Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Where's my mind [Alice]   Mer 16 Nov - 13:22

    Je n'avais finalement pas pu m'y résoudre. La laisser dans le noir, dans le flou. Je ne pouvais plus me faire comprendre d'elle ni de qui que ce soit qui se situait derrière la barrière, j'en étais certain depuis mon entrevue avec Evey. Cependant, il me semblait important qu'Alice sache. Elle plus que quiconque. Peut être n'était ce encore que le désir éphémère d'un pauvre fou qui allait une fois de plus au devant des déconvenues, mais qu'y pouvais je ? J'étais ainsi. Un jeune fol, avaient dit mes professeurs de Chisinau, ce qui me semblait maintenant dater d'une éternité folle. Cela dit, même moi je ne pouvais pas vraiment soutenir l'idée que j'avais changé. Sous les formes de mes actions, mes motivations profondes n'avaient jamais été guidées que par les mêmes principes, tout au long de mon existence. Inutile de trop en faire. J'assumais pleinement mes actes, même si je ne pouvais pas non plus nier que les remords et les regrets m'attaquaient avec ardeur à chaque instant de mon existence. C'était peut être ce qu'il y avait de plus difficile, dans ma situation. Se rendre compte que ce qu'on avait fait été la seule option envisageable, la seule chose à faire, mais que ce n'était juste pour personne, au final. Ni pour moi, ni pour ma famille. Impossible de réussir à tout concilier ; je n'y étais jamais parvenu et doutais de le réussir un jour. Même aujourd'hui, les tentatives que je faisais de laisser des traces de mon histoire derrière moi n'étaient jamais que le reflet de cette vie passée que j'aimais tant, que j'aurais aimé retrouver, sans pour autant me sentir capable d'y arriver un jour. Pour les traîtres et les criminels tels que moi, aucune rédemption n'était possible. La rémission de mes péchés, même si elle était quelque chose que j'appelais de mes vœux, n'était certainement pas un objectif que je me sentais capable d'atteindre.


    Ce soir, j'allais encore faire une connerie.


    Heureusement que Krystel était absente. Je crois que si elle serait un jour mise au courant de mes petites escapades nocturnes, elle serait capable de me torturer puis de me tuer pour l'affront que je lui faisais. D'autant que le motif de ma sortie de ce soir était plus difficile à assumer et à légitimer que jamais. Retourner voir Alice, enfin pire, aller chez elle lorsqu'elle n'y était pas. Comment pourrais je l'expliquer à la mangemorte, si elle se rendait compte de ma destination ? Je la connaissais assez pour savoir que cela ne passerait pas ; elle ne me laisserait pas la moindre occasion de m'expliquer. Et elle réagirait assez sûrement de manière extrêmement violente. On se battrait encore, mais je savais que cette fois ci, la réconciliation ne serait plus une option. Elle me jetterait, et la dernière chose qu'il me restait de beau et de bon dans l'existence serait une fois de plus balayée par ma témérité. Je ne pouvais pas m'en empêcher, pourtant. J'étais déjà en route. J'observais la maison de la mère d'Alice, dans la nuit. Celle ci était plutôt claire en ce début d'été, on voyait ce qu'il se passait alentours. J'attendis que sa mère aille se coucher et que toute lumière fut éteinte. Je savais qu'Alice bossait au ministère, cet été. Les bruits couraient qu'elle voulait devenir auror. Je ne l'avais pas vu rentrer chez elle au bout d'une bonne heure de guet. J'allais donc lui laisser un courrier, directement dans sa chambre. A l'aide de ma baguette, j'ouvrais la fenêtre de la cuisine, et m'y glissais en quelques dizaines de secondes. Je pénétrais dans la cuisine. La nuit noire avait masqué mes mouvements, et la mère d'Alice dormait bel et bien ; je l'entendais se retourner dans son lit, à l'étage. Furtif comme un chat, je grimpais les escaliers en essayant de ne faire craquer une seule marche. J'arrivais vite, trop vite, dans la chambre de la jeune femme que j'avais aimé. Je restais un long instant, pensif, un peu nauséeux même, devant le lit vide. Je fus brisé dans mes pensées par la porte d'en bas qui claquait doucement. Je me figeais. Punaise, Alice venait de rentrer, ou pire encore, quelqu'un d'autre ! Je passais un instant à réfléchir à toute vitesse à ce que j'allais faire. Je n'avais plus de temps ; j'entendais des pas dans l'escalier. De dépit, je me mettais derrière la porte, espérant de pas me faire voir quand Alice entrerait dans sa chambre...

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Where's my mind [Alice]   Lun 21 Nov - 19:57


    Poudlard était fini. J’avais terminé mes sept années d’école, c’était allé si vite. Poudlard semblait ne jamais avoir de fin, et ce fût de belles années malgré les hauts et les bas. Mais comme toute bonne chose à une fin, il fallait passer à autre chose et continuer de vivre ma vie. Chacun devait prendre sa voie, et ça n’a vraiment pas été facile de décider quel métier faire. Après de nombreuses longues réflexions, j’en suis venue à faire de ma vie cette valeur pour laquelle j’ai toujours voulu me battre, la justice. Je voulais être aurore. J’y pensais déjà avant, mais je n’étais pas certaine de mon choix, c’est si difficile de décider jeune qu’est-ce que nous désirons faire pendant une bonne cinquantaine ou soixantaine d’années ! Enfin, lorsque ma dernière journée d’examens à Poudlard fut terminée, je préparai mes valises, décidée face à mon avenir. Quelques semaines après, on m’attribua un aurore pour m’apprendre plus en profondeur le métier que j’avais choisi. Ce fut Maugrey qui eut la tâche de me montrer son métier. J’étais heureuse que ce soit lui, il était un bon aurore. Dès les premiers jours, j’ai tout de suite su que j’étais dans la bonne branche, j’adorais ce travail. Je passais quand même un peu de temps avec mes proches et mes amis, lorsque je n’étais pas avec Maugrey. J’en avais tout de même pas oublié ce qui était arrivé avec Torben et surtout ce qu’il m’avait fait. Jamais je ne pourrais l’oublier parce que même si j’essayais, c’était un moment des plus marquants. Sans jeu de mots, ce qu’il m’avait fait m’avait laissé une petite cicatrice dans le cou, là où le sortilège m’avait touché juste avant que je brûle.

    Aujourd’hui, j’étais allée avec Maugrey, nous avions une petite mission à accomplir, rien de bien grave puisque je commençais. Nous étions chargés de nous assurer qu’une certaine sorcière était arrivée chez elle en sécurité. En fait, un sorcier avait fait preuve de violence envers elle et pendant que la police magique s’occupait d’enquêter sur le sujet, nous ne devions que la surveiller pour être certain que le sorcier ne la suivrait pas jusque chez elle. Elle était allée à une soirée donc elle est revenue assez tard. C’est pourquoi moi aussi je finissais ma journée très tard en ce samedi soir. Je rentrai chez moi, alors qu’il faisait nuit dehors. Il était tard donc ma mère avait fermé toutes les lumières et était partie se coucher. Lorsque j’entrai dans la maison, je fis attention de ne pas faire de bruit pour ne pas la réveiller. Je montai l’escalier très tranquilement car ma mère dormait à l’étage et j’entrai doucement dans ma chambre. Je fermai la porte, pour étouffer la lumière qui sortirait de ma chambre si je l’aurais laissée ouverte.

    Je sursautai, jamais je ne me serais attendue à ça. Je réprimai un cri, mettant ma main sur ma bouche. J’avais devant moi, et donc derrière la porte, Torben Badenov. Il se tenait dans ma chambre et se cachait alors que personne ne l’y avait invité. Je le regardai avec des gros yeux, tout en sortant ma baguette. S’il essayait encore de me faire du mal, je me défendrais cette fois-ci. Je lui laissai tout de même la chance de m’expliquer ce qu’il faisait ici, dans ma chambre à cette heure si tardive. Surtout qu’il avait essayé de m’éliminer quelques semaines auparavant. Je pointais tout de même ma baguette sur lui, par mesure de prévention.


Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Where's my mind [Alice]   Mar 22 Nov - 14:15

    Je me retrouvais piégé. Je n'aimais pas cette sensation d'impuissance que je ressentais à chaque fois que je subissais ce genre de mauvaise surprise. Non pas que je sois coutumier du fait de m'introduire par effraction chez les gens pour les attendre au retour du travail, mais tout simplement que j'avais désormais une certaine habitude de la clandestinité. Ma pratique de cet aspect avait été parfois très loin. Le meurtre, les rituels interdits. Tout cela, je le connaissais désormais. Cela faisait partie de mon existence d'aujourd'hui. La clandestinité, le crime. Pire en quelque sorte, le terrorisme. On ne peut pas dire que j'étais particulièrement fier de ce que j'étais devenu, mais c'était ainsi. C'était même le moment pour moi de ressortir mon célèbre leitmotiv, adopté depuis pas mal de temps maintenant. Je fais ce pourquoi je suis fait. Le poids d'un destin presque trop dur à supporter. Impossible, même, mais je le faisais tout de même. N'empêche, pour le coup, je me sentais terriblement mal à l'aise. Pourquoi ? Ce n'était pas la première fois que je me retrouvais dans ce type de situation. Peut être parce que je ne considérais pas Alice comme une cible, ou une future victime. Je l'avais déjà fait souffrir, mais je faisais tout d'ordinaire pour ne pas me retrouver face à elle. Je ne savais pas réellement pourquoi. Peut être parce qu'elle symbolisait un passé beau et douloureux à la fois, terriblement tentateur car salvateur, mais je ne pouvais me résoudre à nier les évolutions de ces derniers mois. Nulle retour en arrière véritablement possible pour moi. Un James Potter ou un Sirius Black me tueraient probablement à vue, sans même parler de ce Maugrey Fol œil.


    Je me crispais au moment où Alice passa la porte de sa chambre. L'espace d'un instant, le cœur au bord des lèvres, j'aurais bien pris la tangente, pour m'enfuir par le couloir à toute vitesse pour transplaner avant que l'on se mette à ma poursuite. Mais je n'y parvins pas. Déjà, parce que je n'étais pas franchement rassuré sur mes chances de réussite, mais aussi parce que quelque part, je nourrissais une certaine curiosité vis à vis de ce qu'elle était devenue. J'avais peur qu'en plus de lui en avoir sentimentalement coûté, elle garde de stigmates physiques de mon maléfice infligé près de sept mois plus tôt. Je retenais mon souffle en la voyant se retourner pour fermer la porte. C'est là qu'elle me vit. Je crus un instant qu'elle allait hurler de surprise et de peur panique, mais elle se contint suffisamment longtemps pour placer sa main devant sa bouche. Assez lentement, trop peut être, elle tira sa baguette et la pointa sur moi. Je n'esquissais pas un geste. Si j'aurais voulu l'attaquer, j'aurais eu l'occasion de le faire avant qu'elle se remettre de ses émotions. Je ne l'avais pas fait. Elle, elle ne fit rien non plus. Ne se défendit pas, ne m'attaqua pas plus. Je captais son regard, et je me souvenais maintenant ce qui m'avait longtemps fait chavirer chez elle. Son regard me renvoyait une image de moi même que je n'appréciais pas vraiment, mais je me tenais au fait de ce que j'étais devenu, aujourd'hui.


    Je fis un pas en avant, lentement, et en levant légèrement des mains que je gardais ouvertes, pour montrer que je n'avais pas d'intentions hostiles.



    | Tu as bonne mine, Alice. J'avais peur de t'avoir laissé des marques de notre dernière rencontre. |


    Je m'avançais encore d'un pas, nos corps désormais très proches l'un de l'autre.


    | Je ne suis pas venu te faire de mal. Tu baisses ta baguette, s'il te plait ? Quoique, si tu comptes l'utiliser, tu devrais le faire de suite. Ce sera plus facile ainsi. Et je pense le mériter... |

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Where's my mind [Alice]   Mer 21 Déc - 17:55

    Je n’arrivais pas à y croire. Torben s’était introduit chez moi et était allé jusque dans ma chambre alors que je n’y étais pas. Mais qu’est-ce qu’il voulait ? Pour quelle raison était-il ici ? Je n’en avais aucune idée, mais je savais par contre qu’il était mieux de me le dire. Une autre question me trottait dans la tête, et je dois avouer qu’elle m’effrayait. Que serait-il arrivé si je n’étais pas arrivée ? Il aurait fait du mal à ma mère ? Je n’aurais jamais pu penser cela auparavant, mais comme il avait été capable de m’attaquer, alors je peux dorénavant m’attendre au pire de sa part. Était-il là pour m’éliminer pour de bon ? Après tout, il avait peut-être voulu me tuer l’autre fois à Gringotts… Si c’était le cas, il m’avait manquée et il cherchait peut-être à réparer son erreur. Ou peut-être même qu’il ne cherchait pas à me tuer, mais à me faire souffrir… Assez ! Assez d’hypothèses, il me fallait des réponses tout de suite avant que je ne devienne folle.

    Il ne bougea pas d’un seul cheveu lorsque je levai ma baguette vers lui, juste au cas où. Je n’avais aucunement la force de lui faire du mal, même s’il avait osé lui. Je n’aurais jamais été capable et je ne serai jamais capable de lui faire du mal pour la simple raison que je l’aime encore. Il fit un pas en avant alors que j’eus le réflexe de reculer un peu. Un mélange de peur et de haine se mêlait à mes sentiments qui me restaient malgré tout envers lui. Je ne savais plus quoi faire ni quoi penser. Heureusement, il leva les mains, ouvertes, pour me montrer qu’il n’avait pas l’intention de me faire du mal cette fois-ci. Il me dit que j’avais bonne mine, puis qu’il avait eu peur de m’avoir laissé des marques de ce qui s’était précédemment passé.


    « C’est… c’est ce que tu crois. »

    Ma voix avait été hésitante, je ne sais pas trop pourquoi. Il se trompait, il ne pouvait le voir à cause que mes cheveux la cachaient, mais j’avais une petite cicatrice dans mon cou. De plus, ça m’avait laissé des marques invisibles droit au cœur. Le sorcier s’avança une fois de plus vers moi. Cette fois-ci, je ne bougeai pas. Je ne faisais que le regarder. Il était tout près de moi. Il me dit qu’il n’avait aucune mauvaise intention, puis il me demanda poliment de baisser ma baguette. Il me dit ensuite que si j’avais l’intention de lui faire du mal, de le faire tout de suite, qu’il savait qu’il le méritait.

    « Je ne te ferai pas de mal, moi. Je n’en serais jamais capable, Torben. »

    Décidément, cette soirée allait s’avérer assez éprouvante.
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Where's my mind [Alice]   Jeu 22 Déc - 23:02

[Je précise du coup ici, pour toi Alice et aux éventuels lecteurs, que ce rp se passe avant la disparition de Torben, racontée dans la dernière intrigue. Du coup Lilice, il se peut que je raccourcisse quelque peu ce rp pour coller au plus vite avec ma situation actuelle. ]


    Cette rencontre me laissait étrangement froid, distant. Léthargique, presque. Je renouais avec un passé que j'aurais sans doute mieux fait de laisser de côté. De toute façon, que me restait il, hein ? Pas grand chose, quand on y repensait. Je n'aurais pas dû venir, j'en avais maintenant la confirmation. Cela ne donnerait rien de bon, je le craignais. Je n'aimais plus Alice. Enfin, plus comme avant. Avant, elle avait été l'alpha et l'oméga de mon existence, une bouée de sauvetage à laquelle se raccrocher. Ce n'était plus le cas aujourd'hui. Assez cruellement et de façon assez pathétique, elle symbolisait toutes mes attentes, tous mes espoirs disparus. Elle avait été ma bouée de sauvetage, avant de me jeter à l'eau. Et moi, revanchard, je l'avais crevée, l'entraînant à son tour. Qu'avait elle fait pour mériter le sort que je lui avais infligé ? Elle avait eu le réalisme de me quitter pendant qu'il en était encore temps. Je n'avais pas compris ses raisons, de prime abord. Je lui en avais voulu, à cause de cette incompréhension et tous ces non-dits qui étaient restés entre nous. Je me rendais compte aujourd'hui qu'elle avait pourtant ses raisons, et que j'avais été trop bête pour les comprendre. Sans doute Krystel n'allait elle plus tarder à se rendre compte elle aussi que je détruisais tout ce que je touchais. D'abord mes parents, mes amis, Jana, les anglais que j'avais rencontré, Alice... Celle ci ne m'avait rien fait à part me mettre devant la réalité de mon existence. Je l'avais remerciée en la brûlant sévèrement et en l'envoyant à Ste Mangouste. J'avais constaté avec un certain soulagement qu'elle n'avait gardé aucune séquelle physique de mon agression, mais elle me contredit d'une voix hésitante quand aux autres séquelles que je lui avais infligées. J'étais assez désolé pour elle. Du moins, j'aurais dû l'être, vu que je ne ressentais aucune haine à son encontre. Je ne ressentais rien, pourtant. Peut être un peu de soulagement, et encore, c'était sans doute trop m'avancer. Ma conscience recelait un vide béant.


    | Contrairement à ce que tu pourras penser, je comprends. J'en suis désolé. Tu ne méritais pas ça. Et encore moins de ma part. |


    j'étais un foyer de déception, un initiateur de désillusions. Alice semblait avoir hésité, en tous cas sa voix semblait peu assurée. Pourtant, je ressentais en elle la même force intérieure qui m'avais jadis charmé. Elle se tenait droit devant moi, elle ne reculait plus. Elle n'avait pas été une gryffondor pour rien. Alice me dit qu'elle ne me ferait pas de mal, qu'elle, elle n'en sera pas capable. Touché. Je souriais d'un sourire sans joie.


    | N'est ce pas la raison qui fait que nous nous retrouvons aujourd'hui dans des camps diamétralement opposés ? Tu devras pourtant te montrer forte, tu le sais. On ne peut pas s'engager dans toute cette histoire sans y laisser des plumes. Saches que sacrifier ton innocence ne sera pas cher payer, si tu parviens à sauver ceux que tu aimes. Pour certains, j'en ai bien peur, il est déjà trop tard. |


    Je laissais échapper un petit rire froid, pour montrer que je faisais partie de ces gens pour qui elle ne pouvait plus rien faire.


    | Je suis venu pour te mettre en garde, Alice. Tu es quelqu'un de bien. Et tu as beaucoup fait pour moi, l'an passé. Il faut que tu saches que tu ne peux pas poursuivre dans cette voie sans qu'il ne t'arrive des bricoles. Ce n'est pas une menace, mais un fait. Tu vois comment il m'aurait facile de faire du mal à ta mère, ce soir ? D'autres que moi auront moins de scrupules... |

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Where's my mind [Alice]   Dim 25 Déc - 18:50

[pas de problème ! ♥]


    Oh Torben, comment en était-il devenu celui qu’il est aujourd’hui ? Qu’est-ce qui est arrivé pour que tu changes ainsi ? Malheureusement, je ne crois pas qu’un jour tu me le diras. Je ne sais même pas si un jour quelqu’un va le savoir. Il est certain que la vie n’est pas facile, mais il y a toujours moyen de s’en sortir sans nécessairement faire autant de mal ! Y avait-il seulement quelque chose que je pouvais faire pour changer ce qui se passait ? Pas vraiment, il agissait à sa tête et je ne pouvais rien y faire, du moins, plus maintenant… Depuis que je l’avais laissé, il avait tellement changé ! Peut-être que je n’aurais pas dû ? Mais en même temps, juste de voir qu’il a été capable de vouloir me tuer… Ça fait quand même peur !

    Torben sembla soulagé de voir que je n’avais pas de marque physique de l’attaque qu’il m’avait faite. Je me pinçai la lèvre inférieure. Tout en tremblant un peu, je pris mes cheveux dans l’une de mes mains, puis je les mis tous du même côté. Il pouvait maintenant voir la seule marque de brûlure qui était restée. Puis d’une voix hésitante, j’ajoutai :


    « Là où le sortilège m’a touché en premier. »

    Il ajouta qu’il comprenait que je pouvais être blessée au cœur, et qu’il était désolé. Il me dit que je ne méritais pas ça et surtout pas de sa part. Ma question fusa, je n’eus même pas le temps d’y penser avant qu’elle sorte de ma bouche.

    « Alors pourquoi ? Pourquoi tu m’as fait ça Torben ? »

    Je fermai directement ma bouche, je ne voulais pas lui faire du tort. Mais j’avais tant besoin de savoir. Comment en était-il devenu cet être froid qu’il était à présent ? Il me fit remarquer que c’était pourquoi nous étions dans les deux camps ennemis l’un de l’autre. Nous avions beau être ennemis, mais nous étions là, à parler sans se lancer de sort. La preuve que nous pouvions réussir à s’entendre un peu au moins. Mais je savais maintenant de quoi il était capable, une fois sur le terrain, il n’hésiterait pas à me faire du mal, il faudra que je m’y habitue. Il me dit que j’allais devoir être forte. Je savais que je pouvais l’être, mais devant lui ce n’était pas pareil. Je ne sais pas pourquoi, mais devant lui, une tonne de souvenirs me revenaient et je me sentais perdue. Il laissa échapper un petit rire froid quand il me dit que je pouvais très bien sauver des gens, mais qu’il y en aurait toujours que je ne pourrais pas, dont lui. J’en étais consciente depuis l’attaque de Gringotts, mais je refusais d’y croire. Maintenant, je n’avais plus le choix, il fallait que je me fasse à l’idée.

    Il finit par me dire enfin la raison pour laquelle il était venu me voir. C’était pour me mettre en garde des sorciers qui, contrairement à lui, n’auraient pas hésiter à faire du mal à ma mère. Il fallait que j’utilise ma baguette pour mieux protéger cet endroit, ainsi que je prévienne ma mère de faire plus attention à elle lorsqu’elle n’était pas ici.


    « Merci… et je suis navrée… »

    Navrée qu’il soit devenu celui qu’il était maintenant. Navrée de ne pas pouvoir le changer un peu.
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Where's my mind [Alice]   Lun 9 Jan - 17:55

[HRP : hannnnnnnnnnnn ! J'avais complétement pas vu ! Désolé du retard!]


    Je remarquais non sans être intrigué qu'Alice se prit les cheveux d'une main que je percevais comme tremblante, et elle les dégagea sur le côté. Retenant mon souffle, sachant très bien ce que j'allais voir par expérience, je m'approchais, et je vis la marque. Une marque de peau luisante, une tâche brune dans son cou. Je savais ce que c'était ; je l'avais marquée de ma propre main, alors que j'aurais pu croire que j'avais brûlé au troisième degré l'ensemble du visage. Je ne me retenais pas, et je posais deux doigts sur le contour de la blessure, fixant mon regard dans celui de la jeune femme. Je retirais presque aussi vite mes doigts de son stigmate. Mieux valait cela que se retrouver défiguré, et j'étais quelque part rassuré. Etrange que je porte encore autant d'intérêt pour une fille qui m'avait jeté, et pour celle qui était devenue mon ennemie. L'aimais je encore ? Je la regardais et je m'en faisais pour elle ; je nourrissais des remords pour ce que je lui avais fait subir. J'en nourrissais plus pour cet épisode que pour la torture et la mise à mort de toute une famille de moldus. Non, je pensais savoir ce qu'il se passait dans ma tête. Alice représentait l'image symbolique d'une vie normale qui avait été ouverte devant moi, une vie normale qui n'était plus qu'un rêve stupide et lointain, qui s'était fait la malle à tire d'aile. J'aimerais toujours l'idée que je me faisais de notre couple. Si j'aimais désormais une autre, je n'en avais pas pour autant totalement fini avec mon passé, comme il m'arrivait pourtant de le penser parfois.


    | Tu as eu de la chance de garder pour seule séquelle la petite marque qu'il te reste. Elle ne gâte en rien ta beauté, ils savent faire leur travail à Ste Mangouste. |


    Le compliment n'était pas subjectif ; je savais et tout le monde également, qu'Alice était une des filles les plus jolies de tout Poudlard. J'avais eu la chance de partager sa vie un moment, de partager les mêmes aspirations qu'elle. Je l'avais même emmenée à Paris, manger un soir à l'étage d'un petit bistrot français, sous les combles. Tout aurait si bien marché, si nous n'avions été si différents. La question d'Alice me frappa. Je savais que je devrais en venir là, un jour ou l'autre. Peut être pour permettre aux remords de me laisser enfin en paix, je ne savais pas comment m'expliquer autrement. Je prenais une légère inspiration. Je ne pouvais pas tout lui dire ; cela serait porter préjudice à celle qui constituait désormais ma famille.


    | Je t'ai fait ça parce qu'il le fallait. J'ai toujours poursuivi le même but ; venger mes parents, et faire payer les vrais responsables. Te faire mal à ce point était mon ticket d'entrée auprès de celui qui EST, le vrai responsable. Mais je vais être vraiment honnête. Je t'en voulais, et j'ai cette chose en moi qui me pousse à faire toutes ces choses. Rien n'est plus pareil depuis que mes parents sont morts, et c'est pire quand je suis revenu des combats contre les goules dans mon pays, l'an dernier. J'ai ça en moi, Alice. Ces pulsions, ces choses. Je suis vraiment fou, tu sais. Les journaux ont raison. C'est aussi pour ça que tu m'as quitté, j'imagine, et tu as bien fait. Mais là encore, ce n'est pas l'entière vérité. La vérité, c'est que j'étais tombé amoureux d'une autre femme. Et qu'elle était tombée, à Gringotts. Je l'ai défendue contre tous ceux qui avaient été mes amis. James, Sirius, et même toi. |


    Je m'arrêtais finalement de parler, de peur d'en dire vraiment trop, et je savais combien ce serait néfaste, et pour la poursuite de ma quête, et pour la sécurité de Krystel également. J'étais fou, j'étais inconstant, mais je n'étais pas totalement abruti. Alice réussit à me toucher, lorsqu'elle s'excusa. Je lui lançais un regard compatissant. J'avais presque oublié à quel point elle pouvait se montrer philanthrope et surtout, pleine d'empathie. Je posais ma main sur sa joue.


    | Navrée de quoi ? La seule chose pour laquelle tu devrais être navrée, c'est de ne pas t'être montrée plus rapide que moi, ce jour là. Le reste ne concerne que moi. C'est compris? |

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Where's my mind [Alice]   Lun 5 Mar - 19:17

    [H-J: Hannn c'est moi qui suis désolée ! ]


    Lorsque je montrai ma cicatrice à Torben, cicatrice qu’il m’avait faite lui-même, il s’approcha pour mieux la voir un peu. Je me mordis la lèvre en me remettant à penser à ce jour-là. Il avait été prêt à tout, même à blesser son ancienne petite amie, moi. Il m’avait lancé un sortilège, tout en semblant assez calme. Ce jour était l’un des plus affreux que je me souvienne. Je sortis de mes pensées lorsqu’il posa deux doigts sur le contour de la tâche qu’il avait formée dans mon cou. Au moins, je n’avais gardé que cette cicatrice au lieu de m’en sortir avec la peau tout brûlée. Les médicomages à Ste-Mangouste avaient vraiment fait un travail excellent. Il me fixa et retira automatiquement ses doigts. Lui-même me le fit remarquer, me disant que j’étais chanceuse de ne garder que cette petite séquelle de cela. J’aurais tout de même préféré qu’il ne le fasse pas, qu’il ne me lance pas un sortilège dans le but de me faire du mal. Il me dit que cette cicatrice ne gâtait pas ma beauté. Cela me fit bizarre à entendre de sa part. Notre relation était étrange, elle sortait de l’ordinaire. Nous nous étions aimés, puis j’ai eu des indices comme quoi il voyait ailleurs et je l’ai laissé. Ensuite, il m’a jeté un sort pour me mettre hors d’état de nuire, intentionnellement, puisque nous étions dans deux camps opposés. Et là, nous étions plus que jamais des ennemis, mais nous continuions à avoir un certain lien. J’avais entendu dire qu’il était avec une autre femme, ça ne me faisait pas de mal, mais j’espérais qu’il serait correct avec elle, qu’il ne refasse pas la même erreur qu’avec moi. Malgré tout, je ne pouvais pas concevoir la raison qui l’avait poussé à me faire ça. Il soupira avant de me donner un début d’explication. Il me dit que depuis toujours il poursuivait le même but, celui de venger ses parents. Il enchaîna en me disant qu’il devait me faire mal pour réussir à se rapprocher de la personne à qui il voulait réellement faire du mal. Puis, il avoua qu’il m’en avait voulu. Il ajouta qu’il était fou, que c’était comme une pulsion qui le faisait agir ainsi. Il me dit aussi qu’il était en amour avec une autre, et que mes compagnons de l’Ordre l’avaient blessés et qu’il ne s’était que vengé et défendu. J’haussai les épaules, je le comprenais un peu.


    « Non. Ce n’est pas pour ça que je t’ai quitté. Tu le sais bien pourquoi, je t’avais expliqué ! Je… je ne suis pas capable de savoir que tu allais voir ailleurs alors qu’on était ensemble. Pour moi, la fidélité est une valeur très importante. »

    Il s’était arrêté de parler lorsque je me suis excusée. Il me regarda, compatissant, avant de me répondre. Il me répondit que je ne devais pas être navrée pour ça. Selon lui, la seule chose pour laquelle je devrais être navrée, c’était de n’avoir pas anticipé le sortilège, et de ne pas lui en avoir lancé un avant que lui le fasse. Mais, je me connais, et je ne l’aurais jamais fait. Peu importe dans quel camp il était passé, je ne serai jamais capable de lui faire du mal. Nous avons été bien trop proches pour que je réussisse à faire ça. Je n’étais peut-être plus son point faible, mais il restait l’un des miens. Je ne peux pas concevoir que quelqu’un fasse du mal à une personne qui a été un point important de ma vie, même si ce n’était plus le cas maintenant.
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Where's my mind [Alice]   Mer 7 Mar - 0:00

    J'avais du mal à comprendre la jeune femme qui me faisait face. Je l'avais violemment attaquée, j'avais foutu par terre une année de son existence entre notre relation désabusée qui s'était mal finie, sa blessure et sa convalescence. Et elle ne semblait pas m'en vouloir. Cela me toucha plus que ses gestes, ses paroles ou son attitude. Je ne pouvais pas lutter psychologiquement contre ce genre de constat ; il existait bel et bien des individus totalement désintéressés sur ce monde, et des gens bien. Je n'en avais tellement pas rencontrés dans mon existence, aussi courte soit elle, que cela m'étonnait toujours. Je ne parvenais tout simplement pas à accepter l'idée que des personnes pouvaient combattre pleinement l'attrait des ténèbres et toute tentation malsaine. Je n'avais pas été comme ça, dans cet état d'esprit, en tous cas pas depuis des années. Le brave et bon Torben partit tout seul en croisade pour la vengeance était déjà un être corrompu par la violence de son existence. Avais je déjà fait preuve d'innocence, un jour ? Peut être que oui, quand je me trouvais encore enfant et que je grandissais à mon rythme avec mes deux sœurs et mes parents pour combler tous les besoins affectifs et humains de mon existence. Plus rien ne me satisfaisait aujourd'hui. Chaque pas de plus fait sur le chemin de l'absolution de l'honneur dans la vengeance laissait une empreinte un peu plus ensanglantée que la fois précédente. La nourriture était de cendre dans ma bouche, la boisson et même les meilleurs alcools ne pouvaient combler le vide émotionnel de mon existence. Le seul rayon de chaleur me venait de fait de Krystel. Mais quelle chaleur ? Venait elle plutôt du ciel, ou des entrailles ardentes de la terre ? Bon, ou mauvais ? Rien n'était bon ou mauvais. Rien à part la douce et délicate Alice. Un véritable rempart contre les ténèbres. Décidément, je me rappelais ce que j'avais aimé chez elle. Cet attrait presque irrésistible pour elle, alors qu'elle représentait toute la beauté idéalisée de ce monde. Etait elle cent pour cent désintéressée ? Je n'en savais rien. Je ne voulais pas le savoir.


    Alice m'expliqua ce qu'elle disait être les véritables raisons de notre rupture, de la cassure très nette qui s'était à l'époque opérée de son côté. Je ne savais pas si je devais y lire vérité ou mensonge. A quoi cela servait de remonter le temps de la sorte ? Je lui avais expliqué alors que je ne l'avais pas trompée, sinon d'un baiser dont je n'étais même pas l'initiateur. Je partageais aujourd'hui l'existence de celle qui m'avait tenté à l'époque, je ne le cache pas, mais je considérais de ce côté ci que j'étais bien innocent de ce qui m'avait été reproché. Si Alice s'était un peu plus intéressée à moi, peut être alors que les choses auraient pu mieux fonctionner. Mais je n'avais été le goujat que tout le monde avait dépeint. Assez étrangement, l'idée qu'on me considère comme infidèle me dérangeait beaucoup plus que celle qu'on me juge comme l'un des pires salauds que la terre aie jamais porté. Meurtrier, assassin, oui. Je l'assumais. Infidèle ? Non. Pas à mon sens. Cela avait il seulement encore un peu d'importance. Je soupirais.



    | Je t'ai expliqué à l'époque que je n'étais PAS allé voir ailleurs. Je ne vais plus m'aventurer sur ce terrain miné. Ce qui a été dit l'a été, ça ne sert plus à rien de revenir en arrière. Même si c'est quelque part un peu ce que je fais en venant te voir ce soir. |


    Je la toisais, soudain curieux.


    | Tu ne m'as pas demandé qui était la femme qui m'avait fait changer de camp. C'est curieux. Je me rends compte que tu as vraiment tourné la page. C'est bien. Tu vivras plus longtemps, je l'espère en tous cas. |

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Where's my mind [Alice]   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum