Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Serdaigle↯  Mon intelligence est au service de l'AFT
avatar



Nombre de messages : 1000
Age : 15 ans
Groupe : Elève ; Serdaigle
Caractère : Autoritaire - Perfectionniste - Sérieuse - Méticuleuse - Orgueilleuse - Butée - Insensible - Froide - Mauvaise Perdante - Fiable
Crédits : : avatar (c) Lo ; signature (c) super-charlotteuze ; gif (c) inconnu
Date d'inscription : 12/10/2010




Dana Lundy

Serdaigle
Mon intelligence est au service de l'AFT


Carte du maraudeur
Niveau magique: 6/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 08
MessageSujet: Aux grands maux, les grands remèdes   Sam 8 Jan - 14:07

[HJ : Ne connaissant pas tes préférences, j'ai fait court pour ce premier post mais j'ai toujours moyen de rallonger si tu préfères ^^]

Tout devait être absolument parfait et elle allait s’en assurer. Aujourd’hui était un grand jour. D’ici quelques heures, la ministre de la magie viendrait au sein de l’école afin d’expliquer directement aux élèves de quoi il en retournait. Quelles mesures devaient être prises et pourquoi. Bien trop étaient encore insouciants, ne comprenaient pas réellement ce qu’il se passait en dehors de l’école. Aujourd’hui était un grand jour. La vérité allait éclatée. Dana pouvait sentir d’ici la densité des émotions et sentiments qui empliraient la salle d’ici la fin de journée. Elle frémissait d’impatience. D’entendre le discours, de voir sa société révélée au grand jour. De passer cette interview aux cotés de sa mère. Tout ce pourquoi elle se battait depuis plusieurs mois, tout le travail qu’elle avait abattu allait enfin porter ses fruits. Douce et agréable récompense que cela pouvait être.

Elle se revit aux prémices de sa vie d’élève engagée. Encore incertaine, ayant peu confiance en elle. Mais l’exemple prodigué par sa parente l’avait enhardi. Elle avait travaillé d’arrache pied sur ce projet. Et maintenant, maintenant tout cela allait prendre réellement forme. Fini les recrutements discrets dans les couloirs, les annulations de réunions par peur de se faire prendre. Avec le soutien du ministère elle pourrait agir selon son bon vouloir et enfin ouvrir les yeux aux élèves de son école. Leur montrer les horreurs qui se passaient dans le monde. Leur prouver qu’en adhérant à son association, ils feraient le bon choix, ils lutteraient efficacement contre la désolation et le malheur. Que grâce à leur aide, les générations futures naitraient dans un havre de paix. Bien entendu, le chemin serait fastidieux, personne ne pouvait en douter. Mais s’ils aidaient le ministère en rejoignant sa société –et ils le feraient-leurs noms seraient cités à titre d’exemples et respecter durant de nombreuses années à venir. Si ce n’est pour autrui, nul doute qu’ils accepteraient pour la renommée qu’ils pourraient en tirer.

Mais en attendant, il restait énormément de travail à accomplir. Dana laissa son regard parcourir la salle. Elle paraissait vide, sans vie. Indigne de recevoir la ministre selon elle. Mais elle se doutait que les elfes de maisons ne feraient que le minimum. Elle l’avait prévu. Les grandes tables avaient été enlevées après le déjeuner en ce premier samedi du mois de mai. Il lui restait quelques heures pour tout préparer afin de recevoir cette figure éminente de la politique qu’étais sa mère en bonnes et dues formes. Elle se mit à réfléchir à diverses idées. Banderoles, symboles du ministère, tracts sur toutes les chaises, places réservées. Les professeurs devant et certains élèves séparés. Comme les maraudeurs. Elle se félicita d’avoir eu cette idée. Rien de tel que de disperser les personnes d’un même groupe afin de calmer leurs ardeurs. Alors qu’elle faisait le tour de la salle elle aperçut quelqu’un arriver. Elle leva le visage et rejoignit le nouveau venu.

- Je suis ravie de constater que tu as reçu mon hibou Neville. Mettons-nous au travail veux-tu ?
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aux grands maux, les grands remèdes   Sam 8 Jan - 20:29

En recevant le hibou il y a quelques jours de ça, Neville jura d'abord puis maudit la prof de métamorphose pour une quinzaine de générations.

Vortex, son crapaud, se joignit d'ailleurs aux imprécations en coassant de concert, comme si les insultes de son maître étaient un couplet passionnant dans une chorale.

"Mais qu'est-ce qu'il m'a pris de faire cette promesse ? Je savais pourtant que c'était la fille du ministre !"

En fait, tout avait commencé sur un devoir de métamorphose, matière où Neville collectionnait les Piètre autant que certains les timbres, et qui n'avait vu des "Efforts Exceptionnels" que de loin, sur les copies des autres. Un Optimal ? Ca existait ?

Privé de son binôme gryffondor, le jeune garçon, ayant également refusé l'aide de Vortex, avait supplié la serviable Dana de l'aider, lui promettant "tout ce qu'elle voulait" si elle lui permettait d'arracher un Acceptable.

Il a eu un Effort Exceptionnel. Et Dana n'avait malheureusement pas oublié la promesse inconsidérée du rouge-et-or... La lettre d'informations sur l'arrivée du ministre était accompagné d'un mot très poli *plutôt d'une convocation !* lui demandant *m'ordonnant* d'aider la jeune fille dans l'organisation de la conférence.

*C'est parfaitement stupide! Petit Un : la ministre a des employés qui peuvent le faire, Petit Deux, si elle n'a pas d'employés, il y a des elfes de maisons à Poudlard. Petit Trois, si Dana a autant d'amis que ça qui partagent les vues du ministre, ils n'ont qu'à le faire ! Pourquoi m'appelle t-elle ?*

Les yeux globuleux du batracien le regardant avec insistance, il lui avait expliqué ce qui le turlupinait. Comme souvent lorsqu'il parlait à son crapaud (qui était toujours très attentif... à moins qu'il soit immobile pour chasser une mouche), il réfléchit mieux.

*La ministre n'a pas voulu que ses employés s'occupent de la présentation parce qu'elle veut laisser faire les élèvs de Poudlard, histoire de dire: "vous voyez, je ne suis aps envahissante !" C'est de la pure politique. Les elfes de maison n'y connaissent rien en politique, ils ne pourraient faire que du gros n'importe quoi. Quant aux amis de Dana... Pourquoi convoquer des élèves déja convaincus ? Inutile ! Alors que des élèves sceptiques, c'est plus malin...*Neville se demanda si le Choixpeau n'avait pas proposé Serpentard à la mère et la fille Lundy...

Bon gré, mal gré, en bon gryffondor il se sentait lié à sa parole donnée *et Dana le sait ! J'en suis certain !*, il dut donc se résoudre à faire une croix sur son samedi de révisions pour les ASPICs pour décorer la Grande Salle de propagande ministérielle avec la fille du ministre qui tentera de les faire adhérer, lui et Vortex, à sa société soi-disant secrète. Comme d'habitude, tout secret absolu est connu de tout le monde à Poudlard.

Le digne crapaud sauta dans la poche, avec la tête qui dépassait des fois qu'un mouche se promène autour de son maître (on ne sait jamais, semblait-il penser). L'adolescent entra dans la grande salle. Vide... personne sauf la serdaigle qui semblait attendre sa venue. L'adolescent avait vaguement espéré qu'il y ait d'autres personnes dans la même situation que lui. C'était donc un tête à tête. Tout adolescent de dix-sept ans se réjouirait de se trouver ainsi seul avec une jolie jeune fille ne demandant qu'à être dragué... Mais Neville savait pertinemment qu'il n'était pas là pour son sex-appeal.

*Quoique, avec ma maladresse habituelle, on ne peut pas dire non plus qu'elle ait choisi le partenaire idéal pour préparer la salle...*

- Je suis ravie de constater que tu as reçu mon hibou Neville. Mettons-nous au travail veux-tu ? lui déclara t-elle tout de go.

"Merci, je vais bien. Bonjour à toi aussi." répliqua t-il avec un sourire.

"Coâââ", renchérit le crapaud.

En ayant Dana en face de lui, il se souvenait pourquoi il lui avait demandé de l'aide. il émanait d'elle une sorte de mélange entre l'enthousiasme, l'autorité, l'affirmation de soi... et un manque d'assurance sous-jacent, qui lui donnait un air à la fois fort et fragile. Et puis, elle était si petite pour un grand garçon comme Neville, cela rajoutait à son amusement.

"Si cela ne te dérange pas, j'ai apporté du renfort." rajouta t-il en tapotant sa poche où Vortex, ayant maintenant passé ses deux pattes avant palmées hors de la poche, regardait la jeune fille avec curiosité, comme si elle était un meuble exotique ou une friandise géante avec des couleurs bizarres.

"On attend d'autres personnes ou nous ne serons que tous les deux ?"




Serdaigle↯  Mon intelligence est au service de l'AFT
avatar



Nombre de messages : 1000
Age : 15 ans
Groupe : Elève ; Serdaigle
Caractère : Autoritaire - Perfectionniste - Sérieuse - Méticuleuse - Orgueilleuse - Butée - Insensible - Froide - Mauvaise Perdante - Fiable
Crédits : : avatar (c) Lo ; signature (c) super-charlotteuze ; gif (c) inconnu
Date d'inscription : 12/10/2010




Dana Lundy

Serdaigle
Mon intelligence est au service de l'AFT


Carte du maraudeur
Niveau magique: 6/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 08
MessageSujet: Re: Aux grands maux, les grands remèdes   Mer 12 Jan - 22:03

Il y a quelques jours de cela, alors qu’elle était affairée dans la bibliothèque, Neville était venu la trouver balbutiant, rouge jusqu’aux oreilles. Après quelques instants de durs efforts pour entendre ses murmures, elle avait compris que le Gryffondor demandait de l’aide pour réaliser un devoir en métamorphose, en échange de quoi il lui promettait tout ce qu’elle souhaitait. Inutile de préciser qu’il avait frappé à la bonne porte. En effet, Dana adorait par-dessus-tout cette matière et avait pour son simple plaisir assimilé toutes les connaissances à sa portée concernant la discipline. Elle était donc en parfaite mesure d’aider le gryffy. Grâce à elle, il avait obtenu un E à son devoir, et il était désormais dans l’obligation de réaliser à son tour quelque chose pour elle.

La préparation de la salle lui avait semblé une bonne idée pour plusieurs raisons. Il lui aurait été possible de faire appel à d’autres personnes, bien évidemment ; mais elle ne voulait pas qu’elles soient d’ores et déjà affichées comme faisant partie de sa société. L’anonymat était toujours de rigueur. Et puis, quoi de mieux que de passer un instant seule à seul afin de convaincre quelqu’un. De le décider à rejoindre son mouvement. Elle avait bien entendu déjà ouvert le sujet avec lui au cours de son « tutorat » mais s’était heurtée à un silence. Elle songea à nouveau à ces quelques heures passées en compagnie de l’élève de septième année. Ces quelques heures qui l’avaient conforté dans son opinion. Certes Neville était quelque peu maladroit et semblait quelque fois appartenir à un autre monde que le sien. Etrange oui, elle avait du mal à saisir la manière dont il fonctionnait alors qu’il s’agissait là d’un de ses « dons ». Mais elle sentait quelque chose en lui. Une envie de vaincre peut-être. Et c’est ce quelque chose qu’elle souhaitait toucher. La maladresse ça pouvait se corriger et elle restait persuadée qu’en le poussant légèrement, elle parviendrait à ses fins. Aujourd’hui, elle avait la sensation que rien ne pourrait lui résister. Mais à voir l’attitude réfractaire de l’élève, elle doutât que ce fut aussi facile qu’elle l’avait pensé. Qu’importe, ils avaient deux bonnes heures avant que la réunion ne débute et elle comptait sur son art de la persuasion afin de l’amener à soutenir le ministère.

Alors qu’il parlait, elle avait déjà commencé à s’affairer. Elle sortit les acceptations aux invitations qu’elle avait reçues aux nombreux hiboux envoyés, et à son plus grand plaisir, elle avait eu une majorité de réponses positives. Elle lança d’un coup de baguette la rédaction des noms afin qu’ils puissent les poser sur des places assignées. Elle haussa le sourcil, se demandant brièvement qui il avait bien pu amener et ne pu s’empêcher d’esquisser un rictus lorsqu’elle vit le crapaud dans la poche de veste de Neville. Elle devait rester calme, et s’empêcha de lancer une remarque désobligeante.
Exactement comme elle l’avait pressenti, il n’était guère enthousiaste à l’idée de passer du temps en tête à tête. Elle ne put s’empêcher de lui sourire et de lui montrer sa poche de la baguette.

- Nous ne sommes pas que tous les deux. Tu as amené ton crapaud. Bien que je doute qu’il puisse nous aider en quoi que ce soit.

Le stylo arrêta le grattement incessant sur le papier, elle détourna le bras et pratiqua le sortilège d’attraction afin de récupérer le paquet de feuille. Elle sortit un parchemin de l’encolure de sa robe et regarda Neville.

- Je suis désolée d’avoir été sèche. C’est la venue de la Ministre à Poudlard qui me met légèrement en état de stress. Je travaille sur cette intervention depuis tellement longtemps. Je veux que tout soit parfait. Je te remercie d’être venu. Ça me touche énormément.

Elle lui fit signe de la main afin qu’il approche. Poser des noms sur une chaise devait être dans ses cordes, et cela lui ferait gagner un temps fou. Sans compter qu’avec une activité aussi anodine, discuter serait d’une facilité telle qu’un cracmol pourrait le faire. Alors qu’il approchait, elle se décida à rentrer dans le vif du sujet.

- A ce propos Neville. Tu n’as pas répondu à mon invitation. Resteras-tu pour la réunion ? Elle est primordiale pour notre avenir tu sais ?
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aux grands maux, les grands remèdes   Sam 15 Jan - 19:02

Les présentations faites, Vortex sentit qu'il était autorisé à vagabonder. En appuyant sur ses pattes avant, il s'extirpa de la poche et tomba avec un bruit mou. Sautillant de joie d'avoir un si grand espace de jeu, le crapaud s'éloigna explorer ce vaste territoire.

"Vortex n'est peut-être pas très utile pour décorer une salle, d'autant qu'il a des goûts discutables.", reconnut Neville avec un grand sourire. "Mais il est très pratique en cours de potion, en métamorphose, et même en sortilèges."

Choisir un crapaud plutôt qu'un chat était "de la vieille école", paraissait-il. Il est vrai que c'est sa grand-mère qui lui avait offert son premier crapaud, Trévor. Mais ce choix était si judicieux pour le jeune garçon qu'il s'était empressé d'en trouver un autre pour cette époque.

*Je devrais peut-être aller voir ma grand-mère... avant que je l'oublie totalement.*
Ses pertes de mémoire l'inquiétait énormément. Son journal intime avait été rédigé dans le seul but de ne rien oublier de son époque mais plus il en lisait des passages, plus il avait l'impression que c'était un autre personne qui les avait écrite.

Sa camarade reconnaissait être stressée à cause de la venue du Ministre.

*Elle a dit "le ministre" et pas "ma mère". C'est très officiel... Peut-être que ça la rassure un peu de ne pas imaginer que c'est bien sa mère qui court de gros risques. Après tout, le dernier ministre a été assassiné, et les mangemorts ont déjà réussi à entrer à Poudlard, à Noël... Cette visite a l'air de beaucoup compter pour elle. Le fait que ce soit elle qui s'en occupe est une façon de se rassurer, elle n'aurait sûrement pas eu confiance en d'autres élèves.*

Neville voyait une autre dimension au fait que Dana s'occupe seule de la préparation. Une sécurité...

*Pas tout à fait seule...*
D'un seul coup, Neville se dit que pour l'avoir choisi comme "co-préparateur", elle devait avoir une très grande confiance en lui.

*Elle me connaît peu, pourtant. Ai-je l'air si inoffensif que ça ? Ou y a t-il une autre raison ?*

Lui demander pourquoi elle l'avait choisi le démangea mais il se contint.

*Ce n'est pas encore le moment. Elle est stressée, rien n'est installé, ce n'est pas vraiment le meilleur moment de discuter du pourquoi et du comment.*

La serdaigle lui fit un signe pour qu'il approche. Le rouge-et-or vit un plan de la salle avec des noms sur les dessins de chaises, puis des étiquettes avec les noms écrits. Nul doute qu'il sera chargé de ce fastidieux travail.

*Heureusement que je ne suis pas trop mauvais en sortilèges, sinon je devrais tout faire à la main...*

Comme il le craignait, elle lui demanda si il allait rester. Il n'avait pas le coeur de lui dire non, ni d'entrer en conflit avec elle, mais il ne voulait pas non plus être hypocrite.

"Ce qui est vraiment important pour notre avenir, c'est l'enfermement de Tu-Sais-Qui et de ses sbires, comme Badenov et Bellatrix Black. Et tu noteras que j'ai dit "enfermement" pas "exécution". Si on lutte contre la haine, on ne peut répondre avec la haine. Alors, si c'est pour entendre ce discours, non merci. Je sais déjà que les mangemorts sont dangereux, je sais déjà qu'on est en guerre, et si je veux entendre un discours de "tolérance zéro", je n'ai qu'à ouvrir un livre d'Histoire sur le discours du Ministre avant la révolte des Gobelins. Et on sait tous comment ça a fini..."

Le gryffondor ne voulait pas être sec ou désagréable, mais, ce que Dana ne pouvait savoir, c'est qu'il avait trop vu, toute sa vie, le résultat de la haine de Bellatrix sur ses parents. Ce sujet le touchait plus qu'elle ne pouvait l'envisager, puisque son passé dans les années 70 avait été "scénarisé' par Dumbledore, et qu'il passait pour un orphelin (sinon, comment justifier qu'il passe toutes ses vacances à Poudlard et qu'il n'ait pas de chez-soi ?).

Changeant totalement de sujet, Neville prit les papiers avec les noms et le plan et retrouva le sourire.

"Tu veux que je m'en occupe ? Ne t'inquiète pas, je ferais un effort, je n'inverserais qu'une quarantaine de noms. Par exemple, je trouve que l'on devrait mettre le prof McFly à côté de Lily Evans -ces deux-là s'adorent- et Nox Silvestri à côté de Sirius Black ! Quand à Régulus, à côté de Rusard! Lui qui aime les jolies filles, il va être servi, il pourra faire les yeux doux à l'affreux félin qui le suit partout... a moins qu'il ne s'intéresse aux vieux concierges ronchons !"
Serdaigle↯  Mon intelligence est au service de l'AFT
avatar



Nombre de messages : 1000
Age : 15 ans
Groupe : Elève ; Serdaigle
Caractère : Autoritaire - Perfectionniste - Sérieuse - Méticuleuse - Orgueilleuse - Butée - Insensible - Froide - Mauvaise Perdante - Fiable
Crédits : : avatar (c) Lo ; signature (c) super-charlotteuze ; gif (c) inconnu
Date d'inscription : 12/10/2010




Dana Lundy

Serdaigle
Mon intelligence est au service de l'AFT


Carte du maraudeur
Niveau magique: 6/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 08
MessageSujet: Re: Aux grands maux, les grands remèdes   Mar 18 Jan - 23:01

Lorsque le crapaud quitta la poche du Gryffondor, Dana ne put s’empêcher d’avoir un mouvement de recul. Aussi étrange que cela pouvait être, elle détestait cet animal qui pourtant était adoré par de nombreux sorciers. Comme de nombreux moldus, elle l’associait à quelque chose de gluant et visqueux. C’était plus fort qu’elle, ça la rebutait. Elle regarda l’animal se déplacer dans la pièce, vérifiant par réflexe qu’il ne laissait pas de traces derrière lui. Il ne manquait plus que la grande salle ait des traces. Elle songeait déjà à tant de choses qu’effectuer en plus le travail des elfes de maison ne lui paraissait pas concevable. Plus par habitude que par nécessité elle frappa d’un coup sec le paquet d’étiquettes sur la table afin de tous les aligner et d’en faire un tas parfaitement rectangulaire. Oui, on pouvait affirmer que la Serdaigle était quelque peu maniaque sur les bords. Maniaque, et perfectionniste. Un mélange qui pouvait s’avérer quelques fois explosives. Plus particulièrement lorsqu’elle était sujette au stress. Exactement comme en cet instant précis. Il fallait avouer que la tirade de Neville ne l’aidait pas à garder son sang-froid.

Son estomac s’était retourné, ses poils s’étaient hérissés, ses mains s’étaient mises à trembloter. Si Dana détestait bien une chose, c’était que l’on dénigre le ministère et ses actions. Que l’on ne reconnaisse pas à quel point il œuvrait pour les sorciers, pour les moldus. Qu’ils appartiennent à cette génération ou bien à la prochaine. Il était bien naïf de croire qu’un simple emprisonnement réglerait les choses. Que quelques barreaux, et détraqueurs parviendraient à tout stopper. Résumer les actions que la nouvelle ministre voulait mettre en place à la « tolérance zéro » comme il le disait si bien était se contenter d’écouter les grandes lignes. Rester en surface, se contenter du peu. Nombre d’étudiants devaient certainement posséder le même raisonnement que le Gryffondor. Dana se félicita de ce discours à venir. Des points seraient éclaircis, les élèves pourraient interroger à leur guise le ministère. Tout serait dit, indiqué. Tous comprendraient que les actions choisies n’étaient pas par simple envie de vengeance, que les peines encourues n’étaient pas données par facilité mais bien par nécessité. La fille du ministre bouillait en entendant les paroles de Neville, mais elle se contint. Parce que tout serait dévoilé d’ici quelques heures. Parce qu’il ouvrirait enfin les yeux. Elle prit cependant le temps d’inspirer et expirer de tout son soûl afin de se calmer et d’agir efficacement.

Elle se doutait que son attitude devait être en cet instant glacial mais elle n’arrivait pas à faire autrement. Lorsque l’on s’en prenait à la politique du ministère, elle se sentait irrémédiablement impliquée. Fort heureusement, une diversion lui fut servie sur un plateau d’argent. Celui qu’elle avait appelé afin de l’aider à la mise en place avait entamé un babillage concernant le plan et les affinités de chacun. Malgré le fait que les affections qu’Evans ou Regulus Black pouvaient ressentir envers tel ou tel sorcier étaient de loin le cadet de ses soucis et qu’elle les ignorait totalement, elle saisit l’ironie des paroles du griffy. Elle lui donna une fois de plus un sourire tendu.

- Tu sais Neville, je crois tout de même que l’on va en rester à ce plan de salle-ci. La dernière chose que nous souhaitons est bien que cet évènement se transforme en salle de duels.

Eloigner les amis les uns des autres avait été primordiale, mais éloigner les ennemis l’était tout autant. Elle se mit à songer à ce qu’il se passait si elle-même se trouvait assise à coté de Potter par exemple. Cela tournerait mal, sans aucun doute. Alors que Sirius… elle se mit à rougir légèrement en songeant au hibou qu’il lui avait renvoyé mais se ressaisit rapidement. Puis autre chose lui traversa l’esprit. Neville avait l’air de parfaitement connaître les affinités de chacun. Alors qu’il commençait à tout installer, elle l’interrompit.

- Cependant, si tu as quelques suggestions je serais ravie de les entendre. J’aimerais, dans la mesure du possible, éviter les conflits. Si des placements te paraissent inappropriés n’hésite pas. Il est probable que j’ai commis quelques fautes en le rédigeant.

Elle marqua une légère pause tout à fait volontaire.

- Tu sais, j’ai été éduquée de manière à ne pas avoir honte de me remettre en cause. Je suis à l’écoute des autres, et suis prête à prendre en considération toute idée, et à la peser. Un ouragan peut provenir d’un battement d’aile. C’est ce que ma mère m’a toujours enseigné.

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aux grands maux, les grands remèdes   Mer 19 Jan - 15:02

Le jeune garçon craignait d'entrer en conflit avec la jeune serdaigle après qu'il ait révélé ce qu'il pensait du ministère mais fort heureusement, la bataille n'eut pas lieu. Il vit bien le regard de gorgone qu'elle lançait mais il remarqua bien ausis qu'elle se contint.

Curieusement, l'adolescente déclina la proposition de changement de place de son compagnon de corvée mais l'invita à re-consulter les noms, ce que le grand de Septième année entreprit de faire. La dernière réplique de Dana le fit lever un sourcil, tandis que Vortex coassa au loin et se rapprocha de ses bonds caractéristiques.

*Elle, se remettre en cause ? Peut-être, après tout, laissons-lui le bénéfice du doute et évitons de la juger par rapport à sa mère. Mais ça m'étonnerait beaucoup.*

Répondre ou ne pas répondre ? L'adolescent avait le sentiment que s'il émettait un doute ou s'il approuvait trop ouvertement l'éducation de la ministre sur sa faille, il se mettrait en danger vis à vis de la petite serdaigle. Il s'abstint donc de tout commentaire, sauf sur la fin, auquel il adhérait totalement :

"Un ouragan peut provenir d'un battement d'ailes. C'est vrai !"

*Je ne le sais que trop ! * a failli rajouter le culpabilisant rejeton Londubat. Mais il se retint.

*Ce voyage dans le temps est vraiment un grosse erreur. Cela fait un an et demi, presque deux que nous sommes coincés dans les années 70, et avons-nous amélioré les choses ? Bien au contraire, des personnes qui n'auraient jamais dû mourir se sont retrouvés au cimetière, Badenov ne serait peut-être jamais devenu mangemort... Et une chose est sûre: je ne me souviens pas d'une Margaret Lundy dans la liste des ministres de la Magie.*

En même temps, Neville se défiait de sa mémoire défaillante. Qui sait s'il ne se trompait pas ? Le monde dont il venait était révolu, la liste des ministres qu'il avait appris l'était aussi. Le seul espoir qu'il lui restait pour rentrer chez lui, c'était l'hypothèse de l'autre dimension, mais cet espoir restait mince.

Observant les feuilles de noms, le gryffondor remarqua que des petites images mobiles avaient été incluses, ce qui conforta le garçon que Dana avait vraiment dû y mettre beaucoup de temps... Il la complimenta à ce sujet.

"Oh, bravo les photos avec les feuilles, c'est très professionnel. Tu as vraiment tout prévu dans les moindres détails."
Le rouge-et-or devait reconnaître une chose à sa petite camarade: l'investissement. Ce qui lui donna envie de ne pas la décevoir : il commença à lever sa baguette et à placer les feuilles d'un geste d'abord saccadé et lent, puis de plus en plus rapide.

*Sitôt que j'aurais fini, je me dépêcherais vite de l'aider pour autre chose. Qu j'approuve ou n'approuve pas la ministre n'a pas tant d'importance: si ca compte pour Dana, ça doit compter pour moi.*
Intrigué, et, comme tout batracien, attiré par le mouvement, le fier crapaud suivait des yeux les feuilles volantes, prêt à bondir sur celle qui s'avèrerait l'approcher de trop près.

"Je sais que ce n'est qu'un animal" commenca le rouge-et-or sans s'arrêter de placer les noms et en se tournant un peu vers la fille de la ministre, "mais les crapauds de sorciers sont censés être plus intelligents que ça... Mon ancien crapaud, Trevor, était capable de chanter plusieurs refrains, de rester sage durant les essais de Métamorphose et de donner sa bave quand je lui demandais. Comme les Fléreurs et les hiboux, n'importe quel crapaud doit être capable de comprendre ce qu'on lui dit. Mais pour mon cher Vortex, j'ai des doutes... Il doit être à moitié-crapaud moldu..."Pour toute réponse, sentant qu'on parlait de lui, Vortex se contenta de cligner des yeux plusieurs fois et de gonfler un peu son gosier. Croyait-il que son maître le complimentait ?

"Et toi, tu as un animal ?" demanda l'adolescent pour essayer de détendre un peu la jeune fille et l'atmosphère par la même occasion.

Distraction fatale... Le crapaud en profita pour bondir sur une feuille passée trop près, la prendre dans sa bouche grande ouverte et atterrir sur une chaise, glissant sur la feuille qui avait été posée et qui se retrouva par terre. Puis, par quelques mouvement saccadés de la bouche, il commença à avaler le pauvre Professeur Mc Fly... ou du moins ce qui devait le représenter, tandis que l'image de Nox Silvestri protestait de façon muette de se trouver par terre.







Serdaigle↯  Mon intelligence est au service de l'AFT
avatar



Nombre de messages : 1000
Age : 15 ans
Groupe : Elève ; Serdaigle
Caractère : Autoritaire - Perfectionniste - Sérieuse - Méticuleuse - Orgueilleuse - Butée - Insensible - Froide - Mauvaise Perdante - Fiable
Crédits : : avatar (c) Lo ; signature (c) super-charlotteuze ; gif (c) inconnu
Date d'inscription : 12/10/2010




Dana Lundy

Serdaigle
Mon intelligence est au service de l'AFT


Carte du maraudeur
Niveau magique: 6/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 08
MessageSujet: Re: Aux grands maux, les grands remèdes   Dim 23 Jan - 13:37

Malgré les apparences, malgré ses pensées précédentes, Dana était décidée à prouver à Neville que le ministère était entièrement dévoué aux sorciers. Que tout ce qu’il faisait, tout ce qu’il créait était pour eux. Dans le but de les protéger, de leur assurer un avenir. Et elle utilisait pour le convaincre divers subterfuges. Il était bien entendu difficile de passer à coté du sous-entendu qu’elle avait glissé dans ses propos. Education prodiguée par la ministre. Ce qui voulait signifier, que Margaret Lundy elle-même pouvait se remettre en question, était à l’écoute de tous et prenait en considération les avis de chacun. Non, la politique en vigueur ne se résumait pas uniquement à traquer, enfermer, punir. Il y avait une réelle envie d’aider, de construire. L’objectif d’atteindre cette plénitude, cet havre de paix que tous souhaitaient. Cependant, le Gryffondor ne réagit aucunement à ses paroles. Par mesure de prudence ? Probablement. La bataille allait rude. Mais elle ne lâchait pas prise. Et si elle ne parvenait pas à le convaincre, la ministre, elle y parviendrait.

Elle se mit à étudier les différentes hypothèses de banderoles qu’elle pourrait accrocher dans la grande salle, changeant d’un coup de baguette les divers croquis qu’elle possédait. Une chose était certaine, il fallait que le logo du ministère y apparaisse. Elle en étudia un qui lui plaisait particulièrement, puis se rendit compte qu’il était aux couleurs de sa maison. Elle le chiffonna et passa à un suivant. Elle avait beau se préparer depuis des semaines, elle avait l’impression que rien ne serait au point à temps. Elle se massa les tempes, tentant de trouver une solution. Elle se contenta de sourire au compliment de Neville et retourna à sa réflexion. Oui elle s’appliquait. Il s’agissait d’une visite importante et tout devait être parfait. Sans accroche.

Elle écouta sans dire mot les paroles du Gryffondor. Il aurait beau lui expliquer la vertu des crapauds de long en large, elle trouverait toujours cet animal repoussant. Elle savait que beaucoup aimaient son utilité, mais elle ne pouvait pas en toucher un. C’était plus fort qu’elle. Elle songea à Cloudy. Elle pouvait passer des heures à le caresser. Alors que celui-ci… Un frisson la parcouru et elle détourna ses yeux. Jusqu’à qu’elle entende un bruit inquiétant. Elle se retourna et vit un marque-place sur le sol. Une autre mâchouillée par le crapaud. Elle était furieuse. Vraiment. Mais elle se calma une fois de plus. Inspiration, expiration.

- Ce n’est pas grave. Ça peut se refaire rapidement. Accio marque-place.

Elle se saisit des deux feuilles, nettoya celle représentant Nox Silvestri et fit disparaître celle du professeur de potion, avant d’en créer une nouvelle. Elle préféra ne pas desserrer les lèvres de peur d’exploser de rage. C’était bien la dernière chose qu’elle devait faire. Laisser sa colère empiéter sur la raison. Laisser des sentiments prendre le pas et lui faire oublier l’objectif principal de cette conversation à deux. Elle se retrouva dans une situation qui lui semblait bien connaître. Celle qu’elle avait vécue avec Lyra Badenov. Une fois de plus, elle se trouvait dans l’obligation de faire la conversation si elle devait convaincre. Gagner. Elle respira une nouvelle fois profondément avant de répondre à la question de Neville.

- J’ai un chat depuis mon entrée à Poudlard. Cloudy. J’ai souvent l’impression qu’il est lui aussi doté d’une sorte d’intelligence humaine. Comme ton ancien crapaud. Trevor c’est ce que tu as dis ? Que lui est-il arrivé ?

Elle s’approcha de son camarade et lança d’un coup de baguette les deux fiches remises en état vers les places qui leurs étaient destinées. Elle ne put s’empêcher de lancer un regard sur le second rang où sa propre image lui souriait et rougissait en lançant quelques regards à l’élève situé à ses cotés. Ce dernier ne cessait de lui faire des clins d’œil. Elle se demanda ce qui lui avait pris d’assigner les places de cette façon-ci. Espoir futile et juvénile. Mais elle ne pouvait empêcher son cœur de battre d’excitation. Certes, il y avait ce discours. Mais aussi l’idée de devoir passé une heure aux cotés du poursuiveur de ce poursuiveur des Gryffondors. Elle s’indignait elle-même mais ne pouvait rien y faire. Elle tenta tant bien que mal de cacher son état de fébrilité en retournant sur ses croquis de banderoles. N’arrivant pas à se concentrer, elle se résolu à appeler l’élève à sa rescousse.

- Neville. J’hésite pour les couleurs des banderoles. Tu pourras me donner un coup de baguette par la suite ?

Elle décida de se lancer dans autre chose. L’installation de la scène. Il y avait le pupitre. Certes. Mais il fallait des chaises pour les aurors accompagnant la ministre. Nouvel objectif en attendant d’avoir une soudaine révélation que ce soit au niveau de la décoration ou de son argumentaire.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aux grands maux, les grands remèdes   Jeu 27 Jan - 20:26

Comme Neville le craignait, la réaction toute animale de son batracien a exaspéré Dana, cela se voyait dans les yeux asassins qu'elle envoyait à l'animal, inconscient du danger, seulement frustré d'avoir perdu sa proie.

*Cet idiot est en train de détruire tout effort pour détendre la petite Lundy junior...*
Une seconde, il s'étonna que, lorsque la serdaigle jeta un accio "marque-place", tous les marque-place ne se soient pas envolés vers elle. Puis un vague souvenir lui revint... Il y avait des dragons... Ca se passait dehors...Un adolescent de l'âge de Lundy avait lancé un "accio balai", et un seul balai s'était élancé... Mais pourquoi devait-il affronter des dragons ? Ca se passait à Poudlard... Pourtant il ne peut pas y avoir de dragons, à Poudlard ?!

Finalement, le rouge-et-or secoua la tête. Ce devait être un faux souvenir, un rêve qu'il avait dû faire.


La jeune fille gardait un calme olympien, ce qui était surprenant vue la tension qu'elle semblait accumuler. Elle lui parla de son chat et lui demanda ce qu'il était arrivé à Trevor.

"C'est une histoire bête comme tout. Il avait la manie de s'enfuir tout le temps... Et il s'est enfui une fois de trop."

En réalité, lorsqu'ils avaient efectué ce voyage dans le temps, ils pensaient revenir assez vite et non terminer leur scolarité dans les années 70 ! Aucun n'avait ramené son animal. Hermione n'avait pas son chat orange, Hary n'avait pas emmené sa chouette des neiges, Neville n'avait pas emmené Trevor.

*Qui sait si je ne suis pas en train de m'occuper de l'ancêtre de mon Trevor ? Mais vu son intelligence, ce serait plutôt un vague cousin ou un oncle imprésentable comme toute famille se doit d'avoir.*
"Je le regrette parfois, comme je regrette ma vie d'avant. Mais il ne faut pas se complaire dans le passé." *ou dans le futur...*
L'adolescent avait terminé de placer les feuilles lorsqu'il entendit sa camarade lui demander de l'aider pour les couleurs des banderoles.

"Bien sûr, j'arrive !"
Par petits bonds, Vortex suivit son maître. Sans doute l'amphibien était-il impatient de découvrir le nouveau jeu que son père-humain n'allait pas manquer de lui proposer.

"Vortex, pas bouger !"
*Si il lui venait à l'esprit de trop s'approcher de Dana ou de saboter encore une partie de son travail, elle va l'atomiser.*
L'animal avait-il compris ? Entendu ? En tout cas, il marqua un temps d'arrêt, regardant le doigt se tendre vers le sol.

Profitant de cet instant d'hésitation, le garçon rejoignit la jeune fille, qui semblait fébrile après avoir regardé quelques feuilles sur les chaises.

*Les aurai-je mal placés ? Ou a t-elle peur que Vortex s'attaque à ce rang ?*
Quoiqu'il en soit, Neville essaya une nouvelle fois de la déstresser.

"Comme couleur, c'est évident: rouge et or ! Ne serait-ce que pour faire enrager les serpentards. Sinon, je pencherais pour le rose bonbon avec des petits coeurs, histoire de détendre tout le monde."

Encore une fois, un flash: une femme affreuse, rose bonbon, avec un petit rire énervant.

Neville, cette fois, se prit la tête d'une main. Que lui arrivait-il ?

"Non, mauvaise idée, j'en ai la nausée rien que de l'imaginer. Plus sérieusement, je verrais du bleu marine en signe... Comme une croix pour signifier le rempart, la protection... Le bleu étant bien sûr une référence à serdaigle, mais plus foncé pour montrer le sérieux de ta mère. Quand au fond, pour que ce soit positif, pur, je verrais bien du blanc. En gros, une croix bleu transversale sur fond blanc, qui signifierait : "Je protège le bien".
Le gryffondor eut un petit rire de contentement et d'ironie.

"Je t'ai même trouvé un cri de ralliement."
"Coâââ!" approuva le crapaud.

Avec sa baguette, Neville dessina sa banderole: "je protège le bien" écrit avec, en fond, le drapeau qu'il s'imaginait. Puis il rejoignit son amie qui installait la scène.

"Qu'en penses-tu ? Attends, je viens t'aider."






Serdaigle↯  Mon intelligence est au service de l'AFT
avatar



Nombre de messages : 1000
Age : 15 ans
Groupe : Elève ; Serdaigle
Caractère : Autoritaire - Perfectionniste - Sérieuse - Méticuleuse - Orgueilleuse - Butée - Insensible - Froide - Mauvaise Perdante - Fiable
Crédits : : avatar (c) Lo ; signature (c) super-charlotteuze ; gif (c) inconnu
Date d'inscription : 12/10/2010




Dana Lundy

Serdaigle
Mon intelligence est au service de l'AFT


Carte du maraudeur
Niveau magique: 6/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 08
MessageSujet: Re: Aux grands maux, les grands remèdes   Dim 30 Jan - 23:52

Elle n’avait pas le temps. Pas le temps pour toutes ces idioties d’adolescents. Il en avait toujours été ainsi. Le travail et ensuite les flâneries. Et pour éviter justement de laisser ses émois juvéniles prendre le dessus, elle se débrouillait avec aisance pour se donner toujours de quoi s’occuper. Que ce soit avec ses cours ou bien ses activités extrascolaires. A tel point qu’elle y avait trouvé une véritable passion. Créer sa société lui avait demandé une énergie non-quantifiable. Elle s’en était toujours admirablement sortie. Il n’y avait aucune raison que cela ne change. Par réflexe, elle jeta un nouveau regard vers les places. Elle sentit à nouveau un rose se teinter sur ses joues. Ça n’était vraiment pas le moment. Elle écouta attentivement les propos de Neville. Ses suggestions pour la banderole notamment. Elle le regarda créer un aperçu de ce que cela pourrait donner. Puis elle se demanda pourquoi.

Pourquoi était-il aussi serviable avec elle ? Il avait pourtant jusque-là semblé être plus que réticent à assister à cette réunion. Il avait même dénigré les actions du ministère. Son attitude défiait toute logique. Et pour cela elle ne le comprenait pas. Parce qu’elle, Dana, avait toujours agi avec sa raison. Quelle que soit son activité, ses contacts. Même son unique amitié était le fruit d’un choix de raison. Nathanaël… Elle secoua à nouveau sa tête. Les flâneries n’étaient pas à l’ordre du jour. Vraiment pas. Elle avait d’autres niffleurs à fouetter.
Et pourtant, le gryffondor avait réussi à installer comme une ambiance détendue. Elle était bien moins stressée qu’avant son arrivée. Et elle appréciait cela. Ses interventions teintées d’un léger humour l’amenait à sourire. A oublier l’importance de ce qui allait se dérouler à l’école d’ici moins d’une heure. Etrange, que de pouvoir travailler sans cet état emprunt d’angoisse. Ils avaient finalement bien avancés. Les places étaient marquées, la scène installée. Il ne manquait plus que ces banderoles. Et grâce à son aide c’était presque terminé. Oui, mais pourquoi ? L’implication lui paraissait toujours aussi illogique.

Elle regarda plus attentivement le croquis. Il y avait de l’idée, pour les couleurs notamment. Elles étaient sobres. Et oui, elles rappelaient les couleurs de la maison qui les avait accueillies elle et sa mère. Excellente suggestion à dire vrai. Elle leva son visage vers lui.

- C’est une bonne idée. J’aime bien ce mélange de couleur et puis il n’est pas tape à l’œil. Par contre en ce qui concerne les symboles, je souhaite garder l’emblème du ministère. Car même si Margaret Lundy vient parler en tant que femme et mère de famille, elle n’en reste pas moins la ministre de la magie, et c’est aussi en ce nom-ci qu’elle vient parmi nous. Alors je verrais plus quelque chose de cet ordre-ci.

Dana tapota le croquis de sa baguette. La croix se transforma et forma le blason qui était indissociable du gouvernement des sorciers. Elle admira le travail et y éprouva une sorte de fierté. Elle se concentra par la suite sur la phrase. Elle résumait parfaitement leur mission, l’objectif qu’ils s’étaient fixé. Mais il ne pouvait être aussi explicite. Elle donna un nouveau coup et laissa les mots se former. «Protégeons-nous les-uns et les-autres ». Elle se recula quelque peu, afin d’avoir un nouvel aperçu. Elle en profita pour lancer à nouveau la conversation. Hésitant tout d’abord à obtenir une réponse à son interrogation. Puis elle se résigna repartant sur leur sujet de conversation premier. Ne pas brusquer. C’était là l’essentiel.

- Je suis navrée pour Trévor. Je ne sais pas dans quel état je serais si Cloudy venait lui aussi à disparaître. Nos animaux sont finalement ce qui nous rappelle notre foyer et ils nous procurent chaleur et réconfort. D’autant plus que tu as l’air d’avoir un passé assez singulier. C’est heureux que tu aies pu à nouveau t’attacher à un animal.

D’un coup de baguette, elle leva le croquis et l’agrandit. En étant en partie l’auteure, elle n’arrivait pas à être d’une impartialité totale. Forcément elle était fière du résultat. Comme il en était souvent le cas lorsqu’elle travaillait avec acharnement sur un projet et qu’elle finissait par produire quelque chose. Elle regarda à nouveau Neville, l’interrogeant du regard et attendant son avis sur l’allure de la banderole et les modifications qu’elle y avait apporté.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aux grands maux, les grands remèdes   Mer 9 Fév - 16:48

C'est avec une petite déception que l'adolescent vit la croix disparaître au profit du blason du ministère et sa formule changée.

*Zut! Moi qui me suis démené pour trouver une bannière qui irait aussi bien à l'Ordre qu'au Ministère, voilà qu'elle ramène la couverture au Ministère seulement. Quant à la formule... Elle résume bien ce qu'elle vient de faire: l'individualisme.*

Cherchant des paroles franches mais diplomatiques, le rouge-et or dévoila une partie de sa pensée :

" C'est toi qui décides, tu connais plus ta mère que moi. Mais si tu veux mon avis, "protégeons-nous les uns et les autres" n'est pas la formule parfaite : on a l'impression d'un repli sur soi, comme une mère qui protège son enfant. Une relation duelle, donc. or, je pense qu'il faut plutôt envoyer le message d'un mouvement d'ensemble, collectif, d'un front commun pour lutter contre la magie noire."

*L'Ordre du Phénix, en gros...*

"Alors, peut-être qu'en joignant ces deux verbes..." Avec sa baguette, Neville re-modifia la bannière, en effacant la formule de Dana et en inscrivant: "Protéger et lutter".

"Cela résume les deux missions *de l'Ordre* du Ministère, non ? Protéger la population et lutter contre les partisans de Tu-Sais-Qui. tous les opposants des mangemorts pourront s'y reconnaître."

*Car voilà ce qui m'importe: trouver un terrain d'entente entre Ministère et Ordre pour lutter efficacement au lieu de se méfier les uns des autres. Si je peux trouver quelque chose qui puisse rapprocher ces deux camps...*Le vrai sujet qui fâche n'a toujours pas été abordé: les moyens utilisés pour lutter et pour protéger. Mais le garçon n'allait pas commettre l'impair de l'évoquer. Pas plus qu'il n'allait évoquer les possibles infiltrations du ministère par les mangemorts. Combien d'espions de Voldemort y avait-il dans les différents départements ? Combien d'employés du Ministère approuvant secrètement les idées "sang-purs" de la bande de Torben et de Bellatrix ? Combien contrôlés par imperium ? Combien menacés et subissant un chantage pour révéler des informations ?

*La petite Dana, emportée par l'adoration de sa mère, n'a probablement jamais pensé à ça... Pas plus qu'elle n'a vu Poudlard aux mains du Ministère avec cette affreuse femme habillée de rose... J'en ai peu de souvenirs et pourtant je garde une impression tenace de dictature...*
A propos d'évocation, la jeune adolescente fit référence au passé "trouble" de Neville. "Trouble était le mot qui venait tout de suite à l'idée du garçon, son passé était comme une image et sa mamoire comme des yeux qui perdaient progressivement la vue... Les potions de mémoire se sont révélées peu efficaces mais lui avait permis de récolter encore quelques précieuses informations, qu'il s'empressait de noter et qu'il relisait fréquemment, comme si ce lien avec cet autre soi-même, le Neville des années 90, allait se rompre à tout moment.

Mais il n'allait pas le reconnaître devant elle.

"Quand à mon animal, tu sais, je dirai que c'est plutôt lui qui s'est attaché à moi en premier. A vrai dire, je me demande à partir de quelle mesure on choisit nos animaux et si ce ne sont pas eux qui nous choisissent...." Plus léger, il plaisanta en prenant Dana au mot : "quand à la chaleur, je n'ai pas choisi le meilleur animal : Vortex est plutôt froid au toucher. Quand il décide de venir me réveiller, en plaquant sa patte palmée sur mon visage, la sensation n'est pas très agréable. Mais l'été, c'est une bénédiction. "
L'adolescent regarda la Grande Salle. L'heure tournait, il fallait se dépêcher de terminer la décoration s'ils voulaient se doucher, se changer et revenir ensuite.

"Que reste t-il à faire ?"
Serdaigle↯  Mon intelligence est au service de l'AFT
avatar



Nombre de messages : 1000
Age : 15 ans
Groupe : Elève ; Serdaigle
Caractère : Autoritaire - Perfectionniste - Sérieuse - Méticuleuse - Orgueilleuse - Butée - Insensible - Froide - Mauvaise Perdante - Fiable
Crédits : : avatar (c) Lo ; signature (c) super-charlotteuze ; gif (c) inconnu
Date d'inscription : 12/10/2010




Dana Lundy

Serdaigle
Mon intelligence est au service de l'AFT


Carte du maraudeur
Niveau magique: 6/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 08
MessageSujet: Re: Aux grands maux, les grands remèdes   Lun 30 Mai - 10:22

Le goût de la victoire. Une délicieuse note sucrée. Contrairement à ce que l’on peut penser, la demoiselle n’a pas eu de nombreuses occasions de la sentir. Aucune même. Tellement perfectionniste, elle n’a au grand jamais été satisfaite de son travail. Qu’il soit question d’un devoir à rendre sur l’étude des sortilèges impardonnables ou bien de son activité extra scolaire. Toujours quelque chose à redire. A revoir. A refaire. Mais là, enfin, elle approchait du but. Elle le touchait du bout des doigts. Mais là, en quelques secondes, son co-équipier de la journée allait tout détruire, tout faire voler en éclat. La jeune Serdaigle remarqua son air dubitatif, le fait qu’il n’était pas d’accord. Une sorte de colère commença à envenimer son esprit. Elle se renfrogna garda sa rancœur pour elle, écouta d’une oreille plus que discrète la suite des paroles de son camarade. Relation duelle ! D’où pouvait-il bien la sortir celle-ci ? C’était la meilleure blague qu’on avait bien pu lui faire depuis que son frère avait tenté de lui faire croire que les bombabouses étaient dotées d’un système qui permettait de détecter leurs victimes.

Dana jeta un regard en biais au Gryffondor qui une fois de plus modifiait son travail. Elle en vint à se dire qu’il agissait probablement ainsi dans un simple esprit de contradiction. Comme si les valeurs qu’elle défendait, celles que le ministère défendait étaient mauvaises. Comme si tout n’était qu’hypocrisie de leur coté. Et le fait qu’il puisse seulement y songer commençait à la mettre hors d’elle-même.
Le goût de la victoire s’en était allé bien loin. Il ne lui restait plus que celui de l’amertume. Celui auquel elle était tant habituée. Elle tenta d’en faire abstraction, mais une boule lui restait coincée au travers de la gorge. La colère était toujours omniprésente. Relation duelle. Ces mots n’arrêtaient pas de se bousculer dans sa tête. A un point tel, qu’elle finit par lâcher une phrase cinglante et froide.

- Protégeons-nous les-uns et les-autres. Il n’y a absolument rien de duel dans cette phrase-ci. Il s’agit d’une globalité, d’où l’utilisation de la 1ère personne du pluriel. Elle vise chacun d’entre nous. Parce que seule l’union permet de faire face à l’adversité. Je ne suis absolument pas d’accord avec toi.

L’union face à l’adversité. C’était exactement le but de la venue de la ministre dans leur école. Et voilà qu’elle, sa fille agissait d’une manière individualiste. Quel piètre exemple elle pouvait donner. Une pointe de culpabilité se mit à naitre. La colère retomba comme un soufflé cuisiné par un moldu. Des larmes naquirent au coin de ses yeux, mais elle s’empressa de les ravaler.

- Je suis désolée Neville. Je suis énormément stressée. Tu comprends, personne ne s’intéresse réellement à ce que nous faisons et luttent contre nous. Alors que tout ce que je souhaite est que nous soyons réunis ensemble pour contrer cette menace. Tu sais quoi ? Je suis prête à faire une concession. Laissons ce que tu as marqué. Parce qu’après tout il faut bien se serrer les coudes dans de telles conditions.

La jeune Serdaigle jeta un coup d’œil aux alentours et opina du chef.

- Nous en avons terminé il me semble. Tant mieux, la réunion ne devrait plus tarder. A moins que tu ne souhaites ajouter quelque chose. Je promets de ne pas réagir de manière excédée.

Humour amer qui en disait long. Elle s’en voulait d’avoir agi de cette façon. Mais l’attitude du Gryffondor la blessait en son for intérieur. Il n’était pas prêt à accorder sa confiance à elle, au ministère et il l’avait bien prouvé au cours de préparatifs.

[HJ : Sincèrement désolée pour ce retard plus que honteux, pardon, pardon, pardon...]
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aux grands maux, les grands remèdes   Lun 6 Juin - 17:44

Plus de gentilles questions sur leurs animaux... Il vit la jeune fille se mettre en colère et parler de façon froide sur son désaccord.

*Décidemment, elle a beaucoup de mal à rester aimable...*

Curieusement, il fit un parallèle avec la mère de la serdaigle. N'aurait-elle pas le même comportement ?

"Mais enfin... C'est toi qui m'a demandé mon avis..."

*Il faudrait savoir !* pensa le gryffondor dont le comportement de l'adolescente décontenançait. D'autant plus qu'elle (re)commença à pleurer.

"Oui, je sais que ça te stresse beaucoup. Ce n'est rien, j'en ai vu d'autres."

Après l'attaque du ministère, Pré-au-Lard envahi, le bal de Noël attaqué, le décès du ministre, le voyage dans le temps et tout le reste, une petite crise d'une quatrième année quasi-inconnue n'était pas censé émouvoir plus que ça le gryffondor... Et pourtant, Neville sentit son coeur se serrer devant Dana prête à accorder une "concession".

*La pauvre... Elle est face à des enjeux qui la dépassent encore plus que moi... et pourtant, Merlin sait que je ne suis qu'un petit pion face à un échiquier géant !*

"Oui, on a terminé. On peut être fier: la Grande Salle a fière allure. Bravo à toi, tu es une sacrée organisatrice, je n'ai eu qu'à obéir à tes directives."

Neville s'approcha de la jeune fille et lui tapota affecteusement les épaules.

"Et puis ne t'inquiète pas, je sais très bien que tu parles autrement d'habitude. Attends de me voir travailler en divination, et là, tu sauras vraiment ce que veut dire: "être excédée" !"

Neville conclut par un petit rire auquel le crapaud répondit par un coâssement curieux. Quoi ? On ne joue plus ? Le maître dit au revoir ? Plus de jouets volants à attraper ?

"Allez, maintenant il faut se changer, s'habiller correctement et écouter les autres admirer notre travail. Tout va bien se passer, tu verras."

Neville siffla pour que son crapaud aille dans sa poche. Bien entendu, Vortex ne bougea pas. Il n'était pas un chien, après tout ! Le garçon agrandit sa poche et le crapaud bougea mollement, avant de se décider à sauter directement dans la poche dans l'espoir que son maître n'oublie pas de faire tomber quelques miettes de pain pour le récompenser de s'être déplacé. C'est la moindre des choses quand même !

"A tout de suite, Dana !"

Le voyageur temporel sortit de la grande salle et se dépêcha d'atteindre le septième étage pour retrouver sa salle commune. Il ne se doutait pas du futur désastre de la visite de la mère de Dana...







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Aux grands maux, les grands remèdes   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum