Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


anipassion.com
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Mar 6 Avr - 9:23

Ilmatar venait de prendre une décision pour le moins inattendu. En effet, le matin même, l’un de ses sujet était venu lui annoncer que le ministre, et plus particulièrement les aurors, interrogeaient plusieurs personnes afin d’obtenir des informations plus approfondis à propos de l’attaque sur Gringotts et essayer de démasqué certains mangemorts. D’ailleurs, un homme à ce qu’elle avait entendu dire, avait trahit les siens en plein sur le champs de batailles pour aller rejoindre les sorciers de l’ombre. Son visage était à présent connu de tous et il serait traqué sans relâche. Pas très intelligent pour ce coup là. Et apparemment, d’après les dires du vampire, on la cherchait également. Non pour un but criminel, mais pour obtenir des réponses quand à son étrange présence dans les lieux du drame qu’étaient le sous-sol de la banque. Oui, si elle se serait contenté de rester à l’étage, cela aurait bien moins éveiller la curiosité du ministère. Mais qu’importe ! Lacrymosa ne regrettait pas une seule seconde la façon dont elle avait agit ce jour là. La seule chose qui pouvait peut-être l’irriter était sûrement le fait, que ce Lord Voldemort avait malgré tout eu ce qu’il convoitait. La norvégienne ne supportait pas les échec. Et repenser à ce fameux Doloris qu’elle s’était pris en guise d’autographe de sa part lui faisait sérieusement grincer des dents. Rien que pour cette audace, elle avait envie de mettre tout en œuvre pour concocter une vengeance digne de ce nom. Mais bon, pas si vite ! Le ministère n’était pas tout beau, tout rose, non plus ! En tout cas, fort heureusement, ils ignoraient où elle pouvait bien se cacher, donc un interrogatoire forcé était parfaitement impossible. S’il avait lieu, c’était de son plein gré. Bien sûr, au départ, lorsqu’elle avait entendu cette histoire là, Ilmatar n’avait eu aucune envie de venir déposé son savoir auprès d’un auror ! Mais maintenant qu’elle y réfléchissait un peu plus, ce serait peut-être mieux ainsi après les divers évènements qui se produisait depuis que le « seigneur des ténèbres » comme il s’autoproclamait, était en possession de « Purity ». S’il voulait, il pourrait bientôt décimé tout un pays ! Et il ne fallait pas croire que la Norvège ou même ses voisins alliés étaient à l’abri. Bien sûr, il n’y avait aucune raison apparente qu’il vienne s’en prendre à eux mais sait-on jamais… Le désir insatiable de pouvoir pouvait parfois engendré la folie… Une idée effroyable lui traversa alors l’esprit : Il pouvait très bien usé de ce genre de chantage pour l’obliger à entrer dans son camps ! Bon, cesser de penser pareil chose… Enfin, ce fut ce qui la décida en quelque sorte à faire un tour au ministère puisqu’ils étaient disposé à l’écouter.

Peu de temps après, la souveraine avait dictée son courrier à sa secrétaire pour l’envoyer au quartier des aurors. Quand elle eut le retour, signalant qu’elle pouvait s’y rendre dès l’après-midi, la vampire ne se fit pas prier malgré les protestations de ses sujets qui trouvaient l’idée très mauvaise et dangereuse. Sous la forme d’une chauve-souris, elle s’envola en direction de Londres qu’elle atteint relativement vite. Se re-métamorphosant dans une ruelle sombre et sans passage, elle rejoignit ensuite la cabine téléphonique rouge sang, et arriva dans l’atrium du ministère. C’était la première fois qu’elle y mettait les pieds, et ça devait très certainement ce voir à en juger par sa démarche plutôt incertaine. Comment se repérer dans une foule semblable ? Elle s’avança tel un fantôme, dû à sa longue robe blanche, jusqu’au comptoir de l’accueil. Là, on lui confia une personne qui se chargea de la conduire jusqu’au bureau des aurors. Une fois fait, on l’introduisit dans une petite pièce confiné en lui signalant qu’Il n’allait pas tarder à venir. Qui « Il » ? D’emblée l’étroitesse de la salle mit Ilmatar mal à l’aise, lui rappelant de vieux souvenirs qu’elle avait tenter de ranger dans un coin de sa mémoire dans le but de ne plus les ressortir. Elle espérait que l’auror désigner allait se dépêcher, de sorte qu’elle n’ait plus rien d’autre à songer que de répondre à ses questions. En tout cas, il avait intérêt à ce qu’il se montre aimable et courtois celui là, sinon… Mais on verra ça plus tard… Elle tapota un moment des doigts sur la table en signe d’impatience et de contrariété, tout en jetant un regard vers la fenêtre qui laissait entrevoir un magnifique rayon de soleil. Tout ceci était magique bien entendu puisqu’ils étaient sous terre… Ilmatar se demanda qui allait bien pouvoir la questionner. Elle espérait bien que ce ne soit pas un jeunot parce qu’elle associait très souvent le jeune âge à l’incompétence. Un peu comme cette Ciella Alexiel Dante qui avait surtout fait preuve d’orgueil en annonçant de quelle famille elle était issue. Regrettable erreur de sa part car la Dame Blanche ne supportait pas la moindre allusion à ces histoire de sang pur ou impure. Déjà, c’était particulièrement stupide, mais en plus de ça, Ilmatar venait d’un famille particulièrement pitoyable ce qui ne manquait pas de renforcer son aversion. Elle serait sans doute la risée parmi les mangemorts, elle, provenant d’une mère cracmol et d’un père moldu. Même si les grands-parents maternelles était issue de sang pur, la suite cassait le mythe en beauté. Bref ! Que ce soit un auror compétent dans le métier et qui cesse de se faire des illusions sur la vie, ça c’était parfait ! D’ailleurs, en y repensant, qu’était donc advenu du fameux auror à qui elle avait prêté main forte lors de l’attaque ? Bah, elle ne manquerait pas de poser la question dans peu de temps… Et puis peut-être en saurait-elle davantage sur « Purity » ? Quoi qu’il arrive, cette petit discussion serait très certainement enrichissante et l’aiderais probablement à déterminer dans quel camps elle allait véritablement se fixer…
Ministère↯  Protecteur en chef
avatar



Nombre de messages : 163
Date d'inscription : 10/08/2009




Alastor Maugrey

Ministère
Protecteur en chef


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour ::
Bonus: + 04
MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Mar 27 Avr - 10:01

    L'enquête avançait. Que Merlin me pardonne mais je la faisais avancer à pas de géant. Certes, cela ne se faisait pas sans heurt... Récemment, Krystel De Caprily, maudit soit ce nom, avait engagé une procédure à mon encontre après avoir quitté le ministère avec pertes et fracas. Inutile de vous préciser que tout le monde la soupçonnait dans ma section d'aurors, mais personne n'arrivait à l'accabler de preuves. Cette petite avait bien fait son travail. Et les témoignages que j'avais pu recueillir auprès de Lyra Badenov notamment, m'avaient permis de me conforter dans l'idée que c'était bel et bien la brune la coupable. Je l'avais donc suivie. Je l'avais suivie partout, de son manoir majestueux à l'enterrement de son mangemort de mari. Sur son lieu de travail. Au restaurant. Dans les magasins qu'elle fréquentait. Elle m'avait repéré, car je n'avais jamais cherché à me cacher. Je voulais qu'elle me voie, qu'elle se sente constamment épiée jusqu'à craquer tout à fait. Cette méthode était longue avec la française; elle avait des nerfs d'acier. Ce qui me confortait encore plus dans mon idée qu'elle était mangemorte, d'ailleurs. Elle était très loin de réagir comme le commun des mortels dans les situations auxquelles elle se retrouvait confrontée. Mais je me souciais guère de ce qui pouvait m'arriver; le Ministère ne prendrait pas le risque de me perdre, non?


    Je rentrais d'ailleurs du bureau du directeur du département des aurors. Il fallait que je fasse attention, que je sois plus discret, que je reste sur le chemin de la légalité sans outrepasser mes prérogatives... Blablabla. C'était pas en la jouant bisounours qu'on remportait une partie, quelle qu'elle soit. Je m'étais engagé dans un rude bras de fer avec De Caprily, et je n'étais pas du genre à renoncer devant mon objectif. Et elle était aussi têtue que moi, ce qui ne gâchait rien à mon plaisir de la traque. Mais j'avais promis de me modérer. Après tout, ça me fera bien mal de savoir que mes petites incartades me coûteraient une prise si jamais un avocat à la noix invoquerait le vice de procédure. Difficile d'imaginer qu'un mangemort échappe aux mailles du filet que je lui avais tendu, et je n'avais absolument pas envie que cela m'arrive. En avoir bavé auttant pour aucun résultat, ça me tuerait littéralement. Mais j'avais d'autres choses en tête actuellement; j'avais un nouvel interrogatoire à mener.


    Je ne connaissais pas son identité; le directeur venait de me confier son interrogatoire. Une vampire présente sur les lieux de la banque, au moment où Bellatrix black et Julien De Caprily avaient volé Purity. Inutile de vous préciser que je l'avais moi même croisée; elle m'avait même sauvé la peau. Mais je ne l'avais pas revue. Ne me demandez pas pourquoi, mais j'avais toujours eu du mal avec les gens envers qui j'avais une dette. D'autant que là, elle n'était pas moindre. Mais je me chassais toutes ces pensées de mon esprit; je devais avoir toute ma tête pour l'interrogatoire. Après tout, il s'agissait d'éclaircir des zones d'ombre plus que béantes dans le dossier de ce qu'il s'était passé à la banque Gringotts. Je devais cependant faire attention; aux questions que j'allais poser, et aux réactions de la suceuse de sang. Après tout, ces créatures aimaient se donner de l'importance. Heureusement, je connaissais quelques sorts capables de me protéger au cas où je chiffonerais la fierté de cette vampire. J'entrais donc dans la pièce d'un pas vif, posant le dossier sur la table en face de la vampire. Je la jaugeais du regard, avant de refermer la porte derrière moi. Ces créatures m'avaient toujours fait froid dans le dos



    | Bonjour. Alastor Maugrey. Nous nous sommes rencontrés à Gringotts, je crois. Mais le dossier à votre sujet est incomplet. Comment vous appelez vous? Et plus important encore, que faisiez vous sur les lieux de l'attaque, qui, je le rappelle, a eu lieu en plein jour? |
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Mer 12 Mai - 13:55

[HJ : Réponse un peu vite fait là, je n'ais pas écrit bcp... AAAaaaaahhh xD ]


C’est après quelques minutes qui parurent une éternité pour la vampire, que la porte de la petite salle d’interrogatoire s’ouvrit soudainement, laissant entrer un auror aux cheveux courts et une barbe de trois jours qu’Ilmatar reconnut instantanément. C’était celui à qui elle était venu prêter main-forte lors de l’attaque de Gringotts. La norvégienne ne cacha nullement sa surprise qui se dépeignait sur son visage de porcelaine, lorsque celui ci se présenta. Alastor Maugrey ? Le vrai ? Ce célèbre auror, réputé pour avoir débusqué bon nombre de mages noirs à travers le pays et les avoir sciemment envoyer derrière les barreau de cette redoutable prison qui se nommait Azkaban. Nul ne le connaissait en Norvège et dans les autres pays scandinaves, mais elle avait eu maintes fois l’occasion d’entre prononcer son nom ici, et ainsi, savoir de qui il s’agissait sans toutefois avoir vu son visage, même ne serait-ce qu’en photo… Et bien maintenant, c’était fait, le voici qu’il se tenait devant elle, et visiblement bien remis de l’assaut de la banque. « Nous, nous sommes rencontrés à Gringotts, je crois », le croyait-il ? Ou en était-il certain ? Choix de mot plutôt étrange… Mais pourquoi donc rappelait-il que cette attaque avait lieu en plein jour ? Un simple hasard ? Ou un propos réfléchie ? De toute évidence, l’homme était loin d’être dupe et avait bien reconnu en Ilmatar, une de ses créatures de la nuits que les mortels craignaient si âprement. S’étonnait-il donc qu’un vampire puisse être aussi bien diurne que nocturne ? Cependant, la souveraine fut quelque peu interloqué devant le fait qu’il ignorait son identité. Quoi donc ? Il n’avait jamais mis le nez dans un livre historique sur la Scandinavie, cella allait de soit. Mais d’un certain côté, il valait peut-être mieux pas. Certes, elle avait réussit à accomplir des choses pour le biens des peuples, mais il en était parfois tout l’inverse également, et ses actes de sauvageries ne seraient certainement pas vue d’un bon œil par l’auror. C’est avec une petite pointe d’admiration dans le regard qu’Ilmatar se décida enfin à parler :

- Alastor Maugrey ? Le redoutable chasseur de mages noirs ? Enfin, je peux mettre un nom sur votre visage… Vous me semblez bien rétablie de l’invasion de Gringotts, vous m’en voyez enchantée… Le dossier à mon sujet, incomplet dites-vous ? Eh bien tâchons de le remplir maintenant alors…

Ces derniers mots se finirent par un sourire énigmatique. La norvégienne ne s’était pas donné la peine de se lever pour lui serrer la main. A quoi bon ? Il n’aurait très certainement pas voulu l’approcher. Qui peux bien le vouloir d’ailleurs ? Toucher la peau froide d’un mort-vivant ne devait sans doute pas être une expérience éblouissante. Et puis, il devait sûrement se méfier aussi, les vampires sont tellement imprévisible… Et elle, peut-être plus que les autres encore… Il suffisait d’un simple geste vif, et il se retrouvait croqué avant même qu’il n’est eu le temps de réaliser ce qui lui arrivait… C’était bien trop vite arrivé, et comme cet auror n’était pas né de la dernière pluie, nul doute qu’il savait s’y faire. Néanmoins, ce n’était pas une raison pour se sentir un brin supérieur car déjà ce n’était pas du tout dans ses habitudes et qu’en plus de cela, Maugrey était magiquement supérieur à elle. Donc, pas de mauvaises plaisanteries !

- Je suis Ilmatar Karjalainen…

Elle n’ajouta rien de plus, s’il se montrait curieux, il en demanderait davantage… La sonorité n’étant pas anglaise, il était quasiment évident qu’Alastor n’allait pas s’arrêter là. Ou s’il ne s’y arrêtait pas de suite, il y reviendrait un peu plus tard. Quoi qu’il en soit, Ilmatar allait jouer la carte de la sincérité puisqu’elle n’avait rien à caché. Ou peut-être que si, mais elle n’en verrait sûrement pas l’utilité de le faire.

- Ce que je faisait à Gringotts ce jour là ? J’étais venu pour un transfert d’argent, que j’ai réussit du reste, et j’étais malheureusement encore là quand les mangemorts se sont décider à assiéger la banque…

La encore, elle n’insista pas sur le comment du pourquoi elle s’étais retrouver au sous-sol au lieu de se battre comme tout les autres dans la grande salle. Il faut dire qu’elle avait un gout particulier pour les défi un peu différend des autres. N’empêche qu’elle avait été la seule à avoir pris se risque. Ilmatar finit par une petite pointe de taquinerie en ajoutant :

- Vous rappeliez que ceci s’est produit en plein jour… Pourquoi donc ? Vous pensiez peut-être que les vampires ne sont capable de mouvement que la nuit ?
Ministère↯  Protecteur en chef
avatar



Nombre de messages : 163
Date d'inscription : 10/08/2009




Alastor Maugrey

Ministère
Protecteur en chef


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour ::
Bonus: + 04
MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Mer 12 Mai - 17:06

    Du coin de l'oeil, je remarquais la surprise qui se peignit sur les traits de la vampire, alors que je me présentais. Ne savait elle pas qui j'étais alors qu'elle me sauvait la peau à Gringotts? Peut être pas. Après tout, si elle était aussi ancienne que mes collègues avaient pu le relever dans leurs dossiers, elle ne devait pas en avoir grand chose à foutre des simples mortels dont je faisais partie. En fait, quand vous vivez des centaines d'années, ce serait peut être un peu normal non, que de ne pas trop se soucier de ces si fragiles et si éphémères humains? Ouais, vous aurez compris, j'aimais pas beaucoup les vampires. Mais ce n'était pas du simple sectarisme primaire, ou de la xénophobie. Rappelons tout de même que je n'aimais pas grand monde, sans avoir pour autant une formidable considération pour ma propre personne. Après tout, n'étais je pas qu'un simple auror qu'on allait s'empresser de mettre à la retraite, au vu de mes derniers coups d'éclat? Tu parles Charles... Je le sentais venir gros comme une maison ça, qu'un petit con de gratte papiers ne viennent à me convoquer bientôt pour me signifier que je n'avais plus ma place au sein du Ministère. Je les embarassais beaucoup, avec toutes les procédures à mon encontre. Bah quoi, mes méthodes? Qu'est ce qu'elles avaient? Les méchants, ils dormaient (ou du moins l'essayaient ils) derrière les barreaux d'Azkaban, et les gens qui n'avaient rien à se reprocher pouvaient dormir sur leurs deux oreilles, pas vrai? Moi, personnellement, je 'navais jamais vu le problème. Et Lundy, notre nouvelle ministre, semblait plutôt de mon avis.


    Elle aussi, c'était comme un cadeau de Noël avant l'heure. Finie, l'époque où nje devais tranquillement attendre qu'on m'en foute plein la tronche avant d'employer les grands moyens. A grande vermine les grands remèdes. Ouais, c'était clairement plus facile de pourchasser cette vermine avec un bazooka qu'avec une cuillère à soupe, pas vrai? Ces foutus mangemorts n'avaient qu'à bien se tenir... Alastor Maugrey n'est pas sur le déclin... Je suis toujours en pleine forme, et prêt à bouffer du mage noir au p'tit déj'! La vampire reprit la parole, et semblait impressionnée de se retrouver face à moi. Ben quoi, y'était marqué « People » sur mon front? Ou alors, c'était peut être une habile stratégie pour me mettre en confiance... Plissant les yeux pour lui faire comprendre que je n'étais pas dupe, je ne gobais pas un mot de ce qu'elle disait. Elle avait beau se montrer conciliante, je savais d'expérience que les vampires étaient des créatures étranges, dont le seul but dans la vie semblait résider à satisfaire des caprices constamment renouvelés.



    | Ouais ouais ouais... Moi aussi je suis content, j'en avais marre de pas pouvoir bouger. Plut^to qu'incomplet, en parlant de votre dossier, on pourrait plutôt dire « exsangue ». Dénué de toute substance ou d'infos importantes. Et personne ici ne pourrait croire que votre vie n'a rien eu d'important, pas vrai? Passons aux choses sérieuses. |


    attaquais je sans préambule. Elle me donna son nom, mais celui ci ne m'évoquait rien. Pourquoi n'avais je pas droit à un foutu spécialiste en créatures magiques quand j'en avais vraiment besoin ? Merde alors, ils vont pas me faire croire à la direction des aurors qu'ils manquent de moyens par les temps qui courent... Si? Ben ils ont qu'à faire la manche: pas mon problème! Karjalainen, Karjalainen... C'est quoi comme nom ça? Finlandais, non? Bon, c'était pas grave. Pour être honnête, je m'en foutais. Mais je reviendrais là dessus juste après avoir satisfait ma curiosité immédiate.Elle m'expliqua qu'elle était venue pour un simple transfert d'argent, mais je me méfiais. Sa dernière question ne me prit pas au dépourvu, et je la regardais avec un sourire dénué de joie.


    | Ne me faites pas crorie que tous les vampires en sont capables. Si vous, vous l'êtes, c'est que vous êtes foutrement puissante ou ancienne, voire les deux. J'en ai déjà vu se consumer à la lumière du jour, et je n'ai jamais pu l'oublier. Concernant votre fameux transfert d'argent, j'aurais besoin d'en savoir plus. Quelle somme? D'où? Pourquoi Gringotts? Pourquoi le jour, alors que votre organisme préfère naturellement la nuit? Et surtout, j'ai d'autres questions plus graves qui me turlupinent. Vous autres, vampires, n'êtes pas particulièrement connus pour votre humanisme. Pourquoi vous êtes battus contre des sorciers qui seraient prêts à s'allier avec vous pour vous donner le genre de place dans la société que le ministère vous a toujours refusé? Je dis pas que les mangemorts sont dignes de confiance en matière d'alliance, mais ça semblerait plus naturel que vous les auriez rejoint que combattus... A moins que cela n'aie un rapport avec ce que voulaient les mangemorts. Que savez vous de ce paquet qu'ils ont volé? |
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Mer 12 Mai - 19:41

Ce Maugrey se montrait sacrément méfiant… Plus encore qu’Ilmatar ne l’aurait imaginer. Il était bien peu enclin à la plaisanterie. Toutefois, son air bourru pour lui répondre ne la gêna aucunement, bien au contraire, car un faible sourire en coin se dessinait sur son pâles minois. Il passa bien vite sur la question de sa santé pour attaquer l’histoire du dossier. Oui, de toute évidence, il n’était pas là pour simple causerie mais pour mener son enquête à bien. Lacrymosa haussa un sourcil face à la remarque de son interlocuteur. Personne ne pourrait croire qu’elle n’avait rien eu de palpitant dans sa vie ? Mais de toute évidence… Que cherchait-il donc ? Des informations croustillantes ? Si c’était ce qu’il désirait, il allait en avoir, pour sûr ! Et ce serait peut-être l’un des rares privilégiés à entendre cela de sa propre voix, étant donné, qu’Ilmatar avait parfaitement horreur de déballé sa vie privée, et qui plus est, à n’importe qui. Bon là, en l’occurrence, la norvégienne ne le considérait pas comme un mortel sans intérêt. Celui ci, avait quelque chose qui retenait fortement l’attention de la vampire. C’était sûrement l’une des exceptions qui sortaient du lot d’imbéciles qui foulaient le sol de cette planète. Diantre ! Il en existe donc encore ? Durant le restant de la conversation, Ilmatar demeura parfaitement impassible. Elle n’avait pas dissimuler son étonnement à son arrivé, mais il fallait dorénavant se montrer plus renfermé, ou tout du moins, inexpressif afin qu’il ne puisse rien deviner de ce qui pouvait bien se passer dans son cerveau. Et peut-être le plus important, garder un calme olympien, ce qui n’était pas forcément toujours évident mais quand il le fallait, la vampire savait parfaitement se contenir. Et puis être tenté à un moment donné de s’énervé contre son interrogateur serait complètement suicidaire ! En plein ministère ? Quel idée, vraiment ! D’ailleurs, il n’y aurait aucune forme de violence quel quelle soit dans ce bureau. Ou s’il avait lieu malgré tout, ça ne viendrait pas d’elle. C’est donc sur un ton placide que la souveraine répondit :

- Puissante ? Je ne pense pas… Je le suis moins que vous en tout cas, donc vous pouvez vous détendre… Si je puis dire… J’ai un atteint un niveau magique qui surpasse la plupart des mortels c’est vrai mais, je ne suis rien d’extraordinaire pour autant… En revanche, ancienne, je le suis en effet… Il est vrai que relativement peu de vampire peuvent se vanter de sortir au grand jour. Pour cela, il faut être très ancien. Seul les ainés en sont capable.

Encore du vague… Toujours du vague… Elle ne lui avait pas donné son âge et se complaisait à tourner autour du pot. Il fallait vraiment lui tirer les vers du nez ! Toujours est-il qu’elle ne s’était pas privé de mentionné le fait que l’auror était magiquement supérieur à elle. Une erreur peut-être ? Bah pourquoi donc le cacher ? De toute façon, il finirait bien par s’en douter et puis, il n’y avait pas que la baguette pour se défendre après tout. Les questions suivantes agacèrent quelques peu la vampires. Pourquoi autant de précision ? Et ou donc était l’utilité de connaître ces informations ?

- Vous souhaitez peut-être un relevé de compte pour vous éclairer ? Répliqua t’elle d’un ton froid. Navré mais je ne suis pas disposé à divulguer ce genre d’information, je ne pense que cela puisse regarder le ministère… Par conséquent je ne vous dirait pas la somme que j’ai transférer. En outre, si vous tenez véritablement à le savoir, j’ai choisit Gringotts en vue de sa réputation comme étant un lieu impénétrable pour de quelconque vols, ce qui en l’occurrence c’est avéré le contraire, m’enfin passons… Et d’où provient cette argent ? Quelle importance ?

Ainsi, elle demeurait encore dans le flou, et c’était très bien comme ça. Ce genre de chose était bien trop confidentiel pour être dévoilé selon elle. Un sourire narquois sur le visage, Lacrymosa enchaîna ensuite :

- Pourquoi de jour ? Mais mon cher, si certains d’entres nous on la capacité de se déplacer sous les rayons de l’astre mortel sans être consumé, nous en profitons… Et puis, c’est bien plus excitant de suivre le dernier jour de nos victimes…

Ses yeux s’illuminèrent soudain d’une lueur bleu vive, comme si elle allait s’apprêter à mordre. Une fraction de seconde plus tard, Ilmatar reprit son air sérieux.

- Je viens de vous faire le vampire cliché… Un dramatique cliché… Je sais que tout les mortels pensent que nous autres, les créatures de la nuit, sommes des brutes sanguinaire sans âme et sans cœur. Mais vous vous fourvoyez terriblement sur la question… Pour répondre plus sérieusement, et en toute logique, il me semble que la banque n’est ouverte que de jour, au public en tout cas… Je ne me voyais vraiment pas les importuné en pleine nuit, je pense que vous comprenez. Revenons en, à ce que je viens d’énoncer il y a quelques secondes… Les vampires sont autant capable d’humanisme que les mortels, croyez-moi…

Elle se leva brusquement de son siège, et vagabonda à travers la minuscule pièce, tout en continuant sa démonstration.

- Si les vampires d’Angleterre sont des sauvages comme beaucoup tendent à les décrièrent, ce n’est pas le cas de toutes les races. Chez moi, nous entretenons une parfaite harmonie entre les vampires, les sorciers, les lycans et les moldus. Nous sommes les seuls je crois, à avoir réussit cela… Bien sûr, on ne se jette pas forcément dans les bras de l’autres, mais on s’entraide malgré tout. C’était mon utopie, et j’ai réussit à la mener à bien…

Cette dernière phrase fut dite dans un souffle à peine perceptible alors qu’elle tournait le dos à l’auror. Fermant les yeux un moment, la vampire se remémora tout ses instants difficiles qu’il avait fallu traverser pour arriver à une telle coalition. Puis se retournant lentement pour recroiser le regard bleu de Maugrey, elle ajouta sereinement.

- Si je ne me suis pas battu au côté de ses mages noirs, c’était peut-être pour une question d’éthique. A vrai dire, je ne sais nullement ce qui m’a pousser à vous prêter main forte. Surtout que je songeait chaque seconde à l’éventuelle possibilité que le ministère pouvait me témoigner son immense gratitude en voulant m’enfermer s’il parvenait à mettre ses vilaines griffes sur moi. Et pourtant, me voilà devant vous, de mon plein grés. Je suis peut-être suicidaire n’est ce pas ? Mais à voir qui serait le plus suicidaire des deux si vous décidiez en fin de compte de me conduire à Azkaban. Vous n’aimez pas les vampire M. Maugrey n’est ce pas ? De ce point de vu, vous êtes comme les autres… Donc selon vous, ma place logique aurait du être du côté des meurtriers… D’ailleurs, leur chef n’attend que ça, j’en suis certaine. Mais j’ai voulu contrecarrer ses plans… Et je ne saurait dire pourquoi… Quant à ce fameux paquet, je sais juste qu’il se nomme « Purity » mais j’ignore tout de ce que cela peut bien contenir. La seule chose dont je me doute, c’est qu’il doit contenir quelque chose de puissant, sinon notre Voldemort national ne s’y serait pas si assidument intéresser. Et vous ? Saviez vous ce que cette chose contenait ? Pourriez vous me le dire ? Non, bien sûr… Pourquoi poser cette question pour le moins aberrante… Vous ne ferez jamais confiance à un vampire… Parce qu’ils sont tous mauvais…
Ministère↯  Protecteur en chef
avatar



Nombre de messages : 163
Date d'inscription : 10/08/2009




Alastor Maugrey

Ministère
Protecteur en chef


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour ::
Bonus: + 04
MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Jeu 20 Mai - 10:20

    je savais me montrer très froid et très distant dans mes interrogatoires, assurément. Rester professionnel de bout en bout était la clef pour réussir un interrogatoire, même si je devais remarquer que ça ne faisait pas tout. Déjà, il fallait savoir s'adapter à toutes les circonstances. Dans un interrogatoire, il fallait être prêt à modifier son comportement en fonction de tout ce qui pouvait se passer. La personne pouvait se mettre en colère, avoir besoin d'être rassurée, ou elle pouvait aussi se mettre à pleurer. La première fois que vous avez ce genre de réaction devant vous, vous ne pouvez pas vous empêcher de rester immobile, comme si vous ne saviez pas quoi faire. En fait,votre formation d'auror vous apprend comment réagir, mais elle ne vous apprend pas réellement ce que ça fait, et c'est ce qui fait toute la différence. Mais avec le temps, et l'expérience aidant, vous finissez par vous en sortir. Aujourd'hui, j'étais capable d'épouser à peu près toute situation compliquée d'interrogatoire. Récemment encore, j'avais joué la carte de la sympathie avec Lyra Badenov, du type compréhensif qui sait tout et peut tout arranger. Ce qui était vrai, d'une certaine manière. Avec Jana Pfeiffer, j'avais joué la carte du confident, de celui qui vous écoute et qui peut vous tirer de vos problèmes. Et dans les deux cas, j'avais mené à bien les interrogatoires. Après ça, certains vont nous faire croire que je suis bon pour la retraite? La vampire me répondit sur un ton placide, et je me concentrais sur ses paroles; les suceurs de sang sont les rois des tournures cachées. Elle me confirma qu'elle était puissante et ancienne.


    Je ne suis qu'un vieil homme. Ne vous sous estimez pas; vous êtes une grande fille. Et d'après ce que j'avais pu remarquer à la banque, vous n'êtes visiblement pas manchotte, et n'avez guère besoin de la magie pour vous en sortir dans la vie. Ancienne, vous l'êtes; on le sait tous les deux. Ce que je vous demande, c'est ce que je ne sais pas. Vous avez quel âge?


    En revanche, je n'aimais pas du tout le ton qu'elle employait alors que je la questionnais. Si elle était aussi ancienne qu'elle le disait, c'est qu'elle avait eu un minimum de jugeotte, pas vrai? Et pourtant, elle ne semblait pas très contente de mes questions. A quoi s'était elle attendu, a ce que je lui demande de me raconter sa vie? Sa vie en elle même, je m'en fichais royalement. Ce qui m'intéressait, c'était de savoir pourquoi sa vie avait pu la mener à cet instant précis de l'attaque dans la banque magique de Gringotts. Pourquoi se trouvait elle dans un endroit majoritairement fréquenté par des gobelins et par des sorciers? Je n'aimais pas ce contre interrogatoire auquel la vampire semblait vouloir se livrer. Ce n'était pas du tout de mon goût, et je soupirais de frustration avant de reprendre plus avant.


    Arrêtez de vous ficher de moi. J'ai besoin de tout savoir, tout, pour les besoins de l'enquête. Votre argent ou votre présence pourrait très bien être liée d'une quelconque façon aux mangemorts. Le lien ne vous saute peut être pas directement aux yeux, mais il peut très bien exister. Et je dois le découvrir. Alors répondez à mes questions; n'oubliez pas que c'est moi qui mène l'interrogatoire, et pas vous. Est ce bien clair?


    Je ne me laissais pas détourner de mon but, et je ne me laissais pas non plus marcher sur les pieds. Ce n'était pas du tout mon genre de pratiquer ainsi, de me laisser avoir par les témoins et autres personnes interrogées. Alors, dites moi pour voir pourquoi cela en serait il autrement avec cette vampire? Elle ne m'impressionnait pas du tout. Plus jeune et plus innocent, j'en aurais surement eu peur. Mais avec tout ce que je m'étais pris dans la tronche tout au long de ma carrière, je n'étais pas à une vampire près. Ensuite, la vampire énonça une vérité. Tout le monde les prenait pour des brutes, elle et tous ses congénères. Mais n'y avait il donc aucune part de vérité là dedans? Très sérieusement, j'en avais déjà rencontré, des suceurs de sang. Et aucun ne m'a jamais inspiré confiance. Ce sont des tueurs, un point c'est tout. Des tueurs plus doués que les autres pour maquiller leurs traces, un point c'est tout. Elle me dit que la banque était ouverte que de jour. Mais je savais que les gobelins, face à une cliente importante, auraient très bien pu déléguer l'un des leurs pour faire leurs petites affaires de nuit. Après tout, ça c'était déjà vu par le passé. Il était clair à mes yeux que nous n'avions pas ici affaire à une histoire simple. Ensuite, elle me parla d'entraide. Je fis une moue peu convaincue. Et encore, c'était bien au dessus de ce que je pensais réellement, mais je ne voulais pas braquer la vampire. L'entretien n'était pas fini...


    Mouais... Mais ça ne m'explique pas vraiment la situation de la banque tout ça...


    Ensuite, elle m'expliqua enfin les raisons de sa présence, et j'étais curieux d'écouter ce qu'elle aurait à me dire. D'éthique? J'avais bien du mal à le croire. Elle semblait sérieuse, mais cela ne correspondait pas vraiment à ce que j'avais pu remarquer chez les gens en général, et chez les vampires en particulier. Elle me jugea comme étant comme tous les autres, et elle jugea le ministère comme une institution qui la verrait bien à Azkaban. En plus de ça, elle me balança une menace à peine voilée dans la tronche. Je n'étais pas du tout réactif à ce genre de choses, en tous cas pas dans le sens positif du terme. Je faisais un geste de la main comme si j'étais gêné par quelque chose. Ce qui était effectivement le cas.


    Arrêtez un peu votre char, Madame Karjalainen. Soit, je n'apprécie pas particulièrement les vampires. Je ne me base pas sur mes préjugés, mais sur mon expérience. Et le ministère se sentirait plus en sécurité si vous n'étiez pas à vous promener dans les rues. Mais nous savons tous els deux que là n'est pas le problème. Je vous ai vu batailler avec les mangemorts. Pas pour les mettre à terre, ou les neutraliser, mais pour prendre Purity. Nous savons tous les deux que votre curiosité était importante, n'est ce pas? Je vous ai vu le prendre des mains à une mangemorte sous l'impérium. Vous auriez pu la tuer, mais vous préfériez prendre le coffret. Ne me taraudez pas avec une simple curiosité. Il y a quelque chose d'autre... n'est ce pas?
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Dim 23 Mai - 17:52

Décidément, cet homme se montrait peu sympathique ! Etait- ce cela avec tout le monde où seulement dans ce moment particulier du fait qu’il se trouvait en face d’une sanguinaire ? Lacrymosa demeura de marbre à tout les propos de l’auror, même si à l’intérieur d’elle même, une petite flamme commençait à naître… Une petite flamme souhaitant recracher toute sa rancœur au personnage qui lui posaient toute ses questions. La norvégienne ne regrettait pas d’être venue toutefois, cela laisserait sans doute l’opportunité d’ouvrir quelques esprits étroits bien que cela ne serait très certainement pas facile. Une chose la fit rire intérieurement, il lui disait de ne pas se sous-estimer mais la vérité était que c’était tout à fait l’inverse qui était en train de se produire. Il se traitait de vieil homme ! Comment donc ? Si à quarante ans on était déjà vieux, qu’est ce que c’était après alors ? Oui parce que d’après l’aura qu’il dégageait, Ilmatar pu déduire qu’il était au alentour de cette âge… Le choix du mot « fille » fut quelque peu « amusant » . Pendant un bref instant, la vampire fut tenter de s’infiltrer illicitement dans l’esprit de l’auror à l’aide de sa légilimencie pour savoir tout ce qui se tramait dans sa boite crânienne. Jadis, c’était ainsi qu’elle procédait lorsqu’elle se faisait malencontreusement capturé. Ainsi, elle parvenait à déjouer les questions pièges et s’en sortir indemne. Quoi que parfois, il avait fallu recourir à une mission de sauvetage… M’enfin bref ! La souveraine renonça bien vite à cette idée saugrenue en songeant que malgré les questions et le ton sec de l’homme en face d’elle, ce n’était pas un ennemi, et que ce genre de pratique n’avait donc pas lieu d’être. Ah ! Il reconnaissait qu’elle était débrouillarde ! Peut-être un peu plus que les mortels mais cela ne l’avait pas empêcher de se prendre un Doloris de plein fouet par Voldemort ! Alors tout compte fait, elle n’était pas non plus doté de capacité extraordinaire !

- Allons donc ! Le reproche que vous me faite là, je pourrais aisément vous le retourner ! Les vampires sont capable de discerné la puissance magique de chaque individu et je vous affirme purement et simplement, que la votre est supérieur à la mienne ! Et en effet, je vous l’accorde, nul besoin de magie pour me tirer de certaines situations, mais tout les vampires le peuvent… Je ne suis pas le cas particulier… D’ailleurs, je n’ais rien de particulier ! Et pour tout vous dire…

La norvégienne se rapprocha de l’auror, le visage à quelques centimètres à peine de son interlocuteur avant de reprendre, le regard droit dans les yeux :

- Si j’étais aussi habile que vous le laissiez entendre, je ne me serais pas pris le sortilège Doloris dans toute sa puissance par cet individu que vous appelez exagérément le « seigneur des ténèbres »…

Le comment et le pourquoi, elle ne l’avait pas spécifier, mais qu’importe, rien que l’évocation de se souvenir la faisait presque à nouveau flamber de colère. Elle avait bien envie de lui faire payer cet outrage mais le problème était bien là, comment berner une personne aussi puissante ? Oh bien sûr, Ilmatar avait déjà réussit à neutraliser des adversaires plus imposant qu’elle par le passé mais justement, c’était une autre époque… Les temps avaient changé et les gens bien qu’inchangé dans l’ensemble général, avaient tout de même une autre façon de raisonner. Qui plus est, ce Voldemort ne devait sans doute pas être un benêt. S’écartant doucement, et déviant son attention vers un coin de la pièce qui n’avait rien de véritablement passionnant, elle ajouta d’un ton calme :

- Pour l’information puisque cela vous intéresse, je comptabilise 802 ans de vie pour le moment… Plus que 198 ans à tenir…

Cette dernière phrase avait été dite dans un murmure à peine audible tandis qu’elle tournait en rond dans la pièce minuscule. En tout cas, le ton qu’elle avait employer tout à l’heure au sujet de son argent avait fort déplu à Maugrey ! Tant pis… Il ne fallait pas non plus entrer trop dans le détail avec elle… Ah les interrogatoires, elle n’avait jamais apprécier ! L’auror semblait bien décider à ne pas se laisser marcher sur les pieds de la sorte, si bien qu’il effleurait l’insolence envers la souveraine. Evidemment, il ignorait son statue dans la société vampirique et ne pouvait donc pas lui attribuer les règles de bienséances et c’était donc pardonnable. La vampire ne chercha d’ailleurs même pas à l’insinuer car cela pourrait sans doute paraître orgueilleux de sa part. Défaut qui pourtant n’était pas sensé apparaître dans son comportement. De ce fait, elle contint son esprit belliqueux qui aurait foudroyer une personne ordinaire, tel que Ciella Alexiel Dante avait eu presque l’occasion de se prendre à la figure. C’est avec une sérénité déconcertante qu’elle poursuivit :

- Ne vous mettez pas en colère enfin… Bien sûr que c’est vous qui posez les questions, mais ne vous attendez pas à obtenir des réponses à chaque fois… Donc, je ne vous dirais toujours pas le montant que j’ai transféré mais sachez que c’est uniquement pour prolonger mes vacances… Rien de bien méchant en soit… Et je ne vois d’aucune façon en quoi cela pourrait avoir un lien avec les mangemorts. Parce qu’ils se moquent un peu je pense du compte en banque ! Ceux qu’ils recherchent, ce sont des fidèles pour exécuter les plans de leur maître…

Les dires de l’Auror qui suivirent ne manquèrent pas de l’amuser tout d’abord, et de l’irriter ensuite. Non mais quoi encore ? Il était en train d’insinuer qu’elle jouait la carte d’un troisième clan ? En soit, ce n’était pas totalement stupide comme résonnement mais si elle s’était opposé aux mangemorts ce jour là, ce n’était pas pour s’approprier le coffre Purity pour son compte ! D’autant plus qu’elle ignorait son contenu et qu’une chose pareil ne valait pas la peine de se l’approprier dans la mesure où l’on ne savait pas à quoi cela pouvait bien servir et comment cela fonctionnait. Pourquoi elle n’avait pas tuer la mangemorte ? Tiens… Bonne question que celle-ci ! Pourquoi ne l’avait-elle pas fait ? Là, de toute évidence, ce n’était pas une question d’éthique. Elle lui aurait bien régler son compte à celle là !

- Que j’arrête mon char ? Non, désolé mais je préfère les calèches… Répondit-elle pour le taquiner.

Il ne fallait peut-être pas le provoquer davantage mais elle ne faisait pas cela dans le but de le prendre pour un imbécile ou le tourner en bourrique. Mais à tout les coup, c’était comme ça qu’il allait le prendre, même avec le petit sourire complice qu’afficha la vampire…

- Vous dites que vous ne vous basez pas sur des préjugés, mais alors votre expérience en matière de vampire fut bien désastreuse à ce que je vois… C’est bien dommage… Et vous n’envisager donc pas la possible éventualité de connaître une expérimentation plus favorable ? Tout les vampires ne sont pas des sauvages, je me tue à vous le répéter ! Le ministère se sentirait plus en sécurité si je n’étais pas en liberté, dites vous ? Il ne me semble pas avoir été impliquer dans une affaire douteuse à l’encontre de celui ci pourtant… Et que conteriez vous donc faire de moi ? Pour revenir au sujet de la banque… Vous insinuez que je voulais prendre Purity n’est-ce pas ? Le prendre des mains de la voleuse, oui, mais pour ensuite le rendre à son propriétaire, et nullement me l’accaparé ! Et même si je pense que vous êtes peux enclin à voir la vérité sortir de la bouche d’une morte-vivante, je peux vous assurer que cela existe bel et bien… J’étais curieuse de savoir ce que cette chose contenait, c’est vrai mais je ne l’aurais jamais ouverte, et si nous aurions stopper les mangemorts, je vous aurais posé la question… Par conséquent, ignorant tout de cette chose, je ne vois pas comment j’aurais pu en user à des fins personnelles ! Je suis vraiment désolé de ne pas avoir quelques anecdotes croustillantes selon lesquelles j’aurais un désire de pouvoir incommensurable et que je souhaiterais dominer le monde, et plus délicieux encore, je saliverais sans limites si je parvenais à faire courber Lord Voldemort devant moi, et bla bla bla…

Elle fit une pause après sa longue tirade, observant la réaction de Maugrey. Allait-il encore le prendre mal ? D’un certain point de vue, elle comprenait son attitude, après tout, elle était un peu du même ordre, même si là, elle se faisait un peu violence pour ne pas se montrer fort désagréable. Avec un soupçon d’amertume dans la voix, Lacrymosa reprit :

- Je ne suis pas quelqu’un de cupide, ou qui tue pour le bon plaisir M. Maugrey… J’ai œuvrer pour le mal, il fut un temps c’est vrai, et malgré le temps qui passe, mon esprit de carnage ne s’est pas envolé pour autant. A la seul différence près, que je le déverse sur mes ennemis uniquement désormais. Je ne pense pas que d’une quelconque manière qu’il soit je puisse expier mes fautes, et ce n’ait pas ce que je recherche car je ne vis pas dans le remords de mes actes passés. Je reconnaît mes erreurs, mais je ne souhaite pas de les éponger comme si rien de tout cela ne s’était produit. C’est passé, et maintenant, j’assume… Et puis, c’est la parole du faible que de dire qu’il « voudrait retourner en arrière pour éviter ses crimes »… Socrate disait que nul ne commet le mal volontairement… Je pense qu’il n’avait pas tout à fait raison en disant cela… Mais qu’importe ! A vous d’en convenir maintenant si j’ai le profil parfait pour une allée simple à Azkaban. Après tout, c’est certainement ce que le ministre souhaite non ? D’ailleurs, pourquoi avoir pris cet air gêné tout à l’heure lorsque je vous en ais parler ?
Ministère↯  Protecteur en chef
avatar



Nombre de messages : 163
Date d'inscription : 10/08/2009




Alastor Maugrey

Ministère
Protecteur en chef


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour ::
Bonus: + 04
MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Lun 31 Mai - 19:35

    J'étais plus que certain que la situation commençait à tourner au ridicule. On était tout bêtement en train de se chamailler sur le degrés de puissance de l'autre. Totalement inutile et puéril. En plus de ça, cette discussion nous faisait totalement tourner en rond et nous ne produisions absolument plus rien de constructif pour l'enquête. Franchement, qu'est ce que ça pouvait faire que l'un ou l'autre soyons plus puissants, plus habiles ou que sais je encore? C'était pas ce qui allait me permettre d'attraper Voldemort et tous ces mangemorts. Bien entendu, j'étais motivé à faire mon boulot et bien plus encore, mais les éléments en ma possession se résumaient malheureusement à pas grand chose. Rien de suffisant en tous cas, et rien qui me permette de serrer le plus grand mage noir de tous les temps. A vrai dire, je commençais clairement à douter de la capacité de la vampire à m'apporter son concours. J'étais totalement ébahit par les fausses espérances que j'avais pu nourrir de cette piste. J'avais fait ce que javais pu, bien sûr, mais il semblait bien que ça ne suffirait pas. Bien sûr, je pouvais toujours rectifier le tir, mais comment? Je ne m'étais jamais autant sentit désespérement seul de toute ma vie. Pas que la proximité des gens m'apportait quoi que ce soit, c'était juste que j'avais l'impression d'être seul contre tous. Bien entendu, y'avait toujours Dumbledore et les gamins, mais je savais mieux que jamais que cela ne suffirait pas. Et même pas à moitié. Tout ce qu'on arriverait avec l'Ordre si on en restait là, c'était à accroître encore un peu plus le nombre de cadavres. Je reportais mon attention sur la vampire, qui semblait vouloir défendre son point de vue avec force. Je soupirais sans faire preuve de la moindre discrétion. On allait pas se battre pour des queues de cerise quand même, si?


    Nan mais sérieusement, on s'en fiche de qui est supérieur à qui, là n'est pas le fond de la question qui nous préoccupe, pas vrai?


    Je la regardais les yeux dans les yeux, je soutenais son regard sans ciller le moins du monde.


    Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom n'est pas quelqu'un à prendre à la légère. Ce monstre est capable de tout, et surtout du pire. Il a vaincu tous les sorciers qui se sont opposés à lui depuis des années, du plus puissant au plus inexpérimenté. Ceux qu'il n'a pas tué de sa main, il les a corrompu. Individuellement, personne ne peut rien contre lui.


    Daignant enfin me répondre, la suceuse de sang m'avoua avoir vécu un peu plus de huit siècles. Je dus m'y reprendre à deux fois pour ne pas montrer ma surprise. C'était la première fois pour moi que je me retrouvais avec une créature aussi ancienne. Même les dragons que j'avais pu rencontrer dans ma vie étaient loin d'être aussi vieux que ça, alors qu'ils avaient la réputation de vieillir littéralement au ralenti. Je sifflais pour montrer que j'étais impressionné. Si cela pouvait calmer un peu la fille décatie...


    Le prenez pas mal, mais je pensais pas que quoi que ce soit puisse vivre aussi longtemps en ce monde. Même si on parle de votre immortalité, je pensais que quelqu'un, un rival, vous tue quand vous devenez trop vieux.


    Je remarquais également que la vampire semblait se faire violence pour reprendre un peu de contrôle sur elle même et sur la conversation. Je ne pouvais pas lui en vouloir, moi même j'avais envie que les choses se calment suffisamment pour pouvoir enfin avancer. Ben oui, n'oubliez pas que j'avais l'impression de perdre un peu mon temps du point de vue de l'enquête, et je ne serais pas contre quelques véritables infos. Elle concéda donc son rôle et le mien dans cette enquête, et je voyais cela comme un premier signe bienvenu de coopération. Tant mieux, si elle se décidait à se la jouer un peu moins bourrique. Elle me dit par contre que je n'aurais pas toutes les infos que j'avais réclamé. Bien sûr, je m'en serais douté. Au moins, elle m'avouait tout de suite la donne, ce qui n'était pas plus mal. Ca m'éviterait de me faire trop d'illusions sur la suite des évènements. Elle ne me donnait pas donc le montant, mais je notais néanmoins que le but de cette vampire était de rester dans le secteur. Je mémorisais l'info, car cela pouvait toujours resservir. Ainsi donc, elle n'était pas suelement de passage, ce qui n'était pas plus mal bien sûr. Mais elle se trompait néanmoins sur ce qu'elle me dit ensuite. Non, les mangemorts ne faisaient pas que chercher des fidèles; nous savions avec certitude que le Seigneur des Ténèbres préférait avant tout un petit nombre, un coeur d'individus loyaux qui pourraient le servir avec acharnement. Le nombre implique des trahisons, et le mage noir les avait en horreur. Néanmoins, je ne partageais pas mes informations avec cette civile. Cela serait particulièrement contre-productif. Quand la vampire me fit sa petite blague, je faillais me taper le front. Mais je me retenais. Inutile de créer un incident diplomatique.


    Pourrions nous reprendre, s'il vous plait?


    J'arrivais même à être poli. Ca, c'était du changement. En plus de vingt années de services, je ne l'avais été que rarement avec des témoins ou des indics', et c'était une des premières. Mais n'allons pas en faire une généralité voulez vous? Quelque fois que je devienne franchement désagréable après ça. Ensuite, elle se fit l'avocate de la cause des suceurs de sang du monde entier. J'avais envie de froncer les sourcils, mais je me retins. Une autre grande première. A croire qu'au contact des gens, je commençais à me civiliser un peu... Ouais, ben n'allez pas trop espérer non plus, hein!Elle me lança encore plusieurs questions, et j'eus un petit sourire en coin. Ne venait elle pas de dire quelques instants plus tôt que c'était bien à moi de poser les questions? Ah les femmes, toutes les mêmes. Y compris les vampires, qui ne dérogeaient pas à la règle. Toutes... Bizarres! Voilà pourquoi je ne m'étais jamais engagé. Nous étions deux espèces trop différentes. Ensuite, la vampire se fit vachement plus suspicieuse. Apparemment, j'avais touché une corde sensible. Je pensais avoir mis un doigt sur le noeud du problème. Elle n'avait peut être pas prémédité son geste, mais j'étais convaincu qu'elle avait pensé à l'éventualité de s'emparer de cette source de pouvoir.


    Je n'envisage rien du tout, je travaille sur ce que je constate, point. La seule affaire douteuse dont vous pouvez vous targuer pour le moment, c'est Gringotts. Nous ne vous considérons pas comme suspecte mais je pense que nous sommes terriblement loin d'avoir fait la lumière sur toute cette affaire. Très honnêtement, je ne pense pas que vous puissiez me croire assez dupe ou naïf pour imaginer que je vais gober tranquillement le fait que vous avez très bien pensé à utiliser Purity... Après tout, si le Seigneur des Ténèbres désire cette chose, pourquoi ne pas se l'accaparer? Tout le monde aurait pensé à ce genre de chose.


    La vampire me parla ensuite de son repentir. Très honnêtement, je ne me sentais pas convaincu. Pour moi, les vieilles habitudes ont la vie dure voyez vous, et je savais fort bien que je ne pourrais jamais considérer un criminel comme quelqu'un de charitable, ou de totalement blanc comme neige. Pour moi, l'innocence se perd une fois et ne peut jamais être récupérée, quoiqu'on fasse par la suite. Un coupable et un criminel le reste toute sa vie, et il ne peut exister nulle rédemption à mes yeux. En tous cas, elle m'avouait ni plus ni moins tous ses crimes. Mon instinct d'agent de l'ordre m'intimait de tout de suite lui passer les bracelets magiques. Mais mon instinct d'enquêteur me murmurait de ne rien faire pour l'instant.


    Je n'ai pas pris d'air gêné. Je ne suis pas là pour vous juger, même si je n'ai pas besoin de vous pousser pour que vous confessiez vos fautes. Je suis là clairement pour identifier les mangemorts à Azkaban et retrouver toutes les pièces du puzzle. Donc vous maintenez n'avoir aucune connaissance des activités des mangemorts? Vous n'avez donc jamais été en contact avec eux?
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Dim 6 Juin - 11:51

L'auror soupira face aux propos de la vampire sur les différends magiques qu'ils possédaient, et ce qu'il dit ensuite, Ilmatar ne put qu'accorder qu'il avait raison. Après tout pourquoi s'entêter là dessus ? Ou était donc l'importance de cette chose face au problème actuel ? C'était certain que cela n'allait pas aider Alastor à capturer les espèces d'assassin complètement dégénéré qui se trouvaient au dehors. Il fallait des informations concrètes et utiles... Mais le problème était là : elle n'en avait pas à lui fournir malgré le fait qu'elle aurait bien voulu l'aider. Ou tout au moins, elle en avaient très peu. Trop peu... Comment pourrait-elle en obtenir davantage ? Car tout compte fait, elle ignorait encore plus de choses au sujet des mangemorts que l'auror lui-même. Pourtant, sa condition de créature de la nuit faisait d'elle quelqu'un de tout indiqué pour soutirer des informations du côté obscur sans éveiller le moindre soupçon. Un nouveau petit travail d'espion ? Après tout, elle s'en était rendu maître... Le regard perdu dans le vide, la souveraine eut un faible sourire. Elément assez rarissime d'autant plus qu'il était sincère pour une fois, et non artificiel.

- Vous avez parfaitement raison... On s'en contre-fiche de savoir qui est supérieur à qui... En attendant, ça ne règle pas le problème des mangemorts...

Lacrymosa nota que l'auror la fixait droit dans les yeux, sans éprouver la moindre gène lorsqu'il poursuivit son discours. Voilà qui était surprenant. Rare étaient les personnes qui osaient affronter ainsi son regard de glace pendant plus de trois minutes. Décidément, cet homme avait des nerfs d'acier et avaient déjà du combattre bien des choses pour être aussi assuré. C'était sûrement le meilleur élément du ministère, et pourtant, il se faisait injurier de fou qui devait sérieusement songer à prendre sa retraite. Maugrey la mettait en garde contre Voldemort mais c'était parfaitement inutile. Elle savait bien de quoi était capable cet homme, si toutefois on pouvait encore le qualifier de tel. Pour tout ce qu'on lui avait rapporter, et de source sûr, elle connaissait l'essentiel de ses méfaits. Les derniers mots raisonnèrent dans son esprit "Individuellement, personne ne peut rien contre lui"... Non c'était vrai, aucun sorcier ou créature magique n'égalait son niveau. A moins que...

- Je crains que vous ayez tord pour ce coup là M. Maugrey... Il me semble qu'il existe encore un sorcier capable de rivaliser avec lui... Albus Dumbledore...

Albus Dumbledore... L'un des plus grands lui aussi... Ilmatar ne l'avait jamais rencontré, mais par ses exploits, elle respectait cet homme. La vampire demeura parfaitement impassible lorsqu'Alastor, surprit par l'âge avancé qu'elle avait, se mit à siffler. Alors quoi ? Etait-ce donc la première fois qu'il rencontrait une créature aussi ancienne ? Quoi que en y réfléchissant bien, il était vrai que c'était déjà un âge remarquable en étant vampire. Car leur race était souvent poursuivit et traquer par des sorciers, comme par des moldus à travers le monde, et donc, s'il arrivait déjà à leur 300eme anniversaire, c'était une prouesse. Un rival qui les tueraient lorsque trop vieux ? Oh ! Pour certains peuples sans doute, mais pas dans les pays scandinaves en tout cas... Là bas, les aînés avaient le respect de tous et était incontestablement les plus puissant.

- Je comprends votre surprise, Monsieur mais sachez que c'est chose qui tient du prodige pour un vampire de vivre aussi longtemps car en effet, on finit forcément par trépasser de la main de quelqu'un mais, certainement pas d'un autre vampire. Ou en tout cas, il n'en est pas ainsi chez moi. En vérité, ce sont les sorciers et moldus d'autres pays qui nous en veulent particulièrement. Mais ceci n'a pas d'importance.... Vous voulez des informations susceptibles de vous servir que je sache... Alors... Vous en aurez... Ou tout au moins, le peu que j'en sais...

Mais avant toute chose, il fallait vraiment rectifier un truck. Pourquoi l'auror s'entêtait-il à imaginer qu'elle convoitait "Purity" ? Mais mince alors, ou était l'intérêt de posséder quelque chose dont on ignorait totalement le contenu et l'utilité ? S'il existait des gens raisonnant de la sorte, cela faisait nul doute qu'ils étaient atteint par la folie ! C'est avec un air parfaitement sérieux qu'on lui connaissait si bien, que la norvégienne reprit fermement :

- Ecoutez moi bien... Je ne vois vraiment pas ce que j'aurais pu faire avec "Purity", alors je ne comprends pas pourquoi vous vous obstinez à chercher la petite bête à ce niveau là... Je ne suis pas une assoiffé de pouvoir ! J'en dispose d'assez pour bien me dispenser de cette chose dont j'ignore tout si ce n'est le nom... Je ne suis pas là pour dominer le monde, exterminer les moldus, ou je ne sais quel autre joyeuseté du même genre... Donc, nous en venons à la conclusion que "non, tout le monde n'aurait pas pensé la même chose..." Enfin, après croyez ce que vous voulez, je ne peux vous obliger à adhérer à ma position mais le principal est que je sais ce que je dis... Voilà tout...

Question fatidique qui se posa ensuite. A vrai dire, sa faisait un moment qu'elle attendait qu'elle arrive celle ci ! Alors ? Avait-elle eu des contacts avec les mangemorts ? A cela, Ilmatar étouffa un rire diabolique. Elle se souvenait très bien de ces deux mangemorts qui était venu lui rendre visite un soir dans le but de la rallier à Voldemort. Et parmi eux, une jeunette sans la moindre expérience. Drôle de choix tout de même pour un évènement diplomatique de la sorte, m'enfin bon... Comment s'appelaient-ils déjà ? Ah le nom du garçon, elle s'en souvenait très bien, un certain Liam Spencer, en revanche l'autre, elle n'arrivait plus à se le remémorer. Bah, cela reviendrait après... Ainsi donc, elle connaissait l'identité de deux mangemorts...

- Si j'ai déjà eu des contacts ? Enfin... Si vous connaissez la réponse, pourquoi posez vous la question ? Vous n'imaginiez pas une minute que Voldemort se serait dispenser de me contacter afin que je rejoigne ses rangs qui n'attendent que moi pour le hisser encore plus vite au sommet. Il n'est pas dupe, il sait très bien que ma venu dans son cercle de fidèle lui serait hautement bénéfique. Et je dis cela sans vouloir me vanter le moins du monde. Cela, par ma puissance, mon expérience et mes relations...
Ministère↯  Protecteur en chef
avatar



Nombre de messages : 163
Date d'inscription : 10/08/2009




Alastor Maugrey

Ministère
Protecteur en chef


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour ::
Bonus: + 04
MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Mer 30 Juin - 21:53

    je n'étais pas tout à fait certain de goûter aux paroles de la vampire; Ses paroles me provoquaient, et sa seule présence m'insupportait. Pourtant, je ne pouvais décemment pas m'amuser à jouer à la fine bouche. Les dossiers avaient tendance à s'empiler sur nos bureaux, malgré notre acharnement au travail. Les dossiers traitant des mangemorts étaient ceux qui avançaient le moins vite. Ces fumiers semblaient bien capables de nous surpasser dans le domaine de la furtivité. Ils étaient relativement peu nombreux, mais ils semblaient à chaque fois mieux renseignés que nous sur ce qu'il se passait. Bien sûr, nous obtenions des informations. Mais tout savoir ou presque sur ceux que nous traquions ne suffisait pas toujours à les arrêter. Bien sûr, il me semblait important de rassembler tout ce que nous pouvions apprendre sur les mangemorts, mais il était clair à mes yeux que la protection qu'accordait lord Voldemort à ses hommes de mains était telle que nous n'avions pas grande chance de les attraper, sauf si ceux ci se mettaient à avancer à visage découvert dans une nouvelle escarmouche, ou une autre bataille rangée. Paradoxalement, c'était le genre d'évènement que nous essayions d'éviter à tout prix, pour éviter un deuxième Gringotts, mais je savais au fond de moi même que nous n'avions que peu de chances de capturer ou de tuer l'ennemi en dehors de telles actions. Ce n'était pas fort évident. La vampire convint à ce que je lui disais.


    Continuons de faire preuve de bon sens, voulez vous. Sinon, cette discussion ne nous mènerait à rien.


    J'haussais les épaules, alors que la suceuse de sang en puissance me disait qu'un homme était encore capable d'en remontrer au Seigneur des ténèbres. Je n'étais pas convaincu que Dumbledore soit capable de l'arrêter. Je ne doutais pas des capacités du directeur, ça non! Je savais très bien que le vieil homme avait suffisamment d'expérience derrière lui pour en remontrer à nombre de mages noirs, et peut être même à Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom. Mais je n'en étais pas certain. Après tout, j'avais plus d'information sur la situation que la personne en face de moi. Le Seigneur des Ténèbres disposait après tout de la terrible puissance de Purity. Un pouvoir si terrible, que le mage noir disposait d'un moyen de tuer beaucoup de gens de façon aussi rapide qu'horrible. Cette seule pensée me donna un frisson que je réprimais à grand peine. Qui plus est, Dumbledore disposait d'une fibre morale et d'un sens des valeurs si poussé que cela m'étonnerait que le directeur de Poudlard soit réellement capable de faire ce qui était nécéssaire.


    Je n'en suis pas certain. Le mage noir dont nous parlons est l'individu le plus dangereux foulant notre sol, soyez en certaine. C'est pourquoi nous ne l'avons pas encore arrêté, et que nous requérons votre aide et vos informations


    Parce que des informations, la vampire n'en manquait surement pas. Elle me raconta et semblait vouloir s'expliquer sur son âge, mais je ne prenais pas vraiment garde à ses paroles en elles mêmes. Je n'avais pas envie de débattre d'éthique vampirique avec une de leurs plus anciennes représentantes. J'étais là pour recueillir des choses utiles pour l'enquête, et je commençais à sentir que tout cet entretien allait me mener à rien du tout, en fait. Ce n'était pas vraiment une déception, et je savais que je pouvais encore essayer de tirer mon épingle du jeu. La vampire se défendit avec véhémence en ce qui concernait Purity. De toute évidence, elle n'aimait pas beaucoup être prise à partit de cette façon. Tant pis pour elle si je froissais sa susceptibilité; je n'allais pas m'embarasser en prenant des gants alors que j'avais tout un tas de choses urgentes à faire et à gérer. Mais son plaidoyer me semblait convaincant. Elle n'avait pas été là pour Purity; mon instinct semblait me le confirmer. Bien sûr, je n'écartais pas tout à fait cette hypothèse, mais je la casais plutôt dans al colonne « peu probable ». Je me sentais légèrement soulagé qu'un monstre dans son genre n'avait pas eu vent de la puissance de l'artefact.


    Il paraît en effet logique que votre but ne soit pas de massacrer tout le monde. Après tout, vous devez bien vous nourrir...


    Oui, j'aimais me comporter en véritable connard antipathique. Cette fille là ne m'inspirait aucune confiance, alors je ne lui faisais aucun cadeau durant cet entretien. N'empêche que mon hypothèse se tenait; pourquoi cette vampire exterminerait elle sa propre nourriture? Un sentiment de triomphe m'étreignit le coeur alors que je me rendais compte que la vampire avait bel et bien été approchée par l'ennemi. Je savais que je touchais au but, et elle même ne fit aucun effort pour se retenir. Mentait elle ou coopérait elle pleinement, en tout état de conscience? J'optais pour la deuxième solution. S'ensuivit quelques longues secondes durant lesquelles elle m'exposa les raisons qui avaient poussé les mangemorts à l'approcher. Pures vantardises, mais je me taisais et la laissais finir.


    Je prends ça pour un oui. Et j'en conclus que vous avez refusé leur offre, sinon vous ne les auriez pas combattus à gringotts... J'ai besoin de savoir très précisément quels étaient les termes de cette offre qui vous a été faite, tout comme j'aurais besoin de savoir si vous avez rencontré le mage noir en personne, ou un de ces laquais. A quel endroit cela s'est il passé? En présence de qui? Comment cela s'est il passé?
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Jeu 8 Juil - 17:22

La vampire demeurait parfaitement impassible. Se demandant de plus en plus si le fait de s'être dérangé jusqu'ici n'était tout simplement pas une perte de temps et en prime, un matraquage de questions à la figure auxquelles elle ne pouvait véritablement apporté de réponse. A la place, elle aurait mieux fait de rester avec ses fidèles sujets à élaborer une petite embuscade de moldus pour se nourrir de leur sang. Cela devenait presque urgent d'ailleurs, la faim se faisait légèrement sentir et lorsque cela survenait, les vampires pouvaient devenir particulièrement incontrôlable. Et Ilmatar n'échappait pas à la règles malgré sa placidité légendaire. Pendant un bref instant, Lacrymosa avait l'esprit entièrement tourné vers ce petit besoin, tandis que les paroles d'Alastor Maugrey résonnait simplement en bruit de fond. Son regard vide et inexpressif témoignait bien de son manque d'attention jusqu'à ce que la norvégienne sorte de son état hibernal par la remarque que fit l'auror en ce qui concernait Albus Dumbledore. Alors il doutait de lui ? Il doutait des capacités du vieil homme quant à mettre fin au chaos que produisait les mangemorts partout où ils mettaient les pieds ? Voilà qui était plutôt fâcheux... Mais de toute évidence, Maugrey connaissait probablement mieux qu'elle le professeur. Ilmatar ne le connaissait que de nom et pour ses exploits mais ne l'avait jamais rencontré, ni même correspondu avec. Une nouvelle question s'imposa alors : Si Dumbledore ne le pouvait, qui d'autre aurait la possibilité de le faire ? Dans ce cas, le combat était perdu d'avance pour ceux se trouvant du "bon côté" comme ils appelaient ça. Mais après tout, s'il n'y avait pas de solution, c'est qu'il n'y avait pas de problème n'est-ce pas ? Et si c'était le ministère, le "mal" ? Et si Voldemort était tout compte fait, le libérateur de ce régime qui faisait oppression sur les créatures magiques à intelligence égal voire supérieur à celle des humains ? Bon d'accord, il était très peu réputer pour sa gentillesse avec ses partisans mais c'est vrai qu'il ne fallait pas toujours être sentimentaux pour mener à bien une mission ou une idée. Ilmatar ne le savait que trop bien. Il fallait se montrer ferme, sans toutefois oublier d'être à l'écoute de ses sujets. Enfin bref... Tout ça pour dire, que la vampire était de moins en moins convaincu de la place qu'elle occupait actuellement. En d'autre terme, elle ne voyait vraiment pas comment la logique voulait qu'elle soit derrière un bureau d'auror à se faire questionner sur les mangemorts et ainsi donc aider le ministère. A cette place, elle se sentait limite une traître à son espèce. Comme un sorcier pouvait être traître à son sang en allant s'acoquiner avec une sang-de-bourbe qu'ils appellent ça... L'espace d'un moment, Ilmatar eut le désir de se jeter sur l'auror... De le faire taire... De lui faire payer aussi pour tout les vampires qu'ils avaient dû assassiner sans le moindre scrupules... Car de toute évidence ce serait un menteur s'il se défendait de n'avoir jamais mis à mort l'une de ces créatures de la nuit. Même si Maugrey sortait du lot ordinaire des imbéciles du ministère, il n'en demeurait pas moins qu'il travaillait pour ce dernier. Repoussant l'envie soudaine qui s'était emparé d'elle, la vampire se refocalisa sur l'interrogatoire et répondit d'un ton parfaitement neutre :

- Si comme vous le laisser entendre, Dumbledore est incapable de stopper la progression du plus grand mage noir d'Angleterre, qui selon vous pourrait en finir ? Vous et moi sommes encore bien plus inapte dans cette tâche !

Non mais que s'imaginait-il donc ? Peut-être souhaitait-il qu'elle s'allie avec le quartier des aurors pour monter une embuscade et prendre à partie le mage noir en personne, qui terrorisait le pays ? Ilmatar n'avait aucune intention de se confronter à lui de quelques manières que ce soit. Non pas par crainte, mais parce qu'elle n'avait déjà normalement rien avoir à faire avec les histoires politiques et terroriste qui se déroulaient ici. Au départ, c'était de simples vacances et voilà qu'elle se retrouvait au milieu d'un conflit ! Décidément ! En vérité, si elle faisait quelque chose, ce serait simplement pour s'amuser et non par réel sérieux. A vrai dire, elle n'avait jamais vraiment aimé l'Angleterre et voir celle-ci se traîner dans un bourbier pareil alors que les pays scandinaves vivaient en parfaite symbiose la ravissait. Alors pourquoi ne pas en remettre une couche ? Pour semer la zizanie, la norvégienne était particulièrement forte... Le petit commentaire qu'Alastor lui délivra lui manqua de la faire sauter de sa chaise pour lui coller une droite en pleine face, et venant d'un vampire, croyez moi ça fait mal... Ses yeux virèrent soudainement aux bleu vifs, alors que ses deux canines s'allongèrent...

- Si vous pensez que je vais continuer à coopérer avec vos commentaires désobligeantes, vous vous mettez le doigt dans l'œil jusqu'à l'omoplate mon cher ! Cracha t-elle. Vous ne savez rien de la situation vampirique à l'heure actuelle et si ce n'est ce que le peuple en raconte ! Par conséquent, évitez de parler de ce que vous ignorez ! Aucun mortel ne sait ce que signifie être vampire dans sa véracité !

Puis, reprenant contenance et son visage naturel, elle se re-détendit. Nul doute que Lacrymosa était quelque peu soupe au lait. Et voilà que les questions intéressantes venaient enfin... Elle allait pouvoir enfin donner des informations concrètes, mais pas trop quand même... Après ses petits pics désastreux il devrait se contenter que de certaines choses au lieu de la totalité.

- J'ai pour le moment en effet refuser leur offre... Rétorqua Ilmatar, laissant bien sous entendre qu'elle pourrait changer d'avis, juste histoire de le faire un peu cogiter et peut-être aussi pour voir s'il allait mieux se comporter afin d'éviter de perdre une alliée éventuelle. Lors de cette approche rien de véritablement concret n'a été décidé... Evidemment lorsque je m'allie à quelqu'un, un compromis doit être établie ! Je ne tient pas à ce que cela ne marche que dans un sens... Mais la discutions fut plutôt courte il faut l'admettre et rien n'a véritablement été exposé. Ce sont deux de ses partisans qui sont venu me demander audience, ce qui déjà est un gros mauvais point, évidemment... Quant une offre de cette ampleur est de mise, j'aime bien que cela soit discuter de chef à chef...

Elle stoppa cours, se rendant compte qu'elle venait de donner un indice non négligeable sur son statue. Mais peut-être que l'auror ne ferait pas attention à cela, et l'espérait-elle. Sinon ce serait encore une nouvelle source d'interrogation ou d'angoisse ou autre. Reprenant le fil de la conversation comme si de rien n'était, elle poursuivit son récit :

- Il y avait donc une femme et un homme, mais ne me demandez pas leur nom ni leur apparence, je ne saurais vous répondre... Ils ne me l'ont pas communiquer et ils étaient masqué comme il fallait s'y attendre... Mentit-elle, histoire de se venger de la remarque cinglante quelques minutes plus tôt. J'ajouterais seulement ceci, l'homme parlait bien peu et la femme était bien jeune provenant d'une grande famille comme elle s'est si bien complait à le souligner... Ce petit entrevu, puisque vous tenez à tout savoir, s'est déroulé à l'intérieur d'une maison abandonnée dans un petit village moldus non loin de Londres si je me souviens bien... En fait le lieu n'a rien de significatif... Et donc, ils sont venu me proposer de rejoindre les rangs de leur maître mais je me suis sentit obliger de refuser vous voyez... Je n'aime pas les prétentieuse... En gros, je ne me suis pas privée de lui balancer quelques remarques bien trempé et autant dire qu'elle n'aurait rien pu tenter à mon encontre, je n'étais que trop bien entouré... Si je l'avais souhaité, ce soir là, elle ne serait plus... Elle et celui que l'on aurait pu qualifier de "garde du corps"...

Ilmatar en avait déjà bien dit et elle en était parfaitement consciente. Evidemment, elle ne s'était pas donné la peine dissimulé le fait que ce refus n'était que provisoire et qu'elle pouvait très bien à un moment donné revoir la question. Ceci n'inciterait pas la confiance de l'auror de toute évidence mais vue comme c'était partie, il ne lui aurait sans doute jamais attribué. Alors pourquoi chercher ? Ce qu'elle voulait montrer, c'était que la personne qu'il avait en face de lui pouvait aussi bien être sa futur alliée, que sa futur ennemie...
Ministère↯  Protecteur en chef
avatar



Nombre de messages : 163
Date d'inscription : 10/08/2009




Alastor Maugrey

Ministère
Protecteur en chef


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour ::
Bonus: + 04
MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Jeu 15 Juil - 21:11

    Si les choses continuaient d'évoluer en ce sens, j'étais convaincu que je ne tirerais rien d'intéressant de la part de cette vampire. J'étais de plus en plus convaincu que mes préjugés et mon expérience passée des vampires continuait de me montrer que je ne pouvais pas leur faire confiance, et que je ne pouvais rien tirer d'eux. Cependant, j'étais à mon tour convaincu d'avoir fait une erreur. Jamais je n'aurais dû parler de Dumbledore devant cette créature surnaturelle étrangère. J'avais montré nos divergences de point de vue au grand jour, et qui saurait lire entre les lignes pourrait avoir envie de creuser cette histoire un peu plus profondément. Cette pensée me fit me sentir encore un peu plus à cran, et déesepérément dépourvu de patience vis à vis de la vampire. Elle et ses grands airs, j'avais envie de les lui faire avaler. Bien sûr, cela serait sans aucun doute très mal perçu, et par ma hiérarchie en train de me faire subir une terrible crise de confiance, mais aussi par toutes les créatures surnaturelles, qui passaient bien entendu leur temps à chercher des poux au ministère. Alors vous imaginez, vous, qu'un employé du dit ministère file sa rouste à la reine des vampires d'un pays scandinave? Non, même si je me sentais à bout de nerf et à bout de patience, ce n'était assurément pas le moment de créer un incident diplomatique. Trop de choses étaient en jeu; je ne voulais pas que les vampires et les loups garous et tous les autres puissent croire ne serait ce qu'une seconde qu'ils seraient mieux traités avec Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom (putain, c'est long à écrire au clavier xD!). M'bref, vous aurez compris... J'étais condamné à être poli! Damned... Je fixais la vampire d'un regard sombre. Je n'étais pas son ami pour autant, même si je devais être poli, pas vrai?


    Parlez pour vous. Je suis parfaitement capable avec mes collègues de gérer la situation. Nous avons déjà tué un mangemort, je vous le rappelle. De Caprily, celui qui vous a échappé au fond de la banque.


    Je dis pas que c'est juste, mais ça soulage. Le fait était qu'elle avait raison; je défendais ma position en toute mauvaise foi et nous en étions tous deux conscients. Mais je ne pouvais pas me résoudre à lui avouer qu'elle avait raison. En fait, depuis que le Seigneur des Ténèbres s'était emparé de Purity, je ne voyais plus grand chose pour l'opposer. Et plus beaucoup de monde. Ce n'étaient pas les gamins de Dumbledore qui pourraient changer quoi que ce soit à la donne. Si des aurors surentraînés n'étaient pas capables de s'occuper des mages noirs circulant dans le pays, que pourraient faire quelques ados contre eux? Ils avaient déjà montré leurs limites à la banque, eux aussi. Une d'entre eux avait été durement touchée, Mc Pherson je crois. Potter avait été touché aussi, et tous avait eu beaucoup de chance d'en réchapper. La vampire me sortit de mes pensées d'un bond, et ma main glissa machinalement dans ma poche, pour trouver le contact rassurant de la baguette.


    Oui bon, si vous voulez! N'empêche que c'est un fait, que vous deviez vous nourrir, et que ça serait stupide de votre part d'asservir votre propre source de nourriture. Et nous ne sommes pas là pour débattre de ça. Vous êtes interrogée par un représentant des forces de l'ordre, alors je vais vous demander de ne pas me prendre la grappe à chaque fois que je dis un truc qui vous plait pas, vu?


    Mon ton se voulait ferme, et mon regard l'était tout autant. Cet interrogatoire confinait à la plaisanterie. Je n'aimais pas l'intonation de la voix de la suceuse de sang. Elle était à vendre au plus offrant, j'en avais bien conscience. Mais j'avais une longueur d'avance sur elle et sur le Mage Noir. Elle avait refusé, et cela me donnait un infime avantage. Une préférence naturelle, ou un défaut de caractère? Je ne savais pas ce qui l'avait poussée à ne pas rejoindre les mangemorts, mais ej savais que si elle finissait par le faire, ce serait par dépit. Son choix de mots était éloquent. Et là, elle me fixait ses conditions. Comme si le ministère était à vendre. Je la regardais d'un regard pénétrant, conscient que je pouvais la faire coffrer si je le voulais. Je n'aurais qu'à invoquer le prétexte de complots ou de complicité. Mais ce serait un mauvais calcul; il fallait d'abord que je fasse preuve de l'habituelle naïveté du ministère; naîveté à laquelle j'adhérais par le biais de mon sens de l'honneur très strict. Je notais cependant que le Lord ne prenait pas vraiment les vampires au sérieux. Sinon, il serait allé voir leur représentante, pardon, leur « chef », en personne. Je ne pus cacher un léger sourire. Je faillais laisser échapper une petite exclamation ironique quand elle me dit qu'elle ne pouvait pas me renseigner sur les mangemorts ayant pris contact avec elle. Comme c'était commode!


    J'espère que vous êtes consciente de la menace que vous laissez planer au dessus de nos têtes. En avouant que votre loyauté est à vendre au plus offrant, vous avouez votre possible complicité avec des terroristes et des comploteurs. Le Ministère est la loi, il ne monnaye pas ses alliances. Maintenant, par pure curiosité, j'aimerais savoir quel serait votre prix. Parce que c'est pour ça que vous êtes venue devant moi aujourd'hui, et que vous avez conduit la discussion jusqu'à ce point précis, n'est ce pas? Vous vouliez m'exposer vos conditions... Je vous écoute, mais sachez que je ne déciderais rien, et que je ne pourrais rien faire pour vous à ce niveau là. Comme vous le savez sans doute, je ne suis qu'un simple agent, et pas un directeur de cabinet.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Mer 21 Juil - 11:43

La vampire laissa échapper un petit rire amusé. Comment ? Le ministère avait le contrôle de la situation ? La bonne plaisanterie ! Si c'était vraiment le cas, Lord Voldemort ne serait pas actuellement en possession de Purity ! Il fallait arrêter cinq minutes de se mentir à soi-même pour regarder les choses en face, le ministère était proprement impuissant ! D’ailleurs il était franchement étonnant que le mage noir ne soit pas encore parvenu au pouvoir en voyant les incapables qui pouvaient circuler ici. Déjà un mangemort était mort ! Oh ! Quel exploit ! Pour Voldemort c’était un de perdu, dix de retrouvé ! Il n’y avait pas de quoi se satisfaire ! Et qu’entendait-il par « nous » ? Eux, les aurors ? Ou « nous » les aurors et elle ? Parce que la mort de ce De Caprily, on la devait en partie à elle bien entendu ! C’était Ilmatar qui l’avait amoché de la sorte ! Elle l’avait tellement affaiblie qu’il avait ensuite été obliger de faire un acte suicidaire pour sauver Purity et le remettre à son maître. Et honnêtement, le ministère avait mis bien du temps à se décider à agir lors de cette attaque surprise ! C'était vraiment navrant ! Et c'est cette erreur regrettable qui avait conduit les mangemorts à la victoire ce jour là... L'erreur fatal provenait du manque d'initiative du ministre. Toutefois, aux dernières nouvelles, Ilmatar avait appris que ce dernier avait démissionné et une certaine Margaret Lundy avait pris sa place. Une dure à cuire à ce que ses sujets lui avaient rapporté. Une personne enfin véritablement déterminer à écarter la menace mangemort à tout jamais. En tout cas, elle n'était sûrement pas non plus l'ami des créatures de la nuit à en juger par les mesures radicales qu'elle comptait instauré. Il fallait ouvrir l'œil dorénavant et se méfier assidument de cette nouvelle venue. Les sourcils froncé, la vampire rétorqua à moitié exaspérée :

- Vous vous mentez à vous même Alastor Maugrey... Vous savez parfaitement que j'ai raison mais vous refusez de l'admettre... Vous essayez vainement de croire encore à la toute puissance du ministère mais cela fait un moment déjà que cette époque est révolue ! Lentement mais sûrement les mages noirs s'approchent du pouvoir et un jour, vous verrez Lord Voldemort au pouvoir... Et pourquoi ? Parce que beaucoup de personnes sont incapable de prendre des initiatives. Lorsque j'étais à la banque ce jour là, j'ai vu les civils se faire anéantir en moins de temps qu'il ne faut pour le dire... Ils étaient affolé, pris de panique devant l'arrivé des partisans du Lord et ils n'ont rien fait pour tenter de se sortir de là... Certains d'entre eux, les plus courageux sans doute sont parvenu à retenir un temps soit peu la menace mais ils auraient pu être bien plus efficace s'ils s'y étaient tous mis ensemble... Il n'y a véritablement aucune coordination... Et c'est sans doute malheureux de dire ça, mais heureusement qu'il y avait cet bande de jeunes étudiants qui ont débarqué ensuite de nul part pour tenter de sauver les adultes... C'est cette distraction qui m'a permit de suivre De Caprily comme vous dites qu'il s'appelait et de me dissimuler à bord du wagon. J'avais bien remarqué qu'ils étaient là pour s'emparer de quelque chose... De quelque chose d'important sans nul doute sinon ils ne se seraient pas risqué à monter une embuscade pareil. Je n'avais pas envie de les laisser faire, quoi que fut l'objet de leur convoitise. J'avais envie de contrarier leur plans pour une fois, et leur montrer clairement qu'un vampire n'étais pas nécessairement destiné à être de leur côté. Heureusement je suis arriver avant De Caprily, et j'ai vu cette Bellatrix dont j'ignore le nom de famille, essayer de s'emparer du paquet alors que vous étiez sous l'emprise de l'imperium. Je voulais l'obliger à stopper sa progression mais son misérable collègue est arrivé à son tour et à pris le maléfice à sa place ! Et alors que nous aurions pu être sortie d'affaire, tout s'effondra finalement... De Caprily trouva le moyen de s'enfuir alors que je possédait à mon tour Bellatrix sous l'imperium. Tout cela avait été un vrai fiasco... Et après mon cher, vous dites que le ministère contrôle la situation ! Veuillez me pardonner, mais j'en doute ! Et vous savez que j'ai raison, seulement, vous ne voulez pas l'admettre... Et le problème vient sûrement du fait que je suis vampire et non une simple mortel ! Vous ne supportez pas l'idée que quelqu'un comme moi puisse avoir raison n'est-ce pas ?

Un sourire forcé déforma ses traits. Malgré ses paroles peu encourageantes, il restait encore un espoir. Un espoir d'évincer l'Homme de l'Ombre. Mais il fallait le vouloir pour ça, et le voulait-elle vraiment ? L'espèce de menace que lui adressa ensuite l'auror ne manqua pas de l'interloqué.

- Vous me voyez navré que le fait de me nourrir de sang humain vous répugne... Et je ne suis pas encore assez imbécile pour asservir ma nourriture en effet... La nature nous à forger ainsi, et nous ne pouvons nous abreuver d'une autre façon, sinon, c'est la mort assuré... En fait vous avez un point de vu tellement noir sur les vampires que vous seriez bien partit pour devenir ami avec l'un d'entre eux un jour ou l'autre... Quand à votre mise en garde... Oh très bien ! Je respecte l'autorité de l'Etat mais à condition qu'il en fasse de même de son côté, vu ? Je ne suis pas là pour me prendre tout dans la figure sans broncher... Et vous noterez également que je ne réagit pas à toutes les paroles qui me déplaisent sinon je serais déjà loin... Et puis, vous me dîtes ça mais que feriez vous si je continuais ainsi ? Vous me lancerez un sort ? De toute façon, je doute que vous allez me laisser sortir d'ici à la fin de notre entretien... Vous n'allez pas laisser passer l'occasion de pouvoir me coffrer...

L'auror vint peut-être enfin au point le plus important de la conversation. Le voilà qu'il parlait d'un éventuel marché qu'ils pourraient conclure éventuellement. Alors lui, qui haïssait les vampires car c'était bien le verbe, serait prêt à faire un pacte avec eux ? Cela semblait tellement improbable qu'elle soupçonna un piège. Pourquoi les aiderait-elle ? Après tout les problèmes de l'Angleterre ne concernait les Scandinaves d'aucune façon. Pourtant comment rester neutre en pareil situation ? Et puis elle était là pour défendre la cause de ses camarades... Le visage de la vampire se durcit, les choses étaient véritablement sérieuses... Lentement, elle se leva de son siège et se mit à faire les cents pas dans la pièce.

- Le ministère ne monnaye pas vous dites ? Pourtant le ministère, est corrompu... Le ministère est infiltré de toute part, et vous le savez... Ses espions sont partout... Ils se faufilent à travers les mailles du filet... Bellatrix à été révéler au grand jour mais beaucoup d'autres rôdent encore dans ses couloirs sans que vous les soupçonniez. Ils agissent dans l'ombre d'une façon tellement remarquable qu'il paraîtrait presque impossible qu'ils soient mangemorts en les observant dans la vie courante. Vos mots son plutôt mal choisit... Je ne porte pas allégeance au plus offrant, mais au plus digne et respectueux. Vous ne songiez tout de même pas que je me complairais à faire du bénévolat ? Autrement dit, je serais en accord avec celui qui réhabilitera les gens de ma race et les lycans également. C'est mon seul et unique prix, mais pas des moindres je vous l'accorde.

Lacrymosa fit une pause avant de reprendre avec un intensité soudaine, presque agressive.

- Mais pourquoi négocierais-je avec vous ? Ou plutôt pourquoi négocierais-je avec le ministère ? Vous êtes tous des menteurs... Vous allez vous servir de moi et à la fin quand vous auriez eu ce que vous désirez, vous vous débarrasserez de moi comme un vulgaire vêtement usé ! Personne n'ais digne de confiance ici ! Je ne conclurais rien du tout avec le ministère, vous n'aurez donc pas besoin de vous adressez à votre supérieur qui est peut-être mangemort lui aussi d'ailleurs qui sait ? Je ne ferais absolument rien pour cet établissement... Et je doute sincèrement que votre nouvelle ministre apprécierait le fait que vous seriez prêt à collaborer avec une personne tel que moi qui plus est... Je n'aime pas les ministériels alors arrangez vous autrement si vous désirez vraiment quelque chose de moi !
Ministère↯  Protecteur en chef
avatar



Nombre de messages : 163
Date d'inscription : 10/08/2009




Alastor Maugrey

Ministère
Protecteur en chef


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour ::
Bonus: + 04
MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Mer 28 Juil - 21:23

[HJ; désolé de cette réponse complétement désespérante, mais j'ai connu une grave crise d'inspi]


    Je n'iamais pas du tout le rire de la vampire. C'était le genre tellement exaspérant que la baffe que je rêvais de lui balancer dans la tronche me démangeait la main. Je serrais les dents, conscient que je devais faire preuve d'autant de prudence que de tempérance. Comment ça, je n'étais aucunement doué dans ces deux domaines? Moi, je vous dis que si! La preuve, depuis le début de l'interrogatoire, je frôlais l'incident diplomatique avec une des plus grandes représentantes des vampires, sans pour autant franchir la limite. Moi, je trouvais que c'était plutôt un bon score pour quelqu'un comme moi. J'avais une réputation d'impétueux et de briseur de conventions. Je ne savais pas vraiment si je méritais autant de surnoms et de sobriquets, mais ce dont j'étais déjà un peu plus certain, c'était que je me devais de continuer à me contenir. Rien que pour prouver à mes détracteurs que j'étais toujours dans la course, et que je n'étais pas l'élément isolé que les gens imaginaient quand on parlait de ma petite personne. Je devais continuer à me comporter de façon presque exemplaire, étant bien conscient que c'était précisément ce qu'on attendait de moi. N'empêche, je n'aimais pas du tout le sarcasme et l'ironie dont faisait preuve la jeune femme. Pourquoi est ce que je pensais en ces termes en voyant la vampire? Elle n'était pas une femme, et n'était pas non plus jeune. Je ne devais surtout pas commencer à tout mélanger, sinon tout partirait bien vite à volo. Et je n'avais vraiment pas envie de mourir d'une façon aussi stupide que triste. Oui, avec le temps et le recul, j'étais convaincu que mourir était triste. Surtout pour moi, en fait. Les autres s'en ficheraient bien. Et qui ferait mon job si je finissais par creuver? Je ne voyais personne capable de me remplacer, en réalité. Cette vampire, je l'aimais vraiment pas.


    Elle me dit que je me mentais à moi même. Soit, elle n'avait pas tout à fait tord. Mais je me mentais à moi même depuis si longtemps que je n'étais même plus capable de discerner la vérité du mensonge... Alors, qui s'en plaindrait? Pas moi en tout cas. Cette discussion n'avait donc plus ni queue ni tête; c'était tout sauf un interrogatoire, et on apprenait finalement bien peu de choses sur ce qui était réellement important. Merlin savait que je n'avais pas du tout envie de l'entendre encore me provoquer ou provoquer le ministère; j'estimais qu'elle en avait déjà bien assez dit. Si elle était si convaincue de l'aspect misérable du ministère, pourquoi continuait elle à essayer de traiter avec nous? Qu'elle ne pense pas que j'avais encore une proposition décente à lui faire; ce n'était absolument pas le cas. Et comme je venais de le dire, le Ministère ne monnaie pas sa loyauté. L'instauration d'un nouveau gouvernement allait peut être changer la donne, mais je ne changerais jamais ma façon de faire.



    C'est ça. Et la solution, ce serait de vous prendre vous comme ministre, n'est ce pas? Hors de question. Votre avis sur notre situation, je m'en passe, et je ne suis pas non plus le meilleur individu à conseiller sur le sujet. Si vous vous intéressez tellement à la vie des êtres humains, vous n'avez qu'à adresser un courrier de réclamation... Quoiqu'il en soit, votre opinion sera retenue, n'en doutez certainement pas. Quand à ce que vous dites... Le jour où le peuple aura besoin d'avoir un entraînement militaire, c'est que tout sera perdu d'avance. Nous ne sommes pas des vampires. Et vous, vous ne supportez pas qu'une personne telle que vous ne puisse pas avoir raison, n'est ce pas? Je nous ai au moins trouvé un point commun.


    Quand elle me parla de nature, j'eus un petit éclat de rire sarcastique. Comme si c'était la nature qui les avait façonné. Si c'eut été le cas, ils auraient appartenu au monde des humains et non à celui de la magie. Cela pouvait paraître con comme déduction, mais n'était ce tout simplement pas l'explication la plus logique? Oh et puis sérieusement, je m'en fichais éperdumment. Je trouvais les vampires passés de mode, et terriblement nuisibles. En aucun cas je ne les verrais comme des alliés, et en aucun cas je ne les verrais non plus comme l'ennemi à abattre. Ils faisaient partie du paysage. Certes, ils avaient leur mot à dire dans ce genre d'occasion, et ils pouvaient peser très lourd. Mais peu importait la voie qu'ils choisiraient; ils seraient de toute façon condamnés à jouer le rôle d'auxiliaire. Peut être que dans un lointain futur, ils seront nos égaux. Mais j'espérais être mort et enterré d'ici là. J'avais tué bien trop de leurs congénères dans le passé pour pouvoir me permettre de faire ami ami avec eux. Non, décidément, je ne pouvais pas continuer ainsi. Malgré toute ma colère et ma frustration, je restais capable de faire rpeuve de discernement; cet interrogatoire avait été une vaste fumisterie depuis le départ. Je pouvais le voir clairement maintenant; la vampire en chef ne voulait pas nous aider à attraper les mangemorts, elle voulait uniquement servir ses intérêts et nous faire ses propositions malhonnêtes. Et toujours professionnel, je me rendais compte à quel point le choix de mener cet interrogatoire avait été une grossière erreur. J'avais tout simplement trop de préjugés, et je n'aimais déjà pas les sorciers dont l'âme était à vendre, alors les vampires... A son tour, la vampire se leva de son siège.


    Pensez ce que vous voulez, mais sachez simplement que j'ai des principes. Et si je dois mourir, ce sera tout simplement parce que je n'aurais pas fléchit à leur sujet.


    Je n'avais pas peur de la mort, c'était un fait. Celle ci allait arriver un jour ou l'autre, et plutôt tôt que tard si on en croyait les signes avants coureurs. Je préférais répondre de manière évasive à la vampire; j'en avais assez dit. Cet interrogatoire ne ménerait plus à rien; je ne me voyais pas monnayer les services de la vampire à des institutions que je considérais comme sacrées, même si celles si cessaient de se comporter comme telles. Je n'aimais pas que la suceuse de sang parle du ministère en ces termes, mais elle avait raison. Aussi gardais je le silence, seul signe extérieur de mon assentiment. N'avait elle pas encore compris que je me battais pour mes idéaux de justice avant de me battre pour le ministère? Je me battais pour la loi et l'ordre, mais seulement si ceux ci étaient dénués de corruption et de mauvaises intentions pour le peuple. Je regardais la vampire d'un regard de travers à sa demande.


    Je n'ai aucun pouvoir de décision. Au cas où vous aurez oublié, je ne suis qu'un simple fonctionnaire, et je n'ai aucune voix au chapitre. Ils vont m'écarter de tout le dossier, et du reste aussi. Et vous savez pourquoi? Parce que cet interrogatoire, comme tous les autres, n'aura absolument rien donné. J'ai obtenu des résultats sur le terrain, mais pas dans mon enquête. Vous n'aurez jamais ce que vous voulez en passant par moi. Autant vous adfresser à la ministre.


    en plus de ça, la vampire s'énervait et me fit un espèce de caprice. Je mettais ça sur le fait de son côté mégalo de souverain. Je la toisais d'un regard sévère, mais compatissant. Elle était au moins au courant de l'exactitude de sa situation.


    Pour conclure l'entretien, je vous dirais simplement que je vous comprend. Vous êtes prise au sérieux par tout le monde, sans réussir pourtant à obtenir ce que vous voulez. Et je vais vous dire sérieusement, avant de vous laisser. Il n'en tiendrait qu'à moi, je ne m'allierais pas avec vous. Instables, inconnus et potentiellement maléfiques. Je ne fais déjà pas confiance à l'être humain, pourquoi le ferais je pour ceux qui ne le sont pas? Je vous réitère mon conseil. Contactez la ministre. Mais si elle accepte un marché avec vous, ou avec qui que ce soit... Que Merlin nous protège tous.


    Je laissais la vampire à ses idées, et quittais la pièce en me saisissant du dossier avec lequel j'étais entré. Je n'avais rien découvert et n'était parvenu qu'à confirmer une seule et unique chose; la loyauté des vampires était toujours sur le marché.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   Jeu 5 Aoû - 10:19

[ Bah non, je l'ais trouvé bien ta rep' Very Happy , par contre la mienne laisse tomber lol ]


Tout au long de la conversation, la vampire put remarquer à quel point l'auror se retenait de ne pas laisser exploser sa colère. C'est vrai Ilmatar savait qu'elle pouvait être sacrément désespérante à certain moment, mais il fallait bien énoncé ce qui fâche pour obtenir de réels réactions. Et le rire enfonçait sans nul doute le clou. C'était souvent ça qui faisait sortir la personne en face de ses gonds. L'arme parfaite en somme. Le fait de critiquer le ministère était sûrement un peu osé mais il fallait quand même admettre la vérité à la fin ! C'était quasiment évident que Maugrey devait se demandé pourquoi essayait-elle vainement de négocier avec le ministère si c'était pour le démonter ainsi.... Mais en vérité, si accord il devait y avoir ce n'était pas par rapport au ministère mais à l'auror seul. C'était presque personnel. Aux propos suivant de l'auror, Lacrymosa ne se donna même pas la peine de répondre, tellement elle trouvait cela stupide. De toute façon pourquoi user de la salive alors qu'il s'obstinait à ne pas vouloir la croire et à la traiter plus comme un animal plutôt qu'une personne doué des même sentiments que lui ? Pour la peine, elle se faisait les réponses dans sa tête au lieu de les énoncé à voix haute. Ainsi, elle songea que le poste de ministre, elle n'en voudrait jamais, même livré sur un plateau d'or. Elle ? Gouverner des mortels ? Et puis quoi encore ? Qu'ils se dépêtre de leur bourbier tout seul ! Être souveraine des immortels de Scandinavie était amplement suffisant. La recherche de pouvoir n'était pas du tout son truck ! C'était presque une aberration de dire une chose pareil mais bon, qu'il pense ce qu'il veut à présent, ça ne changerait pas grand chose. Un courrier de réclamation ? Mais n'importe quoi... Alors là, ça devenait presque comique... Bon en revanche, il n'avait pas tord sur un point. Les civils n'étaient pas des vampires et par conséquent n'était pas formé pour se battre. Quel dommage vraiment ! C'est pour ça qu'ils étaient beaucoup moins débrouillard qu'eux. Hum... Un point commun entre eux deux ? Diable ! Etait-ce possible ? Bon en vérité c'était plus un défaut qui semblait être l'entêtement mais Ilmatar ne l'était qu'à certaine occasion et savait reconnaître ses tords malgré tout. Maugrey éclata de rire brièvement mais la vampire ne s'empourpra même pas. Elle avait renoncer à lui démontrer qu'il avait tord. Ou tout au moins pour l'instant en tout cas. Et puis à quoi bon s'énerver ? Ilmatar était réputée également pour sa placidité légendaire même si parfois il lui arrivait évidement d'avoir de violent accès de colère.

En vérité, plus elle écoutait l'auror, mieux elle arrivait à cerner le personnage. Cet homme n'avait pas l'air de se battre pour le ministère à proprement parler mais plutôt pour les idéaux de justice qu'il s'était donné. C'était presque incroyable que des gens comme ça puissent encore exister. Il était vraiment convaincu de ce qu'il faisait et rien que pour cela, Ilmatar eut un élan de respect pour lui. Ils avaient peut-être un autre point commun à ce niveau là. La vampire défendait également la justice et la liberté, même si cela pouvait sembler paradoxal par rapport à sa véritable condition. C'était grâce à elle et ses convictions qu'elle était parvenu à établir une paix légendaire en Scandinavie, entre les lycans, les vampires, les sorciers et les moldus. En Angleterre, les gens étaient peut-être trop imbéciles pour réussir un tel prodige ? Ou en tout cas, certaines mentalités devaient être changé avant d'y parvenir. Quoi ? Lui ? Il la comprenait ? Non, c'était pure plaisanterie ça encore ! Aucun mortel ne pouvait comprendre ! Mais n'importe quoi à la fin ! Instable ? Inconnu ? Et potentiellement maléfique ? C'était bien l'opinion des gens d'ici ça ! Mais c'était quoi cette mentalité saugrenu ? Les vampire de cette région du monde étaient-ils vraiment de cet ordre là ? Décidément, ils resteraient des incompris ! Maléfique à cause de quoi ? Parce qu'ils sont obligé de se nourrir du sang des humains pour survivre ? Et bien il ne fallait pas grand chose pour les effrayer honnêtement ! Instable ? Il n'y avait rien de plus faux, les vampires suivent leur voie, et leur voie seul. Ils leur arrivent d'aider un camp ou un autre qui suit son but, et s'ils changent de cap, c'est qu'ils se sont rendu compte de leurs erreurs. Voilà tout ! Quand à inconnu, on accordera volontiers cet état de fait. Bon pour faire simple, cet entrevue n'avait rien donné de concret et s'était révélé parfaitement inutile. Si elle avait su, elle serait resté à son château à s'occuper de problème bien plus urgent. La meilleur réplique fut sûrement celle lui incitant à contacter la nouvelle ministre. Alors là, ce n'était même pas la peine d'y compter ! Cette extrémiste voudra encore moins entre raison que Maugrey donc inutile de perdre son temps, et à risquer sa vie en plus de ça ! Cette Margaret Lundy n'inspirait rien qui vaille ! C'est sur ces dernière paroles que l'auror se décida à mettre fin à l'entretien et quitter la pièce. Bon, en conclusion le résultat de la journée était égal à nul, zéro, pitoyable. Une chose était clair à présent, il n'y avait rien à tirer du ministère. S'y rallier serait de la folie pure et simple. La vampire nota tout de même un point : Maugrey n'avait pas décider de l'arrêter. Le regard perdu dans le vide, la norvégienne proclama simplement :


- Ainsi soit-il...

Puis d'un pas lent, à son tour, elle sortit.







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Alliance ou Adversité ? [Alastor Maugrey]   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum