Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Sam 8 Oct - 16:20

Le premier weekend depuis que j’avais reçu la lettre de mon frère, j’avais alors prévenu d’aller lui rendre visite dans les prochains jours. Je n’avais donné aucune précision dans ma lettre quant au jour et à l’heure où je m’y rendrai, je n’avais pas envie que ça soit épiée de quelques manières que ça soit. Nous étions le 9 juillet de l’année 1978, je n’avais rien dit quant à ma destination, je m’étais juste mise à transplaner. Majeure depuis à peine un jour, j’avais le droit à de nombreuses choses. Comme utiliser la magie désormais pour me rendre un peu où je voulais. Profites de ta liberté juste avant de ne pas le pouvoir, oui, j’en profitais à peine le premier jour que je le pouvais. En gros, j’avais envie d’avoir cette liberté, avoir une baguette et ne pas pouvoir vous en servir hors de l’école, ça peut vous paraitre frustrant n’est ce pas ? Et bah, maintenant plus ! Il était vrai que cette sensation de liberté pouvait paraitre trop d’un coup. Mais aussi la surveillance dont je faisais preuve, je n’étais pas non plus dupe, j’étais au courant que des gens devaient m’épier pendant ces vacances, on était en pleine été, les deux sœurs Badenov seules chez elles, il y aurait toute occasion pour que mon frère prenne contact. Alors je priais en mon saint intérieur que tout se passe bien que personne ne me suive.

Si j’avais transplané de chez moi, je n’étais pas arrivée directement chez Krystel, notre fameuse amie, mon amie de l’été dernier comme il l’avait surnommé dans sa lettre. Sans être une de ses proches, et sans connaitre ma vie, je pense qu’il était impossible de déchiffrer ou de comprendre la moindre chose qu’on se racontait dans cette partie. Normal en même temps, il avait joué sur les mots, sur le passé, sur ce qu’on était, bref, il avait eu une grande maitrise de la langue pour me faire passer le message pour qu’il y en ait que quelques uns qui comprennent, en l’occurrence certainement pas le Ministère ou ses fouines qui surveillaient ma vie. Pensaient-ils que j’étais assez stupide pour que j’invite mon frère avec nous ? Oui, bah bien évidemment et puis j’allais le présenter à Harry, Sirius et compagnie. Z’en avaient encore beaucoup des blagues pareilles. J’étais jeune et naive peut être, mais pas stupide et sans conscience du risque. J’étais certainement plus consciente du risque je prenais en ayant accepté cette invitation. Mais il était important que je le vois que j’en sache nettement plus sur ce qu’il était devenu. Et nous pourrions enfin parler plus que par ces lettres sans queue ni tête que nous nous envoyons de temps à autres. Dont une que j’avais failli dévorée, quelle fut son idée de le mettre dans un gâteau, forcément j’allais le manger.

Le château n’avait pas changé, une fois annoncée je pus m’avancer vers l’entrée de la demeure. J’avais oublié toute cette sécurité. C’était donc là qu’il avait logé depuis tout ce temps ? Ici, qu’il avait pu enfin prendre vie, dans cette prison dorée ? Oui, surement, je le savais au moins en sécurité, et puis il ne craignait pas des aurors, le fou qui tenterait de rentrer ici avec un quelconque même de la drôle reine d’Angleterre serait alors immédiatement jeté. Immensité. Je me souvenais de l’été dernier alors. Avançant, une robe blanche qui m’arrivait au dessus des genoux, le soleil brillait encore. Il était vers les quatorze heures, le soleil était le plus haut. L’été avait fait place alors. J’étais devant la porte, rattachant rapidement mes cheveux en chignon sur le haut de la tête, et je frappais à cette porte…
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Sam 8 Oct - 22:18


J’avais réveillé toute ma maisonnée à l’aube et Torben n’avait pas fait exception. Je l’avais tiré du lit à peine le soleil avait-il pointé le bout de son nez. J’avais pris l’habitude de me lever très tôt pour mes shootings photos si bien que cela n’était pas aussi difficile qu’avant de me tirer des bras de Morphée à huit heures du matin. Filant prendre une douche, je l’abandonnais afin de le laisser se réveiller doucement. Une fois prête - c'est-à-dire une heure plus tard - je repassais dans la chambre, et ouvrais les rideaux, sommant le moldave de se lever faute de quoi, je ne l’attendrais pas. Pas très patiente, j’abandonnais le combat avant même qu’il ne fut commencé. Je vins jusqu’à ma cuisine et aboya des ordres aux humains et aux elfes que j’avais sous mon service. Je congédiais les êtres supérieurs dotés de pouvoir magique, pour ne garder que les membres de l’espèce inférieur. J’envoyais une partie de mes « bêtes » nettoyer tout le château et une autre en course, avec une liste de condiments bien précises. Une fois fait, je revins tirer du lit mon époux qui serait sans aucun doute resté dans ce dernier encore une petite heure. Il était cependant dix heures et il était plus que temps de se lever. Nous prîmes un petit déjeuné assez rapide et pas fort calme. Il m’avait prévu quelques jours qu’il avait contacté ses sœurs afin qu’elles viennent nous voir ici. Je n’étais bien entendu pas fort contente. Non pas que Lyra et Hannah me dérangeaient seulement j’estimais qu’il avait pris plus de risques que nécessaire. J’aurais très bien pu les convier moi à venir nous rendre une visite. Cela aurait été moins dangereux que lui les contactant directement. J’étais en colère et il le savait bien. Je lui faisais la tête depuis que j’étais au courant et lui reprochais sans cesse. J’avais pris de grandes précautions pour qu’il soit en sécurité et j’estimais qu’il avait mis cela en péril. Pour sur, ce n’était pas pour me plaire, surtout avec un Maugrey surveillant de manière intensive « mon cas ». Ma mauvaise humeur ne pouvait pour sur pas passer inaperçue. Comme d’habitude je quittais la table sans un mot, sans finir mon repas, les poings serrés, excédés par l’insouciante de celui qui habitait chez moi. Il ne s’agissait pas seulement de lui mais aussi de moi et j’estimais qu’il avait agis comme il l’avait fait de manière on ne peut plus égoïste. Je dois bien avouer que depuis mon entrevue avec mon Maitre, je n’étais plus aussi patiente avec lui que par le passé. Torben me compliquait fortement la vie, encore plus lorsqu’il se comportait comme un imbécile.

Ne voulant plus lui parler, je décidais de m’enfermer dans mon bureau. J’avais de toute manière des affaires à traiter concernant l’héritage des Raybrandt mais également celui des De Caprily. J’avais repoussé cette paperasse depuis trop longtemps si bien qu’elle avait envahi mon bureau. J’en avais pour sur pour au moins quatre heures dans le meilleur des cas et quelque part cela m’arrangeait on ne peut plus. Je me fis servir mon repas dans la pièce, qui était envahie de paperasses en tout genre que je rangeais : une pile pour les choses que je devais payer, une pile de choses que j’allais vendre, une pile de choses dont je me débarrasserais dans un geste charitable –pour dorer un peu plus ma réputation de généreuse donatrice -, une pile d’invitation que je refuserais, une pile d’invitation que j’accepterais, une pile concernant des documents à renvoyer, etc. etc. Etant du genre très ordonné dans mes papiers, je triais tout souvent deux trois fois, d’où le temps que cela me prenait à chaque fois. J’ouvrais du courrier lorsque l’on sonna à ma porte. Ne faisait pas attention je dépliais la lettre que je venais de sortir de l’enveloppe, fronçant les sourcils en lisant le contenu. Je passais à la seconde, examinant avec attention son contenu, essayant d’y déceler une erreur. J’étais en train de réfléchir à ce problème lorsqu’un de mes servants vint me déranger. Je pensais qu’il viendrait récupérer le plateau que je n’avais pas entamé, mais ce n’était pas le cas. Il m’annonça que j’avais la visite d’une jeune demoiselle et je n’eu pas besoin qu’il me précise son nom pour savoir de qui il s’agissait. Je m’attendais plus ou moins à sa venue aujourd’hui. C’était d’ailleurs pour cela que j’avais envoyé des elfes de maison aller chercher le présent que je lui réservais et le gâteau que j’avais commandé pour fêter sa majorité. J’ordonnais que l’on prévienne Torben et gardant la lettre que je lisais à la main, je vins accueillir la jeune Lyra que l’on avait fait patienter dans le hall. Je n’étais pas du genre fort tactile, ni expressive, ainsi me contentais-je de la saluer d’un signe de tête, comme à mon habitude. Je savais qu’elle ne se formaliserait pas que je ne lui fasse pas « la bise » comme on le disait. Non ce n’était pas digne de mon rang et je n’aimais pas les contacts physiques de toute manière.

Dire que c’est une surprise serait mentir. Je suis contente de te voir Lyra. Prenons place dans la grande bibliothèque pour discuter

Lui faisant signe de me suivre – même si elle connaissait déjà le chemin – nous empruntâmes un long couloir pour entrer dans la dernière pièce qui portait bien son nom. La décoration était pour ainsi dire très luxueuse, et il était impossible de compter le nombre de livres de grandes qualités. Où se portait notre regard on pouvait voir des ouvrages. Au plafond se trouvait de nombreuses moulures, et entre chaque étagère de grandes armures d’ancien temps, portant des boucliers aux armoiries Raybrandt, De Caprily, mais également moldave. J’y avais depuis peu fait apposer l’aigle du pays, afin de rappeler dans ce lieu Torben. Il m’arrivait souvent de devoir le cacher mais là, je n’avais pour sur pas besoin de le faire en compagnie de Lyra. D’un coup de baguette magique, je tirais les rideaux pour faire entrer le soleil, tandis que des elfes de maison déposaient trois verres et du thé glacé sur la table. Je m’installais sur mon fauteuil, et fit signe à la jeune femme de prendre place en face de moi, sur le canapé

Quel bon mistral t’amène donc ici ma chère Lyra ? Il y a bien longtemps déjà que tu ne m’as pas rendue visite. Comment donc se passe ton stage au ministère et ta cohabitation avec Hannah ? Tu n’es pas fort bavarde dans tes lettres… Tout va bien au moins ?


http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Dim 9 Oct - 10:07

    Je me doutais que la journée, malgré le bonheur qu’elle éveillait chez moi et l’impatience que je nourrissais à ce sujet, allait probablement être pourrie. Cela faisait des jours que Krystel m’en voulait et me le faisait clairement sentir à défaut de me le faire savoir textuellement. Elle ne me parlait jamais plus que nécessaire, se montrait brusque et énervée. Elle me prenait encore pour un gamin irresponsable. En fait, j’avais remarqué qu’elle avait totalement changé d’attitude depuis ce soir là, où elle avait été rendre visite à notre maître, qui avait requis sa présence. Je ne savais pas vraiment ce qu’il s’était passé à cette occasion, mais l’attitude de mon épouse avait changé du tout au tout. Qu’est ce que ce grand connard avait bien pu lui faire ou lui dire ? Assurémment, il lui avait encore pourri l’esprit avec les immondices qu’il pouvait débiter. Je n’aimais pas cela. Qu’un autre homme que moi ait de toute évidence une forte influence sur l’humeur et le comportement de celle qui partageait ma vie ne me plaisait absolument pas, et cela me donnait encore un peu plus de raisons de le haïr et de vouloir sa mort. Krystel était à moi, et à personne d’autre. Il était tout à fait hors de question de la partager de quelque façon que ce soit, et encore moins avec lui qu’avec tout autre. Cette journée s’annonçait encore plus merdique quand ma femme me réveilla brusquement, sans la moindre considération pour un sommeil évasif que j’avais pour une fois réussit à saisir. Tant pis, autant pour la fatigue. Je restais au lit, repoussant le plus longtemps possible la confrontation sempiternelle de ces derniers temps avec celle que j’aimais, mais celle-ci revint bien vite à la charge. Ne soufflant mot, je me préparais en vitesse alors qu’elle m’avait bien vite abandonné durant le petit déjeuner.


    Aujourd’hui, j’allais revoir mes sœurs, et cela m’emplissait de joie. Je me taillais correctement la barbe qui poussait sur mon menton. Ensuite, je m’habillais d’une chemise gris foncé, d’un jean bleu et j’enfilais ma veste. Je me sentais toujours plus à l’aise avec elle, bien que je savais que ça ne changeait absolument rien. Peut être que la fraîcheur de Krystel à mon égard me donnait l’envie de me mettre en quête d’un peu plus de chaleur, même aussi fictive que celle là, je n’en savais rien. Alors que je finissais par arriver près de l’escalier, j’entendais des voix venir d’en bas, et mon cœur bondit quand je me rendais compte que Krystel discutait déjà avec Lyra, sans m’avoir prévenue de l’arrivée de ma petite sœur ! Etait elle donc à ce point en colère ? Moi en tous cas, je l’étais. Si elle voulait me pourrir ce moment, c’était bien parti. Je m’efforçais cependant tant bien que mal de mettre de côté tout sentiment négatif, sans vraiment réussir, je m’engouffrais dans la bibliothèque, prenant un air faussement nonchalant.



    | Tu aurais pu me prévenir de la venue de Lyra, chérie ! |


    Je me jetais sur ma sœur pour l’embrasser sur les deux joues, avant de la hisser sur ses pieds pour la soulever dans mes bras. C’était si bon de la revoir, et elle avait drôlement grandi et pris en maturité, cela se voyait rien que sur son visage ! Finie, la petite enfant orpheline et perdue, elle semblait adulte. Elle était majeure, cela dit.


    | je suis si content de te voir ! Ca faisait longtemps, et ça a l’air d’aller ! Allez, racontes nous ton année et ce qu’il se passe à Poudlard, après, j’aurais moi-même des choses à te dire. |


    Mine de rien, je vins m’asseoir en biais, sur le bord de l’accoudoir de Krystel, caressant la nuque, le cou et les épaules de ma femme. Peut être pour détendre un peu nos relations ?


_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Dim 9 Oct - 12:41

Accueillie dans le hall, je n’attendais guère quand elle vint me prendre et me demanda de la suivre. Un simple signe de tête en guise de bonjour, je devais reconnaitre la connaitre très froide. Ca ne me dérangeait pas, oh n’allais pas croire j’appréciais beaucoup Krystel, elle était en quelques sortes une de mes sœurs, et je ne m’attendais absolument pas que tout ça allait encore prendre plus officielle qu’officieux. Je m’y attendais pas, et la nouvelle qui m’attendait aller autant me surprendre plus encore que la surprise de ma visite. J’avais cherché à me dépêcher. Je ne pouvais pas partir en pleine semaine un soir, ça aurait paru un peu louche. C’était bizarre. Enfin, j’étais heureuse d’être en ce samedi. Vous savez, il était tellement rare que je me sente aussi heureuse. Aussitôt j’avais pris place sur un des fauteuils. Oui, il était là le troisième verre était mis sur la table. En arrivant dans la bibliothèque j’avais immédiatement levé la tête, pour remarquer qu’il y avait à la fois les armoiries de la famille Raybrandt, mais aussi l’aigle moldave, je souriais en le voyant, je n’étais pas bête ça signifiait sa présence. Les symboles de chez moi, tant de bonnes choses :

« J’étais bloquée tu sais à Poudlard, et puis je ne voulais pas te déranger, tu semblais tant occupée ! Le stage se passe bien, et tout se passe bien avec Hannah… »

Je ne pus finir ma phrase que j’entendis la voix de mon frère, je me relevais d’un coup. Avec un de ces sourires, entre enfant et adulte, j’avais bien grandi certes depuis la dernière fois mais je n’étais pas la seule. J’avais l’impression de voir ses traits dures, quand il me serra dans ses bras, je me sentais revivre, il était vivant. Dieu merci. Il était vraiment vivant, il était là face à moi. Dieu que j’étais heureuse face à cela, que Merlin le protège encore longtemps. J’avais relevé le fameux « chérie », était-ce possible ? Tout l’était, s’il vivait ici en cachette, il y avait une raison, je ne croyais pas que Krystel protégeait mon frère par principe. Bien qu’elle aurait pu bien évidemment ! Mais non, c’était obligé :

« Je suis si contente de te voir, je commençais à me dire ne plus jamais te voir. Mais je vois que tu es en bonne santé, si je ne me trompe ? Oh tu sais la vie à Poudlard a toujours eu son goût d’ennui. Les cours, je passe en 7ème année, Hannah part de Poudlard, je vais me sentir bien seule l’an prochain. Sinon, je n’ai pas tant de choses à te dire, Krystel tu dois être au courant qu’avec Dave, ça s’est terminé. Sinon, j’ai l’impression d’être sans cesse épiée au Ministère c’est une drôle de sensation. Et voilà… Et vous ? Êtes-vous… ? »

Le mot en couple était encore un peu difficile à sortir. J’étais habituée aux petites amies de mon frère, non disons j’étais habituée qu’elle change assez souvent, alors qu’il vive avec une de celles-ci ? C’était leur comportement qui me mettait sur la voie, et le doute de tout ça. Oui… Autant de douceur, et en même temps le petit mot affectif. Bref, tout faisait que je me rendais compte inconsciemment de la chose, sans pour autant vouloir le mettre en évidence tant qu’il n’aurait pas dit les mots immédiatement.
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Dim 9 Oct - 13:32

[HJ : kry voulait que je reposte avant qu’elle n’intervienne]


    Je voyais que la curiosité de ma sœur était titillée par ce que je venais de lui dire. C’est vrai, elle ne savait même pas encore au final, que j’étais avec Krystel. Elle n’était pas au courant jusqu’à quel point je l’étais, du moins pas encore, mais elle était là pour ça d’un autre côté. Je n’allais rien cacher à ma sœur. Il y avait déjà suffisamment peu de choses qui nous permettaient de nous réjouir ces derniers temps sans que l’on gâte encore plus le plaisir manifeste d’être ensembles et de tout se dire. Bien sûr, ce « tout » n’incluait pas tout. Je ne savais pas comment expliquer à ma sœur tout ce que j’avais dû faire ces derniers mois, et il me semblait évident que l’on ne pouvait pas tout aborder au final. Pourtant, j’imaginais connaissant Lyra, que le sujet viendrait forcément sur le tapis, et que l’on ne pourrait malheureusement pas y faire grand-chose. J’aviserais à ce sujet le temps venu, inutile de me faire du mouron aussi vite pour finalement pas grand-chose ; je n’allais jamais mentir à ma sœur, sauf en ce qui concernait mes motivations véritables. Cela la mettrait en danger, augmenterait la pression sur mes épaules, sans compter que Krystel apparaîtrait bel et bien comme une traîtresse aux yeux de notre seigneur. Quoiqu’il ne soit, Lyra semblait réellement heureuse de me voir, et c’était un plaisir tout à fait réciproque ; je n’aurais imaginé que ma jeune sœur puisse autant me manquer, à dire vrai. Elle me dit qu’elle avait pensé ne jamais me revoir. Une ombre passa sur mon visage. Devais je lui confier tous les doutes qui imprégnaient sans arrêt mon esprit ? Des doutes sur ma vie, sur le chemin que je prenais, sur tout ce qui faisait ma vie aujourd’hui. Je décidais cependant de ne rien dire de plus à Lyra sur ce sujet, tout avait été mis en place pour qu’un jour, elle puisse savoir.


    | Je me suis souvent dit la même chose, depuis la Moldavie. Mais ne t’en fais pas. Si l’inaction me pèse, Krystel fait en sorte que tout aille bien pour moi, même si cela ne lui rend pas la vie plus facile, crois moi. |


    hop, façon détournée de m’excuser devant Krystel pour l’imprudence de l’invitation à mes sœurs, et de lui montrer aussi, une fois encore, à quel point je me considérais moi-même comme un poids mort dans son existence. Oui, elle avait raison, Hannah quittait Poudlard ; je ne savais pas encore ce qu’elle comptait faire, et je n’avais d’ailleurs eu aucune réponse à mon hiboux. Mais je ne gâtais pas ce moment avec Lyra. Si Hannah avait décidé de ne pas venir, je pouvais le comprendre, même si ça me meurtrissait. Je me frottais les mains quand elle me parla de Dave, je n’avais jamais apprécié ce pâle type. Ma rencontre avec lui avait elle joué ? Lyra n’était pas obligée de le savoir, cela dit. Je n’étais pas certain qu’elle apprécie que son grand frère continue de la protéger dans l’ombre en éloignant ses petits amis potentiels. Elle demanda finalement si Krystel et moi étions en couple. Je souris jusqu’aux oreilles.


    | Oui je comprends, tu es d’ailleurs effectivement surveillée, mais à l’abris quand tu es ici. Je suis pas mécontent que ce soit fini avec Dave ; ce type ne te méritait pas. Tu ne fais plus ce genre de bêtise désormais, hein ? finis je en riant. C’est même que ça, petite sœur. C’est pour ça que je t’ai fait venir aujourd’hui. J’ai demandé à Krystel si elle voulait devenir ma femme, et elle a dit oui. Vous allez être belles sœurs, dis toi ! |


    Le plaisir que je ressentais à annoncer la nouvelle était manifeste, restait à voir les réactions de ma chère et tendre.


_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Dim 9 Oct - 15:52


Lyra n’eut pas franchement le temps de me répondre. A peine avait-elle commencé de parler que Torben fit son entrée. Il avait été prévenu plus vite que je ne l’aurais pensé, si bien que je n’avais même pas le temps de parler juste en tête à tête avec sa petite sœur. Quelque part j’étais déçue, mais je me retenais bien de le montrer. Après tout la jeune femme n’était pas ici pour me voir, mais bel et bien son frère. C’était lui qui avait été sa motivation pour venir et non moi. Non je n’éprouvais aucune jalousie aucune. Après tout je n’étais personne dans la vie de la jeune femme. Cela est juste une réalité, un constat. Je gardais ainsi le silence. Il n’était pas question que je m’immisce dans leur relation. D’ailleurs je ne pouvais m’empêcher de me sentir mal à l’aise entre eux deux. Ils avaient besoin de se retrouver seul à seul. Plongée dans mes pensées, je ne fis pas attention aux gestes d’affection de Torben. Je ne me souvenais plus de la colère que je ressentais à son égard, ayant autre chose en tête. Je levais mon regard vers lui lorsqu’il prononça mon nom. Je voyais dans ses propos une façon détournée de s’excuser. Il savait très bien que je lui en voulais de s’être montré aussi imprudent. Cependant je n’étais pas femme à me contenter de cela. Je stoppais sa main de telle manière à ce qu’il comprenne que je n’avais pas envie qu’il continue ainsi. Je ne voulais pas faire comme si de rien n’était. J’étais trop entière pour cela après tout et il le savait très bien. Il connaissait chaque aspect de ma personnalité, aussi bien les bons côtés que les mauvais. Lorsqu’il annonça à sa sœur qu’il m’avait demandé en mariage et que j’avais accepté, je ne fis pas même un sourire. Au lieu de cela je me levais et dis

Je reviens.

Sans dire autre chose, je m’en allais de la pièce. Je me rendais dans ma chambre, laissant frère et sœur se parler tranquillement, de tout ce qu’ils avaient à se dire. Je ne m’aperçue qu’une fois que je cherchais récupérer le cadeau pour Lyra que nous lui avions choisi que j’avais laissé la lettre sur mon fauteuil. Je ne pus m’empêcher de me mordre la lèvre inférieure, espérant que mon époux n’ira pas un jeter un coup d’œil. Récupérant l’écrin je redescendais rapidement jusqu’à la bibliothèque. Finalement je ne m’étais absentée que l’espace de cinq minutes. Craignant le pire, je ne regardais pas en direction de mon fauteuil si mon courrier était toujours présent. Je posais l’écrin devant Lyra, lui fit un sourire avant de lui dire

C’est de notre part. En espérant que cela te plaise. Mais avant de l’ouvrir…

Je tapais une fois dans mes mains et deux elfes de maison apparurent, portant sur un grand plateau un immense gâteau d’anniversaire, sur lequel trônait dix sept bougies. Ce n’était pas tous les jours que l’on obtenait la majorité sorcière. Ainsi, il fallait faire les choses dans les règles de l’art. Non pas que c’était mon genre, bien au contraire. Mais là, il s’agissait de Lyra et ce n’était pas la même chose. Je m’étais prise de sympathie pour la jeune femme et elle faisait partie des très rares personnes que j’appréciais. Restant debout, j’agitais ma baguette et les bougies sur le gâteau s’allumèrent.

Allez souffles et n’oublie pas de faire un voeux !

Finis-je par lui dire avant de reprendre ma place, ne pouvant m’empêcher d’être soulagée et de le montrer en récupérant la lettre qui n’avait pas bougé d’un pouce. Tout à l’heure, mais pas maintenant. Je la posais sous ma tasse, sur la table basse et nous servais du thé, en attendant que la jeune moldave déballe le présent que nous lui avions fait. Il n’avait pas été facile avec Torben de se mettre d’accord sur ce dernier. Nous avions du faire un compromis entre l’ostentatoire et le symbolique. En ouvrant le coffret, la serdaigle découvrirait une chaine une or blanc, au bout de laquelle se trouvait un médaillon. Dans ce dernier trônait une photo de la famille Badenov, souriant et lui adressant un signe de la main.


http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Dim 9 Oct - 16:24

Je ne m’attendais en rien à la nouvelle qu’il venait de m’annoncer. Et puis je ne fis que sourire, genre le sourire qui présageait que j’avais certainement laissé Dave, mais ça ne voulait pas autant dire que j’étais encore célibataire. Oui du fil à retordre depuis que j’avais passé le stade de l’adolescente frivole. Maintenant je tentais difficilement de garder une relation stable. Des échecs jusqu’à maintenant je le reconnaissais. J’étais bien trop heureuse de voir mon frère se marier enfin et donc de prendre des initiatives malgré que… Le fait était là, il ne pourrait pas vivre pleinement son mariage qu’en restant enfermée ici. D’un autre côté, ça mettait beaucoup de joie dans mon cœur, autant que dans ces temps si sombres, nous avions besoin de bonnes nouvelles, et c’était ce genre de bonnes nouvelles que j’avais souhaité entendre. Ca donnait un peu de réel, et enfin un peu de bonnes nouvelles dans la famille Badenov. Sauf que Krystel… Ne semblait pas tant ravie que ça à cette annonce, aucun sourire, aucune chose si ce n’est une parole. « Je reviens. » Je ne savais pas, je regardais mon frère avec un sourire, et ne préférant pas revenir sur ce que j’avais vu, après tout ce n’était peut être qu’une petite passade, à quoi bon s’y faire attention :

« Oh mais en voilà une de bonnes nouvelles. Enfin ! Je suis tellement heureuse que toi et Krystel, enfin pour toi et Krystel. Et qu’elle devienne ma belle sœur, j’en suis encore plus ravie ! Elle est si bonne avec notre famille depuis deux étés que je suis heureuse qu’elle devienne une des notres. Tu ne pouvais pas me voir plus ravie ! »

Il savait parfaitement à quoi je faisais allusion, quand je lui parlais de la bonté de Krystel. J’avais naturellement repris ma langue maternelle, une fois le départ de Krystel, à quoi bon parler anglais, quand nous étions deux moldaves dans la pièce.

« Je ne fais plus de bêtises maintenant. Et puis, je suis avec quelqu’un de bien, du moins pour une fois je pense. »

Je lui avais annoncé pour mon nouveau couple, ce n’était qu’une amourette disait-il, j’en étais consciente, je ne savais pas où tout cela pouvait nous mener avec Harry, mais au moins, je me sentais un peu en liberté et à la fois en sécurité. Le seul défaut étant qu’il avait attaqué la Ministre de la Magie, je devais reconnaitre que vu mon travail en ce moment ma relation avec Harry ne devait pas être bien perçue par Dana. Krystel revint presque aussitôt avec un cadeau, je n’eus pas le temps de parler qu’elle fit également apparaitre un gâteau avec 17bougies, non, pas besoin de les compter, elle savait bien mon âge en tout cas (ou du moins Torben le savait lui ) Je souriais, bien surprise.

« Il ne fallait pas vous donnez tant de mal. C’est bien trop. »

Je soufflais après un vœu bien à moi. Puis réouvrait les yeux d’un coup, les dix sept bougies s’étaient éteintes, j’ouvrais alors le coffret dans ma main. Récupérant la médaille, et la chaine. Je posais la boite sur la table, et je m’assis alors. Ouvrant le pendentif, je découvrais une photo de ma famille. Nous étions alors jeunes, je ne devais pas avoir plus que 14 ans sur les photos. Je ne pouvais pas m’empêcher de ressentir une boule au cœur. Je me repris rapidement, non je n’avais pas le droit de penser à ça le jour de mes 17 ans, encore moins le jour où je revoyais enfin Torben. J’avais tellement attendu. Je me reprenais rapidement, et adressant un sourire à mon frère et ma belle sœur donc (vu qu’elle était officiellement en train de le devenir.) Je dis :

« C’est magnifique. Merci, à vous deux. C’est bien trop, il ne fallait pas. » Dis-je avec un sourire une nouvelle fois, et en allant déposer un baiser sur chaque joue de mon frère et de ma belle sœur. Peut être n’aimait-elle pas les contacts physiques, que je devais au moins la remercier d’une manière. On ne pouvait toucher mieux au niveau cadeau.
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Dim 9 Oct - 18:23

    Bien sûr, il fallait qu’elle gâche tout. Stoppant ma main avec la sienne, je me soumettais à son autorité. Si elle était de si méchante humeur pour refuser même que je la touche, franchement, je ne voyais pas la peine de faire des efforts. C’était incroyable, comment pouvait elle me repousser de la sorte ? Impossible, mais vrai. Elle me rejetait, et devant ma sœur, en plus. Le message était clair. Je ne montrerais plus aucune proximité avec elle jusqu’à ce qu’elle ne fasse le premier pas. J’étais peut être fou d’elle, mais je n’avais pas pour ambition à me faire piétiner dans la boue pour sa seule fierté. Je n’étais pas de cet acabit. J’étais bien incapable de passer outre les meurtrissures, et Krystel ne cessait pourtant de m’en infliger ces derniers jours. A croire qu’elle voulait remettre en question tout ce que nous avions tant peiné à construire entre nous. Ecoeuré, dégoûté, je serrais un instant la mâchoire, avant de souffler un bon coup. Ce fut pire en fait, quand elle annonça qu’elle revenait. Ok, génial, si je te gêne je dégage. Incroyable, je me sentais fébrile tant la colère commençait à m’étreindre. Je la laissais partir sans la retenir ou chercher à comprendre. Quoiqu’elle fasse, elle ne parviendrait pas à me pourrir totalement la journée, je m’y refusais. Alors, je reportais mon attention vers Lyra, qui elle, semblait toujours aussi joyeuse. C’était toujours ça de pris. Si elle aussi aurait tiré la gueule, je crois que je serais reparti me coucher. Journée de merde pour journée de merde, autant profiter du sommeil que j’arrivais à gagner ces derniers temps. La joie de vivre de ma sœur ne se ternit qu’à peine quand Krystel partit ; je savais qu’elle était un peu gênée, mais elle savait aussi que la française avait son petit caractère. Reprenant en russe, je lui répondais dans la même jargon, retrouvant le sourire.


    | Oh, on a nos hauts et nos bas bien sûr, tu comprends, j’ai pas de boulot, je suis recherché… Et elle, elle doit gérer toute la pression de son travail et du ministère. L’inactivité me pèse, et ça peut provoquer quelques brouilles. Mais sinon, tout va bien. Crois moi, j’en étais le premier étonné. Mais si je suis intervenu à Gringotts, c’était pour elle. Tu comprends, quand je l’ai vue tomber sous un Doloris, j’ai compris que je ressentais des choses très fortes pour elle… |


    Je ne me justifiais pas et j’évoquais à peine les évènements horribles que j’avais commis, mais il me semblait clair que Lyra devait savoir que je n’avais pas agi sur un coup de tête. Cependant, je restais sous le choc de la nouvelle quand elle me dit qu’elle était avec quelqu’un d’autre. Je fermais un instant les yeux. Lyra…


    | Bon petite sœur, t’es majeure maintenant, mais c’est pas franchement une bonne idée. S’il est tué demain , tu feras comment ? Et s’il te met en danger, plus que je ne t’y ai mis moi-même ? Qui c’est, déjà. Je n’ai pas le droit de t’interdir de le fréquenter, mais j’ai besoin de le savoir. |


    Pour savoir qui massacrer (au sens littéral) s’il arrivait la moindre petite chose à ma sœur. Je n’étais pas un enfant de cœur. Je ne l’avais jamais été, et j’étais devenu pire que tout ces derniers temps. Presque aussitôt, Krystel revint avec un cadeau et un gâteau, pour célébrer la majorité sorcière de la dernière des Badenov. Je regardais le cadeau qu’elle déchirait, et vint me positionner derrière ma sœur. Je savais ce qui lui était offert ; la photo était tirée des rares choses que j’avais pu tirer des décombres calcinés de notre maison, avant d’entamer sa reconstruction. Reconstruction avortée, vu que j’étais ici plutôt que là bas. Mon cœur se serra quand je revis nos parents, et nous trois, souriants. Jamais plus rien ne serait comme avant ; j’en avais la certitude et l’expérience depuis ce jour maudit où tout m’avait été retiré. Je fermais les yeux et me détournais, pour retourner me rasseoir. Avant d’y parvenir, je vis une lettre ouverte laissée sur le côté de la tablette. Curieux, je vis Ste Mangouste, avec le tamon de l’höpital. Je pris le courrier, pensant qu’il s’agissait peut être de mes papiers égarés depuis mon intervention voici un an. J’avais mis un de ces bordels dans la maison avec toute ma paperasse, durant la rédaction du testament… Mais les deux lignes que je lus me figèrent. Mon cœur rata une succession de battements, alors que je gardais la bouche grande ouverte. Sans même m’en rendre compte, je lachais le courrier, qui voleta jusqu’au sol. Je me tournais vers Krystel.


    | C’est vrai ? |


    J’étais blanc comme la mort, et j’attendais une réponse…


_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Mar 25 Oct - 19:31


Lyra semblait être en forme. Je ne vous cachais pas que cela me soulageait. Je n’avais plus vraiment de temps à lui consacrer entre Torben et mon emploi. J’avais fort à faire et j’étais devenue distante avec elle, tout en essayant de garder quand même un maximum de contact. Mon époux - contre qui j’étais encore en colère - m’avait chargé de le faire un an plus tôt et je n’avais toujours pas rompu notre « pacte ». Je m’étais laissée aller à apprécier ses sœurs, et à les considérer comme des personnes à protéger. Non, je ne me voyais pas comme leur grande sœur ou membre de leur famille – même si à présent c’est le cas – mais plus comme un mentor veillant sur leur bien être qu’elles soient heureuses et ne manque de rien. Je ne pourrais jamais leur offrir l’affection que leur portait leur frère, je n’étais pas faite ainsi. Même portant le nom de Badenov, Torben restait mon seul lien avec leur famille. Je n’avais jamais appris à avoir des proches, et c’était déjà bien assez dur comme ça de vivre avec un homme et de faire des concessions. Pour sur, de toute ma vie, je n’en avais fais. Le moldave était quelqu’un dans la même trempe que moi, c'est-à-dire avec du caractère. Notre relation était loin d’être un ruisseau tranquille et nous ne comptions plus nos prises de bec. Il fallait être maso pour me supporter au quotidien, comme il fallait l’être pour vivre au côté de Torben. On était finalement à la fois si différents et si semblables.

Je reviens bien vite dans la pièce, apportant à la serdaigle un coffret contenant son cadeau. Un gâteau avec dix-sept bougies l’attendait également, et je suis contente de voir que la jeune femme était surprise mais contente. Je lui fis un sourire tout en nous versant deux tasses de thé – je savais que Torben détestait cela – et un verre de whisky pur feu – pour l’homme donc - . Je me réinstallais sur mon fauteuil, posais la lettre de Ste mangouste sur un coin de table et regardait Lyra souffler ses bougis puis ouvrir son cadeau. Elle fut rejoint par Torben qui se plaça derrière elle. Il ne manquait dans le tableau qui s’offrait à mes yeux qu’une personne : Hannah. Grande absente et cela n’allait sans doute pas aller en s’améliorant. L’ainée fille des Badenov ressemblait fort à son frère et n’avait en tête qu’une idée : venger les siens. Non pas que je critique cela, marchant également à ce carburant. Disons juste qu’elle en oubliait ceux qui lui restait et que cela lui poserait des problèmes plus tard. Sa petite sœur avait besoin d’elle après tout. D’ailleurs en parlant de Lyra, je ne m’attendais pas à ce qu’elle vienne m’embrasser pour me remercier. De simples mots auraient suffit largement. Je n’aimais pas la proximité des autres, surtout lorsque je ne mis attends pas le moins du monde, comme maintenant. Je n’ai qu’une seule envie : punir la personne qui a osé me toucher. Pour sur, je ne pouvais pas me montrer comme telle envers la jeune sœur de mon nouvel époux. Je pris sur moi, et me contenant, je ne vu que trop tard le geste de Torben qui s’empara de MA lettre. Ok nous sommes mariés. Ok je n’ai rien à lui cacher. Seulement lorsqu’il s’agit de mes affaires je n’aime pas qu’on y mette le nez dedans sans mon autorisation. C’est comme pour les contacts physiques. Je récupérais le courrier, mais il était trop tard, le mal était fait.

Il s’agit là de mon courrier et je te serais gré de respecter cela. Et ce n’est franchement pas le moment d’en parler. Je te rappelle que ta sœur est là, sur TA demande

Lui dis-je sans desserrer les dents. Je ne lisais pas les parchemins qu’on lui envoyait, il n’avait pas à lire les miens. Je ne pu m’empêcher de faire une allusion quand au fait qu’il avait invité Lyra et ne m’avait pas laissé m’en charger. Il avait mis notre sécurité en danger, pour une simple lettre, que j’aurais pu écrire moi-même. C’était stupide et inconscient pour action. Tout comme le fait de vouloir s’en prendre à notre seigneur qui n’était pas dupe. Ce dernier me l’avait bien fait savoir lors de notre dernière entrevue.


http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Mer 26 Oct - 20:04

Si j’intervertissais très bien les deux langues entre Krystel et Torben, il m’était par contre très difficile de me remettre immédiatement à l’anglais quand elle revint. Ma discussion avec Torben avait tourné alors autour de sa relation avec Krystel, il ne m’en évoqua pas tant que ça, mais juste assez pour que je comprenne, je ne dirai rien après tout, si à cette époque ça aurait été Dave, je me serai jetée dessus, ou alors Harry désormais, qu’est ce que je ferai le jour où Harry serait confronté face aux Mangemorts et si je suis dans le camp adverse. En sachant que maintenant Torben se trouvait chez les Mangemorts, un dilemme auquel je ne préférai même pas penser, en fait c’était trop compliqué avant même d’y penser. Alors quand j’y serai je pense j’aviserai, et je verrai alors à qui je tiens le plus, même si je n’étais pas apte à choisir. Comment choisir entre sa famille et son petit ami ? Vous me direz votre choix est vite fait, je verrai bien vite s’il serait vite fait, après tout j’y serai bien confrontée, je savais qu’Harry combattait Voldemort, il me l’avait presque sous entendu la dernière fois, et je n’étais pas stupide, il voulait m’offrir un monde meilleur, il n’allait pas valoriser les Mangemorts. Puis, la question fatidique à propos de l’identité de mon petit ami :

« Tu l’as bien fait pour Krystel non ? Imagine les risques qu’elle prend pour te protéger, je lui en suis redevable bien sur je ne dis pas le contraire. On a le droit de profiter, on ne vit pas en ermite parce que… Parce qu’un monde est en train de voler en l’air. Je veux profiter de ma jeunesse, ne pas me sentir prise au piège. J’ai 17 ans, je suis majeure mais mature, je sais où est le danger, je le suis déjà tu sais. J’ai grandi depuis Kienbaüm, Chisinau et la Moldavie, ça fait deux ans, je suis consciente de mes choix, alors je te demanderai juste de ne pas t’en mêler, je te connais, je ne me fais pas d’illusion, surtout quand je sais tes relations avec son groupe d’amis. Et avant un cri, non je ne sors pas avec Black. C’est Harry Over, il est sorti de Poudlard cette année. »

Et je serai bien gardée de lui dire ses futures études, j’avais plutôt dit le pire avant le moins pire, après tout, j’aurai pu dire Potter avant et puis Over, mais… Là je pense qu’il m’en aurait fichu une de me foutre de lui. Je lui avais tout dit en Russe, bien évidemment juste avant que ma future belle-sœur soit alors parmi nous, j’avais inconsciemment fait ce que je n’avais jamais osé avant ce jour. Je lui avais montré mon affection, déjà que j’étais une fille petite qui faisait des câlins à tout le monde, alors autant dire qu’il était difficile pour moi que de ne faire semblant de ne pas être affective. Je m’étais accommodée, sauf que là, ça avait été comme un évènement de trop. C’était un beau cadeau, j’étais jeune une vraie gamine, j’avais treize ans, ou quatorze ans, juste quelques années avant le massacre, c’était la meilleure des photographies que j’avais eu, que j’avais comme souvenir, elle était dans le hall d’entrée.

C’est soudain que la dispute conjugale éclata suite à la découverte d’une lettre je ne sais même pas ce que ça comportait, je ne savais pas ce que c’était, mais juste pour ne pas entendre leur dispute je me mettais alors les mains sur les oreilles deux minutes, jusqu’à entendre les paroles de Krystel qui me firent ouvrir les yeux. Sur à la fois l’insécurité de Torben mais aussi ses innombrables bêtises, imbécilité ?


« Torben, s’il te plait pas aujourd’hui, vous pourrez reprendre cette discussion un autre jour. »
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Mer 2 Nov - 21:25

    Ma petite sœur allait enfin me lacher le morceau. Quelque part, savoir qu'elle était avec quelqu'un me dérangeait fortement, mais qu'y pouvais je ? En fait, je me focalisais sur tout ce qui m'évitait de penser aux mains et aux lèvres, sans parler d'autres parties du corps d'un fieffé imbécile, parties qui ne manqueraient pas de toute évidence de se retrouver sur Lyra. Sacré nom de Merlin, je n'aimais pas du tout ça. Mais elle était assez grande maintenant. Si je ne voulais pas risquer qu'un jour elle m'envoie me faire foutre, je n'avais pas le choix. Elle m'expliqua qu'elle voulait profiter de sa propre existence. Je n'avais pas le droit de lui retirer ça, même au nom de tous les bons sentiments du monde. Je ne serais jamais qu'un connard manipulateur et tyrannique que de lui retirer tout ce qui pouvait la rendre elle même heureuse. Je ne voulais pas de ça. Et Lyra avait prouvé sa maturité et sa force de caractère en supportant de façon relativement stoïque la relation plus qu'inconfortable dans laquelle je l'avais plongée. Ma petite sœur devenait grande, adulte. Indépendante. Et encore plus vis à vis de moi. Je pouvais continuer à la protéger, mais je ne pouvais en aucune façon prétendre à la contrôler, ce serait vécut de façon bien trop dramatique pour elle comme pour moi, au final. Elle m'apprit que je ne m'entendais pas avec les amis du type. Qui, Black ? Mon dieu, je crois que là c'eut été la goutte qui aurait fait déborder le vase. Je ne voulais pas du tout en arriver là, mais Lyra me détrompa bien vite en me sortant un nom. Harry Over. Un petit maigrichon à lunettes, de souvenir. Lui, qui essayait de fourrer ses sales pattes sur ma petite sœur ? J'avais du mal à le croire. Mais présentement, et assez malheureusement, j'avais des soucis plus importants en tête que celui de simplement corriger ma sœur. Celle ci ne perdait rien pour attendre cependant, et j'escomptais bien des explications. Mais là, ma femme m'avait enfoncé un stylet barbelé en plein cœur. Vous connaissez, ces douleurs tenaces et terribles, qui perdurent et qui laissent un goût amer rappelant vaguement la trahison et la duperie ? Eh ben voilà. J'y suis.


    Krystel ne me répondit pas de suite, et me reprit assez brusquement le papier des mains. J'allais vivement rétorquer avant de me retrouver un peu bête. Je n'avais pas encore assimilé pleinement l'information, mais la réaction de Krystel après avoir lu ce bout de papier m'avait plus que décontenancé. Elle me répliqua des paroles méchantes, blessantes, non seulement brusques mais même carrément brutales. Qu'avais je fais ? Je ne le savais pas. Elle disait toujours qu'elle n'avait rien à me cacher. Rien à me cacher, sauf ça ? Je fermais mes poings sous l'effet de la colère, colère noire qui faisait trembler mes membres, et claquer doucement mes dents. Je fermais la mâchoire, contractant les muscles de mon visage en une attitude fermée. Je contenais à grand peine la rage noire qui pourtant faisait couler de la glace dans mon cœur. Jusqu'à ce que Lyra ne tente de désamorcer le conflit, mais c'était trop tard, ce fut la goutte qui fit déborder le vase. Je m'asseyais. Plutôt, je me laissais tomber dans le siège. Me concentrant sur la nouvelle plutôt que sur l'attitude ingrate et vraiment méchante de celle que pourtant j'aimais. Ce n'était pas vrai, pas maintenant ! Comment allais je pouvoir continuer sachant cela ? Mes pauvres parents, que diraient ils ? Je me sentais en plein désarroi, rongé par le doute. Pourtant, mes tripes étaient toujours à leur place. La nouvelle m'emplissait aussi d'une certaine fierté. Tout aurait pu être si beau, si bien, si Krystel n'avait pas réagit de la sorte. Je me levais et allais vers Krystel. La pauvre Lyra ne devait pas comprendre grand chose. Je prenais les mains de ma femme dans les miennes.



    | Considères moi comme le dernier des débiles si c'est ce que tu veux. Mais je ne suis pas aveugle. Ca t'affecte. Si... Si c'est à cause de ce que tu as vécu avec Amycus quand tu es venue me voir ce jour là, je comprends. Je sais que ça ne doit pas être facile. Ca ne l'est pas. Mais il faut que nous, on en parle. On avait dit qu'on serait toujours honnêtes, l'un envers l'autre, tu te souviens ? Je suis un imbécile, mais je n'ai pas peur. Dis moi ce que toi tu veux, et je le ferais. Je te suivrais. Tu sais ce que moi je désire, et ce que je désire, c'est toi. Dis moi... |

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Dim 20 Nov - 18:53


Torben compliquait tout. A croire qu’il ne savait pas faire les choses simplement. Il y avait tout d’abord eut cette lettre envoyée à Lyra, qui nous faisait prendre à tous un très grand danger et maintenant, il fourrait son nez dans mon courrier et voulait absolument en parler. Mais bien sur, et [stirke] la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’alu[/stirke] Morgane était une fabuleuse pâtissière qui s’est illustrée dans ce domaine ! Mais bien sur ! Par les cornes de Satan, nous étions là pour célébrer l’anniversaire de Lyra et non pas pour parler d’autres choses. Il avait pris de grands risques en la faisant venir ici de lui-même et à présent il l’ignorait complètement. Je ne pouvais pour sur pas le féliciter. Surtout qu’avec les projets d’Hannah, sa jeune sœur devait se sentir un peu seule. L’ainée fille des Badenov avait pour projet d’intégrer une université magique, qui se trouvait à Salem. Gardant le secret tant que son inscription n’était pas validée, et sachant que cela serait dur pour sa petite sœur, elle passait ses journées loin d’elle, pour se « détacher » un peu. Comme si cela rendrait la séparation plus facile… Ce n’était que récemment qu’elle m’avait annoncé cette « nouvelle » et elle m’avait fait promettre de ne rien dire, si bien qu’en dehors d’elle et moi, personne n’était au courant pour ses projets. Oui vraiment, il était important que Lyra passe une bonne journée en compagnie de son frère avant qu’Hannah ne lui annonce son départ.

Tais-toi

Je n’aimais pas donner des ordres à Torben, mais là, il le fallait bien. Et puis qu’il évoque Amycus devant sa sœur n’était pas pour me plaire. Ma vie ne regardait que moi, et personne n’avait besoin de savoir que j’avais eu une relation qui s’était très mal finie avec le joueur de Quidditch nouvellement célèbre. De plus, quelqu’un d’intelligent comprendrait vite que ce dernier fait parti des forces obscures de mon Maitre. Mon moldave en faisait partie, mon ex-époux également. Il est logique que j’en fasse partie, ainsi qu’Amycus qui avait partagé plusieurs mois ma vie. Maugrey était déjà sur la piste, alors en remettre une couche n’était pas une bonne chose. Oh, ce n’est pas que je n’ai pas confiance en Lyra… Bon d’accord je n’ai pas confiance en elle. Je vais recommencer. Ce n’est pas que je pense qu’elle pourrait nous trahir volontairement, mais sous véritaserum les langues se délient vite. Moins les sorciers en savaient sur Lord Voldemort, mieux nous, les mangemorts, nous nous portons. Je me levais, et jetais la lettre au feu

Elle n’est plus, n’en parlons plus. Alors Lyra, comment se passé ton stage au ministère?

Oui je changeais de sujet. Disons qu’ainsi j’évitais le moment où j’allais annoncer à Torben que contrairement à lui, c’était une très mauvaise nouvelle pour moi. Il n’était pas question d’envisager une autre possibilité que celle que j’avais en tête et pour cause ! Mais connaissant mon mari, il ne l’entendrait surement pas de cette oreille. Prenant le couteau sur la table, je me mis à découper le gâteau d’anniversaire de Lyra, puis d’en déposer des parts dans trois assiettes différentes. Je posais la première en face de mon fauteuil, tendait la deuxième à la jeune femme tout juste majeur puis apporta la troisième au moldave, priant Satan pour qu’il ne remette pas le sujet sur le tapis magique.

http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Ven 25 Nov - 20:21

Calmer mon frère. Peine perdue vraiment, je ne sais même pas quel audace m’avait pris de lui demander aucune dispute pendant que j’étais dans les parages après tout. Je n’avais pas besoin de ça, en commençant par des problèmes personnels, j’avais l’impression d’avoir une sœur plus que distante, un frère recherché de tous, et c’était sur moi encore une fois que tout tombait. Ajouter à ça des histoires de recrutement de la part de Severus pour les jeunes apprentis mangemorts que nous étions, et enfin mon couple avec Harry, pas approuvé de tous. J’avouais que si je pouvais éviter une dispute conjugale aujourd’hui, jour de fête pour mon anniversaire, ou du moins décrété comme telle avec ma désormais belle-sœur et tutrice depuis plusieurs mois désormais et mon frère que je n’avais pas vu depuis une éternité bien trop longue. Franchement, je n’étais pas fortement propice à ces disputes. Ce ne fut que quand j’entendais le nom d’un homme que je connaissais. Carrow. Je savais qu’il était mangemort, j’avais réussi à croiser son regard le jour d’une réunion, une des rares que j’avais faite avec eux et où les ordres avaient été donnés pour les jeunes encore à Poudlard, je savais aussi qu’il était ami avec mon frère, ou du moins, il avait été ami avec du temps où il travaillait au Chaudron Baveur. Mon frère s’était assis, je l’avais rarement vu autant au bord du je ne sais pas quoi. Son truc c’était de crier normalement, l’inquiétude le prenait de toute part et moi j’étais stoïque ne sachant que faire, l’écoutant juste ces quelques paroles, un dialogue je pense qui n’aurait jamais du avoir lieu en ma présence. Certainement.

Je cherchais à comprendre, qu’est ce que ces paroles signifiaient, je voulais toujours en savoir plus mais bien sur ma curiosité mal placée serait bien mal vue par ma tutrice, c’est pourquoi je me tue immédiatement avant de répliquer, restant sans voix, totalement muette à côté de mon frère, je ne cherchais ni à lui dire des choses réconfortantes, ni même plus à essayer de comprendre. Au fond, je ne comprenais rien à ce qu’il se passait. Et je restais donc face à cela, à cette dispute conjugale vite conclu avec un « Tais-toi » de la part de Krystel. Froide, je ne pensais pas que ça se passerait ainsi mais en même temps, peut être avait-elle trouvé les mots justes, peut être n’oserait-il pas répliquer. Et dès qu’elle me donnait l’occasion de parler, je saisis sa perche et aussitôt je répondis avec un sourire :

« Très bien. Je suis souvent avec Dana Lundy, tu sais la fille de la Ministre, vu que nous sommes de la même maison, nous avons des ressemblances. Et au niveau du travail en lui-même, il est vrai qu’on en apprend beaucoup, je ne dis pas que je travaillerais là bas plus tard mais il est vrai que c’est intéressant, au moins il y a du monde autour de moi, je me sens un peu moins seule. »

Je faisais allusion bien évidemment à ma relation avec Hannah distante, comme pas deux, je ne sais pas depuis notre arrivée ici en Angleterre, jamais je ne l’avais connu comme ça, et Hannah était tellement importante pour moi. Mais en même temps, bon d’accord, je n’essayais pas tant de me rapprocher, pour cause j’avais mon petit ami, j’avais des amis, et puis je savais parfaitement que si elle ne voulait pas parler je pouvais tout dire pour la faire parler rien n’y fera. Hannah restera Hannah et Dieu seul, non en fait même Dieu, même Satan ou n’importe qui de magique ne pourrait aider à la faire changer dans son mutisme. Alors je restais parlant dix minutes dans le vide et c’était bien assez, après tout, c’était Hannah comme je ne cessais de me le répéter. J’attrapais alors ma part de gâteau que me tendait Krystel.

« Merci. »

Puis me retournant vers Torben quelques instants :

« Au fait tu m’as dit de venir avant le 22 juillet ou un truc dans le genre dans ton courrier, pourquoi cette date, je ne serai pas venue fin aout non plus mais tu avais une raison particulière ? »
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Mar 29 Nov - 20:15

    Je restais frappé par les paroles très dures que me jeta froidement Krystel en plein visage. Tais toi ? Tais toi ? Non, mais, elle plaisante elle ou quoi ? Elle croyait être la seule à subir des pressions, la seule à avoir été surprise par ce courrier, la seule à ne pas savoir comment réagir ? C'était tout Krystel ça. Se prendre pour le nombril du monde. Penser être la seule à ressentir les émotions qui pouvaient se bousculer en elle. Comment avait elle pu me dire oui, si elle se pensait si différente de moi ? Tais toi. Ces mots froids, cruels, durs, résonnaient dans mes oreilles. Une colère très forte se répandit dans chacun de mes membres. Une rage folle, terrible. Quand je dis folle, je suis sérieux et sémantiquement le plus proche possible. Je me sentais fou, comme à gringotts, comme en Moldavie. Ma « femme » m'avait poussé à bout. Lyra n'aurait pas été là, j'aurais tiré ma baguette. Mon cœur semblait prisonnier d'une cage en fer chauffé à blanc, et je me mis à trembler imperceptiblement sous l'effet de cette colère haineuse que je ne confinais que difficilement. Sans même m'en rendre compte sur le moment, j'avais enfin la preuve que j'attendais. Le mal était bel et bien à l'intérieur de mon corps. Ce besoin d'expression violente était si fort que je me retenais de tirer ma baguette. Si Lyra n'aurait pas été là, j'aurais pété un plomb, le dernier qui me permettait de redescendre suffisamment sur terre pour me calmer un peu. Mes yeux rougirent sous l'effet de larmes amères de tristesse et de colère, mais je me contins là encore. Tant que j'arriverais à me contenir, je ne serais pas totalement basculé. Tant que je pourrais tenir, Lord Voldemort ne m'aura pas tout volé. Je me crispais quand Krystel jeta la lettre au feu. Elle voulait la jouer de cette façon ? Jouer au connard ne me dérangeait pas, je le faisais naturellement. Elle voulait nier la vérité ? Je m'arrangerais pour qu'elle n'aie jamais à l'affronter. Elle ne voulait pas de ça, elle ne voulait pas de ce que recelait cette lettre. Elle me rejettait, par la même occasion. J'avais envoyé Alice en soins intensifs pour le même genre d'émotion violente que je ressentais aujourd'hui.


    Je me levais et me tournais face à la fenêtre. Avais je vraiment mérité cela ? Avais je vraiment tout jeté aux orties ; ma famille, mes amis, mes principes, pour cette femme qui me rejettait comme si je n'étais qu'un enfant, un moins que rien. Terriblement moins important que son précédent compagnon. Je ressentais une intense et brûlante jalousie vis à vis de cet enfoiré d'Amycus. Lui, elle lui avait tout sacrifié. Sa santé, sa vie professionnelle... Elle avait même porté son enfant, et avait été à deux doigts de perdre pied quand elle perdit l'enfant, des mains même de son compagnon. Une erreur qui leur avait coûté cher. Ce que venait de faire Krystel mettait les choses au clair entre nous. Je ne valais pas Amycus, je ne lui accordais rien qui eut pour elle même valeur ce que lui lui avait auparavant proposé. Je me retournais, et vit Lyra. J'avais abandonné Poudlard et tous les gens que j'aimais, pour rien. J'étais méprisé, traité en gamin débile et capricieux. Ca n'allait pas se passer comme ça. D'ici ce soir, je serais probablement à mi chemin de Lancaster, où j'y avais des connaissances. Je ne comptais pas vivre une fin de vie de servitude et de dépréciation. Affronter chaque jour mes remords, mes souvenirs, et le regard de ceux que j'avais connu me suffisait comme épreuve. Lyra se mit à raconter son stage. Proche de la fille de la ministre de la magie. Cela ne sentait pas bon, mais on m'avait clairement fait comprendre que je n'avais pas mon mot à dire. J'en venais à douter moi même, du fait que j'avais laissé mes sœurs ; j'avais renoncé à tout droit sur elles. Finalement, ma jeune seour me demanda si j'avais des raisons de l'avoir fait venir précisément le 22 juillet. Je la regardais, me forçant de me calmer.



    | J'en avais une. |


    Le sous entendu, personne ne s'y tromperait. Lyra ne savait pas que j'avais escompté préparer une vraie cérémonie de mariage, avec une vraie fête, même si ma situation nous obligeait à le faire qu'entre proches. Ceux qui savaient pour moi et pour elle. Quelques mangemorts, mes sœurs. Comité restreint mais nécessaire. J'avais même dépensé une large partie de ce qu'il me restait de pension et primes militaires pour acheter la robe qui j'espérais conviendrait à Krystel, une alliance comme il se devait, et tout le reste. Bien entendu, ma femme savait que je voulais lui faire ce genre de surprise, mais je le lui avais caché, jusqu'à effacer la mémoire de son elfe de maison à plusieurs reprises. Je n'allais rien toucher de tout ça, dirait on. Qui voudrait d'un mari débile, et qui voudrait d'une femme qui vous considère comme tel ? Il me semblait évident que je n'avais plus été qu'un compagnon de substitution, qu'une attirance fugace et éphémère. Pas le grand amour, le dernier, que je m'étais plu à idéaliser. Krystel était restée la même.


    | Ne te fais pas trop au ministère. L'homme pour qui je « travaille » veut la fin de cette institution. Cela dit, profites le temps que ça durera. Ce ne serait pas si mal si tu arrivais à travailler pour l'Etat sorcier, en Moldavie. Tu comptes toujours y retourner, n'est ce pas? |

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Ven 2 Déc - 22:03


Il ne comprenait rien. Oui il en comprenait vraiment rien. Déjà que je n’étais pas la plus calme possible avant que Lyra n’arrive, là, c’était l’apothéose. Je me faisais violence pour ne pas prendre mon service à thé et l’envoyer contre le mur, envoyer au visage de Torben le bon gros cadeau posé sur la table et lui dire d’aller se faire cuire un œuf de dragon. Il pensait savoir ce qui se passait en moi, mais il se trompait lourdement. Le pire le PIRE c’est qu’il ose prononcer le prénom d’Amycus dans MA maison. Il savait très bien que je ne pouvais pas rester de marbre lorsqu’on le faisait sous mon toit. Je me fichais du jeune homme, mais je restais tout de même marquée par ce qu’il m’avait fait subir. J’essayais de me sortir tout ça de la tête. Et mon compagnon ne trouvait qu’une chose à faire, me le rabâcher ! Oui, comme si j’étais du genre à oublier ! Jamais je n’oublie, jamais je ne pardonne, et toujours je me venge. Je fonctionne ainsi et si mon cher époux n’était pas content et bien qu’il aille au diable. J’en avais plus qu’assez de devoir lui prouver que je tenais à lui. S’il ne l’avait toujours pas compris, et bien la porte était grande ouverte. Rien ne semblait lui suffire alors… Non mais comme si j’allais sauter au plafond qu’il lise mon courrier ! Non je n’ai rien à lui cacher, et je le lui en aurais parlé. Là, il n’était arrivé qu’à me braquer en agissant de la sorte et étant une femme emportée je n’étais pas prête à me calmer. La suite fut la la cerise sur le gâteau bave de crapaud dans le chaudron ! Se rendait-il compte de ses paroles ? Ou plutôt de ses quatre petits mots.

Je ne suivais plus le cours de la conservation. Je devais refreiner mon envie de faire couler du sang et à ce niveau, ça relevait de l’exploit. D’ailleurs, je m’étais saisie du couteau sans même m’en rendre compte. Je ne suis pas un enfant de cœur, ni une personne bonne. Je suis une mangemorte, malveillante, perfide et cruelle. Oh certes, je pouvais paraitre bien propre sur moi, mais il s’agissait que d’un masque. J’ai le fruit de l’éducation de ma mère et j’étais trop ancrée dans mes idées pour changer. De toute façon, je n’en ressentais pas le besoin. J’aimais ma vie, j’aimais tuer de sang froid, j’aimais torturer et entendre les innocents me supplier de les laisser en vie, voir même de les épargner contre de l’argent où des membres de leur propre famille ! Qu’ils étaient faibles ! Et quelle joie je me faisais de les éliminer. Oui il m’était impossible de devenir bonne, et je n’avais nullement été forcée à devenir une mage noire. Après tout, je l’avais toujours été. Je ne comptais plus le nombre de mes victimes, ni le nombre de personne que j’avais manipulé comme des pantins de bois pour obtenir ce que je désirais. Torben savait très bien quel genre de femme j’étais et il m’avait dit l’accepter. Il était lâche, et se défilait devant sa petite sœur. Pensait-il que ma colère serait moins forte et qu’elle ne sortirait pas ? Il se trompait lourdement. Je me levais d’un bond et lançais l’arme blanche dans la direction de son visage. Cette dernière lui frôla la joue et vint laisser un léger sillon de sang sur son visage, peu profond. Il avait de la chance que MOI je n’avais pas joué avec lui, que j’avais été entière, sinon cela aurait été en plein cœur qu’il se serait pris le coup.

Tu ne vaux pas mieux qu’eux ! Vous avez dix minutes pour quitter ma demeure. Passez ce délai, je ne louperais pas mon coup la prochaine fois


Et sans même les regarder, je sortis de la pièce, on ne peut plus enrager. Si j’aurais pu cracher du feu et si je n’aurai pas tenu autant à mes meubles, j’aurai tout brûlé sur mon passage. Il avait beaucoup de chance oui beaucoup de chance. J’en avais assez que l’on me prenne pour un imbécile et là, une nouvelle fois, on venait de se fiche de ma tête. Lorsque mon elfe de maison pointa le bout de son nez pour voir ce qu’il se passait, je le ruais de doloris avant de continuer mon chemin le laissant plaintif dans un coin du couloir. Au moins avais-je pu passer mes nerfs sur une créature inutile. D’ailleurs, faire un tour dans les écuries et sacrifiais une ou deux bêtes ne serait pas une mauvaise idée en attendant la nuit, et que j’aille pourfendre des âmes innocentes.

Et avec tout ça, j'en avais oublié cette satanée lettre

http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Sam 3 Déc - 18:40

Le stage au Ministère était la meilleure des choses qui pouvaient m’arriver, malgré mon nom et tout ce qui s’en suivait, et pourtant je l’avais obtenu, ce n’était peut être pas au goût de tous, mais pour moi ça l’était, ça me permettait de me démarquer un tout petit peu de tout cela. De l’image de mon frère. Et il m’annonça que notre maitre n’était pas en faveur de cette institution comme si je n’étais pas au courant, je le savais bien, je le savais bien, mais je n’avais pas pu sortir à Dana, « Ah désolée, non je suis une Basilic, je ne veux pas travailler pour le Ministère » je ne suis pas certaine que ça aurait très bien pu passer, et je pense qu’à l’heure qu’il était ma naïveté et ma bêtise auraient déjà été punie. Jusqu’à maintenant tout se passait bien là bas, au moins, un endroit où il y avait du monde, et en même temps cet univers me plaisait. La peur y régnait j’avais pu beaucoup le remarquer depuis le début de mon stage, malgré les efforts pour le cacher, j’entendais des chuchotements des craintes, tout le monde avait peur dans ce monde et pourtant, en fait, pas et pourtant, ils avaient bien raison de craindre ce qu’il se passait dehors, car le maitre des Ténèbres y régnaient et il était dans sa pleine puissance, et ça ce n’était rassurant pour personne, ni même pour les Mangemorts.

Il me fit remarquer qu’il y avait une raison à laquelle pourquoi il m’avait demandé de me présenter à la résidence Raybrandt, mais qu’elle ne devait plus l’être, je dus reconnaitre ne pas tout comprendre pendant un instant, c’est pour ça que dès qu’il renchérit sur le fait de me voir de retour en Moldavie serait une très bonne idée, ou du moins c’était comme ça que le ton me le suggérait je répondis :


« Si plus personne ne me retient en Angleterre, alors je pense que je serai de retour en Moldavie dès la fin de mes études. »

Je ne souhaitais pas lui dire clairement que je ne me voyais pas de retour au pays, j’aimais mon pays, il me manquait, où plus exactement le pays où j’avais grandi me manquait. Mais pas celui qui était en guerre, où j’avais perdu tous les gens que j’aime étaient désormais morts, six pieds sous terre certainement. Et même nos cousins, ou nos cousines, ou nos oncles, ou nos tantes, non rien de tout ça ne me rappellerait le souvenir de mon ancienne patrie, celle où j’étais encore une enfant. Je tenais à la Moldavie, je n’étais pas juste prête à affronter même deux ans plus tard tous les souvenirs que j’avais pu avoir, les bons comme les mauvais, je n’étais pas encore forte pour ça. Fuir le moment n’était pas la solution certes, mais je n’en voyais pas d’autres pour évoluer pour le moment. Mon regard se tourna vers une Krystel en furie, je ne l’avais jamais vu comme ça, et de même autant énervée contre mon frère. Elle dit que quelques mots dans une telle fureur, et lança ce couteau sur la joue de mon frère, je retins un cri de fureur à l’égard de Krystel. Comment osait-elle ? J’avais certes beaucoup d’estime et de reconnaissance à son égard, mais ce n’était pas… On ne touchait juste pas à ma famille, pas à mon frère. J’avais beau être une petite comme il n’était pas question qu’on touche à mon frère, je regardais sa blessure, elle nous avait certes demandé de quitter la demeure, peu m’importe, je me préoccupais d’abord de mon frère et dis en russe :

« Est-elle folle ? Ca ne va pas bien dans sa tête non ? Ou je ne sais pas ? A vouloir t’écorcher vif ? D’autres envies aussi folles ? Comment ose-t-elle ainsi ? Alors que nous n’avons rien fait, alors que tu n’as rien fait ! Pourquoi a-t-elle eu cette colère ? »

J’avais failli rajouter, je croyais que vous veniez de vous marier, mais je ne pense que ça soit le bon moment. C’est pour ça que je me tus et en me levant d’un bond, je ne savais pas quoi faire, j’étais juste désemparée, mais d’un autre côté on pouvait lire une certaine colère sur mon visage. Comment pouvait-elle ainsi s’en prendre à nous ? S’en prendre à mon frère et accessoirement à son mari, ou plutôt à en croire les récents évènements ex-mari. Et d’un ton d’énervement je dis en furie :

« Je refuse que tu continues à vivre ici. Tu n’es pas en sécurité ici. »

HJ ;; pas sure que ça se perçoit bien dans les paroles, mais oui Lyra s’énerve
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Dim 4 Déc - 18:53

    J'aurais dû flairer l'escalade. Cette haine intense dont Krystel et moi étions capables, que ce soit l'un avec l'autre que l'un contre l'autre. Je ne pouvais plus faire machine arrière ; cela au moins j'en avais conscience. Mais ce dont je ne me doutais pas, c'était que ma femme s'était elle aussi emportée. Je ne pouvais pas sentir jusqu'à quel point. Je ne pouvais pas, jusqu'à ce qu'elle ne se lève d'un bond, furieuse. Mais pas avant que Lyra ne m'eut répondu qu'elle pensait retourner en Moldavie si plus rien ne la retenait finalement dans ce froid et pluvieux pays qu'était la Grande Bretagne. Si la Moldavie, notre pays natal, symboliserait à tout jamais la mort et la souffrance à nos yeux, l'Angleterre représenterait sans nul doute une cruelle et récurrente désillusion ; c'était ce pays funeste qui nous avait retiré nos oeillère, nos espoirs, nos aspirations. Parce qu'il fallait dire que même malgré la mort de nos parents, chacun d'entre nous avait fini par se dire qu'il y avait peut être autre chose qui nous attendait. Je ne sais pas quoi, un boulot, des études finies et réussies, je ne sais pas. Quelque chose, en tous cas. Krystel coupa court à toutes ces pensées en se levant, furieuse. Elle était d'une grâce presque divine dans la colère. Je ne bougeais pas quand elle me balança l'objet tranchant en plein visage. L'arme me frôla et me coupa, le sang commençait déjà à maculer ma joue, mon menton et mon cou. Le visage pissait toujours le sang. Je n'étais plus capable de réfléchir. Elle m'avait blessé. Moi. Intentionnellement. Son mari. Elle m'avait juré amour, fidélité, entraide. Elle m'avait blessé. Ne la voyant pas vraiment quitter la pièce, l'air perdu, je palpais doucement la blessure de la joue. Je regardais mes doigts. Rouges de mon sang. Ce sang que je ne cessais de semer un peu partout sur mon passage. Ce sang que j'avais fait couler de si nombreuses fois. Je ne comprenais pas ce qu'il venait de se passer, j'étais sous le choc. Je n'entendais pas Lyra tout au début où elle s'adressa à moi.


    Lyra ne comprenait pas. En fait, elle n'avais jamais compris. Jamais elle n'aurait pu se douter de qui était vraiment Krystel, dans toute sa complexité. Lyra était encore jeune, elle ne connaissait pas encore l'être humain. J'en avais vu le pire et le meilleur. J'avais moi même fait l'expérience de ce pire et de ce meilleur. Lyra pensait que dans le monde, il y avait les bons, les moyens bons, et les franchement mauvais. Elle venait de comprendre de façon assez frappante que le monde était bien plus complexe que cela. Et que Krystel l'était tout autant. Belle et dangereuse. Comme le couteau qu'elle m'avait envoyé en plein visage. Je ne me rendais pas vraiment compte de la situation, mais je me tournais finalement vers Lyra. Je ressentais de nouveau la folie submerger mes sens. Une nouvelle crise, trop puissante pour la refouler. Je me mis à rire aux éclats, alors que mes nerfs et mon esprit n'étaient plus capables d'apprivoiser le flot d'informations et de tensions que mon corps lui envoyait. J'avais mal aux côtes, tant je riais fort.



    | Je crois que je suis né pour battre des records. Le premier mariage de la famille qui va se terminer dans le sang. |


    Aspect de la pathologie qui me rongeait, je retrouvais mon sérieux en un éclair. Je posais une main sur l'épaule de Lyra, alors que la colère, terrible, vivace, était de retour.


    | Tu vas quitter ce manoir. Tout de suite. Vas à Londres, et enfermes toi. Tu seras en danger si tu restes ici. Je compte sur toi. |


    Un sourire sauvage, un sourire de prédateur, totalement dénué de la moindre étincelle de joie, se dessina lentement sur mon visage


    | Moi, j'ai encore quelque chose à régler ici. Je te rejoins plus tard. |


    Voyant que Lyra ne bougeait pas, j'insistais.


    | Pars! |


    Je me mis ensuite à avancer d'un pas vif en suivant le bruit que répandait ma charmante épouse sur son passage. Elle s'en prit à son elfe de maison, qui couinait de douleur quand je passais à côté de lui. Il s'aggripa à ma jambe pour que je le délivre de sa souffrance. Je tirais mon pied d'un coup sec, provoquant une nouvelle chute de sa part. Il souffrait, mais je n'en avais vraiment rien à faire à cet instant. Je rattrapais finalement cette toison brune, et je me mis à rire.


    | Alors c'est comme ça que tu veux qu'on règle nos comptes, chérie ? Ici et maintenant ? Tu avais raison. Ce jour devait arriver. J'ai été stupide de me complaire dans un amour à sens unique. Ta carrière auprès du Maître a toujours été ce qui comptait le plus. Je n'aurais jamais imaginé qu'avoir un enfant de moi t'aurais dégoûté à ce point. Il n'y a rien d'autre à ajouter, n'est ce pas ? |


    je tirais ma baguette. Froidement. J'étais prêt. J'avais toujours été prêt. Que je l'aime plus que n'importe qui d'autre ne changerait rien. Arrivé un jour, la mort venait toujours prélever son dû

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Dim 4 Déc - 19:20


Il avait tiré sa baguette le premier, il n’en ressortirait rien de bon. Non je n’allais pas calmer le jeu, au contraire, je sortais la mienne et la tournée vers lui. Non il n’aurait jamais dû se conduire comme il venait de le faire. Plus rien ne comptait. Ni mes domestiques qui s’en allaient rapidement en voyant leur maitresse tournée vers celui qu’elle hébergeait, furieuse au possible. Je l’avais mis en garde, je lui avais laissé une porte de secours, parce que je l’aimais, mais là, il était allé trop loin, oui beaucoup trop loin. Cela ne lui avait pas suffi de revenir sur la promesse qu’il m’avait fait, sur ce mariage qu’il m’avait dit vouloir. Non, il s’était mis à me suivre et m’avait interpellé en rigolant. Ces paroles. Par Morgane, je n’avais qu’une seule envie, lui faire ravaler et lui ouvrir ses beaux petits yeux qui semblaient encore fermés. Au moins une chose était sure, c’est qu’il n’avait aucune confiance en moi, non aucune. Aussi froidement qu’il l’était encore moi, je lui dis, tout en lui faisant face, reculant de quelques pas :

Amour à sens unique ? Oui pour sûr, mais n’inversons donc pas les rôles. De même qu’il semble que je me sois trompée sur toi. Tu ne vaux pas mieux qu’eux. Au moins as-tu tombé ton masque plus tôt. Mais vas-y je t’en prie attaques moi ? Qu’attends-tu donc ? Sans doute veux-tu que je te donne bonne conscience en levant la première ma chère amie ? Dansons, si tel est ton désir. Il n’a toujours été question que de toi. Sans doute ne t’es-tu jamais remis en cause. Bravo Torben, je pensais être lucide, j’ai pris soin des tiens, je me suis dressée contre mon Seigneur par deux fois pour toi, j’ai laissé de côté mon travail pour être en ta compagnie. Je t’ai offert un toit. Je t’ai nourri. J’aurais été prête à fonder une famille avec moi. Et voilà ma récompense. Encore une fois j’ai été le jouet d’un homme. On n’y reprendra pas plus.

Je fis un rapide mouvement de baguette et lançait un cracbadaboum sur l’armure juste à côté du moldave. Alors que les morceaux de métaux se mettaient à tomber, je glissais derrière un des nombreux piliers du grand hall que j’avais rejoint. Je ne comptais pas le laisser s’en sortir aussi facilement. Parce qu’il venait de briser la seule chose que je lui avais offert : mon cœur. Une femme en colère n’est pas une personne à prendre à la légère. Surtout lorsque cette dernière est une mage noire qui a eu bons nombre d’occasions de parfaire sa maitrise. Surtout lorsque cette dernière a sacrifié tant de choses pour un homme qui l’a bafoué. Il était revenu sur sa promesse, sur tous ses engagements, sur toutes ses belles paroles. Il s’était sans doute beaucoup amusé d’être arrivé à se jouer d’une telle manière de moi. J’aurais dû écouter mon maitre, devenir sa préférée, sa second, son amante. Ce qu’il demandait, il le rendait. Oui, je ne pouvais que me fier à lui. C'était à présent mon tour de m'amuser avec Torben. Et Satan notre père à tous sait combien j'allais prendre du plaisir à faire du mal au moldave. Et si sa mort ne suffisait pas pour m'apaiser, j'irais prendre l'âme de ses soeurs. Aucune compassion, plus aucun sentiment ne comptait. J'allais devenir tel le verre magique : glaciale, imperturbable, faites à base de feu, et puissante à souhait

http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Ven 9 Déc - 20:46

J’allais devenir bientôt folle, ou du moins, si je n’étais pas susceptible de l’être déjà. Quand j’entendais rire mon frère, je pris deux fois plus peur, il se moquait de son mariage, de ses records, de tout. J’avais envie de lui dire, « Torben, boulette de Merlin que tu es, mais tu te rends compte que celle qui était il y a pas DIX MINUTES ta femme, qu’elle a voulu te tuer, et elle nous fout joyeusement dehors » Je lui aurai bien dit, si je ne prenais pas mes jambes à mon cou, c’est qu’il était encore là et que je ne partais pas sans lui. Cette situation n’était pas dans le même contexte, que celle qui s’était passé à Kienbaüm il y avait déjà 2 ans, mais, je ressentais cette même pression dans sa voix, et celle que je ne voulais pas entendre. Je n’avais pas su ce qui s’était passé dans la chambre, ma sœur m’avait juste jeté par notre fenêtre, nombre de fois où nous avions sauté par cette fenêtre pour rire la journée, ce n’était pas haut, il y avait une rambarde où je pouvais me rattraper facilement et j’étais bien agile encore à cet âge. Et c’était le même son que j’avais entendu de la part de la voix de Hannah, sauf que je n’avais pas bougé, je ne partirai pas seule je lui avais dit. Je ne connaissais rien à quoi bon, et je ne savais pas m’enfuir, je ne connaissais rien à la forêt, bref, je les avais attendus, et ma sœur et moi nous ne nous voyons pas fuir sans Torben. Et une nouvelle fois, il me demandait de partir et de m’enfermer à Londres, chez Krystel, enfin dans l’appartement qu’elle me louait :

« Dans le sang ? Fuir ! Mais Torben ! »

Dans le son de ma voix, je crois que même moi je percevais ma crainte, oui j’avais un peu tendance à stresser, un peu tendance à paniquer. Bon d’accord, j’avouais j’étais complètement en panique, mon frère était fou ! Oui, totalement et c’était la première fois, que je le voyais comme ça. Tendance à la skyzophrénie ? Aucune idée, ou lunatique, je n’en savais rien :

« Des choses à régler ? Certainement pas, je reste avec toi ! »

Dans l’idée c’était plus exactement, t’as pas le droit de disparaitre, sauf que le dernier mot me fit immédiatement réagir, non pas que j’étais du genre à écouter mon frère, mais disons que son ton, je n’avais pas vraiment pour habitude d’aller contre ça. Bref, son ton me faisait bien comprendre que je faisais mieux de l’écouter pour une fois. Pouvais-je lui faire confiance ? Imbécile que j’étais, j’allais lui faire confiance, mais oui, il avait vraiment intérêt à me rejoindre. Je ne dis rien, et je retournais, comme lui prenait son tour à rejoindre sa nouvelle Morgane ou je ne sais quoi ! Bref, je laissais bien, ces deux réglaient leur compte. Non sans inquiétude, j’attrapais ma cape, et je transplanais une fois le portail passait. Pour une fois je t’écoutais Torben, alors tu avais intérêt de me revenir en vie, si tu ne veux que ça soit moi qui montre ma vile face de jeune apprentie.
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Dim 11 Déc - 19:42

    Lyra avait continué d'essayer de me retenir. Ce qui bien entendu, ne fonctionna pas. J'avais rattrapé Krystel. Je tremblais, je frissonnais de rage et de haine. Voilà qu'elle m'avait retiré la seule chose de correcte que j'avais connu depuis des lustres. C'était injuste. Une cruelle déception de plus sur le chemin qui me ménerait bientôt à la mort. J'avais seulement espéré être un peu heureux avant la tout dernière fin, pourquoi me refusait on à nouveau un peu de joie et un peu de bonheur ? C'était injuste. Mais je n'allais pas m'effondrer et capituler. Je ne capitulais jamais. Je me mis à produire un petit rire dénué de joie devant l'ironie de la situation. J'avais affronté tant de péripéties, surmonté tant d'obstacles pour être avec cette mangemorte que j'aimais, pour que tout cela se termine ainsi. Risible. Ridicule. Pathétique. Je n'avais décidément pas mérité de survivre à Kienbaüm. J'aurais dû rester ce jour là. Je me revoyais, fébrile, terrorisé, organiser la fuite de mes deux sœurs par la fenêtre de la salle de bain. Je me revoyais, pris du désir intense de survivre. Ces coups répétés contre l'huis, que je maintenais fermé. Et ma fuite, à mon tour. Combien de fois aurais je dû faire demi tour dans ces bois, revenir sur mes pas et affronter mon destin ? J'aurais dû couvrir la fuite d'Hannah et Lyra. Et j'aurais dû rester là, tuer un maximum de ces connards, et mourir dans la pièce à côté de celle où mes parents avaient été tués. J'avais perturbé l'ordre normal des choses ce soir là en survivant. J'aurais dû y rester. Cela m'aurait au moins éviter de vivre toutes ces choses, depuis ce jour maudit d'été 1976. Krystel pointa sa baguette droit vers moi. Elle me tuerait, je le savais. Mourir de la main de celle que j'aimais par dessus tout, et qui attendait mon propre enfant. Ce genre d'histoire, ça ne s'invente pas. Du début à la fin, j'avais été façonné par ce genre d'instant.


    Elle ne niait même pas que je lui avais voué un amour à sens unique. Mon cœur était froid, il était mort. Pesant comme une pierre dans ma poitrine. Je ne savais décidément pas ce que je pourrais faire pour qu'il rebatte un jour. Trompée sur moi ? Je ne lui avais jamais menti, c'est sans doute pour cela que notre coupe était en train de mourir aussi brutalement. De tous ceux qui l'entouraient, j'étais bien le seul qui ne l'avais jamais fourvoyée sur mes intentions, mes désirs, mes attentes, et tout le reste. Elle ne le reconnaissait pas. J'avais raison. Elle aimait toujours Amycus. Dans mon orgueil, j'avais cru être capable de le remplacer dans son cœur. Peine perdue. Elle n'avait jamais été à moi. Pour me cacher la nouvelle de sa grossesse, elle m'avait si peu aimé. Bonne conscience ? Je n'en avais nullement besoin. Si j'avais appris une chose à ses côtés, c'était bien que je ne devais en avoir aucune si je voulais survivre, que je ne devais en avoir aucune pour plonger dans les ténèbres. Cela n'avait pas suffit pour qu'elle m'aime, mais cela suffirait bien pour que cela me tue. Jamais remis en cause. Egoïste. Toutes ces choses qu'elle me disait me laissait froidement indifférent, tant je savais que c'était faux. Elle se justifiait, comme d'habitude, en reportant la faute sur les autres. Ce que je ne supportais pas, pourtant, c'était le mensonge. Je lui lançais un regard meurtrier.



    | Ne dis pas des choses que tu ne penses pas. Tu n'as jamais voulu fonder de famille avec moi. Sinon, tu ne m'aurais pas fait cette scène avec ma sœur. Tu ne m'aurais jamais menacé, ni blessé. Et plus que tout, tu m'aurais montré cette foutue lettre et on aurait célébré ça ensemble. Interroges toi sur les vraies raisons de ton comportement avant de me blâmer. Je ne t'ai jamais menti sur rien, ni sur mes sentiments. Je veux cet enfant. Je te veux toi. Si tu m'as caché quelque chose d'aussi important en te montrant aussi méchante avec moi depuis des jours et des jours, c'est que tu ne voulais rien de tout ça avec moi. |


    Trop tard, un sort lancé, je me mets à couvert. Elle s'est cachée, elle aussi. Prédatrice, elle va me tuer. Elle, me tuer. Je suis frappé par la prise de conscience que moi, je suis incapable de lui faire du mal, de l'attaquer avec ma baguette. Je me sens las et fatigué. Au bout du chemin, peut être. Je sais que j'aurais fait ce que j'ai pu, mais que ça ne sera pas suffisant. Tant pis. Je laisse tomber ma baguette. En soupirant, je m'asseois sur le sol. Je ne bouge pas. J'attends le sort qui me frappera. Je souris. Quelque part, cela aurait toujours dû se finir ainsi.


    | J'aurais vraiment été ridicule, le jour où je me serais opposé au Maître. Tu n'aurais fait qu'une bouchée de moi, comme aujourd'hui. Allez, qu'on en finisse. |

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Dim 11 Déc - 21:06


Torben n’était véritablement qu’un imbécile. Je m’étais une nouvelle fois leurrée et ça me faisait mal de me dire qu’il ne m’avait jamais aimé. Cela n’avait été que de vaines paroles pour obtenir de moi une protection et un corps pour le réchauffer la nuit. Je m’étais même mise à la cuisine pour lui ! Moi la grande Krystel, née Raybrandt, bras droit du plus célèbre et terrifiant mage noir de tous les temps. Moi cette femme si fière, si cruelle et avide de sang, jamais rassasiée par le nombre de morts que je laisse sur ma route. Il m’avait trahi, et je voulais sa tête. Il m’avait bercé de douces paroles, pour mieux me planter un couteau dans le dos. Il suffisait d’entendre ce qu’il pensait de moi. Il ne me connaissait pas, non j’étais la plus grande inconnue de sa vie. Je n’avais été bonne qu’à m’occuper de sa famille, rien de plus. Maintenant que cette dernière n’a plus besoin de moi, pourquoi continuerait-il sa comédie ? Il avait tombé les masques et je me retrouvais enfin devant son véritable visage. Bravo à lui, il avait pour sur tout d’un être on ne plus maléfique, encore plus que je ne l’étais moi-même. N’était-il pas arrivé à tromper mon cœur avec si peu de difficulté ? J’ai toujours entière, dans mes actions, comme dans mes sentiments. Lui était malfaisant et vicieux. Même si magiquement je devais le surpasser – affirmer le contraire serait une atteinte à mon égo, chose qui je ne m’infligerais jamais - dans le domaine de la manipulation, il était mon maitre. Il n’avait aucune chance de gagner contre moi, aucune, surtout au vu de la colère qui consumait chaque partie de mon corps. J’en tremblais même.

Et puis il lâcha sa baguette, après de nouvelles belles paroles. Non on ne m’y reprendra plus. Il n’était qu’un lâche, oui un lâche qui ne pouvait pas aller au bout ce qu’il entreprenait. Telle était notre plus grande différente. Je me plaçais devant lui, le toisant d’un regard noir et colérique. Il ne méritait pas que je salisse le sol de mon manoir de son sang, pas plus que je ne perde ma place de seconde auprès de notre seigneur pour l’avoir assassiné après qu’il m’ait fait un affront. Non j’avais trop à perdre. Est-ce j’étais capable de le blesser ? Bien entendu, je l’avais déjà fait quelques minutes auparavant. Le tuer ? Là je vous répondrais oui, mais à savoir si réellement j’en serais capable, c’était une autre question. Je marchais vers sa baguette et l’envoyez jusqu’à lui d’un coup de pied.

Va-t-en. Je ne veux plus te voir chez moi. Tu n’es plus le bienvenu dans cette demeure. Je ne perdrais pas tout ce que j’ai pour te donner la satisfaction d’écourter cette vie à laquelle tu tiens si peu. Va regagner une place dans le monde magique en me dénonçant comme bras droit de notre seigneur. Surprise chéri j’ai été promue, n’est-ce pas merveilleux ? J’ai assez perdu de temps avec toi et à croire à tes mensonges. Je me suis opposée à mon seigneur pour toi ! Je ne suis plus sa favorite parce que j’ai refusé de me donner à lui et pour quelle raison ? Parce que je tiens à toi plus qu'à la puissance qu'il aurait pu m'offrir, plus qu'à la place que j'aurais pu avoir à ses côtés. Ne suis-je pas pathétique ? Pour sur de nous deux, je gagne ce prix. Mais c’est fini. Tes affaires seront dès ce soir chez notre maitre. Je ne romprais pas la promesse que je t’ai faite quand à garder ton secret. Vois-tu, je tiens mes engagements contrairement à toi. Félicitation, je n’avais pas vu venir l’annoncer de la rupture de nos fiançailles devant ta sœur. Peu importe.

Je levais ma baguette et la grande porte de mon hall s’ouvrit. Puis, des armures s’animèrent pour venir prendre par les deux bras Torben et le mettre à la porte. Un elfe déposa sa baguette à ses pieds et avant qu’il ne puisse dire ou faire la moindre chose, ma maison se referma. Il n’y aurait plus accès à présent. S’il voulait se cacher, il avait tout aise de le faire chez notre maitre. En attendant, je regagnais un des chambres de mon manoir pour la dévaster et faire sortir toute la rage que j’avais en même en moi et toute la douleur que je ressentais. Allais-je me relever de cette nouvelle trahison ? Rien n’en était moins sûr. En attendant je ne comptais pas quitter mon antre sauf demande de mon maitre. Tout le reste n’avait plus aucune importance, pas même mon travail, pas même mes obligations en France. Plus rien de compter à part cette trahison douloureuse, cette promesse d’un foyer agréable qui venait de s’envoler.

http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   Dim 11 Déc - 23:19

    Elle revient bien vite se planter face à moi. Je la regardais. J'étais mort de toute façon. Quoiqu'elle fasse. Je ne pouvais plus être un mangemort après ça. Et je ne pouvais ni ne voulais retourner de l'autre côté. Je n'étais pas comme ça. En fait, je ne savais même plus comment j'étais. Malade, sans doute. Malade, dans ma tête. Je le savais depuis longtemps. Aujourd'hui, ça avait été le trop plein de tension. Mon esprit n'avait pas tenu bon. Je n'étais plus apte à quoi que ce soit. Respirer était déjà suffisamment difficile que j'en étais arrivé à devoir le commander depuis mon cerveau. Pleine de haine, une lueur de rejet dans le regard, et avec hargne, elle donna un coup de pied dans ma baguette pour me l'envoyer. Que devais je en faire ? Je la regardais bêtement, tristement, alors que je me rendais compte qu'elle était réellement le seul bien qu'il me restait, la seule chose qui m'avait suivi toute ma vie, dans tous les moments. Ceux de joie comme ceux du plus grand malheur. Il était trop tard maintenant. Je ne la ramassais pas. Je n'en avais pas envie. Avais je encore envie d'être le possesseur de cette baguette, et de la vie dont celle ci se souvenait ? Je ne le savais pas. Je ne savais plus rien. Je n'étais pas triste, je ne pleurais pas. J'étais bien au delà de ça. Mon esprit m'avait terrassé avec bien plus d'efficacité que n'importe quel ennemi. Même le regard que me lança Krystel, qui traduisait sa vision de moi ; un lâche, un cruel, un perfide, un manipulateur, ne m'emue pas plus que ça. Elle ne m'avait jamais aimé pour ce que j'étais, mais pour ce que je représentais. Comme Jana avant elle, en Moldavie. Je n'avais jamais été aimé que par mes parents, et par mes sœurs. Les premiers étaient morts, les secondes, je les avais trop négligées et blessées. Aujourd'hui plus que jamais, j'étais seul.


    Elle me dit de m'en aller, furieuse et venimeuse. Elle voulait que je la dénonce. Elle m'annonça sa promotion. Elle me révéla qu'elle s'était refusée à ce connard de Voldemort pour moi, pour mes beaux yeux de lâche et de menteur. Je la regardais. Même mon cœur semblait avoir disparu, sitôt que j'eus compris que l'attitude de Krystel de ces derniers temps était avant tout dictée par ce refus de la facilité. La française m'en avait mis plein la gueule parce que je l'avais privée de son avenir. Ne restait qu'une solution pour réparer cela. Elle n'avait pas été heureuse avec moi. Elle le serait beaucoup plus avec son Maître. Avec une pointe de méchanceté, je me rendais compte qu'elle m'avait écarté volontairement, pour mieux se consacrer à son unique maître sur cette terre. Elle n'allait pas gâcher mon secret ? Je me relevais, lentement, soupirant sous le léger effort, alors que mes genoux tremblaient. Je ne ramassais pas ma baguette. Pas tout de suite. Elle m'attirait autant que je ne voulais plus d'elle. Comme Krystel. Mais c'était trop tard. C'était trop tard pour tout.



    | Brûles mes affaires. Elles ne serviront plus à personne. Je dirais moi même à Lord Voldemort ce que je compte faire. Il est temps, je crois. |


    J'avais dit cela sans me départir de cette attitude calme, posée. Ethérée, presque, tant j'étais de marbre. Je ne ressentais plus rien. Le vide total dans ma tête et dans mon corps. Je regardais mes doigts, et je ne ressentais rien. Des mains de meurtrier. Je haussais les épaules, alors que des mains puissantes et gantées de métal m'empoignèrent, et me jettèrent dehors. On me jeta ma baguette, et l'huis se referma. Je ne jetais pas un regard derrière moi. Je m'éloignais. Je ne savais pas quoi faire, ni ce que je devais faire. Ma vengeance avait elle encore de l'importance ? Ma vie, en avait elle plus ? Je ne ressentais plus rien. Un vent frais balaya la lande, alors que je me trouvais devant le manoir. Je frissonnais, j'avais l'impression d'être une chose toute minuscule dans un univers froid et hostile, qui ne voulait pas de moi. Je transplanais.


    J'attérissais dans un endroit inconnu. Nulle part. Une petite colline broussailleuse. Une pluie fine se mit à caresser mon visage. Je fermais les yeux. Me laissais tomber à genoux. J'ouvrais la bouche. Aucun son n'en sortait, et l'eau coulait directement à l'intérieur. Deux choix s'offraient à moi ; j'avais atteint le seuil de rupture, je ne pouvais plus faire machine arrière. Ma croisée des chemins. Je ne pouvais plus vivre comme ça, c'était terminé, je n'en pouvais plus. Je levais ma baguette, pointe dirigée contre ma tempe. C'était l'effacement de mes souvenirs, ou la mort face à Voldemort. Je ne ressentais aucune attraction ni pour l'une ou l'autre de ces solutions. Ma main se mit à trembler, alors que des vagues successives de souvenirs se mirent à imprégner mon esprit. Mes parents qui riaient, mes sœurs qui jouaient ensemble. La chaleur du soleil moldave sur mon visage, l'odeur de bois et de la paille des récoltes. Mes amis, Gustav et Hans. Qui riaient et dansaient avec les filles de l'institut. Je me mis à pleurer doucement, sans sanglot, et je fermais les yeux en baissant la tête. Tant de choses... Les corps de mes parents déchiquetés. La fuite dans la forêt. La mort à mes trousses. L'arrivée ici, en Angleterre, après l'enterrement. L'amitié et la fraternité, avant la solitude, puis la trahison. Et la guerre, dans mon pays comme dans mon âme, qui n'avait jamais cessé. Mon retour, la passion, la trahison encore, toujours la passion. L'amour, et toujours cette solitude. Et me voilà, là, aujourd'hui. Seul, à genoux dans une terre couverte de mousse détrempée, l'odeur de la terre dans les narines, et le souffle du vent pour seule compagnie. Ils étaient tous morts. Je l'étais aussi. Depuis si longtemps maintenant... Ma baguette produisit des étincelles, signe de l'impatience d'une partie de mon être. En un clin d'oeil, tout serait fini. Mon âme pouvait elle survivre à la perte totale de ma mémoire ? J'étais depuis toujours convaincu que la mémoire était le réceptacle de l'âme. Si on la brise, ne reste rien. Si, un nouvel être. Une autre âme. Plus la même personne. Et tout ne ferait que recommencer. Je me relevais, lentement, et reniflais bruyamment. J'éclatais de rire alors que je me rendais compte que cela n'aurait aucun sens. Et combattre et mourir face à Voldemort, pourquoi ? Pour qui surtout ? Lyra était protégée par ses amis, par les seuls capables de causer du tord au mage noir. Krystel ne voulait plus de moi. Je n'avaisplus rien ni personne pour lequel me battre, ni même exister.


    J'étais devenu un fantôme bien malgré moi. Une ombre honnie et invisible, qui erre sans but jusqu'à la fin de tout. Je pensais à m'arracher à l'aide d'un sort la vile marque que j'avais sur l'avant bras. A quoi bon, ça aussi ? Personne ne ferait plus la différence. Pour les uns, je serais jamais un ennemi, pour les autres, à jamais un lâche et un déserteur. Un traître, dans les deux cas. Je décidais, sagement, d'opter pour la seule chose que je savais faire. Ouvrant ma veste avec un sourire désabusé, je m'assis par terre, sous la pluie. J'en tirais un petit objet en argent. J'inspectais les fines gravures sur l'objet précieux, les armoiries de ma famille depuis des siècles. Je débouchonnais la flasque, et pris une gorgée du liquide âcre et odorant. Le regard perdu au loin, j'allais me souler jusqu'à oublier mon propre nom s'il le fallait, avant de m'en aller, et continuer ma route, là où ma folie me guidera. Résigné à mon destin. Je suis déjà mort.




_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I'd never think to see you again. - torben & krystel & lyra   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum