Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Admin↯  Future star des couches culottes
avatar



Nombre de messages : 1595
Age : 18 ans !
Groupe : Auror - Ordre du Phénix - Maraudeur
Caractère : Têtu - Téméraire - Arrogant - Persévérant - Romantique - Imaginatif - Drôle - Charmant
Crédits : : ©sheismurphylaw
Date d'inscription : 02/03/2008




James Potter

Admin
Future star des couches culottes


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 11
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Jeu 22 Nov - 22:21

Tout avait si bien commencé. Les préparatifs, les déguisements, l'ambiance... Tout promettait une magnifique soirée. Et pourtant, rien n'aurait pu être pire. En même temps, James savait que ça finirait comme ça. Il avait toujours su que Voldemort viendrait gâcher la fête et qu'ils devraient se battre. Malgré tout, il ne pouvait s'empêcher d'être terriblement déçu, planté devant l'estrade avec un panier dans la main. Adieu la belle soirée de rires et de conneries avec Sirius. Adieu toutes les sucreries dont il comptait s’empiffrer... La nuit venait de prendre un tournant cauchemardesque et les cris de la foule vrillait les tympans de notre Maraudeur, qui n'avait toujours pas fait un geste. La voix de Voldemort avait résonné dans son esprit comme dans ceux des autres, et il en était presque tombé à la renverse de surprise. Jamais encore on ne s'était introduit dans sa tête de cette façon, et il priait Merlin pour que ça ne se reproduise jamais. Le Seigneur des Ténèbres invitait les sang-purs à prendre les armes contre les autres sorciers, les invitait à rejoindre ses rangs tant qu'ils en avaient encore l'occasion. James savait que c'était un ultimatum : ceux qui ne se rallieraient pas à Jedusor seraient désignés comme ennemis. Et Cornedrue avait depuis longtemps choisi son camp.

Quelqu'un le bouscula et il reprit ses esprits alors que la Marque des Ténèbres apparaissait au dessus de leurs têtes.. Sirius était à ses côtés, mais Lily était hors de vue. Il n'avait pas la moindre idée d'où elle pouvait bien se trouver. Le jeune homme sentit la panique s'insinuer en lui tandis qu'il imaginait le pire arriver. Non, tout allait bien se passer. Lily allait transplanner et se mettre à l'abris Merlin sait où. Personne ne lui ferait du mal. Il sortit sa baguette de sa canne et se tourna vers son frangin. Il n'avait pas la moindre idée de la marche à suivre mais il était sûr d'une chose : il devait retrouver sa femme. Il lui avait promis en juin qu'elle serait toujours sa priorité, et il ne comptait pas briser cette promesse aujourd'hui. Les aurors devraient se débrouiller sans lui, il avait son propre plan à suivre. Et tant pis également pour tous ces gens qui risquaient de mourir avant la fin de la soirée, il avait plus important à faire.

-Je t'en pris Patmol dis-moi que t'as vu Lily quelque part !

Quelques instants plus tard à peine, il sautait sur l'estrade pour mieux scruter la foule. La foule se pressait sous ses yeux, cherchant à tout prix à fuir ce cauchemar. Les personnes les plus calmes étaient de fait les plus suspicieuses. Qu'est-ce que foutait Badenov à côté de cette brune masquée, par exemple ? S'acoquinait-il de nouveau avec les mauvaises personnes ? Un éclat de lumière attira soudainement l'oeil du Maraudeur... Un éclat qu'il connaissait bien, il éclat qu'il avait vu mille fois. Le patronus de Lily. La biche avançait courageusement dans la foule, et zigzagua quelques secondes avant de disparaître entre les jambes d'un homme taillé comme une armoire à glace. La Tigresse venait d'envoyer un message à son époux, et celui-ci l'avait parfaitement compris. S'il remontait la trace de la biche, il trouverait sa femme.

Soudain plein d'ardeur et d'idées, Cornedrue sauta de l'estrade et attrapa Sirius par l'épaule. Il avait un plan, un vrai. Par contre, de là à ce qu'il soit bon, il y avait tout un monde !

-Pat' faut que tu trouves Lily. T'as vu la biche ? J'suis sûr qu'il y a plein de gens qui l'ont vue, et faut être plus rapide qu'eux. Lily est en périphérie de la foule, c'est certain, pas au milieu. Toi tu la trouves et tu la mets en sécurité, et moi je fais diversion pour pas que tous les mal intentionnés du coin décident d'éliminer le futur sauveur du monde. Ca marche ?

Attendant à peine la réponse de son frère de coeur, James plongea la main dans sa poche et saisit son faux gallion. Il lança les sorts nécessaires pour appliquer un changement à la pièce, et il indiqua l'estrade comme lieu de rendez-vous, immédiatement. Il n'y avait plus qu'à espérer que les membres de l'Ordre du Phénix portaient toujours cette pièce sur eux, et qu'ils la sentiraient dans la panique et l'action. James espérait au moins que ça attirerait Dumbledore, sans quoi il avait de grandes chances d'y passer si son plan fonctionnait. Et il priait Merlin et tous ses potes pour que ça marche.

Il remonta sur l'estrade, lança un sonorus sur sa gorge. Il avait un message à faire passer. Il devait s'assurer que personne n'était après Lily. Et quel meilleur moyen pour ça que de faire en sorte qu'ils soient après lui ? James n'avait jamais prétendu que son plan était bon, et il voyait lui-même clairement ses gros défauts, mais il agissait dans l'urgence et la panique. Et puis d'ailleurs, si tout se passait bien, il n'aurait peut-être même pas à affronter qui que ce soit. Il retira sa perruque et lança un aguamenti sur son visage pour se démaquiller. Il était à présent parfaitement reconnaissable, et il se mit à crier.

-Face de Serpent est demandé par James Potter sur l'estrade, pour un remake de la fois où il s'est agenouillé face à moi !

Le jeune Potter leva le sort jeté pour amplifié sa voix, mécontent. Il avait paru bien moins sûr de lui qu'il n'aurait voulu le faire croire. Des nuages s'étaient amoncelés au dessus de Pré-au-Lard et de vilains éclairs vinrent zébrer le ciel sombre. Un vent glacial fit frissonner le Maraudeur, qui sentit la peur l'envahir à nouveau. Qu'allait-il se passer maintenant ? Purity allait-elle directement entrer dans la partie ? Où Voldemort allait-il accéder à sa demande et se présenter sur l'estrade ? James doutait que le Seigneur des Ténèbres ne se montre, et c'était pourquoi il avait parlé de la première fois où ils s'étaient affrontés : la fois où James lui avait fait mettre genou à terre. Il espérait toucher son ego pour lui donner envie de revanche. Peu importait les conséquences : tout était bon pour que Tom Jedusor ne s'intéresse pas à Lily.
Modo↯  Les filles et le quidditch ça me connait
avatar



Nombre de messages : 3250
Age : 18 ans.
Groupe : Les Maraudeurs, la Lumière, les ex-Lions et les beaux Joueurs de Quidditch.
Caractère : Drôle, dragueur, téméraire, courageux, fidèle, têtu, impulsif.
Crédits : : ava (c) What Else ; icon (c) Criminal Love
Date d'inscription : 28/08/2010




Sirius Black

Modo
Les filles et le quidditch ça me connait


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 33
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Sam 24 Nov - 11:03

Je détestais Voldemort. Je le haïssais et je n'avais qu'une envie, le frapper, le tuer à coup de poings. Même si c'était peu probable que cela arrive un jour. Mais à cet instant j'avais de véritables envies de meurtre. La soirée, qui avait si bien commencée et qui semblait si prometteuse venait de devenir un fiasco total, pire que cela, une catastrophe. La majorité des sorciers d'Angleterre, adultes comme élèves, enfants comme vieillards se trouvaient rassemblés aujourd'hui sur la place de Pré-au-Lard, et Voldemort et ses sbires venaient d'investir les lieux. Et ils venaient de lancer un ultimatum. Rejoignes-nous, ou mourrez, en gros, pour traduire leurs paroles. Pour moi, comme pour James et la plupart de nos amis, le choix était vite fait, mais je savais ce que l'on pouvait accomplir par peur, et je craignais que des gens innocents mais terrifiés se jettent dans la bouche du dragon simplement pour se protéger. A peine la voix de Voldemort eut résonné dans ma tête que je saisissais ma baguette, tandis que la marque des ténèbres apparaissaient dans le ciel. Maugrey prit immédiatement les choses en mains, ordonnant aux Mangemorts de se rendre, et si James, Auror, aurait techniquement dû se ranger derrière son supérieur hiérarchique, je savais qu'il avait une toute autre idée en tête.

Lily. Que lui avait-il pris, par Merlin, de nous abandonner ainsi, quelques minutes avant le moment critique ? Lily, qui était la cible principale des Mangemorts, qui portait l'enfant qui serait plus tard capable de vaincre le mage noir, ce que celui-ci savait très bien. Lily qui était plus en danger que n'importe qui d'autre aujourd'hui. Maintenant, James ne voulait qu'une chose. La trouver. La sauver. L'emmener loin de là. Et je savais qu'il serait prêt à tout pour cela. A cet instant, je vis une biche passer. Un patronus disons, mais celui-ci était plus que reconnaissable, et surtout bien connu autant de James que de moi. Je tournai la tête vers mon meilleur ami, mais alors que j'allais ouvrir la bouche, je sus qu'il était en train de réfléchir. Je pouvais presque voir tous les rouages de son cerveau s'enclencher pour former un plan fou mais qui pourrait lui permettre de sauver Lily. Comme pour me donner raison, il m'ordonna de suivre la biche, m'assurant qu'il allait faire diversion. Puis il appela les membres de l'Ordre grâce à son faux gallion, en me demandant si ça marchait pour moi. Non, ça ne marchait pas du tout.

    « James, non on y va ensemble ! Tu ne t'exposes pas c'est trop dangereux ! Ou alors on échange les rôles ! JAMES ! JAMES BORDEL REVIENS ICI ! JAMES C'EST TOI QUI VA LA SAUVER, T'ES SON MARI ESPÈCE D'ABRUTI ! »

Too late. James venait de s'enfoncer dans la foule, et sans réfléchir une seconde, je partis à sa poursuite. Je me frayais un chemin, non, plus que ça, je poussais tout le monde, peu m'importait qu'ils se fassent piétiner ou je ne sais quoi d'autre, il fallait que je retrouve James. Je le vis soudain, avec son déguisement de prince des démons, et j'allais le rejoindre lorsque ... Il monta sur l'estrade. Bordel ! Je le vis soudain enlever son déguisement, s'exposer à la foule et appeler Voldemort. Le provoquer en duel. Bordel de bordel. James ... Tout mon être, tout mon cœur, toute ma raison ne me criait qu'une seule chose, il fallait que je le rejoigne, que je l'aide, que je me dévoile et me batte à ses côtés mais ses paroles résonnaient dans ma tête. Je savais ce que voulait vraiment James. Que je sauve sa femme et son enfant. Lui, il s'en foutait. Il était capable de se défendre, il avait appelé les membres de l'Ordre. Il fallait que je trouve Lily. Mais je ne pouvais pas l'abandonner. Abandonner James ? Non, non, jamais. Sa priorité à lui était Lily. Ma priorité à moi, c'était lui. Il était la personne la plus importante que j'avais sur cette terre, il était tout, et si je savais que l'amitié était passé au second plan depuis qu'il avait sa femme, depuis qu'il allait être père, je ... Je ne pouvais pas l'abandonner. Je m'avançais vers l'estrade, je me frayais un passage jusqu'à l'escalier qui y menait à grands coups de coude, et je posais le pied sur la premier marche. Et puis je m'arrêtais. Il allait me haïr. James allait me haïr de faire cela. Je cherchais autour de moi quelqu'un, quelqu'un à qui je pouvais faire confiance, que je connaissais. Bordel, personne. Que des visages inconnus, masqués. Et dire que peut-être, si personne n'était déguisé, j'aurais trouvé Remus, ou Marlène, ou Evey, ou Alice à quelques mètres de moi. Mais non, rien.

Je me rendis compte que c'était la décision la plus dure de toute ma vie. Sauver James, ce que j'avais de plus cher au monde, ou sauver ce que lui avait de plus cher au monde, sa femme et son futur fils. Et je savais déjà que j'allais faire demi-tour et trouver Lily. Que j'allais l'emmener loin de là, puis que j'allais transplanner directement sur cette maudite estrade pour aider mon ami. Mais il me fallut encore quelques secondes pour me rendre compte de ce que je faisais. J'abandonnais James. Bordel.

Une boule dans la gorge, une autre dans le ventre, je transplannais à la périphérie du village, comme me l'avait indiqué mon ami. Aussitôt, je me mis à parcourir la rue en cherchant du regard une sauvage brune à moitié nue. Du fait qu'on soit en automne, la plupart des gens étaient couverts ce qui m'aida à en éliminer la plupart, mais je posai plusieurs fois ma main sur l'épaule du personne qui s'avérait ne pas être mon ami. Je me retournais alors sans demander mon reste. Au bout d'une dizaine de minutes, sûrement plus, je décidais d'entrer dans les boutiques, pour la plupart bondées par toutes les personnes qui se réfugiaient à l'intérieur de celle-ci. Je commençais par Scribenpenne, puis la librairie, Honeydukes et ... enfin le magasin de Quidditch. J'hésitais un instant pour celle-ci, car cela me semblait étrange que Lily se soit réfugiée justement là, alors que le Quidditch et elle, c'était pas vraiment une grande histoire d'amour. Pourtant, à l'instant même où je poussais la porte, baguette en avant, j'aperçus Lily. Lily, entourée d'une citrouille et d'une femme en noire, toutes trois face à un homme déguisé, qui semblaient les affronter. Mon sang ne fit qu'un tour. Dos à l'homme, sans que celui-ci ne me remarque, je prononçais deux formules :

    « Expelliarmus ! Stupéfix ! »


[H.J : modifié Wink]
PNJ↯ Votre vie est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1818
Date d'inscription : 08/05/2008




Maître du Jeu

PNJ
Votre vie est entre mes mains

MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Sam 24 Nov - 15:50

Lancé de dés



Commentaires : Dana, je n'ai pas compris vers qui tu envoyais ton sort donc je ne l'ai pas pris en compte. Adrian, tu ne peux pas réfléchir pendant 5minutes et penser à ton passé avant de te protéger. Les sorts fusent et vont vite, donc si tu ne répliques pas tout de suite, tu te le prends automatiquement. De plus, tu lances des runes, je veux bien mais vers qui et pour faire quoi ?? Et là tu anticipes à mort car Evey te lance un experliarmus donc si tu perds ta baguette, tu ne peux plus rien faire... Sirius, tes sorts ne sont pas pris en compte, car Adrian, bien que de dos, peut essayer de se défendre ou tenter une défense derrière un objet, une porte etc.

Sorts Lancés :
- Evey Attaque Adrian avec un experliarmus
- Alastor Attaque Torben avec un Deprimo
- Alastor Attaque Krystel avec un Diffindo (-1 deuxième sort)
- Krystel se défend face à Alastor avec un Protego
- Krystel Attaque Alastor : avec un Imperium (-1 deuxième sort)
- Adrian se défend face à Evey avec un Protego
- Adrian attaque Evey avec un incarcerem (-1 deuxième sort)
- Alice Attaque Adrian avec un Stupéfix

Sorts Automatiquement réussis :
- Evey Attaque Adrian avec un experliarmus
- Alastor Attaque Torben avec un Deprimo
- Alice Attaque Adrian avec un Stupéfix

Sorts annulés :
- Adrian se défend face à Evey avec un Protego
- Adrian attaque Evey avec un incarcerem

Sorts En attente :
- Krystel Attaque Alastor : avec un Imperium (-1 deuxième sort)

Lancé de dés :
- Alastor Attaque Krystel avec un Diffindo
- Krystel se défend face à Alastor avec un Protego

Niveau Magique :
- Krystel a 9/15
- Alastor a 9/15

Résultat des sorts :
- Evey et Alice envers Adrian : Adrian a mis trop de temps pour se défendre. Il a trop ressassé le passé et s'est retrouvé désarmé par la préfète des gryffondors. Son amie Alice a elle aussi agi, et a atteint le professeur sans défendre. Ce dernier est stupéfixé, et sans moyen de se défendre.
- Alastor envers Krystel : Alastor a fait 4 au dé. Son niveau magique est de 9, ce qui fait un total de 13. Il a malus de -1 étant donné que son attaque est son deuxième sort. Ainsi, il obtient 12 de puissance. Face à lui, Krystel fait 1 au dé. Son niveau magique est de 9, ce qui fait un totale de 10. 12>10, le protego de Krystel ne la protège pas suffisamment, et le diffindo de l'auror passe et l'atteint

Malus :
- Krystel : -1 à tous ses prochains sorts pour cause de blessure du au diffindo d'Alastor
- Adrian : Il faut d'abord qu'il soit réanimer et qu'il puisse récupérer sa baguette avant de pouvoir lancer un autre sort. Il perdra -1 à tous ses prochains sorts à chaque ordre de passage posté par le MJ, partant du principe qu'il se fera piétiner par la foule en panique...

Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Lun 26 Nov - 20:33

C'était un supplice. Qu'avais-je donc fait au ciel, à Merlin et à Morgane pour mériter cela ? Je ne comprenais pas. J'étais toujours au mauvais endroit au mauvais moment. Cet été, je m'étais retrouvé face à Sirius en moins de temps qu'il ne le fallait pour le dire. Potter & sa bande d'aurors mal lunés avaient également débarqué à la maison. J'avais fini dans un bain avec Lowan. Il y avait de cela à peine un mois, les mangemorts avaient attaqué Saint Mangouste sous mes yeux, et en passant, certains d'entre eux ne s'étaient pas gênés pour m'envoyer quelques sorts bien sentis à la figure. J'avais même l'impression que certains de mes cheveux sentaient encore le roussi. Les deux situations étaient pour le moins semblables. Des gens courraient dans tous les sens, des sors fusaient un peu partout. Quant à nous, nous avancions à travers la foule de manière affreusement maladroite. J'avais tellement peur que je serrais le bras de Lyra avec force. Je la guidais vers le portail. Je voulais m'en aller. Oui. Le plus vite possible. J'aurais mieux fait de rester à Poudlard. Je m'en mordais les doigts aujourd'hui. Si la Serdaigle était blessée, je ne pourrais m'en tenir comme seul responsable. C'était moi qui l'avait en quelque sorte contraint à venir. Les larmes de mon amie commencèrent à couler sur ses joues, massacrant son maquillage. Je ne pouvais rien faire, j'étais impuissant. La seule chose que j'avais en tête pour le moment était de nous mettre tous deux en sûreté. Allais-je perdre quelqu'un que j'aimais dans cette attaque ? À Saint-Mangouste, le cousin Charis en avait pris pour son grade. Le pauvre, il allait fêter ses trente printemps. Je l'aimais bien. Qui aller mourir aujourd'hui ? J'ignorais si mes parents étaient venus. Les connaissant, cela m'étonnerait. Darren était quelque part. J'espérais qu'il soit déjà en sécurité. Quant à Maddie, elle n'avait qu'à se débrouiller. Je ne souhaitais pas sa mort, après tout, elle était l'une des autres, une Black. Ou presque. Cissy était-elle dans la foule ? Attaquait-elle ? Et Bella ? Pour elle, c'était certain. J'espérais juste qu'elles deux reconnaissent leur cousin adoré. Et maintenant que j'y pensais, Alecto était là elle aussi. Même si ce n'était pas la personne à qui je tenais le plus, elle ne mériterait pas de mourir là. Elle n'avait jamais fait de mal à personne. Enfin, je crois. Penser à elle me ramena à Ciella. J'entendis à peine Lyra me dire qu'elle voulait retrouver son frère.

Je faillis lui répondre qu'on s'en fichait de lui. Qu'il meure me faisait ni chaud ni froid. Torben demeurait Torben. Après, ce n'était pas vraiment le cas de Lyra... Je voyais là une bonne opportunité d'arpenter la foule à la recherche de Ciella. Mais ma vision était trouble, trop de gens courraient dans tous les sens, certains à contre courant, ce qui ralentissait considérablement notre progression. D'un coup, je tirais Lyra vers le bas, évitant un sort perdu. Il ne valait mieux pas réfléchir à ce que celui-ci nous aurait fait. Oui, j'avais la frousse. Ma baguette toujours fermement maintenue dans ma main droite, j'essayais d'analyser au plus vite la situation. Où pouvait-elle être ? J'espérais qu'elle soit déjà partie. À moins qu'elle prenne part à l'attaque. Je fronçais les sourcils sans m'en rendre compte. Je détestais cela. J'avais parfois du mal à la voir jouer le rôle du bourreau. Je laissai mes interrogations pour plus tard. J'avais d'autres choses en tête. Je me surpris à sentir mon cœur battre à la chamade. Je n'en pouvais plus de tout ce stress. J'allais finir par me cloisonner dans ma maison du 12, square Grimmaurd pour le restant de mes jours.
« Il est déguisé en quoi ton frère ? » La foule hurlait tellement que Lyra ne m'entendit pas. Je réitérai ma question d'une voix beaucoup plus forte : « LYRA ! Il est déguisé comment BORDEL ! »
Le fait de crier me soulagea un instant, cela fit descendre la tension. Mais elle remonta aussi vite lorsque je pris conscience que je venais de révéler l'identité de mon amie. Cependant, le bruit autour de nous était si assourdissant qu'il était impossible, disons plutôt improbable que quelqu'un s'intéresse à cela.
« Face de Serpent est demandé par James Potter sur l'estrade, pour un remake de la fois où il s'est agenouillé face à moi !»
Je me retournais vivement, reconnaissant immédiatement cette voix. Nous nous étions pas vu depuis août, et je m'en portais plutôt bien. L'homme qui m'avait volé mon frère était sur une estrade, attendant Voldemort. Je secouais la tête. Quel abruti. Au moins, ce soir, il serait mort. C'était une bien maigre consolation. On ne s'en prenait pas ainsi au Seigneur des Ténèbres sans en payer les conséquences. J'avais déjà franchement bien regretté mon affrontement avec Kystel, alors je n'imaginais même pas le sort réservé à Potter. Et en fait, je m'en fichais pas mal. Au passage, je bousculai quelqu'un, et ce quelqu'un tomba par terre. Ne prenant pas la peine de l'aider à se relever, je continuai mon chemin. Ici, c'était chacun pour soi, il n'y avait pas de place pour la pitié. Peu à peu, je sentais que je me calmais. Pour le moment, j'avais la situation bien en main. Personne ne s'intéressait à nous. C'était ce qu'il fallait.
Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 1052
Age : Dix sept ans et toutes ses dents.
Groupe : Gryffondor, Poursuiveuse dans l'équipe de Quidditch, Des filles qui se font avoir.
Caractère : Amusante, vaillante, sensible, paresseuse, jalouse.
Crédits : : (c) Plastic Bird + (c) signature --> unbreakable
Date d'inscription : 12/11/2011




Sephora A. Jones

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 22
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Lun 26 Nov - 21:20

L'adrénaline faisait battre mon sang à une vitesse que je n'aurais jamais cru imaginable. À chaque fois que je me sentis faillir, je pensai à ma famille. Je devais survivre, c'était une nécessité. Mais je ne voulais pas m'enfuir. Je voulais me battre. J'étais une lionne oui ou non ? Mais j'avouais que sur l'instant, l'effroi gagnait peu à peu de la place sur mon soi-disant courage. Il fallait que je retrouve Maël au plus vite. Et Evey. Si seulement je savais en quoi était-elle déguisée... Il fallait que je leur dise. Je ne pouvais supporter l'idée que l'un d'entre eux soit blessé. Je cherchais à travers la foule, mais en même temps, la nuit noire n'aidait en rien. Je ne voyais pas plus loin que le bout de mon nez et la lumière du village vacillait. Je demeurai perplexe. Quelle décision choisir, quelle chemin prendre ? Je jetai un regard interrogateur à mon désormais ex-partenaire. La foule s’élançait autour de nous, alors que nous ne bougions pas – ou presque, car les fluctuations des sorciers nous entraînaient peu à peu avec eux -. Je pointai ma baguette vers lui en vociférant : « Alors, ami ou ennemi ? » Je ne pris pas le temps de lui laisser me répondre. Je ne voulais pas gâcher les secondes qu'ils me restent – peut-être – à vivre, à essayer de décrypter ses messages codés. Au début, c'était amusant, mais je devais avouer que maintenant, face au danger, je n'en voyais plus trop l'intérêt. Tiens, il semblait voir choisir entre le centre-ville et la gare. Je lui dis alors : « Qui m'aime me suive. » Je m'élançai à contre-sens dans la foule. La plupart des sorciers cherchaient à gagner l'extérieur du village. Moi, au contraire, je m'y enfonçais un peu plus profondément, comme l'avait suggéré mon « ami ». Oui, je m'appelle Sephora Jones, et je suis folle. Je n'ai que dix-sept ans. Je ne faisais absolument pas le poids contre personne. Et certainement pas contre les Mangemorts, pourtant, je fonçais, tête baissée, vers ce que je savais d'avance être une mauvaise idée.

La progression était plutôt difficile, mais je continuai. Soudainement, je me stoppai. Un patronus venait d'apparaître devant moi. Sans savoir pourquoi, je commençai à le suivre. C'était stupide. C'était une biche, elle allait vite. Je me mis à courir, de plus en plus vite. Je trébuchai, me prenant le pied sur une pierre et tombai à terre. Je tentai de me relever précipitamment. Quelqu'un me donna un violent coup au visage. Je touchai mon nez. Plusieurs gouttes de sang en tombèrent. Une larme apparut au coin de mon œil droit, réflexe à la douleur. Du coup, j'avais perdu la biche. Je ne savais pas quoi faire. Je n'avais pas établi de plan, j'étais perdue. Soudain, une voix familière arriva à mes oreilles. Je crus d'abord que le Serpent remettait ça. Mais non, car cette voix, je l'aurais reconnu entre milles. Elle m'avait souvent aidé autrefois, sur le terrain de Quidditch. James.
« Face de Serpent est demandé par James Potter sur l'estrade, pour un remake de la fois où il s'est agenouillé face à moi ! »
J'avais toujours admiré son courage et sa loyauté. Je n'étais pas dupe. Il ne faisait pas ça sans raison. Détourner l'attention était sans doute la seule chose qui l’intéressait en ce moment. Détourner l'attention, pour que certains élèves comme moi, puissent prendre la fuite. Détourner l'attention pour que d'autres puissent s'échapper, je pensais en premier lieu à Evans et à l'enfant qu'elle portait. Je pensais à Sirius, ce goujat qui m'avait laissé tombée. Je pensais à Remus, Marlène, Alice, Evey, & tous les autres qui sur le moment, j'oubliais. Mais pourtant, j'étais presque certaine que toutes ces personnes là n'étaient pas sur le point de s'enfuir. Elles aussi, combattaient cet idéal de vie qui me tenait à cœur. Un monde où les gens comme moi, les Nés-Moldus, les Sang-de-Bourbe pourraient vivre. Sans réfléchir, sans comprendre pourquoi, je me dirigeai vers l'estrade. Au fur et à mesure, je commençai à distinguer une silhouette sans pour autant la voir complètement, il faisait trop sombre maintenant. Je n'osai pas demander à ma baguette un Lumos, je ne voulais pas me faire remarquer. J'attendais juste que quelque chose se passe. Brusquement, sans comprendre pourquoi, une prière s'imposa à moi. Puis, je m'adressai à ce Dieu en qui mes parents croyaient : « Pitié, faites qu'ils s'en sortent vivants. » Dans le ils, j'incluais de manière générale, tous les gens que j'aimais, tous les gens qui comptaient, tous les gens que je saluais parfois au détour d'un couloir, tous les gens qui ne méritaient pas de mourir, et surtout pas comme ça, pas maintenant.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Mar 27 Nov - 20:40

La fête d'Halloween... Je trouvais l'idée atrocement suicidaire mais ça partait d'un bon sentiment: le monde magique avait besoin de cohésion, de bonne humeur... Et quoi de mieux qu'une fête n'est-ce pas? Y participer ne m'étais pas venu à l'esprit tout de suite, je n'étais pas d'humeur et ce genre de manifestation n'avait jamais réellement été ma tasse de thé. Seulement je voulais parler à James et c'était sûrement le seul moyen de le faire sans éveiller le ressentiment de Lily. Et oui, maintenant qu'ils étaient mariés les choses étaient devenues un peu plus complexes entre nous et je dois admettre que ça ne m'arrangeait vraiment pas... Je tenais beaucoup au jeune homme, trop sans doute, mais il était l'un des seuls à tenter de me comprendre... Une sorte de bouée de sauvetage devenue de plus en plus vitale alors que mes souvenirs devenaient de plus en plus rares...

Ainsi donc c'est en partie pour lui que j'avais décidé de faire le déplacement. L'autre partie étant due à l'idée de "suicidaire" évoquée un peu plue haut. Oui, j'étais devenue un peu suicidaire mais ce n'est pas à cela que je pensais! Non, mon idée était bien plus pessimiste que ça: je pensais a une attaque pure et simple de vous-savez-qui! Un attroupement pareil, c'était du pain béni pour eux! Tant de sorciers mais surtout tant de "sang de bourbe"... Je ne pouvais pas laisser un tel bain de sang se produire en gardant les bras croisés! Je voulais devenir Auror et je devais donc faire mes preuves! Sans compter que je n'avais jamais eu de problème pour lancer des sorts alors autant en profiter! Oui... Je tentais tant bien que mal de me convaincre que c'était une bonne idée de me joindre à la fête... Car mon costume n'aidait pas! Je me sentais tellement à l'étroit.

Comme dans cette vie remarque... Mais qu'importe! Je devais me ressaisir! Plus motivée que jamais (ou presque), je m'avançais dans la foule vêtue en diable. Masqués, maquillés, il m'était difficile de reconnaître tous les visages qui valsaient autour de moi, mais je n'en cherchais qu'un seul: celui de James. Où était-il bon sang! Et toute cette foule qui me rendait mal à l'aise! Comment reconnaître les gentils des méchants dans tout ça? Si une attaque survenait il serait parfaitement impossible de savoir sur qui "tirer" et ça n'en serait donc que plus drôle pour les Mangemorts! En toute honnêteté, j'avais peur, j'étais verte de trouille, trop sûre que les choses allaient rapidement se gâter... Car la fête battait son plein depuis un moment déjà quand j'y avais mis les pieds. Oui, j'avais traîné, volontairement, espérant retarder l'échéance... La faute à pas de chance.

Car j'eus à peine le temps de faire trois pas dans cette soirée qu'une voix s'immisça dans mon esprit, provocant une étrange douleur. Il n'était pas dur de savoir qui était l'auteur de cette mascarade, le message était bien assez clair: Voldemort... Il était là, quelque part, et ses sbires avec lui... « Protego! » Eus-je à peine le temps de crier alors qu'un « Expelliarmus! » m'arrivait droit dessus. Impossible d'identifier l'auteur du sort mais il n'était pas impossible qu'il soit un de mes alliés simplement trompé par la foule et la panique... Hors de question, donc, de répliquer de peur de blesser un innocent ou de faire tomber un soldat de ma cause. Je me contenterai donc de me protéger et de protéger ceux que je reconnais tant que je ne serais pas sûre de ma cible. Pas très glorieux mais c'était clairement le mieux à faire pour le moment! Quel beau désastre....

Les sorts fusaient et il n'était pas simple de se protéger de tout... Surtout des ricochets qui arrivaient de tous côtes! Et ces gens! Mais qui étaient-ils? Pouvais-je les attaquer sans craintes? Mon cerveau tournait a cent à l'heure et je ne pouvais m'empêcher de continuer mes recherches: James et même Rémus et Sirius comptaient pour moi alors j'étais inquiète... Et il y avait Severus aussi même si mes sentiments à son égards étaient plus que mitigés! Rho mais j'avais pas bientôt fini de m'inquiéter! Un sort m'avait sifflé dans l'oreille, ce n'était pas passé loin! Je m'abritais derrière une table renversée -qui avait vraisemblablement volé à travers la votre du magasin le pus proche- pour réfléchir un peu. Enfin réfléchir... Un millième de seconde ce n'était pas assez: Un « Diffindo! » arriva droit sur ma protection qui vola en éclat, me laissant juste le temps de faire une pauvre roulade de côté.

C'était de la folie pure mais cette fois me mit du baume au coeur: Sirius! Mais ce qu'il disait n'annonçait rien de bon... Et le temps que je me redresse, ils n'étaient plus là, ni lui ni James... « Et mince! » pensais-je, peut être un peu trop fort tout en lançant un énième « Protego ». Je me faufilais, restant sur la défensive, courant dans la direction où je pensais avoir entendu Sirius, mais rien. Il y avait tant de monde, tant de panique! Mais je continuais ma course folle, espérant qu'elle finirait par me mener quelque part... Mais en vain... Une figure sombre apparut devant moi dans un nuage noir, impossible de faire erreur, il s'agissait bien d'un des leurs, seulement ma conscience m'empêcha de lancer le sort interdit... « Expelliarmus! » lançais-je avant lui, coupant ensuite en deux la baguette qui venait de m'arriver dans les mains. Pas de sang sur mes mains, pas encore...

Dans la pagaille, ce fut à présent la voix de James qui résonna a mon oreille, il était sur l'estrade à appeler le maître des ténèbres! Était-il devenu fou?! Toujours en courant, à bout de souffle, je courrais vers l'estrade... Mais pour faire quoi? Et arriverais-je seulement à temps?
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Mer 28 Nov - 14:27

EVEY : EXPELLIARMUS!

ALICE : Stupéfix!

SIRIUS : Expelliarmus ! Stupéfix !

Tous les sorts fusèrent en même temps, tant et si bien qu'il était impossible de savoir lequel avait fonctionné. Toujours fut-il que la baguette du druide vola dans la main d'Evey, et que le druide lui-même vola dans la rue, projeté par les deux stupéfix qui venaient de le toucher... Alice se tourna vers le sorcier qui leur était venu en aide... Il avait un costume terrorrisant. Des yeux fous, des crocs acérés : un vampire affamé. Mais qui il leur avait pourtant probablement sauver la mise...

ALICE : Qui es-tu?

Sa formation d'Auror lui disait que le fait qu'il les ait défendues ne signifiait rien. La fourberie du Seigneur des Ténèbres permettait tout à fait d'ordonner à un Mangemort de neutraliser un des siens pour gagner la confiance des membres de l'Ordre. Elle voulait en avoir le coeur net, voir son visage. Mais Alice se surprit à éspérer. Peut-être le patronus de Lily avait-il enfin atteint son destinataire?

Alice se rappela alors que quelque chose avait chauffé sur sa hanche à travers sa robe de veuve durant le duel : le gaillon de l'Ordre. Si le vacarme du duel avait couvert les voix lointaines de Maugrey et James, le système de communication de l'Ordre du Phénix se révélait plus efficace. L'apprentie-auror sortit son gaillon de sa poche : les lettres dorées dansèrent et s'entremêlèrent, formant le mot "ESTRADE IMMEDIATEMENT" Le temps pressait. Alice se tourna vers Evey et le vampire.

ALICE : Aidez Lily a se lever et à se mettre à l'abri au fond du magasin. Elle est bien trop exposée ici.

En effet, assise à l'entrée du magasin, n'importe quel inconnu tombait directement sur elle en entrant, elle qui était la moins aptes de tous ici à se défendre... Alice quant à elle devait finir son travail. Le présumé Mangemort était neutralisé, mais elle n'avait aucun intérêt a le laisser se faire piétiner par la foule. Il avait sans doute des informations importantes que le Ministère pouvait lui soustraire et utiliser... Alice dirigea sa baguette vers la masse inerte du druide dans la rue, attendant le bon moment pour qu'aucun sorcier ne vienne s'interposer entre lui et son sort. Lorsqu' une éclaircie se fit dans la foule en panique, l'apprentie-auror fit danser sa baguette.

ALICE : Levicorpus!

Telle une marionnette soulevée par ses fils, le druide s'éleva lentement au-dessus de la foule, avant qu'Alice le fasse glisser vers l'intérieur du magasin, et le pose sur le sol, assis dos aux caisses.

ALICE : Incarcerem.

De longues cordes s'échappèrent de sa baguette et s'enroulèrent autour du sorcier inconscient. Agenouillée devant le visage fermé du druide, Alice songea un moment à quels sorts avaient pu être utilisé pour masquer l'identité du sorcier. Mais elle avait déjà perdu un temps précieux et ne pouvait se permettre d'en perdre d'avantage. Se relevant, Alice annonca a ses amies.

ALICE : Je dois sortir, rejoindre les autres Aurors. Le plus sûr pour le moment est de vous isoler avec des sorts de protection. Protego Maxima, Repello Inimicum et Fianto Duri devraient suffir. Mettez-les en place derrière moi une fois que je serais sortie...

[HJ 1: les sorts de protection sont ceux de Deathly Hallows, part 2
HJ 2 : post modifié]
Professeur↯ Les hypogriffes sont gentils, croyez moi
avatar



Nombre de messages : 237
Age : 64 ans
Groupe : Professeur s'efforçant la neutralité
Caractère : Affable - Serviable - Enigmatique - Erudit - Perspicace - Flegmatique - Observateur - Cauteleux - Rancunier - Calculateur - Parfois Traitre
Crédits : : Z
Date d'inscription : 29/06/2012




Phineas Wentworth

Professeur
Les hypogriffes sont gentils, croyez moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 17
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Sam 1 Déc - 14:29

    - Etre vu en présence d’un simple serviteur n’est pas très valorisant pour quelqu’un de mon rang. Cependant, j’accepte que vous m’accompagniez durant cette chasse, annonça la donzelle alors que sa robe rouge flamboyait de plus belle.


En voilà une que la modestie n’étouffait pas ! Phineas ravala un commentaire désobligeant, estimant qu’il valait mieux poursuivre sur la courtoisie et garder cette orgueilleuse partenaire plutôt que désespérer en essayant d’en trouver une autre. La demoiselle s’empara d’un panier en osier sans plus attendre, puis lui demanda son avis sur la première boutique dans laquelle il souhaitait commencer la stupide collecte. Ceci, l’étonna quelque peu. Après tout, vu l’entrée en matière du début, il s’attendait proprement à ce que la démone prennent les devants sans prendre la peine de connaître l’opinion de son coéquipier. Le professeur allait justement rétorquer qu’en tant que reine des démones, cette décision lui revenait et que le modeste serviteur qu’il était n’avait pas son mot à dire afin de poursuivre le rôle qu’il s’était créé en l’abordant, mais il n’en n’eut jamais l’occasion. Son attention fut soudainement attirée en direction du ciel, lequel avait commencé subitement à s’assombrir. Lorsqu’un éclair déchira le firmament, Phineas eut l’intime conviction que le phénomène n’avait rien de naturel. Une étrange magie était à l’œuvre. La suite des évènements ne fit que confirmer ses pensées. Une sombre voix résonna subitement dans son esprit, menaçante et froide…

    - Je suis sûr que vous avez déjà entendu parler de moi. Je serais bref. Que les sangs purs et les vrais sorciers fassent vite leur choix et s'en prennent aux autres, aux sangs mêlés et aux amoureux des moldus. Que chaque sorcier fasse son choix. Si vous ne me rejoignez pas, vous rejoindrez très vite les âmes damnées de Sainte Mangouste, je vous en fais le serment. Sorciers d'Angleterre, vous devez choisir, et vous devez le faire maintenant.


Les autres sorciers autour de lui avaient également entendu cet appel à en juger leur état horrifier. Il était là. L’heure était enfin arrivé où l’ancien Serpentard allait se confronter à la clique des mages noirs et ce cher Tom Jedusor. Evidemment, il aurait été stupide de dire qu’il n’appréhendait pas ce qui allait se produire dans quelques minutes. Savoir qu’on se trouvait dans un rayon de quelques mètres avec le pire sorcier de Grande Bretagne, c’était tout de même quelque chose. Pourtant, Phineas n’éprouva pas la subite panique qui s’emparait de la foule. Ceci était sans doute dû au fait qu’il l’avait déjà croisé dans les couloirs de Poudlard lorsqu’il était encore élève et il lui était particulièrement difficile d’imaginer le même personnage en plus vieux et plus sanguinaire. Analysant l’avertissement du seigneur noir, le vieil homme aurait pu éclater de rire si la situation n’était pas aussi tendue. Les « vrais sorciers » ? Cette notion ne voulait absolument rien dire. Le monde rassemblé ici présent était de vrais sorciers. Mais bon, ne soyons pas dupe, dans la bouche de Tom, cela désignait incontestablement les sorciers au sang pur. C’était tellement vrai qu’il considérait même les sangs mêlés comme ses ennemis. C’était sans doute ce point qui était incontestablement le plus drôle. Tom était lui-même un sang mêlé. Ce pauvre être devait donc se détester et si on en suivait la logique des choses il devrait se suicider ou demander à ses suivants d’abréger ses souffrances pour être seulement une moitié de vrai sorcier. Bref ! Tout ça pour dire que si son caractère charismatique n’était pas à remettre en cause, il ne brillait pas par l’intelligence. De toute façon, le choix de Phineas était très clair en dépit de sa ferme volonté à vouloir rester neutre. Pour ce soir, il s’allierait sans hésitation aux forces du ministère. En tant que sang mêlé lui-même, il était visé par les mangemorts, même si ces derniers n’avaient pas forcément connaissance de ce état de fait le concernant.

L’image de ses élèves lui retraversa brusquement l’esprit. Ils y en avaient surement parmi les festifs. Alors que les gens commençaient à hurler et courir dans tous les sens dans l’espoir de quitter les lieux au plus vite, le regard du professeur s’attarda à nouveau sur la dame de rouge. Cette dernière s’éclipsa d’ailleurs sans un mot. Il fronça les sourcils. Qu’allait-elle donc faire ? Ses traits sereins ne semblaient rien présager de bon. Etait-ce une mangemorte ? Quelques sorts commencèrent à fuser ici et là. La consternation de Phineas était à son comble. Ne voyaient-ils donc pas qu’ils jouaient précisément au jeu de Jedusor ? La marque des ténèbres flottait allègrement entre les nuages, ce crâne d’où s’échappait une langue vipérine, éclairant faiblement de sa lueur verdâtre la pagaille général. Le professeur remarqua la silhouette connu de Torben Badenov presque courir dans une direction bien précise. Que faisait-il aussi celui-là ? Ou plutôt que faisait le MINISTERE ? C’est sur ces dernières méditations que la réaction adverse se mit en marche. Un grand nombre de sorciers, qui appartenaient sans aucun doute au bureau des Aurors ou de la Police magique, ôtèrent leur déguisement tandis que le plus illustre d’entre eux, en la personne d’Alastor Maugrey procéda à son tour à un appel.

    - A tous les mangemorts, rendez vous. Autrement, nous serons forcés d'appliquer les derniers décrets de sécurité du ministère de la magie et de vous abattre si vous vous en prenez aux civils. Si vous lâchez vos baguettes maintenant, vous aurez droit à un procès équitable.


Parfait, même s’il y avait une chance sur mille pour que les mangemorts s’exécutent. La situation ne semblait guère s’arranger et la même puissance magique qui avait opérer un peu plus tôt refis une apparition sous la forme d’un vent glacial et de la foudre s’abattant sur une maison du village. Par tous les Diables ! Comment un sorcier pouvait-il ainsi contrôler la météo ? Les minutes passaient et Phineas n’avait pas encore bougé le petit doigt. Il était temps qu’il se décide, s’il voulait se rendre utile. Finalement, le professeur fit un choix et se plongea dans l’attroupement à la recherche d’une personne bien précise. Celle-ci ne serait guère difficile à retrouver étant donné la grande visibilité de son accoutrement. Quand il parvint de nouveau à sa hauteur, il empoigna fermement le bras de la démone à la robe de feu, l’obligeant à se retourner. Le fait de l’avoir laissé en plan sans la moindre explication n’avait certes pas été bonne idée mais le calme inquiétant qu’elle avait affiché lors de l’annonce du Lord était plus que douteux. Ses yeux pâle et perçant planté dans les siens, Phineas lui envoya à la figure sur un ton de défi :

    - Quel manque de politesse que de partir ainsi comme une voleuse ! Ou allez-vous donc ? Laissez-moi deviner… Ne seriez-vous donc pas en train d’accourir dans les bras de votre maître ?


De sa main libre, il empoigna discrètement sa baguette, s’attendant à une réaction offensive de la part de son interlocutrice. Il fallait être prêt à la riposte.
Mangemort↯  Je sers mon maitre, à la vie, à la mort
avatar



Nombre de messages : 454
Age : 21 ans
Groupe : Les Abysses Infernales
Caractère : Dragueur - Passionné - Combattif - Polyvalent - Sadique - Manipulateur
Crédits : : avatar (c) Crum-Crum ; gif (c) Barda ; signature (c) Hindy
Date d'inscription : 03/11/2012




Amycus Carrow

Mangemort
Je sers mon maitre, à la vie, à la mort


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 26
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Jeu 6 Déc - 21:54

Mon objectif était toujours en vue et j’avançais dans sa direction… Pour le moment je n’attirais pas l’attention mais il n’y avait rien d’étrange à ça ! Beaucoup de sorciers étaient visiblement des fous de la baguette et n’avaient pas hésité à dégainer à leur à la première occasion. Je ne vais pas nier, j’avais réagi exactement de la même façon mais l’apparition du « Saint patronus » avait fait que je ne m’en étais pas pris à la première personne que j’avais croisée ! Cela aurait pu être des plus amusants mais j’avais une mission à accomplir.
Tout en traquant ma cible, je me rendis compte que rester trop serein pouvait paraître suspect ! A la place d’un traître ou d’un sang-de-bourbe, il y aurait de quoi flipper sévère… J’accélérais donc le pas en direction du patronus et je pus enfin en deviner les contours. Une biche ! Oui, il s’agissait bien de ce mammifère cervidé. Il ne faisait donc plus aucun doute que je devais en retrouver l’auteur… et ce, avant ses éventuels sauveurs !

Un cri strident retentit près de moi, ce qui détourna mon attention ! J’aperçus alors une silhouette de jeune femme en robe rouge et mon cœur rata un battement… Et s’il s’agissait de ma princesse ?!? Je n’eus pas le temps de voir de plus amples détails de la personne car cette dernière venait d’être happer par la foule. Je fis alors un pas dans cette direction avant de me souvenir de mes ordres ! Je ne pouvais pas partir à la recherche de cette femme… Après tout je ne savais même pas s’il s’agissait de ma sœur cadette. De plus, je savais qu’elle était tout à fait apte à se protéger, du moins, il fallait que je m’en convainque ! Je n’avais pas le choix. Il fallait que je me re-concentre sur ma cible.
D’ailleurs, le patronus s’éloignait… Il allait presque disparaître de mon champ de vision. Par la barbe de Merlin ! Il fallait que je me bouge. Ce n’était pas le moment de commettre une erreur, surtout dans un moment aussi important.

J’accélérais alors le pas tout en longeant les bâtiments… Cela me permettait ainsi d’éviter les sorts perdus et de ne pas être « emporter » dans le sens inverse de ma direction ou de tout simplement perdre du temps. Afin de continuer ma traque de la biche, je passais non loin de l’estrade ! Lieu qui m’offrit un spectacle fort intéressant… En effet, James Potter, debout sur l’estrade, venait d’ôter son déguisement et s’offrait à la vue de toutes et tous. Quel acte de pure folie ! N’importe quel mangemort pouvait l’abattre sans la moindre difficulté. Y compris moi. J’enserrais un peu plus ma baguette au moment où il prit la parole…
Je vérifiais que le patronus était encore dans mon champ de vision alors que le fou provoquait ouvertement mon maître ! Depuis quand ce petit prétentieux avait-il des tendances suicidaires ? Et là, je compris. Une diversion… Mon masque dissimula un sourire malveillant et je continuais ma route. Le destin, ou plutôt le Lord faisaient que Potter ne serait pas une de mes victimes. Du moins, pas dans l’immédiat.

Etait-ce mon imagination ? Mais je crus que le patronus se hâtait et je fis de même… J’aurais volontiers dégagé le chemin à coups de Doloris ou de sort de la Mort mais cela n’aurait pas été des plus discrets et j’aurais aimé avoir l’effet de surprise en arrivant face à ma cible. C’est sans leur prêter la moindre attention que je passais devant plusieurs magasins pour voir rentrer mon indique dans le magasin de Quidditch du village. Je souris de nouveau… Comme le hasard faisait de drôle de chose !
Pour commencer, il fallait que j’arrive à savoir combien de personnes se trouvaient à l’intérieur… Mais même en regardant par une des fenêtres il m’était impossible de voir quoique ce soit. Cependant, je remarquais qu’une personne s'apprêtait à pénétrer dans la boutique. Cela ferait donc déjà deux individus sûrs ou trois avec le vendeur. Mais il y en avait peut-être d’autres. Le vendeur n’était pas un problème mais c’était différent en cas de présence d’aurors ou autres pro-moldus entraînés au combat !

J’eus alors l’idée de me servir de l’arrière boutique comme entrée. Je fis rapidement le tour et ouvrit la porte de service pour me retrouver nez à nez avec un vendeur apeuré… du moins c’est ce qu’il me sembla ! Je ne pris pas le temps de lui demander et ne le laissait pas réagir.


| Avada Kedavra |


Le sort informulé le frappa de plein fouet… D’un geste vif, je rattrapais le corps inerte avant qu’il ne heurte le sol ! J’abandonnais ensuite la dépuoille sur le sol poussiéreux et refermais la porte par laquelle j’étais entré. Enjambant, ma victime je me dirigeais vers l’accès au magasin. Déjà des voix me parvenaient, sans le moindre bruit j’ouvris légèrement le rideau de séparation pour constater que l’angle de vue était assez moyen. Cependant, il faudrait m’en contenter… Mais quel ne fût pas mon plaisir d’entendre une demoiselle en noire dire qu’il fallait déplacer Lily juste après qu’une attaque ait été lancée par une voix qui me semblait familière ! Mais cela m’importait peu.
Lancer des sorts de protections sur la bâtisse était l’une de leurs idées et elle n’était pas mauvaise, pour eux ! Je refaisais un compte rapide. Il y’a avait une jeune femme en noire, la voix qui m’était familière, j’avais cru voir une citrouille ^^, quelqu’un était ligoté sans que je ne sache si c’était un de mes condisciples et il y avait Lily.


* Ce serait tellement plus simple si elle venait à moi ! *


Visant, d’où j’étais, la jeune femme déguisée en sauvageonne et en espérant avoir bien compris qu’il s’agissait de Lily, je lançais mon sortilège informulé…


| Impero |
Sorcier↯ Non, non je ne veux pas travailler !
avatar



Nombre de messages : 160
Age : 20 ans
Groupe : Sorciers du Monde
Caractère : Aventureuse – déterminée – orgueilleuse – arrogante – fidèle à ses amis et sa famille – intelligente – aime faire la fête –
Crédits : : Nanou ( bazzart pour le gif )
Date d'inscription : 13/03/2012




Alecto Carrow

Sorcier
Non, non je ne veux pas travailler !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 06
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Dim 9 Déc - 13:17



Elle n’avait pas consciemment penser se présenter face à Voldemort, elle voulait juste se trouver suffisamment loin lorsque les Aurors auraient décidés de tirer à l’aveuglette dans la masse pensant toucher d’éventuels partisans du mage noir. Cela aurait été pure stupidité, autant se faire pointer par une flèche lumineuse pour signaler au Ministère ses opinions. Et il était tout aussi inutile de transplaner au milieu de tout ce monde, elle aurait pu être déconcentrée et cela aurait pu entrainer quelques problèmes physiques.

Parfois son regard tombait sur une personne venant de chuter ou une altercation entre Aurors et supposés Mangemort. Le druide avec lequel elle avait eut une petite altercation semblait en bien fâcheuse posture, mais aller l’aider n’était pas franchement dans ses projets immédiats. Elle vit même une flagrante preuve de stupidité. Potter se la jouait héros du XXe siècle en défiant le Lord Noir, grand bien lui fasse ! Si le suicide public était son truc, après tout il n’y avait pas meilleur endroit et moment pour le faire !

Tandis qu’elle progressait non sans peine à travers la foule, un bras vint la saisir dans un élan. L’effet fut immédiat, son corps se retrouva stoppé dans son élan et contraint de rejoindre la personne qui le retenait fermement tel un ressort. Une telle poigne n’avait rien d’amical, bien au contraire. Pressée de se dégager de cette étreinte, elle regarda celui qui la faisait prisonnière. Les yeux de celui qui la retenait se plantèrent dans les siens, défiant l’autre de faire un geste le premier. L’homme qui la forçait à rester n’était autre que son démon de cavalier abandonné un peu plus tôt. Et il semblait déterminé à ne pas lâcher l’affaire.

-La politesse et moi n’avons jamais été de grandes amies, elle pointa sa baguette, qui n’avait pas quitté sa main, entre les deux yeux de l’homme qu’elle pensait avoir quitter. Lâchez-moi, ordonna-t-elle, il serait dommage qu'un accident vous arrive, n'est ce pas ..

Les bras de .. ? Sa dernière phrase la laissa songeuse. Il n’y avait qu’une poignée de gens ici qui pouvait parler ainsi, une poignée de gens avec lesquels elle doutait de pouvoir s’entendre un jour. Les Aurors. Les membres du ministère. Ainsi donc il faisait parti des sous-fifres de Lundy ? C'était fort probable, qui aurait agit de la sorte sinon l'un d'eux ?

- Je suis seule maitresse de ma personne, contrairement à vous il me semble.

Alecto approcha un peu plus sa baguette de la peau du sorcier. Qu’est ce qui lui avait prit de le prendre pour cavalier, elle aurait mieux fait de ne chercher personne, voire même de ne pas venir à cette fête. Quoi qu’il en soit, elle allait devoir se débarrasser ce démon rapidement ..



PNJ↯ Votre vie est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1818
Date d'inscription : 08/05/2008




Maître du Jeu

PNJ
Votre vie est entre mes mains

MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Lun 10 Déc - 11:52

Maître du Jeu a écrit:



« Je suis là... Je suis sûr que vous avez déjà entendu parler de moi. Je serais bref. Que les sangs purs et les vrais sorciers fassent vite leur choix et s'en prennent aux autres, aux sangs mêlés et aux amoureux des moldus. Que chaque sorcier fasse son choix. Si vous ne me rejoignez pas, vous rejoindrez très vite les âmes damnées de Sainte Mangouste, je vous en fais le serment. Sorciers d'Angleterre, vous devez choisir, et vous devez le faire maintenant.»

Ces paroles sans ambiguité continuent de résonner dans l'esprit de tous, alors qu'un furieux combat s'est engagé dans les abords directs de la petite communauté sorcière. Les sorts fusent dans la confusion la plus complète, alors que d'autres sombrent dans la panique et l'incompréhension devant l'horreur qui s'étale devant leurs yeux. Les mangemorts semblent sur la piste de Lily Evans, et d'autres protègent les sombres desseins du Seigneur des Ténèbres, qui invoque des forces d'une puissance sans nom, synonymes de terreurs absolues. Badenov git au sol ensanglanté au milieu d'un duel entre Maugrey et la mangemorte favorite de Voldemort, alors que dans la confusion, un professeur est molesté par des élèves et d'anciens élèves du château ! Bien entendu, Potter se lance à la recherche de son pire ennemi, mais personne ne se doute de ce que donnera la confrontation... D'autres mangemorts, tel Carrow, se tracent un chemin ensanglanté au travers la foule en panique.


Vous avez trois semaines pour répondre au sujet. N’oubliez pas que TOUT LE MONDE EST COSTUME. Vous ne pouvez pas reconnaitre vos amis/ennemis de ce fait, si vous n'êtes pas arrivés avec eux. Sauf, si une personne retire son déguisement. Dès à présent nous vous demandons de revêtir l'avatar avec votre déguisement Halloween, et nous insistons sur ce point. Ce n'est pas un bal dansant où vous devez être beau. C'est Halloween et vous devez être effrayant. Vous pouvez poster trois fois maximum à cet ordre de passage, en respectant le minimum de mots instaurés dans le règlement. N'oubliez pas que les membres actifs dans les missions gagnent toujours des bonus What a Face Il faut à présent nuit noire, il est donc encore plus difficile de reconnaître les personnages qui vous entourent, même si vous avez déjà croisé le costume dans la foule...Des éclairs zèbrent le ciel en continue et le tonnerre gronde, ce qui rend encore plus difficile la perception des choses.

Pour les éventuels sorts lancés : je rappelle rapidement le système : pour que le dé soit lancé, il faut deux posts : celui qui lance le sort et celui qui doit le recevoir. Ce dernier a le droit d'esquiver le sort (lancer un sort de protection, se cacher derrière son panier en osier etc.) ALORS seulement on lancera les dés avec le résultat pour l'attaque et celui de l'esquive. Le score le plus élevé gagne : le sort marche ou non.
Pareillement, en cas de doute, contactez les admins ! Merci !


Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Lun 10 Déc - 11:53

    C'est drôle, comment les choses se passent parfois. On sent qu'on doit faire quelque chose, qu'on doit réussir, qu'on ne peut qu'y parvenir tant l'appel de son corps, de son esprit ou de quoi que ce soit d'autre, peut sembler irrésistible. Et pourtant, on n'y arrive pas. J'essayais de me relever, mais c'était comme dans un rêve. Je rebasculais encore mollement sur le côté, le corps me semblant terriblement froid. Je ne parvenais pas à comprendre ce qui m'arrivait, tout comme je ne comprenais rien à ce qu'il se passait autour de moi. Je savais juste que je ne pouvais pas rester là. Je sursautais en rouvrant les yeux, mon corps assaillit de douleur qui semblait venir de chaque artie de mon corps, de chaque morceau, de chaque membre. Je savais que je n'étais pas grièvement blessé de partout, même si j'avais vaguement le souvenir de quelque chose d'affreux qui devait se passer au niveau de ma poitrine. Un sixième sens, celui dont je me référais, cet espèce d'instinct qui me guidait depuis pas mal de temps, me soufflait que ce n'était pas la première fois que j'étais confronté à ce genre de blessures. Je savais que j'étais dans le vrai, sans pour autant avoir le moindre souvenir auquel me raccrocher dans cette espèce de cage malsaine et brisée que semblaient être mon corps et mon esprit. Je ne savais pas quoi faire pour survivre ; je ne savais pas guérir de telles blessures par la seule force de ma volonté, n'ayant pas à ma disposition ma propre baguette magique et n'ayant pas non plus la moindre connaissance en médecine, en tous cas pas qui puisse me servir pour le genre de blessure que j'avais subit. Je ne parvenais pas non plus à bouger, et dès que j'ouvrais la bouche, du sang en coulait, m'étouffant presque. Je devais ouvrir la bouche pour évacuer tout ce qui s'accumulait dans ma gorge, mais je ne parvenais pas pour autant à parler quand je me vidais. Je ne pouvais rien faire, et cette immobilité forcée me frustrait énormément. Je n'avais pourtant pas le choix. J'attendais là, dans l'herbe humide et dans une demie pénombre, au pied des gens qui semblaient m'éviter puisque j'étais au centre d'échanges de sorts. Allongé en position foetale, à attendre que tout soit terminé, d'une façon ou d'une autre. J'avais une autre impression désormais, celle que finalement, je n'avais jamais été réellement maître de mon destin. Je n'avais pas plus choisit que le reste le moment de ce qui semblait être ma fin. Ce n'était pas drôle ni dramatique, c'était juste un peu pathétique, de ne rien maîtriser.

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Nouveau↯  Validez moi ! Je veux jouer !!
avatar



Nombre de messages : 160
Age : 17 ans
Groupe : Serpentard
Caractère : Arrogant, Imbu de lui même, Pervers, Mesquin, Immature, Égoïste
Crédits : : Lundi'Lullas
Date d'inscription : 27/02/2012




Tyson D. Falkenbach

Nouveau
Validez moi ! Je veux jouer !!


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour ::
Bonus: + 01
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Mar 11 Déc - 16:06

Je ne me sens pas bien. Mais vraiment pas bien. Mon estomac est retourné et j’ai l’impression que si je me fais bousculer une fois de plus je vais régurgiter tout ce que j’ai pu avaler ce soir. Je cligne des yeux plusieurs fois, essayant de me repérer de comprendre ce qu’il se passe mais tout est sens dessus-dessous. Il fait noir, est-ce qu’il a toujours fait aussi sombre ? Et ce bruit ! Par la barbe de Merlin, ça me donne un de ces maux de crâne ! Je tends ma main à la recherche de quelque chose à quoi m’agripper et saisis un bras. Ah ! Oui c’est vrai ! Je suis avec quelqu’un et j’attends sa réponse. Pour être honnête je serai plus partisan de l’option fuyons que celle de lancer des sorts. Je crois qu’il n’y a aucun mal à dire que j’ai la frousse et que je ne me sens pas capable de rejoindre le tas. J’aimerai bien lui dire, mais d’une ouvrir la bouche serait plutôt mauvais pour ses vêtements, de deux je suis toujours aphone. Franchement qu’est-ce que je peux faire hein ? La seule chose que je vais gagner à m’enfoncer dans la foule c’est me prendre un sort dans la tronche. Je la vois qui s’énerve, et je commence à sentir la tension monter. Je tire légèrement son bras, afin de l’amener vers la gare et de lui faire comprendre que c’est une mission suicide que de se lancer. Elle hurle quelque chose que je ne saisis pas et son bras m’échappe. Elle part. Nom d’un souaffle crevé ! Tant pis, je sais que je ne pourrais pas lui remettre la main dessus. Je suis peut-être ivre, mais pas stupide et inconscient.

Et moi ? Qu’est-ce que je fais maintenant hein ? La sortie, je ne sais même pas où elle est. M’écarter de la foule, je n’ai pas le choix. Oui, c’est ça m’écarter de la foule. J’entends des cris, des paroles, des noms. J’ai toujours la tête qui tourne. Je sens comme une odeur de roussis avant de me rendre compte que mon chapeau a pris feu. Mon corps est parcouru de tremblement, inutile que je tente l’impossible. Je ne sais plus où est la gare, le plus impératif pour le moment est que je me mette à l’abri. Je pousse la première porte que je vois avant de me rendre compte que j’ai atterri chez Zonko. Je vois des têtes se tourner, des gens sursauter. Des baguettes se lever. Je lève les mains au ciel montrant que je n’ai rien, que je suis comme eux et me réfugie dans un coin, l’estomac retourné, malade comme un gnome. Et mes pensées se bousculent. En dehors j’entends les cris, aperçoit à travers mes genoux les flashs des sorts briller temporairement. Je ne sais toujours pas quoi faire.

Soyons honnête, je sais parfaitement de quel idéologie je me sens le plus proche, j’ai conscience que la ministre me tape sur le système et que la vue d’un sang-de-bourbe me donne la nausée. Je sais qui est-ce-que je préférerai voir gagner cette bataille et la guerre. Je souhaite un rétablissement de la magie, la véritable, et notre suprématie. Mais la balance est encore trop équilibrée et je ne veux pas m’engager trop tôt. Je ne veux pas risquer de tout perdre. Quelque chose me taraude, s’il a été capable de rentrer dans nos têtes à tous comme ça… j’ai comme l’impression qu’il est doté d’une sorte d’omniscience. Et qu’il sait, il sait qui ne le suit pas, qui traquer. Je n’ai même pas conscience d’avoir saisi ma baguette, mais elle est belle et bien dans ma main. J’écoute deux élèves discuter devant moi. Évoquer leur maison et leur préfète. Tetlan. Des Poufsouffles. Je pourrais… oui je pourrais. Il est rare qu’un sang-pur, fidèle à son sang rejoigne cette maison. Oui je pourrais lui obéir, ce serait simple. Mais tellement tôt. Mes phalanges restent serrer autour de ma baguette, mon esprit embrouillé. Que faire…
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Mar 11 Déc - 17:44


    Les rires de joies résonnaient encore lorsque, levant mes yeux céruléens vers la voute céleste, j’y découvris presque avec effroi la marque des Ténèbres. La suite, presque écrite à l’avance se déroula implacablement, alors que mes barrières mentales s’effondraient une à une tandis que résonnait dans ma tête la voix du Lord noir : « Je suis là... Je suis sûr que vous avez déjà entendu parler de moi. Je serais bref. Que les sangs purs et les vrais sorciers fassent vite leur choix et s'en prennent aux autres, aux sangs mêlés et aux amoureux des moldus. Que chaque sorcier fasse son choix. Si vous ne me rejoignez pas, vous rejoindrez très vite les âmes damnées de Sainte Mangouste, je vous en fais le serment. Sorciers d'Angleterre, vous devez choisir, et vous devez le faire maintenant. » Aussitôt, de la foule en panique jaillit des éclairs zébrant le ciel noir. La marque se réveilla sur mon avant-bras avec la même douleur que si je l’avais mis dans les braises fumantes. Par chance nous n’avions pas encore atteint la place centrale du village ou tout le monde était assemblé, je n’aurai pas voulu que Pearl assiste au carnage. Les passants de notre rue s’affolèrent, et rebroussèrent chemin, se poussant, envoyant des sorts à l’aveuglette. Mais alors que nous décidons toutes les deux de faire demi-tour afin de mieux nous protéger, un filet orangé perçant l’air et la foule s’abattit brusquement sur la Malaisienne qui s’écroula au sol dans un vacarme assourdissant, le bruit d’os rompus parvenant désagréablement à mes oreilles. « CAZZO ! » laissais-je échapper. Je ne me sentis même pas tomber à mon tour, la pierre rugueuse des dalles de la route entaillant mes genoux, alors que je me penchais, tremblante, contre le corps de mon amie. Son visage semblait étrangement serein tandis que la peur me gagnant s’épanouissait dans mes veines à la vitesse d’un poison mortel. Je ne devrais pas avoir peur, pourtant. Après tout, ne suis-je pas du bon côté des deux camps ? N’ai-je pas été formée par Dolohov et la puissante Krystel Raybrandt en personne ? Je sentais malgré moi la pénible impression du froid sur mes joues humidifiée par mes larmes, alors que je tentais de protéger Pearl des Sorciers apeurés accourant dans notre direction, sans se soucier de nous piétiner au passage. Il m’aurait été facile de les réduire à néant d’un seul coup de baguette, comme nous l’avait ordonné le Maître seulement, je ne pouvais me résoudre à laisser Pearl ainsi, couverte de sang et de contusion, dons certaines cotes semblaient fracturées également. Elle revenait peu à peu à elle, alors que je passais ma main autour de sa taille et son bras par-dessus mon cou afin de la changer de place le plus rapidement possible, sans trop la secouer. Un choix s’imposait à moi : sauver Pearl et désobéir ou prendre le risque de la laisser à elle-même pour obéir à mon Maître. Mon choix fut rapidement fait. Il me fallait l’amener dans un endroit calme ou je serai sure qu’elle serait en sécurité. Le patronus que nous devions suivre pourrait attendre !

    La lumière de la boutique de Zonko m’attirait comme un papillon de nuit. La porte s’ouvrit avec fracas suite à un mouvement de ma baguette, tandis que je me pressais d’emmener Pearl, ensanglantée à l’intérieur. Je remarquais à peine les autres sorciers, me souciant qu’ils soient Auror, de ma condition ou de simple sang-de-bourbes. Ma seule priorité était en mettre en sureté la Malaisienne. Je devais paraitre folle, avec mes cheveux bouclés dans tous les sens, couverte de sueur et de sang. Je me débarrassais de la minerve d’acier qui avait été quelques minutes auparavant le clou de mon déguisement, mais elle entravait mes mouvements et je préférais être à l’aise si j’avais eu à me défendre. Furieuse et à la fois apeurée, je dépose Pearl dans un coin et écarte les sorciers qui gênent mon passage jusqu’au comptoir ou je pointe ma baguette sous la gorge du vendeur.

      « Apportez de la glace. Et rajoutez des pansements. Tout de suite ! »


    La colère froide faisait percer mon accent italien. J’avais attiré l’attention des élèves qui avaient élus refuge dans la boutique. Le vendeur s’exécuta, toujours sous la menace de ma baguette, tandis que de ma main libre j’arrachais l’écharpe du coup d’une jeune fille. En attendant que le vendeur sorte tout le matériel que je lui avais demandé, je serrais la cuisse de mon amie à l’aide du tissu que je venais de dénicher. Dehors, l’orage tonnait de plus belle et je souhaitais n’avoir jamais mis les pieds ici.


Serdaigle↯  Mon intelligence est au service de l'AFT
avatar



Nombre de messages : 1000
Age : 15 ans
Groupe : Elève ; Serdaigle
Caractère : Autoritaire - Perfectionniste - Sérieuse - Méticuleuse - Orgueilleuse - Butée - Insensible - Froide - Mauvaise Perdante - Fiable
Crédits : : avatar (c) Lo ; signature (c) super-charlotteuze ; gif (c) inconnu
Date d'inscription : 12/10/2010




Dana Lundy

Serdaigle
Mon intelligence est au service de l'AFT


Carte du maraudeur
Niveau magique: 6/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 08
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Mar 11 Déc - 18:44

Spoiler:
 

Où est-ce qu’elle était en train de se diriger, elle n’aurait pu le dire. Dana se trouvait désormais au milieu de la foule, ballotée en tous sens, allant à contre-courant afin de… Elle savait ce qu’elle souhaitait, ce qu’était son objectif et son plan. Ce qu’elle ignorait été la façon de le mettre à exécution. Tout était parfaitement clair dans son esprit. Elle devrait mettre avec certitude la main sur un né-moldu ou un partisan de sa mère et le mettre hors d’état de nuire. Il fallait également qu’elle agisse en présence d’un des sbires du mage noir. Beaucoup de facteurs qui lui semblaient difficiles de réunir. Après tout, il était rare de connaître les allégeances des autres ou même leurs origines lorsque l’on était qu’une simple élève. Et quand bien même cela aurait été le cas, les masques, les déguisements étaient un excellent moyen de dissimuler le tout. Oui, elle n’avait que très peu de chances de mettre le tout à exécution, mais c’était la seule chose qui lui venait à l’esprit. Le seul moyen qu’elle une élève de quinze ans avait à disposition pour mettre la main sur son frère. Est-ce que cela était moral ? Non absolument pas. Mais avait-elle réellement un autre choix. Pas réellement. Et elle n'avait pas toute la nuit pour y songer.

Soudainement elle entendit un grand éclat de verre briser et vit un corps voler vers sa direction. Elle s’écarta, prenant soin de l’éviter. Se fit bousculer souhaitant ne pas lui marcher dessus et tomba quelques mètres plus loin. Par réflexe elle croisa les bras sur sa poitrine afin de ne pas se faire écraser les doigts ou prendre le risque de briser sa baguette. Elle ne vit pas le genou arriver sur son visage et lui heurter la pommette violemment. Le souffle court, elle mit quelques secondes à retrouver son équilibre et son esprit et se relever. La Serdaigle continua d’errer péniblement et devinant que du sang devait couler sur son visage se fraya un passage jusqu’à un mur afin de reprendre sa respiration et son calme.
Il faisait désormais nuit noire et il lui était parfois impossible de distinguer certains passant, tant ils étaient habillés sombrement. Comment pouvait-elle s’attaquer à l’un d’eux ? De manière aléatoire ? Cela lui paraissait si… injuste. Robert. Robert… valait-il vraiment toute cette peine ? Pour elle assurément. Il s’agissait de son aîné, de son frère, de ce sorcier qui partageait le même sang, la même chair. Disparu par sa faute. Valait-il le sacrifice qu’elle s’apprêtait à faire ? Non seulement elle mettrait la vie d’un autre potentiellement en danger, mais elle allait en plus renier tous ses principes les plus fondamentaux. L’incitation de l’auror à baisser les armes qu’elle entendit ne fit que la rendre plus indécise. Dana prit quelques secondes supplémentaires, s’écrasant tant que possible sur le mur afin d’éviter les remous de la foule.

Si jamais elle ne le faisait pas. Quelles options lui restaient-ils ? Se battre contre eux ? Risquer sa vie sans avoir un réel but ? Fuir ? Aucune de ces solutions ne lui semblaient valable, pertinente. Parce qu’elles ne l’étaient pas, tout simplement. Son choix avait été fait dès que l’idée lui avait traversé la tête. Cela pouvait marcher. Cela devait marcher ! Dès qu’elle aurait la certitude de mettre la baguette sur un « ennemi » du Lord elle n’hésiterait pas. Quand bien même cela serait l’une de ses dernières actions. Quelles que seraient les conséquences, elle serait prête à les accepter si cela avait ne serait-ce qu’une infime chance de la mener à son frère. De lui faire savoir où est-ce qu’il était et dans quel état.
Le bruit était assourdissant, des sorts flashaient de-ci et delà dans la foule. Ennemis ? Amis ? Cette notion avait parfaitement disparue. Ses pieds bougeaient, elle avançait. Ses yeux scrutaient et sa pommette lui lançait atrocement. C’est alors que la solution arriva. Sans qu’elle ne sache comment, elle était à nouveau parvenue au niveau de la scène. Non loin. Et la voix de Potter retentit, lançant un défi. L’occasion rêvé, celle qui avait le plus de chance de lui réussir et qui tombait comme un poil de balai dans le jus de citrouille. Pouvait-elle espérer mieux ? Non. Elle joua des coudes, ayant presque le sorcier en vise de mire. Oui ce devait être lui cette silhouette en haut. Elle bouscula une diablesse [Hermione] également en direction de la scène. Etait-elle une partisane ? Souhaitait-elle, elle aussi attaquer ? Elle ne lui laisserait pas lui voler son unique chance de retrouver son frère. Plus elle se rapprochait, plus son cœur battait la chamade. Honteuse, indécise, effrayée. Brièvement, elle expira et leva sa baguette, se rappelant qu’elle était une sorcière très adroite et précise en sortilège et en défense contre les forces du mal. Oui elle pouvait y arriver. Quelques mètres de plus et cela pouvait fonctionner.

HJ n°2 : Si tu veux m'attaquer Mione il n'y a pas de soucis
Ministère↯  Protecteur en chef
avatar



Nombre de messages : 163
Date d'inscription : 10/08/2009




Alastor Maugrey

Ministère
Protecteur en chef


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour ::
Bonus: + 04
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Mer 12 Déc - 19:25

    Je savais que j'allais peut être vite en besogne, mais je choisissais volontairement d'agir à l'instinct, pour la simple et bonne raison que dans le temps de combat c'était la seule chose qui vaille la peine de suivre. L'esprit est intéressant et rapide, il peut permettre de démêler de sacrés problèmes, mais j'avais l'appréhension que ça ne soit jamais assez. C'était pourquoi je préférais abandonner tout raisonnement logique pour ne plus suivre que l'instinct et mes propres réflexes. J'avais bien conscience que ça ne serait peut être pas suffisant pour m'en tirer indemne, mais je préférais ne pas brimer les réactions que je pouvais avoir sur le coup. L'expérience d'une vie de combats m'avait appris à faire confiance à ma propre spontanéité, à faire attention à ce qu'il pouvait arriver autour de moi et surtout, à faire confiance en mes propres capacités. C'était quelque chose de très important pour se tirer en vie d'un combat difficile ; l'esprit va beaucoup moins vite qu'un sort et on ne pouvait pas dire que je voulais m'embarasser de quoi que ce soit. Quand je visais Badenov, je ne faisais déjà plus attention à lui, je comptais sur le coin de l'oeil pour pouvoir discerner ce qui pourrait lui arriver. J'étais entièrement concentré sur la mangemorte désormais, sur qui je venais de lancer un Diffindo. A peu près au même moment, celle ci prit sur elle pour me lancer un maléfice que je soupçonnais impardonnable ; je n'avais pas entendu sa voix ni vu ses lèvres remuer. Avait elle fait en sorte de me jeter un informulé ? Pas le temps pour les questions. Je redressais ma baguette à peu près au même moment où Badenov se prenait mon premier sort. Il fut expulsé en arrière et j'entendis distinctement le bruit des côtes brisées et enfoncées. Je ne souris pas, je ne réagis pas. Il avait ce qu'il méritait et je l'avais de toute évidence neutralisé ; je n'avais donc aucun souci à me faire de ce côté là. Je reportais mon attention sur la mangemorte alors que son sort arrivait droit sur moi.


    | Protego! | lançais je avec toute la conviction dont j'étais capable


    je vis le sort se rapprocher, et je vis le mien frapper la mangemorte. Du sang gicla de plaies fraîches, mais je savais désormais que c 'était à mon tour de tenter de survivre à son attaque.
Mangemort↯ Le pouvoir est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1007
Date d'inscription : 06/09/2008




Lord Voldemort

Mangemort
Le pouvoir est entre mes mains


Carte du maraudeur
Niveau magique: 15/15
Libre pour ::
Bonus: 0
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Mer 12 Déc - 19:43

    J'étais en train de savourer toutes les délicates petites sensations que me procurait l'utilisation de Purity. Je devais sans cesse me concentrer et me reprendre alors que je me rendais compte que je ne pouvais concrètement me trouver aucune limite ; je n'en avais plus avec cet objet. Ou alors, était ce le fruit de plusieurs décennies d'expériences en tous genres, sur ma magie, sur mon esprit comme sur mon propre corps ? Sans parler de mon âme, qui n'était décidément pas en reste alors que je me rendais compte que je pouvais désormais tout faire maintenant que celle ci était brisée. J'avais toujours cru que l'émotivité était une faiblesse, à l'instar de l'amour ou de la sensibilité. Ne plus avoir d'âme intacte aidait grandement à prendre toutes les décisions qui pouvaient s'imposer, et je n'avais plus connu le moindre problème à ce niveau là depuis des lustres, véritablement. Je continuais de modeler mon incantation, ma voix devenant plus forte, gagnant en assurance. On ne pouvait plus s'y tromper, j'étais en passe de pouvoir user de n'importe quel sortilège désormais, j'étais prêt à relâcher l'enfer sur Terre même s'il le fallait. Pas d'hésitation ni quoi que ce soit d'autre qui pouvait m'empêcher de faire ça. On ne pouvait pas s'y tromper ; il y avait un problème avec tout ce qu'il se passait ce soir, j'avais le sentiment que mes mangemorts, comme bien souvent, avaient du mal à se tirer d'affaire tout seul. J'avais ressenti la souffrance de Krystel, et la recherche d'Amycus. Je les sentais tous occupés, tout comme je sentais plusieurs individus se vider de leur sang et de leurs forces vitales en règle générale. Cette sensation était plaisante ; je n'en connaissais pas vraiment de meilleures. Il fallait bien avouer que j'avais un champ de possibilités assez restreint, finalement. Je ne pouvais jouir d'autant de choses que le bas peuple. Mais c'était aussi ce qui faisait ma force ; j'avais moins de sujets de tentation par exemple. A par Purity, et j'étais encore en train de laisser mon esprit se perdre lui même, ce que je ne pouvais permettre en aucun cas. Je me reconcentrais, prêt désormais à lancer une tempête dévastatrice sur la plaine et le village qui y trônait, en contrebas de Poudlard. C'est alors que je ressentis sa voix. Sa voix honnie. Potter. Il me défiait. Je laissais échapper un hurlement de rage, laissant les énergies magiques que j'appelais, retomber aux alentours de mon corps et de mes perceptions. Je tirais ma baguette, lévitant dans sa direction pour prendre pied sur l'estrade. Je lui jetais un regard de haine pure, inaltérable. J'étais invincible, que me voulait cet imbécile ? C'était l'occasion d'être débarassé de lui une bonne fois pour toutes.


    | Tu as abandonné ta petite sang de bourbe, Potter. Et mes serviteurs vont la faire couiner, je te le garantis. Et tu perdras ton fils en même temps que ta femme. Maintenant que j'ai énoncé cette vérité, en garde, petit. Affrontes ton destin. |


    Je levais ma baguette, et lui lançais immédiatement un incendio informulé. Je prenais du plaisir à la mort de mes ennemis, mais aussi à leur souffrance.
Admin↯  Future star des couches culottes
avatar



Nombre de messages : 1595
Age : 18 ans !
Groupe : Auror - Ordre du Phénix - Maraudeur
Caractère : Têtu - Téméraire - Arrogant - Persévérant - Romantique - Imaginatif - Drôle - Charmant
Crédits : : ©sheismurphylaw
Date d'inscription : 02/03/2008




James Potter

Admin
Future star des couches culottes


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 11
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Dim 16 Déc - 22:37

Debout au centre de l'estrade, James attendait que le Seigneur des Ténèbres réponde à son appel. Son torse dénudé se soulevait au rythme de sa respiration saccadée, terrifié à l'idée qu'il affronterait peut-être Lord Voldemort dans quelques instants. Les jointures de ses doigts étaient blanches tant il serrait fort sa baguette, et les gouttes d'eau qui coulaient de ses cheveux dans son dos suite à son Aguamenti le faisaient frissonner. Il avait la sensation que le temps s'était arrêté, et que le monde autour de lui avait cessé d'exister. Les battements désordonnés de son coeur résonnaient à ses oreilles, couvrant les cris de la foule en fuite. Le jeune homme espérait de tout coeur que les membres de l'Ordre répondraient à son appel et viendraient lui prêter main forte. Parce que malgré les grands airs qu'il se donnait, il savait pertinemment qu'il n'était pas de taille à affronter Voldemort, et il savait aussi qu'il ne tiendrait pas bien longtemps si on ne lui venait pas en aide.

Il espérait aussi que Voldemort se montrerait. Qu'il répondrait à son appel et qu'il le prendrait pour cible. Parce que même si le jeune Potter avait peur pour sa vie, il avait encore plus peur qu'il arrive quoi que ce soit à son épouse. Lily était ce qu'il avait de plus précieux. Elle était toute sa vie, et il aurait tout risqué pour s'assurer qu'elle soit en sécurité. Sirius devait être à sa recherche en ce moment même, et James croisait les doigts pour qu'il ne lui arrive rien non plus. Cornedrue avait senti la colère de son frère lorsqu'il lui avait exposé son plan, il avait senti son envie de se battre à ses côtés. Et il savait qu'il l'avait obligé à l'abandonner, ce que Patmol avait probablement très mal vécu. James savait tout ça, parce que c'était les mêmes sentiments qui l'avaient poussé à se dresser sur cette estrade. L'attention de Voldemort devait être détournée, et il était hors de question que James demande à Sirius de le faire.

Evidemment que ça aurait dû être à lui d'aller chercher Lily et de l'emmener loin d'ici. Evidemment que c'était sa responsabilité de prendre soin de sa femme et de son enfant. Et pourtant il avait été incapable d'envoyer Sirius au casse-pipe à sa place. Il l'avait envoyé à la recherche de Lily parce qu'il savait que celui qui défierait le Seigneur des Ténèbres avait de grandes chances d'y rester. Et il était hors de question que ce soit Patmol.

Les pensées du jeune Potter arrêtèrent de dériver alors qu'une voix bien connue puisqu'elle avait résonné dans sa tête 10 minutes plus tôt vint vriller ses tympans. Ses yeux marrons plongèrent dans ceux, rouges, de Voldemort, et il sentit un frisson remonter le long de son épine dorsale. Ses doigts se resserrèrent un peu plus sur sa baguette, et il déglutit difficilement. Le Mage Noir s'amusa à insulter le jeune Auror, et ce dernier sentit la flamme du courage se rallumer en lui. Personne ne traitait Lily de Sang-de-Bourbe, et personne ne la ferait couiner. Voldemort était peut-être le sorcier le plus dangereux, il n'était pas le plus puissant. Et un jour, Harry lui réglerait son compte. En attendant c'était à son paternel d'essayer de survivre, et il n'était pas bien certain de comment il allait s'y prendre.

Il voulut répondre quelque chose de bien cinglant, histoire de ne pas être en reste, mais il n'en eut pas le temps. Jedusor dressa sa baguette devant lui, et immédiatement James fit de même.

-Protego ! Experliarmus !

Il avait lancé les deux sortilèges rapidement, l'un à la suite de l'autre, sachant que ça avait peu de chance de marcher. Mais il n'avait pas le choix, si son Protego de fonctionnait pas, il devait au moins essayer d'attaquer avant de finir hors d'état de nuire. Campé sur ses pieds, il attendait de voir le sort de Voldemort s'approcher de lui et espérait de tout coeur qu'il allait s'écraser contre sa protection magique.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Dim 23 Déc - 17:25



Lorsqu'il était entré dans sa tête, elle avait blêmi. Elle avait cherché Osborne à ses côtés, mais il n'était plus là. Peut-être s'était-il égaré dans le noir. Non. Impossible. Osborne ne s'égarait jamais. Il était bien trop arrogant pour l'admettre, en tout cas. En tout cas, il n'était pas là. Le ciel était tout d'un coup devenu orageux. Mais les nuages ne seraient jamais aussi sombres que les paroles qui lui étaient chuchotées à l'oreille. Sans réfléchir, elle se laissa tomber contre un réverbère qui était proche d'elle. Le choc dans son dos ne la ramena pas à la réalité. Il était là. Celui qui portait plusieurs noms. Celui qui avait décimé Sainte-Mangouste. Il était là, parmis eux, parmi les enfant insouciants et les adultes qui l'étaient moins. Il se cachait, là, peut-être était-il près d'elle à cette instant. Il allait tous les tuer. Elle avait déjà l'impression que dès qu'elle faisait un mouvements, les fantômes de Sainte-Mangouste, de tous ceux qui étaient morts par la faute de cette homme, lui collaient à la peau. Elle était morte de trouille. Au départ, elle pensait à une mauvaise blague, un occlumens particulière fort et doué qui pourrait trouver ça drôle de tous les effrayer. Sauf que là, vu la façon dont le ciel s'était ombragé, à part si c'était un effet, et vu la réaction de la foule, ce n'était visiblement pas un canular . Elle devait trouver Sacha. C'était la seule pensée stable dans son esprit. Pour l'instant, elle ne pensait même plus à fuir, ou à se cacher ; elle en avait assez de vivre dans la peur, hantée par l'anxiété et l'horreur permanente. Non, elle allait trouver Sacha, et elles fuiraient ensemble. Car elle n'était pas sûre que Sacha puisse se débrouiller seule vu son état plus qu'instable. Elle allait craquer, c'était évident. Strawberry se releva vivement, tandis que la foule s'entrechoquait, courant dans un sens ou dans l'autre. Elle, elle savait où elle devait aller. Elle allait traquer le zombie.

Quelqu'un criait. Une provocation qu'elle jugeait immature et stupide, mais qui accrocha un sourire cynique sur son visage sali par la poussière soulevée par les mouvements des invités. James Potter. L'un des rois de Poudlard, dont Maël avait insolemment pris la place. Il était là. Potter. Peut-être la provocation allait tous les sauver. Peut-être que l'ancien lion parviendrait à occuper l'autre mégalomane assez longtemps pour que les aurors présents puissent gérer les Mangemorts. Peut-être même que Potter l'abattrait. Mais bon, valait mieux pas se montrer trop confiante. Tout le monde était conscient que ce n'était qu'une énième preuve d'arrogance de James potter, et que cette preuve allait peut-être lui coûter la vie. Et elle ? N'était-ce pas de l'arrogance, de marcher vers le danger, certaine qu'elle s'en sortirait ? Elle avait tellement peur, pourtant. Mais ces hommes et ces femmes,  ceux qui tuaient vite et bien, ils voulaient lui faire la peau, à elle et tous les autres nés-moldus, ceux qui avaient eu l'audace de fouler un jour le sol du monde sorcier sans être totalement acceptés. Elle faisait ça pour vivre, nuance. Elle plongea derrière un magasin pour éviter un sort d'une couleur étrange, et en profita pour reprendre son souffle. Respirer. Voilà ce qu'il y avait mieux à faire. Remettre de l'ordre dans ses idées. Elle supposait qu'il lui serait sûrement impossible de quitter l'enceinte du village. Les mangemorts avaient du penser à jeter un sort quelconque. De toute façon, vu la densité de la foule et le nombre de sorts qui la frôlaient en permanence, ce serait du suicide. Toute action était suicidaire dans ce genre de situation. Elle pouvait encore se mettre à l'abri. Mais combien de temps avant qu'un ennemi ne force la porte d'un magasin ? Mais... elle ne savait même pas où chercher. Quoique. Sacha pensait, bien que depuis lors discussion, cette hypothèse devait lui sembler un peu foireuse, que Robert avait été capturé par les Mangemorts. Elle devait donc chercher du côté des ennemis. Se rapprocher des ennemis. Elle se mit à courir, lorsqu'elle rentra dans une personne. Bien que ce soit elle qui était en tort, mais à vrai dire, vu les circonstances, elle s'en foutait, elle ne put s'empêcher de bougonner, tout en dégainant sa baguette. « Bordel, vous pouvez pas regarder où vous allez ? On est en, danger de mort, alors si vous pouviez arrêter de boucher le passage, ça serait sympa, merci !! »

HRP : Bon, si quelqu'un a envie de se prendre la tête avec Straw' malgré un danger de mort imminent
Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Mar 25 Déc - 20:12

J'étais en période de stress, je me mordais les ongles, je me rongeais tout ce que je pouvais autour d'ailleurs. En quoi il était déguisé, malgré la reflexion, je n'arrivais pas à me concentrer un minimum. Il venait de crier mon nom dans la foule, je ne savais pas pourquoi, et je voulais pas savoir mais il semblait mieux de m'avoir crié dessus ainsi. J'avais les larmes qui commençaient à tomber dessus. Je ne voulais pas pleurer, j'avais peur, j'étais effrayée de perdre à nouveau quelqu'un ici, je le pouvais, je savais que c'était un danger parmi beaucoup d'autres. Je tenais fort le bras de Regulus, je ne voulais pas le perdre, il était la seule personne en qui j'avais confiance dans cette foule. Il était bien la seule personne avec qui je voulais être à ce moment là. Tout avait du couler sur mon visage, le sang devait être une belle catastrophe maintenant, j'avais ma baguette dans ma main gauche, la droite tenant la main gauche de Regulus. J'en savais rien j'étais encore en stress, je voulais lancer des sorts pour me protéger mais rien ne me venait, rien du tout. J'avais juste peur. Peur de tout perdre, encore une fois.

« J'en sais rien, je ne l'ai pas vu en partant. Je ne lui ai même pas demandé, je suis nulle et débile, je veux pas, j'aurai du lui envoyer un hibou, mais ça sert à rien maintenant, ça sert à rien de le retrouver, on va perdre du temps non ? »

Je parlais très vite, je parlais de manière à ce qu'on comprenne qu'un mot sur deux, je pensais beaucoup plus en russe, qu'en anglais, j'avais l'impression de lui parler une autre langue, qu'il ne pouvait pas comprendre. C'était peut être ça, j'entendais une nouvelle fois la voix de James, ça faisait depuis septembre que je n'avais pas entendu cette voix, depuis le mariage. Et là je confirmais qu'il devait être complètement timbré d'aller sur cette estrade face à cette personne. Non, ce n'était pas possible, les gens étaient donc d'un cinglé, si c'était possible d'être aussi fou. Regulus m'entraina une nouvelle fois dans la foule.

« Je suis désolée, Reg... Désolée encore une fois »

Là, je pleurais vraiment je le suivais comme une marionnette, j'étais dans le même état de stress que quand j'avais perdu mes parents, dans le même état psychologique, dans l'inconnu je ne savais pas ce qu'il allait arriver et c'était certainement la pire des choses que de ressentir cela. L'incertitude de ce qu'il allait se passer. L'incertitude de la suite des évènements, je devais paraître faible aux yeux de Regulus et il aurait raison de me crier une nouvelle fois dessus. Je tentais de contenir mes larmes encore une fois, cherchant à comprendre réellement où nous allions si tout cela avait un but. Des sorts fusaient de tout côté, je suivais dans l'inconscience et l'incertitude la plus totale mon meilleur ami, en priant je ne sais quel Dieu, quel Saint ou quel enchanteur qu'aucun sort ne nous touche par erreur. Si seulement Harry était là...
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Jeu 27 Déc - 13:32

La foule en délire continuait à nous marcher sur les pieds. Mais il fallait poursuivre notre chemin, coûte que coûte. Déjà, j'avais eu du mal à me repérer. La nuit noire ne nous aidait pas vraiment. Les quelques étoiles présentes étaient cachées derrière d'épais nuages, et de toute manière, il y avait beaucoup de poussière autour de nous, tellement les gens s'agitaient dans tous les sens. Je n'y voyais pas à plus de deux mètres. Je crispai les yeux pour distinguer les formes, tenant toujours fermement ma baguette. Lyra s'accrochait à moi comme à une bouée de sauvetage, et j'essayais d'être fort. J'avais toujours été froussard. L'assurance, l'arrogance, ce n'était qu'une façade, car à ce moment précis, je tremblais de tout mon être. On ne pouvait reconnaître personne avec ces foutus costumes ! Finalement, j'avais eu un bon pressentiment. La fête se terminait mal. Les Mangemorts étaient partout. Enfin, j'en avais l'impression, même si c'était difficile à dire. Sans savoir pourquoi, je repensais à Krystel, à notre conversation de cet été. J'avais toujours envie de les rejoindre malgré tout. J'avais tellement honte de moi-même et de ce que j'étais devenu que je ferais tout pour me racheter. Puis, je pensais à Lyra, et à tout ce que cela impliquait pour elle & moi. Je n'avais qu'elle. Et Darren. C'était pitoyable. Je ne pouvais compter sur personne que sur moi-même finalement. Une fois de plus, quand même, je me retrouvais dans une situation ambiguë pour moi et pour mes questions existentielles. J'avais toujours envie de partir à la chasse aux moldus, et aux nés-moldus ( enfin, je voulais dire aux Sang-de-Bourbe et leurs ascendances douteuses ), mais en ce moment, ce n'était guère ma priorité. J'avais tenté de faire passer ce que je voulais avant que ce qu'on voulait de moi, ce qu'on voulait que je devienne. J'avais plutôt payé chèrement mes écarts de conduites. Primo, cela n'avait rien changé, finalement, Alecto et moi allions toujours nous marier, secundo, Ciella et moi n'étions plus ensemble, tertio, je m'étais fait recalé des mangemorts ( la honte pour une personne de mon rang ), et quatro, je n'arrivais pas à me racheter auprès de ma famille et des autres. Mais je devais penser à autre chose. Je n'avais guère le temps de tergiverser sur cela. Lyra semblait perdue et ne savait que faire. J'avais eu du mal à comprendre ce qu'elle avait dit. Les mots semblaient se mélanger dans sa tête, et en ce moment, elle devait certainement plus penser moldave qu'anglais. Heureusement que j'avais appris à déchiffrer ce qu'elle voulait, à force de la fréquenter. Je me concentrai sur ses paroles. Moi, personnellement, je mourrais d'envie de me cacher, d'aller loin, de nous mettre à l'abri. Torben, sérieusement, j'en avais que faire de lui. Je ne l'aimais pas, il ne m'aimait pas. Enfin, maintenant, il était amnésique donc il ne pouvait se souvenir de ça mais bon.. Peu importait.
« Bon, écoute Lyra, dans ce noir, il est impossible de reconnaître quelqu'un, je pense que même en cherchant, on ne le trouvera pas... Tu es certaine qu'il est venu déjà ? Enfin, à mon avis, il est parti se cacher non ? Il a tout oublié, il doit être terrifié ? Mais en tout cas, je suis certain que ce que lui il voudrait c'est te savoir en sécurité. Allons nous-en. »
J'entendis les excuses de Lyra résonner dans mon esprit, tandis que je secouais la tête. C'était inutile. Elle n'y était pour rien, il fallait se rendre à l'évidence. «C'est trop tard pour s'excuser Lyra. » répondis-je, d'une voix faible, quasi inaudible, presque froide. Non pas que je lui en voulais, enfin, un peu, mais Lyra était la seule personne qui me restait, alors... Rien n'avait plus d'importance. Je tournai la tête à droite, à gauche, pour analyser la situation. J'étais en train de me décider à aller à gauche lorsqu'une espèce de truc moche me fonça dessus. Je tanguai légèrement sous le choc, mais lâchai Lyra qui tomba par terre, en perdant l'équilibre. « Bordel, vous pouvez pas regarder où vous allez ? On est en, danger de mort, alors si vous pouviez arrêter de boucher le passage, ça serait sympa, merci !! » Je pointai directement ma baguette sur elle, en lui criant dessus :
« Quoi ? Qu'est-ce qu't'as toi ? Tu veux te battre ? Vas-y dégage avant que ça finisse mal ! »

HJ: Oh oui que je veux me battre avec toi Strawbinette ^^
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Jeu 27 Déc - 15:40



Le noir, les cris. Le noir. Encore le noir. Sa gorge se noua lorsqu’elle entendit quelqu’un crier un peu plus fort que les autres. Elle commençait seulement à réaliser ce qui se passait réellement. Son cerveau était bloqué en mode survie. Survivre. La survie était un instinct humain qui empêchait l’être de s’attirer des ennuis inutiles. C’était raté. Elle courrait droit vers le danger. Si au début de la fête elle n’avait déjà pas fière allure, c’était pire à présent. Ses cheveux, qui ressemblaient à de la paille rêche pour son déguisement, n’étaient plus à présent qu’une masse compacte qui lui donnaient l’air d’une lionne en furie. Elle ressemblait à une vraie tarée, maintenant, alors qu’à l’origine elle devait simplement ressembler à une poupée de cire glacée et un peu effrayante. A sa grande horreur, elle se rendit compte que ses yeux étaient humides. Sa gorge se noua. Elle n’allait pas se mettre à pleurer, quand même ? Elle renifla. Ce n’était pas du tout élégant. Mais ça avait le mérite de la calmer. Elle passa sa main sur son œil pour enlever quelques larmes traîtresses. Le stress. Elle n’était pas capable de gérer le stress. Sa gorge était toujours aussi nouée. Elle était morte de peur, ses larmes n’étaient pas de larmes de colère, de douleur ou de tristesse, elles étaient générées par la peur. Elle allait mourir ici pour avoir tenté de retrouver Sacha qui était sûrement en sécurité. Qu’elle était idiote. Elle battit des cils, chassant les dernières traces d’humidité qui auraient pu dénoncer sa faiblesse. Dans ce genre de situation, il fallait juste courrir. Courrir et survivre, si possible. Elle respira à fond. La réalité de la situation s’imposait à elle, elle la frappait en pleine face. Mais bon, elle n’avait plus le courage de rebrousser chemin. Sous son déguisement, elle était en sécurité. Personne ou presque ne savait qui elle était. A part si elle parlait, personne ne la reconnaitrait, ses traits étant brouillés par un sortilège et maquillés de façon à ce que le visage de Strawberry soit difficilement reconnaissable. Personne ne savait qu’elle était une née-moldue. Elle avait une chance infime de survivre en se dissimulant. Elle était en sécurité derrière son masque. La poufsouffle se rendit soudain compte qu’elle ne s’était pas débarrassée de son panier à sucreries. Adossée contre le mur, elle resta la bouche entrouverte quelques nanosecondes. Puis elle piocha un ou deux chocolats, les fourra dans sa poche, et balança le panier au loin. Certes, il aurait pu la protéger. Mais d’un sort très minime alors. Dans ce cas, il la gênerait plus qu’autre chose. Strawberry espérait quand même qu’elle n’aurait pas à se battre. Non pas qu’elle fut non-violente. Mais entre un sort et donner un coup de poing, elle opterait toujours pour la deuxième solution.

Lorsqu’elle rentra dans le garçon et son amie, elle se dit tout de suite qu’elle ferait mieux de ne pas y prêter intention et qu’elle devrait continuer. Que c’était une perte de temps. Mais Strawberry Young avait toujours été une grande impulsive. Et le ton sur lequel le garçon lui parlait n’arrangea pas les choses. Ils étaient moches. Le couple. Du moins, avec leurs déguisements. Elle les observa pendant qu’il parlait de sa voix froide. La fille était à terre. Straw’ s’en voulut de l’avoir fait chuter, elle pleurait, comme elle tout à l’heure, mais c’était beaucoup plus fort. Son visage lui disait vaguement quelque chose, mais dans le noir et avec le costume et le maquillage, comment savoir ? Le garçon avait un déguisement assez macabre. Baguette contre baguette. Strawberry sentit sa gorge se nouer une nouvelle fois. Elle allait lui faire ravaler ses mots. Elle ignorait si c’était un mangemorts ou un de leurs alliés, mais ce qui était certain, c’était que la fille était réellement effrayée. Hors de question de les laisser sans baguette. C’était une telle perte de temps…. Néanmoins, son côté impétueux reprit le dessus. Elle voulait juste l’écarter de son chemin, sans le blesser. Hors de question de se plier à ses ordres. Ce cheminement de pensées avait pris quelques secondes à peine. Strawberry reprit d’une voix légèrement tremblante : « Tu ferais mieux de ramasser ta copine. Ce serait vraiment con si elle se faisait piétiner. » C’était de la pure compassion qui n’avait rien à faire ici. C’était une faiblesse que son adversaire ne manquerait pas de remarquer. S’il en avait le temps. « Crache-Limaces ! » Si ça fonctionnait, sa copine n’aurait qu’à dire finite pour arrêter le sort. Elle ne voulait pas les mettre en danger, au fond.

HJ : ça va donner
Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Jeu 27 Déc - 18:13

« Bon, écoute Lyra, dans ce noir, il est impossible de reconnaître quelqu'un, je pense que même en cherchant, on ne le trouvera pas... Tu es certaine qu'il est venu déjà ? Enfin, à mon avis, il est parti se cacher non ? Il a tout oublié, il doit être terrifié ? Mais en tout cas, je suis certain que ce que lui il voudrait c'est te savoir en sécurité. Allons nous-en. » J'approuvais toute manière je n'étais pas très apte à faire autre chose, je me tenais du coup à mon ami, en écoutant ses conseils après tout c'était aussi le meilleur moyen qu'on s'en sorte en vie, et puis il avait raison, mon frère souhaitait qu'une chose que je sois en sécurité, du moins c'est ce que je pensais à l'instant. Regulus était l'une des seules personnes sur qui je pouvais compter à Poudlard, et qui savait tout de moi, autant l'écouter, il était le seul qui pouvait juger ce qu'il y avait de bon ou non pour nous deux. Oui, je lui donnais ma confiance pour une fois, et pour beaucoup de fois encore. Je ne pouvais pas vraiment faire confiance à n'importe qui, là ce n'était franchement pas possible. Et puis je ne reconnaissais personne dans la foule. C'était comme chercher une fourmi dans une fourmilière, mais pas n'importe quelle fourmi, genre THE fourmi qu'on cherchait. On courrait sans vraiment savoir où j'allais, je ne me repérais déjà relativement mal avec la nuit mais alors dans la foule c'était encore pire. Quand soudain, il rentrait dans quelqu'un dans la foule, je tombais au sol. Essayant de me relever, je me fis écraser les doigts au moins de trois fois, j'étais encore à terre quand j'entendis « Bordel, vous pouvez pas regarder où vous allez ? On est en, danger de mort, alors si vous pouviez arrêter de boucher le passage, ça serait sympa, merci !! » Non mais ça va bien dans leurs têtes au gens ? Bien sur qu'on était dans le danger de mort imminente, si en plus on pouvait m'aider à me relever dans l'espoir que je cesse de me faire écrabouiller comme une vulgaire bestiole ce serait trop cool. Et pendant ce temps là, ça commençait à s'échauffer dans les esprits, j'étais en mode, il faut que tu arrêtes de paniquer. « Quoi ? Qu'est-ce qu't'as toi ? Tu veux te battre ? Vas-y dégage avant que ça finisse mal ! » Forcément, l'autre il répliquait, non mais c'était vraiment pas le moment, pas du tout même. Non, franchement, comme on disait, on risquait de tous y passer, et LUI IL S'ENGUELAIT AVEC LA BLONDASSE ! « Tu ferais mieux de ramasser ta copine. Ce serait vraiment con si elle se faisait piétiner. » Non, mais ça va bien, je n'ai pas besoin d'aide, je n'ai pas besoin de ton aide l'autre là. La voix me disait étrangement quelque chose, j'étais certaine que je la connaissais celle-là ! Tant qu'à faire autant faire en sorte que je m'énerve un bon coup sous la panique, quand elle lança le Crache Limace, je répliquais immédiatement avec un « Protego, expelliarmus ! » pour contrer son sort c'était certainement pas le moment qu'on commence à se balancer des sorts stupides question de se foutre dans de mauvaises positions. Je venais à peine de me relever, et je devais dire que je tenais à moitié sur mes jambes. En même temps, essayer de vous faire écraser par une foule en panique c'était le meilleur moyen pour perdre son équilibre. Je reprenais quelques peu mon esprit, cependant les paroles de la demoiselle me faisait réfléchir à quelque chose, j'avais une mission quand même, c'était protéger mon frère. Il était vulnérable une fois que tout cela serait réglé avec l'autre élève je partirais à la recherche de mon frère, il était en risque de mort également autant que moi, alors je devais bien venir le récupérer aussi.
Poufsouffle↯  La loyauté, ça me connait !
avatar



Nombre de messages : 599
Age : 17 ans
Groupe : Poufsouffle
Caractère : Séductrice - sociable - secrète - fiable - attachée - malheureuse - observatrice - douce - compréhensive - battante
Date d'inscription : 01/11/2010




Sasha Tetlan

Poufsouffle
La loyauté, ça me connait !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 11
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Ven 28 Déc - 17:47

    Je voulais le retrouver, être prés de lui. Je cherchais un instant, une seconde par où aller, mais la foule courant dans tous les sens m’étourdissais et puis une parole, une phrase. Ami ou Ennemi. Je regardais la personne en face de moi. Cela dépendais dans quel camp, lui se trouvais. Puis la deuxième tirade, il devait trouver la ministre pour la personne qui l’accompagnait. Lavande … Ce nom me disait quelque chose, j’avais entendu cela quelques part, mais tout s’embrouillait. Tout se mélangeait dans ma tête, en tout cas, s’il devait trouver la ministre, c’est qu’il devait être du même côté que moi. Enfin côté, mais il ne fallait pas chercher trop loin à ce moment là et le temps nous comptait. Il m’avait fallu quelques secondes pour répondre et crier au travers du bruit ambiant.

    Je pense que nous sommes amis et ça va, cela m‘a plus ou moins aidé de me faire jeter contre le mur. Cela va être dur de trouver un auror dans la masse, même si elle va nous ralentir, il faut qu’elle vienne avec nous. A moins que tu ne veuilles l’emmener avec toi loin de là. Moi il faut que j’avance, il faut que je retrouve quelqu’un …

    Je serrais fort ma baguette, mon objectif était clair et précis aller là où un mangemort pouvait se trouver. S’il voulait venir avec moi, il viendrait, sinon, il allait repartir avec la gourdasse qui nous ralentirait. Et puis une voix, s’éleva, je ne la connaissais que trop bien. James Potter qui appelait Voldemort. Cette réalité me cloua sur place, oui il pouvait être là, j’aurais eu le courage de me faire avoir par un mangemort, mais par lui, je ne savais pas.
    Un éclair de lucidité, me ramena les pieds sur terre. Etais-je vraiment aussi courageuse que je ne le pensais, aurais-je le courage suffisant pour aller à sa rencontre, me battre aux côtés de Potter, pour un motif totalement différent. Mais Il allait être là bas, et Il serait peut être la clé à mes problèmes, Il me ramènerait à Robert.


    Robert …

    Je murmurais son prénom, tout en regardant l’estrade. La foule se pressait pour échapper de cette endroit, bientôt il n’y allait plus avoir âme qui vivait. Des aurors semblaient, néanmoins se précipiter vers l’estrade, je commençais à me mettre en marche. Et puis une idée me traversa l’esprit et me figea sur place. Dana … Je ne savais pas si elle était là, si elle s’était rendue à la fête. Nos relations n’étaient plus que poussières depuis la disparition de Rob’. Elle me rendait coupable de la situation et elle faisait bien. Je me tournais vers le duo d’inconnus. Je me risquais à une question stupide.

    Vous êtes à Poudlard ? Vous connaissez Dana Lundy ? Si tu cherchais la ministre c’est que tu la connais ? Si oui tu sais si Dana est là ? Elle doit être là ! J’en suis sûre, elle n’aurait pas laisser l’occasion lui passer sous le nez, même si son frère n’est pas là. Je pense qu’elle doit être parti en direction de l’estrade, malgré toute son intelligence, il ne faut pas qu’elle soit en danger, il faut la protéger. Venez, on va la chercher.

    Je me lançais à contresens de la foule, dans l’espoir fou de retrouver ma belle sœur. Je courais au suicide, car dans mon éclair d’intelligence j’avais oublié une chose, tout le monde est déguisé et je ne connaissais pas son déguisement …
Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 767
Age : 17 ans
Groupe : Gryffondor et fier de l'être - Préfet
Caractère : Sportif, Calme, Charmeur, parfois Hyperactif, Loyal, Dévoué, parfois tête brûlée
Crédits : : Avatar: Eden Memories; Gif signature:HYJS | Tumblr
Date d'inscription : 19/02/2012




Maël J. Fontaine

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 18
MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   Sam 29 Déc - 14:03

    Je pense que nous sommes amis et ça va, cela m‘a plus ou moins aidé de me faire jeter contre le mur. Cela va être dur de trouver un auror dans la masse, même si elle va nous ralentir, il faut qu’elle vienne avec nous. A moins que tu ne veuilles l’emmener avec toi loin de là. Moi il faut que j’avance, il faut que je retrouve quelqu’un …

    Zombinette ne semblait pas aller bien. D’ailleurs, si elle devait chercher quelqu’un, c’était peut être qu’elle avait été séparée de son cavalier, de son copain, de ses amis. J’avais de la chance, nous avions de la chance, Lavande et moi, d’être parvenus à rester ensemble. La foule qui était paniquée, les sorts qui fusaient et qui éclairaient le village par intermittence, les masques, le climat, l’angoisse qui suintait de toute part… Oui, assurément, nous étions dans un climat d’Halloween que le plus fervent adorateur de cette fête ne pourrait critiquer. Les déguisements qui nous avaient semblé si amusants à préparer devenaient angoissants. Je ne savais pas qui se trouvait derrière la zombie, même si je pensais me souvenir que c’était ainsi que devait être déguisée Sasha, et je n’avais pas d’autre choix que de me méfier d’elle tout en lui donnant une chance d’avoir ma confiance. C’était étrange. Et Lavande qui sanglotait tout contre moi n’arrangeait pas les choses. Ma baguette glissait entre mes doigts moites. Je stressais, comme le prouvait ma lèvre que je malmenais depuis plusieurs minutes. Je pris Lavande par l’épaule, de ma main libre et je m’apprêtais à prendre sur moi pour m’enfoncer dans la masse mouvante de la foule, conscient de la bêtise que cela représentait. Mais il fallait que j’atteigne l’estrade pour mettre Lavande en sécurité auprès des Aurors. Je savais que c’était culotté de demander ce service à Margaret, d’autant plus qu’elle devait déjà avoir quitté la place, escortée par ses gardes du corps, mais c’était la seule idée que j’avais, parce que je ne pouvais pas laisser Lavande seule, et que je ne me sentais pas capable de rester en dehors du combat, aussi stupide que cela soit.

      « Attends moi, Zombie ! Comment tu t’appelles au fait !? »
      Robert …


    Je m’arrêtai brusquement, et je fixai, éberlué, le zombie, sans prêter attention à toutes les personnes qui me percutaient de manière régulière. En même temps, une personne fixe au milieu d’une foule en panique… Ce n’était pas le plus malin. Mais même si ce n’était certainement qu’une coïncidence, même si ce n’était sûrement pas de mon Bob dont elle parlait, même si j’avais certainement mal entendu… Elle avait dit s'appeler Robert. Il avait dit s’appeler Robert. Et entre Robert et Bob, il n’y avait qu’un pas à franchir que j’avais passé sans m’en rendre compte en transplannant. Les mots, les questions, les cris que j’aurai pu émettre étaient tous coincés dans ma gorge. Et avant que je n’aie pu passer outre cela, Robert avait repris, enfonçant à chaque question l’épine, le poignard, le pieu dans ma poitrine :

      Vous êtes à Poudlard ? Vous connaissez Dana Lundy ? Si tu cherchais la ministre c’est que tu la connais ? Si oui tu sais si Dana est là ? Elle doit être là ! J’en suis sûre, elle n’aurait pas laisser l’occasion lui passer sous le nez, même si son frère n’est pas là. Je pense qu’elle doit être parti en direction de l’estrade, malgré toute son intelligence, il ne faut pas qu’elle soit en danger, il faut la protéger. Venez, on va la chercher.


    Je lui pris le bras pour l’empêcher d’avancer davantage, lâchant Lavande quelques secondes. Mon cerveau fonctionnait à cent à l’heure. Que voulait-il dire ? Dana était ici, dans cette foule, sans protection ? Margaret n’avait pas répondu à mon hibou, j’en concluais qu’elle n’avait pas accepté que Dana vienne à Pré-au-Lard malgré ma demande, ma proposition. Et si Dana était ici… alors… c’était illégalement. Sans auror, sans amis, sans baguette pour la protéger. Je resserrai ma poigne sur le poignet du Zombie.

      « Robert ? Tu es Bob ? Bob ? C'est toi ? C’est moi, c’est Maël ! Qu’est ce que tu fais là… qu’est ce que… Bien sûr que je connais Dana, mais Margaret ne voulait pas qu’elle vienne ici. Pourquoi serait-elle venue ? Il ne faut pas qu’il lui arrive quoique ce soit. Merlin, tu es sûre qu’elle est là ? Et s’ils l’enlevaient ? S’ils l’enlevaient comme ils t’ont enlevé et… Lavande ! Non, Robert, reste ici, reste avec moi, ne pars pas à nouveau ! Robert ! Où est Lavande ?!»


    Ma voix paniquée s’était transformée en cri pour ce dernier prénom. Je l’avais lâché, presque poussée, pour pouvoir attraper Robert qui s’enfonçait dans la foule, et je ne le voyais plus maintenant. Je lâchai le zombie, fis un tour sur moi-même, la respiration rapide, proche de la crise de panique. Je ne la voyais plus. J’étais pitoyable ! Je n’étais pas capable de protéger Dana si elle était réellement dans la foule, je n’avais pas été capable de garder un œil sur la cinquième, sixième ?, année que j’avais accepté d’accompagner… Bon sang, s’il arrivait quelque chose à l’une des deux je ne pourrais pas me le pardonner. Je criai à nouveau :

      « LAVANDE ! »


    Je me passai une main dans les cheveux, anxieux. Paniqué. Dépassé. Je ne savais plus quoi faire. Je cherchai le soutien du Zombie, mais je ne le voyais plus. Je tournais sur moi-même désespérément, la foule me semblant de plus en plus dense, de plus en plus suffocante. Je m’arrêtai de tourner en retrouvant le Zombie quelques pas plus loin.

      « Tu... Bob, c’est vraiment toi ? Il faut qu’on retrouve Lavande, Dana et la personne que tu cherches, il faut qu’on les retrouve, je… Sasha est déguisée comme toi, je crois. Je ne suis pas sûr… Robert, il faut qu’on aille voir Margaret, il faut qu’on retrouve les filles… il ne faut pas qu’il leur arrive quelque chose ! Lavande n’a même pas sa baguette, et… oh Merlin, je n’aurai pas du la lâcher… Bon sang mais… je… ? »


    Je paniquai complètement. Heureusement qu’Alexandre était resté au château, oui !, heureusement… Et Sephora ? Et Evelyne ? Je ne savais même pas où elles étaient ! Comment avais-je pu les oublier ? J’ignorai totalement Potter que j’entendais plus que je ne voyais gesticuler sur l’estrade. Je n’entendais pas les cris des blessés. Je paniquai juste, purement et simplement. Tout en faisant accessoirement de l’hyperventilation. Robert était là, Dana, Lavande et Sasha étaient très certainement en danger… Je paniquai. J’agrippai le bras de Robert de toutes mes forces de la main droite, ma main gauche tenant tout aussi fermement ma baguette.







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mission intrigue : les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité   



Page 6 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum