ? »
Il y avait un silence dans toute la Grande Salle, et tous les yeux étaient rivés sur nous. On était beaux tous les deux : moi, le visage et la chevelure trempés par le jus de citrouille et elle, les joues, le nez, le menton dégoulinant de confiture. On offrait un spectacle plutôt cocasse.
Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 99
Age : 17 ans
Groupe : Gryffondor, AFT
Caractère : Ambitieuse, Franche, Directe, Impulsive
Crédits : : avatar : Lokiddles
Date d'inscription : 28/11/2012




Evelyne Malkinson

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 12
MessageSujet: Re: Hibou du matin, chagrin ♣ Mini-mission   Mer 20 Mar - 22:10

    Bien sûr, comme d'habitude, Evelyne n'avait pas pu s'empêcher d'en faire trop. Elle n'aurait pas pu simplement lui mettre une claque ou même mieux, ne rien faire ? Se resservir calmement un verre de jus de citrouille en laissant tomber toute cette histoire ? Non, non, bien sûr, à la place elle était aller se donner en spectacle du côté des Serpentard. Evidemment, elle était en train de s'en prendre plein la figure, mais lorsqu'elle redescendrait sur terre et retrouverait son calme, elle serait bien obligée d'admettre qu'elle l'avait bien cherché. En attendant, tout cela ne faisait que l'énerver davantage, et c'était sans doute cela qui avait conduit à sa petite crise de perte de contrôle. Parce que ça, elle ne l'avait vraiment pas prémédité, et elle avait sans doute été aussi surprise que tous ces Serpentard qui l'entouraient lorsque ses doigts s'étaient refermés sur ce gobelet avant de le lancer. Un geste complètement idiot, d'ailleurs, elle s'en rendait compte elle-même. Il y avait décidément quelque chose qui ne tournait plus rond chez elle depuis la mort de Robert.

    Curieusement, ce furent ces deux tranches de pains couvertes de marmelade venant s'écraser sur sa figure qui remirent les idées d'Evelyne en place. Les dernières paroles prononcées par Regulus résonnèrent dans toute la Grande Salle, où tout le monde s'était tu. Pitié, non, ils ne pouvaient pas être tous en train de les regarder ainsi ! Il avait les cheveux dégoulinants de jus de citrouille, elle le visage couvert de confiture. Comme des gamins de six ans qui se seraient lancé dans une bataille de nourriture pour Merlin sait quelle ânerie. Evelyne ne savait même pas quoi lui répondre maintenant que sa colère s’était dégonflée, qu’elle se sentait juste bête. Qu’elle sentait qu’elle allait encore une fois être l’objet de la moquerie générale. Elle avait juste envie de s’enfuir, d’éclater en sanglot et de se réfugier dans un coin de Poudlard où on ne pourrait pas la trouver. Ce n’était pas elle ça : battre en retraite n’avait jamais été dans sa nature. Mais il peut-être que cela l’était devenu. Non, ce n’était pas possible. Il fallait qu’elle trouve un moyen de se dépêtrer de cette situation où elle s’était fourrée en tentant de conserver le peu de dignité qu’il lui restait malgré toute cette marmelade infecte qui lui coulait sur le nez. Elle inspira profondément et décolla lentement la tartine qui était resté collée sur son front, avant de répondre d'une voix soudain beaucoup plus calme et qu'avec un peu de chance seul Régulus et les quelques personnes qui n'étaient pas assises trop loin entendraient - et pas toute la Grande Salle dont les yeux étaient toujours rivés sur eux, comme si c'était la première fois qu'ils voyaient une dispute - :

    Sache que les gens comme-moi, comme tu dis, valent cent fois mieux que les gens comme toi. Surtout quand il s'agit d'imbéciles prétentieux dans ton genre qui se croient au-dessus de tout le monde. A plus, Black !

    Elle tourna à nouveau les talons. Elle n'était pas très fière de sa sortie, mais c'était sans doute le moins mal qu'elle puisse faire compte tenu des circonstances, de cette esclandre qu'elle avait provoqué, elle ne savait elle-même plus vraiment pourquoi, et de cette confiture qui dégoulinait encore sur son visage et dont il allait falloir qu'elle se débarrasse avant d'aller en cours.
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: Hibou du matin, chagrin ♣ Mini-mission   Jeu 21 Mar - 21:16

Je n'avais pas pu m'en empêcher. Elle était tellement présomptueuse cette pauvre fille... Une bouffondor comme celle-là, on en voyait pas tous les jours. On devinait aussi aisément pourquoi celle-là avait atterri chez les lions. Elle n'aurait décemment pas pu aller à Serdaigle, son idiotie avait été démontré au cours de notre discussion. En ce qui concerne la maison d'Helga Poufsouffle, la loyauté ne faisant pas non plus partie de ces qualités, cela risquait d'être difficile. Elle n'avait pas l'air non plus d'être bien rusée pour venir m'aborder de la sorte, alors c'était également fichu pour la meilleur maison de Poudlard : celle de Salazar Serpentard. Moi-même, j'étais très fier d'y appartenir. On pouvait donc dire qu'Evelyne Malkinson s'était retrouvé à Gryffondor un peu par hasard. Certes, on pouvait lui accorder un certain courage, car pour venir me chercher des noises ( le matin en plus ) devant toute l'école, il fallait une certaine fougue. La pauvre, elle n'avait que ça pour elle. J'étais bien plus chanceux que cela, pour ma part. Je riais intérieurement tellement elle me semblait stupide. Malheureusement, ce rire se termina bien rapidement lorsqu'elle me lança un verre de jus de citrouille à la figure. Elle avait osé. Elle était bien téméraire. Si je m'écoutais, je lui lancerais un sortilège. Mais nous étions entourés de beaucoup trop de monde, et je ne voulais pas avoir la réputation du garçon qui attaque une pauvre fillette sans défense. Auprès des élèves, je m'en fichais un peu. Mais devant les professeurs, je devais rester prudent, je ne voulais perdre aucun crédit face à eux. Je contenais ma colère. J'étais pas loin de la frapper. Mes poings étaient tellement serrés que mes jointures devenaient blanches.

Nous étions tous les deux tellement fous de rage qu'on se regardait dans le blanc des yeux, cherchant à insuffler à l'autre la plus de haine possible. On offrait un spectacle bien peu ordinaire. Deux jeunes gens, l'un face à l'autre, qui se détestaient au plus au point. Avant ce matin, je n'avais rien contre elle, on ne se connaissait pas vraiment. Mais maintenant, j'avais bel et bien une dent contre elle, et je ne manquerais pas de le lui rappeler tous les jours de cette dernière année. Elle allait le payer. Je ne savais pas encore comment, je n'avais pas encore pris le temps d'y réfléchir. Mais ce qui était certain, c'est que ma vengeance sera terrible. Elle allait en voir de toutes les couleurs. On ne s'en prenait pas à moi comme ça, et on m'humiliait encore moins. Je n'allais pas en rester là. « Sache que les gens comme-moi, comme tu dis, valent cent fois mieux que les gens comme toi. Surtout quand il s'agit d'imbéciles prétentieux dans ton genre qui se croient au-dessus de tout le monde. A plus, Black ! »

Elle prononça ces mots dans un murmure comme si soudainement, elle ne supportait plus les regards qu'on nous portait. Personnellement, moi, je n'en avais pas encore fini avec elle. Lorsqu'elle tourna les talons, je ne pus m'empêcher de crier :
« En tout cas, c'est pas moi la personne qui a trompé son mec avec son meilleur ami. »
L'ultime bombe. L'attaque finale. Ça, ça allait lui faire mal. Surtout lorsque le dit meilleur ami était désormais mort. Drôle, n'est-ce pas ? J'étais plutôt fier de moi sur ce coup-là. Je sortis ma baguette et me lançai à moi-même un sortilège de récurage. Mes cheveux retrouvèrent instantanément toute leur souplesse. Cela faisait du bien de se sentir à nouveau propre. Je me rassis promptement et retournai à mon déjeuner. La plupart des gens qui m'entouraient me fixaient, admiratifs, stupéfaits ou tout simplement choqués. Je m'en fichais comme de mon premier balai. Je leur répondis : « Quoi ? Vous voulez un autographe vous aussi ? »







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Hibou du matin, chagrin ♣ Mini-mission   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum