Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: ↪ Remember who you are, remember, remember.   Ven 26 Aoû - 20:30


↪ Remember who you are, remember, remember

(c) dreams

    On ne pouvait pas dire que c’était la grande joie aujourd’hui. Avec tout ce qui s’était passé la veille en même temps il aurait été étonnant du contraire. J’avais passé ma nuit à rejeter tout l’alcool que j’avais ingéré, et à pleurer. Autant dire qu’on pouvait imaginer mieux comme nuit. J’avais quitté très tôt mon dortoir sur les coups de sept heures. Après une rapide douche, je m’étais rendue à l’infirmerie. Il fallait que j’entende que tout aller bien, que tout irait bien. Après un sermon on ne peut plus mérité d’une assistante de l’infirmière du collège concernant l’alcool, elle m’annonça qu’il n’y avait pas de risque à partir du moment où je ferais très attention. Elle m’indiqua également que cela passé non seulement par ma santé physique mais aussi ma santé morale. Tout ce que je ressentais, mon enfant le ressentait aussi. Et au vu de mes yeux gonflés et rouges, la jeune femme avait deviné sans mal que ce n’était pas vraiment la joie dans ma vie. Elle me proposa de prendre quelques jours de vacances loin du château mais j’avais décliné. Il ne restait que quelques jours encore et il s’agissait des examens. Pas question que je les rate. J’aurais tout le temps de me reposer ensuite.

    Avant de me rendre dans la salle de banquet, j’avais fait un crochet par mon dortoir. Je rédigeais une lettre à l’intention de Marlène, l’accrochait à son armoire et récupérais quelques livres, plumes et parchemins. Je croisais, en me rendant au petit-déjeuner quelques gryffondors et je regrettais tout de suite d’être revenue dans la salle commune. Les entendre se vanter de leur exploit de la veille puis me regarder de haut en bas en s’apercevant de ma présence je m’en serais bien passée. Je me décidais finalement de me rendre directement aux cuisines de Poudlard, que m’avait fait découvrir les maraudeurs. Je pris là bas un bon chocolat chaud, ainsi que quelques pancakes puis partie en les remerciant chaleureusement. A cette heure ci il n’y a qu’un seul endroit où je pouvais être tranquille : autour du lac. Je m’y rendais rapidement et fut contente de ne croiser personne. Je m’y installais et commençais à réviser. Cependant au bout de dix minutes, n’ayant toujours pas dépassé la première ligne en lecture, je m’arrêtais. J’étais trop troublée pour arriver à me plonger dans les cours. J’avais trop de choses en tête et tant que je ne les réglais pas, elles ne cesseraient de me tracasser. Refermant le livre, je l’abandonnais pour écrire une lettre à James. J’étais en train de me demander comment j’allais lui envoyer quand un hibou du château vient jusqu’à moi. En voyant une rose je crus d’abord qu’il s’agissait de mon fiancé. Je déchantais rapidement en reconnaissant l’écriture. J’ôtais le courrier que venait de m’envoyer Severus pour le remplacer par une lettre à l’attention du gryffondor. Je rédigeais rapidement une lettre pour Sirius que je confiais également au volatile. Je le regardais s’en aller puis je reportais mon attention sur le parchemin que j’avais reçu. Pourquoi les hommes ne comprenaient pas ce qu’on leur disait ? J’avais pourtant été claire avec le serpentard : je ne voulais plus qu’il m’envoie la moindre chose. Je repoussais sa lettre et sa rose sur le côté et repris mon livre en ayant de me reconcentrer sur ce que je lisais. Autant dire que c’était perdu d’avance, surtout avec la correspondance que j’échangeais avec James. Je venais tout juste de lui renvoyer un autre hibou quand des pas me firent tourner la tête. Marlène. J’aurais du me douter qu’elle viendrait me voir. Je ne pouvais pas m’empêcher de me sentir angoissée. Je redoutais sa réaction. Allait-elle m’en vouloir ? Ou au contraire ? Peut-être même l’avait-elle deviné qui sait avant que je ne lui dise ? Je n’en savais rien et c’était là pour mon plus grand malheur. Je n’avais de prise sur plus rien et ma vie m’échappait. Et j’en avais assez. Comme je venais de le dire au préfet en chef, il ne s’agissait pas seulement de nous. Nous devions arrêter de penser qu’à nos petites personnes. Je restais assise dans l’herbe et poussa un soupir de lassitude

    Tu m’en veux c’est ça? De toute façon tu ne serais pas la seule, alors autant écailler le dragon tout de suite.



_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: ↪ Remember who you are, remember, remember.   Lun 29 Aoû - 16:33

    Lily & Marlène
    « La confiance ne s'achète pas, elle se gagne »

    La soirée de la veille avait été longue, mais Marlène n’était pas restée plus que nécessaire. Alors que l’ensemble des gryffondor fêtait la victoire de son équipe de Quidditch, la jeune fille avait préféré aller se coucher tôt, la fatigue se faisant sentir, et la migraine pointer. Pourtant, elle avait été tout aussi heureuse que ses camarades, mais il faut croire que ce genre de festivité insouciante ne l’excitait plus autant qu’avant. Etait-elle devenue aigrie, rabats joie, à cause de tout ce qui s’était passé ces derniers mois ? Probablement. Toujours est-il qu’elle s’était éclipsée plus tôt que les autres, « abandonnant » Remus avec un brin de culpabilité. Quant à Lily, Marlène ne s’était pas inquiétée pour elle, la sachant bien entourée et avec James. Pourtant, elle avait eu tord… ce qu’elle ne découvrit que le lendemain matin.

    Ouvrant difficilement les yeux, elle mit dix bonnes minutes avant de réussir à fixer ses rideaux de lit sans qu’ils ne lui apparaissent troubles. Un coup d’œil autour d’elle lui apprit que les autres dormaient encore, ce qui n’était pas étonnant. Pourtant, lorsqu’elle se leva, elle réalisa que Lily, elle, avait déjà disparue. Cette constatation fit froncer les sourcils à Marlène. Pour quelle raison Lily était-elle déjà debout alors qu’elle avait du faire la bringue la veille jusqu’à pas d’heure ? Marlène se souvenait vaguement l’avoir entendu remonté, mais elle était profondément endormis, et n’avait pas eu le courage d’ouvrir les yeux, ou de regarder l’heure qu’il était. Elle en était là dans ses réflexions quand elle aperçut enfin la lettre accrochée à son placard. Là, elle reconnut immédiatement l’écriture de sa meilleure amie, et sans attendre, entama sa lecture.

    Si elle s’était attendu à un petit mot pour lui indiquer où elle se trouvait, Marlène fut déçu. En réalité, Lily semblait s’être confiée à elle comme elle l’aurait fait dans un journal intime, et au fil et à mesure de sa lecture, Marlène perdit contenance, passant de la stupeur, au choc, et… plein d’autres sentiments. Qu’est-ce qui la perturbait vraiment ? Qu’elle ait raté autant de chose la veille ? Que Lily avait embrassé Sirius accidentellement ? Non bien sur, elle savait parfaitement que l’alcool faisait faire des choses ridicules et incongrues aux gens. Que Sirius et James se soient battus ? Après tout, même les meilleurs amis en venaient parfois aux mains, et puis… c’était des hommes ! Etait-ce que James s’était laissé tripoté par d’autres filles ? Là non plus, pas de surprises, mais Marlène n’était pas assez objective, car elle avait toujours eu une dent contre lui et cela depuis le début. Elle en était tout de même malade pour Lily. Cet idiot allait se faire botter le train dès qu’elle croiserait son chemin, pour sur. Mais ce qui la choqua le plus, bien évidemment, fut l’annonce de la grossesse à Lily. Là dessus… ses sentiments étaient partagés. Bien sur, tout le monde se doutait que cela arrivait, vu qu’ils connaissaient tous l’existence de Harry. Mais si tôt ? C’était assez étonnant ! Dans tous les cas, même si elle comprenait le désir de son ami à garder le secret, elle était vexée de ne pas être la première à être au courant. En tant que meilleure amie, elle aurait voulu avoir ce privilège. C’était une réaction égoïste, elle le savait. Mais au fond, elle n’en voulait pas du tout à Lily. Cette dernière semblait redouter sa réaction. Elle s’attendait à ce que Marlène la sermonne sur son âge et le fait que ce soit trop tôt. Mais Marlène ne pensait pas tout cela. Et elle voulait le lui dire. Les hiboux n’étaient pas les meilleurs moyens pour mettre les choses au clair et surtout, pour arranger les situations, et rassurer son amie. Non. Il fallait avoir une bonne discussion, entre quatre yeux. C’était la seule solution.

    Faisant un brin de toilette en quatrième vitesse, Marlène quitta la salle commune sans même prendre de petit déjeuner et se dirigea directement vers le lac. Là, elle trouva sa meilleure amie, assise, occupée à écrire puis envoyé un hibou. Elle dut l’entendre s’approcher, car à peine Marlène fut-elle à ses côtés que Lily poussait un soupire pour lancer :

    ♪ Tu m’en veux c’est ça? De toute façon tu ne serais pas la seule, alors autant écailler le dragon tout de suite. ♪

    Marlène soupira à son tour, mais pas pour les même raisons. Lily ne la connaissait-elle donc pas depuis si longtemps pour savoir qu’elle n’était pas du genre à juger les personnes pour ci peu ? Prenant place à côté d’elle, Marlène s’assit face au lac, et laissa son regard trainer sur l’étendu bleu avant de répondre :

    « Bien sur que non, je ne t’en veux pas. Enfin si, je t’en veux de croire que je t’en veux ! »

    Tournant son visage vers son amie, elle hésita quant au sujet à aborder en premier. Il y avait tellement de chose à dire ! Mais par où commencer ?! Pour tenter de détendre l’atmosphère et redonner le sourire à son amie, beaucoup trop pessimiste en cet instant, Marlène lui donna un coup d’épaule taquin avant de dire :

    « Les félicitations sont d’usage, je pense. Est-ce que je pourrai être la marraine ?! »

    Mieux valait parler du bébé pour le moment. Comme l’avait dit Lily dans sa lettre, c’était l’unique chose à laquelle elle pouvait se rattacher pour le moment, et Marlène partageait son avis. S’il était vrai que Lily était encore jeune, c’était l’unique rayon de soleil dans leur vie si sombre. Fort heureusement, ils allaient bientôt finir l’école. Lily pourrait ainsi se consacrer plus pleinement à sa grossesse, sans que cela ne vienne mettre en péril son éducation. Reprenant un minimum de sérieux, Marlène posa les questions d’usage, celles qui s’étaient présentées spontanément à son esprit lorsqu’elle avait appris la nouvelle :

    « Vous êtes au courant depuis quand ? Comment James a pris la situation ? »

    Une autre façon de dire : "Explique moi tout".
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: ↪ Remember who you are, remember, remember.   Lun 5 Sep - 14:22

Je suis désolée, c'est archi nul ><


↪ Remember who you are, remember, remember

(c) dreams

[list] Je venais tout juste d’achever une réponse à James quand Marlène arriva. Pour ne rien vous cacher, je redoutais sa réaction. Ce n’était pas que la gryffondor était du genre emportée, bien au contraire. L’impulsive de nous deux, c’était moi. L’héritière McKinnon est une jeune femme on ne peut plus calme et très réfléchie. Rien d’étonnant à ce qu’elle s’entende aussi bien avec Remus. Ils étaient fais pour se rencontrer et être ensembles. On dit que les contraires s’attirent, et quelque part c’est le cas de Marly et moi. N’allez pas croire pour autant que l’on ne se ressemblait pas. En fait, on se ressemble autant que l’on se différencie. S’il existe une seule personne capable d’être aussi passionnée que moi, c’était bien la jeune femme. Et bien qu’elle en doute de temps à autre, elle avait parfaitement sa place chez les lions, son courage n’étant plus à prouver. Enfin bref, j’en étais où ? Ah oui, que je redoutais sa réaction. Pourquoi ? Et bien parce que je ne lui avais rien dis. On s’était toujours promis de tout se dire et je venais de lui faire des cachoteries. Avais-je eu le choix ? Oui et non. Oui car j’aurais pu lui dire. Non parce qu’il aurait été incorrecte de lui annoncer avant James, comme de lui dire avant que nous en ayons parlé aux autres maraudeurs. Nous avions prévu de leur dire tous ensembles, malheureusement, tout était tombé à l’eau. Du coup Marlène se retrouvait une des dernières au courant et je m’en voulais pour ça. Elle aurait du être dans les premières. Je poussais mes affaires, afin de lui faire un peu de place. Après tout, si ma lionne chérie était là, c’est qu’elle voulait que nous parlions, sinon elle ne serait pas venue. Quelque part, cela me prouvait bien qu’elle n’allait pas me tenir rigueur de ce que je lui avais écris, mais on ne sait jamais. Je le savais pourtant très bien, je la connaissais, mais que voulez-vous ? Je brouillais trop du noir ces derniers temps pour m’imaginer « pardonnée » aussi facilement. Je lui fis un maigre sourire quand elle me répondit, ne sachant pas trop quoi rajouter. Il lui plus franche quand elle me bouscula légèrement. Pour remonter le moral, on pouvait compter sur elle, il n’y avait pas de doute

Bien sur quelle question ! S’il y a bien une personne dont je suis sure qu’elle fera partie de sa vie, c’est bien toi Marly.

Quelque part, cela me faisait plaisir autant que ça me déprimait. Je savais que je pouvais compter sur ma meilleure amie pour m’épauler. Je doutais par contre des autres. Qu’en serait-il de mes parents et surtout de James ? C’était là ma plus grande question et la plus douloureuse. Je savais déjà que mon père ne l’accepterait pas. Son absence de courrier après que je lui ai annoncé que j’allais me marier avec mon gryffondor en était la preuve. Ma mère, elle paniquerait. Elle me dirait que je suis trop jeune et me proposerait même de l’élever à la place, chose qu’il n’était pas du tout question. Quand au préfet en chef ?... Et bien c’était là où résidait le plus grand mystère. Concernant Sirius, tout dépendrait de ce qu’il allait se passer avec mon fiancé. Il ne faisait pas de doute que si mon enfant n’avait pas de père, il n’aurait pas non plus de parrain. Non pas que Patmol ne soit pas un bon choix, du tout. Seulement, le connaissant, il comblerait l’absence de James, et il n’était pas envisageable que la situation actuelle entre Harry, lui et son vrai père ne se reproduise. Sachant ces idées de ma tête je tournais mon regard vers Marlène qui me demandait de tout lui raconter.

Oh et bien… Je dois te dire que je ne m’y attendais pas du tout. On a toujours fais attention pourtant… Je l’ai appris par hasard, quand je suis tombée malade, tu sais mi-avril. Cela faisait un peu plus d’un mois. C’est l’infirmière qui me l’a annoncé après une prise de sang. Il m’a fallut ensuite attendre le retour de James pour lui dire… Mais entre-temps il y a eu l’histoire entre Sirius et Anna, si bien que l’on a jamais eu une minute à nous. Tu comprends, je voulais qu’il le sache en premier alors j’ai attendu… Je n’ai pu lui dire que le soir où la ministre est venue à Poudlard autant dire bien après. Aussi étonnant que cela puisse paraitre, il a été très emballé, plus que je ne l’étais moi-même quand je l’ai appris pour ne rien te cacher.

En parler avec Marlène me faisait un bien fou. Parce que je savais que la joie que j’avais concernant mon enfant, elle l’aurait aussi. Et puis, l’idée d’être marraine, la connaissant, devait surement l’enchanter. En même temps, si la situation était inversée, je serais toute émue et gaga à l’idée que ma meilleure amie attende un enfant. Oui, on était jeune, mais franchement, quelle importance ? Je veux dire que par rapport à la plupart des sorcières de notre âge, nous avions grandi plus vite. Je me sentais apte à devenir maman, c’était le plus important non ? En tout cas pour moi ça l’était, et peu m’importait ce que l’on pourrait en dire. Il n’était pas question que l’on me sépare de mon bébé à venir. Et même si James n’était pas avec moi, même je devais me retrouver seul, tant que cela ne nuira pas à son bonheur et son épanouissement, je l’élèverais. Je finis par tourner la tête vers le lac et entourer mes jambes, collés contre ma poitrine, de mes bras.

Mais… Je suis pas sure qu’Il sera là. Après tout ce qui s’est passé hier, et quand je fais un bilan… Je me dis qu’on ne peut plus continuer ainsi. Que je ne peux plus être aussi… mal ? Je sais pas comment j’en suis arrivée là Marly, mais j’ai l’impression de ne plus me reconnaitre. Avec tout ce qui se passait, je me suis perdue moi-même et je passe mon temps à brouiller du noir. Depuis quand suis-je devenue cette Lily si terne ?

Cette question n’était pas vraiment pour Marlène, mais pour moi. J’essayais de chercher en moi pourquoi j’étais devenue ainsi. Etait-ce après l’attaque à Gringott où ils ont tous fallit y rester ? Etait-ce après les menaces de Severus à l’égard de toutes les personnes que j’aimais ? Ou était-ce bien avant tout cela ? Je crois qu'à force de prendre sur moi, à essayer d'aider tout le monde, j'avais fini par me nuire à moi même. A vouloir porter tout le poids du monde j'avais été écrasée par ce dernier. Mais je n'arrivais pas à m'en rendre compte. Je savais que j'étais en partie la cause de mon état, mais comment je l'ignorais. Il était temps que je me souvienne de qui j'étais et que j'ouvre les yeux. Je le devais à tous à mes proches, je le devais à mon enfant.



_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: ↪ Remember who you are, remember, remember.   Mar 6 Sep - 9:42

    Lily & Marlène
    « La confiance ne s'achète pas, elle se gagne »

    Alors que Marlène s’installait aux côtés de Lily, elle songea, avec un pincement au cœur, que cela faisait une éternité qu’elles n’avaient pas eu l’occasion d’avoir une discussion entre amies. Seules. Entre filles. Il faut dire qu’à présent qu’elles étaient toutes les deux en couple, elles passaient plus de temps avec leur copain respectif. Ajoutez à cela les attaques récentes et le programme de 7eme année en prévision des examens d’ASPICs… et vous comprenez aisément l’emploi du temps de ministre des deux gryffondors. Aujourd’hui, elles pourraient enfin parler, se confier, se rassurer, se réconforter. Comme elles l’avaient toujours fait depuis leur première année à Poudlard. Parfois, les mots n’étaient pas utiles pour qu’elles se comprennent. Elle se connaissait par cœur, ayant eu 7 ans pour apprendre toutes les facettes de leurs personnalités respectives. Toutefois, à présent, la situation était différente. Il ne s’agissait pas d’une humeur inexprimée, d’un problème bénin. Marlène avait l’impression d’avoir loupé plein d’épisodes, telle une série moldue, et de n’y comprendre plus rien. Elle n’en voulait cependant pas à Lily, car elle avait saisi l’enjeu et les raisons de ce silence. Mais avant d’évoquer tous ces points… elle devait tenter au moins de redonner le sourire à son amie. Son visage était trop sombre au gout de Marlène. Elle aimait voir Lily souriante, et joyeuse, le visage décontracté. Elle lui donna donc un coup d’épaule taquin en lui demandant si au moins, elle pourrait être la marraine du bébé. Même si elle avait pris le ton de la plaisanterie, elle était sincère. La perspective que Lily ait un bébé était déjà une chose, mais que Marlène se retrouve marraine c’était encore mieux…enfin… d’un certain point de vue, bien sur !

    ♪ Bien sur quelle question ! S’il y a bien une personne dont je suis sure qu’elle fera partie de sa vie, c’est bien toi Marly. ♪

    « Ouiiiiiii ! Merci beaucoup, Lily ! … Attends-toi à avoir l’enfant le plus gâté au monde par sa marraine !! »

    Elle prit brièvement Lily dans ses bras, pour la remercier de ce choix, et de cette confiance qu’elle avait pour elle. Marlène lui adressa ensuite un sourire franc et heureux, premier depuis une belle lurette. Ils n’avaient guère eu l’occasion de se réjouir pour quelque chose ces dernières semaines. La jeune fille comptait bien rester auprès de sa meilleure amie le plus longtemps possible ! Jusqu’à ce qu’elles ne se supportent plus. Mais était-ce seulement concevable ? Bien sur que non ! Marlène se voyait parfaitement mamie, entourée de ses petits enfants et en train de plaisanter avec une Lily grisonnante également. Voilà ce qu’était l’amitié pour elle : la confiance, la présence, l’écoute, le partage. Tout ce que les deux gryffondors partageaient et espéraient partager pendant encore de longues années.

    Le fait que Lily soit jeune et enceinte ne posait pas du tout de problème pour Marlène. Après tout, elles savaient depuis quelques temps que Lily et James allaient avoir un garçon. Et d’après ses dires, cela n’allaient pas tarder. Le fait est que cette grossesse était tombée plus tôt que prévue. Mais qu’importe. Le résultat était le même. La venue au monde d’un bébé, fruit d’un amour respectif, était surement la plus belle chose au monde. Marlène était donc bien décidé à soutenir son amie jusqu’au bout ! Même lorsqu’elle aurait des sautes d’humeur, aux derniers mois de sa grossesse ! Pressée d’en savoir un peu plus, Marlène pria Lily de tout lui expliquer, afin qu’elle puisse comprendre un peu mieux la situation. Et le carnage qui avait eu lieu la veille dans la salle commune. Attentive, elle écouta sa meilleure amie, sans l’interrompre, hochant de temps en temps la tête. Ainsi… Lily était enceinte depuis mi-avril. Déjà ! Elle était donc déjà dans un stade assez avancé de sa grossesse. James avait bien pris la nouvelle : tant mieux ! Sinon Marlène lui aurait mis la tête au carré. Mais déjà, Lily s’inquiétait qu’il ne reste pas là, à ses côtés. A cause de la fête d’hier. Depuis quand était-elle devenue une Lily si terne ? Disait cette dernière.

    Inconsciemment, les larmes montèrent aux yeux de Marlène, dont les yeux étaient posés sur l’expression douloureuse de Lily. Celle-ci observait le lac, totalement perdue, comme si tout le poids du monde reposait sur ses épaules. Marlène avait toujours été d’une nature tactile, même si elle était assez timide. Mais le contact physique la rassurait toujours : lorsqu’elle était avec sa mère, avec les gens qu’elle aime. Elle commençait aussi à avoir plus de contacts avec Remus, malgré leur retenue respective. Et avec Lily, c’était le déluge de câlin, dès qu’elle en avait l’occasion. Aussi, Marlène ne trouva rien de mieux que d’attraper une mèche de cheveux à sa meilleure amie, d’un geste apaisant, avant d’entourer ses épaules de l’un de ses bras.

    « Ne t’en fais pas ma Lily ! Ce n’est qu’une mauvaise passe. Les événements d’hier sont encore tout frais, mais ça finira par se tasser. Et tu sais bien que l’alcool fait faire des choses que nous ne désirons pas. Ou dire des choses. James a beau être un idiot de mon point de vue, il ne va pas te quitter pour si peu, voyons ! »

    Elle serra sa main contre l’épaule de son amie pour appuyer ses dires, la voix légèrement réprobatrice.

    « Tu penses vraiment que James t’abandonnera ? Après tout ce que vous avez traversé ensemble ? Ce bébé est la meilleure chose qui vous soit arrivé. Le seul rayon de soleil en ces temps ci durs. Rattache toi à cette idée, et oublies tout le reste. Même le seigneur des ténèbres ne peut rien faire contre ce phénomène de la nature. J’en suis persuadée. »

    Elle marqua une pause, le temps d’observer les alentours, pour être sure qu’elles étaient toujours bien seule autour du lac. Un petit sort d’insonorisation n’aurait pas été de refus. Enfin, elle ajouta :

    « Tu broies surement du noir à cause de tes hormones. J’ai lu quelque part que les femmes enceintes passaient par toutes les humeurs possibles, durant leur grossesse. Tu es peut-être dans ta période « j’en ai marre de la vie ». Mais ça ne durera pas ! Et puis… je suis là tu sais ? »

    Il fallait se soutenir, et non pas sombrer dans la dépression, chacun de notre côté, ajouta mentalement Marlène. Cela ne plairait que plus au seigneur des ténèbres. Il voulait les séparer, pour mieux régner. Ensemble, ils risquaient bien d’être plus fort que lui. Rien que les maraudeurs et les deux filles suffiraient à zapper sa force. Du moins… c’est ce que Marly espérait. Elle pensait dur comme faire que l’amitié, le courage, et surtout l’amour vaincrait de cette soif de pouvoir égoïste qui animait Voldemort. Ce dernier avait peut-être des disciples, mais il s’en fichait comme d’une vulgaire paire de chaussette. Eux, ils étaient tous liés. Les maraudeurs, l’ordre du Phénix. Tous. Et ensemble, ils vaincraient. Avec l’aide de Harry, et de ses informations. Il n’y avait pas de raisons.
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: ↪ Remember who you are, remember, remember.   Ven 9 Sep - 13:41



↪ Remember who you are, remember, remember

(c) dreams

[list] J’avais de la chance de pouvoir compter parmi mes amis les plus fidèles Marlène. Je n’avais pas besoin de me forcer pour lui sourire. Je n’avais pas besoin de me forcer pour me confier à elle, pour lui dire tout ce que j’avais sur le cœur. Quelque part, sa présence me manquait. A présent que nous avions toutes les deux notre vie en dehors de l’autre, nous passions moins de temps ensemble. Elle essayait de rattraper le temps perdu avec Remus, et moi, et bien j’essayais de me construire un foyer. Il m’arrivait de penser que peu à peu un fossé se creusait entre nous. Et cela me faisait peur. J’avais peur qu’elle ne soit plus là. Je ne pouvais plus compter sur Severus. Si je perdais Marlène, je n’arriverais pas à m’en remettre. Avec le serpentard s’en était allé une partie de moi. Je me sentais seule. Oui seule. Vous allez me dire, j’ai James et Sirius, mais ce n’est pas la même chose, ça ne le sera jamais. C’est l’héritier Rogue qui m’a permis de m’accepter en temps que sorcière et de ne pas avoir honte de mes origines. C’est paradoxale vous ne trouvez pas, lorsqu’on voit qu’à présent, il voue une fidélité à un homme qui rejette toutes personnes issues de famille sans pouvoir. Je ne l’avouerais jamais, mais ça me manquait de ne plus le fréquenter. Nous avions grandi ensemble et passé cinq année toujours l’un avec l’autre au château. Son absence me laissait un vide et depuis, j’avais peur de m’attacher autant aux autres. Lorsque l’on perd quelqu’un qui nous est cher, sans le voir venir, ça fait trop mal. Je n’avais eu aucun pouvoir sur ce qui s’était passé, si bien que je n’acceptais plus de plus contrôler une situation. C’était ce qui clochait avec mon fiancé. Il avait ses tords, mais j’en avais aussi, et il n’était plus question de leur nier. Alors quand ma meilleure amie me dit que nous ne pouvions pas nous quitter, je poussais un nouveau soupir de lassitude. Ma bonne humeur laissait place à de la peine et je me sentais si terne. Je me donnais l’impression d’être un poids lourd pour les autres, mais également pour moi. J’exprimais tout cela à voix haute à Marly. S’il y en avait bien une qui pouvait m’aider à y voir clair c’était elle.

Tu sais, je sais pas trop pour James. Ce n’est pas seulement ça, ce n’est pas seulement de sa faute. Je n’arrive pas quelque part à lui faire totalement confiance et à la moindre accroche, je m’enfuis. J’ai peur Marly, peur qu’il me brise le cœur, peur de me sentir aussi mal que je l’ai été quand Severus a…

Je tournais mon regard vers elle et lui pris les mains pour les serrer dans les miennes. La gryffondor, c’était la sœur que j’avais toujours rêvé d’avoir et entre nous deux, quelque part c’était fusionnel. Sa présence, son contact suffisait à me faire du bien. Savoir qu’elle sera toujours là, qu’elle répondra toujours à l’appel quand les choses n’iront pas bien. C’était la plus grande constante de ma vie. Et la place que je lui accordais, je ne l’accordais pas à James. Je pouvais marcher les yeux fermés si j’étais guidée par mon amie. Mais si je l’étais par mon fiancé ? Je pense qu’à un moment, je ne pourrais pas m’empêcher de les ouvrir. C’était plus fort que moi, et c’était de sa faute. S’il n’était pas aussi insouciant, s’il ne prenait pas tout à la légère, s’il m’écoutait plus quand je le mettais en garde… J’en attendais sans doute trop de lui. Il n’était pas Severus, et il ne le serait jamais. C’était pour ça aussi que je l’aimais et il me fallait briser les nombreuses barrières que je m’étais imposée.

Je ne suis pas sure que ce soit une période, ça vient de moi Marly. Je suis en train de tout gâcher. Je le sais, mais je n’arrive pas à m’en empêcher. Regarde ce qui s’est passé avec Harry ! Il me déteste parce que je lui ai dis de ne pas compter sur moi. J’ai rejeté mon propre enfant parce que j’avais peur de m’engager dans quelque chose qui pourrait ensuite me dépasser. J’ai laissé les choses se faire sans contrôle avec Sirius, et cela a finit en bagarre entre lui et James. Je gâche tout ce que je touche ce que je lance. J’ai peur pour mon enfant, j’ai peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas faire les bons choix et de ne pas arriver à le protéger.



_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: ↪ Remember who you are, remember, remember.   Lun 12 Sep - 17:13

    Bien que Marlène ne puisse pas lire dans les pensées de son amie, elle se doutait que ces dernières étaient bien confuses. A ses yeux, à l’expression de son visage, Marlène pouvait presque voir les engrenages qui poussaient Lily à être aussi déprimée. Malheureusement, la gryffondor ne pouvait rien faire de plus que d’être là pour sa meilleure amie. Etre là, l’écouter, lui parler. Elle pouvait difficilement la conseiller, car elle n’avait jamais été dans une situation similaire. Elle se souvenait parfaitement du jour où Lily avait appris la trahison de Severus. Elle en avait été dévastée. Dure avait été sa convalescence. Et à présent, Lily était de nouveau au bord de ce gouffre si dangereux : la dépression. Et même si Marlène n’avait jamais rien vécu de tel, elle pouvait facilement comprendre sa douleur.

    Patiente, elle écouta son amie lui expliquait pourquoi elle doutait de James. Elle n’arrivait plus à lui faire confiance. Et pourquoi ? Pourquoi Lily fuyait-elle James, après tout ce qu’ils avaient vécu. C’était ça le véritable cœur du problème. Tant qu’elles ne sauraient pas d’où venait ce changement de réaction, elles ne pourraient pas avancer. Elle en fit part à son amie, alors qu’elle serrait les mains de cette dernière dans les siennes :

    « Lily… est-ce que tu as peur à cause de Severus ? Ou parce que James a fait ou dit quelque chose qui ne fallait pas ? Je comprends que tu ne veuilles pas souffrir comme quand Severus nous a tous trahis mais… la relation que tu avais avec lui n’est pas la même que celle que tu as avec James. Severus était un ami. James est plus que ça… non ? »

    Restait à savoir si ce n’était pas la connaissance du futur qui l’effrayait véritablement. Si Marlène avait été à la place de Lily, elle aurait pu avoir les mêmes doutes. Savoir qu’no allait avoir un fils, qu’on mourrait pour le protéger. Cela avait de quoi vous faire terriblement peur. A présent, ils savaient pourtant que le futur avait été modifié par la venue des voyageurs de temps. Qu’allait-il donc leur arriver ? Marlène avait elle-même appris son destin tragique durant la guerre. Chaque jour, elle priait pour que CETTE partie là du futur soit modifiée. Mourir si jeune… Mais mieux ne valait ne pas y penser. Cela ne ferait que la déprimer encore plus. Hors, Marlène était là pour remonter le moral de son amie, pas pour sombrer dans le même état qu’elle.

    Lily lui répondait à présent que le problème venait d’elle, et non pas des sautes d’humeur de sa grossesse. Elle parla d’Harry. Et du fait qu’elle l’avait rejeté. De cette peur de ne pas être à la hauteur. Et Marlène lui sourit, confiante. Car s’il y avait une chose dont elle était sure, c’est que Lily serait une mère formidable.

    « Dis moi Lily… le fait que tu t’interroges autant ne prouve t-il pas que tu seras une excellente mère ? Si tu n’étais pas à la hauteur, tu ne te poserais même pas ce genre de question alors que tu n’es qu’à la moitié du terme de ta grossesse. Quant à Harry…c’est une autre histoire. Il ne faut pas que tu perdes des yeux le fait qu’il est arrivé sans que tu ne sois au courant de son identité immédiatement. A ta place, n’importe qui aurait réagis pareil… plus ou moins. Harry n’est pas idiot. Il est en colère pour le moment, blessé peut-être, mais il finira par comprendre. Pourquoi ne pas chercher à lui parler ? A moins que tu veuilles que je m’en charge ? »

    Marlène s’était en effet beaucoup rapproché de Harry, et ce dernier semblait la considérer presque comme une seconde mère, ce qui était plutôt malsain, vu la situation. Mais Marlène aimait beaucoup Harry. Elle souffrait de les voir lui et sa meilleure amie dans un tel…quiproquo ? Selon Marlène, la discussion pouvait toujours tout arranger. Il y avait peut-être des rancœurs, mais leur amour était toujours là. Qu’est-ce qui pourrait les empêcher de recoller les morceaux ? Elle était peut-être trop naïve, mais Marlène y croyait dur comme fer. Et elle ferait tout pour les aider et arranger les choses.

    « Et puis… Sirius est un idiot ! Ne le sais-tu pas depuis tout ce temps ?! Il n’a juste pas assez de tact pour faire les choses correctement. Ce n’est pas comme si James et lui étaient rivaux. Ils sont meilleurs amis. Et généralement, les hommes ont plus de faciliter à passer outre ce genre de disputes… d’après les rumeurs. Si leur amitié est aussi forte que la notre, tu dois avoir confiance en eux. »


avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: ↪ Remember who you are, remember, remember.   Mer 21 Sep - 19:57


↪ Remember who you are, remember, remember

(c) dreams

Marlène était une jeune femme on ne peut plus perspicace, surtout quand il s’agissait de me décrypter. Je ne prononçais qu’une seule phrase et elle comprenait toutes celles qu’elle sous-entendait. Je n’avais besoin que de brosser la surface de ce qui me troublait ces derniers temps et lui exposer pour qu’elle prenne conscience des problèmes que j’avais. Elle savait lire entre les lignes, devinant à mes expressions qu’elle était sur la bonne piste. Elle me connaissait mieux que quiconque et même si nous passions de moins en moins de temps ensembles, elle restait tout de même la jeune femme, la personne même me connaissant le mieux. La seule chose qui lui avait échappé était ma grossesse, et encore elle n’aurait pas mis encore beaucoup de temps à s’en apercevoir. Ne me faisait-elle pas dernièrement des boutades sur le fait que j’avais pris un peu de poids ? Sans doute ne s’était-elle pas imaginée que je puisse être aussi jeune maman. Oui c’est pour cela que ma lionne adorée ne l’avait pas comprit plus tôt. Si elle rassemblait tout ce qui m’était arrivé ces derniers temps : nausée matinale, prise de poids, sauts d’humeur, et je vous en passe, elle trouverait finalement logique que j’attende un enfant. Mais pour l’heure, nous parlions d’autre chose, bien que tout était intimement lié.

Je sais pas Marly, mais je pense que ce n’est pas indifférent à ce qui s’est passé avec... Lui. Je suis consciente que James n’est pas Severus seulement. Te serais-tu attendu une seule fois à ce qu’il me tourne le dos ? A ce qu’il renie notre amitié pour un mage fou ? Moi jamais. J’ai grandi avec lui, je pensais le connaitre et je me suis trompée. Qui me dit que je ne fais pas la même erreur avec James ? Je veux dire, je ne le connais pas tant que ça finalement… Et après ce qui s’est passé hier. Il s’est laissé faire… Il a laissé toutes ses filles le toucher, le déshabiller même et il en garde d’ailleurs une marque… J’ai mes tords dans cette histoire, je le reconnais. Seulement je pensais que Sirius était James, sinon jamais je ne l’aurais embrassé. Jamais je n’aurais laissé d’autres agir de la sorte. Et jusqu’à hier, je pensais que jamais il n’aurait laissé les choses allaient aussi loin.

J’étais amère oui. Mais cela allait passer. J’avais du mal à digérer que mon fiancé est pu à ce point se laisser aller avec d’autres. Ok, il avait bu. Ok je l’avais fait douter. Cependant cela n’excusait pas tout. Qui me disait que la prochaine fois que l’on se disputerait il n’irait pas dans le lit d’une autre après avoir bu ? C’est injuste de penser ça du gryffondor, et je savais qu’il m’était fidèle. Seulement, je ne pouvais pu m’empêcher de m’imaginer les pires scénarios qui soient. Comme je venais de le dire, si quelqu’un comme Severus, dont j’avais été très proche, avec qui j’avais grandi, passé tant de temps à refaire le monde, à rire et même à pleurer avait retourné sa veste, quelle garantie j’avais que le préfet en chef n’en fasse pas de même ? Le problème ne venait pas de lui, mais de moi. Je n’arrivais pas à lui donner toute ma confiance, et il allait falloir que je travaille sur ça, comme lui devra m’aider à y arriver. S’il n’y mettait pas du sien, notre couple était voué à l’échec et notre enfant ne grandira pas comme on avait pu se l’imaginer. De toute façon, je ne serais jamais la mère que je voudrais être pour lui. J’avais l’impression de tout rater, comme je vins à le dire à Marlène. Ces paroles me réchauffèrent le cœur, même si elles ne pouvaient pas effacer tous mes doutes. Rien ne le pourrait.

Merci Marly… Même si je ne suis pas convaincu moi-même, cela me touche que tu crois autant en moi. Et pour ce qui d’Harry… Il m’en veut vraiment tu sais, plus que tu ne peux te l’imaginer. Je n’arrive pas à gérer cette situation comme je le devrais. Il attend de moi que je sois à ses côtés, que je l’épaule comme une mère le ferait. Seulement il a mon âge, et je ne peux pas prendre le rôle qu’il veut me voir endosser. Je ne suis pas la maman qu’il voudrait avoir. Et je sais que c’est de ma faute. Il ne cherche que le réconfort auprès de moi, mais je ne peux pas lui apporter. Pas à lui… Tu sais que je suis prête à tout pour réécrire son histoire et lui offrir une enfance heureuse. Je ferais tout pour qu’il n’est pas à souffrir et pour que l’Harry que je peux croiser tous les jours ne soit plus. Il ne comprend pas que je ne peux pas le rendre heureux maintenant, mais que je peux seulement lui offrir un passé meilleur.

Tout était compliqué, et j’espérais vraiment que Marlène comprendrait ce que je lui disais, bien que moi-même je n’étais plus sure de comprendre. Quelque part, je regrettais de savoir que mon camarade était le fils que je devrais avoir. Tout aurait plus simple si je n’en avais rien su. Mais d’un autre côté, cela me permettait de lui offrir une vie plus décente. Je voulais qu’il ne soit plus un enfant malheureux, ayant eu des « parents » - si on peut les appeler comme ça – qui n’avaient que faire de son bonheur. Je voulais qu’il ait un père, et que ce dernier puisse l’aimer autant que j’aurais voulu le faire. L’Harry actuel ignore que je faisais tout pour que James me survive, pour n’avoir besoin que de donner ma vie pour le protéger et qu’ainsi, il puisse grandir auprès de ce dernier. Ma mort était comme ancrée en moi depuis que je savais la vérité, au contraire de mon fiancé que j’allais sauver coute que coute.

J’hochais des épaules sans rien répondre quand la jeune femme me déclara que Sirius n’était qu’un idiot et qu’il en faudrait plus pour briser l’amitié qu’il avait avec James. Nous verrons bien. Tout ce qui était sur, c’était que je ne fréquenterais plus autant que je l’avais fais ses derniers temps le gryffondor. J’avais prêté à confusion notre relation aux yeux de celui que j’aimais et je ne referais pas deux fois la même erreur. J’allais parler au moment où le tonnerre gronda dans le ciel. Oh non, il faisait si beau jusque là pourtant… Une légère pluie se mit à tomber et il ne faisait pas de doute que dans quelques minutes, elle allait s’intensifier.

Nous ferions mieux de nous mettre à l’abris et vite si l’on ne veut pas être toute mouillée et tomber malade juste avant les examens.

Dis-je à Marlène tout en rassemblant mes affaires. J’hésitais un instant à prendre la lettre que le serpentard m’avait envoyé, bien que je fini par la fourrer dans mon sac. Je décidais cependant de laisser la rose sur le sol.


_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: ↪ Remember who you are, remember, remember.   Ven 23 Sep - 17:35

    Alors qu'elle discutait avec sa meilleure amie, Marlène se rendit compte qu'elle avait, en réalité, beaucoup de chance. Pourquoi ? Et bien, certes, elle ne connaissait pas son père, il ne lui restait que son père. Certes, le seigneur des ténèbres montait en puissance en dehors du château. Certes, elle avait appris récemment qu'elle allait être assassiné dans un futur proche, mais qui, probablement, avait changé depuis l'arrivée de Harry. Certes, il y avait tout ça. Mais Marlène était une jeune fille heureuse malgré tout. Elle était en couple avec un homme merveilleux, qui partageait ses sentiments. Et son seul soucis à court terme était de savoir si elle allait réussir à devenir avocamage. Lily, elle, avait plus de préoccupations : sa grossesse, son mariage (ou non mariage) avec James, Harry, qui était toujours là... D'ailleurs, si Harry restait ici, qu'arrivera t-il le jour où Lily mettra au monde son enfant ? La présence de deux Harry n'allait-elle pas poser problème ? Et si Harry avait changé le cours de l'avenir, pourrait-il seulement revenir à son époque ? Allait-il rester éternellement ici ? Ne risquait-il pas d'être en danger au moment de la naissance du bébé ? La logique voudrait qu'il disparaisse à cet instant non ? C'était à s'attraper des rhumes de cerveau. Marlène se posait un tas de question. Et toutes tournaient autour de sa meilleure amie Lily. Alors oui... Marlène réalisait qu'elle avait elle même, très peu de problèmes personnels. Il fallait qu'elle garde cela à l'esprit.

    A présent, tout ce qu'elle désirait, c'était aider Lily. L'aider à porter ses fardeaux. A l'alléger. La conseiller, ou au moins l'écouter. Alors que Lily évoquait James et Severus, et les comparer, pour expliquer sa réticence, Marlène hocha la tête, compréhensive. Il était normal effectivement que Lily se méfie après le coup que lui avait fait Severus. Pourtant...

    "Comme tu viens de le dire, tu ne t'attendais pas à ce que Severus te tourne le dos, alors que tu le connais depuis ton enfance. Le fait de connaître "bien" les personnes, ne te met pas à l’abri de la trahison. Alors même si tu ne connais pas James aussi bien que Severus, cela ne veut pas dire qu'il va finir par te tromper ou te rendre malheureuse.... tu comprends ce que je veux dire ? Je pense que tu dois laisser une chance à James. Avec ce qui se passe en ce moment, je comprends tes peurs, et ta retenue. Mais c'est justement maintenant que vous devez rester ensemble. Et rester unis. Vous arriverez alors à faire face à ses épreuves plus facilement. Pardonne James pour sa bêtise... l'alcool fait des ravages. Ce serait dommage de le condamner à cause de ça. Et puis... il a agit -ou pas réagit - parce qu'il était sous le coup de la jalousie. Est-ce qu'on aurait fait autrement si on avait été à sa place ? Je ne lui cherche pas des excuses, mais je dis juste que... James aussi a ses moments de faiblesse. Et il ne faut pas le condamner pour cela. "

    Marlène tentait du mieux qu'elle pouvait de s'exprimer afin de lui faire changer d'avis. Car la gryffondor, même si elle comprenait les doutes de son amie, était aussi persuadée qu'elle se trompait. Marlène craignait que Lily prenne une décision qu'elle regretterait plus tard. Cette dernière la remercia alors de croire autant en elle, et Marlène ne put que lui sourire en réponse. Après tout, les amis c'est fait pour ça non ? Quant à la question Harry, question toujours délicate, Marly ne pouvait s'empêcher de vouloir faire quelque chose pour les aider.

    " Est-ce que tu voudrais que je reste auprès d'Harry ? Que je prenne soin de lui à ta place ? Non pas parce que tu ne veux pas le faire, mais parce que tu ne le peux pas ? Je comprendrai que tu préfères pas, et que tu pourrais trouver ça vexant. Je ne veux pas prendre ta place dans le cœur d'Harry. Mais je veux l'aider. Vous aider... Et comme ça, je pourrai régulièrement te mettre au courant de son état... ? Est-ce que ça te soulagerait ?"

    Marlène ne voulait surtout pas se mettre sa meilleure amie à dos, en lui faisant croire qu'elle allait la remplacer dans le coeur du jeune homme. Il est vrai qu'il était bizarre de devoir considérer Harry comme le fils de Lily alors qu'il avait leur âge. Mais il ne fallait pas non plus abandonner le Harry du futur pour sauver le Harry du passé.

    Le tonnerre coupa court à leur discussion, suivis de près par une fine pluie. Lily proposa de se mettre à l’abri avant d'attraper la motr, et Marlène fit bien de cet avis. Elle n'avait pas d'affaires à rassembler, aussi se retrouva t-elle de bout en première. Elle vit alors Lily ranger une lettre dans son sac. Et laisser une rose sur le sol. Après quoi, elle se dirigea vers le château à pas rapide. Marlène, de son côté, marqua une pause, le regard fixé sur la fleur. Qui lui avait offerte ? James ? Ou quelqu’un d'autre ? Marlène ne pouvait en être sur. Mais en vue de l'hésitation de Lily, cela voulait dire qu'elle venait de quelqu'un de proche. Après avoir jeté un coup d'oeil à son amie, Marlène décida de la prendre discrètement et la rangea dans le pan de ses vêtements. Elle rejoignit Lily en quelques foulées. Peut-être se mêlait-elle de ce qui ne la regardait pas. Peut-être n'aurait-elle pas du prendre cette rose. Mais si jamais Lily finissait par en avoir besoin ? Marlène pourrait alors la lui rendre sans qu'elle n'ait besoin de la regretter.

    Très vite, les deux gryffondors atteignirent le château, et furent à l'abris. Même si elles s'étaient dépêchées, elles étaient déjà presque trempée des pieds à la tête. Au moins, ça réveillait. Se secouant dans le hall, Marlène se tourna vers son amie pour l’interroger :

    "Qu'est-ce qu'on fait ? Tu veux qu'on trouve un coin tranquille pour être seule, ou on retourne à la salle commune ?"

    Les deux options plaisaient à Marlène, aussi préféra t-elle avoir l'avis de Lily. Cette dernière ne voudrait peut-être pas retourner aussi tôt et vite dans la salle commune, alors qu'elles risquaient de croiser James, Sirius ou... les pimbêches qui avaient tripoter James, la veille.







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ↪ Remember who you are, remember, remember.   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum