Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   Dim 2 Oct - 21:19


Evey Lowan & Regulus Black

Regulus était en colère. Oui, il était même très énervé. En fait, depuis le début des vacances, plus rien ne tournait rond. Tout d'abord, les conditions météorologiques commençaient à lui taper sur le système. Regulus et les autres élèves de Poudlard avaient joui d'un soleil magnifique durant tout le mois de mai, et également celui de juin, mais le mois de juillet avait congédié ce soleil radieux, pour faire place à de sombres orages, des averses, du vent, et ce temps brumeux rendait le Serpentard complètement morne. Taciturne, il tournoyait inlassablement dans sa chambre sans savoir quoi faire, sans pouvoir sortir dehors. Habituellement, il serait bien aller faire un petit tour en balai, mais seul, c'était loin d'être amusant. De plus, chez les Black, ce n'était guère le moment de chercher la querelle... La tension pouvait se faire ressentir, et chaque invité pouvait aisément comprendre la raison de celle-ci. La rancœur du jeune homme envers ses parents qui l'avaient fiancé sans lui demander son avis était bien présente. Pourtant, il s'y était attendu. Depuis son enfance, il le savait, mais il n'arrivait toujours pas à l'accepter. Pourquoi ? Avait-il demandé une fois rentré au 12, square Grimmaurd. On lui avait répondu que c'était comme ça, point final. Pourtant, comment renoncer à la seule personne qui pouvait le combler ? Ciella et lui étaient peut-être un couple hors normes, mais malgré leurs disputes, entre eux, c'était fort. Mais apparemment, ce n'était pas assez pour Orion et Walburga Black qui voulaient du Sang anglais Pur. Le seul qui semblait le comprendre était son elfe de maison, Kreattur. Depuis le départ de Sirius, Regulus avait trouvé en l'elfe une sorte de réconfort, puis au fil du temps, il en était arrivé à lui confier quelques pans de sa vie, lui ordonnant ensuite de n'en parler à personne. Pour le moment, aucun de ses amis ne savait pour Alecto. Ni Lux, ni Lyra, ni Kaelyn, pas même Nox. Il avait eu de nombreuses nouvelles venant de Poudlard, ( d'ailleurs, il avait même reçu une lettre du professeur McGonnagal qui lui confiait le rôle de Préfet-en-chef ), et le jumeau Silvestri avait bien senti que son ami n'était plus le même, l'encourageant à parler, mais le jeune Black ne pouvait s'y résoudre. Il avait espéré échapper à cela, en expliquant à ses parents le pourquoi du comment, mais cela n'avait servi à rien. Ils ne l'avaient pas écouté, ne l'avaient pas laisser parler, laissant Regulus dans sa solitude. Il avait été d'une humeur exécrable toute la semaine, et cela n'allait pas en s’arrangeant. Il reculait l'échéance à chaque nouvelle lettre écrite. Et pourtant, Kreattur avait tenté de le prévenir en disant : « Maître Regulus, plus vous attendez, plus cela sera difficile... » Le Serpentard le savait, mais il n'y arrivait pas. Comment prendre le risque de la perdre ? Il savait qu'un jour cela finirait ainsi, mais il ne s'attendait pas à ce que ce jour là soit si proche.

Mais ce matin-là, Regulus avait tenté de positiver. Une brève accalmie l'avait poussé à enfourcher son balai et à s'envoler loin, très loin de Londres et de sa demeure, oubliant peu à peu ses problèmes. La sensation qu'il ressentait en volant au-dessus de la cime des arbres était celle qu'il affectionnait le plus : la liberté. Regulus n'avait jamais été libre. Depuis sa naissance, il était enchaîné à son nom, à son rang, à son Sang, et ne pouvait s'en défaire. En tout cas, pas tout seul. Il avait abandonné depuis longtemps cette lutte là, qui était bien trop forte pour lui. Le vent lui sifflait aux oreilles et décoiffait ses cheveux. Presque machinalement, l'attrapeur se rendit à la clairière, près d'un bosquet en dehors de Londres. LA clairière. Ce petit coin de paradis rappelait tant d'heureux souvenirs à Regulus qu'il adorait y aller, même si cela lui évoquait que désormais, cette époque était révolue et appartenait au passé. Pourquoi vouloir encore et toujours remuer la spatule dans le chaudron ? Sirius lui avait tout appris dans cet endroit, et pourtant... Allongé dans l'herbe encore mouillée par la rosée du matin, le garçon ferma les yeux, et tenta de profiter de l'instant présent. Un violent orage se présenterait bientôt à l'horizon, et celui-ci déchaînera tout sur son passage, faisant voler aux éclats tout reste de sensiblerie qui demeurait encore dans le cœur du jeune Regulus. La vie n'avait jamais été facile pour lui, c'était certain. Après quelques heures, il se décida à rentrer. Une fois dans sa chambre, il voulu nettoyer son balai et se rendit compte qu'il n'avait plus assez de produit pour pouvoir le faire convenablement. Le cadet des Black aurait bien envoyé Kreattur faire quelques petites emplettes à sa place, mais il aimait bien cette boutique, sur le chemin de Traverse : le magasin de Quidditch. Et puis, cela le ferait sortir un peu. Peut-être y rencontrera-t-il un élève de sa maison ? Décidé, Regulus attrapa sa cape pour le protéger du vent, ainsi que son écharpe aux couleurs de Serpentard, et entra dans l'âtre de la cheminée. Et oui, il n'avait pas encore dix-sept ans, et ne pouvait donc pas encore transplaner. Il avait suivi les cours donnés à Poudlard, et avait réussi tous les tests très facilement. C'était au final très simple, mais Regulus n'avait pas encore accès à ce mode de déplacement ultra-rapide. Il atterrit dans une des cheminées de Gringotts pour pouvoir retirer de l'argent sur son compte personnel. Il regarda longuement la banque des sorciers. Après tout, il avait une chance sur deux de se retrouver ici lorsqu'il aurait obtenu ses ASPICS. En effet, Regulus avait désormais deux vœux pour son avenir : joueur de Quidditch professionnel, ou briseur de maléfices. Il avait lu énormément de documents, et Gringotts offrait la meilleure formation qu'il soit pour ce métier. Après avoir rempli sa bourse de Gallions, il se précipita dans la boutique de ses rêves, coincée entre un magasin de foulard et la papeterie.

Dans les rayons, il croisa Kevin Jugson, lui fit son plus plus grand regard noir, et le pauvre garçon sortit du magasin sans demander son reste. Regulus ne l'aimait pas celui-là, c'était physique, c'était chimique. Il ne pouvait pas le voir, c'est tout. Il prit ce qu'il avait besoin et ne put s'empêcher d'aller voir les nouveaux modèles de balais. Les bras remplis de produits en tout genre, il ne vit pas qu'il fonçait en plein sur une jeune fille à la couleur de cheveux aussi rousse que Lily Evans. Il la bouscula, fit tomber ce qu'il tenait dans les bras et la fille atterrit par terre. Il dit alors :
« Je suis sincèrement désolé mademoi... » Puis, il se rendit compte à qui il avait à faire. «  Ahhh... ce n'est que toi. Je ne suis pas vraiment désolé en fait. »
Il s'agissait de Evey Lowan, la nouvelle préfète-en-chef, autrement dit, son homologue féminin.
Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 3303
Age : 17 balais
Groupe : Un phoenix préfète en chef des lions et gardienne de Quidditch.
Caractère : Enthousiaste, naïve, enjouée, déterminée
Crédits : : (c)Evey
Date d'inscription : 14/04/2008




Evey Lowan

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 23
MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   Sam 8 Oct - 18:36

L’année avait finie par s’achever. D’ordinaire joyeuse, Evey était rentrée chez elle avec un pincement au cœur. Les aurevoirs avaient été plus lourds que les années précédentes. Et pour cause, nombreux de ses plus proches amis ne montreraient pas le bout de leur nez au mois de septembre prochain. Un soupir souleva tristement la poitrine de la jeune sorcière. Allongée dans son lit elle n’arrivait pas à trouver le sommeil. Même le son de la pluie contre le carreau de parvenait pas à apaiser son cœur. Elle allée se retrouver presque seule l’année prochaine. Certes il y avait encore Lyra, mais depuis la dernière entrevue qu’elle avait eu avec Torben elle ne savait pas trop comment se comporter avec la serdaigle. Devait-elle lui en faire part ? Lui révéler ce que son grand frère lui avait confié ? Hécube aussi serait toujours l’année prochaine, mais les deux jeunes femmes semblaient séparées par un mince voile depuis quelques temps et Evey ne parvenait pas à savoir pourquoi, ce qui l’énervait au plus haut point. Un immense sentiment de solitude l’envahit soudain et lui arracha une larme. Et elle n’avait même pas son propre frère à ses côtés pour lui remonter le moral. Et pourtant en revenant de Poudlard elle avait espéré pouvoir venir se ressourcer auprès de lui. Mais il avait du partir en Egypte faire un stage auprès des soigneurs de dragons. Il en avait profité pour amener sa fiancée moldue avec lui, elle qui ne savait pas il y a encore quelques mois de ça que la magie existait autre part que dans les livres ! Mais vu que la famille Lowan ne roulait pas sur l’or, la rouquine n’avait pas pu partir avec eux…Pour son plus grand désespoir. Certes Alice et elle avait prévues de se voir cette été…Mais sa sœur de cœur avait été beaucoup prise de son côté pour organiser sa nouvelle vie. Un nouveau pincement la fit se retourner dans son lit. Comment allait-elle faire pour vivre une année sans Alice à ses côtés ? A qui confierait-elle se soucis ? Ses doutes ? Ses peurs ? Avec qui partagerait-elle ses joies et irait-elle boire des bierre-au-beurre à Près-au-Lard ?

Au final, Evey ne dormi que quelques heures cette nuit là, passant d’un semi-sommeille à la veille complète, le tout mêlé entre rêves et pensées. Autant dire qu’elle se leva avec une tête affreuse et les yeux rouges. Pourtant elle n’en pouvait plus de se retourner dans ses draps et quitta son lit de bonne heure. Plus que tout elle avait besoin de prendre l’air et de voir des gens, de retrouver l’agitation humaine, le flot des corps qui lui démontrerait qu’elle était bien loin d’être seule au monde. Et même si les vents soufflaient toujours avec autant de violence sur les falaises de l’île où résidait la famille irlandaise, la jeune femme enfila sa cape et ses bottes et parti de bon matin pour une petite promenade le long des côtes. Le vent et la pluie finirent par la réveiller comme il se doit et elle retrouva un peu de son entrain habituel. Ne cherchez pas, elle doit être la seule personne au monde à aimer la pluie et le déchaînement des éléments. Vous comprenez, ça la fait sentir de nouveau vivante, vibrante sous les forces de la nature. Elle se sent part entière de ce monde.
Lorsqu’elle franchit de nouveau la porte de la maison, sa mère l’accueillit avec réprimande, serviettes et chocolat chaud. Evey se laissa bichonner par cette dernière sans trop ronchonner puis annonça qu’elle comptait se rendre en ville pour faire quelques courses. A cette annonce la jeune sorcière se retrouva avec une liste de petites courses à faire ainsi que ses deux jeunes frères et sœurs heureux eux aussi de quitter pour le moment le cocon familial. Après avoir juré et promis une bonne dizaine de fois de faire attention aux deux jeunes pousses, le trio s’engouffra dans la cheminée en direction de Londres.

La matinée était déjà bien avancée quand ils arrivèrent dans les rues fréquentées du chemin de traverse. En Angleterre la météo semblait plus clémente aujourd’hui, il ne pleuvait pas pour le moment. Un exploit au vu de l’été mouillé auquel ils avaient droit. Evey avait toujours été émerveillée par cet endroit qui regorgeait d’objets en tout genre, de toutes les couleurs. Il y en avait pour tous les goûts avec pour seul maître mot la magie. Accompagnée des jumeaux elle fit un petit crochet par l’impétueuse banque, histoire de pas faire les courses les mains vides. Elle ne put retenir un frisson lorsqu’elle passa les immenses portes de la bâtisse. C’était impressionnant certes, mais il y avait aussi le souvenir de son attaque qui flottait autour d’elle. Evey revu pendant un court instant Alice dans son lit d’hôpital et elle du serrer les dents pour ne pas lâcher une larme. Toute cette guerre était injuste. Inconsciemment elle se rapprocha de son frère et de sa sœur, elle devait les protéger contre tout ce mal. C’était son devoir.

Au contact de la foule, Evey se détendit, comme elle l’avait espéré. La solitude lui pesait plus que tout en général, elle avait toujours eu besoin du contact des autres, d’évoluer parmi un groupe, sans quoi elle se perdait dans des questions et des interrogations sur elle-même et le sens de la vie qui la rendait mélancolique. Et dieu sait qu’elle détestait ça !

L’heure de manger approchait, mais le petit trio passa de un magasin qui les stoppa net dans leur élan dans une pulsion commune. Sans même se consulter, ils poussèrent les portes et s’engouffrèrent dans la boutique. La chaleur de l’endroit leur arracha un léger frisson de bien-être.

-On se retrouve à l’entrée dans une demi-heure ! Lança-t-elle avec un air amusé aux deux silhouettes qui disparaissaient déjà dans la foule.

Le magasin de Quidditch. Elle pourrait y rester des heures si personne ne la sortait de là par la main. A vrai dire, même si elle n’avait rien de spécial à acheter, elle en ressortait toujours les bras chargés de paquets. Ce jour-là ne devait pas faire exception, Alors qu’elle flânait autour des accessoires à balai, elle repéra une paire de gant en cuir rouge envoûtant, parfait pour aller avec sa tenue aux couleurs de son équipe. Depuis le dernier match les siens étaient dans un été pitoyable et si elle voulait pouvoir faire honneur à son poste de gardienne, elle se devait de s’en procurer de nouveaux. Comme ceux là justement. Elle s’en empara d’un geste excité et s’apprêta à continuer son exploration lorsqu’elle se fit percuter par une masse énorme qui la fit atterrir sur son séant aux côtés d’une multitude de paquets appartenant sans doute au malotru qui ne voyait pas plus loin de que son nez. Ce dernier eu quand même la présence d’esprit de s’excuser mais ne termina jamais sa phrase. Evey n’eu aucun mal à comprendre pourquoi car au même moment elle écarquillait les yeux en reconnaissant sous les couleurs vert et argent de son écharpe, son nouveau « partenaire ».

-Comme si tu avais déjà été vraiment désolé pour quelqu’un Black, dit-elle en se relevant d’un geste vif.

Elle se planta face à lui le regardant calmement. Ils ne s’étaient pas retrouvés face à face depuis assez longtemps, la dernière fois d’ailleurs, Anna devait faire tampon entre eux. Mais plus aujourd’hui, il n’y avait qu’eux deux.


-Alors. J’ai appris qu’on allait former une sorte de duo l’année prochaine !
Ajouta-t-elle tout de suite avec un petit sourire. A dire vrai, elle-même n’en avait pas grand-chose à faire. C’est vrai, elle ne l’aimait pas spécialement, mais elle ne le connaissait pas non plus assez pour le détester complètement.
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   Dim 9 Oct - 10:14

Le magasin de Quidditch était plein de ressources. Regulus ne comptait plus le nombre de fois où il s'était enfermé dans cette boutique durant des heures et des heures, rien que pour avoir le plaisir de toucher les nouveaux balais de collection, les nouveaux équipements... L'odeur d'un balai neuf, il n'y avait rien de tel pour faire succomber l'Attrapeur. Lorsqu'il pénétrait chez Quidd'land, c'était impossible d'en ressortir sans acheter quelque chose, non, c'était impossible. Comment résister à tous ces interminables rayons de produits aussi intéressants les uns que les autres ? Un vrai joueur de Quidditch ne pouvait pas. La passion de Regulus pour ce sport remontait à sa toute petite enfance, il ne se souvenait plus vraiment, mais on le lui avait raconté. C'était Andromeda Black, sa cousine, qui avait expliqué à son frère Sirius comment enfourcher un balai, et le petit garçon, s'était empressé de montrer ça à son cadet. Après cette journée-là, nombres de matinées, d'après-midi, de soirées, furent passés à voler partout à travers la maison ( enfin, partout où les parents Walburga et Orion Black n'étaient pas ), car il arrivait souvent quelques "petits accidents", comme lorsque Sirius avait cassé un vase qui était dans la famille depuis des générations, ou lorsque Regulus avait viré de bord trop tard, et s'était retrouvé aplati contre le mur, ce qui avait provoqué la chute du tableau du vieux Phineas, leur arrière-arrière-grand-père... Il était certain que le Quidditch leur avait créé bien des soucis, et c'est pourquoi, ils trouvèrent vite un petit coin de paradis non loin de chez eux, dans une petite clairière, où pouvoir s'entraîner efficacement, à l’abri des regards des moldus. Puis Regulus fut pris dans l'équipe de Quidditch de Serpentard, lors des sélections, en deuxième année, et rien n'aurait plus lui faire plus plaisir. En découvrant le jeu d'équipe, il avait alors compris qu'il adorerait en faire son véritable métier. Seulement, les places pour y accéder étaient très difficiles à avoir... Et il craignait également que ce passe-temps devienne alors comme une corvée s'il se voyait forcer de s'entraîner cinq ou six heures par jour. Alors, dès la troisième année, Regulus avait choisi l'option arithmancie. En effet, on lui avait parlé du métier de Briseur de Maléfices, où il était obligatoire d'obtenir un ASPIC dans cette matière, et le garçon était bien tenté par cette seconde alternative. C'était en quelque sorte sa porte de secours, au cas ou.

L'année s'était terminée aussi vite qu'elle avait commencé, et Regulus n'arrivait pas vraiment à se rendre compte que dans deux petits mois, il serait en septième année, avec la pression des ASPIC sur les épaules. Le jeune homme n'était pas le genre de personne qui stressait pour les examens, en effet il avait réussi ses BUSE sans fournir aucun effort, ou presque. Enfin, peut-être un peu en Histoire de la Magie, la matière qu'il détestait le plus au monde. Mais sinon, tout c'était très bien passé et il était rentré chez lui avec de nombreux Optimals. Regulus était également chagriné de s'apercevoir que désormais, il ne verrait plus certaines personnes chères à son cœur. Les au revoirs avaient été difficiles, surtout en ce qui concernait le départ d'Harry Over, qu'il aimait beaucoup. Bien entendu, le départ de son frère l'avait également touché, car il savait désormais qu'il ne le reverrait sans doute plus jamais. Mais de toute manière, il avait dit adieu à son frère il y a bien longtemps. Le temps des réconciliations n'était plus, et ne sera sans doute plus jamais. Regulus avait offert à son frère de nombreux signes que son aîné n'avait su saisir. Ce n'était plus la peine d'en parler. C'était terminé. Plus rien ne les liait, si ce n'était leur hémoglobine.

Regulus sortit de sa stupeur en réalisant que cela faisait bien cinq minutes qu'il regardait les produits d'entretien de balai sans choisir. Un membre de l'équipe du magasin s'approcha vers lui avec un grand sourire, voulant certainement lui proposer son aide. Une jeune fille aux abords aguicheurs. Probablement une nouvelle. Regulus connaissait tous les vendeurs de ce magasin tellement il y venait souvent. Le Serpentard la fusilla du regard, et la pauvre fille, vexée, tourna les talons en balançant langoureusement les hanches. Le garçon réprima son envie de vomir. Que faisait une fille comme ça dans une boutique de Quidditch sérieusement ? Elle ferait mieux d'aller au Salon de Thé ou dans la boutique de Madame Guipure. Il laissa échapper un petit rire en songeant qu'elle serait parfaite pour la ménagerie Magique. Pauvre fille, elle qui avait certainement très peur de se casser un ongle, il ne fallait pas lui demander de s'occuper de rats ou d'hiboux...

Choisissant son produit habituel, Regulus ne put s'empêcher d'acheter la toute nouvelle gamme d'équipement pour Attrapeur, constituée de gants avec chauffage intégré, très pratique pour les entraînements hivernales, d'une cape coupe vent, et autres matériels du même genre. Et c'est ainsi qu'il de dirigea vers la caisse, affublé de toutes ses choses plus encombrantes les unes que les autres. Regulus soupira en voyons que Evey Lowan se tenait devant lui, ou plutôt par terre. Plus pour la forme que par véritable politesse, il lui offrit sa main pour l'aider à se relever. Seulement, elle la refusa et se leva rapidement, comme si elle craignait qu'il lui saute dessus pour la manger.

Cela faisait déjà bien longtemps qu'ils ne s'étaient pas réellement confrontés tous les deux. A vrai dire, la dernière fois qu'il lui avait parlé, Anna était encore présente, de l'eau avait coulé sous les ponts depuis. Il savait qu'Anna avait tenté d'expliquer à ses "amis" Gryffondors qu'il pouvait être quelqu'un de bien, mais Regulus n'avait jamais rien demandé. Il se fichait de savoir ce que l'on pensait de lui, et cela n'avait plus aucune importance désormais.
« Qu'est-ce que t'en sais Lowan, tu ne me connais pas ! » lui répondit-il sur un ton aussi sec que cassant.
Mais il n'avait plus envie de faire des efforts. Il était fatigué d'en faire, surtout pour rien. Les gens le prenaient souvent pour quelqu'un de froid et de sarcastique, et c'était ce qu'il était, malgré lui, mais de là à croire qu'il n'éprouvait aucun sentiment... Il ne fallait pas pousser non plus. Elle était plantée devant lui comme un piquet, et ne semblait pas vouloir bouger. Regulus ramassa ses affaires, grommela un peu, et commença à s’éloigner lorsqu'elle parla de nouveau. Le jeune homme se retourna, surpris. Tiens, mais qu'est-ce qu'elle voulait celle-là avec son petit sourire aux lèvres ? Qu'est-ce qu'elle croyait, qu'ils allaient faire amis-amis peut-être ? Non, mais fallait pas rêver ! Elle orienta le sujet sur leur nouvelle fonction à tous deux, celle de préfet et préfète-en-chef.
« Oui, je t'avoue que j'ai été surpris, mais malheureusement, j'aurais préféré avoir Lyra comme partenaire. »
Pas franchement sympathique comme réponse. Mais il ne pouvait faire mieux. Il aurait vraiment voulu que Lyra soit la préfète-en-chef, pour qu'ils puissent s'amuser et rire ensemble, et se voir plus souvent grâce à cela. Il ne connaissait pas bien Evey, tout ce qu'il savait, c'était qu'elle avait été une amie proche d'Anna et aussi qu'un jour où il avait trop bu, il avait tenté de la séduire. Sinon, il savait d'elle que c'était une combattante hors pair en matière de Quidditch et qu'elle méritait bien sa place de gardienne. C'était bien peu comme informations.
Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 3303
Age : 17 balais
Groupe : Un phoenix préfète en chef des lions et gardienne de Quidditch.
Caractère : Enthousiaste, naïve, enjouée, déterminée
Crédits : : (c)Evey
Date d'inscription : 14/04/2008




Evey Lowan

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 23
MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   Jeu 27 Oct - 21:31

[hj: C'est pas très long désolée.... ]

Espérer que Regulus lui réponde gentiment aurait été folie, mais tout de même la jeune sorcière avait attendu un ton un peu moins dédaigneux. Elle se rappela alors pourquoi elle n’en savait pas beaucoup plus sur lui. Vu comment il se comportait avec les autres personnes, ça n’engageait pas vraiment à faire la causette. Et dire qu’un type comme lui allait devenir préfet en chef ! Je ne vous raconte pas le tableau ! Une vraie terreur des couloirs, le terrible serpentard à qui il ne vaut mieux pas adresser la parole sous risque de se faire tuer du regard. Evey se demandait comment Anna avait pu réussir à briser la glace de cette figure de marbre. Pas une seule seconde la sorcière ne doutait qu’il devait être un chouette type pour ses amis, peut-être même attentionné et doux avec les plus intimes. Mais ceux-ci devaient aussi être rares et appartenir plus ou moins au même monde. Quand elle pensait à Sirius, elle ne pouvait comprendre comment lui avait réussit à se dégager de sa famille et de leur préjugés, et que son jeune frère, non. Comment ne pas penser alors qu’il partage certaines des convictions de la fameuse famille Black ? Il en avait le portrait parfait, avec l’attitude impétueux qu’il fallait. Pourtant la jeune sorcière ne pouvait se résoudre complètement à le juger seulement sur cette première impression qu’il donnait. Peut-être ne découvrirait-elle jamais la « bonne facette » du jeune homme, peut-être en resteraient-ils toujours à cette sorte d’aversion froide sans jamais essayer de se connaître au-delà des apparences.
Elle le regarda ramasser ses affaires sans mot dire avant de reprendre la parole alors qu’il commençait déjà à lui tourner le dos. C’était trop bête ! Pour une fois qu’ils se croisaient hors du contexte Serpentard/Gryffondor, hors de Poudlard, comme des jeunes adultes. Et puis, ils étaient dans un magasin de Quidditch non ? N’était-ce pas une des choses qui les réunissaient ? C’est pourquoi elle entama une sorte de début de conversation. Qui elle non plus ne fut pas d’un grand succès. Regulus semblait tout faire pour fuir au plus vite et continuer son chemin. Ses yeux bleus plongèrent au fond du regard du sorcier. Elle comptait bien cette fois ne pas le laisser partir aussi facilement. Au final, ce côté bourru et inaccessible l’amusait. Il en était presque ridicule, ou plutôt pathétique.

-Tu as raison Regulus, je m’excuse, je n’aurais pas dû dire cela, je ne te connais pas, et je suis sûr que tu sais faire preuve de beaucoup de sympathie envers ceux que tu te donnes la peine de ne pas rembarrer sans demander leur reste.

Evey haussa les épaules avec une petite moue à moitié amusée où perçait tout de même une pointe de sincérité. Sans lui laisser le temps de bouger ni même d’ouvrir la bouche, elle reprit la parole sur un ton toujours aussi sympathique et chaleureux.

-Eh bien il faut croire que nous avons plus de points en commun qu’il ne paraît. Si je compte bien ça nous en fait au moins deux !

D’un geste de tête la rouquine désigna les articles qu’il détenait dans ses bras.

-Je parle de Quidditch bien sûr et de Lyra aussi. J’aurais beaucoup aimé l’avoir à mes côtés comme préfète-en-chef. Malheureusement pour moi Dumbledore tient à garder une certaine mixité n’est-ce pas ! Ne t’inquiètes pas, je ne tiens absolument pas à faire l’hypocrite et faire amie-ami avec toi,
ajoute-t-elle en réponse au regard que le sorcier semblait lui lancer et qui voulait dire quelque chose du genre « Arrête de jouer la copine avec moi ». Le fait est que, pour l’instant Black, je ne vois rien qui me pousse à te jeter un sort de dentesaugmento, bien que je ne te porte pas dans mon cœur.

A présent elle le regardait sincèrement, calmement. D’un rapide coup d’œil elle s’assura que son frère et sa sœur étaient toujours dans les parages. Et ils l’étaient en effet, occupés à s’émerveiller devant une reconstitution en miniature d’un terrain des Quidditch avec les deux plus grandes équipes du monde s’affrontant. Un léger sourire nostalgique flotta sur ses lèvres quelques secondes avant qu’elle ne reporte son attention sur le jeune homme en face d’elle. Il était loin le temps où elle riait sans se soucier de rien, juste de l’instant présent et des merveilles qui s’offraient devant ses yeux.

-D’ailleurs ça me fait penser, je ne crois pas avoir eu l’occasion de te féliciter pour le dernier match. Vous vous êtes plutôt bien battus, si on oublie les quelques bavures bien sûr ! Reprit-elle avec un petit sourire entendu. Le souvenir du cognard qu’elle avait reçu en pleine tête lui était resté quelque peu entre la gorge.

Demander à des Serpentard d’être fairplay c’était tout aussi inespéré que de voir Regulus lui sourire amicalement. Mais tout de même, elle avait eu des migraines plus d’une semaine après le match malgré les potions au goût amer de poubelles macérées que la sorcière prenait tous les soirs avant de fermer les yeux. Heureusement l’infirmière du château lui avait promis que sa boîte crânienne ne s’en souviendrait pas, elle avait entendue un joli craquement osseux lors du choc. Certes, le poursuiveur avait aussi été la cible des petites boules noires, et il savait mieux que quiconque leur ravage.
Qu’espérait-elle vraiment en essayant de lui parler ainsi ? Evey elle-même ne le savait pas. Peut-être cherchait-elle juste un peu de compagnie, ce qu’elle était venue chercher en venant ici…Avoir quelqu’un avec qui discuter de choses et d’autres, des choses de son âge.
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   Ven 28 Oct - 9:37


« Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?
Je ne saisis pas bien la raison de ta venue. »

Regulus ne comprenait rien. Cette fille l'avait ignoré pendant six longues années, l'avait regardé avec mépris, avait écouté son frère colporter toutes les saloperies du monde sur lui, et maintenant qu'avait-elle à vouloir lui parler comme si de rien n'était ? Le Serpentard demeurait sur ses gardes, peut-être voulait-elle des informations ? Mais des informations sur quoi exactement ? Le cerveau du jeune homme réfléchit à toute vitesse, et décida de jouer le jeu, pour voir où cette conversation allait le mener. Il était désireux de comprendre. Et cela l'emportait sur tout le reste. Mais il était vrai qu'ils allaient être amené à se voir de plus en plus souvent maintenant qu'ils étaient tout deux préfet et préfète-en-chef, alors autant essayer de rester poli et d'entretenir une relation neutre qui ne pourra qu'être bénéfique aux jeunes gens. Peut-être que cela sera bien plus simple maintenant que Sirius n'était plus là pour surveiller tous les faits et gestes de son frère... maintenant qu'il n'était plus là pour l'empêcher de "corrompre" ses si chers amis... maintenant qu'il n'était plus là pour faire quoi que ce soit. Deux préfet et préfète-en-chef qui se disputent sans arrêt, cela ne donne pas une très bonne image aux autres élèves. Regulus prit sur lui pour ne pas s'enfuir en courant. Non pas qu'il avait peur d'elle, certainement pas, mais juste parce qu'un seul liait les unissait encore, en dehors du Quidditch bien entendu : Anna. L'amitié qu'il avait ressenti envers cette ancienne Serpentarde avait été si profonde... Anna, la brebis galeuse chez les Serpents, amie avec des Gryffondors... Mais comment lui en vouloir ? Elle était sa meilleure amie, mais désormais, tout était fini, et il ne regrettait plus rien. Elle l'avait oublié, comme elle avait oublié tous les autres. Ne donnant plus aucune nouvelles, à personne. Il savait qu'Anna et Evey étaient aussi très proches, mais là n'était pas la question.

Regulus soupira doucement, et tente de faire quelques efforts. Cela serait difficile, c'était certain, mais ça valait peut-être, oui peut-être, le coup. Il l'écouta se confondre en excuses plus ou moins sincères. Étonné, le garçon répliqua doucement :
« Oui, cela soit être quelque chose comme ça... »
Des amis, bien sûr qu'il en avait ! Mais ceux qui comptaient vraiment, il espérait ne jamais avoir à les quitter. Nox, son aide la plus précieuse, son pallié, son confident, que ferait-il sans lui ? Quant à sa sœur jumelle, Lux, elle lui avait été d'un grand soutien depuis qu'ils s'étaient réconciliés. La petite Kaelyn devait être protégée du mal, et Regulus était là pour cela. Et il y avait Caïn, une bizarrerie aussi étrange ne pouvait qu'être ami avec un personnage aussi froid et sarcastique que le Serpentard, et leur passion pour l'art, la peinture et le dessin les avaient rapprochés. La petite Lyra également. Et Harry, bien entendu, Harry. Avec lui, c'était totalement différent. Leur amitié s'était construite contre toute attente, sans qu'il n'en voie rien venir. Peu de gens connaissaient l'existence de cette relation qui les unissait, car personne ne le comprenait non plus.

Evey reprit la parole en lui assurant qu'ils avaient plus en commun qu'ils ne le croyaient. Elle prononça le prénom de Lyra, et Regulus se surprit à sourire. Cette petite Serdaigle était décidément bien appréciée à Poudlard ! En tout cas, le Serpentard l'aimait bien, étrangement, il savait d'avance que s'il rencontrait Lyra, il allait rire, car avec elle, on s'amusait toujours. Regulus n'oubliait pas tous les moments qu'ils avaient passé tous les deux, surtout celui où ils avaient dansé la.. la valse au milieu du parc de Poudlard ? Et où Regulus avait perdu l'équilibre et s'était retrouvé les quatre fers en l'air ? Non, il n'oubliait pas. C'était magique.
« Bien sûr, je comprends. Lyra est quelqu'un de génial. Tout le monde aimerait l'avoir comme amie j'imagine. La connaissant plutôt bien, je sais à quel point elle peut se montrer attachante lorsqu'elle le veut. »
Lui lancer un sort ? Pourquoi pas après tout ? Cela clorait la conversation, et au moins, il pourrait partir tranquillement. Mais apparemment, Evey avait bien l'intention de continuer à discuter avec lui. Faire des efforts, faire des efforts, faire des efforts, faire des efforts. Regulus se répéta cela. Il allait devoir la supporter pendant un an à ses côtés, alors autant essayer d'avoir des relations au moins.. cordiales avec elle. Elle parla aussitôt de Quidditch. Rien de plus normal après tout, ils se trouvaient tout deux dans Quidd'land, et faisaient partie de leurs équipes respectives Poudlard. D'ailleurs, Regulus aurait bien aimé savoir qui McGonnagal avait choisi comme nouveau capitaine après le dernier match... D'ailleurs, Evey l'évoqua, et le félicita presque. C'était vraiment trop bizarre.
« Euh.. merci. Finalement, même sans Harry et sans... » Regulus pinça les lèvres et évita de prononcer le prénom tabou qui commencer par un S. « sans l'autre poursuiveur, vous vous en êtes bien sortis vous aussi. C'était un beau match. J'avoue que je me suis bien amusé malgré le stress ressenti en tant que capitaine. Oui, les quelques bavures... Nous ne parlerons donc pas du Cognard envoyé par Solstice sur ma personne après deux minutes de jeu, ou du seau d'eau envoyé par un Poufsouffle lorsque j'allais m'emparer du Vif. Oublions-ça. Les Cognards... Rah... Personnellement, j'ai encore mal à cause du deuxième, lorsque je suis rentré dans les tribunes. J'ai l'impression que quelque chose ne va pas dans mes yeux, c'est flou de temps en temps. »
Par Merlin mais qu'est-ce qu'il lui prenait ! Il parlait à une Gryffondor par à un ami Serpentard ! Mais pris dans la conversation, lorsqu'on lui parlait de Quidditch, il se laissait vite emporter. Les yeux bleus d'Evey fixaient ceux bleus-argentés de Regulus, avec une telle intensité qu'il se sentirait presque mal à l'aise. On aurait dire Lux qui tentait de lire en lui. Le pire, c'est qu'elle y arrivait tout le temps. Mais ce n'était pas si simple de découvrir le véritable Regulus car il était très profondément enfoui en lui. Les prunelles d'Evey dévièrent un instant. Le Serpentard suivit son regard et tomba sur deux petits enfants qui ressemblaient à la Gryffondor. Les mots faire des efforts, faire des efforts, faire des efforts, lui revinrent à l'esprit. Regulus posa la question.
« Des frères et sœurs peut-être ?»
Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 3303
Age : 17 balais
Groupe : Un phoenix préfète en chef des lions et gardienne de Quidditch.
Caractère : Enthousiaste, naïve, enjouée, déterminée
Crédits : : (c)Evey
Date d'inscription : 14/04/2008




Evey Lowan

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 23
MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   Ven 28 Oct - 13:12

Une nouvelle lueur brilla dans les yeux de la jeune sorcière lorsque Regulus sembla s’adoucir. Avait-il comprit que ses intentions n’étaient nullement fourbes ? Qu’elle cherchait juste à parler avec lui, le plus naturellement du monde ? Certes, les récits de Sirius sur son frère cadet n’avaient pas manqués de marquer Evey, mais n’avait-elle pas pour principe de laisser une chance à tout le monde ? Et même s’il ne serait pas des plus faciles de le faire pour le jeune Black, elle se forcerait à rester le plus neutre possible. A dire vrai, ce revirement était dû en particulier à l’aîné de la fratrie. Après son comportement avec Anna et tout le tralala, la rouquine avait quelque peu revu les choses sous un autre angle. S’il avait pu tromper la femme qu’il disait aimer, alors peut-être essayait-il de tromper tout le monde au sujet de son jeune frère. Bref, pour conclure, la jeune sorcière prit la décision en le croisant par hasard ce jour-là de lui laisser une chance de lui prouver qu’il n’était pas si détestable que cela. La preuve en était qu’il savait se faire des amis surprenants tels qu’Anna ou Lyra…

A sa remarque il acquiesça plus ou moins dans son sens. Il reconnaissait être comme un verracrasse, enfermé derrière sa carapace ! Bien qu’il n’ai que cette dernière en commun avec un ce monstre laid et puant. Elle s’était toujours demandée comment son propre frère pouvait aimer passer du temps à soigner ce genre de bête. Et encore, ce n’était pas l’une des plus immondes ni des plus difficiles à s’occuper. Le monde magique est rempli de créatures plus horribles les unes que les autres. Prenez les dragons par exemple, ça fait toujours sont petit effet de dire « Moi je bosse avec des dragons », mais quand il s’agit de s’en occuper sérieusement, de les approcher de près…C’est autre chose ! Ils sont immenses, plein d’écailles acérées, et ne veulent qu’une chose, vous mangez en brochette ! On peut rêver mieux comme animaux de compagnie non ?

Evey ne pu s’empêcher de marquer une légère marque de surprise lorsqu’elle aperçu se dessiner un sourire sur les lèvres du jeune homme. Au fond elle était contente de voir qu’ils pouvaient trouver des points communs, aussi infime et communs soient-ils. Au moins les nuits qu’ils allaient devoir passer tous les deux en « équipe » pourraient passer plus facilement s’ils parvenaient à échanger deux trois mots sans se crier dessus et finir par s’arracher les cheveux. Le serpent parla à son tour de Lyra, la décrivant comme elle l’était, géniale et attachante. Oh oui ! Combien de fois la jeune irlandaise avait-elle pu rire avec elle ? Et puis, n’était-ce pas l’une de seule avec qui elle pouvait parler de Torben sans soulever chez l’interlocuteur un étrange mutisme accentué par de gros yeux qui en disent long ? Certes, son point du vue sur le moldave avait un peu changé depuis sa dernière entrevue surprise avec ce dernier, mais tout de même, la Serdaigle était une jeune femme exceptionnelle !


-Encore une fois tu as raison Regulus, c’est une personne incroyable, un être comme on en trouve rarement ces derniers temps. Je suis heureuse de savoir que tu la place si haut dans ton estime. Il faut croire qu’elle fait partie de ces rares personnes dont je te parlais à l’instant.
Ajouta-t-elle avec un petit sourire.

La conversation s’orienta naturellement vers le Quidditch à l’initiative d’Evey bien sûr. Le quasi emportement du vert et argent lui arracha un sourire non dissimulé. Là elle savait qu’elle touchait un point non pas sensible, mais un point juste. Il était au moins tout autant fou de ce sport qu’elle pouvait l’être. Ses yeux se mirent à briller doucement comme à chaque fois qu’elle se mettait à en parler. Mentalement la rouquine revivait le match, les attaques, les passes, le premier but qu’elle avait laissé passer, puis le cognard, le rage de Bibine, la mauvaise foi des deux équipes…Ah ! Le sport, tout un univers ! Seuls ceux qui jouent peuvent vraiment comprendre l’effervescence qui vous saisit sur le terrain n’est-ce pas ? Comment les autres peuvent-ils juger ses actes d’entorses aux règles qu’ils ne connaissent pourtant que trop bien ?
Les remarques de Regulus arrachèrent un petit rire ou teintait aussi une pointe de fausse indignation.

-Harry nous a beaucoup manqué dans ce match, je ne le cache pas, tout comme cet autre poursuiveur, renchérit-elle avec un regard entendu. Disons qu’on s’est tous bien battus pour le gagner se fichu match ! Pour le premier cognard je ne dis pas, mais la pluie je te rappelle que ce n’était même pas un Gryffondor ! Je t’assure que nous n’avons rien à voir la dedans, je suis même l’une des premières à condamner ce geste ! Je suis contre, si bavures il doit y avoir, qu’elles viennent des joueurs, sinon c’est plus drôle. Enfin bon je me comprends. Et, en parlant de cognard, tu étais peut-être trop occupé à chercher ta baballe jaune, mais celui que je me suis pris en pleine tête simplement pour le plaisir de ce rustre de Peter me donne encore des migraines affreuses, et je ne parle pas des petites étoiles qui brillent de temps en temps…finit-elle avec un large sourire amusé. Un sport de brute comme disait sa mère. La lionne lui revenait toujours couverte de bleus et casser un peu partout mais le sourire aux lèvres et les joues rouges de plaisir. Quand on aime on ne compte pas n’est-ce pas ? En tant que capitaine tu dois encore avoir plus de pression que les autres c’est sûr. D’ailleurs, j’ai hâte de savoir quel sera notre capitaine l’année prochaine ! Et notre nouveau poursuiveur aussi…A bien y réfléchir, on a perdu près du tiers de notre équipe en fait ! Le début de la saison risque d’être dure et fatigante…Ajout-elle à moitié songeuse.

Se laisserait-elle emportée à son tour ? Oui, c’est fort possible, mais peu lui importait. Le Quidditch était une passion qui dépassait toutes les limites, qui répondaient à d’autres codes, d’autres règles. N’avait-elle pas fait des matchs ardus contre Anna elle-même ? Et pourtant pas question de se faire de fleurs sur le terrain en ce temps là !
Regulus avait dû suivre son regard car il lui demanda si les deux petites têtes rousses faisaient parties de sa famille. Le regard d’Evey changea à nouveau prenant une douceur plus douce et presque maternelle.


-Oui, ce n’est pas très difficile à comprendre je crois…Dit-elle, la rousse-attitude était plus qu’une marque de fabrique de la famille Lowan !

Ils étaient encore bien jeune, tout juste sortis de leur première année à Poudlard. Elle les aimait et tenait à eux comme à la prunelle de ses yeux. Et cela la mis un instant mal à l’aise, mais ne manqua pas de ne rien laisser paraître. Elle savait que trop bien les relations difficiles que son interlocuteur entretenait avec sa propre fratrie. Ce n’était pas son genre de vouloir remuer le couteau dans la plaie. Rapidement elle détourna les yeux les laissant vaquer à leur petite exploration du magasin et replongea ses yeux dans ceux de Regulus.
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   Ven 28 Oct - 15:25


« Laisse parler les gens, laisse dire les gens, laisse-les tout simplement.
Moi, je sais qui tu es au plus profond de toi-même. »

Les yeux de la rouquine semblèrent briller de mille feux, et Regulus fit un pas en arrière, de peur qu'elle lui saute dessus. Il ne savait toujours pas ce qu'elle lui voulait, mais bon, elle voulait parler avec lui, donc pourquoi pas ? Ils étaient loin de Poudlard, la rivalité qui opposait – et qui oppose toujours – les maisons Gryffondor/Serpentard n'avait pas lieu d'être ici, à cet endroit qui réunissait les amoureux du Quidditch. Evey semblait sceptique, douteuse, dubitative. Regulus était certain qu'elle cherchait à comprendre, à voir si il était réellement tel qu'on le lui avait décrit, tel que Sirius avait pu le décrire, ou même d'autres garçons de sa maison qui ne le portaient pas spécialement dans son cœur, comme James, et même Lily. Leur dernière altercation remontait à quelques semaines, lorsque la fille Evans avait cherché des noises à Lux. Regulus n'avait pu rester sans rien faire, et s'était retrouvé entre deux eaux. Mais son camp était d'ores et déjà choisi. Entre Sirius et Lux, le choix avait été rapide. Il n'y avait plus rien qui méritait de l'attention dans la relation que le Serpentard entretenait avec son frère. Non, il n'y avait plus rien. Son comportement au match de Quidditch en attestait vivement, il avait osé dénaturer leur sport. En faisant le commentateur, il n'avait pas su être objectif. Enfin, quoi de plus naturel après tout, il en voulait à la terre entière de ne pas pouvoir être sur le terrain, et avait voulu le faire payer à l'équipe de Serpentard. Regulus avait été très déçu, et l'avait même réprimandé devant tout le monde, et apparemment, Madame Bibine était de son avis, et pensait qu'il avait même été trop loin en lui prenant le micro des mains. Sans doute que son merveilleux frère avait oublié tous les moments fabuleux qu'ils avaient passés tous les deux. Le jeune homme lui, ne les oubliait pas, mais ne souhaitait plus y repenser, du moins, pour l'instant. Car pour l'instant, Sirius ne valait pas le coup qu'on s’intéresse à lui.

Bref, en tout cas, Evey Lowan semblait reconsidérer son cas. Regulus n'avait rien demandé, elle faisait ce qu'elle voulait, et il s'en fichait comme de sa première chaussette. Lui, savait qui il était, il n'avait rien à se prouver à lui-même, et par voie de conséquence, rien à prouver aux autres, rien à ne lui prouver. Anna lui avait sans doute parlé de lui, ou peut-être pas. Mais peu lui importait. Seul le présent comptait, et il ne souhaitait plus s'accrocher au passé. La Gryffondor sembla surprise lorsqu'il confirma ce qu'elle disait. Oui, Regulus était quelqu'un de secret, qui avait du mal à se faire des amis. La preuve était là. Son seul véritable ami était Nox, qui était lui-même le frère jumeau de Lux, qui elle-même était amie avec Ciella, qui elle-même était amie avec Kaelyn, qui elle-même... Bref, ses plus proches amis n'avaient été d'abord que les amis de ses amis. Il s'était un peu plus ouvert en ce qui concernait Caïn et Harry, sortes d'alter-ego chez les aigles et chez les lions. Pour Lyra, c'était différent. Entre eux deux, cela avait d'abord été qu'une histoire d'un soir. Mais à son plus grand étonnement, il ne comprit pas pourquoi les Maraudeurs la rejetèrent peu après son arrivée. Et puis, le fait d'être préfets tous les deux les avait également rapproché... Oui, on pouvait le dire, c'était le destin. Et parfois, il faisait bien le choses. Mais parfois seulement, parce que le reste du temps, la vie était une vrai garce.

Oui, Evey fut surprise lorsqu'il sourit. Mais il était un être humain, et parler de ses amis lui faisait du bien, surtout en ce moment, où il ne voyait personne. La solitude était sa seule amie, surtout depuis qu'il leur mentait. Bien entendu, ils n'en savaient rien, mais lui cela lui faisait mal d'imaginer leur réaction lorsqu'ils apprendraient son secret. Il voyait déjà la mine surprise et ébahi de Nox, le sourire désolé de Lux, la haine dans les yeux de Ciella... Le désespoir aussi. Il se lisait déjà si facilement dans ses yeux à lui... Heureusement qu'Evey ne le connaissait pas, sinon, elle l'aurait vite percé jour. Elle était vraiment bizarre cette fille. Et si ils n'avaient pas été tout deux préfets en chef, cela ferait bien longtemps qu'il l'aurait rembarré et qu'il serait parti. Mais Regulus se surprenait lui-même à rester là, à parler avec quelqu'un qui ne connaissait pas et avec qui il n'aurait jamais cru devoir parler. Elle lui dit qu'il avait raison. Regulus haussa les yeux au ciel. N'était-ce pas une évidence pour tout le monde ? Le Serpentard était l'un des premiers de sa promotion, très intelligent sans pour autant en faire trop, alors, bien entendu qu'il avait raison. Oui, il était également très prétentieux. On ne peut pas tout avoir non plus. Lyra était exceptionnelle, et elle le comprenait, et ne le prenait pas au sérieux. Elle l'aimait pour ce qu'il était, et pas pour ce qu'il semblait être, et il lui rendait bien la pareille.
« C'est exact. Elle me comprend, elle ne me juge pas, elle me prends comme je suis et n'essaye pas de me changer. Elle m'accepte, je l'accepte, et c'est très bien comme ça. D'ailleurs, c'est bientôt son anniversaire. »
Ils parlèrent de Quidditch. C'était comme une évidence. Lorsqu'on parlait de ce sport, Regulus avait tendance à s'emballer très rapidement. Mais bon, il voulait en faire son métier alors... Enfin, il ne savait pas vraiment encore, mais c'était son premier choix. Il craignait qu'en devenant joueur de Quidditch professionnel, il perde la flamme, l'envie de jouer, car l'enjeu serait là. Evey semblait être dans le même état d'excitation que lui. C'était trop bizarre, trop inattendu, trop tout. Le Serpentard ne voyait plus rien, ne comprenait plus rien, mais savait juste que s'il ne souhaitait pas passer une année désastreuse, il valait mieux essayer d'être gentil avec elle.
«  J'aurais adoré me confronter une dernière fois au talent d'Harry. J'adorais voler avec lui, on se voyait souvent le samedi matin, dès l'aube, et on s'entraînait ensemble. Je n'ai passé que de bons moments en sa compagnie. »
L'amertume et le regret s'emparèrent de l'esprit du jeune Regulus. Il déplorait la perte de certains de ses camarades et amis qui quittaient Poudlard. Harry figurait premier sur la liste. C'était triste à dire, mais il craignait qu'ils se perdent de vue après cela.
« Cela n'a pas dû être facile pour vous, mais bon, nous, nous avons perdu notre capitaine... Cela n'a pas été simple. Les entraînements étaient tout simplement désastreux au début, tout le monde faisait n'importe quoi, on était tous choqué et déboussolé, et on n'avait pas le cœur à choisir un autre capitaine... Il nous a fallu du temps pour s'en remettre. J'aurais aimé que tout se passe normalement. J'avais pourtant prévenu mes joueurs que la triche n'était pas vraiment toléré... D'accord pour le Poufsouffle, mais il était un de vos supporteurs quand même... C'est du pareil au même. Peter s'emporte facilement, mais bon, c'est le jeu aussi. Sans les batteurs, cela serait moins drôle. J'avoue que tu as du en prendre un coup, mais j'ai bien souffert moi aussi, ça se compense. C'est un sport génial, le plus beau du monde, mais j'ai toujours pensé que c'était un sport d'hommes. Trop violent pour de délicates femmes comme toi ou comme Kaleyn. »
Rahh... Regulus & les femmes, toute une histoire. Tiens, cela lui rappelait qu'il s'était juré de faire monter Lyra sur un balai, elle qui en avait peur. Monter sur un balai, oui, mais jouer au Quidditch... C'était autre chose. Il fallait toujours être dans l'action, faire attention à tout ce qu'il se passait sur le terrain pour être certain de ne rien louper... Tâche encore plus difficile pour le capitaine.
« Ce n'était pas tâche aisée, tu t'en doutes, surtout que je n'avais reçu aucune formation pour, et devenir ainsi capitaine à quelques semaines du match... Mais bon. Oui, je me pose la même question pour mon équipe. J'ignore lorsqu'on l'apprendra. Mhummm... De nouveaux joueurs, c'est toujours agaçant au début, toujours à n'en faire qu'à sa tête... »
Les deux enfants qu'Evey maintenait en surveillance constante étaient aussi roux qu'elles. Regulus n'avait jamais eu la chance d'avoir un petit frère ou une petite sœur. Sans doute que les parents Black avaient cru suffisants de ne faire que deux enfants pour assurer la lignée. La famille Lowan semblait plus nombreuse, et à voir leurs têtes ébahies, une famille bien plus heureuse. Evey les regardait comme jamais personne ne l'avait regardé durant son enfance. Avec amour. Pourquoi fallait-il que sa famille à lui soit bien plus différente que toutes les autres ? Pourquoi n'avait-il pas eu droit au bonheur ? Parce que ce n'était pas le genre d'une famille Sang-Pur qui approuvait les idées mangemoresques de Lord Voldemort. Regulus, lui aurait voulu avoir de l'affection, et de la tendresse. Mais fallait pas rêver non plus. De toute manière, il n'avait plus de famille. Walburga et Orion avaient cessé d'être ses parents le jour où ils avaient voulu le fiancer de force, et Sirius avait cessé d'être son frère, le jour où il n'avait plus voulu porter un seul regard sur lui. Regulus l'enviait. C'était dur à dire, mais oui, il enviait cette sale Gryffondor ! Cette fille qui ne l'avait jamais regardé dans les yeux, jamais comme elle le regardait à cet instant précis. Leurs prunelles s'observaient, lorsqu'il murmura :
« Tu ne sais même pas la chance que tu as. »
Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 3303
Age : 17 balais
Groupe : Un phoenix préfète en chef des lions et gardienne de Quidditch.
Caractère : Enthousiaste, naïve, enjouée, déterminée
Crédits : : (c)Evey
Date d'inscription : 14/04/2008




Evey Lowan

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 23
MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   Ven 28 Oct - 17:50


"Nous devons juste nous efforcer de progresser.
En réfléchissant à ce qui nous entoure, en acceptant de changer,
tout en demeurant nous-même. Toujours

Il pouvait partir, à tout moment, rien ne le retenait. S’il décidait soudain de lui tourner le dos sans se retourner Evey le laisserait partir sans rien demander de plus. Pourtant, il restait là, devant elle, à l’écouter parler. Ce qu’elle faisait d’ailleurs peut-être un peu trop, avec trop d’enthousiasme. Mais elle s’était sentie si seule ces derniers jours. Et puis elle se sentait grandir aussi, mûrir et prendre de l’assurance. Peu lui importait ce qu’il pouvait faire, la sorcière n’avait plus peur d’aller vers les gens, de leur parler ouvertement, comme ça, pour pas grand-chose. A trop rester enfermer dans son petit monde on passe à côté de millions de choses. Certes, une telle philosophie ne signifiait pas pour autant faire une conversation à cœur ouvert, mais juste se tourner vers les autres et ce qui ils sont pour mieux comprendre le monde en formation. Ce qui tombait tout à fait à propos quand on regardait l’année qui s’annonçait. En effet, la rouquine avait vu partir la majore partie de ses amis avec la fin de sa sixième année. Il était temps pour elle de se tourner vers de nouvelles têtes, de nouveaux caractères, de nouveaux amis peut-être. N’allez pas croire qu’elle pensait à Regulus comme tel, loin de là, il y avait une sorte de part d’ombre en lui d’où n’émanait pas grand-chose de bon. Comment l’en blâmer cependant vue l’éducation qu’il avait reçu et surtout la famille hétéroclite dans laquelle il avait grandit ! Même s’il était difficile de le faire, elle n’avait pas le droit de le juger pour ça. Surtout à cet instant où il prenait tout de même le temps de parler un peu avec elle, même si derrière tout ça la sorcière présentait une certaine tension. Le serpent restait sur ses gardes, près à répondre au piège dans lequel il pouvait penser être tombé. Pourtant Evey ne cherchait rien en particulier. A dire vrai, elle n’était pas encore capable de telles choses, d’élaborer un stratagème de longue durée. Peut-être était-ce une de ses faiblesses, mais qu’importe, le moment n’était pas au combat.

Le jeune Black continua à faire l’éloge de Lyra, elle faisait partie des personnes qui ne le jugeait pas, le prenait comme il était. Il est vrai que la moldave avait ce don là humain de ne pas se poser trop de questions sur les autres. Sans doute que la position délicate dans laquelle se trouvait son propre frère l’influençait-elle sur ses choix à elle et sa manière de se comporter avec les autres. Elle les prenait comme ils étaient, comme ça. Cela ne faisait aucun doute que les gens l’appréciaient pour cela. Avec elle on pouvait être soi-même sans se soucier d’être mal jugé ou quoi que ce soit d’autre. Il évoqua l’anniversaire de leur amie qu’ils avaient visiblement en commun, qui approchait de plus en plus. Ce qui rappela à la jeune sorcière qu’elle n’avait toujours pas d’idée de cadeau pour la jeune aigle…Ou plutôt si, elle avait des idées, des centaines et des milliers d’idées, mais aucune qui soit vraiment un coup de cœur où elle pourrait se dire « ça, c’est le cadeau qu’il lui faut ».

-Et j’avoue ne pas encore avoir acheté son cadeau d’ailleurs…Murmura-t-elle pour elle-même.

La jeune femme n’en dit pas plus pour ne pas risquer de se retrouver à faire une sorte de morale à Regulus qui n’en avait surement pas besoin ni envie d’en entendre une. Mais tout de même, si les gens s’amusaient à le juger, c’était aussi parce qu’il renvoyait une image peu engageante et assez hautaine. Or quel moyen existe-t-il pour se protéger des autres, de ceux qui semblent dominer de manière exécrable si ce n’est le dénigrement ? Passer son temps à le rabaisser, se convaincre qu’il est surement le plus perfide des serpentards, c’est plus facile. Plus facile que de se risquer à aller vers lui et se rendre compte qu’il est un homme comme les autres. Mais tout ça, la lionne le garda pour elle, il était inutile de mettre en colère le monsieur en face d’elle. Déjà que la conversation ne tenait qu’à un fil en quelque sorte. Il enchaîna sur Harry et leurs entrainements matinaux, elle-même se remémora les siens, ce sont surement les meilleurs, ceux qui se déroulent quand l’aube est encore blanche et l’herbe lourde de rosée. Au final, elle n’avait que peu côtoyé le poursuiveur des lions, depuis qu’Evey s’était rapprochée de Ron et Neville, le jeune homme semblait la fuir comme la peste, trouvant d’autres occupations plus intéressantes. Lui qui dans les débuts semblait si perdu, au fil de cette année il avait prit une tournure plus rebelle, un peu au James d’avant sa fin de célibat. Par contre pour le Quidditch, c’est sûr qu’il savait y faire. L’équipe des rouge et or allait avoir un début plus que difficile. Il leur faudrait se montrer plus souder que jamais entre les « anciens », montrer aux nouveaux les bons gestes, le bon rythme, la bonne discipline. Pourvu que le nouveau capitaine soit à la hauteur. Car le plus dur avec ce poste c’est la rigidité dont il faut faire preuve envers ses propres joueurs, ses propres amis, comme James savait l’être. Une ne gagner pas un match avec des concessions et des demi-mesures.
Il ne fallait pas être devin pour voir le changement dans la voix et dans l’attitude du jeune homme. Une pointe d’amertume perçait dans son discours. Harry allait sans doute lui manquer, comme Evey allait se sentir seule sans Alice, ni Marlène, Remus, Neville et tous les autres. Heureusement ils garderaient contact, cela était sûr. Ils étaient liés au-delà du château par une chose plus forte, plus importante. L’ordre les unissait.

- Malheureusement ils sont nombreux à quitter Poudlard cette année…L’école ne sera plus pareil sans eux c’est sûr.

La conversation continuait sur le match de Quidditch qui avait opposé les deux équipes antagonistes de l’école. Et sur le sujet il était quelque peu exaspérant. A croire que son équipe avait été à plaindre ! Certes, ils avaient dû remplacer leur capitaine au dernier moment, mais eux n’avaient-il pas eu à trouver un nouvel attrapeur ainsi qu’un troisième poursuiveur à la dernière minute ? Les lions avaient été amputés de deux de leurs meilleurs éléments, mais non, les Serpentards étaient bien plus à plaindre ! Sans compter toutes les tricheries réalisées par les verts et argent lorsque Bibine regardait ailleurs. En comparaison, les Gryffondors étaient des anges !
Evey se contenta de lever les yeux au ciel tout en gardant le sourire. Elle ne faisait pas parti de ceux qui se battent bec et ongles après un match sur ce qui c’est passé en l’air. Les actions étaient finies, le score était là, point barre.


-Peut-être que si vous trichiez moins et étaient moins adeptes des coups fourrés derrière le dos de l’arbitre, vous aussi vous auriez des supporteurs plus fervent et près à tout pour vous défendre. Mais passons, pour les cognards c’est le jeu comme tu dis, je ne me plains pas, ça donne des sensations fortes comme on dit. Je n’ai pas grand-chose contre prendre un cognard pour le principe, mais seulement quand c’est justifié tu comprends…Et merci, mais tu peux garder ton sexisme pour toi. Je crois qu’on a assez montré, que ce soit moi ou Solstice ou même Kaleyn, que nous savions très bien vous en faire voir de toutes les couleurs. Ca vaut bien un ongle casser que de refroidir les élans supérieurs des ces charmants jeunes hommes trop sûr de leur jolis biscotos. Répondit-elle avec un air amusé et ferme à la fois.

Surtout quand on pense qu’elle avait toujours battu son grand frère à ce sport, lui qui n’avait jamais réussit à entrer dans l’équipe. C’était sa petite fierté, alors ce jeune impétueux de Black n’allait surement pas arriver à lui faire entendre que c’était un sport trop violent pour la gente féminine. Il y avait par ailleurs de très bonne joueuse mondialement connue ! Les Harpies de Holyheard par exemple, une équipe féminine et l’une des meilleures d’Angleterre !
Mais déjà Regulus enchaînait sur la problème que posait les nouveaux joueurs. Elle hocha la tête en signe d’approbation, ils allaient devoir passer beaucoup de temps à construire un jeu d’équipe.

-Le début d’année s’annonce déjà bien rempli on dirait ! Entre nos nouvelles fonctions et les essais des prétendants aux postes vacants…Sinon je pense qu’on devrait savoir lors de la rentrée qui seront les nouveaux capitaines d’équipes. J’attends ça avec impatience d’ailleurs !

La façon dont les deux jeune sorciers se regardaient avait quelque chose de troublant. Evey au début parfaitement à l’aise, il était dans ses habitudes de regarder ainsi les gens dans les yeux allez savoir pourquoi, se troubla légèrement lorsque son interlocuteur lui murmura sa dernière phrase. Un frisson lui parcourut le dos l’espace d’une toute petite seconde. C’est comme si dans cette simple phrase elle avait entrevue une part du vrai Regulus, caché sous des couches et des couches de carapaces. D’un coup, pendant une infime seconde, la rouquine perçu une certaine tristesse émaner de lui, surtout de ses yeux. En y regardant bien, ne pouvait-on pas y deviner un certain désespoir, une forme de crie refoulé ?
D’abord silencieuse, elle ne quitta le visage du jeune homme du regard. Calmement elle avait reprit contenance et l’observait ainsi, sans mot dire.


-Détrompes-toi. Plus je regarde le monde autour de moi, et plus je m’en rends compte. Finit-elle par dire d’une voix calme. Et c’est quand je réalise ça vois-tu, que je me dis que ce n’est pas normal que nous soyons si peu à la connaître encore.

Ses derniers mots avaient coulés de sa bouche avec fluidité. Que dire de plus si ce n’est que là était l’un des nœuds principaux de son combat ? Que chaque famille devrait avoir la chance d’être heureuse.
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   Ven 28 Oct - 20:06


« Se battre, il faut continuer à se battre. Encore et toujours.
jusqu'à l’accomplissement final. »
Regulus avait obtenu la confirmation. Evey Lowan était totalement folle ! Le Serpentard avait toujours eu peur des personnes rousses. Cela avait commencé lorsqu'il était tout gamin, à l'école élémentaire des sorciers de Londres. Il y avait un garçon, appelé Marc Macintosh qui se croyait le maître de l'école. Il criait sans arrêt « Les roux au pouvoir, les roux au pouvoir ! Les roux vaincront ! ». Il avait embrigadé des tas d'élèves qui soudainement avaient décidé de se colorer les cheveux couleur poil de carotte. Et depuis, cet épisode, il s'était toujours méfié des personnes à tâches de rousseur. La rousse-attitude, une nouvelle mode à Poudlard. Il y avait eu également Ron Wasly, ce mec étrange, qui n'arrêtait pas de se contredire sur lui même, et qui cherchait à cacher ses origines. Une fois il se disait sang-mêlé, un fois sans-pur ? Où était la vérité ?De toute manière, voilà, les Gryffondor étaient des tarés. Peut-être sympas, mais tarés. Et, c'était cent fois plus vrai pour les roux. Finalement, Regulus n'avait plus envie de partir. Il voulait en savoir plus, il voulait comprendre. Evey semblait très enthousiaste, pourtant, elle avait sans doute dix mille choses à faire de plus intéressant que de lui parler à lui, petit Serpentard, qu'elle regardait étrangement sans doute comme une sorte de parasite près à lui bondir dessus. Pourtant, elle aussi demeurait là, parlant, parlant beaucoup trop d'ailleurs. Bizarrement, Regulus s'était laissé prendre au jeu et commençait à se détendre. Elle semblait ne rien attendre de lui, si ce n'était qu'une simple discussion. On aurait dit qu'elle était très ouverte d'esprit, et certainement pas du genre à vouloir juger les gens sans connaître. Pourtant, c'était ce qu'elle avait fait durant six longues années, alors pourquoi ne continuait-elle pas ? Il s'apaisait peut-être, mais le scepticisme et l'incrédulité étaient toujours bien présents et ne s'en iraient pas si facilement. Elle s'ennuyait peut-être ? C'était bien son cas à lui. Alors pourquoi pas ?

Ce qui réjouissait Regulus, c'était le fait d'être enfin les plus grands à Poudlard, et de pouvoir être libre, libre de vivre sans ses préjugés de malheur, sans être constamment sous le jugement et sous le regard des maraudeurs ou de leurs fans, qui croyaient durs comme fers tout ce qu'on racontait sur les Serpentards. Mais tout n'était pas vrai, tout le monde n'était ni blanc, ni noir. Le monde était gris. Bien entendu, la plupart des gens ne voyaient pas plus loin que leur nez et se contentaient de regarder l'extérieur, sans vraiment prendre conscience que parfois quelque chose de totalement différent pouvait être dissimulé à l'intérieur. Regulus avait appris à vivre sous une carapace de sentiments et n'arrivait plus à s'en défaire. Et en réalité, c'était bien plus simple lorsque tout le monde vous déteste, ainsi, on peut plus facilement se détacher de ses émotions, et on ne déçoit plus personne, car personne n'attend rien de vous. Doctrine efficace. Mais aussi, il était triste de quitter toutes ses personnes qui s'en allaient, faire leur vie aux quatre coins du pays. Harry bien sûr, mais aussi Hannah, la jolie sœur de Lyra... Ils n'entretenaient pas exactement la même relation amicale qu'avec sa cadette, mais Regulus l'aimait bien aussi... Et qui lui donnerait des nouvelles d'Harry ? Remus n'était plus là pour le faire, et pour refréner les ardeurs de Sirius. Les Gryffondors étaient des gens extrêmement loufoques, mais certains se détachaient du lot tout de même. Il n'était pas si navré pour eux, mais une petite déchirure était tout de même bien présente. Ne plus voir Severus bougonner tout seul dans son coin dans la Salle Commune, ça allait lui manquer, ça aussi. Il n'était pas mécontent de ne plus avoir à supporter James Potter et sa clique.

Lyra, un bonheur d'être ami avec elle. Tiens, Evey n'avait pas encore acheté de cadeau. Regulus ignorait qu'elle était leur relation, mais apparemment, elles étaient assez liées pour qu'elle lui offre un présent. Elle avait raison, ils avaient plus en commun qu'ils ne le pensaient. Le Serpentard repensait au cadeau que lui, avait acquis pour sa moldave préférée. Il attrapa tous ces produits et lui dit :
 « Moi, c'est déjà fait, tu veux voir ? »
Il lui fit signe de le suivre, et ils arpentèrent les rayons du magasin, Regulus en cherchant un en particulier. Il arriva à celui des balais, mais des balais pour débutants.
 « Je suis venu ici, la semaine dernière, et j'ai acheté ce balai. Lyra a peur du vide, et craint de monter sur un balai. Je vais lui donner des cours à la rentrée pour qu'elle vainque sa peur. »
Regulus avait adoré l'après-midi qu'il avait passé en compagnie de Lyra, où elle lui avait avoué qu'elle avait le vertige lorsqu'elle quittait le sol d'une dizaine de centimètres. L'attrapeur avait bien rit, et lui avait promis de tenter de l'aider. Et puis, au moins, s'il ne réussissait pas, ils auraient au moins passé de bons moments ensemble. Il allait même invité Lux. La jumelle Silvestri était plutôt douée sur un balai, c'est juste qu'elle n'aimait pas cela. Peut-être que la présence de la jeune fille au côté de la Serdaigle la rassurerait. Il avait choisi pour Lyra un balai très adapté pour les débutants, pour ne pas qu'elle soit déboussolée. Il espérait que cela allait lui plaire. Evey évoqua le fait que de nombreux amis allaient leur manquer, à tous... Regulus acquiesça sans vraiment vouloir continuer sur ce sujet. Cela ne leur apporterait que de la tristesse. La Gryffondor sembla s'emporter lorsqu'ils se remémorèrent la tricherie. Regulus ouvrit grand les yeux tellement la ferveur d'Evey était impressionnante. D'accord, les Serpentards avaient triché, mais les Gryffondors aussi, il ne fallait pas se leurrer non plus ! Elle leva les yeux au ciel, mais conserva son sourire.
 « Désolé, mais il ne faut pas non plus prendre le jeu d'un joueur, pour le jeu de toute l'équipe. A part Peter, personne n'a cherché à tricher durant le match. Solstice, elle, a bien su quoi faire cependant... Façon, c'est comme ça depuis toujours, les Gryffondors sont les gentils, et les Serpentards sont les gros vilains pas beaux ! Nous ne sommes pas tous comme ça ! Faut pas non plus exagérer ! Si tu regardes Eric, qui ne joue que pour la beauté du sport, et qui se fout du score, qui se fout de qui gagne qui perd... Et pourtant... Tout le monde est toujours contre nous de toute manière. Pas évident d'être agréable envers les autres maisons lorsqu'on vous traite sans arrêt comme des moins que rien, que des fauteurs de troubles, des manipulateurs... Mais passons, tu ne peux pas comprendre ce que c'est. Bien entendu, je ne voulais pas dire ça, je voulais juste dire que parfois, c'était difficile de jouer pour vous, dans ces conditions, dans ce monde de brute. Je ne me sens pas vraiment concerné par ce que tu viens de me dire. Regarde-moi. »
Lui dit-il, tout en montrant son propre corps. Regulus n'était pas bien grand, juste de taille moyenne, Evey faisait la même taille que lui. Il n'avait pas la corpulence d'un batteur, ni celle d'un gardien. Il était Attrapeur, il se devait d'être rapide, agile, petit et non pas à exhiber son torse musclé dans les vestiaires comme Nox s'amusait si souvent à faire. Il avait juste ce qu'il fallait là où il fallait. Il ne cherchait rien d'autre.
 « Je n'aimerais pas être à la place du nouveau capitaine des Gryffondor. Il va en baver le pauvre. Mais c'est toujours intéressant de voir de nouveaux visages, qui pourront peut-être apporter un petit plus à l'équipe? Une nouvelle stratégie, une nouvelle façon de voir les choses. En tout cas, vivement la rentrée. J'en ai assez d'être seul chez moi, je préfère la vie au château. »
Regulus détourna son regard de la jeune sorcière. Elle le mettait mal à l'aise, il n'acceptait pas le fait que quelqu'un d'autres que Lux ou Ciella puissent voir en lui. Mais elle continuait à le regarder, comme si c'était la toute première fois qu'elle le voyait, comme si c'était la toute première fois qu'ils se rencontraient. Vivement, le Serpentard la scruta de nouveau lorsqu'elle répondit qu'elle le savait, et qu'elle s'en rendait compte.
 « Vous êtes si peu, c'est vrai, tout simplement parce que ce n'est pas si facile que ça, d'être heureux. »
Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 3303
Age : 17 balais
Groupe : Un phoenix préfète en chef des lions et gardienne de Quidditch.
Caractère : Enthousiaste, naïve, enjouée, déterminée
Crédits : : (c)Evey
Date d'inscription : 14/04/2008




Evey Lowan

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 23
MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   Ven 28 Oct - 22:01


"If you want something in life, reach out and grab it"

Qui aurait pu croire une telle situation possible ? Regulus Black et Evey Lowan, deux caractères assez différents, deux maisons ennemies, de quoi faire un joli drame théâtral. Et pourtant ils étaient bien là, face à face, à discuter dans un magasin de Quidditch, les bras chargés d’articles venus de la boutique même. Comme deux vieux camarades. Et Dieu sait qu’ils ne l’étaient pas ! Six années passées à s’ignorer plus ou moins, et dans les moins à s’envoyer des pics pas toujours très jolis. Aussi surprenant que cela puisse paraître, lorsque le sorcier lui proposa de lui montrer directement le cadeau qu’il avait acheté pour Lyra. Imitant le Serpentard qui ramassait ses articles, la rouquine resserra son emprise sur ses petites emplettes et s’engouffra à sa suite dans entre les rayons chargés d’objets en tout genre. Il lui avait suffit d’un signe de tête enthousiaste pour lui signifier qu’elle adorerait savoir ce que lui avait choisi de lui offrir. Lorsqu’ils arrivèrent au rayon des balais débutants, un sourire apparu sur le visage de la jeune femme. Alors il voulait mettre la jolie Serdaigle sur un balai hein ! Pour le coup, Regulus avait réussi à vraiment surprendre la lionne. Apparemment il n’était pas si méchant et sarcastique qu’on le prétendait ! Il savait se montrer attentionné, certes elle n’en avait pas douté, selon elle toute personne est capable du meilleur – comme du pire oui, mais passons ce détail. Mais de l’entendre de sa propre bouche à lui, d’en avoir la preuve matérielle et concrète, d’une certaine manière cela la rendait heureuse. Savoir que Lyra avait une telle personne qui prenait soin d’elle, ça la rassurait aussi. Avoir des gens sui qui compter, c’était important désormais. Regulus n’avait pas renchérit sur le sujet des départs et des amitiés mises à rude épreuve, elle lui en était reconnaissante pour cela. La peur lui tiraillait le ventre de savoir Alice loin d’elle par exemple. Même si cette dernière était parfaitement capable de se débrouiller toute seule, la jeune rouquine avait déjà manqué plusieurs attaques importantes desquelles sa sœur de cœur avait toujours finie à l’hôpital. Elle ne voulait pas recevoir un autre hibou lui relatant les faits, a posteriori et ressentir ce sentiment d’abandon, de laisser sur le côté.
Mais la jeune sorcière chassa bien vite ses pensées de son esprit reportant son attention sur les balais et repris la conversation, le plus naturellement du monde, avec sa bonne humeur habituel.


-Mais c’est une idée géniale ! J’espère que tu arriveras à tes fins ! J’avoue que je donnerai beaucoup pour pouvoir assister à cet exploit !
Ajouta-t-elle avec un sourire tout en parcourant machinalement le manche d’un des modèles exposés.

Lyra lui avait évoquée cette peur du vide une fois, c’était venu comme ça, dans la conversation, alors qu’elles parlaient de Quidditch justement si sa mémoire était bonne. Le désir de Regulus d’essayer de lui faire braver cette peur était un vrai challenge il fallait l’avouer. Cela lui rappela sa première fois, le vide sous elle, le déséquilibre, mais aussi cette liberté qui l’avait saisi de par et d’autre de son corps, de son être entier ! Immédiatement la petite fille qu’elle était alors avait su qu’elle deviendrait une vraie accro du balai ! Ce qui ne manqua pas d’arriver, il faut dire que la maison familiale se trouvait dans un lieu propice. Située sur une île au large des côtes irlandaises, avec pour seuls voisins des mouettes et goélands, aucun moldu pour les épier. Un petit refuge loin de tout, digne des histoires de magies et de farfadets dont ceux-ci sont si friands ! Là-bas, la rouquine avait appris à dompter les vents océaniques, à se couler dans les rafales, à utiliser la force de celui-ci pour optimiser sa vitesse. Elle volait, comme les oiseaux. Elle passait du temps à observer leurs mouvements d’ailleurs, à quel moment ils faisaient volte-face pour repartir de plus belle. Et Evey n’avait pas trouvé depuis de sensation plus pure et plus enivrante que celle de se sentir se mouvoir dans les tourbillons marins. C’était une des raisons principales qui lui faisaient aimer revenir chez elle pour les vacances. Ici, même les plus fortes bourrasques ne parvenaient pas égaler les plus petits coups de vent océanique.

Regulus continua à parler du match, défendant son équipe avec une certaine ferveur. Un léger éclat de rire s’échappa des lèvres de la jeune sorcière. Elle rêvait où ils étaient entrain de se disputer gentiment sur le déroulement de celui-ci comme peuvent le faire deux copains mauvais joueurs ? Bien sûr, elle reconnaissait platement que son équipe n’avait pas fait preuve d’un fairplay des plus remarquables. Mais tout de même, soyons franc jeu, lui était poursuiveur, il avait passé tout le match quasiment le nez dans son manche de balai à scruter les alentours à la recherche du vif d’or. Même s’il entendait les commentaires, il n’avait pas pu rester concentré sur toutes les petites actions du match qu’elle, de son poste de gardienne alerte, elle avait pu noter. Surement même en avait-elle loupée une ou deux, venue des lions ou des serpents.

-Je ne dis pas que nous n’avons aucun tord ! Loin de moi cette idée ! Mais tout comme vous savez tirer parti de vos avantages, nous tirons partis des notre. Nous sommes appréciés par les autres élèves, nous aurions tord de les renier. Vous feriez pareil si vous étiez à notre place. Surtout que tu as vécu un match en tant que capitaine, tu dois savoir mieux que moi que le plus important c’est de faire gagner son équipe non ? Coûte que coûte ! Tu es particulièrement mal placé pour savoir qui à le plus triché, ce qui en soit n’est pas vraiment la question, vu que tu as passé la majeure partie du match à foncer droit sur le vif d’or. Mais c’est ton rôle, je ne te le reproche pas du tout ! Mais par exemple, tu oublies la vile tentation de Savannah qui, pour déstabiliser notre attrapeur, n’a pas hésité à faire jouer son côté vélane. Vous profitez de vos atouts, nous profitons des notre. C’est de bonne guerre il me semble ! Mais par contre il est vrai qu’avec Eric dans votre équipe…Ce ne doit pas être tous les jours faciles !
Ajouta-t-elle avec un étrange sourire aux lèvres. C’était un vrai numéro celui-là…Je reconnais que nous n’avons pas forcément la carrure pour encaisser les coups durs comme certains, tout comme toi, c’est vrai ! Mais tu es un attrapeur donc, c’est à ton avantage, il faut être vif et prompt dans ce genre d’action. C’est aussi notre principal avantage, nous sommes en générale légères et rapides. Je me suis peut-être un peu emportée tout à l’heure, mais j’ai entendu tellement de fois ce genre de remarque : « c’est un sport de brute, les filles n’ont rien à faire là-dedans » que j’ai tendance à me braquer un peu trop vite sur la question. Acheva Evey avec une petite moue désolée.

-Oui, je comprends très bien, moi-même je commence à trouver le temps long, ce ne sont pas vraiment les mêmes conversations chez moi qu’au château. La vie est plus rebondissante là-bas ! Il se passe toujours plein de choses, il y a toujours plein de nouveaux endroits à découvrir… ! Ici, à part faire les boutiques…
Dit-elle avec un sourire.

Il ne faisait aucun doute que Regulus tout comme elle était venu ici chercher un peu de société. Et peut-être n’était-ce que pour cette raison qu’ils restaient là, à se parler, pour la première fois, en six ans.
Le jeune sorcier détourna un court instant son regard du sien, la manière qu’elle avait de le regarder le mettait visiblement mal à l’aise. De quoi avait-il peur ? Qu’elle puisse lire en lui plus qu’il ne voudrait ? Ses yeux clairs finirent par revenir s’accrocher au bleu de ceux de la rouquine. Il évoqua la difficulté que les gens ont à être heureux. Il n’avait pas tord, mais les gens ne savaient plus regarder et apprécier les moments de bonheur non plus. Il ne fallait pas croire, derrière ses airs joyeux la famille Lowan aussi avait ses problèmes, certes ils étaient bien différents de ceux des Black, mais les tâches noires au tableau étaient là, tout de même.

-Oui et non. Au fond ce n’est pas si compliqué d’être heureux, il faut juste se laisser aller de temps en temps, apprécier de petites choses, l’instant présent. Ce sont des « petites pépites d’or dans la poussière » comme à dit un grand homme. Il faut juste savoir les cultiver, les reconnaître quand ont les vient. Mais cela demande c’est vrai, je crois, un travail sur soi. Il faut accepter de se mettre en danger, c’est qui fait peur en général, se mettre soi-même en danger. La peur, c’est ce qui retient la plupart des gens de sauter le pas. Du moins, c’est comme ça que je le ressens. Et je ne cherche pas à l’établir comme un dogme, je n’ai pas cette prétention là.
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   Sam 29 Oct - 10:24


« There is nothing either good or bad but thinking makes it so.
We are such stuff as dreams are made on, and our little life is rounded with a sleep. »

Plus Regulus restait là, plus il se demandait ce qu'il faisait encore là, à montrer le cadeau acheté pour Lyra. C'était réellement stupide. Elle se fichait totalement de lui, à le regarder dans les yeux pour le cerner, à le suivre, et à sourire à tout ce qu'il disait ! Il y avait encore cinq minutes de cela, il n'aurait jamais imaginé ça. Étrangement, cela ne lui semblait plus si bizarre que cela, et pourtant, il rêvait de prendre les jambes à son cou, et de s'enfuir. Non pas qu'il craignait que la lionne dévore le serpent, certainement pas! Mais il n'avait juste pas l'habitude de s'ouvrir aux autres, de parler aux gens qui l'avaient royalement ignoré comme Evey durant toute leur scolarité. Pourtant, ils étaient dans la même année, avaient partagé les même cours, les même matchs, mais jamais les même amis, ni même les même centre d'intérêt, ils n'avaient fait que de se croiser, sans jamais vraiment se parler, parce qu'à Poudlard, c'est dans la « tradition ». Les Gryffondors s'opposaient aux Serpentards, ce n'était pas nouveau, c'était ainsi depuis des années, et toutes ses vagues de mépris étaient véhiculés de père en fils, et de mère en fille. C'était un fait, on ne pouvait être ami avec un élève de la maison antagoniste. D'ailleurs, Regulus trouvait ça très stupide, enfin, oui, il haïssait par nature ces satanés Gryffondors qui lui avaient toujours pourri la vie, mais certains étaient dignes de confiance. Ils étaient rares, mais cela existait. Bref, Evey le suivait à travers les rayons, tout sourire. L'attrapeur pinçait légèrement les lèvres, pas très à l'aise, il n'aimait pas quand les gens le suivaient, l'air enchanté d'être là, comme la gardienne l'était. Ils arrivèrent au rayon que Regulus cherchait, et la jeune fille sourit de nouveau. Mais qu'est-ce qu'elle avait faire ça sans arrêt ! D'accord, ils discutaient gentiment, mais c'était tout, il ne voulait rien d'autres, pas de sourires inopinées. On dirait que cette fille était née avec un sourire aux lèvres, et que l’enthousiasme permanent faisait partie de sa personnalité. C'était même très effrayant. Regulus lui, était quelqu'un de très froid, de très sarcastique, cynique, effronté, hautain et fier. Mais au fond, qui savait réellement qui il était ? Il y en avait bien peu sur qui il pouvait compter sans aucune hésitation. Pour qui il donnerait sa vie sans le moindre regret. Oui, c'était possible, il était capable d'amour et d'affection. Peu d'amitiés se méritait aux yeux du jeune Black. Il avait été tellement déçu des gens que désormais, il faisait très attention à ceux à qui il accordait sa confiance.

Regulus ne put s'empêcher de secouer la tête en voyant de nouveau la jeune fille sourire. Mais ce n'était pas croyable ! Son sourire était scotché à ses lèvres ou quoi ? C'était vraiment trop bizarre ! Elle était vraiment trop bizarre! Le cadet des Black n'aimait pas cela ! Il détestait cela ! Evey déclara qu'elle adorerait être là pour voir Lyra surmonter sa peur.
«  Oui, cela va être drôle, j'imagine bien Lyra s'accrocher à moi comme une bouée de sauvetage à cinq centimètres du sol ! Ah oui ? Bah si tu veux, tu pourrais peut-être... »
Regulus se stoppa net dans sa phrase. Pris dans l’excitation du moment, il avait failli lui proposer de venir également ! Non, mais ça va pas la tête ! Ils ne se connaissaient pas, il ne lui faisait pas confiance, il ne voulait pas qu'elle soit là pour que Lyra se sente, comment dire, tirailler entre deux amis ? Il la voulait pour lui tout seul, et il savait qu'il ne pourrait pas être lui-même si la Gryffondor était là. Avec Lux et Lyra, aucun problème. Mais avec elle... Il ne fallait pas non plus exagérer !
« Non, rien laisse tomber. »
Regulus savait que cela n'allait pas être tache aisée d'aider Lyra, mais il était près à relever le challenge, à relever le défi, à tenter sa chance. Lyra avait peur du vide, alors que Regulus, lui le recherchait à chaque instant. A chaque fois qu'il était sur un balai, il rêvait de monter, de monter toujours et toujours plus haut, de ne plus voir le monde d'en bas, mais plutôt comme un oiseau, d'être libre, de pouvoir faire ce que bon lui semblait, d'être tranquille, car personne n'osait le déranger lorsqu'il volait. Enfin, excepté Harry, qui s'amusait à lui foncer dedans ou il ne savait pas quoi d'autre. Mais passons. Regulus était devenu un fou du balai dès son premier essai. Il y avait bien eu quelques accrochages et bêtises, mais il n'en gardait que de bons souvenirs. Mais bon, chez eux, au 12, square Grimmaurd, c'était difficile de voler, de s'améliorer dans une maison. Alors, avec Sirius, ils avaient bien vite trouver un lieu bien plus propice à l'entraînement. Une clairière, éloignée de toute forme de vie humaine, où personne ne venait jamais, au beau milieu d'une forêt. Un merveilleux endroit. C'était sans conteste là, qu'il avait passé les meilleurs moments de son enfance. A cette époque chérie, tout était bien plus simple, les relations avec son frère étaient amicales, même fraternelles. Et tout était mieux. Malheureusement, il avait bien fallu grandir un jour, et Sirius avait été envoyé chez les Gryffondors. Une honte à la famille, à l'en croire Walburga Black, leur mère. Regulus entendait encore ses cris incessants lui brûler les tympans sans qu'il ne puisse les en empêcher.

Et voilà qu'Evey en remettait une couche par rapport au Match. Regulus en avait assez d'en parler. Oui, ils avaient triché, les deux équipes, et personne n'était à blâmer. Mais c'était fait, et ce n'était plus à faire. Le Serpentard n'aimait pas vraiment la triche, mais il avouait qu'après le seau d'eau qu'il s'était pris, il avait presque ordonné à ses joueurs de le faire, la rage animant son esprit. Mais après une telle tentative de tricherie, on ne pouvait rester neutre.
« D'accord, nous avions tous nos tords, chacun de nos côtés, c'est certain. J'aurais aimé que cela se passe autrement entre nos deux équipes, mais bon, les joueurs ont en décidé autrement. Et en parlant de Savannah, tu dis que vous auriez tord de renier le soutien de vos supporteurs, et moi, j'aurais tord de renier le talent de cette petite. Elle est nouvelle dans l'équipe, et elle a presque joué de son charme pour que je l'intègre à l'équipe. Mais même sans son don, elle est très douée. Je cherche juste à tirer avantage de notre situation. Nous sommes d'accord. Non, Eric, c'est certain. Mais que ferais-je sans lui ? » Regulus haussa les épaules. Bien entendu, Eric était quelqu'un d'exceptionnel ! Mais qu'est-ce qu'il était têtu ! Mais pas plus que notre ami Regulus, qui ne supportait plus les sourires incessants de la Gryffondor. « Oui, les filles sont d'excellents atouts, je dis juste que vous mettez plus de temps à vous remettre des blessures infligées par ces Cognards. »
Regulus était fatigué de tout cela, et avait l'impression qu'il avait eu sa dose de sociabilité pour la journée. Il lui en fallait bien peu à lui.
« Estime-toi heureuse. Tu dis que ce ne sont pas les même conversations chez toi qu'au château, et bien, chez moi, il n'y a même pas de conversations du tout. A part mon elfe Kreattur, il n'y a jamais personne. »
Ses parents à lui, étaient toujours en voyage d'affaires, ou parti à des soirées mondaines... Mais c'était mieux ainsi, au moins, il était tranquille. Il préférait cela que d'être enquiquiné par ses géniteurs qui ne voulaient qu'une seule chose, qu'il côtoie Alecto Carrow, sa fiancée attitrée. Mais Regulus souhaitait autre chose pour sa vie, il en aimait une autre, et ne pouvait supporter qu'on le force à adorer une autre femme que Ciella. C'était une raison pour laquelle il s’éloignait peu à peu de sa famille, autrefois si adulée et qu'il chérissait tant. Il ne les comprenait plus, ne souhaitait plus qu'ils choisissent pour lui sa voie. Il voulait faire ses propres choix. Rien d'autres. Était-ce si difficile à comprendre ? Apparemment, cela l'était trop pour les parents Black.
« Si, c'est trop dur. »
Regulus en avait assez d'être là. Il fallait qu'il bouge, il fallait qu'il fume. Il ne se sentait pas bien, il faisait trop chaud dans cette boutique. Chargé de tous ces paquets, il s'éloigna de la jeune fille pour se diriger vers la caisse. Si elle le suivait, tant mieux, sinon, tant pis. Il n'avait pas que ça à faire non plus.
Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 3303
Age : 17 balais
Groupe : Un phoenix préfète en chef des lions et gardienne de Quidditch.
Caractère : Enthousiaste, naïve, enjouée, déterminée
Crédits : : (c)Evey
Date d'inscription : 14/04/2008




Evey Lowan

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 23
MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   Mar 20 Déc - 2:39


"Le difficile ce n'est pas de donner, c'est de ne pas tout donner"
Une chose incroyable était entrain de se passer. Regulus, pris dans la feu de la conversation semblait se détendre un peu. La brûlante lionne et le froid serpent. Evey avait bien conscience de l’étrangeté de la situation, pourtant elle ne semblait pas encore prête à accepter de le laisser partir. C’est pourquoi elle le suivait dans les rayons souriante, sans soucis des quelques regards surpris de certains jeunes sorciers, élèves aussi de leurs états, pour qui les maisons des deux compères n’étaient pas inconnues. Le jeune homme parlait avec de moins en moins de retenu si bien que les mots finirent pas dépasser sa pensée. Alors qu’ils parlaient de Lyra et de ses futurs premiers virages sur un balai, Regulus se laissa emporter par l’excitation de l’idée et des rires en perspective. Evey se mordit la lèvre inférieure et détourna légèrement son visage. La situation en devenait presque grotesque, et vu la réaction du vert-argent, il n’en pensait pas moins. Encore une fois, la jeune sorcière se fit comme réflexion personnelle que ceux qui avaient la chance de pouvoir compter ce fier Black parmi leurs amis devaient être des privilégiés heureux. Certes, elle aurait aimé faire partie de l’expérience, mais elle savait pertinemment que sa présence y serait déplacée. Ce serait le moment de Lyra, pour son amitié envers elle il était normal pour la lionne de ne pas s’immiscer dans le groupe en risquant de transformer la séance en élastique près à sauter dans tous les sens.

-Ne t’inquiètes pas Regulus, je me contenterai du récit sans doute dramatisé, amplifié et déformé par Lyra. J’espère sincèrement que tu parviendras à lui faire dépasser la hauteur des pâquerettes ! C’est tellement chouette de voler, j’aimerais qu’elle puisse découvrir ce plaisir là à son tour. Et qui serait mieux placer pour un tel exploit que le victorieux attrapeur de cette fin d’année ? Ajouta-t-elle simplement.

Certes, elle avait été l’une des premières à contester ce match, à cracher sur les batteurs et les coups bas, mais la fatigue, la déception et la douleur l’y avait beaucoup aidés. N’allez pas croire qu’elle cherchait non plus à envoyer des fleurs au jeune homme, loin de là. Mais après tout, il avait montré son adresse pendant ce match, il était juste de le reconnaître. Un point c’est tout. Qui mieux qu’un passionné de vol pouvait parvenir à faire imaginé à une terre-à-terre les joies du balai ? Cette ivresse du vent, des grands espaces libres, la solitude rafraîchissante et tout le tralala.

Embrayer sur le match de Quidditch n’avait pas forcément été la meilleure idée de la lionne, mais maintenant qu’ils étaient lancés, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Les deux se relançaient des reproches où perçaient encore le souvenir amer des blessures et déceptions des uns et des autres. Ils semblaient vouloir refaire le match, à se lancer ainsi le souaffle. Regulus fini cependant par se lasser, il est vrai que cela ne rimait à rien, les choses étaient belles et bien finies. Désormais il fallait aller de l’avant, une nouvelle année s’annonçait, avec ses nouvelles déceptions et ces nouvelles joies. Une ombre passa rapidement sur le visage de la rouquine, que leur réservait cette rentrée ? De nouvelles batailles ?
La jeune sorcière n’eut pas le temps de s’attarder sur ses pensées négatives, son interlocuteur enchaîna sur le jeu des filles et leurs faiblesses. Ne voulant pas relancer la conversation, Evey se contenta d’un léger signe de la tête muet. Elle ne contestait pas qu’elles étaient de nature plus fragile en générale, mais il était nullement nécessaire de lui répéter encore une fois que c’était aussi leur principal atout. Le jeune homme paraissait l’avoir bien intégré lui aussi.


-Quoi qu’il en soit, je n’ai vraiment qu’une hâte ! Celle de reprendre les entrainements !
Conclu-t-elle pour clore le sujet justement. En effet la jeune femme ne pouvait pas vraiment compter sur ces plus jeunes frères et sœurs pour titiller la balle avec elle, leur niveau était plus adapté à une partie de plaisir qu’à un vrai entrainement sportif. Elle savait qu’elle devait améliorer sa technique et sa rapidité, des points qu’elle devait travailler de manière intensive et rigoureuse. Et elle avait envie aussi de cette rigueur là, de la concentration, de l’excitation du match, de sentir l’enjeu, le poids de l’équipe entière unie pour défendre ses couleurs.

Regulus affirma n’avoir d’autres conversations que celles qu’il partageait avec son elfe de maison. La jeune lionne le regarda étrangement, un elfe de maison, oui pourtant cela semblait évident après tout, dans sa propre famille on pouvait en trouver deux ou trois, mais dans ses plus proches parents, la possession d’un de ceux-ci n’était pas au goût du jour. Certes, la famille de sang pur de laquelle elle descendait n’était pas des plus riches du coin, ce qui expliquait sans doute beaucoup de chose, mais jamais la sorcière ne s’imaginerait maître d’une âme vivante. Et puis Benjamin, son grand frère, aurait surement depuis longtemps fait valoir les droits de cette pauvre créature si jamais ils en avaient eu une. En grand passionné et amoureux des créatures magiques en tout genre, il aurait jugé cela comme l’abomination la plus effroyable ! Evey elle-même était toujours mal à l’aise en présence de ces petits êtres gringalets qui arpentent les couloirs du château pour raviver le feu des cheminées, leur préparer à manger, faire le ménage etc. Elle tâchait tant bien que mal d’éviter leur présence, mais en tant que préfette, cette attitude était souvent vouée à l’échec. Etre obligée de veiller tard est synonyme de croiser ces formes discrètes au détour d’un fauteuil au lever du soleil.
Mais malgré son manque d’expérience en matière de relations « humaines » ou du moins sociales, avec ces petites créatures, il lui était facile d’imaginer le genre de conversation qu’il devait entretenir avec le sien. Surtout au vu du nom de cet elfe là…


-J’imagine en effet que ce ne doit pas être folichon…Mais pourquoi ne sorts-tu pas de chez toi alors ? Rien ne t’empêche d’aller voir des amis, non ? A moins qu'ils ne soient tous en vacances à l'autre bout du monde.

Son sourire s’affaiblissait légèrement alors qu’elle fixait ses yeux océans sur le jeune homme. Serait-ce une profonde blessure qui se dessinerait derrière ses grands airs froids et distants ? Serait-ce un jeune homme blessé, partagé entre traditions et indépendance ? Après tout son frère était renié de la famille, son nom l’enfermait dans une certaine catégorie de personnes. Une généalogie monstrueuse lui avait dessiné sa route avant même qu’il ne pousse son premier cri. Jusqu’où peut accepter d’aller un homme pour l’honneur, la fierté, la reconnaissance, et tous ces grands mots qui forgent des œillères et enferment l’esprit dans un cocon de haine et de rivalité ? Oui, en comparaison, à côté, sa propre vie, sa famille, son cocon à elle, brillait d’une douceur presque irréelle. Elle était le fruit d’un amour de la vie, et non d’un amour du pouvoir et de la vanité. Pourquoi fait-on des enfants ? Pour perpétuer le souffle de la vie, ou bien pour perpétuer un nom et une fierté mal placée ?

Evey regarda son camarade tourner les talons chargés de tout ses paquets se diriger vers la caisse. Elle resta un instant pensive, les derniers mots du vert et argent résonnant à ses oreilles. « Si, c’est trop dur ». Trop dur disait-il…Trop dur de se laisser aller, de se mettre un coup de pied aux fesses et d’accepter de sauter le pas, se lancer dans le vide. C’est comme voler, il faut avoir le courage à un moment donner de se dire « aller, c’est parti, advienne que pourra ! ». Trop dur de quitter les chemins balisés si ceux-ci ne mènent qu’à la douleur et au chagrin ?


-Dis-moi Regulus, si pour toi c’est trop dur de passer outre les règles que l’on a établies pour toi, alors comment veux-tu espérer faire voler Lyra ? Tu n’as pas peur de passer outre les lois même de la nature, et pourtant tu refuses de sortir des codes stupides et poussiéreux dictés par d’autres gens, semblable à toi. Parfois il faut savoir prendre son courage à deux mains pour se donner les moyens d’être heureux.


Pris d’un sursaut, Evey s’était empressée de le rejoindre alors qu’il finissait de payer ses achats. Elle se planta à côté du jeune homme et lui adressa ces dernières paroles les yeux plongés dans les siens. Elle reprit la parole ensuite, toujours sans agressivité, avec douceur même.


-Penses-y un jour où tu ne trouves rien d’autre à faire que de poussières avec ton elfe de maison.


Tout en disant cela la jeune sorcière encaissa ses propres articles et les rangea dans son petit sac qui, grâce à un magnifique sortilège, ne grossi pas d’un pouce. Autant elle aimait bien faire les magasins de temps en temps, autant elle détestait avoir dix milles paquets sur les bras.
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   Mer 21 Déc - 18:41


« Pourquoi comprendre ? Il n'y a rien à comprendre. »
    L'esprit du pauvre Regulus devenait tordu. Il avait du mal à bien saisir toutes les informations, et n'arrivait pas à bien comprendre pourquoi il restait là, en compagnie du fille qu'on pouvait qualifier de traître à son sang. Une Sang-Pur qui se comportait comme une véritable Née-Moldue, un véritable affront. C'était difficile d'imaginer cela, mais Regulus avait du respect pour ceux dont le Sang valait la peine qu'on les regarde. Mais bon, les gens comme Evey et James par exemple... Il avait du mal. Pourquoi renier ses origines ? Comme Sirius. Il avait mis de côté les traditions familiales pour se barrer avec James. Cela avait été un coup vraiment dur pour le jeune Black. Il s'était soudainement retrouvé au centre de l'attention dans la famille, il avait été l'objet d'une surveillance des plus agaçantes, on l'avait épié, ses parents étaient sans arrêt aux aguets et se souciaient de chaque parole prononcée, comme si elle dissimulait un second sens, plus profond. Mais Evey le perturbait, et cela l'énervait au plus au point que ce soit cette fille qu'il n'aimait pas. Il se laissa emporter rapidement par la conversation alors qu'il n'appréciait de discuter qu'avec ses amis. Il ne parlait pas pour ne rien dire Regulus, et là, il n'aimait pas ce qu'il était en train de faire. Il perdait les pédales, mais au fond, une idée germa au fond de son esprit. Après tout, ce n'était pas si mal de faire semblant de faire amis amis avec elle durant toute l'année qui allait suivre. Il pourrait peut-être récolter des informations intéressantes, quelles qu'elles soient. C'était vicieux.
    « Oui sans doute... Lyra est très douée pour ça. Déformer les histoire, je veux dire. Je me suis engagé là-dedans, mais bon, je ne sais pas si ça va être possible finalement... Lyra est folle, c'est une tarée, elle va me rendre dingue je suppose... »
    Elle ajouta par ailleurs que de toute manière, il était la meilleure personne placée pour accomplir cet exploit étant donné qu'ils avaient tout de même, lui et son équipe remporté le dernier match de Quidditch les opposant aux Gryffondor et par conséquent, ils avaient aussi gagné la coupe de Quidditch. Regulus avait été si fier lorsqu'il avait brandi ce trophée. Il l'avait tant voulu et avait travaillé dur pour le gagner. Les Serpentard n'avaient par la suite pas cessé de le remercier, de lui attribuer tous les mérites de la réussite du match... Il avait joué, et pour une fois il avait gagné. C'était stressé et paniqué qu'il avait endossé la lourde tache de Capitaine de l'équipe à la place d'Anna, et finalement, il avait réussi et il avait été honoré. Certes, on ne pouvait pas dire que le match avait été des plus loyaux, mais bon, le match Gryffondor/Serpentard était toujours plus amusant que celui contre les Poufsouffle et les Serdaigle. Les Lions avaient toujours cet rage de vaincre, et les Serpents la rage de ne jamais capituler, quel qu'en soient les conséquences. Regulus ne cautionnait pas vraiment ce que son équipe avait fait à la gardienne des rouge et or. Il n'aimait pas la triche, en ce qui concernait le Quidditch. Il avait hurlé sur Sirius l'abruti qui ne savait pas être objectif, car lui, ne ferait jamais cela. Evey exprima par la suite sa joie de retrouver Poudlard et surtout les entraînements. Regulus hocha la tête. Lui aussi avait bien envie de retourner au château et de retrouver la quiétude qui allait avec. D'ailleurs, il se demandait qui McGonnagal allait nommer Capitaine cette année. Cela ne serait certainement pas lui. Il était déjà préfet-en-chef après tout. Mais il aurait bien aimé endossé ce rôle une deuxième fois, mais c'était tout de même beaucoup de pression.

    Evey le regarda comme s'il était un extraterrestre lorsqu'il lui parla de son elfe. Kreattur avait été son seul allié depuis le départ de Sirius de la maison. C'était comme ça maintenant. Les parents partaient toujours se faire mousser il ne savait trop où, et Regulus n'aimait pas trop ces soirées où on s'amusait à critiquer n'importe qui et à prévoir des mariages arrangées comme cela avait été le cas pour lui. Mais bon, il appréciait sa solitude malgré tout, alors il n'allait pas se plaindre. Il s'écarta d'elle et s'éloigna. Il avait eu sa dose de sociabilité pour la journée. Mais la Lionne n'en avait pas terminé avec lui, elle le suivit et réussit même à le surprendre. Pourquoi faisait-elle toujours ça ? Elle ne le connaissait pas, ils ne s'aimaient pas. Elle l'agaçait. Il lui fit sa petite morale à deux mornilles et Regulus sourit avec désobligeance et ironie :
    « Ce n'est pas la même chose. Ce n'est pas quelque chose à laquelle je peux échapper. Tu ne sais pas ce que tu dis. Vous, vous me dites toujours la même chose, et je réponds toujours la même chose. Je ne peux pas, et je ne le veux peut-être pas non plus. Je ne suis pas né pour être heureux. »
    Elle le regardait avec ses grands yeux, mais il n'en fut pas impressionné. Elle lui murmura ses dernières paroles avec intensité mais presque avec amabilité. Il n'avait pas vraiment l'habitude, surtout avec une Gryffondor.
    « Ouais, c'est ça... En tout cas, je te recontacterais par hibou, pour mettre au point tous ces trucs de préfets. On se reverra à Poudlard. »
    Regulus quitta la boutique et s'éloigna le plus loin possible, maintenant, il voulait être tranquille.
Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 3303
Age : 17 balais
Groupe : Un phoenix préfète en chef des lions et gardienne de Quidditch.
Caractère : Enthousiaste, naïve, enjouée, déterminée
Crédits : : (c)Evey
Date d'inscription : 14/04/2008




Evey Lowan

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 23
MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   Mer 21 Déc - 21:10

Après la petite discussion « normale » qu’ils venaient d’avoir, la jeune sorcière aurait pu espérer une réponse moins classique, moins exécrable, moins typique des gens comme lui. Elle manqua de lever les yeux au ciel et de lui lancer un beau et grand « lâche » à la figure. Mais la lionne n’en fit rien. Elle se contenta de le regarder, encore et toujours, avec une franchise incroyable. Décidément, il était bel et bien fini ou le nom de Black l’impressionnait, où ce serpent aux airs hautains avait cessé d’avoir une quelconque influence sur son intégrité. Il n’était qu’un jeune homme, un peu perdu peut-être, borné au possible, et convaincu que tous le mal lui est du et irrémédiable. Comment peut-on croire que l’on soit fait pour souffrir ? Qui peut donc bien préférer une vie sombre emplie de douleurs et de concessions pour entrer dans un moule pas fais pour lui ? Cette lâcheté, ce manque de force vitale l’enrageait. Mais compte tenu du ton et des gestes de nouveau secs et distants, Evey sentait bien qu’elle avait atteint les limites du sorcier à ses côtés. Ainsi, elle accepta de le laisser partir sans dire un mot de plus, contenant son indignation. Non, ils ne s’entendraient jamais. Tout sn être à elle était sans cesse tourné vers l’espoir et branché sur un optmisme à toute épreuve. Certes, elle n’avait pas connu de grand drame digne d’être écrits, où les héros finissent par survivre, mais marqués à jamais par des blessures plus profondes et plus terribles que la simple mort. Se morfondre sur son sort, c’est tellement plus facile non que de ce battre pour ce qu’on a envie !

Evey regardait le fier Black quitter la boutique et s’engouffrer dans les rues pavées, pressé sans doute de retourner à cette austère solitude qu’il détestait temps. La sorcière resta pensive un long moment, se repassant les phrases de Regulus comme pour être sûr d’en imprimer chaque virement, chaque mot. Elle n’avait pas rêvé, et pourtant la situation lui paraissait encore irréelle. C’était la première vraie conversation qu’ils avaient en six années. Un vague sourire flottait encore distraitement sur ses lèvres rosâtres. Qu’allait-il devenir ce jeune homme au yeux d’acier ? Comme tous ceux qui le connaissaient un peu, on pouvait craindre un mauvais choix, une décision sans retour. Cette idée traversa ironiquement l’esprit de la jeune femme. Imaginer comme duo de préfet-en-chef un partisan de Voldemort et un membre de l’ordre du Phoenix ! Un tableau à faire froid dans le dos !
Mais la rouquine ne put s’étendre sur le sujet, son petit frère revenait déjà vers elle, les bras chargés d’objets et tout genre avec des yeux suppliants qui en disaient long. Sa petite sœur quant à elle semblait déjà prête à poser milles et une question sur le jeune homme qui venait de quitter la lionne. Sa vie à elle reprenait son cour, bruyante et chaleureuse.
Un long soupire fini par s’échapper de sa poitrine alors qu’elle murmurait pour elle-même un dernier :


-Oui, on reparlera de tout ça à la rentrée


Qui resta sans réponse et sans oreilles pour l’entendre. Après avoir marchandé avec ses petits monstres, elle prit à son tour le chemin de la sortie, la tête pleine de cette rencontre inattendue. Maintenant qu’elle avait eu l’occasion de discuter réellement avec Regulus, elle allait pouvoir se forger sa propre opinion de lui, ou plutôt, renforcer l’ébauche du personnage que la rouquine se construisait. Restait plus qu’à voir l’évolution de la chose au cours de l’année qui arrivait à grande force de poudre de cheminette ! Tant de nouvelles aventures, de nouvelles rencontres, et de nouveaux dangers… !
Spoiler:
 







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum