Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Manchester - «All my troubles seemed so far away»   Sam 24 Déc - 16:29

    Septembre. Un mois que, depuis huit ans, Selena détestait, parce que c'était celui où James partait à Poudlard, cet affreux mois où son petit garçon faisait sa valise pour ne revenir ensuite à la maison que deux semaines à Noël et deux semaines à Pâques avant l'été. Elle n'aurait jamais cru un jour regretter ce sentiment. Et pourtant... James ne prenait plus le Poudlard-Express, désormais. Il coûtait à Selena de l'admettre, mais son petit garçon avait bien grandi. Il travaillait au ministère de la Magie. Il allait se marier. Il allait devenir papa. C'était fou comme le temps passait vite. Il lui semblait que la veille encore il faisait ses premiers pas sur le tapis du salon... A présent, plus de cris d'enfants dans la maison. James et Sirius étaient tous les deux partis, et seuls les aboiements du chien de Sirius résonnaient dans la demeure de Godric's Hollow.

    Mais Selena ne pouvait pas se permettre de s'apitoyer sur son sort de pauvre maman abandonnée. Parce qu'elle n'était pas n'importe quelle maman d'un petit garçon devenu homme. Elle était une sorcière, une sorcière dont le monde traversait une grave crise, dans laquelle elle avait choisi de s'engager. C'était la guerre dehors, des gens mourraient tous les jours. Et cela n'arrivait pas qu'aux autres : le propre père de Lily, la fiancée de James, avait été tué au cours de l'été. Et, évidemment, pour bien rassurer Selena, il fallait que toute sa famille fasse partie de l'Ordre du Phénix. Enfin... Mieux valait sans doute ne pas penser à tout cela pour le moment.

    Le mois de Septembre était aussi un mois tranquille à la librairie : les enfants venaient de partir pour Poudlard, et la plupart des adultes avaient fait le plein d'ouvrages en même temps qu'eux, durant l'été ; beaucoup ne reviendraient pas avant octobre. Comme de plus les ventes de juillet et août avaient été relativement bonnes, davantage même que l'année précédente, lorsque la possibilité d'une petite mission pour le compte de l'Ordre s'était présentée , Selena n'avait pas hésité à fermer son échoppe pour la journée. Ainsi, aujourd'hui elle se retrouvait à Manchester, sous un ciel gris de fin d'été. Il aurait sans doute pu faire bon, s'il n'y avait pas eu tout ce vent... Elle espérait bien qu'ils n'auraient pas le même temps pour le mariage : il n'y avait rien de tel qu'une bonne bourrasque pour semer la pagaille parmi tous les préparatifs.

    Cette mission pour l'Ordre n'avait rien de bien important : elle devait simplement rencontrer un contact à la bibliothèque de Manchester. Une mission tellement sans importance que la personne en question n'avait pas daigné venir, et cela bien que Selena l'ait attendu plus de trois heure en feuilletant de vieux ouvrages moldus. Elle était donc quelque peu dépitée lorsqu'elle sortit dans les rues du Manchester moldu, ne pouvant attendre davantage. Elle pensa d'abord transplaner immédiatement à la maison, mais se ravisa au dernier moment. Elle avait fermé la librairie, de toute façon, et elle ne venait pas souvent ici, à Manchester : elle pouvait toujours profiter un peu de la ville. Elle avait d'ailleurs un collègue libraire, ici, qui avait toujours de très bons ouvrages concernant le domaine des runes : elle pourrait passer le voir.

    Deux heures plus tard, Selena était assise sur un banc de Piccadilly Garden, tout près de la statue de la reine Victoria, un livre de runes posé sur ses genoux. Son collègue libraire avait été manifestement très heureux de discuter avec elle, et il lui avait même donné une liste d'ouvrages qu'il lui conseillait d'acquérir : un parchemin qu'elle avait posé à côté d'elle le temps de parcourir le livre qu'elle lui avait acheté. Elle tourna la page. Il allait vraiment falloir qu'elle s'en procure plusieurs exemplaires pour Obscurus Books... et peut-être même envoyer un hibou à Hécube Stonewall pour le lui proposer. Et...

    Selena fut interrompue dans le cours de ses pensées par un coup de vent plus fort que les autres, qui fit s'envoler son parchemin. Poussant une exclamation, elle eut un geste instinctif en direction de sa baguette, mais dû se retenir. Il y avait beaucoup trop de moldus autour pour qu'elle puisse rattraper son parchemin avec un Accio sans se faire remarquer. Elle n'allait tout de même pas le laisser se perdre dans les airs... non seulement elle en avait besoin, mais si un moldu tomait dessus, il allait sérieusement se poser des questions. Son livre sous le bras, elle se mit donc à courir après la feuille qui virevoltait dans les airs, sans parvenir à la rattraper. Les passants la regardaient faire sans bouger, l'air même plutôt amusé. Selena grinça des dents. Enfin, prenant son élan sur un rebord, elle parvint à mettre la main dessus, mais atterrit lourdement, renversant au passage un jeune homme qui se trouvait là.

    - Je suis vraiment désolée, s'excusa Selena avant même de voir le visage de ce dernier.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Manchester - «All my troubles seemed so far away»   Sam 24 Déc - 18:44

Une journée de liberté … Il aimait ce genre de temps. Cette température grise, ce vent entrant en lui, caressant son torse sous ses lourds vêtements. Severus Rogue était vêtu d’un jeans noir, d’une chemise blanche, des chaussures noires. Il ne portait pas sa cape évitant, ainsi, d’être trop à vu par la population de sa ville natale. Sa veste de cuir, de type pauvre, remplaçait cet autre vêtement. Il avait une journée libre. En fait, le jeune homme possédait toujours une journée de libre à son emploi sur le Chemin de Traverse. Le patron était gentil. Il adorait discuter avec notre jeune homme de tout et de rien. Jamais Severus n’en dit trop sur sa vie privée. En général, il laissait aller l’homme et la conversation se dirigeait vers les potions. Il expliquait donc les meilleures solutions pour obtenir un Felix Felicis parfait tout comme une potion d’amour, mais aussi une goutte du mort-vivant. C’était agréable et, d’une certaine manière, attisait la fierté du jeune homme.

Mais aujourd’hui en ce début de septembre, il fut resté chez lui. En fait non, il fut allé marcher au hasard à Manchester. Étrangement, chacun de ses pas l’avait mené vers les endroits préférés de Lily et lui. Le casse-croûte où il travailla au début de l’été, le petit parc à la balançoire, la rue des Evans … Où Henri ne laissait plus passer son sourire, ses attentions aux deux enfants aujourd’hui grands. Cela lui manquait, elle lui manquait. Et évidemment, la pensée de James arriva rapidement. Il ne l’avait plus dans les pattes, mais la douleur et les idioties du Maraudeur tout comme de son idiot d’ami restaient. Les mains dans ses poches, Severus les serra subitement. Serrant les dents … Il ne savait pas quant exactement le mariage était du, mais cela semblait pour bientôt. Cela lui fit une douleur, une épine au cœur.

« Lily. Lorsque tu vas te marier, je vais être là. » Quand avait-il dit cela ? Son regard était si bas alors qu’il sembla toucher le sol de Piccadilly Garden. Il heurta une ou deux personnes, mais ne fit pas attention aux regards mauvais, de flammes, lancés sur lui. Il pensait avoir été naïf. Il devait avoir 7 ans tout au plus. Il pensait être au mariage de Lily et l’applaudir, lui sourire lorsque cette dernière passerait en robe blanche toute étincelante de milles feux allant rejoindre son mari. Mais lui serait resté la personne la plus chère à ses yeux. Il était naïf de croire ne pas avoir besoin d’elle à se point … Et là, elle le haïssait pour tout … Pour tous ses tords, ses erreurs.

- … Hmm ?

Des rires, des gloussements surgirent. Levant la tête las, mais aussi intrigué Severus Rogue observa une femme courir après un papier. Il fronça les sourcils tentant de mieux voir : un parchemin à bien y penser. Oui, le brun du papier décelait bel et bien la trace des sorciers ici présents. Même loin du Chemin de Traverse, le monde de la sorcellerie le rattrapait. Severus jeta un coup d’œil sur les gens. Toutefois, il n’y avait que des rires face à la maladresse de cette femme et au vent fort déstabilisant même un peu le jeune homme. Il alla se camper plus fortement sur ses pieds alors qu’une force le surpris … Il ne put rien faire que son dos heurta durement le sol. Le rire des gens se fit de mieux en mieux. Ils restèrent tous là, les yeux grands ouverts, comme s’ils attendaient à voir une effusion de sang. Malheureusement pour eux, Severus n’était pas blessé en ce sens. Aussitôt, il tenta de bouger les jambes alors que ses bras allèrent retenir la femme empêchant cette dernière de se faire plus mal tombant, ainsi, sur lui.

- Oh … Non, ça va. Je crois …

Il eut une difficulté monstre à dire ces mots. Son dos lui souffrait le martyr par le choc reçu et un bourdonnement commençait à apparaître dans ses oreilles. Bientôt, les rires devinrent flous malgré que Severus les ait déjà annihilés de son esprit. Ses pauvres petits Moldus trop stupides, innocents. Ces gens ayant grandi avec lui, certains ayant été à l’école primaire en sa compagnie. Pff ! Déplorable. Son cou, son dos, son corps en entier semblaient vibrer par le choc reçu. Le vent continuait de virevolter touchant son visage et, heureusement, le rafraîchissant.

- Sorcière si je ne me trompe. C’est un parchemin que vous tentiez absolument à rattraper. Non ?

Il avait murmuré cette phrase sans sourire, plutôt ponctuée de douleur. Aïe. Après tout, c’était la vérité il ne fallait pas se cacher son statut de sorcier à cette compatriote. Il fallait se serrer les coudes dans une ville comme celle-ci. Oui, Severus Rogue songeait à cela. Il désirait éloigner sa compatriote de tous ces idiots de Moldus. Fier de son statut de sorcier, fier de faire partie de cette caste supérieure quant à lui.

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Manchester - «All my troubles seemed so far away»   Mer 28 Déc - 19:42

    De sa vie, Selena ne s'était jamais sentie aussi confuse... exceptée sans doute la fois où, en troisième année à Poudlard elle avait glissé sur son écharpe bleu et argent, poussant par la même Bobby Perkins dans le lac. Ou celle où elle avait renversé son café sur Samuel Johnson lors de leur premier rendez-vous chez Madame Pieddodu. Ou encore celle où elle avait laissé tomber le plat de ragoût de sa belle-mère en voulant l'aider à le servir. Bon, d'accord : elle était terriblement maladroite et il n'était pas si rare qu'elle se mette dans des situations embarrassantes. Mais ce n'était encore jamais arrivé devant des moldus, avant. Heureusement qu'elle avait pu récupérer ce fichu parchemin sans se servir de sa baguette. Il fallait vite qu'elle le dissimule avant que quelqu'un ne puisse lire ce qui y était écrit... et accessoirement il fallait qu'elle se préoccupe un peu de ce pauvre jeune homme qu'elle avait renversé.

    Il avait l'air mal en point d'ailleurs, même s'il ne saignait pas. Il avait beau dire qu'il allait bien, ça voix était là pour affirmer le contraire. Selena elle-même, dont la chute avait été amortie, sentait ses bras et ses jambes tout ankylosés : elle n'imaginait donc même pas l'état de celui qu'elle venait de renverser... Elle se sentit soudain véritablement affolée. Et s’il s’était cassé quelque chose ? S’il était en train de faire une hémorragie interne ? Avoir un frère mort en bas âge et un enfant turbulent à la maison rendait un peu hypocondriaque, et il était vrai que Selena s’inquiétait souvent même lorsqu’il n’y en avait pas lieu. En l’occurrence, elle se trouvait désemparée surtout par le fait qu’il s’agissait d’un moldu. Lorsqu’un sorcier était blessé, on l’amenait à Sainte-Mangouste mais… que faisait-on d’un moldu mal en point ? Selena avait grandi parmi les sorciers et ne s’était jamais particulièrement intéressé des modes de vie des moldus… sans doute avaient-ils des hôpitaux, eux aussi, mais pour savoir où en trouver un et comment elle devait procéder, elle allait devoir demander de l’aide à un de ces passants qui les fixaient toujours l’air amusé, et cette idée n’était franchement pas pour lui plaire. Bon. Du calme. Elle allait l’aider à se lever, et elle verrait bien. Il n’avait peut-être rien après tout.

    - Vous êtes sûr que ça va ? demanda-t-elle avec anxiété. Vous vous sentez capable de vous relever ?

    Ce fut alors que le jeune homme articula une nouvelle phrase –Sorcière si je ne me trompe. C’est un parchemin que vous tentiez absolument à rattraper. Non ?. Selena ne retint qu’à grand-peine un soupir de soulagement. Pour faire une telle remarque, ce jeune homme était un sorcier, à n’en pas douter. Quelle chance ! Quelle probabilité avait-elle de tomber sur un sorcier au milieu d’une foule de moldus dans le Manchester moldu ? Enfin, au moins cela simplifiait les choses : si ça n’allait vraiment pas, elle pourrait toujours l’emmener à Sainte-Mangouste. Déjà les passants, puisqu’il n’y avait plus rien à voir, s’éloignaient. Selena pu donc répondre à voix basse à son interlocuteur :

    - Oui, comme vous, je suppose. C’était en effet un parchemin : rien de bien important, mais du genre qu’il vaut mieux pas laisser tomber entre des mains moldues si vous voyez ce que je veux dire. Et puis…

    Selena se figea au milieu de sa phrase. Le sourire qui s’était dessiné sur ses lèvres lorsque le jeune homme avait laissé entendre qu’il était un sorcier s’évanouit d’un coup. Jusqu’à maintenant, elle n’avait pas regardé le visage de celui qu’elle avait renversé… et elle se disait à présent qu’elle aurait dû le faire avant. Etait-ce réellement possible qu’il soit celui qu’elle pensait ? Il n’y avait aucun doute. Elle n’oubliait jamais un visage, et encore moins celui de ceux qui s’en étaient un jour pris à son fils adoré. Severus Rogue… Elle ne l’avait vu qu’une seule fois, de longs mois plus tôt, lors de son procès pour avoir agressé James. Elle s’était donc trompée : on ne pouvait appeler « chance » le fait d’être tombée sur lui. Quelle déveine, plutôt ! Quelle probabilité avait-elle de le rencontrer ainsi, à Manchester ? Bon, d’accord : Lily avait grandi ici et il l’était l’un de ses amis d’enfance, il devait dès lors vivre ici ; il n’était donc pas forcément si étonnant de le rencontrer là. Pourquoi n’avait-elle pas décidé de rentrer tranquillement chez elle au lieu de traîner dans cette fichue ville ?

    Quelle qu’ait été la nature du différend entre lui et James, il avait attaqué son fils et cela était impardonnable aux yeux de Selena. Depuis des mois, évoquer le nom de cet individu la mettait dans tous ses états, ce que sa famille avait bien compris, évitant dès lors de le mentionner. Et pour un peu, même dans cette situation où les torts étaient pour elle, elle aurait bien tourné les talons, le laissant à terre dans cet état. Ce ne serait que bien fait pour lui. Non, ce n’était pas raisonnable. Agir ainsi aurait été indigne d’elle. En plus, on risquait de dire qu’elle l’avait fait exprès, même si cela n’était qu’une étrange coïncidence –le karma sans doute. Enfin, elle parvint à prendre sur elle et, les lèvres pincées, lui tendit une main pour l’aider à se relever et à s’asseoir sur un banc tout près.

    - Je vais vous aider, Monsieur Rogue, dit-elle d’un ton soudain extrêmement froid.

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Manchester - «All my troubles seemed so far away»   Jeu 29 Déc - 1:53

La pauvre femme semblait réellement sous le choc. Elle se sentait affreusement coupable et gênée de l’avoir bousculé de cette manière. On avait l’impression d’une mère parlant à son fils : on n’aurait probablement pas tord. Severus avait une impression de bien-être. Il ne savait pas comment expliquer ce fait. Il se sentait apprécié. Habituellement, les gens le clouaient un peu plus au sol, lui faisaient un peu plus mal. Tout cela pour quoi ? Pour être bien certains qu’il serait blessé, ne pouvant nullement se relever. Voici la vie de Severus Rogue. Mais cette femme : elle lui faisait penser à sa mère. Sorcière ? Comme il en déduit assez rapidement au passage. Elle ne prit aucune seconde de plus pour tiquer à sa remarque. Elle était réellement une Sorcière. Un parchemin cela ne mentait pas. Si gentille, une pensée lui vint à l’esprit : peut-être connaît-elle ma mère ? Comme une amie de sa mère qu’il ne vit jamais. Une autre personne en ce monde pouvant lui donner une appréciation.

Encore tremblant de ses membre, Severus mit une main devant soi désignant qu’il serait capable de se lever. Enfin, il le croyait. Il se releva sur ses coudes n’observant plus la demoiselle sur ses devants. Son regard se portait plutôt vers les Moldus qui commençaient à s’éparpiller à nouveau … Les manteaux noirs, gris flottaient dans les coups de vents. Les teintes paraissaient plus foncées, plus mornes encore par le manque de soleil. Il allait certainement pleuvoir - comme l’habitude le laissait entendre. – C’était bien le cadet des soucis de Severus actuellement. En fait, il pourrait pleuvoir oui ! Cela éliminerait le mal ressentit dans ses genoux, dans son dos, dans sa tête. Il attrapa cette dernière dans la main droite l’arrière lui étant un peu douloureux. Il commençait, en plus, à avoir mal. Génial. Au moins, je ne suis pas mort pensa-t-il tenta de voir le bon côté des choses. Il avait déjà hoché la tête aux dires de sa sauveuse … Ou était-il son sauveur en amortissant le choc ? Tentant de sourire de même, il monta son regard vers elle. Sa tête était lourde. Il avait de la difficulté à retrouver ses sens.

- … Qu’a … Qu’y a-t-il ?

Subitement, un frisson le prit. Peut-être le vent s’engouffrant à cet exact moment à l’intérieur de ses vêtements aida. Certes, la femme prit un air noir, glacial. Severus avait du mal à soutenir le regard. Et alors elle lui parla avec un ton tout aussi lugubre le nommant par son patronyme. Un PANG ! cogna dur à sa poitrine. Fourbu, blessé, les genoux douloureux, il prit la main qu’on lui tendit … Il ne pouvait pas fuir, il ne pouvait pas s’éloigner de cette femme le détestant pour probablement son passage devant le Magenmagot. Après tout, c’était passé devant tout le monde magique. Non ? Assis sur un banc, Severus se prit la tête entre les mains. Tout tournait autour de lui. C’était très normal en fait. Il venait de faire une chute et c’était probablement cogné la tête sur le sol. Ses cheveux lui cachaient au trois quart le visage la tête entre les jambes. Il allait mieux dans cette position. Il n’arrivait pas à réfléchir encore. Seule la volonté de l’arrêt de cet étourdissement lui incombait.

- Vous saurez madame que je ne suis pas fier de mes actes.

Dit-il de manière monotone et presque dans un murmure. Il remonta la tête accouda le bras gauche sur son genou et y apposa sa tête encore un peu douloureuse. De cette manière, il avait un bon appui et pouvait bien voir la femme près de lui. Non, il n’était pas fier de ses actes. Qui le serait ? Tout le monde le connaissait pour cela. Que ce soit du côté de son Maître ou de l’autre côté, personne ne remarquait l’intelligence en ce geste. Tous avaient totalement raison et lui-même les appuyaient. Pourquoi avait-il subitement attaqué James avec son sortilège Sectumsempra ? Avait-il avalé trop d’alcool … Ce n’était pas son genre. Qu’avait-il pris bon sens ! Ses yeux noirs s’étaient alors posé sur sa sauveuse. Il n’osa pas un sourire. Cela ne servait à rien. Soupirant que très légèrement, Severus frotta un peu sa main sur son front … Son mal de tête commençait à être lancinant.

- Peu importe qui je suis. Merci et … Enfin, j’espère que vous n’avez rien non plus ?

C’était la moindre des choses non ? Elle ne le connaissait pas – ou si, mais uniquement par la Gazette – il ne l’a connaissait pas. Severus Rogue n’avait fichtrement aucune envie de commencer une dispute ici et maintenant. Il n’en avait nullement la force. Il ne se sentait pas bien. Puis, elle avait raison tout comme James, Sirius … Lily. Il avait tord. C’était stupide. Ah ! Il aimerait tellement pouvoir remonter le temps. Pouvoir effacer sa stupide idiotie ! Il restait dans la même position. Seule sa main continuait à frotter sur le front tentant de faire disparaître la douleur.

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Manchester - «All my troubles seemed so far away»   Sam 21 Jan - 23:02

    Le jeune homme semblait abasourdi devant sa réaction. Il fallait s'en douter : il ne l'avait pas reconnue. Bien sûr. Après tout, il n'avait dû la voir que quelques secondes, lors du procès, s'il l'avait seulement aperçue, dans l'agitation du moment ; et s'il l'avait jamais croisée sur la voie 9 3/4, sans doute n'avait-il pas fait attention à elle. Evidemment, il n'aurait eu aucune raison pour cela. Il n'avait pas contre elle les griefs qu'elle avait contre lui. Il ne devait dès lors réellement pas comprendre sa réaction, puisqu'il n'avait jamais rien fait contre elle directement. Mais il s'en était pris à son fils et, aux yeux de Selena, c'était encore pire. Eludant son "qu'y-a-til", Selena continua à fixer Severus d'un air tout aussi glacial ; tout juste parvenait-elle encore à être désolée de l'avoir renversé. Elle n'aurait d'ailleurs sans doute pas fait mieux si elle l'avait fait exprès... Mais qu'est-ce qu'elle racontait ? La colère lui faisait vraiment penser n'importe quoi. Comme il en était certainement toujours de même à chaque fois qu'il était question de son fils.

    Pas fier de ses actes... Selena grommela un "Je l'espère bien" à peine audible. Il avait quand même bien failli tuer James, encore heureux qu'il ait des regrets. D'ailleurs, pour avoir dit une chose pareille, soit il l'avait finalement reconnue, soit il avait bien d'autres choses du même acabit à se reprocher. C'était étrange. Severus avait l'âge de son fils, et en temps normal Selena se serait sentie pleine d'empathie, de compassion pour lui, et ne se serait inquiétée que de savoir s'il s'était fait mal. Mais tout ce qui touchait à James la rendait irrationnelle, c'était un fait. Elle se refusait d'ailleurs toujours à imaginer que son fils puisse avoir tout de même plus ou moins cherché ce qui lui était arrivé.

    La dernière phrase de Severus ramena brutalement Selena à la réalité. Quel que soit son identité, elle avait tout de même renversé un jeune homme qui n'avait pas l'air bien, du fait de sa chute. Ce fut sans doute cela qui l'empêcha de tourner brusquement les talons en le plantant là, maintenant qu'elle l'avait aidé à se remettre debout. Elle était adulte et responsable à présent, elle ne pouvait pas se comporter comme une gamine inconséquente. Aussi ce fut d'un ton radouci qu'elle lui répondit, bien que du bout des lèvres et de plutôt mauvaise grâce :

    - Non, je n'ai rien, je vous remercie.

    Elle l'observa plus attentivement. Il semblait avoir vraiment mal à la tête : ce n'était sans doute pas étonnant vu la façon dont elle lui était tombé dessus. Et il avait l'air contrit, comme s'il regrettait ces choses pour lesquelles elle lui en voulait. Et subitement, ce fut Selena qui se sentit mal à l'aise à l'idée de le laisser là. Et s'il avait vraiment quelque chose, dont il ne se rendait peut-être pas encore compte ? Non elle ne pouvait pas partir comme ça. Sa voix avait perdu toute animosité et était beaucoup plus soucieuse lorsqu'elle lui demanda enfin :

    - Voulez-vous que je vous raccompagne quelque part ? Vous n'avez quand même pas l'air très bien...

    Elle se mordit la lèvre un instant. Puisqu'elle connaissait son nom, il était peut-être temps qu'il connaisse le sien. Qu'elle lui laisse la possibilité de comprendre sa réaction, sa rancoeur dont elle ne parvenait pas à se débarrasser.

    - Je ne me suis pas présentée, ajouta-t-elle dans un souffle. Je m'appelle Selena Potter.


Spoiler:
 
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Manchester - «All my troubles seemed so far away»   Dim 22 Jan - 16:27

Il semblait avoir entendu des sons. Un marmonnement. À moins que ce soit son mal de crâne qui lui faisait entendre ces choses. Severus Rogue avait l’impression d’être de retour au Magenmagot par cette vision intimidante de sa personne, devant le juge – alias le grand et tout puissant Albus Dumbledore. Pff, il n’était pas si puissant. Seulement, cet homme avait certainement eu beaucoup de chance. Avec autant de chance, Severus se serait aussi retrouvé à un poste aussi renommé. Malheureusement, ce n’était fichtrement pas le cas. Bon, ses maux de tête son étourdissement le laissaient partir loin de sa situation actuelle. Pas si loin en fin de compte. Au moins, il songeait. Il était clair que notre jeune homme ne se trouvait pas blessé à un point tel d’évanouissement prévu bientôt. Puis, ses pensées lui avaient donné un lien avec cette belle femme. Une fois encore, il pouvait encore faire des liens … Il ne pouvait pas être très très blessé. Non ? Pas besoin d’aller à Ste-Mangouste qui … Qui l’amènerait tout droit à Azkaban pour sûr.

Tant d’animosité. La tête un peu vers le bas, de côté, le jeune homme réussit à retrouver un semblant d’appui dans les sons de la réalité. Il avait moins chaud, ses oreilles bourdonnaient moins. Certes, il était encore fatigué. Ainsi, le remerciement sans attachement, sans une amitié ou une pitié – il n’avait jamais eu besoin de pitié de toute manière, pff – quelconque. Seule la colère semblait gronder en ses alentours. Comme les nuages se formant autour du parc. Les bruits des passants se faisaient plus détaillés, les cris des enfants joyeux lui arrivaient avec plus de force. Ah ! Il aimerait tant être, à nouveau, un enfant innocent. Un enfant qui n’aurait rien à se reprocher. Il jouerait … Simplement. Toutefois, Severus Rogue avait perdu cette innocence il y a longtemps déjà. Dès qu’on lui avait ravi … Elle.

- Eh … Euh … J’ai seulement mal à la tête.

Dit-il sortant subitement de ses songes multiples et surtout surpris par le changement de ton abordé par la belle femme. Il jeta justement un regard à cette dernière. Il n’y avait pas à dire : elle avait une élégance et une classe parfaite. Elle était très belle. Une Sorcière : évidemment, Severus savait parfaitement qu’elle ne venait pas de Manchester. Un trou, une ville industrielle dangereuse pour ces magnifiques dames pleines de grâce. Peut-être pour se prouver que son «seulement» était véridique, il releva la tête. Certes, il ferma les yeux toutefois se laissant tanguer vers l’arrière tâchant d’aller mieux. Mais qu’il était faible ! Espèce d’idiot pensa-t-il de lui-même.

Potter !

Ses yeux s’ouvrirent à l’instant postant son regard noir sur Selena Potter. La mère de cet imbécile de James Potter. Ah ! Mais elle faisait quoi ici ? À Manchester. Venait-elle voir Mme Evans concernant le mariage des tourtereaux ? Son cœur avait fait un bon dans sa poitrine. Néanmoins, Severus n’avait pas laissé paraître un sourire déjà donc il fut difficile de savoir qu’est-ce qui changea dans son visage à la suite de cette déclaration. James avait vraiment tout pour lui ! Sa mère était sublime. Elle était magnifique. Il avait tout … Une famille aimante. Tout ! Le poing droit du jeune homme se serra par réflexe tellement il haïssait ce type. Lui, n’avait presque rien et, ayant tout, cet imbécile lui vola la seule personne … Il lui vola son Ange. Il le haïssait. En ce moment, c’était comme si son mal de tête participait à sa hargne.

- Mme Potter … Vous venez voir les Ev … Enfin, Mme Evans concernant le mariage j’imagine.

Severus se força à ne pas lancer à la mère de James que son fils était un imbécile fini et qu’il l’avait traité en mal pendant sept ans. Il se força à ne rien dire et à rester poli. On n’avait nullement besoin de voir apparaître la police de Manchester en prime. Il n’était pas idiot bien que certains en doutaient fort. Les Evans … Il avait faillit dire quelque chose qu’il regrettait. Henry Evans n’était plus de ce monde après tout.

- Je vais bien … Vous pouvez retourner vers votre fils et lui dire que je me suis franchement blessé. Je suis certain qu’il en sera mort de rire.

Murmurant ces mots, les marmonnant même, on ressentait une hargne, un mécontentement dans les dernières paroles de Severus Rogue, mais aussi un sarcasme. Oh ! James serait si heureux d’entendre cela. Peut-être triste au fait que Severus était encore vivant. Dommage non ? Désolé mon cher, mais la mauvaise herbe a la vie longue et dure pensa-t-il tentant un sourire en coin. Quoique devant Selena Potter, il ne pouvait pas s’y résoudre. En quelque sorte, il savait ne pas devoir étaler les faits et gestes de James devant elle. Ce ne serait pas correct et surtout … Le conduirait à entrer directement à Ste-Mangouste cette fois.


[Hrpg : J'adore ne t'inquiètes pas. Mdr ... Le pauvre Severus. Potter ... Ahhhhhh!!!! ]
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Manchester - «All my troubles seemed so far away»   Dim 6 Mai - 22:50

Spoiler:
 

    Voilà, il avait compris qui elle était. Il avait compris sa réaction à présent. Elle pouvait le lire sur son visage qui s'était subitement tendu, à son regard, ses yeux qui s'étaient écarquillés en entendant son nom ; son poing s'était brusquement serré, comme pour réprimer un geste de colère. C'était drôle : James avait le même genre de réaction lorsqu'on évoquait Severus Rogue. C'était rare que le courant passe si mal entre deux personnes -surtout lorsqu'il s'agissait de James, un garçon si adorable - mais il lui semblait bien que c'était ce qui se passait entre les deux jeunes hommes. Il y avait de toute façon tellement longtemps qu'elle entendait parler de cet insupportable garçon de Serpentard à la maison. Cela faisait bizarre de le rencontrer ainsi, par hasard, de se retrouver face à lui, dans un contexte beaucoup plus serein que celui du procès. C'était surtout étrange de le voir de près, de constater qu'il n'était finalement qu'un garçon ordinaire, de l'âge du sien, qui semblait totalement inoffensif. C'était d'ailleurs bien un ancien ami de Lily, non ? Il ne pouvait donc pas être entièrement mauvais. Enfin... de toute façon, là n'était pas la question. Lily et lui n'étaient plus en contact, à ce que Selena en savait, et Severus Rogue avait tenté de s'en prendre à son fils : c'était bien suffisant pour lui garder rancune quoi qu'il arrive. Il lui parla du mariage, lui demandant si c'était là la raison de sa venue à Manchester. Elle fronça les sourcils et répondit d'un ton froid:

    - Je ne crois pas que cela vous regarde, jeune homme. Ce mariage ne vous concerne pas. Mais si vous voulez tout savoir non, bien que nous soyons au beau milieu des préparatifs, je me trouve ici vraiment par hasard. Mme Evans ne sera pas présente à la cérémonie.


    D'accord, elle n'était pas cohérente. qu'avait-elle eu besoin de préciser ce détail concernant la mère de Lily, puisqu'elle avait commencé par affirmer que cela ne le regardait pas ? Bon, ce n'était pas bien grave après tout, cela n'avait rien d'important. Et puis elle écartait peut-être ainsi la véritable raison de sa présence à Manchester, sa mission pour l'Ordre, qu'elle aurait été capable d'évoquer par mégarde : être tombée par hasard précisément sur ce jeune homme la retournait complètement.

    Il marmonna alors quelque chose à propos de James, justement, qui fit bouillir de colère Selena. Elle avait beau savoir que son fils n'avait pas toujours été correct avec ce garçon à Poudlard, qu'il avait probablement des raisons d'avoir de la rancœur à son encontre, elle ne pouvait supporter d'entendre une parole de travers concernant son fils... et surtout de la part de quelqu'un qui avait mis sa vie en danger. Pourtant, objectivement, il n'y avait rien d'insultant dans ces paroles, rien de bien méchant en tout cas, mais ce fut surtout leur ton qui déplut à Selena, qui ne put s'empêcher d'y répondre très sèchement.

    - Vous vous trompez sur toute la ligne. James n'est pas du genre à se réjouir du malheur des autres, Monsieur Rogue. Et moi non plus. Quand bien même il s'agirait de quelqu'un dans votre genre. Ce sont des choses avec lesquelles on ne plaisante pas.


    Reportant son regard vers sa statue de Victoria, elle se redressa et épousseta rapidement sa veste que la chute avait maculée de poussière.Elle n'avait plus rien à faire ici. Elle n'avait pas du tout envie de rester là à discuter ou se disputer avec Severus Rogue ; et elle aurait déjà dû partir depuis longtemps, si elle ne s'était pas sentie coupable à l'idée de l'avoir malencontreusement amoché, et de le laisser là dans cet état ensuite. Alors elle le regarda une dernière fois dans les yeux pour lui dire :

    - Puisque vous êtes en état de faire de l'humour noir, je suppose que cela va mieux, et qu'il serait préférable que nous en restions là. A moins que vous ne vouliez que je vous accompagne quelque part ou que je reste un moment de plus au cas où, je vous dis au revoir. Ou plutôt, au plaisir de ne pas vous revoir !


    Elle tourna les talons. Elle n'avait pas franchement été gentille, mais avait-elle vraiment eu tort ? D'accord, elle était en tort parce que c'était elle qui l'avait renversé, mais cet individu avait bien blessé son fils. Et à ce titre, il ne méritait pas sa sollicitude. N'est-ce pas ?
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Manchester - «All my troubles seemed so far away»   Jeu 10 Mai - 19:53

Et voilà. Apparemment, Potter disait beaucoup à sa chère mère ou ce fut par la justice et les journaux qu’elle entendit le tout. Oui, car voilà cela recommença. On recommençait à lui lancer des roches. Il avait simplement eu une question. Après tout, la mère de Lily participera au mariage … Non ? Ceci lui fit baisser la tête et il sembla y avoir un moment où son visage s’assombrit plus qu’à l’habitude. Pourquoi sa mère ne serait pas à son mariage ? Pourquoi ? Il n’y aurait que des Potter alors ? Pas possible, il allait vomir de voir autant de Potter réunis au même endroit en même temps. Quelque part en lui, Severus aurait tant aimé voir Lily se marier. Il avait promis une fois comme on vous le déclara précédemment. Oui, qu’ils verraient l’autre se marier. Un sourire aurait put poindre à ce souvenir innocent. Il le fut trop toutefois. C’était un sourire enfantin. La vraie vie était fort plus difficile que celle vue par les yeux des enfants. Selena Potter le rabroua une fois de plus. Il fut ramené à la dure réalité et son mal de tête lui revenait.

- Non mais …

Il avait voulu rétorquer quelque chose. Trop bas, trop peu entendu et sans aucune volonté. Elle pouvait bien traiter James comme le bon petit fils toujours gentil et parfait. Lui savait parfaitement qui était réellement James Potter. Oui ! Oui, il rirait de son malheur. Il l’a toujours fait et ce n’est pas un mariage qui le changera pour autant. Il sera toujours méprisable, stupide, immature. Et seulement de penser Lily avec lui … Non, il ne devait pas alors que son regard repiqua vers le sol. Il soupira le ramenant vers Selena. Cette en avait dedans. On savait d’où tenait le fils. Il était las maintenant. Las de toujours se faire rabroué pour un rien. Las de se faire remettre là où il devait être pour un si petit sarcasme non important, non dangereux. Il pourrait tuer peut-être … Non, mais tout le monde le pensait. Tout le monde se fit une idée de Severus Rogue. Parfait, au moins, on le laissait tranquille. Oui, tout comme la mère de Potter.

- Au revoir.

Fit-il dans un marmonnement l’observant partir. Il passa une main lente et agréable dans ses cheveux noirs. Severus tâchait de comprendre que son étourdissement et son mal de tête furent partis pour de bon. Bien, il pourrait aller se reposer chez lui ce serait mieux en fin de compte. Puis, son gentil employeur lui donna sa journée après tout. Il se leva sans observer ses alentours et les mains dans les poches de son jeans. Que les gens étaient stupides. Oh, est-ce que ça va ? Oh ! Severus Rogue ! Crétin ! Voilà, le jeune homme voyait cela comme un magnifique paradoxe. Sauvez des gens, aidez-les sauf s’il est votre ennemi. N’aidez pas vos ennemis … Il avait appris cela depuis longtemps, depuis sa naissance en fait. Que personne ne l’aiderait jamais. Sauf elle …

Hochant négativement de la tête pour faire disparaître cette magnifique vision de son esprit, il marcha longuement sur le bord d’une rue avant de pouvoir regagner sa demeure. Elle fut la seule l’aidant quand il en eut de besoin. Et lui, comme un imbécile gâcha tout. Il l’aimait … Il l’aimait … Pourquoi songeait-il toujours à elle ? C’était de l’histoire ancienne. Elle est heureuse ave ce James Potter maintenant. Dans un geste rageur, notre jeune homme monta les escaliers dans sa maison et s’effondra sur son lit en sa chambre dont il verrouilla la porte. Fermant les yeux, il tâchait d’oublier … De tout oublier, sans trop y arriver avant de s’endormir.


FIN du Rp







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Manchester - «All my troubles seemed so far away»   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum