Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Lun 12 Déc - 23:19



Il était en retard. Ou ma montre avancée. Peu importe quelle est la vérité, pour moi cela revenait au même. Il me faisait attendre et je n’étais pas d’humeur à cela. Je ne l’avais pour sûr jamais été et il le savait très bien. Ou du moins à une époque, il s’en était rendu compte et s’arrangeait toujours pour être en avance. Que les gens attendant après moi c’était normal. Que j’attende après eux, c’était autre chose et on ne peut plus inadmissible. Mes talons claquaient par terre alors que je faisais les cents pas sur le parvis du caveau des Carrow. Sans ce bruit, il était impossible de discerner ma présence. J’étais enveloppée sous une épaisse cape noire comme la nuit. Aucune lumière ne venait se répercuter sur cette dernière si bien qu’un inconnu aurait pu croire qu’un fantôme hanté les lieux. D’ailleurs ce dernier n’aurait pas eu tort. J’étais une mainte noire, agissant dans l’ombre. Imprévisible et aussi destructrice d’une tempête, je serais sans aucun doute un esprit frappeur très redouté. Je l’étais d’ailleurs et c’était drole de lire à la une de ma gazette qu’il attribuait ma cruauté à un homme. Oui, comme une femme pourrait-elle torturer des enfants et leur arracher leur organes un à un en commençant par leur montrer le sort qu’il allait subir sur un autre ? J’étais décrit comme un individu mâle d’une cinquantaine d’année, ayant énormément de pratique dans la magie noir, très dangereux, et psychopathe chronique. Oui, cela me ressemblait sur bien des aspects sauf l’âge et le sexe. Je jouais d’ailleurs sur cela. Il m’arrivait de me faire inviter par mes victimes à entrer chez eux. Qui soupçonnerait une femme si belle, si propre sur elle et si gentille d’être le bras droit du mage le plus noir de notre époque ? Surtout dans une société ou le statut des femmes étaient aussi peu valorisés. Il fallait être réaliste. Nous ne sommes, aux yeux de la plupart des humains, une espèce inférieure bonne à faire des enfants et la vaisselle. Je fus coupée dans mes pensées en attendant des pas venir jusqu’à moi. Je me stoppais et attendais que l’homme vienne à ma hauteur. Je n’avais pas besoin de le voir à la lumière du jour pour savoir qu’il s’agissait d’Amycus. Tout d’abord le bruit de ses pas, l’odeur de son après-rasage et de son parfum, et sa carrure. Il ne s’agissait pas d’un intrus mais bel et bien l’homme que j’attendais

Tu es en retard

Ce n’était pas une question, c’était une affirmation qui n’attendait aucune réponse de sa part encore moins une contradiction. Je dévoilais mon visage en ôtant ma capuche et pris le temps pour me recoiffer et laisser mes boucles tomber sur mes épaules. Mon regard se fit perçant, et je fixais le visage d’Amycus.

Il est temps pour toi de t’acquitter des dettes que tu as contracté envers moi. Je t’ai aidé par le passé, j’ai permis à ton cœur de continuer de battre, il est temps que tu en fasses de même envers moi. Es-tu prêt Amycus ? Es-tu prêt à t’acquitter et par la même occasion réparer tout le mal que tu as pu me faire ?

Je ne pouvais pour sûr pas l’obliger à m’aider, bien qu’il m’était redevable. Ce que j’allais lui demander n’était pas bénin comme je le sous-entendais fortement. Il allait s’engager dans quelque chose de périlleux et de durable, et ne pourrait pas revenir en arrière. Je l’avais fait pour lui par le passé, en l’aidant alors que notre maitre l’avait envoyé l’exiler en Amérique Latine. Je lui avais permis de se racheter auprès de notre seigneur et de regagner dans place au sein des mangemorts. Et bien avant cela, je lui avais permis de se débarrasser de ses parents, en les tuant de ma propre baguette sous ses yeux on ne peut plus admiratif. Au-delà de cela je lui avais énormément donné pendant la relation que nous avions eu, et – comme il le savait parfaitement – c’était à cause de lui que j’en avais autant souffert. S’il n’avait pas autant couru après cette… Bref il me devait beaucoup et ce que j’allais lui demander aller compenser tout cela. S’il acceptait. Ce qui était un autre problème vu que, selon moi, il ne ressentait à présent plus que de l’indifférence à mon égard, ou de la haine.


http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Mar 13 Déc - 6:02

Il faisait sombre lorsque je quittais la librairie du chemin de traverse. Alecto en voulait un, et comme elle était occupée et que je n’avais rien à faire, je suis gentiment allé lui chercher. Au passage, j’avais acheté la gazette, avant de repartir en sens inverse pour rentrer chez moi, où Krystel devait m’attendre. Elle voulait me voir, et bien que ma haine ne se soit pas encore estompée, j’avais accepté de la voir.
Je jetais un œil à ma montre. Elle devait déjà être chez moi. Mais je m’en fichais. Je prendrais le temps qu’il faudra, sans me presser. Après tout, elle ne méritait pas que je me dépêche. Pour faire durer ce temps d’attente, je choisis un autre moyen pour me rendre chez moi : à pied. Certes, j’habitais assez loin de … … Mince ! J’avais rendez-vous au cimetière. Ma fureur faisait rage.
Je fis un demi-tour sur moi-même, avant de prendre une marche active vers les lieux.

Ce n’est qu’un quart d’heure plus tard que j’arrivais. D’un coup de baguette, je fis ouvrir la grille qui se referma derrière moi. Je savais qu’elle était déjà là. En effet, je l’entendais s’agiter avec ses talons sur une tombe. Sans lumière, je me dirigeais vers le bruit. Je m’arrêtais alors derrière son dos, et ne bougeais plus.
Elle arrêta alors de faire du bruit, et m’accusa d’être en retard. Intérieurement, je savais qu’elle détestait attendre, et c’est pour ça que je souris, en restant le plus discret sourire. Krystel se retourna vers moi et ôta sa capuche. Elle prit ensuite le temps de se recoiffer, avant de me lancer un regard glacial, auquel je ne répondis pas. J’avais passé l’âge de ces gamineries.

S’en suivit alors un monologue de la part de mon ex compagne. Je l’écoutais, mais sans montrer signe d’intérêt. Après qu’elle ait finit, je fis un résumé dans ma tête. Elle voulait que je l’aide. Pourquoi moi ? Après tout, elle était bien avec un autre mangemort, non ? Elle pourrait lui demander à lui, et me laissait tranquille, pour préparer ce que j’ai à préparer pour le Seigneur des Ténèbres.
Mais ma curiosité me poussait à accepter. Après, je ne suis pas obligé de faire tout ce qu’elle voudra. Je ferais ce que je veux. Ce n’est pas à elle de choisir les tournants de ma vie.

« J’accepte »

Puis je fis volte face et commençais à m’en aller, sentant son regard perçant sur mon dos. Je me retournais alors et la fixais, dans l’obscurité, attendant qu’en savoir plus.
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Mar 13 Déc - 15:43



Je n’étais pas fort de bonne humeur. Je ne l’étais pour sûr pas souvent. L’attitude d’Amycus m’agaçait au plus haut point et j’avais envie de tout envoyer balader, de me débrouiller seule. Pouvais-je me débrouiller seule ? Non. Pouvais-je pour autant compter sur quelqu’un d’autre ? Non. J’étais seule, comme je l’avais toujours été. Cependant, l’homme me devait quelque chose. Il m’était redevable et c’était pour ça que je m’étais retournée vers lui. En tout cas c’était ce que je m’efforçais à croire. Quelque part, je restais attachée à lui, et je le resterais toujours. J’avais tourné la page oui, mais je ne pouvais pas oublier tout ce qui avait pu se passer entre nous. J’étais une femme entière et lorsque je m’investissais dans quelque chose je le faisais jusqu’au bout. C’était d’ailleurs pour cela que ma séparation avec le mangemort avait été si douloureuse. C’était pour ça d’ailleurs que ma séparation avec Torben était toujours aussi douloureuse. Mais ce n’était pas le moment de penser à ça. J’avais autre chose à faire et autre chose en tête que de penser à un homme qui m’avait trahi et menti. J’en avais un devant mes yeux oui, mais l’anglait n’était pas allé aussi loin que le Moldave. Sur une échelle de valeur, le mal de mon dernier amant était plus important que celui de mon premier amour.

Bien. Au moins ne me suis-je pas trompée sur ton compte en te voyant comme un homme de valeur

Non je ne le flattais pas, je le pensais. Ce n’était qu’une constatation, rien de plus. D’ailleurs mon ton était neutre, mon visage tout autant, inexpressif au possible. Le mangemort se demandait surement ce qu’il l’attendait et ce que j’allais lui demander. Je ne savais pas moi-même comment lui annoncer. C’était sur un coup de tête que j’avais envoyé un courrier en lui donnant rendez-vous. Dès que le volatil avait quitté mes mains j’étais déjà en train de regretter. Cependant je n’avais pas le choix, non je n’avais pas le choix. Je ne pouvais pas nier ce problème éternellement, ni même me leurrer quant au fait que je pouvais le résoudre toute seule. Sans doute d’ailleurs devais-je commencer par là ? Je savais que l’homme était en colère contre moi, autant que je pouvais être en colère contre lui. Il n’était cependant pas question de nos humeurs respectives, cela allait au-delà.

J’ai un problème Amycus… Et… Enfin… J’ai besoin de ton aide

Oui moi la grande Krystel Raybrandt je venais d’avouer à voix haute que j’avais besoin de l’aide d’Amycus. Sans aucun doute l’homme serait très surpris que je fasse un tel constat. Ce n’était pas mon genre, pas du tout. J’étais une femme indépendante, qui le criait haut et fort, qui n’avais besoin de personne dans sa vie, qui pouvait dévorer le monde si elle en avait l’envie. J’avais assez de puissance pour avoir été choisi comme bras droit de mon maitre. J’avais été sauvée par ce dernier. J’étais la dernière personne qui demanderait de l’aider et pourtant… C’était pour ça que j’avais donné rendez-vous au mangemort dans un tel lieu. Personne d’autre que lui n’entendrait mes mots. Personne d’autre que lui ne serait au courant. Et quelque part, cela reflétait le fait que j’avais encore confiance en lui, même si je l’avais si vainement nié.

J’ai besoin d’un père pour l’enfant que je porte.

Voilà c’était dit, j’avais craché le morceau, la voix légèrement tremblante


http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Jeu 15 Déc - 17:44

Je regardais maintenant Krystel droit dans les yeux. Je voulais savoir dans quel piège j'étais tombé. D'ailleurs, pourquoi avais-je faibli ? Je m'étais juré de l'oublier, de m'opposer à elle, et voilà que j'avais accepté.
La première chose qu'elle avoua ne me surpris pas. On m'avait souvent attribué cette qualité, aussi je n'étais plus très surpris de l'entendre. Et même venant d'elle. Après tout, avec le mal qu'elle m'a fait, il est normal qu'elle reconnaisse que de lui laisser ainsi cette chance fait preuve de ma valeur. Néanmoins, elle avait dit cela dans un ton neutre, assorti à ses yeux et à son visage. Pas la moindre trace d'humanité. Rien.

Puis, elle reconnut avoir besoin d'aide. Je m'en doutais dès le départ. Mais quelque chose n'était pas clair. Krystel n'aurait jamais demandé de l'aide. Elle l'aurait fait comprendre, mais jamais elle ne l'aurait formulé. C'était quelque chose qu'elle détestait. Ca montrait sa faiblesse, son humanité. Une chose horrible pour elle.

Tout tremblante, elle m'annonça alors avoir besoin d'un père pour son enfant. Je m'attendais à tout, sauf à cela. Je ne savais pas comment réagir. Et cette émotion devait se montrer sur mon visage, même en pleine nuit. Je me tournais alors et m'asseyais sur la tombe la plus proche. Plusieurs questions se posaient.

" Pourquoi ? Et Torben ? Pourquoi moi ? Y-a t-il une signification à cela ? "

Une révolte s'engageait à l'intérieur de mon corps et de mon coeur. D'une part, j'étais énervé. Je n'étais peut être pas au courant de tout, mais ça, c'était quelque chose dont j'aurai pu me passer. Elle avait Torben pour cela. Se moquait-elle de moi ?
D'un autre côté, j'étais attendri. Elle avait alors pensé à moi pour jouer ce rôle. Peut être me laisser t-elle une nouvelle chance ? Mais j'étais moins emballé par cette idée.

Moi qui commençais à vivre sans elle, à goûter à de nouveau plaisir. A bannir l'amour de tous les sentiments existants. Krystel. Juste son prénom peut faire basculer toutes les résolutions prises. Et ça, c'était quelque chose que je ne contrôlais pas. Un rictus s'afficha sur mon visage, tandis que je fis tous les efforts du monde pour me relever et lui faire face. Je gardais néanmoins les yeux fixés au loin, là où elle ne pourrait m'atteindre. Là où elle n'existait pas.

Je ne savais comment réagir. Il me fallait du temps, des explications. Aussi, avant tout autre chose, je m'approchais d'elle, tentant de déceller le vrai du faux. Mais ça ne servait à rien. Je me replaçais alors à ma place, et attendais qu'elle m'explique, la main prête à saisir ma baguette en cas de danger ou, dans le pire des cas, lui faire comprendre qu'on ne joue pas sur les sentiments et sur les émotions des gens. Enfin, des gens comme moi. Mais j'étais destabilisé, et je me savais incapable de prononcer un mot, une formule et un geste correct. Alors j'attendais et écoutais.
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Jeu 15 Déc - 21:39



Il essayait d’interroger mon visage, mais aucune expression n’était lisible. On m’avait toujours appris, dès mon plus jeune âge, à adopter une posture neutre au possible. C’était être faible que de laisser la moindre personne lire le fond de vos pensées. Peu importe la situation, nous devions rester imperceptibles, tel un robot sans âme qui n’est là que pour exécuter les ordres qu’on lui avait donné. En adoptant un tel comportement, j’apparaissais comme inhumaine, et c’était la finalité des exercices dans lesquels on avait obligé à briller plus jeune. La clef de la manipulation est de savoir cacher nos intentions. Il était très rare que je sois réellement expressive. Je l’avais été un temps avec l’homme que j’avais en face de moi, lorsque nous étions proches. Je n’avais aucun rôle à jouer, et aucune envie de le berner. Maintenant c’était différent. Il avait blessé à la fois mon orgueil – mais surtout- et mon cœur. Je m’étais refermée comme une huitre plante carnivore sur un moucheron volant non loin d’elle. C’était une des manières que j’avais de me protéger. Comme le fait ne de jamais avouer lorsque je me trouvais dans une situation délicate. Le faire induisait d’être redevable que quelqu’un, et je préférais mourir plutôt que d’avoir une dette contractée envers quelqu’un qui pourrait l’utiliser contre moi. Si j’étais venue ce soir, c’était parce qu’Amycus, lui, avait fait appel à mon aide ultérieurement. Il m’était redevable, même si j’étais consciente que ce que j’allais lui annoncer serait plus important. Qu’importe, je n’avais pas le choix, je n’avais plus le choix.

Pourquoi ? C’était la question qu’il me posait, question à laquelle je n’avais pas envie de répondre. Ajouter que je n’étais pas capable d’élever un enfant seule n’était pas concevable. Ni même avouer que mon nom de famille n’avait pas de poids dans ce pays. Il en avait en France mais pas en Angleterre, contrairement à Carrow. Je ne voulais pas que mon héritier ou mon héritière soit « déchus » de ce pays dans lequel il/elle allait surement voir le jour Même si actuellement j’avais déménagé temporairement en France, je ne comptais pas y rester. Je n’avais plus rien à y faire si ce n’était quelques apparitions pour que l’on n’oublie pas les Raybrandts. Ma vie, mon ambition, ma passion étaient ici. Enfin, une part de moi restait accrochée à l’anglais, même si encore une fois, je ne comptais pas lui dire. J’étais trop fière et surtout je devrais rajouter que j’aimais cependant plus Torben et je n’avais pas envie d’évoquer ce fait trop douloureux, trop récent. Ainsi me contentais-je de lui dire, sans avoir bougé d’un pouce contrairement à lui qui semblait ne pas savoir comment réagir à mes propos


Il est parti. Ce n’était pas finalement l’homme que j’imaginais.

Je m’étais trompée sur le moldave. C’était ce que sous-entendaient mes paroles, mais encore une fois, je préférais sous-entendre les choses plutôt que de les dire clairement. C’était déjà bien assez dure de demander de l’aide à Amycus, et de me trouver ici à répondre à ses questions. Il n’était pas question que je rajoute plus de choses à mon malaise si bien caché. Je comprenais cependant que si je restais aussi mystérieuse, je risquais de me voir attribuer un refus. Ainsi rajoutais-je

Je suis prête à entendre tes conditions.

Ce n’était pas ce que l’on pouvait appeler se dévoiler. Non, je n’étais pas capable de me montrer faible. J’étais déjà assez pathétique en cet instant à demander de l’aide à quelqu’un, je ne pouvais pas m’abaisser plus. Ainsi évoquais-je des réalités, avec une neutralité à toute épreuve. Je laissais à Amycus l’occasion de me dire ce qu’il attendrait en retour de l’aide que je lui demandais. Dans ce monde tout n’était qu’une question de donnant donnant après tout. Et vu la requête que j’avais énoncé, je m’attendais à ce qu’il impose, de son côté, des choses auxquelles j’allais devoir me plier pour obtenir de lui un oui. Blasée et pessimiste ? Non je ne dirais pas ça, mais plutôt réaliste. Je n’étais certes pas âgée mais j’avais toujours du apprendre tout plus vite que les autres. Avec la mère que j’avais eue, je n’avais pas eu le choix que d’abandonner très vite mon inconscience. Violente, désintéressée de mon bonheur, elle avait tout fait pour que sa fille soit à son image. Elle y était presque arrivée, presque. Il y avait deux choses qu’elle n’était pas arrivée à éteindre : ma passion et mon caractère entier. Cela lui avait fait hérisser plus d’un cheveu sur la tête en apprenant que j’avais pris ma vie en main, et qu’elle ne pourrait plus jamais me contrôler. A présent, elle était au fond d’une tombe, installée là grâce à ma baguette, tuée par cette fille qu’elle avait si longtemps maltraitée. Je ne voulais pas la même chose pour mon enfant. Je voulais qu’il grandisse dans un environnement équilibré, avec une autorité maternelle et une autorité paternelle, chose que je n’avais jamais connu.


http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Lun 19 Déc - 18:21

A travers ses paroles, je compris qu’elle n’était plus avec Torben. Deux sentiments contradictoires vinrent se mêler de l’histoire. Krystel était mon passé et je n’avais plus envie de revivre une histoire avec elle. Faire semblant de l’aimer, alors que j’irais voir ailleurs, faire semblant d’élever son enfant, alors que je n’en ai pas envie. C’était trop pour moi. Mais la nostalgie se pointait également. Comme avant, comme dans nos désirs. Mais cet enfant n’était pas de moi, et je n’en voulais pas.
Seulement, je ne pouvais l’avouer de cette façon à Krystel. Cependant, avant de lui exposer mes conditions, je devais avoir des explications.

« Devra-t-on former un couple ? »

Cette question devait être idiote, c’est vrai. Mais je devais le savoir. C’était important. Car les débuts allaient être difficiles, si j’acceptais. Et sur le moment, je n’avais pas encore pris ma décision. Krystel. C’était difficile. Je me reculais alors et m’asseyais sur le premier caveau qui fut à la portée de mes pieds. J’enfouis mon visage entre mes mains, et formai un cercle avec mes bras, comme pour me protéger de ce qui arrivait. Mais Krystel savait mieux que quiconque que cette position signifiait que je pesais le pour et le contre dans mon esprit. Cela se composait comme un tableau. Et je voyais beaucoup plus de négatif que de positif.

Malheureusement, j’avais une dette envers elle. Et Krystel s’en rappelait très bien. C’était d’ailleurs un de ses arguments. Et je n’avais rien pour lutter contre cela. C’était terrifiant, de se sentir aussi impuissant face à la situation. De plus, les mots restaient bloqués dans ma gorge, n’osant pas franchir le seuil de mes lèvres, les conséquences pouvant être irréversibles. Je préférais rester terrer dans le silence, en attendant ses explications.
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Mar 20 Déc - 0:35



Finalement je ne pouvais pas compter sur lui. Je ne pouvais compter que sur moi et moi seule. Je ne savais pour sûr pas comment j’allais faire face à la situation qui m’attendait mais de toute façon avais-je le choix ? Non je ne l’avais pas. Torben m’avait menti. Amycus se défilait alors qu’il me devait un service. Ce n’était pourtant par le lac de poudlard à boire ! Je ne lui demandais pas de s’occuper de l’enfant que je portais, ni même de l’aimer. Je lui demandais juste de le reconnaitre en tant que son héritier, rien de plus. J’étais même prête à écouter et exécuter ses conditions s’il acceptait. Mais non cela ne suffisait pas et je ne pouvais pas compter sur lui. Qu’est-ce qui m’était donc passé par la tête ? D’une part je m’étais montrée faible en lui demandant de l’aide, et d’autre part j’avais commis l’erreur de penser que je pourrais compter sur lui. Toutes les réactions de son corps montraient ce qu’il ressentait. Je ne sais pas à quoi je m’attendais. Non pas qu’il saute de joie, mais de là à donner l’impression qu’on lui mette le couteau sur la gorge. Et puis avais-je parlé de couple ? Non. IL n’était pas question d’affinité, juste de reconnaissance

Tu sais quoi Amycus ? Laisse tomber. Oublie ce que je t’ai demandé. De toute façon, je ne sais pourquoi je me suis mise à penser que…

Je m’arrêtais de parler, cela ne servait à rien et j’étais trop en colère non pas envers lui, quoi que si un petit peu, mais surtout envers moi. Je m’étais imaginée qu’il accepterait, pour se faire racheter, lui qui il y a encore quelques mois n’arrêtait pas me dire qu’il tenait encore à moi. J’avais été sotte de le croire. Tout comme j’avais été sotte de croire Torben. Je replaçais le capuchon sur mon visage et rajouta avant qu’il ne puisse dire mot

Vous êtes tous les mêmes. Lorsqu’il s’agit que Je vous aide, vous accourez vers moi. Mais lorsqu’on vous demande un retour, vous vous défilez. Cela m’apprendra à rendre des services même aux miens

Par les miens, j’entendais bien entendu les mangemorts. Je nous pensais un groupe, finalement j’étais la seule à agir comme telle. J’aidais les plus jeunes, je les formais, et je sortais du guêpier les plus âgés. Et pour quoi ? Il n’y avait eu que mon maitre qui m’avait donné un retour, en me sauvant d’une morte certaine. Il était le seul sur qui je pouvais compter. Je passais d’un pas rapide devant l’homme à qui j’avais donné rendez-vous, et lui dis, comptant bien ensuite m’en aller

Encore une fois j’ai été sotte de penser pouvoir compter sur toi

Le encore une fois était bien entendu un référence au passé que nous avions vécu. J’avais cru en lui, et il était allé faire la cour à son ex-compagne alors que nous avions entamés une relation. Pire, il avait pris sa défense face à moi, moi qui lui avais énormément donné. J’aurais été capable de vendre mon âme pour lui à cette époque, et c’est d’ailleurs pour cette raison que je suis encore attachée à lui, que je resterais toujours amoureuse de lui. Cependant j’ouvrais les yeux sur l’homme qu’il était, sur l’homme qui laissait paraitre devant moi. Non il n’avait pas su être à la hauteur avant, il n’était pas capable de l’être aujourd’hui, même après avoir fait un bilan de ses erreurs. Il me fallait le faire sortir une bonne fois pour toute de ma vie, aussi dure que cela allait être. Tout comme Torben d’ailleurs…


http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Mar 20 Déc - 6:04

Toutes ses paroles me choquèrent presque. Certes je savais depuis longtemps ce qu'elle pensait de moi, mais elle, sait-elle je que je pense ? Je ne pense pas. Et il y aurait à discuter longtemps sur le sujet. Pour l'heure, nous devions trouver une solution.

" Et avorter ? "

Ce n'était peut être pas le moment, c'est vrai. Mais, bon sang, j'essayais de lui trouver des solutions. Je savais qu'elle était énervée, mais cette même émotion commençait à se pointer chez moi aussi. J'avais envie de lui balancer tout ce que je retiens, autant par les gestes que par les mots. Mais ça n'aurait fait qu'aggraver la situation. Alors je me tus.

J'osais jeter un oeil vers elle. Elle avait remonté son capuchon sur sa tête. Et moi, je n'avais plus rien à dire. J'aurais voulu partir, mais quelque chose m'en empêchait.

" J'accepte "

Juste ce mot, sorti presque inconsciemment de ma bouche, me permit de me détester. Dans quelle histoire je venais de m'embarquer ? N'avais-je pas suffisamment à faire ?
C'était ridicule. En plus, j'avais horreur des enfants. Quand j'étais plus jeune, c'est vrai, j'avais rêvé d'en avoir un avec cette même femme. Mais j'avais "grandi", j'étais passé à autre chose.

" Je m'en occuperai, mais j'aurai également ma vie. Je vivrai chez moi. Je pourrai continuer à voir toutes les personnes que je veux, sans exception. Ce sont mes conditions. Mais j'ai également une petite question. Doit-on reconnaître légalement un père pour ton enfant ? "

Mon ton s'était radouci vers la fin, signe que je reprenais confiance en moi. C'était bon signe.
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Jeu 22 Déc - 11:45



Non mais quel toupet ! En plus de se dégonfler alors qu’il avait une dette envers moi, il me proposer d’avorter. Et puis quoi encore ? J’avais eu le choix de prendre des potions qui auraient nuit à mon état actuel mais je ne l’avais pas fait. Je ne désirais pas interrompre cette grossesse pour la simple et bonne raison que je me sentais prête. Et au-delà de ça, je savais que c’était une de mes seules chances d’avoir un enfant. Les médicomages avaient été formels sur ce point : je n’avais que très peu de chance de pouvoir enfanter de par le fait que j’avais pris à mainte reprise des prototypes de pilules contraceptives pour ne pas tomber enceinte. Ayant commencé à l’aube de quatorze ans, cela avait eu un effet dévastateur sur mon système ovulaire et l’attaque d’Amycus sur ma personne n’avait pas aidé les choses (attaque dans le cadre de notre infiltration au ministère, pour donner le change et me rendre innocente). Bref, il n’était pas question que je passe à côté de ma seule chance d’être mère.

Je n’avais plus rien à faire ici, alors je tournais les talons. Le mangemort venait de me prouver une nouvelle fois que je ne pouvais compter que sur moi et moi seule. J’étais en colère, contre lui, mais aussi contre moi-même de mettre montrer faible face un de mes « camarades de la nuit ». Mon pas était pressé, mais se stoppa net. Je me retournais et dévisageais l’homme qui venait de prononcer un mot, un tout petit mot qui allait à jamais tout changer. Je ne savais pas quoi en penser, tout dans son attitude première laissant prévoir qu’il ne rembourserait pas la dette qu’il avait envers moi et que le service que je lui demandais était trop important pour lui. Je fis un pas dans sa direction, ne pouvant cependant pas m’empêcher de me montrant méfiance face à ce revirement de situation. Je gardais le silence, attendant qu’il dise ce qu’il avait à dire.

Je me rapprochais de lui, pour essayer de deviner sur son visage s’il était réellement sérieux ou s’il n’avait cela que pour se jouer un peu plus de moi. C’était plus fort que moi, je ne pouvais pas m’empêcher de me montrer méfiante. Après le coup que Torben m’avait fait, je préférais me couvrir, et « prévenir » plutôt que de me faire avoir encore une fois. J’essayais de décortiquer toutes ses expressions, notant que son ton s’était finalement radouci lorsqu’il reprit la parole. Je me détendis légèrement alors, quelque part soulagée qu’il ne me demande pas de vivre à ses côtés. Cela aurait très difficile de garder mes distances si je devais le côtoyer tous les jours, tout comme de garder ma colère envers lui encore vive. Si je la laissais disparaitre pour sûr, j’allais retomber et je ne le désirais pas. Cela faisait trop mal et le moldave était trop présent encore dans ma vie.

Le reconnaitre, c’est tout ce que j’attends de toi. Tu n’as pas besoin de t’en occuper je me débrouillerais seule pour cela. Je vivrais avec lui en France. Et fait de ta vie ce qui t’enchante. Du respect, c’est tout ce que je te demanderais d’avoir à mon égard. Et tout ce que tu feras, je le ferais également bien entendu.

Non je ne comptais pas avoir d’autres amants, mais hors de question de l’avouer tout haut, qui plus est à Amycus. Il serait fichu d’y voir une preuve d’amour ou je ne sais pas quoi. Non si je ne voulais pas d’homme, c’est parce que je ne voulais pas que cela nuise à ma grossesse que je comptais bien mener à terme. Je savais que cela allait être difficile, au vu de mes antécédents de santé, mais j’étais prête à mettre ma vie de côté le temps que mon enfant naisse. Même si je venais de dire au beau mangemort que je me débrouillerais seule pour m’en occuper, je ne serais pas contre son aide, cela ne faisait aucun doute. Mais encore une fois, hors de question de l’avouer. Je m’étais déjà montrée assez faible comme cela pour ne pas en rajouter ce soir.

Attends-tu autre chose de ma part ? As-tu d’autres revendications ? Je ne veux aucune surprise alors ce que tu veux, énonce le maintenant.



http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Jeu 22 Déc - 15:50

" Tu sais aussi bien que moi que tu n'y arriveras pas seule. Je te connais suffisamment pour le savoir. Je serais là pour t'aider. Non je ne fais pas ça par pitié. Oui je le fais pour rembourser ma dette comme tu me l'as si gentiment expliqué, mais je le fais aussi pour une autre raison, que tu connais tout aussi bien que moi. Je ne vois pas la peine de l'énoncer. "


J'avais parlé le plus tranquillement possible. Enoncer tout cela, c'était assez difficile, surtout si je voulais garder un ton neutre, assez provocant. Je ne voulais surtout pas que ma voix trahisse mon anxiété face à ce problème. Oui, pour moi, cet enfant était un problème. Autant pour elle que pour moi. Bientôt, la mission de Maître devait avoir lieu. Et avec Krystel dans cet état, difficile de pouvoir faire grand chose. Quand bien même cela ne poserait pas de problème, Krystel va se compliquer la vie. Que va t-elle faire d'un enfant ? Dans le monde qu'elle a choisi ! Elle n'a plus qu'a démissionner et partir faire sa petite vie minable comme tant de personnes. En France qui plus est. Qu'est ce qu'elle irait faire là bas ? Non, il y a bien des choses que je ne comprendrai jamais de sa part.
Je laissais mes pensées de côté pour la questionner à nouveau sur cette décision, qui nous consernait à présent tous deux.

" Tu es certainement au courant de ce qu'il va se produire dans peu de temps, sous le commandement du Seigneur des Ténèbres. Il n'y aura plus d'endroit pour le mettre au monde. Comment vas tu t'y prendre ? Et pourquoi la France ? Si j'ai accepté de t'aider, il faut bien sûr que tu restes en Angleterre, réfléchis deux minutes ! "


Je m'étais mis en colère vers la fin, c'est vrai. Mais j'avais des raisons de le faire. Et pas qu'une. Je me rapprochais d'elle, à pas de loup. Il faisait toujours sombre aux alentours. Il n'y avait pas de bruit. Je m'approchais encore, jusqu'à n'être qu'à quelques centimètres de son corps. J'approchais alors ma bouche de son oreille, pour lui murmurer ces quelques paroles.

" Torben hein ? Et lui, pourquoi n'a t-il pas voulu le reconnaître ? Après tout, c'est lui qui t'as laissé sa graine ! "


J'avais essayé de la faire culpabiliser, mais connaissant son caractère, je n'avais pas forcément réussi. Je ne savais pas. En tout cas, j'avais mis le paquet sur le ton du reproche. Je voulais savoir, juste les raisons qui l'ont poussé à quitter Krystel. Curiosité mal placée ? Non, juste de comprendre pourquoi c'est à moi de m'occuper du gosse d'un autre.

Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Jeu 22 Déc - 16:35



Dire des évidences à haute voix ce n’était pas mon truc. Mais que quelqu’un d’autre le fasse à ma place c’était pire. Oui pire. Parce que ce que j’essayais de cacher n’était pas un secret pour Amycus. Et la réciproque était également vraie. Je savais pertinemment qu’il n’agissait pas ainsi avec moi juste parce qu’il avait une dette envers moi. On avait beau se détester, on tenait encore l’un à l’autre et tirer un totalement un trait sur notre passé était plus dur qu’on se l’était imaginé. J’aime Torben. Mais j’aime aussi Amycus. Est-ce possible de ressentir un tel sentiment pour deux hommes ? Il faut croire que oui. Le plus grave dans tout cela était que les deux m’avaient fait énormément souffrir. Je n’arrivais cependant pas à les oublier totalement, à croire que j’aimais souffrir. A bien y réfléchir, peut-être. Je ne suis passionnée par rien, et je ne ressens ni pitié, ni culpabilité. Ma seule manière de me prouver que je suis bel et bien vivante, c’est de souffrir. Je suis plus dangereuse lorsque l’on m’a nuit une première fois que lorsque je suis «intacte ». C’est étrange oui je vous le confirme et je ne peux l’expliquer.

Pas la peine d’énoncer quoi Amycus ? Que j’aurais beau être la pire des garces avec toi tu ne pourras jamais vraiment m’oublier ni me refuser quoi que ce soit?

Oui je le cherchais et de manière volontaire. Je voulais que nous soyons très clairs dès le départ. Pas de surprise aucune. Je serais honnête seulement si lui aussi l’était. J’avais de savoir réellement ce qu’il ressentait à mon égard, pour m’en protéger. J’avais besoin de savoir à quoi m’en tenir pour ne plus me tromper avec lui. J’attendais un enfant et je devais à présent penser comme une adulte responsable. Autant dire que cela allait s’avérer difficile, moi petit fille capricieuse ne faisant que ce qui lui plait de faire. J’avais cependant pris la décision d’assumer cette grossesse, et comme toujours, j’irais au bout de ce que j’ai entrepris. Jamais je ne renonce et c’est à la fois ma plus grande force et ma plus grande faiblesse. C’était grâce à ce trait de caractère que j’avais obtenu une place clef au sein du groupe des mangemorts. Sans doute l’ignorait-il encore mais il avait face à lui la nouvelle bras droit de son seigneur des ténèbres

Sache que je suis la main noire de notre Seigneur Amycus. Je suis très bien placée pour savoir tout ce qui va se produire. Pourquoi la France ? As-tu donc oublié que je suis natif de ce pays et que j’y possède des domaines, des terres et des demeures ? Je ne suis pas anglaise, et je n’ai désormais plus aucun lieu dans lequel vivre en Angleterre. De toute manière peu importe. Je peux me déplacer comme bon me semble après tout.

Je m’étais aussi légèrement emportée. Je ne comprenais pas ce qui lui posait problème. Après tout, ne venait-il pas de me dire qu’il voulait garder sa vie telle qu’elle l’était actuellement ? Pour sûr je n’avais pas envie de trainer dans ses pattes – ou même l’inverse – et voir défiler maintes et maintes femmes ce n’était pas non plus ce à quoi j’aspirais. Passer pour une femme bafouée non plus. Et puis de toute manière j’avais aussi ma propre vie à vivre. Il savait très bien qu’en France, je portais le titre de duchesse. De plus, je travaillais à Paris, ville dans laquelle je posais très souvent nue ou habillée selon mes envies. Enfin s’il y avait une personne ayant le droit de mettre à feu et à sang ce pays, c’était bel et bien moi. Non j’aimais ma vie comme elle l’était et plus rien ne me retenait en Angleterre surtout après la trahison dont avait fait preuve Torben à mon égard. D’ailleurs en parlant de ce dernier, Amycus se montrant on ne peut plus curieux à ce sujet. Il s’était rapproché très près de moi, proximité que nous n’avions plus eu depuis fort longtemps. Je n’étais pas à l’aise en sentant son souffle sous mon oreille, prêt de laquelle il avait approché sa bouche. Pour sûr il essayait de me déstabiliser et il y arrivait. Je le repoussais en appuyant mes mains sur son torse.

Arrêtes

Je plantais mes yeux bleus dans les siens alors que je le sommais d’arrêter de jouer comme il le faisait. Je n’aimais pas ça, ou du moins je n’aimais plus ça. Je m’étais déjà brûlée les ailes avec lui puis avec Torben. S’il voulait tout savoir, je lui dirais tout. Mais je ne le laisserais pas pour autant se comporter ainsi. Il savait très bien que je m’étais pas indifférente à lui, tout comme j’en avais conscience. Je pouvais le repousser facilement lorsque le Moldave occupait ma vie, par affection pour lui. Maintenant qu’il n’était plus je devais faire plus attention. Je n’avais plus aucune attache pour freiner mes envies et c’était on ne peut plus dangereux.

Il est parti comme je te l’ai dit. Et si tu te poses la question, oui il sait que je suis enceinte de lui, et non il ne sait pas que je compte garder l’enfant. Pourquoi lui aurais-je dis alors qu’il n’a fait que me mentir. Finalement vous n’êtes pas si différent que ça l’un de l’autre Amycus. Lui aussi m’a bercé de douces promesses qu’il n’a pas tenues

Il avait tout savoir, je lui avais dit. J’avais glissé la comparaison entre le Moldave et l’Anglais pour me reprendre et me contenir. Faire revenir ma colère était le meilleur moyen que je connaissais pour être maitresse de moi même.


http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Jeu 22 Déc - 17:19

Enoncer quoi ? Ce fichait-elle de moi ? Elle n'avait pas compris le sens de ma phrase. Pourtant, j'avais eu l'impression de d'être bien clair sur ce sujet. Je devais alors développer d'avantage.

" Je ne parle pas de ça ! Je dis juste qu'avant, quand on était encore ensemble, tu voulais avoir un enfant, mais tu ne l'as jamais eu. C'est bizarre que tu reviennes vers moi après que Torben t'en ai donné un. "

Je n'étais pas énervé, mais pressé. Cette discussion tournait sur la même question depuis une bonne dizaine de minutes, je commençais à m'impatienter. Alors je lui posais une question qui me brûlait les lèvres, à savoir pourquoi la France.
Quand Krystel me parla de retourner dans ce pays, les raisons m'avaient d'abord paru évidentes. En Angleterre, vivaient ses deux derniers amants. Or, quand elle me donna les vraies explications, cette histoire prenait un autre sens. Krystel était française. Comment avais-je pu oublier ? Elle possédait autant que ce que moi je possédais en Angleterre. Quelque part, j'aurais pu lui proposer de vivre chez moi. Mais ma fierté, et le fait que je lui avais annoncé quelques minutes auparavant que je souhaitais garder ma vie intacte m'obligeaient à ne rien lui proposer. Et puis, au moins, je n'aurai pas besoin de m'occuper bien longtemps de sa chose à quatre pattes !

Je m'étais ensuite rapprochée d'elle pour lui souffler quelques mots au creu de l'oreille. Bien sûr, je connaissais son malaise face à cela. Elle m'avait repoussé, plantant ses mains contre mon torse, avant de lever la tête pour planter non pas ses mains mais ses yeux dans les miens. Un seul petit mot, qui paru si innocent, sorti de sa bouche. Un petit rire voulut sortir mais je le réprimais et gardais une position et un regard neutre. Elle n'avait pas besoin de savoir que je fichais bien d'elle. Après tout, oeil pour oeil, dent pour dent. Elle m'avait humilié, je faisais de même.

Lorsqu'elle me compara à Torben, un autre rire s'appliqua à monter à travers ma gorge. Quelle comparation. Mais au fond, elle n'avait pas tord. C'était peut être pour ça, que jadis, Torben et moi nous nous entendions si bien.
J'aurais voulu laisser échapper le flot de rire que j'essayais de contrôler, mais si je voulais lui montrer que rien ne m'atteignait, je ne devais pas montrer ce signe. Je me contentais donc de soutenir son regard. Je n'allais pas baisser les yeux. Pas cette fois.

" Pars si tu veux. Je reconnaîtrais ton enfant, mais toute l'aide que je t'ai proposé tombe aux oubliettes. Bien sûr, tu pourras bouger comme bon te semble, tu es libre. Mais je ne suis pas sûr qu'une si petite créature puisse tenir le coup. Mais à toi de prendre des risques. "

Elle savait très bien de quoi je parlais. Perdre son enfant serait une chose terrible pour elle. Peut être même qu'elle ne s'en relèverait pas. Après tout, j'étais bien placé pour savoir qu'il était difficile pour elle d'en avoir. Elle m'en avait parlé, quand nous avions projeté d'en avoir un, tous les deux, avant. Oui, avant. Ce désir s'était estompé pour ma part, mais par pour elle, on dirait. Je savais que c'était un sujet délicat, et peut être pour lui faire payer ausi bien des erreurs existantes qu'inexistantes, j'appuyais sur ce point.
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Jeu 22 Déc - 17:59



M’étais-je trompée finalement sur ce que ressentait Amycus à mon égard ? Plus cette discussion s’étalait dans le temps, plus j’en avais l’impression. Au-delà de la colère je me sentais blessée une nouvelle fois par son comportement. Finalement, de nous deux, j’avais été la seule à pas avoir su tourner la page. Il jouait avec moi, il était même moqueur. Franchement j’avais donné énormément avec Torben et j’étais las. Las de me tromper toujours autant sur les hommes qui avaient pu faire partie de ma vie. Franchement je ne sais pas ce que j’avais espéré en contactant le mangemort. Je m’étais tournée vers lui, cherchant du réconfort quelque fois, cherchant une personne pour qui j’avais, ne serait-ce qu’un peu d’importance. Je n’avais jamais été aimé de ma mère. Amycus m’avait tourné le dos et le moldave également. Cela signifiait-il que je devais rester seule toute ma vie ? A à peine dix neuf ans j’avais déjà l’impression que je serais de celle que l’on catégorise de vieille fille.

A cause de qui Amycus ? As-tu oublié que si tu n’avais pas couru après de sale traite à son sang ni tourné ta baguette vers moi vers mon ventre au ministère, ce serait de toi que j’attendrais un enfant et non de Torben? As-tu oublié que c’est par ta faute que j’ai dû épouser Julien ?

Il ne s’était pas énervé, moi si. Je lui balançais à la figure, sans honte ni aucune pitié la vérité qu’il connaissait déjà. J’avais appris à Sainte Mangouste, alors que je me faisais passer pour une victime de l’attaque des mangemorts, que j’avais perdu l’enfant dont j’ignorais l’existence. Si ma sotte de cousine ne s’en était pas mélée, Amycus n’en aurait rien su, et à la limite, en cet instant j’étais contente qu’elle ait eu la langue trop pendue. Je voulais le pousser à bout comme il me poussait à bout en ce moment. J’étais on ne peut plus sur les nerfs et j’étais à présent incapables de cacher toute ma colère, ma frustration et ma douleur. Sans doute c’était ce qu’il avait attendu depuis le début. Il avait voulu me pousser à bout et il avait fini par y arriver. Et lorsqu’à son tour il revint sur ses paroles, comme Torben l’avait fait, je dû me retenir de ne pas lui envoyer un doloris. Je détournais le regard, ne voulant pas qu’il voit combien ses paroles me blessaient, mais surement en vain. D’ailleurs je lui dis alors le regardant en face

Bravo Amycus, tu viens de réussir à t’en prendre à une femme déjà à terre. Mais tu sais ce n’est pas ça le pire. Le pire c’est que tu vois, Torben et toi avaient beau m’utiliser à votre guise tel un pantin, je ne cesserais jamais de vous aimer. N’est-ce pas pathétique ?

Je ricanais doucement. Voilà je l’avais dit. Il était temps que je fasse avec les sentiments que j’éprouvais et qui me rendait aussi vulnérable. Je devais m’en rendre compte pour devenir encore plus forte. C’est en connaissant ses faiblesses que l’on peut les rendre moins présentes et faire en sorte que personne ne puisse nous atteindre à travers ses dernières.

Reconnait le en tant que Carrow lorsqu’il verra le jour et ta dette sera effacée.

Je m’occuperais de mon enfant seule, comme je l’avais toujours été. Et lorsqu’il sera nait, lorsque ma lignée sera perpétuée et mes biens reversaient à ce dernier, je pourrais alors vivre ma vie de mangemorte pleinement. Plus rien ne me retiendra. Je deviendrais le robot qu’on avait éduqué à devenir, et j’exécuterais tous les désirs de mon maitre. Je m’assis sur le bord d’un caveau incapable de faire le moindre autre geste.

http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Ven 23 Déc - 12:27

Je l'avais poussé à bout. Et lorsqu'elle était dans un tel état d'énervement, j'apprenais pleins d'informations très utiles. Néanmoins, elle pouvait aussi être dangereuse, aussi je gardais ma main en permanence sur ma baguette, au cas où. J'espérais seulement ne pas avoir à m'en servir.
Ainsi, Krystel m'accusait, moi, d'être le fautif dans toute l'histoire. Si je ne l'avais pas attaqué au ministère, elle serait reconnue depuis longtemps. Je lui avais pratiquement sauvé la peau, et tout ce qu'elle trouvait à me dire, c'était que tout ça n'était que ma faute. Ca ne passait. Ca restait en travers de la gorge. Ma faute également d'épouser Julien ? Elle n'avait qu'à s'y opposer !
Toujours était-il que Krystel détourna le regard avant moi. Un à zéro. Les points allaient s'enchainer ! Tout heureux d'avoir su résister jusqu'au bout, je laissais un sourire s'affichait clairement. Un sourire sadique, comme un chat prenant plaisir à torturer la pauvre souris avant de la tuer pour mieux la dévorer.

Pathétique. C'était le mot qu'elle employait. Peut être que j'en aurai choisi un autre, mais sur l'instant je n'avais pas d'autre idée. Alors que Torben l'avait utilisé comme elle le laissait entendre, elle m'accusait également. Pourtant, je n'ai pas l'impression d'avoir donner cette impression. Je voulais lui expliquer qu'elle se trompait. Pourtant, je ne dis rien. Peut être que ça n'en valait pas la peine, après tout. Krystel riait de cette déclaration. Un petit rire triste, de femme vaincue. Là aussi, ça m'arracha un sourire.

Quelques mois seulement. Quelques mois pour oublier tout l'amour que j'avais pu lui porter. Maintenant, j'agissais comme si elle était une femme que je venais à peine de connaître. Je ne me reconnaissais pas. Mais elle le méritait après tout. Qu'elle voit à quel point elle avait pu me faire souffrir. A elle, maintenant.

Reconnaître l'enfant et ma dette effacée. Cela me convenait. Seulement, les journeaux vont en parler des mois et des mois durant. Pas très plaisant tout ça. Il faudra faire des déclarations, revenir sur mon histoire d'amour passée. Et Torben ? Comment prendra t-il la nouvelle ? Je me décidais alors à poser la question à la jeune femme qui s'était assise sur un caveau.

" J'espère sincèrement ne pas avoir d'ennuis en reconnaissant votre enfant."

J'avais volontairement accentué sur le votre, mais tout en parlant d'une voix monotone et basse. Finalement, j'avais résumé mes pensées, sans poser une question à Krystel. Pour sceller notre accord, il faudrait faire un serment, obligatoire. Je me tournais alors vers elle.

" Dois-je prononcer notre accord avec un serment inviolable ? "

Signe de mon sérieux face à ses histoires. J'espérais juste qu'elle le reconnaisse. Que je fasse pas tous ces efforts pour le néant.
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Ven 23 Déc - 15:37



Je ne reconnaissais pas Amycus. Je ne m’étais pas attendue à un accueil chaleureux, mais à ce point là ? Le dégoutais-je autant au point qu’il faisait comme si nous étions des inconnus l’un pour l’autre, comme si rien ne s’était jamais passé entre nous ? J’étais en colère et triste alors je sortais les griffes. Il n’était pas question que je me laisse faire et que je ne réagisse pas. Je restais toujours égale à moi-même peu importe les circonstances. Cela m’avait permis de « survivre » pendant la période où j’avais été marié à Julien. Je ne me rappelle pas une seule journée où nous ne venions pas aux mains l’un avec l’autre. Je l’avais épousé pour me venger du mangemort en face de moi, mais également parce que j’avais des obligations à respecter. J’étais fiancée avec le français depuis que j’étais née et il n’existait que la mort pour me délier de ce dernier. Ce qui était arrivé, fort heureusement à Julien. Heureusement d’ailleurs, sinon cela aurait son enfant à lui dont j’aurais été enceinte. Je préférais encore mourir que de lui donner un héritier. Le détester ? Non vous êtes en dessous de la réalité. Je haïssais cet homme et un auror ne l’avait pas fait, je l’aurais tué moi-même quitte à ne pas lui survivre.

Et puis il y avait eu Torben. Lui qui m’avait donné de l’importance, qui s’était préoccupé de moi, qui n’avait pas fait comme tous les autres. Il avait compris que je n’étais pas heureuse et que cette relation était en train de me dévaster. Il avait été le seul à agir, le seul. Il avait pansé mes plaies, il m’avait redonné une meilleure image de moi-même, m’avait fait croire que j’avais de l’importance pour lui. Si la passion avait dicté ma relation avec Amycus, il s’agissait vraiment de douceur et d’attention avec le moldave. J’avais cru en lui, plus qu’envers n’importe quel homme. Et la chute n’en avait été que plus terrible. Si je ne désirais pas autant donner une descendance à mon nom, j’aurais chassé l’être qui grandissait dans mon ventre. Je ne voulais plus rien avoir à affaire avec les Badenov, même si dans un premier temps j’allais devoir faire comme si de rien n’était pour ne pas éveiller les soupçons. D’ailleurs c’était pour ça aussi qu’il me fallait un père à mon enfant. Les aurors auraient tôt fait de me tomber dessus, sous les ordres de Maugrey qui avait compris que je n’étais pas une victime, mais un bourreau. Je levais la tête vers le mangemort lorsqu’il évoqua les risques qu’il prendrait. J’y avais réfléchi avant de venir ce soir.

Tu n’en prendras aucun. Une rumeur circule depuis plusieurs semaines et cette dernière affirme que tu me ferais encore la coure. Même Torben y a crût. Il nous suffit de nous montrer une fois ensemble et on y verra que du feu. D’ailleurs le moldave a toujours été persuadé que je te préférais à lui. Il pensera que cet enfant est le tien point barre. Personne en dehors de nous ne sera au courant de la vérité. Ensuite, quelques mois après que cet enfant sera né, tu n’auras qu’à faire une interview et dire à tous que nous avons préférés nous séparer. Tu n’as qu’à dire que je t’ai trompé si ça te chante je m’en fiche. Raconte ce que tu veux.

J’étais blasée par son attitude, au point de ne même plus me préoccuper de ma propre réputation, qui pourtant me tenait à cœur. J’étais las et tout ce que je désirais c’était qu’il s’en aille, ou qu’il redevienne l’homme que je connaissais. La trahison de Torben était encore trop fraiche pour que j’arrive à l’oublier et que cette dernière ne me fasse pas autant mal. L’attitude d’Amycus en rajoutait une couche supplémentaire, que je n’étais pas capable de supporter ce soir. J’avais essayé d’être forte, j’avais échoué. Il me fallait faire avec. Je resserrais mes jambes contre moi et posais ma tête sur mes genoux, regardant au loin. Tout sauf le mangemort, qui, s’il continuait, allait finir par me faire pleurer. Tout sauf ça. La mort plutôt que de verser la moindre larme. Je ne bougeais pas lorsqu’il évoqua le fait de faire un serment inviolable. Plus jamais je n’en ferais. J’avais bien vu où cela m’avait mené avec Julien. Et puis, de toute façon…

Nous n’avons pas d’enchanteur et ta parole me suffit. Appelle cela de la bêtise ou de la confiance mais je ne t’obligerais pas à te lier à moi de cette manière.



http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Dim 25 Déc - 9:36

J'étais conscient de l'avoir blessé. Quelque part, orgueilleusement, j'espérais l'avoir profondément trahi. Enfin, dans un certain sens. Mais le fait qu'elle fut autrement ma compagne, et qu'elle soit au service du même Seigneur que moi changeaient les choses. Bien sûr, j'aurais pu refouler son offre, quitte à effacer ma dette une autre fois, mais j'avais déjà fait un pas vers elle en acceptant. J'espérais qu'elle en soit consciente.
Quand elle me donna la satisfaction de me dire que je n'aurai pas de problème avec son enfant, je souris. Pas très chaleureusement, certes, mais sincère.

" Je n'irai pas jusqu'à te traiter comme tu te traites toi même. Je trouverai bien quelques paroles quand le moment sera venu. Je ferai face aux évênements. Je pourrai raconter que tu as dû partir d'urgence, pour ne pas salir ta réputation. Je sais que tu y tiens. "

C'était tout. Je n'avais rien d'autre à ajouter. Mais j'avais quand même préciser ce que je savais. Krystel avait beau dire ce qu'elle voulait, je savais très bien que sa réputation était quelque chose de précieux pour elle. Je ne tenais pas à détruire ce auquel elle avait consacré la plus grosse partie de sa vie.
De plus, la française refusa le serment inviolable. En agissant ainsi, j'eus la nette impression qu'elle tenait encore à moi. Toutefois, elle ne bougea pas d'un cil, restant assie sur ce caveau inutile, les bras autour de ses genoux. J'essayais de comprendre, en vain. J'aurais aimé lui poser tellement de questions. Surtout que je la voyais fragile, depuis qu'elle m'avait annoncé la future venue au monde de son enfant. J'avais envie de briser cette colère qui nous détruisait. Enfin, nous arrivions à la maîtriser chacun à notre manière, certes, mais nous tenions encore l'un à l'autre. Sinon, pourquoi serait-elle venue me demander ce service ?

" Très bien. C'est à toi de décider. "

J'allais me retourner et partir, mais quelque chose me réclamer de rester. Pourtant j'avais l'impression que nous n'avions plus rien à nous dire. Peut être que Krystel voulait rajouter quelque chose ? Je ne sais pas. Je m'approchais alors d'elle et m'asseyais à sa droite.
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Lun 26 Déc - 22:40



Depuis le départ de Torben, je n’avais pas gout à grand-chose. Je me sentais seule, on ne peut plus seule. J’avais beau avoir le rang que j’avais au ministère, un emploi qui prenait beaucoup de temps, et de l’argent à ne plus savoir quoi en faire, je me sentais seule. Le seul « ami » que j’avais pu avoir été mon elfe de maison vermine, qui avait été tué par le moldave. Je n’avais personne dans ma vie, et je ne pensais pas que cette solitude me pèserait autant. Peut-être avait-elle guidée une partie de ma décision concernant cet enfant ? Sans doute. Ces derniers temps je ne savais plus où j’en étais. C’était très difficile pour mon orgueil de se rendre compte de l’attachement que j’avais pour l’homme qui m’avait trahi et combien sa perte m’était douloureuse. J’avais l’impression de revenir en arrière, au temps ou Amycus m’avait délaissé pour cette sale impure, à la différence qu’à cette époque j’avais un ami : Torben. Triste situation n’est-ce pas ? J’avais beau eu avoir tué une sorcière la veille, cela n’avait pas apaisé mon cœur meurtrie ni ma douleur. Je ne savais pas quoi faire, surtout qu’au vu de ma grossesse, je ne pouvais pas me noyer dans l’alcool. Ma réputation était ces derniers temps le dernier de mes soucis, ainsi si le mangemort qui me devait un service voulait me trainer dans la boue, qu’il le fasse. Je n’en avais que faire, j’avais d’autres chats licornes à [strike]fouetter[/striker] à dresser. Surtout qu’avec l’annonce de ma grossesse, il y aurait mille et une rumeurs. On dira dans un premier temps que ce sera mon collègue modèle qui serait le père. Il jouera dessus pour faire vendre nos photos, puis le démentira. Ensuite on dira que je l’ai trompé – on me dit en couple avec lui – avec un autre, et je vous en passe des vertes et des pas mûres. Surtout lorsqu’on apprendra qu’Amycus se reconnaitra comme le père. Pour sûre, je n’aurais pas le bon rôle

Un peu plus, un peu moins, cela ne changera pas grand-chose. De toute manière cela n’importe peu

Non ce n’était pas du tout la grande forme. Je n’avais plus envie de me battre contre Amycus, ni contre ma tristesse. Je me laissais aller sur un caveau, assise, serrant mes jambes contre moi, comme pour me protéger, me rassurer. J’en avais juste assez. De tout. De rien. Des autres. De moi. Tout ce que je savais c’est que je ne verserais pas une larme. Non plus jamais pour un autre. Je préférais encore m’avadakedavriser plutôt que de laisser un autre homme me faire pleurer une nouvelle fois. Je ne méritais pas ça, et je ne pouvais pas m’infliger plus grande humiliation qu’à l’instant même. Je venais de baisser les bras devant un mangemort, c’était bien assez suffisant comme ça. Surtout que ce dernier était on ne peut plus désagréable avec moi. Je pensais qu’il tenait encore ne serait-ce qu’un peu à ma personne. Quelque part, j’avais cherché une quelconque marque d’affection ou de réconfort en le contactant. Il n’y avait cependant rien, rien du tout. J’étais vraiment seule, et je ne comptais même plus aux yeux d’un homme qui avait partagé un bout de ma vie. Il était passé à autre chose, avait tourné une page de grimoire. Je déclinais son offre de serment inviolable. De toute manière à quoi ce dernier aurait-il servi ? A rien. Et puis je ne voulais pas me lier à un homme qui n’en avait que faire de moi.

Je ne répondais ainsi pas à ses paroles. De toute façon cela ne changerait rien et il s’en irait comme il était venu, me laissant seul. Comme il l’avait déjà fait. Comment Torben venait de le faire. Je n’avais aucune envie ni volonté de me lever. J’étais trop las pour ça. Tout ce que je voulais c’était dormir, et que demain soit un jour meilleur où j’aurais de nouveau gout à meurtres, au sang et à la sauvagerie. L’attitude d’Amycus m’avait comme achevé mais au moins je savais à quoi m’en tenir maintenant. Il était mieux ainsi, plutôt que de se bercer de douces illusions comme je l’avais fait avec Torben. Non je n’avais pas attendu un accueil chaleureux, mais j’avais espéré trouver un ami qui sait quelque chose dans ce genre là ? Qui m’aiderait non pas à contre cœur, et qui me remonterait un peu le moral. Alors lorsque le mangemort bougea je sus ce qu’il allait faire. Il allait partir, sa dette envers moi étant remboursé. Il n’avait plus rien à faire ici. Plus rien ne le retenait, ni personne. Je m’y quelques instants à comprendre qu’il s’était assis non loin de moi, à ma droite. Je tournais et redressais la tête vers lui, on ne peut plus étonnée

Pourquoi restes-tu ici Amycus ?

Cette question me brûlait les lèvres, ainsi la posais-je. Pour sûre même si sa réponse était brutale, elle ne me ferait plus rien. J’avais déjà atteint le fond, et plus rien ne pouvait m’atteindre un peu plus. Surtout venant de lui, et au vu de son comportement précédent. D’ailleurs je m’imaginais sans mal qu’il allait se lever et sans aller sans un regard derrière lui.


http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Mar 27 Déc - 10:46

" Et pourquoi je ne resterai pas ? "

Je ne pouvais rien dire d'autre. Tout simplement car je n'avais rien d'autre à redire. Inventer des excuses, quand ça en vallait la peine, oui. Quand on passait devant un auror, quand on voulait s'inventer une autre vie. Mais là ..
Je savais bien que tout était fichu. Non, fichu n'était pas le terme exact. En fait, je ne savais pas. Plus rien. Comme un gros trou noir.

Krystel était tout ce que j'avais de plus cher, des mois durant. Tout était ma faute. Or je refusais de l'admettre. Même si je ne ressentais plus rien pour la mangemort, je m'en voulais. Ca aussi, je ne l'admettais pas. Ca ne nous avançait à rien, c'était sûr. Mais le peu que je pouvais faire, c'était de rester assis sur ce caveau.

Quelques minutes avant, elle m'avait affirmé que tout n'était plus rien pour elle. Quel euphémisme. C'était désastreux. Elle avait vu sa vie détruite. Torben en fuite. Je ne savais pas comment leur histoire avait fini. Mais à la vue de Krystel, cela ne devait pas être tendre. Peut être pire que pour nous deux.

Bien décidé à agir, je me levais et me postais devant la jeune femme. Je lui tendis la main. Après tout, nous n'allions pas rester assis tels des ombres toute la nuit. Il n'était pas tard. Minuit passé.

" Viens te reposer. "

Une telle proposition pourrait être suspecte. Mais peu importe. Elle était épuisée, fatiguée. Une ombre. Elle n'avait aucun endroit où aller. J'en étais sûr. Alors un bain chaud, un lit et de quoi manger, c'était peut être pas mal.
Pour sûr, Krystel était riche. Très riche. Mais aller dans une auberge, seule dans la nuit, ce n'était pas prudent. Je préférais qu'elle vienne chez moi.

Je ne savais pas pourquoi s'agissait comme tel. Mais nous ne pouvions pas nous détester indéfiniment. Il fallait que cela cesse. Et j'étais décidé d'agir.
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Jeu 29 Déc - 14:57



Décidément, je ne comprenais pas l’attitude d’Amycus. Quelques minutes plus tôt il s’était montré hautain, méprisant et à présent, il s’était installé à mes côtés, et semblait se soucier de ma personne. Non je n’arrivais pas à savoir où il essayait d’en venir. Il avait tout fait pour que je baisse les armes, pour dominer la situation et maintenant que c’était le cas, il semblait vouloir un statut quo. C’était à ne plus savoir la droite et la gauche la sirène et de troll. J’aurai pu et même du me montrer méfiance du fait de ce changement soudain de comportement, mais franchement j’avais d’autres chats à fouetter licornes à dompter. Je n’avais plus la force de me battre une nouvelle fois contre lui, de me battre contre quelqu’un tout court. Torben m’avait détruite et je ne pouvais pas ignorer ma douleur. Oh bien sûr, je m’en relèverais, comme toujours. Cependant il me fallait du temps pour encaisser et transformer, de la même manière que je n’avais fait avec Amycus, ma douleur et mon affection en colère sans limite. Et à ce moment-là, je redeviendrais la grande Krystel, terreur de tous, y compris de certains mangemorts. En attendant je n’étais que l’ombre que de moi-même

Parce qu’il ne reste plus rien qu’une dette dont tu vas t’acquitter qui nous lie tes yeux.

C’était une réalité, une constatation qu’il venait de me balancer à la figure ce soir. Il n’y avait plus rien entre nous deux qu’une appartenance commune à un groupe. Rien de plus. C’était terrible pour moi, mais qu’y pouvais-je ? Je n’étais pour sûre pas faite pour avoir des personnes pour qui je compterais. Il fallait se rendre à l’évidence, j’étais trop différence d’eux, trop malveillante et sournoise. Ma vie se résumait aux ténèbres et à un caractère on ne peut plus trempé. Dès lors qu’on commençait à s’apercevoir que je ne changerais jamais, on prenait ses jambes à son cou et on faisait tout pour ne plus être associée à ma personne. Ma seule consolation était qu’ainsi, je faisais une parfaite bras droit pour mon seigneur, dont je me rapprochais de plus en plus, bien que je n’étais ni ne serais aimé comme il l’était. Il fallait un être unique dans chaque groupe, insupportable et avec qui on ne pouvait se lier et plus le temps passé plus je me rendais compte que ce rôle m’allait comme un gant. Je relevais la tête lorsque l’homme me proposa sa main et de me reposer. Me reposer pour quoi faire ? J’aurais tout le temps de me reposer lorsque que je serais morte Dédicace à Torbychou qui le dit souvent *sbafff*

Je te l’ai dis, je ne veux pas de ta pitié et tu n’as aucun devoir envers moi

Je n’étais pas énervée ni hautaine, mais las. Je n’avais aucune envie d’être considérée comme un fardeau et que cela me retombe ensuite dessus. Dire que je n’avais pas envie de répondre positivement à sa proposition serait un mensonge. Mais il me restait encore un petit peu de dignité et je ne pouvais pas accepter la charité. Surtout que j’avais on ne peut plus les moyens de me loger dans ce pays qui m’était devenu hostile. D’ailleurs j’hésitais grandement à regagner la France et ne plus quitter mon pays natal jusqu’à ce que mon maitre ait besoin de moi. Là-bas j’étais reconnue comme une grande duchesse, respectée et crainte, et beaucoup d’hommes me faisaient la coure. Qui sait peut-être que l’un d’eux arriverait à me changer les idées ?


http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Ven 30 Déc - 18:37

De la pitié. Voilà ce que Krystel voyait. Elle avait aussi une excellente réponse à ma précédente question. C'était vrai, après tout. J'avais réussi à tourner la page, à aller vers d'autres femmes. Et elle aussi, avait refait sa vie. Krystel était partie faire une des plus grosses erreurs de sa vie. Tomber enceinte, et garder malgré tout cet enfant, de quoi souffrir toute une vie. L'enfant de Torben, que je vais devoir reconnaître. Les histoires qui allaient s'enchaîner. Je ne savais pas pourquoi j'avais accepté. Mais je l'avais fait, je lui avais donné ma parole. Et je ne serai jamais revenu en arrière.
Après tout, c'est elle qui sera embêtée, qui devra trouver quelqu'un pour le garder quand elle sera en mission. Elle qui regardera à travers ses yeux, son amour perdu. L'homme qui l'avait trahi. Elle qui ne pourra jamais avouer la vérité à cet enfant. D'ailleurs, qu'était-ce ?

" Au fait, tu connais le sexe de cet enfant ? "

C’était quelque chose de peu important, certes, mais je souhaitais le savoir. De plus, si je devais jouer la carte du père, autant y miser le plus possible, notamment en me laissant prendre en photo alors que je fais des courses pour trouver un cadeau pour le bébé.
Bébé. Qu'est-ce que cela sonnait faux pour moi. Je ne me sentais à présent, enfin pour tout avouer depuis que je n'étais plus avec Krystel, prêt à élever et à choyer un enfant.
Du coup, mes dernières pensées s'embrouillaient. Je pourrai très bien acheter quelques petites bricoles pour faire illusion auprès de l'enfant. Ca fera plaisir à la mère et son nouveau né.
De plus, la presse me montrera comme un père qui ne laisse pas tomber son gosse, malgré le fait qu'il ne vive plus avec la mère de ce dernier. Un honneur bénéfique, qui montera encore plus ma côte. Point positif. Et puis, moins de critiques, plus on est du côté droit des choses et donc on nous laisse encore plus tranquille. Moins de perquisitions, mais bon je n'en ai jamais eu, moins de questions sur une éventuelle connaissance des mangemorts.
Au moins, je serai tranquille et pourrai agir à ma guise au sein du clan du Seigneur des Ténèbres.
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Dim 1 Jan - 21:59



Si Amycus ne trouvait rien à redire à mes paroles, c’était qu’elles étaient justes. Il fallait se rendre à l’évidence, je ne comptais pour personne. Finalement, je me retrouvais à ma case départ, comme à mon arrivé en Angleterre : seule. Au moins avais-je la chance d’avoir mon maitre à mes côtés et ma mère qui s’en était allée ? Cela ne pouvait être négligeait et changeait beaucoup de choses, énormément de choses même. J’étais à présent fixée avec le mangemort, et ce n’était quelque part pas un bien, même si je doutais fortement de pouvoir oublier notre relation comme lui l’avait fait. Je me demandais d’ailleurs comment il en était arrivé, et je comptais bien un jour être éclairée sur le sujet. Mais il m’orienta vers un autre sujet, celui de l’enfant que je portais. Je ne pu m’empêcher de rire à cette dernière. Non ce n’était pas de la moquerie, mais juste de l’étonnement. Même moi qui n’avais pas franchement l’instinct maternel pour ne pas dire pas du tout, la réponse était évidente. Malicieuse, je le regardais et lui répondais

C’est beaucoup trop tôt. Je viens tout juste d’apprendre que j’attendais un enfant. Il faut plusieurs semaines pour savoir si ce sera un fils ou une fille, même si ma préférence va, bien entendu, vers le premier.

L’espace de quelques instants j’en avais oublié Torben, et ma douleur, avant que mon sourire de meurt sur mon visage, que je détourne la tête pour regarder au loin. Au moins ai-je eu un petit peu de répit. C’était toujours cela de prit. D’ailleurs je me rendais compte qu’il me faudrait m’occuper l’esprit dans les mois à venir. Si je restais chez moi à ne rien faire, je deviendrais folle. Travailler forcément moins qu’avant, mais travailler quand même. Et voir du monde oui voir du monde. Quelque part, je m’étais enfermée avec la condition du mangemort que j’avais hébergé, si bien que je passais mon temps entre mes obligations salariales, mes obligations mangemoresques, et mes « obligations » de compagne. Oui voir un peu du monde me ferait le plus grand bien, et la France me permettrait de me changer les idées. Là bas, je pourrais retourner à la cour française royale, me jouer de quelques hommes, passe-temps qui m’était favori à l’époque où j’avais rencontré Amycus. J’étais d’ailleurs certaine que c’était ma fougue et ma passion qui lui avait tapé dans l’œil, en plus bien entendu de ma beauté naturelle. Il était temps que je retourne à mes racines et j’étais à présent plus que motivée pour le faire. Je me décidais à me lever. Cela suffisait de se laisser abattre. Ca ne servait à rien, si ce n’était à être encore plus mal. Je regardais l’héritier Carrow et lui dit

Ne penses pas que je vais passer outre ton attitude de ce soir à mon égard. Tôt ou tard je te rendrais la pareille.

C’était un fait indéniable. IL m’avait trainé dans la boue, il m’avait fait faiblir, je me vengerais. Après tout, il me connaissait assez pour s’en douter et j’étais trop « honnête » pour lui cacher. J’en avais assez d’être une telle larve elfe de maison qu’il me fallait me fixer un challenge, un défi et Amycus m’en avait tendu un ce soir

Bien sûr en privé, cela va de soi mon cher ami

En clair, je n’allais pas lui nuire ni dans notre camps, ni dans notre vie « de gentils » bons gens. Je le ferais que lorsque nous serions que deux. Ou alors l’humilierais-je lorsqu’il sera en charmante compagnie ? Je ne savais pas trop encore, j’avais le temps d’y réfléchir. D’ailleurs une idée pointait le bout de son nez sa queue, mais j’aurais tôt fait d’y penser.

En attendant, tu me raccompagnes chez moi où faut-il que je prenne le magicobus ?


http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Lun 2 Jan - 9:00

Bien sûr qu'il était trop tôt. Mais j'avais réussi à arracher un petit rire et un sourire de Krystel. Je souriais à mon tour lorsqu'elle me répondit avec malice. Mais bien vite, son sourire déchanta. Torben devait encore être très présent dans son esprit, et le peu de joie qu'elle arrivait à avoir se transformait en peine.
Lorsqu'elle se leva, la mangemorte avait repris son ton et son regard habituels. Neutres, menaçants. Je les connaissais tellement que cela ne faisait plus d'effet sur mon corps ni sur mon esprit. Krystel, m'assura prendre une revanche sur ce que je lui ai fait subir cette nuit là. Je ne pensais pas qu'elle me le dirait maintenant, aussi je n'y avais pas pensé.
Mais je l'avais effectivement fait faiblir, chose qu'elle détestait. Alors il fallait qu'elle fasse de même. Sauf que mes points faibles avaient changé. Enfin, c'était une question que je me posais à moi même. Etaient-ils toujours les même ? Je ne savais pas. Alors, quand elle m'annonça que cette vangeance se ferait en privée, je la regardais droit dans les yeux, comme si j'acceptais un défi. Tant que ma couverture et ma vie auprès du Lord n'en prenaient pas un coup, ça m'allait. Et qu'elle s'en prenne aux jeunes filles que je côtoyais, aucun problème non plus. Ces filles, je ne les voyais qu'une unique fois. Après soit j'effaçais leurs souvenirs, soit je les virais purement et simplement de chez moi ou alors je transplaner avant même qu'elles aient pu apercevoir mon visage.

Je ne répondis donc pas à ce que Krystel m'affirmait. Juste un regard en coin vers elle. Je me rapprochais de la tombe de mes parents. Eux qui n'en méritaient pas une. Des pensées diaboliques et cruelles venaient à leur rencontre. Je me tournais alors quand Krystel me demandait de la raccompagner. En effet, elle n'allait pas prendre le magicobus. Trop dangereux. Je m'approchais alors d'elle et lui tendis mon bras, avant de partir vers le portail. Mais je ne parlais pas. Je n'avais rien à dire. Alors quand elle m'avait posé la question, j'avais juste fait le geste. Pas de parole. Et Krystel pouvait parfaitement comprendre cet état.
De la main gauche, et tout en silence, je fis un geste avec ma baguette et le grincement de l'antique sortie se fit entendre. J'allais raccompagner la belle jusqu'à chez elle.
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Lun 2 Jan - 20:44



Le mangemort savait très bien à présent à quoi s’attendre avec moi. Nous n’avions certes pas réglé les petits détails, mais nous aurions tout le temps pour le faire plus tard. Là j’étais fatiguée, non harassée par cette journée et je n’avais que d’une chose : rejoindre un lit chaud et douillé. Je m’étais levée et demandais à Amycus s’il me raccompagnait ou non. Ainsi il aurait tout loisir de me poser des questions s’il en avait… Ou de garder le silence comme il le faisait actuellement. Je pris le bras qu’il me tendait, et nous nous mîmes à avancer sans un bruit. En cette heure tardive, il n’y avait personne d’autre que nous dans ce cimetière sorcier qui ne pouvait apparaitre aux moldus. Je n’avais pas choisi pour sûr ce lieu pour son animation, surtout de nuit. Ainsi nous avions pu à loisir nous quereller puis tomber d’accord en toute quiétude. Je n’eus aucun regard en arrière lorsque nous le quittâmes. Je crois que ma mère y est enterrée mais je ne peux pas vous le garantir. J’avais laissé mon elfe de maison s’occuper des formalités. Même dans sa mort, je lui rendais l’indifférence dont elle avait fait preuve à mon égard pendant tant d’années. Qu’elle pourrisse sous une tombe ou dans une fosse commune, je n’en avais strictement rien à faire. Une fois que le portail fut refermé derrière nous, j’arrêtais un instant l’homme pour lui dire

Je prendrais l’avion pour Paris demain. Je dormirais cette nuit au chaudron baveur. Je crois que le chemin de Traverse est sur ta route si je ne me trompe pas.

Il n’existait malheureusement pas d’hôtel de luxe sorcier et il était trop tard pour demander un toit à la famille Black ou Lestrange, avec qui j’avais de bon rapport. Et vu que je ne voulais pas transplaner ce soir et que la demeure de mon maitre se situe loin, je devrais me contenter de ma taverne sorcière. De toute manière je comptais prendre le premier vol pour la France, et je savais qu’il partait à sept heures. Je n’avais besoin que de patienter que quelques heures, et n’étais pas obligée de m’attarder dans un lieu fréquenté par les impurs à leur sang et leur progéniture qui aurait dû être noyée ou tuée depuis fort longtemps. Oh j’aurais pu subtiliser une maison mais je n’en avais pas envie. Comme je vous l’ai dit, je voulais me reposer et non pas aller jeter des sorts à tout va.


http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Jeu 5 Jan - 17:00

" Tu pourrais rester dormir chez moi cette nuit. J'ai suffisamment de chambre vide pour que tu puisses en habiter une le temps de quelques heures. La salle de bain, comme tu le sais, est adjacente à la chambre. Pas besoin d'aller bien loin pour te préparer."

Après tout, il était tard, et le Chaudron Baveur n'était pas un lieu où Krystel devait traîner. Un endroit sûr, ça oui. Et je n'en connaissais pas beaucoup. Chez moi, ma sœur n'était pas là, elle aurait donc tout un étage pour elle, et mon elfe pourra sans problème lui apporter de quoi se nourrir si l'envie de grignoter lui prenait durant la nuit. De plus, elle ne serait pas obligée de me voir. Mais je n’allais pas lui forcer la main. C’était à elle de choisir si oui ou non elle souhaitait habiter quelques temps ma demeure, comme autrefois.
Comme argument, j’avais également le fait qu’elle connaissait les lieux. Que je pouvais l’aider à transplaner rapidement sur le moment, ou encore, si elle préférait marcher, nous y serions dans très peu de temps.

Je m’arrêtais alors et la regardais. Une envie soudaine de la serrer dans mes bras me prit. Mais je restais maître de mes émotions, ne laissant pas ceci déborder. Ne pas la brusquer.
Je me forçais également à éloigner ce sentiment le plus loin de moi. Krystel et moi, c’était fini. Je devais m’y faire. Et essayer de la récupérer. Oui, ce serait possible. Plus tard. Dans quelques mois, peu avant la naissance de l’enfant où elle aura besoin de moi. La séduire, en même temps que le Seigneur des Ténèbres lors de notre mission. Il le fallait. Pour notre bien à tous les deux.
Mes yeux devaient trahir certaines choses, aussi je les baissais rapidement, regardant le sol sale et humide. Je me rendais compte que malgré tout ce que je pouvais faire, je l'aimais encore, et que cet amour ne partira certainement jamais. J'avais beau m'être énervé, l'avoir poussé à bout cette nuit là, je n'en étais pas fier. Je voulais m'excuser, mais ma fierté me l'empêcher.
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   Jeu 5 Jan - 18:02



Je ne savais vraiment pas ce qu’Amycus attendait de moi. Je veux dire pourquoi se montrer à présent aussi complaisant et me reproposer de venir chez lui ? Il m’avait fait clairement comprendre qu’il ne voulait plus rien avoir à faire avec moi et que s’il avait accepté ma requête, c’était parce qu’il avait une dette envers moi, rien de plus. Non je n’arrivais pas à le comprendre et je trouvais cela très perturbant en fait. Pour sûr, j’avais une envie folle de creuser encore et encore mais est-ce que ça en valait vraiment la peine ? Je veux dire, est-ce que ça pourrait m’apporter quelque chose de positif si j’avais le fin mot de cette histoire ? Non je n’en étais franchement pas convaincu. Alors plutôt que de m’entêter pour rien, je laisserais passer les choses sans chercher autre mesure. J’aurais bien assez tôt l’occasion de le découvrir de toute manière vu que je serais amenée à me montrer avec le mangemort et donc à le côtoyer. En attendant il me fallait lui répondre, et il s’arrêta de marcher d’ailleurs, signe qu’il voulait une réponse.

Si tu y tiens…

J’aurais sans doute du dire non. Sait-on jamais qu’il décide de nouveau de se montrer odieux. Cependant cela faisait la deuxième fois qu’il me le demandait, signe évident qu’il voulait m’accueillir chez lui ce soir ? Son manoir était assez grand pour qu’il ne me croise pas s’il n’en avait pas envie et je connaissais très bien les lieux pour y avoir passé beaucoup de temps. De plus, je ne partagerais pas sa chambre – ne manquerait plus que cela – et je serais beaucoup mieux lotie qu’au chaudron baveur avec des femmes et des hommes qui ne méritaient pas d’avoir l’appellation de « sorcière/sorcier ». Je regardais alors l’homme qui semblait comme… Pas en paix avec lui-même ? L’espace d’un instant, je crus qu’il allait s’approcher de moi, mais non. Je m’étais pour sûre trompée. Remettant machinalement mes cheveux en place sur mes épaules –superficielle oui et alors ? – j’attendais qu’Amycus se décide à se remettre en route. Nous n’en avions pas pour très longtemps à pied et la nuit était plutôt douce. De toute manière, je ne voulais pas transplanner alors il n’y avait que cette solution.


http://krystel-la-tyran.labrute.com/







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tic Tac, dans un silence glaciale, Tic Tac...   



Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum