Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Dim 5 Juil - 20:51

Dimanche quinze mai. Les vacances étaient bels et bien finis, et d’ici quelques heures, je devrais regagner Poudlard. Je venais tout juste de déposer mes parents à la gare moldu de Londres. Ces derniers allaient regagner la France, et j’eu un peu de mal à ne pas les suivre. Tout serait plus simple après tout si je ne revenais pas à l’école de sorcellerie anglaise. Je n’aurais pas tant de chose à affronter. J’avais la veille changé mes plans, et demandé à mon meilleur ami Severus de retourner au château avec moi, et que j’irais toute seule en fin de journée. C’était le mieux à faire pour l’instant en tout cas. Il y avait trop de choses qui se bousculaient les une dans les autres, trop de choses compliquées sur lesquelles je n‘avais aucun contrôle. Plongée dans mes pensées, je restai près d’une heure sur le quai de la gare, regardant au lointain l’horizon par lequel s’était évanoui le train de mes parents, avec regret. J’aurais du embarquer avec eux, mais cela aurait été lâche, et je n’aurais pas pu m’y résoudre non…

Ce ne fut que lorsqu’un contrôleur me demanda de circuler que je quittais la gare, toujours aussi perdue. Plusieurs personnes me dévisagèrent dans la rue. Ils devaient surement me prendre pour une paumée, ou je ne sais pas quoi d’autre. Et ils auraient raisons. Je errais sans but dans les avenus, sans but précis, m’arrêtant de temps à temps, dévisageant tous les couples que je croisais. Bon sang, pourquoi est-ce si simple pour eux, et pas pour moi? Je n’ai que dix-sept ans, je suis trop jeune pour être autant tourmenté par des problèmes de cœur ! Entre James, Nathan et à présent Severus… Ma tête allait finir par exploser à force. Pourquoi moi? Je n’avais rien demandé ! Pourquoi avais-je été aussi sotte, et aussi aveugle? Ce n’était pas possible d’être aussi bête, pas à ce point là. Il n’y avais vraiment que moi pour me mettre dans de pareils situations.

Mes pas finirent par me reconduire au chaudron baveur, où je devais récupérer mes affaires avant de prendre le magicobus direction Pré-Au-Lard. Je n’avais pas mon permis de transplanage, et du coup, je n’avais pas d’autres moyens de retourner à Poudlard. Venant du côté de la rue moldu, je fis très attention à ne pas attirer l’attention. Il serait très étrange qu’une jeune fille entre dans une sorte de bar taudis, que l’on disait très mal fréquenté. Les sorciers avaient tout fait pour toujours faire croire que ce lieu était quelque peu maudit, histoire qu’aucun non magique ne veuillent y entrer. Je me rappelle d’ailleurs que j’avais mis une bonne heure pour convaincre mes parents qu’il n’y avait rien à craindre… Une fois passée la porte, je ne fis guère attention aux gens qui se trouvaient dans la pièce, de nouveau plongé dans mes pensées. L’esprit trop ailleurs, je ne vis pas le gros sorcier s’approcher de moi, et me bousculer sans ménagement en passant à côté de moi. Je ne m’en aperçue qu’une fois que je vacillais, et basculais sur le côté. Je fus rattrapée de justesse par un jeune homme, que je ne connaissais que fort bien.



- Merci beau… James?!


Voulant me dégager trop vite de ses bras, rouge comme une tomate je n’arrivais qu’à nous faire tomber par terre tous les deux, dans un bruit fracassant. Disons qu’une chaise en bois qui s’écrase sur du carrelage, je n’ai pas très discret. D’ailleurs, cette fois-ci, je me fis mal, retombant sur mon poignée droit, qui émit un craquement assez significatif. Je ne pus m’empêcher de pousser un petit crie de douleur sur le coup. Par la barbe de Merlin, il n’y avais vraiment qu’à moi que ce genre de choses pouvaient arriver. A croire que ma situation n’était pas assez compliquée comme ça. J’oubliais vite ma blessure pourtant, au profil du maraudeurs, vers qui je me tournais rapidement. Pourvu qu’il n’est rien. Il était joueur de quiddicht, et casse-cou, il devait en avoir vu d’autre. Je le savais bien et pourtant, je ne pouvais m’empêcher de m’inquiéter pour lui. Je l’aimais en même temps, il n’y a rien d’étonnant à mon inquiétude


- Désolée mon ché… James… Je ne m’étais pas attendue à te voir ici… Je ne t’ai pas fais mal j’espère.


Je m’étais rattrapée juste à temps pour ne pas l’appeler mon chéri comme j’avais pris l’habitude de le faire. C’était si bizarre de le revoir, qu’il soit aussi prêt de moi qu’à cet instant. Une envie furieuse me prit de venir me blottir contre lui, de l’embrasser et de lui dire que je l’aimais. Mais cela resterait une envie, aussi forte soit-elle. Je ne pouvais pas faire comme si de rien n’était. Je lui en voulais encore pour l’autre fois, encore plus à présent qu’il était en face de moi. Quand je lui avais écris que je le détestais autant que je l’aimais, ce n’était pas que des mots, mais la stricte vérité…

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Admin↯  Future star des couches culottes
avatar



Nombre de messages : 1595
Age : 18 ans !
Groupe : Auror - Ordre du Phénix - Maraudeur
Caractère : Têtu - Téméraire - Arrogant - Persévérant - Romantique - Imaginatif - Drôle - Charmant
Crédits : : ©sheismurphylaw
Date d'inscription : 02/03/2008




James Potter

Admin
Future star des couches culottes


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 11
MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Dim 5 Juil - 22:13

La fin des vacances était arrivée bien vite, pour James. Il devait avouer que se retrouver loin de Poudlard, et en compagnie de son frère chéri, lui avait un peu remonté le moral. Il était parvenu à se sortir Lily de l'esprit plus de cinq minutes, et ça lui avait fait pas mal de bien. Cependant, les quelques lettres qu'elle lui avait envoyées ne le mettait pas en confiance pour leurs retrouvailles. Il s'était excusé avec tous les mots qu'il avait pu coucher sur papier, il avait donné toutes les explications qu'il possédait. Que pouvait-il faire de plus pour qu'elle accepte de le croire ? Pour qu'elle accepte de ne plus le détester ? Rien qu'à repenser aux mots de la préfète mettait James dans un état léthargique. Il avait tellement peur de la perdre totalement que, pour lui changer les idées, Sirius avait décidé de l'emmener sur le Chemin de Traverse. Passer des heures dans la boutique de Quidditch, puis engloutir une boule de tous les parfums que possédait Florian. Un bon programme en soi.

Mais James ne respirait pas l'enthousiasme, c'est le moins qu'on puisse dire. La rentrée était demain, et il ne pensait qu'à ça. Qu'au fait qu'il allait devoir affronter le regard de Lily et ses mots. Et aussi difficile que ce soit à avouer, il crevait de trouille. Pourtant, il ne chercha même pas à protester quand Sirius déclara la veille à table qu'ils se rendaient sur le Chemin de Traverse. Il savait que c'était peine perdue, son frère l'emmènerait de force s'il le fallait. Patmol était prêt à tout pour lui remonter le moral. Et James s'en voulait d'être totalement incapable de faire de même pour lui et Anna. Même s'il savait que ça allait mieux entre ces deux là, et que les choses étaient sur la bonne voie, il restait qu'ils ne sortaient toujours pas ensemble. Et James aurait aimé pouvoir changer les idées de Sirius, le faire rire et lui faire oublier cette filles quelques instants. Mais il était en trop piteux état pour jouer son rôle de meilleur ami du monde.

Nos deux compères se trouvaient donc dans le Chaudron Baveur, depuis quelques minutes à peine. Ils avaient croisé Hagrid, et discutaient un peu avec lui. Le Garde-Chasse n'était pas un très grand ami, plutôt une simple connaissance, mais James l'aimait bien, et il aurait été très impoli de ne pas aller tailler le bout de gras cinq minutes avec lui. James se trouvait face à la porte, mais toute son attention était concentrée sur son interlocuteur, qui leur racontait la partie de cartes qu'il avait fait la veille au soir contre un roumain. Concentration qui fut happée par une exclamation, quelques mètres plus loin. Il leva les yeux, et aperçu Lily. Elle, ici ? Oh mon dieu, la confrontation allait avoir lieu plus tôt que prévu. Il n'était pas prêt, pas prêt du tout. Sans réfléchir, il se précipita vers elle lorsqu'elle percuta un homme. Il bouscula Sirius au passage, qui se trouvait juste devant lui.

Il l'atteignit à temps pour la rattraper. Ou plutôt, pour amortir sa chute. Elle était bel et bien tombée dans ses bras, ça oui. Sauf que quand elle remarqua que c'était lui qui la tenait contre lui, elle chercha à se dégager vite fait bien fait. Elle voulu aller tellement vite qu'elle se réussi qu'à lui tomber dessus, et à le faire tomber de la même façon. James s'étala de tout son long en arrière, sa tête allant méchemment se cogner contre le carrelage du sol. Aïe. Il en fut sonné l'espace de quelques battements de coeur, avant que Lily ne se tourne vers lui pour lui demander si ça allait. Elle était toujours à moitié couchée sur lui, son amortisseur, et son poignet semblait en mauvais état. Merde, il aurait dû se débrouiller pour qu'elle ne se fasse pas mal. Il était trop nul.

La situation lui donna envie d'éclater de rire, mais il se contenta d'un sourire, interrompu par la phrase de la jeune fille. Elle avait failli l'appeler "mon chéri". C'était trop dur de l'entendre se rattraper au dernier moment, trop dur de faire comme si de rien n'était. Trop dur de ne pas se pencher vers elle pour l'embrasser. Elle était si proche de lui, si belle aussi. Il avait envie de la serrer contre lui, de la tenir dans ses bras pour toujours. Lui dire qu'il l'aimait et l'embrasser jusqu'à l'user. Mais tout ça lui était refusé, à présent.


-Non ne t'inquiètes pas, je vais bien. Mais toi tu as l'air blessée... On est pas très loin de Sainte Mangouste, je t'y conduis ! Euh... Enfin...

Il se dégagea, et l'aida à se relever. Il passa une main dans ses cheveux, gêné. Quoi dire, maintenant qu'il se retrouvait face à elle ? Il avait tant de mots qui lui brûlaient les lèvres, tant d'excuses et de promesses qu'il ne savait par où commencer. Il aurait voulu tout dire à la fois, ce qui malheureusement n'était pas possible. Il releva les yeux (qu'il avait posé sur ses lacets) vers la jeune femme, et l'admira un instant. Elle était vraiment magnifique, avec sa peau bronzée qui faisait ressortir ses yeux émeraudes.

-J'ai des tas de choses à te dire, Lily, et je ne sais pas par où commencer. Je voudrais te dire que je t'aime, te supplier de me donner une seconde chance parce que sans toi je suis rien du tout, mais je sais que ce n'est pas suffisant. Je suis désolé de tout ce qui s'est passé. Je m'excuse de tout ce que j'ai pu dire. Je m'excuse de mon attitude. Je m'excuse aussi pour ne pas avoir trouvé le courage de venir te dire ça plus tôt.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Mar 7 Juil - 12:44

    Depuis hier au soir, James se lamentait sur son sort, se transformant en loque humaine. Alors faisant exactement ce qu’il aurait fait si c’avait été lui le malheureux, Sirius déclama à table que le lendemain, direction le chemin de traverse, que James le veuille ou non. Il aurait même été capable de le tirer par la peau du dos pour l’amener au chemin de traverse, histoire qu’il arrête de geindre. Ils étaient donc, dès le lendemain, sur le chemin de traverse, à trainailler comme des loques, Sirius essayant de remonter le moral de son ami. Puis finalement ils se posèrent dans le Chaudron Baveur, où ils croisèrent Hagrid, le garde-chasse, qui les accaparèrent avec ses histoires de jeu de cartes contre un tricheur roumain.

    James était passionné, Sirius moins. Il laissa son regard errer sur l’ensemble du bar animé et se poser à nouveau sur le demi-géant qui, totalement obnubilé par ce qu’il racontait, n’avait pas remarqué que le chien ne suivait pas. Il laissait les mots couler sur lui, telle l’eau sur une toile cirée, sans les entendre. Il pensait à James, et à Anna. Ah, l’amour. Sa réconciliation avec la vipère n’était peut-être pas chose aisée, finalement, vu comment il s’était livré dans ses lettres. Le cabot en avait peut-être trop dit. Bref, il était rongé par l’inquiétude et le stress, mais feignait la bonne humeur pour que James ne le voie pas. En temps normal, le cerf l’aurait rapidement vu, mais là ... Bah, non en fait. Sa Lily lui prenait bien trop la tête. Il poussa un petit soupir discret et s’appuya à ses poings sans lâcher le géant du regard. Quel ennui, ce James, depuis quelque temps. Il se transformait en mort-vivant. Bon d’accord, lui aussi il faut l’avouer. Il se perdait dans des spéculations métaphysiques quand James le poussa brusquement, manquant de le faire chuter de sa chaise ...

    Sirius se leva tout aussi soudainement, suivant James sans comprendre. Et il vit Lily. Ah ouais d’accord. Qui allait avoir droit à une saucée monstre en rentrant ? Le toutou ! Dire qu’il l’avait attiré là pour lui faire oublier sa belle quelques instants, et cette dernière lui tombait dessus comme un tas de plume ! Finalement, le chien finit par retourner s’asseoir, surveillant de loin ses tourtereaux. James aurait très peu apprécié que Sirius s’incruste alors qu’il avait enfin l’occasion rêvée de se réconcilier avec Lily, ce qu’il faisait, juste après lui avoir pété le poignet d’ailleurs. Il s’assit et attrapa sa bière, surveillant su regard son couple d’hirondelles, Hagrid ayant décidé de narrer ses performances sportives à d’autres, plus passionnés que les deux rouge et or. Il prit quand même le temps de saluer Lily, d’un bête signe de la main. Histoire de ne pas la snober, quand même.


    « Et maintenant les amoureux, fautes-moi plaisir, et réconciliez-vous. »
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Sam 11 Juil - 20:43

Comment avais-je pu être aussi naïve? C’était la question que revenait sans cesse ses derniers temps dans ma vie. La première fois qu’elle était apparue fut le jour où l’on m’annonçait la mort de mon ainé. Dès lors, elle ne m’avait plus jamais quitté, et refaisait surface tout le temps. Ma petite vie insouciante et sans problème me semblait un très agréable mais très lointain souvenir, et un rêve idyllique. Entre l’autre mage noir en puissance qui faisait des carnages dans tout le pays de l’Angleterre, entre le déménagement de mes parents, ma rupture avec James, la « révélation » ou plutôt les révélation de Nathan et de Severus, je ne savais plus où donner de la tête. J’avais beau y réfléchir encore et toujours, j’étais toujours aussi paumée. Oui, il n’y a pas d’autre mot en fait pour décrire la situation actuelle. J’aurais donné de très nombreuses choses juste pour avoir, ne serait-ce, qu’un signe, qu’un signe qui m’aiderait, qui me montrerait le chemin que je devais faire.

C’était un peu plongé dans ses pensées que je me faisais bousculer sans ménagement par un sorcier corpulent au chaudron baveur. Avant que je ne me fasse mal, enfin au dépars, des bras me retinrent, des bras que je connaissais que trop bien. Est-ce là ce que je j’attendais? Allez savoir. Sur le coup, je ne pus m’empêcher de fuir l’étreindre salvatrice de James, et nous fîmes tomber cette fois pour de bon. J’arrivais même à me casser le poigné droit, mais m’inquiétait pour le jeune homme, ignorant la douleur fulgurante qui m’habitait peu à peu. Je m’excusais même de l’avoir un peu bousculer, alors que je n’y étais pas totalement pour quelque chose. Il aurait pu « s’annoncer » avant, cela m’aurait moins surprise. Je vis un sourire naitre sur son visage, un visage si agréable, qui me réchauffa un peu le cœur, autant qu’il me fit du mal. Je ne devais pas me laisser émouvoir non, ce serait trop simple pour lui, ce serait lui pardonner trop facilement. Pas après l’avoir vu dans les bras d’une autre. Pas après ce qu’il m’avait demandé de faire. Pas après ce que m’avait révélé la vielle Severus.



- Non pas sainte Mangouste, je ne veux pas y retourner…


J’avais dis cela dans un murmure, je n’étais pas sure qu’il est entendu, avec tout le brouhaha de la salle. Je le laissais m’aider à me relever, ne pouvant pas le faire toute seule à cause de mon poignée, que je vins maintenir droit avec ma main encore valide. Je n’avais pas pu m’empêcher de grimacer une nouvelle fois de douleur. Vu que je m’étais rendue du côté moldu, j’avais laissé ma baguette dans ma chambre, ne l’emmenant pas. Je sais que cela pouvait paraitre un peu stupide, mais bon. Et puis, je dois bien avouer que je n’y avais pas pensé. Elle était restée sous mon oreiller. Oui oui, je dors avec mon arme juste au dessous de ma tête au cas où, mais je ne la prend pas quand je dois me balader dans des rues. Pas logique? Ces derniers temps, je ne l’étais plus du tout. J’étais trop chamboulée avec tout ce qui se passait pour l’être.

Attaquant tout de suite le vif du sujet, sans me laisser le temps de me « remettre de ma chute », mon poursuiveur me fit une petite tirade, commençant par le fait qu’il avait des tas de choses à me dire. Il ne savait pas par quoi commencer et pourtant, il y était arrivé. Il me répéta ce qu’il m’avait écrit sur du parchemin pendant les vacances, qu’il m’aimait, qu’il voulait que je lui pardonne, parce que sans moi à ses côtés, il n’était bon à rien. C’était aussi le cas pour moi, même si je faisais tout pour reprendre pied. Il le fallait après tout. J’en avais assez d’être tout le temps le temps triste et malheureuse. La colère, ou bien les enlacements de Nathan étaient de très bonnes solutions à cela, même si je ne comptais pas réitérer la seconde. Quoi qu’il puisse m’arriver, je ne pouvais concevoir à faire du malheur autour de moi, juste parce que j’étais triste…Mon beau cerf s’excusa ensuite à maintes reprises et je savais qu’il était sincère. Seulement, je n’étais pas prête à le confronter aussitôt, à lui donner une réponse. Je l’aime oui, mais je lui en veux tellement. J’en étais arrivée à le détester de nous avoir fait ça.

J’eu un échappatoire en la personne de Tom, le gérant du bar. Sans le savoir, il me sortait un peu d’un mauvais pas. La couleur violacé de mon poigné cassé le fit réagir, et il vint poser sur ce dernier un sac de glaçon, sans me demander avant mon avis. Je ne pus que lui en être reconnaissante. Le froid apaisait ma vive douleur de façon quelque peu libératrice. J’avais déjà assez mal au cœur en cet instant pour un rajouter une autre. Une nouvelle fois, sans me demander mon avis, il me poussa dans le dos jusqu’au bar, ou se trouvait sa baguette. S’excusant de ne pas être très douée dans le domaine médical, et pour l’attitude de son client, il me tendait un verre de Whisky pur malt, qui me serait bénéfique également. Bon je n’étais pas sure que cela me serve à quelque chose, mais face à son insistance, j’acceptais de boire le verre. Je sentais le liquide me bruler la gorge intensivement, et me décrocher une quinte de toux. Cela fit rire aux éclats le garde chasse du collège qui vint me saluer avant de repartir dans une discussion un peu étrange avec un autre sorcier.

Quelques minutes plus tard, le gérant du bar s’attela à servir un client, me laissant de nouveau libre de mes actions. Me retournant, je vis Sirius, que je saluais avec un sourire sincère. J’avais toujours apprécié la compagnie de ce maraudeur, qui jusque là, me remontait toujours le moral. Il soignait les gens à sa manière, avec son humour et sa bonne humeur quotidienne. Pas étonnant qu’il soit autant prisé par les jeunes femmes du château. Et juste à côté de lui, il y avait James… J’abandonnais les glaçons sur un coin du comptoir pour les rejoindre. Oui oui, vous lisez bien, je venais jusqu’à eux, jusqu’aux deux gryffondors. Une fois à leur hauteur, je ne sus quoi dire, quoi faire. Je savais que celui que j’aimais attendait surement une réponse, une réponse que je ne possédais pas. Je me contentais alors de me tourner mon regard vers lui, et lui demander tout simplement:



- Je… Cela ne te dérangerait pas de me prêter ta baguette, s‘il te plait?… Je n’ai pas la mienne, elle est restée dans ma chambre… Mais si tu ne préfères pas, ce n’est pas grave, je comprendrais. Non oublie d’ailleurs. Je ne serais pas capable de lancer un sort de toute façon... Sirius? Tu veux bien m’aider s’il te plait? Tu pourrais lancer un simple accio en demandant mon baume bleu, puis m‘en mettre sur le poigné?

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Admin↯  Future star des couches culottes
avatar



Nombre de messages : 1595
Age : 18 ans !
Groupe : Auror - Ordre du Phénix - Maraudeur
Caractère : Têtu - Téméraire - Arrogant - Persévérant - Romantique - Imaginatif - Drôle - Charmant
Crédits : : ©sheismurphylaw
Date d'inscription : 02/03/2008




James Potter

Admin
Future star des couches culottes


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 11
MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Lun 13 Juil - 16:10

James n'avait pas prévu de croiser Lily. Pas si tôt, il ne savait pas quoi lui dire. Il avait pourtant préparer tout un discours, mais maintenant qu'il la voyait pénétrer dans le bar, il perdait ses moyens. Sa tête restait obstinément vide. Il avait tellement de choses à lui dire, et il ne savait pas quoi faire. Il ne savait pas comment le faire. Il la regarda avancer, n'écoutant plus du tout Hagrid. Et il ne pu s'empêcher d'intervenir lorsqu'il la vit se faire bousculer par un homme. Et tout ce qu'il parvint à faire, c'est amortir sa chute. Enfin, l'amortir... Elle se cassa tout de même le poignet, ce qui n'était pas vraiment une victoire. Le grand chevalier servant repasserait, pour le coup. Il lui déclara immédiatement qu'il allait l'emmener à Sainte Mangouste, pour qu'ils lui répare tout ça. Il ne songea pas un seul instant à le faire lui-même. Il avait trop peur de mal faire. Et pourtant, ils en avaient eu à réparer des petits bobos depuis qu'ils accompagnaient Remus les soirs de pleine lune.

Lily déclara simplement qu'elle ne voulait en aucun cas retourner à Sainte Mangouste. James la comprenait, il savait pourquoi. Mais il fallait bien qu'elle se soigne ! Il l'aida à se relever, et elle se laissa faire. Elle n'avait pas vraiment d'autre choix, en même temps. Elle tenait son poignet meurtri de sa main valide. A peine debout, James entrait dans le vif du sujet. Il ne pouvait pas retenir les mots plus longtemps. Il avait besoin qu'elle sache, il avait besoin qu'elle arrête de lui en vouloir. Elle l'écouta sans rien dire. Et quand ce fut à son tour de répondre, ils furent interrompus par Tom. James cru un instant qu'il allait l'étrangler. Il ne voyait pas qu'ils avaient une discussion capitale ? Il était vraiment trop stupide ma parole ! Et alors que la jeune fille le suivait, James retourna piteusement auprès de son frère de coeur. Qui n'était plus du tout avec Hagrid, soit dit en passant.

Il resta un instant silencieux, à regarder Lily. Qu'est-ce qu'il était sensé faire, maintenant ? Il avait dit ce qu'il avait à dire. Il s'était excusé, une nouvelle fois, mais de vive voix. Il avait fait le premier pas, le plus difficile. Et voila que Tom avait foutu en l'air toute sa petite tirade. Voila qu'il avait offert une échappatoire à Lily.

-Putain Patmol, je fais quoi là ? T'as vu ça, elle a même pas réagi. On ferait mieux de se casser, elle a pas du tout envie de me voir.

Mais, le temps que son frangin lui donne sa réponse, et Lily était déja de retour. Pourquoi est-ce qu'elle revenait vers eux ? Si elle voulait l'éviter, elle n'avait qu'à partir. Au point où ça en était, de toutes façons. Mais non, elle était là, devant eux. James avait envie de faire tellement de choses différentes qu'il cru qu'il allait exploser. C'était trop dur de donner le change, à cet instant précis. Elle commença par lui demander sa baguette, probablement pour se soigner. Qu'il était con, il aurait dû y penser lui-même. Mais elle se rétracta bien vite, alors qu'il amorçait un mouvement pour sortir sa baguette. Comment cela se faisait-il qu'elle n'avait pas la sienne ? Avait-elle oublié ce qui s'était passé à Pré-Au-Lard ? Elle était complètement inconsciente, ou quoi ? Finalement, elle demanda à Sirius de faire venir son baume et de lui en mettre sur le poignet. Elle se foutait de sa gueule, c'était clair. Elle cherchait juste à lui faire du mal, c'était la seule explication. James serra les dents un instant, luttant contre la douleur qui lui envahissait la poitrine tandis que son petit coeur se fendait une nouvelle fois.

-Si tu cherches à me blesser, sache que ça fonctionne super bien !

Il tourna les talons, fit deux pas, puis se retourna vers la jeune femme. Il était blessé, et il était en colère. Il était conscient d'être le responsable de leur rupture, mais il avait aussi l'impression d'être le seul à essayer de recoller les morceaux. Il était le seul à vouloir à tout prix que leur histoire reprenne là où elle s'était arrêtée. Lily ne voulait plus rien avoir à faire avec lui, elle ne voulait même plus qu'il fasse la moindre chose pour elle. Son attitude était claire pour le Gryffondor : elle ne voulait plus de lui. Bordel que ça faisait mal.

-Je t'ai dis des trucs que j'ai jamais dis à personne, j'ai fais pour toi des trucs que j'ai jamais fais pour personne. Pendant sept mois ma vie n'a tourné qu'autour de toi. Ma vie se résumait à toi. Mais il suffit que je merde une fois, qu'une seule fois mes mots dépassent ma pensée, et c'est impardonnable ? Tu sais quoi, Lily, j'en ai marre de te courir après. J'en ai marre d'avoir le coeur brisé. Je peux faire n'importe quoi, je peux te dire que je t'aime, que je peux pas vivre sans toi, ça change rien. Alors j'abandonne...

Sa voix avait tremblé sur ses derniers mots, et il s'en voulait. Il aurait aimé parraître un peu moins affecté, un peu moins pitoyable. Il aurait tellement voulu n'en avoir rien à foutre. Il se serait senti beaucoup moins mal, il aurait eu beaucoup moins mal. Il leur tourna le dos, à elle et à Sirius, et alla se poster près de la porte donnant sur la court arrière du pub. Il attendait Sirius. Il comptait aller sur le chemin de traverse, parce qu'après ça, il avait besoin d'engloutire deux boules de chaque parfum que pouvait proposer Florian Fortarôme. Il venait tout de même de perdre, de façon plus que certaine, la fille qu'il aimait.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Jeu 16 Juil - 21:36

    Eh ... Deux secondes. Pourquoi James revenait vers lui ?! Il fronça les sourcils d’un air sévère, du genre « Fais pas le con espèce de cornu et rattrape ta copine avant qu’elle ne se barre ! » mais rien n’y fit, il ne même pas. Il se rassit, et Sirius laissa échapper un geignement dépité, purement canin. Non mais quel âne, ma parole ! Il laissa tomber sa tête sur la table, repoussant soigneusement sa bière pour ne pas s’en mettre plein les cheveux, mais la redressa rapidement – sa tête, pas la bière – quand Lily s’installa à leur table. Euh ... Pourquoi diable Lily s’installait-elle à leur table ? Un éclair passa dans les yeux du chien qui s’apprêta à se lever pour laisser ses deux tourtereaux tous seuls, quand Lily lui demanda timidement de lancer un Accio pour récupérer une crème. Pourquoi sortait-elle sans sa baguette, était-elle inconsciente ? Après deux secondes d’ahurissement total, je me rassis brusquement.

    « Ah, euh, oui bien sur Lilou. »

    Je levais ma baguette et lançais l’accio pour récupérer la pommade de ma tigresse favorite, en profitant pour invoquer sa baguette que je lui tendis avec galanterie ... Juste avant de vider une bonne quantité de pommade sur son poignet foulé. Nom de Merlin, pauvre Lily qui s’amochait la veille de la rentrée.
    Sirius releva brusquement la tête, fixant son frangin avec stupeur. Il parlait à qui là ? Sors de ta niche, cabot, il parle à Lily –‘. Il ouvrit grand ses yeux, stupéfait. A chaque mot prononcé par son frère, Sirius ouvrait un peu plus la bouche, puis finit par jurer, pas très galant je l’avoue. Puis il sortit. Sirius resta très stupide, et finit par refermer la bouche. Non, il l'avait fait, il l'avait vraiment fait. Sentant la crise de nerfs/larmes, il leva le menton de Lily pour qu'elle le regarde ... Allez, c'est parti, entremetteur à quatre pattes.


    « D'accord ma belle, tu m'écoutes, et ensuite tu réagis comme tu le souhaites. James est totalement fou de toi. Il t'aime, d'accord ? Il a passé une semaine entière, ou presque, à me parler de toi, et seulement de toi. Depuis votre rupture, je travaille comme un fou pour que vous vous remettiez ensemble. Sérieusement, vous n'allez pas bous disputer simplement à cause d'un malentendu ? Ce serait trop simple. Puis toi aussi tu l'aimes. Il est seulement trop aveugle pour le voir, mais les regards que tu lui lances, moi je les vois. Et puis tout à l'heure, tu as bien failli l'appeler mon chéri, non ? T'as pas eu la soudaine envie de te blottir contre lui et de l'embrasser ? Alors arrêtez de vous mentir à cause d'une fierté mal placée. Vous vous remettez ensemble, James arrêtera de t'embêter tout le temps à propos de Serv ... Severus, excuse moi Lily, et toi, eh bien ... Heu, tu arrêteras de t'énerver quand on fourche sur son nom, d'accord ? »

    Et hop, un sourire ténébreux. James était vraiment trop débile de laisser partir une fille comme celle-là. Belle, intelligente, studieuse, et tous les compliments que vous voulez lui donner, braves gens. Raison pour laquelle le Maraudeur laissa quelque temps à Lily, lui permettant de lui répondre, puis il se leva. Il avait un Cerf à fouetter.

    « Excuse moi Lily, je reviens. Si ce pauvre con croit qu’il va tout foutre en l’air, il se trompe, foi de Black. »

    Le Black en question sortit en coup de vent du bar et chercha James des yeux. Ah, le voilà. Ca va saigner. Il le rattrapa et lui attrapa le poignet avec vigueur, le forçant à se tourner vers lui. Et, devinez quoi ? Il se mit à gueuler. Oui, lui, gueuler sur James Potter, vous ne rêvez pas.

    « Non mais tu me fais quoi là, tu déconnes ?! Tu vas immédiatement retourner dans ce bar et lui présenter tes excuses ! T’es con ou tu le fais exprès ?! Ca crève les yeux qu’elle est toujours amoureuse de toi, tu crois qu’elle t’aurait appelé mon chéri sinon ?! L’amour rend con, l’amour rend aveugle, tu en es la preuve incarné mon pauvre Cornedrue ! »

    Silence. Oh, juste le temps qu’il reprenne son souffle x3.


    « Tu sais depuis quand je manigance pour que tu puisses te retrouver seul avec elle ? Et toi le seul truc que tu trouves à faire c’est lui balancer ta frustration ! Putain, mais réagis quoi ! Tu vas lui parler, et plus vite que ça ! Et s’il faut que je te traîne jusque dans ce bar en te menaçant de mort, ne crois pas que quelque chose me retiendra ! »

    Il lâcha son poignet, toujours en rogne, et d’un geste impérieux, lui désigna la porte du bar du bout du doigt. Allez, misérable herbivore, au travail, hein.
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Dim 19 Juil - 0:22

Avant que je ne puisse l’en empêcher, avant que je ne puisse lui dire que je n’avais pas eu l’intention de le blesser, James tournait les talons, laissant planer ses paroles dans l’air. Comment pouvait-il me dire cela, comme s’il était le seul à souffrir dans cette histoire? Pendant sept mois, je m’étais rattachée à lui, et lui avais offert des choses que personne n’avait reçu avec. Il ne s’étais pas passé une seule journée sans que je ne puisse me dire que j’avais de la chance d’elle celle qu’il l’aimait. Il ne s’était pas passé une seule journée sans que je ne pense à lui et que cela me fasse sourire. A présent, son souvenir ne m’arrachait qu’une douleur sans limite, comme si on m’avait arraché me cœur une nouvelle fois. Ses lettres m’avait fait du mal et le revoir plus tôt aussi. Seul un amour véritable peut suscité de la haine. Et c’est ce qu’il m’arrivait. Je le détestait pour avoir tout gâché alors que l’on voyait enfin le bout de tous les malheurs qui nous tombait dessus. J’avais cru qu’il avait compris combien mes « je t’aime » n’était pas de simples mot depuis le temps que nous étions ensemble. Ne lui avais-je pas prouvé mon affection en m’interposant entre lui et le mage noir?

Pourtant, il n’avait pas confiance en moi, ou du moins, il n’avait pas eu assez confiance en moi. Pensait-il vraiment que Severus pouvais le déloger de mon cœur aussi facilement? Surtout qu’en plus, à ce moment là, je ne savais pas encore que le maraudeur avait tapé dans le mile en me disant que j’étais plus qu’une amie pour le serpentard. Ce fait, celui que je pensais connaitre depuis toujours ne l’avait avoué la veille même, et je n’avais pas su quoi lui dire. Il m’avait demandé de sortir avec lui, de lui laisser une chance. Pouvais-je lui refuser cela après tout le temps que nous nous connaissions et mon affection pour lui? Surtout que je n’étais plus avec le gryffondor, et donc par conséquence libre. Mais en partant de ce principe, Nathan ne me l’avait pas demandé implicitement lui aussi? Bon sang qu’il était compliqué d’avoir dix sept ans et d’avoir autant de garçon qui nous couraient après. Je ne voulais pas ça. Je voulais juste être Lily Evans, une élève comme les autres.

Peu à peu, je sentais mes larmes me monter au visage. Mon poignée, grâce à Sirius se soignait peu à peu par le biais du baume que m’avait fait le vert et argent au début de l’année. Il était toujours quelque peu violacé, mais la douleur avait été apaisée. Celle de mon cœur elle était intacte et menaçait de reprendre le dessus sur moi. Je m’étais promise de ne plus verser de larmes, mais j’en étais incapable en cet instant. Mon regard s’attarda quelques secondes sur la pore par laquelle était partie mon cerf, puis glissa jusqu’à la table. Je n’étais pas aussi forte que je l’avais cru, et sans l’intervention de Patmol, que j’avais oublié sur le coup, je serais partie en courant dans ma chambre, pour m’allonger sur mon lit et pleurer toute l’eau que j’avais dans mon frêle corps une nouvelle fois. Il m’obligea à le regarder et à écouter ce qu’il me disait. Il avait raison seulement…



- Stop Sirius, s’il te plait. Je l’aime, mais cela ne suffit pas. Oui, je ne rêve que de l’embrasser, de pouvoir me blottir contre lui. C’est impossible à présent et je me l’interdis… Le mieux est que l’on passe à autre chose et qu’on laisse cette histoire au passé. Ils souffrent tous deux, et moi aussi, alors à quoi bon? J’en ai assez de voir autant de mes proches si malheureux par ma faute de m’infliger le même clavaire. Tu as bien entendu ce qu’à dit James? C’était peut-être au dépars de la fierté mal placé, mais ce n’est plus le cas. Il est en train de me détruire, et je suis en train de les torturer.


Même si je parlais de James, je parlais aussi également de Severus. Rien qu’en son nom, je ne pouvais me remettre en couple avec le maraudeur, pas après ce qu’il m’avait dit hier. Je ne pouvais pas sortir, ni n’avait le droit d’aimer le lion, même si pour cette deuxième affirmation, je ne pouvais pas m’en empêcher. A présent que j’étais au courant de la véritable nature des sentiments de mon ami d’enfance pour moi, je ne pourrais revenir auprès de son « rivale » qui me faisait tant de mal. Cela serait monstrueux de ma part de lui infligeait une telle douleur que je pouvais lui éviter. Comme je l’avais dis à son frère de cœur, l’amour que j’avais pour le poursuiveur ne suffisait pas, et ne faisait que du mal. Ah quoi bon continuer alors à s’accrocher l’un à l’autre. Il fallait qu’il m’oublie et passe à autre chose. Plongée dans mes pensées, je ne vis que vaguement le départ du gryffondor. Il me fallut quelques minutes pour réaliser ce qu’il m’avait dit, et me dire qu’il ne devais pas essayer de raisonner James. Non, il ne le fallait pas.

Je me levais brusquement de ma table pour prendre le chemin qu’ils venaient de prendre, plus déterminée que jamais. J’en oubliais ma baguette et mon baume, qui m’étaient sorties complètement de la tête. J’avais autre chose à m’occuper à régler. Je pris soin d’attendre que Sirius eut finit de s’époumoner contre son frère de cœur avant de sortir et de m’approcher d’eux. Je leur fis signe de se taire, de ne rien dire et de me laisser parler la première. D’ailleurs, histoire qu’ils le fassent, je vins poser un doigt sur chacune de leur bouche, ne pouvant empêcher mon cœur de battre plus fort au contact des lèvres de mon ex petit ami sur ma peau



- Tu as raison mon beau cerf de baisser le bras. Entre nous, il ne peut plus rien se passer. Malgré mon amour pour toi, c’est devenu impossible, et il faut que abandonne cette idée, aussi douloureuse soit-elle à faire. Trouves-toi quelqu’un qui te rendra heureux et oublie moi. Sirius, veuille sur lui s’il te pl…


Peu à peu mes larmes avaient refait surface, jusqu’à m’empêcher de parler. Je quittais le doux regard marron qui me mettait dans un tel état, pour me tourner. Je m’étais pas être dans un tel état, et qu’on le voit. Sans un mot, je fis un pas, les yeux baignaient de larmes, puis un second et un troisième, et un quatrième…Je faisais attention à ne pas trébucher, et à me diriger droit vers la porte. C’est bien Lily, continue comme ça, tu vas y arriver ma belle. Franchie cette foutue porte, et ensuite seulement, tu pourras te mettre à courir vers ta chambre. Mais pas avant d’avoir passer cette foutu porte.

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Admin↯  Future star des couches culottes
avatar



Nombre de messages : 1595
Age : 18 ans !
Groupe : Auror - Ordre du Phénix - Maraudeur
Caractère : Têtu - Téméraire - Arrogant - Persévérant - Romantique - Imaginatif - Drôle - Charmant
Crédits : : ©sheismurphylaw
Date d'inscription : 02/03/2008




James Potter

Admin
Future star des couches culottes


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 11
MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Dim 19 Juil - 13:36

Le coeur de James était en mille morceaux, et son cerveau ne fonctionnait plus normalement. Il avait l'impression que Lily n'avait aucune envie de se rabibocher avec lui, qu'elle n'avait pas envie de lui donner une seconde chance. Que pouvait-il faire contre ça ? Il n'allait pas se jeter à genoux, s'accrocher à sa cheville et la supplier de le reprendre. Quoique... Il n'était plus à ça près. Il avait enterré sa fierté quand Lily l'avait largué. Il n'en avait rien à foutre de ce que tous les gens de ce bar pouvaient bien penser de lui. Pouvait bien penser de ce qui se passait. Il se moquait de l'image qu'il renvoyait, et ce pour la première fois de sa vie. Tout ce qui comptait, tout ce qui occupait son esprit, c'était que Lily ne voulait plus de lui. Qu'elle était passée à autre chose. Ou du moins, qu'elle était en bonne voie. Lui n'était plus rien sans elle, il n'était plus qu'une coquille vide, mais il devrait s'y faire. Il devrait apprendre à vivre sans la fille qu'il aimait, il devrait apprendre à faire taire cette douleur qui lui donnait envie de hurler.

Il s'entendit lui dire qu'il ne voulait plus lui courire après. Il se vit lui déclarer qu'il baissait les bras, qu'il laissait tomber. Il ne le pensait pas vraiment. Comment aurait-il pu laisser échapper Lily ? Il ne voulait vivre que si elle était à son côté. Qui était-il, lui, s'il ne se voyait pas exister dans ses yeux ? S'il n'entendait pas l'écho de son rire se mêler au sien ? Quel attrait pouvait bien avoir le monde si ce n'était pas avec elle qu'il le découvrait ? Il souffrait, plus qu'il n'aurait jamais pu le dire, et il ne savait plus quoi faire. Il semblait que ses mots n'atteignaient pas la jeune femme, que rien de ce qu'il pouvait dire n'avait d'impact pour elle. Comme si ce n'était pas la réalité, comme si ce n'était pas la vérité. A ce moment précis, James n'attendais même pas le pardon, même pas des excuses, il voulait simplement qu'elle réponde à ses paroles. Qu'elle montre qu'elle l'avait entendu, qu'elle prouve qu'elle lui portait attention.

Il était sorti du Chaudron Baveur, et il luttait comme un dingue pour refouler ses larmes. Il était trop con, mais que pouvait-il faire d'autre ? Il l'aimait à s'en faire mal, et ses mots n'arrangeaient pas les choses. Lily l'évitait, Lily ne voulait même plus qu'il fasse la moindre chose pour elle. Avait-il été une personne si odieuse ? Il n'avait merdé qu'une seule fois, qu'une toute petite fois sur l'ensemble de leur relation. Il n'avait fait qu'une demande irrationelle, et cela suffisait à ce qu'elle le déteste à ce point ? Il ne comprenait pas pourquoi Lily lui en voulait tant. Pourquoi elle ne voulait même plus croiser son regard. Ca lui faisait tellement mal ! Il patientait dehors, attendant son frère de coeur. Il voulait fuir, il voulait oublier. Il voulait devenir quelqu'un d'autre. Il voulait remonter le temps.


Mais quand Sirius sorti du pub, ce ne fut pas avec un air de compassion sur le visage. Bien au contraire, il avait plutôt l'air énervé. James serra les dents lorsqu'il sentit son poignet se torde sous la pression du Maraudeur. Il lui fit face, les lèvres tellement pincées qu'Harry y aurait reconnu une version masculine de sa tante Pétunia. Sirius ne comprenait pas, il ne pouvait pas comprendre. Il avait fait la même connerie que lui, mais sa copine à lui lui avait pardonné. Elle voulait même se remettre avec lui, James en était persuadé. En temps normal, l'attitude de son frère l'aurait agacé, l'aurait mis en colère. Qui était-il pour lui donner une telle leçon ? Mais James était dans un état trop pathétique pour se mettre en colère. Il avait juste envie de pleurer, pour être tout à fait honnête.

-Que je retourne là-dedans pour lui dire quoi, Sirius ? Que je l'aime, que je regrette ? J'ai déja dit tout ça, et elle n'y a même pas fait attention. Je peux rien faire si elle ne veut plus de moi. Tu comprends pas Patmol, que j'en peux plus de dire des mots qui n'ont pas de retour ? Que je peux plus me battre ? Je ne peux pas obliger Lily à m'aimer.

Sirius se rendait-il seulement compte combien ça lui faisait mal d'avouer tout ça ? De regarder la réalité en face, et d'affronter la situation ? A ce moment, la porte du Chaudron Baveur s'ouvrit une nouvelle fois, et ce fut Lily qui apparu dans l'embrasure. James rester immobile tandis qu'elle s'approchait d'eux. Il resta pétrifié lorsqu'elle posa un doigt sur ses lèvres pour lui intimer le silence. S'en était trop pour le Maraudeur qui ferma les paupières et laissa couler ses larmes. Il ne voulait pas pleurer, il était un homme après tout. Mais il n'était plus capable de refouler ses larmes, il n'était plus capable de faire semblant d'être fort. Tanpis si Lily le voyait dans cet état, tanpis si Sirius le voyait dans cet état. Il n'en avait plus rien à faire. Tout Poudlard aurait pu assister à la scène que ça n'aurait rien changé pour lui. Les mots de Lily produisirent un déclic dans sa tête.

Elle commença tout d'abord par l'appeler "mon beau cerf". Il s'était trompé, elle l'aimait toujours. Elle l'aimait, c'était évident, elle venait même de le lui dire clairement. Mais elle pensait que plus rien n'était possible entre eux. Pourquoi ? Pourquoi refusait-elle que l'amour soit suffisant ? Les yeux de James, baignés de larmes, étaient braqués sur elle. Il vit les siens se remplirent de larmes à leur tour, et la regarda tourner les talons. Non, malgré tout ce qu'il venait de dire, malgré le désespoire qu'il ressentait, il ne pouvait pas la laisser partir comme ça. Il ne pouvait pas accepter que ça se termine maintenant. Il ne pouvait pas accepter que son amour pour Lily soit insuffisant. Brisant son immobilité, il se lança derrière elle, avant de la dépasser, et de se dresser devant elle. Tanpis si elle le prenait mal ,tanpis si elle le repoussait, tanpis si elle le giflait.

Il posa ses mains de chaque côté du visage de la jeune fille, l'empêchant ainsi de fuir. Il glissa avec plaisir ses doigts dans sa crinière auburn qu'il aimait tant. Et avant qu'elle ne puisse se dégager, il l'embrassa. Le plus amoureusement du monde. Lily saurait trouver la passion contenue qu'exprimait la pression de ses lèvres, elle saurait trouver les "je t'aime" muets. Se reculant, James écrasa une des larmes de la préfète avec son pouce, et c'est en murmurant qu'il reprit la parole.

-Je m'en veux tellement de faire couler tes larmes alors que tout ce que je veux, c'est être celui qui les sèche. Je t'en prie, Lily, laisse-moi redevenir celui-là. Je t'aime. Je t'aime plus qu'on ne pourra jamais aimer personne. Et je te jure de tout faire, tout, pour te rendre heureuse. Je ne veux plus que tu pleures, je ne veux plus que tu sois triste. Je ne veux plus que tu me détestes. Donne moi une chance, Lily. Donne moi une chance de te montrer combien je t'aime, de te montrer que c'est suffisant.

Il retira ses mains du visage de la jeune fille, et la regardait à présent si intensément qu'on aurait pu croire que sa vie dépendait de la réponse qui lui serait faite. Ce qui, effectivement, était un peu le cas.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Dim 19 Juil - 17:21

Severus malgré la demande de Lily s'était décidé à rester à Londres jusqu'à la rentrée de Poudlard. D’abord parce qu’il ne voulait pas rentrer chez ses parents et subir leur incessante dispute et ensuite parce qu’il ne voulait pas laissé Lily seule. Il n’avait peut être aucune chance entre eux pour le moment mais Severus ne voulait pas prendre le risque qu’elle croise Potter. Elle serait bien capable de lui tomber à nouveau dans les bras après que celui-ci les berçait de quelques douces paroles.

Après avoir prévenu ces parents par hibou de son absence, il revint vers le chaudron baveur avec l’intention d’emmener Lily faire un tour. La jeune femme avait besoin de se distraire et il comptait bien lui faire oublié un peu Potter.

Confiant, Severus poussa la porte de la taverne et chercha Lily du regard. Son coeur s’arrêta, sauta de la poitrine et partir se jeter sous les rails du métro londonien qui passe a quelques mètres sous la taverne. La ventouse de Potter était engluée sur les lèvres délicats de Lily. Son estomac se tordit avec tellement de violence qu’il était persuadé qu’un ulcère allait s’y développer.

Malgré le choc et la distance, il entendit distinctement chaque parole de Potter comme si celui ci était entrain de hurler dans ces oreilles. Il reconnut chaque mot comme le promesse qu’il avait faite à Lily la vieille. Le sang de Severus lui brûla les veines, les tempes devinrent douloureux, il eut chaud puis très froid comme s’il était fiévreux.

Comment Potter osait-il lancer de telles paroles ? Ses Promesses d’amour ? SES promesses d’amour !!! Il n’avait pas le droit. Cet arrogant... Ce salaud prétentieux... Ce...
CE...

Tremblant de rage, il retrouva enfin l’usage de la parole.



POTTER !!, claqua la voix de Severus dans le chaudron baveur.


Le peu de client que comptait l’établissement cessèrent leur activité pour se tourner vers le jeune Serpentard. Severus n’y fit pas attention.


«Sectumsepra» le sort informulé fusa vers Potter et le toucha. Les dents serrés, Severus tenait sa baguette étroitement serrée dans sa main. Il ignorait à quelque moment il l’avait prise mais cela n’avait aucune importance. Plus rien n’avait d’importance...


(il peut radical certes, mais Severus est un peu a cran ces temps-ci)
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Dim 19 Juil - 22:34

    [ Désolée, c'est pas bien long ^^'. ]

    Je venais de gueuler sur mon frère. Et je lui montrais le pub d’un air catégorique. Soudainement, je laissais tomber mon bras pour regarder James, tout aussi perdu que lui. Ouh, ça n’allait pas fort pour nous deux à vrai dire. Il lui balança quelque chose qui tapa pile dans la corde sensible du cabot. N’était-ce pas ce que je pensais tout bas avec ma petite vipère. Je baissais les yeux en fixant mes pompes. Marrant quand même, c’était lui le fautif du moment et c’était moi qui allait me pardonner. Mouais, bref.

    « Excuse moi, James, je suis vachement à cran en ce moment. Je ne voulais pas te dire ça comme ça. »


    Ca, c’est fait ? Je soupirais, et m’arrêtais brusquement en voyant Lily venir vers nous. Oh, chic ! Bon allez hop, il fallait que je transplane ou que je me tire pour les laisser seuls tous les ... Le doigt de Lily se posant sur mes lèvres arrêta net mon babillage mental. D’accord, rester ici et écouter, message reçu. Elle l’appela mon beau cerf ... Tout espoir n’était pas perdu ! Ah, euh ... Si. Je réprimais un grondement de frustration tandis que Lily faisait volte-face et partait, laissant James ahuri et les yeux empli de larmes. Et le cœur brisé aussi, ouais. J’hésitais entre le serrer dans mes bras pour le réconforter ou le secouer comme un sac pour qu’il lui coure après, mais je ne pus trancher puisqu’il fit le premier pas tout seul. Ouah, pas croyable *_* ! Bref, il courut après elle et lui parla, puis je détournais vivement la tête alors qu’il l’embrassait. Oh, le joli nuage. Il a une forme de ... Nuage, certes. Ma vie est désespérante x_x. Finalement Lily continua son chemin, très certainement troublée, tandis que je rejoignais James, lui lançant un regard empli de fierté. Bah voilà, tu t’assumes un peu Cornedrue, il était temps. J’ouvris la bouche pour lui parler quand soudainement ...

    James s’écroula brusquement au sol, des estafilades monstrueuses parsemant son corps. J’ouvris grand les yeux et poussais un bref hurlement de terreur, parce que ouais, j’étais complètement perdu là. Putain, il était debout il y a deux secondes ! Tournant la tête pour aller chercher Lily qui s’y connaissait certainement mieux que moi, je croisais le regard de ... Severus Rogue. Et je compris. Je hurlais à nouveau, cette fois-ci de haine.


    « ESPECE DE CONNARD ! T’ES MORT ! »

    Je me jetais sur Severus et lui balançais un bon coup de poing, l’envoyant valdinguer au sol. Je plaçais un grand coup de pied et récupérais sa baguette. Les yeux brûlants de haine, je m’éloignais en le surveillant du regard et je retournais vers James. Qui perdait de plus en plus de sang. Eh merde, je suivais une formation d’Auror, moi, pas de Médicomage ! Et Lily qui n’était pas là ... Prenant une grande inspiration, je me mis à gueuler comme un gros taré :

    « LILYYYY ! ON A BESOIN DE TOIIIII ! »
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Lun 20 Juil - 17:10

Le mieux que je pouvais faire, c’était m’en aller, et que James abandonne, comme il venait de me le dire. Je ne pouvais pas le faire sans aller lui dire, surtout avec Sirius qui essayait de nous rabibocher. Ce n’était pas la peine que l’on espère quelque chose, qui m’arriverait plus. Je lui en voulais trop, autant que je l’aimais. Je n’arrivais pas à oublier, et la douleur qu’il avait provoqué en moi était encore trop forte. Enfin, je ne pouvais plus sortir avec lui sans faire du mal à un autre de mes proches. Le maraudeur souffrait, Severus souffrait, et je souffrais. A quoi bon alors continuer? Cela ne menait à rien du tout, si ce n’est notre perte à tous. Je ne voulais plus m’embarquer dans les tourments de l’amour, cela est trop douloureux, beaucoup trop… J’étais donc sortie dans l’arrière coure du chaudron baveur où avait disparu les deux garçons, pour leur annoncer, et m’en aller, les yeux embrumés de larmes.

Après ce qu’il m’avait dit, ou plutôt crié quelques minutes plus tôt, je n’aurais jamais cru que le poursuiveur me rattraperait, et m’arrêterait avant que je ne quitte le lieu. Je ne pus m’empêcher de frissonner quand il passa ses mains sur mes joues, et dans mes cheveux. Ce contact était une vraie torture pour moi. Je l’aimais comme je lui avais dis. A chaque fois que sa peau rentrait en contact avec la mienne, je ne pouvais pas empêcher mon cœur de louper quelques battements. Il me faisait un effet que je ne pouvais pas ignorer et dont j’avais fort conscience. Je ne voulais pas qu’il me voit ainsi, qu’il me retienne, mais je levais tout de même la tête vers lui. Je vus une immense tristesse dans ses yeux, une tristesse qui me déchira le cœur plus qu’autre chose. Il fallait qu’on en finisse vraiment pour arrêter de se faire souffrir.

Sans que je m’y attende, avant que je ne puisse lui dire de me laisser, que je ne reviendrais pas sur ma décision pour notre bien à tous, ses lèvres se posèrent sur les miennes. Amoureuse, passionnément, délicatement. J’aurais voulu le repousser, mais je n’en étais pas capable. Je me noyais dans cette étreinte qui m’avait manqué, répondant, étonnement, à cette dernière. Il ne fallait pas, ce ne serait que plus dur, cependant je n’y pouvais rien. Je l’avais dans la peau, et ne pouvais pas le repousser. Je le laissais tout de même « s’échapper » et me lâcher, sans essayer de le retenir, ni même mes larmes. J’avais si mal, et en m’embrassant il me faisait de nouveau prendre conscience de ce que j’avais perdu, de ce à quoi je n’aurais plus jamais le droit. Il écrasa une des larmes, et me parla dans un murmure. Ses mots étaient si doux, si agréable, si plaisant. J’aurais craqué, sans l’ombre d’un doute, si je n’avais pas aperçu la silhouette de Severus qui s’avançait vers nous et me rappela que je ne pouvais pas lui faire ça.

Sans un mot, je fis un pas, puis un deuxième en arrière qui me rapprochèrent de la porte, fuyant le regard implorant de James. Le vert et argent se mit alors à crier le nom du gryffondor. Sur le coup, je ne bougeais plus, ne comprenant pas ce que ce dernier faisait là. Ne devait-il pas déjà être rentré à Poudlard? C’était pourtant ce que nous avions convenu tous les deux. Franchement, je ne voulais pas non plus lui parler en cet instant, me doutant au ton de sa voix qu’il avait vu le baiser entre James et moi. Je n’avais pas assez les nerfs solides pour les affronter, et les voir se quereller pour moi. Je n’étais pas un trophée, et ce n’était pas le plus fort d’entre eux qui m’emporterait. Avant de passer la porte qui me ramènerait dans le bar, je chuchotais un « Je suis désolée mon cerf  » et chassais d’un revers de manche les larmes sur mon visage, qui laissèrent la place à d’autre.

J’était à peine arriver à ma table que j’entendis quelqu’un appeler mon prénom. Je connaissais cette voix, c’était celle de Sirius. Je récupérais mon baume et ma baguette, sans répondre. Il voudrait surement me faire revenir sur ma décision, mais je ne le laisserais pas faire. Entre temps le bar s’était vidé subitement, comme si tous s’étaient donnée rendez-vous à un autre endroit. Même Tom avait disparut. Les appels du déshérité des Black se firent de plus en plus fort, de plus en plus paniqué d’ailleurs. En bas des escaliers qui menaient au chambres, j’hésitais encore un instant, avant de faire demi-tour en courant pour retourner dans la coure. Quelque chose n’allait pas, j’en avais le sentiment. Il était arrivé quelque chose de terrible si le lion requérait autant ma présence. Et là, à peine eu-je le nez dehors que je compris. Oh mon dieu, oh mon dieu.



- James ! Que s’est-il passé Sirius ?… James, mon amour, regarde moi, ne bouge pas. Tiens bon s’il te plait…


Il était allongé là, par terre, à l’endroit où je l’avais quitté. Sa chemise blanche, était remplis de sang, et une marre se formait en dessous. Je m’étais précipitée vers lui, passée mes mains sur son visage, complètement paniquée. Je ne savais pas quoi faire. Le voir là, en piteuse état me faisait perdre tous mes moyens car, après tout, il était celui que j’aimais, la personne à qui je tenais le plus. Je posais mes mains sur ses blessures qui ne semblait pas vouloir s’arrêter. Mes gestes étaient complètement maladroit, et je ne savais pas par où commencer. Il fallait que je me calme et que je fasse quelque chose sinon à l’allure où son sang le quittait, il ne s’en sortirait pas. J’eu la bonne idée de sortir ma baguette, et de lui lancer des sorts de soin commun, qui échouèrent. Je lançais un sortilège pour découper sa chemise, me rappelant d’une émission moldu que j’avais vu. Il fallait stopper les saignements, et si la magie ne me servait à rien, j’allais essayer autre chose. Quand je vue ses coupures directement sur sa peau, je ne pus empêcher un hoquet de sortir de ma bouche de panique. J‘enlevais mon tee-shirt pour venir le presser sur la plaie la plus proche de son cœur, et appuyer dessus, faisant barrage avec le tissu.


- Severus…. Severus… Sirius, demande à Severus de venir nous aider… Il… Connait de la vieille magie qui pourrait le soigner… Je n’arrive pas à me concentrer assez pour m’en rappeler… Je… je sais pas quoi faire de plus… Va chercher ensuite un médicomagess au plus vite. Mon amour, ne nous laisses pas je t’en supplie. Tiens bon James…


Mes mains étaient pleine de sang à présent, et mon jean également. J’étais à genou à côté du maraudeur, en sous vêtement pour le haut, totalement paniquée. Je n’avais pas quitté une seule seconde des yeux celui que j’aimais, le regardant peu à peu décliner. Je ne me doutais pas une seule seconde que mon meilleur ami était celui qui avait fait ça à James, et ne pouvait d’ailleurs pas le concevoir. Pour moi, il serait celui qui pourrait le plus nous aider. Il était un des élèves le plus brillant du château, et son savoir dépassait souvent celui des septièmes années. Il ne perdrait pas ses moyens comme c’était mon cas, et avec tout ce qu’il savait, pourrait nous aider. Dans ma tête cela ne faisait aucun doute… Je me rapprochais vers le visage du poursuiveur, appuyant toujours sur sa blessure avec mes deux mains. Il ne fallait pas qu’il s’évanouisse, et qu’il reste « connecté » à la réalité. Je ne préférais pas penser à ce qu’il arriverait s’il s’évanouissait. Cela voudrait dire qu’il serait sur le point de… Non, non et non. Me penchant sur son visage, ne supportant pas regarder son torse plein de sang, et ses blessures, je lui murmurais


- Mon amour… Tu n’as pas le droit de nous laisser, tu m’entends, tu n’as pas le droit. Je… Pas toi non plus. Je t’interdis de m’abandonner comme Pétunia… On va te soigner d’accord, on va te soigner. Regarde moi, et parle moi s’il te plait mon cerf, parle moi et ne t’arrêtes pas

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Admin↯  Future star des couches culottes
avatar



Nombre de messages : 1595
Age : 18 ans !
Groupe : Auror - Ordre du Phénix - Maraudeur
Caractère : Têtu - Téméraire - Arrogant - Persévérant - Romantique - Imaginatif - Drôle - Charmant
Crédits : : ©sheismurphylaw
Date d'inscription : 02/03/2008




James Potter

Admin
Future star des couches culottes


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 11
MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Lun 20 Juil - 18:44

Les promesses de James n'étaient pas des paroles en l'air. Il pensait chacun des mots qu'il prononçait, comme il avait pensé chaque "je t'aime" ces six dernières années. Rogue ne pouvait probablement pas comprendre ça. Il ne pouvait certainement pas comprendre que son pire ennemi, ce gosse imbu de lui-même et courreur de jupons, avait aussi un coeur. Et que ce coeur était tout empli de Lily. Et que jamais, il ne pourrait l'oublier. Que jamais il ne pourrait accepter de la regarder le quitter. Alors oui, il avait dit qu'il abandonnait, il avait dit qu'il laissait tomber. Que c'était trop dur à vivre, qu'il ne pouvait plus supporter ça. Mais ce n'était pas vrai. Parce qu'il savait aussi que si c'était dur de courir après Lily en essayant de recoller les morceaux, ce serait encore plus dur de devoir vivre sans elle. James était tenace, quand il voulait quelque chose, il ne s'avouait jamais vaincu. Et avec Lily, ce serait la même chose. L'entendre le repousser lui briserai le coeur à chaque fois, mais chaque fois il reviendrait. Il ne cesserait de s'accrocher à elle jusqu'à ce qu'elle lui pardonne.

Lily avait répondu à son baiser. Elle y avait répondu, alors qu'il n'y croyait plus. Elle l'aimait, elle l'aimait toujours autant. Pourquoi refusait-elle alors de croire ce qu'il disait ? Pourquoi refusait-elle de lui répondre ? Elle lui rendit son regard, avant de le contourner et de pénétrer dans le bar. Elle aussi avait entendu l'exclamation de Rogue. Pourquoi son pire ennemi devait-il toujours apparaître dans les pires moments ? Il n'était pas le bienvenu ici, et il savait que son apparition n'allait rien engendrer de bon. Et pourtant, il n'avait pas pu s'empêcher d'intervenir. Il n'avait pas pu fermer sa grande gueule et passer son chemin. Sirius avait rejoint James, et se tenait à ses côtés. Le Gryffondor n'eut pas le temps d'esquisser le moindre geste, pas même le temps de sortir sa baguette. Un sort fusa de la baguette du Serpentard et le toucha en pleine poitrine.

Le jeune homme fut projetté au sol, et il sentit sa peau s'ouvrir en plusieurs endroits. Il sentit le sang couler sur son corps. Il sentit la douleur se répendre dans ses veines. Serrant les mâchoires, il tentait de penser à autre chose. Il tentait d'oublier cette souffrance qui lui donnait envie de hurler. Il tentait de ne pas entendre les cris paniqué de son frère. Bon sang Sirius, t'es sensé m'aider là, pas me faire flipper comme un malade ! Le jeune Potter n'avait pas entendu le coup de poing de son frangin, il n'avait pas entendu ses menaces faites à Servilus. A vrai dire, la seule chose qu'il entendait, c'était les battements de son coeur. Il crispa les paupières, et se tortilla douloureusement sur le sol. Bon dieu que ça faisait mal ! Il sentait le tissu de sa chemise coller à ses plaies, et ça faisait encore plus mal. Il sentait de nouvelles blessures faire leur apparition.

Et soudain, la voix de Lily. James n'avait jamais été blessé sérieusement. Mme Pomfresh avait bien dû lui réparer quelques os, Remus l'avait blessé plusieurs fois, mais jamais il n'avait eu à supporter une douleur comme celle-ci. Les larmes roulaient sur ses joues sans qu'il ne puisse les contrôler. Ses muscles étaient contractés au maximum, tentant de refouler la souffrance. "Mon Amour". Les paupières du jeune homme se rouvrirent, et ses yeux croisèrent ceux de Lily. Non, il ne voulait pas lui offrir cette pathétique vision. C'était lui qui était sensé la protéger, lui qui devait la sauver, toujours. Pas l'inverse. Il devait être le héro, il devait être invincible. Et il l'était. Elle n'avait pas à s'inquiéter, il s'en remettrait. Ils allaient lui refermer tout ça en moins de deux, et il serait frai comme un gardon à son réveil. Pas vrai ?

Il sentit qu'on lui enlevait sa chemise. Il vit Lily la découper grâce à sa baguette. Il la vit aussi enlever son t-shirt. Et s'en servir comme pansement. Douloureusement, il la sentit l'appliquer contre ses blessures. Contre certaines de ses blessures, celles qu'elle pouvait couvrir. Sirius mon frère, tu peux faire quelque chose là ? Du genre, filer ton t-shirt à ma petite amie pour qu'elle se rhabille ? Pour ne pas que l'autre larve pose ses yeux sur elle ? La douleur augmentait, et James ne pu retenir de pathétique gémissements. Il referma les yeux, ajoutant ses mains sur celles de Lily pour accentuer la pression sur son abdomen. Un simple reflexe plus qu'un besoin véritable. Il entendit Lily demander l'aide de Severus, et il rouvrit les paupières. Il tourna ses yeux un peu fous vers le Serpentard.


-Non.... Non pas lui... N'importe qui mais... pas lui... C'est lui qui... qui... qui m'a fait ça...

A nouveau ses paupières se fermèrent et il serra les dents pour ne pas crier. Les plaies avaient cessé de se multiplier, mais le sang n'arrêtait pas de couler pour autant. James le sentait sur ses mains. Il en sentait même l'odeur, cette horrible odeur un peu métalique. Une sorte de bourdonnement emplissait ses oreilles, bourdonnement qui se mêlait confusément aux battements désordonnés de son coeur. Un bourdonnement qui rendait la voix des autres étouffée. Lointaine. Ca ne pouvait pas mal se terminer, il était James Potter. James Potter se remettait de tout, rien ne pouvait lui arriver. Rien ne pouvait lui arriver qu'il ne puisse surmonter. Les larmes roulaient toujours sur ses joues contre sa volonté, et il sentait la douleur diminuer. Il n'avait plus aussi mal que ça, à présent. Il avait juste un peu froid.

Maladroitement, il saisit l'une des mains de Lily, et entrelaça leurs doigts. Il voulu ouvrir les yeux, il voulu la contempler. Il voulait lui obéir, lui parler. Lui demander de continuer à l'appeler "mon amour". Lui assurer qu'il ne la laissait pas. Lui promettre qu'il restait là. Mais il lui manquait tout ce sang qui s'écoulait sur le sol sous lui. Il lui manquait toute cette force dont ses blessures l'avaient privé. Incapable d'ouvrir les yeux, incapable de faire le moindre geste, il laissa tomber. Il accepta de plonger dans ce sommeil qui l'appelait tant. Dans cette agréable inconscience qui lui tendait les bras. Il n'aurait plus du tout mal. Et puis, il ne craignait rien. Lily et Sirius étaient là, juste à côté de lui. Abandonnant la lutte contre la douleur, le jeune Potter se laissa sombrer dans l'inconscience.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Mar 21 Juil - 0:41

(dsl c'est court)

Severus sentit à peine le coup de poing lui fendre la lèvres inférieure et le mettre à terre. Il s’entendait gémir alors que le coup de pied lui coupa le souffle. Black et sa finesse. Le cabot ramasse la baguette du Serpentard et hurla le nom de Lily. A terre, Severus regardait son ennemi baignant dans son sang et une joie malsaine l’envahit tout d’abord. Il avait enfin réussi à rendre à Potter la monnaie de sa pièce. Il s’était rendu Justice. Puis Lily revint dans la tête et le rêve se brisa. Elle accourut vers Potter pour le prendre dans ses bras. Lily irradiait d'inquiétudes pour les jeunes hommes et Severus sentit son coeur se tordre. Puis elle se tourna vers lui et l’appel& à l’aide. Potter allait sûrement mourir si rien n'était fait. D’un côté, Severus n’en avait rien a faire mais de l’autre il n’était pas un assassin. S’il laissait mourir Potter, Jamais Lily ne lui pardonnerait son geste.


Péniblement il se leva et marcha vers Potter. Il prit sa baguette des mains de Sirius et s’agenouilla à côté de Lily. il était calme et sûr de lui. il Leva sa baguette et commença une incantation qui ressemblait à une chanson. Dès les première parole; le sang cessa sa progression et les profondes blessures de Potter se referma. Il fallut cinq bonne minutes à Rogue pour venir à bout de toutes les blessures.



-Voila, fit-il simplement en terminant d’effacer toutes trace de l’attaque.


Sitôt la dernière blessure de Potter referme, Severus s'éloigna pour se laisser glisser contre le mur. Il remarqua Tom revenir dans la pièce. Le barman avait sûrement prévenu les Aurors. Les agents du ministère allait sûrement l’arrêter. Il venait d’utiliser un puissance sortilège de magie noire contre un des ses camarades devant témoin. C’était un acte d’une grande gravité qui allait sûrement lui coûter sa baguette si ce n’était pas un allée-simple pour Azcaban. Il soupira et joua avec sa baguette entre ses mains devenues légèrement moites. Dans toutes les cas, il était sûr d’être renvoyé de poudlard. Mais ce n'était pas le plus grave car maintenant grâce a lui Lily allait sûrement retourné avec James. Severus se sentit en plein cauchemar. Abattu, il mit sa tête entre ses mains et se résolut à attendre l’arrière des Aurors. Rien ne servait de tenter d’échapper à la justice magique dans de tel circonstances.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Jeu 23 Juil - 20:44

    Lily était venue en courant. Dieu merci, elle était là. Car seul, je ne pouvais pas m’occuper de James. Lui comme moi suivions une formation d’Auror. Lily ... Bonne question, mais il était clair qu’elle s’y connaissait plus que moi pour rafistoler les gens. Elle se pencha sur James et commença à lui murmurer des choses, que je n’entendais pas, me demandant si ça se faisait de terminer l’enfoiré qui avait attaqué mon frère devant sa meilleure amie. Non, évidemment. Mais bon dieu, j’en crevais d’envie ! Lily enleva son tee-shirt à James, mais ses mains tremblaient trop. Je soufflais un bon coup pour calmer le tremblement de mes propres mains et je l’aidais. Quand elle déchira son haut, j’enlevais le mien pour lui mettre d’autorité sur le dos, sans la regarder. Reluquer la petite amie de mon frère, non merci, très peu pour moi. Mais empêcher un sale connard de reluquer cette même fille, oui, c’était de mon ressort. Et d’un coup les paroles de Lily firent tilt dans mon esprit.

    « C’est ce con qui lui a balancé un sort ! Il est arrivé, il a gueulé et il lui a balancé un sort, c’est de la magie noire ! Je baigne dedans depuis que je suis tout petit, ce truc que lui a balancé cette vermine de Servilo c’est de la magie noire ! Tu crois qu’après l’avoir attaqué aussi publiquement avec de la magie noire il va accepter de lui sauver la vie alors qu’il le déteste, qu’il ... »

    Le souffle me manqua et je m’arrêtais. Je laissais tomber mon bras, que j’avais pointé vers le Serpentard jeté au sol par mes bons soins. A sa place j’aurais refusé d’aider, mais force m’était d’avouer que je n’étais pas à sa place. Je n’avais jamais montré le moindre attrait pour la magie noire, je sortais avec une fille qui la vomissait tout autant que moi, et ses ennemis étaient ses ennemis. Et j’étais tellement en colère, j’avais tellement peur pour James que je ne vis pas l’autre serpent se lever et se diriger vers nous. Par contre je sentis bien quand il m’arracha sa baguette des mains. Je me retournais en le pointant avec la mienne, mais ô stupéfaction totale ! Il soigna James. J’ouvris les yeux, éberlué. Pendant cinq minutes, il remua sa baguette en chantonnant une incantation qui m’était inconnue mais qui ressemblait à de la magie noire, ce que c’était d’ailleurs, et je regardai les plaies de James se refermer, le sang coaguler puis s’arrêter de couler. Mais James était tombé dans les pommes. Oh non, pitié frangin, rouvre les yeux, on est plus rien sans toi ! Severus marmonna un voilà, plus destiné à Lily qu’à moi, et il s’éloigna, se laissant glisser contre un mur, plus loin. Je n’avais plus aucune envie de le frapper puisque je le comprenais.

    Lily. Il avait fait ça pour Lily. Il avait vu rouge en la voyant pleurer alors il avait attaqué James. Avec de la magie noire, qu’il avait du apprendre auprès de mon enfoiré de frère, Regulus Black. Et comme il avait vu que Lily s’inquiétait vraiment beaucoup pour James, il l’avait soigné à contrecœur. Je le plaignais presque. Et maintenant ? Si Tom avait appelé les Aurors, ce dont je ne doutais pas, Severus irait soit à Azkaban, ou alors il serait privé de sa baguette magique, comme Hagrid autrefois. Il était foutu, en somme. Bien fait pour sa gueule. Je comptais me lever pour aller le voir, et lui conseiller de dégager, et ce sans attendre, James bougea, me faisant oublier cette idée. Je me retournais brusquement, plantant mon regard gris sur mon frère. Il avait bougé, il allait rouvrir les yeux ?!


    « James ... ? James, ça va ?! »
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Lun 27 Juil - 17:48

Les mains de James appuyaient sur les miennes, qui maintenaient mon tee shirt sur son entaille la plus profonde. Quelques secondes à peine, avant qu’il ne relâche, que ses yeux ne se ferment, et que ma peur gagne un cran de plus. Il était en train de mourir, et je ne pouvais rien y faire. Les sors ne fonctionnaient pas malgré toute ma volonté. Je n’étais pas capable de soigner celui que j’aimais, et cela allait lui couter la vie. Je ne voulais pas croire aux paroles de Sirius, qui accusait mon meilleur ami pour cet acte. Non, je ne pouvais décemment pas le croire. Severus est un jeune homme bon au fond, il ne pouvait pas utiliser la magie noire. Il la connaissait peut-être, mais n’en ferait jamais usage. C’était pour cela que je l’avais appelé à l’aide. Il était un des élèves les plus brillants du collègue, il arriverait à panser les blessures du maraudeur. Je sentais le haut de Patmol sur mon dos dénudé, sans pour autant y avoir fait attention. J’étais concentrée sur le gryffondor à terre, et il n’y avait que cela qui comptait.

Mes mains étaient imbibées de son sang, tout comme mon jean, et à présent le vêtement que j’avais ôté. Je ne pouvais m’empêcher de trembler, ni même de pleurer. C’était plus fort que moi, comme si quelqu’un d’autre commandait mon corps. J’avais appelé à l’aide mon ami d’enfance, espérant que lui pourrait faire quelque chose. Il le fallait, sinon je ne m’en remettrais jamais. Je le sentais s’agenouiller à mes côtés, sans pour autant tourner la tête. J’étais trop occupée à essayer de réveiller celui que j’aimais. S’il ne reprenait pas conscience, je… Non, il ne fallait pas que je pense au pire. J’entendais au lointain la voix du serpentard canter des mots, telle une douce mélodie réconfortante. Peu à peu le liquide vital de l’animagus arrêta de couler de ses plaies, qui elles se refermaient peu à peu. Mon cœur se soulageait à mesure que je le voyais guérir. Il allait s’en sortir, oui, et grâce à Severus…

Je laissais le jeune homme s’éloignait ensuite, restant près de James. Même s’il n’avait plus aucune trace visible de ce qui lui était arrivé, il avait perdu pas mal de sang, du sang qui était toujours présent sur mes vêtements et sur le sol. Il fallait qu’on l’amène à l’hôpital Ste Mangouste. Il remua légèrement, au moment ou son frère de cœur accouru. Je ne pouvais pas me résoudre à le laisser, pour aller chercher des médicomages. J’avais confiance en mon ami d’enfance oui, mais il n’avait pas son diplôme de médecine, et pouvait être passé à côté de quelque chose. Je préférais être prudente. Et puis, il y avait tellement de liquide rouge un peu partout que je ne pouvais m’empêcher d’avoir peur pour lui. Il existait bien une potion qui régénérait ce dernier, seulement, je n’en avais pas sur moi. J’avais de quoi soigner les bleus, les coupures superficielles, les os, et les entorses, mais elles n’étaient pas utiles dans de telles circonstances.



- Sirius, reste avec lui, et essaye de lui faire reprendre connaissance. Je vais chercher de l’aide… Aguamentis


Ma voix avait été étonnement calme, et un murmure quand j’avais lancé mon sort. Je m’étais relevée et avais placé ma main gauche sous ma baguette qui déversait un flot d’eau, histoire d’enlever tout le sang que j’avais dessus. J’en fis également de même sur ma droite, jusqu’à ce que toute trace de « rouge » ne soit plus sur ces dernières. J’en avais sur ma baguette, et encore sur mon jean, mais je m’en fichais. Enfilant ensuite le tee-shirt beaucoup trop grand pour moi, du joueur de quidditch conscient, je passais la porte du bar en courant pour chercher de l’aider. Tom n’était toujours pas revenu, et je me demandais ce qu’il faisait. J’appelais, mais personne ne répondait. Je finis par ressortir vers l’arrière coure où se trouvait les trois jeunes hommes. Sans leur dire mot, je tapotais ma baguette sur le mur, jusqu’à ce que ce dernier ne forme une arche, et que je puisse me faufiler. Je pris tout de suite la direction du magasin d’ingrédient de potion, pour demander un filtre régénérant. Le vendeur ne voulu croire à « l’attaque » et me fit perdre un temps fou à sortir deux galions de ma poche pour lui acheter ce dernier. Aussitôt fait, je revenais vers les élèves de Poudlard. Je fus rassurée de voir les yeux de James ouverts. Il s’en sortirait…



- Bois ça s’il te plait. Ce n’est pas très bon je te l’accorde, mais ça va te faire du bien….


Lui portant la potion à la bouche, je pris soin de lui incliner doucement la tête en avant pour qu’il puisse l’avaler. Je le forçais à en boire trois gorgées, avant de le laisser « tranquille ». Je ne savais pas exactement quelle dose lui donner. S’il en buvait trop, cela lui ferait plus de mal que de bien. C’est pour cela que je ne voulais pas qu’il en absorbe plus. Il lui en fallait juste pour qu’il puisse se relever et qu’on puisse l’amener à Ste mangouste. Je vins déposer un léger baiser sur son front, lui caressant les joues avec mes mains, avant de me relever et de le laisser avec son frère de cœur. Je vins jusqu’à mon meilleur ami, que je pris dans mes bras et enlaçais tendrement. Non, il n’avait rien fait, j’en avais la naïve certitude. Pour moi, le fait qu’il est sauvé la vie à James était une preuve suffisante. Je lui chuchotais d’ailleurs :


- Merci Sevy… Merci de l’avoir sauvé… Je t’en serais éternellement reconnaissante… Merci… Je sais combien tu haïs James, et que tu l’as fais pour moi… Dis moi ce que je peux faire pour te remercier, et je le ferais...

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Admin↯  Future star des couches culottes
avatar



Nombre de messages : 1595
Age : 18 ans !
Groupe : Auror - Ordre du Phénix - Maraudeur
Caractère : Têtu - Téméraire - Arrogant - Persévérant - Romantique - Imaginatif - Drôle - Charmant
Crédits : : ©sheismurphylaw
Date d'inscription : 02/03/2008




James Potter

Admin
Future star des couches culottes


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 11
MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Lun 27 Juil - 21:50

James sentait le sang couler de ses blessures, minant ses forces. Il sentait l'inquiétude de Sirius et de Lily, il sentait la cruelle jubilation de Rogue. Il savait que son pire ennemi prenait grand plaisir à sa torture, il en était certain. Pourquoi Rogue était-il si vil et si cruel ? James, s'il pouvait s'avérer n'être qu'un petit con égocentrique, n'en arrivait jamais à de telles extrêmités. Il ne se pensait pas capable de savourer ainsi la souffrance de quelqu'un, même si ce quelqu'un était son pire ennemi. Servilus oubliait-il qu'il avait une dette envers lui ? Oubliait-il qu'il lui avait sauvé la vie ? Evidemment, ça, il ne l'avait jamais raconté. Evidemment, ça, il se gardait bien d'y penser. Et lui qui se pensait si puissant en cet instant, aurait dû songer que sans James qui se tordait sur le sol comme un asticot géant pris de convulsions, il ne serait plus du monde des vivants. Sans l'intervention du Maraudeur, l'année précédente, le Serpentard aurait fini dans les crocs aiguisés de Lunard.

Le Gryffondor avait les mains appuyées sur celles de Lily, tandis qu'il tentait en même temps qu'elle de soulager sa douleur. Dans sa douloureuse torpeur, il avait tout de même vu Sirius lui faire enfiler de force sa chemise, après qu'elle ai déchiré son haut pour en faire un pansement. S'il avait été en état, James aurait remercié du fond du coeur son frangin adoré. Le veracrasse n'aurait pas l'occasion d'admirer le peu de nudité que Lily offrait en cet instant. Lily qui l'appelait à l'aide, d'ailleurs. Evidemment, toujours Severus Rogue, ce héro. Blanc comme neige, un véritable chevalier servant. Pas du tout l'image que James avait de lui, bien évidemment. Mais c'était bien ainsi que la préfète le voyait, malheureusement. Et les protestation des deux Maraudeurs tombèrent à plat. Lily n'y porta même pas attention, et Rogue s'approcha.

James ne le vit pas venir vers lui. Il ne le vit pas s'agenouiller à côté de Sirius après avoir repris sa baguette. Parce que notre pauvre petit Maraudeur avait rendu les armes et qu'il avait trouvé plus facile de tomber dans les pommes. Ca faisait moins mal, tout de même. Il n'entendit donc pas la formule psalmodiée du Serpentard, ni ses mains qui passaient au dessus de son corps. S'il avait été éveillé, probablement aurait-il lutté, aurait-il cherché à se soustraire à ce charme. Ou peut-être pas. Parce qu'après-tout, ça le soignait tout de même. Et même si le Serpentard n'avait pas le pouvoir de faire revenir tout le sang que le Gryffondor avait perdu, il refermait tout de même ses plaies. Il empêchait la vie de s'enfuir à son tour. Et le jeune Potter revenait doucement des profondeurs de l'inconscience, qui étaient tout de même vachement agréables. Vachement plus que ces pierres froides qui lui bousillaient le dos. Et vachement plus que la tronche paniqué de Patmol.

Et où était Lily ? Le Maraudeur cligna stupidement des paupières tandis qu'il rouvrait les yeux. Avant même de redresser la tête, il leva ses mains pour les passer sur son corps. Il n'avait plus mal. Il ne sentait plus rien, et il n'y avait ni plaies ni cicatrices sous ses doigts. Mais il se sentait très faible, et il eut à peine la force de relever un peu la tête pour regarder ce qui l'entourait. La cour du Chaudron Baveur, qui resplendissait par l'absence de Lily. Mais où était-elle donc passée, elle lui tenait la main avant qu'il ne ferme les yeux ! Rogue était toujours là, lui. Avachi contre un mur, la tête baissée et l'air d'un condamné à mort. Ah ça ouais mon gars, tu peux tirer cette tronche. James n'allait pas hésiter une seule seconde avant de le balancer aux Aurors, que Tom était probablement parti chercher. Et s'ils ne venaient pas, il irait porter plainte au Ministère. Il avait toute une tripotée de témoins, Rogue ne pourrait pas en réchapper.


-Elle est où Lily ?

Il regardait Sirius, la tête à nouveau posée sur le sol. Il lui manquait beaucoup de sang, et il était pâle comme un linge. Sa vie n'était plus en danger, mais il aurait bien besoin d'un petit remontant. Un énorme gateau au chocolat, par exemple. En guise de réponse à sa question, Lily apparu quelques secondes plus tard, par l'arche creusée dans le mur du bar. Elle tenait une potion dans ses mains, et s'approcha de lui. Elle lui demanda de la boire, avant de la lui porter à la bouche. Le Maraudeur ne se fit pas prier, et avala la potion en trois gorgées, avant de faire une grimace. C'était vraiment dégoûtant. Mais la suite fut bien meilleure, puisque la préfète vint lui embrasser le front en caressant ses joues. James ferma les yeux pour profiter de cet instant, auquel il n'aurait pas dû avoir droit.

La potion ne fut pas longue à faire effet, et le jeune Potter sentit l'énergie couler de nouveau dans ses veines. Ses joues rosirent quelque peu, et il se sentit bien mieux. Bon, il n'aurait probablement pas pu jouer un match de Quidditch, mais se lever ça c'était dans ses cordes. Tendant la main à Sirius pour qu'il l'aide dans cette tache, il se mit tout d'abord assis. Puis il se redressa complètement. Et vit une scène qu'il pouvait qualifier de cauchemard. Lily enlaçait Rogue, ce connard qui venait de lui balancer un sort. Elle le croyait innocent, sérieusement ? Même lui avait une tête de coupable, elle était aveugle ou quoi ? Pris de colère, James arracha la baguette de Sirius, et la pointa sur le Serpentard. Il n'était pas certain d'avoir l'énergie suffisante pour lancer un sort, mais au moins il en avait assez pour être en colère et menaçant. Une partie de lui voulait balancer Servilus, mais une autre partie de son cerveau lui commanda de ne rien en faire. Ce n'était peut-être pas sensé se passer comme ça.

Harry ne leur avait pas tout révélé concernant le futur et comment leur présent devait se dérouler, mais le Maraudeur en savait déja pas mal. Severus Rogue était-il sensé se retrouver à Azkaban ? Il ne le pensait pas. Dans le présent tel qu'il aurait dû se dérouler, cette scène n'aurait pas dû avoir lieu. Servilus n'aurait pas dû se transformer en tortionnaire, le Maraudeur en était convaincu.


-Dis-lui la vérité, Rogue. Arrêtes de lui mentir, et assume tes actes. De toutes façons les Aurors vont arriver, et tu ne pourras plus te cacher. Je crois qu'elle préfèrerait savoir de ta bouche plutôt que de la leur.

James se tenait bien droit sur ses deux jambes, la baguette dressée devant lui, pointée sur Rogue. S'il faisait le malin, là, il faisait tout de même bien attention à ne pas trop s'éloigner de Sirius, juste au cas où il aurait eu besoin d'un soutien. Physique, s'entend. Et s'il ne comptait pas vendre Servilus au Ministère, il n'allait certainement pas le dire à l'autre.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Mar 28 Juil - 0:20

Severus restait impassible sur son mur à jouer avec sa baguette. Il sentait un poids terrible sur ses épaules, empêchant de se relever. Il regardait Lily avec Potter. Elle lui tenait la main. Que n’aurait-il pas donner pour... être a la place de Potter. Severus jalousait le Gryffondor depuis des années même s’il préférait mourir que de l’avouer à voix haut, il n’était pas assez idiot pour ignorer ce sentiment. Potter avait tout, absolument tout. La vie est injuste. Lily s’absenta, partie a la recherche de quelques remèdes et Severus se morfondit. Il allait être emmener au ministre pour enquête. Sa baguette lui serait confisqué pour examen. Les aurors découvrirait que cette dernière avait lancé le sort et Severus serait condamné. Allait-il l’envoyer à Azcaban ? Severus allait faire la rencontre de détraqueurs, revivre ses pires souvenirs et finir aliéné. On allait lui briser sa baguette. Le Serpentard ne pouvait imaginer une seconde de vivre sans la magie. Après Lily, c'était la chose qui comptait le plus à ses yeux. Severus déglutit. Le seigneur des Ténèbres. Non. Non. Mieux fallait ne pas tenter d’imaginer sa réaction.

Lily revint enfin et fit avaler à Potter une potion que Severus identifia comme un remède de régénération sanguine. Potter reprit immédiatement les couleurs de la vie sous le regard dégoutté de son némésis. Après avoir embrassé Potter sur le front, Lily se leva et alla s’asseoir près de lui. Elle l’enlaça et Severus sentit son corps se parcourir de centaines de petites décharges électriques. Comme un enfant, il se fondit de ses bras. Il ferma les yeux et respira son odeur.


Merci Sevy… Merci de l’avoir sauvé… Je t’en serais éternellement reconnaissante… Merci… Je sais combien tu haïs James, et que tu l’as fais pour moi… Dis moi ce que je peux faire pour te remercier, et je le ferais...

Severus but les paroles de lily. Combien de fois, il avait voulu être un héros a ses yeux. Une promesse d’amour voulut passer ses lèvres mais il la retint. Lily le remercie alors qu’il n’avait fait que réparer sa faute. Lily était assez généreuse pour le croire innocent. Elle le croyait bon et digne de confiance. Tant de bonté lui arrachait une larme qui coula sur sa joue livide et alla mourir dans les cheveux flamboyant de la belle. Une seul requête vont à l’esprit du jeune condamné. Il lui murmura à l’oreille

Ne me hais pas Lily... Ne me hais pas.

Potter vient briser le rêve comme à chaque fois et menaça le Serpentard avec la baguette de son ami Black. Severus le regarda dans le yeux en lui lançant une regard totalement vide d’émotion.

-Dis-lui la vérité, Rogue. Arrêtes de lui mentir, et assume tes actes. De toutes façons les Aurors vont arriver, et tu ne pourras plus te cacher. Je crois qu'elle préfèrerait savoir de ta bouche plutôt que de la leur.

Severus soupira. Potter le pourfendeur du mal avait frappé. Il se tourna vers Lily. Si pure, si douce, tendre Lily. Comment pouvait-elle comprendre ? Elle était si lumineuse. Elle a la magie si belle. Comment pouvait-elle le autrement qu’à travers le personnage qu’il avait créer pour elle. Cependant il ne lui avait pas menti. Il avait toujours été vrai en sa présence. il lui avait surtout livrer son âme dans le plus simple appareil. Il était tellement différent avec elle. Un autre Severus à des kilomètres de celui qu’il était devant ses autres condisciples ou devant le seigneurs des ténèbres. Comment pouvait-elle alors entrevoir la noirceur de son âme, la laideur de la magie. Mais il lui devait la vérité. Alors la mort dans l’âme, il lança :


C’est moi qui est lancé le sortilège sur James... Ce sortilège et son contre sort sont les miens. Je les ai inventés quand j’étais en quatrième année. Je pratique la magie noire depuis plus de quatre ans maintenant.


Certain dise que l’on ressent une impression d’intense soulagement quand on avoue ses fautes. Severus confirme : C’est de la vaste connerie ! Les gens qui affirment ce genre de concept n’ont jamais vu ce que Severus voyait dans les yeux de Lily à cette instant. Quelque chose que Severus espérait ne jamais voir se briser dans le regard de son amie d’enfance. Comment pouvait-elle comprendre ?


-Ne me hais pas Lily... lança à nouveau Severus comme on lance une supplique


Le sang de Severus se mit à battre en ses tempes. Les paroles de Lily lui crevèrent le sang, lui déchiquetèrent l'âme. Il allait l'impression de flotter mais cela n'avait rien d'agréable. C'était comme d'être perdu dans une océan de larmes et de s'apprêter à couler. Sa gorge s'assécha et il n'avait plus assez de salives.


-Lily... s'il te plait...


Il avait envie de pleurer, de s'agripper a elle, de la supplier à genou tel un chien mais ses membres ne lui répondait plus. Lily ne pouvait pas faire cela. Elle ne pouvait pas l'abandonner. Il avait besoin d'elle. Il était prêt à... à... quoi du juste.

Un bruit retentit à l'intérieur de la taverne. Le bruit d'un transplanage de plusieurs personnes. Les Aurors était dans la taverne. Dans quelques secondes, ils seraient dans la petite cour. Severus regarda Lily dans les yeux. Son instinct lui criaient de partir et de sauver sa peau mais il semblait attendre l'approbation de la Gryffondor. Un regard et quelques mots suffirent, le Serpentard ramassa sa baguette et partit a travers la passage encore ouvert sans un regard pour Potter ou Black. Rapidement il prit faire l'aller des embrumes et s'engouffra dans les petites ruelles. Une fois hors de danger, il transplana.
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Mar 28 Juil - 17:15

(Je me permets de répondre !)

Ce n’était pas possible non. J’étais en plein cauchemar, et j’allais me réveiller dans mon lit. Je n’aurais pas croisé James, et rien ne se serait passé. Non je ne voulais pas admettre la vérité, c’était trop dur. Cela voulait dire que je m’étais trompée pendant toutes ses années, et je me refusais de le croire. Je savais que l’âme de mon ami était bonne au fond, même si elle avait été pervertie par la vie et par ce qui lui était arrivé dans le passé. Il était un homme de bien, et non destiné à faire le mal autour de lui. Pourtant, il venait de m’avouer que cela faisait quatre ans, quatre longues années qu’il pratiquait la magie noire. Ne m’avait-il pas dit la veille qu’il n’avait rien à voir avec les mangemorts, avec la mort de ma sœur ? Malgré le fait que je ne pouvais pas y croire, quelque chose se cassa en moi. Plus jamais je ne pourrais voir le jeune serpentard comme avant. Il avait attaqué et failli tuer celui que j’aimais par « rivalité ». J’avais trop eu peur de perdre le poursuiveur pour ne pas réagir négativement.

Si j’avais pu, j’aurais abattu ma main sur le visage du serpent, mais j’en étais incapable. Je n’arrivais même pas à bouger, à faire le moindre geste. J’avais même fait tomber ma baguette sous le choc de sa révélation. Un éléphant aurait pu danser la rumba devant moi avec une souris et un ours, je ne leur aurais accordé aucun regard. Je ne pouvais quitter des yeux Severus, terriblement, lourdement, et de façon décevante. Je m’étais battue toutes ses dernières années avec les autres en leur affirmant que mon ami était bon, qu’il n’avait rien à voir avec ses congénères, et cela en vain. Je m’étais trompée lourdement, et plus jamais je ne pourrais lui faire confiance. En cet instant, il me répugnait, et je ne voulais plus être associé à lui. Sa magie était monstrueuse. Sa magie m’avait enlevé ma sœur. Sa magie terrorisait tous les sorciers. Sa magie tuait des innocents…
Je me dirigeais vers le serpent pour lui offrir une baffe magistrale, et lui dire sur un ton cru et certain:


– Je ne veux plus jamais avoir affaire à toi. Je ne veux plus jamais entendre parler de toi. A partir de maintenant, je ne suis plus ton amie, ni même une connaissance. A partir de cet instant, je te raille de ma vie, et tu n’existes plus à mes yeux. Tu as fais ton choix en te tournant vers la magie obscure. Tu as sauvé James, je vais t'évité la prison, nous sommes à présent quitte et ne devons plus rien l’un à l’autre. Je te conseille de partir avant que je ne change d’avis. Et n’essaye pas de reprendre contact avec moi. Va-t-en !


Sans rien rajouter d’autre, je lui tournais le dos, et sans même le regarder, vint vers les deux gryffondors. Je pris au départ dans mes bras Sirius, et lui glisser un « merci » à l’oreille, avant de m’abandonner dans l’étreinte de James. Je passais mes bras autour de son cou, prenant soin de ne pas le bousculer trop. Il n’était toujours pas totalement remis de ce que lui avait fait subir l’Autre. Je pense d’ailleurs que sans cette attaque, je n’aurais pas pris conscience combien j’aimais encore le poursuiveur, et combien je ne pouvais faire sans lui. Quand j’avais cru le perdre, mon monde s’était effondré. Quand j’avais eu son sang sur mes mains, j’avais souhaité remonter le temps, retourner en arrière, et que nous ne nous soyons jamais disputés. Me mettant sur la pointe des pieds, je vins embrasser tendrement, le plus doucement du monde celui que j’aimais, l’espace de quelques secondes. Tout ce qui s’était passé avant n’avait plus d’importance…. J’en connaissais un qui allait être content dis donc !


- Ne me fait plus jamais ça mon amour, plus jamais… On devrait aller à Ste Mangouste, tu n’es pas totalement remis. Patmol ? Tu veux bien l’aider à marcher ? Je ne suis pas sûre qu’il en soit capable. Par contre, tu devrais te trouver un nouveau tee-shirt. Je ne peux te rendre le tiens, mes affaires étant déjà à Poudlard


Oui, je faisais comme si Severus n’existait pas. Oui je faisais comme s’il n’était pas présent. Pas une seule fois je ne m’étais retournée. Je souriais à Sirius, et à James, mais pas à lui. Je le rayais de ma vie, je faisais en sorte qu’il n’existe plus pour moi. Je ne pouvais pas lui pardonner, je ne pouvais pas…

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Jeu 6 Aoû - 13:39

    [ Bâclé, je dois partir. Désolée ^^. ]

    J’étais en stress. Mais alors en stress total. Mon meilleur ami se vidait de son sang sous mes yeux. Son ex petite amie, bien partie pour le redevenir, était totalement affolée et appelait le ... L’espèce de ... La sale merde qui avait découpé mon ami. Elle l’appelait à l’aide ! Je protestai vigoureusement, appuyant ce que racontait mon frère. Ce mec était un connard ! Et elle lui demandait de l’aide ! Mais elle était complètement malade cette nana ! A ma grande surprise, il vint et m’arracha sa baguette des mains pour la pointer sur James et ... Le soigner. Progrès en vue capitaine ! Et juste après, il s’éloigna pour aller s’affaler contre un mur. Je me penchais sur James, totalement paniqué, le regardant ouvrir les yeux avec soulagement. Nous nous regardâmes, et James me demanda stupidement où était partie Lily.

    « Partie te chercher un calmant ... Bouge pas mon frère ... »


    Je suivis son regard et le posais sur Severus, qui avait l’air anéanti. Une même pensée nous traversa, James et moi. Lui faire payer. Le balancer aux aurors. Tom avait du aller les chercher de toute manière ... Oh que non, il n’en réchapperait pas, ça c’était certain. Il paierait pour ce qu’il venait de faire. Mon regard se fit dur, mais changea rapidement au retour de Lily. L’espoir, tout bêtement. Elle avait une potion dans les mains. Alléluia. Oh, elle avait l’air dégueu cette potion, vu la tête de James ... Ha, le pauvre. Ou pas. Lily se penchait sur lui pour ... L’embrasser ?! Ouaaaah, progrès ! J’écarquillais les yeux, très surpris, mais alors vraiment très surpris. Mais cela ne dura pas, car Lily alla prendre Severus dans ses bras. Eurk. J’aidais James à se relever, le retenant pour qu’il ne retombe pas, et je regardai Lily avec cette ordure. Quelle horreur. Il n’avait pas le droit à ça. Il avait attaqué James, il avait failli le tuer, et Lily le remerciait ?! Mais était-elle totalement aveugle, cette fille ?! James péta les plombs et me prit ma baguette, la pointant sur le vert et argent. Menaçant. Et pourtant, le moindre sort, et il serait retombé aussi facilement qu’une chiffe molle. Sauf qu’il était protégé ... Servilo ne l’attaquerait jamais devant Lily. Je passais ma main dans la poche de mon frère et sortit sa propre baguette, que je pointais également sur le vert et or.

    « Accouche, raclure, n’essaie pas de passer pour un héros ... Ou plutôt si, vas-y, joue les fiers devant Lily, je suis très curieux de savoir quel discours tu tiendras aux Aurors qui vont se pointer. »


    Servilo nous lança un regard de haine pure, et je soutins son regard, mauvais. Il finit par avouer, faisant reculer Lily. Qui revint vers lui pour lui tourner une grande baffe et l’engueuler d’une voix calme et froide. Elle ne voulait plus jamais avoir affaire avec lui. Très bonne résolution, belle tigresse. Je vis Servilo déguerpir comme un lâche vers l’allée des embrumes, certainement pour y transplaner. Mais Lily vint vers nous, me serra dans ses bras en me remerciant. Je ne bougeais pas, très gêné de cette situation. Mais elle me lâcha vite et attrapa doucement James, l’embrassant avec douleur sous mes yeux ébahis. Mh, ne hurle pas de joie, dégage, laisse-leur un moment de tranquillité ... Je me dirigeais donc à toute vitesse vers les Aurors qui avaient débarqués.

    « Vous étiez témoin ? »
    « Affirmatif. Je suis Sirius Black. Là-bas, c’est James Potter et Lily Evans, nous sommes en sixième année à Gryffondor. James est l’agressé. »
    « Et l’agresseur a transplané, je suppose ? »
    « Ouais. Severus Rogue, sixième année à Serpentard. Il a avoué faire de la magie noire depuis quatre ans, au moins. Et c’en était. »
    « Merci beaucoup, jeune homme. »

    « Inutile d’aller interroger ces deux-là. Lily était l’amie de Severus, elle le couvrira, enfin je pense, et James ressort depuis très peu avec elle, donc il se taira. Moi pas en revanche. »


    Je me tournais vers le petit couple pour voir où ils en étaient. Hem, passons à autre chose ... Je me retournais à nouveau vers les Aurors, laissant le temps à James et Lily de me rejoindre.

    « Ah, ouais, ce sale petit con a détalé comme un lâche vers l’Allée des Embrumes. Je pense qu’il y a transplané. Mais si vous voulez le coincer, venez demain à Poudlard, il y sera normalement. »
Admin↯  Future star des couches culottes
avatar



Nombre de messages : 1595
Age : 18 ans !
Groupe : Auror - Ordre du Phénix - Maraudeur
Caractère : Têtu - Téméraire - Arrogant - Persévérant - Romantique - Imaginatif - Drôle - Charmant
Crédits : : ©sheismurphylaw
Date d'inscription : 02/03/2008




James Potter

Admin
Future star des couches culottes


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 11
MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Mer 12 Aoû - 9:31

Cette journée qui s'était annoncée plus que mauvaise s'arrangeait nettement depuis quelques instants. Rogue venait de tout avouer à Lily, juste après leur avoir lancé, à Sirius et à lui-même, le regard haineux habituel. Et James devait bien lui laisser qu'il était totalement honnête, peut-être pour la première fois de sa vie. Il ne cacha rien à sa meilleure amie de son attirance pour la magie noire, il ne tu pas non plus sa pratique de cette magie depuis quatre ans. Les deux sortilèges qu'il venait de lancer - celui pour découper James, et celui pour le guérir -, c'était lui qui les avait inventés. Rogue avait dépassé le stade du simple apprentissage de la magie noire. Il créait même des sortilèges. Et ils étaient plutôt puissants et dévastateurs. Car le Gryffondor, malgré l'inconscience et l'insouciance qui le caractisaient, savait que si son homologue Serpentard n'était pas intervenu pour l'aider, il serait probablement mort à l'heure qu'il est.

Le poursuiveur se senti jubiler à l'écoute des paroles de son pire ennemi. Il avait eu raison, sur toute la ligne. Servilus aimait la magie noire, et il était peut-être déja un mangemort. De plus, il savait qu'après ces paroles, Lily ne voudrait plus le voir. Or, si elle se détournait de lui, James était certain qu'elle reviendrait vers lui. Qu'elle se rendrait compte que, quelque part au milieu de toute sa jalousie maladive, il avait cherché à la protéger. Mais alors, il vit le visage de la jeune femme. Il la vit blêmir, il vit ses illusions tomber. Ces révélations lui faisaient mal, vraiment mal. Et un instant, le jeune Potter se surprit à regretter que Rogue soit si nul. Qu'il ne soit pas à la hauteur de Lily. Qu'il ne soit pas le mec que la préfète pensait qu'il était. Elle le voyait sous son vrai visage, et James aurait voulu que ce visage soit moins laid.

La giffle qu'elle administra au Serpentard mit fin à ce moment étrange. C'était une de ces giffles qu'elle avait reservées à James, au cours des cinq années précédentes. Les deux Gryffondors assistaient à cette scène sans bouger, droits comme des i. Le jeune Potter baissa son bras, et rendit sa baguette à son frère. Les mots de Lily furent clairs et catégoriques. Elle ne voulait plus voir le Serpentard, elle ne voulait plus entendre parler de lui. Il n'existait plus à ses yeux. Une nouvelle fois, James eut pitié de Rogue. Il venait de perdre la fille qu'il aimait, et il n'avait aucune chance de la récupérer. Il s'était allié avec la magie qui avait tué Petunia. Il aimait ce que Lily vomissait. Il utilisait ce qu'elle combattait. Il avait choisi le mauvais camp. Rogue n'avait certainement rien à voir avec la mort de la soeur de la préfète, mais il aurait pu être l'assassin, ça revenait au même. Il était à mettre dans le même sac que tous ces mangemorts.

Lily se releva alors, et se dirigea vers eux. Rogue avait l'air désespéré. Elle ne se tourna pas une seule fois vers lui. A la place, elle vint serrer Sirius dans ses bras. Cette scène étrange tira un sourire à James, surtout la tête de son frère, qui ne savait visiblement pas trop quoi faire. Rapidement, elle le délaissa pour se tourner vers lui. Elle vint se lover contre lui, tandis que James enroulait ses bras autour de sa taille. Il lui semblait que ça faisait une éternité qu'il ne l'avait pas tenue ainsi. Il posa sa joue contre ses cheveux, cherchant à la serrer plus fort. Il n'avait pas beaucoup de forces encores, mais il était prêt à toutes les user pour tenir ainsi la jeune fille contre lui un peu plus longtemps. Elle passa ses bras autour de son cou, et l'embrassa doucement. James répondit à son baiser le plus amoureusement du monde. A cet instant, Rogue et Sirius n'avaient plus aucune importance. Ils n'étaient pas présents.

Aussi cruel que ça puisse paraître, c'était le plus beau jour de sa vie. Lily le pardonnait, acceptait de le reprendre en tant que petit ami. Et en même temps, elle rayait Rogue de sa vie. Le Serpentard avait perdu, il avait gagné. Si James n'avait pas été si concentré sur son propre bonheur et sa propre chance, il aurait pu éprouver une nouvelle pitié pour son ennemi. Lui, il avait tout. Servilus n'avait plus rien. James avait une famille parfaite, il avait des amis merveilleux, il avait Lily. Tout lui réussissait, tout lui était donné. Rogue, lui, était battu par son père, n'avait pas de réels amis, venait de perdre Lily. La vie avait visiblement décidé d'être bien plus clémente avec le Gryffondor qu'avec le Serpentard. Mais James n'y pensa pas une seule seconde. Plongé dans l'étreinte de Lily, il ne vit pas son ennemi se lever pour s'enfuir sur le Chemin de Traverse. Il n'entendit pas l'arrivée des Aurors, il n'entendit pas les déclarations de Sirius.

Ils le rejoignirent quelques instants plus tard, main dans la main. N'ayant pas entendu les paroles de son frère, James prit la parole. Il s'adressa à l'Auror le plus proche de lui, qui s'avérait être aussi le plus impressionnant. Il était grand, il avait les épaules larges et les traits fins. D'un avis masculin il n'était pas trop mal conservé pour quelqu'un de son âge. Et il se dégageait une sorte de puissance de lui qui imposait le respect. James ne le connaissait pas, mais il eu soudain envie d'être comme lui, plus tard. Pas de doutes, il voulait bien devenir Auror. Quelle classe ils avaient, ceux là.


-Je n'ai pas pu voir le visage de mon agresseur, il portait une cape et une capuche. Il est parti, sur le Chemin de Traverse je crois. Il a probablement déja transplané. Désolé de ne pas pouvoir vous fournir plus de détails.

Les Aurors, déja mis au courant par le jeune Black, jouèrent tout de même le jeu. Ils hochèrent la tête, et prirent des notes. Puis ils s'éloignèrent pour examiner la scène du "crime". Les trois Gryffondors se retrouvèrent seuls, et Lily prit la parole. Encore une fois, elle l'appela mon amour, ce qui rendait James plus qu'heureux. Elle conseilla de se rendre à Sainte Mangouste, juste au cas où. Ils auraient probablement une potion infecte à lui faire avaler, eux aussi. Elle fit également référence au t-shirt de Patmol, et James remarqua alors qu'il était torse nu. Il se rémémora pourquoi, et un sourire étira ses lèvres. Tout à fait heureux, comme si personne n'avait essayé de le vider de son sang, James embrassa Lily sur la joue, toujours en souriant.

-Oui, garde-le, je préfère que ce soit toi qui le porte plutôt que lui. D'ailleurs, merci pour ça, frangin. Je veux bien te passer la moitié de ma chemise déchirée, si tu veux. Parce que ça risque de prendre pas mal de temps à rejoindre Ste Mangouste, si on est constament assaillis par des hordes de filles qui en veulent à ton corps.

Le Gryffondor ne prêtait plus aucune attention aux Aurors qui s'activaient derrière eux. Il s'efforçait également de ne pas penser à l'attaque, ni à Servilus. Il s'en était tiré, finalement, et Lily et lui étaient visiblement de nouveau ensemble. Tout finissait bien, et il refusait de gâcher son bonheur présent en songeant à ce qui venait de se passer.

-Oh ne t'inquiètes pas Lily, je peux marcher tout seul. Enfin je pense... Rattrapez-moi juste si je tombe !
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   Sam 5 Sep - 16:02

Je n’aurais jamais cru un jour tourner le dos à Severus, surtout après ce qu’il m’avait avoué la veille et pourtant… En s’attaquant à celui que j’aime, par un maléfice noir, le serpentard m’avait perdu à jamais. Comment avait-il pu ? Comment avait-il pu pendant toutes ses années me mentir, me tromper sur sa véritable nature ? Je me sentais trahie, blessée, et encore une fois, j’avais l’impression d’avoir été manipulée. Et ça, j’en avais plus qu’assez. Il y avait eu Jessi, et maintenant celui qui était comme un frère pour moi. Je l’aimais, comme un membre de ma famille à part entière, et sa révélation n’en était que plus amère. Comment avais-je pu me tromper à ce point sur lui ? Dieu que j’étais sotte des fois, et dieu que je ne me sentais plus très bien dans mes basquets. Il y avait les deux gryffondors, et à présent une horde d’Auror. Je devais me montrer forte encore un peu, surtout que mon maraudeur devait être amené à Ste Mangouste au plus vite. Avec tout cela, j’en avais oublié la raison de notre dispute et de notre séparation. J’avais cru le perdre et cela avait tout balayé. Je l’aimais, c’était le plus important.

Je laissais James s’adresser aux représentants de la loi magique, me contentant de l’aider à se maintenir debout. Je vins demander de l’aider à Sirius, n’étant pas sur qu’il soit de taille à pouvoir marcher tout seul. Il venait de recevoir un puissant sort, un sort que moi-même – sans aucune prétention – n’était pas arrivée à soigner. Il aurait pu y laisser la vie, et cela lui avait offert un passe direct VIP tout droit vers l’hôpital. Le soucie c’était que le lieu n’était pas tout prêt, et que transplaner n’était dans les cordes d’aucun d’entre nous. Je trouvais la solution à ce souci alors que les deux jeunes hommes rigolaient comme si de rien n’était de leur sublime corps. Personnellement, je n’avais jamais regardé de prêt celui de Sirius – encore heureux – mais je pouvais confirmer des formes parfaites de celui de James. Cette idée me fit sourire tandis que je laissais patmol prendre ma place pour soutenir son frère, et m’éloignais en direction des hommes qui examinaient les lieux avec attention.


– Excusez moi mais nous aurions besoin d’aide pour rejoindre l’hôpital au plus vite. Nous l’avons soigné au mieux, mais aucun de nous n’a de diplôme de médicomagie alors…

- Vous avez raison miss… Comment se prénomme le blessé?

- Evans, Lily Evans. Pourriez vous conduire, Monsieur James Potter à Ste Mangouste?

- Parker, va aider le fils de Jack. S’il lui arrive quelque chose, il t’en tiendra personnellement responsable, alors n’abime pas son seul enfant. Miss Evans, pourriez-vous rester s’il vous plait ? J’aurais quelques questions à vous poser.

- C’est que… Ce n’est rien. Je vous écoute


[i] Un jeune auror, surement en formation au vu de sa démarche peu assuré, se détacha du groupe « d’enquêteurs » pour rejoindre les deux gryffondors. Je n’avais eu aucune surprise quand l’agent qui se trouvait devant moi avait évoqué le prénom du père de mon petit ami. Ce dernier était un représentant auror très connu du ministère et très apprécié. D’après ce que j’avais lu, il est un des rares à avoir été formé par Maugrey lui-même, et d’être son digne « padawan » pour vous dire. Je restais auprès du « chef de meute », sans pouvoir y échapper. Tant pis, patmol me tiendrait au courant de l’évolution de l’état de James, ne pouvant me rendre à Ste mangouste… Il me fallut une demi heure pour répondre à toutes les questions qu’ils avaient à me poser, tandis que ses hommes avaient nettoyés la scène de crime. Quand il eu fini avec moi, il me prit le bras pour transplanner directement à Pré-Au-Lard. Le Poudlard Express était parti depuis dix minutes, et il m’était impossible de rejoindre le château autrement. Je ne vous raconte pas la tête que nous a tiré Rusard quand il m’a vu arriver en marchant jusqu’à château, en compagnie d’un auror…


[je vous laisse répondre si vous voulez avant de verrouiller le sujet. Si vous ne le faites pas, envoyez moi un mp que je le ferme Very Happy ]

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ma vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent[Les deux frères]   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum