Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Mer 11 Avr - 22:26



    Remus se souvenait encore de ce qu'il avait dit, ou plutôt mentionné. Ce jour-là lors de leur tout dernier jour à Poudlard. Sur le moment et pendant plusieurs semaines, le lycan n'avait cru qu'il n'avait dit cela simplement pour faire preuve de sarcasme et parce qu'il savait que Remus souffrait énormément de cette situation. Récemment cependant, il avait lu un article dans la gazette qui mentionnait certaines études contre le 'virus' de la Lycanthropie. Des chercheurs recherchaient un moyen de la combattre. Ayant tout d'abord cru qu'ils cherchaient à les exterminer, il comprit au fur et à mesure de cet article qu'ils tentaient tout simplement de trouver une Potion qui permettrait e mettre fin au calvaire des nuits de pleine lune. Après cela, Remus s'était décidé. Il devait se renseigner sur l'avancement de ces projets, savoir où ils en étaient réellement. Etant en formation de Médicomagie, il s'était abonné à une ou deux revues de médecine dans lesquelles ils recherchaient tous les jours s'il n'y avait pas des articles sur le sujet de la Lycanthropie. Il guettait tous les avancements de ce projet...

    A l'hôpital, le jeune homme ne parlait pas à beaucoup de monde. Il restait discret. Depuis qu'il avait appris par l'une des stagiaires la rumeur qui courrait, à savoir que l'idée était partie par les couloirs qu'il y avait ici quelqu'un qui était un Loup-garou, il ne savait pas vraiment que faire. Il faisait mine d'être inquiet lui aussi par cette affolante nouvelle afin de ne pas attirer les soupçons mais au fond de lui, il se sentait comme... Piégé. Il espérait au fond de lui que les chercheurs travaillant soi-disant sur un remède contre la Lycanthropie trouveraient rapidement quelque chose mais le temps lui semblait presque compté et depuis qu'il avait ouïe dire de la nouvelle, il lui semblait que trop de temps s'était passé. Enfin, il savait aussi qu'aussi compliqué était la Lycanthropie, on ne pouvait pas trouver une solution rapidement. Cela demanderait sans doute des mois et des mois de recherche...

    Et puis, brusquement un matin, en se réveillant auprès de Marlène qui dormait encore – il se réveillait souvent très tôt, aux environs de l'aube – il se demanda si ce n'était pas faux. S'ils n'avaient pas passé des informations erronées dans la Gazette pour tromper ce qui, comme lui, espéraient un remède alors qu'en fait, on travaillait vraiment sur 'une arme' pour tous les détruire... Depuis des années, il avait appris à se méfier. Cette méfiance cohabitait avec lui, sans le quitter d'une semelle par-delà les années et l'accompagnerait jusqu'à la fin de ses jours. Depuis sa sixième année, il savait que les gens pouvaient être gentils et vouloir vous aider en apparence, alors qu'en réalité, ils ne cherchaient qu'à vous trahir et vous exterminer. Surtout si votre 'race' représentait un danger pour la société. Et ce même si certains désiraient vraiment s'en sortir. Aux yeux de certaines personnes, ils demeureraient toujours des monstres... Même si certains étaient bons et ne désiraient pas être montrés comme des monstres, on se souvenait plus facilement des Loup-garous qui faisaient le mal. Comme Greyback. Il s'agissait encore d'une victoire du mal en quelques sortes. Le Mal annihilait souvent tous les efforts du Bien...

    « Marlène,
    Je m'absente de bonne heure. Je dois aller à l'aller à l'apothicaire dans l'intention d'acheter quelques potions. Je reviens vite.
    Je t'embrasse fort,
    Remus. »


    Remus se leva et sortit avec précaution du lit, faisant son possible pour que cela ne réveille pas la jeune femme dormant à côté de lui. Puis, il lui écrivit ce mot qu'il posa sur son oreiller. Il alla s'habiller et sortit de l'appartement qu'ils partageaient. C'était principalement pour elle qu'il faisait cela. Depuis qu'il avait assisté au mariage de deux de ses meilleurs amis, il se prenait parfois à rêver d'avoir cette même chance d'un jour pouvoir se marier. Il se trouvait la plupart du temps bien présomptueux d'oser espérer cela mais l'instant d'après il se disait « Pourquoi pas moi? » Néanmoins, il ne voulait pas aller plus avant dans leur relation avant d'être certain qu'il n'y ait aucun danger pour elle. Il n'osait pas aller plus loin tant qu'il n'aurait pas « une « réelle solution pour aller contre cette malédiction qui lui rendait la vie insupportable. Bien sûr que parfois il était parfois effrayé pour lui mais il n'avait jamais aussi peur pour lui que pour les autres et surtout, de ce qu'il pourrait leur faire... Il était toujours conscient de cela même s'il ne le disait jamais de peur de se ramasser un coup livres sur la tête de la part des deux garçons qui lui servaient de meilleurs amis!

    L'étudiant en Médicomagie marcha donc un petit moment avant de transplaner dans un coin de rue isolé à destination du Chaudron baveur. Il avait plu durant la nuit mais le lever du jour avait ramené le soleil bien que l'air demeurait frais. Remus atterrit juste en face du Chaudron Baveur, traversa la rue pour entrer dans le pub où il salua comme d'habitude le barman qui lui renvoya un sourire tandis qu'il essuyait ses verres. Remus poursuivit cependant son chemin jusqu'à l'arrière de la boutique pour passer sur le Chemin de Traverse. Il était encore tôt et à cette heure-là il n'y avait que peu de monde. Des personnes solitaires, âgées entre la vingtaine et la trentaine. Ils semblaient tous assez empressés et ne s'arrêtaient guère en chemin pour parler. Comme s'ils craignaient quelque chose et qu'il valait mieux ne pas traîner trop longtemps dans les rues.

    Remus se dirigea vers la boutique de l'Apothicaire où il avait l'habitude d'y aller pour acheter des ingrédients pour potions ou d'autres remèdes médicinaux. Machinalement, il posa une main sur son front, aplatissant ses cheveux un maximum sans doute dans l'espoir qu'il cache en partie sa cicatrice, mais ce fut un peu en vain. Une clochette retentit lorsqu'il poussa la porte et il entra dans le magasin. Il régnait toujours ici une atmosphère rafraîchissante et il y avait pleins de bocaux alignés sur les étagères. La boutique était divisée en trois parties mais lui, c'était au rez-de-chaussée qu'il allait aujourd'hui.

    Sachant d'avance les informations qu'il désirait obtenir, il marcha droit vers le comptoir et fit mine de ne pas s'en rendre compte lorsque le regard de l'homme se posa sur la cicatrice qui barrait le visage de l'homme pourtant encore jeune devant lui – cela avait beau être une habitude, l'on ne s'y habituait jamais malheureusement. Cependant, Remus le salua d'un sourire tout en entamant la discussion.

    « Bonjour. Je viens me renseigner en vérité sur quelque chose de... Particulier. » Il jeta un bref regard autour de lui tout en se rapprochant du comptoir et baissant la voix, il continua : « J'ai entendu parler que des chercheurs seraient actuellement en recherche d'un remède contre la Lycanthropie ? » Il sentit le regard de l'homme s'attarder un peu plus sur sa cicatrice mais fit semblant de ne pas le voir. « J'aimerai savoir... Si vous en aviez entendu parler ? Est-ce que c'est de source sûre ? »

    L'apothicaire parut réfléchir puis il esquissa un très léger hochement de tête. « J'en ai entendu parler. C'est c'qu'on dit apparemment. Je n'sais pas c'que ça vaut... A mon avis pour le moment il faut pas trop s'y fier. C'est quelque chose de très complexe. »

    « Je sais bien... » ne put s'empêcher de soupirer le lycan avant d'entendre la clochette de la porte retentir de nouveau tandis que les deux hommes tournaient en même temps la tête vers l'entrée. Remus se raidit ostensiblement et son visage se ferma.

    [HJ : C'est pas terrible pour le début mais j'espère que ça te conviendra. ^^ ]
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Lun 23 Avr - 2:04

Quatre jours. Oui, quatre jours depuis cette foutue mission. Cette mission qui lui coûta des heures à l’hôpital de Manchester. Oui, car après maintes délibérations de par sa mère, son cher père adoré – nous espérons que vous voyez le sarcasme ici – trouva qu’il avait encore un droit civil sur son fils. En effet, le laisser blessé pourrait l’amener tout droit en prison. Étrangement, Severus avait largement voulu cette avenue. Puis, il pouvait se guérir tout seul … Enfin, cela se ferait avec le temps, mais le jeune homme était fort débrouillard. Mais bon, il restait sa mère et lorsque Tobias avait voulu recommencer ces idioties, le jeune homme ne put pas s’empêcher de lever sa baguette magique malgré sa fatigue. Il détestait qu’on lève la main sur les êtres lui étant chers.

Peu importe, quelques heures et il se débarrassa de son père. Ce dernier le laissa tranquille comme à son habitude. Les lettres fusèrent ensuite. Son employeur que trop gentil et naïf décida de lui donner trois jours de repos. Voilà, Severus Rogue s’ennuya largement. Regulus, Lyra. Il écrivit une lettre à Lily même. Ses pensées virevoltèrent. Ce matin même encore, il était couché sur le dos en son lit. L’assiette vide de son petit-déjeuner en ses côtés, le jeune homme se lava précédemment. Il allait retourner au travail aujourd’hui. Enfin, il ne songerait plus. Plus à elle. Plus à sa vie de fou. Parfois, j’aurais tellement aimé pouvoir retourner dans le passé songea-t-il subitement. Rouvrant ses yeux d’un noir d’encre, il les posa machinalement en le plafond de sa chambre miteuse. Oui … S’éviter de faire toutes ces idioties et être encore ami avec elle. Il s’ennuyait énormément d’elle. Et là, elle était mariée à cet imbécile de Potter. Et cela ne s’arrangeait pas pour lui en plus : il fut blessé, il était nul, il n’était point capable de choses que tout Mangemort ferait. Puis, ce Potter semblait prendre un malin plaisir à démontrer sa force à tous Mangemorts y compris de surcroît. Toujours meilleur, toujours plus fort ce foutu pseudo héro. Mais quel idiot. Comme s’il ne parvenait pas à comprendre en quel danger il se jetait. Néanmoins, toute cette rage enfouie laissa une fois de plus tomber quelques larmes le long des joues de nacre du jeune homme aux longs cheveux de jais. Il eut un spasme et ferma durement les yeux s’haïssant pour sa faiblesse.

- Severus ? Tu n’es pas encore parti. Si tu veux, tu peux rester te reposer encore aujourd’hui.

- Non …

Dit-il tout en se redressant dans son lit. Son mot fusa difficilement coincé entre deux ou trois sanglots, mais ressentant la détermination aussi. Sans regarder sa mère qui semblait tenter, comme toujours, de lire en lui il ramena son bras gauche entouré d'un plâtre à l’intérieur de l’écharpe le soutenant et se leva. Il prit finalement sa longue cape noire pour la mettre sur ses épaules couvrant, par se fait même, ses jeans et sa chemise noirs. Un mince sourire à peine perceptible pour être polie et il transplana. Notre jeune homme réapparut devant l’entrée du Chaudron Baveur côté Chemin de Traverse. Il préférait largement ce côté. Au moins, cela lui évitait de mettre uniquement des vêtements Moldus et faire passer pour un idiot. Il avança dans l’allée plus ou moins bondée à cette heure matinale. Ses pieds foulèrent le sol tombant parfois dans un trou d’eau. Le jeune homme ne les évitait pas : il marchait droit devant sans faire attention à quiconque sur son passage. Un vieil homme le connaissant pour venir a-b-s-o-l-u-m-e-n-t tous les jours à Plock Gloups, le salua candidement. Un hochement de tête fut sa réponse. Severus finissait par croire que cet homme était amoureux de lui. Ce serait plutôt amusant à voir. Justement, un petit sourire en coin fusa de ses lèvres. Ah oui, n’oublions pas une chose. Notre jeune homme faisait sensation avec sa canne à la main droite. Ok, il était blessé à la cheville gauche. Quoique, figurez-vous que son coude gauche avait aussi subi une luxation. Pas de chance. Marchant toujours la tête haute, il arriva finalement en vue du lieu de son emploi : oui, là où il se sentirait à l’aise pour toute la journée. Il adorait l’ambiance de la potion. Il adorait cette minutie dans chacune de ses préparations puis, il était fier du résultat ensuite. Il déglutit espérant qu’elle utilise le Félix Felicis qu’il lui avait envoyé. Notre jeune homme y avait tellement mit tout son cœur … Tout. La clochette tinta et, il resta stoïque pour un moment au pas de la porte. Celle-ci se referma toute seule semblant vouloir agir comme un bruit dans ce silence étrange.

- Pff … On ne peut pas être tranquille nulle part. Tu fais quoi ici Lupin ?

Dit-il marmonnant ces mots tout en posant un regard de côté noir – et non seulement grâce à la couleur de ses yeux - sur l’ex-Maraudeur. Son employeur lui démontra devoir rester à la caisse aujourd’hui se justifiant par ses blessures reçues il ne savait où. Certes, son employé adoré comptait plus que tout au monde. Ah ! Levant les yeux au ciel, Severus soupira largement. Il avait l’impression que son cher employeur désirait le laisser entres amis. Ce n’était pas son ami ! Loin de là. Alors que le jeune homme mit la canne tout contre le bureau de la caisse, il dut écouter avec attention ce que disait l’homme. Oui, car étrangement, ses dernières paroles étaient plus intelligentes et non dénuées de sens.

- Severus. Ce jeune homme désirerait connaître tout ce que l’on sait sur les loupa-garous et une potion … Tu m’avais parlé longuement une fois de cette potion. Je te laisse avec ce client.

Avant que notre pauvre jeune homme ait put rétorquer quoique ce soit, notre gentil monsieur le tapa amicalement dans le dos avant de disparaître dans les méandres des coulisses de l’Apothicaire. Severus était blasé, mais se retourna pour faire face au client. Ok, ce n’était qu’un client. Ce n’était qu’un client. Potter et Black ne sont pas derrière en train de le filmer. Ou étaient-ils en train de le faire ? Un peu mal à l’aise à cause de son pied, il s’assit sur le tabouret derrière la caisse tout en apposant son bras gauche plâtré dessus : oui, c’était affreusement lourd ce truc.

- T’as peur du loup en toi dis donc ou c’est une idiotie à la Maraudeur et Potter et Black sont cachés quelque part en train de me filmer. Tss …

Non, il n’avait réellement pas confiance en Lupin et il ne désirait pas être gentil non plus. C’était finit tout cela. À chaque jour que Dieu créait, la petite troupe des quatre le harcelait, l’intimidait et lui faisait mal. Et là, Lupin était sur son lieu de travail. Peut-être était-il le moins pire du petit groupe, mais il restait toujours complice des affres que les autres lui faisaient subir. Passant sa main droite dans sa chevelure en soupirant, il reprit contenance maladroitement laissant toutefois sa main où elle fut en premier lieu. Las, il devait rester poli.

- Que veux-tu ?

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Sam 28 Avr - 18:45



    Il ne manquait plus que lui. Evidemment il fallait qu'il vienne visiter l'Apothicaire le même jour que lui. Il n'aurait pas pu choisir un autre jour ? Car autant, sa haine envers l'ex-Serpentard n'était pas exacerbé comme celle que pouvait ressentir ses amis envers lui, autant il ne lui avait pas pardonné certaines choses. Certaines choses qui concernait justement ses amis. Il ne l'avait pas vu depuis le dernier jour à Poudlard à vrai dire, depuis la fête qu'avait organisée les Maraudeurs et à cette pensées si soudaine, que de souvenirs lui revenaient en mémoire... Que de souvenirs qu'il aimerait encore qu'ils se produisent. Ce dernier jour qu'ils semblait à présent à des années lumière de lui. Tout s'était enchaîné bien vite par la suite. Il était retourné chez sa mère ; il avait revu Marlène avec laquelle ils avaient parlé de rechercher un appartement puis, ce n'est qu'environ deux semaines plus tard qu'ils avaient visité l'appartement qui lui paraissait parfait. Peu de temps après ils avaient emménagé et s'étaient installé. Ensuite...

    Ensuite s'était succédé un épisode que Remus préférait à dire vrai oublier. Lily qui était venue dormir chez eux et la suite... La suite à laquelle il préférait ne plus songer. Puis, pendant qu'ils l'ignoraient tous, il y avait alors eu lieu cette bataille à Ste Mangouste dont ils avaient été informés à l'issue du mariage... Malheureusement, Remus n'avait pu s'y rendre car ayant été appelé au chevet de sa mère que la grippe avait saisi. Il était resté tout au long de la nuit à la veiller, à poser un linge frais sur son front ; il était resté à l'assister jusqu'à ce qu'elle aille mieux tandis qu'une partie de lui se faisait de l'inquiétude sur le déroulement et l'issue de la bataille. Demain il travaillait... Il y aurait des dégâts. Et encore, si les dommages faits à l'hôpital n'allaient pas mettre les Médicomages en chômeur technique pour un temps. Le temps du moins qu'ils réparent les dégâts créés par la bataille.

    Remus eut quelques secondes pour observer le nouvel arrivant qui avait l'air d'avoir d'ailleurs souffert ces derniers temps – sans aucun doute il avait été à la bataille ayant fait rage à Ste Mangouste. Ou alors il était tombé dans une embuscade dans la rue mais le lycan se prononçait davantage pour l'attaque de l'hôpital. Il ne doutait pas qu'il avait rejoint ses chers camarades mangemorts...

    Remus n'avait pas répondu à a question qu'il lui avait posé et se contenta de le regarder. Il n'avait d'ailleurs aucune explications à lui fournir. Il était la dernière personne à qui il devait une explication... Enfin, l'une des dernières. Il ressentit l'envie d'assommer le Potionniste/gérant du magasin lorsque celui-ci se mit à parler. Non mais de quoi se mêlait-il ? Il ne voulait pas non plus tout lui raconter sa vie non ? Cela ne regardait que Remus, et juste Remus, la raison de sa venue ici. Restant silencieux, il lui renvoya d'ailleurs un regard conséquent tandis que ses yeux revenait se poser sur l'ex-Serpentard – neutres. Par contre, lui, n'était pas un Ex-Maraudeur mais était toujours un Maraudeur. Il aurait bien fait rectifier Severus sur ce détail s'il avait eu conscience de ses pensées mais il n'était pas Légilimens.

    Oui, ce n'était pas parce que Poudlard était terminée qu'il en était finie aussi des Maraudeurs. Ils existaient toujours et survivraient par-delà le temps... C'était encore tout ce à quoi Remus pouvait se rapprocher, sur cette vraie Amitié qui les liaient alors il ne laisserait pas le qualificatif d' « ex-Maraudeur » prendre place. Quand on était Maraudeur un jour, on l'était pour le restant des jours. Il crut rêver quand le Monsieur le Potionniste laissa Severus derrière le comptoir pour s'occuper de son premier client.. Attendez, Severus Rogue travaillait ici ? C'était une blague ? Remus était maudit d'accord pour le restant de sa vie mais il avait fallu qu'il se rende dans LA boutique où justement Rogue travaillait ? Le lycan ne répondit même pas à sa remarque pas des plus subtiles – elle ne valait même pas la peine qu'on y réponde d'ailleurs tellement c'était stupide... C'était d'ailleurs un peu étonnant de la part de Severus Rogue. Enfin remarquez, il avait été aussi un peu stupide quand il avait traité celle qui était encore sa meilleure amie de Sang-de-Bourbe... Et c'était également faux, ce n'était pas la petite troupe des « Quatre » qui avait un jour intimidé Rogue. C'était la petite bande des Trois. Enfin, des Deux avec Peter qui les suivaient partout en les prenant pour modèles. Remus ne participait pas à leurs blagues. Il était là, c'est tout... Justement, c'était là toute sa faute selon lui. Puisqu'il restait là sans rien faire, sans oser s'interposer entre ses amis et leur « victime ». Mais il ne pouvait pas s'opposer à ses amis... Il ne voulait pas... Il se pensait tellement chanceux de les avoir qu'il ne voulait pas gâcher cette chance de quelque façon que ce soit... C'était là sa seule faute.

    Il n'avait besoin ni de son sarcasme ni de sa pitié. De toutes façons il avait eu ses infos et il pourrait aller se renseigner ailleurs par la suite. Il ne lui demanderait pas service de quelque façon que ce soit. Non, il n'allait certainement pas tomber aussi bas et demander quelque chose à Severus Rogue, qui restait leur ennemis, qui n'avait pas hésité à traiter son amie Lily de « sang-de-Bourbe » et Merlin savait encore ce qu'il avait fait... Lui adresser la parole signifiait même trahir un peu ses amis – c'est ainsi qu'il le voyait. Quand bien même n'avait-il pas de réelle aversion envers l'Ex-Serpentard.

    « Désolé, mais j'ai eu les informations dont j'avais besoin merci.  Bonne journée. » répondit-il simplement tout en faisant demi-tour et en s'apprêtant à sortir de la boutique. « Au fait, bravo pour le poste. » C'est vrai, toute l'école connaissait de toutes façons ses talents en Potions et personne ne doutait de le voir un jour travailler dans ce domaine. Le saluant d'un léger et un peu raide signe de tête, il lui tourna le dos.

    Oui il devait s'avouer un peu blessé que le gérant de la boutique ait dévoilé comme « ça » sans demander l'avis du client quelle était la raison de sa venue. Il n'avait pas à savoir ce sur quoi il avait voulu se renseigner. Cela ne regardait pas l'ex-Serpentard. Il pourrait même s'en servir et le retourner contre lui. Alors non. Il était bien décidé à ne pas lui faire confiance. La confiance chez lui, c'était important, et il avait été bien des fois déçu des gens. Et on ne peut pas vraiment dire que l'on pouvait considérer Severus Rogue comme étant quelqu'un digne de confiance n'est-ce pas ? C'était un Serpentard après tout. Il n'avait rien à lui demander. Il n'était pas non plus venu empiéter sur ses plates-bandes ni venu pour l'embêter, parce qu'il ne savait même pas qu'il travaillait ici avant aujourd'hui.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Sam 28 Avr - 20:25

Lupin semblait réellement coincé. En fait, non. Il l’était tout simplement. Severus Rogue avait bien remarqué la surprise du jeune homme en son regard. Oui, je travaille ici et alors. De toute manière, bientôt il disparaitrait pour de bon s’éclipsant évitant ainsi la prison à vie … Vie qui allait être courte à Azkaban. Hm, il pourrait négocier pour avoir droit à une prison de type moldue. Après tout, n’était-il pas sang-mêlé ? Notre jeune homme devait avoir un droit sur les deux mondes. Oui, il faudrait négocier énormément au vu qu’il commit des crimes dans le monde sorcier. Toutefois, rien ne pouvait être impossible. Pourquoi songeait-il à cela actuellement ? Était-ce la posture de Rémus Lupin qui lui semblait statufiée, manquant de place comme dans une cellule de prison ?

Au final, Severus Rogue en soupira désespérément. Décidément, il ne faudrait pas rencontrer trop souvent de ses anciens compatriotes de Poudlard. Oui, car il n’allait certainement pas faire monter le chiffre d’affaire pour Plock Gloup's. Ouais, si son employé était très naïf et gentil il adorait son commerce. On ne pouvait pas se permettre de perdre un client. Pas un qui pourrait venir et revenir et revenir … Cela concernait les loups-garous ? Fronçant les sourcils intrigués, Severus appuya la main droite tout contre son front. Pourtant, cette potion renversant les effets d’un loup-garou n’était pas prête à être mis en marché. Rémus venait juste s’informer alors et non acheter ? Severus faillit, la seconde suivante, avoir une crise cardiaque. Son cou se redressa et il se surprit d’entendre des félicitations de la part de ce Maraudeur le détestant. Arf, soupirant on ne saurait jamais ce qui prit notre cher Severus à la suite de ce qui va suivre non plus.

- Ah, euh … Merci … Hé ! Attends ! Je connais cette potion tu sais. Enfin, j’en ai énormément entendu parler et maintenant que je travaille ici, c’est encore mieux.

Dit-il s’étant même levé tout en gardant les paumes de mains appuyées en le comptoir de bois. Son regard pouvait paraître menaçant si sombre fut-il. Certes, le jeune homme avait cette envie de déblatérer sa connaissance, sa fierté. De démontrer, peut-être, à ce Maraudeur croyant tout savoir qu’il n’était pas seulement un truc bon à jeter dans un site d’enfouissement. La lourdeur du plâtre descendant vers le bas sembla alors résonner dans toute la boutique. On aurait juré que les petits pots non loin bougèrent légèrement. Bon, ce fut aussi une illusion d’optique. Oui, notre jeune homme était intimidant … Comme toujours.

- Enfin … Je ne suis pas né de la dernière pluie. J’en connais énormément quant à ces créatures nocturnes. J’en côtoie même un parfois.

Termina-t-il dans sa voix grave habituelle l’esprit toujours dans l’optique de se rendre fier devant Rémus Lupin. Il avait baissé son regard de jais s’occupant de ramener l’écharpe tout autour de son plâtre. Le loup-garou dont il parlait n’était, évidemment, pas Lupin. C’était bien Fenrir Greyback. Un sourire en coin, le jeune homme se surpris à penser que cet homme était un total idiot. En somme, c’était le chien, l’animal des Mangemorts. On lui commandait des ordres comme ce simple «va chercher» et il les faisait sans rouspéter soit totalement obnubilé par sa soif de chair et cela sans transformation ni poser des questions. Côté intelligence, il ne valait absolument rien. Comme s’il était totalement obnubilé par sa soif de chair et cela sans transformation. Néanmoins, il restait extrêmement dangereux en période de pleine lune pour ses ennemis, mais aussi pour ses alliés. Oui, vous avez raison, notre intelligent ex-Serpentard ne l’a jamais aimé.

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Mar 1 Mai - 22:47

Vous remarquerez par contre que Remus avait à présent un point de chantage sur la personne de Severus Rogue. En effet, il avait eu vent des évènements de l'après-attaque de Ste Mangouste et il avait entendu de la bouche de son meilleur ami que Rogue avait fait usage d'un de ses propres sortilèges, ce qui avait permis d'affirmer avec quasi certitude qu'il était présent à cette bataille – et pas dans le rang des gentils. Le lycan avait entendu dire que sa tête avait été mise à prix. Remus connaissant à présent où il travaillait, il aurait tôt fait de rameuter les autorités du ministère – donc les Aurors ici afin de le prendre au piège. Oui... S'il était méchant du moins. Mais, étrangement, s'il n'avait pas de raisons de faire quoique ce soit – c'est-à-dire si on ne s'en prenait pas à lui ou qu'on ne le faisait pas de tord, alors il ne cherchait pas à en faire non plus. Ce n'était pas sa nature. Mais peut-être que si Severus Rogue se montrait quelques peu irrespectueux envers lui, alors il jouerait à ce jeu-là aussi en lui disant qu'il serait facile de laisser filer l'information... D'ailleurs, si sa tête était mise à prix par le ministère, comment cela se faisait-il qu'il pouvait aller tranquillement travailler sans craindre se faire voir, attraper ou vendre par quelqu'un ? Quoiqu'il en soit, c'était une chose à garder dans un coin de sa mémoire.

Coincé... En fait, il n'avait pas l'air plus coincé que son ancien camarade d'école. Soyons francs, Severus Rogue n'avait jamais été connu pour être vraiment « sociable ». Remus, lui, était même très sociable mais certes il était réservé. Il y avait une nette différence entre être coincé et réservé. Sauf quand il connaissait les personnes très biens, alors là il était très amical. Mais depuis qu'il était tout petit – à partir de ses six ans – le monde pour lui avait pris une toute autre dimension et une dimension par réellement positive. Plutôt néfaste même. Alors il s'était renfermé sur lui et si cela pouvait passer aux autres pour du « être coincé » et bien ce n'était en réalité que de la réserve et un instinct très fort de vouloir avant tout se protéger du monde extérieur. Son monde ne concentrait que quelques personnes en lesquelles il avait une absolue et presque aveugle confiance, quelques personnes à qui il confierait sa vie volontiers. En-dehors de celles-ci, réserve et méfiance était de mise. D'une certaine façon, et pour faire un jeu de mot très « mauvais » , c'était un animal blessé qui avait été plusieurs fois mis en cage et qui à présent, tentait d'éviter tous risques de s'y retrouver enfermé.

Il fut surprit d'entendre L'ex-Serpentard le... Remercier, mais après tout il l'avait quand même félicité donc c'était la moindre des choses. Et oui, ce n'était pas parce qu'on avait quelques différents que l'on devait se crier dessus des choses horribles et insultantes à chaque fois que l'on se croise. On était quand même des gens civilisés. De plus, Remus n'était pas du genre à lancer les hostilités en premier, comme déjà dit plus tôt. Le lycan s'était arrêté, mais ne s'était pas retourné. Il semblait fixer la porte devant lui, analysant peut-être la distance qui l'en séparait... En trois enjambées il pouvait y être. Deux même. Le jeune homme avait de grandes jambes. Son regard couleur miel resta fixé sur la poignée de la porte. Il avait l'impression que L'ex-Serpentard essayait nettement de l'impressionner. S'il essayait de faire ceci, il pourrait toujours attendre pour que Remus témoigne de la plus franche admiration. Il ne l'admirait pas... Il n'aimait pas ce qu'il était devenu. Il savait qu'il était très bon en Potions mais chacun avait ses points forts et pour ce qui concernait Remus, c'était les sortilèges et la Défense. Il s'entraînait même à l'apprentissage de la magie sans baguettes ; il avalait les bouquins. Ils avaient appris les bases à l'école certes, mais ce n'était parce qu'on n'était plus étudiant qu'on devait cesser de s'entraîner.

Son attitude ne l'impressionnait pas du tout, au pire elle l'agaçait, car Remus, de son côté ne voyait pas pourquoi les gens aimaient à vanter ainsi leurs talents. Cela les regardait eux et seulement eux. Personne d'autres. Il ne trouverait personnellement jamais aucun plaisir ni gloire personnelle à « se vanter ». Sans compter qu'il valait mieux encore conserver pour soi quelques secrets, ne pas tout révéler sur soi. A ses ennemis, mieux ne valait pas trop se vanter sur ses compétences. Il n'aimait pas, et ne comprenait pas ce genre de personnes qui aimaient à se hausser ainsi. Comme si leur opinion d'eux-mêmes était à ce point piètre pour qu'ils aient besoin d'impressionner les autres... (Et toc, dans le nez !). De toutes façons, Remus avait toujours su que Rogue s'y connaissait en potions. Ce n'était pas nouveau. C'était sûrement même le meilleur de la classe. Remus n'avait jamais envié les premiers de la classe. Il était dans les premiers dans bien d'autres matières... Et puis, peu lui importait l'opinion des gens à ce sujet. C'était pour lui qu'il travaillait et il n'était pas jaloux des autres. L'envie, chez des esprits faibles, pouvait faire des ravages.

Il se retourna lentement lorsqu'il l'entendit reprendre la parole et continuer sur une très mauvaise comparaison. Sur le moment, il ne préféra même pas commenter parce qu'il n'était pas certain d'avoir très bien compris. De qui parlait-il ? Si c'était de lui, Remus, il se trompait totalement. Réfléchissant quelques secondes supplémentaires, il pensa à un autre individu. Un autre individu qui n'avait totalement rien à voir avec lui. Une bête. Rien qu'une bête, un monstre. E il était quasiment évident qu'il était avec Voldemort parce qu'il était le seul sûrement à lui donner tout ce qu'il voulait : pouvoir tuer... Prendre sa vengeance sur l'espèce humaine...

Ce ne pouvait être que Greyback parce que sinon, dans le genre « parfois », ce serait vraiment exagéré. Très exagéré. Il ne l'avait côtoyé qu'une seule fois et à peine quelques minutes. Il ne connaissait donc rien. James, Sirius, ainsi que Peter, pourraient se vanter de bien connaître un de ces individus mais pas lui. Et puis, encore heureux qu'il ne l'avait pas côtoyé plus souvent. Le « pauvre » Severus aurait été réduit en miettes, bien que bien entendu Remus n'aurait jamais pu se remettre du fait d'avoir tué, ou juste blessé quelqu'un. C'était donc certainement à Greyback qu'il faisait allusion. La personne que Remus détestait le plus dans ce monde.

« Côtoyer ? Un bien grand mot. Je ne crois pas qu'il soit du genre à s'attabler civilement à une table avec de vieux amis. Je ne pense pas non plus que l'on puisse au contraire, comment dirais-je, se... vanter, de vraiment connaître un de ces individus malheureusement.… Mais chacun choisit son camp et pas forcément le bon. »

Qui pouvait se vanter de... Connaître Greyback ? Pas beaucoup de monde et encore moins ses victimes. Il trouverait étonnant que Rogue tape souvent la discut' avec lui ou l'invitait à sa table pour dîner. De plus, cet individu, ce monstre était un cas à part avec quelques autres dizaines. Lui, il avait accepté à deux cent pour cent ce qu'il était. Même sans être transformé, il gardait beaucoup du Loup-garou. Il était suivi pas son clan dont les quelques personnes comme Remus était exclu et ils ne s'en plaignaient pas. Le seul inconvénient était que leur réputation en prenait beaucoup à cause de ces individus qui n'avaient plus aucune humanité. Il n'avait que le mot vengeance à l'esprit... Ce simple mot pouvait « bouffer » un homme de l'intérieur. Il fallait une forte volonté pour y résister. Ainsi qu'une réelle envie de s'en sortir.

« Très bien... »

Même s'il ne pensait pas qu'il en sache plus ce qui s'en disait dans les revues de Médicomagies auxquelles il était abonné. Il tenait juste à s'assurer qu'une telle potion existait bien et que malgré ce qu'ils disaient dans les revues, ce n'était pas une façon d'exterminer les Lycanthropes. Question d'instinct, il avait tendance à se méfier. Et par-dessus tout, il aimerait savoir quels étaient les risques potentiels de... Enfin, s'il pouvait espérer pouvoir avoir un jour une famille sans craindre leur faire du mal. Un jour, peut-être qu'on trouverait un antidote qui annihilerait totalement les effets de la Lycanthropie ! Peut-être était-il trop utopiste sur ce point...

Il ne savait pas dans combien de temps ils trouveront une solution contre ce « poison » qui lui maudissait l'existence ou même s'ils y parviendront mais il l'espérait. Il l'espérait pour au moins espérer pouvoir avoir une vie plus normale, et sans avoir peur de blesser quelqu'un à chaque transformation – quand bien même il s'isolait et s'enfermait loin de la ville durant les nuits de pleine lune ! Il espérait qu'un jour viendra où quelque chose pourra soulager toutes ces souffrances.

« Cela ne semble donc pas qu'une rumeur, c'est ce que je voulais savoir... Je vais donc continuer de me tenir au courant à ce propos... »

Pendant quelques instants, il posa les yeux sur le bandage que Severus portait au bras. Conséquence de la bataille à Ste Mangouste. Il ne pouvait évidemment pas s'en réjouir – car il ne souhaitait du mal qu'à son pire ennemi représenté en la personne de Fenrir Greyback -. Néanmoins, il devait avouer que s'il en était là aujourd'hui et si sa tête avait été mise à prix par le ministère, il ne devait s'en prendre à lui-même. Il avait choisi le camp de la Facilité. Le camp de la facilité oui... Prenons Remus par exemple. Il aurait été sans doute bien plus simple qu'il laisse Greyback avoir raison de lui et qu'il se laisse devenir un monstre, comme lui, mais il n'avait pas choisi la voix la plus facile. Il avait choisi de ne pas accepter ce qu'il était, de le combattre même. Et si c'était difficile aujourd'hui, ça l'avait été encore plus lorsqu'il n'était qu'un enfant.


avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Mer 2 Mai - 2:04

Severus Rogue ne portait plus beaucoup son regard en Remus Lupin. Il s’attardait plutôt derrière ce dernier. Oui, il savait que dehors deux ou trois Aurors faisaient leur ronde quotidienne autour de sa personne. Levant les yeux au ciel, le jeune homme se sentait prit au piège. Il se retrouvait dans une cage. Un peu plus et tous ces Aurors l’accompagneraient à la salle-de-bain. Non mais ! Il pourrait faire quoi ? S’échapper ? Tuer ? Sans en laisser paraître, gardant les épaules le plus large possible tout comme la tête haute, il savait que ce ne fut pas une bonne idée. Que cette attaque ne fut pas une bonne idée. Que le Seigneur des Ténèbres s’embourbait à vouloir foncer, faire exploser cette institution des Sorciers et quoi encore. À ses quinze ans, Severus Rogue était un adolescent perdu et martyrisé par ses pairs. Il perdait, de plus en plus vite alors, sa meilleure amie … La fille qui lui donna absolument tout dans sa vie. Mais là aujourd’hui, il était blasé de tout cela. Il perdait encore plus. Il perdrait le bon sens et finirait même par perdre la vie. À quelque part au fond de sa personne, il espérait tant que sa marque des ténèbres ne le fasse plus jamais souffrir. Que ce type le laisse tranquille au vu des problèmes encourus. Il en avait assez ! Oui, il avait assez de tout le monde ! Tous l’haïssaient. Il n’avait même pas demandé tout cela à sa naissance. Pourquoi ? Pff ! Subitement, il s’imagina être «La Pinata» d’une joyeuse fête entourant Mangemorts et Aurors. Il s’assit à nouveau tâchant de se demander à quoi, ou à qui, Rémus Lupin faisait référence par côtoyer. Mais il se crispa, car le Maraudeur le traitait d’arrogant.

- Je ne me vante pas. Je dis la vérité, c’est tout.

Dit-il rapidement rétorquant, tout de même, sévèrement à cet ennemi parmi tant d’autres. Son regard noir frappa celui plus doux de Remus. Severus remit son bras au niveau du comptoir s’étant alors vite aperçut des yeux du Maraudeur baissés dessus. Un sourire en coin aux lèvres, il voyait clairement en le jeune homme de la pitié. Eh bien, ce ne serait pas en James Potter qu’il verrait cela. Ce dernier devait être dans une rage folle que Severus s’en soit sorti avec uniquement un interrogatoire. Quelque chose qui donnait un grand bien au jeune homme malgré le monde étant contre lui. On avait nos petits instants de plaisir si peu nombreux et joyeux soient-ils. Toutefois, Remus ne semblait guère désireux de continuer la conversation voir même de l’écouter lui. Répondant par deux mots ayant compris apparemment, il fit mention de continuer à s’instruire par ses propres moyens. Il avait fichtrement peur de recevoir un Sectumsempra en pleine tête. Hochant négativement, mais aussi lentement de la tête, Severus soupira ensuite désespérément.

- Je dois t’avouer qu’il n’y a guère de loups-garous donc c’est vrai qu’il est aisé de découvrir qui en est un :surtout un loup-garou aussi violent que Fenrir Greyback. Je ne l’ai vu qu’une seule fois et ce fut bien assez. J’ai lu beaucoup sur ces créatures. J’ai peur que la potion ne soit pas assez efficace contre ceux qui sont dits plus «animal».

Son regard resta noir disant la vérité sur Greyback et lui. Heureusement, ce dernier ne fut pas à Sainte-Mangouste. De toute manière, le Seigneur des Ténèbres ne l’aimait pas vraiment le trouvant trop stupide. Enfin, selon Severus évidemment. On ne pouvait pas réellement percevoir si Severus Rogue était en bonne entente actuellement avec son interlocuteur ou en mauvaise entente. En fait, il mettait au défi Rémus de lui dire être un vil, un imbécile ne méritant que la prison alors qu’il tâchait, tout simplement, de … L’aider. Pourquoi l’aider au fait ? Aucune idée, mais Severus Rogue en avait plus qu’assez de se faire jeter dans la boue tout le temps. Il était un adulte et surtout pas comme cet imbécile de Potter. Il voulait se rendre fier de son emploi. Il désirait aussi se rendre fier au niveau de ces foutus Aurors le croyant meurtrier. Pff ! Il n’avait jamais tué pour commencer.

- … À ce que j’en ai lu, ils ont réussi à trouver le virus de la lycanthopie pour utiliser leurs termes. Et Ce que je veux dire par des loups-garous étant plus animal que d’autres, c’est que chez ces derniers il est probablement moins puissant physiologiquement.

Un regard désirant tout dire. Un regard penché encore en Remus Lupin. Alors, est-ce que ce dernier penserait en bons termes de cette hypothèse scientifique ou non ? Évidemment, vous aviez aussi l’école de pensé voulant s’entendre sur le fait que la lycanthropie était uniquement culturelle … Qu’il n’y avait rien à faire. Difficile à croire toutefois. Le jeune homme semblait s’exciter intérieurement d’être plus intelligent que ce Maraudeur là maintenant.

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Dim 13 Mai - 14:28

- Je ne me vante pas. Je dis la vérité, c’est tout.
- Certes. Pour le coup je dois au moins reconnaître cette qualité.

Ah bon... Très bien. Il ne se vantait pas, parfait alors dans ce cas. Ce n'était pourtant pas l'impression qu'il avait donné. Il lui avait au contraire donné la sensation de « se vanter » auprès de lui en commençant par parler de ses aptitudes dans les potions, il avait donné l'impression de s'en enorgueillir mais cela ne marcherait pas. Il en fallait plus pour l'impressionner. Il préférait de loin la modestie, non la fausse modestie ou l'hypocrisie. La sincérité... Ne pas grossir les faits afin de vanter ses qualités et ses mérites auprès des gens. Le plus important était de savoir ce qu'on valait nous-mêmes. Il partait du fait que l'on faisait quelque chose simplement pour soi et non pour les autres. Non pour se « donner des airs ». Oh non, il n'était pas en train de lui donner des leçons. A vrai dire, il s'en fichait pas mal des gens qu'il essayait d'impressionner par ses talents... Il ne faisait aucun doute que c'était de cette façon qu'il avait essayé de se rendre utile auprès des mangemorts...

C'était bien les seules personnes auprès desquelles il pourrait se rendre aimable – grâce aux services qu'il pouvait leur rendre. Parce que Remus ne pensait pas que des relations profondes d'amitiés pouvaient exister parmi ces personnes. Ils ne se servaient des gens que parce qu'ils en avaient besoin, que parce qu'ils pouvaient se rendre utiles. Cela n'avait rien à voir avec de vraies relations. Par ailleurs, le lycan pourrait éventuellement reconnaître qu'il n'y avait pas que du mal en Rogue, même s'il ne le montrerait jamais –. Tant qu'il restait un peu d'humanité en quelqu'un, alors il ne pouvait pas être totalement mauvais. Il y avait du bon en chacun... Remus était bien placé pour le savoir puisque lui-même partageait une partie bénéfique et une partie maléfique, tentant toutefois de ne jamais laisser gagner la seconde.

Il devait reconnaître aussi qu'il ne voyait pas exactement la même chose dans l'attitude de l'ex-Serpentard par rapport à ses autres camarades de Serpentard. Enfin, il n'allait assurément pas le défendre évidemment car il y avait des choses qui s'étaient par le passé produites qu'il ne pouvait pas oublier ; des choses incluant ses amis. Ce qu'il lui arrivait, il l'avait bien voulu. Parce qu'il était beaucoup trop facile de dire « c'est la faute des autres, ce sont eux qui m'ont rejeté. » Remus aussi était rejeté par une bonne partie de la société et il ne s'était jamais laissé à admettre ce côté noir de lui-même. Non, Severus l'avait bien voulu, sinon il aurait trouvé une façon quelconque d'éviter que l'histoire de passe ainsi. Il était mal entouré.

Même s'il n'était jamais trop tard pour se repentir...

Il pourrait sortir dehors et aller alerter, sans en dire mot à Severus Rogue, les Aurors afin qu'ils l'arrêtent. Il était recherché depuis la bataille à Ste Mangouste. Il le savait. Il le savait par James qu'il avait croisé quelques temps auparavant. En arrivant ici, il en avait croisé qui déambulaient dans les rues. Il lui suffisait de sortir, de leur dire que la personne qu'ils recherchaient était là. D'ailleurs, pourquoi ne le faisait-il pas ? Il n'en savait rien... Sans doute cela avait-il à voir avec une petite culpabilité. Et puis il ne lui avait rien fait ou dit de mal et Remus n'était pas le genre de personnes à vendre les gens ainsi. Encore moins à les faire chanter d'ailleurs. Il ne savait pas vraiment pourquoi il n'était pas déjà aller les prévenir.

S'il y avait une chose dont il n'aimait parler, c'était bien de Greyback. S'il y avait un seul nom au monde qu'il ne supportait pas d'entendre ; un seul nom au monde qui lui donnait envie de se mettre dans une rage folle, il s'agissait bien de celui à qui il devait sa lycanthropie. Fenrir Greyback. Ce seul nom lui donnait des envies de vengeance. C'était de sa faute s'il était ainsi aujourd'hui, de sa faute s'il n'avait jamais pu avoir d'enfance normal, de sa faute si son père avait fui parce qu'il ne supportait plus de constater l'état dans lequel était son fils par sa faute. S'il ne mentionnait ce nom en présence de ses amis, il le mentionnait évidemment encore moins avec ses « ennemis » (remarquez que le mot est entre guillemets...).

D'un, il n'était pas très bavard, mais de deux il avait encore moins envie d'entendre prononcer le nom de celui qui avait fait de lui un martyr. Aussi sentit-il sa mâchoire se crisper tandis que ses prunelles s'amincissaient tandis qu'il conservait son regard fixé sur l'ex-Serpentard. Evidemment, ce n'était pas de la provocation puisqu'il ne savait pas que c'était lui qui était responsable de son état (d'ailleurs comment aurait-il pu le savoir à moins que Greyback se soit vanté auprès de tous les mangemorts en leur donnant la liste complète de ses victimes ?) – et il n'y avait pas qu'un seul lycan en Angleterre ; c'était cependant l'un des plus sanguinaires qui l'avait condamné au même destin que lui. Même si sur bien des points leur destin n'était en rien similaire... Néanmoins, en écoutant Severus, Remus contint un rire amer.

« … De toutes façons, je doute sincèrement que les gens comme... Greyback... » et l'on pouvait voir dans le simple ton de sa voix qu'il détestait foncièrement l'énonciation de ce simple nom. « … voudraient prendre ce genre de potions dans l'espoir de contrôler leurs instincts meurtriers puisqu'ils ont totalement accepté leur nature jusqu'à ne faire même plus qu'un avec... »

Et toc monsieur qui voulait se croire plus intelligent que l'un des Maraudeurs...

Par ailleurs, ils avaient un point commun puisque lui aussi ne l'avait vu qu'une seule fois et cela lui suffisait amplement. Il n'avait que six ans mais il n'était pas près de l'oublier. Ni l'éclat féroce de son regard, ni cette bestialité qui émanait de sa personne... Sans compter cette puanteur. Un monstre. Il ne l'avait vu qu'une fois mais il était à jamais gravé dans son esprit... Il aurait préféré d'ailleurs l'oublier. Le pire était qu'il avait par la suite revécu ce moment incessamment dans son sommeil. Il se réveillait en sursaut et restait sans bouger, au fond de son lit et en silence, à écouter. Comme si brusquement il avait peur de le voir réapparaître. Comme si après l'avoir transformé, il devait revenir pour le chercher, l'emmener avec lui afin de l'éduquer comme lui... Comme lui et comme tous ces enfants qu'il avait déjà mordu sans doute. En grandissant, ce sentiment de peur s'était mué en quelque chose d'autres. En un sentiment de colère. Il voudrait tant lui faire payer tout ce qu'il avait fait ; pas uniquement à lui mais également ce qu'il faisait à tous les autres enfants. A cause de lui, combien de familles s'étaient-elles déchirées ?

… Et ce n'était pas parce qu'il n'en avait jamais vu qu'un seul, que les Loup-garous étaient rares. Ils se montraient rarement aux autres, c'était plutôt ça la vérité. Mais Fenrir Greyback aimait bien trop mordre pour ne pas se faire plaisir de temps à autre et condamner d'autres enfants eux aussi. Il en était certain... Certes, certains d'entre eux ne survivraient pas et à son sens, c'était bien mieux pour eux. Au moins ils ne souffriraient plus... La mort était bien plus préférable au fait d'être un monstre pour le restant de sa vie.

« … Reste à savoir si ce sera suffisant pour les autres. » fit-il toujours aussi sombre, et ne voulant surtout pas se faire de faux espoirs trop vite ! Quoiqu'il en soit, il trouvait de plus en plus étrange de discuter de ce genre de choses avec Severus Rogue mais il fallait bien laisser un peu les vieilles querelles d'adolescents derrière et il ne lui avait rien fait, alors Remus ne ferait pas preuve de méchancetés gratuites. « Je suppose qu'il leur faudra les tester... Pour être sûrs que ça convienne et que ça ait les effets voulus, donc que c'est loin d'être prêt encore... »

Il ne devait donc pas espérer trop vite... Rien n'était fait. Il fallait tester cette potion. Peut-être qu'elle ne ferait pas l'effet escompté... Du moins, peut-être qu'elle ne marcherait pas du premier coup et qu'il faudrait la reprendre plusieurs fois. Cela prendrait peut-être encore plusieurs mois avant qu'ils trouvent une potion vraiment efficace...




avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Dim 13 Mai - 19:44

Il s’appuya le dos tout contre le mur. Oui, celui donnant tout contre le comptoir de la caisse. Assis, le bras toujours sur ce dernier pour cause de blessure involontaire par un homme qu’il n’aurait jamais cru agir comme il l’eut fait, Severus se laissait aller à écouter Lupin. Un sourire en coin ayant surgi préalablement. Tiens, Remus le complimentait sur quelque chose subitement. Peut-être était-il extrêmement nerveux quant à sa condition. La pauvre Marlène … Marlène. Dire qu’ils discutaient allègrement tous les deux avant. Pff, le jeune homme lâcha le sol de ses yeux noirs et revint les poser en le Maraudeur sur ses devants. Las, il haïssait penser et ressasser ses erreurs, ses stupidités et elle en son esprit. Elle ne le quittait presque pas. Et voilà, il n’aurait certainement pas du songer à cette jeune femme que la belle rousse repoussa les limites de son esprit pour se frayer un chemin jusqu’à lui. N’empêche, elle était si forte et têtue en même temps. Elle pourrait briser n’importe quoi. On aurait put voir, avec force détail, un minuscule sourire à la commissure des lèvres de Severus. Rien de bien spécifique, mais toujours là lorsqu’elle restait présente en lui.

- En effet, il faudrait probablement deux types de force pour la solution …

Rétorqua-t-il sans presque rien laisser paraître de son haussement de sourcil quant à la prononciation du nom Greyback par Lupin. Une exclamation de type soupir sortie d’entres les lèvres du jeune homme. Il baissa la tête. Serait-ce Greyback qui le transforma en loup-garou ? Ce ne serait pas impossible au final. Ne pensez tout de même pas que Severus Rogue s’intéresse aux nombreuses victimes du loup-garou. Déjà, il l’évitait comme la peste … Juste à l’odeur, il n’était pas réellement fréquentable. À quand le Mangemort qui va faire prendre un bain à leur toutou bien dressé : il va probablement se faire porter pâle ce jour-là. Un sourire en coin fusa, car cela le fit rire. Il aimait se moquer de ce compagnon Mangemort. Lupin continuait sur sa lancée moins sûr semblait-il plus il parlait. Soupirant, Severus se redressa dans son siège. Dommage, il n’avait pas son livre à portée de main. Il se trouvait chez lui. C’était un livre sur les loups-garous, mais un livre plutôt noir. Tous les travers de ces créatures depuis l’aube des temps sans aucune censure. Quelque chose que Lupin se refuserait de lire pour sûr. Notre jeune homme eut une chance terrible de trouver ce bijou : il fut en vente à Barjow et Beurk. À vois seulement un côté de la médaille, tu en oublies l’autre et tu ne vois pas clair. Voici le problème de nombreuses personnes aujourd’hui chez les Sorciers. Peut-être même que les scientifiques inventant cette potion a oublier de lire ce livre et donc en oublieront une partie de la population ciblée.

- C’est certain qu’il faudra tester cette potion. Il faudrait qu’ils s’attrapent quelques loups-garous pour cela. J’imagine qu’ils seront payé au prix fort. Je suis certain que tu voudrais être l’un de ses testeurs Lupin, je me trompe ? Puis, je doute que tu courrais un danger. Comme tu le dis toi-même, ce sera surtout ceux acceptant leur lycanthropie le problème comme … Greyback.

Toute sa tirade fut dite sur un ton morne. À la toute fin, il avait descendu les yeux en direction de ses bras au comptoir, de son plâtre évidemment, pour bien scruter la réaction du Maraudeur quant à l’évocation de ce nom une autre fois. Severus était curieux sur cela. Est-ce que c’était vrai ? Ce devait être une véritable torture pour lui. Il devait désirer ardemment le tuer. Puis, s’ils n’arrivaient pas à restreindre les bas instincts de ces loups-garous, on n’aura plus vraiment le choix. Il faudra les éliminer pour la sécurité de la population. Severus semblait songeur, mais déblatéra tout de même le pourquoi de ses pensées soudaines.

- Fut-il ce loup-garou qui te donna … ? Greyback, je veux dire. Je ne sais pas si tu seras heureux ou non de mon hypothèse, mais je doute que quiconque puisse lui enlever ses instincts animals maintenant. Pour lui, je crois qu’il ne lui reste plus que la mort.

Un autre regard scrutateur vers Remus pour tâcher de voir comment ce dernier allait réagir. D’un côté, Severus se rendait nerveux. Il avait peur de se faire frapper au visage. De l’autre, il appréciait cette joute de pouvoir. Pour une fois, il pouvait le faire sans s’être retrouvé au sol immédiatement. C’était fort agréable au final. Le poing droit tout contre sa joue, il semblait réfléchir encore. Plus observateur serait le mot. En ce qui le concernait, ce ne serait pas difficile de tuer cet animal. Cela le surprenait même comparativement aux innocents à Ste-Mangouste. Toutefois, personne n’est sensé savoir ceci. Non ?

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Lun 21 Mai - 23:39


Greyback. Il mourrait d'envie de se retrouver face à lui, de se venger pas seulement pour lui, mais pour venger tous les autres à qui il s'en était pris par le passé et dont il ignorait les trois quart des noms. Il en connaissait quelques-uns. Des personnes avec qui il était devenu « ami » et qu'il avait croisé au hasard, un jour, avec qui il avait lié conversation. Il avait un sixième sens pour reconnaître ceux qui étaient comme lui... Sans compter qu'il y avait des signes qui ne trompaient pas. Il avait rencontré des gens et ces gens-là avaient tous la même aversion, ou plutôt peur, envers Greyback. Parce que le plus souvent c'était la peur qu'il déclenchait chez les uns et les autres. La peur, le dégoût, l'aversion, mais la peur paralysait la plupart ce qui faisait qu'ils préféraient rester loin de lui. Ils ne voulaient pas s'y frotter. Mais Remus s'en fichait si, au final, il en ressortait blessé ou pire de ce combat. Il aurait vengé des centaines de personnes...

Severus Rogue avait peut-être lu des livres que lui n'avait pas lu mais lui, il avait rencontré des gens qui avait croisé Greyback un jour, quelques personnes qui s'étaient même trouvé intégrées à son clan avant de s'en enfuir... Ils lui avaient appris beaucoup de choses. Pas encore assez. En un an, il en avait rencontré quelques-uns et il en avait même aidé certains. C'est pour cette raison qu'il continuait d'emmagasiner le plus de connaissances possible dans le seul but de vaincre son ennemi de toujours. Avant même les mangemorts, Greyback était son premier ennemi à vaincre.

Néanmoins, il n'était pas inconscient au point de se jeter tout seul dans la gueule du loup. Il n'était pas comme ses amis. Il préférait réfléchir avant d'agir... Et de temps à autre, il ne pouvait s'empêcher de faire ressentir dans le ton de sa voix l'aversion qu'il pouvait ressentir envers cet être dépourvu d'humanité qui représentait tout ce contre quoi il se battait depuis qu'il était petit. Mais il s'en fichait au fond. Que Rogue sache ou non que c'était lui était la cause de ce qu'il était. Il s'en fichait. Par ailleurs, s'il pouvait l'aider à monter un plan pour essayer de l'attraper, ce serait très apprécié... Attendez, non je plaisante évidemment. Non mais restez sérieux, vous voyez Remus Lupin et Severus Rogue mettre leur sentiments de côté et collaborer 'ensemble' dans l'intention de piéger Greyback ? Dans un autre monde oui peut-être ! Mais pas dans celui-ci. Et encore, sûrement un monde dans lequel les choses auraient été autrement de ce qu'elles sont ici par exemple, s'il n'y avait jamais eu les Maraudeurs et que le Gryffondor et le Serpentard auraient tissé des liens d'amitiés quelconque... Parce qu'au fond, leur nature se rapprochaient sur certains points.

Quoiqu'il en soit, Greyback était un monstre qui faisait peur à tout le monde et Remus ne croyait pas que, même s'ils réussissaient à faire deux forces pour la potion, les gens comme Greyback voudraient l'avaler. Déjà, il faudrait essayer de la leur faire avaler de force et je vous préviens que la force des loup-garous reste considérable et qu'un humain n'aurait aucune chance face à eux. Il ne boirait pas de potion. Il aime la violence, la force que lui procure le fait d'être ainsi. Ils aiment ce sentiment de puissance qui les envahit et qui leur permets de tout faire, d'être plus fort que les êtres humains normaux. Même s'il existait une potion plus forte, jamais ils n'iraient abandonner cela. Ils avaient pris trop goût à ce qu'ils sont... Les plus grands meurtriers d'entre eux ne pouvaient plus redevenir comme avant. Le mot avant tait rendu impossible par la quantité de sang qu'ils avaient fait couler au fil du temps...

La seconde fois cependant que le nom fut énoncé, Remus conserva cette fois son calme et ne démontra même aucune nervosité. Il s'était préparé en lui-même et il se contint d'afficher quoique ce soit, démontrant ainsi de la maîtrise de ses sentiments. Qui plus est, il réfléchissait à autre chose. Il réfléchissait à la proposition de Rogue à savoir pouvoir aider les scientifiques pour tester les différentes potions. Sa volonté de pouvoir aider était forte. C'était même celle qui avait toujours été la plus forte. Et puis, même si les potions n'étaient pas encore vraiment prêtes, il n'allait pas en mourir. Il avait l'opportunité d'aider ainsi la sciences, ce serait incompréhensible pour lui de refuser. Bien sûr qu'il avait déjà pensé à se proposer pour tester la potion...

Il haussa un sourcil à ses mots mais ne répondant rien, il se contenta de le fixer pendant quelques secondes. Il ne répondit pas à sa question. Question à laquelle il n'avait pas envie de répondre. Severus qui faisait dans l'humour maintenant ? Croyait-il vraiment que Greyback – et ceux de son clan – se laisseraient attraper aussi facilement ? Non, il fallait des espions. Des espions pour s'intégrer au milieu d'eux, les suivre pendant quelques temps, trouver les failles dans leurs cuirasses. Et lorsque le glas sonnera, Remus espérait bien être celui qui mettrait un frein aux agissements de Greyback. Il était persuadé que c'était en quelques sortes le chef, l'Alpha... C'était sûrement lui qui mordait le plus de gens, qui condamnait. Sans lui, son clan serait défait. C'était lui qui les réunissaient. Severus Rogue pensait-il donc qu'il pensait à une autre fin pour lui ? Remus ne souhaitait la mort de personne, c'est vrai, mais lui c'était l'exception qui confirmait la règle.

Si Severus pensait possédait tout « pouvoir » sur la situation, il se trompait lourdement. A vouloir avoir le pouvoir, c'était ce qui pouvait nous perdre. Remus, lui, n'essayait de dominer personne, jamais. Voudrait-il peut-être essayer de lui faire croire qu'il connaissait plus de choses sur les Lycanthropes que lui-même ?

Remus ne se laissa pour rien au monde dominer ou ne montra aucune faiblesse. Comme en laissa deviner le ton de sa voix lorsqu'il répondit – ton calme et posé, mais ferme. « Parce que tu penses peut-être que j'oserai imaginer le sauver  ? C'est comme un mangemort, tout aussi inhumain, mais en bien plus dangereux encore. » Car à son sens il fallait être totalement dépourvu de sens humain pour pouvoir tuer quelqu'un, pour s'en prendre à des innocents... « Il n'y a aucune échappatoire. J'espère bien être celui qui mettra fin à son règne. Cela risque de dissoudre son clan... Un clan, sans un chef, est désordonné. Sans lui ils seront vulnérables. Peut-être même que certains voudront changer de vie, essayer de changer... Je n'ai aucun doute là-dessus. Greyback est craint partout où il passe, même parmi ses semblables. Il est aussi le seul lien qui les rattachent entre eux. Certains voudront le remplacer et il est fort probable qu'il y ait plusieurs candidats... » Ce qui risque de déclencher une mini guerre civile chez les loup-garous. « Il est un exemple de bestialité hors du commun et le plus grand danger est de le sous-estimer. Tout le monde a cependant des faiblesses.  »


avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Jeu 7 Juin - 2:31

Tiens, tiens. Remus avait décidé de se taire. Pour un moment du moins, le jeune homme n’ajouta plus rien. Il ne faisait aucun mouvement brusque qui aurait put dire à son cher interlocuteur dans quel esprit il se situait. En colère ? La peur peut-être même ou la tristesse ? Voudrait-il tuer Greyback à ce point-là où, en bon ancien Gryffondor et chevalier de la justice, lui laisser la vie sauve ? Ces simples pensées faisaient horreur à Severus. Comment pourrait-on rester de marbre aux horreurs, aux meurtres que commettait le loup-garou. Il soupira et abaissa son regard pour, ensuite, se mettre à tripoter une plume avec sa main valide. L’instant d’avant, celle-ci se situait dans un encrier à la droite du jeune homme. Puis, notre client se remit à discuter. Au même moment, une femme entra dans l’établissement. Elle avait jeté un coup d’œil rapide au comptoir, mais apparemment surprise, se tourna vers les étagères. Sans sourire, Severus la suivi un peu du regard tâchant de voir l’ingrédient qu’elle souhaitait acheter.

- Et s’il était aussi un Mangemort …

Fit Severus ramenant le regard directement en Remus lorsque se dernier mentionna la réalité de Greyback en lien avec les Mangemorts. Son geste fut un peu brusque. On l’avait senti subitement impulsif et prit de court par les paroles de son interlocuteur. Ses yeux noirs semblèrent même s’être obscurcis un peu voir devenus plus profonds, intimidants à souhait. Il souriait encore moins. Alors, il était inhumain … Évidemment, Severus n’allait pas avouer à Lupin être un Mangemort ou lui montrer la Marque des ténèbres. Il y avait déjà assez des Aurors le soupçonnant d’un peu trop près. Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase à ce que vous avez remarqué évidemment. Alors que Remus continuait à déblatérer sur Greyback et la perte de ce dernier pour son clan notre jeune homme vit la femme venir à lui. Alors, elle avait plusieurs ingrédients. Il lui fit un signe de tête franc tout comme à Lupin pour la faire passer en premier. Certes, apparemment, elle avait entendu leur conversation. Oui, elle déposa ses marchandises sur le comptoir alors que Severus commença à faire le compter à la caisse, mais elle parla aussi.

- Vous parlez de Greyback ! J’aimerais bien oui ! C’est un monstre comme tous les Mangemorts ! Il faudrait que le Ministère s’y mette une bonne fois pour toute et nous rase tous ces foutus loups-garous. Des créatures du diable oui ! Ce serait bien qu’ils se battent entre eux oui au lieu d’aller mordre des innocents !

- Oui madame …

Rétorqua de manière calme et machinale à l’inverse du ton employé par la femme. Juste pour qu'elle ne voit pas plus rouge s'il l'ignorait. Il mit les ingrédients dans le sac que lui présenta la cliente sans laisser paraître un certain amusement quant à Remus. Cela l’amusait, car la femme ne semblait nullement au courant de l’antidote qui viendrait à bout de la lycanthropie mélangeant tous les loups-garous soit ne les séparant aucunement. Greyback serait comme Lupin selon elle. Alors qu’elle cherchait sa monnaie, Severus leva un regard sur ce dernier pour avancer, très sérieusement et de manière plus intelligente que le fit la dame. Un ton grave et malicieux s’en suivit. Un ton bas aussi que la femme enregistra tout de même un peu fronçant les sourcils.

- Tu parlais de sa faiblesse. En effet, il en aurait peut-être. Il ne pourrait jamais penser que du tord lui arriverait du côté de ses amis. Enfin, je crois.


Que c'était bon laisser mijoter Lupin. Pour une fois que ce n'était pas lui, Severus, qui cuvait.
Spoiler:
 
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Dim 17 Juin - 0:08

Remus était de nature à pardonner, à toujours vouloir essayer de voir le bon en chacun mais il était évident que chez certaines personnes, il était vain de rechercher du bon tout comme il était bien vain d'essayer de leur trouver des excuses pour ce qu'ils faisaient ou encore pour espérer qu'ils pouvaient changer. Certaines personnes, malgré toute notre volonté, ne pourraient changer. Non, Remus était de nature très tolérante la plupart du temps et pardonnait facilement... Mais à l'encontre de celui qui l'avait maudit à vie, il ne ressentait que de la colère et de la haine et il n'attendait qu'une seule chose : le jour où il pourrait enfin se venger de lui. Pas uniquement pour ce qu'il lui avait fait lui mais également pour ce qu'il avait fait à tous les autres enfants comme lui, à toutes les familles qu'il avait brisé par simple plaisir parfois... Il ne pourrait certainement pas lui pardonner. Comment cela serait-il possible ? Après tout ce qu'il avait connu à cause de lui.

Il dissimulait la plupart du temps tout ce ressentiment qu'il avait envers le loup-garou et le contrôlait plutôt bien, mais ce sentiment était là. Et vous savez quoi ? L'espoir d'un jour pouvoir le trouver sur son chemin et se venger de tout ce qu'il avait fait lui donnait le courage de continuer à se battre. Evidemment, ce n'était pas la seule raison qui faisait qu'il avait envie de continuer... Il avait sa mère, ses amis – qui étaient de merveilleux soutiens – et il avait Marlène. C'était les éléments qui parvenait à lui maintenir la tête hors de l'eau. Il savait qu'ils étaient là pour lui, comme ils l'avaient toujours été, et qu'ils le seraient toujours. Du moins le plus longtemps possible... Enlevez-lui ses amis, et il n'avait plus rien. Otez-lui cette force et il n'avait plus de raisons de continuer de lutter... C'était ce qui l'aidait à tout supporter.

S'il était un mangemort ? Pas à part entière mais il n'y avait aucun doute qu'il en était un. Néanmoins, il n'avait en quelques sortes que faire de cette guerre entre sorciers. Lui, Remus était persuadé que ce qu'il désirait le plus au monde c'était des victimes – enfants de préférence – qu'il contaminerait et élèverait ensuite dans la haine des humains. Au fond il ne désirait qu'une chose : une armée de loup-garous pour pouvoir prendre sa revanche sur les sorciers. Et c'était exactement ce que se rallier à Voldemort lui procurait. Alors, après, qu'il soit ou non mangemort, ce n'était que de piètre importance à son sens. Peu importe s'il portait la marque ou non, il servait Voldemort. C'était amplement suffisant... Marque ou pas, il était avec même si Remus était certain que Voldemort et ses mangemorts ressentaient le plus profond dédain envers lui et ne le considérait pas davantage moins qu'un monstre. Mais, comment dire, il lui était utile...

Mais Remus, voyant approcher une femme du comptoir, se tut et ne prononça plus un mot le temps qu'elle passa à côté. Il se renfrogna tout en demeurant plongé dans ses pensées. Il avait bien vu le regard de Rogue s'assombrir lorsqu'il avait parlé de l'inhumanité des mangemorts et il était même prêt à le réaffirmer encore. Oh, il ne doutait pas, qu'étant Serpentard il n'avait pas quelques connaissances mangemorts et après tout, il était probablement même l'un deux. Ce ne serait guère étonnant. Il était cependant prêt à le réaffirmer, les mangemorts étaient inhumains. Ils n'avaient aucun scrupules à tuer des gens innocents pour parvenir à leurs buts alors oui, c'était lâche et inhumain.

Le jeune homme grimaça légèrement en entendant la femme villipander sur les loups-garous (et le smangemorts et leur donnant le statut de créatures du diable. Elle n'avait hélas pas tord dans les faits, Remus ne pourrait la contredire sur cela. Néanmoins, elle était représentatif de cette partie de la société qui parlait d'un élément comme étant un tout. L'ex-Gryffondor fut encore plus sûr de lui sur le fait que les gens comme Greyback leur faisait vraiment du mal à eux, ceux qui aimeraient bien s'en sortir. Il ne pouvait qu'approuver ces propos et les comprendre cependant. Ils avaient peur ; ils craignaient pour leurs enfants, leurs maris. Il ne prit pas réellement pour lui ses mots, ne se considérant justement pas comme lui, néanmoins il en fut triste.

Il laissa Rogue s'occuper de la dame et resta tout autant silencieux le temps qu'elle trouve sa monnaie afin de payer ce qu'elle devait. Il n'avait pas l'intention de parler avant qu'elle soit partie aussi n'était-il pas dérangé de passer inaperçu pour le moment mais ce fut Rogue qui reprit la parole, d'une voix plutôt basse. Ses mots lui fit lever un sourcil de perplexité alors qu'il lui demandait le plus sereinement du monde.

« … Tu crois vraiment qu'il a des amis ?... De vrais amis. Je ne crois pas qu'il ait assez de confiance envers qui que ce soit pour accorder le statut d'amis à quelqu'un... Et Merlin soit loué je ne fréquente aucun mangemort donc je ne pourrai poser cette question à personne, mais je doute sincèrement que même parmi les mangemorts, on le considère comme un ami. Un allié, oui peut-être... » Jusqu'à ce qu'on en ait plus besoin du moins mais ça, c'était le principe même d'être mangemort non ? Puis, il poussa un peu plus loin... Un tout petit peu plus loin... « Mais peut-être pourrais-tu me renseigner mieux là-dessus sans doute... »

916 mots.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Mar 19 Juin - 0:22

Il avait envie de crier victoire. Il jubilait littéralement. En son fort intérieur, Severus se sentit heureux. La grimace de dégoût par rapport aux paroles de la dame ne manqua pas d’apparaître. C’était si délectable. Si, au moins, les trois autres idiots vivraient cela aussi : Severus en sauterait probablement de joie. Non, mieux ! Il rigolerait à gorge déployée tellement tout ceci était loufoque, parfait. Un moment à ne point oublier et qui le faisait sentir puissant, intelligent au lieu de faible et stupide. On put voir un sourire en coin alors que l’ironie flottait jusqu’à Severus Rogue. Ok, il travaillait aussi. S’il oubliait de se concentrer, une erreur surviendrait. Oh non ! Pas question de faire une erreur et s’attraper les foudres de la dame déjà plutôt caractérielle. On ressentit un léger rire malgré tout. Rire que pendant une seconde, la dame remarqua. Le jeune homme dut l’observer machinalement, car elle reporta son attention à tout mettre dans son sac et donna finalement le bon compte

Néanmoins, Remus ne rétorqua rien d’autre pour le moment. Bon, en même temps, notre jeune homme appréciait ce temps mort. Effectivement, car se servir d’une caisse enregistreuse avec seulement une main n’était pas très facile. C’était même très difficile. Son plâtre se trouvait lourd. Il ne pouvait donc pas agir assez vite. Son regard releva subitement vers Remus qui rétorqua finalement quelque chose. Waouh ! Il se fit discret celui-là pour un moment. Notre jeune homme se surpris même de l’entendre parler. Fronçant les sourcils, il hocha très légèrement et négativement de la tête comme pour sembler dire … Tu ne l’as vraiment pas là mon cher. En fait, ce fut exactement ce en quoi Severus songeait. Il allait ouvrir la bouche, mais s’arrêta aussitôt agacé de se faire arrêter si brusquement. La dame semblait vouloir rajouter quelque chose avant de partir apparemment.

- C’est bien jeune homme de n’avoir aucun lien avec ces criminels. C’est si vous me disiez le contraire que j’aurai appelé les Aurors de suite ici.

Dit-elle tout en remontant de manière très suspicieuse son regard sur Severus. Ce dernier baissa alors ses yeux noirs en direction du comptoir. Il s’assit à nouveau – après avoir été debout pour s’occuper de la cliente. – Sa cheville le tiraillait un peu trop et la dame avec ses petits yeux scrutateurs le mettaient mal à l’aise. Elle n’avait pas le sourire et partit scrutant, semblait-on, encore plus minutieusement Severus comme s’il allait commettre un meurtre là : sur le champ. Ce dernier vit la porte se fermer en claquant un peu brusquement respirant à nouveau correctement. La Gazette du Sorcier avait circulé et il était en première page : Severus Rogue un meurtrier et accusé d’être Mangemort ! Cette femme semblait être la parfaite personne qui prenait tout ce qu’on lui disait, ce qu’elle lisait pour la pure vérité. Il soupira, jouant encore machinalement avec cette plume, pour revenir vers Remus.

- Bon … Je veux dire, oui ses alliés. Les Mangemorts ne sont probablement pas très soudés niveau amitié comme tu le dis si bien Lupin. Certes, … Il semble y avoir une forte cohésion. Si un est en danger, les autres se doivent d’aller le sortir du pétrin pour éviter un cadavre de criminel et donc une possibilité de les retrouver.

Severus ne savait pas réellement si ses dires furent véritables. Il voulait quoi au juste ? Que Remus Lupin, voir accompagné de ses petits amis, fassent la lutte aux Mangemorts. Oui, car lui pourrait devenir libre sans avoir mal du côté lui ayant amené la puissance. Une provocation et tout sera réglé. Il ne savait pas vraiment tout cela. Peut-être aussi désirait-il jouer avec ce probable désir de vengeance de Remus Lupin. Juste pour avoir enfin l’impression d’être plus fort que ces foutus Maraudeurs. Il arrêta de tripoter la plume amenant une main vers ses cheveux noirs.

- Enfin, je crois qu’ils voudraient tenter de sauver leur allié. S’ils ne le font pas, ce dernier risque d’être vu par les Aurors et toute la bande sera découverte. Pour attaquer Greyback peut-être faudrait-il attaquer l’un de ses alliés près de son territoire.

Dit-il terminant sur une voix très basse. Il parlait sans réellement avoir une extrême confiance. Heureusement en somme songea-t-il. Le fait qu’il sembla très peu fier et idiot pourrait le faire pencher en un parfait innocent des Mangemorts. Un jeune homme donnant une hypothèse comme cela pour avoir l’un d’eux. Un léger sourire en coin s’offrit enfin à Lupin. Qu’est-ce que ce dernier dira de cette hypothèse ? Près du territoire du loup-garou était d’une extrême importance. Bien au contraire, Le Seigneur des Ténèbres ne lui demandera rien à lui. À moins que Greyback soit capable de prendre des initiatives de ce type, mais Severus en doutait.

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Lun 25 Juin - 17:25


Envie de crier victoire ? Pourquoi donc ? Severus Rogue s'avouait bien trop et trop vite vainqueur. Il allait apprendre que c'est un tord et allait le regretter... Il n'aurait qu'à s'en prendre à lui-même car il l'avait cherché. Il allait regretter son sourire ou son bref rire ainsi que sa mine réjouie. Il allait blanchir jusqu'à la racine de cheveu. Remus était gentil, tolérant, mais il ne fallait pas se moquer de lui...

Les personnes les plus faibles étaient bien celles qui se réjouissaient du malheur des uns. En cela, Severus Rogue n'avait à se réjouir de rien car cela signifiait bien qu'il était lui aussi un faible d'esprit. Si cela avait été adressé à ses amis encore, ils l'avaient longtemps cherché mais Remus ne lui avait jamais rien fait. Certainement que Rogue chercherait à avoir raison si on lui disait cela, mais Remus ne changerait pas d'avis là-dessus. Se réjouir du malheur des uns et des autres était une faiblesse d'âme ; c'était quelque chose qui démontrait combien on était mauvais. Il n'y avait là-dedans rien de positif et il s'agissait de quelque chose dont on pouvait encore moins se réjouir. Remus le plaignait. Sincèrement, il avait de la peine pour lui ; de la pitié. Il comprenait pourquoi il n'avait pas de vrais amis, il comprenait pourquoi Lily l'avait lâché... Si à la base son âme avait été juste blessée, meurtrie, aujourd'hui elle était corrompue.

Vous croyez que si Remus mentionnait « Lily » il en serait très content ? Il avait bien envie de le faire tiens... Après tout, pourquoi il n'y aurait que Serpentards a utiliser ce genre de choses abjectes pour parvenir à leurs fins ? Il en avait bien envie, voir l'expression qui s'afficherait sur son visage en entendant le nom de Lily, scruter sa réaction... Il l'aurait cherché. Et vous savez quoi ? Cela le réjouirait même. Il n'en serait même pas honteux. Quoiqu'un peu peut-être par la suite, parce que lui il avait un cœur et même de ses ennemis il ne souhaitait pas de mal. Il ne pouvait pas. Malgré ce qu'il était, malgré son côté un peu noir, il avait le cœur pur. Cependant, il l'oublierait sûrement très vite. Ce n'était pas comme s'il venait de faire de la peine à un ami. Il n'était rien pour lui. Rien du tout. C'était un mangemort. Il avait peut-être souffert à l'école ou dans son enfance – qu'en savait-il ? – mais ce n'était pas une raison pour se laisser aller à la facilité.

Or, c'était ce qu'il avait fait. Combien de fois Remus, lui, aurait-il pu abandonner ? Il ne l'avait pas fait. Il s'en était empêché. Parce que lui, il avait un mental. Il avait de la volonté et des amis. Si Rogue n'en avait pas, c'était uniquement de sa faute. Ce qu'il était devenu c'était de sa faute aussi. Il n'avait pas eu la volonté de résister. On ne pouvait pas indéfiniment le tord sur le dos des autres. Ce n'était pas uniquement de la faute de James ou Sirius qu'il était ce qu'il était. Non. C'était de la sienne. De sa faute, quoiqu'il en dise. Parce qu'il n'avait pas été si faible pour ne pas suivre la voie la plus facile, pour ne pas suivre le destin qui avait été tracé pour lui, alors il ne serait pas mangemort aujourd'hui. Il n'était pas à plaindre. Il avait voulu ce qu'il était et ce qui lui arrivait tout comme il méritait son bras dans le plâtre – et encore qu'il s'estime heureux de n'avoir eu que cela. Remus avait pitié.

Vous remarquerez aussi que Rogue n'avait pas encore répondu à sa question selon laquelle il pourrait sûrement le renseigner sur le fait que Greyback avait des amis chez les mangemorts ou non. Si quelqu'un ne répondait pas, cela impliquait donc que la réponse était un « oui ». Donc il en connaissait, il en fréquentait. Remarquez, Remus n'en doutait pas un seul instant, songea t-il tandis qu'il continuait de l'observer sans qu'aucune expression ne vint perturber ses traits. Ah mais oui, le petit Rogue avait peur de répondre à la question devant la dame. Il tourna à peine la tête lorsqu'elle répondit elle-même à la question qu'il avait posé originellement à Severus. – décidément, ce qu'elle était fatigante – Remus se retint de lever les yeux au plafond sans rien répondre. Le lycan retint cependant un rire amer. Cette dame pensait-elle peut-être que même s'il avait connu des mangemorts, il aurait été le dire dans la boutique à quoi voulait l'entendre ? C'en était à rire. Autant tendre directement ses mains pour lui donner l'autorisation de les menotter. D'ailleurs, il trouvait assez dommage que la dame ne sache pas qui était vraiment le vendeur de cette boutique... Le ministère devrait publier plus d'avis de recherches publics qu'ils afficheraient dehors, aux yeux de tous, dans les rues. De cette façon, tout le monde serait informé qu'un certain Severus Rogue fricotait avec des mangemorts...

Il trouva d'ailleurs fort amusant la façon dont la femme ne cessa de scruter Rogue avant de finalement sortir de la boutique : comme s'il allait commettre un meurtre là, sur le champ. Elle avait sûrement lu la Gazette. Il ne put empêcher un léger sourire de s'afficher sur son visage et se retourna légèrement pour vérifier que la porte d'entrée s'était bien refermée. Il ne put s'empêcher de douter sincèrement qu'un mangemort irait se mettre en danger simplement à cause d'un des leurs qui auraient été dans l'incapacité de se maintenir incognito aux yeux du ministère. Sincèrement, il ne le croyait pas vraiment sauf si c'était dans leurs intérêts, mais s'ils étaient épargnés alors tant mieux pour eux et tant pis pour les autres.. Il pensait qu'on était bien plus solidaire au sein de l'Ordre qu'au sein des mangemorts. Les mangemorts ne pensaient qu'à leur peau c'était sûr et certain... Des lâches. Cependant, il haussa un sourcil, interpellé par un détail.

« … Se doivent ? Ah très bien. Si c'est leur devoir, alors oui, je vois. Sauf que nous, ce n'est pas le devoir qui nous guide. C'est quelque chose de bien plus fort que tu ne comprendras jamais.  Le devoir, ça s'envole. Ça ne cimente pas une relation. Amitié... Tu as connu ça il me semble, à une époque ?  Tu t'entendais bien avec Lily.  Elle t'avait donné une chance, avant que tu te retrouves tout seul. Je trouve qu'elle a même été bien patiente. » lâcha t-il tranquillement sans le quitter des yeux et scrutant attentivement toute expression. Avant qu'il ne gâche tout, il était ami avec oui.. Ami et Remus était même intimement persuadé qu'il avait bien plus que de l'amitié envers elle. « C'est là la grande différence entre nous je crois. Il n'y a aucune amitié, rien. Nous on ne fait pas quelque chose parce qu'on est obligés de le faire. Je ne fais pas quelque chose parce que j'y suis obligé. Je le fais par pur plaisir. Parce que j'en ai envie. Toi, tu as choisi la voie la plus facile, mais après tout on a pas la même volonté. Moi je n'ai jamais abandonné contre la difficulté et je n'ai jamais insulté ma meilleure amie juste pour conserver mon honneur intact face à des camarades. On a pas les mêmes priorités, et ça le sera toujours. » termina t-il d'une voix confiante et confidente, toujours à l'affût de la moindre expression de son visage qui trahirait un sentiment quelconque, une faiblesse. « Au cas où que tu ne l'aurais pas remarqué, la recherche de la puissance n’apportera jamais que le mal et beaucoup plus de violence et de mort que de paix. »

Il l'observait, le scrutait pour dénicher même une seule seconde de faiblesse. Lui, il n'utilisait pas sa baguette comme James ou Sirius, il utilisait les mots. Des mots simples, même pas un ton ironique ou acéré comme Rogue. Juste ses mots. Une arme qui pouvait être bien plus acérée parfois que toutes autres choses. « J'ai presque pitié de toi... » Presque. Remus avait toujours pensé que la pitié était ce qu'il y avait de pire. Il se pensait fort ? Il se pensait invulnérable, sans faille ? Rogue se pensait intouchable ? Il voulait l'impressionner ? Décidément, cet homme ne comprendrait jamais rien. Remus n'avait aucunement l'air d'être impressionné et il ne le serait jamais par lui. Sauf peut-être par ses capacités de potioniste. Remus restait calme et parlait d'une voix posée mais il ne se désarmait pas. Pas comme James, pas comme Sirius. Il conservait son calme. Il n'était pas de nature impulsive En cela, lui et Severus Rogue se ressemblaient mais ce ne sera sûrement jamais que leur seul point commun.

Que pensait-il de son hypothèse ? Bonne question... Vous allez le savoir ci-après.

« Quant à Greyback... Je dirai juste méfie-toi des sentinelles autour de leur campement si tu veux t'attaquer à lui. Certains ne sont peut-être pas très intelligents mais ils ne sont assurément pas si stupides. Tous ne sont pas des bêtes assoiffés de sang et de violence... et si tu dis qu'il existe une certaine cohésion entre tes petits mangemorts, il en existe aussi chez les loups... Détrompe-toi. Dans la nature, d'après toi que se passe t-il si on s'attaque à un loup ? Tu as toute la meute à tes trousses. Et là t'as intérêt à transplaner vite. »

Remarque, il n'avait peut-être jamais regardé de documentaires animaliers ou n'avait même jamais été en immersion quelques temps chez les loup-garous. Ce qui n'était pas le cas de Remus qui y avait été une fois il y a quelques mois dans l'espoir sans doute de convaincre certains d'entre eux de venir du côté de Dumbledore. Cela avait été une décision spontanée. Evidemment, il ne s'y était sentit pas à sa place et craignait sa vie chaque fois qu'il y allait... Il était persuadé que Rogue n'y survivrait pas un seul jour en y voyant la violence qui faisait rage au jour le jour. De toutes façons, ils n'aimaient déjà pas l'odeur humaine chez eux, et qu'il le croit ou non, ils le détectaient de loin s'il y avait une odeur humaine dans le coin.

1706 mots.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Mar 3 Juil - 0:42


Lupin semblait vouloir rire ou on ne savait quoi. Il semblait s’amuser de cette situation de malaise dont notre jeune homme faisait partie actuellement. Heureusement, cette mégère disparue à vitesse grand V. Apparemment, elle ne désirait pas rester plus longtemps en compagnie d’une personne fort probablement Mangemort doublé d’une tentative de meurtre. Personne ne l’excusait. Personne ne s’était arrêté une seule fois pour lui poser la question : pourquoi en êtes-vous venu à cela ? Cette femme jugeait beaucoup trop à l’avance les gens et, malheureusement, comme tout ce monde en entier. Tout le monde avait son opinion sur Severus Rogue et les positives se positionnaient sur les doigts d’une main. Qui encore ? Regulus peut-être ? Peut-être Lyra … Peut-être Amycus … Pff ! Il s’en fichait. Pourquoi désirait-il se faire reconnaître en bien maintenant ? Maintenant qu’il avait toujours vécu l’inverse depuis sa propre naissance. Puis, Severus releva un regard. Il était plutôt surpris, mais évidemment agacé. Remus Lupin le reprenait pour un mot utilisé. Notre jeune homme avait arrêté de jouer machinalement avec la plume. Sa main restait prostrée sur le comptoir sans bouger alors que son regard sombre levant vers cet ennemi.

Il ressentit ses doigts se crisper à la mention de ce mot et … de son prénom à elle. Comme s’il ne connaissait absolument rien à l’amitié. Non mais ! Et Lupin l’insultait tout comme le ferait Potter et Black. Ouais, il faisait partie de cette petite bande après tout aussi discret qu’il pouvait l’être. Oui, Remus l’insultait quant à Lily et qu’il avait choisi cette vie facile … Que lui n’aurait jamais insultée sa meilleure amie. Quoi ! Cela ne lui arrivait jamais à lui, parfait petit homme, de se mettre en colère ! Bien sûre que non ! C’était un Maraudeur faisant partie des 4 parfaits de ce monde. Severus mordait l’intérieur de ses joues. Il se forçait à ne pas exploser de colère et faire un acte regretté amèrement ensuite. Et lui qui croyait que Lupin était plus amical et fréquentable par rapport à ses deux idiots d’immatures d’amis. Amis … Ah oui, ils étaient amis. Lorsque Lupin mentionnait «nous» se devait pour faire référence aux Maraudeurs non ? À moins que ce soit le Ministère, tout le monde qui se battait contre les Mangemorts, ces gens aimant uniquement le devoir et refusant toute amitié. C’était totalement faux ! Il y avait de l’amitié, de l’amour même. Tss ! C’était trop drôle à voir cet été lorsqu’il faisait mention de Krystel à Amycus. La recherche de puissance …

- Penses ce que tu veux sur moi, ais pitié de moi, je m’en contrefiche.

Dit-il marmonnant plus ces mots qu’autre chose s’agaçant, en plus, de ce calme légendaire dont faisait acte Remus Lupin. Severus baissa alors son regard sombre. Il avait bien faillit hurler. Certes, dans un élan de détermination – peut-être même d’amour – il se contint. Sa main droite retourna vers cette pauvre plume. Oui, elle en avait rudement assez de ressembler à une oie mal plumée on pourrait dire. Lupin pouvait penser ce qu’il désirait et … Et penser ce qu’il désirait quant à «ses petits Mangemorts». Cela l’agaçait rudement tout comme le mettait en rogne qu’il pourrait aller attaquer Greyback. Non mais ! Remus ne songeait tout de même pas à ce qu’il irait lui-même fondre sur Greyback et tout le clan de loups-garous au complet. Évidemment que les loups sont unis et non sans cœur. Voyons, ils sont humains à quelque part. Tous les gens sont des humains malgré ce qu’en pense Remus le parfait gentil de l’histoire. Oui, même les Mangemorts puissent avoir de bonnes pensées.

- Je ne compte pas attaquer des loups-garous au passage. Je disais plutôt l’inverse soit d’attaquer des Mangemorts. Et puis, détrompes-toi Lupin, je sais parfaitement que peu importe qui et quoi dans ce monde, tous peuvent faire preuve d’amitié et d’amour … Tu penses être monsieur Térésa avec ta petite moralité parfaite. Mais rien en ce monde n’est totalement bien ni totalement mal. Je le sais parfaitement et cela même chez les loups-garous … Tu voulais quoi au juste en venant ici : m’insulter comme Potter et Black ? Vous êtes vraiment tous les mêmes.

Finit-il sur un ton hargneux, mais très faible plus marmonnant qu’autre chose. À quelque part au fond de son cœur, Severus se sentait triste. Tout ce que Lupin énonça, surtout concernant Lily, lui fit mal. Il se mordit la lèvre inférieure. Ne pas faiblir … Ouais, lui a eu des amis. Tandis que … Oui, il en avait. Il en a toujours eu et sait parfaitement ce que c’est l’amitié. C’est d’être là pour l’autre dans la joie et lorsqu’il en a le plus besoin. Jamais, Severus n’abandonnerait Lily à son sort. Jamais ! Est-ce qu’il ferait de même pour Regulus, Lyra et Hermione ? C’est à voir.

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Mar 10 Juil - 18:26




Ce n'était pas lui qui avait fait sa vie, c'était lui. Même s'il avait été à Serpentard, rien ne l'avait forcé à devenir mangemort ni à laisser tomber sa meilleure amie née-moldue en se permettant de l'insulter alors qu'elle avait tenté de venir à son secours. Mais monsieur Severus Rogue en avait assurément pris pour sa fierté, pour son orgueil même. Il avait choisi son camp ce jour-là … Remus n'avait jamais excusé ses amis de le traiter comme ils le faisaient, mais il fallait avouer que Severus Rogue en était aujourd'hui là, c'était entièrement de sa faute. Il avait dérivé lui seul. On avait toujours le choix. Toujours. Remus n'était pas méchant mais s'il y avait une chose qu'il détestait, c'était que les gens essaient de le prendre de haut, de ce ton presque condescendant et doucereux que Rogue employait. Il avait la sensation qu'il désirait montrer qu'il était supérieur, se vanter en essayant de rabaisser les autres. Remus préférait les plus discrets qui ne cherchaient ni à rabaisser les autres, ni à se montrer plus forts qu'ils ne l'étaient. Mais non, lui il n'était pas mieux que les autres. Pourquoi l'homme devait-il forcément vouloir se montrer supérieur aux autres ? Ne pouvaient-ils cesser un peu à essayer d'impressionner toujours ses semblables ? C'était sans fin.

Il sentir le regard de l'ex-Serpentard s'assombrir et ses doigts se crisper sur le comptoir. Il savait qu'il touchait un point faible et qu'il n'aurait pas dû mais voilà, il avait suffit d'un seul sourire que Remus n'avait guère apprécié pour le faire vouloir lui indiquer que lui aussi il avait un moyen de pression et qu'il pouvait jouer sur ses nerfs ainsi. Il savait qu'il touchait une corde fragile. Il n'arrivait pas à s'en vouloir sur le moment. Peut-être plus tard ; sans doute ce soir, ou demain. Mais là, tout de suite, il n'y parvenait. Parce qu'il en avait assez de ces regards condescendants à son égard. Peut-être qu'il se vengeait tout simplement de ceux qui l'avait regardé avec mépris au long de sa vie. Peut-être que Rogue prenait pour tous ceux-là, ces enfants l'avaient montré du doigt dans la cour de récréation quelques jours après son « accident », peut-être qu'il se vengeait de ces gens qui s'étaient détournés de lui dès l'instant où ils sentaient que quelque chose avait changé chez lui. Ils détournaient tous le regard, n'osaient plus le regarder. Et c'était pire lorsque certains découvraient ce qu'il était devenu. Il devenait un pestiféré. On ne voulait plus lui parler. Peut-être qu'il en avait assez de cela et que sa frustration s'était soudainement libérée. Et vous savez quoi ? Il se sentait soulagé. Parfaitement. Pour l'instant en tous cas.

Remus n'était cependant pas comme les autres et il eut le bon point de ne pas sourire tandis que Severus se crispait à la mention du nom de Lily. Parce qu'il ne ressentait aucun plaisir à ce genre de choses. En vérité, Remus surveillait étroitement l'ex-Serpentard comme s'il le pensait sur le point de tirer sa baguette... Etait-il allé trop loin ? Enfin, si au moins cela l'avait fait comprendre que ce n'était pas parce qu'il ne disait pratiquement rien, qu'on pouvait s'en prendre à lui en appuyant là où cela faisait mal, alors il aurait gagné sa journée.

Au moins, il n'avait pas perdu tout son honneur puisqu'il se fichait que les gens ais pitié de lui. Remus pourrait lui donner un bon point. L'apprenti Médicomage haussa les épaules, signifiant par là qu'il n'en avait que faire au fond. Les gens faisaient leur vie, empruntaient des chemins différents et voilà. Quittant l'école, on pouvait devenir vraiment soi-même. On laissait son enfance derrière et son adolescence. On conservait quelques regrets quelques temps puis on s'y faisait et malgré certaines contraintes, on essayait d'aller de l'avant...

Il sentait Severus Rogue en train de bouillir en lui-même. Il le savait, sous son apparence calme et sereine dont il faisait souvent preuve – il le savait parce que c'était son cas bien souvent lui aussi. Il le sentait à la façon dont il agrippa cette pauvre plume, ou dont il baissa le regard vers elle. Pour dissimuler mieux son émotion peut-être ? Quoiqu'il en soit, ce n'était pas ses affaires et il n'irait pas creuser plus loin le sujet « Lily », chose dont ne se seraient pas gênés James ou encore Sirius. Les paroles suivantes de Severus le fit sourire. Les mangemorts ? Pouvoir aimer ? C'en était à rire. Remus en aimerait bien les preuves tiens. Et d'ailleurs, même si c'était effectivement le cas, leurs « bons sentiments » se faisaient oublier très vite par tout le mal qu'il faisait au monde, à des gens innocents, des gens qui n'avaient jamais cherché à être blessés ou tués. Non. Ils n'étaient pas bons. Ils étaient mauvais, pourris jusqu'à la moelle. Quand on s'en prenait à des innocents, on n'était pas bon. On était mauvais. Tout comme Greyback. Lui non plus n'avait plus aucun bien en lui. Lui non plus ne pouvait plus s'en sortir et d'ailleurs, l'avait-il voulu un jour?

Les gens qui aimaient la puissance, le pouvoir ne savaient même pas penser combien leurs actions étaient néfastes pour le monde. S'ils avaient ne serait-ce un peu de jugeote et de raison, ils reverraient leurs vieilles préjugés sur « les sangs » et la supériorité du sang pur, mais ils se sentiront toujours supérieurs. Ils avaient un tel égo qu'il leur était impossible de leur faire entrer quoique ce soit d'autre dans leur esprit... Remus se battrait jusqu'à la fin pour que cette guerre idiote s'achève. Guerre idiote... Bien sûr qu'il la qualifiait d'idiote lui-même puisqu'elle n'était fondé sur rien. Rien d'autre que la volonté d'être les plus forts, la volonté de « purger » le monde de tous les éléments « impures » qui vivaient et respiraient sur cette Terre. C'était ridicule... Au fond Remus n'aspirait qu'à la paix. Mais la paix, l'Homme était pour ainsi dire incapable de la faire... Comme s'il avait absolument besoin de puissance, d'être se montrer meilleur que son semblable, de le dominer. Il avait besoin de faire couler le sang. Remus ne ressentait pas cette nécessité, cette obsession. Parfois, il se disait même qu'il ne vivait pas dans le bon monde.

« C'est une plaisanterie ? Penses-tu réellement m'apprendre que le bien, et le mal, peuvent cohabiter en une seule personne ? Parce que je le connais depuis de nombreuses années déjà.  » La différence est qu'il laissait jamais l'ascendant au second. « Je trouve très exagéré le fait que tu insinues que je ne connais rien de cela ?... Certaines personnes cependant sont totalement dénués de bien, c'est une certitude. Chacun ne dispose pas du même degré de bien et de mal en soi.  D'autres en ont moins, d'autres en ont plus, et certains ont complètement oublié qu'ils étaient eux-mêmes des humaines... » fit-il presque sur un ton affligé. « De plus, tu te trompes. Un, je ne sais pas comment j'aurai su que tu travaillais là. Donc, laisse donc un peu ton égo de côté en pensant que je suis venu... Spécialement pour toi tu veux bien. Deux, j'étais venu me renseigner simplement sur... Sur cette nouvelle potion. A présent que j'ai les informations, je pense qu'il est préférable que je m'en aille... Je n'en apprendrais pas plus aujourd'hui, et je ne veux déranger davantage. De trois, sache que je ne m'en prends jamais à quiconque sans raison : Je me fiche bien de savoir quelles ont été tes relations avec Lily ou quel est ton sentiment là-dessus, j'ai simplement moyennement apprécié ta réaction faciale d'il y a quelques minutes.  »

Sur ce, la conversation est close. Le ton l'était aussi. Il était temps de partir. Remus n'avait aucune envie de rester là plus longtemps. Il sentait qu'il était temps pour lui de s'en aller. Il salua son ex-camarade d'école d'un signe de tête tout en lui souhaitant bonne chance, et surtout de vivre sans remords. S'il avait ne serait-ce que la moitié d'un cœur du moins. Chacun faisait ses choix, sa vie.

« Merci pour les informations. » , ajouta t-il cependant, sur le ton le plus aimable qu'il put.

1369 mots.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   Ven 10 Aoû - 1:44

Est-ce qu’il allait rire de nouveau ? Déjà, Severus fut doublement exaspéré par cette réaction machinale, ce haussement d’épaules, fait précédemment. Ne pourrait-il pas lui répondre comme un homme ? Non, bien sûr que non. Et puis, notre jeune homme commençait sérieusement à ressentir la colère monter, monter … Un peu plus et cette dernière exploserait. Remus était l’homme le plus parfait au monde. Cela faisait grincer des dents notre Mangemort. Il faisait toujours les bons choix et jamais il ne faisait erreur. Wow ! Appelez le dieu de ce monde. Il viendra chercher celui-là de suite sans passer par le purgatoire. Pff ! Ouais, Severus Rogue était croyant : enfin non, il était catholique plutôt. Après tout, son père l’était et on ne dérogeait jamais aux ordres de Tobias Rogue au risque de vous faire donner quelques coups de poings résonnant totalement bien en votre corps.

- Oui …

Répondit-il au début de réponse engendré par Remus Lupin. Oui, Severus croyait fermement que tout le monde pouvait être bien et mal. En fait, qui inventa cette stupide dualité ? Qui inventa la magie blanche et la magie noire ? Pourquoi ne pouvait-on pas vivre dans un monde où tout serait égal ? Selon notre jeune homme, cela réglerait bien des choses. Ne pas interdire tel sortilège ou tel autre évitera leur utilisation mortelle. C’était bien connu, on aimait défier les règles. Il laissait son index droit en le comptoir de bois. Son regard cloué sur ce dernier écoutant sans broncher, en tout cas de manière visible, les propos idiots de Lupin.

- Je n’ai jamais dit que tu ne savais rien …

Termina-t-il plus dans un murmure alors que son interlocuteur enchaînait sur l’égo mal placé de notre cher jeune homme pour avoir pensé que l’autre fut venu jusqu’à lui volontairement. Severus fut incapable de retenir un soupir. Ces rétorques étaient nulles et fichtrement insultantes de surcroît. Alors ? Lupin croyait-il toujours que le mal séjournait uniquement chez certains et le bien chez d’autres ? Bien au contraire, que faisait-t-il là ? Ce parfait jeune homme était méchant envers Severus. Sa réaction faciale pensa-t-il visiblement intrigué suite à son cœur faisant une embardée, tombant lourdement. Maintenant, il était plus que désespéré. C’est ça va t’en pensa-t-il tout en observant Lupin.

- Tu te trompes Remus. Le bien et le mal cohabitent ensemble. En fait, il n’existe pas de bien ni de mal. La preuve : tu viens de m’insulter. Donc, où est passé le gentil Remus Lupin désirant uniquement le bien de tous ?

Dit un Severus plutôt immobile n’observant que sur ses devants, son regard plongé en Remus Lupin. Son cœur semblait battre furieusement. Il avait rudement envie de commettre un meurtre. De déchiqueter quelque chose. De pleurer. De faire quelque chose qui pourrait le défouler un moment quoi. Incapable d’agir, il resta stoïque. Il décida de démontrer la vérité à Remus Lupin. C’était la vérité.

- Même en Potter, je vois du bien quant à son … amour. Ceci prouve parfaitement que je suis bon aussi. Enlèves-toi de la tête cette dualité et tu vivras mieux Lupin.

Continua-t-il toujours sur ce ton grave semblant descendre plus bas vers la fin de ses paroles. Peut-être avait-on ressentit une petite touche de meilleure détermination, de force en les dernières paroles justement. Severus tâchait de rester calme et éviter un affront. Il se devait de rester discret maintenant. Puis, il travaillait après tout. Ce n’était guère le moment de tout démolir. Démolir oui, il le ressentait. Démolir ce Potter bon pour elle.


Spoiler:
 







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rencontre inattendue chez l'apothicaire... [Fe S. Rogue ]   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum