Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Quand l'aigle surprend le lion ♣    Sam 23 Oct - 23:23


ft Harry Over & Lyra Badenov
copyright
Lion - Stella
QUAND L'AIGLE SURPREND LE LION,
ÇA EN JETTE DES CACAHUÈTES...




Les pensées ailleurs pour changer, je marchais sans prendre réellement garde dans ces couloirs déserts, pour une fois que je ne faisais pas vraiment attention. Les élèves étant plus ou moins sages à cette époque de l’année, quoique quelques énergumènes aient tendance à vouloir nous faire tourner en bourrique, la preuve étant, on en attrapait toujours un. Ces petits malins qui veulent faire le tour du château en pleine nuit ! Nan franchement, il y a de quoi se faire des frayeurs, parfois je tombais sur d’autres préfets, et je me faisais moi-même des frayeurs, tandis que j’étais un minimum habitué à ces petites rondes dans le château, surtout à ces heures là nan ? Et bah, nan ! Pas toujours, du moins si ce soir, un préfet me surprenait, je risquais de crier, alors si c’était Evans et Potter, ils auraient bien temps d’être à la fois effrayée et de devenir sourd avant l’âge. Ah bah j’étais vraiment capable, vous ne saviez pas forcément quel son je pouvais sortir, mais une chose de sure, c’est qu’une fois que je le sortais il y avait le château de réveiller, pas forcément ma faute ma foi, mais bon peu importe, y a qu’à pas avoir des imbéciles qui sortent de nulle part.

D’ailleurs en parlant d’imbécile, j’avais pas encore trouvé ma petite souris d’Over, pas décidé à me faire faire le tour du château ce soir là ? En disparaissant par je ne sais où et réapparaitre d’un coup comme ça, et hop, fiu ! Parti le gars, LUI, si je l’attrapais, si je savais par où il passait, je lui ferais condamnée ces fichues entrées ! Il resterait bloqué dans ce foutu passage, ces tours de passe-passe, ça allait cinq minutes, peut être, mais au bout d’un moment, je devenais un peu folle à lui courir après, d’ailleurs j’étais souvent la première à lâcher le jeu, fatiguée. Merci mais nan, ça ira. Enfin, mes envies n’étaient pas des plus écoutées disons qu’en tant que préfète, je devais remarquer que les élèves aimaient mettre un peu d’animation dans nos petites vies moroses. Oui, c’était le terme, morose, franchement ? La vie à Poudlard vous avait déjà essayé ? Et bah en ce moment ce n’était pas des plus gais, entre les aurors, les surveillances, les règles, les craintes, le monde magique d’en face qui partait à volo (suivant les points de vue !) ça ne plaisait pas à tout le monde, et ça avait tendance à mettre un peu d’agitation en plus dans notre beau château tant qu’à faire. Alalala ! Ca finira mal !

Débordant dans mes chères pensées, j’en vins presque à oublier pourquoi j’étais en train de vagabonder dans les couloirs, d’ailleurs, ce ne fut que ce bruit de pas, et cette cape qui me passe sous le nez qui me fit réagir sur qui j’étais encore tombée.

LYRA ♦ « OVER tu ne m’échapperas pas cette fois-ci »

Aussi vite dit… Aussi vite envolé, je l’avais de nouveau perdu, mais ce n’était pas possible ce garçon, il était pire que les 4 maraudeurs réunis. Quoique… Nan, ce qui devait être pire, ça devait être Over + les 4 maraudeurs, là je m’arrache les racines des cheveux à leur courir après. Remarque je n’essayerai même pas, j’irai directement chercher Lily vu que son petit ami fait parti de ce petit clan restreint de ce que je nomme des énergumènes.

LYRA ♦ « Tu es où ? Par la barbe de Merlin & les cheveux de Morgane ! »
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Quand l'aigle surprend le lion ♣    Lun 1 Nov - 10:41

[parce que j'aime mettre mon ryry dans des situations incongrues]

Un soupir s'échappa de la pénombre. Les mains dans les poches, Harry vagabondait dans les couloirs de Poudlard. Si enfreindre le règlement était amusant autrefois, il en était tout autre désormais. Tous ces aurors et ces règles, ça avait le don de casser l'esprit rebelle du château. Mais ce n'était certainement pas ce qui tracassait le plus notre petit gryffon. En effet, Harry se souvenait parfaitement de la joie éprouvée à échapper à Argus Rusard... Pourtant, quel intérêt y avait-il à le faire seul? Car oui, c'était bien là le problème... Il ne se souvenait plus de l'avoir fait avec quelqu'un en particulier... Sa mémoire ressemblait à une vraie passoire en ce moment. Ca avait le don d'ennuyer le petit rouge et or et le pire dans tout ceci c'est qu'il avait beau se triturer les méninges, rien. Que dalle nada! Il avait de vagues souvenirs de personnes prêtes à tout pour faire les pires mauvais coups en sa compagnie... Mais... Qui? Raaah cette situation devenait catastrophique. Il n'arrêtait pas de tourner en rond dans sa salle commune et c’était d’ailleurs la raison pour laquelle il avait décidé de sortir se changer les idées. Sauf que pour le coup, le plan était tombé à l’eau. Pfff, n’ai marre !

Actuellement, il n’y avait qu’une seule « raison » valable pour enfreindre le règlement et sortir à la nuit tombée. La préfète des bleus. La pauvre petite subissait la furie Over et ce dernier s’en donnait à cœur joie. C’était très jouissif de passer à travers les mailles et de la voir s’évertuer à le coincer. Oui, un bon petit jeu du chat et de la souris, rien de tel pour vous donner de quoi vous divertir. D’ailleurs… Ce n’était pas son tour de garde à cette heure-ci ? Oooh… La soirée ne finirait peut-être pas si mal que ça tout compte fait. Un fin sourire apparut sur les lèvres du jeune Over. Oui, la petite Badenov allait remonter le moral des troupes avec sa voix haut perchée et essoufflée, s’évertuant à le stopper… Hum… Le rouge monta aux joues du petit survivant. Non, mauvaise tournure de phrase. Ca faisait très… plein de sous-entendus… Raaah, ne pense pas à ce genre de choses voyons. Il était temps qu’il se trouve une copine… Misère… Sirius déteignait sur lui. Il n’allait jamais s’en sortir avec toutes ses pensées qui foisonnaient et surtout qui allaient dans tous les sens. Foutu cerveau de rouge qui ne pense pas à ce qu’il faut quand il faut. Perdu dans ses pensées, peu catholiques pour une fois, Harry ne se rendit même pas compte qu’il passait tranquille comme si de rien n’était devant la personne qui obnubilait ses pensées. Ce n’est que sa douce et ô combien mélodieuse voix qui le ramena à la réalité.

    « Mince… J’suis repéré. »

Ni une, ni deux, Harry se mit à détaler comme un lapin. La jeune bleue sur les talons, il parvint tout de même à lui échapper. Une fois encore. C’était marrant de se planquer derrière une armure, alors qu’elle passait juste à côté, pour l’entendre grogner qu’il avait encore réussi à lui échapper. Oui, c’était très marrant en fin de compte. Aaah Lyra, elle avait réussi à chasser ses pensées noires rien qu’avec son air renfrogné. Elle avait des bons points finalement la petite… Sauf que ce ne serait pas marrant si la proie finissait toujours par gagner n’est-il pas ? A croire que le château avait envie de se payer sa tête car l’armure grinça, Harry sursauta et finit à terre devant la bleue. Bon, le coup de la planque qui se fourvoie sur son rôle, c’est moins drôle.

    « Par Merlin, maudite armure. Dès que je te retrouve tu vas avoir de mes nouvelles. »

Harry se redressa tant bien que mal pour tomber nez à nez avec la jeune bleue. Ou plutôt, une partie biiien plus bas de la dite bleue. Super, les idées revenaient et le rouge avec en prime pour clore le tout. Foutu cerveau et foutu parrain avec ses idées à la noix… Harry détourna rapidement la tête et se releva avec toute la dignité qui lui restait. Un raclement de gorge plus tard pour reprendre contenance, il dévisageait la préfète et lui lança d’un ton un peu vantard

    « Belle entrée en matière n’est-il pas ? Je n’étais pas d’humeur à te laisser courir ce soir. Je préfère te voir essoufflée pour d’autres raisons que celle de me poursuivre, inutilement, cela va de soi. Alors, tu me tapes avant ou après que je ne t’embrasse à t’en faire perdre le souffle ?»

Maudit sois-tu Sirius !!! Par les slips de Merlin, pourquoi avait-il dit ça ? Qu’est-ce qui lui passait par la tête. C’est sûr, côtoyer Sirius et son père trop longtemps finissait par atteindre le peu de neurones qu’il avait.
PNJ↯ Je suis là pour vous jouer de mauvais tours
avatar



Nombre de messages : 24
Age : Dans les brèches temporelles
Groupe : Je suis un personnage spécial
Caractère : Lunatique
Date d'inscription : 22/10/2010




La Distorsion du Temps

PNJ
Je suis là pour vous jouer de mauvais tours

MessageSujet: Re: Quand l'aigle surprend le lion ♣    Lun 1 Nov - 11:09


©Cristaline
L’espace se trouble et devient des plus instable. Un vent glacé s’engouffre dans le couloir, faisant frissonner toutes les personnes présentes. Les armures s’emballent et tremblent, comme si elles annonçaient l’arrivée de la distorsion du temps, cette terrible femme, invisible à tous, qui n’épargne personne. D’ailleurs il ne lui faut que très peu de temps pour apparaitre et venir maudire ses sorciers qui l’obligent à errer dans ce monde. Sa vengeance n’aura aucune limite, aucune fin, et d’ailleurs, sa prochaine victime est un choix de première sorte. Lui, c’est à cause de lui qu’elle est là. Elle le sent, elle se sait. Elle est liée à lui, et il peut d’ailleurs sentir sa présence, sans savoir de quelle nature elle appartient. Il peut voir une sorte d’ombre noire approcher de lui et de Lyra, une ombre noire très faible certes, mais présente quand même. Elle tourne autour du duo, médite sur le sort qu’elle leur réserve. La Serdaigle lui plait énormément. Son âme noire et indécise semble s’offrir à la distorsion à bras ouvert. Et ce sera d’ailleurs sa première victime. Elle pénètre dans son corps, lui insuffle un grand pouvoir maléfique. Sa baguette la démange, elle a envie de s’en servir. Ses plus bas instincts se relèvent au grand jour, et elle a envie de sang, et de plaisir charnelle. Et tel un serpent, la distorsion l’oriente vers Harry qui sera la victime de cette malédiction. Elle souhaite le manipuler, se servir de lui, gouter à sa chair, le mordre et savourer son sang. Oui, elle lui veut autant du mal, et s’offrir de grands plaisirs… Mais la distorsion ne s’arrête pas là. Elle sort du corps de la jeune femme popur envahir celui du jeune homme. Elle ne peut lui faire du mal directement sans s’affaiblir elle-même, mais elle peut tout de même lui rendre la vie plus dure. Des images se bousculent dans sa tête, des images douloureuses et horribles. Il peut voir sa mère souffrir avant de se faire tuer, tout ça pour lui sauver la vie à lui. Il peut voir son père s’effondrer sur une table ivre mort. Il peut voir Anna, un regard noir dans les yeux, tournait sa baguette vers Marlène qui le protège lui et la tuer d’un éclair vert. Il peut voir Sirius se faire grièvement blessé par sa fiancée, une sourire machiavélique sur les lèvres… Il peut voir son père se tenant entre lui et Voldemort et tomber à terre sans vie… Oui, que la distorsion du temps est cruelle avec Harry, en sélectionnant certaines passages d’éventuels avenirs. C’est le seul moyen qu’elle a de l’atteindre, de lui faire payer son errance dans ce monde qu’elle déteste. Elle disparait d’ailleurs une fois ses méfaits accomplis.

Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: Quand l'aigle surprend le lion ♣    Mar 2 Nov - 20:19

J'espère que ça te convient *.*

Franchement, celui là, si je pouvais lui faire payer ce qu’il me faisait faire ces soirs-là. D’ailleurs ça recommençait, il était devant moi, avec sa petite réplique « Repéré » Sans blague ? T’avais pas remarqué ? Les bras croisés l’espace de dix secondes, hop reparti ! Déjà prête à courir, je maudissais gentiment ce garçon, enfin, je jurais de le retrouver par tous les sorciers et magiciens des anciens temps que l’on aurait pu trouver dans ce bas monde. Ce n’était pas toujours chose aisée de courir en jupe et avec une cape qui vole derrière nous. Failli de ne se ramasser à un tournant, passant devant l’armure qui faisait du bruit, et d’un coup une armure qui se barra comme ça, j’écarquillai mes yeux sans réellement comprendre, et lui à mes pieds, enfin le visage pas vraiment à un endroit qui m’arrangeait. Heureusement que Dave ne passait pas par là, ou bien Torben là c’est bon j’étais morte, enterrée et vivante en plus de ça, j’allais mourir ensevelie sous terre. Bref, vous m’avez compris, j’étais un peu énervée, mais bon j’avais raison, il allait en voir de toutes les couleurs Il voulait jouer ? Il allait jouer, mais cette fois c’était moi le maitre du jeu, et moi qui imposait mes règles. Sa dernière phrase me fit sourire, enfin, un moment, je commençais à répondre par :

LYRA : « Essayes, tu verras bien ce qui t’arrive si t’es assez courageux pour ça. »

Oui, il allait se faire tuer, s’il osait ne serait-ce que poser ses mains sur moi. Alors ses lèvres… Ne rêve pas trop mon petit OVER. Enfin, ça c’était avant qu’une drôle de sensation prenne part de moi, Harry aurait pu me dire ce qu’il voulait, je n’entendais plus rien. D’un coup, je perdais plus ou moins la notion de l’espace, l’impression que tout allait exploser autour de moi, que ma tête allait exploser. Et d’un coup sombre, tout sombre, j’avais l’impression que j’allais chuter sans vraiment comprendre, je savais que je n’étais plus maitre de moi, mais je ne pouvais pas lutter contre cette force en moi. Toutes mes pensées les plus sombres étaient en moi, tout était noir en moi. Tout tremble en moi, tout tremble autour de moi, et je peux lutter autant que je veux, les mains ne se dirigent plus avec le cerveau, mais par cette force. Et avec une incompréhension totale, c’est aussitôt que je lance un sortilège à Harry, et le pire c’est que j’aime ça. Le sortilège qui lui est destiné ? Je le connais à peine, je ne sais même pas si c’est possible, mais mon but, est de le blesser. Me venger, en le dévorant, comme un animal. Suis-je bien ? Je lui bondis dessus, sans même savoir. Il aura fallu 5 minutes à peine pour que je m’empare de ses lèvres, et les morde. Le sang. Il me plait, je veux le détruire, c’est une aporie, je n’y suis pour rien, je n’ai rien demandé si ce n’est arrêté tout de suite, en moi c’est ce que je veux, mon corps non loin, il continue à en demander de plus en plus. Mon esprit veut le détruire, le faire bien et lui faire du mal autant que ma condition le peut. Je veux le dévorer lui-même, je le veux tout entier, découvrir son corps, avec souffrance et douleur. Je veux du plaisir, et je veux le voir souffrir. Quelque chose d’étrange se passe en moi, et ça ne me dérange pas beaucoup. Du moins pas de ma condition actuelle. Je ne sais pas trop. C’est presque agréable de mordre, de laisser parcourir mes mains sur son torse.

Puis d’un coup tout s’arrête, je me retrouve sur lui sans même savoir ce qui s’est passé, je me relève immédiatement, incompréhension en moi. Je cesse mon sortilège, au moins je sais comment l’arrêter, même si je ne sais pas comment je l’ai lancé. Je le cesse immédiatement :

LYRA : « Finite incantatem. »

Je tente, et je crois que j’ai de la chance, je m’écarte le plus possible, je vois du sang, j’essaye d’essuyer mon visage. Je lis de l’incompréhension en lui, je lis de l’incompréhension en moi. Je ne sais plus. Tout s’est en allé, je me colle contre le mur, j’essaye de comprendre, je lui jette un regard pour essayer de voir s’il y comprend, tenant toujours ma baguette pointait sur lui, comme si c’était de sa faute. J’aurai préféré oublier et me sauver, mais franchement là ? Je ne savais pas pourquoi j’avais besoin de comprendre.

LYRA : « Ce n’est pas moi ! J’ai rien fait, absolument rien, je ne sais pas mais ce n’est pas moi ! »

Niveau culpabilité 100%, j’étais bien consciente. Mais c’était vrai ce n’était pas moi, je n’y étais absolument pour rien avec ça, ce n’était pas moi. Je pouvais avoir des pensées maléfiques, des envies peuvent être charnelles, mais je n’aurai jamais fait ça seule.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Quand l'aigle surprend le lion ♣    Mar 2 Nov - 23:38

Harry se demandait encore ce qui venait de lui passer par la tête. Bon sang, pourquoi avoir dit ça ? C’était comme s’il lui avait annoncé qu’il l’aimait tiens, l’effet aurait été le même. Quoique pas vraiment mais bon… Raaah mais à quoi pensait-il encore ? Il était temps qu’il se ressaisisse car là ça n’allait vraiment plus. Il irait peut-être voir Pomfresh après pour savoir s’il n’était pas atteint de quelque chose. Un truc était peut-être mal passé et le rendait fou ? Ce n’est que la voix de Lyra, pleine de mise en garde, qui le ramena sur terre. Bon… L’idée ne semblait pas lui plaire, sans grande surprise. Et sans grande surprise non plus, lui non plus, il tenait à la vie… Pourtant… Elle osait le narguer lui et son courage et tout gryffondor se sentirait offusqué par de telles paroles ! Harry avait bien envie de lui faire payer, quitte à se ramasser une gifle en pleine tête. Après tout, son père en avait ramassé bien assez que pour qu’il hérite de ça dans ses gênes non ? Il aurait peut-être moins mal ? Mais alors que le jeune survivant (peut-être plus pour très longtemps) s’approchait de la petite préfète des bleus, quelque chose d’étrange se passa. Son regard s’illumina, une aura meurtrière et menaçante, quelque chose qu’il avait déjà vu peint sur un visage. Mais pas celui-là… Que se passait-il ?

Harry n’eut guère le temps de se poser des questions davantage car il se ramassa un sort en pleine tête. Bon, c’était peut-être mieux la gifle car la douleur était atroce ici… A si méprendre avec un… sortilège impardonnable. Une minute, elle connaissait ce genre de sort ? Qui était-elle ? Où était passée la sage préfète ? La douleur était atroce. Ses veines se dilataient sous l’effet de la souffrance, son cri se répercuta alors dans les couloirs, à vous glacer le sang. Mais si la souffrance s’était arrêtée au physique… Sa vision se troubla et c’est alors qu’il la vit. Lily. Sa douce et tendre maman. Pourquoi ? Pourquoi pleurait-elle ? Pourquoi tout ce sang ? Non, non, ne la touchez pas ! Enlève tes pattes de là sale vermine. Lily hurlait à la mort, elle agonisait et Harry hurlait aussi. Impossible de dire si ce cri était réel ou le fruit de son imagination. Tout était confus. Il tremblait et se sentait effrayé. Il était meurtri et voyait sa douce mère mourir sous ses yeux. Maman… Pourquoi ? Il ne voulait pas, elle ne pouvait pas ! Elle n’avait pas le droit de l’abandonner une seconde fois. Le gryffon se mit à pleurer, plié en deux, il résistait tant bien que mal à la douleur… Mais celle-ci ne voulait pas le quitter si facilement apparemment…

Le jeune homme se mit à regarder sa tortionnaire. Son regard noir… Il ressemblait à celui d’Anna !! Comment ? Pourquoi ? Pourquoi ce regard noir l’effrayait-il tant ? Pourquoi pointait-elle sa baguette vers lui ? Marlène… Marraine… Elle mourait elle aussi ? A cause d’Anna ? Bon sang, c’était quoi cette torture ? Jouer au chat et à la souris ne méritait pas d’être torturé ainsi. Qu’est-ce qu’elle avait contre lui cette bleue. Ou bien était-ce Anna ? Ou celui qui avait tué sa mère ? Lily était-elle déjà morte ? Harry ne savait plus, il ne comprenait plus. Il était perdu. La folie s’emparait de son esprit… Le goût du sang se mêla bientôt à cette torture mentale. Etait-il réel ? Ou bien était-ce une vision ? Une vision peut-elle avoir du goût ? Harry ne savait plus, il sentait la douleur, mais elle était différente. Il fit un effort surhumain pour ouvrir les yeux et la vit. La préfète s’était avancée rapidement pour fondre sur lui, tel un vampire. Elle le mordait, il saignait et son sang coulait sur les lèvres d’un rouge désormais carmin de la petite préfète. Sa vue se troublait et il ignorait si c’était la douleur ou ce désir grandissant qu’il sentait poindre en lui. Ce rouge l’attirait, mêlé de douleur, il était comme le point culminant de ses visions. Tous morts, par sa faute, elle saignait, par sa faute, et Harry ne savait plus si c’était mal ou si c’était bien.

Et alors que tout était si flou, si étrange et si sauvage, tout disparut. Comme par magie. C’était venu et c’était reparti. Mais qu’est-ce que c’était réellement ? Harry ne savait pas, il ne savait plus. Essoufflé, la peur au creux de l’estomac, il était tremblant et couvert de sueur. Il se sentait mal. Son regard se posa sur la préfète qu’il avait en face de lui. Ses yeux étaient devenus à nouveau normaux. D’un beau marron noisette. Comment savait-il ça lui ? Depuis avait-il observé cette préfète pour connaître la couleur de ses yeux ? Elle semblait effrayée, elle fuyait, elle s’excusait. Et lui, il ne savait pas quoi faire. Une seconde avant, elle lui disait qu’il se ramasserait une bonne gifle, ensuite elle lui balançait un sort, après elle l’embrassait et maintenant elle s’excusait. Par Merlin, il est où le mode d’emploi pour comprendre les filles ? Il faudrait qu’il invente un Sirius de poche, ça pourrait lui être utile. Elle tremblait, pétrifiée face à cette étrangeté qui les avait consumés. Sans comprendre pourquoi ni comment, Harry rampa jusqu’à sa hauteur, il s’assit à sa gauche et respira profondément. Il avait envie de la rassurer. Elle n’était pas coupable, ou peut-être l’était-elle, il ne savait plus. Mais… C’était si étrange, il ne savait plus quoi penser…


    « Et bien, si à chaque fois qu’on te cherche tu réponds ainsi… Ton copain doit être servi. J’en viendrai presque à l’envier… »


La voix plus rauque qu’il ne l’aurait voulu, Harry finit par expirer de soulagement. Il ne savait pas pourquoi mais il se sentait mieux. La tempête était passée. Fatigué, il déposa sa tête contre l’épaule de la préfète. Tant pis s’il se ramassait une gifle. Il venait d’avoir pire… Et le pire dans tout ceci ? C’est qu’il comprenait enfin pourquoi on disait que l’enfer pouvait avoir des allures de Paradis…
Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: Quand l'aigle surprend le lion ♣    Mer 3 Nov - 13:27

L’incompréhension faisait encore parti de moi, j’avais l’impression d’avoir fait quelque chose de mal sans même le vouloir, comme si j’étais guidée, comme si j’étais manipulée. Voilà c’était le juste mot, manipuler, moi Lyra Badenov, celle qui était plutôt du genre calme et attendrie, je n’étais pas du genre à devenir mini catin, ou je ne sais comment je pouvais définir mon attitude, même si j’aimais beaucoup les garçons (peut être un peu trop d’après ceux qui m’entouraient) J’étais certaine d’une chose là avoir bondi sur Harry je n’y étais pour rien. Ce n’était pas moi, ça ne me ressemblait, et à force de le répéter j’avais l’impression de me faire une raison, et pourtant aussitôt que j’arrêtais aussitôt les idées maussades ou quoi, avait le dessus sur moi. Je ne savais plus trop, me laissant glisser contre le mur, juste à droite de l’ancienne armure qui était là. Je ne savais plus, j’étais perdue, prenant ma tête dans mes mains, j’essayais d’oublier et d’un coup de comprendre, sans faire attention qu’il s’approchait de moi. Oui j’avais eu envie de lui foutre une gifle pour lui faire comprendre qu’il ne fallait pas me prendre pour une gamine naïve de 15 ans, d’ailleurs j’en avais eu 16 au cas où ! Mais pas lui infligée ce que je venais de faire, peut être j’avais des idées pas très bonnes pour certains, mais je n’étais pas à ce point mauvaise, si ?

D’un coup il fallait croire que si, m’installant ainsi contre mon mur, au bout de quelques minutes je lâchais ma baguette sur le sol, elle me faisait peur. C’était bien la première fois que j’avais peur de ma baguette, mais alors oui la première des premières. J’aimais la magie, j’aimais ma condition de sorcière, mais j’avais peur du fait qu’elle avait presque agi seule, sans que je ne décide rien. Si encore j’avais décidé de lui en vouloir comme ça, je n’y pouvais rien. Relevant la tête, j’essayais de chercher une compréhension sur son visage, c’était bien la première fois que j’étais comme ça, complètement perdue, sans personne pour m’aider à comprendre. J’étais seule face à moi-même. Posant ma tête contre le mur, et regardant le plafond, j’étais complètement abasourdie d’un coup. Oublions ! Voilà c’était la meilleure des idées, j’allais oublier, je n’y étais pour rien, je n’étais pas responsable de cet acte. Je ne voulais en parler à Personne, si ce n’est peut être Harry, s’il pouvait me permettre de comprendre un tout petit plus. Mais au vue de son visage, je comprenais qu’il ne voulait pas en comprendre, ou qu’il ne comprenait pas plus que ça. Mon regard s’était mis à nouveau à côtoyer mes pieds comme d’habitude. Puis le plafond. Puis je gardais mes yeux rivés là haut, sentant un poids sur mon épaule, je tournais la tête, puis je vis sa tête sur mon épaule. Je posais la mienne sur la sienne. Emboitée comme ça, au moins je sentais un petit peu de réconfort. J’étais toute tremblante encore, après avoir fait un truc pareil vous vous sentez comment vous ? Bon je ne parle pas à la troupe de tarés bien évidemment, mais quelqu’un de normal ne se sent pas bien, du moins pas quand c’est la première fois. Je nouais mes mains, l’une dans l’autre, accrochées ainsi elle ne tremblerait plus, et j’eus un rictus à l’égard d’Harry :

LYRA : « Ca dépend mon degré d’énervement !»

Dis-je naturellement, ce n’était pas ce que je voulais dire, mais au tac-au-tac quand il me parla de Dave comme ça, genre je jouais à l’apprenti vampire avec le cou de Dave, ça va bien dans ta petite caboche de lion. Il ne fallait pas me prendre pour une violente non plus. Me lovant dans ma propre cape, je sentais un courant d’air autour de moi d’un coup. Ah nan, si ça recommence, je deviens folle, je préviens tout le monde, je plaide la folie, avant la culpabilité, et j’aurai raison j’en étais persuadée. Comment être responsable ainsi de ses actes ? Vraiment, ce n’était PAS moi ! Oui, je le répète quinze fois, mais c’est pour me donner bonne conscience, ça va mieux d’un coup dans ma petite cabeza, je me sens plus ou moins soulagée, même si ce n’est pas encore ça.

LYRA : « Je ne sais pas ce qui m’a pris, je ne comprends pas, c’est trop compliqué dans mon esprit. Mais je suis désolée, je ne voulais pas te faire ça, ce n’est pas dans mon genre, je t’assure. »

Et voilà je me plaidais en excuse à nouveau, j’avais la désagréable sensation que ça ne pouvait pas être fini, que si j’avais fait ça, il y avait forcément une raison, rien n’arrivait par hasard, le hasard ça n’existe pas. Prenant ma tête à nouveau dans mes mains.

LYRA : « Ca reste entre nous. Je ne suis pas fana de l’idée que l’école entière puisse être au courant. »
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Quand l'aigle surprend le lion ♣    Ven 3 Déc - 22:14

Tout était si confus dans sa tête et à regarder la préfète il n’était pas le seul à se sentir perdu vis-à-vis de la situation. Que s’était-il exactement passé ? La tête posée tout contre l’épaule de la bleu, il tenta de remettre de l’ordre dans ses idées. Bon, il avait décidé de l’ennuyer comme à son habitude, histoire de s’aérer l’esprit. Il avait couru dans les couloirs, elle l’avait suivi. Bon, jusque là, tout semblait clair et précis. La stupide armure l’avait planté, il s’était retrouvé aux pieds de la préfète. Là encore, tout semblait normal. Il l’avait dragué, même si cette constatation semblait bizarre à penser c’était ce qui s’était passé et puis… Tout avait dérapé. Pourquoi ? Comment ? Harry n’y comprenait plus rien… Comment était-il passé de la simple joute verbale à l’usage de sortilèges à vous faire hurler de douleurs ? Lyra Badenov était une préfète, certes, elle devait faire respecter l’ordre, mais de là à utiliser ce genre de sortilèges… Harry n’y aurait jamais cru. Il avait d’ailleurs du mal à y croire. Pourtant, ses muscles encore endoloris lui rappelaient combien tout ceci avait été vrai. Lyra lui avait lancé un sort. Elle l’avait mordu à sang. Bon, ok, là, le bizarre avait déjà remplacé la normalité de la situation…

Mais il y avait eu pire. Ses visions… D’où venaient-elles ? Il ne pouvait se l’expliquer. Il avait vu sa mère mourir sous ses yeux, il avait vu son père dépérir face à cette réalité si dure à accepter. Marlène, cette femme qui aurait du être sa marraine, elle aussi était morte dans ses visions… Sirius, il souffrait et tout ceci à cause d’Anna… Comment ? D’où venaient ces choses ? Qui était derrière ces horreurs ? Lyra ? Non, elle ne pouvait pas connaître la vérité… Enfin, Harry l’espérait sincèrement. Après cette mise au point, le survivant se permit de soupirer d’aise tout en restant collé à la préfète. Ils étaient perdus, pour des raisons différentes apparemment, mais ils l’étaient quand même. Un bruit mat le ramena soudain à la réalité. Son regard se posa brièvement sur un bout de bois. Sa baguette ? Non, elle était différente. Aucunement pareille, Lyra avait donc lâché sa baguette. Etait-elle effrayée à ce point ? Le jeune homme se sentit d’un coup coupable de ne pas la rassurer. Et là, vous me direz qu’il n’y a qu’un gryffondor pour vouloir rassurer quelqu’un qui vient de le martyriser… Son regard perdu… Le désir de vouloir en parler dans ses yeux… C’est ainsi qu’il prit la parole.


« Et bien, au moins, on ne s’ennuie pas avec toi. Tu fais varier les plaisirs. Mais vu le ton de ta voix, je ne pense pas que tu veilles aborder davantage le sujet. Je vais être fair-play, passons à autre chose alors. »


Elle se lova dans sa cape et Harry eut envie de la serrer contre lui pour la rassurer. Pourtant, il ne le fit pas. Il n’avait pas le droit de le faire même si serrer tout contre son cœur une jolie jeune femme n’était pas des plus désagréables. Et voilà qu’il recommençait avec ses drôles d’idées. Il y avait vraiment quelque chose qui ne tournait pas rond dans sa tête. Pomfresh, oui, il irait la voir après tout ceci. Il devait comprendre ce qui se passait… Tout occupé à son futur plan de « désintox d’idées bizarres », Harry ne perçut pas tout ce que la jeune femme lui disait. Toutefois, les mots « désolée, ne voulais pas, ou encore je ne comprends pas » furent reçus cinq sur cinq. Bon, ça ne l’avançait pas plus de savoir qu’elle ne comprenait pas ce qui avait animé ce besoin de le faire souffrir… Mais au moins, il était rassuré, elle n’était pas décidée à le blesser. C’était involontaire. Elle finit par lui demander de ne rien dire avant de se prendre la tête entre les mains. Et là, il ne résista plus. Tant pis si ça ne se faisait pas (après tout, selon quels critères était-il en droit de dire que cela ne se faisait pas ?). C’est ainsi qu’il écarta délicatement ses mains avant de relever son visage de son index.


« Ca restera entre nous, ne t’en fais pas. Tu es une fille bien alors je ne vois pas l’intérêt de gâcher ta réputation pour une simple erreur de parcours. Par contre… Je dois t’avouer que je ne comprends pas plus ce qui se passe… Je ne serai pas vraiment te rassurer. Ce serait te mentir en te disant que cela ne va pas se reproduire, j’en sais foutrement rien en vérité. Mais au moins je serai à quoi m’attendre. Maintenant, tu ne crois pas que j’ai le droit à un petit cadeau pour te pardonner de m’avoir fait souffrir ? »


Il osait. Il s’étonnait et en même temps était effrayé par sa franchise. Un simple regard et il sentait qu’il n’hésiterait pas à l’embrasser. Merlin, mais qu’est-ce qui ne tournait plus rond chez lui ?

Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: Quand l'aigle surprend le lion ♣    Sam 4 Déc - 11:18

Je ne savais vraiment pas comment on pouvait réellement qualifier une fille bien ou fréquentable, généralement nous étions censées des mieux fréquentables, ne faire aucune frasques, je savais ce qu’on pouvait attendre d’une fille de bonne famille. La famille, venons en à cette fameuse famille, c’était toujours compliqué à bien se positionner dans la famille, étant la petite dernière, j’avais toujours eu comme modèle mes 2 ainés, Torben et Hannah avaient été comme des guides pour moi, mes parents avaient été souvent là pour moi, mon père avait été mon modèle. J’avais toujours été choyé, et je pense avoir été bien élevée, tout comme Torben et Hannah, nous avions eu l’éducation qu’il nous fallait, et même si aujourd’hui nous n’étions pas forcément les meilleurs partis d’Angleterre, et que nous partions tous les trois dans nos directions, nous avions un peu notre indépendance. Mais nous étions ce que nous étions, et mes parents avaient toujours donné pour qu’on soit comme ça. Et ce que j’avais fait quelques minutes auparavant, m’avait rendue perplexe, craintive pour la première fois face à la magie ! Oui, je savais que beaucoup de choses étaient possibles avec la magie. Des choses horribles, on pouvait tuer ou rendre fou, anéantir quelqu’un. Oui vous allez dire que j’atteins un certain paroxysme à cet état là, je ne sais pas vraiment où j’étais, où j’en étais surtout, la tête dans les mains, et perdue, comme si rien n’allait !

On se sent toujours contrôlé par des forces extérieures, telle une marionnette, voilà ce que j’avais été pendant un peu plus de 5 minutes, 10 peut être, je ne savais plus trop où j’en étais, si ce n’est que j’avais fait des choses contre ma volonté. Je l’entendais, je percevais ses paroles, tout en restant silencieuse figée comme ça dans ma cape, sans vraiment vouloir bouger, je chercher un réconfort qui ne venait pas de l’extérieur, qui ne pouvait pas me provoquer, à qui je ne pouvais pas faire de mal. Pourquoi mes relations ne sont-elles fondées que sur de la provocation vous allez me dire ? Surtout avec les garçons, je n’en avais aucune idée, d’ailleurs si j’avais une solution à mes problèmes, j’aurai essayé de les résoudre bien avant peut être, mais voilà, je n’avais pas encore de solutions que des problèmes sans résolution, embêtant quand on y pense n’est ce pas ? Vous imaginez même pas, en fait c’est pire. Je ne me sentais pas moi-même, oui, j’étais partisante peut être d’un côté qui voulait des morts, et faire une société des sorciers, plus « juste », enfin j’y étais sur des fondements familiaux, pour protéger mon frère et ma sœur, plutôt que véritablement pour les raisons, mais c’est encore l’amour qui m’a guidé. Mon âme était noire ? Mon âme l’était-elle vraiment ? Cette noirceur, est ce que, ce que je venais de faire refléter finalement ce que j’étais calme, pas suffisament forte pour combattre quelque chose d’autre, ou le souhait de vouloir ça, de faire souffrir. Peut être étais-je comme ça finalement ? Serait-ce possible ? Le temps nous le dira, je laissais toujours faire le temps, si j’avais appris quelque chose au cours de ma vie, aussi courte fusse-t-elle, c’était que la vie était une question de temps on ne pouvait pas forcément savoir ce qui nous attendais au détour d’un couloir.

Je sentais ses mains m’enlevaient les miennes de mon visage, et puis, relevait ma tête avec son index, serais-je en train de rêver ? Il était limite en train de me pardonner, ou bien alors je ne savais pas trop à quoi je devais m’attendre, il devait être fou, mais à ce moment là, je ne réagissais plus vraiment à ce qui était assimilé à de la folie :

LYRA ♣ « Un petit cadeau, mais alors tout petit. »

Je plongeais mon regard dans le sien, et puis je déposais juste sur ses lèvres un doux baiser, que me prenait-il ? N’étais-je donc pas censé être avec Dave ? Actuellement plus rien ne comptait, ni Dave, ni aucune autre personne qui était de mon entourage, je laissais faire un peu plus ma raison, ou ma folie (oui promis j’irai à Ste Mangouste en sortant de l’école !), mais je laissais tout faire. Le temps était maitre du destin.

Je relevais la tête, et je me remis un peu à parler :

LYRA ♣ « Je ne suis pas une fille bien Harry, tu te trompes sur mon compte, ce n’est pas le statut préfet ou les bonnes notes qui font que je suis une fille bien. Mais ce que j’ai fait ce soir, ce n’était pas moi, comme si j’étais contrôlée, je ne sais pas si tu as déjà eu cette sensation de faire des choses sans vraiment savoir ce que tu faisais, comme si tu n’étais plus le maitre de toi-même… »
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Quand l'aigle surprend le lion ♣    Jeu 17 Fév - 14:21

Désolée pour l'extrême retard. Comme mentionné dans le mp, nous pouvons cloturer ce rp ici si tu le souhaites vu qu'il date et que pleins d'évènements se sont déroulés entre temps. On s'en fait un autre par contre héhé mais peut-être après l'intrigue vu qu'on ignore comment ça va se terminer, non? Et puis... Y a toujours les hiboux

Comment les choses avaient-elles pu déraper de la sorte ? Harry n’arrivait toujours pas à se l’expliquer. Pourtant, tout avait commencé de façon si normale, si ordinaire. Il était sorti après le couvre-feu, Lyra l’avait repéré et elle l’avait coursé. Non, Harry ne comprenait vraiment pas pourquoi tout avait subitement changé pour finir ainsi. En fait, tout était du à cette armure. Si cette dernière ne l’avait pas lâchement dénoncé, rien n’aurait eu lieu. La vie est parfois étrange n’est-ce pas ? Installé au sol, dos au mur, Harry se permit un faible sourire. La suite des évènements s’était enchaînée d’une drôle de manière mais au final, la conclusion n’était pas si mal. L’adolescent se permit un faible sourire. Le stress s’était amoindri, la peur aussi. Il ne parvenait toujours pas à comprendre ces visions mais il préférait désormais les laisser de côté. Se les remémorer lui donnait la nausée. Oui, il préférait définitivement penser à quelque chose de positif, tel ce petit baiser échangé. Oh cela ne signifiait rien de particulier, loin de là, mais il ressentait tout de même un sentiment de contentement indéfinissable. Tandis qu’elle lui avait expliqué qu’elle n’était pas la fille de bien qu’il pensait, Harry s’était collé à nouveau mur et il l’écoutait, sans oser la déranger dans son discours. Pourquoi donc se voyait-elle de la sorte ? Le jeune homme ne parvenait pas vraiment à comprendre pour tout dire. Lorsqu’elle eut fini, il passa ses mains dans ses cheveux pour prendre de l’assurance avant de lui répondre. Passer ses cheveux… Il voyait souvent James le faire, un petit truc à eux. Cette remarque le fit sourire bien qu’une infime partie de son âme désapprouve cette attitude. Pourquoi donc désapprouver un petit lien entre lui et son père ? Harry ne parvenait pas à comprendre et il avait autre chose à faire pour l’instant. Il se concentrerait là-dessus plus tard…

    « Tu dis que tu n’es pas une fille bien… Et pourquoi cela dis-moi ? Parce qu’il t’est arrivé quelque chose que l’on ne s’explique pas, il faudrait de suite en conclure que tu as un mauvais fond ? Non, pour moi, tu es une fille bien, point final. Je laisserai le temps me dire si je me trompe. Mais je pense qu’il ne parviendra pas à me faire changer d’avis à ton sujet. »

Terminant sa tirade par un sourire chaleureux, Harry finit par se relever. Il étira ses bras avant d’épousseter sa robe de sorcier puis fit demi-tour. Face à lui se tenait la petite préfète des bleus, toujours assise au sol. Vu ainsi, de toute sa hauteur, elle semblait plus fragile que jamais et le gryffondor n’apprécia guère cette vision. Lyra Badenov lui avait toujours semblé forte et sûre d’elle. Elle semblait être une montagne que le vent, jamais, ne parviendrait à plier. Pourtant, là, il voyait surtout une jeune femme d’à peu près son âge, perdue dans un océan d’émotions qu’elle ne parvenait à décrypter ou canaliser. Sans vraiment comprendre d’où venait ce sentiment, il se voulut la protéger, l’aider à supporter la réalité mais surtout l’en protéger. Il s’accroupit pour être à sa hauteur et lui sourit. Il finit par fermer son poing droit et lui fit une petite tape légère sur le haut du crâne. Allez, reprends-toi mademoiselle. La vie continue, elle te sera belle et te sourira, je t’en fais la promesse. Il ne savait pas pourquoi ni comment mais il voulait lui offrir un monde meilleur, loin de tous les tracas. Il se battrait contre Tom pour l’éliminer et ramener la paix. Il pourrait alors lui dire que tout était fini, qu’ils pouvaient enfin souffler et sourire à la vie. Harry espérait que ces étranges visions lui soient liées, d’une quelconque façon. Elles avaient ainsi une origine, une explication et ça l’effrayait de suite beaucoup moins. Content de sa résolution, Harry finit par se redresser et tapota dans ses mains d’un air satisfait. Il fallait avancer, il devait gagner. Même si son cœur se noircissait d’ombres incontrôlables, même si la vie lui semblait de moins en moins précise et l’avenir des plus incertains, il devait continuer, n’est-ce pas ?

    « Alors, préfète Badenov. Allez-vous me retirer des points pour avoir enfreint le règlement ? Après tout, je suis dehors dans les couloirs après le couvre-feu. Mais bon… Vous pourriez bien faire une exception, non ? Je suis sûr que vous allez en faire une pour moi, pas vrai, belle Lyra ? »

L’adolescent compléta ses dires par une petite pirouette des plus maniéristes et un clin d’œil empli de malice. La vie reprenait ses droits, il reprenait son attitude prétentieuse et malicieuse. Il remontait la pente pour l’y aider, il s’en était fait la promesse.
Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: Quand l'aigle surprend le lion ♣    Sam 19 Fév - 18:03

Comment c’est possible que tout dérape d’un coup ? Pourtant j’étais bien venue au début pour lui faire comprendre que ce n’était plus un jeu, Poudlard n’était pas son terrain de jeu, en plus il n’avait rien à faire hors de son lit à cette heure là. Et son petit côté dragueur, m’énervait, je comptais répondre avec une gifle dont il aurait pu avoir la marque pendant plusieurs jours, mais il y avait eu ses évènements. Comme quelque chose qui nous controlait, comme si nous n’étions plus maitre de nous, c’est bizarre et horrible à dire, je dois reconnaitre mais en tout cas, c’est ce que j’avais ressenti, après ça, je m’étais laissée aller à mes confessions, lui montrant alors une fille fragile, peut être celle que j’étais réellement derrière ces airs de femme forte. Celle que Torben n’avait cessé de me dire, celle que je voulais ne pas être, celle qui était tout le contraire de ce que je voulais être. Et tout avait dérapé, un baiser insignifiant, celui qu’il voulait au début, que je lui avais donné, pourquoi ne jamais dire jamais ? Pour ça, on ne sait pas ce qui construit notre destin, c’est bien le souci je pense, mais le destin fait que nous sommes, il nous construit aussi bizarre soit il.

Peu m’importe la folie que je pouvais plaider, j’avais envie de rester encore un moment avec lui, il était presque apaisant de lui parler. Oui il y a de cela une demi heure, ou trois quart d’heure, je pense que je n’aurai jamais dit ça de lui, et pourtant je vous le dis, il a une nature apaisante, mystérieux pourtant. Pourquoi je ne cessais de répéter ça, je n’étais pas une fille bien, je le savais, je ne pouvais rien dire d’autres, mais alors pourquoi ? Pourquoi me voyait-il comme quelqu’un d’autre, beaucoup dans cette école devait ressentir du dégoût à l’égard de ma sœur et de moi, trois étrangers qui viennent et le frère qui dérape, ça fait très enchainement, comme si nous avions été conditionné à venir ici. Je ne savais pas ce que signifiait ma venue ici, enfin je savais à quoi elle était due, je ne savais pas quelle folie avait emmené ça, l’été de mes 15 ans, sans ça, je serai encore à Chisinau surement à courir après les garçons, et je serai très bien. Ou alors, j’aurai eu une autre vision de la vie, toujours ma petite vie de petite fille, pas gâtée mais en tout cas qui pouvait presque ressembler à un conte de fée. Ici rien ne ressemblait à un conte de fée, absolument rien, au contraire plutôt le contraire totale de l’utopie.

Je lui souris quand même quand il me dit ces quelques paroles réconfortantes.
« Je m’étais trompée à ton égard, tu n’es pas un mec prétentieux que l’on peut croire quand tu vas avec la bande à Potter, au contraire, aujourd’hui tu as réussi à me montrer que les préjugés n’étaient pas tous bon à prendre. »
La petite tape amicale au dessus de mon crane me fit presque rire, quand il était là, me relevant en m’appuyant sur ce mur pour rester face à lui, oui la vie continuait. Nous étions jeunes, nous avions le droit à profiter de cette jeunesse contrairement à ce que l’on voulait nous faire croire. Oui, il y avait beaucoup de noirs autour de nous, mais si nous y mettions un peu du sien peut être qu’on pourrait créer un havre de paix. Ou du moins, il pourrait, moi je ne savais pas ce que je pourrais faire, j’étais prise dans un piège et ça personne ne pourrait m’en dépêtrer, je devais désormais assumer mon erreur, et tout faire pour ne pas me faire tuer par le Lord noir. Il était capable de tout, et je savais que s’il me sentait faiblir alors je serai sur la liste noire, c’était difficile à dire, mais c’est ce que nous donne la naiveté j’ai presque envie de dire, aujourd’hui à bientôt 17 ans, j’assume, et j’assumerai.
Me relevant donc face à lui, je lui souris encore, mais cette fois plein de malice, la trève de paix était terminée, et alors à nouveau notre jeu reprit son cours. Est-ce que ça allait changer quelque chose entre nous ? Je n’en avais aucune idée, je savais juste que ça avait eu un effet sur moi, de ne pas me laisser faire par les préjugés. Il m’avait alors montré une autre partie de lui, une partie qui m’avait touché, je lui avais montré une part de moi que j’aimais pas, cette part de noire dans mon âme peut être sous contrôle mais en tout cas je l’avais bien montré dans tous les cas, ce n’était pas faute de vouloir m’en défaire, mais on ne peut pas faire sans notre âme, elle est maitre de nous.

« Cher Over, filez avant que je ne change d’avis et que j’aille en référer à la préfète en chef cette fois ci, c’est votre, comment dit-on, joker de cette année. Je ne me laisserai plus surprendre la prochaine fois. »

Dis-je avec plein de malice, oui il avait repris son attitude prétencieuse, j’avais repris mon assurance en lui donnant une seconde chance de me surprendre. Je l’avais attrapé, j’arriverai encore, l’armure était de mon côté désormais, je ne pouvais pas nier le fait que j’aimais beaucoup cette situation aussi ambigue fusse-t-elle. Il ne lui restait plus que deux mois ici à faire, il me restait encore un an, je sentais que cette année serait longue s’il n’était plus là pour me faire des blagues, et ce soir là, j’avais compris combien la vie pouvait être surprenante.







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand l'aigle surprend le lion ♣    



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum