Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Miroir, mon beau Miroir [FE]   Sam 10 Mai - 10:45

    Mercredi midi, enfin. Même si je n’avais cours que le matin, je me lassais déjà, et en avait marre. Mais pourquoi avait-il fallut que ma mère m’inscrive dans cette école ? Après tout, je ne lui avais rien demandé à la vielle. Et maintenant, me voilà bloqué dans cet endroit maudit. De toute façon, même cela ne faisait qu’un mois que j’y étais, j’avais déjà pris la décision de la quitter à ma majorité. Il me fallait attendre la fin du mois de novembre pour dire bye bye à toute la sous espère qui se trouvait en ce lieux, pour vivre quelques mois en duchesse, pour finir par récupérer les droits qui me revenait. Ma génitrice n’aurait bien entendu pas son mot à dire, et devra si plier. Sur ce point, je devais bien remercier mon père, qui avait mis une close qui indiquait que le jour de mes 18ans [majorité française], je pourrais prendre place dans l’entreprise qu’il avait bâtie, et je pourrais réclamer ma part d’héritage.

    Bien entendu, Isabelle n’avait pas eu d’autre choix que d’accepter. Si elle ne l’aurait pas fait, jamais elle n’aurait été mariée avec lui, vu que cela fût fait bien avant ma naissance. Enfin bref, cela ne regarde que moi, et je n’ai pas à vous raconter ma vie, il y a tellement de chose plus intéressante à faire. Par exemple, parlons de moi. Oui de moi. C’est le meilleur sujet que l’on puisse trouver sur cette terre, et même dans l’univers entier…

    Mercredi midi. Je venais enfin de finir d’aller à double cours dit d’histoire de la magie. Puff, encore un truc complètement futile. Le professeur n’est autre qu’un fantôme, dès plus barbant. J’aurais succombé à son effet soporifique, si je n’étais pas aussi intelligente. En effet, je m’étais lancé un sort de surdité. Grâce à cela, je ne voyais que des lèvres bougeaient, sans qu’aucun mot de parvienne à mes oreilles. Ainsi, j’avais passé 2h à étudier un grimoire de magie obscure, qui apparaissait aux autres étudiants comme un livre d’histoire de la magie.

    Je suis brillante ? Oui je le sais, c’est parce que je le vaux bien Cool boulet. Cela est une des mes innombrables qualités. Donc oui, après avoir passé tout ce temps dans une salle, enfermé avec de la vermine, ma destination une fois sortie fût bien entendu les toilettes. J’étais parfaite, et je me devais d’être toujours présentation et belle. Oui, je sais que je le suis en toute circonstance, notamment pas le fait que je suis vélane, mais bon, je devais bien avouer que me contempler dans un miroir était ma plus grande passion.

    Sans un regard derrière moi, avec une grâce sans égal, alors que tous les regards masculins se tournaient sur mon corps sublime en bavant, il me fallut dix minutes pour rejoindre ce lieu. Je constatai avec joie qu’il était vide. J’allais donc pouvoir m’admirer en paix. Me plantant devant un miroir, je sortie ma baguette, pour l’ensorceler. S’animant tout de suite, on pouvait voir maintenant, dans le coin droit en haut, un homme des plus agréable à regarder. Rejetant mes cheveux en arrière, ce dernier se mit à me parler, d’une voix des plus sensuel.



    - Toujours aussi magnifique… Je vous conseille Miss Raybrandt d’adopter une coiffure attachée, qui irait mieux avec votre tunique, et qui mettrait en valeur vos superbes yeux…


    Attachée ? Hmm, bonne observation. Faisant apparaître une magnifique barrette, ornée de quelques diamants, aux couleurs émeraude, je me mis à discipliner un peu ma chevelure. Je n’eu bien entendu aucun mal à le faire. Après tout, je n’étais pas une jeune femme vélane des plus belle pour rien. Je remis un soupçon de rouge à lèvres, et un trait de crayon noir pour accentuer un peu plus mon regard. Ce dernier n’était pas angélique comme à son habitude, bien au contraire. Il était froid, dur, mais toujours aussi beau. Il était ‘vrai’, sans masque. Je le trouvais si beau comme ça. Mais malheureusement, je n’avais pas le choix de ne le montrer à personne. Je ne devais pas me montrer au grand jour, pas encore. Mon plan nécessité ce petit sacrifice.


    - Quel dommage tout de même, tu n’es pas d’accord Julien ?


    Nan je ne suis pas folle, ni ne parle toute seule. Julien n’était autre que l’homme qui se trouvait dans le miroir en ce moment même. Qui était-il ? Tout simplement une des nombreuses personnes qui étaient sous mes ordres, et plus particulièrement, mon coiffeur visagiste personnel. Ce dernier devait toujours être à ma disposition, quelque soit l’heure, ou le jour. Il avait ses quartiers dans la maison de ma mère, et passait son temps dans une seule et unique pièce, dans laquelle était accroché un très beau miroir, qui communiquait avec ceux que j’ensorcelais. Dans quelques moments perdus, quand je rentrais dans le domaine anglais, il était bien entendu un gentil joujou de lit nous allons dire.


    - Bien entendu Lady… Votre magnificence à toujours raison. Vous êtes si parfaite, si intelligente et maligne, si …


    - Il suffit. Tais-toi et disparais te ma vue, quelqu’un arrive.



    Aussitôt ordonné, aussitôt fait. En même temps, il n’avait pas le choix. Il devait m’obéir au doigt à l’œil s’il ne voulait pas subir mon courroux, qui était des plus terrible. Bien sûre, il devait le faire vite aussi, sans quoi, il serait torturé. Alala, qu’il était bon d’être aussi méchante. Je l’avais renvoyé non pas parce qu’il faisait son numéro de lèche botte, mais parce que grâce à mon ouï si fine, j’entendais des pas s’approcher de la porte des toilettes dans lesquels j’étais, et ils n’avaient rien de féminin. Me penchant devant le miroir, tout en continuant de me contempler, je dis d’une voix sèche :


    - Que venez-vous faire ici Mister Badenov ?


    J’ai reconnu le bruit que faisaient ses chaussures en frappant le sol, et je savais fort bien que je ne me tromperai pas en me prononçant de cette manière. Mon sens de l’écoute était assez développé et je devais bien remercier ma mère et son entraînement acharné quand j’étais plus jeune, pour le posséder. Comme elle le disait, on ne devait jamais être surprise, jamais. On devait toujours faire attention aux sons qui parvenaient à notre oreille, pour au mieux connaître leur origine. Il me fallait juste entendre la démarche d’une personne une fois, pour pouvoir l’identifier ultérieurement.

    En temps normal, j’aurais été des plus agréable avec une personne du genre masculin, mais pas avec ce dernier. Pourquoi ? Pourquoi pas surtout ? Et puis, il m’avait cherché et c’était montré des plus irrespectueux lors de notre dernière ‘entrevu’. Depuis, j’avais récolté de nombreuses informations sur son compte, et je connaissais une grande partie de son passé. Je savais maintenant quoi faire et dire pour taper dans le mile, et lui faire du mal. Je ne comptais l’utiliser qu’en cas de nécessité. Tout dépendait de lui, et de sa conduite…
http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Miroir, mon beau Miroir [FE]   Lun 12 Mai - 11:08

Pfouuuu ennui mortel en ce mercredi soir. Il n'y avait rien de spécial à faire dans cette école une fois les cours finis. Bon, on pouvait toujours aller se promener au dehors par le beau temps, et c'était d'ailleurs à celà que passait Torben le plus clair de son temps, mais c'était comme tout, on finissait par se lasser. D'autant qu'il n'avait jamais de compagnie particulière, rejoignant de temps à autres certains de ses camarades alors qu'un cours était terminé, mais il devait bien avouer, à regrets bien sûr, qu'il n'avait pas souvent de compagnie. Pas forcément qu'il était solitaire, jusqte qu'il avait du mal à s'intégrer, et que plus il avait de mal, moins il faisait d'efforts, donc il préférait plutôt voir au jour le jour s'il rencontrait quelqu'un par hasard, mais n'irait jamais de lui même jusqu'à tous ses condisciples pour les rencontrer en "se tapant l'incruste" comme on le disait ici. De plus, c'était apparement plutôt mal vu, chaque personne abordée de cette façon suspectant un mauvais coup.


Marchant là où ses pieds et le hasard des couloirs le menaient, laissant vagabonder ses pensées encore une fois. Il avait l'habitude de se renfermer dans sa tête, dans son esprit, et d'attendre. Il essayait de faire le poitn sur sa vie et sur ce qu'il devait faire, ce qui était de loin le plus compliqué. Le point le plus simple de son existence était ce qu'il lui restait: une certaine quantité d'or, une maison détruite pour seul héritage, ainsi que ses deux soeurs, légèrement plus jeunes que lui. Lyra et Hannah. C'était sa seule richesse, le seul amour qui lui restait. Son seul lien avec cette vie qu'il abhorrait déjà, à peien l'avait il commencée. C'était vraiment triste d'en arriver là, mais il n'y pouvait rien, la vie et le destin l'avaient fait ainsi, et si le Grand Ancêtre l'avait destiné à ceci, il ne pouvait qu'accepter ce fardeau.


Ensuite, a quoi pouvait il aspirer, a court terme et a long terme? probablement pas grand chose. A court terme, flirter avec des filles du coin, s'il arrivait à en trouver une a sa convenance et surtout à qui il convenait, mais sans trop s'accrocher, vu ce qu'il était sensé faire, plus tard. Il pouvait aussi essayer de gagner un peu d'argent, ce qu'il avait commencé à faire avec son petit job au chaudron baveur. Histoire de payer ses sorties et de léguer le plus possible d'argent à ses deux soeurs une fois qu'il mettrait son plan de vengeance à execution. C'était d'ailleurs à cause de cette dernière chose qu'il ne pourrait y avoir de long temre dans sa vie. A la fin de cette année ou la suivante, il avait pour intention de rentrer sous els frondaisons de la Vieille Forêt, près du village où il vivait. Fort de son savoir, de son courage et de sa haine, il comptait bien faire rendre gorge à ses ennemies, les goules. Pour tout ce qu'il avait dû subir. Mais il savait ausis que c'était une quête à laquelle il ne reviendrait pas...


Mais alors que le moldave s'approchait des toilettes des filles, il entendit plusieurs voix, dont une masculine. Que s'y passait il? Sans un bruit, Torben s'approcha de la porte et se mit à écouter, son estomac se tordant de frustration alors qu'il employait des techniques de vulgaire monte en l'air. Il reconnaut immédiatement la voix féminine, Krystel Raybrandt. Cette nymphomane mégalomaniaque! Le pire, c'est que s'il avait tout suivit, elle communiquait avec l'extérieur... Ne pouvant résister à la tentation, Torben entra dans la place.


- Eh bien, j'avais dans l'idée de passer mon chemin, mais quand j'ai entendu votre si sublime voix et vu votre tout aussi sublime fessier, je n'ai pas pu résister à l'envie de vous passer un furtif bonjour, Miss Raybrandt...


Torben entra dans les toilettes en se collant presque à Krystel, ses lèvres frôlant presque celles de la serpentarde, tandis que son regard perçait le mur de glace de celui de sa vis a vis.


- Et puis, vous mêmes, vous parlez souvent aux miroirs?

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Miroir, mon beau Miroir [FE]   Mer 11 Juin - 14:44


    Si l’on m’avait dis que les toilettes des filles étaient si fréquentées, je ne m’y serais jamais rendu. Encore, qu’il y ai d’autre personne de sexe féminin, il n’y avait rien d’étonnant. Mais là, un homme. Et plus particulièrement Torben Badenov, ce rustre que j’avais rencontré il y avait quelques jours de cela. Si vous ne l’aviez dis, il est vrai que je ne vous aurez pas cru. Que venait-il faire donc ici ? Etait-ce sa nouvelle façon de draguer et de se trouver une copine de chambrée ? Allez savoir vous.

    D’un côté, j’étais curieuse de le savoir, mais d’un autre, je m’en fichais comme l’an 40. Après tout, tout ce dont je me souciais, c’était de ma petite personne, et de rien d’autre. Je le connaissais à peine, et même si avait un fort potentiel de jouet sexuel intéressant, il n’avait pas mon attention. Enfin pas encore. Car c’est comme tout. Tout se mérite et moi aussi. Cela serait le comble si je ne donnerais au premier venu.

    J’avais une certaine classe et rang à respecter. Je n’étais pas issu de la grande lignée des Raybrandts pour rien. Ma mère m’avait clairement fait comprendre ce que je risquais si j’osais nuire à la réputation de ma famille. Elle n’hésiterait pas par exemple, à me couper les vivre, me renier, et m’enlever mon héritage. Il était hors de question que cela arrive. Vous imaginez vous ? Je devrais me mêler au bas peuple et travailler toute ma vie pour un salaire de misère ? Très peu pour moi.

    Vous allez me dire alors, pourquoi ais-je fais des études ? Pourquoi suis-je une élève plutôt assidue, et sérieuse ? Tout simplement parce que je ne voulais pas non plus finir bête et stupide. Dans la vie, il fallait savoir quelles étaient les choses essentielles à sa propre réussite, et dans mon cas, je me devais d’être très intelligente et maligne. Être une de ses personnes sophistes qui n’arriveront jamais à rien, ce n’était pas mon but, bien au contraire.

    J’attendais plus de la vie. J’en voulais toujours plus. Rien au monde n’est arrivé à me satisfaire complètement, au point de ne plus changer. A si, il y a une chose : ma beauté. En même temps, je devais bien avouer que le fait d’être une descendante de Vélane était beaucoup. Après, j’avais appris très vite à me mettre en valeur, tant par mes habits que par mon maquillage. Pas une seule fois, vous me verrez débraillé, ou avec des cheveux digne d’un champ de bataille. Je ne m’appelle pas Hermine Grangoin, ou je ne sais quoi. La pauvre, si elle voyait la tête qu’elle avait….

    Enfin bref, je dois malheureusement arrêter de parler de moi, hélas, car je dois me concentrer un peu sur le jeune homme. J’étais en train de me contempler comme à mon habitude, dans un miroir, quand je l’entendis arriver. Sans prendre au début la peine de me retourner, finissant de me remettre un trait de crayon noir sous mes yeux azurs, je lui demandais sèchement ce qu’il fallait ici, et ce qu’il me voulait.

    La réponse ne se fit pas prier. Ce dernier entra dans les toilette des jeunes femmes, pour lui dire qu’il n’avait pu résister à l’appelle de ma sublime voix, et mes formes si généreuse. Il finit par me dire qu’il ne pouvait passer son chemin sans me passer un furtif bonjour. Et bah, s’il pensait que c’était ainsi qu’il obtiendrait ce qu’il voulait, il se trompait. Que n’apprenait-il que je ne connaissais pas ? Rien du tout. J’ai un physique digne de déesse, et une voix séduisante. Tout cela je le savais. Ne lui répondant pas, je me tournais face à lui tout de même.

    Osant une nouvelle fois me toucher aussi impunément sans mon autorisation, il se colla à moi, frôlant de très près mes lèvres. Non mais oh coco, cela serait trop simple s’il me suffisait de cela pour tomber dans les bras de quelqu’un tu ne trouves pas ? Il finit enfin par me demander si cela m’arrivait souvent de parler au miroir. Oui, oui, très souvent. D’ailleurs, il m’arrive même de parler toute seule. Nan mais je vous jure, les garçons… Me glissant sur le côté, je sortis de son étreinte, pour me replacer face à un miroir. Sortant un tube de rouge à lèvre, je lui dis :


    - Vous serez prier d’arrêter de me toucher ainsi sans mon accord. Cela marche peut-être avec les vierges du château, mais pas avec moi. Votre numéro ne marche pas, vous n’en voyez désolée… Ou pas. Après tout, pensez-vous que je sois de ses filles aussi facile ?


    Puis tournant un instant mon regard félin vers lui, après mettre mise un peu de baume sur ma bouche :


    - A la dernière nouvelle, nous pouvons faire ce que nous voulons dans le château non ? Alors pourquoi pas parler à un miroir ? Sait-on jamais si ce dernier nous répondra. Maintenant, si vous êtes là pour vous rincer l’œil, allez y, je n’en vois aucun inconvénient. Seulement essayez de ne pas faire trop de bruit… Comme vous le voyez, je suis fort occupée
http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Miroir, mon beau Miroir [FE]   Mer 11 Juin - 20:18

    Torben ne pouvait guère s’empêcher de venir titiller l’humeur de la Serpentarde. Mais quand il fut entré dans la pièce, il se sentit quelque peu nauséeux. Peut être était ce dû au fait qu’il se rapprochait d’une personne qui le répugnait et l’attirait à la fois, tandis que ses boyaux se souvenaient de la cuisante douleur que la belle brune leur avait infligée la dernière fois, lors de leur première rencontre. Ce jour là, Torben crut littéralement devenir fou de colère sous les invectives et les sous entendus grivois et malsains de la jeune femme, qui avait fait en sorte de le sortir de ses gonds pour faire exploser sa colère. Et ça n’avait pas manqué, loin de là. Il avait explosé totalement, abandonnant toute retenue. Depuis la mort de ses parents et cette terrible nuit, Torben n’avait jamais laissé aucun sentiment filtré tant que cela, mais cette après midi là, il avait débordé de sentiments mauvais pour cette femme. Krystel Raybrandt était un véritable démon. Ténébreuse, envoûtante, séduisante, mais perverse et mauvaise. Oui, tous ces qualificatifs semblaient convenir à merveille à cette beauté empoisonnée.


    Il n’avait jamais rencontré auparavant de telle personne. Il y avait bien eu Narcissa Black, une jeune femme extrémement séduisante mais terriblement espiègle, qui n’avait eu de cesse de jouer avec lui lors de leur rencontre sur le chemin de traverse. Bien qu’il n’osait pas se l’avouer, Torben aurait bien aimé revoir cette jeune femme blonde, qui lui avait fait une étrange impression. D’un côté, elle l’effrayait quelque peu, tandis que de l’autre, il se sentait intrigué vis-à-vis d’elle et aurait aimé plus en savoir à son sujet. Elle aussi s’était crue plus maligne et plus forte que lui, et n’avait pu s’échapper de ses répliques grâce à ce foutu transplanage. N’empêche, un jour, Torben lui rendrait la monnaie de sa pièce.


    Mais aujourd’hui, il n’était pas avec Narcissa. Il était avec Krystel Raybrandt, une jeune femme qui ne connaissait rien à la vie. Torben l’avait très vite cernée. Elle voyait tout en blanc et noir. Blanc était pour elle la couleur de la nullité et de l’inutilité. Noir était ce qu’elle possédait ou voulait posséder. Une enfant pourrie gâtée quoi. Même pas sûr qu’elle soit véritablement douée pour quoi que ce soit en fait ! De plus, choyée et gâtée comme elle semblait l’être, Miss Raybrandt ne semblait pas s’être aperçue du monde dans lequel elle vivait. Que ce serait il passé si ses géniteurs auraient rendu l’âme sans lui léguer leur fortune ? Qu’aurait elle fait ? Torben était sûr d’être plus fort que cette prétentieuse, pour la simple et bonne raison que lui avait vécu des choses dans sa vie, et nombre d’entre elles n’avaient pas été prévues.


    Krystel se dégagea proprement de son emprise mais ne sortit pas des toilettes, et vint se positionner près de lui, en sortant un tube de rouge à lèvres. Genre elle n’était pas assez peinturlurée ainsi ! Arrêter de la toucher ? Tant mieux, ainsi, il n’aura plus peur de se salir ! Fille facile ? Carrément, mais Torben n’en voulait pas…




    - Vous toucher, je n’ai pas commencé et ne le ferait pas. Je ne voudrais pas me sentir sale. Oui, je pense que vous êtes une fille facile. Pour vous posséder, il ne faut qu’avoir du fric, du fric, du fric, et peut être un rien de beauté. Je n’ai rien de tout cela, mais même si c’était le cas, je ne prendrais même pas la peine d’essayer de vous avoir.




    - Vous inquietez pas. Non seulement je n’ai pas l’intention de faire du bruit, mais en plus vous êtes parfaitement incapable de me faire produire quelque son que ce soit. Je vais donc vous laisser vaquer à vos superficielles habitudes de femme superficielle, j’ai d’autres choses à faire






Torben laissa échapper un sourire vainqueur et tourna les talons. il savait que ce qu'il venait de dire n'allait rien changer à Krystel, mais ça avait le mérite de le soulager, lui, et de la remettre un peu à sa place

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Miroir, mon beau Miroir [FE]   Mar 24 Juin - 12:33


    Qu’il était agréable de me délecter de mon image que me renvoyait le miroir. Je m’adorais. Non, je m’aimais. Mes lèvres proportionnées comme il le fallait, mes formes des plus appréciables, mes traits fins, et mes cheveux qui sublimés le tout. Je ne pouvais pas me plaindre par rapport à mon physique, pas du tout. J’avais tout pour moi. Je suis une jeune femme très belle, très intelligence, manipulatrice, savant fort bien jouer la comédie, richissime. Modeste ? Oui très aussi. Vous aussi, vous avez remarqué ? Oui, je sais, je ne possède que des qualités. Je suis grandiose Cool

    Comment pouvait-on me résister ? Impossible. Chaque regard que je posais sur un homme était un honneur pour lui. Chacun de mes gestes ‘tendres’ envers l’un d’entre eux, les amener tout droit au royaume des cieux. Je ne vous raconte pas quand je leur accorde une nuit dans mes draps. Seulement, comme une drogue, une fois que l’on m’a goûté, on ne peut plus s’en passer, et c’est la que cela devient tragique pour eux, et très amusant pour moi.

    Quelle joie de les voir ramper à mes pieds, tel de vulgaire animal, pour que je ne les jette pas. Quelle joie de les voir si désespéré quand je leur annonce que j’ai trouvé mieux d’eux. Je me rappellerais toujours d’ailleurs d’un certain Enzo. C’était un brillant élève de beaubaton, qui a essayait de se suicider après que je lui ai fais clairement savoir qu’il était pour moi comme une chaussette. Pourquoi une chaussette ? Par rapport à l’expression pardis ! Vous ne la connaissez pas ? Mais si, c’est celle qui dit ‘un mec, c’est comme les chaussettes. Quand ça pus, tu les jettes’. Ah, bah, vous voyez maintenant =D

    Arhem Arhem. Je disais donc ? J’en étais où moi avant mon histoire de chaussette puante ? Oui, je me rappelle, je disais que je lovais complètement mon corps si parfait. Alors que j’étais plongée dans ma contemplation, je fus déranger. Tss, de nos jours, impossible d’être tranquille. A chaque fois que l’on est hyper méga extrêmement occupée, il fallait qu’on nous importune. Oui Oui Oui très chère, me regarder dans un miroir est une activité qui demande une grande concentration, et qui prend du temps. Vous vous rendez compte ? Aussi belle que je suis, il faut des heures entièrement pour détailler toutes mes qualités !

    Torben venait de rentrer dans le toilette des filles. Heureusement que c’est écrit sur la porte qu’il s’agit des WC des dames hein ? Sinon, on pourrait se demander ce qu’il venait faire dans un tel lieu. La réponse tomba bien vite. Ralalala, les hommes de nos jours, ils sont tellement accros à moi, qu’ils me suivent jusque dans les toilettes. C’était compliqué des fois d’être aussi mignonne. Si je n’étais pas aussi compréhensive, j’aurais pu penser qu’ils me harcelaient.

    Se jetant littéralement sur moi, me touchant sans aucune autorisation, je me dégageais bien vite de votre étreinte. Doucement mon coco. Je vais te dire comme Evanna à Sirius sinon [ ] ; c'est-à-dire de calmer tes ardeurs. D’accord, tu es mignon. Ouki, tu possèdes un de ses trucs qui font de toi un homme différent des autres, mais il y a des limites quand même. Alors, soit gentil, sinon je risque de me fâcher et ne plus être aussi agréable. HAnnnnnn Affraid j’y pense ! Si je m’énerve, je risque de voir apparaître des rides précoces sur mon visage !! Grand dieux nan, pas ça. Mais ! J’y pense. Que suis-je sotte des fois. Il en fallait beaucoup pour m’énerver.

    Comme pour tester d’ailleurs ma résistance, le jeune étranger se mit à m’attaquer verbalement. Blablabla. Je vous jure, les gens des fois, ils nous font des scènes pour rien. Vous leur demandez de ce calmer, et de se contrôler, et là, ils vous tapent THE crise. Comme si cela allait m’atteindre… Blablabla Fric. Ralala, ils en n’ont pas finis avec leur complexe d’infériorité par rapport au fait que je sois une riche héritière ? Il fallait arrêter de me le reprocher tout le temps. Pas ma faute si vous n’avez aucune tune. Pas ma faute si vous avez toujours vécu dans le manque, et que vous finirez SDF. Après tout, tant pis pour vous. Marre qu’on me reproche votre nullité. Pas de ma faute si vous n’êtes pas capable d’avoir de la tune… Une petite pièce ? Nan mais tu rêves. Tu peux crever la bouche ouverte, je te donnerais rien du tout Suspect


    - Oh… Vous devez mal connaître ton anglais. Quand on pose ses mains sur quelqu’un, on appelle cela le toucher mais bon. Vous êtes Moldave, cela vous servira d’excuse. Fille facile ? Laissez moi rire. La preuve… Vous devriez arrêter vos complexes vous savez. Je me fous complètement que vous soyez un conte, ou que vous soyez un orphelin. Quand ais-je à faire ? Rien du tout. Et sachez que je possède assez d’argent pour acheter Poudlard. Alors je m’en contre fous que les hommes avec qui je sors est de l’argent ou pas…


    Je n’avez pas bougé de ma place devant mon miroir, et je continuais de me regarder. Je ne mettrais même pas retourner pour le regarder. Ma voix était restée très calme, montrant bien que ses mots avaient ricochés sur moi, tel un sort sur un bouclier de défense. Et c’était vrai. J’en avais vraiment que faire de ses insultes, de ses insinuations. Si cela lui faisait plaisir, et bah tant mieux. J’avais trop de classe pour me mêler à ses jeux si futiles. Je préférais laisser mes sous fifres me venger un jour ou l’autre.


    - Fort bien, vous m’en voyez ravis. Femme futile ? Si vous le dites. Enfin bref. Je vous conseille de baisser d’un ton. Si le concierge passe, vous vous risquez à des punitions. Dans mon immense bonté, je ne vous dénoncerais pas promis. Un autre conseil d’ami. Comme technique de drague, ou pour se faire des amis, il y a mieux que de s’attaquer à eux d’une telle manière… Ils pourraient le prendre très mal vous savez, et pourrez se sentir blesser. Imaginez que l’on vous reproche de venir d’un village dévasté par des goules, et d’y avoir perdu vos parents ? Franchement, cela ne vous ferez guère plaisir je pense…


    Et paf le chat ! Bah quoi ? Il m’avait cherché, il me trouvait. J’avais pris mes renseignements sur lui. Egale à moi-même, mon ton était calme, un peu douceâtre. Rangeant mon tube de rouge à lève, je me mis à coiffer soigneusement mes cheveux. Je savais que Torben ne serait guère content de mes paroles, et risquerait de l’énerver. Je n’avais point envie de me prendre la tête avec quelqu’un en ce moment, c’est pourquoi je dis très sincèrement, avant qu’il ne put prononcer quelques mots, me retournant vers lui :


    - Après je dis ça, mais je ne dis rien. Peut-être que je me trompe, allez savoir. Je ne fais que répéter les bruits de couloirs. Dans cette école, cela est très courant. Enfin bref, quoi qu’il en soit. Je vous souhaite une bonne journée. Et si je vous ai blessé, je m’en excuse. Ce n’était pas le but.
http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Miroir, mon beau Miroir [FE]   Ven 27 Juin - 21:47

    Torben devait constamment lutter tout au logn de cette discussion pour ne pas se retrouver submerger pas une colère totalement incontrolable comme la dernière fois. Il savait très bien que sa maîtrise plus que limitée de l'anglais ne lui permettait pas de prendre l'ascendant sur cette Krystel Raybrandt par la parole. Torben ne voulait surtout pas perdre le contrôle de lui même au point qu'il avait atteint la dernière fois, lors de leur première rencontre. Il ne pouvait plus se le permettre. C'était un sentiment étrange qu'avait Torben ces derniers temps, mais c'était comme s'il sentait qu'une ombre s'était jetée sur son âme. Il avait constamment peur de sentir l'espèce de chose qu'il y avait en lui quand il pouvait s'énerver. Celà s'était manifesté à plusieurs reprises. Lorsqu'il s'était battu pour sa vie. Lorsqu'il s'était énervé avec Krystel. Quand il avait chuté de balais, ou quand il pensait à sa situation et son avenir. C'était comme s'il devenait complétement fou, que quelque chose prenait le contrôle sur lui.


    Dans un premier temps, Torben avait mis cette impression sur le compte du choc émotionnel qu'il avait immanquablement soumis lors de l'été dernier, mais celà n'avait pas pris fin. Il n'y avait que quand il dormait qu'il se sentait en paix, ou lorsqu'il inhibait ses sens à grand renfort d'alcools forts. C'était comme s'il essayait de fuir une partie de lui même en fait, en y réfléchissant bien. Il ne voulait pas perdre le contrôle, et encore moins de cette façon: il pouvait blesser quelqu'un. Enfin bref, de toutes façons, Torben n'avait pas le temps de réfléchir à celà, et il ne pouvait parler à personne de tout ceci, sous peine d'être définitivement enfermé à cause de cette possibilité de folie. mais en même temps, peut on être fou tout en étant conscient? Il serait toujours temps de trouver les réponses à ces questions plus tard, se dit le jeune moldave.


    Il avait là en face de lui une jeune femme terriblement hautaine et arrogante, qui prenait un malin plaisir à le rabaisser, l'humilier et le faire tourner en bourrique. Elle n'arretait pas de péter plus haut que son cul celle là, et Torben brûlait de la remettre à sa place. S'il s'eût été agit d'un homme, il lui aurait fait rentrer dans le crane sa façon de penser avec de grandes droites dans la figure, rien de mieux pour stimuler la circulation sanguine. Mais le problème est qu'elle était une femme, jolie certes, mais surtout semblait profondément mauvaise de prime abord. Et là, le sens de l'honneur de Torben lui interdisait formellement de porter atteinte à l'intégrité physique d'une femme, même si celle si le méritait amplement. Le moldave laissa donc le terrain de la parole à la libre suprématie de la vert et argent, sachant très bien qu'il pourrait avoir le dessus d'une autre manière. Encore fallait il penser à cette manière.


    Bien entendu, Miss J'ai-du-fric-et-je-t'emmerde le rebiffa une fois de plus en le contredisant et jouant sur les mots. Typiques des mesquins, ce genre de réplique. Ensuite, elle mit "celà" sur le fait qu'il était moldave. Suspect Suspect Suspect Suspect . Ca veut dire quoi ça, parce qu'il est étranger, il serait un espèce de rustre barbare? Nan mais pour qui elle se prend celle là? Fille facile, ah tiens non? Torben fit semblant d'être étonné, mais il ne l'était nullement. Comme si une femme allait volontairement avouer qu'elle était une fille facile, encore moins quand c'était réellement le cas comme ici. Comment ça elle s'en foutait qu'il soit orphelin? Comment qu'elle avait appris ça elle Suspect Suspect Suspect Suspect ? Acheter Poudlard? Torben y vit bien une perche tendue, mais ne la saisit pas pour ne pas rentrer dans le jeu mesquin de la Serpentarde.


    - Vous avez très bien vu ce que je voulais dire. J'en déduis de vos paroles que vous me prenez pour un epsèce de rustre. Grand bien vous en fasse, après tout, vous n'avez peut être pas tord. Je suis rustre donc. Complexe? QUi parle de complexe? Je vois que vous vous êtes renseignée sur moi. J'en ai rien a foutre de tout ça. Je suis capable de me débrouiller et de vivre ma vie seul en partant de zéro, pouvez vous en dire autant? Non, surement pas; Vous n'êtes de toutes façons pas capable de comprendre quoi que ce soit à tout ceci, pour la simple et bonne raison que vous n'aimez rien d'autre que votre personne.


    Torben était totalement sûr de ce qu'il disait. Et s'il se trompait, tant pis, de toutes façons, il n'en avait plus rien à foutre de rien. Quelle incidence ses mots pourraient ils avoir? Peut être pouvaient ils empirer sa situation, mais le jeune Gryffondor s'en fichait également. Au point où il en était. Tout au long de sa tirade, Torben s'était efforcé de se maîtrisé. Au lieu de s'énerver et entrer dans une colère noire, il préférait raffirmer sa résolution à pouvoir tout supporter, et celà avait l'air de plutôt bien fonctionner. La suite des paroles aurait profondément blessé l'ancien Torben, celui pour qui sa popularité comptait beaucoup. mais aujourd'hui, se faire des gens des amis ou des ennemis ne comptait plus. Certes, s'il se faisait des amis et créait des liens, tant mieux, sinon, tant pis! De plus, Krystel avait visiblement tout découvert. Ces souvenirs assombrirent terriblement le visage et les pensées de Torben, mais il ne changea pas pour autant d'attitude vis à vis de son interlocutrice.


    - Je me fiche du concierge, tout autant que je me fiche de ce conseil, sans vouloir vous manquer de respect. Certes, je risque de blesser dans mes paroles, mais au moins ne suis je pas hyprocrite. Et ce n'était nullement là une tentative d'approche. Croyez ce que vous voulez, de toutes façons, c'est loin d'être important. A l'avenir, veuillez éviter de parler de ceci. Certes, vous faites ce que vous voulez, mais puisque nous en sommes là, je vais vous donner un conseil d'ami, raviver de tels souvenirs chez quelqu'un d'aussi fou que moi ne peut qu'être dangereux. Certes, ça m'arrache deux mètres d'entrailles de dire ça, mais je suis désolé pour mon manque de politesse, et vous souhaite cependant une bonne journée. A un de ces jours surement.

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Miroir, mon beau Miroir [FE]   Lun 30 Juin - 15:23


    Miroir mon beau miroir, dis moi qui est la moins belle? Bah oui quoi, vous vous attendiez à quoi ? Que je demande qui était la plus belle ? Pourquoi faire ? Je le sais très bien qui est la plus jolie dans le château et même dans le monde entier. C’est bien entendu nulle autre que moi Cool. Plus mignonne que moi, cela n’est pas possible. Je suis la plus parfaite des jeunes femmes, dont personne ne peut résister. Alala, qu’il est bon d’être une déesse de la beauté.

    Mes chevilles ? Oui oui, elles vont très bien pourquoi ? Après tout, je ne dis que la vérité, il n’y a aucune question de modestie dans tout cela. Je m’aime oui, et les autres aussi. Comment ne pas apprécier pouvoir admirer une aussi sublime femme tel que moi ? C’est impossible bien entendu. J’avais vraiment tout pour moi. Richesse, intelligence, modestie, puissance, et
    Magnificence. Il ne me manque plus qu’un culte à ma personne, mais bon je suis trop gentille pour supporter voir les autres à mes pieds… Ou pas.

    Bah quoi, oui, j’aime qu’on me vante, qu’on me chante mes louanges, pourquoi ? J’ai pas le droit ? Si, bah alors, voilà. Qu’est-ce que vous venez me dire que ça c’est un défaut. Vous êtes fous, vous avez un pète au casque c’est ça ? Ah non Vous êtes aveugle, c’est vrai. Pardon. Non pas pardon, tant mieux, et allez du vent, oust, vous n’avez rien à faire ici alors. Comment voulez-vous lire un rp si vous ne voyez pas ? Bah oui, dès fois faut réfléchir les gens !!

    Tsss, heureusement que je suis là quoi. Qu’est-ce que le monde serait et ferait sans moi ? Rien du tout, oui tout à fait. Donc, oui, j’en étais où ? Ah oui, j’en était à ma contemplation dans le miroir. Rallala :cœur: quelle belle vision s’offre à moi ! C’est pas humain d’être aussi craquante quoi. Même en me levant, je reste un top canon. Et pourtant, c’est vraiment vraie quoi, c’est moi, et je suis humaine – vélane - oui, humaine, descendu tout droit du ciel, forgé par dieu…

    Ah ça, ce n’est pas sûre. Je viendrais plutôt des abîmes des tourmentes de l’enfer, créé par Lucifer lui-même. Et oui, car malgré toute la pureté que je peux dégager je suis une vrai diablesse, se parfaisant dans les 7 péchés capitaux… Et plus particulièrement dans celui de la luxure. Ralala, mon pécher mignon était sans aucun doute les hommes, les vrais homme, les vrais bels hommes. Ra, que j’aime les dévorer tout cru. Qu’il est agréable de sentir leur peau au contact de la mienne si désirable. Humm. D’ailleurs, faut que j’arrive à m’évader de Poudlard pour pouvoir prendre un peu de bon temps…

    Car oui, malheureusement, à Poudlard, je n’avais rencontré que des gens coincés du trou de b**. Désolée, mais ya d’autre mot quoi. Il n’y avait que des nommes, des prudes, et des saints. Ce que je veux moi, c’est un vrai mec, un vrai de vrai, un qui assure, un male mal quoi. Je pensais en avoir trouvé un mais plus le temps passait, moins je le pensais. Nous en arrivons au point essentiel du rp…

    Torben… Torben… Alalala, pourquoi es-tu si gentil, si bon ? Toi qui a pourtant un grand potentiel, on ne peut pas dire le contraire. Peut-être un peu trop ‘toucheur’, et ‘je me permets sans permission’ mais bon, mise à part ça, il était parfait. Malheureusement blablabla, il se méprenait complètement sur moi. La première que je l’avais vu, il avait été violent dans ses paroles, et ses gestes. Comme si cela ne faisait peur. J’avais grandi autour de requin et d’hommes mafiosos. Alors ce n’était pas cela qui m’impressionnerait.

    C’est comme les menaces d’ailleurs. Vous pouvez m’en lancer autant que vous voulez. Seulement attention à vous quand vous dormez. Ma mère j’ai le bras très long, et je connais de très nombreuses personnes. En un claquement de bras, je peux vous ruiner votre vie, votre famille, votre santé mentale et physique, vous tout simplement. J’étais l’héritière des Raybrandt, duchesse réputée, et respectée je n’étais pas n’importe qui. Si on s’attaquait à moi, c’était à des gros risques et périls…

    Enfin bref, assez parlé de moi. Quoi que… Qu’il est bon de parler de moi, qui suis si extra. Enfin bref, revenons au rp. Donc oui. Quel dommage que le chaton soit si hargneux, et sortent si vite ses petites griffes inoffensives. Il passait à côté de quelque chose. Et moi aussi d’ailleurs. Mais bon, moi je m’en remettrais. Lui, il regretterait toute sa vie, et dans mon immense bonté, je me devais de l’aider.

    Une nouvelle fois, ces paroles rebondirent sur moi. Ra, mais il ne comprenait pas ? En aucun cas je ne l’avais traité de rustre. Il était pas un peu parano sur les bords nan ? Car bon, dès fois, on peut se poser la question. Pourquoi pensait-il toujours que tout le monde est contre lui ? Je sais pas moi ? Il fait un complexe ? Pourquoi, en voyant le mâle, il n’y avait aucune raison What a Face . Il pouvait repartir de zéro, en se débrouillant seul ? je n’en doutais pas du tout ? Tout en lui le montrait. Je n’avais pas eu besoin des info que j’avais eu pour m’en rendre compte.

    Il faisait parti de ses personnes qui dégageait une certaine force en elle. On savait au premier coup d’œil que la vie n’avait pas été facile pour eux, mais qu’il se relèverait toujours. J’en faisait également partie. Car oui, malgré ce qu’il en pensait, j’ai toujours du me débrouiller seule, et me battre pour obtenir ce que j’avais. S’il pensait que j’avais eu la vie facile, il se trompait. Lui, il avait eu des parents, des parents dignes de ce nom. Pas moi. Je n’ai pas connu mon père, mort avant. Quand à ma mère… Oui parlons en. Une femme qui abandonne sa fille de 7 ans dans une rue pleine de monde, et lui disant que si elle veut rentrer, elle devra le faire toute seule, avant de transplaner… Je pense pas qu’on appelait une telle personne ‘maman’.

    Ne pensez pas que je me plaigne non. C’était grâce à tout ce que j’avais du subir jeune que j’étais devenue ce que j’étais. J’en avais tellement pris plein la tronche que plus rien ne m’atteignait. Je savais très bien que quoi qu’il pouvait se passer, je me débrouillerais très bien. Ma place, je me l’étais faite toute seule. J’avais prouver à Sonia qui j’étais forte, indépendante, et que je n’avais pas besoin d’elle, ni de personne d’autre pour vivre et l’en sortir…

    Je n’aimais personne d’autre que moi ? Oui. Pourquoi aimerais-je quelqu’un d’autre ? les autres que sont mesquinerie, hypocrisie, et traîtrise. J’étais devenue comme eux pour survivre. C’est lui qui ne pouvait pas comprendre. LUI, il avait reçu de l’amour… LUI avait donné de l’amour, et en avait eu en retour… Pas moi. J’étais devenue un cœur froid, un cœur de pierre, qui ne ressentirait jamais rien pour les autres. Je vivais très bien ainsi, alors pourquoi changer ? Surtout que cela était impossible, même si je le voulais…


    - Que savez-vous de moi Torben ? Rien je pense… Vous êtes sûre de vos paroles, bien vous fasse, mais je ne parierais pas sur ce cheval boiteux. Sans vous vexer, entre vous et moi, dans une meute de loup, je survivrais, certainement pas vous. Et ce n’est ni un compliment, ni un reproche. Je préfère préciser avant que vous sortiez encore vos griffes. Nous n’avons pas le même passé, nous n’avons pas eu la même éducation. Alors évitez d’être certain de ce que vous pensez, quand il s’agit des autres…


    Pour la première fois avec le jeune homme, ma voix avait été sincère et calme. Je l’avais regardé dans les yeux, pour lui faire bien passer mes dires que je venais de prononcer. Comment pouvait-il penser me cerner alors qu’il ne savait rien de moi, absolument rien ? Les jeunes de nos jours… Ils fallaient vraiment qu’ils arrêtent d’être de vrai sophiste. Rangeant mon rouge à lèvre dans ma petite pochette de maquillage, je sortis mon crayon noir, pour m’en remette un peu sur les yeux, et accentuer mon regard, tout en écoutant le jeune homme parler.


    - Fort bien vous fasse si vous ne voulez guère écouter les dires des autres. Vous êtes assez grand et je ne veux ni ne vais vous dicter votre conduite… Mais ce ne n’est pas comme ça que vous briserez votre solitude. Tout en vous montre que vous ne rêvez que de cela. C’est là la grande différente entre nous. Je suis solitaire, ma seule présence me suffit amplement. Je pense que c’est pour cela que je suis à Serpentard. Je n’ai besoin d’aucune forme d’affection pour me sentir bien, vivante, et survivre… Pour ce qui est de vos souvenirs, faites donc taire les personnes au courant, qu’elles évitent de le crier sur tous les toits. Comme je vous les dis, ce sont les bruits de couloir. Poudlard est une si petite école. Tout ce sait toujours. Voilà encore une différence, vous ne savez rien de moi, et vous n’en saurez jamais rien. Même si vous pensez me connaître, cela sera faux… J’accepte avec plaisir cependant vos excuses, et je vous les retourne. Cela vous étonnera peut-être mais je suis sincère. Je vous souhaite également une bonne journée Torben, et peut-être à une prochaine fois... Mais si c’est pour vous défouler sur moi, abstenez-vous et trouvez vous un blaireau, un aiglon, un chaton, ou un serpent…

http://krystel-la-tyran.labrute.com/







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Miroir, mon beau Miroir [FE]   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum