Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Mangemort↯ Le pouvoir est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1007
Date d'inscription : 06/09/2008




Lord Voldemort

Mangemort
Le pouvoir est entre mes mains


Carte du maraudeur
Niveau magique: 15/15
Libre pour ::
Bonus: 0
MessageSujet: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Sam 29 Mai - 9:32

    Mon appétit de tueur se réveillait peu à peu. Un frisson traversa ma colonne vertébrale, et me fit trembler légèrement alors que je savourais l'adrénaline qui coulait dans mon corps corrompu. Cela faisait bien trop longtemps que je n'avais tué qui que ce soit. Si je continuais d'attendre et de réfréner mes pulsions, j'allais finir par tuer un de mes mangemorts. Cette idée me fit sourire. Certains d'entre eux avaient bien besoin d'être recadrés. A commencer par cette nouvelle recrue, Torben Badenov. Je savais bien que celui ci avait fait preuve de sa fourberie et de son instinct de tueur, mais il ne m'inspirait aucune confiance. Il n'avait rien accomplit pour moi, à part quelques meurtres pitoyables. Oui, je passerais bien mes nerfs sur Badenov, juste pour lui apprendre à reconnaître son maître. Mais ce soir, j'avais d'autres projets en tête. Il me fallait punir un ancien ennemi, qui s'était joué de moi. La protection qui l'entourait était nulle; il n'était probablement plus jugé comme étant assez important pour nécéssiter une protection rapprochée. Probablement quelques sorts de surface et de protection. Je ne pouvais pas dire que j'étais particulièrement impressionné par cet homme que j'allais abattre, mais il avait trop longtemps contrecarré mes plans, ne serait ce que par le fait qu'il aie échappé à toutes mes précédentes tentatives pour le museler. Il était temps pour lui de payer.


    Le Ministre Faulkner.


    Ou plutôt, l'ex ministre. Tibérius Faulkner était un vieux Lion, un vieux de la vieille. Il était capable de se défendre, malgré son âge. Mais rien ni personne ne pourrait m'échapper. J'avais convié mes mangemorts à venir. Certains ne pourraient pas être là ce soir; la majorité, en fait. Mais il était temps d'infliger une leçon de premier ordre à tous ceux qui pensaient pouvoir m'échapper encore longtemps. Tous des fous, rien que des fous. Je ne savais pas précisément qui viendrait ce soir, mais j'espérais qu'ils soient tout de même nombreux à me rejoindre. Plus j'affermissais ma position face à mes troupes, et plus leur loyauté s'en trouvait renforcée. Je faisais donc tout ce qui était en mon pouvoir pour faire l'étalage de mon savoir et de ma puissance, tout comme de ma cruauté. Mes mangemorts devaient m'être loyaux, ils devaient être conscients des récompenses qui les attendais si'ils me servaient bien, mais ils devaient savoir aussi ce qui les attendait s'ils ne me servaient pas comme il fallait, ou pire, s'ils tentaient la défection.


    Je prenais ma cape noire, que j'attachais par une broche d'or autour de mon cou. J'avais une allure terrible, et le pouvoir émanait de tous les pores de ma peau. Bien entendu, j'allais me rendre sur place en transplanant. Je ne fermais pas la porte derrière moi, pour que Nagini puisse sortir si l'envie lui prenait d'aller chasser quelques musaraignes ou rats des champs. Cet animal avait un appétit terrible, et j'aimais le sadisme dont il faisait preuve en traquant ses victimes. Ce serpent était implacable, tout comme moi. Je marchais quelques pas dans l'obscurité, le temps de rejoindre les balises qui marquaient la fin de la zone anti-transplanage de mon domaine. Puis, je transplanais. En arrivant devant la vieille bâtisse où Tibérius résidait, je touchais la marque des ténèbres sur mon bras. J'allais attendre mes mangemorts quelques instants, puis j'irais faire enfin ce qu'il s'imposait...


    Et j'apposerais ma marque à mon ennemi.
Nouveau↯  Validez moi ! Je veux jouer !!
avatar



Nombre de messages : 103
Age : 26 ans
Groupe : Les gentils ET les méchants !
Caractère : Têtu - Solitaire - Courageux - Violent - Sarcastique - Protecteur - Egoïste
Crédits : : Redex
Date d'inscription : 23/09/2009




Liam Spencer

Nouveau
Validez moi ! Je veux jouer !!


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour ::
Bonus: + 02
MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Jeu 3 Juin - 8:48

Liam était assis sur son misérable matelas qui lui servait à la fois de lit et de sofa. De cette place, il pouvait voir tout ce qui se passait dans la minuscule pièce qui lui servait d'appartement. Avec sa paye du Ministère et ce qu'il avait hérité à la mort de ses parents, il aurait pu s'offrir beaucoup mieux, un manoir peut-être. Mais cette chambre de bonne renfermait tous ses souvenirs... Et même s'ils n'étaient pas tous heureux, même s'ils n'étaient pas nombreux, ils étaient tout ce qu'il avait. Sa soeur était venue ici quelques fois, avant qu'elle ne meure. Ils en avaient passé des heures à rire et à discuter sur ce matelas. Et pour rien au monde il n'aurait voulu habiter ailleurs. Peut-être un jour, quand la blessure serait guérie... Quand il aurait accompli sa vengeance. Mais pas avant. Il en aurait été émotionnellement incapable de toutes façons.

Il était donc assis là, à lire un vieux journal qui traînait chez lui depuis plusieurs jours. Il parlait de l'attaque de Gringotts. Il se souvenait de chaque détail de cette journée, et s'il avait le malheur d'oublier, la douleur de son dos était là pour le lui rappeler. Il attendait encore pour se rendre à Sainte Mangouste, que cette histoire d'attaque passe un peu. Il avait bien trop peur que quelqu'un lui pose des questions sur l'origine de ses blessures pour tenter le diable. Il avait bien essayé quelques sorts de soin, mais l'effet bénéfique était passager. Enfin, tant que cette douleur ne l'empêchait ni de travailler, ni de jouer ses rôles dans l'Ordre et chez les Mangemorts, ce n'était en rien une priorité pour lui. Pour le moment, il devait trouver un moyen de mener à bien la mission que Voldemort lui avait confiée : tuer Faulkner.

Maintenant que le vieil homme était en retraite, il devait mettre au point un plan pour se rendre chez lui et le tuer. Seulement il savait que l'ancien ministre n'était pas tout à fait sans défense, et il devait d'abord se préparer à mener un rude combat. Quel ne fut donc son soulagement lorsqu'il avait appris que le Lord prévoyait une mission pour assassiner l'homme. Ce serait plus facile, même si ça enlevait tout le prestige de la chose. Il s'était donc préparé, avait enfilé ses vêtements les plus chauds mais aussi les plus sombres, et avait revêtu sa grande cape noire. Son masque de Mangemort était posé à côté de lui, il n'attendait que le signal... Signal qui ne tarda pas à venir.

Liam sursauta lorsqu'il sentit une violente douleur lui traverser le bras gauche. Il releva sa manche, bien qu'il n'en eu pas besoin pour savoir de quoi il s'agissait. La Marque des Ténèbres qu'il portait ressortait affreusement, encore plus noire que d'habitude. C'était l'appel du Maître. Sans hésiter une seule seconde, Liam mit son masque, et pointa sa baguette sur la marque tout en tournant sur lui-même pour transplanner. Ainsi, il apparaîtrait aux côtés de son Maître. Manque de chance, il avait oublié ses piètres capacités de transplannage, et en atterrissant il trébucha pour s'étaler de tout son long aux pieds de Voldemort. Super comme entrée, on ne pouvait réver mieux ! Rouge de honte sous son masque, Liam se releva et épousseta sa robe. Merlin, quelle honte ! Il releva enfin le regard vers le Seigneur des Ténèbres, et s'inclina devant lui.


-Maître...


Il se préparait depuis des heures à entrer dans sa peau de Mangemort, et il était plus que prêt à jouer parfaitement son rôle. Et puis, il avait remarqué que c'était devenu beaucoup plus facile depuis l'attaque de Gringotts. Comme si le fait d'effectuer une véritable mission avec les autres Mangemorts, se voir confier un but par Voldemort, avait développé la partie sombre du caractère de notre espion. En tous cas, Liam sentait l'exitation serrer son estomac et accélérer les battements de son coeur. En bon petit Mangemort, il avait hâte de dresser sa baguette contre Faulkner. Il fallait dire que même dans son état normal, il n'avait jamais pu encadrer le Ministre. Il ne trouvait incompétent et stupide. Beaucoup de morts auraient pu être évitées s'il avait agit plus vite à Gringotts... Et même lors de l'attaque de Pré-Au-Lard... Il n'aurait pas du demander à un homme de prendre sa place et de se faire tuer pour lui. Liam le jugeait lâche et sans aucune utilité. Sa mort ne serait pas regrettée.

Le jeune homme avait chassé de son esprit tout ce qui aurait pu le compromettre face à son Maître. Ce soir, il n'était plus qu'un Mangemort, avec toutes les motivations d'un Mangemorts. L'espion était resté à la maison, et tous ses principes avec lui. Il était prêt à obéir au doigt et à l'oeil de Voldemort, peu importe ce qu'il lui demanderait.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Mar 8 Juin - 21:59

Ce matin-là, Antonin Dolohov Jr se réveilla tranquillement au rythme des rayons du soleil. Il ouvrit les yeux l'un à la suite de l'autre, comme si c'était la dernière chose qu'il aurait fait dans sa vie. Il mit quelques temps à se rendre compte qu'il était étendu dans un grand lit King d'un blanc immaculé. Les draps, tout aussi blancs que le lit, étaient disposés irrégulièrement sur le matelas. Dans un frisson, Antonin se rendit compte qu'il était tout habillé. Apparemment, il n'avait pas prit le soin de retirer ses vêtements avant de s'endormir. Dans sa tête, il y avait comme un voile. Quelque chose qui l'empêchait de se rappeler quoi que ce soit de la veille. Lentement, mais surement, il remua ses membres, un à un. Il n'était pas blessé. Dans un ultime effort, il se mit à quatre pattes sur le lit avait de repousser, d'un mouvement, les draps qui le recouvrait jusqu'à la taille. Poursuivant son effort, il mit un pied après l'autre sur le froid planché de bois et se redressa dans un étirement. Le soleil qui entrait par la fenêtre murale l'éblouissait. Ce devait être une magnifique journée. Le Mangemort recula de quelques pas mais se cogna contre quelque chose. Un corps inerte. C'était une femme. Une magnifique femme. Elle avait les cheveux blonds et elle était entièrement nue. On aurait pu lui donner une trentaine d'année tout au plus. Puis, les événements de la veille revinrent à Antonin comme un éclair frappait un arbre.

La journée précédente, alors qu'il revenait du travail, le Mangemort avait repéré cette femme qui marchait sur le trottoir. Elle avait tout de suite capté son attention de par sa beauté. Incapable de résister, Dolohov l'avait suivie comme un animal traquait sa proie. C'est dans cette maison que cette filature s'était terminée. Antonin avait « joué » avec sa nourriture avant de la manger. Comprenez-moi bien. Il n'est pas cannibale. Ceci est une métaphore.

Sa mémoire revenue, Antonin promena son regard sur la chambre. C'était une pièce spacieuse mais richement décorée dans le style un peu grec antique. Ses yeux se posèrent ensuite sur une paire de bottes, située juste à côté de la porte de la chambre, qui étaient vraisemblablement les siennes. Il marcha d'un pas on ne peut plus calme vers elles avant de les mettre avec une extrême lenteur. Rien ne pressait, car il ne travaillait pas ce jour-là. Ouais bon... Travailler est un bien grand mot. En fait, entant qu'Auror affecté à la surveillance de Poudlard, il ne faisait que se promener sur le domaine en prétendant protéger les élèves. C'était précisément ça qu'Antonin aimait de la mission que lui avait donné le Seigneur des Ténèbres. Il faisait semblant de protéger les gens alors qu'à chaque fois que l'un d'eux entre en contact avec lui, il se met un peu plus en danger. C'était fascinant d'après le Mangemort.

Ainsi, Antonin passa la journée dans cette maison. Il aurait été stupide de ne pas profiter des commodités qu'elle offrait, car la femme, qui gisait maintenant dans sa propre poubelle, semblait vivre seule. Dolohov prit donc une douche ainsi que trois bons repas. Il passa le reste de son temps à écouter ce que les Moldus appelaient télévisions. En effet, le Mangemort était devenu un habitué des appareils de ces animaux, car il n'était pas rare qu'il était « invité » dans leurs maisons. Vers le milieu de l'après-midi, un homme était entré dans la maison, une valise sous le bras, en annonçant joyeusement à son épouse qu'il était revenu. Malheureusement pour lui, ce n'est pas sa magnifique femme qu'il trouva dans la cuisine entrain de lui préparer quelque chose à manger, mais bien un homme au visage sadique qui profitait allègrement de sa télévision. Bien évidemment, Antonin l'envoya lui aussi reposer en paix, mais cette fois dans le bac de recyclage.


Ce n'est que dans la soirée qu'il reçut l'appel de son Maître. Soudainement, ça Marque des Ténèbres lui avait fait éprouver une douleur cuisante alors qu'il écoutait l'un de ces stupides talk-show Moldus. Antonin, qui était avachi sur le canapé depuis deux heures, se releva comme s'il avait reçu un choc électrique. Regardant quelques secondes autour de lui, il aperçut sa baguette magique posée sans plus de cérémonie sur un magazine à potin Moldu. D'un geste il l'attrapa avant de la pointer vers la porte d'entrée de la maison qui était adjacente à la salle de télé. Sans que le Mangemort n'ait besoin de prononcer un seul mot, elle produisit un déclic qui indiquait clairement qu'elle était verrouillée. Puis, Antonin ne fit ni une ni deux et transplana presque sans un bruit, laissant la Marque des Ténèbres le guider.

Il réapparut dans une rue sombre. Sans vraiment prendre le temps de regarder l'endroit, il tourna la tête vers son Maître qui était à une dizaine de mètres de lui. Un Mangemort avait été plus vite que lui. Antonin ne le connaissait pas. Il ne lui accorda pas un regard et se dirigea vers le Seigneur des Ténèbres. À une distance de quelques pieds, il s'arrêta net et inclina la tête. Il dit du ton assuré de quelqu'un qui sait ce qu'il fait :


-Heureux de vous voir, Maître.

Son visage n'exprimait pratiquement aucune expression. Cependant, Antonin aurait bien aimé savoir ce qu'il faisait là, car il n'en avait aucune idée. Cela semblait être une mission surprise, mais le Mangemort n'en aurait pas la certitude tant que son Maître ne lui aurait pas dit lui-même.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Jeu 24 Juin - 21:46

La soirée et la nuit avait plutôt bien commencé. Une ambiance de folie dans un bar fréquenté par les sorciers. Candice avait besoin de se détendre, de décompresser un peu. Elle avait donc décidé de passé la soirée là-bas. Après plusieurs whisky pur feu et bierraubeurre, la jeune femme se sentait très bien. Un sorcier séduisant lui faisait de l'oeil depuis le début. Elle avait remarqué qu'il était tout sauf laid. Ils avaient beaucoup ri ensemble, dansé une partie de la nuit avant de finir chez la jeune femme, dans le même lit. Comme quoi, une belle gueule ne signifiait pas forcément un amant formidable. Candice était désappointée. Et s'il y avait une chose qu'elle n'aimait pas, mais alors pas du tout, c'était d'être désappointée.
Au petit matin, elle était étendue dans le lit, nue, sur le ventre, à tourner sa baguette pour s'amuser. Elle était un peu déçue. Beaucoup même. Elle s'attendait à mieux de sa part. Candice tourna la tête vers la gauche. Le sorcier se tenait allongé dans le lit, sur le dos, la tête reposant sur le côté. On aurait pu croire qu'il dormait, s'il n'avait pas les yeux grands ouverts. Des yeux qui exprimaient de la peur, de la surprise et une impressionnante douleur. Candice garda un instant le regard fixé sur l'homme. Elle soupira et continua de jouer avec sa baguette entre les doigts. Non, décidément, il ne valait rien du tout. Tant pis.

Mante religieuse ? Sûrement. L'araignée aussi dévore le mâle une fois qu'elle en a fini avec lui. Candice n'avait pas pour habitude tuer tous ses amants. Seulement ceux qui n'assuraient pas. Bon, ok, peut-être qu'elle devait placer la barre un peu haut, eu égard au pourcentage de survivants... Un sourire amusé éclaira le visage de la Mangemort. Elle garda sa baguette à la main et se retourna sur le dos, contemplant le plafond d'un air rêveur. Mouais, elle passerait sûrement une meilleure nuit ce soir. Du moins, l'espérait-elle.

Candice se leva et s'étira. Une bonne chose de faite. Elle se dirigea dans la salle d'eau. Un bon bain lui ferait du bien et lui ferait oublier sa déconvenue. Elle ouvrit les robinets, laissant la baignoire se remplir avant de glisser avec délectation dans l'eau chaude. Elle poussa un soupir de ravissement et posa sa tête sur le rebord de la baignoire, fermant les yeux. Elle réfléchissait. Le Maître semblait particulièrement énervé en ce moment. Candice en était inquiète. Elle n'aimait pas le voir dans cet état-là et aurait tout fait pour pouvoir l'apaiser. Elle se jura que si elle pouvait faire quelque chose, elle foncerait.

Candice termina de se laver et sortit de la baignoire. Elle enfila sa robe de sorcière, couleur noire, classique. Elle sortit ensuite de la salle de bain, et jeta un oeil agacé sur le corps de son amant. Elle le ferait disparaître rapidement. Elle sortit.

Ce ne fut que le soir même, en rentrant que tout changea. Elle ouvrit la porte de chez elle, lançant un regard agacé sur le corps. Elle lança une formule qui permit de nettoyer rapidement l'élément étranger. Ouf, voila qui était fait. Candice allait s'étendre sur son lit quand une violente douleur au bras la fit grimacer. Le Signal. Son Maître l'appelait. Candice ressentit un frisson d'excitation lui parcourir le dos. Chacune des rencontres avec son maître était un moment unique. Elle toucha de sa baguette la marque des Ténèbres et transplana instantanément.

Elle arriva dans une rue. Elle ne fit guère attention à ce qui s'y trouvait. Elle aperçut deux Mangemorts, dont un qu'elle connaissait, qui étaient arrivés avant elle. Elle se dirigea vers son Maître et s'agenouilla respectueuse, son regard brillant d'admiration.


Je suis à vos ordres, mon Maître.

Elle se releva et se tint à distance respectable, attendant de savoir pourquoi son Maître avait besoin d'elle.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Lun 28 Juin - 20:38



    Il était là. Recroquevillé dans un coin, tremblant comme une feuille agitée par le vent. Fermant fort les yeux, comme s’il espérait pouvoir disparaître, simplement en le désirant très fort. Si la belle Italienne n’avait pas été attendrie par cette attitude beaucoup trop moldue pour un demi-sorcier, elle en aurait éclaté de rire. Comme s’il pouvait lui échapper… Un instant elle fut tentée de l’épargner, de faire comme si elle avait perdu la vue, comme si l’odeur de ce cracmol n‘empestait pas à des kilomètres à la ronde. Dolohov lui avait apprit à tuer ses proies sans attendre, à ne pas leur laisser une seule issue, un seul millième de seconde, pour s’échapper. Elle n’avait jamais retenu cette leçon, prenant un malin plaisir à avoir le contrôle sur ses proies, à réduire leur énergie vitale à tel point qu’un simple animal aurait pu les dévorer. Un animal. N’était-ce pas ce qu’elle était en train de devenir, au fond ? Un animal piégé au cœur des flammes ardentes, qui ne feraient preuve d’aucune pitié, d’aucune compassion. Un animal terrifié qui montrait les crocs et sortait les griffes pour mieux se protéger, comme si cela pouvait faire reculer le feu qui la consumait toute entière, qui déchirait ses entrailles. Un animal agressif qui ne trouvait l’apaisement que dans la douleur, la torture. Aimant la sensation de la lame déchirant la chair, mouvant en faisant apparaître d’infimes gouttes de sang sur son passage, ou encore de la puissance des sortilèges qu’elle pouvait jeter et la souffrance qu’elle pouvait causer.

    On lui avait enseigné à tuer, elle avait apprit à y prendre du plaisir. Du moins une partie d’elle-même. Et cette fois-ci, elle aurait voulu la laisser de côté. Elle commença même à reculer lentement, luttant pour ne pas céder à cette rage qui incendiait son cœur et répandait son venin mortel dans ses veines. Fermant ses paupières sur ses yeux de braise, elle tentait de se raccrocher à n’importe quoi pour ne pas sombrer dans le fleuve de l’inconscient, pour rester maîtresse de ses actes et ne pas laisser l’ ‘autre’ prendre le dessus. Peine perdue. Celle qu’elle cherchait à faire rester désespérément n’était plus qu’un fantôme. Une ombre perdue entre les ombres qui ne reviendrait jamais à la vie. La mort de son père, le chagrin de sa mère, et la prise de pouvoir de son frère Lorenzo avait eut raison d’elle. ‘Plus de comportement ridicule’ toléré de sa part, disait-il. Alors voilà, elle était morte il y a plus de quelques mois, le jour ou l’existence de père avait cessé, laissant une déchirure si profonde dans son cœur meurtri que ce dernier saignait encore et constamment. Cicatriser ? Elle n’y pensait même plus, habituée à cette affliction constante. Ciella ne tarda pas à reprendre ses droits, chassant le spectre de ses illusions perdues en Enfer, l’enfouissant si profondément que toute sensation la quitta soudainement.

    Sans attendre que son être s’affaiblisse de nouveau Ciella Dante s’avança vers la ‘créature’, tirant sur sa chevelure si fort qu’elle aurait pu craindre de se retrouver avec une poignée entre les mains tandis que l’erreur de la nature aurait profité de cet instant de surprise pour s’échapper. Se collant si près qu’on aurait pu croire qu’elle cherchait à l’étreindre, elle se mit à murmurer à son oreille. Des paroles indistinctes, qu’elle-même ne comprenait pas. Les mots sortaient de sa bouche sans résistance, et ne servaient qu’à irriter le brun volcanique. Elle frappa la tête du cracmol contre le mur, serrant sa gorge si fort qu’elle espérait peut être parvenir à l’étrangler. Le priver d’oxygène quelques minutes seulement n’empêcherait pas la ‘créature’ de vivre, mais elle savait que le contact était assez dur pour la faire souffrir. Merveilleux jouet, qui la distrayait presque assez pour lui faire croire que la douleur avait enfin disparu, qu’un vide sidéral remplaçait à présent son cœur. Ce n’était pas le cas. La perfide, l’insidieuse souffrance revint à la charge, et l’Italienne eut l’impression que chaque coup donné au cracmol lui revenait en pleine face. Pourtant ce dernier ne bougeait pas, attendant silencieusement que l’orage passe. Ciella restait pourtant ‘de marbre’, ignorant les tourments qui l’agitaient, parvenant presque à les oublier. Et, il fallut qu’Il vienne tout gâcher.

    Surprise par cette douleur tout sauf opportune émanant de son avant-bras droit, elle desserra un bref instant sa prise et cela suffit pour laisser le brun s’échapper. Évidemment l’héritière aurait pu se lancer à sa poursuite, aurait sans doute fini par le rattraper à nouveau mais toute sa colère avait changé de cible. Un voile rouge était tombé sur elle, la remplissant d’une rage glaciale et à la fois brûlante qui bandait chacun de ses muscles, lui injectant une force capable d’exploser chaque artère, chaque veine de son corps. Sensation ô combien familière, qu’elle ressentait toujours plus intensément. Elle transplana, laissant le silence retomber sur cette rue sale et sombre des bas quartiers de Londres.

    Elle apparut aux côtés de son Maître, avec toute la grâce et toute l’élégance de son rang. Elle s’inclina respectueusement, sans dire mot avant de se reculer à la hauteur des autres Mangemorts, ses cheveux bouclés suivant le mouvement dégageant leur subtil parfum dans les airs. Son regard gris orage balaya l’assistance, se demandant la raison de sa venue ici et ce que le Lord pouvait bien attendre de ses partisans.

Mangemort↯ Le pouvoir est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1007
Date d'inscription : 06/09/2008




Lord Voldemort

Mangemort
Le pouvoir est entre mes mains


Carte du maraudeur
Niveau magique: 15/15
Libre pour ::
Bonus: 0
MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Mer 30 Juin - 20:26

    Je n'avais toujours aucune idée de qui répondrait à mon appel. Certains seraient bien entendu retenus par leurs propres missions, d'autres par leur couverture. Je savais que Krystel Raybrandt était étroitement surveillée nuit et jour par le vieil auror Alastor Maugrey, tout comme je savais qu'il serait sans doute difficile pour Narcissa de se joindre à notre petit rendez vous... Je savais cependant que d'autres feraient tout leur possible pour me rejoindre rapidement. Principalement ceux qui auraient raté la petite fête de gringotts, j'en étais sûr. Beaucoup s'étaient sentis lésés des récompenses accordées aux principaux mangemorts présents ce jour là. Bellatrix avait officialisé sa place de numéro 2, tandis que Krystel Raybrandt avait recruté pour nous un nouvel aspirant. L'ironie du sort voulait que ce nouveau mangemort, Torben Badenov, ne soit une des victimes indirectes de ma petite guerre. J'aimais beaucoup l'ironie, et je goûtais fort à celle ci, qui était toujours sujet à plaisanter avec mon fidèle Nagini. Je sentais le vent se lever, soufflant ses bourrasques glaciales contre mon visage. Nul frisson ne vint me secouer l'échine, parce que mon coeur était sans doute plus glacé encore que le coeur de l'hiver.


    Le premier à arriver fut Liam Spencer, justement l'un des artisans de la victoire de la banque Gringotts. Ce type avait joué un rôle relativement mineur d'après ce que j'avais cru comprendre. Mais néanmoins essentiel, car s'il n'avait pas été là, le rapport de force aurait été encore plus en notre défaveur. Le jeune homme perdit l''équilibre et s'étala à mes pieds. Il se releva et épousseta ses vêtements, alors que je le toisais d'un regard ouvertement cruel.



    | J'ai connu beaucoup d'arrivées pathétiques dans ma vie. Celle ci fait partie d'une des pires. Faites attention à ce que vous faites, Spencer. Ou je vous apprendrais personnellement à transplaner... |


    Ma voix était glaciale, mais on pouvait y dénoter sans aucun problème toute la menace qui y était renfermée. Presque aussitôt arriva Antonin Dolohov, l'un de mes meilleurs chiens de guerre. Froid. Cruel. Dénué de la moindre pitié ou compassion. Un sadique, un vrai. L'une de mes meilleures armes pour terroriser l'ennemi.


    | Antonin. Toi qui a manqué la petite fête de Gringotts, tu seras heureux d'apprendre que j'ai besoin de tes talents, ce soir. Tu auras carte blanche, une fois que nous serons à l'intérieur |


    Ensuite, deux apparitions successives. Candice Mc Allister, l'une de mes plus anciennes activistes. Elle s'agenouilla devant moi, et la sensation merveilleuse que devaient éprouver les dieux était ce que je ressentais en cet instant précis. Je plaçais ma main au dessus de sa tête tandis qu'elle s'inclinait, sans pour autant la toucher. Ciella Alexiel Dante fut la suivante à arriver. Elle faisait partie du cercle extérieur de mes mangemorts, mais je nourrissais certains espoirs concernant son potentiel. L'envoyer frayer avec les vampires n'avait peut être pas été la meilleure idée que j'avais eue.


    | Candice, Ciella. Cela faisait bien longtemps. | les saluais je sobrement


    Me mettant à marcher autour du cercle singulier de mes suivants, je désignais d'un signe de tête la bâtisse toute proche.


    Ici se trouve la maison de Tibérius Faulkner, notre « très estimé » ministre. Ou plutôt, notre ancien ministre, vu que cette catin de Lundy vient d'être nommée à sa place. Nous sommes ici ce soir pour réparer une erreur. L'erreur que nous avons fait l'an dernier pour l'assassiner. Aujourd'hui, nous allons le tuer, et le détruire, ainsi que tout ce qu'il représentait. Candice, Ciella, vous passerez par derrière. Vous vous assurez qu'il ne s'enfuit pas par son jardin, et réduisez son cabot au silence. Je ne veux pas que la police moldue nous interrompe. Spencer, tu vas avec elles. Dolohov, avec moi. C'est toi qui essaiera de faire parler Faulkner pendant que tes petits camarades s'amuseront avec lui... |


    Sans m'assurer que tous avaient bien compris, je m'avançais droit vers la propriété.
Nouveau↯  Validez moi ! Je veux jouer !!
avatar



Nombre de messages : 103
Age : 26 ans
Groupe : Les gentils ET les méchants !
Caractère : Têtu - Solitaire - Courageux - Violent - Sarcastique - Protecteur - Egoïste
Crédits : : Redex
Date d'inscription : 23/09/2009




Liam Spencer

Nouveau
Validez moi ! Je veux jouer !!


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour ::
Bonus: + 02
MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Sam 3 Juil - 21:02

Non mais quel imbécile ! Pour la première fois où il devait accomplir une mission en présence de son Maître, il se ridiculisait devant lui à peine arrivé. Il savait pourtant qu'il était plus que pitoyable en transplannage. Et malgré tous ses efforts pour s'améliorer, il n'était jamais parvenu à ne pas se ramasser à l'atterrissage. Pour sa défense, il ne transplannait pas tous les jours non plus, et il détestait ce moyen de locomotion. Il ne l'aurait jamais avoué, pas même sous la torture, mais l'histoire des 3 D le faisait flipper, et il avait toujours peur de se desartibuler. D'où son manque de concentration quant à l'atterrissage. Et vue son entrée fracassante, il ne pouvait pas réellement en vouloir à Voldemort de se foutre de lui. Seulement voila, il avait quand même son petit ego, et il prenait assez mal la critique. D'accord, il avait du mal à transplanner avec classe, mais il y avait plein d'autres trucs qu'il savait faire d'abord, et il sauterait sur la première occasion pour le prouver. La menace de son Maître ne le fit pas frissonner d'effroi, mais lui passa l'envie de transplanner en sa présence.

Agacé, mais tenant à la vie, il inclina docilement la tête face aux critiques du Seigneur des Ténèbres. Il n'était peut-être pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, n'empêche qu'il n'était pas assez fou pour provoquer Voldemort. Il se tint donc silencieux jusqu'à l'arrivée des autres Mangemorts, qui ne tardèrent pas. Liam ne les connaissait pas vraiment, et avec leurs masques, il aurait été bien incapable de dire lesquels venaient de les rejoindre. Pour tout dire, il ne les avait véritablement rencontré qu'une seule fois, lorsque de la réunion post-Gringotts. Et on ne pouvait pas dire qu'il ait réellement pris le temps de discuter avec l'un d'entre eux. Il attendit donc patiemment qu'ils saluent leur Maître, et que celui-ci leur réponde pour connaître leur identité. Et comme tous lui accordèrent autant d'attention que s'il avait été un vulgaire lampadaire, il se garda bien de les saluer aussi. Vraiment, l'ambiance chez les Mangemorts, c'était mortel !

Et même si le jeune espion avait la trouille en face de son Maître, il devait bien avouer qu'heureusement qu'il était là, car sans lui, absolument personne n'aurait ouvert la bouche. Déjà que c'était glauque, des mecs masqués dans une rue mal éclairée au beau milieu de la nuit, mais si en plus personne ne parlait, ça en devenait carrément angoissant. Liam se tenait à présent au milieu de ses "collègues", et il attendait les instructions comme les autres. A la distribution des rôles, il ne pu s'empêcher de jalouser Dolohov... On lui refilait toujours des missions pourries, de toutes façons. Déjà à Gringotts, il avait dû faire équipe avec l'autre boulet de De Caprily, voila maintenant qu'il devait sécuriser le jardin et faire taire le chien. Une mission qui ferait sans nul doute appel à toutes ses capacités magiques et à tout son courage. Dissimulant son amertume derrière une expression indifférente (qui de toute façon ne se voyait pas sous son masque), il se contenta de hocher la tête.

Il n'allait certainement pas discuter les ordres de Voldemort, et puis voyons le bon côté des choses, il faisait équipe avec deux filles. Bon, l'une d'entre elle ne lui avait pas laissé de bons souvenirs, vue son attitude lors de l'entretien qu'ils avaient tous deux eu avec la Reine des Vampires. En revanche, il ne connaissait absolument pas l'autre, qui devait être vraisemblablement magnifique si la beauté de son visage était à la hauteur des désirables formes de son corps. Voldemort n'attendait pas de réponse de leur part, puisqu'il se mit en marche vers la porte de la maison dès qu'il eut fini de distribuer ses ordres. Liam l'imita donc presque immédiatement, et se dirigea vers le jardin. Il poussa doucement le portillon de bois qui en fermait l'accès, et s'avança sans bruit vers la porte arrière. Avant que le chien ne puisse faire quoi que ce soit, il le Petrifia. Le Seigneur des Ténèbres avait demandé qu'on le réduise au silence, pas obligatoirement qu'on le tue. Et si Liam avait bien du mal à faire quelque chose, c'était du mal aux pauvres bêtes innocentes.

Ils auraient bien tous de quoi s'amuser avec le Ministre, et sa famille s'il en avait une. Liam ne s'était jamais posé la question, et pour tout dire, il s'en moquait un peu. Tuer une femme et des enfants ne lui posait pas de problèmes de conscience insurmontables. Arrivé devant la porte de derrière sans avoir rencontré d'obstacle, le jeune homme se tourna vers les deux femmes qui l'accompagnaient. Comme il ne pouvait que difficilement supporter Ciella, il prit le parti de s'adresser à celle qui semblait s'appeler Candice, s'il se rappelait bien du prénom employé par le Maître
.

-Honneur aux dames...
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Lun 5 Juil - 9:44

    La nuit était tombée depuis un moment déjà... Assise seule sur une chaise de bois, une jambe croisée sur l'autre, je laissais s'échapper de mes lèvres la fumée âcre de la cigarette que je fumais depuis quelques minutes. Pour la première fois depuis longtemps, j'avais laissé libre court à mes pulsions meutrières. Certes, j'étais assise sur une chaise de bois, face à une fenêtre ou la lune se reflétait. Mais, mes jambes, ma poitrine et mon visage possédait encore quelques éclaboussures de sang. A mes pieds gisaient deux hommes aux visages tellements torturés que la police moldue aurait du mal à les reconnaître, je le savais. Jetant un rapide coup d'oeil au dernier survivant, une petite fille d'environ 6 ans qui tremblait en me regardant, je fixais son regard terrorisé, ignorant ses pleurs. Aspirant à nouveau une bouffée de nicotine, j'en recrachais la fumée délicatement, savourant la dose de tabac que j'avais volée à ces hommes. Rejetant en arrière mes cheveux bruns désormais raccourcits, je finis par me relever lentement, mes vêtements de soie noire suivant le mouvement de mes courbes féminines. La gamine se recorquevilla un peu plus contre le meuble, serrant contre elle une sorte de peluche tellement abîmée que je n'aurais su dire quel sorte d'animal elle représentait. Et pour tout dire, je m'en moquait éperdumment. Attrapant avec délicatesse la fillette par le bras, je la fis doucement se relever, scrutant son regard empli de larme sans aucune émotion. Mon dévoir était de la tuer, pourtant je jugeait la mort trop douce pour cette née-moldue. Morte, elle disparaîtrait de la société, certes. Mais avec ce qu'elle venait de vivre, ce serait tellement pire. Se rappeler en continu les tortures que j'avais infligé à son père et son grand-frère devant son regard innocent... Ca, ce serait pire que la mort. Pointant ma baguette sur son front, cette dernière fermat les yeux en réprimant un sanglot. D'une voix douce, je murmurais.

    -C'est maintenant que le pire commence, petite Sang-de-Bourbe.

    Une étincelle mauve jaillit de la baguette, se posant sur le front de la gamine qui s'endormit suite au sortilège. Sortant de la maison en silence, je levais ma baguette vers le ciel, laissant apparaître la marque des Ténèbres au dessus de la maisonnée. Partant sans un regard, j'entendais déjà les cris de stupeur des moldus qui voyaient la tête de mort verte et son serpent. Un sourire au lèvre, je transplanais chez moi, en l'espace d'une seconde à peine. Je venais à peine d'ouvrir la porte de l'Antre que mon bras me brûlat. Réprimant un cri de surprise, j'attrapais mon poignet et eut un sourire triomphant en voyant que j'étais appelée. Transplanant en vitesse, j'arrivais à quelques centaines de mètres de la maison Faulkner. Marchant d'un pas rapide mais silencieux vers le lieu de rendez-vous, je vis que nous étions peu ce soir la. Ciella, une fille dont j'ignorais le nom, SPencer, et, ma raison de vivre. Le seigneur des Ténèbres distribuait ses ordres calmement. Une pointe de jalousie me perçat la poitrine en voyant cette mangemorte s'agenouiller devant lui. Pour qui se prenait-elle, vraiment... Passant l'uniforme d'un coup de baguette, j'arrivais devant le Seigneur des Ténèbre et m'inclinait à mon tour.

    -Je suis désolée de n'arriver que maintenant Maître. Néanmoins, je suis à vos ordres.

    J'étais son bras droit. Depuis peu, j'étais devenue aussi crainte et respectée que je l'avais toujours espérer. Mais face à lui, je restais aussi humble que le jour ou il m'avait choisie comme élève, des années en arrière. Les yeux mis-clos, j'observais les autres mangemorts, les détaillants rapidement. Avec qui allais-je faire équipe au final ? En dehors d'Antonin, il n'y en avait aucun qui méritait de m'accompagner! Enfin, si le Lord l'estimait, je ne pourrais que me plier à sa décision...
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Lun 13 Sep - 20:28

    Je me demandais si moi aussi je n'allais pas devenir méchant avec cet elfe de maison, si justement nommé « Vermine ». Le petit vicieux rangeait mes caleçons après les avoir lavé, mais le soucis, c'était la façon dont il les caressait en les repliant. Un elfe de maison pervers, c'était vraiment le pompom. Le pire avait sans doute été quand nous nous étions disputé la pile de caleçons; l'avorton n'avait pas voulu les lâcher, et j'avais dû tirer d'un coup sec pour lui faire lâcher prise. Maintenant, l'ignoble créature pleurait. Que devais je faire? Le punir moi même comme mon instinct me l'imposait, ou devais je attendre le retour de Krystel? A moins que je ne devais taire le comportement de ce petit crétin obscène au risque de le voir trucidé par la baguette de sa maîtresse? Je ne savais pas trop. Le fait est que j'en avais marre de tout aujourd'hui. Je m'étais cogné le petit orteil contre le coin de ma table de chevet en me levant, puis je m'étais ébouillanté le bras droit en me montrant maladroit avec une tasse de café brûlant. Je m'étais rétamé la tronche en sortant de mon bain et je m'étais ennuyé suffisamment longtemps pour mourir une ou deux fois d'ennui. Seule la perspective de revoir peut être Krystel ce soir m'avait permis de me calmer, ou tout du moins de ne pas foutre le camp d'ici d'une façon peut être mal anticipée.


    Je restais donc étendu sur mon lit, sans rien faire ni manger. Je regardais le plafond, doutant une fois de plus de ce que j'étais en train de faire et redoutant la voie sur laquelle je m'étais engagé. Je doutais de tout, de mes véritables motivations jusqu'à ma présence ici, en passant par ce que la française ressentait pour moi. Je préférais fermer les yeux et repenser au passé, comme à chaque fois pour me sortir tous ces doutes de la tête. Je me revoyais avec mes soeurs et mes parents, je me revoyais heureux, jeune et plein de joie. Je sentais la douce caresse du vent descendant des montagnes, tout comme je sentais la tiédeur du soleil sur ma peau. Je ressentais le bonheur de voir mes soeurs jouer ensemble, tout comme je ressentais l'intense sentiment de satisfaction en voyant Jana devant chez elle me souriant d'un air équivoque. Je ressentais également la joie de revoir mes amis, Hans et Gustav, qui m'appelaient pour boire une bierraubeurre avec eux près de la forêt. Je ressentais toutes ces joies passées, ces moments heureux. Je me sentais en paix avec moi même. Je savais que la mort me délivrerait de cette vie pour rejoindre les miens dans cet univers heureux et ensoleillé, mais étais je prêt à partir? Non. Il y avait toujours ma vengeance, et il y avait Krystel aussi maintenant.


    Pourtant, je me laissais aller au doux souvenir de cette innocence perdue. De ces escapades nocturnes dans les chambres des filles. De ces nuits de bêtises inimaginables avec Hans et Gustav. De ces taquineries avec Lyra et Hannah. De ces rares mais profondes discussions avec mon père. De la douceur de ma mère. Je me rappelais de la familiarité de ma chambre, de la sensation d'appartenir à une famille, à un groupe d'amis. Le fait de se sentir bien au milieu des siens. Je soupirais doucement. Quelque chose clochait. Je ne me rendais pas tout de suite compte de ce que c'était jusqu'à ce que mon avant bras gauche ne se mette littéralement à cuire.



    | Diablerie! |


    En poussant ce juron, je n'étais en fait pas très loin de la vérité. Je me secouais le bras sans que cela ne change quoi que ce soit. C'est alors que je me rappelais la marque odieuse que j'avais sur l'avant bras. QU'étais je sensé faire? Qu'est ce que cela voulait dire? Je me sentais comme appelé. Je ne savais pas ce que c'était. Etais je le seul à ressentir pareille douleur? Je préférais attendre Krystel. Elle saurait quoi faire, elle. Je l'attendais de longues minutes, la marque sur mon bras toujours à vif et transperçant mon bras d'aiguilles ardentes. Finalement, la porte s'ouvrit et j'eus la joie t le soulagement de revoir ma petite française. Elle m'expliqua que notre maître nous appelait, m'embrassa rapidement et se changea sous mes yeux. J'eus alors la joie de passer d'une robe noire de gala à une tenue nettement plus discrète et pratique, d'autant plus que j'avais vu l'intégralité du corps nu de Krystel pendant la durée de son change. Admirez ma retenue, même si j'aurais du mal à penser à autre chose de toute la soirée. Elle prit alors mon bras et nous transplanâmes.


    Arrivés dans un petit coin de campagne anglaise, nous vîmes des ombres se disperser partout autour d'une petite maison. Allumant d'instinct ma baguette, je remarquais que le nom indiqué sur la boîte aux lettres était « Tibérius Faulkner ». L'ancien ministre. Les ombres, je les identifiais instantanément comme étant des mangemorts. Et la silhouette qui s'avançait vers la porte notre maître. Je pris Krystel par l'avant bras pour lui indiquer la direction. Je sentais mon âme se déliter en me rendant compte que je me présentais de nouveau pour une exécution. Je tentais de chasser le doute de mon regard.



    | Je préfère te suivre Krystel. Je t'avoue que je ne sais pas trop quoi faire là. |

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Mer 15 Sep - 20:44

    Je n’aimais pas les galas de bienfaisance. Tous ces gens qui viennent claquer leur argent pour nourrir des pauvres. Oui, cette conception me dépasse totalement. Je préférais de loin m’acheter des vêtements plutôt que de gaspiller mes galions pour donner du riz aux sorciers sans sous. De toute façon que je leur donne quelque chose ou non, ils resteraient pauvres alors je ne voyais pas l’intérêt d’une telle action, alors que moi, je pourrais me pavaner dans une nouvelle robe haute couture et ravir les regards qui se poseraient sur moi. Oui, entre ces deux options il n’y avait pas photo. Mais je n’avais pas le choix ce soir. J’étais le mannequin vedette de la marque que je représentais et il fallait que je me montre à cette stupide soirée que je pourrais passer à faire des choses nettement plus intéressantes. Ainsi jouais-je la plus gentille des sorcières, soutirant des chèques par ci par là pour des dons à venir. Le seul avantage à tout cela était que je m’étais fais offrir une nouvelle robe splendide, ainsi qu’une parure de bijou qui allait avec. Et sachez qu’une femme n’a jamais assez d’ornement d’or ni de tenue dans sa penderie mise à part si on s’habillait à ploukland comme Anna Sander par exemple. L’autre avantage était que je pouvais boire à l’œil vu que chaque présent ne pouvait s’empêcher de m’offrir le plus couteux des champagnes. Sans doute espérait-il en vain de me mettre dans leur lit ? J’avoue que je fus plusieurs fois tentées par de séduisants hommes, mais finalement non. Je n’avais pas le temps pour jouer avec eux puis les jeter ensuite. Et puis, n’avais-je pas ce qu’il fallait chez moi ?

    J’étais en train de parler à un anglais qui massacrait ma langue maternelle pour essayer de m’impressionner quand une vive douleur me prit au bras. J’en vins à chasser mon verre de cristal qui s’écrasa dans un grand bruit sur le sol. Feignant un malaise, je me laissais tomber dans les bras du preux sorcier avec qui je discutais qui me rattrapa sans problème. Il fut bien vite expédié plus loin par mon patron qui demanda à ce que l’on me conduise dans une des pièce à côté pour consulter un médicomage. Il aurait trop à perdre si sa vedette préférée avait quelque chose de grave. Après une rapide examen qui ne servit à rien, les sorciers médecins déclaraient que j’avais besoin de repos, ce qui me permis, comme je l’avais prévu, de rentrer chez moi au plus vite. Je leur assurais que je pouvais transplaner toute seule, et m’en allais directement devant les grandes portes de mon château, choses qui m’arrivait que très rarement. J’aimais faire le chemin de mon portail jusqu’à ma porte d’entrée dans une me des calèches digne de celles de la Reine d’Angleterre. Mais là, je n’avais pas le temps. En quelques minutes, j’avais grimpé les marches jusqu’à ma chambre, récupéré un jean et un top, et m’en allait jusqu’aux quartiers de Torben qui ne devait surement pas savoir quoi faire. C’était la première fois que notre maître nous appelez via la marque depuis qu’il faisait parti de nos rangs.


      ♣ La marque… Elle nous indique où notre maitre nous attend. Il faut te laisser guider par elle. A chaque fois qu’elle te brûle, tu dois arrêter tout ce que tu fais et tranplanner et le laissant guider par elle. Elle connait le chemin. Il faut nous dépêcher. Le temps que je me mettre quelque chose de plus confortable et on y va ♣


    J’embrassais très chastement et rapidement le moldave avant d’ôter ma longue robe et de mettre les vêtements que j’avais pris. J’avais oublié de récupérer dans ma chambre un soutient gorge, si bien que je me retrouvais à porter mon top sur ma peau, un top qui était bien entendu moulant. Heureusement pour moi ma poitrine était de celle qui tenait en place sans sous vêtement, bien que ces derniers étaient plus confortables d’un simple haut en coton. Une fois changée, j’apposais ma cape en laine sur mes épaules. Fin prête, je prenais la main de Torben et l’emmenait jusqu’au lieu de rendez-vous. Il ne s’était écoulé qu’une dizaine de minute entre l’appel et notre arrivée, bien que je ne puisse m’empêcher de me maudire d’avoir été aussi longue. Je passais devant le mangemort fraichement recruté, lui montrant le chemin. Comme je lui avais dis, il fallait qu’il se laisse guider par l’aura de notre maitre qui nous appelait. Plus nous nous rapprochions, et moins notre marque était douloureuse. Je trouvais sans difficulté mon seigneur que je vins saluer d’un signe respectueux de la tête avant de faire apparaitre mon masque fait de ténèbres. Je me retournais vers Torben, et passais également ma main devant son visage pour qu’il soit comme nous tous mangemorts, masqués et prêts à obéir à ses indications.
http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Ven 17 Sep - 6:44

    Barty Junior ne vivait plus avec ses parents depuis bien longtemps, en réalité dès que l’occasion s’était présentée à lui il avait fuit le nid familial pour vivre seul, dans un appartement douillet (il n’allait pas non plus vivre dans un taudis alors qu’il avait l’occasion de mener une vie confortable). Il aurait préféré suivre son suzerain partout où il allait, mais ce dernier ne partageait pas ce point de vue, dommage pour Junior qui avait donc continué sa formation au Ministère et voyait ses parents de temps en temps. Pour des repas familiaux généralement. Oh, c’était simplement pour sa mère qu’il venait, elle lui faisait pitié cette petite sorcière docile et soumise.
    Junior était donc attablé face à sa mère avec son père et un de ses collègues de travail, silencieux. Il écoutait d’une oreille distraite la conversation des deux hommes fixant le contenu de son assiette sans vraiment le voir. Le fils Croupton n’avait pas fier allure. Grand et maigre, son dos affichait la courbature cyphotique de ces garçons qui grandissent trop vite et exécutent les tâches contrariantes de leur vie quotidienne avec la mauvaise volonté coutumière de l’adolescence (et pourtant Barty avait passé ce stade depuis belle lurette). Ses pieds traînaient machinalement au sol. De sa posture relâchée Junior ressemblant à une hyène famélique. Ne manquait plus que le ricanement qui aurait certainement ajouté quelque chose de sordide à sa physionomie globale.


    - Ces salauds de Mangemorts… !

    Mrs Croupton et Barty Junior se redressèrent comme un seul homme. La femme de la maison piailla:

    -Enfin chéri, pas à table…

    Elle lorgna l’invité ainsi que son fils qui assura avec un sourire d’une douceur fade et qui sonnait faux :

    – Ce n'est pas grave, Ma. La Gazette ne parle pas beaucoup de ses choses-là, ou alors occulte la moitié des informations. C'est bien que papa puisse nous dire ce qu'il en est vraiment…

    « Papa » lui lança une œillade courroucée, comme s'il le jugeait directement responsable de l'avoir interrompu mais reprit son affaire sous le regard des plus intéressé de son fils. Il reprit là ou il s’était interrompu relatant l’affaire Gringotts et maudissant Vous-Savez-Qui et Mangemorts avec force tandis que Junior revint à son assiette d’un œil maussade. Il n’avait pas pu être présent lors de l’attaque de la banque, il aurait pourtant voulu plus que toute autre chose se trouver aux côté de son Maître qui s’était déplacé en personne pour l’affaire. Il n’avait pas pu, coincé ici.
    Si Junior accordait peu d’importance à la conversation son géniteur et son invité, c’est qu’il avait entendu la complainte mille fois et la connaissait par cœur. Il avait espéré quelque chose de nouveau. Quoi que…cela aurait signifié que les activités continuaient sans lui ; et de toute manière il aurait été le premier au courant si les Mangemorts c’étaient manifestés de nouveau, la marque l’aurait appelé à rejoindre son Maître.

    Brusquement le sortant de sa rêverie une douleur lui transperça l’avant bras, vive, aiguë et violente. Il lâcha un hoquet de surprise et de douleur. Barty s’attrapa le bras d’une main et resserrait son étreinte pour tenter de dissiper la douleur (l’efficacité était nulle). Enfin, son Maître les appelaient à le servir. Cette fois Junior répondrait à l’appel. Il se leva d’un brusquement, sans lâcher son bras qui n’était pas moins douloureux qu’avant et prétextant avoir oublié un dossier urgent au Ministère il s’éclipsa.
    Mieux valait passé pour un crétin finit auprès de son ‘père’ (chose faite depuis longtemps d’après Junior) que de laisser imaginer les autres Mangemorts et son Lord qu’il était un couard. Poussant brutalement Winky l’elfe de maison, qui se trouvait sur son passage, le jeune homme se rua à l’extérieur et ne s’arrêta que lorsqu’il trouva une ruelle sombre ou il s’engouffra.

    Sa poitrine se soulevait à un rythme irrégulier. Il releva brusquement sa manche et laissa échapper un rire nerveux, fixant la Marque avec des yeux brillants qui lui mangeait une partie du visage. Un môme devant son cadeau de noël. Bon, un môme avec un air légèrement tordu.
    Barty se souvenait parfaitement du jour ou il avait reçu cette Marque. A cette époque les Mangemorts le surnommait ‘Bébé Barty’ ou encore ‘fils à papa’ ce qui avait toujours eu le don de le faire sortir de ses gonds (et même aujourd’hui), époque aussi ou il se trimballait encore un sac rempli de livre scolaire, époque ou il étudiait à Poudlard. Epoque terminée. Ce jour-là il s’était fièrement pavané d’un groupe à l’autre des Mangemorts, manche relevée mettant en évidence la Marque toute fraîche, boursoufflée qui mutilait son avant-bras, plaie enflée à l’apparence répugnante mais qui à ce moment l’avait rendu le plus heureux des gamins de Poudlard et du Royaume-Uni certainement.
    Bartemius jeta un coup d’œil autour de lui pour vérifier, un peu tardivement, que la ruelle était bien vide. Heureusement pour lui c’était le cas. Il sortit sa baguette de sa poche et fit un petit mouvement sec, enfilant de la sorte l’uniforme accoutumé. Puis il transplana laissant la marque le guider.

    La première chose que vit Barty Junior en arrivant là ou le Maître avait donné rendez-vous à ses fidèles ce fut deux ombres à quelques mètres de lui. Puis plus loin encore, d’autre silhouette se découpait dans la nuit. Une haine viscérale naquit aussitôt en lui, une haine physique venue du plus profond de ses tripes, qui grimpa le long de son œsophage en y distillant un dégoût nauséeux. Il aurait du venir plus tôt ; il avait trop traîné. Maintenant on l’avait devancé. La course pour être le premier aux côtés du Seigneur des Ténèbres était toujours serrée…
    Sans attendre plus longtemps Junior rabattit sur sa tête sa capuche pour se glisser prêt des deux premiers Mangemorts avec une aisance qui ne collait pas à son corps de grand dadais maladroit.


    -Qu’est ce qu’il se passe ?

    Junior avait soufflé ces quelques mots les rendant presque inaudible. Pas besoin d’avoir décroché douze B.U.S.E.S. et onze A.S.P.I.C. pour deviner qu’il fallait se faire le plus silencieux possible pour ne pas se faire repérer ; peu de chance que Lord Voldemort et ses disciples se rendent dans l’habitation pour une surprise party (non, vraiment pas son genre); la discrétion était donc de mise.
    Bien évidement Bartemius aurait préféré ne pas avoir à adressé la parole aux deux Mangemorts qui étaient à ses côtés, mais n’ayant pas présent lors des petites réunions il fallait bien qu’il se renseigne un minimum.


Spoiler:
 
Mangemort↯ Le pouvoir est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1007
Date d'inscription : 06/09/2008




Lord Voldemort

Mangemort
Le pouvoir est entre mes mains


Carte du maraudeur
Niveau magique: 15/15
Libre pour ::
Bonus: 0
MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Ven 17 Sep - 10:44

[HJ et tu appréhendais la taille de nos rp Barty xDD?]


    Je m'avançais droit vers la porte d'entrée. Il était tard, mais on pouvait voir à travers la grande vitre du salon qu'une lampe de bureau était encore allumée vers l'arrière de la maison, à l'opposé de mon axe d'arrivée. J'imaginais mal le vieux Faulkner s'enfuir, mais c'était pourtant par mesure de précaution que j'envoyais Spencer, Dante et Mc Allister à l'arrière de la propriété. On ne savait jamais. Peut être que les vieux lions pouvaient encore trouver un instinct de survie plus fort que leur horrible et arriéré sens de l'honneur. Après tout, la vie m'avait appris que l'on ne pouvait jamais compter sur les autres. L'ex ministre de la magie, aussi pathétique soit il, n'avait jamais reculé devant son destin. Mais le ferait il maintenant lorsqu'il se rendrait compte qu'il était à l'article de la mort? Le doute ne m'était pas permis; je devais agir rapidement et proprement, pour éviter l'arrivée impromptue de tout un corps d'aurors en colère et en surnombre. D'ailleurs, en parlant de surnombre, je sentais jusque dans mon inconscient que notre nombre n'avait de cesse de s'accroître. Bellatrix venait d'arriver et je lui fis un signe de tête pour qu'elle se relève.


    | Bellatrix, assurez vous que Spencer et les autres accomplissent correctement leur mission. Passez par derrière avec eux. |


    Cela pouvait sembler être une tâche ingrate aux yeux de cette mangemorte si dévouée, mais c'était une tâche que je lui attribuais parce que je savais qu'avec elle, elle serait menée à bien. Ce n'était pas vraiment de la confiance; j'avais depuis longtemps appris à ne faire confiance qu'à moi même et à mes propres capacités. Simplement, j'avais parfaitement confiance du fanatisme qui habitait la jeune femme, et sa loyauté sans borne. J'avais même une relative confiance en ses capacités, mais là où je lui accordais le plus de crédit, c'était dans le fait de savoir ce qu'elle allait prendre si jamais elle échouait. Elle plus que quiconque était consciente des enjeux de nos actions, et elle plus que quiconque connaissait le prix de l'échec dans mon organisation. Je lui faisais signe de se relever et d'y aller, tandis que je m'avançais à mon tour vers la porte d'entrée avec un rictus. Il me semblait clair qu'il était plus que temps d'utiliser Purity....


    D'autres mangemorts arrivaient sur les lieux, je pouvais le sentir. Au lieu de gentiment défoncer la porte d'un coup de baguette magique, je me retournais, voyant deux nouvelles silhouettes s'approcher dans l'obscurité. Krystel de Caprily et son amant, Torben Badenov. Le bênet ne savait pas quoi faire, de toute évidence. Je le toisais d'un air mauvais alors que sa protectrice s'occupait de lui inculquer le B-A-BA de tout mangemort qui se respecte, bien que je suspectais que se masquer était une protection inutile. Si tout se passait bien, ce serait vite fait bien fait. Les probabilités étant largement en notre faveur... Puis, je vis l'un de mes tous derniers protégés, Barty Croupton, junior de son état, qui rejoignait les deux mangemorts précités. Si Badenov était un rigolo tout juste bon à faire le bas oeuvre, Croupton était d'une toute autre trempe. Probablement tout aussi fanatisé que Bellatrix, notre relation avait pris une autre dimension alors que le jeune homme que j'avais pris sous mon aile me prenait littéralement pour un dieu vivant. Encore un que je pouvais envoyer au charbon sans vergogne, et qui irait en enfer si je le lui demandais. Un des purs et durs de l'organisation. Mais ils faisaient beaucoup de bruit tous les trois. Non pas que cela m'alertait que Faulkner se rende compte de notre venue, mais j'avais toujours été très soucieux des convenances. On allait pas assassiner quelqu'un en faisant autant de bruit qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Et en plus de ça, j'allais mettre au parfum ces jeunes gens. Rebroussant chemin de quelques pas en arrière, je me figeais à leurs côtés.




    | Ici se trouve la demeure de Tibérius Faulkner. Réjouissez vous, mangemorts. Vous allez pouvoir enfin lui faire payer les quelques revers qu'il nous a occasionné, et le remercier pour tout ce qu'il nous a permis d'accomplir. Mademoiselle Raybrandt, à vous d'enfoncer la porte. Badenov et Croupton, je vous fais confiance... Dès que la porte est ouverte, je vous laisse vous adonner à votre imagination... Je vous rejoindrais ensuite. Un seul mot d'ordre; la souffrance. M'avez vous bien compris? Allez y mes mangemorts, amusez vous. Et si vous me faites honneur, je vous ferais une démonstration du pouvoir qui est mien depuis Gringotts, Purity.... |


    La soirée allait être emplie de hurlements de souffrance et de sang. Belle soirée en perspective...


    [HJ; pour l'ordre de passage; je vous laisse tous poster une fois avant de répondre. Ceux qui sont partis à l'arrière de la maison peuvent également rentrer, tandis que les autres, vous avez vos instructions ci dessus. Considérez que Faulkner résiste un peu; vous pouvez le faire agir tant que ça reste cohérent. Vous pouvez blesser vos personnages ou Faulkner, qui n'est qu'un PNJ]

Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Mar 21 Sep - 22:20

    Je m’aimais pas être en retard auprès de mon maitre. Je n’avais eu, certes, pas le choix de me rendre plus tôt à bonne destination, mais tout de même. D’un certain côté, je ne pouvais m’empêcher de regretter que Torben ne soit pas un mangemort accomplit. Si cela aurait été le cas, je n’aurais pas eu besoin de repasser par mon manoir et aurais pu arriver parmi les premières. S’il y avait bien un truc que je n’aimais pas, c’était arriver après Bellatrix. Il ne fallait pas être devin pour voir que notre saigneur appréciait cette mangemort et lui donner une valeur importante. Et ça, ça me foutait en boule. JE voulais être la première, la meilleure de toutes celles et tous ceux qui le servait. Il était mon maître et je voulais qu’il voit aussi en moi une de ses plus belles créations, une de ses servantes les plus fidèles, une bras droit. A cette pensée, je ne pu m’empêcher de repenser à la trahison que je faisais au mage noir que j’adulais tant. Non je ne méritais pas d’avoir une place aussi importante à ces côtés. Non vraiment pas. Heureusement que j’avais un masque sur le visage pour cacher le dégout que je vins à éprouver quelques instant envers moi. Je me dégoutais oui. Un peu plus chaque jour, un peu plus à chaque fois que j’y pensais

    Je me reprenais rapidement. Ce n’était pas le moment de flancher. Alors qu’un dernier mangemort que je connaissais plutôt bien, enfin que j’avais « exploré » dans un placard à balais au ministère, arrivé, notre maitre prit la parole pour nous exposer la situation. Je l’écoutais attentivement, hochant la tête quand il me donna un ordre. Il était étrange, mais mon maître m’avait toujours appelé par mon nom de jeune femme, jamais par mon nom d’épouse. J’avais perdu cette habitude, si bien que cela sonnait comme quelque chose de faux que l’on me désigne par Raybrandt et non De Caprily. En même temps, je dois bien avouer que si je gardais le nom de Julien, c’était uniquement pour prétendre à ses propriétés du côté de Paris et de garder un certain « prestige » au sein de l’aristocratie française. Une fois que le Lord auto proclamé à juste titre eu finit de parler, je me plaçais à côté de la porte, sans un regard derrière moi, pas même pour Torben. J’étais en mission et c’était le plus important, la seule chose qui contait en cet instant à mes yeux. Quand tous furent en position, je sortais ma baguette et commençais à murmurer d’innombrables dialectes latins. Je me doutais bien qu’un simple alohomora n’ouvrirait pas la porte. J’aurais très bien pu défoncer la porte à l’aider d’un sortilège plus rapide, mais notre atout était notre effet de surprise. Il me fallait donc désactiver tous les sorts de protection qui entouraient la maison. A chaque fois que j’arrêtais ma mélopée, un léger halo rouge apparaissait autour de la porte, signe que j’atteignais mon but de plus en plus. Grâce aux enseignements de ma mère, et que cela m’écorche la gorge de l’avouer, j’avais acquis une bonne maitrise en matière de protection d’une demeure. Je savais donc également comment les lever, si bien qu’il ne me fallut qu’exactement 7 minutes pour faire s’annuler les sept sorts qui entouraient la demeure. Quand j’eu fini, je fis un léger signe de tête pour que les mangemorts puissent entrer, reprenant mon souffle et mes forces, le dos appuyait contre le mur. La magie dont j’avais fait appel m’avait épuisée, et j’avais besoin de quelques minutes pour récupérer un peu, même si la solution aurait été que j’aye dormir deux bonnes heures. Mais bon, ce n’était pas le moment d’avoir voir Morphée…

http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Mer 22 Sep - 15:28

    Le Seigneur des Ténèbres nous donna nos instructions, juste après qu'un autre mangemort ne nous arrivé. Je ne le connaissais pas et il semblait relativement jeune. Je ne l'avais pas vu à Gringotts, mais je m'étais habitué au fait de ne jamais voir tout le monde en même temps sur les mêmes missions. J'avais bien conscience que les activités souterraines du groupe impliquaient que certains doivent se désister de certaines actions tout en se rendant disponibles pour d'autres. Cela me semblait aller de soi, bien que je ne savais pas trop quelles étaient les places réellement occupées par chacun des mangemorts que j'avais pu croiser. Spencer était du ministère il me semblait, Bellatrix était en cavale tout comme moi. Krystel de son côté avait dû arrêter le ministère, car rendue bien trop suspecte aux yeux du ministère par le biais de cette enflure de Maugrey Fol Oeil. L'enfoiré qui avait interrogé mes soeurs et les faisait surveiller pour essayer de me pincer. Mais cela ne fonctionnerait pas... Pour en revenir à mes pensées, je m'interrogeais sur la place qu'occupaient chacune des personnes présentes. Il me semblait évident que tous occupaient des fonctions clefs, que ce soit à Poudlard, au Ministère ou dans toutes les infrastructures magiques d'importance. La révolution ténébreuse du Seigneur des Ténèbres ne réussirait qu'à la condition où tous ses agents sauraient gangréner la société, retournant ses propres défenses contre elle même. Je me tournais vers le nouveau venu, le jeune homme qui venait tout juste d'arriver.


    | Il semblerait que l'on soit ici pour le meurtre. Torben Badenov. | me présentais je simplement d'un signe de tête.


    Je reportais mon attention sur le Seigneur des Ténèbres. Il nous toisa chacun de son regard habituel, hautain mais paternaliste. Je sentais qu'il nous considérait comme ses choses, comme ses possessions. Peut être que ces qualificatifs conviendraient à la majorité des mangemorts présents. Mais à moi? Rien n'était moins sûr. Mon âme basculait toujours plus dans l'obscurité maintenant que je fréquentais Krystel, mais j'étais certain d'être resté le même au fond de moi. Et il me semblait certain que le Seigneur des Ténèbres le savait aussi. J'étais bien loin d'être assez doué pour masquer mes véritables allégeances, et lui savait plus que tout autre ce que j'avais fait. Il savait, et pourtant il ne faisait rien. Attendait il que je me dévoile? Me considérait il comme étant trop insignifiant pour se soucier de ce que je ferais? Ou alors s'amusait il de la situation, n'étant qu'une distraction à ses yeux? Ou alors, il attendait que je bascule totalement et irrémédiablement du côté des puissances ténébreuses. Et si c'était ça, alors il était sûr de son fait vu qu'il ne se préoccupait absolument pas de ce que je pouvais faire. Avait il tellement confiance en Krystel pour m'attirer du côté des puissances obscures? Sans doute. Elle était douée, et nous le savions tous.


    Lord Voldemort nous annonça la mission. Il nous révéla que nous allions tuer l'ancien ministre, le prédécésseur de Margaret Lundy. Le mort d'ordre semblait clair dès l'annonce du nom de la personne à qui nous rendions visite. Nous allions massacrer et trucider le vieil homme. Je ne ressentais qu'un vague pincement au coeur, signe que je commençais à me faire totalement et irrémédiablement au meurtre et à la perversion de mon âme. Je comprenais également que les derniers mots de notre maître étaient faits pour moi. Il savait ce que j'avais fait à York avec Krystel, et il savait ce dont nous étions capables. Il nous chargea avec l'autre individu d'enfoncer la porte et de faire tout le mal possible au vieil homme. Je me parais du masque de la résignation, mais je ne sentais au fond de moi qu'un grand vide. Je hochais la tête pour montrer mon assentiment à la mission qui nous attendait. Je suivais Krystel qui nous mena de l'avant sans un seul regard pour qui que ce soit. Elle était concentrée dans ce qu'elle faisait, et on voyait bien qu'elle savait ce qu'elle faisait. Je restais légèrement en retrait, alors que Krystel effaçait toutes protections. Elle était vraiment douée. Finissant par abattre les défenses magiques du lieu, elle se posa dos contre le mur. Sans un regard pour elle, je passais à ses côtés. Levant ma baguette, je fis exploser la serrure de la porte en un grand fracas sonore.



    | Derrière moi! |


    Criais je à l'intention du mangemort qui me suivait. Je m'engouffrais dans le vestibule, braquant ma baguette droit devant moi. En faisant irruption dans le salon, un éclair rouge me frappa au droit, m'envoyant contre l'étagère. Je sentais mon dos rentrer durement en contact avec le bois, l'écrasant sous moi. Je m'effondrais à moitié contre le meuble détruit. Diverses choses me tombèrent dessus. Levant les yeux, je vis le vieil homme en robe de chambre se tenir devant moi, baguette à la main. Je lui envoyais un sort vengeur qui creusa un profond sillon écarlate le long de son visage. Voyant la baguette du vieil homme se pointer droit sur moi, j'alpaguais mon collègue.


    | Désarmes le! DESARMES LE! |

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Nouveau↯  Validez moi ! Je veux jouer !!
avatar



Nombre de messages : 103
Age : 26 ans
Groupe : Les gentils ET les méchants !
Caractère : Têtu - Solitaire - Courageux - Violent - Sarcastique - Protecteur - Egoïste
Crédits : : Redex
Date d'inscription : 23/09/2009




Liam Spencer

Nouveau
Validez moi ! Je veux jouer !!


Carte du maraudeur
Niveau magique: 10/15
Libre pour ::
Bonus: + 02
MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Sam 25 Sep - 19:01

Liam n'était pas enthousiaste pour deux sous. Il fallait dire pour sa défense que ses précédentes missions avec des Mangemorts avaient toutes été plus que désagréables. C'était bien simple, il ne parvenait pas à encadrer ses collègues ; dès que l'un d'eux ouvrait la bouche, il avait la furieuse envie de le frapper jusqu'à ce qu'il la ferme. Les nerfs du jeune Langue-de-Plomb étaient donc soumis à rude épreuve à chaque fois qu'il enfilait son costume de Mangemort. Mais ce soir c'était encore pire que d'habitude, parce qu'il avait fallu que l'Irlandais se ramasse juste devant son Maître. La honte de sa vie. Et Voldemort lui avait bien fait comprendre qu'il avait plutôt intérêt à s'entraîner au transplannage, sans quoi il allait prendre un bon coup de pied aux fesses. S'il y avait bien des menaces à prendre au sérieux, c'était celles de Lord Voldemort. Et pour sûr, Liam allait s'entraîner.

Le Maître donna ses ordres, et comme d'habitude, Liam se retrouvait à un poste pourri. Il était conscient qu'il devait faire ses preuves pour monter en grade, mais il voyait mal comment, si on ne lui confiait que des missions toutes nases. Sans faire de commentaire, il se dirigea vers le jardin en compagnie de deux jeunes femmes dont il n'avait pas aperçu le visage. Mais leurs formes suffisaient à éveiller l'intérêt du jeune homme, qui cependant n'en montra rien. Il immobilisa le chien sans pour autant le tuer, et s'approcha de la porte arrière de la maison. Finalement, il n'avait pas trop à se plaindre de sa position dans cette mission. Au moins il n'était pas chargé de torturer qui que ce soit. Et si la mort de Faulkner ne le peinait nullement, il ne souhaitait d'atroces souffrances à personne. Et il n'était pas certain d'être capable de les infliger, alors autant laisser ce rôle à d'autres.

Il s'était tourné vers l'une de ses collègues pour lui proposer de passer la première, mais elle ne lui donna aucune réponse. Il patienta quelques instants en silence, se demandant si elle comprenait l'anglais ou si elle était tout simplement stupide. Il vota pour la deuxième solution, et prit les initiatives. C'était bien sa veine ça : à chaque fois on lui collait les coéquipiers les plus antipathique de l'assemblée. Il entendit le fracas de la porte d'entrée, et décida d'enfoncer la porter arrière à l'aide d'un bon coup de pied. N'ayant que rarement eu l'occasion d'entrer par effraction chez des gens, il n'avait jamais fait ça auparavant, et il ne recommencerait probablement pas. Ca faisait super mal ! Essayant de ne rien montrer de sa douleur à ses collègues, il pénétra dans la maison de l'ancien Ministre, baguette au poing. Il doutait que Faulkner résiste à tant de Mangemorts, et il ne craignait donc pas d'être blessé. Mais on n'était jamais assez prudent, et Voldemort ne le louperait pas s'il se baladait chez leur ennemi sans aucun moyen d'attaque.

Il pénétra dans un petit couloir faiblement éclairé. Il s'arrêta un instant, hésitant sur la direction. Plusieurs portes s'offraient à eux, et il n'avait aucune idée de où pouvaient bien se trouver les autres. Heureusement pour lui, et malheureusement pour Torben, il entendit le fracas de la chute du Moldave. Il s'élança alors dans la direction des bruits de lutte, prêt à se battre. Il découvrit Badenov sur le sol, près de l'étagère, et Faulkner face à lui, baguette à la main et du sang sur le visage. La bagarre avait déjà commencée, et le Moldave semblait en bien mauvaise posture. Seulement le Ministre était seul contre tout un tas de Mangemorts et Voldemort en personne. Il ne ferait pas long feu. Le jeune Irlandais entendit le cri de son collègue, et bien qu'il su que ce n'était pas à lui qu'il s'adressait il décida d'intervenir quand même. Le Maître lui avait dit de passer par derrière, il n'avait pas ordonné de rester planté dans le jardin juste au cas où. Liam, Ciella et Candice empêchaient toute retraite au Ministre.

-Experliarmus !

Il vit l'éclair de son sort fuser vers Faulkner, et il eut la surprise de constater qu'il ne ressentait rien. Absolument rien. Il n'était ni dégouté par ce qu'ils allaient faire, ni excité à l'idée de plier cet imbécile de Tibérius à leurs volontés. La violence gratuite ne l'amusait pas, bien au contraire, et pourtant sa conscience n'émettait aucune objection à ses actes, ce soir. C'était très agréable.

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Ven 1 Oct - 0:05

    Si la jeune femme (d’après ses courbes, mais peut être était-ce un homme efféminé, de nos jour la magie et la médecine faisait tellement de progrès) l’ignora superbement, ce qui eu pour effet de renfrogner Barty, au contraire l’homme qui l’accompagnait daigna lui porter un minimum d’attention et répondre (vaguement) à sa question. Ce n’est pas pour autant que le jeune écossais lui accorda le moindre signe de reconnaissance. Il ne prit pas non plus la peine de décliner son identité. Les trahisons et les risques de voir échapper malencontreusement son nom lors d’un interrogatoire devaient bien effrayer Bartemius autant que la colère de Lord Voldemort. Il se contenta d’offrir à Badenov un regard dédaigneux et complètement inutile puisque son masque cachait son visage.
    Barty Junior se désintéressa complètement du Mangemort lorsque celui qui les avait réunis ici arriva vers eux. Par réflexe le jeune sorcier s’inclina docilement (décidemment son nom de famille lui allait comme un gant) soufflant un ‘Maître’ avant de se redresser pour écouter attentivement ce que leur expliquait Lord Voldemort.. En apprenant l’identité de la jeune femme qui accompagnait Badenov Barty lui jeta un coup d’œil. Ils s’étaient envoyés en l’air il y avait quelques jours dans un des placards du Ministère…Ce qui n’avait pas empêché Junior de ne pas l’avoir reconnue. Il lui adressa un vague signe de tête, qui resta sans réponses, avant d’en revenir au seigneur des Ténèbres. En apprenant qu’il ferait équipe avec le type qui l’avait ‘accueillit’ Barty griamça, il pouvait très bien s’occuper de Faulkner seul. Il l’avait déjà croisé à de nombreuses reprises (merci Da) et l’ex-Ministre ne semblait pas si terrible que ça. Oh bien evidemment entre ce que Barty Junior pensait et la réalité il y avait bien deux ou trois mondes, si ce n’était plus. Mais malgré ce qu’il pensait il ne fit aucune remarque et ne remit pas en question les ordres donnés par son Maître. Plus jeune il avait fait cette erreur puérile et ça ne s’était pas très bien terminé pour lui, d’autant plus qu’il avait agit sans faire part de ses attentions au seigneur des Ténèbres. Il approuva donc les paroles de Lord Voldemort d’un hochement de tête avant de suivre silencieusement la petite troupe qui s’arrêta à une distance raisonnable de la porte que Krystel déverrouillai alors que Junior trépignait d’impatience.

    Avant que l’écossais ne puisse esquisser un mouvement, Badenov passa devant et fit exploser la porte et lui ordonna de le suivre. Ah ah. Que croyait-il ? Qu’il allait se balader un peu dans les alentours avant ? Evidement qu’il allait le suivre. Mais il ne fit cependant aucune remarque se contentant de rouler des yeux sous son masque et le suivit d’un pas traînant.

    Barty serra sa baguette magique dans sa main moite. Il se passa nerveusement la langue sur les lèvres pour la serre ensuite entre ses dents un petit sourire sur le visage. Cependant à peine Badenov fut-il entré dans le salon, qu’il fut projeté en arrière. Junior l’évita de maladroitement et hurla un ‘Impero’ pointant Faulkner. Mais ce fut inutile car contrairement à lui l’ancien ministre arrivait à garder le contrôle. L’écossais fit un pas de côté et glissa sur un objet, tombant lourdement sur le sol. Poussant un juron, il chercha à taton sa baguette qu’il avait lâché, avant d’enlever d’un geste brusque et énervé le masque qui lui mangeait la moitié de la vue. Alors qu’il reprenait sa baguette son coéquipier qui se trouvait en bien mauvaise position lui ordonnait (encore) de se bouger un peu. Barty se releva d’un bon (dégageant son visage d’une mèche de cheveux qui lui barrait la moitié de la vue) et le bras en l’air, s’apprêtait à désarmer leur ennemi mais un type lui arracha le sort de la bouche. Surpris le jeune sorcier resta un moment immobile avant de se reprendre. Il lança rapidement un sortilège de confusion au Ministre qui cherchait à reprendre son arme suivit d’un ‘petrificus totalus’ ; sortilège qu’affectionnait Junior puisque la personne visée était paralysée mais n’en restait pas moins consciente ce qui était un vrai avantage pour la torture.

    Après que le corps de Faulkner soit tombé sur le sol dans un bruit sourd, Croupton regarda le nouveau venu avec autant de sympathie que si ça avait été un veracrasse mais ne lui dit pas un mot. A la place il se passa machinalement la main dans les cheveux pour les ébouriffer un peu plus et attrapa son masque qui gisait sur le sol. Il ne le remit pas pour autant sur son visage, précaution qu’il jugeait inutile puisque tout le monde avait pu observer à loisir son visage. Au lieu de ça il traversa la pièce à grandes enjambées pour s’approcher du corps de l’ancien Ministre de la Magie. Une fois de plus d’un geste mécanique il s’humidifia les lèvres et marmonna un ‘diffindo’. De nouvelles coupures vinrent rejoindre celle infligée par son partenaire sur le visage de Faulkner. Après avoir réfléchit silencieusement (et rapidement) à un nouveau sort il opta pour le courant mais néanmoins efficace sortilège doloris qu’il jeta presque machinalement. Le visage de Bartemius restait neutre de toute expression bien que son regard soit rongé par la démence.
    Finalement rendre hors d’état de nuire Faulkner n’avait pas été bien compliqué. Bien sûr admettre que son Badenov ou l’autre type qui était arrivé au bon moment, ils ne s’en seraient peut être pas aussi bien sortit lui écorchait la bouche. Il évitait soigneusement de croiser le regard de son coéquipier qui par sa maladresse et son manque d’attention aurait pu se retrouver gravement blessé (ou même mort).


Spoiler:
 
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Dim 3 Oct - 21:02

    Je souffrais, et pas qu'un peu. Je douillais assez fortement. Une douleur immonde se répandait dans tout mon dos. Je ne pensais pas m'être cassé quoi que ce soit; la douleur était forte mais pas non plus fulgurante. J'étais encore capable de rester en vie sans hurler, ce qui était déjà ça. Hurler quand on a mal, ça soulage en général, ça permet de se concentrer sur autre chose que la souffrance. Mais aussi, ça fait passer pour un faible. Et ça, je ne pouvais pas l'admettre. Pas devant une clique pareille. Pas devant les mangemorts, ou j'étais persuadé que je le regretterais vraiment. Le voulais je? Je savais bien que non. Je ne portais aucun d'entre eux dans mon coeur, et ne voulais pas non plus leur prouver quoi que ce soit. Je voulais simplement jouer mon rôle, celui du brave petit mangemort qui voulait s'intégrer. Et je voulais tout autant ne pas décevoir Krystel, qui avait fondé beaucoup d'espoirs en moi. Et au final... J'avais connu la guerre, je n'étais pas une serpillère, si? Alors que je passais au travers du petit meuble en cassant sous mon poids les planches de bois, je sentais des objets se briser contre moi, enfonçant des échardes de bois dans mon dos. Et les objets se trouvant au dessus me tombèrent dessus. Parmi eux, une théière qui m'éclata à la tronche. Heureusement, ses éclats ne m'entaillèrent le crâne. J'étais un petit veinard, dans le fond...


    Alors que je sentais que Faulkner allait me faire la peau, Spencer fit son apparition de l'autre entrée de la pièce. Il venait de la porte de derrière, et apparut à point nommé. Il envoya un expelliarmus dans la face du ministre. Je me forçais à me relever dans le même temps. Les affres des combats dans les sous bois moldaves m'avaient appris qu'il ne fallait jamais rester immobile. Bouger, rester tout le temps mobile, c'était la clef de la survie quand on n'affrontait qu'un seul ennemi à la fois. Je me relevais donc en m'appuyant sur les vestiges des flancs du meuble. Alors que je me relevais à fond, mon dos me fit horriblement mal. Je m'étais peut être fait mal aux muscles autour de la colonne vertébrale, ou peut être que mon arrière train en avait pris un coup. Un éclair de lumière fusa alors que mon camarade dont j'ignorais le nom lançait le maléfice de l'impérium. Mais a priori, le sort ne fit pas le moindre effet au vieux lion.



    | Il a été auror! | lançais je, un peu énervé par la douleur et la tournure de la situation


    J'avais lancé cette phrase sans réfléchir, comme si elle voulait dire en abrégé « il a été auror, donc les tours de passe passe, c'est pas assez sérieux pour quelqu'un de sa carrure ». Je savais que je disais un peu n'importe quoi pour le coup, mais je me disais aussi que si je m'étais fait chopper, c'était la faute de ceux qui n'avaient pas été assez discrets dehors. Aucun homme normalement constitué ne pouvait parvenir à être aussi réactif en pleine intrusion d'individus particulièrement vindicatifs. Le type qui me suivait trébucha et tomba lourdement au sol. Je me retenais de le traiter d'imbécile, alors que finalement je tentais de venir à son secours en cherchant ma propre baguette. Mais il n'eut pas besoin de moi. Un petrificus totalus parvint à avoir raison de toutes les défenses du ministre, et il n'avait pas eu la moindre chance. Son corps décati tomba lourdement au sol. J'étais certain qu'il avait dû se faire terriblement mal pendant sa chute. J'eus de la pitié et de la compassion pour le vieil homme, mais balayait implacablement tout sentiment de culpabilité de mon esprit. Je ne pouvais pas me le permettre. Plus maintenant. C'était trop tard, trop tard pour tout.


    L'homme qui était arrivé derrière moi avait l'air d'un véritable psychopathe. Encore un dont je devrais me méfier. Ils s'étaient tous donnés le mot ou quoi? Il provoqua de profondes entailles sur le visage de Faulkner, tout comme il lui infligea ensuite le Doloris. Le plus terrible fut sans doute de voir le vieil homme immobile, avec des larmes de douleur et d'horreur lui coulant des yeux. Si c'était encore possible, mon âme semblait se déchirer alors que je me relevais totalement sur mes deux jambes et brandissais ma baguette droit sur Faulkner.



    | Deprimo |


    Le torse de Faulkner explosa dans un bruit de coup de feu, et du sang gicla sur mon visage et la pièce. Quelques goutelletes, mais cela suffit. A l'endroit noirci où le sort avait perforé la chair du vieil homme, des flammes léchaient la plaie.


    | Aquamenti |


    De l'eau coula de ma baguette pour éteindre les flammes animaient sur le corps de Faulkner. Celui ci était toujours réduit à l'impuissance. Une marque grosse comme le poing marquait son torse; les tissus déchirés étaient noirs à cause des flammes. Ce n'était qu'une blessure de surface. Douloureuse, horriblement, mais je ne l'avais pas lancé avec la force nécéssaire pour tuer. Et je n'avais pas laissé le feu le consumer.


    | A qui le tour? |

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Sam 16 Oct - 17:21

    Les sorts dont j’avais usé m’avaient épuisés. Il faisait bien longtemps que je n’avais pas du agir en subtilité et en toute discrétion. En temps normal, j’aurais enfoncé la porte avec l’aide de Torben et j’aurai lancé plein de sorts. En même temps, en temps normal, nous serions allés voir des moldus ou des sorciers impurs à leur sang, pas très doué. Ce n’était pas tant la difficulté d’enlever les sortilèges qui étaient instaurés, c’était la profusion de ces derniers. Il y en avait énormément et les lever un par un n’était pas chose aisée. Mais c’était à ma hauteur, et bien que je me sentais ensuite vidé d’énergie, j’avais accomplit ma tache avec aisance. Je laissais les autres mangemorts prendre la suite des évènements en main, restant prendre l’air dehors. Je ne prêtais guère attention à ce qui se passait dans la maison, dans un premier temps, jusqu’à ce que j’entende l’appel de Torben. Bon sang, fallait-il toujours tout faire soit même ? Alors que mon maître s’apprêtait à rentrer dans la maison, je lui fis signe de passer devant lui, ma baguette devant la main. Ainsi, si Faulkner avait pris le dessus sur mes camarades, je serai la première à être touchée, et mon seigneur serait protégé.

    Quand j’entrais dans la maison, je devais bien avouer que c’était un peu l’anarchie. L’ancien ministre était arrivé à prendre le dessus sur Torben, bien que les autres mangemorts et ce dernier, semblaient avoir repris le dessus. Je ne pu m’empêcher de lever légèrement les yeux au ciel de ne me dire que les camarades n’étaient pas à la hauteur. Mon « locataire » et nouvel amant passe encore, il était nouveau, mais les autres n’avaient aucune excuse. M’approchant du ministre qui était à présent en piteux état, je m’accroupis à ces côtés. J’ôtais mon masque, afin que le seul œil encore fonctionnel qui lui restait pouvoir admirer mon visage. Je l’avais déjà croisé pendant mon travail au ministère et d’après la lueur qui passa dans son orbite, il me reconnut. Un grand sourire sadique ornait mon visage, alors que mes mains passaient sur ses brûlures, lui arrachant des cris de douleurs. Emportée par mon sadisme, je faisais apparaitre un couteau et infligeait une blessure fatale au ministre au niveau du coeur. J'enfonçais ensuite ma main à travers la chair meurtrie que je venais de faire au vieil homme. Je vins lui arracher le cœur dans un « blop » très glauque, que je sortais de son torse, tel un trophée. Je me tournais alors vers mon maitre, sans le relever, et il tendait. Je lui offrais ce qu’il restait de son ennemi, tel le plus fidèle serviteur.
http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Mangemort↯ Le pouvoir est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1007
Date d'inscription : 06/09/2008




Lord Voldemort

Mangemort
Le pouvoir est entre mes mains


Carte du maraudeur
Niveau magique: 15/15
Libre pour ::
Bonus: 0
MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Sam 16 Oct - 19:37

    J'attendis un long moment dehors. Au départ, il y avait Krystel. Elle était seule, essouflée. Je prenais la mesure de ses pouvoirs. Puissants, mais encore aléatoires. Elle se renforçait rapidement cependant, et elle serait bientôt en mesure de remplacer sa mère aussi bien dans ma couche que dans mon organisation. Elle me rappelait Sonia dans sa prime jeunesse. Perfide, ambitieuse, sensuelle, puissante... Tous les atouts que je recherchais. Elle s'engouffra dans la maison à la suite des autres. Oui, décidément, j'avais là un coup à jouer. Evincer la mère, trop vieille, trop agaciâtre, et faire entrer la fille dans le cercle intérieur de mes mangemorts, au même titre que Bellatrix et Amycus par exemple. Oui, je pouvais jouer là dessus. Perdre un objet, un pion, dépassé et désué, pour en retrouver un autre d'une prime jeunesse. J'y repenserais à l'occasion, et me renseignerait plus avant sur la relation que les deux Raybrandt entretenaient désormais. J'avais entendu quelques rumeurs, mais rien de bien poussé. Il fallait aussi que je pense à Krystel, pour influencer son prochain choix de mariage. Il faudrait que ce soit un mangemort, et un ancien. Pour la pureté de notre sang et l'efficacité du groupe, je devrais choisir avec soin.


    Bref; je profitais du calme qui régnait en dehors, car à l'intérieur cela semblait être l'enfer vu le boucan que l'intrusion mangemoresque provoquait. J'entendis des hurlements que j'identifiais presque immédiatement comme venant de la bouche de Badenov. Vu le ton employé, je supposais qu'il beuglait des directives aux autres. Amusant, de voir comment ce jeune type avait réussit à se tailler une place particulière au sein de l'organisation. Je ne savais pas comme il s'y était pris, mais il semblait avoir déjà du crédit auprès des autres mangemorts. Bellatrix le qualifiait en termes plutôt flatteurs contrairement à son habitude, Krystel lui faisait confiance et de ce que je constatais, c'était que Spencer et Croupton ne s'opposaient pas à lui. Ensuite, plusieurs bruits étouffés. Encore des cris, puis, des ordres. Puis presque le silence. Le vent froid cingla dans ma direction, et je fermais les yeux. J'adorais les contrastes, et l'enfer qui régnait à l'intérieur allait totalement à l'inverse du paradis de tranquilité qui régnait au dehors.


    Je me décidais à rentrer dans une minute. Aucun de mes mangemorts n'avait particulièrement brillé ce soir, mais aucun de ceux qui étaient présents n'avait démérité. Ils s'étaient bien comportés; Krystel avait pu ôter les importantes défenses de la place, permettant l'entrée des autres. Spencer et Black avaient quant à eux bloqué efficacement toute tentative de fuite. Badenov et Croupton, eux, semblaient avoir réussit à maîtriser le ministre. Je n'entendais plus que quelques bruits, et le son presque inexistant de leurs voix. J'allais bientôt rentrer. Je devais achever l'un de mes pires ennemis, quoi qu'en pense la presse sorcière. Faulkner était cet ennemi; on le disait idiot et faible, mais c'était lui tout autant que Dumbledore, qui avait réussit à ralentir mes plans. Si le ministère actuel devait faire autant d'efforts pour me repousser, ce n'était pas la faute de l'administration précédente, mais bel et bien celle du peuple, qui par sa permissivité m'avait laissé les mains libres. Il était trop tard pour que mes adversaires ne rétablissent la situation.


    J'entrais dans la maison. Je vis Badenov, visiblement blessé. Je vis Croupton, les yeux écarquillés par l'excitation de la violence. Et je vis Spencer, calme et immobile, dans un coin de la pièce. Krystel était a genoux, à même le sol. Elle me tendit le coeur de Faulkner, les bras couverts de sang. J'acceptais le présent, et le fit léviter jusqu'à moi. Je vis du coin de l'oeil badenov tremper ses doigts pleins de sang sur les éclaboussures du sol, et dessiner ses initiales en lettres de sang sur le mur. Je souris. Un psychopathe en puissance, que j'avais bien fait d'accepter dans nos rangs. Jusqu'à ce qu'il se décide à me trahir, il pouvait m'être utile comme arme psychologique contre nos ennemis. Je posais avec ma baguette le coeur de Faulkner, sur la table. J'y superposais une lettre de velin, destinée à la ministre. J'empalais le tout avec une épée, que je décrochais du dessus de cheminée pour l'enfoncer dans le papier et l'organe, jusqu'à traverser la table de la lame d'acier. Le message était en place. Je fis signe à Krystel de se relever. Je relevais mon regard sur tous les mangemorts présents.



    | L'ancien usurpateur du pouvoir des sorciers a été tué. Sa dépouille ignominieuse sera probablement retrouvée demain... Parce que je vais déclencher un signal que le ministère ne pourra pas ignorer. Je vous avais promis une chose, mes amis. Une démonstration de Purity. Une démonstration de mon pouvoir absolu. Et qui sera peut être vôtre un jour, si vous vous en montrez dignes. Je vais vous en donner un avant goût |


    Je poussais de côté les replis de ma cape, dévoilant un grand objet rond, et cylindrique. A l'intérieur se trouvait Purity, mais ça, mes mangemorts n'étaient pas sensés le savoir. Mes pouvoirs en magie noire m'avaient permis de développer une affinité telle avec ce qu'il y avait à l'intérieur de la boîte, que je n'étais pas obligé de l'ouvrir pour l'utiliser. Je me concentrais et fermais les yeux. Un vent surnaturel fouetta le visage de toutes les personnes présentes. Un hurlement aigu, tel le cri des damnés,se fit entendre dans la pièce, meurtrissant nos oreilles humaines, pas le moins du monde adaptées à ce phénomène. Alors, nous eûmes tous l'impression que nos coeurs se soulevaient dans notre poitrine. Alors, Faulkner commença à se décomposer. Des fils d'énergie et de magie éthérés s'élevèrent telle la fumée. Je scandais la formule dans une langue depuis longtemps oubliée. Les volutes de fumée blanche comme la nacre s'élevèrent vers chacun de mes mangemorts, alors que le corps de Faulkner continuait de s'assécher jusqu'à ressembler à une véritable momie. Alors, lorsque toute l'énergie magique incarnée par l'âme du vieux lion fut rassemblée devant mes mangemorts, je prenais un débit de paroles autrement plus rapide. Quand je finis l'incantation, la fumée rentra dans le corps de mes mangemorts et dans le mien, par la bouche, le nez, les oreilles et les yeux. Comme des nourrissons venant au monde, notre poitrine se souleva sous une terrible inspiration. Je rangeais le cylindre.


    | Mesdemoiselles... Messieurs... Savourez le cadeau que je viens de vous faire. Que ce soit un avant goût de ce que je vous accorderais à tous, pour le peu que votre fidélité soit sans faille. Temporairement, vous vous sentirez plus forts, magiquement et physiquement. Plus éclairés aussi, plus vifs. Profitez en pour ce soir. Rendez vous bientôt pour une nouvelle démonstration, mes amis. Mais cette fois, elle aura lieu à Sainte Mangouste... |


    Je ris aux éclats. S'étaient ils rendus compte qu'ils venaient de dévorer l'âme magique et éternelle de Faulkner? J'en doutais. Je transplanais dans un « crac » sonore, laissant les mangemorts se disperser comme à notre habitude.
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   Dim 17 Oct - 21:53

    J'avais enterré tous mes scrupules sous une tonne de malfaisance, et j'étais prêt à continuer, encore et encore. Je savais que j'avais le mal au fond de moi, mais en cet instant je ne faisais rien pour le réfréner. Je n'y pensais même plus. En fait, en cet instant, je savais que j'avais fait le bon choix, et j'étais en train de basculer du côté des ténèbres. Le corps presque sans vie de Faulkner était en dessous du mien; il était toujours bloqué, blessé et torturé. Je ne ressentais aucune honte à ce que je faisais. En fait, ici et maintenant, faire du mal aux gens me semblait tout ce qu'il y avait de plus rationnel, de plus normal. Les plus forts imposaient leur domination aux plus faibles, et ceux qui avaient le talent et l'ambition prenaient le pouvoir. C'était aussi simple que ça. Oubliées, les notions de bien ou de mal, il me semblait clair la seule chose qui comptait, c'était le pouvoir. Certains s'y accrochaient comme à la vie, figés dans un immobilisme terrible. D'autres encore, étaient triop faibles, et laissaient les premiers les dominer. Et enfin, la troisième partie de la population était forte, puissante et ambitieuse, et fomenterait la révolution. Oui, ce point de vue me semblait acceptable maintenant que Faulkner gisait à mes pieds. J'avais fait ce que j'avais pu pour contenir toutes ces noires pensées, mais je ne pouvais plus cacher qu'elles me séduisaient aujourd'hui. La guerre m'avait elle changée au point de renier mes principes définitivement?


    Non, j'étais sûr que non. Demain, je déprimerais sans doute, seul et caché, de ce que je venais de faire. Mais ce soir, je jubilais, et ressentais l'excitation de l'interdit franchit. Je n'avais jamais fait le mal à ce point. Si, peut être une fois. J'avais assassiné toute une famille. Père, mère et enfants. Je revoyais les corps. Le père baignant dans son sang. La mère qui pleure devant la ruine de ses enfants, et Krystel qui prélevait les organes. Je n'étais pas encore totalement enraciné dans le mal; je ne faisais que l'utiliser à mes fins, sans y adhérer pour autant. Je poursuivais toujours le meme but, et tant que je m'y tenais je m'assurais de ne pas basculer tout entier dans les ténèbres. Meme attrayantes et distrayantes, les idées des ténèbres n'étaient que corruption. Je ne pouvais m'y fier. Si je commençais à me sentir mangemort, c'était uniquement parce que les forces du mal commençaient à altérer ma conscience et mon âme. Je devais faire vite si je voulais accomplir ma vengeance avant de succomber et de me retrouvé définitivement damné parmi les forces du mal.


    Alors, Krystel fit son entrée. Belle et ténébreuse, elle ne m'accorda pas vraiment son attention et se concentra immédiatement sur Faulkner. Je la regardais faire. Déesse tentatrice qui était en train de me ravir mon âme. Elle était magnifique, et je l'aimais. Elle se pencha sur le corps de Faulkner, et creusa dans sa poitrine jusqu'à en retirer le coeur. Le tout avec une précaution révérencieuse. Faulkner mourut, et elle offrit le coeur du ministre au Lord, qui entra dans la pièce. Je m'avançais à mon tour, et grâce à toute l'hémoglobine versée, traçait mes initiales en lettres de sang sur le mur. Je ne savais pas ce que le Seigneur des Ténèbres avait en tête, mais il me semblait clair qu'il ne m'empêcherait pas d'apposer ma marque à cette soirée. Il nous présenta alors Purity.


    Un objet cylindrique. Etait ce l'objet en lui même, ou simplement le contenant? Je n'en savais rien. Lord Voldemort se mit à scander une incantation, et je ne pouvais qu'attendre et voir. Je ne savais pas du tout ce qu'il se passait; je restais dans l'expectative. Puis, je sentis rapidement d'importantes vibrations magiques me secouer le corps. Je ne savais pas du tout ce qui allait se passer. De véritables vagues de pouvoir venaient à notre rencontre, et nous retenions tous notre souffle. Puis, des volutes de fumée d'une couleur d'un blanc immaculé s'élevèrent du corps de Faulkner, et se divisèrent en autant de branches que nous étions de mangemorts. L'incantation gagna en puissance. Mon corps ne tremblait pas. Etrangement, j'avais confiance en la tournure des évènements; je ne sentais pas arriver de coup fourré. Les volutes arrivèrent jusqu'à nous, et entrèrent en chacun de nous. Je me sentais prendre une inspiration, celle un nouveau né, ou un noyé remontant à la surface. Quand je rouvrais les yeux, je me rendais compte que je ejtais un regard nouveau sur le monde qui m'entourait. Je me sentais fort. Et puissant. Lord Voldemort nous expliqua son cadeau, et je souris. Il transplana et disparut. Je m'avançais vers Krystel, glissant ma main derrière son bassin.



    | Rentrons, rose noire. J'ai envie de profiter de la soirée... |


    Je me retournais vers l'assemblée, et salua d'un signe de tête les mangemorts, avant de transplaner avec Krystel dans mes bras.

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I Go to Kill You [PV Mangemorts]   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum