Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Professeur↯  Les runes, inutiles ? Mais non !
avatar



Nombre de messages : 1518
Age : 29
Groupe : Neutre ; Professeur ; Sorcier
Caractère : Passionné, Indépendant, Influençable, Perfectionniste, Renfermé, Apeuré
Crédits : : Marelle
Date d'inscription : 20/06/2011




Adrian Ivanov

Professeur
Les runes, inutiles ? Mais non !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Cours de Runes. 1978   Dim 5 Fév - 9:26

    Le regard qu’Adrian porta sur son assiette était éloquent. Il n’avait pas faim. Oui, le si sexy (d’après les dires des élèves de Poudlard !) professeur de Runes n’avait pas faim. Pire, voilà qu’il semblait bien mal en point. De larges cernes sous les yeux, un bandage à la main qui masquait une plaie à moitié guéri, et les yeux noirs, hagards, qui cherchaient en vain à se fixer sur quelque chose. Adrian grignota un bout de pain, se demandant ce qu’il allait bien pouvoir raconter à ses élèves. S’il avait bon souvenir de ce… Adrian cligna des yeux. Il avait perdu le fil de ses pensées. Peut être même s’était il en réalité endormi sur la table. Le coup de coude de son voisin, le prouvait. Salazar, pour une fois qu’il dormait, sincèrement, pourquoi le réveiller ? C’était un moment précieux de rareté en ce moment ! Le regard mauvais qu’Adrian darda sur son voisin du le convaincre qu’il avait fait une erreur, et personne ne retint le professeur de Runes lorsque, l’estomac vide et l’assiette laissée pleine, il se leva lentement. Le plus discrètement possible, ce qui était bien peu, Adrian sortit de la Grande Salle, préparer son cours prochain. Ce devait être le troisième cours qu’il donnait de l’année, et pour ne pas mentir, c’était celui qu’il redoutait le plus. Devant le faible effectif d’élève, il avait choisi de regrouper les cinquièmes, sixièmes et les septièmes années. Ce choix avait beau lui avoir semblé judicieux lorsqu’il l’avait pris, maintenant, Adrian doutait de sa lucidité. Les sixièmes et septièmes années étaient bien plus concernés par la situation extérieure de la société sorcière, et les rivalités qui existaient depuis la première année étaient à leur paroxysme. D’autant plus que les élèves de ces années n’étaient pas des plus calmes. Adrian passa en revue les élèves qu’il allait avoir dans quelques minutes, des plus doués aux plus… en difficulté pour faire dans le politiquement correct. Stonewall, qui allait sûrement essayer de se faire oublier au fond de la salle, tant elle avait peur de lui. Anderson, qui était toujours sûr de lui. Et qui agaçait encore plus pour cela son professeur. Black, insipide et inattentif, qui allait sûrement de nouveau retrouver sa place près du radiateur pour dormir toute l’année et s’en sortir avec un acceptable au prochain examen. Silvestri… dont Black devrait parfois s’inspirer. Lundy, Jones, Lyra, qui suivaient le cours, pas vraiment avec peine (hormis pour Jones), et qui ne faisaient pas trop de bruits. Normalement. Et Lowan. Qui avait abandonné l’année dernière le cours de Runes. Pas de Poufsouffle cette année ? Adrian secoua la tête, fatigué. Ah si... Il y avait la petite Clove, qui devait cacher quelque chose à être aussi sage. Et le dernier et le pire: Ipsum. Le pire, parce qu'il semblait suivre la voie des Runes de Sang. Déjà que c'était dangereux pour Adrian, les Runes de Sang allaient être mortelles pour le jeune Serpentard. Adrian haussa les épaules, n'ayant pas le courage de considérer tout cela La revue des troupes l’avait plus ennuyé que motivé pour ce qui était de l’année à venir.

    La salle de classe s’ouvrit devant lui, le reconnaissant comme propriétaire, pour cette année encore. Adrian fit un rapide tour d’horizon, pour s’assurer que rien n’avait bougé pendant la nuit. Les tables étaient encore disposées par trois ou quatre, un peu partout dans la pièce. Le large tableau était déjà rempli de son écriture serrée et de dessins, mais ce n’était pas important. Autre changement par rapport à l’année précédente : l’espace libre au centre de la pièce, juste devant l’estrade où se trouvait son bureau. Ce ne fut qu’en voyant cet espace qu’un sourire parvint à éclore sur le visage d’Adrian. C’était son lieu de travail. D’un coup de baguette, son sac en bandoulière alla se ranger sur la chaise, et un lourd bocal se posa dans les mains bronzées d’Adrian. Comme toujours depuis cet été, lorsqu’il allait utiliser la magie runique, la blessure qu’Adrian avait à la main le picota un peu, mais il avait appris à l’ignorer. Et à ignorer l’angoisse qu’il ressentait à l’idée qu’elle ne guérirait peut-être jamais. De son autre main, Adrian prit le sel modifié dans le bocal, et s’accroupit, pour dessiner un large pentacle autour de lui. Rajoutant les runes nécessaires entre le double trait du pentacle qu’il avait fait, Adrian réfléchit quelques instants. Puis déposa une goutte de son sang à chaque pointe du pentacle, pour le renforcer et pallier sa fatigue du moment. Un peu plus, un peu moins de magie du sang n’allait pas lui fait de mal. Et il fallait qu’il s’y habitue petit à petit, pour ne pas se laisser contrôler. Et puis… personne n’allait le remarquer non ? Le sang infiltra le sel pour ne laisser qu’une légère tache brune presque insoupçonnable. Le pentacle était parfait, mais ce n’était pas ce que voulait, pour le moment, Adrian. Très soigneusement, du bout de sa baguette, il le rompit en cassant la ligne de sel. Bien. Les premiers préparatifs du cours étant fait, Adrian laissa le pentacle de côté, le contourna pour être précis, et disposa des parchemins sur chaque table, accompagnés de minéraux divers et variés, de bois, de roche et même d’une sucrerie. Pour finir, le professeur s’approcha du tableau, et effaça, à regret, les multiples dessins qu’il y avait faits pour s’amuser, pour y écrire un peu plus proprement :

    « Cours d’option : Etude des Runes, Cinquième, Sixième et Septième Année.

      Objectif :
      - conception complète d’une Laude de défense
      - analyse de Laudes, de séquences
      - repérage d’erreurs critiques, minimes ou inévitables
      - approche du choix de support.
      - étude des contraintes et des obstacles naturels. »


    Lorsqu’Adrian se retourna, il s’aperçut que des élèves approchaient déjà du centre de la pièce, risquant de briser le pentacle. Ils n’avaient aucun bon sens ou étaient-ils aveugles ? Même Pimprenelle qui avait fini de déjeuner l’avait contourné pour venir s’installer sur le bureau, poussant pour cela les plumes et les parchemins qui s’y trouvaient. Adrian agita sa baguette en désignant le pentacle.

    « Ne vous asseyez pas et faites attention là où vous posez les pieds ! Nous avons beaucoup à faire cette année et même si ça ne me déplairait pas de virer certains d’entre vous définitivement, faites attention à ça. »

    Adrian compta rapidement les élèves. Etaient-ils tous là ? Il n’avait même pas envie de réfléchir. Dans un mouvement de cape, il retourna à son bureau, occupé par Pimprenelle, comme toujours. Posant les mains sur la table, il fixa les élèves dans les yeux. Bon. Ils avaient l’air de s’ennuyer. Adrian plissa les yeux, sa main lui faisant mal. Il se redressa donc et, tout en refaisant machinalement le bandage qui la ceignait, commença à expliquer.

    « Cette année, comme vous avez du le remarquer, j’ai décidé de regrouper les trois dernières années. Ca me désole de le dire, mais vous êtes presque tous du même niveau : autrement dit ridiculement mauvais. Un Optimal aux BUSEs, voire un Effort Exceptionnel, ça ne veut strictement rien dire. Le fait est que pendant les examens nous testons vos connaissances, et pas votre capacité à les mettre en œuvre. Les premières années, vous avez appris à lire les Runes, leur sens profond et nous avons un peu abordé leur réel pouvoir. Nous avons appris comment lier les Runes entre elles, décrypter des séquences… Bref, nous avons vu toute la facette inintéressante des Runes, inintéressante, mais indispensable. Cette année, j’ai choisi de cesser d’œuvrer en théorie. Nous allons passer à la pratique. Maintenant, soyez sincère. Sur une échelle de un à dix, où placeriez vous les Runes et les Sortilèges selon leur utilité dans un combat et dans la vie courante ? Nous ne sommes pas nombreux, ne levez pas la main. »

    Tout en parlant, Adrian s’était approché du groupe d’élèves restés debout comme à son indication. Il espérait ainsi les rendre plus attentifs à ce qu’il allait leur dire. Il fallait que le message passe, et ce, de manière très claire : ce qu’ils allaient faire pendant les cours de Runes cette année n’était pas réellement au programme, et pouvait se révéler dangereux. Mais plus que cela… c’était intéressant. Selon les critères d’Adrian. Fascinant et intéressant. Discrètement, Adrian se plaça au centre du pentacle. Avant la répartition des élèves en binômes, il y avait trois temps. Explication. Question. Démonstration. Un fin sourire se dessina sur les lèvres d’Adrian tandis qu’il attendait une réponse.

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Cours de Runes. 1978   Lun 6 Fév - 18:19

    C’est officiel, je pense sérieusement que jamais je trouverais un sommeil réellement réparateur. "Les gens qui ronflent sont toujours ceux qui s'endorment les premiers." Qu’il disait ! Pas de chance pour moi le seul qui ronflait c’était mon gros porc de voisin dans ce foutu dortoir, j’ai passé la nuit à me retourner et résultat j’ai pu fermer l’œil uniquement après lui avoir lancé un Silencio.

    Ce matin, le visage dessiné par les cernes, je me préparais difficilement pour ma journée de cours et ce n’est pas comme si je commençais par Etudes des Moldus … Certes je vais pouvoir dormir encore pendant deux heures avant d’attaquer mon cours de Runes.

    Comme à chaque cours je ne prends aucune note, l’influence des moldus sur notre manière d’utiliser la magie ca m’insupporte. Rien que le mot Moldu me provoque de l’urticaire… Hors de question de m’infliger ce cours, je m’allonge donc sur ma table en attendant que les deux heures passent… J’annihilerais les moldus, c’est une chose sure et certaine ! Comme ça il y aura plus ce genre de matière au programme.

    Fin du cours, libération totale de mon esprit ! C’est fou comme ce genre de choses peut vous étouffer ! Direction la salle d’étude des Runes ! Enfin un cours digne d’un quelconque intérêt dans ce château ! Et il faut dire que cet Ivanov a tout pour lui, beauté, intelligence et une maitrise quasi-totale des Runes. Je me demande si c’est cela que j’envie chez lui… Quoi qu’il en soit son cours est le seul qui m’intéresse réellement… Bon je ne comprends pas grand-chose mais raison de plus ! J’ai envie de faire comme mon père…

    J’arrive devant la salle et je vois un attroupement peu habituel… Qu’est-ce que les cinquième et les septièmes années venaient faire ici… Bref la porte était entrouverte et je suivis le mouvement de foule pour entrer dans la salle. Je ne prête pas attention vraiment à Monsieur Ivanov et je m’apprête à m’installer à ma place habituelle quand celui-ci m’interpelle

    « Ne vous asseyez pas et faites attention là où vous posez les pieds ! Nous avons beaucoup à faire cette année et même si ça ne me déplairait pas de virer certains d’entre vous définitivement, faites attention à ça. »

    Au sol, un pentacle venait d’être dessiné et au tableau on pouvait lire :

    « Cours d’option : Etude des Runes, Cinquième, Sixième et Septième Année.
    Objectif :
    - conception complète d’une Laude de défense
    - analyse de Laudes, de séquences
    - repérage d’erreurs critiques, minimes ou inévitables
    - approche du choix de support.
    - étude des contraintes et des obstacles naturels. »


    Autant dire qu’on n’est pas sorti de l’auberge… Enfin bref ce fameux pentacle m’intrigue… J’imagine que le cours portera sur ce mode de communication. Ivanov prit à nouveau la parole et tout le monde cessa de faire du bruit.



    « Cette année, comme vous avez dû le remarquer, j’ai décidé de regrouper les trois dernières années. Ça me désole de le dire, mais vous êtes presque tous du même niveau : autrement dit ridiculement mauvais. Un Optimal aux BUSEs, voire un Effort Exceptionnel, ça ne veut strictement rien dire. Le fait est que pendant les examens nous testons vos connaissances, et pas votre capacité à les mettre en œuvre. Les premières années, vous avez appris à lire les Runes, leur sens profond et nous avons un peu abordé leur réel pouvoir. Nous avons appris comment lier les Runes entre elles, décrypter des séquences… Bref, nous avons vu toute la facette inintéressante des Runes, inintéressante, mais indispensable. Cette année, j’ai choisi de cesser d’œuvrer en théorie. Nous allons passer à la pratique. Maintenant, soyez sincère. Sur une échelle de un à dix, où placeriez-vous les Runes et les Sortilèges selon leur utilité dans un combat et dans la vie courante ? Nous ne sommes pas nombreux, ne levez pas la main. »



    Il n’avait pas vraiment tort pour ce qui était du niveau… J’ai jamais vu qui que ce soit dans cette classe arriver à faire une séquence sans briser une vitre ou autre chose…
    Autour de moi le silence est pesant personne n’a le courage de prendre la parole … Moi qui comptait sur ces pseudo intellectuels de Serdaigle pour répondre à la question…


avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Cours de Runes. 1978   Jeu 9 Fév - 17:17

    Morwena se réveilla d'un bond. Elle ouvrit les paupières, soudainement extirpée de son doux sommeil par le jour timide qui pointait et venait déposer un fin faisceaux de lumière en plein sur son visage fatigué. Bien sûr, quand une des bizarreries de la nature se manifestaient; c'était pour sa pomme. Elle tenta maintes et maintes positions pour échapper à cette grosse boule ronde et chaude du nom de soleil, qui semblait prendre un malin plaisir à la couper du monde merveilleux des rêves. Dans les rêves, tout était permis. Elle n'était plus cette jeune fille dont l'existence ne se résumait qu'à une longue succession d'échec. Elle n'excellait que dans peu de domaines , scolaire; je m'entends. Car pour lancer quelques boules puantes dans une discrétion absolue, verser trois tonnes de poil-à-gratter dans les pantalons de ses condisciples ou faire exploser divers objets variés; elle était de loin la championne toute catégorie. Malheureusement, le lançage de boulettes n'entrant pas dans les compétences nécessaires à l'obtention des ASPICS, réussir l'année scolaire qui s'annonçait ne s'avérait pas simple.
    Tel un ours féroce tiré de son hibernation, la Poufsouffle poussa un grognement sourd, et il faut se l'avouer, un petit peu terrifiant. Elle roula, à la vitesse d'un escargot estropié, vers le sol. Lorsqu'elle posa pied à terre, elle ne se gêna pas pour faire le plus de bruit possible. Eh oui, la généreuse Blaireaute avait envie de faire partager sa bonne humeur matinale avec ses camarades. Après avoir minutieusement prit le soin de réveiller toute sa maison en s'habillant, elle tenta de faire régner un semblant d'ordre dans sa tignasse blonde; en vain. Elle sourit en entendant les protestations, les reproches étouffés à son encontre. Si elle était bien partie pour passer une mauvaise journée; autant que ce soit le cas de tout le monde.

    La jeune fille enchaîna les cours, feignant de s’ennuyer dans l’une des deux matières qui la passionnaient. En outre la métamorphose, matière qu’elle appréciait beaucoup ; elle se rendait quasiment dans les autres cours à reculons. Tous sauf … L’histoire de la Magie. Si la majorité des personnes saines d’esprit s’accordaient à dire qu’il n’y avait rien de plus ennuyeux que d’écouter un vieux fantôme expliquer avec une lenteur exaspérante tout ce qu’il avait bien pu se passer depuis l’âge de pierre ; Morwena en était attirée d’une façon aussi indescriptible que farfelue. En revanche, pour le reste, elle n’était pas le moins du monde surprise en se faisant gratifier de « Troll » compte tenu de ses résultats pitoyables en potion et en divination. D’ailleurs, les mauvaises notes ne l’avaient jamais vraiment dérangée. La force de l'habitude, sans doute.
    Une idée fulgurante fît soudain le tour du minuscule cerveau de la blondinette. Aujourd'hui n'était pas un jour de rentrée comme les autres ... Alors qu'elle n'appréciait d'ordinaire pas beaucoup ce premier jour de cour ou rien n'était prêt, ou les professeurs sadiques recommençait à surcharger les élèves débordés de travail; un fin sourire éclaira son visage. Oui, aujourd'hui elle reprenait les cours de Runes. Et pas avec n'importe qui.

    Chevelure en bataille, un sourire ravageur ravageur au visage; elle pénétra dans la salle en épargnant monsieur Ivanov de son habituelle désinvolture. Elle le salua doucement et partit prendre place au niveau du deuxième rang. Elle serait ainsi assez près pour suivre le cour dans son intégralité et assez loin pour que le jeune homme ne puisse pas distinguer les notes qu'elle pourrait prendre. Eh oui, toute une stratégie. Toujours étonnamment désireuse de se faire oublier, Morwena sortit un épais bloc-note, sa plume et se mit en condition de travail tout en observant du coin de l'oeil les nouveaux arrivants. Elle lorgna tour à tour sur Ipsum, ce Serpent d'apparence si charmante qui l'avait blessé dans sa fierté en l'envoyant méchamment sur les roses, Sephora et Hécube, deux petites pestes qu'elle haïssait cordialement depuis qu'elles s'étaient mise à brailler du haut de leur tour une chose si atroce que l'on pouvait difficilement qualifiée de "musique". Bientôt suivies de Lux, cette fille avec qui elle adorait plus que tout lancer des répliques acides sans pour autant la détester, et Regulus; cet affreux serpent rempli de venin aussi froid que la glace à la simple évocation des moldus. Elle soupira. Etait-elle donc condamnée à partager sa classe avec tout le petit monde qu'elle s'était minutieusement mise à dos ? Chanceuse comme elle l'était, oui.
    Heureusement, à la vue de Lyra et Evey, plus deux Aigles qu'elle ne connaissait que de vue; elle se détendit un peu. Bon, ce n'était pas si terrible finalement. Alors que la leçon semblait commencer comme le professeur prenait la parole d'un ton stoïque, après s'être légèrement énervé de la gaucherie de ses élèves; elle tendit l'oreille.

    " Cette année, comme vous avez du le remarquer, j’ai décidé de regrouper les trois dernières années. Ça me désole de le dire, mais vous êtes presque tous du même niveau : autrement dit ridiculement mauvais. Un Optimal aux BUSEs, voire un Effort Exceptionnel, ça ne veut strictement rien dire. Le fait est que pendant les examens nous testons vos connaissances, et pas votre capacité à les mettre en œuvre. Les premières années, vous avez appris à lire les Runes, leur sens profond et nous avons un peu abordé leur réel pouvoir. Nous avons appris comment lier les Runes entre elles, décrypter des séquences… Bref, nous avons vu toute la facette inintéressante des Runes, inintéressante, mais indispensable. Cette année, j’ai choisi de cesser d’œuvrer en théorie. Nous allons passer à la pratique. Maintenant, soyez sincère. Sur une échelle de un à dix, où placeriez vous les Runes et les Sortilèges selon leur utilité dans un combat et dans la vie courante ? Nous ne sommes pas nombreux, ne levez pas la main. "

    Les remarques peu sympathiques du professeur la laissèrent perplexe. Ce petit discours, assez peu encourageant; avait au moins le mérite d'être clair. Elle se concentra, et devant le grand silence intimidé qui régnait en maître, elle n'osa pas exprimer sa pensée qu'elle pensait forcement fausse. Comportement étrange, me direz-vous, de la part d'une jeune fille n'ayant généralement pas froid aux yeux. Question épineuse que devait certainement se poser monsieur Ivanov, si ses collègues avaient eût l'occasion de se plaindre de l'insolence et de la désinvolture permanente de la blondinette. Il n'avait pas l'air stupide ... Il devait forcement se douter qu'il y avait anguille sous roche. Ce qui était tout à fait véridique. En effet, elle avait en tête un projet assez audacieux, qui nécessitait absolument de solides connaissances en Runes. Raison pour laquelle elle taisait le fond de ses intentions en se tenant relativement tranquille dans une des matières les plus dures. Tout avait démarré d'une idée un peu folle, pour finalement devenir à sa portée. Pourquoi ne pas lui demander directement les informations dont elle avait besoin ? Tout simplement par ce qu'une telle attitude éveillerait probablement certains soupçons. Non, pour le moment Morwy' exerçait des trésors de patiente pour se tenir attentive et disposée à ne laisser passer aucun renseignement capital pour son petit objectif personnel.
Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 1052
Age : Dix sept ans et toutes ses dents.
Groupe : Gryffondor, Poursuiveuse dans l'équipe de Quidditch, Des filles qui se font avoir.
Caractère : Amusante, vaillante, sensible, paresseuse, jalouse.
Crédits : : (c) Plastic Bird + (c) signature --> unbreakable
Date d'inscription : 12/11/2011




Sephora A. Jones

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 22
MessageSujet: Re: Cours de Runes. 1978   Jeu 16 Fév - 9:33

Il allait vraiment falloir que je me motive. Mais j'étais si bien dans mon lit ! Pourquoi devrais-je prendre la peine de me lever ? Peut-être parce qu'il y avait cours dans une demi-heure, que je n'étais pas lavée, que je n'étais guère descendue déjeuner, et que j'avais absolument la flemme de le faire. Mais j'étais comme ça, je n'y pouvais rien, c'était dans ma nature de faire preuve d'une paresse incroyable. Dès que j'étais sortie du lit, c'était bon, mais le pas à franchir était parfois trop dur à surmonter. Il valait mieux attendre qu'une douce voix m'éveille avec bienveillance. Je m'étirai tout doucement. Soudainement, j'entendis cette voix qui finalement est bien loin d'être douce et qui me hurlait dans les tympans :
« Sephoraaaaaaaaaaa ! Tu bouges tes fesses de ce lit ! Si dans dix secondes, tu n'es pas debout, ça va chauffer ! »
Et dire que c'était comme cela tous les matins... Il y avait toujours Evey pour me sortir de mes draps à grands coups de triques. Le pire, c'est qu'elle avait souvent d'excellents moyens de persuasion. J'avais eu le droit à tout : le saut d'eau sur la tête, le vol de mes couvertures en plein hiver, le poussage du matelas sur le sol, et aussi une fois, un petit réveil dans les airs. C'était charmant. J'adorais cette rouquine, franchement, je l'adorais. C'était un peu comme mon réveil matin à Poudlard. D'ordinaire, les réveils se contentaient de sonner, mais Evey, elle, pouvait hurler. Je grommelai dans mes couvertures, sortis ma tête, et dit :
« Nannnnnnnnnnn ! S'il-te-plaît, Veyvey chérie, encore deux petites minutes ! »
Mais ça, c'était sans compter la persévérance malsaine de cette rouquine devenue préfète-en-chef et capitaine cette année. Franchement, je ne pouvais pas rêver mieux. C'était ma première et dernière année en tant que titulaire, et c'était Evey qui était au commande. Que pouvait-on demander de plus, sérieusement ? Mais là, l'heure n'était pas aux pensées futiles et embrouillées du matin. Je me demandais ce qu'elle me réservait aujourd'hui. Elle était marrante, surtout qu'elle changeait tout le temps de techniques d'approche. J'entendis comme un cri de guerre, et j'ouvris aussitôt les yeux pour voir une tornade de cheveux auburn me sauter dessus et glisser ses doigts sous mes draps pour se mettre à me chatouiller ! Ohhhh non pas ça ! J'explosai de rire. Je détestais cela ! Comment avait-elle osé ! Je n'allais pas me laisser faire ainsi ! J'attrapai mon coussin et me mis à la frapper avec, tout en continuant à rire comme une baleine ! Mais elle persévérait ! Au bout de quelques minutes, à bout de souffle, je clamai :
« C'est bon ! c'est bon ! Je me rends ! »
Je me levai doucement, et me dirigeai vers la Salle de Bain, et juste avant d'y pénétrer, je tirai la langue à Evey. Je me regardai dans la glace. La tête que j'avais, ça faisait peur ! Une rapide douche finit de m'éveiller. Mes cheveux bouclés par l'eau finiraient de sécher plus tard, j'étais en retard, je n'avais pas le temps. Je m'habillais en quatrième vitesse et, mon sac sur l'épaule, courut jusqu'à la Grande Salle et attrapai un beignet. Je n'avais pas vraiment le temps, j'allais être en retard en cours. En plus, j'avais runes.

Les runes étaient tout de même une des matières les plus difficiles à Poudlard. J'ignorais pourquoi j'avais choisi cette option. Il fallait l'avouer, je n'étais pas la meilleure de la classe, c'était même plutôt l'inverse, j'étais plutôt dans la queue de peloton. J'étais noyée dans un groupe où la plupart des élèves étaient doués, voire même très doués. Il y avait Mathias, le discret mais un de mes meilleurs amis, il y avait Evey la douce que j'adorais, et aussi Black qui me tapait sur le système avec sa copine Lux... enfin, je ne comprenais pas bien leur rapport à eux d'eux, parfois ils semblaient être les meilleurs amis du monde, et le jour d'après, ils ne se parlaient plus, mais je m'en fichais pas mal. Il y avait également Lyra, et Dana non ? Ah aussi cette folle de Morwena. J'l'aimais pas celle là, elle m’énervait plus que tout ! Voilà, c'était à peu près tout... les autres, je ne leur adressais pas la parole, et puis c'est tout. OH NON ! Il y avait aussi Hécube ! Comment oublier ma petite chanteuse favorite ! Le prof ne l'aimait pas trop, à ce qu'il me semblait. Enfin, le prof n'aimait personne. Moi, il me laissait tranquille, et c'était bien comme ça. J'arrivais en classe à l'heure, à mon plus grand étonnement. La Poufsouffle qui me tapait sur le système était déjà là avec son petit bloc note ! Franchement, elle était totalement stupide ! Tiens, je l'avais oublié celui-là, un Serpentard, il avait un an de moins que moi... je ne me souvenais plus de son nom, un truc comme Cynanure.

Bref, je saluai le prof, et m'apprêtais à m’asseoir, lorsqu'il nous ordonna de rester début. Qu'est-ce qu'il nous réservait encore ? Son petit discours "d'encouragement" était-il sensé nous faire peur ? A moi, cela ne me fit ni chaud, ni froid, j'étais déjà nulle alors, cela ne changeait rien. Pourtant, je faisais tous les efforts du monde pour réussir. J'écoutais attentivement, et il posa ensuite une question : « Sur une échelle de un à dix, où placeriez vous les Runes et les Sortilèges selon leur utilité dans un combat et dans la vie courante ? Nous ne sommes pas nombreux, ne levez pas la main. » Personne ne répondait. Moi, je n'avais pas froid aux yeux, j'étais une Gryffondor après tout ! Tant pis si c'était faux, j'aurais essayé. Je suggérai alors :
« Sept sur dix ? »

Spoiler:
 
Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: Cours de Runes. 1978   Ven 17 Fév - 21:17

Quand ma compagne de dortoir m’annonçait qu’on avait Runes ce jour même, je me retournais dans mon lit en mettant mon oreiller sur ma tête avec un grognement en moldave pour exprimer mon mécontentement. En fait, ce n’était pas tant la matière, je n’aimais pas particulièrement les runes certes, je préférais bien plus les sortilèges que les runes, mais bon, quand même prendre une heure à lire des runes et découvrir leur sens. Non, ce n’était pas vraiment la matière, je savais que l’usage des runes pouvait se révéler utile si jamais on avait des sorts à jeter, toute écrite de cette manière. Non, en fait c’était juste ce jour, pas une envie particulière de me lever, bien au contraire. J’aurai bien préféré de me terrer au fin fond de mon lit. Une véritable marmotte avait dit ma colocataire de dortoir en version moldue avait-elle rajouté quand elle avait vu mon drôle de regard. Si seulement je pouvais juste dormir, j’avais juste eu envie de dormir. Non pas que je fusse très fatiguée, non c’était plus de flémingite aigüe, mais rapidement guérie quand l’autre fille du dortoir vint tirer les couvertures pour faire sortir « La russe » du lit. Et je me levais d’un bond, quoi de mieux que de dire que j’étais russe pour me faire réveiller en sursaut, « moldave, ce n’est pas le même lieu ! » et au final pour se terminer dans « même combat, tu te bouges y faut qu’on descende maintenant ».

Le petit déjeuner fut cours, et rapidement je me dirigeais vers mon cours de runes, les heures passaient à une allure, malgré que j’avais l’impression de vouloir m’endormir à chaque minute. Ma consolation ? D’accord, le professeur était vraiment gentil à mon égard, et je l’appréciais. Et puis je savais également que Regulus faisait rune avec moi, au moins un cours qu’on avait le loisir de partager ensemble. Aucun de mes camarades du cours de runes je crois, de mes souvenirs en tout cas n’étaient en mauvais termes avec moi, du moins, sauf Cyanure, mais lui c’était un peu différent. Je le soupçonnais de beaucoup de choses, notamment d’avoir fait cette fichue blague pour la St Valentin, et qui m’avaient rendu malade pendant plusieurs jours, pastille de gerbes, et ce petit sourire narquois qu’il m’adressait à chaque fois me faisait porter les soupçons sur lui. Qui d’autres ? Ou alors un de ces copains… Peu m’importe.

Je rentrais donc rapidement dans la salle de cours, posant mon sac sur une des tables, j’étais la troisième ou quatrième élève qui était déjà présente dans la salle, et rapidement les autres arrivèrent. Je me mis sur le côté et vis ce qu’il écrit au tableau en même temps. Le professeur Ivanov reprit vite la parole pour nous interdire de nous asseoir, et enchainer sur le programme de la journée. Et enchaina directement sur notre niveau. En ce qui me concernait, ce n’était pas comme si j’étais en dernière année, et que les runes étaient en partie une bonne partie de mes notes. Je ne savais pas trop ce que je voulais faire, mais en tout cas j’avais besoin de tout ce qui tournait autour, et puis les runes permettaient de prendre un avantage.

« Huit sur dix ? Si on considère qu’on prend un avantage pour déstabiliser notre adversaire dans un combat s’il ne maitrise pas les runes non ? »

J’avais pris la parole directement après Sephora à qui j’adressais un peu sourire juste à la suite de mon dialogue de sympathie plus qu’autre chose. J’étais heureuse de connaitre des gens dans ce cours de runes. Aussi, je vis ma petite protégée de Morwena, et tous les autres, un petit groupe bien sympa excepté Cyanure…
Professeur↯  Les runes, inutiles ? Mais non !
avatar



Nombre de messages : 1518
Age : 29
Groupe : Neutre ; Professeur ; Sorcier
Caractère : Passionné, Indépendant, Influençable, Perfectionniste, Renfermé, Apeuré
Crédits : : Marelle
Date d'inscription : 20/06/2011




Adrian Ivanov

Professeur
Les runes, inutiles ? Mais non !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Cours de Runes. 1978   Dim 19 Fév - 9:48

    Les élèves étaient presque tous installés. Certains, bien sagement à leur place, avaient commencé à prendre des notes. Les autres se dandinaient devant Adrian qui fronçait les sourcils. Sa patience, exemplaire pourtant, avait des limites et la fatigue n’arrangeait rien. Son regard noir passa sur les élèves assis comme s’ils n’existaient pas. Ils ne faisaient dorénavant plus partis du cours, puisqu’ils n’écoutaient pas. Adrian ne prit même pas la peine de relever leur nom. De toute manière, s’ils ne voulaient pas venir, qu’ils ne viennent pas, faire l’appel ou autres bêtises qui faisaient perdre du temps, il n’en voyait pas le moins du monde l’intérêt. Croisant les bras, le professeur de Runes attendait que les élèves répondent. Ils étaient silencieux, ce qui ne changeait pas de l’habitude, mais surtout, il y avait cet éclat dans leur regard… identique en tout point à celui qu’on pouvait voir dans les yeux d’un veracrasse : brillant de bêtise. Les yeux chocolat d’Adrian se posèrent un instant sur Ipsum. Il ne voulait pas répondre ? Il pensait surement que les réponses allaient venir d’elles-mêmes ? Et bien… il pouvait toujours attendre… Black semblait ailleurs, ce qui ne surprenait pas plus que cela Ivanov et Stonewall essayait de se faire oublier, là-bas, dans son coin. Une voix déterminée rompit alors le silence et l’on put voir l’esquisse d’un sourire se former sur les lèvres d’Adrian. Une Gryffondor… était-ce si surprenant ? La prochaine personne à parler allait être à coup sûr une Serdaigle, Badenov ou Lundy. Anderson peut être… cet arrogant qui pensait tout savoir…

    « Sept sur dix ? »

    Adrian haussa un sourcil, attendant la suite de la réponse. Sept sur Dix ? Bien… zéro virgule sept si c’était ce qu’elle demandait. Non mais avait-il réellement des élèves face à lui ? Il lui semblait pourtant parler anglais, leur langue maternelle ! Une autre voix s’éleva avant qu’Adrian ne s’énerve totalement.

    « Huit sur dix ? Si on considère qu’on prend un avantage pour déstabiliser notre adversaire dans un combat s’il ne maitrise pas les runes non ? »

    Une réponse un peu plus complète, de Badenov bien sûr. Les Serdaigle étaient les élèves qu’Adrian appréciait le plus, sûrement parce qu’ils avaient dans leur sein Seilah, et Stonewall, bref, des sorcières qui avaient le mérite de dépasser intellectuellement le stade des végétaux, et qui en plus ne possédaient pas ce dédain et cette flemmardise pour le travail que tous les autres élèves semblaient porter aux nues. Adrian hocha la tête pour montrer aux deux « courageuses » élèves qu’il avait entendu. Faisant marche arrière, il enjamba le pentacle pour monter sur l’estrade et surplomber les élèves. D’une voix ferme, son agacement en suintant malgré ses efforts (oui, il essayait de garder à l’esprit que ce n’était pas de la faute des élèves s’ils étaient intellectuellement limités), Adrian poursuivit son exposé, la craie écrivant sur le tableau noir nettoyé ses propos :

    « Sept sur Dix ? Que voulez vous que je réponde à cela ? Zéro virgule sept, si c'était la réponse que vous attendiez. Ma question était claire mais l’heure matinale semble vous avoir rendu encore plus stupide qu’à l’habitude. Mais vous avez eu le mérite de répondre Jones. Donc vous pensez que les Runes ont un pouvoir offensif que l’on peut placer entre sept et huit sur une échelle de dix.

    Mais vous n’avez pas répondu exactement à ma question ; et les sortilèges ? Par rapport aux Runes, sont ils plus à dix ou à cinq ? Vous vous retrouvez devant un troll des montagnes. Actuellement, avec ce que je vous ai enseigné en Runes, votre seule possibilité serait de l’assommer à coups de Runes en lui récitant les textes que nous avons traduits. Je vous assure que, comme Monsieur Black ici présent, il s’endormira bien vite. Les Sortilèges, eux, vous permettraient plutôt de l’immobiliser dans son élan, de le faire brûler et de le découper en lamelle pour le servir au repas de ce soir. »


    Le tout dit sur un ton tout à fait monocorde était assez répugnant et Adrian en était conscient. Mais si les réponses de Jones et de Badenov étaient tout à fait correctes en réalité, avec les connaissances qu’il leur avait fournies pendant leurs premières années d’Etudes de Runes, elles étaient tout à fait inadaptées. Ridicules. Si on lui avait posé la question à leur âge, Adrian aurait sans hésitation répondu que les Runes étaient au niveau un et les sortilèges au niveau dix, avec au niveau cinq les potions de combat. Adrian saisit sa baguette et la pointa sur ses élèves, sans qu’aucun tremblement ne vienne décrédibiliser son acte. Dans tous les cas, sa réputation était telle qu’ils ne devaient pas douter un seul instant de sa capacité à leur lancer un sortilège.

    « Si je vous lançais un incendio, là, maintenant ; Comment vous défendriez vous avec les Runes ? Quel serait votre temps de réaction ? Certes, nous avons vu la théorie du tissage de laudes, mais je sens bien que vous avez déjà tout oublié. D’ailleurs, qui serait capable de me rappeler ce qu’on appelle « tisser une laude » ? Vous êtes une dizaine, je veux une dizaine de réponses. Justes. Jones, Badenov, vous pouvez reposer ce qui vous sert de cerveau, j'ai déjà entendu le son de votre voix. »

    Adrian regarde tour à tour chacun de ses élèves. Il espérait avoir plus de réponses cette fois. Plus que deux réponses. Même si les élèves disaient des stupidités, ce qui allait forcément se produire. Histoire que les éléments les plus prometteurs sortent enfin de leur mutisme et parlent un peu. Histoire qu’il ne désespère pas de se trouver devant des végétaux à apparence humaine. S’ils ne répondaient pas… Adrian avait du mal à trouver une quelconque motivation pour poursuivre le cours.

    Spoiler:
     
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Cours de Runes. 1978   Dim 19 Fév - 12:12

    La plume glissait sur le parchemin. Elle transcrivait chaque mot, chaque phrase du professeur. Le but de Morwena était de pouvoir relire son cours le soir même pour pouvoir mieux se pencher sur la question. Le cours avait à peine commencer qu'elle peinait déjà à se tenir tranquille. La question de monsieur Ivanov eût droit à deux réponses plus ou moins semblables. Quand il réfuta leur théorie d'un air dégouté et impatient, la jeune fille se félicita de ne pas avoir ouvert le bec car elle aurait très certainement répondue quelque chose d'approchant; et que la seule raison de sa présence dans ce cours était ... Secrète. Secrète et probablement infiniment stupide.

    " Sept sur Dix ? Que voulez vous que je réponde à cela ? Zéro virgule sept, si c'était la réponse que vous attendiez. Ma question était claire mais l’heure matinale semble vous avoir rendu encore plus stupide qu’à l’habitude. Mais vous avez eu le mérite de répondre Jones. Donc vous pensez que les Runes ont un pouvoir offensif que l’on peut placer entre sept et huit sur une échelle de dix.

    Mais vous n’avez pas répondu exactement à ma question ; et les sortilèges ? Par rapport aux Runes, sont ils plus à dix ou à cinq ? Vous vous retrouvez devant un troll des montagnes. Actuellement, avec ce que je vous ai enseigné en Runes, votre seule possibilité serait de l’assommer à coups de Runes en lui récitant les textes que nous avons traduits. Je vous assure que, comme Monsieur Black ici présent, il s’endormira bien vite. Les Sortilèges, eux, vous permettraient plutôt de l’immobiliser dans son élan, de le faire brûler et de le découper en lamelle pour le servir au repas de ce soir.
    "

    Le discours était assez juste, reconnut intérieurement la demoiselle. Elle était cependant surprise que le professeur lui-même reconnaisse en publique que la matière qu'il enseignait était quasiment inutile. Elle tourna la tête et promena son regard sur tout les autres élèves qui se tenaient plus ou moins attentif. Quelle était la raison de leurs présences à tous ? Quelle motivation les avait tirés de leurs lits de si bon matin si ce n'est que pour traduire quelque signes bizarroïdes ? Ah la curiosité. Un de ses pires défauts. En effet, la Poufsouffle se sentait constamment tiraillée par le désir de tout savoir, de tout comprendre. Mais les runes étaient une matière compliquée, et non seulement se concentrer; mais mettre en application ses maigres connaissances n'était pas toujours évident. Une fois qu'il eût finit, une note acide dans sa voix veloutée; d'expliquer pourquoi et comment ses élèves étaient des créatures stupides et dépourvues d'une once d'intelligence, tout paraissait complétement logique.

    " Si je vous lançais un incendio, là, maintenant ; Comment vous défendriez vous avec les Runes ? Quel serait votre temps de réaction ? Certes, nous avons vu la théorie du tissage de laudes, mais je sens bien que vous avez déjà tout oublié. D’ailleurs, qui serait capable de me rappeler ce qu’on appelle « tisser une laude » ? Vous êtes une dizaine, je veux une dizaine de réponses. Justes. Jones, Badenov, vous pouvez reposer ce qui vous sert de cerveau, j'ai déjà entendu le son de votre voix "

    Elle trouvait le ton de son professeur de plus en plus cassant. Morwena n'apprécia que très moyennement les réflexions désagréables sur son amie Lyra, quoique aucune insulte ne serait trop gentille pour une peste comme Sephora. La blondinette cessa tout d'un coup d'écrire et de recopier avec minutie les paroles de celui qui s'énervait au quart de tour. Si elle avait pris la résolution de se montrer rigoureusement calme et discrète; il y avait tout de même des limites. Qu'elle le veuille ou non, la Jaune et Noire se sentait obligée de répondre, de répliquer, à chaque intonations déplaisante. Elle haïssait de se taire tout en continuant à essuyer les réprimandes de son interlocuteur. S'en prendre plein la gueule, c'était bien gentil les premières minutes mais ça finissait vite par devenir légèrement irritant. Par ce que pour une préfète au caractère bien trempé, se tenir tranquille plus de trente secondes est un exploit sans pareil; elle entonna d'une voix résolument forte: " Si je me souviens bien, tisser une Laude signifie utiliser la magie des Rune en utilisant une incantation dans une langue ... Heu ... Ancienne je crois. ". Bon d'accord, sa réponse avait été assez évasive et elle avait un petit peu hésité, mais, soigneusement rangé dans un petit tiroir dans un sombre recoin de son cerveau; était entreposé deux ou trois souvenirs un peu flou du cours de Runes de l'année précédente.
    Son stock de connaissance étant ... Plutôt limité quand une expression éveillait un souvenir en elle; ne pas le sortir aurait été une grave erreur de plus. Calmée, Morwy décoinça sa cape de sorcière qui s'était coincée sous le pied de sa chaise, cala sa tête dans ses mains et attendit la réaction des autres élèves pour se faire une idée de la nature de son éclair de génie. Elle pouvait très bien avoir confondue avec autre chose, ou se tromper de façon monumentale. Mais, à vrai dire; elle n'en avait pas grand chose à faire.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Cours de Runes. 1978   Dim 19 Fév - 22:46

Il faut avouer que cela est déjà dur de se lever tous les jours de la semaine. Cela l'est encore lorsqu'on doit se réveiller le vendredi matin... Lux avait beau à l'origine être blonde comme le jour, elle était plutôt de la nuit comme sa chevelure noir de jais actuelle. Le plus dur était donc de sortir ses délicats orteils de sous la couette. Et tant que la brunette pouvait glaner quelques minutes de plus, elle en profitait... Mais, car il y en a toujours un, ce matin là, Lux en avait glané un peu trop de ces précieuses minutes. C'est un oreiller traversant les rideaux de son lit à baldaquin qui vint atterrir sur son visage qui la réveilla. Une voix douce et charmante s'éloignant lui susurra ses mots doux : Lux ! Bouge toi ! Il est huit heures cinq ! La Serpentard ayant sursauté de ce réveil délicat était prête à riposter jusqu'à ce qu'elle entende les mots magiques 'huit heure cinq'.

Se levant précipitamment dans son pyjama trop grand, la brune chercha ses affaires à droite et à gauche ayant la fâcheuse manie de les semer les assemblant bon gré mal gré. Ne vous inquiétez pas, Lux était assez éveillée pour enfiler d'abord ses affaires avant de sortir des les couloirs en direction de la salle de bain.

Bousculant plusieurs personnes sur son passage qui étaient évidement presque toute à contre sens, Lux eut bien du mal à se glisser jusqu'au lieu de prédilection. L'avantage à être en retard ? Pouvoir accéder à une douche et à un lavabo. Un petit sortilège pour ressembler à quelque chose, et voilà Lux déjà en train de courir tentant de nouer la cravate de son uniforme aux couleurs typique de Serpentard. Jetant un coup d'oeil à l'heure, il lui restait un peu moins de dix minutes pour arriver en salle de classe. Cinq minutes trop tard pour attraper un croissant dans la grande salle. C'est malheureusement au détour d'un couloir qu'elle croisa un première année avec un paquet de gâteaux... Y-a-t-il besoin de préciser où terminèrent ses friandises ?

Elle arriva quelques minutes avant l’heure fixée et s’installa aux côtés de Lyra qui était arrivée avant elle. Seulement, tout le monde resta planté debout. Ah… le prof de Runes. Il fallait avouer qu’il était assez particulier. Très stricte. Dès que quelqu’un l’ouvrait, la réponse n’était jamais correcte. Lux orgueilleuse comme elle l’était n’avait plus envie de participer dans ce cours. Elle connaissait les réponses parfois mais s’était enfermée dans son mutisme sauf lorsque parfois exaspérée par les idioties proférées par ses camarades, elle lâchait un ou deux mots…

C’est donc un discours accablant qui les accueillit. A la question du prof, Lux aurait répondu 3… Déjà le temps de sortir les incantations, l’autre avait le temps de leur lancer trois sortilèges dans la figure. Et puis Lux, c’était une passionnée des sortilèges, alors les runes à côté d’eux… Toutefois, n’allez pas croire qu’elle les néglige. Bien au contraire, sinon, elle ne serait pas dans ce cours. Sephora, cette gryffondor exaspérante répondu 7 et Lyra renchérit en disant 8. Question de point de vue sûrement. Quoi que le prof sembla tourner dans son sens vu qu’il sous-entendait qu’ils étaient des incapables en la matière. Ce qui n’était pas forcément faux. Lux se sentait bien mieux de se défendre avec sa baguette à coup de sortilèges. Il posa alors une autre question et ce fut au tour de Morwena de tenter de répondre. Il lui semblait se souvenir que c’était bien cela mais que c’était bien plus compliqué que de parler dans une langue ancienne. Cela serait bien trop facile sinon. Et les runes, ce n’étaient pas du coton…
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: Cours de Runes. 1978   Ven 24 Fév - 14:23

Le réveil était bien moins difficile que bon nombre d'autres matins. Je me levai tranquillement de mon lit, secouai Nox pendant quelques secondes, et laissai tomber en entendant quelques grognements plaintifs. Apparemment, mon meilleur ami n'avait pas vraiment l'intention d'assister à un quelconque cours aujourd'hui. Je le laissai et me dirigeai moi-même vers la Grande Salle. Moi, j'avais Runes, et je ne pouvais pas me permettre d'arriver en retard, surtout pas avec le prof que l'on avait. Le professeur Ivanov n'était pas le genre de professeur très conciliant qui tolérait une minute de retard. De plus, je savais qu'il ne me portait pas vraiment dans son cœur. Il croyait sans doute que j'étais le genre d'élève qui venait en cours parce qu'il le fallait et non pas parce que c'était mon devoir en tant que septième année de m'investir au maximum dans cette matière. Il fallait l'avouer, les runes, je m'en fichais pas mal. Moi, personnellement, je préférais d'avantage les potions et l'arithmancie. J'ignorais toujours pourquoi j'avais choisi cette matière qui pour moi n'avait pas le moindre intérêt, ni même la moindre importance pour mon avenir professionnel. En Runes, je venais en touriste. Malheureusement, au plus grand daim de notre professeur, j'étais doué, quoi qu'il en disait. Il ne pouvait rien me reprocher. Je n'étais pas non plus ce genre d'élève qui s'activait pour toujours être le premier à lever la main. Moi, j'écoutais plutôt le cours d'une manière qui pouvait sembler inattentive à tout point de vue, mais qui en fait, était plutôt efficace. J'avais toujours été doué pour tout retenir, même les détails insignifiants que tout le monde oubliait.

La grande Salle était remplie d'élèves. À cette heure-ci de la matinée, elle était toujours bondée de toute manière. Je ne croisais personne suffisamment digne d’intérêt pour que je daigne m’asseoir déjeuner près d'elle, donc, j'avalai rapidement mon petit déjeuner pour me diriger ensuite d'un pas lent et silencieux vers la salle de cours. Recoiffant doucement mes cheveux, tirant vivement sur ma cravate pour la remettre droite, et touchant mon insigne de préfet, comme pour vérifier qu'il était toujours bien là, je pénétrai dans la pièce où quelques élèves étaient déjà présents. Jones, Stonewall, Clove, entre autres. Autant de personnes que je ne pouvais pas voir en peinture. Je m'éloignai d'eux le plus possible, ne préférant pas succomber à la vile tentation. C'était plus dure de résister lorsqu'ils se mettaient à respirer le même air que moi. Lyra était là, et je lui adressai un vague sourire. Il allait falloir que je lui parle en tête à tête d'ailleurs, à cette petite Serdaigle.... Il y avait Ipsum dans un coin, je ne me préoccupai pas de lui. Il ne m'inspirait pas confiance ce mec là. Avant, j'aurais peut-être pu reconsidérer son cas, mais depuis que j'avais vu ce qu'il avait fait à Lux, j'avais du mal à me retenir de lui sauter dessus à chaque fois que je le voyais. D'ailleurs, où était-elle ma petite jumelle Silvestri ? Je la rejoignis sans dire mot. Je continuai à m’asseoir à côté d'elle en cours, malgré notre toute récente altercation qui avait bien failli mal finir. Cela allait bien finir par s'arranger, du moins, je l'espérais.

En attendant, Ivanov nous ordonna de ne pas nous installer. Qu'est-ce qu'il nous manigançait encore celui-là ? Son petit discours d'encouragement du début d'année était tellement niais et stupide que j'eus presque envie de ressortir de son cours. Comment Cissy pouvait apprécier ce gars-là ? Elle devait sans doute avoir un faible pour lui, même si pourtant, il n'avait rien d'extraordinaire. Il posa une question par là suite. Dans ma tête, je pensais aussitôt huit sur dix. Jones osa répondre. Téméraire celle-là ? Elle allait sans doute se faire rembarrer dans la seconde qui suivait. Tiens, Lyra qui tentait sa chance également, et qui répondait ce que j'aurais répondu si j'avais été interrogé. Il fallait vraiment être sur de soi pour affronter les critiques de ce professeur là dont le seul plaisir était de casser ses élèves. J'étais plutôt d'accord avec mon amie, mais comme d'habitude, il prit un violent plaisir à dévaloriser les réponses alors qu'à mon humble avis, elles n'étaient pas si loin de la réalité. Bref, je préférais laisser passer cela. Je n'étais pas là pour ça, mais plutôt pour tenter de comprendre. Même si je n'accordais pas la moindre importance à cette matière, je ne pouvais m'empêcher d'obtenir les meilleures notes possibles. Toujours donner le meilleur de soi, c'était ma devise.

En attendant, je commençais à avoir mal aux jambes, et j'aurais bien apprécié que le professeur nous dise enfin de prendre place. Ses petites questions commençaient à m'énerver. Il allait falloir que j'intervienne pour accélérer les choses. La poufsouffle parla à son tour. Elle essayait sans doute de se rendre intéressante, ou de se faire bien voir par le prof. Même si son courage était honorable et sa réponse bonne, elle demeurait cependant incomplète. Je surenchéris :
« Pour compléter, cela serait une langue style runique, grecque, ou pourquoi pas même elfique. C'est plutôt complexe à utiliser, et inutile si on l'emploie mal, c'est pourquoi la plupart des sorcières préfèrent plutôt se rabattre sur les sortilèges, car le risque de faire appel aux Runes et d'échouer est bien plus grand que celui d'utiliser les sortilèges de manière classique. J'avouerais moi-même que si vous me lanciez un Incendio, les runes ne me viendraient pas automatiquement à l'esprit. Il faut que ce soit inné, et je ne pense pas que notre niveau de simple étudiant nous le permette. »
J'étais certain que si je relevais la tête, je pourrais presque apercevoir une lueur d'étonnement dans le regard du professeur de Runes. C'était plutôt rare que je prenne la parole, j’espérais qu'il allait au moins me donner des points maisons pour ça. Je m'investissais dans son cours d'une nullité extrême, alors, il avait plutôt intérêt à me récompenser celui-là !

Spoiler:
 
Professeur↯  Les runes, inutiles ? Mais non !
avatar



Nombre de messages : 1518
Age : 29
Groupe : Neutre ; Professeur ; Sorcier
Caractère : Passionné, Indépendant, Influençable, Perfectionniste, Renfermé, Apeuré
Crédits : : Marelle
Date d'inscription : 20/06/2011




Adrian Ivanov

Professeur
Les runes, inutiles ? Mais non !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Cours de Runes. 1978   Lun 19 Mar - 21:00

    Adrian baissa sa baguette tout en attendant des réponses qui ne voulaient pas vraiment venir. Bon… bien… certes. Le Professeur de Runes ne comprenait pas que des élèves soient si peu… impliqués. Réactifs. Ils n’étaient même plus au stade de végétaux, c’étaient des chewing-gums amorphes et incapables (quand bien même un chewing-gum eut pu être capable de quoi que ce soit)… Adrain était près à désespérer à jeter réellement un sortilège sur ses élèves pour les réveiller lorsque le doux son d’une élève s’éleva à sa droite. La Poufsouffle, qui s’était assise, et qu’il avait jusque là choisi d’ignorer.

    " Si je me souviens bien, tisser une Laude signifie utiliser la magie des Rune en utilisant une incantation dans une langue ... Heu ... Ancienne je crois. ".

    Utiliser la magie des runes en utilisant une incantation dans… Bon sang, c’était du grand n’importe quoi au niveau du vocabulaire et, inconsciemment, Adrian se tendit en entendant cela. Elle piétinait et s’essuyait les pieds sur le vocabulaire technique des Runes, elle… mais il ne pouvait réellement lui en vouloir, puisqu’il n’avait pas encore pris le temps de faire un cours purement théorique sur l’importance des mots qu’on pouvait employer en étude des Runes. Après tout, ils n’avaient pas que cela à faire, les programmes étaient chargés… Une moue dédaigneuse et peu satisfaite se dessina sur les lèvres d’Adrian.

    « Pour compléter, cela serait une langue style runique, grecque, ou pourquoi pas même elfique. C'est plutôt complexe à utiliser, et inutile si on l'emploie mal, c'est pourquoi la plupart des sorcières préfèrent plutôt se rabattre sur les sortilèges, car le risque de faire appel aux Runes et d'échouer est bien plus grand que celui d'utiliser les sortilèges de manière classique. J'avouerais moi-même que si vous me lanciez un Incendio, les runes ne me viendraient pas automatiquement à l'esprit. Il faut que ce soit inné, et je ne pense pas que notre niveau de simple étudiant nous le permette. »

    Adrian darda son regard chocolat sur celui qui venait de répondre de manière si… étonnante. Et juste. Black était donc sorti de sa torpeur ? Intéressant, puisqu’apparemment ce n’était pas pour raconter que des âneries. Adrian agita sa baguette et sur le tableau s’inscrivit à la craie un résumé de ce qui avait été dit, puis la définition officielle d’une laude qu'il dicta en même temps:

    « Tisser une laude est l’action de faire appel à des Runes spécifiques pour une action spécifique, dans une langue ancienne donnée, en les incantant au travers d’une phrase préalablement pensée, gravée et/ou influée. Une laude est donc une séquence incantée à haute voix, tissée avec instinct, politesse et connaissance. Telle était la réponse exacte mais la vôtre, Black, était celle que j’attendais d’un élève de septième année. C’est bien. 10 points pour Serpentard. Maintenant, passons aux choses sérieuses. »

    Adrian se retourna vers le reste de la classe et se positionna au milieu du pentacle dessiné soigneusement au centre de la pièce. D’un mouvement rapide, il retraça le cercle de sel qu’il avait brisé avant le cours pour ne pas activer le pentacle trop tôt. Il regarda les élèves les uns après les autres. Pour une fois, un petit sourire éclairait son visage émacié du professeur de Runes. Un sourire énigmatique, et un peu terrifiant puisqu’inhabituel. Adrian se passa une main nerveuse dans ses cheveux fins. Avec sa baguette, il pointa les parchemins qu’il avait posé sur chacune des tables avant le début du cours et des plumes se levèrent, prêtes à prendre en note tout ce qu’il allait dire. Le plus important n’était pas de prendre des notes, pour les élèves, mais de voir et d’observer ce qu’il était en train de faire. Dans un mouvement souple de baguette, fit briller le sel du pentacle, rendant bien visible la forme du dessin :

    « La matière que j’ai utilisée est le sel, un sel purifié par les Sirènes du Lac Noir, qui permet de mieux capter l’énergie magique qui s’écoule de chacun d’entre vous. De tous les êtres vivants suinte une forme passive de magie que les runes sont capables de capter et de moduler selon nos désirs et le sel permet de concentrer et de stabiliser cette énergie. C’est un art compliqué, je ne l’ai que trop répété. Maintenant, observez bien ce au centre de quoi je suis actuellement. Vous pouvez distinguer une forme géométrique en forme d’étoile que nous avons vue fréquemment dans nos traductions des années précédentes. Et vous pouvez aussi distinguer une série de runes. J’ai deux questions extrêmement simples mais pourtant fondatrices de ce que nous allons voir aujourd’hui : comment appelle t on cette forme, et quel terme utiliseriez vous pour désigner cette série de runes ? »

    Adrian avait éclairé en même temps qu’il parlait le sel, les runes et ce qui les liaient toutes entre elles sous la forme d’un trait sibyllin. Savoir tracer un pentacle était fondamental lorsqu’on faisait des expériences sur les runes et en deuxième année à Darwin on les avait obligés à tracer des pentacles parfaits les yeux fermés et à une main. Bien sûr, c’était bien au dessus du niveau des étudiants de Poudlard, mais ce que voulait Adrian c’était avant tout leur apprendre les bases. S’ils comprenaient ce qu’il allait leur raconter une fois les réponses données, Adrian espérait de nouveau un miracle Black (peut être que les points donnés, chose extrêmement rare, allait réveiller une éventuelle rivalité entre les élèves, bien trop tempérée aux yeux d’Adrian qui avait en souvenirs la brutalité de Dumstrang) ou Stonewall… histoire que le cours avance. Au pire, si personne ne répondait, il pouvait toujours revenir aux méthodes de base : contrôle surprise et puis basta… il pourrait aller se reposer.

    Spoiler:
     


avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Cours de Runes. 1978   Ven 27 Avr - 13:16

    En général, Hécube évitait de s'endormir en cours de Runes, pour la simple et bonne raison que, comme elle était le souffre douleur du prof, elle n'avait pas intérêt à faire le moindre pas de travers. D'ailleurs, ce n'était pas son genre de s'endormir pendant les cours et, au contraire, elle était toujours très concentrée. Cependant, ces derniers temps, elle était vraiment, complètement ailleurs. C'était à cause de ce mariage, elle en était sûre: depuis qu'elle avait jeté cette malédiction sur Lily Evans, malédiction qui, aux yeux de beaucoup n'étaient sans doute que des paroles, elle ne pouvait penser à autre chose. Les paroles, pourtant, n'étaient pas simplement du vent. Pour des sorciers, cela aurait dû être facile à savoir. Après tout, les formules magiques non plus n'était rien d'autre que des mots, qui auraient pu être inoffensifs, dans un autre contexte. Non, il y avait toujours une part d'action dans le langage, et même si ce qu'elle avait dit n'avait eu aucun effet maléfique direct, elle n'avait pas l'intention de laisser les choses s'arrêter là. Oui, la seule personne qui avait été changée, c'était elle. A présent, elle mourait d'envie de se venger et de lui jeter une vraie malédiction. Comment pourrait-elle le faire ? Lily était une grande sorcière, beaucoup plus expérimentée qu'elle. Mais Hécube avait un point fort que personne ne pouvait lui nier: les Runes. Alors, depuis qu'elle était en cours, au lieu de suivre, elle se demandait si certaines d'entre elles ne seraient pas assez puissante pour que rien ne puisse plus jamais l'arrêter. Et si elle ne pouvait pas s'en sortir toute seule, elle demanderait l'aide de son professeur. Evidemment, ce qu'elle s'apprêtait à faire frôlait la magie noire - elle ne voulait pas encore s'avouer en plein dedans - mais Ivanov était tellement obsédé par les Runes qu'il ne pourrait qu'être ravi de voir que des élèves s'intéressaient autant à sa matière, même si c'était pour des intentions si noires - qu'elle n'avait, de toute façon, aucune raison de révéler.

    Mais avant de se lancer là-dedans, peut-être valait-il mieux faire un truc utile ? Du genre, fayoter ? C'était un bon plan. Malheureusement, pour cela, il lui fallait sortir de sa transe et participer au cours. D'ailleurs, le cours avait du mal à avancer. Normal, quand on voyait les imbéciles qui essayaient de parler. Sephora avait d'abord tenté une réponse. Ah, Sephora ! Hécube l'aimait beaucoup, mais il y avait des matières qui n'étaient pas ses points fort, il fallait bien l'avouer. Et si elle-même n'était qu'en cinquième année, elle avait bien l'impression qu'elle était meilleure que tous les autres dans cette classe qui répondaient de travers. Jusqu'à ce que Black, cet infâme crapaud vert argenté, sorte une bonne réponse. Avant même de voir l'expression satisfaite cachée du professeur, Hécube eut envie de lui balancer son livre à la figure, comme d'habitude. De toute façon, il lui suffisait de voir sa tête pour avoir envie de lui balancer son livre. A la place, elle n'avait qu'à se montrer meilleure que lui la fois suivante. Ah, si elle avait pu être attentive ! Elle aurait sorti la bonne réponse plus vite que l'éclair, si l'éclair s'appelait Regulus Black. Décidément, elle n'avait pas de chance avec cette famille. Cependant, par chance, le professeur ne tarda pas à poser une nouvelle question, et elle leva la main à toute vitesse, la première, pour répondre immédiatement: ♫ Cette forme est un pentacle. Elle sert à désigner la présence de runes, de laudes ou de séquences liées à la défense. Justement, ici, elle indique la présence de la séquence qui suit. On reconnait que c'est une séquence parce que c'est une suite de runes écrites d'une certaine manière. ♫ C'était une question simple, mais il fallait y penser. Hors, si Hécube y avait pensé, c'était justement parce que dans le fabuleux livre écrit par Adrian Ivanov qu'elle avait entièrement lu pendant les vacances, c'était évoqué. Connaissant son professeur, elle avait tout de suite vu où il fallait en venir.







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Cours de Runes. 1978   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum