Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Ven 15 Mai - 19:18

  • J'avais réussi.

    Mon humble rôle qui était de metttre hors d'état de nuire mon "collègue" Auror, avait suffit pour commencer l'engrenage du plan diabolique de mon Maître.
    Rejetant ma cascade de cheveux bruns en arrière, je fis un sourire triomphant à Amycus et Julien, les deux eternels rivaux.
    J'acceptais le compliment d'Amycus d'un signe de tête, tandis qu'il disait ésperer que je ne lui en voufrait pas trop pour ce qu'il allait faire: me neutraliser. De toute manière, comme il le fit remarquer, il saurait certazinement se faire pardonner!

    Haussant les épaules gracieusement, je répliquais d'une voix fière.


    -Ceci n'est que partie remise trés cher. Je suis sensée être une Auror après tout. Pour ce qui est de te faire pardonner, nous verrons bien...

    Un dernier sourire, tandis que je fixais le mangemort qui venait de pointer sa baguette sur moi.
    J'inspirais, prête à supporter la douleur.
    D'abord, ce ne fut que stupeur. Puis la douleur arriva, déchirante. Je sentis ma baguette me glisser des doigts, tandis que quelques secondes après, je m'effondrais à mon tour au sol, le corps lacéré par le sortilège du mangemort . Ma vue se voilait lentement tandis que ma respiration se faisait saccadée. Je savais que le sort ne serait pas mortel; mais en tout cas, j'étais dans un sale état!
    Le liquide rouge qui coulait dans mes veines, je le sentais s'imbiber lentement dans ma robe noire.

    Levant une main tremblante que je posais sur ma blessure, j'entendis alors une parole magnifique, puis un coup de vent semblable à une rafale. Le sort de mort avait été lancé! Ils avaient donc réussit... Malgré la douleur qui me transperçait, un rire rauque me secoua une fraction de seconde.
    Je me sentit alors plus légère, et ne remarquait même pas que mes yeux se fermaient, bloquant tel un mur les hurlements de panique qui commençaient à s'élever autour des tribunes.

    Le noir partout, plus de douleur, plus de bruit, plus rien. Quelques souvenirs d'enfance, mélangés à des souvenirs présents.
    De nouvelles voix, étouffées par mes rêves. Dont une que je ne conaissais que trop bien. Celle de Lucius. N'ouvrant pas de suite les yeux, je ressentis un frisson malgré moi en sentant sa peau toucher la mienne. "Verifier" si mon pouls battait encore. Pour ma part, je le sentais assez faible. J'entendis le blond dire à je ne sais qui que j'étais vivante, et d'aller chercher quelqu'un ou bien, qu'il m'enmenerait à Sainte Mangouste lui même.
    Personellement, j'aurais préférer qu'il m'enmène lui même à Sainte Mangouste, que je puisse avoir les détails que j'avais perdu de vue, le temps que je baignais dans mon propre sang...

    Sa voix à nouveau. M'adressant la parole. Ouvrant faiblement les yeux, je reconnus le visage de Lucius, et malgré moi, ébauchait un trés leger sourire que lui seul pourrait voir. Sa voix et son visage me paraissaient moins brumeux d'un coup.
    J'aurais trés bien pu lui dire que j'allais bien et que le plan avait fonctionné à la perfection, mais je me devais de mettre mes talents de comédienne en jeu.
    Lui faisant un infîme clin d'oeil pour qu'il comprenne mon jeu de comédienne, je dis simplement d'une voix faible tout en serrant sa main dans la mienne.


    -Lucius... Ou est le Ministre?

    Seulement pour entendre la douce vérité et apprendre sa mort de la part d'un allié! Mon 'beau-frère' duquel je me rapprochais un peu plus en ce moment était donc une excellente personne pour m'annoncer la nouvelle.
    Quitte à faire semblant de pleurer pour montrer mon masque de gentille Auror qui à échoué dans sa tâche.
    Je tentais de me relever légèrement, mais un vertige me prit. Pas assez de sang dans le corps, a coup sûr! Amycus n'y était pa sallé de main morte! Mais au moins, j'étais sûre de ne pas être soupçonnée...
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Sam 16 Mai - 13:37

S’il y a bien deux choses dans la vie d’un adolescent où il ne peut passer à côté, c’est bien les conneries et le sexe. Pour ce qui était de la première partie, Nathaniel pouvait dire qu’il avait fait son lot de conneries en tout genre. Que cela soit chez lui ou à l’école. Et ce n’est pas en rentrant dans l’une des plus célèbres école de magie –allias Poudlard– qu’il avait changer de mentalité. Mais ce qu’il préférait le plus dans ses moments là, c’était la complicité qui le liait avec son meilleur ami, Iian. C’était toujours à deux qu’ils montaient leur plan et qu’ils le réalisaient, même s’il avait invitait une jeune fille, Anna, à rejoindre leur groupe, il restait sûr et certain que leur complicité n’aurait jamais disparut, même avec l’âge. Ensuite, pour ce qui était de la deuxième partie, on ne pouvait pas vraiment dire qu’il l’avait remplit à cent pour cent. Oh, il avait déjà flirté oui, avec des filles comme avec des mecs –extérieur à l’école de préférence–, mais jamais il n’avait réellement été plus loin qu’un simple bécotage. Bien qu’il se oit déjà retrouver nu avec ses petit(e)s ami(e)s, il n’avait jamais été jusqu’au bout de l’acte en lui-même. Hé oui à 17 ans malgré tout, Nath’ était encore puceaux, et en ce moment il priait toutes les divinités de sa connaissance, jusqu’au simple esprit de bas étage, de lui accorder un sursit afin de connaître les affres de l’amour. Chose qu’il doutait de connaître un jour étant donné qu’ils étaient –de son point de vue– entouré par une horde de mangemorts qui venaient d’assassiner leur –a peine– regrettable ministre.

En effet, alors qu’il venait juste de se lever pour emmener Iian boire un verre et réfléchir à une solution pour mettre une véritable ambiance, un épais brouillard se leva sur scène. Sur le coup, rien qui n’aurait put inquiéter nos deux jeunes protagonistes. En fait l’arrêt sur image eu lieu lorsque qu’un éclair vert frappa de plein fouet le ministre. Pendant un instant, rien ne se passa, hormis le corps de l’homme qui retomba et rebondit mollement sur le sol de l’estrade. Pas un bruit ne fusa pendant quelques secondes, on aurait put entendre une mouche voler


*C’est une blague…?*

Fut la première pensé qui traversa l’esprit de notre jeune Serpentard. Sauf que, lorsque que le film reprit son cours, une tête de mort avec un serpent sortant d’entre ses dents flottait au-dessus de la scène. Un cri retentit également, brisant définitivement le silence plus que pesant qui c’était installer. Nathaniel sembla alors retrouver la mobilité de son corps. Ce fut un visage mortifié par la peur qu’il tourna vers Iian, avant de se faire bousculer par quelqu’un. Il réalisa alors, comme dans un état second, que la panique c’était installer autour de lui. Cependant, il ne savait quoi faire, ni comment réagir. Tout semblait se dérouler autour de lui. Son cerveau avait décidé de se mettre en pause, chose qui ne lui facilitait pas la tâche. Nath regarda une dernière fois autour de lui, avant de reporter son regard dans celui de son meilleur ami. Il entendit au loin l’appel d’un professeur, il jeta un regard vers lui. Trop loin décida-il, dans son esprit il ne pourrait jamais y parvenir, en conséquence, il laissa son instinct répondre à la situation. Natha se jeta sur Iian pour le plaquer au sol, passant à moitié sous les sièges, il se recroquevilla légèrement, mais de façon à toujours protéger Iian et à montrer son dos au éventuels coups. Parce que son instinct avait décidé de réagir comme dans sa jeune enfance lors qu’il se faisait engueuler par son père et que les coups pleuvaient. Parce qu’il ne savait pas quoi faire d’autre, il essayait de se protéger comme il pouvait, serrant Iian contre lui.

Son meilleur ami put d’ailleurs bientôt sentir comme des gouttes d’eau rouler dans son cou. Et pourtant aux dernières nouvelles il ne pleuvait pas. Du ciel, rien ne venait, mais sur les joues du Serpent, c’était un orage qu’il c’était déclarer.


"Iian, c’est pas une blague…"

Non définitivement, ce n’était pas une blague.
Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Dim 17 Mai - 8:53


  • J’étais donc seule après le départ de ce qui était au sens du terme littéral, ma meilleure amie. Evanna Lyrics. En fait, je pouvais la considérer ainsi tout simplement parce qu’elle me connaissait on ne peut mieux, depuis le temps que l’on parlait par lettre ! Certainement depuis plusieurs années, après Hannah et Torben c’était la personne qui me connaissait le mieux, ici en Angleterre. Et même en Moldavie je pense. A réfléchir, je ne pensais pas qu’il y ait une autre personne qui ne me connaisse mieux dans mes connaissances Moldaves, ou du moins, aussi bien qu’Evanna. Bien sur je savais qu’elle était en Anglaise, mais ne sachant pas si elle étudiait ou non à Poudlard, je n’avais pas réellement cherché à la retrouver malgré le fait que j’eus envie de la connaitre. Nous aurons du temps à rattraper, mais cela ne saurait tarder, désormais que nous savions que nous étions toutes les deux dans la même école. Je ne doutais guère de la franchise d’Evanna, et je ne doutais guère également du fait qu’elle veuille également me connaitre. En tout cas, moi, je souhaitais la connaitre plus !

    Enfin, dans ce moment de réflexion, je fus rapidement reprise de mes esprits, tiré par la voix de notre ministre qui continuait à nous adresser son discours où je comprenais un mot sur deux, j’essayais du mieux que je pouvais croiser une connaissance, mon frère peut être ? Ou Krysto ? Tiens d’ailleurs en parlant de lui, il ne tarda pas à venir s’installer auprès de moi ! Un peu surprise, il me fit la bise, ou du moins c’était comme ça que l’on appelait ce geste d’après ce que j’avais compris. Enfin, dans chaque pays il y avait des façons différentes de dire bonjour. Ici peut être que c’était comme ça, mais bon, vu comme c’était parti, il valait mieux que je commence à m’habituer à la culture anglaise, ça servirait un peu non ? Enfin soit, ce fut pendant que le ministre fit une pause de quelques instants qu’il était venu m’adresser la parole. Je ne comprenais pas grand-chose à ce discours, mais le peu que je comprenais me faisait surtout comprendre que nous étions finalement autant en danger qu’en Moldavie. Quelle idée génialissime mon oncle avait eu de nous envoyer ici, alors que mise à part mon frère et le camp que j’avais pu rejoindre, j’étais seule face à tout ça.

    « Oh, je vais bien. Non, au contraire, l’amie avec qui j’étais, vient juste de me quitter, une affaire urgente apparemment. Je me retrouve donc seule. Soit, et toi comment vas-tu ? »

    Je lui souris. J’aimais discuter avec lui, j’aimais passer du temps avec lui. Malgré le garçon que j’avais pu voir au début de notre rencontre, ce fameux combat avec les Serpentard, il était finalement quelqu’un d’agréable. Plus que je ne l’aurais pensé pour être franche. Enfin, j’étais toujours en train de regarder le ministre qui continuait à nous parler. Il me faisait sourire par la passion qu’il mettait dans ses paroles. J’avais l’impression d’être déjà engagée dans la guerre entre le blanc et le noir, avec les gentils d’un côté et les méchants de l’autre. Et il fallait tuer tous les méchants ! Ouais super -_-‘ ! Nan, en fait, c’était beaucoup plus compliqué que ça. Mais j’étais persuadée d’avoir rejoint le clan des vainqueurs. Si bien, Torben saurait très vite réagir à ce fait. Qui allait se produire.

    Une brume recouvrit soudain la tribune d’où s’exprimait le ministre anglais, et quand elle se dissipa, nous pouvions voir le ministre étendu qui ne bougeait plus sur l’estrade. De là, l’excitation commençait à prendre de la terreur. La plupart des personnes commençaient à paniquer à ne savoir que faire. Moi ? Je restais paralysée sur ma chaise, ne sachant que dire que faire. Je ne savais pas ce qu’il se passait, je ne savais pas où nous en étions. Je savais juste que la guerre dont il avait parlé, venait juste de commencer. Au malheur de tous ? Et certainement au bonheur de certains. Je ne parlais pas, mes yeux restaient fixés face à ce … crime. Comment réagissons nous dans ces moments là ? Nous ne savons pas exactement, certains vont crier comme j’en entendais beaucoup le faire derrière, d’autres restaient sans bouger. Et moi ? Je restais terrifié par tout ça. Je voulais bouger, mais j’entendais à la fois un professeur nous appelait. En fait, je n’avais qu’une envie c’était retrouver Torben à cet instant maintenant et partir loin. Non, mon oncle avait tort ! Nous n’étions pas plus en sécurité ici en Angleterre qu’en Moldavie. Je pouvais même confirmer que c’était pire qu’en Moldavie.

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Dim 17 Mai - 10:51

La guerre, un terme bien barbare que l'Homme avait appris avec le temps à connaître et à savoir utiliser à bon ou moins bon escient. La violence était un fruit quotidien de l'oeuvre de l'Homme sur cette Terre et quelque part, je ne doutais pas qu'elle soit également une chose positive. Si l'Homme ne se faisait pas violent avec son prochain, alors il n'y aurait pas de héros, nul besoin d'une quelconque autorité. L'Homme se ridiculisait en pensant ne pas avoir de la violence, qu'elle devait être bannie à jamais du comportement des personnes. Et surtout jamais, oh grand jamais, elle ne devait être normalisée et acceptée. J'étais bien d'accord sur ce point là, cependant la violence était utile, elle était l'ultime recours de l'Homme qui doutait et qui avait peur, elle était le rempart ultime entre la folie et la mort. L'échappatoire qui permettait à l'Homme de tenir bon et de toujours continuer à se battre. C'était ainsi depuis des millénaires, et personne ne pouvait l'ignorer, l'Homme avait autant besoin de la violence et de la guerre que le vampire de sang. C'était un besoin insatiable de l'Homme, sans guerre, sans violence, sans rien à réprimander, l'Homme n'aurait pas besoin de personnes pour limiter les pulsions. Ils n'auraient alors plus aucune légitimité dans son Gouvernement.

Et c'était là qu'en était rendu le Gouvernement anglais en l'heure actuelle des choses, mais c'était surtout son incompétence à agir qui le perdait et le perdrait définitivement. Lorsque les personnes qui sont en places prêchent contre la guerre toujours et encore, que ces leaders pensent et affirment qu'il n'y a rien à craindre que les Aurors font leur travail. Alors il faut derrière avoir des résultats, des choses à montrer des succès de préférence. C'était plus ou moins une guerre médiatique pour le moment puisqu'il n'y avait encore eu absolument aucun affrontement réel entre les groupes en présence, aucune véritable preuve de violence l'un envers l'autre. Le Ministre se faisait remarquer à travers des discours visant à rassurer les gens, et ces opposants dans des coups visant à être médiatisé ainsi que cela fut le cas à Poudlard avec l'assassinat des deux élèves. Aujourd'hui, je n'en doutais pas, alors que le Ministre se mettait bien en avant, voulant surement s'illustrer dans cette guerre pas encore ouverte entre les deux camps. Il était clair que si j'avais été un imposant, et je crois bien en être un, je n'aurais pas hésité à agir aujourd'hui, frapper un bon coup, me faire remarquer. Comment je ne savais pas, mais aujourd'hui était clairement une chance de frapper un grand coup, de se faire voir et connaître bien clairement.

Pour le moment cependant, je pensais au principal en attendant que les choses ne se passent, discuter avec la Préfète à côté de qui je m'étais assis. Celle-ci sembla surprise lorsque je lui fis la bise, j'avouais que j'avais eu du mal à m'y mettre et en réalité Lyra était la toute première à qui je faisais la bise d'instinct. Certainement parce que elle était la personne dont je pouvais me dire la plus proche depuis mon arrivée en Angleterre. Evidemment, il y avait Marie-Rose, mais ce n'était pas la réalité que ce qu'il paraissait entre la Poufsouffle et moi. Tout n'était que du chiqué, bien volontairement chiqué, je ne l'aimais pas plus qu'elle ne devait m'aimer, nous ne faisions que jouer. Simuler un couple parfait au possible pour ennuyer le plus possible les vrais couples bien heureux de Poudlard. C'était un jeu que la jeune femme et moi jouions et très honnêtement, je devais avouer apprécier le jeu, en plus de ça, je devais avouer que la jeune femme embrassait plutôt bien. Puis c'était plutôt marrant de voir la tête des gens autour de nous, enfin même si j'appréciais la Poufsouffle, cela restait un jeu pour moi, ni plus, ni moins qu'un jeu. La Serdaigle à côté de moi en revanche je l'appréciais d'avantage et je ne savais pas vraiment m'expliquer pourquoi, mais cela venait surement du fait que nous ayons pris le temps de discuter et de se connaître un peu:


- Ah moi je vais plutôt bien, je suis assez impatient de voir comment les choses vont évoluer. J'aime bien ce Ministre, il sait parler, pas grand chose d'autre, mais il sait parler. Ce que j'attends c'est ce qui va se passer, je doute que si vraiment les opposants soient organisés, ils laissent passer une telle occasion de ridiculiser le Ministre et le Ministère. Enfin moi c'est ce que je ferais.

D'ailleurs en parlant de se passer quelque chose, quelle était cette étrange ombre qui traversait les tribunes. Certainement ce que je venais d'annoncer, un moyen de faire dans la dérision, et d'humilier le Ministère d'une façon ou d'une autre. Le meilleur dans tout ça étant que c'était le Ministre qui avait organisé cette fête et qui avait invité la Presse et les élèves du collège Poudlard. Il avait organisé sa propre humiliation en quelque sorte. J'avais de l'imagination plus qu'il en fallait et j'essayais d'imaginer ce qui avait bien pu être prévu pour faire un mauvais tour au Ministre. Soudain la réalité me frappa l'esprit avec la violence d'un Endoloris. *Krysto, Krysto, Krysto...C'est mon prénom...Tu me déçois tu sais. Je pensais que tu avais compris le fin mot de l'histoire. Ce n'est pas une plaisanterie bête et méchante, c'est une guerre...Quelle différence cela fait-il? Absolument aucune, que violence ou non il y ait, le Ministre sera humilié...Tu n'as toujours pas compris mon grand? J'avoue que je te pensais un peu plus perspicace, ce n'est pas simplement une occasion unique d'humilier le Ministre...Arrêtes, c'est n'importe quoi, j'y ai pensé et ce serait de la folie. Ou alors ce serait vraiment du génie...Tu doutes du Serpentard? Tu ne devrais pas...Non je ne doute pas de lui, mais assassiner le Ministre, ici, maintenant? Il faudrait une organisation infernale mais sûr que le « succès » serait infernal...Tu sais, au lieu de parler tu devrais revenir à la réalité, ça pourrait bien t'intéresser.*

Effectivement, revenir à la réalité était une bonne idée car il y avait eu un étrange silence et les gens semblaient maintenant paniqué. Alors quoi? Que s'était-il passé pour que la situation vire ainsi, pourquoi le Ministre ne disait-il plus mot? Mon regard se tourna vers Lyra qui semblait observer quelque chose, je suivis la trajectoire de son regard pour voir le Ministre allongé sur l'estrade. Pas besoin d'être un devin pour comprendre ce qui s'était passé, le Ministre avait été tué, et la marque, celle du parc du collège, flottait haute et fière dans le ciel. Je n'en revenais pas, ils avaient tué le Ministre, alors c'était ça l'humiliation qui avait été, comme je le pensais, prévue. Je restais figé par la situation, je m'étais attendu à ce que cela puisse arriver, mais le voir donnait une toute autre dimension à la chose. Une dimension surréaliste et violente, c'était le début de cette guerre, le véritable début de cette guerre. Je restais ainsi figé, la bouche légèrement ouverte, totalement surpris par ce qui venait d'arriver. *KRYSTO!!!!!!!!!!!!* Je secouais ma tête avec une certaine violence, il fallait s'activer et parti. Alors que je me levais, je remarquais que Lyra n'avait toujours pas bougé:


- Il faut partir Lyra.

Peu concluant de toutes évidences. Je m'accroupis en face de la jeune femme, tachant de me mettre devant son regard:

- Lyra...

Doucement je pris la main de la jeune femme tout en me redressant, faisant un petit pas vers la jeune femme pour lui parler doucement dans l'oreille:

- Je sais que tu ne te sens pas en sécurité, mais on l'est encore moins là où on est pour le moment. Rejoignons les autres, on sera un peu plus en sécurité...
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Dim 17 Mai - 19:57

    J'étais conscient que je me comportais mal vis à vis d'Alice. C'était d'ailleurs cette même conscience de mes actes que j'abhorrais. Tout serait tellement plus facile si je serais totalement insouciant quand je trahissais mes promesses et mes convictions. Mais ce n'était pas le cas, et le moins que l'on puisse dire était que c'était plutôt difficile d'assumer... Je savais que j'allais me faire du mal en avouer toutes ces choses à ma petite amie. Bien plus difficile encore, je savais que j'allais lui faire du mal à elle, et c'était ce qui était le plus dur à accepter dans l'histoire. Inutile de préciser que je n'avais pas le coeur à rire, et encore moins à me lamenter sur mon sort. Je n'avais que ce que je méritais. Rien de tout cela ne serait arrivé si je savais dominer mes instincts et mes réactions les plus basiques. Mais ce n'était pas le cas, et désormais, je n'avais plus que les yeux pour pleurer. Alice savait tout cela. Elle était très intelligente et elle avait très bien compris que j'avais des choses aussi graves qu'importantes à lui annoncer. Elle me connaissait, mieux que personne pourrais je ajouter. Elle savait quand je n'allais pas bien et quand j'avais fait des conneries. C'était également un des aspects qui me fascinait chez elle, mais je n'avais jamais su savoir comment elle faisait pour me décrypter... Etais je si prévisible?


    Sans doute.


    Alors que je racontais tous mes tords à la jeune gryffondor, je sentis un espèce de voile me tomber dessus. Il m'opressait, me comprimait, me déprimait. J'avais l'impression d'avoir du mal à respirer, et d'avoir également du mal à réfléchir. Mon coeur, lui, semblait battre plus fort que jamais. Je ressentais ses sourdes pulsations dans ma poitrine. L'organe ne battait pas rapidement, mais il me faisait trembler de partout à chaque fois. C'était là la manifestation de tout le poids de la culpabilité. Je n'y pouvais rien et je m'étais engagé dans une voie qui ne souffrait aucun retour en arrière. J'avais décidé d'être honnête avec la femme que j'aimais, aussi allais je jusqu'au bout de ce que j'avais à dire. Il était évident que je blessais Alice, une fois de plus. Mais elle semblait bien plus blasée et triste qu'en colère, comme la fois précédente. Cela me blessait encore plus de la sentir ainsi. Elle soupira et se passa une main dans ses magnifiques cheveux, juste avant de me demander ce que je voulais qu'elle me dise. Question difficile. Qu'elle m'aime même si je me comporte comme un imbécile semblait être un bon début, mais je n'étais pas certain que ma lionne ne le prenne ainsi.


    Mais ni Alice ni moi n'eurent le temps de répondre qu'une magnifique créature se posait sous mes yeux. Krystel Raybrandt. Je sentis au plus profond de moi même l'étendue de ma damnation; même dans ce moment terrible pour moi, je sentais que je la désirais encore. Comment ferais je pour concilier cette attirance avec mon amour pour Alice? Je ne savais pas si c'était possible, même si j'y croyais à fond... La jeune française était vêtue comme à son habitude; avec classe mais une certaine vulgarité assumée qui faisait son charme. Je voyais une robe d'un rouge foncé qui était plus que décolleté... j'eux bien du mal à contrôlé mon regard, mais j'y parvins néanmoins, tandis que la belle à la langue aussi indomptable que le reste se mit à parler... Comment allait elle prendre position? Allait elle casser mon couple avec Alice, ou me défendre? Telle était la question... Krystel se présenta et précisa que je l'avais embrassée... Stupide et prétentieuse française, n'était ce pas elle qui avait commencé, à deux reprises? L'hypocrite! Mais comme si la française avait lu en moi, elle prit ensuite ma défense, ce qui me calma un peu. Je savais que ses paroles ne m'excuseraient en rien aux yeux d'Alice, mais je ne pouvais qu'être reconnaissant avec Krystel, même si ses manières ne faisaient pas que me sauver... Elle conclue sur d'étranges paroles, juste avant de se rapprocher de moi... Krystel se rapprocha ensuite, m'embrassa sur la joue et me conseilla d'arrêter de tout gâcher. Je connaissais la jeune femme bien trop pour me dire que son acte était désinteressé, mais je ne pouvais pas la questionner...


    Sous le choc de cette rencontre, je me retournais vers ma petite amie. Un silence gênant venait de s'installer et je n'avais pas le coeur à le briser. Mais Alice, bien plus courageuse que moi, s'en chargea à ma place. La jeune rouge et or m'avoua qu'elle m'aimait, mais qu'elle ne souhaitait peut être pas continuer ainsi. Elle avait raison; je le savais au fond de moi, mais comment l'accepter? Je ne pouvais m'y résoudre, tout comme je ne pouvais pas non plus accepter de perdre la seule femme que j'avais jamais vraiment aimé. Je ne savais pas comment réagir, et je sentis mon coeur, déjà malmené, se briser de nouveau lorsque je l'entendis dire que je lui faisais horriblement mal en lui avouant toutes ces choses. Alice conclut, gênée et malheureuse. Je ne pouvais que répliquer. Esquissant un geste vers son visage, je caressais sa joue d'un geste amoureux et tendre, avant de répliquer d'une voix fatiguée et quelque peu mélancolique.



    - Je sais tout ça. Tu mérites tellement mieux. J'essaye, j'essaye de toutes mes forces de me montrer à la hauteur, mais je ne suis même pas sûr de réussir un jour à changer. Je ne serais jamais à la hauteur. Pourtant, je fais des efforts, je t'assure... Je t'aime aussi Alice, je t'aime plus que j'aimerais jamais quelqu'un d'autre... Et je ne veux pas que tu penses ça de toi. Tu sais, je pense que je te désire plus que n'importe quelle autre femme. Tu es tout ce que j'aime, et tout ce que je désire. J'ai des moments de faiblesse, sûrement plus que tous les hommes que tu connais. Mais ça ne change rien. Si tu me demandais aujourd'hui de me damner pour toi, je le ferais sans hésiter. Mais savoir que je te fais du mal malgré mes efforts, savoir que je te blesse, c'est trop... Je pense qu'il vaudrait mieux que... Enfin que... Si tu veux trouver mieux, qu'on arrête là et que j'arrête de te faire du mal, tu n'as qu'un mot à dire. Mais je serais toujours là, à t'aimer. Je ne supporterais pas de te voir à nouveau souffrir à cause de moi... Quittes moi s'il...


    Le destin n'avait pas voulu me laisser finir ma phrase. Quelqu'un venait de faire irruption sur la tribune. Un brouillard épais venait d'apparaître et deux éclairs verts successifs venaient d'annoncer la mort du Ministre et de sa conseillère. Quelqu'un hurla quelque chose que je n'entendis pas, et la marque des ténèbres apparut dans le ciel. Instantanément, la panique la plus totale se répandit... Des hurlements et des cris de terreurs se firent entendre tandis que la foule s'égayait en tous sens... Mon coeur se figea, et instantanément, un voile de sueur vint se poser sur chaque particule de peau de mon corps. Je me revoyais, dans une maison dévastée, en train de voir mes parents se faire dévorer. Je me voyais, en train de me battre bec et ongles pour ma survie. Je me voyais, en train de fuir avec mes soeurs pour sauver notre vie. Les yeux exorbités, la respiration haletante, je me forçais de contrôler ma crise de panique. Lyra, Hannah. Il fallait que je les retrouve. Sans même réfléchir à ce que je faisais, au milieu des cris, des ordres aboyés, de la terreur la plus totale, je saisis la main d'Alice. Prenant son visage entre mes mains, je la forçais à regarder dans mes yeux.


    - Il faut qu'on parte d'ici Alice, d'accord? On s'occupera du reste après. Poudlard n'est pas en sécurité, je t'emmène loin d'ici et tu n'as pas le droit de protester, c'est bien compris?


    Ne lui laissant pas le loisir de réagir, je partais en courant avec elle. Au loin, je remarquais que les professeurs tentaient de rassembler les élèves. Lyra était avec eux, je le sentais. Tout ce que je souhaitais, c'est qu'elle se rappelle des leçons qu'on avait durement apprises l'été passé. Entraînant Alice avec moi, je faillis rentrer dans un type, ne l'évitant qu'au dernier moment.


    - Le ministre est mort Potter, emmènes Lily loin d'ici, tout est fini. Tires toi de là et sauves ta peau. lançais je à mon ancien ami, en lui jetant un regard compatissant

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
PNJ↯ Votre vie est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1818
Date d'inscription : 08/05/2008




Maître du Jeu

PNJ
Votre vie est entre mes mains

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Lun 18 Mai - 9:42

[Attention, je rappelle à tous que tant que ce n'est pas précisé, un seul post par ordre de passage est permis! Ceci dans le but 'éviter que le rp ne parte dans des discussions "privées". Je vous signalerais quand vous pourrez poster plusieurs fois ^^]
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mar 19 Mai - 14:11

Aucun membre de la famille de Iian n'étant devin, il n'a donc aucun gène de ce genre à sa connaissance... Et pourtant, ce cauchemar qu'il a fait cette nuit pour être une sorte de prémonition. Peut-être. Mais penchons plutôt pour le hasard et la fatigue accumulée ces temps-ci--fomenter des bêtises, c'est que ça crève (en plus d'autres choses dont nous ne parlerons point)!

En tout cas, lui qui ne stressait pas souvent, stressait bel et bien depuis son réveil cet nuit. Il avait même pensé à aller vérifier chez les Serpy si Natha était bien en vie dans son lit, mais avait renoncé, parce que 1/ ça serait bête de se faire prendre aujourd'hui, 2/ .... Le portrait ne l'aurait pas laissé passer. Alors il était resté pendant des heures dans son lit à fixer un point sur le mur de la pièce ou sur la porte... S'attendant parfois à voir la porte s'ouvrir à la volée pour qu'un éclair vert vienne le frapper lui et ses camarades. Mais rien de tout ça n'était arrivé heureusement.

Quand fut venu le temps de s'apprêter, le jeune Serdaigle sauta sur l'occasion, puis mangea ensuite ce qu'il put tant son estomac était noué. Natha et lui faisaient les 400 coups depuis des lustres ensembles!! Alors pourquoi est-ce qu'un rêve le mettait dans un tel état? Lui même n'en savait rien. Mais même s'il n'avait rien dit sur ce qui s'était passé le soir de Noël, la scène était restée gravée dans sa mémoire, et avait choisit cette nuit pour se manifester dans ses rêves. Il s'en serait franchement passé...

Maintenant qu'il était arrivé à Pré-au-Lard et qu'il se tenait jusqu'à côté de son meilleur ami, il se sentait mieux. Pas à 100%, mais mieux... Il l'avait étreint avec force quelques minutes plus tôt, et avait bien senti cette chaleur caractéristique des personnes vivantes. De plus, sa réflexion l'avait rassuré. Le Ministre commençait à faire son discours que Iian et Nathaniel eux, fomentaient une sortie 'interdite' dans les rues du village. A quoi bon écouter un discours barbant? Les discours politiques étaient toujours des plus barbants de toute façon v_v.

Puis ledit discours se termina (enfin)--Iian n'en avait saisit que quelques bribes, et son ami se leva pour l'amener en ville malgré la restriction bien connue des deux: pas d'excursions dans les rues de Pré-au-Lard. Malheureusement, ils n'eurent le temps de faire que quelques pas avant que la situation tranquille mais tendue s'envenime. En effet, un brouillard fit soudain son apparition sur l'estrade... Avant qu'un éclair vert caractéristique se distingue parmis la brûme. En une seconde, Iian se figea comme une statue... tout comme le temps autour d'eux. Les battements de son coeur s'accélérèrent, ses yeux s'écarquillèrent et ses pupilles se dilatèrent: la situation avait agit comme un électrochoc sur le Serdaigle.

*Non...*

Le deuxième électrochoc se manifesta lorsque la Marque des Ténèbres fit une nouvelle fois son apparition dans le ciel. La respiration de Iian s'accélèra et son corps se mit à trembler. Il paniquait.

*Non... God non, pas encore! Nath...!*

C'était à la fois come un appel au secours, et une pensée pour son meilleur ami. Les yeux fixés sur la Marque, il ne bougeait pas. Aucun de ses muscles ne voulait se manifester et pourtant dans sa tête, tout le voulait... tout convergeait vers "Cours imbécile! Sauve Nath!", et pourtant rien ne se passait.

La seconde d'après, la panique pris tout le monde. Des chaises se renversèrent, des cris d'horreur et de terreur se firent entendre, un professeur réussit même à garder sa tête en place pour essayer de sauver des élèves en les appelant, les prant de se regrouper pour retourner à Poudlard... Mais Iian, lui, ne pouvait bouger.

La débandade se transforma en jeu de dominos.

Les gens se bousculaient pour sauver leurs vies, et alors que Nathaniel se faisait bousculer, il rentra dans Iian, ce qui eut pour effet de le faire sortir de sa transe. Un peu du moins. Son regard apeuré, terrorisé, inquiet rencontra celui de son meilleur ami une seconde.

Se sauver... Ils devaient...

Mais il n'eut pas le temps de prononcer un mot--qui ne serait de toute façon pas sorti de sa bouche, que Natha le plaquait au sol, comme ils l'avaient si souvent fait lorsqu'ils luttaient pour jouer. D'abord surpris, et malgré son esprit qui lui disait que c'était pas du tout une bonne idée, Iian se cramponna à son ami comme s'il tenait la seule bouée de sauvetage restante. Il voulait se tenir à quelque chose, il voulait le sentir contre lui, il voulait...

Quelque chose de chaud et de mouillé glissa sur son cou, le faisant sursauter. Baissant el regard, il ne pouvait distinguer que les cheveux de Nath... même si sa propre vue était brouillée par les larmes de peur qui roulaient le long de ses joues. Ha, les Wolfs qui pleuraient, c'était à mettre dans les annales!

"Iian, c’est pas une blague…"

"N... Non c'est pas... pas une blague..."

Sa voix était rauque, parce qu'il se forçait. Pourtant, malgré sa peur, il réussit à dire autre chose. Il entendait encore les cris atour de lui, il voyait des gens courir , perdus...

"Nath... Nath, on peut pas rester ici..."

Ils ne pouvaient définitivement pas rester au sol, où ils finiraient par se faire piétiner par la foule terrorisée. Un sanglot le prit alors que son étreinte se reserra et que la peur s'empara un peu plus de lui et qu'il aura dû se lever pour se sauver... Quelque part, n'importe où.

"God... Je veux pas mourir... Je veux pas te perdre... Pas encore..."

C'était pire que dans son cauchemar!
Mangemort↯ Le pouvoir est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1007
Date d'inscription : 06/09/2008




Lord Voldemort

Mangemort
Le pouvoir est entre mes mains


Carte du maraudeur
Niveau magique: 15/15
Libre pour ::
Bonus: 0
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mar 19 Mai - 19:13

[HJ: Excuses moi Alice d'avoir été aussi entreprenant avec Torben, mais comme je te l'avais dit, j'ai eu une idée...


    Tout se déroulait selon le plan. Sous les yeux ébahis de la foule, le ministre de la magie venait d'être mis à mort. D'une façon très théâtrale, très médiatique. Parfaite. Amycus et Julien avaient de toute évidence réussit à se faufiler entre les défenses établies par le ministre. Je ne savais pas comment ils avaient fait, mais je me doutais bien que cette réussite devait probablement être mise sur le compte de Lucius Malefoy, qui devait s'être servit de son influence au Ministère et de son argent pour provoquer une brèche dans le dispositif. Je n'avais jamais eu à regretter son recrutement; il était aussi loyal qu'efficace. D'ailleurs, vu ma position actuelle auprès des élèves de Poudlard, c'était à lui que revenait le commandement global des mangemorts impliqués dans l'opération. Il semblait s'acquitter de sa tâche avec brio, sans compter qu'il avait également pu placer Bellatrix dans l'entourage du Ministre de la Magie. Si tout s'était déroulé normalement dans les coulisses du discours, Bellatrix avait dû être neutralisée par Amycus après qu'elle se soit débarassée de son acolyte de la garde rapprochée du ministre. Elle aussi était un bon élément, totalement dévoué et attaché à ma personne qui plus est.


    Amycus venait donc de débouler avec Julien sur la tribune. Le premier avait tué la conseillère du Ministre avant de créer un rideau de fumée protecteur pour lui et son acolyte. Puis, lorsque le ministre avait pleinement pris conscience de la situation, il s'était retrouvé ad patres, envoyé en enfer la tête la première dans un éclair vert. Sur ce, Julien hurla sa dévotion en lançant dans le ciel la marque des ténèbres. Celle ci avait explosé dans le ciel. Elle était restée suspendue dans les nuages pendant un court instant, environ deux secondes. Le monde entier était frappé de stupeur, figé de surprise. Puis, ce fut l'explosion... Tout le monde se mit à hurler de peur et de terreur. Ne pouvant m'empêcher de lâcher un petit rire, je remarquais non sans surprise que l'Ordre du Phénix ni les membres du Ministère n'avaient réussit à intercepter mes deux mangemorts. Pourtant, le principal risque du plan pesait sur leurs épaules, mais personne ne fit quoi que ce soit pour les empêcher de partir. J'étais bluffé par la nullité des agents de la lumière.


    Un professeur se mit à hurler pour faire se regrouper les élèves. Une femme, que j'identifiais comme faisant partie des aurors, fonça vers la tribune. Un ou deux personnages se mirent à courir aux nouvelles. Le chaos se répandait. Des gens pleuraient. D'autres hurlaient. D'autres paniquaient. Mon oeuvre continuait de grandir, et bientôt, elle engloutirait le monde dans de secondes ténèbres. Je venais de battre en prestige et en pouvoir ce pitoyable homme qu'avait été Grindelwald, et j'avais même réussit à battre en brèche un Ministère fort et respecté. J'arrivais à l'apogée de ma gloire, et bientôt, plus personne ne pourrait se mettre entre moi et le pouvoir suprême. Après Faulkner et son pitoyable ramassis d'aurors, viendrait le tour de l'Ordre du Phénix et de Dumbledore. Cette petite milice citoyenne ne ferait pas long feu face à mes agents surentraînés et guidés par leur attrait pour la magie noire et leur allégeance aux ténèbres. Il serait aisé de remporter la victoire finale, qui était désormais à portée de mains... Bientôt viendra le temps des larmes, du sang et de la terreur, bientôt...


    Mais alors que je me réjouissais du carnage et de l'immense victoire qui venait d'être remportée, je vis passer devant moi deux fusées. Tournant la tête, je vis Torben Badenov, ce parvenu de Moldavie en train d'emmener sa dulcinée à l'abris. Alice Mc pherson était donc toujours avec lui... Bien, Krystel semblait donc avoir réussit sa mission... Il faudrait que je me rendre vraiment compte avec elle si ses talents ne se limitaient pas à ceux de la parole et de la séduction... En tous cas, elle semblait être experte dans son domaine, et malgré le fait qu'il ne s'agissait au final que d'une adolescente, elle était pleine de ressources. J'étais cependant un peu étonné par adenov; je l'avais imaginé du genre preux chevalier, prêt à foncer tête baissée. Alors que là, il semblait plutôt vouloir mettre Alice à l'abris avant de faire quoi que ce soit d'autre... Si c'était pas mignon... Pathétique! Mais mon regard lança des éclairs au Moldave lorsque je me rendis compte qu'il parlait désormais avec James Potter, le petit roquet ambitieux! Mais une étincelle de génie balaya de nouveau toutes mes pensées; j'avais sous mes yeux trois des quatre parents de mes deux futurs pires ennemis potentiels. Il y avait Lily Evans, James Potter et Alice Mc Pherson. L'occasion rêvée. La confusion qui règnait dans le coin serait mon alliée.


    J'avais un coup à jouer...


    Marchant lentement dans leur direction, j'entendis Torben laissait quelques recommandations à Potter. Peuh, ils me faisaient tous pitié! Un sourire mauvais s'étala sur mon visage tandis que j'avançais vers eux. A environ trois mètres, je levais ma baguette. A deux, je lançais un maléfice informulé. Une puissante onde de choc jaillit de ma baguette et percuta Badenov de plein fouet. Au moment où le maléfice rencontra sa chair, on put entendre le sinistre craquement de ses os qui se brisaient. Le moldave fut projeté dans les airs sur deux mètres, retombant au sol comme une poupée désartibulée, inconscient. Il avait pris cher, mais ce n'était rien comparé à ce que j'allais faire subir à mes pires ennemis... Je savais que je prenais un risque, mais qui sur ce champ verrait ce qui se passait? Et surtout, qui serait capable de m'arrêter? Personne ne l'était... Eclatant de rire, je ne me cachais plus sous l'apparence de Jessi Tumodel. Les pupilles de mes yeux virèrent au rouge, mon teint se fit pâle, tandis que mes cheveux blonds se foncirent pour devenir d'un noir de jiais. Je restais séduisant, je le savais, mais d'une beauté bien plus redoutable et bien moins innocente. Arrivant au niveau du trio de gryffondors médusés, je tenais négligemment ma baguette. J'étais de toute façon bien plus fort qu'eux tous réunis...



    - Comme on se retrouve, Lily, Alice... Potter. Je suis enchanté que vous ayez pu assister à mon triomphe aujourd'hui. Ah Alice, désolé pour ton copain, mais je crains que vous ne soyez plus capable de faire vos saletés avant un bon moment, le pauvre va avoir beaucoup de choses à réparer... Bien, maintenant que nous sommes entre amis, on va peut être pouvoir parler...


    Les trois étaient médusés. Ils ne devaient pas encore avoir compris qui était en face d'eux. Les imbéciles. Mais ce que je m'apprétais à faire était un véritable coup bas dirigé dans la face de Dumbledore. Jusqu'ici, nous nous étions livrés à notre petite guerre en secret, avec des moyens égaux. Maintenant, je décidais de fausser le jeu. Un grand mage n'avait il pas dit à propos de l'espace et du temps que sui saurait son avenir verrait celui ci transformé à tout jamais, sans retour en arrière possible? Tous les plans du vieil homme seront réduits à néant, simplement en avouant quelques vérités... Je sentis que James semblait sur le point de réagir, aussi lui envoyais je un sort qui le maintenait à une immobilité quelque peu douloureuse...


    - Tut tut tut Potter, laisses moi terminer s'il te plait. Et Alice, Lily, soyez gentilles, ayez l'air de vous amuser, je n'aimerais pas être interrompu... Bien! Alors, je n'ai pas beaucoup de temps, mais je veux que vous sachiez quelques petites choses... Concernant votre avenir... Voyez vous, quand on est aussi « vieux » que moi, on a quelques coups d'avance sur ses ennemis... Je sais ce qui nous attend dans le futur, et Dumbledore le sait aussi, mais il ne vous en a rien dit, pour que rien ne change, et que vous deveniez les héroïques martyrs que vous êtes destinés à être... Mais je veux que vous sachiez que j'ai changé l'avenir. J'ai tué de nombreuses personnes qui auraient été vos camarades et amis dans le futur. Torben ici présent a connu une de ces attaques sans s'en rendre compte, et il a attérit dans tes bras Alice... Alors, par quoi commencer? Ah! Toi Potter, tu seras toujours un parfait crétin, et tu épouseras même Lily. Tu lui feras un marmot, qui sera tout aussi stupide que toi. Et quand il aura un an, je vous tuerais de ma main. Mais comme Lily est maligne, elle sait comment protéger son petit... Et votre fils sera un danger pour moi. C'est pourquoi, aujourd'hui, je vais vous tuer pour m'éviter la peine de le faire dans le futur. Alice... Aaaah, Alice... Toi qui es si jolie, si impulsive... Dans l'avenir tel qu'il était avant que je ne le change il y a quelques mois, tu devais épouser Londubat, et ensemble, avoir un enfant du même âge que celui des Potter. Mais dans le futur, vous étiez connus pour avoir été torturés par mes agents jusqu'à en devenir fous... Et vous avez fini vos jours dans un asile... triste non?


    Ironique, je laissais échapper un court rire sans joie de mes lèvres avant de lever mon sort exercé sur Potter.


    - Et maintenant, je vais vous tuer...
PNJ↯ Votre vie est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1818
Date d'inscription : 08/05/2008




Maître du Jeu

PNJ
Votre vie est entre mes mains

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mar 19 Mai - 19:38

    Il est clair désormais que les mangemorts ont atteint leur objectif; le Ministre a été terrassé avec sa porte parole, tandis qu'un auror git sans vie dans les coulisses. Bellatrix Black est hors de danger sous la protection du "loyal" et "preux" Lucius, tandis qu'Amycus et Julien prennent la fuite. Seulement, ces deux là auront ils le temps de s'enfuir avant de se faire rattraper par le service de protection? Nul ne saurait le dire, car le chaos le plus total règne dans le pré où se déroulait le discours. Ikernel Stolichnaya semble vouloir protéger les élèves, qui commencent pour beaucoup à paniquer... De son côté, Iliana Stryder tente de prendre les choses en main... mais que fait l'Ordre du Phénix? Torben Badenov vient de se faire neutraliser par le Seigneur des Ténèbres qui se dévoile devant ses pires ennemis, et change à jamais le futur en faisant quelques confidences à James Potter, Lily Evans et Alice Mc Pherson... Mais les autres mangemorts présents dans la foule, comment vont ils réagir? Et l'Ordre? Nous en sommes arrivés à la croisée des chemins...


    Ordre de passage:
    - Chacun a une semaine pour répondre, et peut le faire dans n'importe quel ordre. Mais une seule réponse par personne durant ce délai!


    Recommandations:
    - Attention, ni Amycus ni Julien n'a le temps d'atteindre la zone de transplanage le temps de cet ordre de passage! Du coup, si des personnes suffisamment proches peuvent les rattraper (celles qui se trouvent dejà sur la tribune ou dans les coulisses, comme iliana par exemple), elles peuvent le tenter, à leurs risques et périls! Si sorts jetés il y a, alors j'interviendrais à la suite du post pour dire quels en sont les effets (se référer a ce que j'ai dis dans le topic rubrique "mission" dans le sujet d'organisation de la mission).
    - Personne ne peut déranger la confrontation entre les Seigneur des Ténèbres et les parents des futurs élus, c'est un face à face primordial! Certains d'entre vous peuvent éventuellement le remarquer, mais ne peuvent pas y prendre part pour une quelconque raison ce tour ci (ah oui, faut quand même laisser les "héros" se démerder un peu!)
    - L'Ordre du Phénix, a vous de réagir, je vous laisse une certaine liberté mais attention à rester cohérents!
    - Pour les élèves et spectateurs, vous êtes libres de réagir à votre convenance, tant que vous restez cohérents vis à vis du scénario, de votre personnage et des règles précitées. Je ne vous interdis pas de prendre des initiatives, tant qu'elles ne sont pas farfelues... Si jamais vous voulez tenter quelque chose, veuillez en faire part à Torben Badenov par MP ^^


    Bon jeu à tous!

Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mar 19 Mai - 20:23


  • *Bouge ! Non ! Quoi non ? Non J’te dis ! Je peux pas, je ne veux pas je ne sais pas.*
    Voilà, c’était le bordel dans ma tête, j’entendais des voix criés, et moi ? Je restais tristement paralysé à cette scène comme si je venais de voir la pire chose de ma vie. En même temps je ne sais pas si on voyait tous les jours ce genre d’évènements. Oh, bien sur, j’avais déjà été confrontée à la mort et des choses pires qu’un ministre tué sur une estrade. Ce qui avaient pu vivre le même été que le mien, et autant dire que peu en était rescapés, avaient vu des horreurs pires que celle là. Voir le ventre de sa mère se faire dévorer, tandis qu’elle vous adresse un dernier regard. En vous suppliant de vous enfuir. Que votre frère fait tout ce qu’il peut et ce qu’il est en moyen de faire pour vous sauver la vie, la votre && celle de votre sœur ainée. Courir pendant des heures dans des bois sombres poursuivies par des goules affamées qui ne cherchent qu’à finir leur festin avec vous. Et malgré toutes ces choses horribles, je restais tétanisée devant une scène, stupidement, étant donné qu’au fond de moi, je savais mieux que quiconque qu’il valait mieux partir vite, retourner au près des miens.

    Les miens voilà la question ? Qui était-il ? Etait-ce les membres de l’école ? Ou mon frère et ma sœur ? Les miens ? Ils étaient ceux qui portaient mon nom, ceux qui avaient le même sang que moi. Ceux qui me connaissaient depuis que j’étais une enfant. Hannah && Torben. Et j’étais certaine que Torben devait être dans le coin. Il y avait Alice, je l’avais vu en quittant le collège et amoureux comme il était de cette fille, j’étais certaine qu’il ne devait pas être loin. Je le sentais, et puis il devait être là, si ce n’est pour Alice, pour veiller sur moi. Protecteur comme était mon frère && ma sœur, je savais que j’aurai toujours une épaule sur laquelle me poser quand cela n’irait pas.

    Krysto était là, en train d’essayer de faire bouger, moi toujours là statique sur ma chaise, voyant les gens bougeaient autour de moi comme des vagues floues. Ils n’étaient pas nets, ils étaient tous en mouvements rapidement. Les cris me parvenaient vaguement également. Et cependant, une seule voix me parvenait clairement. Sa voix. Claire et nette. Elle était douce, elle était plus ou moins rassurante. Mon prénom plusieurs fois prononcé. Lyra. Lyra… Des mots qui me firent me lever. Je me devais de me réveiller un peu. Sa main dans la mienne, je le suivais sans vraiment savoir où nous allions. Rejoindre les autres. En marchant vite, ou courant lentement pour éviter de trébucher. Quand soudain…

    Je vis cet homme que je connaissais mieux que quiconque. Il était avec 3 Personnes que je connaissais plus ou moins bien. Alice, bien sur. James && Lily. Et soudain je n’eus le temps de comprendre ou de faire quoique ce soit que mon frère fut éjecté. Je ne sus comment, mais je me devais d’aller vers lui. C’était le fait qu’il m’avait fallu pour que je me réveille. Que j’ouvre enfin les yeux. Je venais de voir mon frère ainé volé face à moi. Je ne savais pas d’où venait le sortilège mais peu importait. Pour la première fois depuis le début de ce drame, j’ouvrais la bouche pour écrier quelque chose…

    « Torben ! »

    Je lâchais la main de Krysto pour pouvoir me diriger vers Torben qui ne semblait pas au meilleur point. Ma main dans la poche où se trouvait ma baguette magique. Il n’était pas conscient je le voyais. Il était complètement désarticulé. Plus rien n’allait. Non je ne voulais pas le perdre, pas lui.

    « Torben !! Réponds-moi ! Ne t’as pas le droit de m’abandonner. Réveilles toi frérot, s’il te plait. »
    Je touchais son visage et sa main en espérant avoir un signe de vie. Je retenais mes larmes.Utilisant ma voix maternelle, je ne cessais de lui parler espérant une petite chose. Non je ne voulais pas pleurer devant mon frère inconscient. Ce n’était pas le moment, je devais être forte.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mer 20 Mai - 6:29

Là, il fallait l'avouer, l'effet de surprise était des plus totales pour tout le monde et même pour moi qui pourtant avait imaginé que cela puisse arriver. La mort du Ministre de la Magie ce soir, au beau milieu de son discours, j'avais imaginé que ça puisse arriver, et pourtant j'avais refusé d'y croire plus que ça. C'était une hypothèse possible, une idée parfaitement plausible comme beaucoup d'autres hypothèses qui avaient germé dans ma tête. Alors je n'y avais pas totalement cru, c'était une possibilité comme d'autres, j'avais plutôt pensé à de la dérision. En admettant, et j'aimais à croire que ce soit le cas, que ce soit bien le Serpentard Jessi Tumodel qui soit à l'origine de ce qui venait d'arriver, même rien que dans la planification, cela relevait simplement et purement du génie le plus total. Ce soir, vous auriez pu demander à n'importe qui qui était présent, ils auraient craint pour leur vie à eux, mais aurait pensé le haut dignitaire en parfaite sécurité. Pourtant il était désormais mort et il était pour le moment aux yeux des gens la seule et unique victime de cette nuit. C'était un véritable coup de génie d'avoir réussi un coup pareil, ça ressemblait au génie du débarquement en Normandie lors de la seconde guerre mondiale. Un génie total et des plus parfaits, d'une implacable froideur et d'un mathématiquement parfait calcul.

Assurément, ce serait un coup extrêmement dur pour le monde magique anglais, désormais les choses ne seraient plus jamais pareilles. Ce n'était pas ce soir simplement la mort d'un Ministre qui pourrait être annoncée par la Presse magique. Ca allait bien plus loin que ça, car ce mort avait une saveur particulière, toute particulière. C'était cette fois un signe fort, l'assassinat d'un Ministre, c'était quelque chose de bien connu dans le monde. Mais oui, le début de la guerre mondiale moldue avec les attentats de Sarajevo, ça ne vous dit rien? Ici le meurtre qui avait été réalisé signifiait purement et simplement le début de qui serait une véritable guerre. Bientôt ce ne serait plus simplement un jeu du chat et de la souris pour tenter de comprendre les choses du mieux possible et pour appréhender ses opposants. Ce serait une véritable guerre ouverte, portée à la vue de tous, une guerre qui ferait sans doute des morts, c'était la base même de la guerre. A compter de ce soir, le monde magique ne serait jamais plus le même, d'autant que la réussite était totale. Un tel succès sans l'assistance de personnes interne au Ministère? Je n'y croyais décemment pas. Les gens demain se regarderaient différement, chacun décendrait d'un cran dans l'estime de l'autre. Les amis deviendront des potes, les meilleurs amis des amis, membres de la famille de bons amis à qui on ne dit pas tout.

Pour l'instant pourtant la situation était claire pour moi, il fallait que Lyra et moi rejoignions les autres élèves. Je craignais la suite qui allait arriver, s'il y avait une suite ce qui était improbable, mais n'avais pas jugé improbable la mort du Ministre? Je tentais de réconforter la demoiselle pour qu'elle marche, mais celle-ci semblait complètement figée par la situation. Elle m'avait raconté ce qui s'était passé dans son enfance, je savais donc de quoi il retournait entre la jeune femme et la mort. Je savais que je devais trouver les mots qui la mettraient en confiance, mais j'étais vraiment, vraiment mauvais dans cet exercice, les relations humaines et moi, très honnêtement. Je tâchais de m'améliorer, mais les méandres me restaient très obscurs, j'avais énormément de mal, alors je tentais ce qu'on m'avait conseillé. La majeure partie d'un dialogue un peu émotionnel se fait par la gestuelle. Je m'étais accroupis devant la demoiselle pour que son regard soit dans le mien et pas sur la scène. J'avais pris sa main, je lui parlais en tentant de la réconforter, sans grand succès cependant. Je lui chuchotais des mots de réconfort à l'oreille sans plus grand succès, je devais l'avouer, j'étais pris au dépourvu par cette situation. Moi qui avait utilisé un sortilège impardonnable, coincé par une demoiselle qui semblait ne pas vouloir revenir à elle, si l'on pouvait le présenter ainsi. Toujours accroupis devant la jeune femme je repris:


- Lyra, que te dirais de faire ton frère s'il était là? Il ferait la même chose que moi je fais, il prendrait ta main pour ne pas te perdre et t'emmènerais avec les autres élèves. S'il te plait Lyra, fais-moi confiance.

*Wahou, alors là tu te surpasses mon vieux, je t'ai jamais vu aussi inspiré! Bordel tu dois y tenir à cette fille pour oser parler avec ton coeur...C'était pas avec mon coeur, mais ma raison. J'ai un peu honte de jouer sur son amour pour son frère pour ça, mais elle ne peut pas rester seule ici...C'est pas ton problème...Putain c'est la personne dont je suis le plus proche actuellement, si c'est mon problème merde...Oho! Mais tu y tiens plus que tu ne le dis, la preuve tu es entrain de t'emporter pour elle...Je m'emporte pas pour elle, je m'emporte parce que si tu n'as pas remarqué, on est toujours planté au milieu d'une rangée de chaises vides et devant un cadavre...Pas mon problème...Si des mecs sortent en balançant des Avada Kedavra et que je meure, ce sera aussi ton problème...Bordel Krysto!!!! DEGAGES!!!!!!!!!!!! VITE...Pas sans elle...Elle veut mourir sinon elle serait déjà partie...Un deal pour toi, tu la fermes et je nous sors de là...OK!!!! MAIS VITE!!!!!!!!!Je suis trop bien pour mourir...et bah dis donc, tu te prends pas pour de la merde toi...Krysto on dégage, elle réagit...Mouais l'idée est plutôt bonne*

La jeune femme venait finalement de se lever et si elle semblait encore un peu sous le choc, elle marchait derrière moi alors que je tenais fermement sa main. Sans lui faire mal ou tâchant de ne pas lui faire mal, mais je lui tenais fermement pour être sûr qu'on ne soit pas séparé dans cette masse hystérique de personnes. Mon coeur battait à mille à l'heure en cet instant précis, je regardais partout autour de moi pour m'assurer qu'il n'arrive rien à Lyra ou moi. Mon regard s'arrêta quand je vis un jeune homme que je connaissais devant un groupe d'autres personnes, ce qui avait attiré mon attention fut le sort qui fut lancé. Un des garçons du groupe de quatre personnes venaient de s'envoler avec une violence hors du commun et peu après ça, je sentis la main de Lyra glisser hors de la mienne tandis qu'elle criait un prénom. Je suivais la jeune femme comme je pouvais au milieu de cette foule hystérique qui semblait persuadé que celui-ci qui crierait le plus et courrait le plus vite serait le plus à l'abri. Le plus malin était de se mettre à l'abri, trouver un endroit de préférence avec une seule entrée et y rester le temps que ne passe l'orage. J'arrivais à hauteur de Lyra et du jeune homme que la Serdaigle n'avait surement pas appelé « frérot » pour rien.

Pas besoin d'être un médicomage pour savoir que le jeune homme « tait dans une situation peu enviable. Il n'était plus conscient et le choc avait dû être aussi violent à l'atterrissage que sur le sort, qu'on me dise ce qu'on voulait, Jessi Tumodel n'était pas simplement plus mature. Il n'était pas ce qu'il paraissait être, c'était impossible. Lyra n'arrêtait pas de lui parler, semblant chercher un signe de vie de la part du jeune homme, j'avais ma baguette dans la main et surveillait la situation, ne savait-on jamais ce que l'hystérie pourrait faire faire aux gens. Mon regard était sur les trois Gryffondors qui faisaient face à mon supérieur, une grande question aurait pu être « que leurs veut-il? » si la réponse n'avait pas été d'une criante évidence devant l'état de santé du jeune homme derrière moi. Et Lyra? Merde, voilà que je m'inquiétais de nouveau de son état. Quittant la scène des yeux, je m'accroupis à côté de la jeune femme pour poser mon index sur la gorge du jeune homme. Je regardais Lyra avec un regard visant à la réconforter, mais de toutes façons, cela ne suffirait pas. Je me relevais, je ne pouvais rien faire pour le jeune homme, je savais des sutures et quelques petits trucs médicaux, mais là bien inutile:


- Il est vivant mais en piteux état. Evites de trop le bouger, il doit avoir de nombreuses fractures, il va vivre un enfer chaque fois que tu le feras bouger même un peu. Essayes de le réveiller et gardes le réveiller en lui parlant. Hors de question de le déplacer on ferait tout empirer mais un milieu de rue dans un village hystérique c'est pas une bonne situation. Je vais surveiller en attendant que quelqu'un s'inquiète de lui. Les médecins devraient finir par arriver.

Me relevant pour me mettre devant les deux personnes, je laissais ma baguette sur mon corps, observant l'étrange scène de cette rue. Les gens courraient, fuyaient, les enfants pleuraient plus devant l'hystérie que conscient de la situation. Au milieu quatre personnes, un Serpentard et trois Gryffondors qui semblaient en discution. Je ne comprenais pas ce qui se disait, mais ce n'était clairement d'aucune sympathie. Pas question d'intervenir et de laisser Lyra ici seule avec son frère inconscient...Et voilà que je recommençais à m'inquiéter pour elle...
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mer 20 Mai - 7:17

    A croire que ce français n’avait qu’un seul but… Me faire foirer ma mission en m’annonçant des choses qu’il aurait pu garder pour lui ! Oui… Je faisais allusion à ce qu’il venait de me dire : Le mariage ! Je me doutais que Krystel avait du accepter sa proposition puisqu’elle avait passé la bague de fiançailles à son doigt devant mes yeux… Mais j’aurais préféré que cela ne reste qu’une supposition ! Pourquoi ? Parce que la française hantait encore et toujours toutes mes pensées… Malgré mes efforts pour l’oublier j’en étais incapable et je l’aimais sans pouvoir y changer quoique ce soit ! Je cachais ce sentiment aux yeux du monde en m’affichant aux bras de potiches sans intérêt mais je savais que les personnes qui me connaissaient ne seraient pas dupes ! C’est d’ailleurs pour cela que j’évitais ma sœur et que j’étais ravi de ne plus croiser mon Amour aussi souvent qu’autrefois.
    Dans un premier temps j’avais voulu ne pas répondre à cet imbécile mais je le fis tout de même… Bien que l’annonce qu’il venait de faire me fasse ressentir de la tristesse et de la colère, je l’observais avec un sourire des plus sincères ! Julien ne me connaissait pas assez pour savoir ce que je ressentais vraiment…



    - Elle a accepté ? déclarais-je simplement sur un ton faussement chaleureux. Et bien toutes mes félicitations et tous mes vœux de bonheur… On peut se re-concentrer sur la mission ou tu as d’autres détails de ta vie privée à partager ?


    A cela je n’ajoutais rien d’autre. Et puis nous n’étions pas là pour palabrer ! C’est alors que j’avais aperçu le signal avec soulagement. J’avais rejoins avec rapidité et silence la sublime BB. Nous avions alors échangé quelques mots et je m’étais excuser de l’attaque que j’allais lui infliger. BB répondit alors que nous verrions bien si je parvenais à me faire pardonner… J’eus un dernier sourire à l’égard de mon ainée et je lançais sur elle un puissant sortilège de magie noire. Dans un premier temps, Bella parut surprise puis elle lâcha sa baguette au moment où son sang se mettait à s’écoulait de sa blessure. Je ne restais pas plus longtemps à ses côtés et passais enfin à l’action.
    A cet instant je ne pensais qu’à une seule chose… La mission ! Il fallait que je la réussisse à tout prix… Il fallait que je sois celui qui tuerait le Ministre. Il était pour moi hors de question que ce français me prive de ce plaisir !

    Arrivé sur la tribune, j’agis très vite. Je tuais la jeune femme à l’écart du Ministre sans la moindre parole et fis apparaître une brume protectrice. Sentant la présence de l’autre mangemort qui était en compétition avec moi j’avais alors pointé ma baguette sur Faulkner. Affichant un visage surpris, il ne prononça pas la moindre parole ni ne fit le moindre geste avant que mon sortilège de la mort ne le frappe. Alors qu’il s’écroulait au sol j’entendis une explosion qui signalait l’apparition de la marque des ténèbres avant que De Caprily ne hurle à la gloire du Seigneur des Ténèbres… C’est à cet instant que les premiers hurlements de terreur se firent entendre. Derrière mon masque apparut un sourire machiavélique… Nous avions réussi ! Bien sûr il nous fallait encore quitter les lieux mais quoiqu’il arrive… La mort du Ministre prouvait notre toute puissance.

    J’aurais aimé apercevoir la cohue qu’avait fait naître notre action mais cela aurait été trop risqué. La brume allait commencer à se dissiper… Je ne pouvais donc pas m’éterniser ici. Tout comme mon acolyte du jour, je ne restais pas sur la tribune et partis en courant en direction de la zone non protégée par la protection d’anti-transplanage. Nous n’avions que très peu de temps pour rejoindre l’endroit que nous avait indiqué Lucius. Je savais que ce dernier ferait en sorte que nous puissions y parvenir sans trop d’encombres mais il ne pourrait pas retarder la réaction ministérielle trop longtemps afin de ne pas éveiller les soupçons.
    Tout en continuant à me diriger vers la zone où nous pourrions transplaner je me décidais à protéger mes arrières. J’utilisais donc de façon informulée le sortilège du charme du Bouclier. Ce dernier avait pour but de créer une barrière magique qui dévierait les maléfices qui me seraient envoyés. L’effet surprise d’une attaque adverse serait donc réduit à néant…

    Un peu plus loin, j’apercevais l’endroit où nous devions nous rendre ! J’accélérais l’allure… Bientôt nous pourrions transplaner vers la liberté...









    :honte:
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mer 20 Mai - 15:56


    Alice n'avait jamais été fan des ruptures (comme tout le monde à vrai dire !). Dès qu'elle voyait poindre la fin d'une relation, elle préférait fuir au lieu d'affronter le moment fatidique. C'était peut-être les seuls moments où elle fuyait sans remord. Bien sur, elle savait que c'était loin d'être une conduite honorable de sa part. C'était même très lâche. Mais Alice refusait de vivre le moment où elle souffrirait. C'était peut-être pour cela que ses ruptures se passaient toujours aussi mal. Sauf une fois. Lorsqu'elle était sortie avec Nathan, elle avait pu constater que lui non plus n'était pas fana des ruptures et il l'avait plus ou moins laissée tomber comme une vieille chaussette. Ce qu'elle n'avait que très peu appréciée et elle le lui avait bien fait savoir. Mais sinon, de manière générale, elle évitait la confrontation et ils cessaient tout simplement de se voir. Lorsqu'ils se recroisaient dans les couloirs, ce n'était jamais très très agréable, à vrai dire.
    Mais là ! Bon là, ce n'était pas vraiment une rupture à vrai dire. Mais un peu tout de même. Enfin ... Alice ne savait pas comment allait aboutir sa conversation avec Torben et pour l'instant, elle préférait éviter d'y penser car, elle devait bien l'avouer, elle sentait son cœur se serrer douloureusement à l'idée d'une rupture entre eux. Mais elle se demandait s'il ne valait pas mieux que cela arrive dès maintenant et qu'elle souffre sur quelques mois plutôt que de rester encore plus longtemps avec lui, prolongeant sa souffrance, éloignant l'échéance de leur relation. La Gryffondor n'avait aucune idée de ce qui était le mieux. Et devait-elle prendre en compte le fait que Torben souffrirait peut-être aussi de son côté si elle décidait de mettre fin à sa relation ? Devait-elle prendre en compte ce "détail" et privilégier les intérêts de Torben avant les siens ?

    *Je te signale que tu fais passer la plupart du temps les tiens avant ceux de quiconque ... Oui, mais là c'est différent. Ah bon ?*

    Alice, avec une certaine ironie, constatait que sa "conscience" était bien incapable de comprendre ce qu'Alice ressentait. Elle était amoureuse et elle ne savait pas spécialement comment réagir face à ce sentiment ci. Mais peut-être que finalement, sa conscience avait raison. Peut-être que ce n'était pas si difficile que cela et qu'elle n'avait pas à changer juste poour Torben. Mais en même temps, Alice ne se voyait pas lui faire du mal. Déjà qu'il avait l'air tellement malheureux quand il lui parlait. Il avait l'air de tellement s'en vouloir. Et face à lui, Alice se sentait terriblement blessante. Elle avait l'impression d'être Miss-Salope-Sans-Coeur, totalement insensible au malheur de son petit ami. Il faut dire que la Gryffondor commençait vraiment à en avoir ras-le-pom-pon de souffrir, de ne pas savoir ce qui allait se passer entre chaque éloignement. A chaque fois, elle redoutait leur nouvelle rencontre, ayant peur qu'il ne lui révèle quelque chose de terrible. Est-ce que leur couple avait besoin qu'ils s'engueulent et s'expliquent toujours avant de tomber dans les bras l'un de l'autre ? En tout cas, Alice ne pouvait plus supporter cette situation. Et elle allait lui dire.

    -" Non Torben. Ce n'est pas que je mérite mieux. Qu'est-ce que ca veut dire ca ? Ca veut dire que tu n'es pas assez bien pour moi ? Franchement Torben, tu y crois à ca ? Pas moi ... Ce que je ne supporte pas c'est de souffrir. C'est d'avoir mal. C'est de redouter chacune de nos retrouvailles. Peut-être que si ce n'était pas le cas, je ne t'aimerais pas autant. Après tout, c'est l'imprevu qui me plaît dans une relation. Mais je commence à en avoir marre. Ca commence à peser. Et si de ton côté, tu fais des efforts pour que cela se passe mieux, des efforts, c'est qu'il y a quelque chose qui cloche. "

    Elle s'interrompit, le laissant parler. Sauf que quelqu'un ne voulut pas qu'il termine sa phrase. Ou plutôt deux personnes. La Gryffondor se tourna, le coeur battant, vers l'estrade où le Ministre de la Magie et sa Conseillère venaient de tomber, tuer par deux éclairs de couleur vert. pas besoin d'être devins pour savoir quel était le sort lancé. Elle sursauta lorsqu'elle vit la Marque des Ténèbres dans le ciel. Cette image verdoyante qui hantait ses rêves depuis désormais deux-trois mois. Voilà donc ce que redoutait Dumbledore. Il avait eu raison de se méfier. Alice se maudit, elle qui aurait du surveiller l'assemblée, elle s'était retrouvée entrainer par Torben et n'avait pu faire ce qu'il lui avait été assigné.

    -" Oh, mer ... euh mince ! Non m**de ! " Jura-t-elle finalement sans l'ombre d'un seul scrupule, car c'était bien ce qui décrivait la situation.

    Elle avait déjà la baguette à la main et elle voulu partir vers l'assemblée pour cette fois-ci remplir sa fonction. Mais comment s'y retrouver dans cette bagaille ? Alice était complètement paniquée à l'idée de ce qui pouvait arriver, de ce qui venait d'arriver et de tout ce que cela impliquait. Et encore, elle n'arrivait pas à encaisser ! Mais qu'est-ce que cela devait être pour les plus jeunes qu'elle. La Gryffondor était prête à s'élancer vers la foule. Elle venait de se rappeler que Keith était dans la foule. L'horreur de la situation était tellement immense qu'Alice en oublia sa rancoeur envers son petit frère et elle voulait tout faire pour le trouver avant qu'il ne soit confronté à une situation trop difficile. Elle sentit son coeur se serrer en voyant la chevelure flamme d'Evey dans la foule. Elle ne pouvait pas la laisser. Elle ne voulait pas. Elle avait envie de hurler, d'aller la voir, de la mettre en garde (même si, à son avis, Evey avait très bien compris l'ampleur de la situation). Mais déjà, Torben lui avait attrapée la main et l'entraînait. Elle tenta de le retenir.

    -" Non, Torben. Je ne peux pas partir. Je ne peux pas. Je ... Ce sont mes amis qui sont là, il y a mon frère, il y a Evey, je dois y aller. Tu ne comprends pas. Torben, je ne veux pas les abandonner ... Je ne peux pas. Je dois rester, je dois les protéger. Je dois ... "

    Elle oubliait à qui elle parlait. Elle oubliait qu'il avait vécu l'enfer quelques mois auparavant ... Non, en fait elle n'oubliait pas, mais elle n'avait pas l'impression qu'il comprenait que c'était son devoir de rester. De protéger les autres.
    Malgré la peur qui la tenaillait et son coeur qui lui martelait la poitrine, Alice protestait plus ou moins vigoureusement contre Torben mais ce dernier la tenait fermement par la main et ils courraient à en perdre haleine. Mais Alice ne voulait pas. Elle avait envie de vomir. Elle fut plus ou moins soulagée lorsque Torben s'arrêta, faisant face à James Potter. La Gryffondor ne s'arrêta pas avec autant de classe et dérapa sur le sol boueux, manquant de sa casser la figure, se rattrapant au dernier moment au bras de Torben. Elle se releva tant bien que mal, foudroyée par un point de coté inimaginable. Elle protesta vivement contre ce que Torben suggérait à James. La Gryffondor croisa le regard de l'autre membre de l'Ordre.

    - " On a pas le droit de les laisser là. On ne peut pas. On ne sera jamais de trop pour aider les profs à protéger les plus jeunes et à les amener en sécurité. "

    Et soudain, il y eut un bruit sourd et Alice vit Torben se faire éjecter. Elle crut qu'elle allait vomir en entendant les os du jeune homme se briser. Elle se retint au dernier moment de courir vers lui, les larmes aux yeux, et elle se retourna brusquement pour voir quelle était la source du sortilège. Elle eut un choc lorsqu'elle constata que l'aggresseur n'était ni plus ni moins Jessi. Son rire n'était plus la même. Son visage changeait, ses cheveux s'obscurissaient. Ses yeux étaient rouges. Qu'est-ce qu'il se passait ? La Gryffondor était choquée. Elle n'arrivait plus à réfléchir correctement. Mais c'était quoi ce bordel ? Et si la Gryffondor était contente d'entendre la voix de Lyra au loin aux cotés de son frangin, elle l'était bien moins face à Jessi.

    Ce dernier leur parlait. Et il semblait bien s'amuser. Son sourire froid et sadique donnait la chère de poule à Alice qui hésitait à lever la baguette entre elle et le Serpentard. Elle jeta un coup d'oeil à ses deux camrades, se demandant ce qu'ils pensaient de la situation. Lorsqu'il immobilisa James, la jeune fille préféra garder sa baguette quelque peu baissée pour éviter de se faire désarmer. De toute façon, elle était trop sous le choc des révélations de son "ancien ami" pour avoir l'idée de réagir ou de lancer le moindre sortilège. La Gryffondor commençait à comprendre qui ils avaient en face d'eux. Mais ... non ... c'était juste trop énorme. Impossible que ce soit lui ! Mais qu'est-ce que c'était cette histoire de futur qu'il avait modifié, de James et de Lily qui se mariaient et avaient un enfant (enfin, en même temps ca ce n''était pas si étonnant !), ou encore le fait qu'elle allait se marier avec cet abruti de Londubat (le "Machin" qui la poursuivait et qu'elle envoyait toujours paître sans état d'âme). Et Jessi qui continuait son récit, lui apprenant qu'elle allait sombrer dans la folie. Son coeur sa serra brusquement et douloureusement.

    La Gryffondor vit la baguette de Jessi (elle ne pouvait se résoudre à croire en la réalité) se lever vers eux. Le sourire ironique du jeune homme la faisait frissonner et lorsqu'il pronnonça les mots fatidiques, Alice sentit brusquement que la fin arrivait peut-être plus vite que prévu pour elle. A son tour, elle leva sa baguette brusquement, la main tremblante serrée dessus, ses jointures blanchies par sa poigne.
    Alors ... étudier les possibilités d'échappatoire : la fuite était plus que dangereuse et totalement déconseillée. Mais après, l'affrontement risquait de ne pas laisser de survivant chez l'Ordre. Il n'y avait pas beaucoup de solutions. Et c'était sûrement la chose la plus effrayante.
    La Gryffondor se tourna vers ses deux camarades. Etaient-ils dans le même état d'esprit qu'elle ? Est-ce que l'horreur de la situation les submergait comme pour elle ? Est-ce qu'ils se rendaient compte de qui se trouvaient face à eux ?
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mer 20 Mai - 20:54


    Celle là, je m’y attendais gros comme une maison. En même temps, James avait fait la tête sur tout le trajet, et n’avait pas prononcé un seul mot. Je savais bien entendu pourquoi il est fâché, mais comment pouvait-il m’en vouloir ? Certes, je l’avais abandonné avec ses groupies, cependant, n’était-il pas habituer à s’en débarrasser et à les gérer ? N’avait-il pas l’habitude tout court ? La réponse est bien entendu oui. Surtout que j’aurais mis ma main à couper que certaines avaient profité de mon absence pour essayer d’avoir le maraudeur. D’ailleurs, Marlène me l’avait confirmé donc bon, à partir de là… Je pense que c’était le fait que j’aye finir mon déjeuné en compagnie de Severus et de Jessi qui l’avait dérangé le plus. Depuis le bal de Noel, nous allons dire que j’évitais de parler des deux jeunes hommes, histoire de ne pas lui faire revenir en mémoire ce qui s’y était passé. Il me le confirma tout de suite d’ailleurs, et cela ne put que m’énerver un peu. Cela se senti sans aucun doute dans mon ton.


    -Attends James ! Tu voulais que je fasse quoi ? Que je reste et les regarde te draguer sous mes yeux ? Et puis, à la dernière nouvelle, tu aimes être l’attention du monde alors ne vient pas te plaindre après de ça ! Et « eux » ont un prénom et sont des personnes à qui je tiens, et que je ne vois pas souvent, pour passer mon rare temps avec to…


    Je n’eu pas le temps de finir ma phrase quand j’entendis un mot qui était trop souvent prononcé ses derniers temps à mon gout. Mon regard se porta alors sur la scène, et je vis une silhouette entouré de fumée tombait au sol dans un bruit malte. Une marque, mais pas n’importe laquelle. Celle qui m’avait « enlevé » ma sœur, celle qui avait enlevé la vie de deux étudiants à Poudlard. Non, pas encore, pas aussi tôt. Je n’eu pas le temps de réagir qu’une main se serra sur la mienne et m’entraina dans la foule qui hurlait autour de moi. Bien entendu, c’était James qui avait été plus rapide que moi. Il m’avait même demandé de sortir ma baguette et de faire attention. En cet instant, notre petite querelle n’avait plus aucune importance, et je n’y pensais même plus. Je n’avais qu’une seule chose en tête : trouver qui avait fait ça. Je n’étais plus dans l’optique de fuir non. J’avais envie de me venger, de venger la mort de ma sœur qui n’avait rien à faire dans cette histoire de magie.


    -Attends James ! Je ne veux pas m’en aller ! Il faut faire quelque chose ! S’il te plait James écoute moi !


    J’espérais qu’il m’entendait, mais avec le bruit je n’étais pas sûre. Nous fûmes bousculés par un autre couple, qui n’était autre que Torben et Alice. Ce dernier conseilla à mon petit ami de nous éloigner au plus vite d’ici, que nous ne pouvions plus rien faire pour le ministre, mais ce n’était pas ce que je voulais. Non. Je voulais trouver les coupables, les faire payer une bonne fois pour toute et faire cesser cette terreur et tous ses pleurs. Oui, c’est peut-être un peu me surestimer, je sais. Je sais très bien que je ne peux pas y arriver seule, y arriver tout court. Je ne suis qu’une jeune sorcière, étudiante en sixième année. Si des adultes n’y arrivaient pas, alors comment le pouvais-je ? Mais j’avais envie, il fallait que j’essaye de faire quelque chose. Je ne pouvais plus rester sur le bas côté, telle une vache qui regarde les trains passaient. Je voulais être la conductrice de ce maudit train, et pouvoir le stopper….


    -Rejoints les autres élèves mon amour et rentre au château. Il a raison, il n’y a plus rien à faire. Cependant, je dois y aller, c’est important… On se retrouve dans la salle des Gryffondors tout à l’heure. Je t’aime


    Je ne voulais pas mettre mon petit ami en danger, et voulait plus que tout qu’il se mette à l’abri dans l’enceinte de Poudlard. Pour ma part, il fallait que j’essaye de trouver le coupable, et de le stopper du mieux que je le pouvais. J’avais lâché la main de James, l’avait embrassé que quelques secondes avant de lui tourner le dos et de commencer à m’éloigner dans la foule qui pourtant fuyait les lieux. Je n’eu pourtant pas le loisir de m’écarter plus loin. En face de moi, je vis Jessi, mon Jessi, mon ami se transformer en « monstre » si on pouvait dire ça comme ça. Ses yeux devinrent rouges, et ses cheveux blonds se foncèrent en un noir de jais. Il était toujours aussi beau et charmant, mais ses pupilles me firent frissonner d’effrois. Ce n’était pas possible, pas lui, non. Autant, j’avais mis du temps à réagir avant, autant, j’avais tout de suite compris qui j’avais sous les yeux. Cela ne faisait aucun doute, même si cela me fit mal au cœur de l’admettre.

    Ainsi, c’était lui qui était la source de tous mes problèmes. Ainsi, c’était lui qui devait payer pour tous ce que j’eu à subir ses derniers temps. Reculant prudemment, je vins à la hauteur de mon cerf, et d’Alice, tandis que Torben subissait un violent sortilège de la part du mage noir, qui nous racontait des choses aussi folles que farfelues. Il essayait de nous manipuler, de nous embrouiller, mais cela ne marchait pas. Je ne voulais pas croire au fait qu’il connaisse le futur, et ma date de mort comme il le prétendait. Je ne voulais pas croire que mon chemin était tout tracé. Je ne voulais pas le croire lui tout court. Il m’avait menti trop de fois en fin de compte. Le mage noir immobilisa James, qui tenait sa baguette à la main tout comme ma camarade de dortoir. Quand à moi, je ne l’avais toujours pas pris, cette dernière étant encore dans la poche, bien au chaud. Il fallait que nous agissions vite très vite, si nous ne voulions pas mourir.

    Tandis qu’il finissait sa tirade, je vins murmurer quelques sorts, dans le but de libérer James de son maléfice. J’espérais que cela fonctionnerait, mais je n’en étais pas sûre. Nous avions vu les sortilèges informulés au début de l’année scolaire, et le mage qui avait immobilisé le jeune homme était puissant. Quand il se tut, je me tus également, pour qu’il ne suspecte rien. Les regards de la gryffondor me montrait combien elle était perdue et ne savait que faire. Quand à moi, j’essayais de garder la tête haute, les idées claires, de ne pas m’affoler, même si la peur me gagner peu à peu à présent. Nous avions en face de nous un des plus puissant mage noir et cela relèverait du miracle que nous nous en sortions vainqueurs. Ce qui fallait, c’était gagner du temps, le temps que Dumbledore vienne à notre aide, le temps que James retrouve l’usage de tout son corps [j'ignorais complètement que Jessi venait de lever lui même son sort] et que je trouve une bonne idée surtout…



    -C’est donc toi Jessi… Où plutôt l’auto proclamé Lord. Pourquoi nous racontez-vous tout cela ? Êtes-vous donc aussi sûre de vous de nous éliminer pour nous faire de telle confidences, ou bien ne pouvez-vous pas vous empêcher de nous la jouer grand méchant de vieux film, qui raconte ses plans ?


    Je n’étais pas sûre que de l’énerver était un bon point, ni une bonne solution, mais rien d’autre de me venait en tête. Je cachais ma peur, ou plutôt ma terreur derrière mes propos, me souvenant que j’étais une gryffondor, une lionne, et que le courage était mon emblème. Oui, je devais me montrer digne de ma maison. Et puis, l’image de Pétunia me revenait en mémoire, et pour elle, je devais me montrer forte. Pour James, et pour Alice également. S’il fallait que je me sacrifie pour eux, j’étais prête à le faire. Au moins ma vie n’aura pas servi qu’à causer la mort et le tourment de mes proches…


    -Tu es pathétiques Jessi… Et tu ne me fais pas peur. Mon dieu que j’ai pu être sotte de croire à tous tes mensonges… Merci de m’avoir ouvert les yeux. Et merci de me permettre de venger celle que tu m’as enlevée. Elle n’était pas une menace, ni pour toi, ni pour personne. Mais tu as été trop lâche pour m’affronter moi, plutôt qu’elle qui était sans défense. Tu vas payer pour ça !!! Expelliarmus ! Impedimenta ! Confring ! Difindo ! Lumos Maxima !


    J’avais envoyé une ribambelle de sortilèges, en espérant qu’un au moins le touche, et que cela incite Alice à en faire de même. Avec un peu de chance, Jessi, ou Lord Voldemort, à vous de choisir, se concentrerait sur nous, et lâcherait sa prise sur mon petit ami. J’y avais mis tout mon cœur, toute la force dont j’en étais capable, me rappelant la tombe de ma sœur, cette marque des ténèbres si obscure, et mon affection aussi bien pour la jeune rouge et or que pour celui qui faisait battre mon cœur. Non, je ne voulais pas croire que nous allions mourir. Non je ne voulais pas croire que notre pire ennemi connaisse notre futur. Non je ne voulais pas croire que mon destin soit tout tracé…
    Quand au dernier sort, si vous voulez savoir pourquoi je l’ai lancé, c’est tout simplement pour permettre peut-être au plus grand mage qui se trouvait dans ses lieux, Albus Dumbledore, de nous repérer et nous venir en aide. Il était le seul à être de taille face au monstre de puissance qui utilisé la magie noire sous nos yeux.


_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
PNJ↯ Votre vie est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1818
Date d'inscription : 08/05/2008




Maître du Jeu

PNJ
Votre vie est entre mes mains

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mer 20 Mai - 21:10

[Il n'est guère aisé de lancer plusieurs sortilèges à cette cadence là. Toi mieux que quiconque devrait le savoir Lily...


L'espelliarmus était bien tenté, mais tu as agit de façon trop précipitée. Tu rates Jessi alias Lord Voldemort.

L'impedimenta porte, et repousse Jessi [ça ne manquera pas de l'étonner!] même si vu la différence de pouvoir, ce n'est que l'espace d'une à trois secondes.

Quant au Diffindo... Comment agresser un maître en magie noire par le biais de maléfices? Le Diffindo sera paré par Jessi...


Le lumos quant à lui fonctionne et risque d'éblouir un court instant Jessi, mais c'est vraiment une toute petite victoire...]
Admin↯  Future star des couches culottes
avatar



Nombre de messages : 1595
Age : 18 ans !
Groupe : Auror - Ordre du Phénix - Maraudeur
Caractère : Têtu - Téméraire - Arrogant - Persévérant - Romantique - Imaginatif - Drôle - Charmant
Crédits : : ©sheismurphylaw
Date d'inscription : 02/03/2008




James Potter

Admin
Future star des couches culottes


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 11
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mer 20 Mai - 22:07

James sentit immédiatement l'énervement de Lily. Oula, il sentait que ça allait déraper cette histoire là. Mais il n'allait pas reculer, ah ça non. Il en avait marre de la fermer sur ce qu'il pensait des amis de la jeune fille. Il en avait marre de n'être qu'un mec parfait. Il voulait que Lily sache qu'il n'aimait pas qu'elle continue à voir Servilus et Tumodel. Et il voulait qu'elle change ses habitudes, parce qu'il ne pouvait plus la voir avec eux. Ca lui était devenu insupportable. Mais la préfète ne semblait pas de cet avis, et ses paroles furent bien claires. Elle était en colère contre lui après ce qu'il avait dit, et elle le lui fit aisément comprendre. Mais James ne comptait pas se laisser faire comme ça, pas cette fois. Il avait trop fois fermé les yeux, et trop de fois il avait tu ce qu'il voulait dire à propos d'eux pour se taire une nouvelle fois. Pas après ce qui s'était passé dernièrement.

Malheureusement, il n'eut pas le temps de répondre à Lily. Le Ministre de la Magie tomba raide mort sur la scène, tandis qu'un vent de panique se répendait dans la foule. Le nombre important de familles et d'enfants agravait la situation, et rendait les choses encore plus confuses. James, bien que paniqué à la vue de la marque des Ténèbre, garda la tête froide et sortit immédiatement sa baguette. Il faisait partie de l'Ordre, et il se devait de réagir dans les premiers. Saisissant la main de sa petite amie, il lui demanda de sortir sa baguette à son tour. Puis il tenta de se frayer un chemin dans la foule pour sortir de là. Sortir de cet enfer. Mais il avait beau jouer des coudes et carrer les épaules, ils n'avançaient presque pas. Les gens se précipitaient les uns vers les autres, cherchant leurs proches, et gênant la circulation. James ne vit même pas le professeur qui tentait maladroitement de les rassembler au centre de la place. De toutes façons, il n'y serait pas allé.

Ils croisèrent alors Torben Badenov. Et immédiatement, James ne pu s'empêcher de le soupçonner... Rancoeur quand tu nous tiens. Les paroles du Moldave ne furent pas des insultes, au grand étonnement du Gryffondor. Mais il le regarda sans répondre et sans bouger. Il s'en foutait de ce qu'il racontait lui, et ses conseils il pouvait se les mettre là où je pense. James ne recevait pas de conseils de ses ennemis. Il ressera sa prise sur la main de Lily, juste avant qu'elle ne prenne la parole. Et à l'écoute de ses mots, James hésita entre deux réactions. La première, il aurait pu exploser et hurler à Lily et que c'était elle qui allait rentrer et se mettre à l'abris, qu'il était hors de question qu'elle parte à la recherche des coupables. Ou alors, il manqua d'éclater de rire. Il trouvait ça tellement incongru une Lily qui lui demandait d'aller se cacher tandis qu'elle irait se battre. Aux dernières nouvelles, c'était lui le membre de l'Ordre du Phénix, pas elle. Mais il n'eut pas le temps de réagir, car une nouvelle personne entra dans son champ de vision.

Jessi Rodolv Tumodel. Il commença par envoyer Torben valser à des mètres de là. Et sans bien savoir pourquoi, James eut envie de lui casser la gueule. Bon ok, Badenov était son ennemi, mais tout de même. Pour qui il se prenait cet avorton ? Il allait lui montrer lui, ce qu'il en coûtait de se prendre pour le roi du monde... Il vit alors la chose la plus incroyable de sa jeune vie. Le beau visage candide et angélique du Serpentard se modifia pour devenir plus adulte et plus effrayant. Ses belles boucles blondes se transformèrent en une chevelure noire de jais, tandis que ses yeux rouges étaient réduis à deux fentes. Il était proprement terrifiant. James sentit sa respiration se bloquer, tandis qu'il éprouvait quelques difficultés à avaler sa salive. Ses doigts se serrèrent convulsivement sur sa baguette. Il savait très bien qui se tenait face à lui. Lord Voldemort. L'homme qui venait d'assassiner le Ministre malgré tout le système de sécurité mis en place.

Lily fit lentement marche arrière, et revint se poster près de lui et d'Alice. James n'avait pas porté beaucoup d'attention à la jeune femme jusque là, mais il sembla soudainement prendre conscience de sa présence. Elles devaient fuir, toutes les deux. Elles devaient partir et vite, aller chercher quelqu'un qui pourrait les aider. Dumbledore. Oui c'est ça, Dumbledore ce serait très bien. Voldemort semblait en avoir après eux, et uniquement après eux. Tout à coup, le Gryffondor se sentit très étrange, comme si tout son corps était engourdi. Il essaya de bouger un peu pour chasser cette désagréable sensation, mais peine perdue, il ne pu remuer un petit orteil. Il sentit son estomac se nouer alors qu'il comprenait que l'autre l'avait immobilisé. Sans même qu'il ne réagisse...

Le mage noir prit alors la parole, pour leur faire certaines révélations concernant leur futur. N'importe quoi. Comme si James allait laisser cette maudite vipère lui dire ce qu'il allait devenir. Comme si il allait le croire. Son futur dépendait de ses choix, et il refusait de croire qu'en effet, tout allait se dérouler comme il venait de le dire. Parce que si c'était le cas, il ne lui restait plus que quelques années à vivre. C'était inconcevable. Lily prit la relève, et James ne pu qu'admirer son courage. Elle semblait parfaitement maîtresse d'elle-même, sa voix ne tremblant même pas. Pourtant, elle venait de découvrir que l'un de ses deux amis les plus proches était en réalité le plus grand mage noir de tous les temps. Et qu'il s'était servi d'elle. Cornedrue remarqua alors qu'il était à nouveau libre de ses mouvements.

Serrant les dents, il se prépara à la lutte. Elle semblait inévitable, puisque c'était ce que Jessi voulait. Et James avait beau savoir qu'il ne faisait pas le poids, il n'allait pas simplement renoncer comme ça. Il était le meilleur duelliste de l'école, il était un sorcier très doué. Il allait donner du fil à retorde au petit Tumodel. A peine songeait-il aux sorts qu'il pourrait lancer que Lily en envoyait toute une ribambelle. Le jeune Potter se prépara, et dès qu'elle se tu, il lança un "Protego" informulé sur Lily et sur Alice. Elles seraient donc à l'abris de la plupart des sorts, c'était déja un début. James avait mis toute sa concentration et sa force dans ce sortilège, souhaitant le voir résister à toutes les attaques. Il ne s'était pas inclu dans cette protection, pour pouvoir lancer d'autres sorts au Lord.


-Tu rêves si tu crois qu'on va gober tes bobards. Et tu rêves si tu crois arracher une victoire facile.

Il lui lança un sourire goguenard. Il était en pleine improvisation, et la peur le faisait agir stupidement. Il se mettait volontairement en danger, ne songeant qu'à protéger les deux filles et à faire le plus de mal possible à Voldemort. Une partie de lui était pourtant consciente qu'il risquait de mourir, que c'était même très probable d'ailleurs, mais tout le reste de son être se révoltait contre cette fatalité. Il allait se battre, c'était tout ce qui comptait dans le présent. Il allait tout faire pour éviter le pire, pour protéger Lily, en attendant qu'on vienne les aider. Voyant que la lumière produite par sa petite amie avait éblouie leur adversaire un instant, il en profita.

-Levicorpus !

Un sort qu'il connaissait bien, puisqu'il l'avait souvent utilisé sur Rogue avec Sirius. Mais allait-il marcher sur le Seigneur des Ténèbres ? Et Dumbledore pouvait-il passer la seconde et se dépêcher de les rejoindre ?
PNJ↯ Votre vie est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1818
Date d'inscription : 08/05/2008




Maître du Jeu

PNJ
Votre vie est entre mes mains

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Jeu 21 Mai - 13:42

[Très imprudent Potter, de lancer ce type de sort au mage noir. Seulement, tu vas pouvoir constater (sans doute avec surprise), que le sort fonctionne, même si une grande force magique semble contrecarrer son bon fonctionnement: le Lord chancele et tombe, mais avant de léviter la tête à l'envers, une personne souhaite intervenir et peut être changer l'exécution du sort. Je posterais à la suite de cette personne pour signaler la réussite ou l'échec de la tentative ^^]
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Jeu 21 Mai - 14:23

    Me retrouver devant James me faisait bizarre. Je n'avais eu aucune hostilité, ni dans mes gestes, ni dans mes paroles. En cet instant, j'étais même prêt à faire la paix avec le gryffondor, pourvu que celui ci ravale sa fierté. Mais visiblement, je ne le connaissais que très mal. Il ne semblait pas du tout être à même de me répondre, et ne semblait pas avoir envie d'enterrer la hache de guerre. Je décelais dans ses yeux la même hostilité avec laquelle il m'avait regardé la dernière fois que nous nous étions vus. Dommage, mais je n'allais pas en faire tout un foin. Je sentais cependant Alice qui tirait de plus en plus fort sur ma main, et elle semblait vouloir retourner vers ce qu'il se passait. J'étais conscient que ce que je faisais l'empêcher d'assumer ses idées et de se battre pour elles, mais il était clair que je préférais savoir ma petite envie plutôt que de la savoir en danger, faisant face à des sorciers bien plus expérimentés et virulents qu'elle. Si je la perdais, je ne savais pas comment je réagirais, mais je savais que ça ne serait pas très joli à voir, et que ça serait de même impossible à gérer! Lily semblait être dans le même état d'esprit qu'Alice, tandis que James semblait également avoir la tête sur les épaules, tout comme moi...


    Mais avant que je ne puisse parler ou agir de nouveau, un grand « boum » retentit à mes oreilles. Instantanément, je sentis une onde d'énergie parcourir l'intégralité de mon corps tandis que je sentais vaguement mes pieds quitter le sol. Un voile noir descendit sur mes yeux, et je fus aveuglé pendant l'espace de quelques secondes, totalement décontenancé et perdu. Soudain, je sentis mon corps rattérir douloureusement sur le sol, tandis que de funestes craquements se produisaient dans ma poitrine, mon genou gauche et mon bras droit. J'eus envie d'hurler de douleur, mais le cri ne passa jamais mes lèvres. La douleur était tellement importante et le choc magique si puissant que je sentis ma conscience quitter mon corps, de plus en plus rapidement. Etait ce cela, mourir? Ce n'était pas aussi douloureux ou tragique que l'on pourrait le croire. C'était même plutôt rapide et facile... Mes paupières se fermèrent et je m'endormis, me sentant en paix malgré l'attaque que je venais de subir...


    Mais soudain, un flash aveuglant. Que se passait il? Etait ce là la justification des croyances de certains peuples en une vie après la vie? Non. Je me revoyais, enfant, jouant dans les prés environnant Kienbaum, chez moi, en Moldavie. Une part de moi même rit lorsque je me rendis compte que je n'avais guère changé depuis l'enfance. Je courrais en jouant à la chasse au monstre, entouré de Hans et Gustav, mes deux amis de toujours. Nouveau flash. Je me retrouvais, garçon, debout sur la souche d'un vieil arbre mort, bien en évidence devant la forêt enténébrée par la nuit, bravant les créatures des ténèbres me chercher. Je me revoyais, quelques années après, faire mes premiers pas dans Chisinau, avec mes amis, croyant que le monde serait à nos pieds dans quelques années. Puis, je me voyais à différentes soirées, imbibé d'alcool, en compagnie féminine et prêt à faire exploser la maison:! Enfin, je me revoyais chez moi, voyant mes parents se faire tuer sous mes yeux...


    Mon ouïe était désormais perturbée par un bourdonnement sourd mais régulier, et celui ci grimpait en intensité tandis que mes visions commençaient à se brouiller et à s'obscurcir. Il n'était guère aisé de comprendre ce qui m'arrivait, mais je me sentais retomber, comme happé par quelque chose. Et soudain, je ressentis que je réinvestissais pleinement mon coeur. La sensation était brutale et terriblement douloureuse. Je retrouvais en fait peu à peu mes sensations, et je savais que j'avais dû perdre connaissance. Un voile noir, signe d'un afflux de sang dans ma tête, m'empêchaiot de discerner quoi que ce soit, mais alors que je me réappropriais mon être, je ressentais une intense douleur dans certaines zones de mon corps: mon genou gauche pulsait d'une sourde et brûlante douleur. Mon bras droit, immobile, me faisait souffrir, comme si on me le tordait violemment. Et enfin, je sentais une intense douleur dans mes côtes. Mon esprit, bien que chamboulé, parvint à identifier les causes de ces blessures; l'impact magique suivit de la chute hasardeuse. Le bourdonnement dans mes oreilles s'estompait, et j'entendais une voix au dessus de moi. Je ne distinguais aucun mot, ni même clairement le son de la voix. Je ne pouvais pas identifier la personne qui me parlait, mais sa voix me rassurait. Fermant les yeux, je me forçais à déglutir, et je sentis que ma bouche et ma gorge étaient pleines de sang. En l'avalant, j'eus un spasme qui réveilla la douleur dans tout mon corps, douleur à la limite du supportable. Le spasme me fit cracher le sang en une toux rauque, et l'hémoglobine coula sur mon menton tandis que j'essayais de reprendre une posture moins douloureuse. Mes yeux s'ouvrirent sous le coup de la douleur, et je remarquais de façon floue le visage qui était au dessus de moi: Lyra semblait totalement perdue. Voulant esquisser un geste vers elle, je serrais les dents de douleur, me résignant à rester immobile tant que je serais dans cet état là.


    Un regard suffisait pour dire à ma soeur à quel point je l'aimais, et de ne pas s'en faire... Après tout, Torben Badenov en avait vu d'autres, non? Ou pas... Mais ayant étudié un peu la magie de guérison à l'institut, je savais que mes blessures ne devaient pas être si graves qu'elles n'y paraissaient: mon genou gauche et mon bras droit devait être cassés ou démis, tandis que j'avais dû me faire rompre une ou deux côtés par le maléfice. Le tout était de rester immobile, pour ne pas que mes côtes brisées n'entravent ma respiration. Mais d'où venait ce sang dans ma bouche? M'étais je mordu en tombant, ou était ce le signe que mes côtes avaient fait subir quelques dommages? Je ne le savais pas, mais en tous cas, je sentais qu'il ne s'agissait aucunement de l'agonie que j'avais cru ressentir tout à l'heure. Ma volonté de vivre me tenait en vie...


    Et une vengeance m'attendait toujours...

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Ven 22 Mai - 9:11

Bellatrix venait de se réveiller bien amochée tout de même. Amycus et Julien avaient bien joué leur rôle. Jusqu'à présent tout s'était parfaitement déroulé, et Lucius devait se retenir pour ne pas rire aux éclats. Leur suprématie ne faisait plus aucun doute à présent. Qu'allait-il se passer à présent que le gouvernement n'avait plus de dirigeant. Qui allait prendre sa place? Quelqu'un qui n'avait pas peur, mais cela existait-il encore dans cette société pourrie et corrompue? Le Blond faillit sourire en s'imaginant atteindre ce poste, mais bon il ne fallait pas rêver, ce serait un vieux croulant qui obtiendrait cette place qu'il convoitait tant. Bref, revenant à l'instant présent, le mangemort se pencha à nouveau sur sa belle-soeur. La dévisageant ainsi, il se surprit encore à éprouver du désir pour elle. Même ainsi diminuée, elle demeurait en effet belle et séduisante et puis Narcissa ayant disparue de la circulation, il se contenterait de sa soeur. La nature avait parfois besoin de s'exprimer. Et puis ils se ressemblaient en de nombreux points, donc autant en profiter. Lorsque cette dernière lui fit un clin d'oeil avant de l'interroger quant au sort du ministre, il comprit le signe: show must go on, la comédie continuait.

Le ministre est mort, ainsi que ton collègue. Tout est arrivé si vite, et cet écran de fumée a tout dissimulé de la scène. J'ai couru aussi vite que possible mais il était déjà trop tard. Le plus important est que tu sois en vie. Pestant contre le fait qu'aucun médicomage ne soit encore arrivée, Lucius poursuivit. Dès que l'on t'aura amené en lieu sûr et donné les soins appropriés je te rejoindrais, nous devons parler. Ce faisant il lui fit un clin d'oeil à son tour. Je dois pour l'heure tenter de ramener la situation au calme vu le mouvement de panique. Repose toi. Alors qu'il interpellait un auror en lui intimant l'ordre de l'emmener à Sainte mangouste, le fracas d'une bataille parvint aux oreilles de Malfoy. Cherchant du regard la provenance de ce bruit, qui se faisait entendre malgré le brouhaha de panique, il vit l'imprévu qu'il n'avait pas prévu.

Son maître s'était dévoilé aux yeux de tous et avait attaqué quelqu'un. Il était aux prises avec plusieurs personnes désormais. Son premier réflexe fut de se lancer pour l'aider, mais il se retint. Il ne devait pas dévoiler sa couverture. Aussi lorsqu'il vit que le seigneur des ténèbres était la cible de bons nombres de sortilèges, il ne trouva rien de plus à faire qu'à utiliser des moyens détournés. C'est donc pour cela qu'il envoya un protego informulé sur Voldemort espérant que cela suffirait. Il essaya de communiquer avec lui de la manière la plus discrète qui lui vint à l'esprit et tenta donc d'utiliser la legimencie.

* Maître, avez-vous besoin d'aide? Ou dois-je rester en retrait? *
PNJ↯ Votre vie est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1818
Date d'inscription : 08/05/2008




Maître du Jeu

PNJ
Votre vie est entre mes mains

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Ven 22 Mai - 10:43

[Voilà la personne James, un protego finit par protéger le Lord de ton sortilège, au moment où le Seigneur des Ténèbres perd l'équilibre et chute. Dommage que ta tentative n'aie pas été menée à terme, mais tu pourras te vanter d'avoir humilié le Seigneur des Ténèbres en personne]
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Ven 22 Mai - 11:09

La folie qui entourait Ron ne se calmait pas. Il ne pouvait qu'observer les gens fuir. D'un peu loin, il entendit un professeur, celui de divination (matière qu'il avait abandonnée avec joie!), essayer de rassembler les élèves, afin de les protéger et de rentrer au château, seul endroit qui pouvait sembler sûr. Il hésita un instant. Cela pouvait être une bonne idée de rejoindre la masse, d'aider à protéger les élèves. Mais il vit que les personnes pour lesquelles il était venu à cette époque ne faisaient pas partie des personnes regroupées. Il lui fallait les retrouver, les protéger de ce qui pourrait bien arriver dans cette cohue. Qui sait si un mangemort n'essaierait pas de les attaquer, sur ordre de ... de Vous-Savez-Qui? Bien sûr, il doutait que le mage noir ait tout confié à ses fidèles serviteurs... mais il pouvait leur donner des ordres sans leur en donner la raison!

Soudain, alors qu'il continuait de regarder autour de lui, il vit trois des personnes en question réunies. Trois! Et pas n'importe lesquelles! Lily et James eux-mêmes, et Alice en surplus. Et, chose terrible, ils étaient face à... face à... eh bien oui, face à Vous-Savez-Qui lui-même! Un instant, Ron fut paralysé par la peur. Que faire? Il n'avait pas le temps de les atteindre avant que le mage noir n'ait amplement le temps d'en finir avec eux, et il était trop loin pour intervenir.

Soudain, il vit l'homme qui ressemblait tellement à un serpent trébucher, perdre l'équilibre, et tomber! Comment cela était-il possible? Ma foi, Harry avait de qui tenir, si son père, à seulement 17 ans, arrivait à faire trébucher Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom...

Sans attendre un instant, Ron commença à se diriger vers eux, afin de leur apporter son aide. Il pourrait toujours donner l'excuse de l'appartenance à l'ordre du Phénix et le fait de les avoir vu en difficulté s'ils se demandaient ce qu'il faisait là. Cela devrait suffir à garder sa couverture!
Mangemort↯ Le pouvoir est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1007
Date d'inscription : 06/09/2008




Lord Voldemort

Mangemort
Le pouvoir est entre mes mains


Carte du maraudeur
Niveau magique: 15/15
Libre pour ::
Bonus: 0
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Ven 22 Mai - 11:19

    j'adorais le côté très théâtral de mon entrée en matière. Mais Badenov m'ennuyait profondément et il n'avait rien à faire là. Ca faisait toujours un parasite de moins, un traître à son sang qui devait commencer à regretter d'être venu dans ce pays... Les réactions des trois jeunes à côté de lui ne se firent pas attendre; Alice semblait totalement perdue, sous le choc et son regard d'ordinaire si vivace était désormais plein de larmes et de détresse. Lily, de son côté, se rapprocha instinctivement de son bellâtre de petit ami, semblant vouloir se blottir de peur dérrière lui. Ma petite démonstration de force sur le moldave semblait les avoir tous impressionnés, c'était bien, c'était très bien même! Ainsi, je perdrais beaucoup moins de temps en explications superflues. James de son côté... Eh bien, ne pouvait rien faire à cause de sa toute nouvelle immobilité. Il n'y avait pas à dire, je préférais de loin le gryffondor quand celui ci se taisait; son silence était bien plus agréable que tout le reste de ses actes... Mais un trait commun pouvait se dégager de ces trois individus, devenues mes proies; elles avaient presque immédiatement compris ce qu'il s'était passé. James, Alice et Lily feraient de formidables adversaires, et les vaincre, malgré leur jeune âge, prouverait à tous que j'étais le maître de toute choses; en les anéantissant dans leur force et leur jeunesse, j'enlèverais tout espoir à l'Angleterre...


    Mais leurs réactions à chacun furent différentes. Grâce à mes sens exacerbés, et mon talent naturel pour la légilimencie, je sentais en effleurant les esprits de chacun quelles étaient leurs motivations. La première, Alice, semblait perdue. Son état était tout à fait humain; elle aimait son moldave et elle l'avait vu se faire souffler par mon incommensurable puissance, tel le misérable fétu de paille qu'il était en réalité. Elle était encore sous le choc, et de cet événement, et des révélations que je venais de lui faire; je sentais qu'elle avait mal au fond d'elle, et qu'elle sentait que je disais la vérité. Complétement désorientée, elle attendait de voir ce que feraient ces deux compagnons pour s'aligner. En apparence, elle semblait donc la plus fragile, mais je savais qu'en la poussant dans ses retranchements, elle ferait un adversaire bien plus dangereux. Lily quant à elle, bouillonnait littéralement de colère et de haine à mon encontre. N'avais je pas tué sa soeur? Ah mais oui, j'avais oublié cette misérable moldue, détail insignifiant de mon grand plan. Allais je le révéler au couple Potter? La question ne se posait même pas...



    - Ah, j'ai faillit oublier... Lily, sais tu pourquoi j'ai fait tuer ta soeur? Vois tu, dans le futur, cette vermine devait servir, par un procédé magique très compliqué, à protéger ton fils contre moi, je n'aurais pu lui faire de mal sous son toit. Je voulais que tu le saches, car maintenant, tu as la confirmation que c'est de ta faute si ta soeur est morte, et aussi que si tu continues de te faire salir par James, ton fils n'aura plus aucune source de protection, une fois que je vous aurais tué tous les deux... Quelle ironie, n'est ce pas?


    Je me délectais par avance du tonnerre que cela allait provoquer chez Lily Evans. Je savais de quoi elle était faite, et une telle révélation allait la rendre complétement folle. Avec un peu de chance, si je continuais à forcer le destin, elle quitterait même James, définitivement. Mon triomphe n'en serait que plus complet encore. Je préférais ignorer les premières paroles de la rouge et or; elles étaient sans intérêt et j'étais bien trop intelligent pour ceder ainsi à la colère... Par contre, avant même qu'elle ne m'attaque, j'avais sentit qu'elle allait le faire; ses pensées avaient viré au rouge. Un expelliarmus me rata de peu, tant la précipitation de Lily était grande. L'impedimenta suivant me toucha, mais ma puissance magique était telle que les effets en furent réellement négligeables; j'avais réculé de quelques centimètres avant de reprendre magiquement le contrôle. Cependant, je devais avouer qu'elle était plutôt douée, même si elle ne faisait pas le poids... Ensuite, un diffindo fut lancé, que je bloquais totalement; aspirant même la puissance magique du sort pour la faire mienne. Quant à sa pathétique tentative de lumière, elle ne me heurta point, mais une rage sourde étreignait mon coeur; et si Dumbledore, malgré toute cette pagaille, discernait le signe lumineux? Quelle sotte sang de bourbe, elle allait me le payer!


    - C'est tout ce dont tu es capable, Lily? Je te pensais plus douée que cela... Tu veux lancer des informulés? Regardes, et apprends, enfin, si tu survis...


    Avant même que la dernière syllabe ne sorte de ma bouche, histoire de la surprendre encore plus, un éclair orangé fusa vers sa cape. L'incendio était toujours en remède efficace contre la vermine de sang moldu. Mais avant que je ne puisse achever la rouquine comme il se devait, son crétin de compagnon en profita pour agir de son côté. Au moment même où je lançais mon sort, le lumos m'empêcha de voir l'éclair tiré par la baguette de James. Ce foutu imbécile avait bien agit, et je n'avais même pas perçu ses intentions dans ses pensées! Garda un court instant le contrôle, je finis par trébucher, et poser un genou à terre. Ivre de rage et irradiant de haine, je relevais lentement le regard vers Potter, sachant très bien que si je n'avais pas basculé et lévité la tête à l'envers, c'était uniquement dû à l'intervention de Lucius, je reconnaissais sa signature dans le sort qui m'avait protégé. Trop en colère pour lui répondre, je relevais le visage vers Potter, serrant les dents de colère et des éclairs fusant de mes pupilles dilatées par les sentiments qui se bousculaient en moi. Me relevant lentement, de toute ma hauteur, je toisais James. Puis, finalement, j'éclatais d'un grand rire froid et cruel...


    - j'avais peur que ça ne soit trop facile. Mais après tout, tu n'es pas Potter le grand, Potter le beau, Potter l'incorruptible? Je sais que s'en prendre à toi n'est pas la meilleure façon de te briser. Lily semble trop occupée à réduire les effets de mon sort, mais que dirais tu que je temontre un aperçu de l'avenir d'Alice?


    Me retournant vers Alice, je lui souriais.


    - ENDOLORIS!


    J'avais puisé toute ma haine, toute ma puissance dans le sort. Chaque fibre de mon être été uniquement tournée vers le but ultime d'infliger les pires souffrances à la Gryffondor. Toute ma frustration de ces derniers mois, à devoir faire amiami avec les gryffondors, les traîtres et la vermine au château, tout servait ma colère, qui alimentait le funeste sort. J'éclatais de nouveau de rire, résigné à provoquer le futur d'Alice avec une dizaine d'années d'avance.
PNJ↯ Votre vie est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1818
Date d'inscription : 08/05/2008




Maître du Jeu

PNJ
Votre vie est entre mes mains

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Ven 22 Mai - 11:44

[Heureusement pour toi, Lily, que James t'a lancé un protego, sinon tu aurais ^littéralement brûlé! Même ainsi, la puissance d'un sort lancé par le lord est telle que les flammes risquent quand même de passer outre les défenses, et tu dois avoir bien chaud!


Alice, quant à toi, le protego ne sert à rien, il est traversé de part en part par le maléfice de Jessi, et tu souffres le martyr...]
Ordre↯ Je combat les ténèbres
avatar



Nombre de messages : 60
Groupe : Pnj... Et oui, je ne suis qu'une marionette dans les mains des administrateurs
Date d'inscription : 28/11/2008




Albus Dumbledore*

Ordre
Je combat les ténèbres

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Ven 22 Mai - 12:42

    Je sentais que quelque chose n'allait pas. Je n'avais pas vécu aussi longtemps sans pouvoir me douter de la bonne tournure des évènements. Et là, quelque chose tournait assurément mal. Certes, j'avais pris toutes les dispositions nécéssaires pour la sécurité du Ministre Faulkner, mais était ce suffisant? J'espérais que ça le soit, mais notre ennemi était bien plus terrible que tous ceux que nous avions pu rencontrer dans le passé. Je le sais. Je le connais. Tom Jedusor. Mon petit Tom, cet élève doué et aimé de tous. Il avait depuis toujours renfermé une grande part de ténèbres en lui, mais j'espérais pouvoir le guérir de son enfance traumatisée. Et j'avais échoué. Moi, Albus Dumbledore, réputé comme étant le plus grand sorcier de tous les temps, j'avais échoué. Et mon échec avait des répercussions catastrophiques. Au delà de tout entendement. Dans sa folie et sa quête de pouvoir, Tom avait déchiré la toile du temps, et le monde était au bord de l'apocalypse. Harry, ses camarades et moi tentions tout ce qui était possible pour réparer ce qui avait été cassé, mais il fallait que l'on se rende à l'évidence; tout ne pourrait pas être sauvé. Il était même possible que tout ce qui avait été fait jusqu'ici n'avait servit à rien. Mais tant que je continuerais de vivre, je me battrais. Je devais bien ça à tous ces jeunes de notre pays qui s'élevaient seuls contre les ténèbres...


    Soucieux, j'étais assit dans la tribune des officiels à une place privilégiée. Tibérius Faulkner était un homme bon. Il avait été vertueux toute sa vie, et toute sa vie il s'était élevé contre le mal. Mais comme tous les hommes destinés à de hautes fonctions, il avait fini par voir sa propre flamme s'éteindre peu à peu. Il était resté fort, mais plus aveugle aux choses du monde que durant notre jeunesse. Nous étions restés en bon termes, et il restait attentif aux suggestions que je pouvais lui souffler parfois. Il savait mener son pays, et savait également remonter le moral des foules, comme il nous le prouvait par l'éloquence du discours qu'il avait écris. Mais serait il assez fort pour faire face à la tempête qui se préparait? Je n'en étais pas certain, mais je n'étais pas certain non plus de savoir me montrer à la hauteur. Quelque chose clochait. Je le sentais dans l'atmosphère, je le sentais dans le coeur de chacune des personnes présentes. Quelque chose clochait.


    Soudain, deux personnes toutes vêtues de noir et encapuchonnées firent irruption sur la tribune. Avant que quiconque ne puisse réagir, la porte parole du ministre été frappée d'un éclair. Un épais brouillard se matérialisa sur scène, m'empêchant d'agir. Mon coeur était douloureux, je ne pouvais pas admettre ce qu'il se passait sous mes yeux sans que je ne puisse rien faire. Un éclair vert illumina la fumée qui recouvrait la tribune, et la masse sombre du ministre s'écroula. Mon coeur saignait, comme à chaque fois que l'un de mes amis mourrait. L'assistance restait figée, choquée par ce à quoi nous venions d'assister. Finalement, je vis une auror, membre de l'Ordre, Iliana Stryder, se précipiter sur la scène pour ramener le calme. Ikernel Stolichnaya connaissait les instructions, je l'entendais hurler aux élèves de se regrouper. Des gens criaient, des gens hurlaient. Je vis des ombres poursuivre les deux mangemorts. Je courrais vers la tribune. Grimpant dessus, je sentais une larme amère au coin de mon oeil droit. Je ne faisais rien pour la cacher, tandis que je m'agenouillais auprès du cadavre du ministre. Mon corps me faisait souffrir, mais pas autant que la perte qui nous affligeait tous.


    Le piège avait fonctionné, et Tom n'avait rien vu. Il allait éclater dans une rage terrible en apprenant son échec, mais le Ministre devait vivre. Le Ministre vivait toujours. Me penchant sur le cadavre, je lui fermais les paupières, pour lui accorder le repos qu'il avait tant mérité. D'une voix emprunte du poids de ma vieillesse, je murmurais...



    - Ton sacrifice ne sera jamais oublié, Keith Glace. Tu vivras à jamais dans nos coeurs, et nous continuerons la lutte en ta mémoire... Le Ministre veut ériger une stèle au Ministère pour rendre ta bonté d'âme immortelle. Je pense que c'est une bonne idée. Les gens comme toi sont rares, Keith. Reposes en paix mon vieil ami.


    J'espérais sincérement que mon cher ami et professeur Keith Glace trouverait dans l'au delà la paix intérieure qu'il avait toujours recherché sans jamais la trouver. Sa noblesse d'âme serait louée pendant des siècles, et par son geste, il venait d'entrer dans la légende des combattants du bien... Le regard toujours figé sur la dépouille, je me revoyais, quelques heures plus tôt, au Ministère...


    ...



    - Non Dumbledore, je dis non! En ces heures de péril, je dois faire face à mes concitoyens, au peuple, leur montrer que je suis présent, que je suis avec eux, que je suis impliqué et que je ferais tout pour endiguer les forces du mal!


    - Je le sais Tibérius, je le sais, mais je crois pouvoir cerner Voldemort, et je sais qu'il frappera pendant votre discours... J'ai dejà fait préparé le polynectar, et un de mes meilleurs professeurs s'est porté volontaire...


    - Enfin Albus, j'ai pris des dispositions, ce pré sera aussi sécurisé que Poudlard ou que le Ministère, et je n'ai pas peur de ce Voldemort!


    - Et si le Royaume Uni perd son chef, qui prendra votre place? Moi? Je n'en suis pas capable Tibérius, et nous savons tous les deux que le Ministère serait régit par l'anarchie! Votre devoir vous dicte d'entendre raison! Restez dans votre bureau aujourd'hui, continuez de mettre en place la défense du pays! Keith Glace pourra vous remplacer, j'ai pris la liberté de lui faire apprendre votre discours et il est animé du même patriotisme que nous, personne ne verra rien! Au nom de la raison, Tibérius, qu'avez vous à perdre? S'il ne se passe rien ou que votre système de protection est efficace, alors personne n'en saura jamais rien, et si jamais Voldemoirt parvient à franchir malgré tout vos défenses, alors le pays aura toujours un chef!


    - Je... Je ne sais pas Albus...


    La partie était gagnée.


    ....



    Le sort en était jeté. Me retournant vers les agents du Ministre, et ceux, plus discrets, de l'Ordre du Phénix qui étaient présents, je me relevais, animé d'une nouvelle détermination.


    - Courrez rattraper les deux mangemorts avant qu'ils ne s'enfuient, il nous faut absolument les interroger; prenez les en vie, ne les tuez surtout pas! Ils ont rendez vous avec la justice!


    Moi, je n'y allais pas. J'avais beau être un grand sorcier, mes membres fatigués ne me permettraient pas de courir aussi rapidement que les deux assassins. Le personnel du Ministère était entraîné, tout comme les membres de l'Ordre, je ne me faisais aucun soucis poeur eux. Mais je sentais de nouveau ce sentiment... Un danger terrible pesait au dessus de nos têtes à tous. Je ne savais pas ce dont il s'agissait, mais il était clair que ce n'était pas qu'une impression; il se passait vraiment quelque chose. Jetant un regard dans la foule; je discernais soudain un signe lumineux, et mon coeur se serra. Lily Evans, Alice Mc Pherson et James Potter se battaient contre... Jessi Rodolv Tumodel? Mais ma vue, loin d'être anéantie par l'âge, était toujours bonne; et je voyais plusieurs stigmates sur Jessi qui ne trompaient pas. Teint pâle, cheveux sombres. A même de se battre seul contre mes trois meilleurs élèves. Tom Jedusor. A l'écart dela foule, il était proche de l'endroit d'où il pourrait transplaner, mais je savais que les protections anti transplanages étaient futiles contre un tel sorcier. Plus loin, un corps était étendu sur le sol. Vu la présence d'Alice, et auprès de lui de la jeune Lyra Badenov, je me doutais de l'identité de l'homme... Torben Badenov était il déjà mort?


    Je me mis à courir, appelant à moi Fumseck, symbole pour les membres de l'ordre de se rallier a moi. En agissant vite, il serait encore possible de sauver la situation, avant qu'il ne soit trop tard. Je me mis à marcher le plus vite possible vers l'endroit où se jouait notre destin à tous.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Lun 25 Mai - 10:43

Même la Bastille assiégée aux heures de pointes aurai été plus ordonnée que l’actuel cerveau de notre Serpentard adoré. En effet, les pensées se bousculaient dans sa tête, pire qu’un véritable capharnaüm. Nathaniel ne savait plus quoi faire, il voulait protéger Iian, mais il ne pouvait pas bouger, son corps ayant retrouvé d’anciens réflexes de survie. Et encore, il y avait sûrement mieux question instinct de survie. La voix de son best le ramena un peu à la réalité, même s’il ne comprenait pas entièrement l’étendu de ses paroles. Mais non, décemment ils ne pouvaient rester ici à moins de vouloir tous deux mourir jeune. Sauf que pour le moment, Nath n’osait bouger, il lui fallait d’abord remettre de l’ordre dans sa tête. Les Serpent, ça réfléchit à froid, les aventures à la Starsky et Hutch, c’était pour les Lions stupides, lui il vivait très bien sans!! Et il osait prétendre vouloir protéger sa mère? Hé ben à se train-là, elle aurait eu le temps de mourir une dizaine de fois déjà!! Un peu de courage que diable, ce n’était pas bien compliqué de sortir de sous les sièges et de courir le plus loin possible de la cohue générale afin de les mettre lui et Iian en sécurité. Certes courageux mais pas téméraire, mais pas pour autant le pire des lâches. Jamais il n’abandonnerait Iian ou sa mère. Aujourd’hui on lui donnait l’occasion de prouver qu’il pouvait protéger ce qui lui était cher. Alors il mettrait tout en œuvre pour sauver Iian.

En fait, ce qui le décida finalement à bouger fut le fait qu’il se reçut plusieurs coup dans le dos. Il étouffa un gémissement de douleur et resserra sa prise sur le corps d’Iian. Nathaniel prit une grande inspiration, puis il glissa sa main le long des deux corps liés et attrapa sa baguette magique. Il la serra fortement dans sa main et essuya ses larmes avec le dos de sa main, éclaircissant dés lors sa vue. Il leva un visage résolu, bien que la peur y était toujours visible, vers Iian. Quelques larmes continuaient à apparaître sur le coin de ses yeux, mais il faisait tout pour les retenir. Aujourd’hui, il ne serait pas un pleutre, il serait fort, pour Iian, pour sa mère qu’il voulait rendre fière de lui. Alors il jeta un regard par-dessus son épaule, et voyant qu’il n’y avait plus grand monde dans l’assemblée, il roula sur lui-même, entraînant le Serdaigle avec lui. Il pris ensuite sa main dans la sienne, la serrant peut être un peu trop, mais il avait trop peur de le perdre. Puis il entreprit de se relever le plus rapidement possible, aidant Iian à en faire de même, et se mit alors à courir le plus rapidement possible en direction du professeur. Sa main droite était toujours fermement cramponnée à sa baguette, à en faire pâlir ses jointures.

Soudain, il se stoppa et regarda un spectacle des plus…insolite? Un groupe d’adolescents était –de son point de vue– en train de se chamailler alors qu’autour d’eux c’était la pagaille. Ce spectacle le fit s’arrêter net, se faisant son meilleur ami ne pouvait que lui rentrer dedans. Mais Nath n’y fit pas attention, il regardait plutôt le groupe qui se prenait le nez à quelques mètres de là. Quelqu’un pouvait-il lui expliquer pourquoi des Gryffondors et un Serpentard se joyeusement disaient "Bonjour" –comprenez se massacraient dans la joie et la bonne humeur– juste à ce moment là? Est-ce qu’ils se rendaient vraiment compte que ce n’était pas le moment pour se chamailler? A moins qu’ils ne soient tout simplement stupide? D’ailleurs, ça ne l’étonnerais pas vraiment vu qu’il y avait Potter dans le groupe adverse –on est Serpent ou on ne l’est pas–. Il jeta d’abord un regard étonné –et légèrement rouge dut aux larmes qu’il avait auparavant versées– vers on meilleur, puis en le tenant toujours par la main, il fit quelques pas en direction du groupe. Mais pas trop non plus quand même, il n’était pas encore suicidaire, enfin pas sur ce point là en tout cas, surtout que les sorts avaient commencés à voler. Il allait leur parler lorsque le dernier sort jeter le stoppa net. Là devant lui, le vert et argent venait de jeter un Doloris, l’un des trois sorts impardonnable. Cette fois il en était certain, ils étaient idiots et cinglés.


"Nan mais vous êtes tarés!! C’est pas le moment, ni l’endroit pour se bouffer le nez bandes de crétins!!"

Moui bon c’était peut être pas la meilleur façon de dire le fond de sa pensée… Mais bon, nous nous défendrons sur le fait que dans des moments aussi critiques, il se pourrait qu’un Serpentard ait quelques malencontreux réflexes de Gryffondor, à son grand damne d’ailleurs… Nan puis y’a aussi le choc de voir un élève jeter un impardonnable, ça aide pas vraiment.

[Cette dernière partie à été mise au point avec l'accord de Torben par mp ^^]







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   



Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum