Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



PNJ↯ Votre vie est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1818
Date d'inscription : 08/05/2008




Maître du Jeu

PNJ
Votre vie est entre mes mains

MessageSujet: Mission Intrigue!   Lun 20 Avr - 8:52

Voici donc la nouvelle mission "Grand Format" du forum. Celle ci a donc pour cadre, vous l'aurez compris, un discours public du Ministre. Celui ci ayant lieu à Pré au Lard, les élèves y seront emmenés par leurs professeurs. Bien entendu, les services du Ministère sont sur le qui vive pour réagir en cas de problème, tandis que l'Op est présent. Une foule de sorciers se presse de tout le pays, sans compter que les mangemorts vont également être de la partie!

Vu le grand nombre de joueurs, je vais rappeler les recommandations pour ce genre bien particulier de rp. En premier lieu, et plus encore que d'habitude, il faut faire extrêmement attention à ce qu'il se passe dans les réponses précédentes, pour un soucis évident de cohésion! Ensuite, ne pas ralentir le jeu, le moins possible en tous cas. Je sais que nous avons tous une vie, j'en ai une moi même, mais si on organise un tel évènement, c'est avant tout pour jouer et faire avancer l'histoire! Enfin, respectez les paroles du MJ, et surtout, restez cohérent avec votre personnage et la situation; je ne veux pas d'élève lambda qui se prend pour superman, bat tous les mangemorts, sauve sa princesse etc .


Voilà, après ces quelques paroles, voici le jeu:


La gazette du sorcier a écrit:

    Il y a de cela mille ans, un grand sorcier roi du nom de Hengist de Woodcroft décidait de fuir son royaume, à cause des trop nombreuses persécutions moldues envers les sorciers et donc sa propre personne. Aucun endroit ne lui convenait, et il a donc prit la décision de construire un petit village pittoresque non loin de la célèbre école de sorcellerie, construite depuis déjà près de quarante et un ans par les grands Godric Gryffondor, Salazar Serpentard, Rowena Serdaigle, et Helga Poufsouffle. Il conclut d’ailleurs un accord avec ses quatre derniers, pour venir de point d’ancrage à l’arrivé des élèves aux châteaux. Ce village n’était pas comme n’importe quel autre, non. Dans les fondations de ce qui était à l’époque une petite bourgade, Hengist insuffla des sortilèges anti-moldus, empêchant les non sorcier d’y vivre, ni même de voir le village. Ainsi, il était sûre de finir sa vie sans crainte et paisiblement… Soixante ans plus tard, il décédait, mais laissait derrière lui une grande marque de son passage : Pré-Au-Lard. A l’occasion de cet anniversaire, une grande fête a été organisée le week-end du 13 mars, où tous sont conviés. Albus Dumbledore a d’ailleurs décidé de lever les restrictions du château et permettre aux élèves de se rendre à cet hommage, l’espace d’une après midi. Il paraitrait même que notre bon et grand ministre y fera un discours. De très grands moyens de protection ont été mis en place pour décourager les opportuns qui oseraient gâcher la fête. Des Aurors seront postés un peu partout dans le village, certain avec les couleurs du ministère, et d’autre en simple sorcier pour être plus efficace. Egalement, de nombreux sortilèges seront mis en place, empêchant par exemple le transplanage dans le village lui-même. Pour vous y rendre, vous devrez débarquer à la gare où on contrôlerai votre identité et votre baguette, puis vous devez faire le reste du chemin à pied. Comme l’a déclaré le ministre ce matin même : « toutes ses précautions ne sont faites que pour assurer la sécurité de tous les sorciers présents, et des jeunes élèves de Poudlard. Le ministère est fort et est digne de votre confiance ». […]




Ordre de passage:
V u le côté gigantesque du rp, nous allons procéder de façon très simple. Je donne une semaine pour que tout le monde poste son premier rp. Peu importe l'ordre ou les catégories de joueurs. Chacun va faire un premier post où il raconte qu'il arrive au discours et commence à se placer dans la foule. Dedans, chacun le fait à sa sauce, mais je pense qu'il serait bien que chacun mette la situation de son personnage a plat dans son rp, récapitule les derniers évènements qui l'ont touché etc, afin que l'on puisse se faire une idée de la psychologie de vos personnages avant que le discours à proprement parlé ne commence. Votre post se finit donc au moment où le Ministre commencera son discours. JE vais cependant vous demander d'observer quelques règles selon votre groupe:
- Pour les élèves et professeurs: Vous sortez du château, les professeurs accompagnant le groupe. Vous devez faire preuve d'un minimum de discipline (ne pas fuguer vers pré au lard par exemple...). Je vous demande à vous simplement de jouer votre personnage comme d'habitude, mais de suivre les directives des professeurs et de ne pas vous disperser!
- Pour les membres du Ministère: Je peux révéler les positions de départ des membres du Ministère, car il s'agit d'une formation adoptée de façon habituelle pour les discours.Certains d'entre vous ont déjà été attachés à la garde personnelle du Ministre. Ils devront dire qu'ils se positionnent derrière les rideaux noirs qui cachent les "coulisses", juste derrière le ministre donc, mais cachés des yeux du public. Les autres aurors, des PNJ principalement, devront se disperser dans la fouleet faire leur travail habituel; surveiller, et agir si problème.
- Pour les membres de l'OP: Là, vu qu'il y a un petit côté secret (après tout, si l'P veut agir d'une façon totalement surprenante, libre à lui!) A ce moment là, je vais demander à chacun des joueurs d'envoyer un mp à Lily Evansx pour qu'elle coordonne vos actions et définisse vos objectifs.
- Pour les Mangemorts: Là aussi, vous avez vos directives... Jessi va vous renvoyer un mp pour vous les rappeler!
- Pour les neutres: Vous vous mêlez à la foule comme bon vous semble, mais vous pouvez également vous trouver légèrement plus éloignés, dans pré au lard en train de vaquer à vos occupations si vous le désirez, par exemple...


Voila, et bon jeu à tous!

Si vous avez des questions, veuillez les soumettre à Torben Badenov par mp!



PS: je rapelle que l'issue du rp n'est absolument pas prédéfinie, alors faites bien attention à vos objectifs ou à vos personnages parce qu'il est possible qu'il arrive pas mal de choses !
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Lun 20 Avr - 11:23


    Tut. Tut. Tut. Tut. Je levais ma main, les yeux profondément enfouis dans l’oreiller, je tâtonnais aveuglement à la recherche de cet affreux appareil émettant ce bruit si désagréable, et je finissais enfin par le trouver. Ma main se posa sur lui, je le soulevais de cette petite table de nuit et finissais par le balancer dans le vide en espérant le faire taire une bonne fois pour toute. Mais il semblerait que mon lancé était également endormi, et finalement je me levais pour finir par le désactiver d’une pression sur un bouton. Enfin, je me frottais les yeux laissant échapper un bayement, pour enfin finir par scruter la pièce de mes petits yeux azuréens. Tout le monde dormait à point fermé. Je me demandais vraiment comme ces filles là pouvaient encore ronfler alors que mon réveil sonnait pour douze.. Apparemment, elles devaient avoir le sommeil lourd, ce qui n’était pas forcément une qualité. S’il y avait le feu chez elles, je n’imaginais pas le désastre. Je finissais enfin par étendre mes bras vers le ciel et par plonger vers la salle de bain. Je pénétrais dans la baignoire pour me laisser aller sous l’eau froide, afin de me réveiller comme il fallait..

    Et pendant que l’eau ruisselait sur mon corps gelé, je me laissais aller au plus profond de mes pensées, de mon esprit, de mes souvenirs.. Je repensais surtout à la veille, en effet j’avais rencontré sur le chemin de Londres une personne que je tenais au plus profond de mon cœur. Mon frère. Je ne savais pas réellement qu’elle était l’exacte ampleur de mes émotions envers cet être-là, mais je savais que j’étais presque prête à tout pour lui, mais également qu’il partageait sa ‘vie’ avec lui de mes anciennes amies qui n’avait pas hésité à me poignarder dès que j’eusse le dos tourné. Je savais bien entendu, que mon frère serait tenu à un choix, alors au lieu de m’attacher à lui le temps de choisir, le temps qu’il fasse son choix j’avais décidé de couper les ponts avec lui pour toujours. De lui éviter des blessures inutiles, autant à lui qu’à moi. Néanmoins, quand j’avais finalement décidé de le laisser seul, abasourdi par mon discours, je ne pensais pas avoir la force de lui dire autre chose et pourtant instinctivement j’avais dis ces quelques mots « Je t’aime, sois heureux ». Et je savais au plus profond de moi que c’était les mots les plus sincères que je n’avais jamais dis, les seuls mots qui ne reflétaient pas ma démence nouvelle.. Mon envie vengeresse.

    J’avais alors passé ma journée chez ce notaire et en avait appris beaucoup plus en une heure sur moi et ma famille quand dix sept ans. J’avais appris qu’une famille sorcière me recherchait, mes grands-parents du côté maternel, et j’avais accepté d’avoir un rendez-vous avec eux. Puis j’avais transplané en direction de l’Allée des Embrumes et là, je suis passée de boutique en boutique pour enfin tomber sur la boîte aux enchères, où je me suis amusée à acheter quelques babioles bien machiavéliques, qui ne me serviraient sûrement à rien. Bref à la fin, j’avais fini par retourner à Poudlard assez tard, du moins assez pour avoir le lendemain des cernes horribles. Chose que j’avais remarqué en sortant de cette douche, j’avais finalement essayé d’arranger le coup avec ma baguette, et à présent je semblais être resplendissante, presque comme ci j‘avais dormi comme un bébé, j‘avais recoiffé mes cheveux également m‘aidant à les soutenir avec une pince, pour enfin appliquer mes quelques objets de maquillages. J’avais ensuite rejoins le dortoir en serviette de bain, et fini par me vêtir de mon uniforme, en relevant un peu cette jupe au dessus des genoux, je repassais ensuite devant la glace, repassais derrière mon oreille cette mèche rebelle, lissais ma jupe pour la faire paraître plus digne, ainsi que ma cravate rouge et or, et filais vers la Grande Salle.

    Je croisais cet esprit fantôme en chemin, et le voyant avec une ‘arme’ dans sa main je le menaçais d’appeler le Baron Sanglant s’il ne s’écartait de pas de mon chemin, lui et sa bombe d’eau. Il m’écouta à contre cœur, presque prêt à essayer de tester mes paroles, et je filais donc au petit déjeuner.

    Aujourd’hui c’était journée Pré-Au-Lard, apparemment nous rendions hommage en ce jour. Et nous aurions également le droit à un magnifique discours de ce pitoyable ministre. J’avais pensé en mon fort intérieur, que cette journée allait rester graver dans les annales.. Oui on ne fait pas d’omelette sans casser d’œuf, n’est-ce pas cher Ministre ? Bref très vite la Grande Salle fut bondée, et je finissais par m’extirper de cette foule pour rejoindre la salle commune après avoir avalé un jus de citrouille et quelques biscuits, pour enfin aller lire un bon livre le temps que la sortie commence.

    C’était un livre moldu, que j’appréciais beaucoup : Roméo et Juliette. Bien que ça soit assez pitoyable comme fin, j’appréciais le style d’écriture de l’auteur. Enfin, quand j’eu parcourue vingt pages, quelques élèves s’affolaient à sortir par le trou de la salle commune, et je me décidais à descendre pour atterrir dans le Hall, là nous étions tous en groupe devant notre représentant de maison, j’avançais vers notre professeur de métamorphose, et répondais à l’appel, puis nous commencions enfin à avancer, bien en rang, tel de parfait mouton.

    J’étais présente vers la fin de la file et donc tout prêt des Serpentard qui nous suivait, je fixais la plus part d’entre eux et me concentrais ensuite sur le chemin menant à Pré-Au-Lard. Quand nous fûmes enfin sur les lieux, je remarquais que des chaises avaient été installé pour l’évènement, et me cherchais une place vers le milieu bousculant quelques jeunes, je finissais enfin par poser mon postérieur sur une chaise tout sauf confortable, et par attendre que le temps passe..

Modo↯ Aigle en quête de sa prochaine proie !
avatar



Nombre de messages : 4217
Age : 17 ans
Groupe : Basilic - Serdaigle
Caractère : Douce - Mystérieuse - Méfiante
Crédits : : Gifs ; Octobre + RegyChou, Avatar ; Izzie
Date d'inscription : 30/04/2008




Lyra Badenov

Modo
Aigle en quête de sa prochaine proie !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: aucun rp
Bonus: + 03
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Lun 20 Avr - 19:05


  • En fait, le matin, il y avait deux choses que je ne supportais le réveil &&. Le fait de se lever ! -_-‘ Bien que les deux aillent ensemble étant donné que le réveil était là, pour nous faire se lever bien évidemment. En fait pour faire plus simple je n’aimais pas beaucoup le matin, voir pas du tout -_-‘ autant la nuit ne me dérangeait pas que le matin, j’avais un peu de mal avec pour tout dire. D’ailleurs en parlant de matin, j’entendis mon réveil commençait avec ses Tut, tut insupportable, si au moins il avait une sonnerie agréable. Non, c’était des trucs criards && désagréables. Pourquoi ça ne pouvait pas être, je ne sais pas des papillons qui venaient me réveiller en douceur. Non ça devait être des Tut. Tut ! Qui augmentait à chaque fois le volume en plus. Enfin, la vie était ainsi faite et je devais me bouger un peu mon postérieur pour aller dans la Grande Salle && pouvoir prendre mon petit déjeuné. Ou plus exactement un truc chaud à avaler, en plus d’un morceau de pain. &&. Peut être d’un jus de citrouille… Enfin pas grand-chose juste pour tenir jusque midi c’était l’essentiel, si bien le matin, j’étais plus du genre à avancer au radar et ne pas trop répondre quand on me posait une question autant dire qu’en fait, le matin, il ne fallait pas trop m’en demander en terminal ! Bref, j’émergeais tranquillement en me dirigeant vers la salle de bain tout aussi lentement que possible, prenons notre temps ensemble, il ne fallait pas être pressées d’aller en cours les filles non plus.

    La salle de bain n’était pas très loin, en fait, j’utilisais la salle de bain des préfets depuis désormais plusieurs semaines, voir quelques mois même. Et oui, moi préfète vous y croyez ? Tant mieux parce que j’ai encore un peu de mal :!: Vous savez quoi ? Bah, au moins j’en ai de la chance. Bref, je me lavais rapidement avant que les autres préfets de ma maison ainsi que des autres rappliquent puis je m’habillais, mon uniforme de collégienne à Poudlard aux effigies de ma maison en plus de ça. Bleu && argent, les couleurs de ma noble maison des Serdaigles. Oh, bien sur j’aimais bien le bleu, mais je ne savais pas pourquoi, elle ne me plaisait pas sur moi. Bref, j’allais pas commencer à être compliqué en plus de cela, c’était suffisamment compliqué comme cela. Je ne cherchais pas vraiment à comprendre, j’accrochais ma cravate tranquillement tout élève qui devait être devant sa glace à cette heure là, tout en pensant à autre chose. Mes cheveux attachés à façon de voir que c’était lâche mais un chignon quand même tenu un élastique derrière. Je changeais tellement de coiffure surtout ces derniers temps en fait que je ne me posais plus tellement la question du comment && du pourquoi -_-‘ Ca s’attachait c’était très bien !

    Après ce saut à la salle de bain, directement je me dirigeais vers la Grande Salle pour pouvoir avaler les trois trucs qui étaient donc essentiel pour que je ne sois pas de mauvaise humeur, jusque midi -_-‘ les pauvres qui devraient me supporter quand même ! Non je ne pouvais pas leur faire ça, je me joignais donc dans la masse qui prenait en même temps que moi son petit déjeuner. Bref, j’attrapais un jus de citrouille et un morceau de pain avec un peu de confiture et je déjeunai en ne faisant pas attention à tout ce qui se passait autour de moi. En fait, j’étais un peu prise par une seule chose, cette sortie à Pré au Lard, enfin un peu d’air frais au lieu du parc de l’école et de son lac ça changerait un peu. Je ne savais pas vraiment en quoi consistait cette fête. Enfin, si ! Je savais que c’était les 1000 ans du village && que forcément il fallait fêter ça dignement ! En plus de cela, il y avait le ministre qui venait exprès nous faire un discours ! Il ne fallait donc surtout pas que je loupe cela. Enfin, après mon déjeuner, je me dirigeai directement vers le lieu de rendez vous, normalement ça ne devait plus prendre trop de temps. D’ailleurs les groupes commencèrent à se former, sans tarder je rejoignis donc les bleus && argent pour ne pas trop me disperser.

    Sur le chemin je marchais tout en gardant un œil sur les autres élèves. Sans faire vraiment attention que les élèves commençaient par se mélanger. En fait, mes pensées étaient dérangées par d’autres choses enfin nous arrivons rapidement à Pré au Lard, je me dirigeais vers une blonde qui était dans les premier rangs. En fait, j’avais envie de résoudre un problème qui se posait depuis que je l’avais rencontré il y avait peu, mais j’avais pourtant l’impression de la connaître depuis bien plus longtemps Enfin bref, je pris place à côté d’elle en poussant quelques élèves bah ?

    « Evanna ? Je crois que l’on a eu une correspondance toutes les deux. Je suis Lyra Badenov »

    Dans le genre effrayée la population j’étais bien douée, mais bon, il vallait mieux aller droit au but aussi -_-‘

avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Lun 20 Avr - 21:48

Certains pensaient que mon alignement restait à définir? S'il voulait savoir de quoi il retournait vraiment avec moi dans la situation actuelle de l'Angleterre? J'avais fais un choix, j'avais choisi le changement, la nouveauté, un ordre nouveau quelque part plus présent je l'espérais. Enfin j'avais choisis de faire confiance à Jessi Tumodel sans pour autant vraiment savoir ce que le jeune homme pouvait me vouloir précisément. Cependant il offrait une alternative au gouvernement actuellement en place et il n'avait fallu plus que je choisisse de le rejoindre. Contrairement au premier bruit me concernant, il en était fini de ces bruits. Désormais on ne parlait plus tellement de moi comme d'un dangereux psychopathe sorti de Durmstrang et ayant déjà visité deux collèges magiques. On voyait désormais en moi un jeune homme reconverti, devenu gentil et pacifique. La preuve la plus évidente de ma reconversion tellement réussie? Le succès flambant de mon couple. Ce couple né de la passion que la jeune femme, Marie-Rose Finn, et moi-même entretenions. Ce couple tellement présent, tout le monde pouvait le voir. Nous ne tombions pas dans l'abus non, c'était même plutôt l'inverse, nous choisissions avec un soin certain les endroits où nous montrions notre amour. Le critère n'était pas d'être vu par les élèves. Le critère étant d'être vu par le maximum possible et imaginable d'élève, de mettre en avant cette passion pour tourner en dérision cette image que les gens avaient des couples parfaits du collège. Nous avions une passion en effet, pas l'un pour l'autre, simplement pour ternir l'image des couples. Tourner en dérision ses baisers et ses interminables promenades main dans la main. Bref simplement s'amuser.

Qui a dis qu'entretenir une telle image était nécessairement négative? Bien au contraire, passer pour une personne gentille et douce, cela permettait de frapper plus fort. Pour le moment cependant, il n'était aucun besoin de frapper fort, aucun besoin de changer les choses, il fallait seulement que je suive un peu les directives de Jessi Tumodel. Ne croyez pas non plus que je sois soumis, ployant les deux genoux devant le sorcier, loin de là. S'il avait gagné tout mon intérêt et pouvait me considérer comme un pion sur un échiquier, j'étais certainement plus proche du cavalier que du pion. Le pion avançait bêtement et méchamment dans une fois obscure. Le cavalier en revanche évolue selon une trajectoire qui ne lui est pas totalement imposée. C'était la différence entre un pion et moi, mon niveau de soumission au jeune homme et la qualité de ma foi. Le jeune homme avait compris que ma foi en lui n'était pas simplement bornée et obstinée, certainement aurait-il une réserve quand à moi. Cependant je lui avais aussi fais comprendre que je me fichais de la raison pour laquelle une mission m'était accordée. Un acquis de Durmstrang. La raison d'exécuter un ordre n'est pas ce qu'il faut savoir. La seule et unique chose qu'il faut savoir c'est comment parvenir à sa fin au mieux. Au mieux signifiant en occasionnant le moins de dommages collatéraux tout en exécutant cependant la mission avec un succès flambant. En tous les cas, le jeune homme devait se poser des questions sur moi, le temps lui apporterait les réponses à ses interrogations. Je ne serais pas un crétin de pion, mais je serais une arme à sa disposition. Peu m'importait ces idées du moment que je trouvais quelque part mon compte à le suivre lui.

Enfin aujourd'hui au moins serait un jour exceptionnel en un point puisque à titre exclusif, toutes les restrictions concernant Poudlard seraient levé le temps d'un après-midi. En effet, il semblait qu'un visage environnant dont je ne savais absolument rien sinon qu'il y avait des bars fêtait un anniversaire. Sorte de commémoration de la création du village. Enfin la raison de cette commémoration n'avait aucune importance pour moi. Seul importait en réalité que cet après-midi, le Ministre serait très certainement présent pour une déclaration plus ou moins importante dans le petit hameau. Hors de questions de rater une cérémonie où le Gouvernement ne manquerait pas de parler des évènements récents et surtout de se tourner en dérision. Nous verrions bien ce que le Gouvernement pourrait inventer cette fois pour tenter de rassure les esprits, mais cela ne pourrait jamais qu'être particulièrement intéressant à entendre. En tous les cas, ça viendrait bientôt, ne me restait qu'à me motiver pour finalement y aller. Le ministre était une bonne raison de se déplacer, ainsi que ce discours qu'il allait prononcer, cependant, ce ne me semblait pas suffisamment. Pourquoi se déplacer pour entendre quelqu'un que de toutes évidences on n'a ni l'envie ni la folie d'aller écouter? En tous les cas, la motivation semblait pour le moment me manquer, d'une façon ou d'une autre, il me manquait un quelque chose pour que finalement je me rende dans ce rustique village.

En tous les cas, désormais que j'étais à Pré-au-Lard, les choses prenaient une toute autre dimension. Désormais je n'avais plus le choix que d'entendre le discours qu'allait tenir le Ministre, j'espérais au moins qu'on s'amuse un peu. Qu'il mette de l'humour dans son discours. Par exemple en disant que la population n'avait rien à craindre, que le collège Poudlard était l'exemple même de sécurité et que les évènements s'y étant déroulés était parfaitement anodins. J'attendais avec impatience désormais que le ministre ne prononce ses mots, souhaitons simplement qu'il le fasse bien, je lui faisais confiance pour exceller dans l'art de la bêtise. En tous les cas, désormais que j'entrais dans Pré-au-Lard avec les élèves qui se rendaient à la commémoration, je notais la présence de mon enseignant préféré et de quelque têtes que je reconnaissais. En tous les cas, je laissais les personnes se battre pour se trouver une place gentiment assise. Rentrer dans cette foule agitée pour être assis ne me tentait pas. D'autant que ma motivation finale à venir avait été que quelque chose se passe. J'imaginais mal Tumodel passé à côté d'une telle occasion de ridiculiser le Ministère, j'espérais ne pas me tromper sur le compte du Serpentard. Nous verrions bien. En tous les cas, le plus grand comique actuellement en vie faisait son entrée sur scène alors que je posais mon épaule contre un poteau, croisant les bras et attendant d'entendre son One Man Show...
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Lun 20 Avr - 21:53

Encore une journée qui s'entamait dans la solitude mais surtout dans le questionnement. La solitude n'était pas tellement un problème quand vous aviez passé deux années entières à courir après une famille qui se voulait un véritable fantôme. Je trouvais des pistes à force de chercher et de persévérer dans mes recherches, cependant cela paraissait un pari perdu d'avance. J'avais fais plusieurs choix, plus proches du sacrifice que du choix au cours de cette période. J'avais ainsi choisi de ne pas avoir plein d'amis, en faites les amitiés je les avais laissés de côté car cela valait toujours mieux. Il en allait de même pour tout ce qui aurait pu me procurer du bonheur. Beaucoup de monde imaginait que le plus difficile avec le bonheur était de le construire, ou de le trouver. C'était d'un pathétique affolant, le plus complexe avec le bonheur était de lui tourner dos. De le quitter en espérant un bonheur plus grand mais toujours cette possibilité que ce bonheur plus intense ne soit qu'une hypothèse. J'avais alors choisis de ne pas vivre dans le bonheur et les grandes amitiés avec beaucoup de personnes, c'était des plaisirs que je m'offrais rarement. Alors ça avait quelque part finis par prendre le pas sur moi et maladivement ou instinctivement, j'avais tendance à ne pas chercher le bonheur, ou à chercher à m'en éloigner autant que faire se pouvait. C'était comme un sens de la conservation qui avait naquis chez moi.

Aujourd'hui pourtant et c'était assez paradoxal, j'avais tout pour être le plus heureux des hommes sur terre. J'avais retrouvé ma petite soeur et celle-ci m'avait dis m'aimer, avec évidement tout le bonheur que ces mots avaient entrainés chez moi. J'avais une situation stable que l'on pourrait qualifier d'enviable avec un emploi qui subvenait aisément à mes besoins et un lieu où je résidais sans aucun problème. J'avais une petite amie. Enfin pour ce dernier point la situation était chaotique mais en quelque sorte, il semblait que je sache de quoi il retournait entre Anna et moi sans pourtant qu'aucun d'entre nous n'ait pour le moment su vraiment comment le nommer. La question qui me trottait dans la tête était de savoir comment la jeune femme voyait la relation entre elle et moi. Si elle me paraissait plutôt claire pour moi de mon point de vue, celui de la Serpentard pouvait se voir bien différent et je ne savais à quoi m'en tenir. Je ne connaissais pas encore tant que que ça la jeune femme et me demandait ce que je pourrais apprendre sur elle avec le temps. J'espérais rien qui ne vienne à l'encontre de ce que je ressentais. C'était d'un pathétique, je savais cet amour interdit et en plus j'avais passé tant d'années à ne pas ressentir de sentiments que c'était étrange de soudainement se retrouver dans ce cas de figure. Surtout comme j'appréciais la présence de Anna Sanders. Chose étrange, pas pour autant désagréable.

Cependant ce qui m'inquiétait actuellement plus était l'étrange relation que j'avais avec Evanna Lyrics, ma petite soeur et dernière représentante vivante de ma famille. Moi mis à part bien entendu. Ma relation avec Evanna était étrange, elle était ma petite soeur et je le savais sitôt qu'elle et moi avions commencé à discuter. Pourtant je n'avais pas osé être immédiatement parfaitement honnête avec elle. J'avais ainsi préféré lui masquer la vérité, au moins au début, et je jouais ainsi un rôle tout particulier. Je jouais le rôle du jeune homme sous le charme de la jeune femme. Ce charme était indéniable, la demoiselle était une femme plus que attirante et attachante. J'étais pourtant son frère et ce genre de relation était interdite, plus encore que celle que j'avais avec mademoiselle Sanders. J'attendais non sans une pointe d'impatience de revoir ma petite soeur, car si elle avait dis qu'elle m'aimait la dernière fois que nous nous étions vus, elle l'avait fais les larmes aux yeux. Après m'avoir fais comprendre que ce n'était pas l'amour d'une soeur pour un frère qu'elle ressentait pour moi. Enfin c'est ce que j'avais conclu de ce qu'elle m'avait dis et quelque part, cela me faisait me sentir étrange. Je me rendais compte combien j'avais pu être stupide de ne pas tout lui dire de suite. Lui disant tout de suite, je prenais le risque de la perdre. Attendre semblait une bonne idée. Attendre incluait l'idée de la perdre car elle l'apprendrait autrement et elle m'en voudrait de n'avoir été honnête. Voici donc l'ensemble de mon problème. J'avais fais un choix, je le regrettais, je voulais la revoir.

Le problème étant que la Gryffondor semblait une jeune femme qui se voulait particulièrement insaisissable. En tous les cas, si la jeune femme avait pour moi eut des mots qui semblaient un « adieu » où au moins un « au revoir » à long terme. Cependant qu'elle le veuille où pas, j'étais son grand frère, et si jusqu'à aujourd'hui je n'avais pas tenu comme il le fallait mon rôle de frère, je comptais rectifier le tir. Aujourd'hui était de toutes évidences le bon jour pour revoir la jeune femme et lui parler. Cela impliquait que j'accompagne les élèves de Poudlard en direction de Pré-au-Lard pour les festivités. Evidemment, je n'avais aucune autorité, je me contentais d'être une présence supplémentaire, enfin c'était l'idée que j'avais voulu donner de la chose. Cependant il m'apparaissait plus judicieux que de ne pas être un accompagnateur. Aussi je ne m'étais pas proposé, je venais en simple spectateur de la situation. Evidemment, j'aurais un oeil sur les élèves, mais ma focalisation se fera très certainement sur ma petite soeur. J'avais pris cette décision parce que je voulais être libre de parler à la jeune femme sans le cadre de la relation personnel à élève de Poudlard. J'espérais que la jeune femme n'en soit pas dérangée, mais je voulais discuter avec elle et si c'était là une occasion, je comptais la saisir.

J'arrivais à Pré-au-Lard lieu où la célébration ne tarderait pas à se faire. Mon arrivée par un surprenant et incroyable hasard se faisait exactement en parfaite synchrone avec les personnes de Poudlard faisant le voyage. Je marchais tranquillement en gardant un oeil sur le flot d'élèves qui avait un traitement de faveur en raison de sa préparation. J'arrivais devant les gardes qui me demandèrent de me présenter ainsi que mes papiers. Je leurs donnais les renseignements qu'il voulait, leurs présentant également la baguette qui était mienne. Ils la regardèrent un moment, se renseignant sur elle avant de me la restituer après m'avoir souhaité de bien profiter des festivités mises en place. Je n'avais rien à faire des festivités, pourvu que je retrouve ma soeur car cette interruption m'avait fais perdre du regard les élèves. Finalement je retrouvais le groupe d'élève et repérait rapidement une blonde assise sur une des chaises inconfortables mises en place. C'était elle, je l'avais reconnu, j'avais envie d'aller vers elle, mais je restais comme tétanisé. Je me mis dos contre le mur, dans le dos de la jeune femme. Je pouvais la voir elle et les élèves en général. J'hésitais à y aller, c'était d'un pathétique. Le discours allait commencer et je n'avais qu'envie d'aller la voir, mais cela semblait désormais trop tard. Non ce n'était pas trop tard car je m'asseyais à côté de ma soeur, la place qui était encore libre à côté d'elle l'autre étant occupé par une jeune femme qui s'était présentée comme Lyra Badenov, peu importait:


- Désolé de vous couper mademoiselle. Evanna, je sais ce que tu m'as dis que tu ne voulais plus me revoir. Je sais que tu ne voulais pas que je souffre à devoir faire un choix entre Anna et toi. Je suis désolé de ne pas juste t'écouter, mais tu es une personne qui compte pour moi et je ne veux pas avoir à choisir entre une soeur et une petite amie. J'ai besoin de savoir petite soeur, quel est le problème entre Anna et toi? Que s'est-il passé?
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mar 21 Avr - 6:12

    Le voilà enfin ! Le jour « J » était arrivé… Nous étions aujourd’hui le 13 mars 1977 mais ça je ne le savais pas encore puisque je dormais. Cependant, mes songes n’étaient pas de tout repos. Non ! Loin de là… Ils étaient peuplés de cauchemars. Cela faisait pourtant quelques temps que je n’en avais pas faits. Depuis ma reprise du Quiddicth pour être précis. Et avec mon manque de chance il fallait qu’ils recommencent cette nuit ! Y’avait pas à dire… Je n’étais pas né sous la bonne étoile ! Voilà ce que fut ma première pensée alors que je me réveillais en sursaut, trempé d’une sueur froide. M’asseyant correctement dans le divan qui me servait de lit, j’observais les alentours… La petite bibliothèque était encore plongée dans l’obscurité. Je jetais un coup d’œil à ma montre… 5h pile ! Au moins j’aurais le temps de me préparer. Mais cela me laissait également beaucoup trop de temps ! Il faudrait que je fasse mon maximum pour ne pas trop ressasser les derniers évènements que j’avais vécu !

    Pourquoi est-ce que je préférais ne pas y repenser ? Tout simplement parce qu’il me donnait envie de crever sur place… Mais n’étais-je déjà pas mort ? Je n’en savais trop rien mais j’étais certain d’une chose ! Depuis le mois de décembre je ne vivais plus, je survivais. Et le fait que je sois encore de ce monde tenait du miracle… Oui, oui ! Car j’aurais pu mourir le mois dernier… Mais Vincent Winnfield, alias le « Trappeur » avait choisi de ma laissé la vie sauve et avait préféré le dialogue à la violence. Son choix avait donc été une chance pour moi car je n’aurais sûrement pas vu venir l’attaque s’il l’avait voulu… Enfin ! Après ça ma vie s’était améliorée un temps puisque j’avais intégrer l’équipe de Quidditch des Vagabonds de Wigtown, et en professionnel s’il vous plaît.
    J’avais par la suite appris une nouvelle surprenante concernant mon entraîneur… Il était le père de mon ex ! Oui, oui… Vous avez bien lu ! Franky était, et est toujours d’ailleurs, le père d’Anna. Je vous raconte pas ma surprise lorsque j’avais appris ça ! Enfin bref… Cela était le dernier évènement récent de ma triste vie ! Entre-temps, il y avait eu d’autres rencontres et des nouvelles guères réjouissantes !

    Et oui… Je vous l’aie dit ! Ces derniers temps ma vie était mortellement déprimante. Pour commencer, j’avais croisé Krystel pour apprendre qu’elle partait avec son fiancé durant quelques jours ! Mais cela ne m’avait pas empêché d’aller lui faire faire le bijou que j’avais imaginé pour elle à Paris. J’avais donc ensuite rencontré ce fameux chasseur et ma vie était redevenue aussi morose qu’avant ! Avec le Quidditch comme seule distraction… C’est d’ailleurs le fait que je joue en pro qui m’avait poussé à retourner au Chaudron Baveur. Bah oui, il fallait bien que j’officialise ma démission et que je prenne des nouvel de celui que je considérais comme un ami, Torben. Au départ j’avais trouvé que c’était une excellente idée mais il m’avait appris certaine chose que j’aurais préféré ignorer… Pour m’avait-il parlé de ce baiser entre lui et mon Amour ? Ne s’était-il pas rendu compte à quel point elle me manquait, à quel point je souffrais de son absence ? Par Merlin ! Comme je regrettais de ne pas avoir su la rendre heureuse…
    En parlant de la sublime jeune femme qu’elle est, je l’avais justement revue il y avait peu ! Et je dois avouer que j’avais complètement perdu mes moyens dans un premier temps… J’avais ensuite hésité à lui donner mon présent alors que j’avais organisé ce rendez-vous dans ce seul but... et pour la voir aussi ! Ces instants passés avec elle m’avait rendu heureux tout autant qu’ils m’avaient fait souffrir ! Si seulement j’avais pu arrêter le temps à cette soirée. Je serais resté à ses côtés à tout jamais… Et voilà ! J’avais pourtant dit que je ne devais pas ressasser les derniers évènements de ma vie et surtout ne pas penser à elle… Mais était-ce possible ?!



    *Ô Krystel ! Krystel ! Pourquoi es-tu Krystel ? Renie ta mère et abdique ton nom...*


    Euh… Je déraille là ! Chassant toutes ces pensées de ma tête, je me levais enfin et pris la direction de la salle de bains. Je prenais mon temps sous la douche, faisant le vide dans mon esprit… Après une bonne vingtaine de minutes, je sortis enfin et revêtis un jean bleu délavé de grande marque surmonté d’un tee-shirt à manches longues de couleur blanche. Je me coiffais rapidement et sans grand soin ! Après tout je partais en mission et non pas pour autre chose.
    Je me dirigeai ensuite dans la cuisine où Sweeney avait servi le petit-déjeuner… Je ne mangeai pas grand-chose et me contentais de me répéter toutes les étapes de la mission. Première je devrais éviter le contrôle d’identité et de baguette ; ce qui serait l’une des difficultés… Me rendre là où je devais aller après ça serait plus simple. Ensuite, il faudrait également que je me concentre pour ne pas tuer mon super coéquipier et là aussi ce ne serait pas chose aisée… Enfin ! J’avais pas le choix de toute façon. Mais assez bavardé ! Il était temps pour moi d’y aller…

    Après être sorti de mon manoir, j’avais alors transplané mais ce n’était pas pour me rendre à Pré-au-Lard. Non ! Je ne suis pas fou… J’avais fait en sorte d’arrivé un peu à l’écart et en avance afin de leurrer la surveillance maximale du petit village de sorciers. Après environ trente minutes d’attente j’avais réussi à me faufiler ni vu ni connu là où je devais me rendre. Comment un joueur professionnel de Quidditch peut-il ne pas se faire voir ? Je sais que vous vous êtes posé la question ! Et bien la réponse est simple… Bella, alias BB et Lucius avaient fait un excellent travail. Ils avaient fait en sorte que je puisse prendre position en toute discrétion. Il faudrait d’ailleurs que je pense à les remercier par la suite. Si j’étais toujours de ce monde ! Car ce n’était pas une petite tâche qui nous attendait… Hep hep hep ! Stop aux pensées négatives ! Comment je pouvais avoir une chance de réussir si je pensais de cette manière ?! Non… J’allais réussir cette mission ! Je m’étais préparé et re-préparé…

    En cet instant, je me trouvais donc dans l’une des parties des coulisses du discours qui avait été étrangement dégagée à grand coup de corruption. Cette pensée me fit légèrement sourire ! Il était parfois simple d’obtenir ce que l’on voulait… Enfin bref ! D’un coup de baguette discret, je changeai de tenue. J’étais à présent vêtu de noir, totalement de noir et la capuche de ma cape couvrait en partie mon visage. Lorsque mon changement fut effectué, je sentis une présence derrière moi mais je ne me retournais pas de suite… Je savais qui était là !
    C’est alors que le discours du Ministre débuta. Jetant un coup d’œil à Julien, je m’approchais ensuite dans un silence des plus absolus du rideau noir qui nous séparait de notre cible… A présent je n’attendais plus qu’une chose… Le signal !
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mar 21 Avr - 7:37

    J'ouvris les yeux doucement, bercée encore par la tiédeur de mes songes...
    Etendue dans mon lit, je m'étirais doucement, prenant mon temps. Dans le salon, Osiris miauliait, comme pour me rappeler que jous nous étions aujourd'hui. Bien que je ne risquais certainement pas de l'oublier!
    Laissant tomber à terre la robe de chambre en soie que je portais sur le dos, je me dirigeais vers la salle de bains pour me rendre présentables. Apès tout, je n'étais pas la garde rapprochée du Ministre pour rien!

    Relevant mes boucles brunes pour éviter qu'elles ne soient mouillées par l'eau de la douche, je restais sous le jet une bonne demi heure environ. L'avantage de ne dormir que quelques heures tant l'impatience vous prend au ventre est un excellent avantage je peux vous l'assurer.
    Passant ma robe d'Auror le long de ma silhouette, je pris soin de faire en sorte que mon tatouage reste hors de vue. Aprè tout, avec ce que j'avais prévu de faire, on aurait aisément pu le voir...
    Aussi je jetais un sortilège de dissimulation le long de mon bras gauche, le protégeant ainsi de toute vue.

    Tout en me maquillant, je songeais aux derniers évènements. J'eus un sourire en me rappelant le surnom que m'avait donné Amycus: BB.

    Je m'y étais faite, et finalement je l'aodrais. Mais seul lui avait le droit de me nommer ainsi
    Je me demandais d'ailleurs ou il en était... Etait-il toujours aux trousse de la jolie Krystel? Ou bien cette dernière s'était-elle finalement entichée de l'autre bellâtre de Caprily?

    Observant mon visage, je laissais ma peau légèrement pale qui ne pouvait que faire ressortir mes yeux changeants, et un fin rouge à lèvres couleur de sang avait suffit à me rendre irrésistible.
    Quand à mes cheveux bruns, je les laissais retomber oourdement sur mes épaules en une ondulation parfaite.

    J'étais prête. Ma baguette glissé le long de mon bras, je pourrais m'en servir aisément quand il le faudrait.
    J'ésperais aussi une chose particulière pour ette mission: Qu'Amycus sache mettre ses différents de côté qand il devrait s'allier à Julien...
    Arrivant enfin à Pré au Lard, je fus étonnée agréblement de voir que j'étais dans les premières. Un fin rai de soleil vint rendre mes yeux en une couleur verte foncée.

    Je le savais, Lucius avait fait un excellent travail de façon à ce que nos autres alliés puissennt rentrer à leur guise à leur point définis. D'ailleurs, parlons en de Lucius! Notre dernière soirée avait été des plus... étranges. Certes je l'avais toujours trouvé des plus attriants, voir même sexy, mais j'avais le sentiment que c'était devenu encore plus forts. N'était-il pas censé en aimer une autre? Mais si rapppelez vous, Narcissa! Ma petite soeur en somme. Et pourtant... ce bel homme ne me laissait pas insensible c'était clair. Avec tout ce que nous avions vécu! Mais je ne devais pas m'égarer la dessus...
    En arrivant dans les coulisses, je me fis saluer respectueusement par des collègues, et saluait à mon tour avec une comédie digne d'une actrice le Ministre Faulkner.
    Lucius... Heureusement qu'il m'avait recommandée comme une personne 'digne de confiance'. Si ils savaient.... Si ils savaient tous qu'ils étaient tombées avec une facilité déconcertante dans notre piège!

    Me plaçant en coulisses aux côtés de l' Auror que je n'avais pas encore eu l'occasion de connaître sur un oreiller, je restais silencieuse faisant mine d'écouter les paroles du début du vieux gateaux.
    Un mince sourire étira mes lèvres, sourire d'excitation et d'impatience. Sourire que je rendis charmeur envers John Diarabi pour éviter tout soupçon de machiavélisme chez moi!


    *Patience, patience... Bientôt, j'aurais ma gloire*

    Rejetant mes boucles en arrière, j'attendais.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mar 21 Avr - 8:01

Ron traîna un peu au lit ce matin-là, mais pas trop. Bien sûr, il n'y avait pas de cours, mais ils allaient enfin pouvoir sortir de l'atmosphère un peu confinée du château. Oh, le château était grand, et le parc immense, mais dans sa sixième année, il le connaissait par coeur, et cela faisait du bien de changer un peu d'air. Cette visite à Pré-au-Lard, pour les 1000 ans du village, serait sans aucun doute intéressante. Surtout qu'il risquait d'y avoir de problèmes, étant donné la présence du ministre. Evidemment, la sécurité était renforcée et tout serait mis en oeuvre pour éviter les problèmes, mais Ron n'y croyait pas trop. Il était devenu assez pessimiste ces derniers temps quand à la tournure des événements...

Le démarrage de l'ordre du phénix s'était certes bien passé, et il avait hâte de participer à l'une de ces séances d'entraînement. Mais tout restait encore à faire, et ils étaient loin de former une équipe solide. Cela viendrait, bien sûr, mais il faudrait du travail. Il n'y avait qu'à voir ses relations avec Hermione... Enfin, depuis ce soir-là dans la salle des trophées, cela allait mieux. Mais tout pouvait chavirer de nouveau, sachant comme l'un aussi bien que l'autre pouvaient s'emporter facilement! Enfin, surtout le jeune roux, dont le tempérament contenait autant de feu que ses cheveux!

Une autre chose qui préoccupait notre jeune ami, c'était les ennemis qu'il avait réussi à se faire. Pour Regulus Black, après tout, ce n'était pas grave, il savait de source sure (son frère dans quelques années) qu'il était mangemort ou n'allait pas tarder à le devenir. Mais l'autre... Ce Jessi qui plaisait tant aux filles, même celles de gryffondor, malgré son appartenance à la maison du serpent... Il ne savait pas trop quoi en penser! Bien sûr, il s'était énervé quand il l'avait rencontré, et le préfet l'avait quelque peu agressé... mais pas tant que ça, si on y pensait bien! Après tout, s'il avait été de meilleure humeur, leur rencontre se serait sans doute passée différemment. Mais là, aucun doute, il s'était fait un ennemi sérieux... Comme s'ils n'en avaient pas déjà assez avec ceux qu'ils connaissaient déjà!

Enfin, une journée hors du château, surtout pour faire la fête, ça ne se refusait pas! Il se souvenait de ce que lui avaient raconté ses parents sur cet anniversaire auquel ils avaient participé, dans un autre monde... c'était juste avant que les années difficiles du pouvoir de Voldemort ne commencent, et la fête avait été magnifique. Ron doutait que cela se passe comme ça cette fois-ci. Par contre, une idée vient soudain à son esprit : si ses parents avaient participé à la fête dans son passé à lui, sans-doute le feraient-ils aussi dans cette nouvelle trame? Verrait-il ses parents et ses frères, lorsqu'ils étaient encore jeunes et que lui-même n'était pas né? Allait-il connaître un peu de ce paradoxe que Harry vivait chaque jour, évoluer avec ses parents bien avant sa propre naissance? Bien sûr, cela ne pouvait pas être exactement pareil, puisque, ses parents étant bien plus âgés que Lily et James, ils n'auraient pas le même âge que lui! Mais cela pouvait être amusant de voir ses frères alors qu'ils n'étaient que des morveux... après tout, il ne les reverrait sans doute jamais tels qu'ils étaient maintenant, en 1996... enfin, maintenant...

A cette pensée, il se leva d'un bon et commença à s'habiller. Encore une chaussette à moitié enfilée, il commença à parler bien fort pour presser ses camarades de se lever aussi et profiter de cette journée magnifique. En effet, bien qu'il fasse encore un peu froid dehors, le soleil brillait de tous ses feux, et réchaufferait un peu l'atmosphère au cours de la journée.


- Allez, debout là-dedans! Direction Pré-au-Lard pour les mille ans de ce magnifique village! à nous les maléfices de Zonko, les sucreries d'Honeyduke et la Bièreaubeurre des Trois Balais!

Suite à cette sortie, cette fois-ci complètement habillé, il ne prit pas le temps de se coiffer et descendit directement à la grande salle pour prendre son petit-déjeuner. L'heure aurait été tardive pour une journée de cours, mais dans la mesure où il n'y en avait pas, il était encore un peu tôt. Malgré cela, la grande salle bruissait des conversations excitées d'élèves de tous âges se préparant à sortir du château pour passer la journée ailleurs. Les plus excités étaient sans aucun doute les élèves de première et deuxième année, qui étaient eux aussi invités. POur beaucoup, ce serait leur première visite, car ils ne connaissaient que la gare, et de nuit encore!

A la fin de son petit-déjeuner, Ron se dirigea vers le Hall où les élèves et les accompagnateurs commençaient à se réunir, par maison bien sûr. Le jeune gryffondor rejoint ses comaptriotes et attendit calmement avec les autres, discutant avec Harry et Hermione, que le professeur Mc Gonagall donne le signal du départ.

Le chemin jusqu'à Pré-au-Lard se passa sans histoires, et ils arrivèrent peu de temps avant le discours du Ministre. Ce n'était pas la partie que Ron attendait le plus impatiemment (il détestait les discours) mais il était difficile d'y échapper. Du regard, il chercha s'il voyait une ou deux chevelures rousses, voire même plus, mais ses parents ou n'étaient pas arrivés, ou étaient dans un endroit qu'il ne voyait pas. Il suivit donc ses amis et alla s'assoir avec eux sur les chaises qui avaient été préparées face à la tribune où le ministre devait s'exprimer. Le voilà d'ailleurs qui s'avançait, et que le silence se faisait petit à petit...
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mar 21 Avr - 8:48

Quarante-et-un ans, célibataire endurci ne cherchant plus la vie de famille. Un rien morose et pas toujours optimiste mais ironiquement proche de deux jeunes hommes plus qu'il ne pensait l'être un jour. Certainement le tableau qui me décrivait le mieux en l'état actuel des choses et dans ma vie. Les nouveautés me tombaient rapidement dessus et je m'y faisais. J'avais d'abord eu cette rencontre avec Torben Badenov, moldave de son état et en proie à une violente volonté de vengeance sur les goules ayant détruits son village. Ma relation avec lui n'était jamais que celle que pouvait avoir une personne qui avait exercé une profession pendant une vingtaine d'année et celle d'une personne qui voulait démarrer dans cette profession. En tous points, le jeune homme me rappelait un autre que je n'avais que trop bien connu à son âge...moi...Torben Badenov semblait être moi lorsque j'avais son âge, peut-être était-ce pour ça que je l'avais « pris sous mon aile » Quand au second jeune homme, il s'agit d'Amycus Carrow, un jeune homme égaré en tout point selon ses propres propos. Ma relation avec lui était extrêmement compliquée et si elle pouvait ne paraître être que celle de deux personnes en accord, il y avait autre chose. Le jeune homme n'avait pas besoin de savoir pourquoi j'étais ainsi avec lui, d'ailleurs il ne le saurait certainement jamais. Personne ne le savait, c'était une phase de mon passé que personne ne savait, la solitude était meilleure silence que la promesse d'un ami. Il était mieux que personne ne sache.

En plus de cela, il se pouvait aussi très bien que je ne me retrouve jamais à nouveau en face d'Amycus Carrow. Après tout, il avait provoqué notre rencontre qui aurait d'ailleurs pu lui coûter la vie si ce n'avait été moi qui l'avait « chassé ». En tous les cas, il était encore vivant et bien vivant et je ne pouvais rien dire sinon que c'était une aubaine pour lui. Ironiquement c'était aussi une aubaine pour la jeune femme sur laquelle le dévolu du jeune homme s'était déposé. Le tout serait de savoir si lui aurait le courage de retourner vers elle et de lui dire ce qu'elle représentait pour lui. De savoir également si ce n'était qu'un sentiment à sens unique que le jeune homme avait ou si finalement ce sentiment était échangé en retour par la jeune femme. Quoi qu'il en soit, au moins le jeune homme saurait à quoi s'en tenir avec la jeune femme et il pourrait recommence à évoluer. Enfin je n'en doutais pas, après une période de flottement dans lequel il ne serait pas au meilleur de lui-même. Enfin ce ne pourrait jamais être pire que lorsque je l'avais rencontré et qu'il se creusait gentiment sa propre tombe en attendant que la mort vienne le prendre. C'était étrange que le quarantenaire sans rien appréciait plus la vie que le jeune homme dans la vingtaine qui peut-être avait une petite amie. Ce n'était cependant pas vraiment mes oignons et je me rendais compte qu'une fois encore je me retrouvais dans cette relation étrange du jeune homme.

Ce qui importait vraiment était cette fête qui allait se tenir à Pré-au-Lard pour les milles ans du célèbre petit village. Ce n'était pas vraiment dans mes habitudes de faire la fête et je n'y allais pas vraiment pour ça en réalité. Enfin j'y allais pour boire une bière et écouter le discours que pourrait prononcer le Ministre certes, mais j'y allais surtout pour voir ce qui allait arriver. Je n'avais pas ce qu'on pourrait appeler un mauvais pressentiment, au contraire je me fichais ce qui pourrait arriver au Ministre de la Magie, pour ce qu'il est utile actuellement. Cependant il fallait avouer que ces derniers temps, le monde magique, particulièrement l'Angleterre, avait connu des nouveautés en terme de signes de mécontentement. La présence d'une force de protestation était évidente pour tout le monde sauf pour le Ministère qui continuait de jouer les aveugles face à cette menace qui montait. Ce n'était selon le Ministre qu'un petit mouvement qui sera appréhendé sans aucun problème. Sauf qu'à ce jour aucune arrestation, aucune piste n'avait encore été trouvée. En tous les cas, ma foi dans le Ministère n'existait plus, avait-elle seulement un jour existé? Enfin j'attendais de cette journée quelque chose qui marque les esprits. Pas obligatoirement de excessivement violent, mais au moins quelque chose qui permette de prouver au Ministère qu'il doit se méfier.

C'était ça ma vrai raison de me rendre dans ce hameau. J'avais eu vent des différents systèmes de sécurité que le Gouvernement comptait mettre en place, au moins une chose qu'il savait bien faire, se déployer pour faire semblant d'être efficace. Il fallait vraiment que j'arrête de les blâmer, les pauvres ne faisaient que faire un travail rendu plus difficile par tous ses avis qui divergeaient et qui les tournaient souvent en dérision. C'était surprenant de voir comment c'était au moment où un gouvernement avait le plus besoin du soutien de son peuple, qu'il était seul contre le monde. C'était cependant ainsi qu'allaient les choses depuis la nuit des temps et le Gouvernement avait tout à prouvé aux personnes qui étaient sous sa coupe. Nous verrions bien comment les Aurors et autres membres du Gouvernement s'en sortiraient si la situation évoluait ce que j'espérais, elle ne manquerait pas de faire. J'attendais cela avec une certaine appréhension, mais comme toujours je m'arrangerais que les choses semblent glisser sur moi. Après tout, c'était peut-être égoïste de voir cela ainsi, mais ce n'était pas ma guerre. C'était pourtant la guerre de tout le monde puisque les conséquences pourraient être un changement d'administration ce qui reviendrait donc à une évolution pour tous. Cependant le Gouvernement en place m'importait peu, moins encore maintenant que j'allais vers ma retraite pour ce qui était de la chasse.

Je me rendais vers le petit village et comme d'habitude, j'avais bien préparé mon coup. Je laissais rarement les choses au hasard et je ne comptais pas passer en force la sécurité mise en place pour ce jour. J'avais choisis une carte qui m'était plus habituelle, celle du mensonge et de la ruse. C'était ainsi un homme dans la quarantaine qui approchait, une jambe plus faible lui forçait l'utilisation d'une canne alors qu'une imposante se dénotait de son visage. Son regard se trouvait derrière des lunettes énormes dans ce ton légèrement jauni par le temps des vieux verres. J'arrivais devant les Aurors chargés de contrôler les entrants ainsi que leur baguette. Je présentais de faux papiers me présentant comme Jules Véga à la sécurité, celui-ci m'interrogea sur sa baguette. Après avoir fais semblant d'avoir des problèmes à l'entendre, je lui expliquais finalement que je n'avais pas pris ma baguette dans un discours pro-ministériel. Je vantais pendant plusieurs minutes la sécurité en place dans le pays, jusqu'à ce que finalement le ministériel, agacé et pressé par la foule derrière moi me laisse passer. J'avançais de quelque part et tournait dans une ruelle où j'enlevais cette fausse barbe, ces lunettes et cette canne pour les mettre dans un sac. Si rien ne se passait autant ressortir comme on était entré. Dans cette même ruelle, je pris un pavé rouge de la rue. Ce dernier était creux et contenait ma baguette depuis bientôt cinq jours. Je gardais mes distances par rapport à la scène, m'asseyant tranquillement sur un banc public en retrait de l'action. Voir, entendre, ne pas agir sans raison valable...
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mar 21 Avr - 19:16

    Il n'était vraiment pas facile de vivre sa vie avec honneur et respect de nos jours. Nous étions soumis à tellement de tentations que s'en était carrément insupportable. Récemment, j'avais craqué avec Krystel Raybrandt, celle qui auparavant aurait pu représenter tout ce que je déteste chez une femme. Mais elle avait su enflammer en moi l'attirance que j'avais pour elle et tout avait changé désormais, entre elle et moi. Nous ne serons probablement jamais de véritables amis et encore moins plus que cela, mais quelque chose avait changé entre nous. Et ses baisers... Quand j'y repensais, j'étais pris d'une soudaine et violente envie de vomir, tout comme de retourner la voir et continuer ce que j'avais commencé. Tout était tellement compliqué. Comment avait elle pu me faire cet effet là alors que j'étais fou amoureux d'Alice? Avec tout ce que je faisais, on aurait pu croire que je me fichais éperdumment de ma petite amie, mais c'était bien tout le contraire, et si je me sentais si mal, c'était pour tout le mal que je pouvais continuer à lui faire malgré le temps qui passe!


    Que devais je faire, comment devais je agir? Je n'aurais jamais dû m'attacher autant à Alice, car la seule chose à faire pour moi en ce moment aurait bien été de lui rendre sa liberté, car je n'arrêtais pas de lui faire du mal et il semblait que j'étais bien incapable de tenir mes promesses. Mais voilà, je l'aimais vraiment, cette gryffondor, et malgré toutes mes erreurs et tout ce que je lui infligeais, je ne pouvais pas m'empêcher de me dire qu'il fallait que je garde les récents évènements pour moi, que je n'en parle à personne et que je continue à faire comme si de rien n'était! En même temps, ce ne serait pas la première fois que cela m'arriverait! Mais disons que passer outre mes trahisons me titillait au niveau de mon sens de l'honneur, alors sans doute la solution aurait été enfin de prendre mes responsabilités, de tout avouer à Alice, mon amour pour elle et mes trahisons, puis de partir en Moldavie affronter mon destin. Je l'aurais sans doute déjà fait si cela n'aurait pas été en soi une forme de reddition. Le problème de mon raisonnement était que si je continuais ainsi, à écarter toute solution pour garder le peu d'honneur qui me restait, j'allais me retrouver enfermé dans mes problèmes!


    Je devais faire face, et affronter les conséquences de mes actes, comme j'avais toujours procédé jusqu'ici. Cela ne m'avait pas forcément très bien réussit, mais si je voulais continuer à vivre en accord avec mes principes, je n'avais guère le choix. J'allais devoir tout avouer à Alice, comme je l'avais fait voici deux mois. Affronter sa décision et sa détresse, et faire avec. Cela ne serait pas du tout facile, mais avais je vraiment le choix? Je me rappelais toujours d'une phrase dite par mon père il y a de cela une éternité... « Torben, quand on fait des bêtises dans la vie, et même si opn les cache, elles refont toujours surface, un jour ou l'autre. Et le temps ne fait qu'aggraver les conséquences. Alors prends sur toi, et affrontes la réalité, même si cela doit tout te coûter. Rien n'est plus important que la vérité Torben, souviens t'en. ». Oui, la vérité... Elle était importante et c'était elle qui faisait la différence entre nous et les animaux qui nous attaquaient dans mon pays. Mais elle était également source de malheurs, de responsabilités...


    Décidé à affronter la vie avec les armes qu'elle m'avait donné, j'entrais donc résigné dans ma salle de bain. Je devais faire vite si je ne voulais pas manquer le début du discours du Ministre. En fait, je me fichais bien de ce qu'il allait dire, mais je savais bien que si jamais les mages noirs attaqueraient, cela devrait se passer dans un tel événement. Je ne doutais pas qu'ils ne parviendraient jamais à percer les incroyables défenses qui seraient déployées, mais juste au cas où, je me devais d'être présent auprès de mes soeurs pour les protéger... Finissant rapidement de m'habiller, je me vêtis d'une chemise blanche, d'un jean noir et d'une veste noire. Pas très sorcier comme habillement, mais je m'en fichais bien. Transplanant jusque Pré au Lard, je passais les contrôles de sécurité avec la lenteur, mais je fus finalement assez rapide pour arriver avant que les élèves de Poudlard ne soient arrivés. En marchant à leur rencontre, je remarquais la présence de Vincent Winnfield, personnage que je saluais d'un signe de tête. Ce signe avait une simple vocation; je me doutais qu'il se tramait quelque chose, et il pourrait compter sur moi.


    M'avançant vers les élèves, je cherchais Lyra ou Alice du regard, mais sans les discerner dans la foule. Derrière moi, j'entendis les pas du ministre se répercuter sur la scène tandis qu'il faisait son entrée sur la tribune...

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mer 22 Avr - 9:28

Diarabi sentait une nervosité familière le gagner à mesure que la foule se faisait plus nombreuse et plus dense. Ces derniers temps cette sensation revenait un peu trop souvent. Et c’était peut-être pour cela qu’il n’avait pas répondu au sourire de la séduisante Bellatrix Black que par un léger signe de tête. Ce n’était pas un mauvais signe en soi, la nervosité chez lui naissait des situations potentiellement dangereuses et le rendait efficace. Le problème c’était sa fréquence ces temps-ci. Même en tant qu’Auror, il n’avait pas eu tant que cela l’occasion de vivre sur les dents aussi longtemps, avec un danger bien présent mais assez insaisissable pour que la frustration augmente l’état de stress des rangs du Ministère de la Magie.

Pourtant il avait déjà connu la guerre. Non en fait on ferait peut-être mieux de dire qu’il redoutait les évènements à venir précisément parce qu’il avait déjà connu les horreurs d’un conflit. John était né au Kenya à une époque où le pays était encore une colonie britannique. Et lorsque les troubles commencèrent pour obtenir l’indépendance, il fut difficile, même en tant que sorcier de rester en-dehors du conflit. Dans le fond, Diarabi était un humaniste profond et qu’un enfant soit sorcier ou moldu n’avait pas d’importance pour lui, ni qu’une femme sache user d’une baguette ou non ou qu’un vieillard ait jamais su comment élaborer une simple potion. Auprès de sa femme, ils avaient fait tout ce qui était en leur pouvoir pour limiter les dégâts, des deux côtés. Une des meilleures manières de se trouver pris entre deux feux, d’être poursuivis par les extrémistes des deux camps. C’aurait pu être sans grand danger s’il ne s’était agi que de Moldus. Mais l’enjeu touchait en fait suffisamment aux cœurs et aux fibres patriotiques de chacun pour que des sorciers participent de manière tout à fait officieuse.
L’indépendance avait été un soulagement, le coup d’arrêt des morts, des tortures, attentats et autres horreurs.

Derrière les sombres rideaux l’Auror avait le sentiment de sentir les prémices d’une vague de violence semblable à celle qu’il avait vécu en Afrique. Aucune bonne volonté ne serait de trop. D’ailleurs il n’avait pas compris l’entêtement qu’avait mis le gouvernement à organiser les 1000 ans de Pré-au-Lard. Certes, l’homme entre quarante et cinquantaine était bien placé pour savoir que les systèmes de sécurité mis en place étaient d’une efficacité extraordinaire, mais il était tout aussi bien placé pour savoir comme il est dangereux de sous-estimer l’ingéniosité de son ennemi. Et là, la place était pleine d’enfants ou de jeunes étudiants. Rassurer la population sur la force du Ministère était une chose, risquer ces si jeunes vies en était une autre.

Autant que le lui permettait sa place ses sombres yeux passaient et repassaient les lieux au crible fin, cherchant à se mettre dans la peau d’éventuels adversaires. S’il avait voulu nuire au Ministre, où se serait-il placé ? Malgré son âge il semblerait qu’il lui restât un rien de candeur car il ne songea pas à la loge ministérielle elle-même. Ses doigts ne lâchaient pas la longue baguette en bois d’acacia.

De loin il aperçut la silhouette de la dernière de ses trois filles, encore à Poudlard. Cette vision l’apaisa brièvement avant qu’il ne se força à reprendre son observation attentive. La jeune fille tenait bien plus de sa mère, la peau plutôt pâle, mais les cheveux frisés. John avait rencontré sa femme alors qu’elle faisait du volontariat en Afrique vingt-cinq ans plus tôt. Une jolie anglaise avec ses yeux gris et ses cheveux châtains. C’était elle qui l’avait convaincu d’aller vivre en Angleterre lorsque la guerre au Kenya fût finie, ce dont il lui avait été reconnaissant. Les lieux de son enfance étant désormais trop liés à des images que personne ne devrait avoir à voir. Il avait intégré les rangs des Aurors sans trop de difficultés étant donné son expérience pratique pendant de longues, trop longues années, elle était entrée au Département des Relations Internationales. Et d’après elle, les nouvelles venant de l’étranger n’était pas particulièrement bonnes non plus. L’un comme l’autre étaient épuisés ces dernières semaines et les repas communs n’étaient pas des plus joyeux les conversations roulant le plus souvent sur les problèmes que rencontrait le pays.

La seule chose qui le rassurait un temps soit peu, c’était la présence annoncée de Dumbledore. Il n’imaginait pas le vieux sorciers laisser faire du mal à ses étudiants. Et si l’on se fiait à sa réputation, il n’était pas un adversaire ou un allié, à prendre à la légère.

Méthodiquement, il récapitula mentalement les protections qu’il avait posé lui-même, cherchant d’éventuelles failles. Son regard en vint à faire le tour des personnes présentes derrières les rideaux. Intérieurement il ne put réprimé un soupir. Dans des situations comme celle-là, le genre qui pouvait facilement virer au chaos étant donné le nombre de personnes présentes, il aurait préféré n’être accompagné que de coéquipiers connus de longue date, avec qui il aurait déjà réalisé diverses missions. La demoiselle Black devait sans doute être parfaitement compétente si on l’avait placé là, mais il n’en restait pas moins qu’il ne connaissait pas grand chose d’elle et que l’air détendu qu’elle arborait l’inquiétait. A cette séduisante jeune brune, John aurait préféré voir quelqu’un de calme, de plus vieux, de concentré. Soupir mental donc, il faudrait faire avec.

Avec une soudaineté due à l’expérience, il fut de nouveau complètement attentif à tout ce qui l’entourait alors que le Ministre semblait sur le moins de se préparer à commencer son fameux discours.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mer 22 Avr - 19:04

13 mars. Le soleil vient à peine de pointer à l'horizon. Le seul habitant du manoir Malefoy, hormis son larbin d'elfe de maison qui ne mérite pas qu'on le nomme, se lève. Il est en forme en ce grand jour qui s'annonce. Après avoir observer par la fenêtre son domaine dans l'obscurité de la nuit mourante , Lucius s'en va prendre une douche. Sous la cascade d'eau brûlante, oui il a une grande douche, il repasse les derniers jours dans son esprit. Outre sa préoccupation principale, d'autres évènements ont accaparé son attention.

Tout d'abord sa belle-soeur. Lui qui jusqu'alors pensait ne pouvoir penser à nulle autre que Narcissa, le voilà qui s'entiche de Bellatrix Black. Peut-être est-ce dû à ce qu'elle est: une tueuse implacable. Non pas que Narcissa ne le soit pas, mais Bellatrix possède quelque chose de plus. Une certaine rigueur que n'a pas sa soeur. Cependant Lucius ne se ment pas, il se demande aussi si ce n'est simplement pas ses instincts de mâle qui ont besoin de s'exprimer en l'absence de Narcissa. Mais ce n'est pas tout. Il devait aussi s'acquitter d'une autre tâche. Former une nouvelle recrue. Cette dernière de par son métier pourrait s'avérer être d'une grande importance, au moins pour un temps, pour son maître. Seul obstacle à cet entraînement, l'égo mal placé de cet arriviste, bien vite mis à plat par le Blond. Il lui avait fait profité d'une dure formation digne d'un mangemort. Celui-ci en porterait sûrement des séquelles pendant encore longtemps.

Une fois sa douche terminée, il s'habilla lentement, comme s'il allait à une journée de travail ordinaire, enfin de travail, façon de parler. Plutôt de théâtre. En effet il se devait, et ce afin de servir son véritable travail qu'est celui de mangemort, de jouer la comédie à chaque instant. Portant le masque de l'hypocrisie, de la générosité et de la gentillesse niaise face à de sombres imbéciles qui ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez misérable. Une fois paré, il transplana pour se rendre au ministère. Il devait faire le trajet avec le comité des officiels, accompagnant le ministre et sa garde rapprochée jusqu'au lieu de la cérémonie, à Pré-au-Lard, là où cet idiot de ministre devait y faire un discours commémoratif. Lucius, ainsi que ses collègues marqués à l'avant-bras, se réjouissaient des automatismes aberrants du gouvernement. Lorsque tout allait mal, celui-ci se bornait à cacher la vérité aux civils en leur insufflant une propagande absurde. Cet événement était une aubaine pour leur cause, ils allaient marquer un coup magistral en cette journée. Lucius fit donc le trajet jusqu'au village de bouseux dont on fêtait aujourd'hui le millénaire, super important soit dit en passant. Une fois sur place, il put discrètement et d'un simple coup d'oeil vers les différents points stratégiques de l'endroit, voir qu'une fois encore son argent avait été efficace. En profitant de la cupidité d'avides fonctionnaires, il était parvenu à laisser les accès suffisamment libres pour que bon nombre de ses confrères se faufilent dans la place. Pour sa part, il se trouvait à présent dans la tribune réservée aux officiels, un peu au dessus de la foule, au plus près de l'estrade où se tenait le ministre. Il était au meilleur endroit pour coordonner la suite. Lorsque viendrait le moment, le signal sera lancé, alors la course de l'inéluctabilité s'élancera.

D'ailleurs cela commençait maintenant avec le début du discours ministériel.
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Jeu 23 Avr - 18:12

Dans une chambre au couleur vertes et argents, un jeune garçon se trouvait profondément endormit, la tête cachée sous son oreiller afin d‘empêcher les rayons du Soleil de venir le déranger. En fait, ce ne fut pas le Soleil qui vint le réveiller, mais son compagnon de dortoir qui vint gentiment le secouer et lui susurrer à l’oreille qu’il était l’heure de se lever. Nathaniel grogna un peu pour la forme puis se leva, il jeta un regard un peu groggy à son camarade. D’ailleurs, ce dernier était très mignon avec ses oreilles de chat de chaque côté de la tête, qu’il s’empressa de mordiller d’ailleurs. Hmm, goût chocolat, son préféré!! Sans parler de la queue qui venait se frotter négligemment à sa jambe, les fins poils noirs le chatouillait d’ailleurs et il dut lui demander d’arrêter. Rah les chats vraiment!! Natha se leva finalement en s’étirant et sortit complètement de son lit. Il prit une chemise neuve de couleur verte, un pantalon blanc avec des petites fleurs dessus, un boxer rouge, sa serviette…rose et son gel douche à la fraise… Puis il se dirigea vers sa douche, et frappa à la porte en demandant à son deuxième camarade de dortoir de se grouiller. Finalement, ce dernier sortit, arborant une magnifique poitrine à faire pâlir les plus belles filles. Nath ouvrit les grands yeux quand il regarda à l’intérieur de la salle de bain.

"Quelqu’un peut-il me dire ce que fout une armée de blondes dans la salle de bain?!?

-Mais Nath’, elles n’avaient nul par où aller!!"

Le regard du jeune home se tourna vers la quatrième personne qui occupait le dortoir avec eux. Cette dernière lui faisait un regard larmoyant tout en tenant son ventre rond d’un sixième mois de grosse. Nath’ soupira et capitula devant ce regard de chien battu. Non mais vraiment les hommes enceints étaient pires que les femmes sur certains plans!! Finalement, il fit une rapide toilette avant de s’habiller, d’enfiler une paire de chaussette et sa paire de tongs de plage. Puis il sortit tranquillement pour descendre dans sa sale commune et rejoindre enfin la grande salle. Sauf qu’arriver devait la porte, il se stoppa net… En effet, la scène qui se déroulait sous ses yeux était digne des pires cauchemars!! Effectivement, imaginez un peu le directeur de l’école en string léopard en train de danser la salsa avec une McGonagall elle-même vêtue d’un bikini rose fluo… Vision pire que cauchemardesque!!

"Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah!!!!!!"

Fut à peu prés le cri strident qui se répercuta dans tout le dortoir masculin des Serpentards. Nathaniel se trouvait assit dans son lit, la respiration saccadée, et tous les muscles crispés. Ce fut un compagnon de dortoirs qui vint voir ce qu’il se passait.

"Hey Natha, ça va?

Le dit «Natha» se tourna vers le garçon à ses côté pour s’apercevoir qu’il était parfaitement normal, aucun oreille de chat, ni de poitrine et encore moins de ventre rond.

"Non ça va pas, je viens de faire le pire des cauchemars…

-T’inquiète, ça va passer.

-J’espère…"

Finalement, après s’être un minimum remit de son cauchemar, Nathaniel se leva, prit de quoi s’habiller et partit se laver. A son grand soulagement, aucune blonde n’était visible dans la salle de bain et il put prendre une douche tranquille. Lorsqu’il ressortit, il était vêtu d’une chemise bleu nuit, d’un pantalon blanc et de chaussettes noires. Puis il enfila ses chaussures (toutes aussi noires que les chaussettes) et sortit prendre son petit déjeuner. Avant d’entrer dans la grande salle, il prit une profonde inspiration et entra doucement. Ça va, tout était normal, pas de directeur en string, ni de MacGo en bikini!! Nath’ put donc prendre son petit déjeuner tranquillement avant de rejoindre les autres élèves réunis dans le hall (sans oublier au préalable de repasser par son dortoir pour prendre une veste assez chaude) pour aller à la fête organiser pour les 1.000 ans de Pré-Au-Lard. C’était vraiment génial que le directeur ait levé l’interdiction de sortie pour cette fête exceptionnelle. Dans la foule, il essaya de repérer son meilleur ami, mais il ne put le voir.

Tout doucement, la masse d’élèves se mit en marche, encadrés par des professeurs. Le chemin fut plutôt tranquille, Nath ne se mêla à aucun conversation, marchant en silence, la tête dans les nuages. Que pouvait bien faire Iian, d’habitude ils ne rataient aucune occasion de s’éclater un peu!! Mais bon, en même temps fallait pas oublier que le meilleur ami de notre héros( ?) était à Serdaigle, aussi avait-il peut être préféré étudier? Mais ce qui n’empêchait qu’une fête pareil ça ne pouvait pas se rater!! Autrement, peut être verrait-il Anna? Il aimait bien cette fille, d’ailleurs elle venait de rejoindre leur petit groupe à lui et Iian. Ma foi, cela prometait sur l’avenir!! C’est sur ces pensées qu’il finit par arriver sur le lieu où devait avoir lieu la fête. Il lança un regard sur les personnes déjà assises. Toujours pas de Iian Heyward. Il finit alors par s’installer sur une chaise de libre, de préférence avec une deuxième place de libre à côté. Il garda cette dernière au cas où Iian arriverait. Nathaniel lança un regard noir à chaque personne qui souhaitait s’y installer. Bientôt le Ministre ferait son discours. Nath espérait qu’il ne serait pas trop long, plus vite la fête commencerait, plus vite il pourrait s’amuser!! Heureux sont les ignorants (Amen).
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Dim 26 Avr - 23:55

Iian était rarement grognon le matin. Pourtant en ce matin de célébration des 1000 ans de Pré-au-Lard, et bien le Serdaigle l'était, grognon. Il avait mal dormit, se réveillant plusieurs fois dans la nuit à cause de rêves ou cauchemards bizarres, insensés ou même assez effrayants pour le laisser en sueur dans son lit.

Un de ces rêves l'avait particulièrement secoué: c'était presque la fin des cours à Poudlard. Natha et lui flanaient dans le parc comme à leur habitude quand il faisait beau et qu'ils n'avaient aucun plan débile ou machiavélique en cours de conception. Enfin, en cours d'exécution plutôt. Anna n'était pas là... Non, car il n'était pas encore assez intime avec Anna Sanders pour rêver d'elle ces temps-ci.

Tous les deux discutaient de tout, de rien, de plans anciens, de peut-être plans futurs... tout en se croyant sur les Îles Fidji. Parce que miracle oui, ce jour-là en plus de faire, beau, il faisait chaud sur Poudlard. Très chaud d'ailleurs... Assez étonnant quand on savait qu'ils étaient en Angleterre. De plus, Iian en avait ouvert sa chemise à demi, et pourtant il tenait bien la châleur.

"Bon Dieu... Je suis en train de mourir je crois."
"... Hein?"
"La châleur me tue x__x"
"Ah. Me lâche pas maintenant hein Bloody. Avec qui est-ce que je vais réfléchir à des défis débiles?"
"... Y'a encore Anna non? Je suis pas irremplaçable--Aïe!!"
"Arrête de dire des conneries et fouts-toi à l'ombre avant que ton cerveau fonde encore"
"... Encore?.... Qu'est-ce que t'insinue espèce de traitre? <>_<>"

Et une bataille s'en suivit entre les deux amis. L'un pour se venger des paroles de son best--même s'il le prenait à la rigolade bien entendu-- et l'autre pour s'amuser, comme à son habitude. Comme à leur habitude en fait. Ils ne s'étaient jamais frappés volontairement pour faire mal consciemment à l'autre. Mais les rires qui sortaient de leur gorge témoignaient du fait que leur bagarre n'était pas sérieuse. Quelques regards s'étaient même tournés vers eux, certains parce que surpris (les premières années surtout), d'autres parce que ces rires les gênaient, soit dans leurs révisions pour les cinquièmes ou septièmes années, soit dans leur flirtage tranquille pour les couples.

Mais ça, les deux amis s'en foutaient royalement.

Bien que Nathaniel soit tout de même quelqu'un de sérieux avec les études au final, il avait acepté de passer son après-midi avec Iian--qui l'avait limite supplié à genoux en fait, au lieu de réviser pour ses ASPICs. Iian lui en avait été reconnaissant mille fois--son best l'avait arrêté au 9ème merci-- mais surtout heureux de pouvoir passer une journée ensoleillée avec son loup. Comment ne pas profiter d'un temps pareil??!

Les deux garçons se chamaillaient, riaient, discutaient, sans s'aperçevoir du temps qui passait. Qui ne pouvait que passer.

"Hey, Natha, j'crois qu'on devrait rentrer au château."
"Exact. Tu peux me rendre mes cuisses?"
"J'sais paasss.... Bon d'accord."

Un regard à la Natha, ça convint toujours.

Iian quitta donc les cuisses de son meilleur ami pour se redresser et l'aider à faire de même. Tous les deux se firent un grand sourire... Avant que l'ambiance ne change radicalement. La marque des ténèbres fit son apparition dans le ciel, qui n'était plus orange, mais aussi sombre que le fond d'un cachot désert de Poudlard. Des cris perçants résonnèrent à leurs oreilles alors qu'ils commençaient à courir jusqu'au château. Mais les deux jeunes hommes n'atteignirent jamais les portes de Poudlard.

Ils ne l'atteignirent jamais car aucun des deux amis ne put les franchir vivants. Tous les deux avaient été frappés par des éclairs d'Avada Kedavra.

Iian s'était alors réveillé en sursaut dès que son corps sans vie avait atteint le sol. Même après plusieurs heures, Iian pouvait encore sentir cette douleur de quelques secondes qu'il n'avait pourtant jamais reçue. Du coup, il n'avait pas osé se rendormir jusqu'au petit matin. Il était resté dans son lit, attendant que les autres se réveillent.

Malgré tout, il fut le premier à aller se laver et s'habiller d'un pantalon noir, d'un pullover bleu foncé et de tout ce qui allait avec. Il attendit ses camarades et descendit avec eux jusqu'à la grande salle pour prendre un petit déj' de moineau par rapport à d'habitude. Ses amis s'en inquiétèrent mais il les rassura en agissant normalement pour le reste, bien que toujours un peu grognon. Pourquoi parler d'un cauchemar aux autres, qui lui diraient sûrement qu'il n'avait rien à craindre, et tout ce qui s'en suit sérieux?

De plus, il avait essayé de voir Natha à la table des Serpentards, mais pas de Nathaniel. Une petite angoisse en repensant à son cauchemar lui tritura les entrailles sans qu'il puisse l'empêcher. Puis se fut l'heure d'aller se mettre en rang pour aller en direction de Pré-au-Lard. Le Directeur avait consenti à cette sortie... et encore heureux.

Iian essaya de distinguer son best friend en arrivant. Mais il ne vit que des Gryffys, des Pouffsouffles, des Serpentards, des habitants de Pré-au-Lard, des professeurs... Aucun signe de Black! Il essaya même de dinstinguer Anna, sans succès. Lorsqu'ils furent libres de s'avançer un peu plus vers l'estrade où allait apparemment se tenir le discours du Ministre, Iian se faufila un peu partout, toujours angoissé.

Et puis enfin, il distingua la chevelure de son ami, qu'il reconnaîtrait entre milles! Pressant le pas, il se jeta sur lui par derrière, serrant son cou avec force... Soulagé. D'habitude il ne s'inquiétait pas tant pour le Serpy, mais aujourd'hui était différent. Même Nathaniel devait se demander pourquoi il le serrait aussi fort.

"Trouvé, enfin! Heureusement que je reconnais ta tignasse, mo sidheach!"

Sa voix était normale, et pourtant... Plus rien n'avait d'importance, pas même des visites à Zonko ou ce fichu discours barbant du Ministre!

Non. Lui avait trouvé son ami le cher, le reste ne comptait plus.

Du moins pour le moment.
Mort↯  Un seul mauvais sort et Pfiou !!!
avatar



Nombre de messages : 55
Age : En mission ou tout simplement en train d'honnorer mon épouse... Ou une autre jeune femme
Groupe : Les ténèbres ont depuis longtemps prit mon âme
Caractère : Excellente. Je viens d'épouser une déesse à ma hauteur
Date d'inscription : 06/02/2009




Mort : Julien de Caprily

Mort
Un seul mauvais sort et Pfiou !!!

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Lun 27 Avr - 9:53

    Comme à mon habitude, j'étais parfait. On ne pouvait absolument rien me reprocher, car j'étais tel que je devais l'être en pareille occasion. Habillé tout de noir avec une longue cape de la même couleur qui me ceignait les épaules, on ne pouvait pas dire que je faisais déshonneur à ma condition de sorciers. Dans un repli de ma cape astucieusement préparé, j'avais pu y glisser le masque de mangemort qui caractérisait les hommes composant le mouvement de notre maître à tous, Lord voldemort. Un dernier regard dans la glace me montra à quel point je pouvais être parfait. Ma façon de me vêtir me rendait encore plus grand, et contrastait énormément avecle teint dema peau, ce qui attirait encore plus l'attention sur mon visage, qui était, je devais bien l'avouer, irrésistible. Une ombre passa cependant dans mon regard quand je me rendis compte que je ne pouvais certainement pas me retrouver face à un ennemi en lui opposant seulement mes atouts de séduction. C'était même carrément impossible, ne serait ce que parce que je serais probablement opposé à un homme... Bref! Quittant la salle du bain du manoir où j'avais récemment emménagé, je descendais les marches de marbre m'amenant au salon. En réalité, il ne me faudrait faireque quelques pas pour pouvoir transplaner et aller directement à mon objectif rejoindre mon si haïssable compère, Amycus Carrow. Mais j'étais décidément très à l'avance, plus de deux heures avant le début du discours, alors que j'aurais seulement dû rejoindre mon poste quelques instants seulement avant le début du discours, pour pas que nous ne nous fassions découvrir, Carrow et moi.


    Un seul regard vers la porte ouverte d'une chambre à l'étage me convainquit de rester une heure trente de plus. Un sourire presque prédateur vint illuminer mes traits tandis que je grimpais l'escalier à toute vitesse. En quelques pas, je parvins à arriver au niveau de l'entrée de la pièce. La magnifique chambre de Krystel, qui n'était réellement magnifique que quand cette dernière s'y trouvait. Et c'était le cas. En nuisette, elle faisait face à une immense glace et se préparait elle aussi à aller assister au discours du cher ministre anglais apparemment. Nouveau sourire prédateur, tandis que je rentrais dans la chambre. D'un coup de talon, je refermais la porte derrière moi.



    ...



    Une heure trente plus tard, je sortais de la chambre, fatigué et en sueur, mais satisfait. Krystel quant à elle reprenait des forces avant de se rhabiller à nouveau. Comme à notre habitude, nous avions fait cela de façon passionnelle, destructrice, et terriblement... satisfaisante... Quand je repensais aux féroces coups de bassins de la jeune femme, à sa façon de se frotter contre moi et à renverser la position, je sentais immanquablement un frisson d'excitation mêlé à du contentement me traverser l'échine. Pour son âge, seulement dix huit ans, Krystel était une très bonne amante, endurante et particulièrement sauvage. Quelque part, je l'appréciais pour bien d'autres choses, mais je devais bien avouer qu'elle était avant tout ma future fiancée, et qu'en temps que telle, je me devais de voir si nous serions à même de nous satisfaire quand nous serions devenus des époux... Sans un mot, Krystel finit de se vêtir, tandis que d'un sortilège, j'enlevais toute la sueur de mon corps avant de moi même me rhabiller. Un dernier baiser plein de furie déposé sur les lèvres de la donzelle, et j'étais partit. Quelque part, si quelque chose devait mal se passer durant ma mission, sans doute devrais je être satisfait d'avoir connu telle passion dans ma vie... Transplanant une fois passée l'enceinte, je me retrouvais à quelques centaines de mètres de pré au lard. Les protections interdisaient à quiconque de transplaner aujourd'hui sur les lieux, aussi devais je faire preuve de discrétion pour entrer. M'avançant, je remarquais deux aurors qui patrouillaient. Deux secondes d'attente et ils regardaient ailleurs. Courant, j'avançais vers le village...


    ...



    Julien ~-- Tiens tiens tiens, Carrow, comme on se retrouve. J'espère que tu as bien dormi. Moi pas, mais tu sais ce que dormir avec Krystel signifie... Bellatrix a t'elle donné signe de vie?


    Hop là, une petite pique et le tour était joué!
Mangemort↯ Le pouvoir est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1007
Date d'inscription : 06/09/2008




Lord Voldemort

Mangemort
Le pouvoir est entre mes mains


Carte du maraudeur
Niveau magique: 15/15
Libre pour ::
Bonus: 0
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Lun 27 Avr - 10:22

    Aujourd'hui, nous étions le 13 mars. Une date importante, car elle marquerait un grand jour dans l'Histoire des mangemorts. Il n'y avait pas à dire, tout était préparé à la seconde prêt et le plan pouvait tout aussi bien être exécuté de façon magistrale que d'être un échec retentissant. Mais j'avais fait toutes les choses pour orienter le sens de la victoire de mon propre côté, ce qui était après tout la seule raison valable de lancer une attaque d'envergure, vous ne pensez pas? Moi, de mon côté, je ne pouvais pas dire que je n'avais pas attendu cet instant pendant la majeure partie de ma vie. J'avais déjà infligé, voici deux mois et demi, une défaite cuisante à la face du Ministère et de Dumbledore, et aujourd'hui serait l'occasion de leur en refaire voir de toutes les couleurs. Il ne me restait plus qu'à m'habiller et me préparer pour rejoindre le troupeau babillant de mes condisciples à Poudlard avant d'aller sur les lieux du discours du vieux Faulkner... Celui ci allait nous faire une jolie diatribe concernant la menace que faisaient peser mes hommes sur la stabilité du pays, etc... Mais aurait il le cran de dire que si la situation était si mauvaise, c'était avant tout de la faute de son crétin de gouvernement? Sérieusement, j'en doutais, car il était de notoriété publique que les faibles accrochés au pouvoir font tout pour le garder, même si cette tentative est vouée à l'échec.


    M'habillant comme il se devait pour une telle occasion, je revêtais mon plus beau costume avant de ceindre sur mes épaules une magnifique cape noire. J'étais très séduisant dans cette tenue, on ne pouvait le nier. Certes, cela ne me servirait probablement pas à grand chose, mais je me devais de faire bonne figure, que ce soit devant mes camarades, mes mangemorts, mes ennemis, ou moi même. Je ne m'étais jamais habillé comme un vulgaire paysan venu d'on ne sait où, mais toujours de façon très distinguée. Je n'allais pas aujourd'hui faire la moindre petite entorse à ma façon d'être juste pour paraître plus discret. Et encore, rien n'était joué dans ce domaine, vu qu'il serait évident qu'une majorité de personnes à Poudlard allait se fringuer de sorte à se faire remarquer! Finissant en me donnant un coup de peigne, je regardais une dernière fois mon apparence de gamin de dix sept ans. Il serait bientôt l'heure pour moi de sortir de cette morne carcasse pour redevenir mon moi originel, mais pas tout de suite. Pour l'heure, la discrétion était toujours de mise, et je ne savais toujours pas quand je serais à même d'en sortir.


    Descendant les escaliers qui me mènerait à la salle commune, je remarquais que beaucoup d'élèves s'étaient habillés sur leur trente et un, mais je me doutais que cela ne serait probablement pas le cas d'élèves d'autres maisons. Il était de notoriété publique que seuls les serpentards avaient réellement la classe! En temps que préfet, j'houspillais les retardataires et amenaient les élèves de ma maison sous la garde des professeurs, réunis dans le grand hall d'entrée. Du coin de l'oeil, je remarquais que quelques unes de mes nouvelles recrues étaient de la partie. Deux serdaigles semblaient sereins, tandis qu'une Gryffondor faisait de même. Bien, je n'avais pas choisit des fébriles et des froussards, ce qui était déjà pas mal! Nous mettant en route vers Pré au Lard, je restais assez solitaire et me contentais d'observer. D'un côté, il y avait Evanna Lyrics qui discutait avec le bibliothécaire et Lyra Badenov, de l'autre j'apercevais la crinière rousse de Lily Evans, sans doute emmenée à destination par le bras salvateur de James Potter, ce petit roquet imbécile. Il serait temps de pulvériser tous ces dangers à coup de boutoir, et j'avais sous les yeux la solution idéale. Pré au Lard.


    Arrivant dans le petit village, je remarquais qu'il était plutôt aisé de se trouver une place quand on avait ma façon d'être. Le regard serein mais plein de force, et habillé de manière à montrer à tous que je n'étais pas de ceux qui se laissaient marcher sur les pieds. Il était aussi évident qu'il me fallait jeter un petit coup d'oeil à mon dispositif. Je voyais bien ma petite réserve mobile se disperser dans la foule, tandis que je voyais Lucius à la tribune des officiels. Sur le reste de mes mangemorts, je ne discernais encore personne, mais vu l'attitude sereine de Lucius, je savais qu'il n'y avait encore aucun accroc au plan. Tout allait donc commencer comme prévu, c'était toujours ça de pris! Sereinement, j'attendais le début du discours du Ministre...
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Lun 27 Avr - 16:05


    Alice avait horreur de ca. Horreur de se plaindre. Horreur d'être celle que l'on plaignait. D'être celle qui gémissait lamentablement sur son sort. Constamment. C'est pour ca qu'elle ne le faisait pas. Ou du moins essayait de ne pas le faire. Mais généralement, c'est plus facile de dire quelque chose que de l'exécuter. Même pour Alice qui tentait constamment d'être parfaite. Si la perfection chez elle était obligatoire, elle préférait voir les défauts des autres. Un peu contradictoire ? Totalement. Mais quand vous vous appelez Alice McPherson, cela n'a rien d'étonnant. Rien du tout. Parce que la Gryffondor était une jeune fille qui avait l'art de se compliquer la vie depuis quelques temps. Auparavant, tirer sa baguette et foncer dans le tas suffisaient largement pour elle. Aujourd'hui, elle passait du temps à se questionner avant de prendre une décision. Les effets de la peur. Parce qu'elle pouvait démentir et nier en bloc, elle tremblait de peur à l'idée que quelque chose de terrible se produise. Les derniers évènements l'ébranlaient. Pourquoi ? De quoi devait-elle avoir peur ? Le reste de sa famille était sorcière et ceux qui étaient le plus souvent visés étaient les moldus à sa grande horreur ... et à son grand soulagement d'un coté ! Elle avait honte de le dire, mais même si elle avait peur pour Torben et sa famille, ils étaient en quelque sorte en sursis si elle pouvait dire. Les foudres des cinglés qui jouaient aux mages noirs ne se tourneraient pas directement vers eux. Mais l'angoisse d'Alice était grandissante. Pas pour elle. Cela aurait été tellement égocentrique de sa part étant donné qu'elle était à l'abbri derrière les murailles de Poudlard. Murailles qui l'étouffaient. Alice avait beau être soulagée d'un coté que tout reste calme pour l'instant (enfin ... calme !) comme si le temps était suspendu mais elle n'en pouvait plus de cette attente constante. Elle avait besoin de savoir ce qui allait se passer. Et elle savait qu'elle n'était pas seule.

    En tout cas, ce dont elle avait bien besoin, c'était de se détendre. Ca c'était absolument certain ! Et quoi de mieux pour cela que d'aller à Pré-Au-Lard pour fêter les 1000 de ce village. Alice s'était levée comme n'importe quel jour de sortie. Elle s'était préparée comme pour n'importe quel évènement. Rêvetant un pantalon noir souple et un pull noir moulant avant de cape par dessus. Dans le dortoir, il règnait un raffut monstre. A tel point, qu'Alice sentit la tension la gagner. Comme si le bordel ambiant allait être le reflet de ce que serait la journée. C'était une réunion de sorciers, venant de partout. Il y aurait surement des fichus mangemorts dans le lot. Du moins c'est ce que la Gryffondor supposait. Elle avait une tendance à voir le mal partout depuis quelques temps.

    La Gryffondor se mit face au miroir de la salle de bain et coiffa ses cheveux tant qu'elle le pouvait. Ce qui n'était pas une mince affaire.

    *Et c'est pas peu dire !*

    Alice grogna au retour de la voix, s'attirant un regard éloquent d'une de ses camarades de chambre. La jeune fille lui lança un regard dédaigneux tout en tirant un élastique de sa trousse de toilette pour s'attacher les cheveux en une queue de cheval. Le sourire était revenu, car elle venait de songer à une chose. Un détail qui peut-être rendrait sa journée plus belle et c'était ... tadadam ! La présence de Torben. Peut-être serait-il attiré par l'évènement, voulant profiter de ces mois en Europe qui le séparaient de son retour en Moldavie. Soudainement, Alice était de moins bonne humeur. L'idée qu'il s'en aille la mettait en rogne.

    *Dingue de voir à quel point tu t'es entichée de ce serveur Alice ! Oh toi la ferme ! Quand j'aurais besoin de conseils matrimoniaux, je ferais appel à toi. Maintenant, coucouche panied, compris ? Rooolalahh, de mauvaise humeur dès e matin, t'es pas à prendre avec des baguettes ! Je disais juste que tu pouvais trouver mieux. Bah voyons !*

    La Gryffondor secoua la tête. Elle avait définitivement un problème c'était certain.

    A 12 heures, Alice descendit jusque dans le Hall et se glissa dans un des groupes d'élèves de Gryffondor. Elle fut soulagée de constater que le trio Français était là. Même si le fait qu'ils ne leur révèlent visiblement pas tout ce qu'ils savaient, la jeune fille était toujours soulagée de les voir à proximité. Ils semblaient toujours savoir comme réagir. Ce devait bien être les seuls ! La Gryffondor se passa une main dans les cheveux, défaisant sa queue de cheval, pour mieux la refaire. L'arrivée au village se fit sans encombre et la jeune fille scana la foule des yeux pour essayer de repérer Torben. Mais c'était trop dense pour voir quelque chose, ou alors c'était sa taille qui posait problème. Du haut de son mètre cinquante-cinq, Alice était plus que minuscule par rapport aux autres. Heureusement qu'elle était assez plantureuse, car sinon, on l'aurait pris pour une première année. La Gryffondor ronchonna pour la forme puis se glissa jusqu'aux chaises. Elle aperçut quelques personnes qu'elle salua de la main et rejoignit un groupe de Gryffondors.
Gryffondor↯  La force du lion est en moi
avatar



Nombre de messages : 3303
Age : 17 balais
Groupe : Un phoenix préfète en chef des lions et gardienne de Quidditch.
Caractère : Enthousiaste, naïve, enjouée, déterminée
Crédits : : (c)Evey
Date d'inscription : 14/04/2008




Evey Lowan

Gryffondor
La force du lion est en moi


Carte du maraudeur
Niveau magique: 7/15
Libre pour :: 1 rp
Bonus: + 23
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Lun 27 Avr - 16:58

Le ciel commençait à pâlir se teintant peu à peu des couleurs rosâtres de l’aurore. En boule sur un fauteuil particulièrement moelleux, enroulée dans une grosse couverture aux couleurs de feu, la jeune sorcière regardait, perdue dans ses pensées, le jour se lever doucement. Evey, qui n’avait pas trouvé refuge dans le calme nocturne, c’était réfugiée dans sa salle commune histoire de ne pas faire partager à ses camarades de chambrée, son insomnie. L’énervement qui perturbait le naturel calme de la jeune rousse trouvait son apogée ces derniers jours. Plus exactement, depuis la parution de l’article annonçant le discours du premier ministre à Pré-Au-Lard à l’occasion des 1.000 ans de ce petit village sorcier. Or, pour cet évènement spécial, l’interdit pour les élèves de Poudlard de s’y rendre, avait été levé. Autrement dit, elle allait enfin pouvoir sortir légalement du château, se balader en dehors des murs devenus trop petits malgré l’immensité du site. Mais à partir du moment que l’on met des interdits, des limites infranchissables, tout lieux, même le plus agréable, devient moins accueillant, plus petit, les murs se resserrent, la monotonie nous gagne et on n’a plus qu’une seule et unique envie, s’échapper. Du moins c’est ainsi que la jeune sorcière vivait les nouvelles règles conséquences des meurtres du bal.

Les pensées ailleurs, la jeune femme avait finalement réussit à calmer ses aller et venues incessantes sur les coups de quatre heures du matin et avait alors décidé de s’installer tranquillement face à la fenêtre qui donnait vers la forêt interdite, lovée dans une couverture, et attendre le moment du petit déjeuner. Ses yeux se fermèrent le temps de deux tours de la grande aiguille, un laps de temps assez court quand on sait qu’elle porte déjà sur le dos toute la fatigue d’une dure semaine de travail et d’entrainements de Quidditch. Encore une bonne journée qui s’annonçait…Evey n’espérait qu’une chose, que ses nerfs ne soient pas mis à trop rude épreuve car elle ne se sentait pas capable de pouvoir les gérer de la meilleure façon qu’il soit dans un tel état de fatigue et d’énervement. C’est un peu comme un oiseau en cage qui sait qu’il va enfin pouvoir sortir et retrouver l’immensité du ciel mais seulement pour quelques heures. Il s’élance, fonce, joyeux, et par mégarde tombe sur le saule cogneur. On ne tire rien de bon en général d’un état aussi instable que celui de la rouquine.

Soudain, un léger bruit attira son attention l’arrachant de sa rêverie. Posant ses yeux clairs vers la source de celui-ci, elle aperçut avec joie une petite boule rousse qui voletait contre le carreau de la fenêtre. S’extirpant de sa couverture – un peu frustrée de devoir quitter la chaleur de celle-ci car, malgré le moi, les nuits restaient fraîches – Evey se leva pour laisser entrer sa petite chouette qui l’accueillit elle aussi avec bonne humeur à petit pincement de bec. Chacun sa manière de dire bonjour…
Après les caresses de formalités, la sorcière libéra Zéphira de son bagage et son sourire s’élargit quand elle reconnu la fine écriture de son frère. Déchirant rapidement le parchemin elle sorti le précieux message écrit à l’encre noire. Au fur et à mesure qu’elle parcourait la lettre son sourire s’effaçait pour finir au dernier point par n’être plus qu’une moue déçue et triste. Sa main trembla légèrement avant qu’elle ne tape rageusement contre la table devant elle. Il ne viendrait pas.

Pratiquement seule assise à la grande table des lions, la rouge et or mangeait sans faim. Ruminant sans cesse les mots de son frère elle essayait de rester positive. Cependant, même le ciel était contre elle aujourd’hui et les belles couleurs de l’aurore avaient laissé place à une lumière grisâtre et maussade. Et dire que, quelques heures auparavant elle se réjouissait encore de revoir la bonne bouille de son grand frère…Elle avait besoin de lui parler, de le voir, le serrer dans ses bras, de son sourire, de son odeur rassurante. Dans cette période de doute où elle se trouvait elle avait besoin du réconfort et des conseils de l’une des personnes qui lui était le plus cher au monde. Et il ne viendrait pas.

L’eau coulait doucement sur sa peau blanche de rousse. La tête renversée en arrière elle savourait la délicieuse sensation qui déferlait sur tout son être. La chaleur et la vapeur d’eau commençait à endormir ses sens et la jeune sorcière ne cherchait pas à lutter contre la fatigue qui gagnait son corps. Des centaines de pensées différentes parcouraient son esprit, passant de ses relations avec les autres aux couleurs de ses chaussettes. Le son de l’eau tombant raide sur sa peau ainsi que sur la paroi froide de la douche l’emporta finalement dans ses souvenirs aux pays des trèfles. Elle se revoyait enfant courant en riant dans l’herbe grasse de la côte, cachant sous sa robe à fleurs le gros livre de potion de son frère. Ce dernier, au chevet de son lit, lui racontant une histoire pour l’endormir lorsque la fièvre la clouait sur place. Le vent du large se perdant dans ses boucles rousses et le sel qui lui piquait les yeux. Le corps fort et rassurant de son frère qui la protégeait contre les foudres de la tempête.
Elle ne l’avait pas revu depuis son départ en septembre. A peu près sept mois loin de lui, et les lettres ne parvenaient plus à retranscrire au mieux cette relation fraternelle qui les unissait. Evey ressentait le besoin de parler de vive voix avec lui des évènements qui se préparaient, ils devaient le faire, il devait venir. Mais il ne viendrait pas.

Assise sur un banc dans la fraîche matinée de mars, la rouge et or attendait l’heure fatidique. Après s’être préparée, elle n’avait pas eu la force de rester à l’intérieur à attendre que ses amies finissent de se préparer à leur tour. Elle comptait les heures.
Lorsque le moment tant attendu approcha, la jeune sorcière rentra dans le hall où d’autres élèves attendaient eux aussi impatiemment, la délivrance. L’irlandaise s’approcha de quelques connaissances à elle mais resta effacée et ne prit pas part à la conversation, elle ne se sentait pas d’humeur à ça. Encore perdue dans ses pensées, elle s’imaginait partir loin, car la journée d’aujourd’hui avait perdue de sa valeur, et l’idée d’écouter un discours long et non intéressant attisait ses folles envies de liberté.
La longue colonne de sorcier finit par s’ébranler et, Evey, prenant sa place de mouton, ne chercha pas à sortir des clous, ses pieds avançant tout seul dans le sentier alors que la fatigue retombait sur ses épaules. Il ne viendrait pas, à quoi bon venir maintenant, sortir pour ne rien pouvoir faire, c’est encore pire finalement non ?

Une fois arrivée sur place, ils se mélangèrent aux sorciers déjà présent, des habitants de Pré-Au-Lard, mais sans doute aussi un bon nombre de représentant du ministère et des aurors près à se jeter sur leurs baguettes magiques à la moindre étincelles. Evey aperçut soudain une silhouette familière dans la foule et un sourire se dessina sur ses lèvres. Se dirigeant vers celle-ci elle s’assit à ses côtés sur les chaises prévues à cet effet.


-Bonjour Alice ! Comment ça va aujourd’hui ?

Le discours qui devait être prononcé ici ne passionnerait sans doute pas la jeune femme de bout en bout, alors autant être accompagné d’une de ses meilleures amies pour rire un peu et faire passer le temps non ? Sans compter que les deux Gryffondor n’avaient pas trop parlé ensemble ces derniers temps. Peut-être aujourd’hui serait-ce l’occasion de le faire ! Vu qu’il ne viendrait pas…
Mort↯  Un seul mauvais sort et Pfiou !!!
avatar



Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 09/01/2009




Ministre Faulkner*

Mort
Un seul mauvais sort et Pfiou !!!

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mar 28 Avr - 19:58

    Tout était fin prêt. Les aurors patrouillaient dans les alentours, certains prêts à se fondre dans la masse des personnes venues pour assister a la célébration du millénaire de Pré Au Lard, tandis que d'autres attendaient derrière la tribune pour gérer les imprévus. Tout était en place. Normalement, les contrôles, très stricts, permettraient d'écarter tout danger que quelqu'un mal intentionné et armé ne fasse irruption dans le secteur pendant le discours. Contrôle des identités, des baguettes, et du reste... Le chef dema sécurité m'avait assuré que tout se passerait bien, et jusqu'ici, il ne m'avait jamais donné de raisons de douter de ses compétences. Je n'allais donc pas commencer ce jour. Cependant, un certain malaise prenait possession de mon corps et de mon esprit; et si quelque chose tournait mal? Tout bien considéré, tout pouvait arriver dans ce genre d'évènement, et comme toujours, chaque événement majeur était porteur de son lot d'imprévus. Mais il faudrait que l'ennemi compte également sur la présence de Dumbledore, et lui seul était capable de changer la position de notre camp. Sa présence renforcée par toutes les mesures de sécurité me permettaient donc d'aborder ce discours sans aucune appréhension. J'en avais bien une, mais un vieux lion comme moi n'était guère du genre à se laisser impressionner par quelques terroristes.


    - Ca va être à vous dans deux minutes, monsieur le Ministre


    - Bien Drusilla, je suis prêt, vous pouvez m'annoncer


    Cela me rappelait mes meetings de jeunesse, quand je n'étais encore le chef d'aucune faction bien définie, et que j'étais du genre populiste. J'avais perdu, les responsabilités arrivant de pair avec les élections gagnées, la possibilité de renouveler régulièrement ce genre de situation. Revenir ainsi vingt ans en arrière était assez violent en vérité, et je ne m'y étais pas préparé. Mais cela m'amusait aussi, du temps où Ann et moi étions encore éperdumment amoureux l'un de l'autre, nous souciant peu de l'avenir, confiants en nos propres capacités. Mais Ann était morte voici quatre ans, et il ne restait plus que moi pour tenir le flambeau. Vieux, fripé et aigri. Mais j'avais l'expérience du pouvoir, et même si les sondages n'étaient pas vraiment en ma faveur ces derniers temps, personne ne parlait de me remplacer, car tous savaient que si je n'étais pas le meilleur ministre, j'étais le seul. Rien que cet état de fait me rendait irremplaçable auprès des gens de ce pays. J'étais le seul à pouvoir assumer ces responsabilités, même Dumbledore ne voulait pas du poste... inspirant à grand coup, je gravissais les marches me menant à ma tribune.


    J'apparaissais à la foule sous un tonnerre d'applaudissements. Les fidèles de mon gouvernement, dans les premiers rangs, me regardaient mon apparition avec ferveur. Ensuite, les élèves applaudissaient de façon polie, et j'offrais à ces centaines de personnes un sourire enjôleur dont j'avais le secret. Rejoignant mon pupitre, je souriais à la foule et la saluait de la main. Les gens me prenaient sans doute pour un vieux crétin sénile, mais j'avais encore visiblement des appuis. Arrivé au pupitre, je savourais encore l'accueil avant de finalement lever les bras pour demander le silence. Je repris alors un air plus sérieux, car le peuple n'aimait pas que l'on annonce les mauvaises nouvelles avec le sourire. Le sourire, c'était pour la liste de résolutions qu'allait prendre le gouvernement pour réfréner les ardeurs des adeptes de la magie noire.



    - Chers compatriotes, chers élèves de Poudlard! Bienvenue à Pré Au Lard! Si je suis ici devant vous, c'est chargé du poids de l'Histoire. Aujourd'hui est un jour particulier. Aujourd'hui, la nation fête le millénaire de ce petit village de sorciers, unique dans tout le Royaume Uni! Symbole de notre grandeur, cette communauté paisible continue de faire notre fierté à travers les âges... Mais revenons en arrière, si vous le voulez bien. Il y a mille an, jour pour jour, Une petite communauté de sorciers, venus du sud de l'Angleterre, désireux de se dégager des incessants conflits opposants moldus et sorciers, fondèrent à la force de leur travail le village connu sous le nom de Pré Au Lard. Vivant en paix, ses habitants n'ont jamais eu à souffrir des affres de la guerre, de la corruption. Ils ont vécut ici en toute honnêteté. Ils se sont développés, ont agrandit la communauté et en ont fait un des centres de l'artisanat et du savoir faire britannique. La production du village s'exporte à prix coûtant dans le monde entier. De tous temps, les habitants de Pré Au Lard ont pu vivre dans la paix et symbolisent à eux seuls l'ensemble de notre pays. Mais plus aujourd'hui. En ce jour du millième anniversaire du village, la guerre vient à nous. Les Mages noirs sont de retour, et c'est à nous qu'il revient de les détruire...
PNJ↯ Votre vie est entre mes mains
avatar



Nombre de messages : 1818
Date d'inscription : 08/05/2008




Maître du Jeu

PNJ
Votre vie est entre mes mains

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mar 28 Avr - 20:05

Tout est en place... Chaque personne présente vient d'arriver. Certains ont commencé à discuter avec leurs amis, ou leur famille. D'autres veulent profiter de l'occasion pour prendre des nouvelles de leurs proches, ou leur en donner. Mais tous ont attendu le discours du Ministre. Celui ci vient de commencer. Ce n'est que le début, mais déjà, d'étranges évènements surviennent... Bien que personne ne puisse en être témoin dans la foule vu la configuration des lieux! Comment les choses vont elles tourner?


Ordre de passage:
Chaque personne va pouvoir répondre à sa convenance dans la semaine qui suit. Vous avez jusqu'à mardi soir pour poster! Je n'ai pas d'indications particulières à donner, sinon que les élèves doivent se tenir un minimum à carreau, et que ceux qui ont une mission à effectuer se lancent !


Si vous avez des questions, adressez les à Torben Badenov.


Bon jeu!
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Mar 28 Avr - 21:46

Un discours du Ministre de la Magie, pouvait-il y avoir quelque chose de plus ennuyeux que ça? J'en doutais fortement, en tout cas, j'avais bien envie d'entendre ce que le Ministre pourrait nous dire sur la situation actuelle en Angleterre, s'il l'abordait seulement dans ses mots. J'espérais que ce soit le cas et que le Ministre ne parle de ce qu'il comptait faire aux vues de la situation actuelle en Angleterre. Enfin nous verrions bien où cela nous mènerait que cette guerre qui semblait se profiler de plus en plus. Malgré les mots précédents du Ministre, je doutais que le Ministère ne soit réellement à même de maitriser comme il le fallait la situation. Je doutais que les Aurors au grand complet ne puissent parvenir à leur fin, enfin au moins à la fin que le Ministre avait promis dans un discours précédent. Ou était-ce dans une interview? Je ne savais plus trop, il fallait dire aussi que mes rapports avec le Ministère était très limité, déjà parce que j'avais tendance à ne pas toujours obéir à la loi comme il le faudrait pour être un bon citoyen. Enfin tout le monde avait ses travers un jour où l'autre et moi j'avais les miens depuis vingt années.

Cela faisait donc un bon moment que je n'obeissais plus à la loi que quand j'avais envie de le faire. Enfin je n'abusais pas des excès, simplement disons que j'avais tendance à être un meurtrier, enfin c'est ainsi que l'on me verrait si on finissait par savoir la vérité de mes agissements. Certainement d'ailleurs si j'étais arrêté pour la mort de toutes les personnes que j'avais tué, on ferait de moi un exemple. Expliqué ainsi, on pourrait croire que je me contentais de tuer des personnes au hasard. Non il n'y avait dans ma vie que très peu de place accordé au hasard. Il n'y avait dans ma vie comme hasard que le hasard que je voulais bien accepter. Ou que je n'avais que le choix d'accepter. Par exemple ce soir, le hasard déciderait pour moi qui je rencontrerais et qui viendrait me parler. Mais si les choses devaient évoluer autrement que dans un discours comme j'en avais l'étrange impression, je réfléchirais avant d'agir, ne laissant place au hasard, peu important ce qui arriverait. En vérité, je chassais des créatures de la nuit et uniquement des créatures de la nuit, ni plus, ni moins, j'étais un chasseur de vampires et de lycanthropes. Et je les tuais, mais malheureusement si j'étais arrêté pour ça, on ferait surement l'impasse sur cette équation simple, sacrifier une vie pour en sauver plusieurs.

Car oui, c'était la mort que je distribuais et j'avais appris à ressentir les choses différemment, ce soir ne serait pas une simple soirée pour le Ministre, quelque chose allait arriver. Je ne savais pas ce qui allait arriver, je n'avais aucune idée de ce qui pourrait arriver, et je n'avais aucune envie d'envisager des hypothèses clairement fausses. Le problème avec les gens était qu'ils se voulaient particulièrement aisément manipulables. La preuve en était, il suffisait que lorsqu'il parlait, le Ministre dise que tout irait bien, que la situation serait contrôlée, qu'il ne fallait pas s'inquiéter, que Poudlard était sûr. Pour que dans la tête des gens, Poudlard devienne un coffre-fort sécuritaire pour les élèves, la situation serait contrôlée, les méchants appréhendés et traduits en justice. Conneries. Le Ministre savait surement que ses paroles ne visaient qu'à éviter une panique collective, un mouvement de panique des personnes qu'il administrait. Il n'y aurait sans aucun doute possible, rien de pire pour lui que si la foule ne lui faisait pas confiance. En l'état actuel des choses, cela rendrait la tâche du Ministère plus impossible qu'elle ne l'était déjà d'appréhender d'hypothétique coupable.

Enfin il ne fallait pas s'étonner de ce que pouvait dire le Ministre car après tout il était comme tous ceux qui un jour on touché la politique. Des menteurs, tricheurs et usurpateurs qui profitaient de absolument tout ce qu'il pouvait trouver pour parvenir à leur fin. Evidemment quand la foule croyait que cette personne agissait dans leur sens sans jamais regarder ailleurs, cela était à ce moment précis la perfection absolue et totale pour le politicien. Manipulateurs qu'ils étaient. Enfin son discours se voulait au moins intelligent car il se contentait pour le moment de ne parler que de l'évolution du petit village au sein de la communauté magique britannique. C'était mieux que de fausses promesses à ses administrés. Me contentant de l'écouter, mon regard circulait autour de moi et je voyais des élèves de Poudlard dont certains suivaient mon cours. Mon regard s'attarda sur un jeune homme que je connaissais en dehors du cadre de Poudlard, un jeune homme qui lui aussi chassait les créatures de la nuit. Enfin qui voulait apprendre des choses de moi, pour ensuite retourner chez lui en Moldavie pour une vengeance. La vengeance était une motivation comme une autre et je la connaissais certainement aussi bien que le jeune homme. Ce n'était pas dans mes habitudes, mais avançant tranquillement entre la foule, je finis par poser ma main sur l'épaule du jeune homme pour lui signifier ma présence:


- Bonsoir Torben. J'imagine que tu n'es pas là pour le discours du Ministre. Mauvais pressentiment ou ta présence s'inscrit dans une autre optique?
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Ven 1 Mai - 9:50

    Le discours venait de commencer alors que je n'étais toujours pas arrivé à la hauteur d'Alice. Je ne la voyais plus, mais l'ayant aperçue un peu plus tôt loin devant moi, je savais à peu près où me diriger. En même temps que je me pressais contre les « spectateurs » du discours pour avancer le plus rapidement possible, j'étais littéralement assaillit de questions. Serait il possible de cacher la vérité à ma petite amie, une fille que j'aimais énormément? Je n'en étais pas totalement certain. Je n'étais pas comme ça. J'avais toujours dit la vérité, quoi qu'il m'en coûte. Mais là, je savais que ça irait sans doute plus loin qu'une simple gifle. Ce n'était pas pour un baiser un peu torride à une autre femme que j'allais récolter ma rouste, mais pour l'avoir fait après avoir déclaré à cette même femme qu'elle me passionnait et que je la désirais. Pourrais je omettre ce détail à Alice? Je ne le voulais pas au fond de moi, bien qu'instinctivement je répondrais simplement « oui ». Inutile de se bercer d'illusions, me disait autrefois mon père. Quand on a fait une connerie, on n'a plus qu'à l'assumer jusqu'au bout quand on est un homme! Et c'est ce que je m'apprêtais à fait, même si cela devait me coûter la seule personne qui m'aie jamais réellement aimé.


    Y penser me retourner le coeur, les tripes, et tout le reste. Ce n'était pas facile du tout comme résolution, mais je n'avais pas le choix. J'avais toujours été quelqu'un de têtu, et là, rien n'y personne ne pourrait m'empêcher de parler avec la femme que j'aime. Même pas le Ministre et son discours. Malgré tout, mon oreille parvenait à capter les sons et les paroles émanant dela tribune officielle, et j'étais terriblement étonné de la nouvelle prise de position du Ministre. En même temps, malgré le profil bas adopté par les prétendus mangemorts depuis deux bons mois, suite à leur coup d'éclat du bal de noël, le Ministère ne pouvait décemment plus ignorer la tentative de coup d'état en r_gle dont il faisait l'objet. Continuer dans la voie de la négation ne serait bon pour personne, et les gens en avaient marre de souffrir. Tout en continuant de me faufiler dans la foule, je m'étonnais de ne pas ressentir le même dédain que j'avais auparavant pour le dirigeant anglais; rares étaient les personnages politiques à reconnaître, même implicitement, leurs erreurs. Cela forçait mon respect, même si je me demandais s'il n'était déjà pas trop tard pour que Faulkner ne sauve son gouvernement.


    Mais alors que je continuais d'avancer, envers et contre tout, je fus interpellé par une voix que je connaissais: Le traqueur. En quelque sorte, un mentor, un conseiller, un camarade, mais nullement un ami. Enfin, pas un véritable ami. Je ne le connaissais que depuis deux occasions et à chaque fois elels étaient intervenues après des assassinats de sa main. Mais j'avais décidé de lui accorder une partie de ma confiance et de me liguer avec lui contre le mal. Enfin, disons plutôt, contre la menace que faisait peser les monstres tels leslycanthropes, les goules, les vampires, sur le pays et sur les gens que j'aimais. Je sentais la main de l'homme sur mon épaule, comme s'il voulait m'arrêter pour me parler. Me retournant, je m'apprêtais à lui répondre, alors que lui me demandait la raison de ma venue. En un regard, je lui signifiais ma réponse, mais au cas où, et d'une voix aussi basse que possible, je lui répondais.



    - Pourquoi bonsoir? La journée n'est qu'à peine entamée, et les problèmes aussi. Et comme vous l'aurez deviné, mauvais pressentiment et je suis là pour tout ce qu'implique ce mauvais pressentiment. J'ouvre l'oeil de mon côté, on se retrouve plus tard.


    Sur ce, je faisais un petit signe de tête en guise de salut à mon interlocuteur, tandis que me retournais à nouveau pour progresser. Maugréant devant l'immensité du troupeau d'élèves de Poudlard, je jouais des coudes pour dégager sans ménagement tous ceux qui étaient plus légers que moi, et tous ceux qui étaient plus petits (l'un n'allant pas forcément avec l'autre). Finalement, j'aperçus une longue crinière de cheveux bruns, vision que me fit comme à mon habitude cchavirer le coeur. Même de dos, même ainsi, je savais que c'était elle, et je ne pouvais que m'émerveiller tant elle était belle... Mais ce coeur qui s'emballait devint également douloureux au rappel des choses que je devais infliger à Alice, et à moi même par la même occasion! Couvrant rapidement les quelques derniers maîtres, je posais ma main sur l'épaule d'Alice, tout en faisant un signe de tête à Evey Lowan, son amie, qui lui parlait juste à côté. J'étais conscient du peu de ménagement que j'avais, mais je n'avais pas envie de faire traîner les choses en longueur.


    - Je te l'emprunte quelques minutes Evey.


    Devant l'air interrogateur d'Alice, je ne répondais rien, mais elle aurait surement deviné ce qui pouvait m'amener rien qu'en voyant mon visage, sans compter que je ne trouvais pas encore le courage de la regarder droit dans les yeux. La tirant par la main, je l'amenais un peu plus loin de ses camarades gryffondors qui l'accompagnaient, et même si nous restions en pleine foule, nous étions un peu plus isolés qu'au milieu du tout Poudlard qui restait pauvrement agglutiné près de la tribune des officiels. Gêné, je sentais une grosse boule m'entraver la gorge tandis que je me grattais l'arrière du cuir chevelu. Il n'était pas facile du tout de dire ce que j'avais à dire. Mais dans un élan d'amour, tout comme de culpabilité, j'embrassais Alice, peut être un peu trop fort, bien conscient que c'était peut être la dernière fois que j'en aurais l'occasion. Inspirant à grandcoup, je reportais finalement mon regard droit dans le sien. Et ce que j'y vis aller me damner à tout jamais. Un regard... Ces yeux... Si beaux, si profonds. Je n'avais plus rien envie de lui dire, simplement de me noyer dans son regard, de me coller contre elle, de sentir le doux parfum de ses cheveux, de sentir la chaleur de son corps collé contre le mien. J'étais fou amoureux, mais je n'en étais pas digne.


    - Désolé de t'avoir ainsi piquée à tes amis, ma chérie. Je t'aime mais je ne suis passûr d'avoir beaucoup de temps devant moi pour ça. Je t'aime Alice Mc Pherson, et tu le sais. J'ai tenté de te le prouver à maintes reprises, et rien ne pourras sans doute jamais plus te convaincre que mes paroles, car je n'ai rien d'autre à te donner que la promesse de mon coeur, qui t'appartient. Mais tu me connais, et tu sais qui je suis au fond de moi. Je ne vais pas y aller par quatre chemins, car sinon, j'aurais pas le courage d'aller jusqu'au bout. Je t'aime tellement, si tu savais... prenant une petite pause, mes yeux vagabondèrent vers le ciel, sans doute pour cacherle rouge qui me montait aussi bien aux joues qu'aux yeux. J'étais conscient de ce que je perdais en restant honnête - Je t'ai promis aussi de tout te dire. Voilà. Il y a environ une semaine, je suis allé chez Krystel Raybrandt. Elle avait oublié un bijoux au bar, et je suis allé lui ramener. Mais elle m'a allumé, et même si je n'aies pas cédé, j'ai fait des choses que je regrette et qu'il faut que tu saches. Elle même n'avait jamais vu d'homme repousser ses avances, mais je l'ai fait. Je l'ai fait pour deux raisons, bien particulières. La première raison, c'est que j'aime déjà quelqu'un, toi, et que je préfererais faire l'amour avec toi qu'avec n'importe quelle autre femme. Ensuite, parce que j'ai trop de fierté pour lâcher devant une femme que je désire... Depuis que je l'ai rencontrée, krystel m'a fasciné à sa manière, et sans toi, j'aurais déjà couché avec elle. Et je le lui aies avoué. Je lui ai avoué que je la désirais, et nous nous sommes embrassés. Ensuite... Disons que j'ai fini par partir. Je n'ai pas couché avec elle, mais sur le moment, j'en ai eu envie, plus que de raison. La seule chose qui m'a fait tenir était ton visage dans ma tête. Je suis conscient de mon erreur, et du fait que j'air parjuré. Voilà, tu sais tout, Alice. Maintenant, j'assumerais mes paroles et mes actes jusqu'au bout... Je t'aime, et ça ne changera pas. Tout comme j'ai peur de ne jamais réussir à changer...

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
avatar







Invité

Invité

MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Ven 1 Mai - 21:53

    Diarabi ne répondit à mon sourire que par un léger signe de tête.
    Ramenant mon visage droit devant moi, je restais immobile, ma baguette tourjours cachée dans ma manche.
    Tout semblait aller pour le mieux... Mon "collègue", bien que certainement troublé par mon indifférence, restait aux aguets, sa baguette en main.
    QUand je sentis son regard sur moi, je feignais d'observer mes ongles longs, et peint d'un vernis sombre. Je sentais la foule s'agrandire au dehors. Quelque part au dela de la loge ministerielle, je savais pertinement que Julien et AMycus devaient attendre mon signal.

    Si Dieu existait, j'aimerais ien qu'il fasse en sorte que ces deux la attendraient la fin de la mission pour s'entretuer.
    Je songeais aussi à Lucius. Lui, je devrais lui parler plus tards!
    Mais en tout cas, quand tout serait fini, je n'en serais que des plus heureuses.
    Nous aurions enfin montré au monde que nous étions les plus puissants.
    Si Faulkner savait avant de mourir que ses plus puissants "alliés" étaient en réalités ses plus grands ennemis, j'aimerais sincèrement voir son visage avant que la mort ne vienne l'emporter pour un dernier voyage.

    J'entendis alors le silence se faire dans le brouhaha incessant, laissant la voix du vieil homme commencer à parler. e lot d'insanité me donnait vraiment envie de dormir. La paix, la justice... Mais que croyait-il ce vieux fou?!? Que le monde tournait rond? SI il svait!
    Me détachant des ces paroles insipides, j'observais furtivement Diarabi.
    Au regard qu'il essayait de lancer vers le peu de foule que nous parvenions à voir, je compris que sa famille devait être par la. Ou au moins une de ses filles. J'avais cru comprendre qu'il en avait une qui était toujours à Poudlard la dernière fois que je m'étais baladée dans le ministère. Sa mort n'en serait donc que plus amusante encore...

    Dans un mouvement silencieux, je sentis ma baguette toucher mes doigts, et ma main se referma lentement sur l'objet de mort qui m'avait tant servie pour de nobles causes.
    Oui, je suis désolée, mais tuer des moldus impies qui tente de voler notre magie est pour moi une noble cause.
    L'excitation me gagnait. Si ca n'avait tenu qu'a moi, je ne l'aurais pas tué en douceur. J'y serais allé à ma façon, mêlant torture physique et mentale.
    Entendre ses supplictions, voir son sang d'Auror passer sur le sol, tandis qu'il perdait lentement sa vie.
    Les supplictions, mon moment préféré. Je crois que quand je tue pour moi même, c'est ce que j'attends le plus. Les "pitiés, arrêtez". Je ne les compte plus tant je les ai etendus. Et chacun à reçu la même réponse. Un avada Kedavra. Quand ils ne se jetaient pas du haut d'une tour, ou qu'ils ne se noyaient pas après avoir égorgé leur femme et enfants selon mes humeurs.

    En un éclair, j'avais immobilisé John d'un sortilège informulé, et avait empêché qu'il ait un quelconque moyen de faire savoir ce qu'il se passait.
    Passant derrière lui en lui arrachant sa baguette des mains, je lui murmurais à l'oreille d'une voix douce.


    -Je suis navrée pour ce qu'il va se passer... Après tout, quelle histoire horrible. Qui aurait pu croire que nous allions nous faire attaquer par des mages noirs, quand tout semblait si calme?

    Je sentis l'échine de l'auror se tendre en comprenant qui j'étais. Quel camp j'avais choisi. Ce que j'allais faire.

    -Vous avez perdu Diarabi. Et maintenant, c'est trop tard pour vous en rendre compte. Esperons que votre fille aura plus de chance que vous...

    Lui faire peur. Qu'allait-il se passer pour sa fille hein? Pour ma part je m'en foutais complètement. Je n'allais pas chercher Diarabi junior pour la torturer, j'avais d'autres moldus à fouetter! Mais simplement pour sentir la peur s'insinuer dans les veines de ma victime, et rire de son effroi.

    -Avada Kedavra

    Sans un regard, je me détachai du regard de Diarabi au moment ou je lancais le sort, persuadée qu'il atteindrait son but et causerais la mort de l'homme. Laissant sa baguette à quelques pas de lui, je lancais alors derrière moi une miriade d'étincelle vertes, signal qui allait rappeler mes collègues véritables.
    Un sourire fier illumina mes lèvres rouges.

    Le destin s'était mis en marche.
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Sam 2 Mai - 9:12

    Vraiment, il n’y avait que Julien pour nous mettre en retard à un tel évènement. Bon d’accord, j’y étais pour quelque chose aussi un peu, mais ça, faut pas le dire. Et puis, c’est lui qui est venu tout déclencher, alors que je sortais tout juste de la douche. Comme à son habitude, le jeune homme avait 20 minutes d’avance et en avait donc profité pour venir à ma rencontre et passer du bon temps. Résultat, je n’avais pas pu finir de me préparer comme je l’avais voulu, et avais du laisser mes cheveux détachés. Je savais très bien qu’ils étaient très beaux comme ça, comme me l’avait fait remarquer mon fiancé quand je lui avais dis que je n’avais pas eu le temps, mais il aurait été encore plus sublime si j’avais pu en faire ce que je voulais. Enfin bref, je n’y pouvais plus rien, et je me voyais mal me retirer quelques instants pour aller me coiffer. Jessi ne serait pas du genre à accepter, même s’il ne pourrait que constater combien j’étais toute en beauté aujourd’hui…


    Aujourd’hui n’était pas un jour comme les autres. Pré-Au-Lard fêtait ses 1.000 ans d’existence et tout le peuple sorcier anglais était en effervescence. Au-delà de ça, le chef des mangemorts avait décidé qu’un autre de nos combats se déroulerait pendant cet anniversaire. Personne ne pouvait se douter de ce que nous nous apprêtions à accomplir, et cela reposait énormément sur deux hommes assez importants dans ma vie. Le premier était bien entendu mon beau français. Quand au deuxième… Ai-je besoin de vous dire son nom ? Soit, si vous y tenez. Amycus Carrow bien entendu. Notre dernière rencontre s’était pourtant terminée d’une manière dont je ne me serais jamais attendu. Je portais d’ailleurs le bracelet qu’il avait voulu m’offrir, que j’avais refusé, et retrouvé dans une poubelle un peu plus loin. Je n’avais pu le laisser être jeté, d’un part tant il était beau, et d’autre part parce qu’il avait été imaginé par mon ancien amant. Tous les deux c’était fini comme je lui avais fais clairement comprendre. Seulement, je ne pouvais pas faire disparaitre ce que je ressentais pour lui en si peu de temps…

    Arrivée au petit village, après un dernier baiser, Julien dû partir accomplir sa mission, me laissant moi-même prendre position. Flânant quelques minutes dans l’immense foule de sorcier, je tombais avec grand étonnement sur une discussion dès plus privé, entre Torben et Alice. Le jeune homme avouait une nouvelle fois tout à sa petite amie, lui disant qu’il me désirait et que nous nous étions embrassés. Je ne pus m’empêcher de me dire que c’était vraiment un grand imbécile. Pourquoi fallait-il toujours qu’il mette en péril sa relation avec la jeune gryffondor ? D’accord, je n’étais pas du genre à aider les autres quand ils avaient des problèmes de couple ou non. Mais le soucie était qu’il fallait à tout prix que le serveur reste avec la donzelle pour que cette dernière ne tombe pas dans les bras d’un certain Franck. Pourquoi ? Je n’en savais pas plus, et m’en fichais d’ailleurs. Ce que je savais, c’est que je devais tout faire pour les laisser ensemble. Je fis quelques pas vers eux, avant de ôter ma longue cape noir, qui dissimulait la tenue que j’avais mise. Très moulante bien entendu, de couleur rouge foncé, ma robe était ouverte dans le dos, laissant voir ma chute de rein. Egalement sans bretelle, elle laissait apercevoir mon magnifique décolleté. Elle était également assez courte, s’arrêtant à quelques centimètres en dessous de mes fesses. Me faufilant entre les deux tourtereaux face à Alice, je vins lui dire :



    Grand dieux que Torben est tête en l’air… Il a oublié de préciser plein de détails. Que je suis sotte à mon tour, je me présente, je suis Krystel, Krystel Raybrandt, la fameuse jeune femme qu’il a embrassée… Je ne veux pas me mêler de vos affaires, seulement je pense qu’il est assez important de préciser quelques trucs. Tout d’abord, comme vous pouvez le voir, je ne suis pas du genre femme à qui on se refuse, et pourtant Torben le fait fort bien. Ensuite, il a oublié de préciser que pour ma part un baiser ne signifie rien et que j’ai la mauvaise tendance à embrasser mes amis. Enfin, le plus important, c’est que si vous regardez ma main gauche, vous y verra une bague de fiançailles, qui me lie à un autre homme. Non pas que Torben ne soit pas à ma hauteur, mais il ne fait pas le poids face à mon doux Français. La dernière fois que nous nous sommes vu, quand il m’a rendu mon bijou, c’était une sorte d’enterrement de vie de jeune fille pour ma part. Un dernier amusement avant le grand saut comme on dit. Ne lui en voulez donc pas pour ça. Je sais qu’il n’est pas un homme exemplaire, mais bien des filles aimeraient l’avoir à leur côté, cela ne fait aucun doute… Sur ses belles paroles, je dois vous laisser, on m’attend autre part. Profitez bien de la fête, et oubliez un peu vos problèmes. La vie est trop courte pour que l’on se prenne la tête…


    Je lui avais montré ma main gauche sur laquelle on pouvait à présent voir la bague de fiançailles que m’avait offerts Julien. J’avais enfin décidé de la mettre à mon doigt après ma dernière rencontre avec Amycus. C’était le mieux à faire pour nous deux, même si je n’étais pas encore prête à accepter la proposition de mariage du jeune homme. Faisant un pas vers Torben, je vins déposer un léger baiser sur sa joue, avant de passer à côté de lui, sans attendre de réponse de sa petite amie. Au passage je vins lui chuchoter des mots que seul lui pu entendre, avant de me faufiler de nouveau dans la foule de monde.


    -Tu me remercieras plus tard si elle reste avec toi. Arrête de tout gâcher et tais-toi un peu donc. Si tu veux la perdre, c’est le meilleur moyen… A la prochaine mon beau Torben….



    Bon, à présent, il fallait que je me mette en position. Enfin, pas tout de suite, j’avais encore quelque chose à faire avant. Remettant ma cape sur mes épaules, je cherchais de mon regard azur une personne bien particulière. Heureusement que j’avais mis de haut talon, sinon je n’aurais pas pu la voir dans toute cette masse de sorcier. Il me fallut dix bonnes minutes pour enfin la trouver, et dix autres pour la rejoindre. Elle se trouvait assise entre deux personnes qui lui parlaient. Je reconnaissais l’une d’elle comme étant le nouveau joujou de ma chère mère. Quand au deuxième, son visage me disait quelque chose, sans que j’arrive à en savoir plus. Peu m’importait d’ailleurs. Me faufilant derrière elle, je vins poser une main sur son épaule pour lui signaler ma présence et lui signifier par la même occasion qu’il fallait que je lui parle. Je n’avais accordé aucun regard à ses compagnons, et puis quoi encore ?



    -Evanna, suis moi s’il te plait, c’est urgent




http://krystel-la-tyran.labrute.com/
avatar



Nombre de messages : 7329
Age : J'ai eu, en Février, 18ans. Sinon je suis enceinte de 7mois à la date du 01 octobre
Groupe : du bien ! Parce qu'on a la classe *sbaff*
Caractère : Patiente - Courageuse - Téméraire - Tigresse - (Lunatique en ce moment, et à fleur de peau)
Crédits : : Ava(c)Kanala || ico(c)Fogliaverde
Date d'inscription : 08/02/2008




Lily Evans Potter

Fondatrice
Tyran et presque enceinte


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: + 24
MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   Sam 2 Mai - 13:49

Un rayon de soleil, si rare en cette saison, vint me réveiller doucement. Il était rare que je fasse la grasse matinée le week-end, même si ses derniers temps, j’avais tendance à avoir beaucoup de mal à me lever. Il me fallait un peu de temps pour reprendre le rythme intensif des cours de Poudlard. Surtout que bon, ayant prise du retard, je passais des heures supplémentaires en compagnie de mes professeurs, après les cours. Autant vous dire que j’étais assez fatiguée, mais heureuse d’avoir retrouvé les murs du château et tout ce qui allait avec bien entendu. Je vous parle bien entendu de James. Cela est tellement agréable de pouvoir enfin le voir, de le savoir pas loin, et d’être avec lui. Oh, bien sur, on ne peut pas se voir autant qu’on le souhaiterait. J’ai tellement de travail sur les bras que je n’ai pas beaucoup de temps pour nous. Malgré tout, j’essayais un maximum de lui accordé du temps, en le conciliant avec Severus, Marlène, Jessi et mes autres amis. Ce n’était pas facile, mais qu’importe. J’étais de nouveau à l’école, et c’était le plus important non ?

Réfrénant mon envie de me rendormir, je me levais de mon lit, pris mes affaires moldus, et partie en direction des douches de Poudlard. Une vingtaine de minute plus tard, je regagnais mon dortoir, pour réveiller Marlène à coup de polochon. Bah quoi ? Sinon elle ne se lève pas, et vu qu’il était huit heures et qu’elle voulait réviser avant de partir à Pré-Au-Lard, j’employais les grands moyens. Bon bien sur, cela dégénéra en bataille, et elle ne se mit à son travail qu’une demi-heure plus tard. Heureusement qu’Alice avait déjà quitté sa couchette, sinon elle aurait eu elle aussi une tonne de plume dans ses cheveux. Je du renoncer d’ailleurs à toutes les ôter, sinon je n’aurais pas encore fini. Tant pis, elles s’envoleront bien avec le vent. Et puis, c’était surtout ma sœur de cœur qui en avait extrêmement et qui ressemblait à une poule toute noire, mais avec un peu de chance, cela plairait à Remus. Je lui fis la remarque et j’eu de nouveau le droit à un coup de polochon sur la tête. Ralala, quelle est susceptible quand même, surtout quand on aborde le sujet de son grand amour secret, a qui elle ne veut rien dire de son affection alors que tous ont pu voir que lui aussi était amoureux d’elle.

Enfin bref, je ne pouvais pas m’attarder encore plus de temps ici. D’une part, la jeune femme ne ferait pas ses devoirs si je restais, et d’autre part, on m’attendait ailleurs. Ce matin, j’avais rendez-vous, non pas avec mon poursuiveur qui avait un entrainement de quidditch jusqu'à dix heure, mais avec son alter ego nous allons dire Severus Rogue. Bien entendu, je ne lui avais pas dis. Non pas que je vais lui cacher non, mais le connaissant, il aurait été capable d’annuler son sport, juste pour que je ne vois pas le serpentard. Depuis le bal, et le baiser que j’avais échangé avec mon ami, il n’aimait pas me savoir avec lui. Soit disant, le vert et argent ressentirait plus que de l’amitié pour moi, ce qui est absurde. Nous sommes amis depuis toujours, c’est normal que nous soyons proches. Cela ne voulait pas dire que tout de suite, il avait des sentiments amoureux pour moi si ?

Nous passâmes une heure à manger des bonbons et à discuter dans la salle de banquet, le temps étant trop froid pour que nous puissions aller dehors. Il me quitta pour aller s’installer à la table de sa maison qu’une fois que Sirius pointa le bout de son nez, au bras d’une belle blonde, annonçant l’arrivée imminente de James d’ici quelques minutes. Cela ne rata pas bien entendu. A peine Severus avait-il posé ses fesses à côté de Regulus Black que mon maraudeur passa les portes de la grande salle de banquet pour mon plus grand plaisir. Bon d’accord, je devais bien avouer que le fait qu’il y ai trois jeunes femmes autour de lui, le draguant ouvertement me déplut énormément. Cependant je ne pouvais rien y faire et lui non plus apparemment. J’ai l’habitude qu’il soit entouré d’étudiantes, surtout que depuis que son « frère » était célibataire, ce dernier ramenait toujours une horde de glousseuses. Ce dont je ne m’attendais pas, c’est que ces dernières continuent à ne pas le lâcher alors qu’il venait de me rejoindre et de m’embrasser devant elles.

Je ne pus pas une seule minute lui parler sans être interrompu, si bien que lasse et énervée, je finis par le laisser avec elles, pour terminer mon déjeuné en compagnie de Jessi et de Severus. Je savais que cela ne plairait surement pas à mon poursuiveur, contrairement aux deux serpentards, mais bon. Je n’allais pas passer le reste de mon déjeuné à écouter des donzelles draguer mon petit ami sous mes yeux, sans que ni lui ni moi ne puisse y faire quelque chose. Heureusement que j’avais rendez-vous avec lui après, pour fêter l’anniversaire du village de Pré-Au-Lard, sinon j’aurais délogé les squatteuses dès que je l’ai aurait aperçu. Dumbledore avait autorisé spécialement une sortie pour l’occasion, surtout que le ministre allait nous faire un discours. Je me demandais vraiment ce que ce dernier nous dirait, surtout après tout ce qui s’était passé ses derniers temps… Je quittais mes amis une fois que j'eu fini, pour me rendre dans mon dortoir, histoire de me refaire une beauté, surtout qu’aux dires ou plutôt aux rires de Severus, il me restait encore des plumes dans les cheveux.

Je fus contente de retrouver enfin, sans personne autour, James qui m’attendait en bas des marches qui menaient aux chambres des étudiantes de gryffondors. Même Sirius n’était pas là, ce qui était un miracle. Après tout, voir les deux maraudeurs séparés n’est pas chose courante à Poudlard. A ce que je compris d’ailleurs, ce dernier avait des choses à faire avec sa nouvelle bombe de petite copine de la semaine, et vous savez quoi ? Je ne veux pas en savoir plus que ça… Escortés par des professeurs et des aurors jusqu’au petit village, j’eu l’impression que nous étions tous plus ou moins quelqu’un d’important. Dumbledore n’avait pas lésiné sur notre protection, cela ne faisait aucun doute. C’est d’ailleurs avec étonnement qu’il finit par nous laisser aller comme bon on voulait, en nous demandant de faire attention. Il y avait vraiment beaucoup de monde à Pré-Au-Lard, et si j’aurais perdu mon petit ami si je ne lui aurait pas tenu aussi fermement le bras. Dès que nous fumes seuls, enfin seuls entouré d’autres sorciers, je vins passer mes bras autour de son cou et l’embrasser quelques secondes avant que nous soyons bousculer. Raaa, les gens ne pouvaient vraiment pas faire attention. Après avoir pesté un instant, je me retournais vers lui pour lui dire :



-Je suis contente que tu es accepté de venir avec moi ici… Au fait, comment as-tu fais pour te débarrasser des pots de colles de tout à l’heure ? Ne m’en veut pas d’être partie, mais j’en avais assez de les entendre dire combien tu étais formidable et un très bon joueur de Quidditch, et que tu irais parfaitement avec elles… Enfin bref, on s’approche un peu plus pour pouvoir entendre ce que le ministre va déclarer, ou tu préfères que l’on a faire un petit tour ?

_________________
Much as you blame yourself, you can't be blamed for the way you feel Had no example of a love, that was even remotely real. How can you understand something that you never had. Ooh baby if you let me, I can help you out with all of that. Let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. Let me love you And all your trouble Don't be afraid, let me help. let me love you And I will love you Until you learn to love yourself. let me love you A heart of numbness, gets brought to life I'll take you there
http://strange-scotland.forums-actifs.com/







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mission Intrigue!   



Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum