Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



avatar







Invité

Invité

MessageSujet: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Lun 31 Jan - 17:38

Lux s'était levée tôt pour une fois. Elle qui détestait être debout avant midi, surtout lorsqu'elle n'avait pas cours un samedi matin... Seulement avec le bruit que faisait les filles dans le dortoir... L'une d'entre elles s'était mise à parler dans son sommeil, criant après son père visiblement. Cela avait réveillé Lux en sursaut. Les cheveux en bataille, la jolie Serpentard lui avait par la suite lancé un coussin et avait tenté de se rendormir sans succès. Déjà qu'elle n'avait pas beaucoup dormi cette nuit. Elle avait longtemps veillée dans la salle commune, échangeant quelques parchemins à celui qui fut son amant et meilleur ami. Mais à croire qu'elle devait être privée de sommeil pour aujourd'hui, Lux s'était levée alors qu'il devait être environs 5h30 du matin... Elle avait donc profité de la salle de bain totalement vide à ces heures ci et puis vers 6h30 elle était retournée vers son dortoir pour prendre une lettre qu'elle devait envoyé par hiboux à sa mère pour lui donner des nouvelles de Poudlard. Madame Silvestri ne comptait pas franchement sur Nox pour cela... Son regard dégoûté s'était alors posé sur les filles de son dortoir qui s'étaient rendormies sans aucun soucis. La peste qu'elle était claqua fortement la porte en repartant...

Lux avait revêtu son uniforme de Serpentard qu'elle arborait fièrement avec une petite de personnalisation. En effet, la jolie brune avait tendance à retrousser la jupe au niveau de la taille de l'uniforme un peu vieillot du collège. Ceci avait pour effet de rendre cette jupe plus courte. La chemise brodée de l'écusson de Serpentard avait ses deux premiers boutons ouverts et sa cravate qui n'était pas resserrée pendant à son cou. La petite Lumière se dirigea vers la volière d'un pas lent. Elle n'avait pas pris le temps d'enfiler sa robe de sorcière et puis après tout, cela n'était pas bien grave, c'était le week-end... Elle arriva en bas de la volière, ouvrit avec énergie la porte, histoire de se réveiller un bon coup, ce qui la fit claquer assez fortement dans un bruit qui fit hululer plusieurs chouettes et hiboux. Quelque part, c'était une façon de passer ses nerfs sur quelque chose.

Cependant... quand elle prit la lettre qu'elle avait récupéré dans sa chambre, elle remarqua que ce n'était pas la bonne... C'était celle que Regulus lui avait envoyé la veille au soir, pas la lettre qu'elle avait écrite pour ses parents. Elle poussa un juron, et descendit les escalier d'un pas lourd pour refaire le chemin en sens inverse. Elle finit par arriver dans les cachots et il devait bien être 7h à présent. .Les cachots étaient vides, et vu l'heure, aucune personne saine d'esprit serait déjà debout... Aucune ? Bien, alors pourquoi entendait-elle des bruits de pas résonner dans les cachots venant de derrière elle ?

Alors soit il s'agissait d'un abruti qui venait faire une promenade matinale, ou alors un autre Serpentard complètement taré qui était déjà sortit et ça encore plus tôt qu'elle... Lux ne voyait pas la personne qui arrivait dans le sillon de ses pas. Seule une silhouette se dessinait. Elle décida alors de s'arrêter curieuse de savoir qui pouvait bien trainer à cette heure dans le coin. Elle s'appuya contre le mur, et frissonna au contact froid et humide de celui-ci. La jeune femme commença à fouiller dans son sac histoire de s'occuper le temps que l'inconnu arrive à son niveau. Le Struturoscope que Evey lui avait offert il y a peu ne semblait pas se réveiller à l'approche de cette personne. Elle referma alors son sac qui pendait à son épaule. Les pas s'étaient maintenant arrêtés, et quand elle se décida à tourner la tête pour en voir le propriétaire, elle laissa échapper un léger soupir avec un petit rire, secouant légèrement la tête. Cela semblait finalement logique que cela soit lui après tout... Elle lui dit alors, d'une voix du matin, celle un peu enrouée :

' Alors on découche Petit Roi ? '
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Mer 2 Fév - 17:48




Lux Silvestri & Regulus A. Black


Regulus se frotta les yeux. La nuit avait été bien courte. Il était juste épuisé. Les insomnies à répétition faisaient de lui une légume à moitié-réveillé. Dès qu’on lui adressait la parole, il mettait dix secondes à se rendre compte qu’on lui parlait. Sérieusement, Regulus Black avait besoin de sommeil. Mais plus il essayait, moins il lui arrivait. Alors maintenant, il ne s’y risquait même plus et s’occupait d’une autre manière. D’habitude, c’était ses devoirs, mais cette nuit avait été particulièrement agitée. Agitée dans le sens qu’il avait eu le droit au petit frappement d’une bien jolie petite chouette dans les environ de 3h35 du matin, alors qu’il était totalement perdu dans ses pensées. Ses camarades de dortoir ne s’étaient même pas réveillés, même si l’un d’entre eux avait poussé un léger grognement. Mais Regulus s’en fichait comme de sa dernière chemise. Une lettre de Lux, cela valait bien tout l’or du monde après tout. Après une brève entrevue, il somnola quelques heures, s’éveillant toutes les vingt minutes environ. Il fallait absolument qu’il aille à l’infirmerie redemandait un stock de potions de sommeil, parce que là, cela devenait urgent. Il savait dorénavant qu’il ne parviendrait pas se rendormir, alors à quoi bon lutter ? La tête encore bien endormie, l’air bougon, Regulus se leva et discrètement, Regulus jeta un coup d’œil dans le lit d’un de ses camarades, le seul qui comptait à ses yeux, Nox Silvestri, mais apparemment, celui-ci était bien trop occupé à rêver et n’avait pas de temps à lui consacrer pour le moment. De toute manière, à une heure si peu avancée de la matinée, il était normal qu’il ronfle à points fermés. Nox faisait en effet parti de ces gens qui s’assoupissaient quelques secondes après s’être posé dans leur lit, et qui ne s’éveillait qu’à grands coups de massues. D’ordinaire, c’était Regulus qui jouait ce rôle-ci : en 6 ans, lui taper dessus était devenu une de ses attractions et distractions matinales préférées.
Le Serpentard s’habilla à vitesse grand V d’un vieux tee-shirt et d’un pantalon de sport. C’était samedi, et il faisait ce qu’il souhaitait. Et puis de toute manière, peu lui importait, car quelques heures plus tard, il devrait se rendre à son entraînement de Quidditch, et il devrait à nouveau se changer, et pourrait alors mettre une tenue plus décente. De toute manière, il ignorait totalement si ses coéquipiers et coéquipières assureraient l’entraînement, car depuis le départ précipité d’Anna, l’équipe partait en vrille. Seul Regulus et Nox, semblaient continuer à s’échauffer et s’entraîner régulièrement. D’ailleurs là, même s’il n’avait que très peu dormi, Regulus avait dans la tête d’aller courir un bon coup, cela le maintenait en forme. Cette envie lui était venue soudainement, ne lui demandait pas pourquoi.
Il sortir donc dehors, avec rien d’autres dans l’estomac que le dîner de la veille, et l’air frigorifiant acheva de le réveiller. Après une bonne heure de course, à penser à tout et à rien, ( d’accord, surtout à Ciella, mais fallait-il le préciser ? ), Regulus se dit qu’il était bon pour un petit déj’. Le soleil se levait doucement sur Poudlard. Arrivé devant la porte d’entrée, l’horloge lui indiqua qu’il était 7h15 passé. Après l’avoir ouverte, il se dirigea vers les cachots dans le but d’aller chercher son balai, ainsi, cela lui éviterait de redescendre dans les profondeurs de Poudlard. Il ne faisait pas bien chaud dans les couloirs, et Regulus se maudit deux secondes d’être à Serpentard. Salazar n’était apparemment pas très avare de chaleur, et il régnait souvent dans les cachots une froideur sans borne. Heureusement encore que Regulus n’était pas très frileux. L’écho de ses pas résonnait comme une symphonie sur les pavés qui le menait à la salle Commune. L’endroit était vide. Personne en vue, et c’était tant mieux. La solitude, Regulus adorait ça. Pas tout le temps bien entendu, mais la plupart du temps, quand il n’était pas avec Nox, il demeurait étrangement seul avec lui-même. Mais ce n’était pas plus mal parfois. On ne lui cherchait pas de noises, et on ne lui en cherchait pas non plus. Bien entendu, il lui venait parfois à l’idée d’aller traumatiser quelques Gryffondor, mais en ce moment, cela devenait plus rare. Il était fatigué de devoir se battre contre ses mauvais démons et ne songeait qu’à une chose, quitter Poudlard, et pouvoir faire ce qu’il voulait.
L’esprit embrumé, Regulus remarqua qu’il n’était plus seul qu’une fois arrivé devant la dite personne. Que faisait-elle ici ? Le cœur de Regulus se mit à battre à la chamade car même s’ils avaient discuté hier soir, il ne pensait pas que leur rencontre se produirait si vite ! Regulus fut soudainement paniqué. De quoi avait-il l’air devant elle, si belle et si pimpante ? Les cheveux en bataille et décoiffés, débraillé, tee-shirt froissé, les yeux et paupières lourdes, le regard amorphe ?
Tant pis pour lui. Il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même.
Reprenant son assurance, Regulus lui sourit alors qu’elle poussait un léger soupir, qu’il interpréta d’abord comme un regret de le rencontrer de si bonne heure, mais le rire qui se dégagea ensuite de sa bouche fit s’envoler toutes ses craintes. D’une voix éraillée, elle murmura :
' Alors on découche Petit Roi ? '
« ♦ Je n’appellerais pas vraiment sa découcher, ma belle. »
Il s’approcha d’elle, et même s’il s’attendait à une gifle d'un instant à l'autre, il déposa doucement ses lèvres sur sa joue. Puis, se reculant, il s’assit sur le sol froid, et lui dit, fixant le mur :
« ♦ Que fait donc Mademoiselle Silvestri debout à cette heure ? »
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Mar 8 Fév - 15:58

Depuis quand ne s'étaient-ils pas vu ? Vraiment vu ? Depuis quand Lux n'avait-elle pas fuit alors qu'il était à moins de deux pas d'elle ? Les choses allaient parfois bien trop vite.

Alors qu'il lui avait envoyé un premier parchemin cherchant à comprendre son attitude, la brune était restée distante même par le biais de la plume. Sa réponse fut comme une claque. Une lettre criante de sentiments, rien qu'en la lisant, la touchant, Lux sentait cette profusion qui en émanait. « Je ne veux pas en parler, car j'ai assez souffert de toute cette histoire, toutes ces embrouilles, toutes ces craintes, toute cette incompréhension. » Lui, avait souffert ? «  […] car quoi que tu penses, je t'ai aimé Lux, même si tu ne l'as jamais vraiment cru. […] L'affrontement qui m'a opposé à ton Nox aurait du t'ouvrir les yeux, non ? Lui, a compris. Pourquoi pas toi ? » Merlin que cette lettre lui avait fait mal. Mal, car elle réalisait qu'elle s'était trompée. Mal car elle qui croyait être une victime était en réalité bien plus coupable qu'elle ne l'aurait pensé. Mal car elle l'avait fait souffrir pour se protéger elle. Elle, qui avait peur de souffrir d'avoir aimer.

Cette lettre, elle l'avait d'abord chiffonnée et jetée au pied de son lit. Les larmes lui étaient montées aux yeux. Il n'avait pas le droit de lui exposer ainsi sa souffrance ! Ce n'était pas ça, ce n'était pas ce qu'elle avait voulu. N'était-ce pas elle la victime dans cette histoire ? Les jours passaient, et la boulette de papier semblait rester toujours là où Lux l'avait jeté. Et hier soir, plus qu'à Regulus, c'était à ce papier chiffonné qu'elle pensait. Dans le silence rythmé par les respirations des ensommeillés, Lux s'était levée et l'avait ramassé. Près de la fenêtre, à la lueur de la lune, elle l'avait encore relu, jusqu'à connaître presque par cœur ses mots si durs à encaisser pour elle.


Les bruits de pas l'avait alerté sur la présence d'une autre personne. La silhouette s'était démarquée doucement mais sûrement. Une démarche lente et sûre. Une carrure qu'elle connaissait. Les cheveux en bataille jouaient avec la lumière et les ombres du cachot. Elle en était presque sûre. Alors pourquoi l'attendre ? Il fallait bien un jour affronté la réalité. Et lui, Regulus en faisait parti. Un soupir pour se donner du courage et puis quand elle vit son visage, sa coiffure, son allure, elle ne pu que laisser échapper un petit rire. A sa réponse, elle ne pu réprimer un frisson. Elle en avait presque oublié la tonalité de sa voix.

Alors qu'il s'était approché d'elle, Lux eu un léger mouvement de recul. Au contact de ses lèvres sur sa joue, la Serpentard ferma un instant les yeux. Cette attention délicate et sensible la surprenait de la part de Regulus. Est-ce qu'elle s'était vraiment plantée sur toute la ligne ? Avait-il imaginé un monstre au coeur de pierre ? A cet instant pourtant des souvenirs plus tendres lui revinrent en mémoire. Des rires, de la complicité, de l'amitié. L'amertume avait-elle réussi à effacer tout cela ? Etait-ce finalement ce qu'on appelait la culpabilité qui la rongeait ?

« ♦ Je n’appellerais pas vraiment ça découcher, ma belle. »

Elle eu un instant la vision de Nox la tête sous l'oreiller, une jambe pendent négligemment du lit en train de ronfler. Merlin sait qu'il l'énervait à s'endormir en moins de deux minutes et de ronfler ensuite comme pour narguer votre insomnie.

« ♦ Que fait donc Mademoiselle Silvestri debout à cette heure ?
« Oh, et bien, elle évite un meurtre sur ses camarades de chambrée... Je ne sais pas si Tiking est sur ta liste de futures conquêtes mais dépêche toi car elle risque de disparaître de manière étrange...»

Elle avait répondu sur un ton badin, sachant pertinemment qu'elle n'irait jamais tuer une de ses camarades bien que faire de son quotidien un calvaire aurait été d'avantage dans ses cordes. Elle l'observa se laisser glisser au sol signe qu'il voulait prendre du temps pour lui parler. A son tour se laisser glisser le long du mur en face de lui, croisant délicatement ses jambes et positionnant sa jupe de manière à rester élégante.

Un silence s'installa doucement. Elle aurait pu lui retourner la question, mais elle savait déjà ce qu'avait fait Regulus rien qu'en l'observant et à sa tenue sportive. Ce n'était pas une rencontre anodine. Elle n'avait pas envie de faire comme si de rien n'était.

« Reg... je... »

Non, les mots ne sortiraient pas. Finalement, les parchemins, c'étaient bien plus facile. En même temps, elle ne savait pas vraiment ce qu'elle voulait lui dire. Je suis désolée ? Non, Lux avait beaucoup de qualités mais reconnaître publiquement ses tords n'en faisaient pas parti. Ses doigts glissèrent alors autour de son cou. Elle en sortit une chaine fine et délicate au bout de laquelle pendait un petit balais. Elle tourna légèrement les brindilles de ce dernier et il se mit alors à flotter devant elle. Elle regarda alors Regulus plongeant ses yeux bleus dans les siens et lui dit alors :

« Je garde l'espoir qu'un jour, il ornera ton cou, en signe d'une prochaine réconciliation. »


Dans un langage Silvestrien, cela voulait dire beaucoup de chose. Il n'aurait sans doute aucun mal à reconnaître ses propres mots qu'il lui avait adressé dans cette fameuse lettre. Lettre qu'elle connaissait sur le bout des doigts et qui rongeait sa conscience depuis plusieurs jours maintenant.
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Mer 16 Fév - 17:04

C’était quelle date déjà ?

Pour Regulus, les jours, les semaines, les mois se confondaient. Il se levait, allait en cours, mangeait, dormait. Puis se levait, allait en cours, mangeait, dormait. Comme cela tous les jours. Cela faisait des semaines qu’il n’avait pas vu Ciella, et déjà quelques unes qu’il n’avait pas eu de ses nouvelles. Il attendait sa réponse depuis déjà un bout de temps, perdant un peu plus espoir chaque matin. L’aurore chatouillait Poudlard de son regard, mais aucun hibou ne venait le trouver. De toute manière, les lettres, c’était bien le seul moyen de communication qu’il lui restait. Comment avait-il contacté Sirius pour la dernière fois déjà ? Mais une lettre bien entendu ! Qu’avait-il fait pour Ciella ? La même chose, même si là, c’était différent, car il n’avait pas vraiment le choix. Lux en était également la preuve vivante. Il l’apercevait tous les jours, mais lui parler, était trop difficile. L’écriture était bien plus facile. Il suffisait de tout déballer, et la plume écrivait pour toi tes pensées. En face d’elle, il n’aurait certainement pas été capable d’aligner un seul mot. Fuir ? C’était une activité dans laquelle ils excellaient tous les deux.

La toute première lettre n’avait été qu’un malheureux prétexte pour tente de renouer avec la première fille que Regulus avait vraiment aimé. Il ignorait d’ailleurs toujours pourquoi cette attachement lui avait causé tant de tord, tant de souffrance. Lux n’était pourtant pas tellement son genre de fille, mais elle, avait été vraie. Pas une des ses filles qui se pendent bêtement à ses pieds. D’abord, il avait connu Nox, et c’est par son biais qu’il avait rencontré sa jumelle. Etrange coïncidence. L’amitié avait d’abord envahi son cœur. Les jumeaux Silvestri tenaient une place non négligeable dans celui-ci pendant ces premières années d’étude à Poudlard. Le temps avait passé, et une vague de sentiments incompréhensibles déchaîna son cœur. Leur histoire n’avait duré que très peu de temps, mais suffisamment assez pour qu’il se rende compte à quel pointelle était une fille bien. Le Serpentard se rappelait encore du sourire de Nox lorsqu’il les avait vu pour la première fois ensemble, comme si c’était l’évidence même. Mais aussi la colère sur son visage lorsqu’il avait rompu.

Nonobstant, cette lettre-ci était plate, comme si rien entre eux ne s’était passé. Comme si tout était normal. Mais la seconde avait fait déferler dans son cœur une infinité de sentiments refoulés, de peine, d’animosité, d’angoisse, de souffrance. Pourquoi avait-elle prit un malin plaisir à mettre toutes ses erreurs passées en lumière et à les lui renvoyer en pleine figure ? J'ai cru qu'une fois encore tu tentais de glaner quelques informations. C'est en parti à cause de cet objet que nous ne sommes plus ensemble. Encore et toujours la même rengaine ... Ne pouvait-elle pas changer de hibou ? C’était agaçant à la longue. Si Regulus aurait voulu des info’ ou un piston pour sa carrière, il aurait pris soin de ne pas mêler Lux à ça, Nox aurait très bien pu servir d’intermédiaire. Mais elle, n’avait pas compris ça, et l’heure histoire s’était éteinte aussi rapidement qu’elle avait commencé, au plus grand regret de Regulus. Il avait été inconsolable pendant plusieurs jours, sans rien laisser démontrer. Seul Nox avait perçu son mal-être. D’abord, il avait du subir son courroux, et eux, meilleurs amis, s’étaient battus. Encore un tourment de plus. Mais finalement, le fils Silvestri avait saisi.

Mais pourquoi lui, n’aurait pas le droit d’être triste ? Pas le droit de souffrir ? Parce qu’il était un dragueur de première catégorie, s’amusant avec les filles, il n’avait pas le droit d’être sentimental ? D’être malheureux ? Il était humain après tout. Et puis, Pourquoi le tord viendrait-il forcément de lui ? Regulus avait brisé plusieurs miroirs, cassé plusieurs portes et plusieurs rambardes de lits de leur dortoir, tellement la rage qui l’animait aiguisait sa douleur. Un seul l’avait réconforté, Nox. Il avait toujours été là pour lui, même dans les moments difficiles. Enfin, Anna avait compris également sa souffrance, mais Regulus la chassa de ses pensées. Et toutes les autres personnes s’envolèrent également, car la seule personne qui occupait son esprit venait de s’asseoir près de lui. Regulus ne put s’empêcher de sourire en la voyant le rejoindre d’une façon si délicate. Elle avait du oublier que ce n’était que lui, Black, crétin de bas-étage.
« Oh, et bien, elle évite un meurtre sur ses camarades de chambrée... Je ne sais pas si Tiking est sur ta liste de futures conquêtes mais dépêche toi car elle risque de disparaître de manière étrange...»
« Ah oui ? Cela m’étonne étrangement d’elle, la fille que je connais n’es pas du genre à commettre un meurtre impunément sans m’en parler auparavant. Et Tiking est bien la dernière personne avec qui je coucherais. Je ne sors qu’avec de jolies filles moi..»
Juste l’idée d’embrasser Tiking lui fit froid dans le dos. Jolies filles... Et elle en faisait largement partie... Lux, pas Tiking voyons ! Une des plus jolies de toutes.
« Et puis, je te rappelle que je ne suis plus libre désormais. »
De toute manière, Tiking et toutes les autres filles ne l’intéressaient plus. Et Ciella était la seule fille, hormis Lux, qu’il n’avait pas trompé.
Lui rappeler ? Etait-elle seulement au courant ? Ciella et Lux avaient été très proches à Poudlard, et il était probable qu’elles avaient gardé la même affinité même une fois Ciella partie de l’école. Mais Regulus préféra s’en assurer en disant :
« Enfin, je ne sais pas... Ciella te l’a sans doute dit. »
Le silence était d’or dans le couloir. C’était étrange de constater à quel point les gens changeaient. Avant, lorsqu’ils se voyaient, Regulus ne pouvait pas en placer une. Leurs discussions étaient toujours déchaînées, aucun blanc de conversation. Mais là, Regulus n’osait pas trop ouvrir la bouche, de peur de dire un mot, ou quelque chose qui la blesserait ou la vexerait. Elle murmura doucement son nom, et Regulus se tourna légèrement de biais, pour mieux admirer son doux visage, mais elle se tut presque aussitôt. Soudainement, ses doigts délicats attrapèrent subtilement une chaînette qui embellissait son cou. Les yeux de Regulus s’y fixèrent aussitôt, abasourdi. Il le reconnu immédiatement comme étant le collier offert il y a longtemps. Son cadeau...
« Je garde l'espoir qu'un jour, il ornera ton cou, en signe d'une prochaine réconciliation. »
Leurs yeux se rencontrèrent. Par Merlin. La gorge nouée, les prunelles brillantes, Regulus ne savait que dire. Cela faisait belle lurette qu’il attendait ce moment, et là, sa bouche demeurait close. Il avait souvent admiré les yeux de Lux, éclatants de beauté, reflétant bien toute la personnalité de la Serpentarde. Le petit balai s’envola, flottant devant eux, et d’un mouvement rapide, Regulus l’attrapa. Il regretta aussi sec son geste, car il savait que tout ce qui se rapprochait au Quidditch faisait sortir Lux de ses gonds... Cependant son comportement d’attrapeur prenait parfois le dessus sur lui.
Regulus était affreusement touché par ses mots. Pour ne plus avoir à supporter l’immoral affront des yeux de la jeune fille, il regarda le pendentif, heureux, et à la fois malheureux. Il le serra fort dans son poing. Elle ne lui pardonnait pas, mais c’était déjà un bon début.
« Je ne sais pas quoi dire... Tout cela est tellement soudain.. »
Ses yeux le picotaient, mais il serra les dents, et tenu bon.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Mar 22 Fév - 17:42

Les cachots n'étaient pas un endroit très charmant, ni très chaleureux mais il fallait avouer qu'ils avaient au moins un avantage : leur intimité. Personne ne venait y trainer par plaisir comme dans les couloirs plus classiques. Et puis à cette heure ci, un samedi matin...

« Ah oui ? Cela m’étonne étrangement d’elle, la fille que je connais n’es pas du genre à commettre un meurtre impunément sans m’en parler auparavant. Et Tiking est bien la dernière personne avec qui je coucherais. Je ne sors qu’avec de jolies filles moi..»
 « Oh, je suis déçue, moi qui pensait que les vrais séducteurs s'attaquaient à tous les cas, même les plus difficiles... »

Lux lui lança un petit regard amusé. Elle ne revela pas verbalement le petit compliment indirecte qu'il lui avait lancé mais l'avait tout de même noté. La situation lui paraissait irréelle. Hier matin encore elle n'y aurait pas cru. Même Nox retournerait se coucher s'ils les voyaient ainsi croyant être en train de rêver. D'ailleurs ce dernier, lui, devait être bien au chaud sous ses draps, contrairement à nos deux énergumènes...

« Et puis, je te rappelle que je ne suis plus libre désormais. Enfin, je ne sais pas... Ciella te l’a sans doute dit.
« Oh oui, enfin tu la connais, elle étale très peu sa vie, surtout depuis qu'elle a quitté Poudlard. Ce n'est peut-être qu'avec moi tu me diras ? Tu as des nouvelles ? Il faut que je lui écrive, je m'inquiète avec son frère là ! »

Elle voulait écrire à Ciella depuis un moment et à vrai dire elle avait déjà commencé sa lettre mais elle avait tellement à dire et à demander qu'elle ne l'avait toujours pas fini. Et puis, c'était Ciella, elle aimait écrire de belles lettres à cette amie chère à son coeur. Mais comme beaucoup de choses ces derniers temps, Lux avait l'impression que quelque chose lui échappait. Après ces quelques mots, un silence s'installa. Précieux et si significatif. Si expressif sans aucune parole, ni aucun mot. Lux en profita alors pour lui montrer qu'elle portait le petit collier qu'il lui avait offert, symbole de leurs disputes passées. Symbole de leur future réconciliation ?

Ils regardèrent alors silencieusement et la brune eu un petit rire nerveux puis lui dit pour détendre l'atmosphère :

 « Dis quelque chose je t'en supplie, j'ai l'impression de passer pour une complète idiote. »

Elle n'avait pas lâché son regard, comme pour lui montrer sa sincérité. La brune sursauta légèrement quand il attrapa soudainement le balais qui s'envolait. Elle replaça doucement une mèche de cheveux derrière son oreille, détournant ainsi le regard, lui même porta son attention sur le pendentif. Les yeux de Lux se portèrent sur la main de Lux se posèrent alors sur la main de Regulus qui semblait serrer le pendentif très fortement.

« Je ne sais pas quoi dire... Tout cela est tellement soudain.. » Evitant soigneusement de le regarder dans les yeux, Lux, commença à jouer négligemment avec le bout de sa cravate. Occupant ainsi ses mains et son regard. Elle inspira légèrement comme pour se donner de la force.
« Comment dire, tu sais, suite à ta lettre... j'ai réalisé beaucoup de choses. »Elle redressa doucement la tête pour le regarder de nouveau dans les yeux.
Je t'ai mis beaucoup de choses sur le dos à cause de mes propres appréhensions... Et je m'en veux sincèrement.

Quelqu'un de moins orgueilleux aurait dit quelque chose comme je suis désolé. Mais Lux, elle, lui disait, je m'en veux. Nuancé, certes, n'ayant pas tout à fait le même sens non plus. Toutefois, pour les experts en langage Luxien, c'était un grand pas venant de la jeune femme.

Sa main se posa sur celle de Regulus qui tenait toujours le petit balais volant. Délicatement, elle le força à desserrer sa poigne sur l'objet. Le pendentif eu le temps de s'envoler, mais ce fut Lux qui l'attrapa.

« C'est à moi non mais ! »

Elle lui lança un regard malicieux et le ton c'était voulu enfantin. Combien de temps cela prendrait pour guérir leurs blessures ? Y aurait-il à jamais une cicatrice ? Elle défit la chaine de son cou pour tenter d'y reglisser le pendentif qui ne se laissait pas faire !

« Ce truc est comme toi, mignon, mais insaisissable ! »
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Sam 5 Mar - 23:18

L’endroit était désert, froid, vide. Enfin, il l’était avant que deux personnages perfides et sournoises l’investissent. Bien entendu que le couloir était austère ! Le plus gelé de toute l’école. Le moins lumineux. La clarté avait du mal à s’infiltrer, les fenêtres, sales, ne laissaient que très peu pénétrer la lumière, ainsi les couloirs étaient sombres. L’ambiance n’était pas très accueillante, ni très affriolante. Mais au moins, Regulus et Lux y étaient au calme. Peu d’élèves passaient du temps ici, ils préférait la chaleur et la convivialité de la Grande Salle, de la Bibliothèque. Même la tour d’Astronomie était plus en vogue.
« Oh, je suis déçue, moi qui pensait que les vrais séducteurs s'attaquaient à tous les cas, même les plus difficiles... »
« Oui, mais non, moi, je joue dans la cour au-dessus ma belle, pas question de me rabattre sur des filles comme Tiking… Par Merlin, Lux, déconne pas ! Tiking ! Quand même pas ! Je préférais finir eunuque plutôt que de coucher avec elle, j’en ai des frissons dans le dos… »
Regulus ne comprenait rien, et certainement pas non plus la simplicité avec laquelle il avait retrouvé une partie de sa complicité d’avant avec elle. Une des filles qui l’avaient le plus touchées. Au cœur. Le monde entier prenait Regulus Black pour un dragueur invétéré comme son frère, à chasser ses proies, à collectionner les filles, à chercher à avoir le plus long tableau de chasse de l’école. Mais, le monde ne savait pas tout, et ignorait même pas mal de chose. C’était impossible de comprendre une personne aussi complexe et contradictoire comme l’était le jeune Serpentard. Le peu qui y était arrivé n’était plus en mesure d’en parler, ou avait disparu, comme Anna, par exemple. Restait Nox. Lui, c’était son compère de toujours. Personne ne le connaissait mieux que lui. Depuis toujours ils étaient ensemble, jusqu’à la mort ils le seront. C’était certain, et Regulus n’avait jamais eu aucun doute là-dessus.
« Oh oui, enfin tu la connais, elle étale très peu sa vie, surtout depuis qu'elle a quitté Poudlard. Ce n'est peut-être qu'avec moi tu me diras ? Tu as des nouvelles ? Il faut que je lui écrive, je m'inquiète avec son frère là ! »
« Oui, un peu. De temps à autres. »
Regulus réfléchit deux secondes, puis se ravisa. Pas la peine de mentir. Surtout à Lux. Ils avaient partagé trop de choses ensemble pour qu’il se laisse aller par ce sentiment d’oubli.
« Enfin, non. Tu sais comment elle est. Elle donne très peu de nouvelles, puis va venir m’engueuler en criant, que dis-je, en hurlant que c’est de ma faute tout ça… Que je ne fais aucun effort, que je ne suis qu’un abruti, qu‘un «Stupido comme elle le dit si bien, tu sais. C‘est Ciella quoi. »
Regulus faisait son petit fier, son petit roi, avec son comportement de je-m’en-fous-de-tout-et-surtout-de-toi, mais en réalité, il était apeuré. Effrayé que Ciella le laisse tomber, l’abandonne dans cette solitude qui lui était habituelle. Elle, qui aimait tant le voir souffrir, lui qui cédait à tous ses caprices de petites filles archi gâtées. Mais lui, qui l’aimait comme un fou, démesurément, aveuglement, impitoyablement. Elle l’avait rendu si faible, si faible d’amour que parfois il se demandait comment il supportait l’absence.
« Son frère, put‘ain. Je l‘ai rencontré. Il fait partie de la congrégation des grands salauds. Fais attention à ce que tu racontes sur lui dans tes lettres Lux, cela pourrait bien se retourner contre toi. »
Au contact de la main chaude et douce de Lux sur la sienne, Regulus frissonna. Cela faisait longtemps qu’ils n’avaient pas eu de contact aussi proches. Et Regulus n’y était plus habitué. Gêné, il retira sa paume, pour la glisser dans la poche de son survêtement. Le silence était de nouveau d’or, et Regulus crut avoir parlé trop vite. C’était difficile de retrouver les gestes, les rires, les paroles d’antan quand on avait passé plusieurs mois, voire années sans s’adresser la paroles. Bien entendu, Regulus n’avait rien demandé et avait été chagriné par cette séparation brutale et inattendue, mais il avait encaissé. Difficilement, mais avec l’aide de Nox, il était sortit du gouffre sans fin, et en était réapparu plus fort, plus endurci, mais à la fois tellement mélancolique. Rien que de le fait de le voir avec Ciella expliquait beaucoup de choses.
« Comment dire, tu sais, suite à ta lettre... j'ai réalisé beaucoup de choses. Je t'ai mis beaucoup de choses sur le dos à cause de mes propres appréhensions... Et je m'en veux sincèrement. »
Elle s’excusait ? Par Morgane, Lux Silvestri s’excusait ? Mais il allait bientôt neigé ! Ce n’était guère possible ! Enfin, ce n’était pas vraiment de plates excuses, mais Regulus saisit l’intention. Lux ressemblait décidément bien à son frère. Jamais elle n’avouerait ses tords, et préférait passer par un subterfuge pour en faire comprendre l’idée. L’orgueil, l’arrogance, pouvaient être une qualité, mais on les présente plus souvent comme étant de vilains défauts. Jamais elle n’admettrais qu’à l’époque, elle l’avait injustement blessé, outragé, calomnié. Elle avait cru en sa culpabilité, et l’avait méchamment repoussé. Mais Regulus était sacrément rancunier, et n’avait pas tout à fait avaler la pilule. Il l’a forcerait à s’excuser, ou bien, ce n’était même plus la peine qu’ils se fréquentent. Il avait énormément souffert de leur séparation, et n’était décidément pas près à passer l’éponge comme ça.
« Que veux-tu dire par là ? »
Soit elle laissait son orgueil de côté, soit elle pouvait dire adieu à leur réconciliation.
« C'est à moi non mais ! Ce truc est comme toi, mignon, mais insaisissable ! »
Regulus ne put s’empêcher de sourire. Une âme d’enfant dans un corps de femme. Et quel corps… Il l’avait souvent admiré, et même très fréquemment touché, et bien qu’il ne l’attirait plus sexuellement parlant, il gardait cette même grâce qui l’avait tant ému les premières fois. Mais même cette lueur malicieuse dans ses yeux l’empêchait d’y croire vraiment. Était-ce un moyen fallacieux pour qu’il baisse sa garde ? Panse leurs blessures, oublie leurs erreurs communes, efface ses noirs souvenirs ?
« Je le sais. Affreusement mignon. Insaisissable, sûrement pas. »
D’un geste rapide, il l’attrapa, et en deux trois mouvements, le petit balai volant se retrouva à sa place originelle, pendu au cou de la jeune Serpentarde.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Mer 9 Mar - 18:59

Les deux vipères terrées dans un coin humide s'élançaient alors dans une conversation à double tranchant. Il y avait cette face où ils tentaient de faire comme si de rien n'était, et l'autre, plus compliquée, plus sournoise, qui pouvait d'un instant à l'autre mettre fin à leur discussion, leur relation ? Si infime qu'elle soit à présent me direz-vous... Toutefois, il fallait l'avouer, les cachots étaient l'endroit idéal pour un instant de confession, à l'abri des autres, de leurs regards mais aussi et surtout de leurs oreilles... Lui avouer qu'il lui avait manqué ? Ce serait mentir. Elle l'avait détesté jusqu'à recevoir la lettre. Mais à l'instant présent, cette complicité retrouvée le temps de quelques minutes, lui ouvrait à nouveaux les yeux.

« Oui, mais non, moi, je joue dans la cour au-dessus ma belle, pas question de me rabattre sur des filles comme Tiking… Par Merlin, Lux, déconne pas ! Tiking ! Quand même pas ! Je préférais finir eunuque plutôt que de coucher avec elle, j’en ai des frissons dans le dos… » La brune ne pu s'empêcher de rire à sa remarque. Amusée, elle lui répondit :
«Ca serait une perte pour la gente féminine de Poudlard ! Et surtout pour Ciel' en faite... »

Lux se souvenait parfaitement de la première fois où elle avait rencontré Regulus. Nox lui avait parlé plusieurs fois de ce garçon avec qui il nouait des affinités. Puis un soir où Lux était déjà dans la salle commune, ils étaient arrivés riant aux éclats. Il fallait avouer que le duo avait fait tourner plusieurs têtes féminines... La brune avait perdu son regard vers eux, l'image parfaite de deux jeunes hommes insouciant, beaux, voulant croquer la vie. Lux avait d'avantage regardé celui qui accompagnait son frère qui regorgeait d'une rivalité certaine avec la beauté de Nox. Au départ, elle ne l'avait vu que comme l'ami de Nox, le très charmant ami de Nox devrions-nous préciser. C'est au fils des mois que leur complicité se révéla aussi, s'ouvrant vers d'autres sentiments. Mais les rumeurs allaient bon train. Une histoire de nom et non plus une histoire d'amour ?

« Oui, un peu. De temps à autres. Enfin, non. Tu sais comment elle est. Elle donne très peu de nouvelles, puis va venir m’engueuler en criant, que dis-je, en hurlant que c’est de ma faute tout ça… Que je ne fais aucun effort, que je ne suis qu’un abruti, qu‘un «Sta zitto comme elle le dit si bien, tu sais. C‘est Ciella quoi. »

Lux eu un léger sourire. Elle adorait Ciella pour son caractère volcanique. Les deux jeunes femmes ne cessaient de se crêper le chignon pour rire deux minutes après. Légèrement moqueuse, Lux rétorqua avec un petit sourire.

Je trouve que Stupido ne te va pas si mal que ça ! Et puis, c'est pour ça qu'on l'aime Ciella, sinon, elle serait comme n'importe qui...

Ne pas dire de mal du frère de Ciella dans ses lettres ? Vu qu'à chaque lettre qu'elle lui écrivait, elle lui demandait si ce dernier ne lui avait rien fait... Pourquoi cela se retournerait-il contre elle ?

« Quoi, il lit donc son courrier ? »

Il fallait donc qu'il s'immisce partout ? Lux attendait avec impatience les vacances d'été avec l'espoir de pouvoir apercevoir la jolie blonde... Cela serait tellement plus simple que par hiboux échangés. La conversation se tourna alors de nouveau sur eux.

« Que veux-tu dire par là ? »

Lux eu un petit sourire et lui lança un regard coin, légèrement hautain. Il savait pertinemment ce qu'elle voulait dire. Nom d'une bouse, il était gonflé le petit Roi de s'attendre à d'avantage.

« Je veux dire que j'aurais dû te croire... Quand tu es passé à l'autre phase que celle où tu te disais 'Tiens, si je la mettais dans mon lit en plus c'est une Silvestri...'. J'aurais dû au moins t'écouter je le reconnais, mais je ne suis pas non plus la seule fautive...»

Il ne fallait pas oublier, que c'était pour cela qu'elle l'avait fuit. C'était plus facile d'avouer ses tords lorsque nous n'étions pas le seul fautif... Elle avait finit par le savoir, le beau jeune homme était un séducteur dans l'âme. Cela n'était pas tout à fait faux du moins au début, qu'il sortait avec qu'elle seulement pour son nom. Avoir les enfants de l'entraineur dans la poche n'était-ce pas une bonne porte d'entrée ? Et puis, c'était Lux, impulsive, rejetant ce qu'elle avait peur de trop voir. Elle inspira un instant. S'ils voulaient retrouver leur amitié, valait-il peut-être mieux percer l'abcès.

« Je ne sais pas comment te dire ça, ce n'est pas évident pour moi non plus... J'ai souffert de m'éloigner de toi, j'ai réellement eu mal quand j'ai cru ce qu'il se racontait, j'étais à des dragons d'imaginer que tu pouvais, avec le temps, avoir vraiment des sentiments... juste pour moi. » Elle marqua une pause. C'était plus facile par parchemin ces choses là. Elle remit une mèche de cheveux en place. Geste inutile, geste simplement nerveux.
« Même Nox était de ton côté... Il ne voyait pas que moi aussi j'avais mal. Il n'arrêtait pas avec ses ' Regarde ce que tu as fais à Regulus !' »

La brune s'arrêta un instant. Comment lui dire que quelque part au fond d'elle, elle l'avait fuit car elle avait eu peur de ses propres sentiments à son égard, peur de souffrir à cause d'eux, mais aussi peur de perdre sa liberté, que depuis elle fuyait les garçons, ne s'attachait jamais se complaisant de relations futiles et faciles ? Elle eu un sourire avant d'ajouter

« Encore maintenant il arrive à me le ressortir ! Je suis même pas bonne à caser me dit-il... Que j'aurais mieux fais de rester avec toi car au moins c'était une source fiable, non mais je te jure...»

Elle leva doucement les yeux au ciel. Pourquoi s'était-elle épanchée autant, elle qui parlait si peu de ces choses là en temps normal ? Ce n'était pas ça, l'amitié ? Il lui récupéra alors le pendentif et elle pu ainsi le remettre à son cou.

« Je le sais. Affreusement mignon. Insaisissable, sûrement pas. »

Cela voulait-il dire qu'il se laisserait saisir ? Cueillir au creux d'une amitié aussi étrange que celle de deux Serpentard ?

« Je vais t'avouer deux choses que je ne réserve qu'à Nox. Je... t'ai aimé et je suis, enfin je dirais plutôt, j'en suis désolée...»


Lui ou Nox au final, ils étaient si semblable...
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Mer 9 Mar - 22:35

Regulus s’en fichait un peu d’être terré dans les cachots, car la seule compagnie de Lux lui faisait extrêmement de bien mais en même temps tellement de mal. Ils avaient été éloignés pendant de nombreux mois. De nombreuses journées passaient à s’ignorer, à se regarder sans vraiment se voir, se rencontrer pour ne jamais se parler, se croiser sans même un mot amical. Une totale inimité. Non, peut-être pas. Seulement une profonde indifférence. Enfin, du côté de Regulus, pas tellement. Il avait réellement souffert de cette situation, et il se souvenait encore des longues soirées passées dans la déprime totale, avec pour seule compagnie Nox, qui était certes la meilleure personne pour le soutenir, étant son meilleur ami, et en même temps la pire, étant le jumeau de la fille qu’il aimait à l’époque. Il en avait passé des nuits à ruminer ses noires pensées, à se demander comment cela avait-il pu se produire, et surtout pourquoi. Ce pourquoi restait encore bien flou. Il n’avait jamais vraiment compris la raison de leur rupture, et ne la comprendrait peut-être jamais. Elle lui avait terriblement manqué durant tout ce temps, et même s’il avait du mal à l’admettre, il avait toujours vu Lux dans son frère, à chaque fois qu’ils se voyaient. Il ne pouvait s’en empêcher, car c’était devenu systématique... Ils se ressemblaient tant... Physiquement parlant, mais moralement parlant encore davantage.
Lux rit. Quel bonheur pour les oreilles du Serpentard ! Un timbre si clair, si doux, comme il l’avait toujours aimé. Il fallait dire aussi qu’il l’avait tant entendu auparavant qu’il y était habitué. Lorsqu’ils sortaient ensemble, il était toujours le premier à raconter des vannes stupides, à la chatouiller, à la porter comme un sac-à-patate, juste pour entendre ce rire. Et maintenant qu’il le réentendait à nouveau, cela lui faisait comme une boule à l’estomac, un petit chaud au cœur.
« Ca serait une perte pour la gente féminine de Poudlard ! Et surtout pour Ciel' en faite... »
« Oui, je sais... » dit-il en souriant à son tour. « Mais bon, je préfère tout ne pas perdre ma dignité en ne couchant qu’avec de belles et jolies filles. Quand même, je suis peut-être, -enfin j’étais- un sacré dragueur, mais j’ai une réputation à tenir. Mais s’il-te-plait, peut-on arrêter de parler de ça ? Ce n’est pas que cela me mets mal à l’aise... »
En fait, cela le gênait un peu de parler des filles avec lesquelles il avait couché devant elle, car elle en faisait partie, et il ne voulait pas qu’elle le prenne pour un Dom Juan qui sautait sur tout ce qui bougeait, et ne perdait pas la moindre occasion pour tirer son coup. D’ailleurs depuis Hannah Badenov dans les vestiaires, Regulus attendait. Et puis, maintenant il avait Ciella, et même s’ils avaient déjà passé une nuit ensemble, en tout bien tout honneur, il pouvait bien attendre. Mais il espérait que Ciella fasse de même. Ce n’était pas parce qu’ils sortaient « ensemble » qu’elle allait renoncer à ses pratiques avec d’autres hommes ? Si ? Regulus essayait de ne pas y penser. Car même s’ils s’aimaient, du plus profond de leur cœur, c’était difficile de vivre ainsi, l’un sans l’autre. Mais Ciella avait son caractère, et Regulus le sien. Même s’il était plus du genre à s’écraser devant les autres, enfin ceux qu’il aimait, il ne pourrait pas supporter ça... Regulus écouta sa réponse, et fut scandalisé !
« Quoi ? Moi ? Un Supido ? Je le suis moins qu’elle ! C’est vrai que si elle serait comme Tiking, ou pire comme Tetlan, je crois que je n’aurais jamais pu... Ciella, c’est Ciella. Et malgré tous ses défauts, car oui, elle en a, et je pourrais même t’en faire une liste longue comme le bras... Elle reste elle. Et je ne sais pas, quand je suis avec elle... C’est bizarre. Je l’aime c’est tout. »
Quoi ? Il l’aimait ? Mais qu’est-ce qu’il lui avait pris de dire ça ? Pris dans un tourment d’émotions, il avait avoué ça à Lux, en ayant très peu de tact. Il espérait qu’elle ne le prendrait pas mal... Ce n’était pas très malin de parler de la fille qu’il aimait devant une de ses ex’, et encore pire, devant la première fille qu’il avait vraiment aimé. Regulus se rappelait encore de leur toute première rencontre. Cela remontait à loin. Leur première année. Car Nox et Regulus avaient tout de suite sympathisé. L’amitié entre eux était née si naturellement que c’était quasiment rare de les voir l’un sans l’autre. Nox était son seul véritable ami. Il lui avait tout de suite parlé de sa sœur jumelle, et pendant des mois, il n’avait fait que de l’entrevoir. Il savait qui elle était, mais ne lui avait jamais parlé. Puis, un jour, Nox lui avait présenté. Déjà, à leurs onze ans, Lux était une jeune fille sacrement mignonne. Regulus ne lui avait pas prêté plus d’attention que cela, son cerveau d’enfant ne sécrétant pas encore d’hormones à cette époque. Mais plus les années défilaient, plus ils passaient du temps ensemble. Et plus, les courbes et les formes de la belle Serpentarde attirait le regard du jeune Black. Quand Regulus commença à fricoter avec sa jumelle, Nox ne voyait pas ça d’un très bon œil, mais tant que son meilleur ami et sa sœur étaient heureux, il l’était aussi. Après leur rupture, le moral dans les chaussettes, Regulus buvait et fumait énormément. Sans Nox, il ne savait pas s’il aurait remonté la pente.
« Franchement, cela ne m’étonnerait pas qu’il les lise ! Ciella t’en a déjà parlé ? Il la flique sans arrêt ! Elle n’a rien le droit de faire sans sa permission ! Il n’y a pas si longtemps que cela, elle a failli épouser un idiot d’italien apparemment très bien côté qui plaisait bien à son frère ! Un Put’ain de mariage arrangé ! Je te jure, il aurait fait ça... je.. je... Je ne sais pas ce que j’aurais fait, mais ça m’aurait rendu dingue. C’est certain. »
Regulus espérait tant la voir pendant les vacances de Pâques. A vrai dire, il ne prévoyait plus que cela... La vie à Poudlard était bien monotone, et encore heureux, il y avait Nox, Harry, ou même Caïn pour lui donner un peu de joie. Et maintenant, y aurait-il Lux ?
Vraisemblablement, elle avait parfaitement compris qu’il ne s’attendait à d’avantage que de simples excuses à moitié prononcées.
« Je veux dire que j'aurais dû te croire... Quand tu es passé à l'autre phase que celle où tu te disais 'Tiens, si je la mettais dans mon lit en plus c'est une Silvestri...'. J'aurais dû au moins t'écouter je le reconnais, mais je ne suis pas non plus la seule fautive... »
« Tu sais Lux, quand tu m’as plaqué, et que je me suis battu avec Nox, je pensais que tu comprendrais. Mais non. Nox avait bien saisi lui. Notre bagarre, ce n’était pas de la rigolade, et tu peux pas savoir à quel point j’ai eu mal à ce moment, mais ton frère a capitulé, je lui ai expliqué, et il a admis que j’avais raison. Sérieusement, je ne vois pas ce que j’ai à me reprocher... Si j’avais voulu de toi seulement pour la gloire, pour le renom, pour le piston, sérieusement, mon amitié avec Nox aurait suffit ! On passe le plus clair de notre temps ensemble ! On dors ensemble, on mange ensemble, on va en cours ensemble, on joue au Quidditch ensemble, on drague –enfin draguais pour moi – ensemble ! On fait tout ensemble. Je ne comprends pas pourquoi tu as cru que je me servais de toi. On était bons amis avant non ? Pourquoi en sortir ensemble aurait changer quelque chose pour moi ? C’est toi la fautive, Lux, que tu le veuilles ou non. »
Il était peut-être un peu cru dans ses mots, mais lui, savait que c’était la vérité. Elle l’avait fait souffrir, juste en écoutant les rumeurs, en se basant sur des suppositions, des hypothèses fallacieuses, en brisant son cœur.
« Je ne sais pas comment te dire ça, ce n'est pas évident pour moi non plus... J'ai souffert de m'éloigner de toi, j'ai réellement eu mal quand j'ai cru ce qu'il se racontait, j'étais à des dragons d'imaginer que tu pouvais, avec le temps, avoir vraiment des sentiments... juste pour moi. Même Nox était de ton côté... Il ne voyait pas que moi aussi j'avais mal. Il n'arrêtait pas avec ses ' Regarde ce que tu as fais à Regulus !' »
« Tu sais, lui, il a été là pour me relever dans les moments difficiles ! Peut-être bien que tu as souffert, je n’en doute pas car moi aussi ! Mais par Morgane ! Pourquoi avoir écouter ces rumeurs idiotes ? Pourquoi ne pas être venu m’en parler directement ! Je t’aurais démentis tout ça ! J’aurais été là pour t’expliquer ! Tu comptais tellement à mes yeux... Quand je t’ai perdu, c’était comme si j’avais paumé le gouvernail de mon navire tu vois... »
« Encore maintenant il arrive à me le ressortir ! Je suis même pas bonne à caser me dit-il... Que j'aurais mieux fais de rester avec toi car au moins c'était une source fiable, non mais je te jure... »
« Mais ne dis pas n’importe quoi ! C’est juste que il n’y pas ce que tu cherches à Poudlard... C’est vrai qu’avec moi... On a laissé passer notre chance... C’est dommage. Mais on ne va pas revenir là-dessus cent sept ans non plus... »
Regulus se perdit dans ses pensées. Lux était tellement étrange, tellement secrète, et c’éait en partie pour ça qu’il l’avait aimé. Ça oui, comme un fou.
« Je vais t'avouer deux choses que je ne réserve qu'à Nox. Je... t'ai aimé et je suis, enfin je dirais plutôt, j'en suis désolée...»
« Désolé ? Je ne comprends pas. »
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Sam 12 Mar - 21:02

La jeune Serpentard eu un sourire amusé alors qu'il lui avouait qu'il était gêné de parler de ses anciennes conquêtes en sa compagnie. Ce n'était pas quelque chose qui dérangeait la brune. Après tout, ce n'était pas comme si elle était toujours éprise de lui. Toutefois, en y pensant, elle ne se voyait pas non plus lui parler de ses flirts mais cela ne la choquait pas pour autant de l'en entendre parler. Lux prêtait facilement son oreille pour n'importe quel sujet. Elle ne s'étalait pas forcément sur sa propre expérience, mais était assez ouverte pour parler de tout et n'importe quoi... Amusée des remarques qu'il faisait, Lux ne pu s'empêcher de sourire et même de rire. Sensations étranges puisqu'elle avait pris l'habitude de le fuir, de l'éviter. Lorsque ceci n'était pas envisageable comme dans la salle commune, elle faisait simplement comme s'il n'était pas là.

« Quoi ? Moi ? Un Supido ? Je le suis moins qu’elle ! C’est vrai que si elle serait comme Tiking, ou pire comme Tetlan, je crois que je n’aurais jamais pu... Ciella, c’est Ciella. Et malgré tous ses défauts, car oui, elle en a, et je pourrais même t’en faire une liste longue comme le bras... Elle reste elle. Et je ne sais pas, quand je suis avec elle... C’est bizarre. Je l’aime c’est tout. »

De nouveau un sourire de la part de la brune. Cela lui était sorti tout seul et allé savoir pourquoi, la brune était heureuse pour lui. Dans le fond, elle avait toujours eu des sentiments amicaux très forts envers lui. A la seule différence, qu'elle le jalousa plusieurs fois d'avoir eu le soutient de Nox contrairement à elle...

« J'espère que ce sentiment perdura longtemps alors. Et ne sois pas gêné voyons, au moins je ne te descendrais pas en flèche dans ma prochaine lettre. »

Quand elle y pensait, Lux se disait que l'erreur qu'ils avaient commise, c'était d'être sorti ensemble. Cela avait gâché leur amitié plus sévèrement que tous les hasards n'auraient pu le prédire.

« Franchement, cela ne m’étonnerait pas qu’il les lise ! Ciella t’en a déjà parlé ? Il la flique sans arrêt ! Elle n’a rien le droit de faire sans sa permission ! Il n’y a pas si longtemps que cela, elle a failli épouser un idiot d’italien apparemment très bien côté qui plaisait bien à son frère ! Un Put’ain de mariage arrangé ! Je te jure, il aurait fait ça... je.. je... Je ne sais pas ce que j’aurais fait, mais ça m’aurait rendu dingue. C’est certain. »
Oh, et bien je ne savais pas qu'il était italien, mais oui elle m'a parlé de la superbe idée de son frère... Malheureusement, c'est comme ça dans nos familles, les femmes ne sont bonnes qu'à se taire et à réunir des familles entres elles...

C'était une idée vieille comme le monde, mais les sorciers n'avaient rien inventé. Comment faisait-on à la cours des rois pour réunir deux grands pays ? Les intérêts familiaux passaient avant les sentiments. Les jeunes femmes n'avaient rien à dire, quant aux mariés, ils avaient au moins le choix d'avoir plusieurs amantes sans que personne n'en soit outré. Cette idée de mariage arrangé contrariait grandement notre Serpentard. Par chance, ses parents ne lui avaient pas trouvé le mari idéal, pas encore du moins, mais mainte fois, comme des petites piques, ils lui avaient rappelé combien il était important de trouver un mari de bonne lignée... S'ils savaient qu'elle avait des aventures d'une nuit avec un sang-mêlé... Par Merlin s'ils savaient qu'elle avait laissé échapper une pierre précieuse comme Regulus. Ce dernier ne pouvait pas ignorer cela, lui même appartenant à l'une des plus grande famille mais aussi et surtout, ayant sa petite amie coincée à cause de cela. C'était en parti à cause de cela qu'elle ne voulait pas s'engager sentimentalement. Elle voulait être encore un papillon avant de se flétrir au bras de quelqu'un à tout jamais. Le sujet revenait lentement mais sûrement sur leur séparation?

« Tu sais Lux, quand tu m’as plaqué, et que je me suis battu avec Nox, je pensais que tu comprendrais. Mais non. Nox avait bien saisi lui. Notre bagarre, ce n’était pas de la rigolade, et tu peux pas savoir à quel point j’ai eu mal à ce moment, mais ton frère a capitulé, je lui ai expliqué, et il a admis que j’avais raison. Sérieusement, je ne vois pas ce que j’ai à me reprocher... Si j’avais voulu de toi seulement pour la gloire, pour le renom, pour le piston, sérieusement, mon amitié avec Nox aurait suffit ! On passe le plus clair de notre temps ensemble ! On dors ensemble, on mange ensemble, on va en cours ensemble, on joue au Quidditch ensemble, on drague –enfin draguais pour moi – ensemble ! On fait tout ensemble. Je ne comprends pas pourquoi tu as cru que je me servais de toi. On était bons amis avant non ? Pourquoi en sortir ensemble aurait changer quelque chose pour moi ? C’est toi la fautive, Lux, que tu le veuilles ou non. »
« Ma faute ? »

Elle s'était presque étranglée en répondant. Comme cela était facile pour lui de tout lui mettre sur le dos. Lux se releva coupant le contact entre eux et fit quelques pas avant de se tourner vers lui et répondre :

« Par la barbe de Merlin, Regulus ! J'ai reconnu mes tords, reconnais au moins les tiens ! On sait pertinemment que tu n'es pas sortie avec moi pour mon adorable caractère. Quelque part, c'était pour le prestige ! Nous avons couché ensemble avant d'être un couple. Ce n'est pas ce que font les gens amoureux. Ce n'est pas l'ordre logique ! Reconnais qu'au départ tu pensais qu'à une histoire d'un soir et pourquoi pas oui, te mettre en plus de ça la fille de l'entraineur dans la poche. Allons, on sait pertinemment qu'une fille qui ramène son copain à la maison attire plus d'attention. »

Non, vraiment, elle ne s'était pas attendu à cela. Pourquoi lui avait-il écrit des lettres pour avoir de ses nouvelles, si, c'était pour une fois la rencontrer, lui jeter une rancœur injustifiée ? Il ramenait tout à lui. Elle venait de faire un effort pour lui, reconnaître quelques unes de ses fautes et il s'amusait à enfoncer d'avantage le couteau.

« Tu sais, lui, il a été là pour me relever dans les moments difficiles ! Peut-être bien que tu as souffert, je n’en doute pas car moi aussi ! Mais par Morgane ! Pourquoi avoir écouter ces rumeurs idiotes ? Pourquoi ne pas être venu m’en parler directement ! Je t’aurais démentis tout ça ! J’aurais été là pour t’expliquer ! Tu comptais tellement à mes yeux... Quand je t’ai perdu, c’était comme si j’avais paumé le gouvernail de mon navire tu vois... »

Lux alla s'appuyer contre le mur en face de lui et se prit la tête entre les mains fermant les yeux. Au nom de tous les Trolls, cette conversation n'avait ni queue ni tête.

  «Je n'ai aucune envie de te blesser Reg' mais ta réputation à l'époque n'était pas des moindres. Quelque part, cela m'a ouvert les yeux ! J'ai le droit d'avoir été blessé à cause de cela. De me dire, que notre relation reposait sur ça, je ne pouvais pas. C'était une vérité que j'ai voulu me cacher et quand je me la suis prise en pleine figure j'ai été blessé. Et si j'ai eu trop de fierté, toi aussi ! Encore maintenant tu ne veux pas le reconnaître ! »

Se voilait-il la face comme elle l'avait fait quelque temps auparavant ? Pourquoi n'admetait-il pas la vérité ? C'était une facette de lui qu'il tentait d'effacer ?

« Mais ne dis pas n’importe quoi ! C’est juste que il n’y pas ce que tu cherches à Poudlard... C’est vrai qu’avec moi... On a laissé passer notre chance... C’est dommage. Mais on ne va pas revenir là-dessus cent sept ans non plus... »
« Non, bien sûr on ne va pas y revenir cent sept ans Regulus, je veux juste te dire que Nox n'a pas été tendre avec moi et je te trouve particulièrement injuste dans ton jugement ! »

Et alors qu'elle lui avait laissé une phrase remplie de sous entendu, il du lui avouer qu'il n'avait pas saisi.

  « Désolé ? Je ne comprends pas. »

Elle s'approcha doucement et s'accroupit face à lui.

  « Je n'avoue mes sentiments qu'à des personnes que j'estime autant que Nox, et je ne m'excuse qu'auprès de celles-ci. Si mes paroles ne sont pas assez profondes et sincères pour toi, je ne peux pas mieux petit Roi»
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Dim 13 Mar - 12:08

La conversation tournait au vinaigre, et n’avait ni queue ni tête, elle était sérieusement stupide cette conversation. Parler de toutes les filles que Regulus avait mis dans son lit... Oulala ! Il pouvait en faire une liste longue comme le bras... Depuis toujours, comme Sirius, il avait attiré les filles, et il en avait joué bien entendu. Son charme irrésistible lui avait permis de satisfaire tous ses fantasmes les plus fous... Mais discuter de ça comme cela, comme si de rien n’était, devant elle... Non, il ne pouvait pas... C’était trop difficile... Car il savait bien, quand il la regardait, il savait qu’une petite partie de son cœur continuait d’aimer le petit bout de femme qu’elle était devenue. Parfois quand il la voyait et qu’il se souvenait de leurs quelques bons moments passés ensemble, il éprouvait comme un pincement de cœur, des regrets peut-être... C’était certain que ce n’était pas le cas de Lux, elle qui l’avait largué comme on jette un vieux balai. De toute manière elle était comme ça, et c’est ce qui faisait son charme... Elle étalait peu sa vie, attendant plutôt que se soit les autres qui le fassent... Il se souvenait de toutes leurs conversations, ou Regulus pouvait tenir plusieurs minutes avec de longues tirades, d’interminables monologues sans fin où il racontait sa vie. Comment avait-elle pu ne pas s’endormir ? Alors que les pensées de Regulus dérivaient, il leva la tête pour l’admirer. Elle riait. Encore. Regulus sourit à son tour. Comment avait-il pu survivre à ça ? La regarder de loin était devenu une sale habitude. Il n’avait pas été capable de lui avouer qu’elle lui manquait avant les lettres qu’ils s’étaient envoyés. Nox lui, avait bien comprit le petit manège de Regulus, qui ne pouvait s’empêcher de regarder Lux de temps à autres, dans la salle commune, en poussant un léger soupir... Nox avait bien essayé de le convaincre d’aller lui parler, mais c’était trop dur, trop frais, trop étrange... Lux avait l’air heureuse qu’il est trouvé en la personne de Ciella autre chose que de l’amitié. Le Serpentard savait qu’elles entretenaient toutes les deux une amitié particulière, et parfois, jalousait Lux d’avoir plus de nouvelles d’elle que de lui. Mais apparemment, comme lui, les lettres de Ciella se faisaient rares ces derniers temps...
« J'espère que ce sentiment perdura longtemps alors. Et ne sois pas gêné voyons, au moins je ne te descendrais pas en flèche dans ma prochaine lettre. »
« Je l’espère je l’espère... »
Mais ce que Lux ignorait, c’était l’étrange vision qui s’était emparé de Ciella et de lui-même lorsqu’ils s’étaient vu pour la dernière fois... Regulus y pensait tous les jours, et tous les jours, il avait un peu plus peur. Et si la vision était réelle et si elle se produisait vraiment ? Regulus secoua la tête ! Non, il ne pouvait s’y résoudre à y croire... C’était trop douloureux, trop difficile, et cela faisait trop mal. Trop de souffrance encaissée ce jour là, trop de douleur aussi, trop de rancœur, trop de d’incertitude.
«Oh, et bien je ne savais pas qu'il était italien, mais oui elle m'a parlé de la superbe idée de son frère... Malheureusement, c'est comme ça dans nos familles, les femmes ne sont bonnes qu'à se taire et à réunir des familles entres elles... »
« Mais si voyons ! C’est dégeulasse ! Pourquoi en est-il ainsi ? Tu ne sais pas ce que vaut une femme en Italie, Lux. La vérité ? Rien ! Elles ne sont rien ! Les esclaves de leurs maris, rien d’autre ! La famille de Ciella n’échappe surtout pas à cette règle ! Surtout avec le frère taré qu’elle a. Cela doit être insupportable pour elle... »
Mais cela, Regulus le savait. Il n’ignorait pas non plus que les femmes de la haute société, de la haute bourgeoisie n’étaient apparentées qu’à de la vermine. Ce n’étaient même pas des êtres humains. Elles n’étaient vouées qu’à être mariée, faire des enfants, qu’à perpétuer la lignée. Comme les manières de Sang-Pur de sa famille en fait. Pourquoi sa mère avait épousé son père à votre avis ? Ce n’était certainement pas de l’amour, ça non. Elle avait assuré son avenir, et sa race. Juste ça. Se marier avec un bon parti. Voilà. C’était tout.
« Ma faute ? »
« Oui, ta faute. »
« Par la barbe de Merlin, Regulus ! J'ai reconnu mes tords, reconnais au moins les tiens ! On sait pertinemment que tu n'es pas sortie avec moi pour mon adorable caractère. Quelque part, c'était pour le prestige ! Nous avons couché ensemble avant d'être un couple. Ce n'est pas ce que font les gens amoureux. Ce n'est pas l'ordre logique ! Reconnais qu'au départ tu pensais qu'à une histoire d'un soir et pourquoi pas oui, te mettre en plus de ça la fille de l'entraineur dans la poche. Allons, on sait pertinemment qu'une fille qui ramène son copain à la maison attire plus d'attention. »
« Je ne vois pas tellement ce que j’ai à me reprocher, Lux ? Qu’ai-je à me reprocher, je t’en prie, dis-le moi, parce que je ne te comprends pas. Tu sembles toujours croire que si je t’ai embrassé le premier soir, si nous avons fait l’amour, ce n’était certainement pas pour ça ! Et puis, tu me reproches ça, mais ose me dire que tu n’étais pas consentante ? Tu le voulais autant que moi ! Non, si je voulais une histoire d’un soir, je ne me serais jamais tourné vers toi, que fais-tu de notre amitié ? Tu crois peut-être que j’aurais tout sacrifié comme ça ? Juste pour un coup d’un soir ? Réfléchis un peu ! Je suis profondément blessé par tes paroles... Mettre la fille de l’entraineur dans la poche ? Mettre la fille de l’entraineur dans la poche ? ... Et puis quoi encore ! Tu penses vraiment que je suis comme ça ? Si manipulateur ? Avec ceux dont j’en ai rien à foutre pourquoi pas, mais avec toi ? Avec Nox ? Ouvre les yeux, Lux. »
Regulus savait qu’elle lui en voudrait, qu’elle se demanderait comment ils pouvaient enterrer la hache de guerre si il lui reprochait tout ? Il y avait peut-être été un peu fort, c’est vrai... Mais Non, vraiment, elle ne s'était pas attendue à cela. Et il l’avait remarqué. Elle se leva si brusquement que Regulus crut qu’elle partait, et si elle l’aurait regardé à ce moment là, elle aurait sentit toute la souffrance que lui causait cette séparation, mais finalement, elle s’assit juste plus loin. En face de lui. Il pouvait au moins l’observer comme avant. Les yeux fermés, elle paraissait outrée. Regulus savait qu’il était très rancunier, et qu’il pouvait être une vraie peau de dragon quand il s’y mettait...
« Non, bien sûr on ne va pas y revenir cent sept ans Regulus, je veux juste te dire que Nox n'a pas été tendre avec moi et je te trouve particulièrement injuste dans ton jugement ! »
« Comment ça ? Il n’a pas été tendre ? »
Il souhaitait en savoir plus sur ça. Nox avait toujours témoigné la plus grande affection pour sa sœur, et le premier garçon qui l’approchait sans son autorisation avait le droit à son poing dans la figure. Regulus était plutôt bien placé pour le savoir. A sa question « Désolé ? Je ne comprends pas. », Lux lui répondit en s’approchant de lui :
« Je n'avoue mes sentiments qu'à des personnes que j'estime autant que Nox, et je ne m'excuse qu'auprès de celles-ci. Si mes paroles ne sont pas assez profondes et sincères pour toi, je ne peux pas mieux petit Roi»
Regulus saisit alors. Elle était forte Lux, mais seulement que de l’extérieur. A l’intérieur, elle brûlait d’un feu difficile à maîtriser, et que peu de personne ne pouvait apprivoiser. C’était en partie pour ça qu’il était follement tombé amoureux d’elle. Elle était si belle, et son caractère flamboyant lui avait tout de suite plu. Il ne savait plus quoi dire. Les paroles lui manquaient, et elle était là... Si proche de lui... Délicatement, sa main vint caresser sa joue. Aussi douce que dans ses souvenirs. Poussé par un besoin insatiable, il l’attira vers elle et la serra dans ses bras. Il sentait l’odeur enivrante de son cou, le parfum exquis de son shampoing, la douceur inébranlable de ses cheveux, la chaleur de ses bras. Autant de sensations qui lui avaient manqués... Dans un murmure, il lui dit :
«Pardonne-moi. »
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Dim 27 Mar - 1:30

La première fois que Lux avait vu Regulus, ils étaient de petits gamins mais il fallait avouer que même haut comme trois lutins farceurs, il avait toujours eu cette frimousse qui donnait envie à la brune de sourire. Combien de fois s'était-elle perdue dans ses yeux si argentés ? Combien de fois s'était-elle adonné au plaisir discret de l'observer ? Elle se souvenait des ses heures passées à discuter en sa compagnie. Elle adorait l'écouter raconter ses humeurs, ses aventures. Il la faisait souvent rire. De fils en aiguille leur amitié avait mué en quelque chose de différent. Quelque chose que Lux n'aurait jamais avoué ou seulement à demi mot. Des sentiments qu'elle n'avait jamais ressenti pour personne. Sentiments qu'elle refoulait si elle les sentait venir pour qui que ce fut. Une peur ? Certainement. Depuis cette relation avec l'ardent Serpentard, la jolie brune ne s'était jamais autorisée à s'éprendre de qui que ce soit. Bien mieux étaient les petits jeux de flirt, de chat et la souris. Oh oui... Ça, cela l'amusait beaucoup les périodes de séduction et puis, sans crier garde, elle s'en allait virevolter ailleurs. Il y avait eu comme un ''avant et après Regulus''. Il paraît que l'on oubli jamais sa première histoire d'amour.

Observant le jeune homme tandis qu'ils discutaient, le petit garçon avait disparu. Ses traits, ses gestes, sa carrure. Elle eu un petit sourire se souvenant encore de lui au côté de Nox durant leur première année. Lui aussi devait se dire qu'elle avait bien changé. Il avait changé. Pas uniquement physiquement... Au début, il était si, prétentieux. Petit roi de Serpentard est un rôle qui lui va comme un gant. C'est sa personnalité insondable et si torturée qui avait fait que Lux s'était attachée lui. Derrière ses airs de prince, il avait ce caractère insaisissable voir même complètement incompréhensible... Et alors qu'elle n'avait jamais été aussi proche de lui, elle avait cru apercevoir le vrai Regulus. Il fallait l'avouer, elle l'avait aimé pour tout cela. Parce que lui même avait su plus ou moins la cerner. Même si elle l'avait fuit, elle l'avait eu des sentiments pour lui. Ces mêmes sentiments qui lui avait fait trop peur. Elle avait toujours eu peur des relations sérieuse, trop peur de perdre le peu de liberté qu'elle avait.
« Mais si voyons ! C’est dégeulasse ! Pourquoi en est-il ainsi ? Tu ne sais pas ce que vaut une femme en Italie, Lux. La vérité ? Rien ! Elles ne sont rien ! Les esclaves de leurs maris, rien d’autre ! La famille de Ciella n’échappe surtout pas à cette règle ! Surtout avec le frère taré qu’elle a. Cela doit être insupportable pour elle... »
« Je sais Regulus, je sais... Que crois-tu que je représente aux yeux de mon père par rapport à Nox ? Mais j'ai de la chance, il ne me cherche pas de mari. Tu me diras, si je devais tomber éperdument amoureuse d'un sang mêlé, je sais pas ce qu'il ferait ! »
Elle avait terminé sa phrase sur un ton amusé pour tenter de distraire Regulus qui semblait souffrir rien que de penser au destin de Ciella. Si nous pouvions parler de destin... Toutefois Lux avait parlé sous l'humour mais dans le fond, c'était une vraie question pour elle. Plus le temps passait, plus elle s'intriguait sur les principes de sa famille, mais elle n'osait en faire part... Par Merlin, Regulus aussi avait des idées bien tranchées sur le sujet. Il ne lui restait plus que Ciella à qui se confier. Mais la pauvre avait déjà bien à faire avec ses aventures...
« Je ne vois pas tellement ce que j’ai à me reprocher, Lux ? Qu’ai-je à me reprocher, je t’en prie, dis-le moi, parce que je ne te comprends pas. Tu sembles toujours croire que si je t’ai embrassé le premier soir, si nous avons fait l’amour, ce n’était certainement pas pour ça ! Et puis, tu me reproches ça, mais ose me dire que tu n’étais pas consentante ? Tu le voulais autant que moi ! Non, si je voulais une histoire d’un soir, je ne me serais jamais tourné vers toi, que fais-tu de notre amitié ? Tu crois peut-être que j’aurais tout sacrifié comme ça ? Juste pour un coup d’un soir ? Réfléchis un peu ! Je suis profondément blessé par tes paroles... Mettre la fille de l’entraineur dans la poche ? Mettre la fille de l’entraineur dans la poche ? ... Et puis quoi encore ! Tu penses vraiment que je suis comme ça ? Si manipulateur ? Avec ceux dont j’en ai rien à foutre pourquoi pas, mais avec toi ? Avec Nox ? Ouvre les yeux, Lux. »
  « Je n'ai jamais dis ça, je n'ai jamais dis ça. Bien sûr que je l'étais. J'ai eu peur Regulus... Ce n'est pas évident de te cerner et je ne sais pas... J'ai cru éviter de souffrir en faisant ainsi. Et cela a été totalement l'inverse. Maintenant quand je t'entend me dire tout ça, je me trouve idiote... Mais je reste persuadée qu'au fond je n'ai pas si tord, qu'au départ cette relation ne partait pas sur des sentiments honnêtes... J'ai toujours été sincère avec toi, même quand je ne te parlais plus. J'étais blessée. Ta lettre, c'est comme un vif d'or qui a traversé mes pensées, qui m'a ouvert les yeux. Je crois à ta sincérité sur cette relation. Je crois maintenant tu m'avais réellement aimé ensuite. Ce que j'ai refusé de croire à l'époque... »
Nom d'un Troll, cela était loin d'être évident de tout mettre à plat, de percer le furoncle...
« Comment ça ? Il n’a pas été tendre ? »
Elle se mordit légèrement la lèvre. La relation qu'elle avait avec Nox avait toujours été fusionnelle. Ils s'amusaient du regard des autres faisant exprès d'être tendancieux l'un avec l'autre. Le soir, quand ils en parlaient, ils étaient complètement mort de rire. Mais dans cette histoire, elle aurait préféré qu'il ne s'en mêlent pas. Il avait d'abord prit parti pour elle, en allant se battre avec Regulus. Puis il s'était rangé de son côté à lui. Et ne pouvant pas casser la figure de sa propre sœur, il lui avait souvent lâcher des remontrances à ce sujet.
« Il m'en voulait de t'avoir fait souffrir... t'avoir failli ruiner votre amitié. Il m'a souvent fait des piques... A la Nox quoi ! »
Mais alors qu'elle s'était rapprochée pour lui expliquer ses pensées, Lux pu de nouveau admirer son regard. Seul lui allait pouvoir décidé de leur entente prochaine. S'il refusait d'accepter ce qu'elle venait de lui confier, il ne pourrait plus jamais y avoir de soirée au coin de la cheminée. Elle pourrait au moins se dire qu'elle aurait tenté le tout pour le tout...

Sa main vint alors lui caresser la joue. Surprise par ce geste inattendue, Lux ferma les yeux un instant. Puis, aussi étonnamment que cela puisse paraître la brune se laissa aller dans les bras du Petit Roi qui l'attirait vers lui. Elle passa ses bras autour de son cou profitant un instant de ses bras protecteurs, de son odeur qui lui était si familière. Il lui murmura alors à l'oreille des mots qu'elle n'aurait cru entendre de sa part. Elle ne pu alors retenir quelques larmes montées aux yeux. Il était là, le Regulus qu'elle connaissait. Celui qu'elle avait aperçu sous une de ces multiples facettes. Il était si déroutant... Toujours niché au creux de son cou, elle lui répondit doucement :
« Tu m'as manqué Petit Roi.»
Elle s'écarta doucement pour pouvoir le regarder de nouveau dans les yeux. Quelques larmes avaient roulé sur son visage de porcelaine. Larmes d'émotions trop fortes pour la demoiselle. Elle déposa un baiser salé sur la joue. Baiser qu'il lui avait donné au début de cette rencontre qu'elle ne lui avait pas rendu. Avec un petit rire, elle lui lança alors :
«C'est malin ça, tu me fais pleurer maintenant ! »
Elle lui donna alors une petite tape sur l'épaule. Par Merlin, à l'instant même, elle réalisait à quel point sa présence, son amitié lui avaient manqué. Après tout, il s'entendait si bien avec Nox, qu'ils étaient presque similaire. Presque similaire dans le coeur de Lux qui n'avait jamais oublié qui il était ce Petit Roi.
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Mar 29 Mar - 13:53


« Ce n'est pas la lumière qui manque à notre regard,
c'est notre regard qui manque de lumière. »

Cela ne servait à rien de nier. Regulus en avait vu de toutes les couleurs avec Lux. Depuis toujours, il y avait eu entre eux d’eux cette complicité, cette amitié, cette affection soudaine. Il n’y avait qu’eux quatre qui comptaient réellement. Lux, Nox, Nate et Regulus. Les inséparables, le plus souvent rejoint par la douce et cruelle Ciella. Ils formaient un groupe indissociable. Voir l’un des compères sans un des quatre autres ? Improbable, voir impossible. Etre ensemble, c’était comme une seconde famille. Malheureusement, cette amitié était désormais brisée... et Regulus en était malheureux. Ne demeurait plus que Nox et Regulus. L’accident de Nathanaël, le départ de Ciella, la rupture entre Regulus et Lux... avaient tout précipité.

Lorsque Nathanaël était tombé de son balai, un monde s’était écroulé. Ce jour là, blessé au poignet, Regulus ne jouait pas, pour la première fois depuis longtemps, il assistait au match dans les tribunes. Regulus l’avait vu tomber, d’abord il avait cru que ce n’était qu’une blessure comme tant d’autres... Ils étaient si souvent passés à l’infirmerie tous les trois que l’infirmière leur demandait même parfois s’ils ne souhaitaient pas prendre un abonnement. Il était très habituel que Nate, Regulus et Nox passent leurs après-midi entiers au terrain. Mais là, c’était différent. Le Cognard frappa Nathanaël de plein fouet, et une expression horrifiée apparue sur le visage de Regulus. Lorsque son corps toucha le sol, il y eut un bref silence, puis un étourdissant vacarme. Sans s’en rendre vraiment compte, il descendit des marches à toute vitesse et se retrouva près de lui au même moment où Nox descendait de son balai. Les secours arrivèrent. Et le pronostic, quelques jours plus tard. Ils n’étaient plus le trio bagarreur, querelleur et dragueur qu’ils étaient alors. La vie avait changé. Une déchirure pour tous.
Le départ de Ciella ? N’en parlons même pas !
Mais la séparation entre Lux et Regulus avait été difficile, extrêmement difficile. Lui, d’ordinaire si froid, si antipathique, si flegmatique, si... quoi horrible ? Insociable ? Peut-être bien. Donc comment lui en était-il arrivé à s’abaisser à de telles pratiques ? Pleurer ? Il avait tenté de rester stoïque face à la nouvelle mais après la bagarre entre lui et Nox. Il avait craqué. Mais avoir pour meilleur ami le jumeau de la fille qu’il aimait était également une sacrée épreuve. Mais Lux n’en avait jamais rien su. Du moins, il l’espérait. Pendant plusieurs semaines, il n’avait pu vraiment été lui-même. Mais il avait désormais surmonté ça, et avait Ciella. Le passé était le passé, et il était inutile de remuer la spatule dans le chaudron de nouveau. Au début Regulus pensait que la haine de la jeune fille n’était que passagère, mais elle ne l’était pas, et était demeuré inchangée pendant de longs mois. De longs mois pendant lesquels Regulus avait souffert, mais également appris à vivre sans elle. Et maintenant, la revoir après tout ce temps... Lui reparler... Ressentir de nouveau son odeur... Entre de nouveau sa voix... Le cœur de Regulus était bien malmené.

Bien entendu, Lux n’était plus la toute petite fille qu’il avait connue. Elle n’avait plus cette petite bouille qu’il trouvait si mignonne à l’époque. Elle était devenue une femme. Et quelle jolie femme ! Combien de fois l’avait-il observé ? Son doux visage, ses cheveux volant au vent, les courbes de ses hanches ? Ce n’était même plus mesurable. Mais ce que Regulus regrettait le plus, c’était d’avoir en quelques sortes briser sa vie. Depuis qu’ils n’étaient plus ensemble, Lux n’était jamais ressorti avec personne. Des petits moments de drague, de flirt parfois, mais c’était pour mieux tenir la gente masculine loin d’elle et il le savait. Il n’était pas non plus idiot. Il avait passé presque cinq ans près d’elle, et même plus auprès de son frère. Ils n’étaient pas si différents l’un de l’autre, les jumeaux. Lux, il la connaissait comme si elle était sa sœur. Ils n’avaient pas passé un moment ensemble depuis... des mois entiers. Et ça lui avait fait comprendre à quel point cela lui avait manqué. Ils auraient préféré qu’ils se disputent, qu’ils se cherchent, plutôt que cette indifférence malhonnête.

Pourquoi toujours revenir à Ciella ? Rahhh... Regulus n’en pouvait plus de parler d’elle. Il fallait qu’il change de sujet. La blessure qu’il avait dans le cœur était suffisamment ouverte et entaillée, il ne voulait pas encore en raviver les flammes.
« La vie est parfois injuste. Je peux te conseiller. Je connais pleins de gars très bien... Parce qu’apparemment, tu ne choisis que de parfaits imbéciles... et cela m’inclut également. »
Regulus ne trouvait pas vraiment la blague de Lux amusante, mais il comprenait l’intention. Heureusement que la famille Black n’avait pas encore choisit pour lui une épouse... Qu’est-ce qu’il ferait d’une épouse ? Cela ne sert strictement à rien ! Surtout une que l’on n’a pas choisit soi-même ! Il faut tester avant d’acheter ! Regulus choisirait sa femme, et pour le moment, pas question de lui parler mariage ! Il n’avait que seize ans merde ! Qu’est-ce qu’on sait de la vie à seize ans ?
« Pourtant, tu sembles tellement me reprocher tout cela... Tu crois peut-être que moi, je n’ai pas eu peur ? Cela n’a pas été évident non plus ! Mais j’ai fait avec, car si je me souviens bien, c’est toi qui ma laissé tomber alors que j’étais éperdument amoureux de toi. Je ne veux pas te blâmer, car maintenant, tout est terminé entre nous, mais sache que je regrette. Je regrette d’avoir attendu si longtemps pour te parler, et je reconnais que je suis de mauvaise foi, et que moi aussi, j’aurais du tenter de faire quelques pas vers toi, au lieu de rester frustrer dans ma peine et ma douleur, mais surtout dans mon orgueil. Je voulais que ce soit toi qui t’excuses la première, mais tu n’es jamais venu. A mon plus grand regret. »
Il l’a vit mordre sa lèvre inférieure. Regulus sourit. Elle faisait toujours cela lorsqu’elle était embarrassée. Comme quoi, elle n’avait pas vraiment changé. Il savait quelle genre de relation Nox entretenait avec sa jumelle, et il ne l’imaginait pas lui faire du mal, la frapper ou quelques choses dans ce genre-là. Lorsqu’elle lui exposa les faits, il saisit.
« Oui, je vois bien. Nox fait tout dans la subtilité. Tous dans les regards. N’est-ce pas ? Je comprends aussi. C’est vrai qu’il t’en a voulu. Enormément. Mais il était extrêmement déçu. Tu sais, il s’était fait à l’idée que je devienne son nouveau beau-frère. Il en aurait été heureux. »
Pourquoi tout était si compliqué ? Il savait que la décision finale lui appartenait. En même temps, il lui en voulait à mort, mais il voulait avoir de nouveaux de longues ballades dans le parc, de longues soirées près du feu, de longues conversations avec Nox, de longs moments passés ensemble en bref. Les yeux de la belle Lux se fermèrent doucement, et il pu admirer son joli fard à paupières. Mais alors qu’elle était dans ses bras, une foule de sensations et de sentiments l’envahirent... Etre Blotti ainsi dans des bras si familiers lui rappela à quel point il l’avait aimé. Doucement, il sentit une goutte d’eau glissait sur sa main. Y avait-il des fuites dans le cachot ? Il releva la tête et aperçu de vilaines larmes sur le si beau visage de sa Lumière.
« Tu m'as manqué Petit Roi.
«A moi encore plus... »
Il ne saisissait pas très bien pourquoi elle pleurait, mais il était certain d’une chose : lui, ne pleurerait pas. Il en avait trop souffert. Mais la voir ainsi, brisa une partie de son cœur. C’était douloureux, de voir de fines gouttes argentées sur ses joues.
« Arrête, ton Mascara va couler... Enfin, c’est trop tard maintenant... »
Doucement, il essuya de ses doigts les dernières larmes, source se son chagrin, mais en même temps, d’un bonheur retrouvé. Il n’avait jamais vraiment oublié qui elle était. Elle était toujours la même. Elle n’avait pas changé. Elle était toujours sa Lumière.

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Mer 27 Avr - 13:37

|Trois mois après |

Grand nombre de personnes traitaient les Serpentard de lâche et il fallait l'avouer, s'il y avait un point de départ à leur histoire chaotique, c'était bien la lâcheté. Lâcheté, car Lux avait cédé aux commérages, à ses appréhensions plutôt que d'écouter ses sentiments. Lâcheté, car Regulus s'était enfermé dans sa colère. Lâcheté de leur part car ils avaient été aussi borné l'un que l'autre. Mais qu'est donc madame Lâcheté sans mademoiselle la Peur ? Finalement, n'était-elle pas le maitre mot des relations qu'ils entretenaient avec leurs camarades ?

Toutefois, si Lux n'était pas bien courageuse, elle était souvent prête à tout pour aider un ami et lui rester fidèle. Un peu rancunière, elle n'avouait ses tords qu'à demi-mot. Pourtant, nous ne comptions plus le nombre de fois où la jolie brune avait tempêté, rouspété après le premier venu. Que se fusse Regulus, Nox ou même Ciella, pas un n'avait échappé un jour à crise passagère. Pas courageuse mais toujours le mot qui faut pour envoyer promener... Et cela, elle savait très bien le faire. Avec sublime même... Mais tenace était peut-être ce qui la qualifiait le mieux. Une chose avait mis en rogne notre Serpentard, l'ignorance de Regulus envers Nath'. Cette dernière n'avait jamais rien lâché pour tenter de retrouver son ami. A bien y penser, leur petit groupe avait éclaté, tout comme la situation du pays. Cette peur de l'inconnu, de cette cécité, elle l'avait surmonté pour lui. Mais pas pour elle...

L'après Regulus ne fut pas évident pour la petite Lumière non plus. Elle s'était sentie trahi, avait souffert d'avoir donné aussi facilement son cœur. Depuis, elle avait gardé celui-ci bien enfermé. Souffrir une fois mais pas deux... Et puis c'était amusant de flirter non ? Regardez où cela avait amené Anna de s'être fiancée... Elle avait bien le temps de trouver le grand amour...
« La vie est parfois injuste. Je peux te conseiller. Je connais pleins de gars très bien... Parce qu’apparemment, tu ne choisis que de parfaits imbéciles... et cela m’inclut également. » Amusée par la remarque Lux lui adressa un franc sourire. « Je serais curieuse de savoir qui sont les imbéciles dont tu parles, enfin toi ce n'est pas une nouveauté ! »
Elle tira légèrement la langue pour le narguer. Cet aparté de discutions laissait place à l'orage, puis à la pluie... Tout au long de cet échange, Lux avait l'impression que finalement, elle n'avait été que l'unique responsable de tout cela, alors qu'elle avait toujours été persuadé que c'était lui. Elle avait fuit si facilement quelqu'un qui au-delà des sentiments amoureux de l'époque lui avait apporté beaucoup en amitié.
« Pourtant, tu sembles tellement me reprocher tout cela... Tu crois peut-être que moi, je n’ai pas eu peur ? Cela n’a pas été évident non plus ! Mais j’ai fait avec, car si je me souviens bien, c’est toi qui ma laissé tomber alors que j’étais éperdument amoureux de toi. Je ne veux pas te blâmer, car maintenant, tout est terminé entre nous, mais sache que je regrette. Je regrette d’avoir attendu si longtemps pour te parler, et je reconnais que je suis de mauvaise foi, et que moi aussi, j’aurais du tenter de faire quelques pas vers toi, au lieu de rester frustrer dans ma peine et ma douleur, mais surtout dans mon orgueil. Je voulais que ce soit toi qui t’excuses la première, mais tu n’es jamais venu. A mon plus grand regret. » A ses paroles, Lux se mordit de nouveau légèrement la lèvre. Elle prit une légère inspiration.
« Je m'en veux parfois d'être aussi butée tu sais... Puis tu me connais, niveau orgueil, je suis aussi douée que toi pour ça... Mais jusqu'à lors, déjà que je suis pas du genre à m'excuser, je ne voyais pas pourquoi j'aurais eu à le faire et je me complaisais là dedans car c'est toi qui a tenté de renouer. Pour moi, c'était comme si tu reconnaissais à moitié d'être le fautif, de te faire pardonner... J'ai vraiment été aveugle. C'est bien vrai, si seulement nous avions parlé ensemble plus tôt...»
Comme quoi, il fallait parfois qu'elle écoute son frère. Bien que ce dernier était loin d'être un modèle dans ses relations amoureuses. Lux ne comptait plus le nombre de filles avec qui il avait flirté et bien plus encore. D'ailleurs, Lux avait tendance à détester toutes les filles qui avaient eu le malheur de se frotter à lui... Demandez donc à Ciella comment Lux l'avait reçu au début ! Il avait beau n'être que son frère, elle était assez possessive, jamais une fille n'était assez bien pour lui encore moins les greluches avec qui il virevoltait.
« Ses regards et ses silences... Tu sais quand il te fixe et rien que là tu sais à quoi il pense, même s'il ne dit rien. Je préfère qu'on se crie dessus plutôt que de devoir supporter ça !»
Ce que Lux n'aimait pas dans tout cela ? Le fait que Nox la juge. Il était bien rare les fois où ils se disputaient. Ces derniers temps, chacun avaient ses petits secrets. Bien qu'ils furent toujours aussi fusionnels, quelque chose avait changé. La jeune fille bougonna alors :
« Puis beau-frère, on était pas marié non plus...»
Les deux garçons se considérait déjà comme deux frères à bien y penser et bien que Lux ronchonnait elle comprenait parfaitement ce qu'avait pu ressentir Nox. Au début, il n'avait pas été emballé par l'idée et lorsqu'il s'y était enfin fait...
« Tu m'as manqué Petit Roi. »
« A moi encore plus... »
« Tu sais Nox, t'as toujours considéré comme le frère qu'il n'a jamais eu. Cela fait que tu es un peu le mien aussi. »
Lux et l'art de dire les choses de manière détournée...

La petite lumière, pourtant bien habituée à cacher ses émotions, avait relâché un peu de pression. Ces deux petits mots, en particulier de la part de son Petit Roi, avaient réveillé un flot de sensations au plus profond d'elle même. C'étaient des larmes d'une joie certaine qui recouvraient quelques larmes de douleur. La douleur de s'être tenue éloignée ainsi de lui, de l'avoir fait souffrir. Lux avait été bien trop centrée sur elle même dans tout cela... Il y avait de quoi se remettre en question. Elle essuya à son tour les larmes qui avait coulé tentant au mieux d'effacer les traces de maquillage.
« C'est pas bien grave, tu m'as déjà vu dans des états bien pire que celui là. »
Elle eu un petit rire les souvenirs jaillissant dans sa tête. Depuis le temps qu'ils se connaissaient... Les soirées dans la salle commune des Serpentard étaient assez régulières. Et Lux ne tenait pas forcément l'alcool à merveille mais la liqueur de dragon était son péché mignon !
« Tu te souviens de la fois où avec Anna on était tellement joyeuses qu'on a fini les fesses par terre l'une à côté de l'autre et qu'on continuait de rire comme si de rien était ? J'en avais les larmes aux yeux. » Lux marqua une pause et poussa un léger soupir. « Tout cela me manque tellement. Comment notre petit groupe en est arrivé là ?»
Anna, Nath, Ciella, eux deux... Dénuée d'espoir, Lux lui demanda alors :
« Rien ne serait jamais plus comme avant n'est-ce pas ? »
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Sam 30 Avr - 22:33

De toute manière, même s’il ne l’avouait qu’à demi-mots, Regulus avait joué aux cons dans cette histoire. Il était vrai qu'il avait sa part de responsabilité, mais Lux n'y avait pas été de main morte non plus. Elle l'avait totalement laminé, elle lui avait épuisé toutes ses forces, il ne comptait plus le nombre de matins qu'il s'était réveillé la gueule enfarinée d'avoir trop bu la veille pour oublier sa peine... Et Nox qui le forçait à se lever, coûte que coûte... le tirant même du lit, le tapant, lui renversant un saut d'eau à la figure, lui jetant de multiples sorts... Il en avait eu du courage de s'occuper d'un mort vivant pendant plusieurs semaines. Au moins jusqu'à que Regulus se rende compte que cela servait strictement à rien de se morfondre, de s’enfermer dans son coin, de ne parler à personnes, que de toute manière sa belle lumière ne reviendrait pas. Alors, il s'était repris en mains, et maintenant, c'était à son tour de réveiller son ami.

La vie était devenue difficile sans Lux, mais il avait repris du poil de la bête. Regulus aimerait qu’ils puissent prendre un nouveau départ, et en ce moment, il était heureux car il semblait se rapprocher de son but.. Mais la Serpentarde était plus têtue qu’une bourrique ! Il savait que à l’époque leur histoire avait fait un petit scandale. On en avait beaucoup parlé, et les rumeurs étaient allés bon train! Et Lux les avait écouté. C’était surtout ça qui avait grandement blessé Regulus, qu’elle ne le croie pas. Après tout, n’étaient-ils pas bien ensemble ? Même s’ils avaient passé peu de temps tous les deux, leur couple avait été très porteur de ragots au sein de Poudlard, et on les avait regardés étrangement lorsqu’ils se promenaient dans les couloirs de l’école.

Mais maintenant, il était tellement borné, il avait fermé les yeux sur énormément de choses, et à cause de cela, il avait perdu des mois et des mois d’amitié avec une fille qu’il avait tant aimé ; avec qui il avait tant rit, avec qui il avait tant joué, avec qui il avait tant parlé, avec qui il avait partagé tant de choses… Regulus s’était enfoncé sous une montagne de souvenirs, mais désormais, il essayait de remonter à la surface.

Seulement, le jeune homme était maintenant déterminé à prouver à Lux qu’elle avait eu tord de s’éloigner de lui, et à lui prouver également qu’il avait eu tord de cautionner ça. D’accord, il aurait du faire des efforts lui aussi. Mais il n’était pas Sirius, et n’avait pas son courage. Parfois, il se demandait comment son frère réagirait à cette situation. Mais depuis qu’Anna était partie, Sirius n’était pas réellement un model de conduite. Surtout que les rumeurs dont il avait eu vent avaient été rendues publiques par le p’tit rat de Poudlard, qui prenait plaisir à colporter les ragots. Comme quoi la petite débauche entre Sirius et Sasha n’avait plus rien de très secret… Enfin, tout ça pour dire que Regulus n’était pas Sirius, et que Sirius n’était pas Regulus. Et qu’ils ne le seront jamais. Leurs destins sont depuis toujours étroitement mêlés, mais jamais ils ne se rejoignent, non, jamais.

Regulus n’était pas vraiment un garçon fréquentable. Il était fourbe, colérique, rancunier, insociable ( sauf pour draguer), manipulateur… Il ignorait toujours tout de l’existence humaine, il avait du mal à croire en un système de valeurs, et son esprit était corrompu. Et il le savait. Rares étaient les personnes qui pouvaient compter sur lui. Il les comptait sur les doigts de la main, mais Regulus avait un énorme défaut, dès que les choses devenaient difficiles, il se barrait. En courant, en volant, en nageant, n’importe comment mais il le faisait. Comme avec Nate. Il avait été incapable de gérer l’handicape de son ami. Et lorsque le jeune aveugle lui avait dit de partir, Regulus n’avait pas cherché à comprendre : il était parti. Un bien piètre geste pour cinq longues années d’amitié.

L’adolescence était un moment ingrat à passer. On pense très vite qu’on peut courir plus vite que le monde, qu’on est plus fort que tous les Gobelins et les Trolls réunis. On se croit invincible. Mais l’ennui, lorsque Lux avait rompu, en réalité c’était la première fois que Regulus se prenait une gifle pareille. Il regrettait d’avoir trop ouvert son cœur à sa petite Lumière, car elle avait simplement puisé dans son énergie vitale, et trop vite, il se trouva affaibli. Il avait maintenant hâte de partir de Poudlard, même s’il ne savait pas ce qu’il ferait une fois qu’il serait majeur, les A.S.P.I.C.S en poche… Mais peut-être qu’alors, il souffrira moins… Néanmoins, c’était ce qu’il espérait.
« Tu devrais pourtant comprendre que je préfère que tu restes seule plutôt que je te présente un garçon. Qu’importe l’homme que je te montrerai, où même que tu choisiras, car saches, qu’il ne sera jamais assez bien pour toi. »
Oui, Regulus pensait sincèrement qu’elle méritait ce qu’il y avait de mieux, et ce n’était certainement pas à Poudlard qu’elle trouverait son grand amour… Elle lui tira la langue tout en souriant. Regulus était ravi de retrouver la complicité qu’il avait avec elle. Le ciel s’éclaircissait à certains endroits mais il demeurait de nombreuses parts d’ombres, de nombreux nuages noirs… Tout n’était pas terminé.
« Toi ? Butée ? Mais tu étais pire que cela ma belle ! Tu t’es enfermée dans un orgueil totalement démesuré ! Je n’en demandais pas tant tu sais ! J’ai toujours su que ce n’était pas ton genre, de te confondre en excuses mais là…. Tu sais que je craque facilement… Surtout avec les gens que j’aime. Mais c’est ma nature. Quand Ciella et moi nous nous disputons, qui revient toujours en premier ? Ne compte pas sur notre charmante italienne pour faire le premier pas. Qui t’as envoyé cette lettre, Lux ? Je sais que je suis terriblement rancunier, mais j’en avais assez de me morfondre dans mon coin, regrettant notre amitié perdue. Ce n’est pas la peine de me regarder comme ça. Je sais que je suis un faible. »
Il faut aussi dire que Nox y était pour quelque chose. Il avait longtemps tenté de réconcilier les deux amis en parlant de lui à Lux par exemple, en multipliant les éloges à son sujet… Mais cela n’avait pas marché. Cependant, c’est à lui que revenait l’idée de la lettre, qui au départ, n’était qu’un vulgaire prétexte pour lui dire ce qu’il avait sur le cœur. Comment les deux Serpentard en étaient arrivés à parler de Nox, il n’en savait rien.
« Rah… Je connais ça. Avec lui, pas besoin de mots. Parfois, je sais que s’il avait des sorts d’Avada Kedavra à la place des yeux, de nombreuses personnes seraient mortes. C’est qu’il m’effraie un peu parfois. Mais c’est également pour cela qu’on est si proche l’un de l’autre, j’imagine. Non, nous n‘étions pas marié, et Merlin m‘en garde ! Cependant, je sais que cela ne l‘aurait certainement pas dérangé. »
« Tu sais Nox, t'as toujours considéré comme le frère qu'il n'a jamais eu. Cela fait que tu es un peu le mien aussi. »
Regulus releva la tête, étonné. Lux était douée. Au final, elle ressemblait bel et bien à son frère ! Tout dans la subtilité ! Celui qui n’était pas habitué à côtoyer les jumeaux Silvestri n’aurait peut-être pas compris. Lux Silvestri était en train de craquer. C’était amusant et émouvant à voir; elle maniait l’art des mots aussi aisément que le maquillage. Elle se résignait pourtant toujours à camoufler ses sentiments, mais Regulus avait l’impression, en cet instant, que la barrière était tombée. Le mur de pierre qui l’entourait se fissurait, et une brèche s’ouvrait doucement, et Regulus était bien résigné à y pénétrer. Elle pleurait, et Regulus eut soudainement les yeux qui piquait eux-aussi. Il n’allait pas pleurer non, ce n’était pas son genre.
« Tu sais, Lux, tu es devenue bien plus que ma sœur le jour où Nox a décidé de faire de moi son frère. Sache que tu auras toujours une place dans mon cœur. »
Lorsqu’il mentionna son maquillage, elle lui rappela qu’il l’avait connu dans des situations bien pires que celui-ci! Et elle avait raison. Lorsqu’elle parla d’Anna, les picotements qu’il avait ressenti quelques secondes plus tôt réapparurent.
« Je crois en effet que c’était le plus mémorable… Je me souviendrais toujours le fou rire qui m’a ensuite animé pendant de longues et longues minutes. Et plus vous riiez, et moins j’arrivais à m’arrêter. Vous nous en avez fait voir de toutes les couleurs, vous deux. »
La nostalgie était là. Mais pourquoi avait-elle évoqué Anna ? Ses vieux démons vinrent de nouveau lui rendre visite pour lui rappeler ces épisodes douloureux.
« Je n’en sais rien, Lux, sincèrement. Je crois seulement que nous nous sommes tous un peu laissé dépasser par les événements, et que non, jamais plus rien ne sera comme avant, ma Lumière. Jamais. Je ne veux pas être pessimiste, mais c’est simplement la vérité. »
Regulus ne voulait pas qu’elle se sente mal après ces paroles difficiles, alors, doucement, il releva son menton de manière à croiser ses yeux, et lui murmura tendrement :
« Mais désormais, moi, je serais là, Lux. Si tu veux bien de moi. »



[HJ : Ne t'inquiète pas Luxinette, c'est bon ! ]
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Jeu 5 Mai - 13:00

Oh, cela... pour avoir fait un scandale, leur histoire si courte soit elle, en avait fait quelques un... Et les rumeurs ! L'un d'entre elles racontait qu'au final ils formaient un trio avec Nox. Cela avait beaucoup amusée la jeune fille au contraire de ses condisciples qui n'aimaient pas trop l'idée qu'on les imagine ensemble. Ces fameuses rumeurs avaient pourtant réussi à semer le doute dans l'esprit de Lux. C'est vrai après tout, il ne faisait que parler de Quidditch par ci, Quidditch par là... « La chance que votre père soit entraineur ». Il avait été si facile de douter. Si facile de fuir. Pourtant quelque part bien que la jeune femme n'eut plus douter des sentiments de Regulus, elle restait persuadée que leur relation reposait sur de mauvaises. Sur de mauvaises intentions. C'est en parti pour cela qu'elle avait voulu tout arrêter. Le jeune homme n'avait pas chercher à se défendre, et Lux était persuadée qu'elle avait donc eu raison. Lorsque l'on dit que la communication est important au sein d'un couple... Ils en avaient cruellement manqué.

Connaître quelqu'un mieux que n'importe qui, ce n'est pas forcément la meilleure chose à faire. Après tout, vous connaissez tout aussi bien ses qualités, que les défauts. Lux connaissait tout cela de son Petit Roi. Alors, ajoutez à cela les rumeurs. Lux restait persuadée que l'une des motivations premières avait tout de même été son nom... Mais cette espèce de lutin ne l'avouerai jamais. Elle passait donc pour la méchante qui avait osé quitter Regulus A. Black... Lorsqu'ils étaient ensemble, elle avait subit les regards mécontents de jeunes filles envieuses et lorsque ce fut finit, elle les subissait encore mais parce qu'elle avait été la cause du chagrin de monsieur le Prince des Serpentard. Personne ne savait ce qu'il s'était vraiment passé. Personne n'avait juste une fois pensé que Lux elle aussi avait souffert de tout cela. Elle ne pouvait pas s'en plaindre après tout, car si Regulus avait tout fait ressortir, elle avait tout gardé pour elle. Tous avait donc cru que pour elle tout allait bien dans le meilleur des mondes... Les seules fois où elle s'était laissée aller, c'était dans le parc vers la tombée de la nuit en compagnie de ce chien noir.
« Tu devrais pourtant comprendre que je préfère que tu restes seule plutôt que je te présente un garçon. Qu’importe l’homme que je te montrerai, où même que tu choisiras, car saches, qu’il ne sera jamais assez bien pour toi. »
« Je n'ai qu'à m'enfermer dans un couvent... »
Ce ne serait pas la solution idéale, ça non ! Mais est-ce qu'un jour la petite Lumière saura assez ouvrir son cœur pour un jeune homme, la question est posée. Elle préférait se comparer à un papillon butinant de fleurs en fleurs. Une image délicate. Avec Lux tout était dans la séduction, un jeu d'approche sensuel et minutieux. Cette étape de la découverte passée, cette mise en haleine terminée, la jeune Serpentard commençait à s'ennuyer ferme et tournait rapidement le dos... C'est un peu l'image du chat avec un oiseau. Qui chasse sans réelle raison et puis, lorsque ce dernier ne bouge plus, le félin s'en va... C'est ainsi qu'elle était devenu après. Après lui. A force de côtoyer Nox aussi...
« Toi ? Butée ? Mais tu étais pire que cela ma belle ! Tu t’es enfermée dans un orgueil totalement démesuré ! Je n’en demandais pas tant tu sais ! J’ai toujours su que ce n’était pas ton genre, de te confondre en excuses mais là…. Tu sais que je craque facilement… Surtout avec les gens que j’aime. Mais c’est ma nature. Quand Ciella et moi nous nous disputons, qui revient toujours en premier ? Ne compte pas sur notre charmante italienne pour faire le premier pas. Qui t’as envoyé cette lettre, Lux ? Je sais que je suis terriblement rancunier, mais j’en avais assez de me morfondre dans mon coin, regrettant notre amitié perdue. Ce n’est pas la peine de me regarder comme ça. Je sais que je suis un faible. »
«  Je te retourne le compliment Regulus... Je te l'ai dis, je ne doutais pas vraiment de tes sentiments, juste de leur naissance. Tu n'as jamais vraiment cherché à me dissuader de tout cela. Tu étais bien trop occupé avec ton orgueil à toi. C'est toi qui m'a envoyé la première lettre, c'est sûr et reconnais que j'y ai réfléchis, sinon je ne t'aurais pas écrit hier soir. Jusque là, j'ai toujours cru que ton silence voulait dire que j'avais raison... Une raison qui me faisait mal ! Avec des si on mettrait Poudlard en bouteille, mais si seulement tu m'avais juste dis tout cela plutôt. Maintenant il n'y a plus de sentiments amoureux entre nous, et j'espère simplement retrouver l'ami que j'avais avant et ainsi ne pas te perdre complètement... »
Quant à Nox dans tout cela ? Il avait tenté de jouer les intermédiaires. Mais ce n'était pas lui qu'elle voulait entendre notre petite Lumière, oh ça non. C'était à Regulus de répondre à ses questions et à ses doutes. Pas à Nox ! Mais, il n'était jamais venu le faire. Lux était loin d'imaginer que l'idée de lettre venait de son frère, mais au moins cela avait permis de percer le furoncle entre eux deux. C'est ce qui avait manqué pendant tout ce temps. Pendant ces longs mois de silence durant lesquels Lux avait soigneusement évité le regard de quelqu'un à qui elle avait tant tenu. Lorsqu'elle avait apprit qu'il avait finit par tourner la page, qu'il était avec Ciella, cela lui avait fait un petit pincement au cœur assez étrange. Après quoi, elle fut intrigué et disait clairement à Ciella qu'il n'était pas le meilleur choix qu'elle est fait pour se poser enfin... Et si tout de suite, on lui demandait son avis, elle dirait simplement qu'elle est contente pour eux deux.
« Tu sais, Lux, tu es devenue bien plus que ma sœur le jour où Nox a décidé de faire de moi son frère. Sache que tu auras toujours une place dans mon cœur. »
Lux lui adressa un sourire sincère et essuya les dernières traces de larmes qui se trouvaient encore sur son visage tentant tant bien que mal d'effacer noir de ses joues.
«Je crois en effet que c’était le plus mémorable… Je me souviendrais toujours le fou rire qui m’a ensuite animé pendant de longues et longues minutes. Et plus vous riiez, et moins j’arrivais à m’arrêter. Vous nous en avez fait voir de toutes les couleurs, vous deux. »
« Elle me manque. Je ne comprends pas qu'elle soit partie sans mot, sans qu'on puisse l'aider... Je vais finir par croire ce que ces maudits Gryffondor me balancent à la figure, qu'elle ne tenait pas à nous tant que cela...»
Pour avait-elle parler de Anna ? Tout simplement un effet de la nostalgie, le fait d'être ici dans ses bras lui rappelait que trop bien ses souvenirs pas si lointain où ils s'amusaient tous ensemble. Lui parler à nouveau, c'était faire rejaillir tout cela. C'était tellement lourd à porter.

Lui confirmant que rien ne serait comme avant Lux regarda un instant ses mains un peu perdue dans ses pensées. N'importe qui passant dans le couloir à cet instant aurait trouvé cela étrange comme situation. Les anciens amants bercés par le silence depuis des mois, à même le sol des cachots dans les bras l'un de l'autre. Non, personne ne pouvait comprendre ce qui les unissait. Ce qui unissait la majorité des Serpentard.

Dans un geste délicat, il lui releva le mention pour la regarder dans les yeux et à ses paroles, de nouveaux quelque larmes vinrent chatouiller le coin de ses yeux sans pour autant couler.
«Je te promet d'être là pour toi à présent, qu'importe ce qu'il se passe Regulus, qu'importe ce qu'il se dit. »
Paroles à ne pas prendre à la légère. Lux faisait rarement des promesses, mais celles qu'elle faisait était aussi solide qu'un pacte de sorcier.
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Jeu 5 Mai - 17:22

De toute manière, Regulus avait depuis longtemps fait le deuil de Lux, et maintenant, lorsqu’il la voyait, il ne ressentait plus qu’une profonde et ancienne amitié. Il avait désormais oublié les vieux démons du passé, et dorénavant, essayait d’aller de l’avant. Il en avait plus qu’assez de s’enfermer dans son amère solitude. C’était fini tout ça. Maintenant, il était Regulus Black, et ne comptait plus que sur lui-même. Il avait confiance en bien des gens, mais parfois, la peur était le seul moyen qui existait pour pouvoir garder une emprise, même infime, sur ses camarades. Il n’était plus question de tenter une quelconque approche pour reprendre Lux. Hors de question. De toute manière, il n’en avait plus aucune envie. Cette histoire l’avait brisé, et avait aussi colporté tant de mauvaises rumeurs qui ne lui avaient certainement pas fait que du bien. Surtout lorsque Lux l’avait plaqué, une horde de filles s’étaient mises dans la tête de lui faire oublier sa petite lumière, à le coller, à le poursuivre, mais également, à bousculer la fille Silvestri. Mais pourquoi encore et encore remuer la spatule dans le chaudron ? C’était terminé, c’était le passé ! Alors pourquoi continuer d’en parler ?

Lux avait été un tournant dans sa vie. Et puis, il y avait eu assez de scandales dans sa vie. Pas tellement besoin qu’on réécrive l’histoire, non ? Son entrée à Serpentard alors que certains avaient pariés qu’il suivrait les traces de son frère aîné, les disputes certes rares avec Sirius, les bagarres avec les Gryffondor, l’histoire avec Lux… Encore heureux, personne ne l’avait vraiment embêté avec Ciella pour le moment. Même si le journal des ragots de Poudlard en avait parlé dans son précédent article, aucuns de ses camarades n’avaient fait le rapprochement, enfin, pour le moment. Après tout, ils étaient très proches avant qu’elle quitte Poudlard, alors pas de rumeurs pour l’instant. Regulus croisait juste les doigts pour que cela demeure ainsi encore quelques temps pour qu’on le laisse tranquille.

Lux pouvait paraître bien vilaine lorsqu’elle s’y mettait, mais au fond, c’était un ange. Du moins, avec lui, elle l’était. Sauf bien entendu la fois où elle lui avait lancé un vase de la Salle Commune à la figure ; celle également où elle lui avait renversé son verre de jus de citrouille en plein visage - en faisant exprès bien entendu- ; celle aussi où elle l’avait volontairement coincé dans le trou de l’escalier du cinquième étage et qu’elle l’avait laissé là, pendant cinq bonnes minutes, à rire de lui ; sans oublier celle où elle l’avait malencontreusement - selon ses dires - laissé toute la nuit dans un placard. Et au dessus de toute la liste, celle où elle l’avait laissé tombé comme un vieux chaudron. A part ses petites plaisanteries, oui, on pouvait dire que Lux Silvestri était un petit ange tout à fait charmant.

Regulus rit. En effet, Lux proposait de s’enfermer au couvent. C’était la plus stupide idée qu’elle ne lui avait jamais sortie. Mais après tout, Lux était une femme incroyablement imprévisible. C’était aussi pour ça qu’il l’aimait tant, sans nul doute.
« Toi, t’enfermer au couvent ? Arrête Lux, tu ne tiendrais même pas deux jours dans un lieu comme celui-ci ! Et puis, pour y rentrer, je te signale qu’il faut être prude, chaste et pur. Dommage pour toi, ma petite Lumière. »
Mais de toute manière, Lux n’était pas ce genre de filles. Elle préférait changer de garçons, de profiter de la vie, elle ne voulait pas tellement s’encombrer d’un pot de colle. Et puis, Lux était également une séductrice dans l’âme. Et puis, dès qu’elle était lassée, elle allait voir ailleurs. Autant profiter de sa jeunesse !
« Oui… Je sais Lux que tu n‘avais pas vraiment confiance en moi à cette époque là… Enfin, non, je veux dire que tu t‘es laissé influencer pas les rumeurs dont tu avais eu vent. Et que tu as plus cru en elles que en moi… Mais soit. Oublions-ça. Heureusement que finalement, j’ai fini par craquer comme toujours. Je suis vraiment un parfait abruti. Mon silence… Pourtant, il y a eu biens des signes, Lux, et même beaucoup plus… J’en parlais sans cesse avec Nox pour qu’il tente de jouer en ma faveur… A croire que cela n’a pas réellement porté ses balais… Mais bon, on ne peut pas tout avoir non plus. J’espère aussi Lux. Et peut-être bien, qu’avec le temps, on y arrivera. »
Nox avait beaucoup fait pour lui, il avait joué les hiboux pendant tant de temps. Quelle allait-être sa surprise quand Regulus lui dirait qu’ils s’étaient réconciliés ! Il allait être surpris, c’est certain ! C’était étrange quand même de penser qu’ils pouvaient se reparler comme ça, après tant de regards ignorés, tant de paroles refoulées… Il était désolé qu’elle verse quelques larmes. Il n’aimait pas la voir souffrir comme ça.
Mais Regulus était encore plus énervé qu’elle parle d’Anna. Anna les avait abandonné. Le Serpentard était déçu de sa conduite. Enfin, lui, ce n’était pas comme Lux. Anna lui avait dit au revoir. Brièvement certes, mais elle avait quitté le château sans un regard pour Lux, alors qu’elle pensait que leur amitié été inébranlable.
« A moi aussi elle me manque. Mais maintenant, il faut aller de l‘avant Lux. Ne pense plus à Anna, elle nous a abandonné. D’accord, elle avait peut-être des circonstances atténuantes. J’étais au courant de ce qu’avait fait Sirius avec Tetlan, mais je ne voulais pas que ça s’ébruite. Mais cela ne dépendait pas de moi. Mais tu sais, on m’a dit que j’étais un sacré lâche, seulement, Anna vise le podium aussi. N’y pense-plus. De toute manière, on ne la reverra jamais. Elle nous a oublié. Jamais je n’ai reçu un courrier, pas de hiboux, rien. Si elle est partie, c’est qu’elle le voulait. Je te promets que ça m’a fait mal à moi aussi, au début, j’étais furieux contre mon frère, mais désormais, j’ai avalé la pilule. Il ne faut malheureusement plus compter sur son soutien. Cela me fait mal de dire ça, mais je pense que ce n’est que la stricte vérité. Il ne faut pas nous enfermer dans notre nostalgie, Lux. »
Il en avait assez de pleurnicher sur le départ d’Anna. Elle lui avait pourtant dit qu’il comptait énormément pour elle, et pourtant, elle l’avait laissé tomber sans aucun scrupule. Cela avait fait naître de nombreux sentiments haineux, et il s’était surpris à harceler, menacer, et torturer quelques élèves Gryffondor, et a aimer ça derechef. Mais désormais, cela allait beaucoup mieux. Ne plus y penser, c’était la meilleure solution. Regulus était perdu dans ses pensées lorsque un donnngggg assourdissant le fit sursauter ! Par Merlin ! Déjà 8 heures !
« Je sais Lux, je serais toujours là pour toi moi aussi, mais là, je vais vraiment devoir te quitter ! Il est l‘heure d‘aller réveiller Monsieur Silvestri pour une séance de Quidditch. Désolé de parler de ça, je sais quer tu n‘aimes pas ça, mais là, je vais être en retard pour lui renverser le saut d‘eau. »
Il la prit dans ses bras une dernière fois, humant son parfum subtil et délicat, essuya les dernières gouttelettes versées sur ses joues, et embrassa doucement son front.
« A très bientôt ma petite Lumière. Je suis très heureux d‘avoir pu parler avec toi ! »
Il se leva prestement, et se mit à courir dans les couloirs, lui adressant un dernier regard et sourire, ainsi qu’un signe de la main. Cette conversation lui avait fait énormément de bien.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Ven 27 Mai - 20:17

Tout comme Regulus, Lux avait depuis longtemps mit les sentiments de côté à son égard. La haine avait un temps comblé le vide pour laisser place à du regret des bons moments passés ensemble. En effet, malgré tout cela, il fallait avouer que Lux était nostalgique des moments passés avec Regulus. Pourquoi avait-elle toujours continué de s'asseoir dans ce même fauteuil dans la salle commune ? Tout simplement dans l'espoir de voir Regulus suivi de Nath et Nox débarquer. Certains soir, lorsque Ciella était encore là et que Kae' se joignait à eux, ils étaient bien serré près du feu. Mais l'enthousiasme et la bonne humeur prenaient l'avantage. Puis quoi de plus amusant que d'écraser un peu son voisin ? A présent, il y avait largement de la place dans ces fauteuils ou bien ils n'étaient pas possédés par des gens qui intéressaient notre Lumière. Non, cela était simplement un sentiment de nostalgie qui prenait régulièrement Lux car bien avant d'être amants, ils avaient été de très bons amis. Une amitié sincère et complice qui, malgré les épreuves qu'ils avaient traversé, lui manquait. Et puis... il était toujours avec Nox et cela était devenu presque normal aux yeux de la jeune fille d'avoir sa compagnie. A présent lorsque son frère venait la voir ce n'était plus comme il y a quelques années avec notre Petit Roi, mais seul. Enfin... Seul, il y avait toujours une agaçante Serpentard de telle ou telle année pour venir les déranger en riant fortement. C'était pis encore lorsque Regulus leur tenait compagnie. Lorsqu'elle l'avait quitté, Lux s'était vite rendu compte que l'hostilité de ses filles s'était encore plus ravivée. Autant elle passait leur temps à courir derrière lui, autant elles lui lançaient des regards noirs. Après quoi, sa réputation ne volait pas bien haut. C'était cela qu'en vous passiez votre temps en compagnie de jeunes hommes séduisants. Mais les rumeurs amusaient la jeune femme. Comme l'avait dit un sage prophète, que cela soit en bien ou en mal, il parle de moi...

Un secret à Poudlard n'en est pas un. Cette phrase était tellement vraie. Le soucis, c'est que la vérité était déformée et amplifiée. Depuis l'arrivée de ce petit journal, chaque élève se voyait associé à une rumeur plus ou moins folle. Lux s'était donc vu affublée d'un Lubandot pour petit ami... Certes, célibataire, mais pas non plus complètement désespérée. Récemment elle avait pourtant découvert qu'une réputation de trainée la collait au derrière... En même temps, ce n'est pas comme si elle ne le cherchait pas, tout du moins rien qu'avec Nox, juste pour s'amuser. Il est vrai pourtant que Lux n'a que peu d'amies féminines. Peut-être est-ce lié au fait qu'elle est un frère jumeaux et soit d'avantage habituée à sa compagnie masculine. Et puis, il fallait aussi admettre que certaines Serpentard avait oublié de brancher leur cerveau...
 « Je peux très bien devenir prude et pure. Quant à la chasteté, et bien, hm, ça doit se travailler sur long le terme... »|
La brune avait tenté un air très sérieux, mais cela restait totalement peu crédible. La petite Lumière était bien trop malicieuse pour rentrer dans ce genre d'endroit. Capricieuse aussi... Et puis, même si elle n'avait pas eu de relations sérieuses depuis son Petit Roi, ce n'était pas pour autant qu'elle comptait sacrifier tout cela ! Non, Lux était un petit papillon qui aimait butiner de ci et de là ! Parfois même sans aller plus loin que la phase séduction. A bien y penser, rare était ceux qui pouvait se venter d'avoir couché avec elle. Pourtant d'après ce qu'elle entendait, ils étaient plus nombreux que prévu à en parler. Amusant !
 « Je sais, il n'a pas arrêté d'ailleurs... Mais ce n'était pas lui que je voulais entendre. Ce n'était pas à lui de prouver que ces gens avait tord. J'avais l'impression qu'il était ton avocat. A un moment donné je me suis même demandé s'il venait pas simplement de lui même parce que tout cela le perturbait lui aussi grandement. Mais aussi bizarre que cela puisse paraître, bien que cela ne me semble pas l'être tant que ça, c'était toi que j'aurais voulu voir venir. Mais tu n'es jamais venu. A force, j'ai décidé de prendre le parti de t'ignorer et quand enfin tu me parlais ou m'adressais des regards, je ne voulais plus les recevoir.»|
Ca Nox en avait passé du temps entre eux deux ! Peut-être n'était-ce pas un hasard lorsque la petite Lux, lorsqu'elle reçut son hiboux, décida de l'appeler Nox juste pour embêter son frère. Pourtant Nox était loin d'être quelqu'un de très patient. Il avait dû vraiment prendre sur lui-même durant les instants de brouillard. Quelle serait sa réaction quand il saurait qu'ils avaient enfin réussi à discuter de tout cela ? Qu'ils avaient décidé de passer à autre chose ? Peut-être les regarderaient-ils avec un air noir pour l'avoir fait tourner en bourrique tant de temps !

Quant à Anna... Elle avait tout simplement disparu de la circulation les abandonnant comme de vieux chaudrons sales ! Plus que la personne, Lux regrettait comme toujours les bons moments passés en sa compagnie. Oh, ça, pour avoir été lâche celle qu'elle considérait comme une amie, l'avait été jusqu'au bout des ongles. Elle avait fuit la douleur, les regards moqueurs, mais surtout ses amis... Enfin, amis, tout était relatif à présent !
 «Oh tu étais au courant ? Elle ne m'avait rien dit. J'ai même été voir ton frère pour tenter de comprendre ce qu'il se passait ! Tu imagines bien qu'il m'a envoyé promener... Maintenant je comprends mieux pourquoi. Avec Tetlan en plus ! Mais tu as raison ! Laissons à Merlin la nostalgie et essayons de nous reconstruire de la meilleure manière possible. Les véritables amitiés résistent à toutes les épreuves.»|
Ces derniers mot leur étaient destinées aussi. Du moins, elle l'espérait. Que tout cela soit derrière eux, et qu'ils puissent avancer tranquillement.

Lux sursauta à son tour au son des cloches en rythme avec le sursaut de Regulus, ce qui la fit sourire. C'est qu'ils en avaient passé du temps à parler, s'expliquer.
 « Oh réveiller monsieur Silvestri est toute une histoire ! Trouves lui une jolie blonde, je suis sûre qu'il sera très alerte ! »|
Elle se demanda un instant qui était le nouveau capitaine de l'équipe à présent, mais ne voulant pas le retarder, elle se retint de poser la question. Elle avait d'ailleurs plus ou moins évincer le sujet Quidditch. Alors qu'il lui embrassa le front pour lui dire au revoir Lux ferma doucement les yeux, profitant de ses bras, puis alors qu'il se relevait pour s'éloigner, elle lui répondit :
 « Moi aussi je suis heureuse d'avoir eu cette conversation. A bientôt Petit Roi ! »
Elle le regarda alors partir en courant répondant à son sourire et lui rendant son signe de la main. Elle se pencha pour ramasser son sac et décida finalement d'aller faire un petit tour dans le parc car cela faisait bien longtemps. Les premiers rayons de soleil vinrent la conforter dans cette idée.
Modo↯  Serpentard, fiancé et pas fier de l'être
avatar



Nombre de messages : 5032
Age : Dix sept balais.
Groupe : Serpentard, Préfet-en-chef, Capitaine de l'équipe de Quidditch.
Caractère : Emmerdeur, intelligent, sarcastique, boudeur, austère, dragueur, imprévisible.
Crédits : : (c) Liloo_59 + (c) signature --> love.disaster
Date d'inscription : 14/07/2010




Regulus A. Black

Modo
Serpentard, fiancé et pas fier de l'être


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 48
MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   Ven 3 Juin - 8:53

Ce n’était plus vraiment la peine de faire semblant. Regulus était très heureux que toute cette vilaine histoire soit enterrée. Enfin, peut-être pas vraiment enfouie dix pieds sous terre, mais le trou était creusé. L’animosité qui avait longtemps obscurci son cœur s’envolait peu à peu... Regulus était apaisé. Peut-être pas pour bien longtemps, mais au moins, à cet instant précis, il se sentait bien. Il n’y avait pour le moment plus aucune colère qui entachait son âme. Regulus avait été très perturbé par tous les récents événements qui lui tombaient dessus sans crier garde, mais à présent, il se sentait légèrement mieux. Ce poids énorme qui avait oppressé des semaines et des semaines son cœur semblait s’alléger. Mais tout n’était pas terminé. D’accord, cette discutions avec Lux leur a ouvert les yeux, mais Regulus n’oubliait pas. Il pouvait peut-être pardonner, mais il n’oublierait jamais tout ce qu’elle lui avait fait subir... C’était dur à effacer. Et il n’allait certainement pas le faire d’un seul coup de baguette. Lux lui avait fait du mal, mais elle n’était pas la seule fautive dans l’histoire, et maintenant, il s’en rendait compte. Mais les souvenirs étaient toujours là, eux. Les bons comme les mauvais. Ces derniers temps, Regulus avait surtout ruminé sur les mauvais, croyant que désormais, il n’y aurait plus que ça dans sa vie. Seulement la situation s’améliorait. Il s’était souvent retrouvé seul. Oui, la solitude, il avait cru aimer ça. Mais quelques fois, la présence d’une personne chère peut se satisfaire du reste. Même s’il avait la réputation d’être un Serpentard hostile, austère, et méprisant, il n’en restait pas moins une personne, qui nécessitait autant de bonheur que les autres. Ça, peu le comprenait. Cela faisait un bout de temps qu’il se sentait que les choses changeaient, bougeaient. Et pour la première fois depuis longtemps, une petite flamme s’était allumée dans son cœur. Il ne faisait plus si sombre, une lueur d’espoir éclairait son petit palpitant.

Certes, ce n’était pas chose aisée de continuer à vivre lorsqu’une amitié qu’on jugeait si importante s’effritait de la sorte. Regulus avait cherché des signes, des murmures, des appels. Mais rien. Lux était quelqu’un de très fier, cela ne faisait aucun doute, tout comme Nox d’ailleurs. Regulus avait toujours en mémoire les éclats de fierté de Môsieur Silvestri qui se croyait meilleur que tout le monde, tout le temps. Mais Regulus l’aimait aussi pour ça. Ils faisaient bien la paire, Nox et Regulus, lui aussi était d’une fierté sans pareil, croyant toujours mieux savoir que la plupart des personnes qui habitaient le château. Mais Lux, elle... dépassait de loin soin frère ainsi que son ancien amant. Mais ce qui plaisait le plus au jeune Black, c’était que pour une fois, elle avait ravalé sa fierté et lui avait présenté sciemment des excuses. Sincèrement, qu’espérer de plus ?

Il aurait aimé que tous cela ne soit qu’un mauvais rêve, qu’on retourne dans le passé, au temps de leur première année, que tout redevienne comme avant. Que leurs escapades nocturnes soient toujours aussi trépidantes qu’autrefois, que les folles virées sur balai avec Nox, Regulus et Nathanaël soient toujours aussi démentes et insensées, que leurs discussions inconscientes autour du feu soient toujours aussi irréfléchies qu’auparavant... Que, que, que... Mais tout cela avait changé. Leur petit groupe fermé de Serpentard, qui semblait si soudé, a fini par se disloquer, se séparer, pour au final ne se retrouver tout seul. Regulus avait fini par être seul. Pendant très longtemps. Mais désormais, il comptait bien sur Lux pour tenter de reformer leur amitié. Et même par extension, peut-être reparler avec Nathanaël ? C’était une solution à envisager. Regulus avait été très déçu lorsque Nate lui avait ordonné de ne plus le voir. C’était malheureux, mais, il était triste que cela ce soit terminé de la sorte. Peut-être était-il temps de réparer les erreurs du passé ?

Regulus rit lorsqu’il entendit les absurdités qu’elle lui débitait. Lux ? Chaste et pure ? Non, fallait pas non plus exagérer. Mais il ne releva pas, c’était assez compliqué comme ça. Il avait eu vent d’horribles rumeurs sur Lux, et malgré tout, il doutait un peu. Il était quasiment certain qu’elle n’était pas comme ça, sa petite Lumière. Mais comment en être réellement sûr ? Ils avaient été séparé très longtemps, et Lux n’était peut-être bien plus la même, quand bien même elle semblait l’être. Elle était presque devenue une étrangère durant tous ces mois passés sans se parler... Regulus espérait juste que ce qu’on racontait été faux. Quoique... l’histoire avec Ludanbot était vraiment tirée par les cheveux. C’était tout bonnement impossible. Lux avec ce... crétin ? Non, c’était irréaliste.

« Tu es mieux placé que moi pour dire qu’il a toujours été comme ça. C’est dans sa nature, que veut-on qu’on y fasse ? Nox ne changera pas maintenant. Je sais qu’il a toujours essayé de me défendre dans cette histoire. Mais après tout, je suis son meilleur ami, tu es sa sœur. Deux personnes extrêmement chères à ses yeux. Il ne voulait pas non plus prendre parti... Je sais que parfois, il t’a semblé qu’il choisissait le mien, mais c’est faux. Crois-moi, le lien qui vous unit est plus fort que tout Lux. S’il avait à choisir entre toi et moi, son choix est direct Lux, ce serait toi. Nox te protégera toujours, comme je tentais de protéger Anna auparavant. Mais les temps ont changé. Oui, j’étais au courant bien avant que la rumeur s’ébruite, j’ai été très déçu par mon frère. Mais après tout, je ne sais pas s’ils étaient vraiment fait l’un pour l’autre. Et puis, nous ne réinventerons pas le monde non plus. Sirius a toujours été un sacré bourreau des cœurs, tout comme moi. Il ne changera peut-être pas comme ça. Mes paroles semblent surréalistes, parce que moi, c’est ce que j’ai fait avec Ciella... Je ne sais pas encore ce que l’avenir nous réserve, alors profitons pendant qu’il en ait encore temps. J’ignorais que tu avais été voir Sirius. Tu n’aurais peut-être pas du. Tu sais, il peut être très agressif quand il veut. Tetlan... Sérieusement, il aurait pu choisir mieux quand même ! Il y a des tas de filles mille fois préferables à Sasha. Mais oui, Lux, la nostalgie n’a rien à faire parmi nous. »
La dernière phrase éveilla des soupçons chez Regulus. Lux était très douée pour implicitement faire passer des messages. Le dong de la sonnerie retentait déjà, il était temps pour lui de s’en aller. Pour de bon. Une fois arrivé au bout du couloir, il s’arrêta, la regarda une dernière fois, et sourit comme un imbécile.

Décidément, cette fille le surprendrait toujours.







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: |Une rencontre matinale pour deux compagnons de la nuit|   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum