Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Feindre l'innocence, c'est risqué mais ça marche plutôt bien [Fini]   Mer 24 Aoû - 8:59

Après mon entraînement de Quidditch, je devais passer au ministère, ce qui ne m'enchantait guère.
C'était beaucoup trop risqué pour moi de me promener dans ces lieux. Aussi, j'avais pris soin de m'habiller de façon à ce que je passe inaperçu. Des manches longues, même en plein été, ça pourrait être quelque chose de suspect, mais les seuls mangemorts déjà connus n’étaient pas ceux que je côtoyais au quotidien. Aucun risque que des soupçons viennent salir la belle image du petit joueur de Quidditch au sourire charmeur.

Je marchais néanmoins rapidement, me dirigeant vers le bureau du ministre. Je ne savais pas exactement pour quelle raison je devais y aller, mais ne pas le faire m’aurait valu des représailles et par conséquent un châtiment, ce que je n’avais que peu envie de connaître à nouveau.
La secrétaire du représentant de la magie, si j’ose encore pouvoir appeler cela représentant, m’informa qu’il était occupé, et que je pouvais repasser plus tard, ou bien attendre une bonne heure. Tant pis pour moi, je devais attendre. Je pris place sur un des nombreux fauteuils et attendais. Je regardais aussi la jolie secrétaire. Une tenue stricte, avec un sourire pincé, et des cheveux plaqués à l’arrière de son crâne. N’oublions pas les petites lunettes qui venaient finir ce style que j’appellerais de coincé.
Une petite envie de la draguer se nicha dans un coin de mon esprit. Malheureusement, elle était occupée au téléphone, et je doute que cela passerait inaperçu, avec tous les sorciers qui couraient à droite et à gauche dans les couloirs. Le bureau des Aurors n’était pas loin, et je n’avais aucune envie d’être reconnu comme mangemorts.
Tout de même, je voyais le regard soutenu qu’elle me lançait, et décidais d’exercer mon plan habituel, l’inévitable sourire. Je le laissais s’épanouir sur mes lèvres, et vis les joues de la secrétaire prendre un teint rosé. Elle détourna précipitamment les yeux. Je souriais alors, fier de mon petit succès toujours existant.

Je sentais également un regard perçant dans mon dos. Je me tournais alors et vis quelqu’un qui me fixait. Je portais main à ma baguette, mais me ravisais. Je ne devais pas créer d’attention en ces lieux. Je retournais donc à la contemplation des manies de la jeune femme. Mais ce regard m’intriguait, je souhaitais vraiment régler ce compte à cet homme qui se permettait de me dévisager. S’il savait. Oh mon dieu que ce serait bien, de pouvoir jeter le sortilège Doloris devant tous ces gens, pour qu’ils sachent à qui ils avaient affaire. Mais non. Rien de tout cela n’était encore possible. Nous devions encore attendre quelques temps, et j’espérais que ce temps nous serait de courte durée.

Finalement, je me levais, m’excusant auprès de la secrétaire, mais lui rappelant que je gardais mon rendez-vous, que j’allais juste saluer un sorcier que je connaissais. Oh, un petit mensonge, ce n’était rien !

J’avançais en sa direction, plus dans l’ombre.
Professeur↯  Les runes, inutiles ? Mais non !
avatar



Nombre de messages : 1518
Age : 29
Groupe : Neutre ; Professeur ; Sorcier
Caractère : Passionné, Indépendant, Influençable, Perfectionniste, Renfermé, Apeuré
Crédits : : Marelle
Date d'inscription : 20/06/2011




Adrian Ivanov

Professeur
Les runes, inutiles ? Mais non !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Feindre l'innocence, c'est risqué mais ça marche plutôt bien [Fini]   Mer 24 Aoû - 9:40

« Quoi ??!! Mais vous vous fichez de moi ! Retirer mes subventions c'est ridicule ! Assassinez la recherche directement au lieu de la laisser agoniser ! Grindelwald tout puissant, l'Angleterre est vraiment pourrie jusqu'à la racine ! C'est un scandale ! C'est...»

// Adrian pestait dans son appartement. Il venait de recevoir un hibou du Ministère, et c'était la goutte qui venait de faire déborder le chaudron. C'était ridicule, pathétique, incompréhensible. Un verre de Whisky pur feu à la main, Adrian poussa un énième soupir. Non. C'en était trop, définitivement trop. Déjà qu'il avait passé je-ne-sais-combien de semaines à corriger des copies d'ASPICs que le terme déplorable ne suffisait pas à qualifier, mais en plus ses recherches avaient été jugées inutiles par des sorciers bourrins qui ne comprenaient pas la beauté et la magie des runes, et qui lui avaient enlevé une partie de ses subventions. Dire qu'Adrian ne vivait pas dans le luxe était un gentil euphémisme, puisque son salaire de professeur et ses droits d'auteur lui suffisaient à peine pour survivre et qu'ainsi, il n'allait plus pouvoir faire d'étude sur les pierres des pyramides égyptiennes, le coup du voyage en portoloin étant devenu exorbitant. Oui, vraiment, on mettait des bâtons aux roues de la recherche qui n'avançait guère plus.

Pimprenelle sur les talons, une demi-heure plus tard, Adrian marchait d'un pas vif dans les couloirs du Ministère, s'étant cette fois procuré un plan. Lui si discret, si timide et qui ne voulait jamais faire de remous, voilà qu'il s'apprêtait à entrer avec fracas dans le bureau du directeur général du secteur recherche du Ministère de la Magie, avec une lettre informant ledit directeur que s'il ne retrouvait pas illico presto ses subventions, l'Angleterre magique pouvait dire adieu à l'un de ses meilleurs experts en runes qui avait presque fini ses bagages pour la Norvège ou l'Australie. Merlin, ce n'était pas comme si quelqu'un le retenait ici. Le visage de Célise dont il n'avait aucunes nouvelles s'imposa à son esprit mais il le chassa aussitôt, trop énervé pour réfléchir. Pimprenelle, qui du sentir son trouble, se serra contre sa jambe. Adrian descendit le regard sur sa chatte qui se faisait vieille. Elle avait du mal à le suivre désormais, mais s'il avait eu ne serait-ce que l'idée de la laisser à l'appartement, elle lui aurait fait la tête et se serait vexée. Avec un petit sourire fugace, il se baissa et la prit dans ses bras avant de poursuivre sa route d'un pas rapide. Alors qu'il passait non loin du bureau du Ministre de la Magie, enfin, de sa secrétaire, son regard s'arrêta sur une silhouette qui ne lui était pas inconnue. Adrian ralentit le pas. Il connaissait cet homme, mais il n'arrivait pas à savoir d'où. Ce fut un poster accroché sur le mur, dos à l'homme justement, qui représentait l'équipe des Canons du Chudley qui lui mit la puce à l'oreille. Il avait vu ce... Carrow si ses souvenirs étaient bons, à un match, au seul match de quidditch, auquel il avait assisté. Adrian ne savait plus si son équipe avait gagné, il n'avait jamais été vraiment un passionné de Quidditch, mais bon... Satisfait d'avoir trouvé, il s'apprêta à poursuivre sa route lorsqu'il s'aperçut qu'il avait fixé un peu trop longtemps l'homme qui s'était senti visé et surtout espionné. Adrian se mordilla la lèvre inférieure en voyant approcher Carrow. Machinalement, ses doigts s'entortillèrent, se plièrent pour former une rune de protection au corps à corps qui devait ralentir les attaques et les amoindrir. Mais pour cela il fallait lui insuffler de la puissance magique, ce qu'Adrian ne voulait pas faire pour le moment. Après tout, il ne risquait rien non ? Carrow était à présent devant lui. Ivanov, un sourire charmeur non voulu au visage, se passa une main nerveuse dans les cheveux bruns qu'il n'avait pas coiffés. //

« Bonjour... Vous êtes bien Carrow, le joueur de quidditch ? Je vous regardais tout à l'heure parce que j'avais un doute mais maintenant... j'espère que je ne vous ai pas troublé !»

// L’approche n’était pas des meilleures, mais Adrian, s’il avait bien combattu sa timidité en Australie, n’était pas non plus quelque de très à l’aise en société lorsqu’il ne s’agissait pas de draguer une fille. Le sorcier resserra la prise sur Pimprenelle qui grimpait sur son épaule. //

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Feindre l'innocence, c'est risqué mais ça marche plutôt bien [Fini]   Mer 24 Aoû - 18:27

Lorsque l’homme qui me regardait intensément m’expliqua la raison, je souris en faisant une sorte de petit saut pour tomber sur l’autre jambe.

« C’est bien moi, en effet. Troublé ? Bien au contraire, ça me flatte. Vous êtes ? »

Je voulais tout de même savoir l’auteur de ce regard intensif. Non pas que je sois intéressé, puisque de tout évidence, cet homme n’est pas une femme, mais j’aimais toujours savoir à qui j’avais à faire. En particulier au ministère, lieu où je n’avais aucune confiance. Mais en parlant avec quelqu’un, cela m’évitait certainement de créer quelques soucis, comme avec la secrétaire que j’aurais fini par accoster pour convenir d’un rendez-vous. Surtout qu’elle n’aurait pu refuser une soirée avec le joueur de Quidditch le plus côté depuis quelques mois déjà. Sans vouloir me vanter évidemment.

Je regardais le chat qui était désormais accosté sur l’épaule de l’homme qui me faisait passer le temps. Il avait l’air d’un naturel timide, mais n’avait pas trop l’air d’être un homme du ministère. Il devait sans doute avoir un rendez-vous par là.

« Vous me connaissez plutôt bien d’après ce que je vois et ce que j’entends, et j’aimerais en savoir plus sur vous, si cela nous vous dérange pas bien entendu. »
Je voulais éviter tout malaise, et peut être que ma question était trop directe. C’était l’inconvénient de ne vivre qu’avec des personnes peu élevées dans la société. Aucune retenue ni culture. Je me désolais moi-même. Discrètement, je regardais l’heure à mon poigné, avant qu’il commence à se dévoiler. Je souriais et me dirigeais vers les sièges, l’invitant à s’asseoir.

« Excusez moi si je vous parais direct ou peut être importunant, mais j’aime beaucoup parler et faire de nouvelles connaissances. Alors c’est vrai que je peux parfois être très lourd pour les interlocuteurs. »

Je rigolais franchement, et attendais sa réponse.
Professeur↯  Les runes, inutiles ? Mais non !
avatar



Nombre de messages : 1518
Age : 29
Groupe : Neutre ; Professeur ; Sorcier
Caractère : Passionné, Indépendant, Influençable, Perfectionniste, Renfermé, Apeuré
Crédits : : Marelle
Date d'inscription : 20/06/2011




Adrian Ivanov

Professeur
Les runes, inutiles ? Mais non !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Feindre l'innocence, c'est risqué mais ça marche plutôt bien [Fini]   Jeu 25 Aoû - 12:35

« C’est bien moi, en effet. Troublé ? Bien au contraire, ça me flatte. Vous êtes ?»

Adrian était un peu mal à l’aise face à l’homme qui était si calme et tout son contraire. Carrow semblait comme un poisson dans l’eau avec ces mondanités fichtrement agaçantes et qu’Adrian accomplissait avec une maladresse certaine. Les moustaches de Pimprenelle le chatouillaient mais Adrian n’y prêtait presque pas attention, trop occupé à se demander comment il allait se présenter de manière à ce que là se rende compte qu’il n’était pas face à un imbécile mais sans pour autant paraître trop… prétentieux, égocentrique, narcissique et tout ce qui faisait l’apanage des étudiants de Dumstrang, Darwin et, selon les rumeurs, Serpentard. Finalement, il parvint après quelques secondes de réflexion à un juste milieu. D’une voix un peu faussement enjouée, puisqu’il fallait bien être cordial, il tendit la main au joueur de Quidditch qui la lui prit avec vigueur.

« Oh ! Je ne me suis pas présenté ! Adrian Ivanov, maître de conférences au Ministère et accessoirement professeur. »

« Vous me connaissez plutôt bien d’après ce que je vois et ce que j’entends, et j’aimerais en savoir plus sur vous, si cela nous vous dérange pas bien entendu. »

Le ton sympathique d’Amycus commençait à détendre Adrian qui se sentit un peu plus à l’aise. Après tout, ce n’était pas tous les jours qu’on pouvait discuter avec un joueur de Quidditch de ce niveau ! Surtout en de telles circonstances… Adrian se demanda quelques secondes combien de cognard Carrow s’était pris, et combien de traumatismes crâniens en avaient découlé... Un fin sourire s’étendit sur ses lèvres et tandis que l’autre homme regardait l’heure, sûrement pour un rendez-vous, Adrian répondit, un sourire aux lèvres, et une main nerveuse dans les cheveux.

« Oh ! Ma vie n’a rien de bien intéressant ! Je fais de la recherche dans l’Etude des Runes. Non ! Ne riez pas… c’est bien sérieux… »

Adrian avait l’habitude qu’on ait un sourire moqueur lorsqu’il disait qu’il faisait de la recherche en étude des runes… après tout, cette matière était considérée comme l’étude du grec ancien et du latin chez les moldus (notez que ces deux langues étaient comprises dans certaines spécialités des runes), et ainsi, beaucoup se demandaient ce qu’il y avait bien à chercher… Adrian retint un soupir en songeant à cela mais il n’eut pas le temps de repartir dans ses pensées que déjà Carrow reprenait.
« Excusez moi si je vous parais direct ou peut être importunant, mais j’aime beaucoup parler et faire de nouvelles connaissances. Alors c’est vrai que je peux parfois être très lourd pour les interlocuteurs.»

Adrian esquissa un sourire tandis qu’Amycus Carrow riait franchement. Il enviait un peu à l’autre homme cette capacité charismatique d’être à l’aise en société, mais cela l’aidait un peu à aller plus loin et à parler plus facilement. Le parchemin du Ministère de la Magie crissa cependant dans sa poche lorsqu’il se repositionna sur la jambe gauche pour soulager la droite qui portait le poids supplémentaire de Pimprenelle et Adrian se rappela la raison de sa venue dans le « labyrinthe maléfique », comme il appelait si bien le Ministère. Avec une moue songeuse, il se demanda si Carrow n’allait pas pouvoir l’aider à débloquer sa situation… après tout, les personnes à renommée sociale (si on pouvait dire cela) avaient toujours leurs entrées au Ministère, et peut être avait il des contacts… Mais ce n’était pas le moment d’en parler.

« Cela vous dérange-t-il de marcher tout en parlant ? Voyez vous, j’ai des soucis avec l’administration et je dois rejoindre le cinquième étage… Vous avez un rendez vous dans le secteur ?

Adrian fit un sourire amical à Carrow qui y répondit. Tout en marchant un peu, Adrian repensa à ce qu’avait dit le joueur de Quidditch (d’ailleurs, à quel poste jouait il déjà ?), et se souvint qu’il n’y avait en rien répondu, ce qui avait pu être mal pris. Il devait vite se rattraper pour que ça ne reste pas inconvenant.

« Oh, et ça ne m’importune pas, bien au contraire, les gens ne sont pas souvent spontanés comme vous, et je pense que ça manque… mais le climat actuel, avec ces disparitions… Les sorciers en oublieraient presque de vivre, ce qui est assez désolant. Je doute que ce soit la solution d’ailleurs. Quel est votre avis Carrow ? »

Adrian se trouvait étrangement philosophe aujourd’hui. En fait, l’énervement qu’il avait ressenti à la lecture du parchemin s’était un peu dissipé au contact d’Amycus Carrow qui semblait, à première vue, quelqu’un à ne pas se casser la tête sur ce genre de problème. Toutefois, aborder directement le sujet déjà tabou de la montée des extrémismes, voilà qui était bien indélicat et… Adrian fronça les sourcils. Pourquoi un hibou passait il par le Ministère ? Habituellement, ils restaient aux volières et c’étaient des notes papiers qui circulaient.

Tiens, vous avez vu ce hibou ? Il doit s’être perdu pour se retrouver ici en pleine journée !

Déjà Pimprenelle s’était plus ou moins réveillée et regardait avec envie le volatil qui avançait lentement dans les couloirs du Ministère. Si Adrian n’avait pas de hibou, c’était pour la simple raison que le seul qu’il eut eu avait fini dans l’estomac de Pimprenelle qui adorait ce genre de met. Et comme Pimprenelle avait une importance capitale dans la vie d’Ivanov, hibou contre chat, c’était le chat qui avait gagné.

[HRP : Le hibou est pour Adrian, il vient des USA…, j’propose que tu supposes que c’est pour toi et que tu l’ouvres avant Adidi]
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Feindre l'innocence, c'est risqué mais ça marche plutôt bien [Fini]   Ven 26 Aoû - 9:20

« L’étude des Runes vraiment ? Ne n’en veuillez pas trop, mais ce n’était pas tout à fait la matière qui me faisait le plus rêver lorsque j’étudiais. »

J’esquissais un rire entre deux sourires. Cet Adrian travaillait donc en tant que professeur, à Poudlard évidemment, mais également au ministère. Un emploi du temps chargé j’imagine. Mais ces informations pourraient m’être bien utiles. Je les notais au coin de mon esprit, pour en faire plus tard un résumé détaillé à mon maître, en lui envoyant le tout par hibou.

Je vis Adrian prendre un ton beaucoup plus rêveur, mais ce rêve n’avait pas l’air de l’enchanter. En effet, j’étais plutôt doué, depuis les cours enseignés par les mangemorts plus âgés, à détecter quelqu’un qui a des problèmes ou des choses à cacher ou non. Et ce professeur m’avait l’air bien anxieux.
Il me proposait de monter avec lui au cinquième étage. Je regardais alors ma montre de poche et vis qu’il me restait une bonne cinquantaine de minutes avant que le ministre ne soit libéré de sa réunion. J’avais donc le temps et acquiesçais la proposition de Inanov en me levant et en tendant le bras, signe qu’il comprit, puisqu’il passa devant moi et commença à marcher.

« Je n’ai pas vraiment rendez-vous. Ca c’est plutôt arrangé à la dernière minute, mais je vous en pris, j’ai encore le temps devant moi. »

Je souris d’un air faussement sympathique et me joignis à lui dans l’ascenseur qui nous mena au cinquième étage.
Adrian me posa soudain une question pour le moins habituelle. Des disparitions. Comme si je n’étais pas suffisamment impliqué dans l’histoire pour pouvoir donner un avis négatif. Ces disparitions désolaient la communauté mais nous rendaient plus forts.

« Je suis de votre avis. Les gens ne sortent guère et n’osent plus aller accoster d’autres individus, même quand c’est une question de travail. J’en ai la preuve même au Quidditch. Pour une rencontre, amicale ou pour un match décisif, les réunions et tout ce qui suit se prépare longtemps à l’avance, et maintenant, la fédération veut contrôler la vente de billet. C’est assez lamentable de tout régler comme cela. Enfin, après nous ne sommes que les joueurs, et bien que nous ayons un droit à la parole, nous ne sommes guère écoutés. J’imagine qu’il en va de même pour vous ? Enfin, au ministère ou à Poudlard. »

Je m’étais laissé aller à expliquer certaines choses du Quidditch actuel, mais ce qu’il ne savait pas, c’est qu’aucune attaque n’aurait pu avoir lieu. En tant que mangemort non recherché, je devais faire tout mon possible pour ne pas être connu.

Soudain, un hibou entra dans les couloirs. Il ralentit à notre rencontre, pour finir par lâcher la lettre qui tenait avec son bec. Je l’attrapais au vol et l’ouvrais. Mais le premier mot que j’y vis m’indiquer qu’elle n’était pas pour moi. Je la tendis donc à mon interlocuteur.

« Je crois que c’est pour vous. J’espère ne pas vous avoir importuné en l’ouvrant. »
Professeur↯  Les runes, inutiles ? Mais non !
avatar



Nombre de messages : 1518
Age : 29
Groupe : Neutre ; Professeur ; Sorcier
Caractère : Passionné, Indépendant, Influençable, Perfectionniste, Renfermé, Apeuré
Crédits : : Marelle
Date d'inscription : 20/06/2011




Adrian Ivanov

Professeur
Les runes, inutiles ? Mais non !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Feindre l'innocence, c'est risqué mais ça marche plutôt bien [Fini]   Sam 3 Sep - 14:42

Adrian regarda Carrow attraper le hibou pour se saisir de la lettre et commencer à la lire. Il attendait du courrier pour la prendre aussi spontanément ou…

« Je crois que c’est pour vous. J’espère ne pas vous avoir importuné en l’ouvrant. »

« Oh, ce n’est pas grave, ce doit être ma… »

Tout en parcourant en diagonale la lettre, Adrian avait commencé à excuser Amycus, pensant reconnaître l’écriture calligraphiée de sa si chère Célise, mais plus ses yeux chocolats parcouraient le parchemin, plus son visage s’était fait sombre jusqu’à se fermer totalement et sa bouche se taire. Ce n’était pas vraiment Célise qui lui écrivait. C’était le Ministère de la Magie de la société sorcière américaine qui, ayant trouvé son nom dans les affaires de Célise Valentineaux des Casaniers (elle était française du côté de son père), l’informait du décès de la jeune femme. Adrian eut l’impression qu’on venait de lui planter un couteau dans le cœur. Une main de faire étranglait ses poumons et il n’arrivait plus à respirer normalement. Comment… comment se pouvait-ce ? Comment… ce n’était tout simplement pas possible… elle ne pouvait pas…

Adrian chancela et s’appuya sur l’épaule d’Amycus qui était le premier appui à portée de main. Son monde s’effondrait. Même Pimprenelle qui avait sauté de son épaule pour ronronner dans ses jambes savait qu’elle ne lui serait pour le moment d’aucuns secours. Adrian ne comprenait pas. Elle était sensée être en sécurité aux USA. Elle n’était pas sensée… Il n’y avait pas de… Les pensés du professeur Ivanov étaient confuses. Il n’arrivait plus à réfléchir normalement. Les considérations administratives lui étaient désormais tout à fait étrangères, puisque le fait de ne plus avoir de subvention pour ses recherches n’avait aucun rapport avec le fait d’avoir perdu la seule femme qu’il aimait. Ce n’était pas comme s’il n’avait pas d’amis et se retrouvait seul (puisqu’il y avait bien Lilith, Selena…) mais… on venait de lui arracher le cœur. Ou c’était tout comme. Adrian papillonna des yeux et détourna le regard d’Amycus qui était… interrogatif. Adrian avait l’impression de suffoquer. Il n’arrivait pas à respirer. Sa main crispée serrait sporadiquement le parchemin à l’encre violette. « Nous avons la tristesse de vous annoncer le décès de Célise Valentineaux des Casaniers … » La tristesse ? Comment pouvaient-ils appeler ça de la tristesse ? Leur ton était tout sauf triste. Tout. Adrian laissa une larme passer sa muraille de détermination. Il savait qu’Amycus se demandait ce qu’il se passait mais… Adrian avait beau être un homme adulte, professeur, maître de lui-même, il savait que s’il tentait d’expliquer quoique ce soit, virilité ou pas, il allait fondre en larmes à l’instant (il est utile de préciser que fondre en larmes dans le langage Adriannier signifier verser deux trois larmes, les lèvres pincées et le regard vide). Et il ne pouvait supporter d’afficher une telle faiblesse.

Lentement, plus lentement, Adrian reprit la lettre, en murmurant les mots « accident de voiture », « tuée sur le coup », « testament », « moldu »… il n’arrivait pas à réaliser pleinement ce qu’ils voulaient dire. Conscient que ça ne se faisait pas vraiment de rester planter au milieu d’un couloir sans rien dire alors qu’il y a peu on parlait avec animation à une personne, Adrian reprit contenance du mieux qu’il put et entreprit de parler lentement, absorbant l’air qu’il lui manquait entre chaque mot et essayant aussi d’échapper aux yeux interrogatifs d’Amycus.

« Désolé c’est… une mauvaise nouvelle… une… vieille terreur qui ressort… Je… »

Adrian s’appuya contre le mur, formant tout d’abord la phrase dans son esprit, sachant qui’l ne pourrait pas la composer en improvisant. D’une voix blanche, très rapidement, il débita la phrase qu’il venait de former dans sa tête, mais le résultat ne fut pas très concluant. Ce n’était guère plus qu’un amalgame de consonnes, voyelles, phonèmes et autres phénomènes linguistiques prémâchés.

« CehibouvientduMinistèreaméricain...Hum… Ce… c’est un parchemin du Ministère américain… je… Célise est… elle a été tuée accidentellement par des moldus. »

Ce n’était guère correct, mais Adrian se laissa glisser le long du mur, jusqu’à finir assis par terre, les bras posés sur ses genoux repliés contre lui. Les mots tourbillonnaient en lui et déjà il réfléchissait aux recherches qu’il avait entamé à la mort de ses parents adoptifs, et qu’il avait enterré grâce à Célise justement. Il ne comprenait pas pourquoi le monde moldu s’acharnait contre lui. Il y avait de nombreux tués sur les routes moldues, dans des accidents, et cela ne lui était pas inconnu, mais perdre ses parents, et sa fiancée dans de tels accidents… Longtemps Adrian avait eu la phobie des voitures, ce qui pouvait s’expliquer. Il était bien grand maintenant pour que cette phobie resurgisse mais il était estomaqué. Et détruit. Il avait toujours vécu au sein des moldus malgré son ascendance sorcière (si ces parents n’étaient pas de vrais sang-purs, il y avait quand même peu de sang moldu dans ses veines), et s’il était suffisamment vieux pour détester les moldus pour ça, il se demandait si la société moldue ne présentait pas un risque pour les sorciers. Adrian finit par déglutir lentement, et se relever, un peu gêné.

« Je suis désolé je… j’ai perdu mes parents dans un tel accident et… j’ai du mal à réaliser. Finalement, les plus dangereux ne sont pas forcément les extrémistes… enfin, je vais peut être… je peux vous proposer un verre ? Il me faut quelque chose de fort, là… »
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Feindre l'innocence, c'est risqué mais ça marche plutôt bien [Fini]   Jeu 8 Sep - 15:41

Après avoir lu la lettre qui lui été adressée, Adrian se sentit nauséeux. Enfin, c’était l’expression que j’en eus. Il s’appuya soudain sur mon épaule, sans vraiment s’en rendre compte. Je fis apparaître alors un petit siège sur lequel j’aidais Adrian à s’y installer. Je m’accroupis près de lui et le regardais d’un air grave. La lettre avait l’air de l’avoir déstabilisé, mais je n’osais lui demander la raison. Après tout, c’était peut être une histoire personnelle dont il ne voulait pas parler à un inconnu qu’il connaissait surtout par les journaux. Je me relevais et fis apparaître un autre siège, car je commençais à avoir mal aux jambes.

Soudain, Adrian m’expliqua la raison de cette déception. Une mauvaise nouvelle apparemment. Comme si je ne m’en étais pas douté. Vraiment pour qui me prend-t-il ? Mais ce n’était ni l’heure ni le lieu pour faire un scandale à propos d’une phrase prononcée sur le tas.
J’attendais qu’il continue. Il finit par le faire, en m’expliquant qu’une Célise avait été tuée par des moldus. Cela me faisait rire, mais ma partie extérieur était restée de marbre.

«  Comment est-ce possible ? .. Enfin, je suis désolé, navré pour vous. »

Que pouvais-je lui dire d’autre ? Cela ne m’affectait pas le moins du monde. Je réalisais alors l’insensibilité dont je faisais preuve depuis très longtemps. J’en fus surpris moi-même.
Adrian me proposa d’aller boire un verre, quelque chose de fort voulait-il. Je consultais ma montre et acceptais sa requête.
Apparemment ses parents avaient été tués dans les même circonstances. Je n'éprouvais qu'une rancoeur à propos de mes parents, qui avaient été soumis au sortilège impardonnable et de ma main. Je ne dis aucun mot la dessus et suivais Adrian.

Nous repassâmes devant la secrétaire qui m’interpella pour me dire que le ministre aurait au moins trois heures de retard avant de pouvoir me recevoir. Je regardais l’heure une seconde fois, et lui expliquais dans un sourire que je souhaitais prendre rendez vous pour un autre jour dans la semaine. Elle me donna une horaire que je notais sur un bout de parchemin et que je glissais dans une poche intérieure de ma veste.
J’accompagnais Adrian à l’extérieur, dans un pub le plus près. Nous commandâmes.
Professeur↯  Les runes, inutiles ? Mais non !
avatar



Nombre de messages : 1518
Age : 29
Groupe : Neutre ; Professeur ; Sorcier
Caractère : Passionné, Indépendant, Influençable, Perfectionniste, Renfermé, Apeuré
Crédits : : Marelle
Date d'inscription : 20/06/2011




Adrian Ivanov

Professeur
Les runes, inutiles ? Mais non !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Feindre l'innocence, c'est risqué mais ça marche plutôt bien [Fini]   Mar 20 Sep - 13:07

    Adrian haussa les sourcils devant le manque de sentiments que pouvait avoir Amycus. Il n'essayait pas vraiment de simuler une réelle sympathie et brièvement, Adrian se demanda si une telle insensibilité ne serait pas bienfaitrice pour lui à ce moment là. D'ailleurs et s'il allait chercher l'oubli dans l'alcool ? Voilà une bonne idée ! Ce n'était peut être pas la meilleure manière, il le savait, mais... c'était tout ce qu'il avait. Et pour une fois qu'il était à Londres... Et... Et puis zut, et mince et mouette et troll. Il n'était pas à Poudlard, il n'était pas obligé d'être poli avec tout le monde, d'être un exemple, d'être... respectable.

    Arrivé au bar qui se situait dans les étages inférieurs du Ministère, Adrian s'adossa au comptoir et commanda deux Whisky Pur feu, assurant d'un geste à Amycus qu'il se chargeait de régler l'addition. Il n'avait pas envie de parler à présent. Il relisait sans cesse dans sa tête la lettre maudite. Il revoyait Célise lui dire au revoir à la station de Portoloin pour les USA. Il revoyait son sourire noyé dans des larmes mais ferme de résolution. Elle était belle avec ses cheveux rebelles qui lui tombaient dans les yeux, ses lunettes qui faisaient ressortir ses yeux bleu nuit... Adrian s'aperçut que son verre de Whisky pur feu était déjà fini. A Darwin, en Australie, il avait découvert au cours de multiples soirées qu'il tenait très bien l'alcool. Dommage. Il allait devoir débourser plusieurs gallions avant d'être totalement ivre. Adrian commanda un autre whisky.

    « J'peux vous en proposer un autre ? »

    Puis un autre. Et un autre. Boire ou, comment noyer son chagrin en deux leçons. Adrian ne sentait presque plus le goût de l'alcool. Le liquide ambré dans son verre l'appelait. Il buvait cul-sec ses verres tant et si bien qu'il en avait perdu le compte. Oh, le Barman devait faire sûrement attention. Sa gorge était en feu. Ses yeux le brûlaient. Le professeur Ivanov ignorait qu'il tenait aussi bien l'alcool et Adrian en était désolé. Mince. Il commençait à dissocier le professeur Ivanov et Adrian. Bonjour Adrian. Comment ça va ? Très bien, et vous professeur ? Un peu trop de Whisky je crois, et...

    Adrian chancela un peu et laissa tomber le verre par terre qui éclata en multiples fragments. Titubant, le norvégien se dirigea avec peine vers un fauteuil inoccupé dans lequel il se laissa tomber. Adrian ignora le barman qui n'était apparemment pas très content de la casse du verre. Tant pis pour lui, nah ! Il avait pas... oooh ! un éléphant ! Pourquoi il était dans le bar lui ? C'est marrant ça qu'on ne l'ai pas vu avant. Bonjour éléphant. Adrian ne savait pas combien de litre de Whisky il venait d'engloutir en.. hum... aucune idée du temps, mais il savait aussi qu'il n'était pas bien frais. Il faisait vachement chaud dans ce bar. C'était pour ça qu'il n'était pas frais !

    « Barman, whisky please, et Jeg er tørst, jeg vil drikke! Knulling Muggles, "den kjeft folks liv. Skal alle snuble! Saleté d'Moldus, j'les déteste. »

    Adrian regarda l'autre zigoto qui était pas loin. Ca... Carr.. Carrotte ! c'était Carotte son nom ! Il était gentil lui. Gentil Carotte. Adrian n'était pas ivre au point de ne plus savoir mettre un pied devant l'autre et il était encore assez lucide pour retenir ses propos mais... les propos d'un homme fou de chagrin assommé par l'alcool n'étaient pas retenu non ? Il pouvait dire ce qu'il pensait sans arrière pensée... Et sans se prendre des regards noirs dans la figure. Et... Adrian songea que jouer l'ivrogne devait être assez intéressant... facile. Il pourrait oublier... Oublier quoi ?

    « Céliiiise ! Célise ! Un autre. Oublier. J'veux oublier. »

    Adrian s'était pris la tête entre les mains. Célise n'apprécierait pas. Elle n'aimait pas l'alcool, elle n'aimait pas qu'il se mette minable pour rien. Enfin... pour rien... Elle n'aurait pas aimé qu'il le fasse pour elle. Elle qui était si parfaite... Adrian ne retint pas les sanglots qui lui étranglaient la gorge. Il se passa une main dans ses fins cheveux fins achevant de les décoiffer. Fébrilement, il traça sur la table basse qui était devant lui quelques runes de protection contre le mauvais sort, dessina des algorithmes runiques, des séquences, des injonctions... Il y avait bien un moyen de refaire revivre quelqu'un non ? Ca devait bien exister ? Adrian était nerveux à présent. Il sortit un stylo de son sac et entreprit d'écrire d'une main experte des suites de runes, corrigeant raturant... le ballet qu’exécutait sa main avait quelque chose de magique mais surtout de captivant. Il était absorbait dans sa tache de faire revivre Célise. Pourtant il savait que depuis tous temps les grands chercheurs en études des runes cherchaient comment faire revivre les morts; Depuis tous temps. Depuis Merlin, les Druides, les premiers hommes préhistoriques. Sans cesse. Mais quelque chose brisait le lien entre les individus une fois qu'ils mourraient... Adrian s'arrêta soudainement. Rien. Il n'avait rien. Pas même la plus petite ébauche.

    « Célise... Célise... C**nard de Moldus. Drepe dere alle. Hate. BREAK DEG ! »


[HRP: désolé, c'est pas génial pour toi, pour répondre...]
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Feindre l'innocence, c'est risqué mais ça marche plutôt bien [Fini]   Ven 23 Sep - 12:14

Une fois dans le pub et après qu’Adrian eut commandé les boissons, nous nous installâmes. Le moment était mal choisi pour parler. Je bus alors d’un trait le Whisky Pur Feu qu’Adrian avait négligemment proposé de payer. Ce n’était pas une petite chope de boisson qui m’aurait ruiné, étant donné l’immensité de ma fortune, mais je n’en fis pas étalage. Il valait mieux pour tout le monde que cela reste secret.
Je regardais alors le pauvre maître des Runes se noyait dans l’alcool. S’il y tenait vraiment, je n’y voyais aucun inconvénient. Petit sensible que je suis ! Mon attention se portait alors sur les conversations des personnes alentours, tout en entre-apercevant ce que baragouinait le professeur si instable.
Le voyant complètement sous le charme du Whisky, je ne me gênais pas pour prendre possession de la lettre et de la lire pleinement. Après tout, il ne s’en apercevrait pas.
Je compris alors l’objet de son malheur. J’aurais voulu lui formuler un « désolé », mais le mot ne sortait pas. Je n’éprouvais aucune compassion à la disparue de sa Célise. Mais son histoire me remémorait Krystel, celle pour qui j’avais failli tout gâché. J’avais encore du mal à tourner la page, à me dire qu’aucune histoire ne serait à nouveau possible. Mais notre dernière rencontre m’avait fait prendre conscience de certaines choses, pas forcément utiles, qui m’aidaient, en revanche, à passer à la page suivante, et ainsi espérer rencontre d’autres femmes. Pas obligatoirement fréquente, étant moi-même infréquentable, mais qui me feraient avancer dans la vie, pour enfin trouver la femme qui resteraient à mes côtés jusqu’à la fin.
Tous ces sentiments étaient bien charmants, mais je pouvais dire que je m’en fichais, royalement ! Je n’avais plus confiance à l’amour, qui gâchait plus qu’autre chose une vie, plus encore que le meurtre voulu qui déchire votre âme.

Je secouais la tête et regardais Adrian, perdu et infantile. J’écoutais alors le charabia qu’il murmurait. Je compris qu’il en avait après les Moldus. Un point positif pour le petit professeur, m’exclamais-je dans ma tête. Je n’aimais pas les Moldus. Ils me répugnaient, voyez-vous.
J’hésitais. Devais-je lui faire part de mes intentions à propos de ces même personnes, non dotées d’une baguette et de pouvoirs, ou était-ce trop dangereux ?
Je réfléchissais alors à ces propos, quand j’entendis le propriétaire du bar annoncer à Adrian qu’il ne lui servirait plus de boisson. Je pris alors de l’argent dans sa poche, que je balançais sur le comptoir. L’homme aux cheveux crépus, secs et cassants compta la masse et me fit un signe pour me dire que le compte était bon. J’aidais Adrian à se lever, et l’emmenais avec moi, dans la brise fraiche, et l’asseyais sur le banc le plus proche.

HS : Pas de soucis !
Professeur↯  Les runes, inutiles ? Mais non !
avatar



Nombre de messages : 1518
Age : 29
Groupe : Neutre ; Professeur ; Sorcier
Caractère : Passionné, Indépendant, Influençable, Perfectionniste, Renfermé, Apeuré
Crédits : : Marelle
Date d'inscription : 20/06/2011




Adrian Ivanov

Professeur
Les runes, inutiles ? Mais non !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Feindre l'innocence, c'est risqué mais ça marche plutôt bien [Fini]   Sam 1 Oct - 12:47

    Adrian sortit de sa torpeur lorsque le barman annonça surement à son intention qu'il ne servait plus de boisson. Plus d'boisson ?? Comment ça plus de boisson ? C'était inconcevable ! Adrian secoua la tête, commença à chercher dans ses poches quelques gallions pour payer mais visiblement, Amycus avait été plus vif et plus alerte, et aussi plus généreux. En fait, il venait de payer les consommations des deux sorciers. Sympa. A la suite d'Amycus, Adrian sortit du bar et inspira l'air frais. Ca faisait du bien... surtout vu la dose d'alcool qu'il venait ingurgiter. Adrian eut un haut-le-coeur et chancela, s'appuyant à un muret, pour ne pas incommoder Amycus qui était finalement assez sympathique bien qu'un peu trop insensible pour Adrian.

    " J'ne me sens pas très bien..."

    Le professeur de Runes soupira avant de s'approcher de la fontaine centrale du Hall du Ministère pour s'asperger le visage et un peu avoir les idées claires; C'était difficile. Adrian se concentra très difficilement, puisa dans sa magie et souffla Ûruz dans un murmure pour invoquer la puissance de l'eau et sa douceur pour se remuer un peu. Un peu plus éclairci, Adrian se retourna vers Amycus, espérant qu'il n'aurait pas vu son utilisation des runes, et un air fatigué au visage. C'était épuisant. Tant d'utiliser les runes, que d'avoir trop d'émotion en même temps. Adrian soupira et regarda autour de lui, un peu perdu. Il avait du mal à réfléchir. Mais il savait qu'il n'était pas question de transplanner dans cet état. Enfin.. ça pourrait être rigolo. Adrian chancela, tituba, fit un pas et perdit l'équilibre; De justesse, il se rattrapa à un support non loin de lui. Un support mou qui sembla se dégager. Oups. Adrian bégaya, pas très frais:

    Oups, désolé Amy.. Amycus. Je... il vaut mieux que je rentre chez moi. Un peu bu. Pas habitué.

    Adrian invoqua de nouveau Ûruz, mais l'effet se fit attendre. Il arrivait pas à se concentrer suffisamment pour l'invoquer avec force et efficacité. Un peu nerveux, Adrian murmura, formant par réflexe et habitude des incantations de base qui, sans être puissante, étaient ses atouts principaux.

    Ûruzetisaz. Naudizaz Que la puissance de l'eau couplée à la glace réveille en moi le don de sortir de ma torpeur...

    Aussitôt une sensation glacée s’abattit sur Adrian qui papillonna des yeux. C'était le mieux qu'il puisse faire. Une solution plus efficace aurait été de se mettre la tête dans de l'eau froide mais un bain dans la fontaine centrale du ministère de la magie n'était pas vraiment envisageable. Adrian se passa une main sur le visage et secoua la tête pour repositionner ses cheveux. Un peu gêné, il murmura à Amycus:

    Euh... ahem... vous n'avez rien vu d'accord ? Ceux qui sont qualifiés dans l'étude des Runes ne sont pas réellement sensés les utiliser pour faire de la magie. C'est... bien trop destructeur. Nous ne sommes habilité qu'à les étudier et les traduire. Vous comprenez ?

    Adrian avait prêté serment solennellement à Darwin, lors de sa troisième année d'étude, qu'il n'utiliserait jamais les runes pour son confort personnel, puisque la moindre erreur pouvait déclencher des cataclysmes auxquels il préférait ne pas songer et surtout, pouvait le tuer. Mais, par orgueil et une certaine fascination, Adrian utilisait de manière régulière de petites incantations pour éloigner le mauvais sort (oui, il était superstitieux) ou pour verrouiller certains de ses livres et grimoires. Si quelqu'un avait vent de cela, il pourrait être radié de la communauté des Graphistes, comme on appelait dans le jargon ceux qui étudiaient et manipuler les Runes.

    Plus fort, Adrian poursuivit pour conclure, un peu gêné de s'être montré sous un jour défavorable à quelqu'un qui était finalement bien sympathique.

    Je pense qu'il vaudrait mieux pour la communauté sorcière que j'aille dormir un peu... et éliminer l'alcool que j'ai dans le sang et qui ne demande qu'à s'exprimer par des actions... intolérables. Je.. Si vous avez un quelconque souci avec les Runes, vous pouvez toujours demander Adrian Ivanov, Amycus. Je peux vous appeler Amycus ? En tout cas, ce fut, et c'est toujours, un plaisir de vous avoir rencontré. J'essayerai de voir un de vos matchs un de ces jours !
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Feindre l'innocence, c'est risqué mais ça marche plutôt bien [Fini]   Mar 4 Oct - 10:17

Une fois à l’extérieur, le professeur des runes formula des mots bizarres, que je n’avais jusqu’alors jamais entendu. Je compris plus tard que c’était une formule pour le rendre plus prompt à la discussion. Il s’excusa alors de sa conduite, et je remuais aussitôt la tête pour lui faire comprendre qu’il était tout pardonné. Je n’avais que trop l’habitude des gens un peu souls à la sortie des bars.

«  Je comprend tout à fait. C’est pareil pour nous. Il y a des choses à ne pas faire sous risque de sanction »


Pour moi, ma petite phrase parlait du Seigneur des Ténèbres et de son ordre, plus que de Quidditch. Mais ça, le petit professeur devait l’ignorait. Il n’était pas tout à fait sobre non plus.
Quelques minutes près, il me souhaita le bonsoir et s’en alla un peu en titubant pour rentrer chez lui et dormir.
Je lui fis un signe de la main et tournais les talons à mon tour. Je n’avais plus rien à faire ici. Je retournais alors au ministère, et demandais à la secrétaire si, finalement, le ministre était disponible. Elle consulta un parchemin, et m’affirma que oui. Je la remerciais le plus poliment possible en souriant et marchais jusqu’à l’ascenseur. A peine avais-je tourné le dos à la jeune femme, que mon sourire séducteur s’était effacé pour se faire remplacer par un sourire destructeur, sadique et manipulateur. Je redevenais la personne cachée, la personne que j’aimais sentir au fond de moi lorsque je devais jouer la comédie pour ne pas être repéré.

L’ascenseur me déposa, et je descendis rapidement, me mettant machinalement en marche pour le bureau du ministre qui avait été informé de ma visite. Je pouvais enfin agir.







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Feindre l'innocence, c'est risqué mais ça marche plutôt bien [Fini]   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum