Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Quelqu'un à qui parler... même l'ennemi ? [Correspondance Severus]   Ven 4 Déc - 14:17

    Hermione se retourna dans son lit, une énième fois, et soupira. Quand donc allait-elle s'endormir ? La jeune Gryffondor était crevée, littéralement, et toutes les filles de son dortoir dormaient déjà depuis longtemps. Elle était fatiguée, alors pourquoi donc le sommeil ne venait-il pas l'emporter ? Épuisée, elle se résigna tout de même. Se penchant vers sa table de nuit, elle attrapa un parchemin vierge et une plume, choses qu'elle avait toujours a disposition, au cas où. Ce cas où-là venait de se présenter. Elle tint cinq minutes sa plume dans sa bouche, puis dévissa le bouchon d'un encrier posé pas loin, et commença lentement à écrire, puis au fur et à mesure son écriture se fit de moins en moins lisible, de plus en plus effrénée.

    De ;; Miss Hermione Granger
    A ;; Mister Severus Rogue
    Sujet ;; Des nouvelles de celui qui est parti ?

    Sur le parchemin, Hermione a écrit:
    Cher Severus,

    Je n'arrive pas à dormir. Ce n'est pas une excuse que j'ai trouvée pour t'écrire, et je n'ai rien à dire pour ma défense... J'avais le temps de prendre de tes nouvelles bien plus tôt, et je ne l'ai pas fait. Pourquoi ? Il y a pas mal de choses que je ne sais pas ces derniers temps, ça en devient déroutant. Pour les autres, peut-être, mais pour moi en tous cas, c'est comme un fait qui me colle à la peau. Je ne sais plus rien du tout. Je ne trouve plus quoi répondre aux gens, mes souvenirs sont brouillés, et je ne vais plus beaucoup à la bibliothèque. J'aimais bien quand on y allait ensemble, et que tu me faisais partager ta science... C'était distrayant, intéressant, et puis ça me faisait sortir des soucis du quotidien, disons.

    Je me demande ce que tu fais, toi, de ton côté. J'ai appris par certains Gryffondors au courant que James, Lily et Remus t'avaient défendu, au tribunal. Je suis contente qu'ils l'aient fait, qu'importe soient leurs raisons. Au moins, tu n'es pas enfermé à Azkaban pour le restant de tes jours. Je crois que tu vas revenir début janvier, c'est bien ça ? Je ne dirais pas que j'ai hâte, mais presque. Ça fait bizarre de ne plus te croiser dans les couloirs de Poudlard.

    Nous avons un nouveau professeur de Défense Contre les Forces du Mal. C'est le professeur Pieter Von Keller, un ancien comédien, il me semble. Ce n'est pas un mauvais enseignant, je ne l'ai pas eu très souvent il faut dire, je te dirais plus précisément comment il est lorsque j'en saurais davantage sur sa manière de faire apprendre. Nous avons aussi un professeur de potions différent. Il s'appelle Dunstan McFly, et il m'a l'air... intéressant. Ses méthodes sont particulières, j'espère aller plus souvent dans son cours.

    Et puis il y a les gens, les élèves, partout... On parle pas mal de toi, je ne te le cache pas. En bon comme en mauvais, et crois-moi, la balance penche plutôt sur... le mauvais. Mais c'est inutile d'en parler, je suis sûre que tu le sais déjà, et je ne veux pas t'embêter avec ce genre de choses... Tu t'en rendras bien compte de toi-même quand tu reviendras.

    Je n'ai plus grand chose à te dire, même si j'ai des tas de choses à te raconter... Tu vois, je te dis des bêtises et je me contredis toute seule. C'est n'importe quoi. Je crois que je vais aller me coucher, mais d'abord je veux absolument poster cette lettre. Elle n'est pas vraiment longue, mais si tu la reçois, tu sauras au moins que je pense à toi et que je ne t'ai pas oublié...

    Kisses,
    Hermy.

    Hermione se leva discrètement, sortit du dortoir en prenant soin de ne pas réveiller la grosse dame, puis courut jusqu'à la volière. Elle attrapa le premier hibou qui passait et lui attacha le parchemin roulé à la patte. Une fois qu'il se fut envolé, elle remonta discrètement, déplaça le livre qu'elle avait mis entre le mur et la grosse dame pour ne pas avoir à la réveiller lors de son retour et se coucha. Une fois dans son lit, elle s'endormit.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Quelqu'un à qui parler... même l'ennemi ? [Correspondance Severus]   Lun 7 Déc - 23:51

L'aube se levait à peine a l'impasse du tisseur. L'intérieur de la maison des rogues était calme. Seul le bruit du ronflement régulier de Tobias Rogue a l'étage perturbait le silence de la demeure. Dans sa chambre miteuse, Severus dormait, allongé sur le ventre sur le simple matelas posé par terre qui lui servait de lit.

Le jeune sorcier rêvait. Il soulevait des rouleaux usagés de tissus depuis des heures. Il était fatigués, il suait. Il était seul à l'usine. le patron avait décidé de le garder, lui uniquement pour changer tous les rouleaux dans le camions. Les centaines de rouleaux. Des milliers. Une montagne. L'usine était implanté a pré-au-lard. Au loin Severus pouvait voir Poudlard. Un pivert se posa sur son épaule et lui frappa sur la tête. Le son était étrange. Un son d'un doigt contre le verre.

Severus ouvrit les yeux et regarda vers la fenêtre. Un hibou frappait contre le carreau. Le Serpentard se redressa doucement sur son lit. Un peu raide il se dirigea vers la fenêtre et l'ouvrit. L'oiseau s'engouffra dans la chambre et se posa sur le bureau de fortune de Severus. Ce dernier défie la lettre de la patte de l'animal.

Severus déplia le parchemin et s'étonna en reconnaissant l'écriture. il lut la lettre plusieurs fois avant de la jeter sur son bureau. Le Soleil se levait a peine. Il lui restait encore deux bonnes heures avant que Tobias et sa mère ne se lève. Il s'assit sur son bureau et prit une feuille de papier et un crayon papier. Il n'avait plus de parchemin, ni de plume depuis quelques jours.




Citation :
Hermione,
Je suis étonné de recevoir ta lettre. Je n'ai pas eu de tes nouvelles depuis que j'ai surpris une dispute entre toi et Wasly. C'était l'année d'année bien avant les examens de fin d'année. J'ignore comment nous avons pu resté éloigné l'un de l'autre si longtemps alors que nous nous attendions plutôt bien. Du moins, j'ose l'espérer.

Je sais très bien que mon action sur la personne de James Potter est l'objet de commérage au sein de l'école. Les élèves semblent n'avoir pas d'autre à faire que de piailler. Je ne fais pa strop de soucis a ce sujet. Je n'ai jamais fait parti des héros de Poudlard comme Potter et j'assume les conséquences de mes actes.

Mais ne parlons plus de cela. Je ne veux pas partager ces sinistres choses avec toi, Hermione. Nous avons un nouveau professeur des potions ? Qu'est devenu le directeur de Serpentard ? Je n'ai jamais entendu parlé de McFly. Les cours de potions me manquent énormément. J'essaie de tenir mon sujet d'études pour la fin d'année afin d'entrer dans la grandes écoles de Maîtres de Potions. Je ne peux pas procéder a des expériences chez moi avec la restriction magique qui a suivie ma condamnation. Enfin un peu de patience et je pourrais bientôt retourner à Poudlard.

En parlant de Poulard, j'ai fait une drôle de rencontre alors que je me trouvais au départ du poudlard Express a la rentrée. Un jeune homme du nom de Harry Over m'a quasiment agressé après que sa valise soit tombé sur le sol. Je n'y étais pour rien mais il a tenu des propos vraiment étrange comme quoi je m'étais moqué de lui car il ressemblait au garçon que j'avais agressé. C'est vrai qu'il ressemblait pratiquement comme deux gouttes à James Potter. Je t'ai vu entré dans le train avec lui. Vous semblez vous connaître. J'aimerais en connaître un peu plus sur ce garçon. Je ne comprends pas la réaction qu'il a eu sur le quai de la gare.

J'espère te revoir bientôt et parler avec toi.

Severus

PS : Désolé pour le papier et le crayon à papier mais je n'ai plus de parchemin ni d'encre.

Severus attacha la lettre a la patte du hibou avant de le remettre dehors sans même prendre la peine de lui donner a manger. Le hibou poussa un hululement indigné devant le manière rustre de son hôte.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Quelqu'un à qui parler... même l'ennemi ? [Correspondance Severus]   Mar 22 Déc - 15:08

    Il était tôt, et les élèves de Poudlard déjeunaient paisiblement, certains dans un chahut déjà très annonciateur, Hermione faisait plutôt partie des silencieux de l'histoire, entièrement concentrée à ses révisions, lesquelles s'alignaient dans sa tête à un bon rythme. Un hibou qu'elle semblait avoir déjà vu il y a peu s'avança sur la grande table des rouges et or, puis se posa avec délicatesse devant elle. Hermione lâcha la tartine qu'elle beurrait, et la cuiller de confiture de citrouille catapulta sa gelée orangée sur le visage d'un jeune élève, probablement un première année. La jeune Gryffondor se confondit en excuses, incroyablement gênée, et agita sa baguette :

    - Recurvite ! Voilà, voilà, je suis désolée, vraiment. Je suis vraiment désolée.

    Apparemment, c'était lui le plus gêné du moment, car ses amis se moquaient de lui et il ne semblait pas apprécier la blague à cette heure-là du matin. Il ne s'osa pas à griller Hermione du regard, elle était tout de même en septième année ! Mais ce n'était pas pour autant qu'il ne l'avait pas voulu. Balbutiant encore de vagues excuses, elle se leva et quitta la Grande Salle, une lettre à la main. Pendant le malheur des évènements, elle avait quand même eut le temps de récupérer sa lettre à la patte du hibou. Une fois qu'elle eut trouvé un endroit calme, silencieux, et beaucoup plus agréable pour lire sa réponse, elle s'assit les genoux repliés vers elle. Elle était dans les toilettes des filles, où la jeune Mimi pleurait, mais au moins personne d'autre ne passait, et on pouvait dire qu'elle avait la paix.

    De ;; Miss Hermione Granger
    A ;; Mister Severus Rogue
    Sujet ;; Re. Des nouvelles de celui qui est parti ?

    Sur le parchemin, Hermione a écrit:
    Cher Severus,


    Je n'attendais pas ta réponse aussi tôt, je suis si contente ! Pour te dire, j'étais même si contente que j'en ai renversé la confiture de citrouille sur un première année, qui n'a pas trop aimé d'ailleurs. Mais passons, tu t'en fiches sûrement, j'ai tant de choses à te dire ! Je ne sais même pas par où commencer... Je vais reprendre les points de ta lettre, ce sera plus facile pour moi.

    L'ancien professeur de potions, oui, je m'en rappelle bien sûr, mais j'ignore totalement ce qui est advenu de lui. Disons que je ne me suis pas vraiment renseignée, si tu vois ce que je veux dire. L'autre était un remplaçant, il ne nous a pas appris grand chose, et maintenant, le professeur McFly a l'air compétent. Tu ne devrais pas tarder à revenir à Poudlard, je le sais, donc tu verras très bien par toi-même, mais je pense que ses méthodes pédagogiques sont bonnes. De toutes manières, il ne peut pas faire pire que le remplaçant, donc je suis sincèrement contente de son arrivée. Bien que les potions et moi ne soyons pas aussi amies que toi tu l'es avec elles. Comment fais-tu pour les réussir de manière toujours aussi parfaite ? Je pense que c'est de ma faute : je ne serais jamais bonne cuisinière. Pourtant, je fais toujours plus d'efforts, j'espère que je pourrais m'améliorer, obtenir un petit minuscule O la prochaine fois, au lieu d'un banal E.

    Tu parles dans ta lettre d'un certain Harry Over. En effet, je le connais, c'est un très grand ami à moi... Et à Ron. Nous nous connaissons depuis longtemps, nous étions en France ensemble. Tu ne te rappelles plus ? A moins que je ne te l'ai jamais dit... Je ne sais plus. En tous cas, nous étudions à la même école de sorcellerie, à Beauxbâtons. Du coup, quand nous avons emménagé ici, en Angleterre, et que nous nous sommes retrouvé à Poudlard, nous avons noué des liens encore plus forts. Histoire de connaître quelques personnes parmi toute la population, tu vois. Mais je ne me souviens pas d'un épisode pareil sur le quai de la gare... S'il t'a dit certaines choses, je ne peux pas le contredire, je pense même qu'il ne les aurait jamais dites s'il n'y avait pas eu de bonnes raisons. Te rappelles-tu l'avoir insulté ? Lui avoir dit qu'il ressemblait à James Potter ? T'es-tu moqué de lui ? Peut-être s'est-il trompé, et a-t-il entendu une autre personne en croyant que c'était toi. Ne te sens pas mal pour cet incident, si tu veux je lui en reparlerais la prochaine fois que je le verrais, il m'expliquera sa version des faits, je pourrais ainsi éclaircir la tienne ! Qu'en penses-tu ?

    Je t'embrasse fort, Severus, mais je vais être en retard en cours si je continue, je t'en dirais plus sur ce qui se passe à Poudlard dans ma prochaine lettre !


    Kisses,
    Hermy.


    PS : Es-tu au courant pour la Sélection Candélabrum Magicus ? Je ne savais pas que tu avais pu t'inscrire, mais tu es sélectionné avec Harry, Lily, et Winry ! Je sais que tu t'entends bien avec Lily et Winry, et tu verras que Harry est un gars vraiment sympathique. Il s'est seulement trompé à ton sujet lors de votre première rencontre à la gare...



    Hermione se relut plusieurs fois, mais une fois qu'elle eut réalisé quelle heure il était, elle courit à toutes jambes vers sa salle de cours. Elle ne voulait surtout pas être en retard ! Et puis, elle aurait toute l'après-midi pour envoyer son messages à Severus. Elle passerait d'abord par la volière, puis elle ferait un tour dans la salle commune pour récupérer des parchemins vierges, et ensuite elle se rendrait à la bibliothèque pour étudier un peu... Oui, c'était un parfait plan pour une après-midi s'annonçant réjouissante.







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quelqu'un à qui parler... même l'ennemi ? [Correspondance Severus]   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum