Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: La vérité enfin dévoilée   Dim 25 Oct - 12:37

Citation :


    Mon cher Torben,

    Je suis contente que tu sois enfin rentrée, et surtout saint et sauf de Moldavie. J’ai énormément de choses à te dire, des choses qui ne peuvent être écrites dans une lettre. Le week-end prochain, une sortie à Pré-Au-Lard est prévue. J’espère que tu pourras te libérer et venir me rejoindre devant la cabane hurlante. Je sais qu’à cet endroit, personne ne nous dérangera, et que nous ne seront pas interrompu. Ne parle de ce rendez-vous à personne, même pas à tes sœurs. Méfies-toi des autres, et prend garde à toi.

    A bientôt j’espère.

    Je t’embrasse

    Lily Evans





    Prenant ma chouette aux plumes noires et blanches, j’attachais avec grand soin la lettre à la patte. Mes doigts se promenèrent quelques instants sur elle avant qu’elle ne s’envole direction Londres, à une adresse que je ne savais pas. Je n’avais nullement besoin de lui donner emplacement exact où se trouvait le moldave, non. Les volatiles que l’on utilisait pour messager savaient toujours où trouver notre correspondant. Je la regardais s’éloigner quelques instants, jusqu’à ce que ma vue ne puisse plus la suivre. Je repris les escaliers d’un pas plutôt rapide, direction la grande salle de banquet où j’avais rendez-vous avec mon petit ami…

    […]


    Cela faisait cinq jours à présent que mon courrier était parti, et trois que ma chouette était revenu, sans réponse. Cela fut sans aucun étonnement vu que je n’en avais attendu aucune. En fil indienne aux cotés de James, Marlène, Anna et des deux autres maraudeurs – Peter ayant été collé pour n’avoir pas rendu un devoir – nous nous avancions d’un pas plutôt lent vers les trois aurors et Rusard qui se tenaient devant le grand portail de l’école. Ces derniers prenaient leur temps à vérifier que nous étions bien par groupe, seule condition pour quitter l’enceinte de Poudlard, mais également qu’aucun de nous n’avait d’objet suspect sur lui. Comme si un élève prendrait le risque d’introduire un artefact de magie noire dans le village. Mais bon que voulez-vous. Distraite par le rendez-vous que j’avais fixé à mon ancien camarade de gryffondor, je ne pris pas part aux discutions qui se jouaient autour de moi. Je me contentais de tenir la main du poursuiveur et d’avancer au fur et à mesure qu’il le faisait. Je n’y avais pas pensé plus tôt, mais il allait me falloir une excuse pour m’éclipser et qu’aucun d’eux ne reste avec moi. Bref, cela n’allait pas être chose facile, bien au contraire. Le barrage des employés du ministère franchi, nous prîmes tout de suite la direction du village d’un pas beaucoup plus rapide.

    Il ma fallut plusieurs minutes avant de trouver enfin la solution pour laisser mes compagnons et pour pouvoir rejoindre mon lieu de rendez-vous secret avec le moldave. Et dire que j’aurais dû passer toute l’après midi en compagnie de James, à boire de la bière-au-beure, à flâner dans les rues main dans la main avec lui… Alors qu’il était en pleine conversation avec Sirius, que Marlène papotait avec le garçon dont elle était amoureuse mais dont elle n’osait l’avouer, je pris en aparté Anna, « mon allié » du moment. La serpentard n’apprécierait surement pas, où du moins n’approuverait surement pas ce que j’allais faire, mais peu importe, elle me laisserait faire contrairement à ma sœur de cœur. Et puis bon, avouons le, il m’était plus simple de lui mentir à elle qu’à la jeune lionne qui me connaissait depuis que nous avions onze ans…

    J’expliquais dans un murmure à la cousine de Nathan que j’avais besoin qu’elle me couvre une heure tout au plus, vu que mon ex était de passage en Angleterre et que je n’aurais que cette occasion pour le revoir. Je ne sus si elle me crut ou pas, mais la jeune femme accepta tout de même. Venant à la hauteur de James, je lui dis que nous avions deux trois courses à faire avec Anna et que nous les retrouverions plus tard au trois balais. Une baiser et je m’en allais au côté de la vert et argent vers Deviche&bang. Une fois dans le magasin, je laissais cette dernière, la remerciant avant de m’éloigner d’un pas rapide vers la cabane hurlante. Mes cheveux étant trop « voyant » je les attachais dans un chignon serré et rabattait ma capuche dessus. Ainsi j’aurais l’air d’une sorcière comme les autres, me fondant dans la masse, et dans le cas où je croisais le groupe avec qui j’étais venue, ils ne pourraient se douter que c’était moi. Il ne me fallut qu’une dizaine de minute pour rejoindre les clôtures autour de la maison la plus hantée de toute grande Bretagne. Je fus contente de constater que le jeune homme était venue, me regardant approché. Rabattant mon capuchon sur mes épaules je lui fis un sincère sourire, pour venir l’embrasser sur les joues


    – Je suis contente que tu es pu venir. Cela fait vraiment plaisir de te revoir. Comment vas-tu Torben ? Viens, marchons un peu tout en parlant. Je n’ai pas beaucoup de temps malheureusement à te consacrer, une heure tout au plus alors entrons dans le vif du sujet. Je t’ai demandé de venir parce que j’ai quelque chose à te dire. Mais avant dis-moi : de quoi te rappelles-tu le jour du banquet de Noël ?

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: La vérité enfin dévoilée   Dim 25 Oct - 18:26

    Le message était arrivé quelques jours plus tôt. Je n'y avais pas répondu. Je ne savais pas pourquoi, mais je ne savais pas avant tout quoi en penser. Ben oui, c'est bien beau de recevoir des hiboux de personnes dont on ne penserait plus avoir de nouvelles, mais encore fallait il savoir et comprendre ce qu'on me voulait. Je ne pouvais absolument pas prétendre que cela ne me faisait pas plaisir, mais j'étais étonné. Avais je raison de douter des intentions et de la raison qui avait poussé Lily Evans à m'écrire pour arranger une entrevue? Je ne savais pas. Je ne voulais plus jamais faire confiance à personne. Placer sa confiance en quelqu'un, c'était avant tout donner une façon supplémentaire à nos ennemis de nous atteindre, et Merlin seul savait à quel point ceux ci avaient déjà suffisamment de raisons de me tuer. Finissant ma tasse de café, je regardais de nouveau le bout de parchemin qui m'était parvenu trois jours plus tôt. Devais je y aller? Y aurait il James Potter, cet imbécile qui avait rejeté la main que je lui avais tendu juste avant de me faire exploser la tronche à Pré Au Lard? Je ne le savais pas, et je n'avais toujours pas pris de décision quant à ma présence ou non à ce rendez vous.


    Qu'est ce que je risquais en y allant? Pas grand chose, du moins physiquement parlant. Pré Au Lard était surveillée nuit et jour par les aurors du Ministère de la Magie, sans compter que le petit patelin anglais était également habité par une foule de sorciers dont beaucoup étaient des partisans de Dumbledore, d'après ce que j'avais pu entendre parler. Non, je ne risquais pas ma peau sur un coup pareil. Ce que je risquais, c'était de voir un espoir démolit. La dernière fois que Lily Evans et moi avions échangé du courrier, il s'était agit des doutes que j'avais formulé quant à ce qu'il s'était réellement passé près d'un an plus tôt, lorsque les forces des ténèbres avaient émergé et avaient tué deux jeunes étudiants de Poudlard. La jeune gryffondor disait avoir des choses à me dire. Quoi donc? Je ne voyais pas ce que ce pouvait être d'autre que de nouveaux éléments sur cette affaire obscure. Nous n'avions jamais été particulièrement proches, et n'avions jamais rien partagé de particulier. Ce devait donc être ça. Quelque chose de dangereux, vu les paroles qu'elle avait employé. N'en parler à personne, faire attention... J'avais l'impression qu'elle s'adressait à moi comme à un conspirateur ou un espion, ce qui me rendait méfiant tout autant que cela m'intriguait.


    Intérieurement, ma décision était déjà prise, même si je laissais passer tout le début d'après midi avant de bien vouloir me lever de ma chaise, prendre ma veste et mes clés avant de partir.


    Transplanant depuis Londres, je fus contrôlé par les aurors à l'entrée du village. J'estimais ne pas être mauvais dans la discrétion, mais je ne faisais pas encore le poids devant les moyens magiques dont disposaient ces sorciers d'élite pour défendre les entrées de la communauté. Une fois qu'aucun objet suspect ne fut détecté, je fus autorisé à rentrer dans le village. Le nombre de représentants de l'Etat présents me laissa coit l'espace d'un instant, bien que je me repris bien vite pour ne pas paraître suspect. M'éloignant légèrement de la localité, j'attendais près de l'endroit convenu. N'ayant pas de montre sur moi, je n'avais aucune idée de l'heure exacte. J'estimais cependant, connaissant la jeune femme, qu'elle m'aurait attendu si j'étais en retard. Quoiqu'il en soit, je restais sur mes gardes. Je gardais ma main sur ma baguette magique, juste au cas où. J'avais vu trop de sorciers mourir sans avoir le temps de se défendre avant de se faire attaquer pour répéter la même erreur.


    Un léger craquement se fit entendre, tandis qu'une silhouette encapuchonnée arrivait. Lily, c'était forcément elle vu l'apparence générale. Je savais de quoi je parlais, puisque j'avais déjà pu voir la jeune femme sous toutes les coutures... bien malgré moi, même s'il serait hypocrite de prétendre que je n'en ai pas profité! Relâchant légèrement ma méfiance en la voyant se découvrir, je lâchais ma baguette avant qu'elle ne vint m'embrasser sur les joues. La fixant un instant, je remarquais qu'elle n'avait pas changé. Toujours aussi jolie, toujours aussi souriante. Un peu trop, sans doute.



    - Je suis toujours en vie. répondis je simplement lorsqu'elle me demanda comment je me portais. Et toi, Lily-jolie, comment te portes tu? disais je, neutre, lui renvoyant la politesse.


    - Je ne me rappelle pas de grand chose. J'ai commencé à servir les élèves, les professeurs et les invités. Jusque là, tout va bien, aucune faille ni dans la logistique ou la sécurité. Ensuite... Je me suis isolé dans un placard, et j'ai bu.


    En disant cela, je m'étais arrêté, et je fixais Lily intensément, prêt à remarquer toute expression qui changerait sur son visage, au cas où elle tenterait de me cacher quelque chose, ou au cas où mes paroles évoqueraient quelque chose chez elle. En disant que j'avais bu, je ne parlais pas des raisons, mais Lily n'avait pas à les savoir.


    | Ensuite, c'est plus flou. Je me souviens être revenu en salle. Je me souviens avoir revu Jana Pfeiffer, une fille que j'avais connu avant de venir en Angleterre. Nous nous sommes esquivés pour... être un peu ensembles... Mais là, trou total, jusqu'au lendemain au réveil. J'en ai parlé avec Jana en avril dernier, quand j'ai été blessé à pré Au Lard, et elle m'a soutenu qu'elle n'était jamais venue en Angleterre avant l'attentat contre le Ministre en mars. Elle m'a même prouvé qu'elle ne pouvait pas être en Angleterre à ce moment là.

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: La vérité enfin dévoilée   Lun 9 Nov - 17:39

    Il était très étrange de revoir Torben après tout ce temps. Cela faisait au bas mot un peu plus de six mois. Nous avions repris contact depuis quelques temps à présent, mais nous ne nous étions pas revus. Je ne pouvais que constater qu’il n’avait que très peu changé, même si les traits de son visage étaient plus durs, plus vieillis me semblait-il ? Une légère barbe naissait sur son menton et ses joues, de façon plutôt séduisante je devais bien l’avouer. Il en paraissait que plus âgé ainsi, et je n’avais sus que nous n’avions qu’un an d’écart j’aurais donné ma main à couper que plusieurs autres années nous séparés. Arrivant à sa hauteur, je ne pus m’empêcher de lui sourire franchement, heureuse de le revoir. Que voulez-vous ? Bien que les choses que j’avais à lui dire n’étaient pas très réjouissante, et que j’avais du mentir à James pour pouvoir le voir (chose qui ne me réjouissait moins) je ne pouvais m’empêcher d’être contente de me trouver ici. Je ne pris à peine cependant le temps de l’embrasser et de lui demander comment il allait avant d’embrayer sur le sujet qui nous réunissait aujourd’hui.[i]

    – Très bien dans l’ensemble. J’ai repris Poudlard comme tu t’en doutes, et les cours sont assez prenants vu que je suis un double cursus, mais je m’en sors comme toujours on va dire aussi

    [i]Commençant à marcher l’un à côté de l’autre, je ne savais pas trop comment annoncer la chose. Ce n’était pas facile comme sujet à aborder, ainsi, avant de tout déballer, je lui demandais, à la manière d’un détective, ce dont il se rappelait. Je ne pus m’empêcher de sourire et de rire un peu quand me parla de Jana et de la raison pour laquelle ils s’étaient esquivés. Bon cela n’avait pas été top pour Alice, mais je savais qu’il n’avait pas agis de son plein grès, et que s’il n’avait pas été manipulé, il n’aurait pu faire un tel affront à la gryffondor. Il fallait vraiment être aveugle pour ne pas voir l’affection qu’ils avaient pu se porter, affection qui, je me berçais à le croire, existée toujours. Même si je savais à présent qu’ils ne pourraient être ensemble, la jeune femme devant avoir plus tard un enfant avec Franck Londubat, je ne pouvais m’empêcher de trouver que cela était un gâchis, autant pour le jeune homme que pour elle bien qu’elle finirait par y trouver son compte. Enfin bref, de toute façon, nous ne sommes pas là pour parler de la vie sentimentale du moldave, qui s’était arrêté d’ailleurs pour me regarder de façon intense. Je ne détournais pas mon regard, mes prunelles émeraude ancrées dans les siennes. Posant ma main sur sa joue, je vins alors lui dire sur un ton grave


    – Ecoute Torben. Ce que je vais te dire ne va surement pas te plaire et j’en suis la première désolée. Seulement, la vérité est quelque chose de précieux que l’on ne peut omettre à une personne. J’en ai fais l’expérience il y a peu pour aussi bien le savoir. Cela va te paraitre fou, mais je te demanderais quand même de m’écouter jusqu’au bout sans m’interrompre. Tu pourrais ensuite me poser des questions si tu veux. j’y répondrais du mieux que je pourrais. D’ailleurs, j’ai autre chose à évoquer avec toi, mais plus tard. Marchons pour garder nos idées claires et les pieds sur terre

    Laissant tomber ma main le long de mon corps, je pris une grande inspiration. Je détournais les yeux pour regarder en face de moi où j’avançais de façon beaucoup plus triste. Plus aucun sourire n’ornait mon visage, alors que je repris

    – Je vais aller droit au but Torben car tu es mon ami, même si cela ne va pas être agréable pour toi. Il le faut, alors autant commencer par la plus dure nouvelle que j’ai découverte. Je suis malheureusement sur de moi quand je dois t’annoncer que tu es l’auteur du meurtre des deux élèves à Poudlard le soir de Noel. Laisses moi finir s’il te plait. J’en ai parlé avec Dumbledore, et sommes tombés très rapidement d’accord. Tu as été soumis au sortilège de l’impero dont je ne pense pas avoir besoin de te décrire les effets. Nous avons eu la certitude que tu étais manipulé par ceux qui se font appeler mangemort, leur servant d’objet. Nous ne pouvons savoir qui t’a jeté ce sort, ni même le prouver aux yeux de la justice qui ne porte que trop mal son nom. Nous ne te dénoncerons pas de ce fait aux aurors car nous savons que tu ne l’as pas fait de ton plein grès. Jana, celle que tu as vu le soir du bal, n’était surement nul autre qu’un ou qu’une serviteur du mage noir qui sévit sur l’Angleterre. Une fois sa mission accomplie, elle ou il t’aurait ôté tous souvenirs de ces évènements, même si je n’arrive pas à comprendre la raison de cet acte. Je ne sais pas si tu te rappelles de Jessi Tumodel… Ce dernier n’était nul autre que celui qui s’autoproclame Lord et veut mettre la main sur le pouvoir anglais. C’est lui qui est le seul fautif dans cette histoire, et non toi Torben. Il faut vraiment que tu le comprennes pour pouvoir avancer et ne pas voir ta vie plus dure qu’elle ne doit l’être déjà. J’imagine la haine que tu dois ressentir, mais cette dernière peut être canalisée si tu me donnes l’occasion de t’apporter le moyen.

    Je pris le bras de Torben pour le forcer à s’arrêter et à me faire face. Je me sentais si mal d’être la messagère d’une telle nouvelle et ne pouvait cacher la peine que je ressentais pour lui. Il n’avait jamais eu la vie facile, et je venais d’en rajouter une couche. Mais il fallait qu’il sache, il le fallait. J’avais moi-même été resté trop de fois dans le flou par rapport à Jessi, puis Severus, et récemment Harry. Toutes les vérités n’étaient pas facile à entendre et à assumer, mais je préférais devoir faire avec, aussi dures soient-elles, que de rester dans l’ignorance. Tout se savait toujours de toute façon, et il valait mieux que le moldave soit au courant tout de suite et par moi, plutôt que par le ministère qui lui ferait offrir le baiser d’un détraqueur

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: La vérité enfin dévoilée   Lun 9 Nov - 20:06

    Je restais curieux de ce qu'avait à me dire Lily. Je ne savais toujours pas pourquoi elle m'avait fait venir, ni ce qu'elle comptait faire ou dire. C'était un peu déroutant, mais j'étais néanmoins venu, la curiosité l'emportant sur le scepticisme. Elle me parla alors du fait que cela allait bien pour elle dans l'ensemble, et le fait qu'elle aie choisit de suivre un double cursus ne m'étonnait guère. Lily avait toujours été ainsi; elle avait toujours choisit l'excellence, comme si c'était quelque chose d'inné chez elle. Cela me fit sourire intérieurement. Je me sentais tellement détaché du type d'avenir qui attendait Lily. Plus tard, si elle survivait aux épreuves qui nous attendaient, tous, elle aurait n'importe quel travail à portée de main, elle avait déjà un homme qui l'aimait, et était toujours aussi belle et toujours aussi intelligente. Moi, à côté de ça... Repoussant bien rapidement ces sombres pensées avant qu'elles ne s'installent vraiment, je ne désirais pas avoir l'esprit obscurcit alors que je devais voir des choses avec la jeune gyrffondor, des choses qui semblaient importantes. Je mettais donc ce que je pensais de côté pour me concentrer sur la jeune femme. Je ne répondais pas à ses paroles banales, et m'attardait un peu plus sur les transformations physiques qu'elle avait connue.


    Elle était plus jolie qu'avant, plus mature. Sa poitrine s'était développée, ainsi que ses fesses. Elle devenait femme, et je me rendais compte qu'elle devait ces changements à James sans aucun doute. Elle gardait cependant les mêmes traits fins, la même chevelure couleur de feu, et le même regard pénétrant. Elle restait la même, en mieux sans doute. Qu'il était étrange de me dire que je grandissais, que je vieillissais et que rien ne serait jamais plus comme avant. Je n'aurais plus jamais l'innocence que j'avais eu quand j'avais découvert la jeune Miss Evans nue sous la douche. Je n'aurais sans doute plus l'insouciance de transplaner sur des centaines de kilomètres en plein hiver, pour emmener la femme que j'aimais au restaurant, comme je l'avais fait pour Alice. Non, j'avais trop changé pour cela. Le contact avec la main de Lily était chaud, doux et reposant. Il était stimulant, un geste de tendresse que je n'avais plus connu depuis longtemps. S'en était si bon que s'en était douloureux, et je pris bien vite ma main dans celle de ma vis à vis, pour lui éloigner doucement sa main de mon corps. Sans doute avais je été trop vicié par les évènements pour apprécier encore ce genre d'intention.


    Lily me prévint alors qu'elle avait des choses importantes à me dire, et je fronçais les sourcils, anticipant la suite. La vérité? La vérité sur quoi? Mon coeur se serra si fort qu'il en devint douloureux, et mes entrailles semblèrent geler sur place. Etait il possible qu'elle avait su le fin mot de ce qu'il s'était passé à Poudlard, et que cela n'allait pas me plaire? Ce sentiment de culpabilité si connu maintenant recommençait à m'étreindre le coeur. Elle me demanda de ne pas l'interrompre, et je me mis à la suivre quand elle se mettait en marche. Ce qu'elle me dit me stupéfia. Un meurtrier. Un assassin. Comment était ce possible? Comment avais je pu faire une chose pareille? L'imperium... Ces lâches... Ils... je... Restant stupéfait, je m'arrêtais de marcher, et restait la bouche entrouverte. Je n'avais encore jamais tué d'être humain, du moins je l'avais pensé... Je restais coi, sans rien trouver à dire ou à faire. Je réfléchissais à toute vitesse. Ma tête me faisait mal. Mon coeur me faisait mal. Tout mon corps me faisait mal. Putain, je n'y croyais pas. J'avais tué un couple, de jeunes étudiants innocents. Tout était clair. La fausse Jana, ce sentiment étrange, le trou de mémoire... Je sentais les larmes me monter aux yeux.


    S'en était trop. Je n'avais plus pleuré depuis longtemps. J'avais parfois lâché quelques larmes dûes au vent cinglant, au froid précoce ou à l'euphorie, mais je n'avais pas pleuré en allant à la guerre. Pas une seule fois. J'avais massacré des êtres vivants, et j'avais des tas de copains se faire tuer. J'avais été jeté dans le creuset ardent de la guerre sans une seule véritable émotion. Là,je ne pus retenir quoi que ce soit, et je sentis quelque chose couler sur mon visage. Détournant le regard, je ne savais pas comment réagir, je ne savais plus quoi faire. Et cette douleur, sur le côté de mon ventre... Je ne pus retenir les sanglots. J'avais tout vu, j'avais tout fait, mais j'avais atteint mon point de rupture. Je revoyais le visage des choses que j'avais tué, je revoyais les massacres. Je revoyais le visage de tous ceux avec qui je m'étais battu, et qui étaient morts. Je revoyais tout, défilant dans ma tête à toute vitesse. Je m'écoeurais, je n'étais qu'un connard d'assassin. Je me laissais tomber légèrement en arrière, mes fesses rencontrant le sol rapidement. Enfonçant la tête dans mes épaules, je revoyais le visage de mes parents.



    - Pitié, je n'ai pas fait ça... Pitié non... Mes parents... Je... Putain, j'ai pas fait ça, non, je n'ai pas fait ça, je n'ai pas pu FAIRE CA! hurlais je maintenant


    D'un revers de la manche, j'essuyais mon visage, et redresser mon regard rougit par la colère, la tristesse, et mon alcoolisme. J'avais fait ça. Le regard dur de Lily était éloquent. Elle en était sûre, elle ne me mentait pas. Jamais plus je ne pourrais connaître une once de paix après ce que je venais de découvrir. Reniflant bruyamment, une larme épars coulait parfois d'un de mes deux yeux. Me détournant de Lily, je repris la parole d'une voix rauque. Une main vint compresser le côté de mon ventre, à l'endroit où je ressentais maintenant une douleur lancinante. J'avais besoin d'alcool. Un besoin viscéral, authentique. Haletant, je repris douloureusement la parole.


    - Comment mes parents et mes ancêtres pourront ils me pardonner? J'ai fait des choses Lily, des choses horribles. J'ai vu des gens mourir. Tailladés, dépecés, dévorés. J'ai tué, aussi. Je revois leur visage. Que dois je faire? Je les revois, sans cesse, dans ma tête. Je n'en peux plus. J'ai juré de tous les tuer, jusqu'au dernier. Ces mangemorts. Alice m'avait déjà révélé que mes parents avaient sûrement été tués sur ordre de Tu-sais-Qui. J'avais juré. Mais comment je peux continuer, maintenant? Putain, je pètes les plombs. Je n'en peux plus, Lily, je suis fatigué. Je ne peux plus. Je ne veux plus. Que dois je faire? J'ai tué Lily, j'ai tué. Oh oui, putain. Je revois leur visage. Le village qui brûle. Pas de pitié, les sorts fusent. J'ai tué Lily...


    Je laissais échapper une violente quinte de toux, qui me plia en deux sous le choc. Je remarquais en me relevant que les larmes s'étaient remises à couler, et que de petits postillons de sang clairsemaient le sol herbeux. Relevant le regard vers Lily en m'essuyant le coin de la bouche, j'étais totalement anéantit.


    - Qu'est ce que je dois faire Lily? Putain, dis moi ce que je dois faire, je t'en supplie!

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: La vérité enfin dévoilée   Lun 9 Nov - 21:32

    – Oh Torben… Si tu savais combien je suis désolée d’avoir du tout te dire, mais il fallait que tu le saches, il le fallait

    Devant le grand désarroi du moldave, bien qu’il m’ait doucement repoussé une premier fois, je ne pus m’empêcher de me mettre à sa hauteur de venir l’enlacer. J’avais laissé le temps à sa colère et à sa tristesse de prendre possession de lui, chassant que trop bien ce que cela faisait. J’avais perdu ma sœur, à cause de la menace que je représentais pour le mage noir. J’avais été trahie par Jessi, mais plus encore par Severus. J’avais su faire face, me relever plus forte que jamais surtout grâce à James, mais j’avais perdu une part de moi, une part de moi que jamais je ne pourrais retrouver. La vie avait été dure et chienne avec nous, encore plus avec Torben qui n’avait quasiment plus d’attache dans ce monde. Alice l’avait laissé face aux problèmes qu’il avait rencontré – je ne blâme pas mon amie attention – il avait également perdu ses parents, et maintenant, je lui apprenais qu’il avait été l’instrument de mage noir, qui lui avait volé une partie de son âme, de son corps. Je pouvais me montrer insensible par ce qui lui arrivait, et c’était aussi pour cela que j’avais tenu à ce que ce soit moi qui lui annonce et pas une autre personne. Je me plaisais, peut-être à tord, de penser que je représentais ne serais-ce qu’une simple amie pour lui. La pilule aurait moins de mal à passer que si cela aurait été son ex petite amie qui lui aurait annoncé, ou un inconnu pour lui membre de l’ordre du Phénix.

    Ne voulant pas lui laisser le choix, je vins appuyer légèrement sa tête sur mon épaule pour qu’il ne se dérobe pas à mon étreinte. J’étais passée par là, et je savais fort bien que sans soutient il n’avait pas s’en sortir. Face à une telle nouvelle, il avait perdre la tête, peut-être agir inconsciemment et se détruire à petit feu, ou plutôt encore plus vite qu’il n’était en train de le faire actuellement. Il fallait qu’il se reprenne et s’il le fallait je ne le lâcherais pas d’une semelle avant que ce ne soit le cas. On m’a toujours dit que dès que j’avais une idée dans la tête, il était impossible de me faire changer d’avis et que je ne lâchais pas prise tant que je n’avais pas obtenu satisfaction. Je n’étais pas la tigresse des rouges et ors pour rien après tout, et qu’il soit d’accord ou non, le moldave allait s’en apercevoir à ses frais.


    – Calmes toi, crie une bonne fois pour toute, ça fait du bien, mais surtout laisse moi t’aider. Acceptes mon aide, qui n’est pas ni de la pitié ni quoi que ce soit d’autre que mon affection pour toi. Penses à tes parents, à tes ancêtres, à tes sœurs Torben et reprend toi. Je ne dis pas que cela va être facile, loin de là, mais tu leur dois bien ça. Laisses-moi-t’aider s’il te plait Torben, parce que même si tu refuses mon aides, je ne lâcherais pas le morceau. Ne laisse pas gagner sur toi. Je ne te demande pas de me faire confiance, mais juste de me laisser t’aider…

    Prenant son visage entre mes fines mains, je lui avais dis ses paroles sur un ton ferme, un regard compatissant et amical, dépourvu de toute pitié. Mon choix était fait quand au moldave, et je ne reculerais pas comme je venais de lui dire. Je pouvais l’aider s’il me laissait faire. Je saurais voir à travers ses faux semblants, en ayant que trop longtemps pendant ma dépression utilisé. Je ne le laisserais pas faire les mêmes erreurs que j’avais faites en me fermant des autres et en refusant l’aide que l’on m’avait proposé. Je ne voulais pas qu’il se laisse aller, qu’il dépérisse à cause du trop lourd fardeau à porter.

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: La vérité enfin dévoilée   Mar 10 Nov - 10:07

    J'avais l'impression de devenir complétement fou. Ce n'était pas humain, ce n'était même pas quelque chose que j'aurais pu imaginer. Moi, tuer un être humain? Ou même deux? Je n'aurais jamais pu le penser. Certes, j'en avais eu l'intention quand j'avais appris de la bouche d'Alice que Vous-Savez-Qui était surement derrière la mort de mes parents, mais je n'avais encore jamais été directement confronté à cette idée. Je trouvais cela effrayant, et répugnant. Je ne pensais pas être le mec le plus droit et le plus innocent qui soit, loin de là, mais je me rendais compte maintenant que je ne connaissais rien de rien. Et encore moins sur ma propre personne. Je ne me connaissais pas moi même... j'avais déjà ôté la vie, oui, mais à des bêtes immondes qui avaient causé la mort de mes parents. Les visages de ces monstres me hantaient, mais plus par l'horreur des situations que j'avais traversé plutôt que par remord. Les goules étaient des nuisibles très dangereux, je n'avais fait que rendre service à l'humanité. J'en étais du moins convaincu. Je me rendais compte maintenant que j'avais retiré un frère,, une soeur, un fils, une fille, des amis, à des gens qui vivaient encore aujourd'hui. J'avais ôté la vie, aussi purement et simplement que je ne m'en souvenais même plus. C'était horrible, c'était foncièrement horrible. Je n'en revenais pas, et je me sentais plus que nauséeux. Lily me disait être désolée, mais je lui aurais bien remballé sa pitié si je n'étais pas aussi atteint ou aussi blessé.


    Je sentis le petit corps frêle et gracile de Lily se plaquer contre moi. En temps normal, cela aurait sans doute éveiller chez moi un certain type de désir ou encore aurait contribué à ce que je sorte une sympathique petite plaisanterie grivoise, mais aujourd'hui, je n'étais pas du tout partit pour ce genre de choses. Je ne bougeais pas, je ne réagissais pas face à ce signe. Je ne savais pas s'il s'agissait de pitié, de compassion ou de tendresse, et je n'en avais rien à faire. Je n'étais plus vraiment là. Je n'arrêtais pas de me dire que mes parents étaient sans doute mieux morts; sans doute n'auraient ils pas survécut à la nouvelle que leur fils soit devenu un meurtrier alors qu'il était sensé s'occuper de ses soeurs. Je sentis les délicates mains de Lily venir poser ma tête contre le creux de son épaule, et je m'y laissais tomber, anéantit, sans être plus capable de faire quoi que ce soit. J'essuyais encore le coin de ma bouche; ma quinte de toux avait été douloureuse et je sentais toujours ce liquide chaud et au goût cuivré dans ma bouche. Le corps endolori, je n'opposait aucune résistance à Lily. Elle voulait m'aider...


    De force, je me décollais d'elle, une lueur étrange dans les yeux et une expression cynique sur le visage.



    - M'aider? Je n'ai pas besoin de ton aide, je n'ai besoin de l'aide de personne. Je détruis tout ce que je touche Lily, alors retournes avec ton petit copain, et restez bien tranquilles dans votre petit monde. Et je ne dois rien, ni à toi, ni à personne. Qui était dans des putains de forêt, à suer sang et eau pour que vos fesses à tous soient bien au chaud! Qui a vu ses parents se faire dévorer par des bêtes, sous ses propres yeux! Qui doit tout abandonner pour subvenir aux besoins de ses soeurs! Je n'ai pas besoin d'aide. Je n'en ai jamais eu besoin, et je ne fais confiance à personne! Crois moi Lily, je vais les retrouver, et je vais tous les tuer, jusqu'au dernier!


    La haine était revenue. Cette bonne vieille haine. Mon moteur. Elle était morte en même temps que la dernière goule que j'avais assassiné. Elle m'avait laissé vidé de toute substance, elle m'avait laissé vide de but et d'objectif. Et là voilà de retour. J'avais tué des hommes, mais j'allais en tuer d'autre, ou mourir en essayant. La haine se répandait dans chacun de mes membres, elle s'insinuait dans chaque pore de ma peau, dans chaque partie de mon corps ou de mon esprit. Elle refaisait battre mon coeur, même s'il était froid, et lourd à porter. Je ne m'étais même pas rendu compte que je m'étais relevé. Me reprenant, j'essuyais mon visage.


    - Je crois que je sais déjà par où commencer. De vieux amis... Crois moi Lily, je vais aller mettre un sacré coup de pied dans la fourmilière...


    Reprenant ma respiration, je me sentais toujours torturé et je m'arrêtais un instant. Je revoyais deux visages, bien distincts. J'avais cru il y a longtemps les avoir connu par le biais des journaux, mais je les avait vraiment connus.


    - Comment est ce qu'ils s'appelaient? demandais je d'une voix rauque, et cassée

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: La vérité enfin dévoilée   Dim 15 Nov - 16:23

    Ce que je venais de dire à Torben n’était pas des plus facile à entendre, bien au contraire. Je savais qu’il aurait du mal à encaisser, et je ne pouvais pas lui reprocher. A sa place j’aurais pété un câble total. D’ailleurs ne l’avais-je pas fait quand j’avais perdu ma sœur ? J’avais mis énormément à m’en remettre, à canaliser le sentiment de culpabilité qui m’avait envahi vers autre chose, vers une colère envers les responsables. Ils nous avaient forcés à grandir trop vite, à affronter des choses qui n’étaient pas de notre âge, à nous voler notre innocente. Nous avions du devenir adulte plus tôt que bon nombre de personne de notre âge, et même si d’un côté je ne pouvais m’empêcher de regretter ce fait, j’y voyais des avantages tout de même. J’étais ressortie plus forte de toutes ses épreuves, plus forte que jamais et prête à tout pour sauvegarder le peu qui me restait. Ils avaient fait de moi une ennemie des plus redoutable, et j’espérais que le moldave relève la tête comme j’avais du le faire. Je le forcerais de toute façon à le faire, ne lâchant pas prise quoi qu’il puisse arriver. Il pourrait me rejeter, faire ce qu’il voudrait, me faire du mal par ses paroles, ou en venir à sa baguette, je ne lâcherais pas prise foie de Tigresse.

    – Seulement Torben, quoi qu’il arrive, que tu l’acceptes ou non, je l’aiderais. Soyons clair sur le fait que tu n’es pas ton mot à dire sur cela. Tu devrais te rappeler que je n’en fais qu’à ma tête de toute façon, et je me fiche que tu penses que tu détruis tout autour de toi. Si tu crois d’ailleurs que mon monde est bien tranquille, c’est que tu me connais fort mal. Arrêtes de croire que tu es le seul à souffrir, et regardes un peu autre chose que ton nombril. Ce n’est pas toi à ce que je fasse, que veut tuer le Lord, mais James et moi. Ce n’est pas toi a qui il a ôté une sœur, et qui la pleure chaque jour qui passe. Ce n’est pas toi qui ne sera en sécurité nulle part ou tu iras, et que personne ne peut protéger. Ouvres les yeux Torben et remues toi. S’apitoyer sur son sort ne fait pas avancer les choses, et tes parents ne seraient pas fiers de toi en te voyant ainsi. Crois-tu qu’ils aimeraient voir le fils qu’ils ont sauvés au prix de leur vie, détruire la sienne ?Que penseraient-ils à ton avis s’ils te voyaient te détruire et délaisser tes sœurs ? Que croit-il qu’il va advenir d’elles si toi aussi tu les laisses ? Tu te dois d’être fort, d’être un homme, alors agis comme telle

    Je tapais fort, là où ça faisait mal, mais il le fallait. Il fallait qu’il réagisse, qu’il comprenne qu’il devait non pas laisser tomber, qu’il devait se battre, non pas pour lui s’il n’en avait pas la volonté, mais pour les personnes qui comptaient sur lui. Concernant ses parents, je n’avais aucun mal ses derniers temps à me mettre à leur place. J’avais appris quelques semaines plus tôt l’existence réelle d’Harry, le fait que James et moi allions mourir pour le sauver, pour lui apporter un futur, un avenir. Je raisonnais autrement depuis que j’étais au courant de son existence, ayant du une nouvelle grandir plus vite que les autres pour assumer cette responsabilité. Je ne savais pas comment aller réagir Torben à mes paroles, ainsi m’écartais-je de lui, la main non loin de mon arme si nous en venions jusque là. Une colère grondait en lui, une colère que l’on pouvait sentir dans l’air tant elle était importante. Si cette dernière pouvait l’aider à ne pas se laisser aller, alors elle était bonne à prendre. Je le vis essuyer ses yeux, se relevait, et se calmer un peu. Tant mieux, c’était tout ce que « j’attendais » de lui. Ses paroles m’arrachèrent tout de même une petite grimace. S’il fonçait tête baissée, il ne s’en sortirait pas idem, voir pas tout court.

    – Que veux-tu dire par là Torben quand tu me dis savoir par où commencer ? Quand à leur nom, et bien, ils se font appeler les mangemorts. J’ai appris depuis peu que l’on peut facilement les identifier par la marque qu’ils ont sur le bras gauche. Cette dernière représente un crane humain d’où sort un serpent… J’ai de nombreuses sources sur eux, mais je ne puis d’en parler comme cela, pas avant que tu sois… L’un des nôtres. Mais en attendant, avant que je ne te parle de quoi que ce soit, j’attends de toi deux promesses, et pas des moindre. La première est que tu me fasses confiance quoi qu’il arrive. Je suis l’une des rares qui se soucie de toi alors ne me rejette pas quand j’essaye de t’aider… La deuxième est que tu ne devras pas foncer tête baissée dans une vengeance qui fera plus de bénéfices à nos ennemis qu’à toi ou moi. N’oublie pas qu’elle est un plat qui se mange froid, et que moi-même, je ne l’ai pas encore eu… Si tu prêts à m’en faire un serment inviolable alors je pourrais t’apporter ta revanche.

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: La vérité enfin dévoilée   Dim 15 Nov - 21:04

    Je me sentais instable, je me sentais perdu, désorienté. Nauséeux, j'avais froid aussi. Je grelottais presque, et je grelottais tant j'étais transi. De froid et d'horreur surtout. Je ne me rendais pas compte réellement de l'ampleur de ce que j'avais fait. J'avais approché la mort de très près, je l'avais vue à l'oeuvre, je savais ce dont elle était capable. Je savais depuis longtemps maintenant que la mort était sans concession. Je faisais ce que je pouvais pour appréhender les conséquences de mes actes, mais même ainsi, il m'était difficile d'approcher l'horreur de ce que j'avais fait. J'avais vu des hommes se faire détruire, déchiquetés sous mes yeux par des bêtes horribles. Je les avais vu taillés en pièces, morts face contre terre. Je revoyais aussi le visage des familles qui avaient eu des proches de tuer. La guerre était une chose, une chose que j'avais connu. Il s'agissait également de meurtres, mais ça n'avait pourtant rien à voir avec ce que j'avais fait au bal de noël. Un véritable assassinat gratuit. Lily pouvait dire ce qu'elle voulait, que je n'aie rien à me reprocher ou quoi que ce soit, c'était faux. Moi qui me complaisait toujours dans l'idée que j'en avais plus vu que les autres, et plus fait, je n'avais même pas été capable de combattre l'impérium, ni même de me rendre compte que j'étais sous l'emprise d'un autre. Ce n'était pas une sensation agréable, loin de là. La détresse devait se lire dans mon regard, j'en étais certain. Les paroles de Lily avaient plus l'effet inverse que ce qu'elle voulait. Je remarquais sa bonne volonté, mais je ne voulais pas être aidé, et je ne le serais pas, point final.


    Les paroles de la rouge et or me révoltèrent, et toute ma détresse et mon angoisse avaient tendance à disparaîtreau profit d'une immense colère. Comment se permettait elle de me parler ainsi? Alors c'était ça son but, m'avouer que j'étais un meurtrier juste pour avoir le plaisir de me dire que j'étais égocentrique? Serrant les poings, je me réfrénais pour ne pas faire quelque chose que je regretterais ensuite.



    | Et alors? James et toi, vous êtes encore en vie, non? De quoi tu te plains! Tu n'as rien vu de ce qu'ils sont vraiment capables de faire! Tu es libre de penser ce que tu veux de moi, que je ne me comporte pas en homme, ou que tout le monde me déteste, ou encore que je ne pense qu'à moi. Tu aurais sans doute raison. Mais je t'interdis de parler de mes parents, tu ne les connaissais pas, tu n'as pas à me parler d'eux, tu entends? Ce que voulaient mes parents ne compte plus! Il voulait savoir que j'avais une belle vie, un beau boulot, une femme, des enfants, le lot commun. Mais tu sais quoi Lily? Ils sont MORTS! Morts! Et moi avec! |


    J'étais proche de l'explosion au sens le plus littéral du terme. Je me sentais prêt à déverser toute ma colère et ma frustration sur Lily, et ses paroles acerbes ne faisaient que renforcer mon état. J'étais un meurtrier de toute façon. Que pouvait elle attendre de moi? Je ne le savais pas, et ne souhaitait pas le savoir de toute manière. Ma fureur était telle que ma main se déplaçait naturellement vers ma baguette, sans même me rendre réellement compte de la personne que j'avais en face de moi. Un petit sourire cruel se dessinait sur mon visage. Je me sentais dévasté, anéantit de l'intérieur, et je savais que je n'allais probablement pas m'en tirer. Mais je savais que je pouvais en emporter plusieurs avec moi. J'ignorais la question de Lily. Je préférais me concentrer sur ses paroles en temps que telles, et ce qu'elle attendait de moi. Des promesses? Qui était elle pour exiger de moi que je ne lui promette quoi que ce soit? L'écoutant, je partis finalement d'un petit rire.


    | Prêt à te faire le serment inviolable? Non mais redescends sur terre Lily! On se connaît presque pas! Si j'ai réussit à survivre à l'année écoulée, c'est parce que j'ai appris qu'il ne fallait faire confiance à personne, et en aucune occasion! Je ne compte pas déroger à cette règle. Et de toute façon, tu as mis le doigt dessus. Le monde ne se soucie pas de moi. Bats toi avec tes copains si tu le veux, et laisses moi tranquille. Je m'en vais. J'en ai assez entendu pour aujourd'hui. Rejoins vite James et les autres avant que les aurors ne te tombent dessus. Adieu, Lily. Passes quand même le bonjour à Alice, et à mes soeurs. |


    Tournant le dos à la jeune femme, je fermais ma veste avant de marcher en direction de la sortie du village. Merlin, il allait en falloir des pintes pour que je parvienne à oublier l'espace d'un instant cette conversation...

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: La vérité enfin dévoilée   Dim 15 Nov - 21:32

    Il avait beau dire ce qu’il voulait, je ne lâcherais pas le morceau. Je lui avais dit la bombe qui était en train de le détruire, et c’était à moi d’en assumer les conséquences. Qu’il me déteste, je n’en avais que faire. Tout ce que je voulais, c’était qu’il ne se détruise pas lui-même comme il était en train de le faire à petit feu. Si rejetait sa colère et la déverser sur moi pourrait l’aider à aller mieux, et bien soit, je serais son homme, enfin sa femme. Je le savais têtu, mais ce n’était rien comparé à moi. A ses premières paroles, je me mis à ricaner de façon volontaire. Il s’énervait et tant mieux. Il fallait qu’il passe par la colère avant de pouvoir accepter et d’avancer. J’allais tout faire d’ailleurs pour qu’il continue dans cette lancée le plus possible. Je venais d’ailleurs de toucher un point sensible, celui de ses parents, et j’étais bien disposée à ne par lâcher le morceau. Je ne le faisais pas de bon cœur, cachant la tristesse que je ressentais de devoir faire cela, mais je n’avais pas vraiment le choix. Si je baissais les bras tout de suite, il en serait très vite fini du moldave et je me refusais d’être le bourreau qui a abattu sa hache sur la tête du condamné. S’il refusait de m’écouter, j’emploierais les grands moyens. Je ne lui répondais pas tout de suite, essayant tout de même de voir si mes premières paroles suffisaient à lui faire prendre conscience du mal qu’il se faisait, et qu’il faisait autour de lui. Malheureusement, rien n’y faisait, et après de nouvelles remarques fortes peu agréables, il tourna les talons comme ça. Cette fois ci, il était arrivé à moi aussi me mettre en colère. Le rattrapant, je vins me placer devant lui et le poussait en arrière à l’aide de mes mains. Mon regard était dur, mais il ne serait rien par rapport à mes paroles

    – Tu parles qu’on est encore en vie… Trois ans tout au plus voilà ce qui nous reste alors ne parle d’un sujet dont tu ne connais pas l’ampleur Torben. Ce n’est pas toi qui va mourir de Sa main. Alors arrêtes de te plaindre une bonne fois pour toutes, et saches que je parle de tes parents si cela me plait. Bon sang, regardes toi de plus près. Quel exemple tu es pour tes sœurs. Quel fils digne tu es. Quel honneur tu fais à leur sacrifice ! Ils sont certes morts, mais ce n’est pas pour autant qu’ils ont disparut, mets toi ça dans la tête. Tant que tu vivras, tant que tes sœurs vivront, ils seront toujours là, que cela te plaise ou non. Tu crois que tu es le seule à souffrir dans toute cette histoire ? T’es-tu au moins posé la question de savoir comment allez des sœurs ? T’es-tu préoccuper de la peine que tu leur infliges ? T’es-tu préoccuper des larmes qu’elles versent en pensant à vos parents et en te voyant te détruire ? Tu n’es qu’un lâche au fond. Tu ne sais que fuir, mais ne compte pas sur moi pour aller l’annoncer à tes sœurs. Conduits-toi pour une fois en homme et ne laisse pas les autres faire le boulot à ta place

    Il aurait été très imprudent de ma part de ne pas reculer de quelques pas, ni de sortir ma baguette. Je ne craignais pas Torben, enfin, plus on va dire. Depuis l’attaque que j’avais subie ici même à Pré-Au-Lard, peu de choses arrivaient à m’effrayer. Je me tenais bien doute devant lui, mes prunelles plantaient dans les siennes. Je venais que tout juste de réaliser que dans mon élan, j’en avais trop dit concernant James et moi, mais peu je ne pouvais pas revenir en arrière. Les hostilités étant clairement ouvertes, je plaçais ma baguette devant mon visage, pour le saluer à la manière sorcière.

    – Si tu me bats, je te laisserais tranquille, et tu pourras aller d’enivrer d’alcool jusqu’à en mourir. Mais si je gagne, tu devras m’écouter jusqu’au bout et faire ce que je te dirais de faire. Tu sais déjà ce que je vais te demander donc aucune surprise de ce côté… Comme on le dit si bien, honneur aux dames. Vu que je ne vois pas d’hommes présents et que je suis du genre galante, je te laisse commencer

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: La vérité enfin dévoilée   Dim 15 Nov - 22:00

[HJ: si ma réponse te gêne pour la fin, n'hésites pas, je peux modifier ^^]


    Lily ne voulait pas abandonner. Non contente de m'avoir apporté la pire nouvelle que j'eus jamais reçu de toute ma vie, la voilà qui me tourmentait, m'insultait, me rabaissait, tout ça dans le seul but que de m'énerver pour mieux me manipuler. Ce n'était pas ma guerre. J'y étais venu par la force des choses et je n'avais pas eu mon mot à dire. Pourtant, je ne pouvais nier que j'étais plus en colère que jamais auparavant. Si je n'avais pas jadis apprécié la jeune rouquine, je l'aurais sans doute jeté avec force. Je l'aurais peut être même agressé physiquement, comme cela avait faillit être le cas avec Krystel quelques semaines auparavant. Mais aujourd'hui, je ne savais plus comment faire, comment réagir. Je ne me voyais pas m'en prendre à Lily, et bien que celle ci ne me fasse approcher de mon point de rupture, j'avais encore moins que d'habitude l'envie d'en venir aux mains. Excepté si elle m'y forçait vraiment, bien entendu. D'ailleurs, elle revint se poser juste devant moi pour me repousser brutalement en arrière. Serrant la machoire et les poings, j'étais prêt à en découdre si c'était vraiment ce qu'elle voulait. Elle me toisait d'un regard que je ne lui connaissais pas, qui aurait pu me faire faillir jadis, mais qui n'était rien comparé à ce que j'avais déjà pu voir dans le passé. Inutile de préciser que tout était déjà mal partit pour que cette discussion ne se termine pacifiquement.


    D'ailleurs, les paroles de Lily entérinèrent la situation une bonne fois pour toutes. Elle me parlait de chsoes que je ne comprenais pas, qui la concernait, elle et James. Je me fichais bien de leurs histoires. Moi, je me plaignais? Je ne disais jamais rien à personne, n'ayant de toute façon aucun ami vers qui me tourner devant l'ampleur catastrophique de ma situation! On ne pouvait pas dire que les choses étaient bien engagées, loin de là ! Elle s'en prenait à moi, à la mémoire de mes parents et à mon comportement. Je me sentais bouillir de colère et de haine. Comment pouvait elle me parler ainsi, elle, l'intelligente et jolie miss Potter, celle qui était si parfaite? Elle avait encore moins le droit que quiconque de s'en prendre à moi sur la ruine qu'était ma vie. Comment ça, je ne me préoccupais pas de mes soeurs? J'étais encore le seul à me soucier d'elle et réciproquement, et ce que cela ne lui suffisait pas de s'en prendre à moi, il fallait en plus qu'elle me rabaisse? Je n'en revenais pas de ce que j'entendais... Moi, un lâche? Ma haine, ma colère, n'avaient jamais été aussi fortes depuis le début de ma vie. Pas même envers les goules, pas même envers qui que ce soit. Elle ne savait pas ce qu'elle faisait, ni ce qu'elle disait. Elle ne savait rien. Avait elle déjà tué?



    | Oui, je suis un lâche, si ça te fais tellement plaisir. Ne viens pas me faire la leçon. J'ai abandonné mes études pour mes soeurs. J'ai abandonné ma vie pour venger mes parents. J'ai tout abandonné pour ma famille et j'ai tout donné pour elle. Tu ne serais pas capable de faire autant que j'ai fait, alors ne vient pas me parler! |


    Lily tira sa baguette et me salua, engageant donc un duel de sorcier. Je restais muet l'espace d'un instant devant sa tentative. Mais bordel, elle ne pouvait pas me laisser en paix? Elle en avait déjà fait suffisamment, non? Elle croyait vraiment que j'allais me battre contre elle en plus... Je la regardais, sutpéfait, tandis qu'elle énonçait les conditions de ce duel. Ainsi donc, elle me laissait commencer? En un instant, j'étais sur elle. Je la saisis par le col de sa cape de sorcière et la plaquait contre un tronc d'arbre derrière elle. La plaquant fermement, je la tenais de sorte à la bloquer, pas pour lui faire mal. Le regard et les lèvres à quelques centimètres des siennes, je lui murmurais d'une voix rauque et haineuse, alors que je sentais les larmes monter de nouveau.


    | Tu serais prête à te battre contre moi? Tu ne sais rien, Lily, tu ne sais rien du tout. J'ai déjà tué, et ça ne me fait pas peur de recommencer. Tu m'as confirmé que j'étais un meurtrier. En quelques secondes, je pourrais te trancher la gorge, et te laisser te vider de ton sang ici sans que l'on me soupçonne, et sans que quiconque ne puisse venir à ton aide. Ne juge pas ce que tu ne connais pas. Que dirait James en te voyant, hein? Et en me voyant collé ainsi contre toi? Que ferait il? Peut être devrions nous l'appeler, il me donnerait ce que je cherche depuis si longtemps maintenant... |

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: La vérité enfin dévoilée   Jeu 19 Nov - 18:44

    Si Torben pensait que je le laisserais partir sans rien dire, sans rien faire, il se trompait lourdement. Il était peut-être têtu, mais ce n’était rien comparé à moi, ça vous pouvez en être sur. J’étais la responsable de son état, je le savais très bien, et c’était à moi de réparer du coup cela. Certes, ce n’était pas ma main qui l’avait guidé pour tuer les deux élèves. Certes, ce n’était pas moi qui l’avais contrôlé sous l’imperium, je ne dis pas. Mais c’était moi qui avait cherché à trouver le coupable de ses meurtres, poussait par la révélation de Jessi lors de l’attaque au Pré-Au-Lard. C’était moi qui avait découvert que ce dernier n’était autre de le moldave, qui avait été influencé et avait agis contre son grès (cela ne faisait aucun doute dans mon esprit). Enfin c’était une nouvelle moi qui lui avait dit la vérité, qui avait pris la décision de ne plus lui cacher ce qu’il avait été obligé de faire, ne de pas lui cacher la vérité. Personne ne m’y avait forcé, et c’est moi et moi seule qui avait décidé de le faire, et également de lui parler de l’Ordre du Phénix, même si pour l’instant, ce n’était pas gagner. Tant qu’il n’étais pas capable de se reprendre, il n’en entendrait pas parler. Il était hors de question que je lâche un « enfant » dans la cage au lion. L’enfant ici, c’est Torben, le lion, c’est le Lord…

    –Je te fais la leçon car tu joues au gamin capricieux qui ne veut rien entendre, qui ne pense qu’à lui. Si tu te soucies autant de tes sœurs alors soit le grand frère modèle que tu étais en arrivant en Angleterre. Je ne remets pas en cause ce que tu AS fait pour elle, mais ce que tu ne FAIS pas AUJOURD’HUI pour elles. Quand à savoir si je serais ou non capable dans faire autant, ni toi ni moi ne le serons, vu que la situation ne s’est jamais présentée. Je n’ai jamais dis que ta vie était facile, loin de là. Seulement nous avons tous des problèmes, et pas seulement ta petite personne

    Sur ces mots, je tirais ma baguette de ma poche, et vint le saluer à la manière sorcière, pour engager un duel. Si se défouler sur moi pouvait lui faire du bien, pouvait le faire revenir sur le droit chemin, et soit, j’étais sa tigresse. Je lui disais d’ailleurs que si je gagnais le combat, il allait devoir faire ce que je lui demandais, tous ce que je lui demanderais. Si par contre Torben gagnait, je le laisserais tranquille. C’était assez risqué comme pari, surtout qu’il était un sorcier plutôt fort, mais j’étais prête à prendre le risque de me prendre une raclée. Ce que j’avais à perdre – ma fierté mise à part – ne serait nulle autre que la paix intérieur de l’homme, mais je n’avais pas le choix de toute façon…. Je n’aurais jamais imaginé le moldave faire usage de la force sur ma personne, et ne fit rien du coup, trop étonnée quand il vint me plaquer contre l’arbre juste derrière moi. Je vis alors ses yeux, ses yeux si malheureux, si souffrants. Ses mots pour moi reflétaient la même chose. Par contre, je ne pus m’empêcher de faire une grimace quand il parla de l’homme que j’aimais. Il pouvait s’attaquer à moi, mais pas à lui, ça, je ne l’acceptais pas.

    – James me fait confiance et je t’interdis de parler de lui ainsi… Pour ce qui est de me trancher la gorge, mais vas-y Torben, fait le. Comme tu le dis personne ne saura que c’est toi qui m’a tué, et tu l’auras eu ta vengeance. Je ne t’en empêcherais pas, ni ne me débattrais. De toute façon, je suis condamnée. Mais si cela doit te soulager un peu, ce dont je doute énormément, ça ne sera que temporaire et fera réellement de toi un meurtrier, pas seulement le meurtrier de Lily Evans, mais tu seras aussi le meurtrier de toute l’humanité. Vas-y Torben tues moi ! Offre à tu-sais-qui ce qu’il désire le plus au monde. Offres lui ma tête qu’il puisse faire régner à jamais le mal sur l’Angleterre. Oui vas-y Torben pactise à celui qui t’a manipulé, tue ta seule amie, la seule personne qui essaye de t’aider. Qu’attends-tu pour le faire ?

    Je n’aurais pas cru cela possible, mais j’étais restée très calme, très stoïque, très neutre dans mes paroles. Pour les renforcer, j’avais laissé tomber ma baguette à terre, baguette que j’avais gardée à la main. Mon regard n’avait pas une seule fois quitté le sien, accusateur, dur mais sympathique tout de même. Je ne voulais vraiment que du bien, que des bonnes choses, qu’il arrive à surmonter toutes ses galères, et qui reprenne pied

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: La vérité enfin dévoilée   Ven 20 Nov - 7:13

    Je n'acceptais pas ce que me disait Lily. Je n'acceptais pas le ton qu'elle employait, et encore moins les mots qu'elle choisissait. Je n'en pouvais plus de tout ceci. J'avais d'ailleurs réagit de façon plutôt violente à ses paroles. J'en étais venu à la plaquer contre le tronc d'arbre qui était sis derrière elle. Je n'étais pas certain que cela serait bien pris, mais j'avais de toute façon franchit le point de non retour. Je ne pouvais plus reculer, et ses paroles n'étaient de toute façon pas faites pour que je puisse me calmer. Elle me dit alors que je n'étais qu'un gamin capricieux. Grand bien lui en fasse si elle pensait vraiment tout ceci. Se doutait elle que je me fichais bien du point de vue des gens? Je n'avais aucun ami, je n'avais plus personne, hormis Hannah et Lyra. Je me fichais éperdument de son avis, et je me fichais tout autant de ce qu'elle me disait. Même elle, elle pouvait critiquer si elle voulait le comportement que j'adoptais avec mes soeurs, mais je trouvais que cela ne la regardait pas le moins du monde. Est ce que je critiquais la façon dont ses parents l'éduquaient elle? Non, j'étais peut être l'un des plus bel enfoiré que la terre aie jamais porté, mais je ne me serais jamais permis d'insinuer quelque chose de ce genre là. Je n'avais jamais été ainsi, je ne m'étais jamais comporté comme ça, et ne le ferais sans doute jamais.


    | Je me fiche de tes problèmes Lily, ils ne me concernent pas. Et les miens ne te concernent pas non plus. Tu n'es pas ma mère, ça fait longtemps que je n'en ai plus. Je suis majeur et le tuteur de mes soeurs, et c'est à moi qu'il appartient de définir ce qui est bon ou pas pour elles. C'est comme ça, et pas autrement. |


    J'avais répondu d'un ton on ne peut plus autoritaire, mais je ne pouvais pas dire que je m'étais plu à la critiquer à mon tour. Je ne savais pas ce qui me prenait. Sans aucun doute était ce la faute de ma colère, mon ressentiment et la détresse que je ressentais? Je me sentais tellement dévasté intérieurement. Je n'avais plus de repère, plus rien pour guider ma vie. Je n'étais absolument pas du genre à parler ainsi et à réagir ainsi. J'avais du mal. J'avais vraiment du mal. Et Lily qui continuait de m'attaquer, encore et encore. Si elle croyait que c'était intelligent de sa part à venir me broyer, et m'enfoncer plus bas que terre... Elle était totalement à côté de la plaque. Si ce n'était pas cette nouvelle qu'elle venait de m'annoncer, sans doute m'aurait elle poussé à rejoindre l'autre camp. Je la redécouvrais en quelque sorte, et elle ne faisait que me braquer un peu plus à chacune de ses paroles. M'agresser dans un moment pareil n'était vraiment pas une bonne idée. Elle se mit à défendre ce co****d de James, ce grand prétentieux, cet arrogant abject qui m'avait recraché notre amitié en plein dans la tronche. Grand bien lui en fasse, si son mec était aussi parfait, je m'en fichais à un point fou. Je laissais cependant échapper un petit rire sans joie à ses paroles.


    | Je n'ai pas d'ami, je n'en ai plus depuis longtemps, alors arrête ton char. Je ne sais pas pourquoi tu m'as dit ça, ni ce que tu voulais de moi. Mais ne reviens plus jamais me parler, Lily Evans. Plus jamais. Et puis, ce n'est pas toi que j'ai promis de tuer ou de mourir en essayant. J'ai un tout autre gibier en vue... Adieu, Evans. |


    Je n'avais plus envie de me battre. Je venais d'apprendre que j'avais déjà tué des hommes. Deux, pour être exact. J'étais le genre de salopard que j'avais juré de traquer. On ne pouvait pas dire que je sois particulièrement enthousiaste à l'idée d'être ce que je haïssais le plus. Et les paroles acides de la gryffondor m'avaient sans doute autant blessé, bien plus que je ne l'avais montré. Elle n'avait fait que me braquer, et je me sentais encore plus fragile qu'à l'annonce de la nouvelle qu'elle m'avait faite. Lâchant Lily, je me détournais d'elle, et partait en sens inverse pour transplaner une fois les limites de Pré Au Lard atteintes...

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La vérité enfin dévoilée   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum