Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Lily E. Potter α Destin improbable    Sam 5 Mai - 14:20



Lily Evans Potter





Je suis né(e) à à Londres le 30 janvier 1960. Encore un sorcier comme tous les autres ? Détrompez-vous car je suis spécial(e) dans mon genre ! Et oui, car je suis un être magique que l'on dit Studieuse, Courageuse, et Aimante. Bon d'accord, je vous l'accorde, il m'arrive d'être Impulsive, Têtue et Rancunière. Mais bon que voulez-vous je suis humain après tout ! D'ailleurs mon patronus prend la forme d'un(e) Biche lorsque je pense à la demande en mariage de James . Cela me permet de repousser d’éventuel épouvantard prenant la forme de mes proches morts. J'ai deux compagnons : ma baguette faites en saule, 25,6 cm, souple et rapide et mon fidèle chat que j'ai appelé Sunny




« Salut moi c'est Kanala et j'ai décidé sur le forum d'être incarné(e) par keira knightley. J'ai bien lu le règlement et j'ai compris que le mot magique était Je suis arrivé(e) ici par le biais de sa fondatrice. J'aimerai continuer à jouer sur le forum et qu'il compte toujours ses formidables membres »


_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: Lily E. Potter α Destin improbable    Sam 5 Mai - 14:23


Histoire du personnage


« Cher journal,
Cela fait déjà bien longtemps que je ne t’ai pas ouvert pour écrire quelques mots. Je ne sais d’ailleurs toujours pas pourquoi je le fais à l’instant. Sans doute ais-je besoin d’écriture sur papier toutes ses pensées qui se bousculent dans ma tête ? Peut-être ais-je besoin de faire une rétrospective sur tout ce qui a pu se passer dans ma vie ? Ou ais-je simplement besoin de laisser une trace de mon passage, une trace que plus tard mon enfant pourra lire ? Quoi qu’il en soit, je pense qu’il convient de commencer par le tout début… »


Je vu le jour le trente janvier mile neuf cent soixante alors que le soleil se levait. Autour du petit être que j’étais, se trouvait une mère fatiguée mais heureuse, un père enthousiaste quoi qu’un peu déçu de ne pas avoir un petit gars et une grande sœur, de trois ans mon ainé qui me voyait déjà comme la personne qui lui volerait l’attention de ses parents. Rien n’aurait pu les préparer au destin que j’avais avoir et à celui qui serait le leur. En cet instant, alors que je poussais mes cris, Henri et Anny Evans, parents les plus comblés, décidèrent de m’appeler Lily, fleur de cerisier…

Je vais vous passer sous silence mes premières années qui furent celles d’une enfant moldue on ne peut plus normal. Je grandissais entourée de tout l’amour que pouvait me donner mes parents et à sa manière, également Pétunia. Nous passions notre enfance à nous chamailler pour un oui ou pour un non, mais cela ne nous empêcher de nous aimer. Je l’ai toujours admiré, elle si belle, avec un charisme qu’elle tenait pour sur de notre mère, sa longue chevelure blonde, son allure fière, ses grand yeux marron plein de malice et de mystère. Moi, plus petite qu’elle, chétive, aux cheveux carotte, aux yeux verts, chétive et très réservée, je ne faisais pas le poids à côté d’elle. Souvent humiliée par cette dernière, je n’avais pas vraiment d’ami en maternelle, si ce n’était Severus… Nous étions dans les mêmes classes et je ne sais pas, quelque chose en lui m’a tout de suite intrigué et la réciproque était vrai. En grandissant cette amitié ne s’est pas éteinte, bien au contraire. Même si je m’ouvrais de plus en plus aux autres – encouragée par mes parents – et que je me liais avec d’autres camarades, il restait mon meilleur ami, celui qui ne m’avait jamais jugé, celui qui prenait ma défense quitte à être brutalisé, celui à qui je pouvais tout dire.

J’aurais tout fait à l’époque pour lui, tout. Avec le recul, je me suis aperçue que j’avais toujours dans ses yeux une part de noirceur, que j’essayais de chasser à l’époque en lui souriant, en le faisant rire. Sa vie n’était pas facile, loin de là. Il n’avait pas eu la chance d’avoir des parents aimants, et son père le frappait régulièrement. Je lui apportais la douceur et l’attention dont il avait besoin, n’hésitant pas tout de même à me fâcher avec lui si j’estimais que ses actes n’étaient pas justifiés. Ce fut le premier à m’apprendre que j’étais une sorcière et au début, je ne le crus pas. Oh oui, il se passait des choses étranges autour de moi. Je pouvais faire voler quelques petits objets, faire fleurir un bourgeon dans ma main en me concentrant fort. Pétunia me répétait tout le temps que j’étais un monstre lorsque je lui montrais, un monstre de foire parce que je faisais des choses que personne ne pouvait reproduire. Petite fille, je préférais me dire que ce que je pouvais faire n’était pas un don mais une malédiction, écoutant cette grande sœur qui me détestait de plus en plus sans que je ne comprenne pourquoi.

Et puis, à mes onze ans, je reçus une lettre apporté par un hibou. Severus avait raison, et la découverte d’un univers que je pensais réservé au domaine des rêves m’émerveilla. J’étais une sorcière et contrairement à Pétunia, mes parents furent très heureux pour moi. J’étais toujours leur petite fille chérie, et jamais, au grand jamais, je ne serai un monstre…


Je pense que je n’oublierais jamais mon premier voyage dans le Poudlard express. Comment pourrais-je oublier ce jour ? J’avais peur, très peur. Laisser ma vie de moldue derrière moi, partir à la conquête d’un monde dont je ne connaissais que très peu de chose, ne plus voir chaque soir le sourire réconfortante de ma mère, et les câlins sécurisant de mon père. J’aurais voulu partager tout cela avec Pétunia, mais c’était impossible. Elle refusait d’ailleurs de m’adresser la parole, déçue qu’elle aussi n’est pas le droit à tout ce que j’allais découvrir. Elle avait écrit à Albus Dumbledore, le directeur de cette école si spéciale, pour elle aussi y entrer. Malheureusement il ne pouvait rien faire, et malgré les explications du vieux mage, elle m’en a toujours tenu pour responsable. Moi Lily Evans lui avait volé une place qu’elle aurait voulue. Je n’y pouvais rien pourtant, je n’avais rien demandé… J’étais, ce jour là, à la fois heureuse et triste. Ce qui me rassurait c’était de savoir que Severus serait avec moi, que je n’étais finalement pas toute seule. Même si découvrir comment me servir de cette baguette que je venais d’acquérir, et tout ce que cet univers de magie pouvait offrir, j’eu beaucoup de mal à dire au revoir à mes parents et ce fut le cœur lourd que je grimpais dans le train et m’installer dans le compartiment. Un dernier signe d’au revoir à mes parents qui versèrent une petite larme, un dernier baiser lancé et le quai de la gare disparut à mesure que le Poudlard Express prenait de la vitesse.

C’est au moment où je me réinstallais qu’elle entra, et je sus tout de suite que nous allions nous entendre. Je parle bien entendu de Marlène. Elle cherchait de la place dans un wagon et était tombée sur nous. Bien que toutes les deux timides, nous nous parlâmes tout de suite, Severus restant en retrait, comme à son habitude. La première fois où mes yeux verts se posèrent sur James, fut lorsqu’il entra sans prévenir un garçon à la chevelure tout aussi noir que lui sur les talons. Nous étions toutes deux en train de partager des friandises lorsqu’il se mit à parader devant nous, comme un vrai paon. Une remarque acerbe envers Severus, une gifle qui claque sur la joue du jeune homme, un rire moqueur de la part de son ami. C’est ainsi que se passa ma rencontre avec James et Sirius. Je pense que lui comme moi ne sommes prêts de l’oublier…


A la grande déception de mon meilleur ami, je fis mes premiers pas en tant que sorcière dans la maison des lions alors que lui était envoyé chez les serpents. Cette maison… J’étais faite pour elle. Mes plus belles années, je les passais là bas… Et à la bibliothèque. Bien vite confronté aux moqueries des autres enfants sorciers par leur parent, je me tournais vers les bouquines afin de leur prouver qu’ils avaient tord : je ne valais pas moins qu’eux. Bien que je ne portais pas les couleurs des Serdaigles, je m’avérais être une élève très brillante en cours et major très régulièrement de sa promotion. C’était un but que je me fixais à chaque rentrée. Grandir loin de Pétunia, et ne plus être dans son ombre, me permis de m’épanouir et de devenir plus sûr de moi. Je répondais bien vite aux remarques que l’on pouvait me faire, ne gardant pas ma langue dans ma poche. Je n’hésitais pas, s’il le fallait, à me battre, bien que je fusse contre toute forme de violence gratuite et injustifiée.

Je ne compte plus le nombre de claques que j’ai donné, en particulier à ce Potter, qui pensait que le monde était à ses pieds et plus particulièrement moi. Ma complicité avec Marlène grandissait chaque jour, et celle avec Severus restait toujours aussi importante à mes yeux. Nos rôles furent comme inversés à Poudlard. Ce n’était plus lui qui me protégeait, mais moi qui prenais sa défense continuellement contre Potter et sa bande de Maraudeurs. Bon d’accord, contre Potter et Black, car Remus et Peter n’étaient pas vraiment de ce genre là. Remus… Je me découvrais bien vite une passion commune avec lui : les études. Nous travaillons souvent ensemble et par son intermédiaire, j’appris à connaitre les maraudeurs que j’avais casé dans la fiole « insupportables, prétentieux et infréquentable ». Je dois vous avouer que, bien que je n’aimais pas l’attitude qu’il avait envers Severus, j’ai toujours apprécié Sirius. Gai luron toujours prêt à me faire rire et me dérider, il était le contraire de tous les récits que l’on avait pu me faire sur la famille Black. D’ailleurs il se revendiquait comme Outsider et fier de l’être. Ces traits de caractère m’ont tout de suite plu chez lui, et d’ailleurs, je ne comprenais pas comment lui et Remus pouvaient être amis avec cet immature et prétentieux Potter, qui ne pouvait pas s’empêcher de parader dès qu’il en avait l’occasion et qui se présentait tous les jours avec une fille différente à son bras. Si un jour on m’avait dis que j’allais finir par me marier avec lui…

[en cours]


« Je crédite les bannières (c)wheredreamscometrue, mlle-superfilleciel, mariephantomhive, mastergavedobbyasock, je sais pas, L'avatar (c) FDN et les icones (c)Je sais pas. J'aimerais appartenir au(x) groupe(s) Op. Bien que je ne sois pas fan de J'aime sur le forum Sirius qui ne sorte pas avec Hayley ou Evey, j'aime bien Les membres <3. »

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum