Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Que la lumière soit... vaporisée !   Mer 17 Nov - 20:39

Neville ne se vengeait jamais.

En effet, la vengeance est un sentiment bas, inutile, qui ne résout rien, contrairement à la justice, qui se doit bien sûr d'être impartiale.

En ces conditions, qu'est-ce que le gryffondor pouvait bien faire, en attente devant un détour de couloir, un vaporisateur à la main ?

*Parce que ce s** de Régulus m'a humilié une fois de trop ! Et cette fois, je lui ferai payer.*

Cela n'est pas dans l'habitude de l'adolescent, comme il n'est pas non plus dans son habitude de préparer sa vengeance * sa justice !* longtemps à l'avance. Mais son idée lui était venue sur un coup de tête, dans la serre où il aimait se réfugier pour s'occuper de ses chères plantes. La prof de Botanique s'était plainte qu'un Troisième Année ait voulu respirer le pollen d'une Bardane en s'imaginant que cela lui enlèverait ses boutons d'acné alors que ce n'était le cas qu'ne infusion et qu'ne respirant son pollen, c'est le contraire qui se passe ! Du coup, le petit Poufsouffle s'était retrouvé le visage recouvert des boutons dont il aurait bien voulu se débarasser.

A ce récit, le rouge-et-or pensa immédiatement à Régulus ou Nox, qui étaient si fiers de leur beauté, et qui traitaient le timide Neville de repoussoir à filles. Et si, pour une fois, c'était eux, les repoussoirs ?

Le nez du Septième année était abîmé, pour une bête histoire de livre et d'Achillée éternuante, mais cela lui a rendu service : il a pu recueillir le pollen et le placer magiquement dans un vaporisateur de parfum sans le respirer et se retrouver aussi boutonneux qu'un écossais roux adolescent souffrant de dragoncelle.

Une fois son arme prête, il n'avait plus qu'à trouver un endroit où les serpentards se rendaient et où un gryffondor pouvait aussi se trouver sans éveiller de soupcons. cela excluait les cachots en dehors des cours de Potion. Par contre, n'importe quel couloir d'étage ferait l'affaire, le prétexte des escaliers qui changent de place étant imparable... et vrai !

Et voilà comment Neville se trouvait dans ce couloir, le vaporisateur caché dans la longue manche de sa robe de sorciers, à la fois excité et vaguement honteux de se rendre justice de cette façon.

*Il faut croire que les Maraudeurs ont déteint sur moi ! Sirius, en particulier; on s'entendait bien l'année dernière.*
Si le gryffondor préférait Remus, son modèle, il avait cherché à connaître Sirius et James Potter l'année dernière. Il s'était bien entendu avec l'aîné des Blacks, même si il n'approuvait pas toutes ses "blagues". Quelque chose dans la physionomie du parrain de Harry l'intriguait aussi. Il résistait toujours à une envie irrépressible de lui donner des croquettes plutôt que de lui serrer la main...

Secouant la tête pour chasser l'étrange vision qu'il venait d'avoir d'un Sirius accroupi et tirant la langue pendant que le Voyageur Temporel lui tendait sa gamelle, il se reconcentra sur les bruits de couloir et les serpentards qui devaient enfin sortir de leur cours. Pour cibler seulement Régulus, il fallait bien viser et lui envoyer directement l'essence de Bardane sur le visage, pour ne pas qu'il y ait de "dommage collatéral".

Quelques serpentards sortaient, Neville tournait la tête dans le coin du couloir. Pas de Régulus... Ni de Nox... Ces deux là devaient être en retenue ou alors ne se sont pas déplacés. Ou alors, ce qui était plus probable, la classe devait être en demi-groupe, ce qui expliquait le peu d'élèves qui sortaient.

*Zut ! L'essence de Bardane ne se conserve pas plus d'une semaine ! Et cela fait déjà quatre jours que j'attends une occasion.*
Mais une autre personne retint son attention: une belle brune se détachait du lot, celle qu considérait Neville comme un sorte de "chose" à mi chemin entre les elfes de maison et les poignées de porte : Lux Silvestri. Elle ne se privait pas pour mépriser l'adolescent avec des accents lui rappelant ses pires souvenirs avec Rogue, les seuls souvenirs dont il aimerait bien se débarasser pour le coup !

*Je n'y ai pas pensé pour elle, mais tant pis ! Elle qui me trouve laid, ça risque d'être intéressant qu'elle se voit couverte de boutons... Et puis, il faut que j'arrête de me taire devant elle sous prétexte que c'est une fille !*

Il leva le bras innocemment, comme s'il se tenait contre le mur et juste au moment où la serpentarde pasait, il appuya sur son vaporisateur. Le bruit des pas cacha le "pschitt". Puis, il le mit prestement dans la poche de sa robe.






avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Que la lumière soit... vaporisée !   Mer 24 Nov - 14:22

Si le cours de Potions n'étaient pas forcément celui où Lux excellait le plus contrairement à tout bons Serpentard, ce n'était pas le cas en Sortilèges et Enchantements qui avait beaucoup plus d'attraits à ses yeux. Aujourd'hui le cours avait été très intéressant d'autant plus que pour mieux travailler ils avaient été mis en demi-groupe. Ce fut tout de même une source de contrariété pour la brune puisqu'elle avait vu son frère aller dans l'autre groupe. Un avantage ? Regulus était avec son frère. Non pas que la jeune femme soit totalement insociable, mais pour le coup, il n'y avait pas grand monde à qui faire causette...

Aujourd'hui ils avaient travaillé le sortilège Aguamenti et le sortilège de Sécheresse. Ce qui expliquait pourquoi lorsqu'ils sortirent du cours certains parmi eux étaient complètement trempés... Le groupe de Serpentard se dirigeait tranquillement vers leur salle commune. Lux papillonnait légèrement parmi eux sans réelles attaches. Replacement distraitement ses cheveux en place ainsi que son sac à l'épaule, Lux ne prêta aucune attention aux personnes qui se trouvaient dans les alentours.

C'est alors qu'elle sentit un liquide se déposer en fine goute sur la partie droite de son visage. Par réflexe, sa main droite vint protéger ses yeux. Le reste des Serpentard avait continué d'avancer tandis que Lux s'était arrêté dans son élan.

Soyons lucide... Des jets de je ne sais quoi qui vous tombe deçu dans Poudlard, cela peut venir de n'importe où, mais pas tout seul. Le regard de Lux se leva immédiatement vers le plafond. Peeves l'esprit frappeur qui s'était installé à Poudlard était du genre à faire se genre d'idiotie. Le plus grave était de savoir ce qu'elle venait de recevoir sur la figure. Elle observa un instant sa main et toucha son visage. Non, il n'y avait pour le moment rien de suspect. Cela avait-il été simplement le fruit de son imagination ? La jolie brune baissa alors les yeux et rencontra se de quelqu'un d'autre.

Une légère grimace s'empara de son visage lorsqu'elle reconnu les yeux torves du jeune homme qui se tenait à quelques pas d'elle. Neville... Un Gryffondor qui n'avait pas tout à fait le charisme de certains de ses congénères...

' Qu'est ce que tu regardes Mandragore ? '

Le ton de Lux était froid et cassant. Elle avait toujours trouvé les Mandragore comme étant des plantes affreuses et c'était assez régulièrement que le pauvre Neville se voyait affublé de ce surnom venant de la Serpentard. Il fallait avouer qu'il n'avait pas été par la nature, qu'il appartenait à la maison des Gryffons, tout pour être exécré par Lux si nous voulions faire court.

La brune fit quelque pas en direction de Neville qui était appuyé contre le mur. Que faisait-il là celui là ? Il n'avait donc pas cours ? Elle croisa les bras sous sa poitrine et se planta un instant devant lui. Son regard le jaugea de bas en haut avec une pointe de dédain. Elle plissa les yeux malicieusement puis reprit la parole :

' Tu es tout seul ? Il n'y a pas un de tes petits copains aux alentours ? Ne me dis pas que tu te serais perdu quand même ? '

La brune continuait de le fixer. Il était légèrement plus grand qu'elle mais Lux n'était pas du genre à être effrayée. Du moins, pas par Neville. Il était insignifiant, il ne ripostait jamais. Elle se demandait d'ailleurs comment cela se faisait qu'il soit encore planté devant elle à l'instant présent. Lux se gratta légèrement le dessus de la main droite. Elle continuait de regarder Neville qui lui semblait l'observer avec un grand intérêt tandis que Lux se grattait de nouveau la main droite. Sa joue commençait elle aussi à la chatouiller.

' Qu'est-ce que tu rega.... PAR MERLIN QUELLE HORREUR ! '

Plusieurs d'entre vous pourrait croire qu'elle parle de Neville mais non. Alors qu'elle se grattait la main elle avait sentit quelque chose sous ses doigts. Son regard était tombé sur deux énormes boutons qui faisaient la surface du dos de sa main. Directement sa main avait été toucher son visage, là où elle avait reçu le liquide. Deux boutons aussi gros que sur sa main avait prit place sur sa joue et un autre s'était logé au niveau de sa tempe. Lux détacha immédiatement ses cheveux pour cacher l'horreur qui se déployait sur son visage et tira sur sa manche pour dissimuler sa main.

' Ne t'avises même pas de rire espèce de Troll ! ' dit-elle en s'adressant énervée à Neville sans se douter une seconde qu'il était le coupable de cet acte.

Elle commença alors à lui tourner le dos pour filer dans son dortoir. Elle ne pouvait pas se promener ainsi dans le château !
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Que la lumière soit... vaporisée !   Mar 7 Déc - 20:46

*Ca n'a pas marché...*
La première réflexion du jeune gryffon en scrutant le visage de la serpentarde, c'était que... rien ne se produisait. La jeune fille l'avait même remarqué et se planta devant lui.

*Elle m'appelle encore Mandragore... Je ne comprends pas pourquoi elle juge que c'est une insulte, c'est un très joli nom, et c'est surtout unremède très puissant contre à peu près tout... Combien de fois la mandragore lui a t-elle rendu service lorsqu'elle était malade ou victime d'un sort?*

Mais le gryffon n'avait pas envie de lui faire un cours de botanique car la serpentarde, toujours aussi acide, lui demanda ce qui'l faisait là. Bien sûr, il avait son excuse toute prête, mais, confus, il ne put que balbutier face à la fille qui lui arrivait pourtant au nez.

" Ssss... si, je... Je me suis perdu, ça m'arrive..."
En tant que voyageur Temporel, il n'était dans cette époque que depuis un an et demi, ce qui rendait cette excuse à peu près plausible, mais le rouge monta aux yeux du gryffon. C'est sûr, il mentait mal.
Et puis... Neville se mit à regarder le visage de Lux avec surprise d'abord puis avec une joie pas très dissimulée. Des boutons d'acné apparaissaient en constellations sur le visage naguère joli de la verte-et-argent. Elle commençait même à se gratter convulsivement.

*Mais bien sûr! En spray, cela met plus de temps qu'en application immédiate !*
La jeune fille finit par remarquer ce qui se passait, elle sembla affolée, ce qui réjouit le grand adolescent plus que tout.

Elle l'intima de ne pas rire et Neville pouffa : "Oh je ne te promets rien." puis, elle lui tourna le dos. Gonflé de courage de voir que son plan avait fonctionné et qu'elle n'allait pas tarder d'être la risée de tous les élèves qu'elle rencontrerait, Neville ne put s'empêcher de lui lancer, en boutade :

"Tu sais que les mandragores, ça peut guérir les boutons ?"
Bien sûr, il n'avait absolument pas dit cela pour qu'elle se mette en tête qu'il la soigne en toute discrétion mais bien pour prendre sa revanche contre cette petite peste de Silvestri. Il mit sa main devant sa bouche pour ne pas éclater franchement de rire. La petite voix de sa conscience le lui reprochait déjà, ainsi que ce vilain tour, mais il le justifia en pensant:

* Si on est bon en quelque chose, pourquoi ne pas en profiter ? Après tout, les maraudeurs ont fait dix fois pire.*Il relança: "Attention de ne pas te gratter, c'est mauvais pour ta peau !"
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Que la lumière soit... vaporisée !   Jeu 6 Jan - 15:53

La Serpentard s'était donc arrêtée au niveau du Gryffondor. Au fond d'elle même, elle se disait qu'elle était en train de perdre de son précieux temps. Sa main commençait à la gratter légèrement tandis qu'elle lui demandait s'il était perdu. La mine attérée qu'elle prit à sa réponse ne dû pas passer inaperçue.

' Tu es encore plus exaspérant que ce que je croyais... '

La brune allait le planter là quand son regard insistant sur son visage l'intrigua d'autant plus que les démangeaisons augmentaient. Lorsqu'elle aperçu sa main, il ne lui fallut pas plus d'une seconde pour comprendre qu'elle devait avoir la même horreur sur le visage du côté droit là où elle avait reçu le liquide. Ses doigts se posèrent sur sa joue et immédiatement elle sentit des granulés. Elle qui passait tant de temps à prendre soin de sa peau !

Pour combler le tout, voilà que cet idiot de Gryffondor se mettait à rire. Pour qui se prenait-il ? Lui il était laid, c'était dans sa nature... Lux quant à elle, était loin d'être habituée à ressembler à un monstre. Oui, parfaitement un monstre !

' Si j'étais toi Ludanbot je ne ferrais pas le malin ! J'ai quelques amis qui seraient ravis de te faire ravaler ta langue ! '

Menaces ? Tout à fait. Et cela n'était pas des paroles en l'air. Rien que Nox serait ravi de se charger de venger sa sœur des moqueries d'un Gryffondor aussi insignifiant soit il. La brune détacha alors ses longs cheveux noirs tout en les calant bien sur le devant de son visage puis elle tira sur la manche de sa robe de sorcière. Il fallait que personne ne voit ça. Elle allait devoir retourner au sous sol et se planquer dans le dortoir le temps de trouver une solution.

Alors qu'elle s'éloignait d'un pas rapide ce fut la voix de Neville qui l'interrompit. Elle s'arrêta net. Sa première remarque bien qu'il ne l'ai sûrement pas fait exprès venait de laisser sous entendre qu'il avait la solution à son problème. Quand à la deuxième... Lux sera un instant la mâchoire et fit demi-tour. D'un pas vif, elle se dirigea vers lui, son regard était noir et lui aurait lancé des avada kedavra si cela avait été possible.

' C'est quoi ton problème Lubandot ? Tu te réjouis que pour une fois tu ne sois pas le seul à être recouvert d'acné ? Mais chéri, va falloir redescendre sur terre, dans quelques jours tu seras de nouveau seul dans la cour des laiderons ! '

Du moins, elle l'espérait. Elle fixa un instant Neville qui se trouvait toujours non loin d'elle. Elle toucha de nouveau sa joue. Vu la quantité qui se trouvait là, son fond de teint poudre de licorne ne ferait rien d'extraordinaire... L'infirmerie était bien trop loin de là pour tenter de traverser tout Poudlard pour se faire soigner. Elle remit ses cheveux en place le long de sa joue.

' Mais dis moi, c'est toi le génie en botanique, je suis sûre qu'un passionné comme toi doit dormir avec des plantes miracles sous son oreiller. '

A dire vrai, Lux était elle même pas trop mauvaise en botanique. Du moins cette dernière s'y attelait d'avantage pour mieux réussir ses potions. Et oui...mieux connaître les propriétés des plantes permettaient de réussir d'avantage en cours de potions et vu que cela n'était pas sa matière fétiche, elle mettait toutes ses chances de son côté.

C'est assez soudainement qu'il lui revint en mémoire le bubobulb. Une plante horrible qui ressemblait à une grosse limace. Elle s'en souvenait car le professeur avait dit que si le pus de cette dernière était bien dilué, il pouvait régler les problèmes d'acné.

' Allons, Mandragore, tu n'as jamais pensé à utilisé du pus de bubobulb sur toi même ? '


Un léger sourire en coin s'installa sur les lèvres de la Serpentard. Elle était persuadée qu'il devait avoir sa sous la main. Et si cela n'était pas le cas, il irait le lui chercher, foi d'une Silvestri.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Que la lumière soit... vaporisée !   Ven 7 Jan - 20:19

Vraiment, Neville devrait apprendre à se taire. Il est pourtant peu bavard mais il a poussé involontairement la méprisante jeune fille à comprendre qu'il était à même de la secourir... Ce qu'il ne tenait pas à faire !

*"Chéri" ? Mais elle se prend pour qui ?*
Le rouge monta aux joues de l'adolescent, devenant en harmonie avec la couleur de sa cravate.

"Il vaut mieux être dans une cour à laiderons que dans une fosse à serpents." réussit-il à rétorquer. le gryffondor ne débordait pas de confiance en soi mais il ne s'était jamais cru laid. Bon, pas beau non plus, il savait que, physiquement, il ne tenait pas la comparaison avec Sirius Black ou James Potter, mais il n'était pas un nain, c'est le moins que l'on puisse dire; sans être sportif il n'était plus ce petit rondouillard de 1ère année et était assez bien proportionné. Bref, il n'était pas sexy mais pas laid non plus.

*Elle te dit ça pour te vexer, mon vieux, ne lui donne pas ce plaisir.*
Par contre, il pâlit devant l'évocation des plantes-miracles sous son oreiller.

*Comment le sait-elle ? Elle est légilimens ou quoi ??*
En effet, dans sa naïveté, seul Neville ne pouvait imaginer que tout Poudlard savait qu'il devait emmagasiner dans le dortoir, sa valise, et son coin de serre, les plantes les plus improbables et les plus variées. Et ses compagnons de chambrée ne devaient pas apprécier tous les jours les plantes envahissantes qu'il avait la lubie de ramener pour une nuit ou pour plus longtemps.

Le pus de Bubobulb ? Neville esquissa malgré lui un sourire.

"Un remède de Quatrième Année..."
Mais en quelques secondes, la suggestion le fit réfléchir à toute allure ! Il se mit à déclarer, plus pour lui-même que pour Lux, mais en la regardant quand même avec insistance, comme si elle était un sujet d'expérience passionnant pour tester un nouveau produit :

"Le remède de Tugwood ! Le pus de Bubobulb dilué avec une proportion d'une cuillérée pour sept cuillérées d'eau, à mélanger et à laisser au repos quatre minutes, puis recommencer l'opération de façon à avoir la quantité suffisante pour traiter la peau en profondeur, sans oublier surtout la petite touche d'huile de coude toute les dix cuillérées, seulement une goutte pour ne pas que l'essence de Bardane ne réagisse au traitement et n'augmente la taille des boutons."

Neville était lancé dans sa Botanique et ses recettes... Il en oubliait sa crainte de Lux et même qu'il était l'auteur de l'éruption cutanée de sa camarade, toute à son excitation floresque. Son air devenait à la fois sérieux et enthousiaste, comme un Einstein devant l' équation qui le rendrait célèbre.

"Sachant qu'un remède de Tugwood suffit à couvrir le front, et que les boutons ont envahi le visage entier et la main, il faudrait à peu près...sept remèdes, ce qui signifie sept cuillèrées de pus pour quarante-neuf d'eau, en rajoutant quatre cuillérées d'huile de coude."

Il se mit à sortir de son coin et à marcher autour de la serpentarde, comme un Sherlock Holmes en plein raisonnement devant Watson.

"Seulement, Tugwood précise bien que le pus a tendance à dériver en précipité si elle est trop concentrée, ce qui signifie qu'il faudrait eugmenter la dose d'eau de... je dirais quatre cuillérées. Donc, il faudrait cinq cuillères d'huile. Mais si la dose est fausse, l'huille empêchera le pus d'agir et les effets secondaires ne tarderont pas..."

Se rendant un peu compte qu'il ne parlait pas à une souris de laboratoire, ni à une étudiante thésarde de botanique mais bien à Silvestri, le jeune homme reprit un peu de sa timidité naturelle.

"Enfin... si j'étais toi, c'est ce que je ferais. Voilà ! Bonne chance!"

Sans trop se faire d'illusions, il essaya de tourner les talons pour qu'elle tente "l'expérience" toute seule. Ou mieux, qu'elle garde ses boutons ! Mais les chances qu'elle ne se serve pas d'un expert en botanique pour la guérir était devenue très mince maintenant qu'il avait révélé qu'il pouvait, en effet, la soigner. Quant à savoir s'il avait du pus de bubobulb... C'était exactement le genre de plante bizarre, repoussante et rare dont il était friand. Ne pas avoir de bubobulb équivalait pour lui à ne pas avoir de noisettes pour un écureuil, ou ne pas avoir de barbe pour Dumbledore. Impensable !





avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Que la lumière soit... vaporisée !   Lun 17 Jan - 16:24

Tandis que Lux et Neville semblaient être dans une grande conversation, un groupe de Poufsouffle passa non loin d'eux. Lux tourna instinctivement la tête dans la direction opposée. Il n'était pas question que qui que ce soit d'autre en dehors de Lubandot ne la voit dans cet état. Elle tira machinalement de nouveau sur ses cheveux pour cacher la misère. Une fois le groupe passé, Lux tourna de nouveau le regard vers le Gryffondor. Depuis quand ce dernier rétorquait ? Elle plissa légèrement les yeux à sa remarque. Un léger sourire en coin se dessina sur le visage, qui n'était sous son meilleur jour pour le coup, de la brune.

Toutefois, elle ne répondit rien de particulier à cette remarque. A vrai dire, elle ne voyait pas forcément quoi répondre puisque dans le fond, mais vraiment le fond, Lux n'était pas loin de penser la même. Enfin, du moins dans un sens métaphorique. L'idée de devenir laide était insupportable pour notre Serpentard. Déjà qu'à l'instant présent, elle était sur le point de craquer d'être dans cet état...

Il sembla un instant étonné lorsqu'elle lui parla de sa passion pour les plantes. En dehors du fait que ces bonnes notes en la matière étaient connues, il y avait aussi, comme souvent, des rumeurs bien amusantes qui circulaient sur la passion du jeune homme. Ah les rumeurs... Lux les aimait, même lorsqu'il s'agissait d'elle même. Ne disait-on pas que la jeune femme entretenait des relations plus qu'étranges avec son propre frère ?

Enfin, il sembla tout à fait absorbé par sa remarque sur le pus de Bubolbub. Il parti soudainement dans une sorte de monologue que lui même semblait apte à comprendre. Dans sa première tirade, Lux ne retint pas grand chose mais tiqua sur un détail.

' Essence de Bardane ? '

Pourquoi parlait-il de cela ? Du moins, pourquoi parlait-il d'une possible interaction avec le remède qu'il était en train de concocter de tête ? La brune le regarda de manière suspicieuse, mais ce dernier était bien trop préoccupé à créer la solution miracle aux problèmes d'acné. Il se mit alors à marcher autour d'elle. Ce qui agaça particulièrement notre Serpentard.

' Lubandot arrête de me tourner autour ainsi ou je te stupéfixe ! '

Et alors qu'il tournait autour d'elle, elle tournait elle aussi de façon à toujours l'avoir dans sa ligne de vision. Ne sait-on jamais qu'il se mette à courir pour fuir... Ce qui ne fut pas loin d'être le cas lorsque ce dernier eu fini ces hypothèses et qu'il lui dit soudainement 'bonne chance'. La Serpentard eu tout juste le temps de le retenir par le bras.

'Lubandot ! '

Elle l'avait retenu du mieux qu'elle pouvait, il était tout même un mec plus grand qu'elle... Son regard sembla alors analyser le jeune homme comme si elle voulait voir plus loin que l'aspect physique. Elle lui avait jamais prêté une très grande importance. L'insulter était pour elle presque un amusement obligatoire pour entretenir la légende Serpentard anti-Gryffondor et vice versa.

' C'est toi espèce d'idiot ! '

S'exclama soudainement. Elle semblait d'un coup réaliser. Lux lâcha soudainement la manche du Gryffondor et le tapa à l'épaule. Enfin taper... Le poids plume qu'elle était ne devait pas avoir fait bien mal à Lubandot, mais c'était instinctif chez elle. Et encore elle ne lui avait pas mis de claque...

' T'étais planté là, tu me fixais ! Bardane hein ? Espèce de Gobelin ! '

Elle le regardait à présent semblant se remémorer petit à petit ce qui c'était passé. Ah, quel malotru !

' Et tu te dis Gryffondor, agir par derrière comme ça ? T'es pas mieux que le pire des Serpentard ! '

Et ça, la brune savait de quoi elle parlait, les Serpentard, elle les cotoyait tous les jours. Elle allait le défigurer, lui arracher les cheveux, le torturer, l'éviscérer !

' T'as intérêt à me soigner ça ! Je te jure Ludanbot, si tu vas pas chercher de quoi me soigner dans les minutes qui suivent, tu vas avoir plusieurs Serpentard sur le dos ! '

La brune regarda autour d'elle un instant. Il n'y avait plus grand monde de le couloir. Avec un peu de chance elle pourrait se faufiler dans une salle de classe vide et attendre qu'il revienne avec ce qu'il faut pour lui retirer ces immondes boutons. Lux était du genre patiente, toutefois on sentait réellement qu'elle était à deux doigts d'exploser.

' Je vais aller dans la salle de classe vide la plus proche, celle qui fait l'angle, tu as quinze minutes pour venir me rejoindre. Pas d'entourloupe ! Tu me fais le bon soin et tu repars tranquille. Si tu ne viens pas, ou que je me retrouve avec des furoncles sur le visage, je t'assure que je m'occuperai personnellement de ton cas ! '

Ses yeux bleus étaient plantés dans les siens et ne laissaient aucune place aux doutes ou à la riposte. Au bout de quelques secondes, elle fila dans les couloirs prenant soin de plaquer une mèche de cheveux sur ces maudits boutons.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Que la lumière soit... vaporisée !   Lun 17 Jan - 20:27

La tentative de fuite du peu courageux gryffondor fut arrêté par une main frêle, délicate mais néanmoins impérieuse. Dégager son bras aurait été d'une facilité déconcertante pour le jeune garçon mais il n'osait pas faire le moindre geste, ce contact physique l'ayant tout de même surpris.


La surprise se transforma en effarement quand il entendit la serpentarde l'accuser -à fort juste titre- d'être le responsable de son état.

*Pas de doute, elle est légilimens ! C'est bien ma chance !*
La mention de l'essence de Bardane lui revint en mémoire.

*Bien joué, Neville, tu n'as pas besoin d'ennemis, toi, tu te trahis tout seul, comme un grand !*

Les coups de Lux ressemblaient à des caresses vu la force insignifiante qu'elle y mettait, ce qui n'empêchait pas le digne représentant des lions de se mettre sur le coté en protégeant son cou avec son bras (sa terrible adversaire pouvant diffcilement l'atteindre au visage, celui-ci étant un peu haut pour elle).

*Trouve quelque chose ! Justifie-toi !*

"Mais...pas du tout..."

*Dis que tu as déduit que c'était de la bardane par la forme des boutons, par l'odeur, n'importe quoi !*

"Tu...n'as pas de... oui, mais si tu me... enfin, je... désolé."

*Crétin !*

"Sur le coup, ça... me semblait une bonne idée, mais je le regrette."
La réflexion sur le fait qu'il n'était "pas mieux que le pire des serpentards" l'estomaqua.

"Mais... mais tu es une serpentarde !"
L'effet de surprise passé, il ne put s'empêcher d'ne tirer quelques conclusions logiques.

*Serpentard, c'est une insulte, pour elle ?*
*Elle a des soucis chez les serpentards ?*
*Elle me considérait comme une mandragore, et maintenant je suis rabaissé à... plus vil des serpentards ?*


"Tu n'aimes pas tes camarades."

Ce n'était pas une question, mais une constatation. Neville avait formulé cela pour essayer de s'en convaincre lui-même. Jusqu'ici, elle incarnait pour lui la serpentarde dans toute sa splendeur: hautaine, sang-pur, méprisante pour toutes les autres maisons, probable mangemorte sitôt quitté Poudlard... Maintenant il ne savait plus qui était cette fille à qui il avait voulu faire sa blague.

Silvestri le menaca d'un air très sérieux. Elle se cache dans une salle de classe, lui, apporterait de quoi la soigner. Ses yeux bleus le fixaient, le rouge-et-or craignait qu'elle n'explose. Devant ce minois, le visage du garçon exprimait de la peur mais surtout de la gêne. Se pourrait-il qu'il se soit complètement trompé de cible ?

"Oui... d'accord, d'accord, je vais chercher ça tout de suite. Bouge pas."

Ne doutant pas qu'il reviendrait, elle tourna les talons et commença à partir. Planté sans bouger, le rouge-et-or l'interpella.

"Lux !"
Rassemblant ses forces, il déclara:

"Je regrette." Une seconde d'arrêt puis il continua : "Pas la blague. Je regrette de ne pas te connaître assez pour avoir compris que je ne devais pas le faire sur toi."
Cette phrase ambigüe lui permettait de laisser croire à la serpentarde qu'il regrettait parce qu'il avait peur des représailles, alors que la réalité était tout autre: il regrettait de s'être apparemment fourvoyé sur les opinions de la jeune fille.

Il tourna les talons mais interrompit sa marche et se tourna de nouveau vers sa camarade qui avait repris sa marche.

"Lux !"
Il attendit d'être sûre qu'elle l'entendait pour lui affirmer :

"Je reviens bientôt. Je reviens."
Là aussi, cela permettait de comprendre "j'ai peur de toi alors je suis forcé de revenir" mais le ton calme qu'il avait adopté trahissait le fait qu'il voulait seulement lui affirmer qu'il n'allait pas la laisser tomber en retournant tranquillement dans sa salle commune. Il reviendrait la soigner mais il faisait des efforts pour ménager sa susceptibilité et qu'elle ne le soupconne pas de venir par pitié ou par d'autres sentiments que la peur.

Cela étant réglé, Neville partit en courant préparer tous ses ingrédients pour vite rejoindre sa terrible victime.









Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Que la lumière soit... vaporisée !   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum