Page Facebook  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: .;. Quand un lion se frotte à un magnifique Serpent .:. [PV]   Mar 11 Mar - 13:58


    Piou. Il n’y a pas à dire, mais en fait, ce château ne me plaisait pas du tout. Il était vieux, sale, pas entretenue, bref, horrible. Et dire qu’il m’avait comme élève. C’était un grand honneur tout de même, je n’étais pas n’importe qui moi !! Je ne suis pas de ces pecnos de sangs de bourbes, dénuée du moindre talent, qui, parce qu’il avait fait un pas dans le monde magique, se pensait les rois du monde. Pathétique, je sentais que je devrais en remettre plus d’un à sa place, et leur prouver ce qu’était vraiment une sorcière. Mais pour l’heure, il fallait que je ne montre pas la véritable nature de mon caractère. Depuis mon arrivée à l’école, je fus un peu choyée par les autres élèves. Ils se plièrent en quatre pour me satisfaire, et heureusement pour eux. En même temps, ils étaient contents qu’une telle beauté comme moi, leur adresse la parole. Je me réjouissais intérieurement d’avoir du sang de vélane dans mes veines.

    Mon premier pas dans Hogwarts fût quelque peu étrange. Une dame assez austère, mcgonigoll un truc du genre, était venue me chercher à ma sortie du train, pour m’amener dans son bureau. Cette cruche laide ne m’avait même pas dis pourquoi. Je vous jure, l’accueil laissait grandement à désirer. Dans ce dernier, j’y avais rencontré le directeur, Albous Dombledoree, qui m’avait fait passé un test bizarre et très futile. Ce dernier devait nous permettre de savoir dans quelle maison j’allais vivre ma dernière année d’enseignement magique. Il m’avait mit un chapeau tout miteux, plein de poussière sur mes magnifique cheveux brun, et ce dernier s’était écrié Slytherin. Slytherin ? Hein, c’est quoi ça ?

    Comme s’il avait lu dans mes pensées, le vieil homme prit la parole pour m’expliquer, à moi, la belle et sublime française que son école avait été créé par 4 personnes : Salazar Slytherin, Gadric Gryffindor, Rowane Hufflepuff et Helga Ravenclaw. Enfin, je n’étais pas sûre d’avoir bien comprit leurs noms, mais je m’en fichais complément de toute façon, de savoir comment cela s’écrivais, ou se prononcer. Après tout, cela n’était pas de ma faute si ses anglais de pacotille ne savaient pas bien articuler ! Alors que je venais de le rencontrer, le directeur me tapait déjà sur le système, même si sur mon visage angélique, on ne pouvait lire que de la joie et de l’émerveillement. Pourquoi je ne l’aimais déjà pas ?

    Tout d’abord, il devinait un peu mes questions vis-à-vis de cet endroit. Maintenant, il me parlait dans ma langue natale, devinant que je ne pouvais pas traduire toute seule tout ces noms. Son français était vraiment parfait, et je ne pus m’empêcher de l’admirer un peu par ce fait. Dumbledore était la vraie prononciation de ce nom. J’appris lors de notre entrevu que les différentes maisons étaient là pour nous héberger, et était déterminé selon nos traits de caractère les plus flagrant, avec l’aide du choixpeau. J’avais été envoyé chez les serpentards, les rusés et roublards. Bien entendu, en ayant l’équivalent en ma langue, je déduis tout de suite que je serais dans celle aux couleurs vert et argents, avec l’emblème du serpent. Il me parla aussi des 3 autres : Gryffondor, les rouges et or, des lions connues pour leur courage, les Serdaigles, des aigles érudits bleu et argent, en enfin les Poufsouffles, blaireau jaune et noir étaient quand à eux, les ‘autres’.

    Contrairement à ce que j’aurais pu penser au départ, cela intéressa la belle jeune fille que j’étais. Non pas que leur histoire était passionnante, non. La seule passion que j’avais été moi bien entendue, comme de nombreuses personnes. Seulement, en savant tout ses détails, cela me permettait d’analyser au mieux la situation. Grâce à mon immense intelligente, j’eu déduis tout de suite que d’avoir séparé les élèves en 4 groupes avait créé des rivalités. Cela était bon à savoir, car je pourrais jouer sur ce fait, pour pouvoir manipuler au mieux mes futurs serviteurs.

    Le voyage en train avait été assez long, et éprouvant. Après un dernier ‘bienvenue miss Raybrandt’, le dirigeant m’avait de nouveau confié à sa vielle moche, qui était la directrice adjointe du château mais aussi chef des lions. Il valait mieux que je m’entende avec elle, c’est pourquoi je fis ma gentille fifille, polie, agréable, intelligente. J’eu la net impression de l’avoir concise par mes qualités, et tout ce que je dégageais de bon. La pauvre naïve pensais-je intérieurement, alors que je lui faisais un de mes plus beau sourire. En plus d’avoir une tête horrible, qui repoussée les gens, elle s’était fait prendre à mon jeu comme une vulgaire enfant de onze ans. En même temps, comment aurait-elle pu deviner que j’étais un véritable démon. Mon ancienne directrice m’avait vivement recommandé, et décrite comme l’élève modèle et idéal.

    Le reste de mon insertion se fit très rapidement. Mon charme opéra tout de suite, et tous les membres de ma maison étaient déjà à mes pieds, me posant des questions sur mon pays, essayant de connaître mes goûts, faisant tout pour que je me sente bien avec eux. Puff, que de pitoyables personnes. Impossible d’être tranquille dans ce fichu château. Mais je ne me plains pas de toute cette attention, oh non. Je suis le centre du monde, il est donc normal que l’on ne s’intéresse qu’à moi. Après le banquet de début d’année, je fus conduite dans la salle commune, un lieux ou les verts et argents se rassemblaient. Pendant encore prêt d’une heure, ils ne me lâchèrent pas d’un cil. Feintant une grande fatigue au alentour de minuit, je pus enfin réfléchir au calme, en allant dans mon dortoir. Mes valises m’y attendaient déjà. Avant de m’endormir dans le lit miteux, avec des rideaux en baldaquins d’un goût douteux, j’eu le loisir de pouvoir me contempler pendant 2h entière, dans le miroir, à essayer toutes mes meilleurs tenues.

    Mon réveil fût un peu difficile. M’étant couchée tard, je fut un peu fatiguée, mais ne traîna pas pour autant dans mon lit. Il était 5H30 à ma montre, et mon cours commençait dans deux heures trente. Pour être parfaitement parfaite [comme je le suis naturellement], il me fallait du temps pour me préparer. Enfilant sous mon uniforme de grande classe, fait par un des plus grand artisan français, une robe en satin bleu très légère qui m’allait comme un gant, j’admirais mon reflet. Habillée ainsi, j’avais mis mes formes en valeur, et avec mon visage angélique, maquillé comme il le fallait, j’étais vraiment magnifique. Toute ma beauté ressortait, mes traits fins et doux donnaient l’impression qu’une jeune femme tendre et sympathique se trouvait derrière cette apparence. Mes cheveux bruns coiffaient, retombés avec grâce sur mon épaule. Mon rire envahit la pièce dans laquelle j’étais la seul à vivre, montrant l’étendu de ma cruauté. Qu’il était drôle de me dire que j’avais pouvoir manipuler de nombreuses personnes aujourd’hui, et sans qu’elles ne s’en doutent une seule seconde en plus.

    Le temps que je pris pour penser à moi, à observer mon corps parfait, passa bien vite malheureusement. Il ne me restait que trois quart d’heure pour me rendre en cours, et donc, je dus me tirer de ma contemplation, par me rendre dans la grande salle, ou l’on prenait son petit déjeuné. Il me fallut 5 minutes avec ma démarche gracieuse pour m’y rendre, faisant ainsi honneur à toute les sorciers et sorcières présents dans ce lieux, par ma présence. Ma sublime chevelure virvelotait, comme si une légère brise soufflait dessus, apuyant ma fière allure de jeune femme canon, tandis que mon regard azur balayait la pièce. Tous les regards se posèrent bien entendu vers moi. Les filles me jalousaient, je le savais. Mais comment les blâmer ? Elles ne faisaient que rêvaient d’avoir ma grâce naturelle, ma beauté, et mon caractère qu’elles pensaient si agréable. Quand à la gente masculine, ils bavèrent littéralement devant mon air de magnifique jeune femme, qui avait l’air un peu perdu, et si naïve.

    Je fut écoeurée de voir ce que les anglais mangeais le matin. C’était gras, très calorique, tout berk quoi. Aucune classe ceux là. En plus, l’un d’eux avait eu le culot de me proposer du lard avec des oeufs. Il voulait ma mort lui ? Suspect Lui disant non très poliment, toute en lui souriant, comme si j’étais contente qu’il me l’ai proposé, je pensais au fond qu’il n’était qu’un sale cafard à écraser. Non mieux, il était un cloporte, à torturer. Peu m’importait que ce laiderons soit de ma maison ou pas. Je m’en contre fichais complètement. Seule moi compte, et le reste n’est que futilité. Après avoir bu un jus d’orange, je sortis mon emploie du temps, pour savoir ou je devais me rendre, et dans quel cours. Hein Affraid Affraid Affraid Affraid nan mais c’était quoi ce truc ? Une blague c’est ça ? Je devais aller dans un cour de défense contre les forces du mal ! On se fous de moi là Suspect Suspect Suspect

    Malheureusement, je dus me rendre à l’évidence qu’une telle matière puisse être enseignée. Même si je ne le montrais pas, je bouillonnais de rare et de colère intérieurement. Mais qui avait eut l’idée stupide de leur donner cela en cour obligatoire en plus !? J’avais pu échapper à l’astronomie et la divination, trop futile et inutile. Quand le directeur m’avait demandé dans quelle branche je voulais m’orienter, j’avais répondu celle des aurors. Non pas que servir le bien était ma vocation [vu ma vocation ultime est moi bien sûre]. Mais j’avais entendu parler d’un mage noir montant, et je me disais que je pourrais facilement entrer à son service en temps qu’espionne, vu que l’art de la manipulation n’avait aucun secret pour moi. Bref, avec ma réponse, il m’avait établi un emplois du temps, en fonction de cette dernière.

    C’est sans aucun plaisir que je quittais ma table pour me rendre dans une des tours de Poudlard. Sur le chemin, j’étais tombée sur un tableau d’un chevalier, qui me voulait pas me lâcher la grappe. Des ‘gente belle demoiselle, je suis votre preux chevalier ’ par ci, des ‘ordonnez moi et je vous obéirais’. Ne savant pas où j’allais, je lui fis la demande de m’indiquer le chemin de ma salle de cours, avec mon air si angélique. Je ne me douta pas une seule seconde qu’il ne le ferais pas, me conduisant dans une impasse. Une nouvelle fois, ma colère monta en moi, que je laissa exploser contre ce minable homme qui lui avait fait perdre son temps. Ce dernier prit peur devant mon visage de vélane en colère, totalement transformée, me bafouilla qu’il espérait me garder à tout jamais juste pour lui, avant de s’enfuir en pleurant. Sans aucun guide, je fus incapable de retrouver mon chemin. Alors que je commençais à désespérer, maudissant ce tableau qui m’avait mené à rien, je vis un élève au loin. Au pif, je me m'y à le suivre, et miracle, ce dernier me conduisit tout droit dans ma salle de cours.


    Comme je pus m'en doutais, le cour fût d'un barbant. Il venait à peine de commencer, que j’en avais marre. Cependant, grâce à mon ingéniosité, je pus y échapper, sans que l’on puisse se douter de quelque chose. Que j’étais intelligent, il n’y avait pas à dire, j’avais tout pour moi. J’étais brillante, belle, séduisante, et surtout, je savais très bien cacher ma véritable nature de démon, derrière mon apparence angélique. Bon, ce n’est pas malheureusement pas le moment de penser à toutes mes qualités. En effet, dans mon plan, il m’avait fallu d’un objet humain, et cela été tombé sur Torben Badenov, un jeune homme qui faisait un bon morceau de viande. Je lui avais envoyé un sortilège de crampe d’estomac, pour sortir du cours. Arrivée dans un couloir quelconque, je lâchais enfin mon camarade, lui demandant sur un ton un peu neutre, rejetant mes cheveux en, arrière :


    - Han, désolée, Cela va aller, tu te sens mieux?
http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: .;. Quand un lion se frotte à un magnifique Serpent .:. [PV]   Mer 12 Mar - 22:07

Torben était assis tranquille en cours en train de sortir ses affaires lorsque soudain, il eut un mal de bide abominable, avant même que le professeur ne puisse commencer son cours. Un instant, Torben crut qu'il serait capable de tenir le reste du cours comme ça, son bras gauche pressant forcément contre son ventre. Il avait l'impression d'avoir bu trop de Kvas, bien que la dernière fois qu'il en avait ingurgité remontait au moins à trois soirs, autant dire une éternité! Donc d'où celà pouvait il bien provenir? Ce n'était pas possible que ce soit déjà la fin, il avait dîné la veille et en général il pouvait sauter un repas sans soucis... Il n'y avait pas d'explication, à moi qu'il soit victime d'une crise d'apendicite, ou alors... Peut être un sorciers qui lui avait jeté un maléfice! Si c'était le cas, Torben se promit de le faire payer à la personne qui lui aurait fait ça, on n'envoyait pas des maléfices à Torben Badenov impunément!


Mais alors qu'il avait à peine eut le temps d'ouvrir la bouche pour demander la permission de sortir, tellement les contractions au niveau de son estomac étaient douloureuses, sa voisine, qui avait à peine décliné son identité, dit au professeur qu'elle allait sortir avec Torben. Etonné, Torben sortit de la salle presque penché en deux, de sorte à toujours presser contre le point douloureux. Etrange comportement de la part de la jeune femme. Le jeune moldave n'eut d'ailleurs pas le temps, de souffler qu'il fut emmené, presque tiré par la serpentard, au hasard des couloirs. Essouflé, des gouttes de sueur perlant sur on front sous l'effort, il s'affala bientôt contre un mur, a bout de souffle et nauséeux. La jeune femme prit alors la parole, lui demandant s'il allait bien. Bien entendu, vu l'état du jeune moldave, c'était THE truc à ne pas dire!



- Oui oui ça va, et si on dansait ça serait amusant ça aussi non?!
lacha t'il, sarcastique.


Mais alors que torben se lmettait à se calmer, la douleur se fit moins pesante, comem si l'étau qui enserrait ses organes et ses boyaux se desserait progressivement. Il n'y avait qu'une explication à celà: la mgie. Une de ses hyptohèses était donc bonne. Il avait été la victime d'un fort mauvais blagueur à l'humour mal placé. En tous cas, la prise finit par se desserer presque totalement alors que Torben respirait plus calmement. Reposant sa tête en arrière, contre le mur, il souffla deux minutes. Finalement, toute douleur disparut et il put se remmettre debout, enlevant un bouton de plus à son col pour respirer plus facilement.


Reportant son attention sur elle, Torben se remit debout. La jeune femme était un peu plus petite que lui. Cheveux bruns qui lui déscendaient jusque dans le bas du dos, c'était plutôt séduisant. Elle avait un visage aux traits finement déssinés, de petits yeux où on avait envie d'y plonger et de fines lèvres qui donnaient envie d'y goûter. Les formes de la Serpentard n'étaient pas en reste, et d'un oeil quasi-expert, Torben était capable de dire que cette femme avait du sang de vélane et que celà devait probablement être assez lointain, sinon elle sera plus blonde... M'enfin, cette étudiante restait carrément canon, et ferait une belle prise pour Torben, qui afficha un sourire charmeur. Celle ci semblait de taille à jouer avec lui, contrairement à beaucoup de filles qu'il avait pu approcher dans l'école. De plus, il s'agissait d'une serpentarde, et s'il n'allait pas se rapprocher de cette fille, au moins pourrait il se divertir quelque peu... D'une façon ou d'une autre!


- Excusez moi de ma réaction, mais je n'en pouvais plus. Je ne sais pas qui m'a fait ça, mais cette personne va amérement le regretter! Avec toute cette histoire, on n'a pas eu plus de temps que ça pour se présenter... A vous l'honneur, je veux tout savoir de vous...

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: .;. Quand un lion se frotte à un magnifique Serpent .:. [PV]   Jeu 13 Mar - 18:58


    Pauvre petit gryffondor qui agonise de douleur. Fallait-il que je l’achève ? Oui, cela aurait été une bonne solution. Mais malheureusement, je ne pouvais pas le faire, sinon je me risquerais à des problèmes. Et puis, c’est grâce à ce lionceau que j’étais sortie de la classe, et c’est pour cette raison que je devais me montrer indulgente avec lui. S’il n’avait pas fait l’erreur de me parler, et de savoir à mes côtés, en me faisant un jeu de pseudo drague, j’aurais du supporter deux longues heures de défense contre les forces du mal. Si j’avais sue qu’à mon programme j’allais avoir une telle matière, j’aurais pris une autre orientation, vu que de toute façon, je ne travaillerais jamais après mes diplômes en poche.

    J’avais déjà tout un chemin de destin en tête. A ma sortie de cours, je me trouverais un homme riche, et je jouerais de mes charmes pour qu’il m’épouse. En plus d’être belle, je suis de bonne famille, une duchesse, ce qui m’accorder un mari de haut rang. Une fois mariée, je m’arrangerais pour qu’il lui arrive un accident tragique, et j’hériterais de toute sa fortune, qui s’ajoutera à la mienne, une fois que ma mère se décidera de rendre l’âme. Je pourrais ainsi mener ma vie comme bon me semble, ayant maintes et maintes amants, me faisant servir, et peut-être aurais-je un enfant, de préférence une fille à qui je lèguerais tout mon savoir, mon caractère et que j’éduquerai à ma manière, sans un père dans les pattes.

    J’avais un plan ambitieux pour ma vie ? Oui, et alors ? Après tout, je le méritais. J’étais déjà riche, et surtout très intelligente, d’une beauté digne de celle des déesses, en enfin, parfaitement parfaite. Que j’avais hâte que cette année qui venait à peine de commencer se finisse, pour que je puisse enfin faire ce que je veux. Je quitterais ce pays maudit, ou rien n’est bien, et je retournerais en France. Peut-être même que je m’arrangerais pour devenir la directrice de Beaubaton, grâce à mes nombreuses relations. Ainsi, je pourrais régenter l’éducation des sorciers. Quoi que… Non, cela me demanderait trop de travail. Et jamais je me foulerais. Je passerai mon temps à faire ce que je voudrais, sans contrainte, sans aucun état d’ame.

    C’était vraiment le rêve, mon rêve. Je devais cependant encore attendre 10 mois, 10 longs mois à rester dans ce lieu indigne de moi. Il allait falloir que je me trouve des occupations en plus de mes cours, que je devais, bien entendu, étudier, si je voulais avoir mes ASPIC. La brillante belle femme que je suis, avait déjà une idée sur cette question. Le château regorgeait de male que je pouvais me mettre sous la dent pour m’amuser, qui ne pourrait résister à mon physique, et à mon charme du à mon sang de vélane, mes traits fins de jeune femme de la haute société, mais surtout mon air angélique qui me donnait l’air d’avoir besoin d’être protégée.

    D’ailleurs, j’en avais un devant moi, qui était en train de crier dessus ? Non mais oh, toi, cela ne va pas se passer comme ça, se fut mes pensées sur le moment, alors que sur mon visage, un peu d’inquiétude se lisait. En plus, il parla tellement vite, que je ne compris que le mot danse et amusant. Hein ? Il me sortait quoi lui ? J’attendis donc qu’il se calma, pour lui faire un sourire discret, charmeur, avec une touche de gêne. Je ne l’étais pas du tout bien sûre, l’avoir fait souffrir m’avait vraiment amusé, mais bon, il fallait bien que je me montre docile et attendrissante pour pouvoir le manipuler au mieux. J’avais envie de m’amuser, et j’avais décidé que mon jouet, ce serait lui. Je pu saisir plus facilement ses paroles d’après, vu qu’il n’était plus en colère.

    Il commença par s’excuser de m’avoir parlé ainsi, mais c’était à cause de la douleur insupportable. Je bouillonnais de plaisir intérieurement en entendant cela. La souffrance… J’aimais tellement l’infliger aux autres. Que c’était drôle de les voir se torde sous cette dernière, incapable de la dominer et de lutter contre. Puis, il me dit alors que la personne qui lui avait fait se sortilège allait le regretter amèrement. A oui ? Et bien c’est ce que nous allons voir plus tard. Un truc en moi me pousser de lui dire que j’en étais l’auteur, et c’est ce que j’allais faire tout de suite d’ailleurs. Bizarrement, je n’avais pas envie de me cacher avec lui, enfin, je n’allais pas me dévoiler entièrement, juste ce que je voulais.


    - Je suis Krystel Raybrandt, nouvelle dans cette école… Je viens de France, d’où mon accent que vous pouvez remarquer. Pour ce qui est du sort… Humm, je sais qui vous l’a lancé et pourquoi. Je peux même vous le dire tout de suite…


    Je finis mes paroles dans un murmure, m’approchant de lui, faisant rouler mon corps, mettant en avant toute la grâce que je possédais, un sourire des plus séducteur aux lèvres, avec mon visage toujours angéliques, et très charmeur. Mon ton se fit doux, coquin, mais un peu diabolique, montrant que je n’avais aucun regret quand à mon geste.


    - J’avoue. C’est moi. C’est moi qui vous ai lancé ce sort. Le cours m’ennuyait, je me suis donc servi de vous pour y sortir. Excuses moi de vous avoir fait subir cela… Mais je savais que cela ne durerait pas longtemps, et que vu votre carrure, il me ferait pas trop de dégât.


    Je me rapprochais encore plus près, jusqu’à me coller un peu contre lui. Je saisis sa main droite, que je mis sur ma sublime chute de rein, puis passa les miennes autour de son cou. Je le charmais, et le cherchais ? Oui, mais surtout, je le testais. Je voulais voir ce que ferait un anglais dans une telle situation… Je fini par lui chuchoter au creux de l’oreille :


    - Dites moi donc ce que je peux faire pour me faire pardonner d’un tel acte, et je verrais ce que je peux faire pour vous Torben Badenov…
http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: .;. Quand un lion se frotte à un magnifique Serpent .:. [PV]   Jeu 13 Mar - 22:14

Torben regretta immédiatement son ton abrupt à peine ses mots s'étaient échappés de sa bouche. Comment avait-il pu être aussi grossier et vulgaire avec une femme qui ne lui avait rien fait? Bon d'accord, il avait eu mal, mais c'était pas une raison! Après la douleur, le remord, ah ba ça, commençait bien cette journée Suspect ! De plus, pour rajouter encore à sa honte d'avoir à ce point manqué de galanterie, Torben vit que la jeune femme affichait un espèce de regard d'incompréhension et une mine inquiète. Celà fit douter le moldave un instant de ce qu'il avait dit... Bah, après tout, si elle n'avait pas compris, c'était le principal, se serait dur pour lui de se faire jeté par une nana pareille! Enfin, pas dur pour lui en temps qu'individu, disons, dur pour son ego. Non pas qu'il se prenait pour le nombril du monde, bien au contraire. mais les femmes restaient le seul domaine dans lequel il savérait un tantinet doué. Ca et la boisson. Seulement, comme il l'avait vu dernièrement, cette dernière pouvait détruire un homme avec autant d'efficacité qu'un coup d'épée...


La jeune femme lui offra un très beau sourire alors qu'il se forçait à se calmer en inspirant et en expirant calmement, reportant son attention sur autre chose que ces noires pensées. Des dents blanches parfaitement alignées, de douces lèvres vermeille, un regard de braise... Torben avait plutôt envie de noyer ses idées sombres avec ette Krystel, même s'il ne la connaissait pas. Vaguement conscient qu'il était une proie facile si cette brunette à l'air angélique s'avérait être une mante religieuse, Torben était prêt à se damner corps et âme pour admirer cette jeune femme ne serait ce qu'une seconde de plus. Il n'irait jamais jusqu'à dire qu'il serait capable de ne connaître qu'une femme dans sa vie, mais comme envouté, il se dit que si ce devrait être le cas, il ferait tout pour l'avoir celle là, et pas une autre.


Krystle Raybrandt? oui bon ça va, Torben n'était pas non plus totalement stupide, il avait bien saisit le nom la première fois, inutile de le répéter Suspect . Le jeune rouge et or était quelqu'un d'assez fier, ça c'était même certain, et il pouvait prendre presque tout comme une insulte. Bien que là, il se doutait bien que ce n'était pas volontaire, ces paroles eurent au moins l'effet de le faire descendre un peu de son nuage, bien qu'y remonter vitesse grand V le démangeait tellement c'était bon. Nouvelle elle aussi? Eh bien, celà leur faisait un nouveau point commun. Ils avaient déjà ce petit sourire charmeur qu'ils affichaient tous deux, et à celà s'ajoutait l'apparente volonté de jouer ensemble... La France par contre... A part ce qu'il avait appris en Histoire Magique dans son pays, Torben n'y connaissait quedal de ce pays, mais si toutes les filles de là bas étaient comme la nymphe qui se trouvait devant lui, alors il avait trouvé sa prochaine destination de vacances... pour le peu qu'il survive à sa petite expédition bien entendu!


Lui dire tout de suite qui l'avait lancé? Mais celà allait ôter à Torben le plaisir de retrouver l'impudent, de lui faire peur, pour finir par lui mettre son poing dans la figure! Il avait appris dans cette école que c'était terriblement mal vu de se battre à mains nues ici, mais c'était la seule façon dont Torben savait se défendre ou attaquer, et c'est d'ailleurs de cette façon qu'il avait réussit à survivre à sa confrontation avec les goules, ses réflexes et son talent lui ayant permis de sauver ses deux soeurs... Mais soudain, le cerveau du gryffondor se paralysa, d'un coup, sans prévenir. La belle s'était rapprochée de lui, jouant sur ses formes plus qu'accueillantes... COmme dirait l'autre, si cette fille là voudrait de moi, mamma mia je signe tout de suite! M'enfin Torben se força à reprendre contenance, celà faisait mauvais genre d'avoir la bouche grande ouverte alors que son regard se noyait dans celui si ténébreux et charmeur de Krystel.


Elle qui lui avait lancé le sort Shocked Shocked Shocked ! Nan mais Torben rêvait là? Servit de lui poru s'en sortir, de ce cours qu'elle trouvait ennuyeux? L'excuser? lui, le pire coq' de la basse cours de Poudlard? Le pire, c'était qu'elle le prenait pour un demeuré en glissant un compliment sur sa carrure... Carrure? il n'en avait pas, il était vif, mais c'était purement une question de réflexes, il y avait mieux comme carrure. on la faisait pas à Torben! Le problème c'était que la Belle empêchait le jeune homme de laisser exprimer sa colère, bien que son visage et son regard montrait clairementsa réprobation. il n'aimait pas être utilisé, et ne l'acceptait pas. Il ne ferait pas d'exception pour la française, aussi belle et joueuse soit elle. torben n'était pas un lâche et n'allait pas se laisser faire. Soudain, son cerveau donna un signe de vie...


Il avait trouvé comment il allait rendre la pareille à Krystel...


Alors qu'elle se collait contre lui, sa poitrine contre son torse, elle lui prit également sa main, qu'elle posa contre son bassin... Torben s'y était préparé alors qu'elle l'enlaçait au niveau du cou. Il ne la connaissait pas, mais avait bien cerné ce qu'elle essayait de faire, et il allait lui aussi en profiter, et ne pas se laisser dominer...


Sans crier gare, Torben embrassa avec fougue, m^me presque avec bestialité, la jeune femme, pressant très fort ses lèvres contre les siennes, la serrant contre lui de ses deux mains au niveau de la taille. il lui offrit une intense étreinte, pour la lâcher trois secondes plus tard, se décollant d'elle.


- Je ne sais pas, voyez vous, si vous seriez de taille à réparer l'affront que vous m'avez fait en m'utilisant de la sorte... C'est aussi à celui qui doit se faire pardonner de trouver ce qu'il faut faire. Voyez vous, je ne suis pas un objet que l'on utilise à sa guise, pour pouvoir se permettre ce genre de chose, il vous faut d'abord le mériter...


Torben savait que celà allait sans doute poser Krystel devant un dilemme. Soit elle ravalait sa fierté pour aller au bout du jeu et tenter de gagner le jeu qu'il lui avait imposé, ou bien elle prenait la mouche et partait. Le jeune moldave aurait préféré être moins catégorique et pouvoir être tranquille avec cette beauté... mais il avait une certaine fierté! Calmement, il sortit sa flasque etfinit presque le liquide qui s'y trouvait, avant de la ranger dans la poche intérieure de sa veste.

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: .;. Quand un lion se frotte à un magnifique Serpent .:. [PV]   Sam 15 Mar - 15:32

    Il n’y avait pas à dire, mais je m’amusais comme une folle. Comment bien commencer la journée version moi. Tout d’abord, faire souffrir quelqu’un. Humm, qu’est-ce que j’aimais ça. La souffrance me fascinait je devais bien l’avouer. J’aimais tellement voir les gens se tordrent de douleur devant mes yeux, tendit que je rigolais comme une diablesse. Surtout quand il s’agissait des autres sous-espèces, sang de bourbes ou créatures immondes. Cela me manquer de ne pas torturer Racaille, mon elfe de maison. A cause du directeur de Poudlard, je n’avais pas eu le droit de l’emmener. Pourtant c’est bien mon animal domestique, je ne voyais pas où était le problème !

    Bref. Je disais donc. Oui, je n’aurais pas pensé qu’une matinée pouvait aussi bien se passer. J’avais en plus, échappé au cours si futile qu’était celui de défense contre les forces du mal. Et maintenant, me voilà avec un élève, avec lequel j’avais bien envie de m’amuser, et pas qu’un peu. Je n’avais pas tout compris aux rivalités des maisons, tout cela me passait par-dessus la tête, car je m’en contre fichais royalement. Mais j’avais tout de même saisi que nous, les verts et argents, étions tout le temps, en mauvais terme avec les lions. Enfin, on devait en temps normal.

    Comme vous avez sûrement du le remarquer, je ne fais que ce que je veux, et quand je le veux. Je n’ai jamais reçu d’ordre, et ce n’est pas aujourd’hui que cela aller commencer. Et puis, je suis française, donc leur guerre de clan, je les laisse le faire sans moi. Ma seule hâte était de partir de ce maudit pays, alors je ne vois pas pourquoi je devrais participer à la vie du château comme certain appelle ce conflit qui dure depuis des générations. Tous des moutons il fallait croire. Heureusement que moi, j’avais l’intelligence de ne pas les suivre tête baissée ! A mais j’oubliais c’est moi que l’on suit aveuglement, pas le contraire.

    Qui pouvait me résister, à moi, si belle, si intelligente ? Aucun homme n’y était encore arrivé, et il n’était pas né celui qui pourrait me repousser. Je savais fort bien utiliser tout mes atouts et mes charmes pour obtenir ce que je voulais. D’ailleurs, je le faisais très souvent, une fois que j’eu trouvé la proie idéal. Je n’aimais pas choisir des sorciers simples, qui, dès que je claque du doigt, ils accourent. Non, euh, ils me servaient juste, mais rien de plus. Ils ne pourraient jamais espérer poser juste une main sur mon corps de déesse. Je réservais cela à les mecs qui ‘en avait dans le pantalon’ si vous voyez ce que je veux dire. Cela était tellement plus intéressant.

    En plus, j’avais une chance folle, car je venais de trouver ce que je voulais en Torben Badenov. Il n’y avait qu’à le regarder pour voir qu’il possédait un caractère assez fort, et qu’il n’était le genre de personne à ce laisser facilement duper. Bien sûre, il ne pourrait tout de même jamais connaître ma véritable personnalité si je ne l’aidais pas dans sa tache, cela c’était sûre. Je savais que trop bien manipuler les autres, et me cacher derrière mon aspect de poupée angélique, si douce, si naïve, mais si insaisissable quand même. Que j’étais belle et délicieuse à regarder. Je ne pouvais pas me lasser de m’admirer dans un miroir quand un se présentait à moi. Alors un être de la gente masculine… Personne encore n’avait ou détourner son regards de mes charmes…. Personne…

    Quand elle vint se coller au lion pour le tester, elle attendit de voir se réaction, savoir ce qu’il ferait, et de quoi il était capable. Mais aussi, c’est comme cela qu’elle testerait qu’elle véritable caractère il possédait. S’il se laissait dominer et n’essayait pas un peu de lui résister - même je savais par expérience que personne ne le pouvait bien longtemps – Alors, dans ce cas, il perdrait tout mon intérêt, et je le laisserais en plan, comme une chaussette puante. Par contre, si au contraire, il faisait un geste montrant sa volonté, alors cela promettait un très bon moment pour les deux.

    Qu’elle déception j’eu au début, quand il m’embrassa, sans me repousser ne serait ce qu’un peu. Se pouvait-il que je me sois trompée ? Impossible, je suis trop intelligente, trop parfaite, et l’échec ne faisait pas parti de mon vocabulaire. Je devais me montrer patiente. Et puis, j’avais bien envie d’en profiter un peu, c’est pour cela que j’acceptais son baisser bestiale avec plaisir, et que je lui laissa la possibilité de me serrait un court instant contre lui. Puis, quelques secondes plus tard, il me lâcha – enfin, parce que bon, je ne l’avais pas autorisé à me toucher autant - .

    Il se mit alors à me parler, ou plutôt à me chercher, en me disant qu’il ne savait si je serais capable de me faire pardonner le tord que je lui avait fais. Comme si j’avais besoin de le faire. Je n’avais aucun regret quand à mon geste, je n’avais donc aucune raison de me faire excuser. Ensuite, il me dit alors qu’il n’était pas objet que je pouvais utiliser à ma guise, et que l’on devait le mériter. A bon ? Il avait l’air bien sure de lui celui là. Après alors parlait, il sortie une flasque pour boire son contenue. Mon magnifique regard se plongea dans le sien, et je me mis à prononcer d’une voix douce, sensuelle :


    - Vous mériter ? Et bien, ce n’est pas la prétention qui vous étouffe vous. Et depuis quand une telle beauté comme moi peut elle vous faire le moindre affront ?


    Je m’écartais de lui, et fit un tour autour de lui. Bien entendu, je fis bien rouler toutes mes formes, histoire de lui en mettre plein la vue. Mon visage exprimait un air coquin, mais sage tout de même. Comme si j’étais indécise face à lui. Me replaçant devant lui, je lui murmura à l’oreille :


    - Ce serait à moi de vous demander ce que vous a m’offrir pour pouvoir continuer à poser votre regard, voir plus sur moi… Je ne suis pas à la portée du premier puceau venu….


    Je savais que celui aller le faire réagir, que je lui parle de sa virginité. Je le cherchais bien sûre, savant parfaitement ce que je faisais. Je l’embrassa alors, re-goûtant à ses lèvres assez succulente par leur goût d’alcool, mais je ne m’attarda pas. Juste le temps de lui offrir un baiser langoureux, l’espace de quelques secondes. Puis, décollant ma bouche de la sienne, je le poussa un peu loin de moi, tout en douceur, voulant jouer encore avec lui, et voir ce qu’il valait réellement…


    - En fait… Non… vous n’avez pas l’air à ma hauteur… Même pas du tout… En même tems, à ce que j’ai pu entendre, on ne peut pas attendre grand-chose des Gryffondors. Dommage pour vous, mais réflexion faite... Humm… Je n’ai rien à gagner avec vous, juste de m’ennuyer, car d’après ce que je vois de vous…


    J’allais loin dans mes paroles ? Oui, très, maintenant, la balle était dans son camp. Soit il me laissait partir, ce que je faisais à l’instant, lui tournant le dos. Soit il me montrerait de quoi il était réellement capable et seulement là, nous pourrions commencer à jouer.
http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: .;. Quand un lion se frotte à un magnifique Serpent .:. [PV]   Dim 16 Mar - 14:05

Torben était conscient qu'il parlait tout de même à une jeune femme, et qu'en conséquence, il devrait probablement modérer quelque peu ses propos ainsi que ses ardeurs. Il lui parlait non seulement plus que franchement, mais c'était permis de l'embrasser sans même crier gare. Enfin bon, elle avait pas l'air d'être femme à s'en offusquer bien au contraire, et elle semblait totalement prise dans ce jeu terriblement dangereux de la séduction. Krystel faisait tout pour le provoquer, un peu comme une femme facile, en tous cas l'aurait on dit, mais le jeune moldave savait qu'en dessous, elle cherchait probablement à le tester. Elle était trop belle et semblait bien trop intelligente pour sauter sur le premier mec venu. En tous cas, c'était la seule chose qu'elle montrait, et celà n'interessait nullement Torben. De un, il ne se laisserait pas faire, de deux, il n'avait que faire de ce genre de femme prête à se donner dès les premières secondes. Pourtant, malgré que le jeune gryffondor pensait celà, il ne pouvait s'empêcher de se sentir quelque peu (un véritable euphémisme) attiré par son homologue serpentarde.


Alors qu'il se montrait sous son vrai jour, complétement fou, et en buvant ainsi, comme n'importe quel insecte de basse caste, il espérait qu'elle ne le prendrait pas au sérieux. une bête trop confiante et une bête facile à dresser lui avait on appris. M'enfin là, même si elle était royalement canon, le moldave doutait de son envie réelle pour cette femme. Disons plutôt qu'il était perplexe. Et il le fut encore plus lorsque la belle ne montra aucun signe d'énervement ou de déception lorsqu'il l'embrassa comme un fauve pour ensuite la repousser. De plus, comme si de rien n'était et comme si ce n'était que partie remise avant qu'il ne s'abandonne à elle, elle avait l'air de vouloir aller au bout de la résolution de Torben de ne pas se laisser faire, et qu'il renonce au jeu qui se déroulait.


- Une beauté telle que vous? Mais il n'y a pas que celà... Certes, vous êtes à tomber, mais vous me semblez bien superficielle, et vous parlez beaucoup, peut être pour cacher que vous n'êtes peut être pas si forte que ça, en tous cas, dans ce domaine... Et oui, me mériter... je n'ai pas pour habitude de me mêler à n'importe qui, et vous ne m'aveze pas encore prouvé que vous étiez quelqu'un qui mérite mon attention...


Krystel se déplaçait autour de lui, telle un espèce de fauve décidée à jouer avec son quartier de viande. la comparaison ne plût pas tellement à Torben, qui avait plutôt l'habitude de se comporter en prédateur et non en proie. Elle semblait le jauger du regard, l'analyser, le pousser à la faute. Même si Torben sentait son instinct le pousser à se jeter comme un apache sur cette amazone et de lui montrer de quoi il éait capable, sa fierté l'en empechait. Elle revint alors se placer près de lui, de sorte à lui murmurer quelques mots, soufflés dans le creux de son oreille. Puceau Suspect ? Lui? Eh ben, elle allait voir celle là! La jolie brune revint alors l'embrasser, et Torben, sous le choc de l'insulte, ne put pas réagir à temps. Finalement, elle s'éloigna à nouveau, les poings du garçon se serraient de colère.


- Celà m'étonnerait que vous soyiez à la hauteur d'un puceau comme moi comme vous dites...


Là, Torben n'en pouvait plus. il se mordit la lèvre inférieure de colère, un peu de sang lui coulant dans la bouche. Frustré de ne pouvoir passer sa rage sur la source de tant de rage vu que celle ci était une femme, le jeune homme ne décolérait pas. De plus, ce qu'elle dit ensuite n'allait certes pas le rendre plus joyeux...


- Certes, je l'avoues bien, je ne suis pas à la hauteur de votre ego surdimmensionné, mais physiquement parlant, vous êtes bien loin d'être à ma hauteur si vous voyez ce que je veux dire. Je n'ai rien à gagner en restant une seconde de plus avec vous, c'est au moins quelque chose sur lequel nous sommes d'accord. Vous êtes vraiment puéérile. Qu'est ce que voulez? Que je perde le contrôle, ça vous stimulerait hein? C'est ça que vous cherchez, que je réagisse? Moi en tous cas, je me serais bien ennuyé. Comme tous les serpentards, vous êtes forte en gueule, pour ce qui en est des actes... Sur ce!


Torben bouillonait d'une immense colère. Celà le rendait presque fou. Il sortit sa flasque, la vida en se retournant, et l'envoya directe contre le mur, et tourna les talons





_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/
Mangemort↯ Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !
avatar



Nombre de messages : 1379
Age : En quoi est-ce ça vous regarde? J'ai bientôt 20ans et je suis enceinte de 5 mois
Groupe : Les ténèbres...
Caractère : Lunatique - Maléfique - Impatiente - Manipulatrice - Narcissique - Ambitieuse
Crédits : : Avatar (c) Barda
Date d'inscription : 10/03/2008




Krystel Raybrandt

Mangemort
Moi, future maman ? Mon corps va être déformé !


Carte du maraudeur
Niveau magique: 9/15
Libre pour :: 2 rp
Bonus: +13
MessageSujet: Re: .;. Quand un lion se frotte à un magnifique Serpent .:. [PV]   Dim 30 Mar - 0:24


    La situation dans laquelle j'étais était des plus compliquée, je devais bien avouer. En face de moi se trouvait un jeune homme à très fort caractère, comme peu j’avais connu. C’était vraiment agréable de me frotter à un tel personnage. Je savais que notre confrontation serait explosive, et c’est ce que je recherchais. Où était le plaisir quand tout nous était servie sur un plateau en or ? Certes, je n’aimais pas me fouler en tout normal, mais avec Torben, c’était différent. J’avais envie de voir de quoi il pouvait être capable, devant un tel démon que moi.

    En fait, je voulais faire de lui un genre de cobaye. Je désirais voir jusqu’ou il était près à aller, et surtout, son aptitude face à la jeune femme brillante, et manipulatrice que je suis. Je m’étais décidée à ne pas me cacher derrière mon apparence et mon masque de petite fille sage, adorable et si gentille. Non. J’avais envie de voir sa réaction si je lui montrais quelques aspects de mon véritable moi, de l’intelligente et belle nocive Française que j’étais.

    Personne ne connaissait ma véritable personnalité, personne. Peut-être ma mère, vu qu’elle était comme moi ? Et encore, je n’en étais pas certaine. Je ne suis pas aussi douée pour rien après tout. Aucun être sur la terre qu’elle était ma nature profonde. En même temps, comment leurs jeter la pierre ? Il avait trop à faire à admirer ma beauté, envier ma fortune, et être séduit par ma si grande gentillesse. A côté de ce que je laissais voir de moi, Lily Evans était un vrai petit diable. En fait, je retire ce que je viens de dire. Pourquoi ? Parce qu’une personne de mon rang ne peut pas être comparée à cette sale sang de bourbe, impure au rang de sorcier.

    Ce n’était pas la première de son espère que je rencontrais, bien au contraire. Mais je ne pouvais m’habituer à leurs présences si, comment dire ça ? Humm, si nuisante, oui, c’est le mot. Ces gens ne méritaient pas de possédait un quelconque pouvoir magique, de possédait quelque chose tout court. D’ailleurs, il ne devrait même pas exister. Si cela n’aurait tenue qu’à moi, je les aurais tué à la naissance, et interdit de se procréer. Malheureusement, il fallait de tout dans le monde. Et puis comme me l’avait dit ma mère, s’il n’y avait pas de vermine, qui saurait quelle fille génial je suis ? Sur ce point, je devais bien avouer que ma génitrice qui commençait à se faire veille avait raison….

    Tandis que je m’amusais à tester ses réactions, j’eu le grand plaisir de voir qu’il ne se laissait pas faire. Bien, intéressant, très intéressant… Que j’aimais votre mes proies être aussi virulentes et non soumise. Un vrai jeu pour moi. Surtout que ce dernier aurait plus d’impact que les précédents auxquels je m’étais adonnée. En ce lieu si banal, j’allais voir la réaction d’un objet masculin, confrontée à la fille de Lucifer que j’étais. Comme on dit, le mal se cache derrière les choses les plus improbable, et le pécher se trouve souvent mélangé subtilement à une gourmandise, un désir quelconque ou autres, d’aspect si trompeurs. J’en étais la preuve vivante après tout non ? Tous se faisait piéger par l’apparence de naïveté et de douceur qui émanait de tout mon être. Aucun ne pouvait concevoir qu’une si belle rose soit aussi destructrice…

    En tout cas, je devais bien avouer qu’il avait beaucoup de répartie, et que j’avais en face de moi, non pas un de ces faibles hommes, mais au contraire, un avec un caractère bien trempé. Un sourire s’étala sur mon visage alors que j’écoutais ses dires. Moi superficielle ? Il n’avait pas peur pour sa vie celui là Suspect je ne le suis pas du tout. Bien au contraire. En plus d’elle belle et très fortunée, j’étais un duchesse hypra super méga intelligente, une très bonne comédienne, avec du plomb dans la tête, ingénieuse, obtenant tout ce que je voulais et désirais, sans pitié, très manipulatrice, super mignonne, brillante, une sorcière remarquablement superbe sur tout les plans. Comment ça comment vont mes chevilles ? Très bien comme d’habitude. Comment ça je me répète ? C’est même pas vraie d’abord :nat: .

    Je ne répondis pourtant pas à ses premières paroles, restant silencieuse face à l’affront qu’il venait de me faire. S’il renouvelait la chose, il se risquait à de très nombreux problème et ennuis. Je n’étais pas la fille du défunt M. Raybrandt pour rien. Grand nombre était les relations que j’avais parmi des adultes et la noblesse, en France, mais aussi quelques unes en Angleterre. Nombreuses d’entres elles sont dans la politique, les services de renseignement, la police aussi. J’étais une jeune femme assez protégée, et il était déconseillé à tous de s’en prendre à moi. Les conséquences étaient trop dangereuses. De plus, ils savaient tous de quoi j’étais moi-même capable. Ma colère est une chose qu’il ne faut pas réveillée. Ma puissance éclata à chacun de mes sorts. Peu m’importait de respecter les restrictions pour les sorciers de premier cycle. Je ne compte plus le nombre de fois que je suis passée outre, quand on m’avait défié, sûr que je ne pourrais rien faire. Même si cela m’était arrivé de blesser gravement un sorcier irrespectueux, jamais je n’avais eu de problème. Être de sang pure et noble, était quelque chose de très utiles, il fallait bien l’avouer…

    Une nouvelle fois, il s’en prit à moi, me disant que je ne serais jamais à la hauteur de lui. Mince alors, il n’avait pas appréciait son surnom ? Pourtant, ces manières ne démontrer que cela. On avait dit qu’il ne savait pas quoi faire face à moi, qu’il n’avait rien dans le pantalon en somme. Il donnait une impression de petit garçon blessé dans son pauvre petit orgueil. Un homme un vraie m’aurait montré de j’avais tord. Un vraie homme ne tournerait pas les talons, vexé, me parlant d’une maison dont je me fichais éperdument. Par contre, j’adorais sa répartie. C’est juste la petite chose qui faisait qu’il était intéressant à mes yeux. Alors qu’il avait commencé à partir, je lui dis d’une voix très calme, trop calme peut-être, pour que le gryffondor comprenne très bien que j’étais des plus sérieuse…



    - Je vous demande pardon ? Pour qui vous prenez vous pour me juger monsieur Badenov ? Mesurez vos mots face à une personne aussi influente que moi. Si vous me cherchez, je peux vous rendre la vie infernal, pire que tout ce vous pouvez imaginer. J’ai beaucoup de ressources, et de connaissances dans le monde magique. Il me suffirait de donner un seul ordre, pour apprendre tout de vous… Il me suffirait d’une seule lettre de ma part, pour que vous deveniez aux yeux de tous une vermine… Alors la prochaine fois, réfléchissez avec de traiter une duchesse de cette manière….


    Au fil de mes paroles, je n’étais rapprochée de lui, m’arrêtant à un pas de lui. Mon visage n’était pas colérique, mais montrer très bien que mes dires étaient des plus justes. Il était ferme, un peu dure aussi, tandis que mon regard azur était des plus glacial. Cela n’enlevait cependant rien à ma beauté naturelle. D’ailleurs, au contraire, mon coté vélane ressortait grandement, et je paraissais plus belle que jamais, plus jolie quand temps normal. Pourquoi ? Parce que je ne me cachais pas derrière un quelconque masque. Ce visage visible, était réellement le mien, celui que je tenais tant de ma mère et de mes ancêtres. A cet instant, j’étais réellement leur digne héritière, dont ils pouvaient être encore plus fière qu’à l’accoutumer.


    - Maintenant, pour une fois, je ferais comme si de rien n’était. Je préfère oublier, et laisser un jeune homme aussi droit de gentil que vous en paix. Vous avez de la chance, beaucoup, et très insolente. J’ai pu échapper à un cours des plus ennuyeux grâce à votre présence. Sur ceux, veuillez m’excuser, mais je préfère m’en aller. Je n’ai rien d’intéressant à faire ici, et puisque je vous importune autant… Au revoir monsieur Badenov. Au plaisir de vous revoir… ou pas.


    Mon ton n'exprima rien d'autre qu'une note de politesse. Puis, sans ajouter mot, je fis une petite révérence comme mon rang l’obligé, avant de le contourner, me demandant ou est-ce que je pourrais me rendre pour faire passer le temps qu’il me restait…
http://krystel-la-tyran.labrute.com/
Fondateur↯  Cible officiel des mauvais sorts
avatar



Nombre de messages : 10051
Age : 20 ans
Groupe : The Day The World Went Away
Caractère : Solitaire - Perdu - Fou
Crédits : : yaya
Date d'inscription : 08/02/2008




Torben Badenov

Fondateur
Cible officiel des mauvais sorts


Carte du maraudeur
Niveau magique: 8/15
Libre pour :: 3rp
Bonus: + 15
MessageSujet: Re: .;. Quand un lion se frotte à un magnifique Serpent .:. [PV]   Dim 30 Mar - 17:34

Torben n'en pouvait plus. Il ne s'était jamais sentit ainsi, et sentait qu'il perdait totalement le contrôle de lui même. Jamais il ne s'était sentit comme ça. Sa respiration était devenu assez bruyante alors que tous les muscles de son corps étaient contractés douloureusement, de colère. Tout son corps était tendu par l'intense sentiment de rage qui le faisait bouillir interieurement. Sa cervelle rissolait littéralement de rage, et il devait lutter pour ne pas se jeter sur Krystel Raybrandt et lui faire payer ses paroles. Une pellicule de sueur froide commençait à recouvrir le haut de son dos, tellement sa température montait sous l'effet de la colère. Son coeur commençait à battre tellement fort qu'il en était douloureux, et un regard meurtrier se lisait dans les yeux de Torben. Jamais il n'évait été énervé de cette façon. Jamais. Les jointures de ses poings étaient blanches tellement il les serrait, alors que ses paumes étaient de plus en plus douloureuses au fur et a mesure qu'il serrait.


Même lorsqu'il avait dû se battre contre les bêtes, un tel sentiment meurtrier ne l'avait pas envahit dans son souvenir. Il s'était tout simplement battu pour sa vie et celle de sa famille alors que la peur, et la terreur, lui enserraient le coeur et les entrailles. Rien de tout celà n'était comparable à la rage qu'il éprouvait en cet instant. LE pire était que les secondes filaient et qu'il ne se calmait toujours pas. Il avait violemment jeté sa flasque contre le mur quelques instants plus tôt et celle ci était toute tordue désormais, ce qui n'allait certainement pas calmer son possesseur. De colère, il frappa du poing dans le mur, s'écorchant les jointures de son poing, qui se mirent à saigner légèrement. S'il s'écoutait... Mais il ne pouvait pas se permettre de s'énerver autant, c'était à la fois dangereux pour lui et pour la jeune femme. Alors que celle ci reprenait la parole d'une voix ferme, il se pencha face au mur de pierre et s'appura sur ses bras, se forçant à se calmer.


Il n'avait pas bien réagit, il en était conscient. Il avait perdu ses moyens face à la pire des vipères et en réagissant de façon violente il avait fait exactement ce que somblait vouloir la jeune femme, ce qui l'énerva à nouveau. Quel manque de clairvoyance de sa part. Il devait se reprendre et essayer de reprendre le contrôle de la conversation, à supposer bien sûr qu'il l'avait déjà eu un jour. Mais sa réaction, violente, lui permettrait peut être de recouvrer un avantage certain sur la vert et argent: elle allait désormais le sous estimer et se croire encore plus supérieure à lui, ce qui ne pourrait que le servir... Ainsi donc, elle n'aimait pas qu'on la juge? Hé petite, c'est ce que tu fais depuis tout à l'heure j'te rappelles! Mesurer ses mots? Décidément, la belle avait un certain sens de l'humour, ce qui arracha un éclat de rire à Torben. Lui rendre la vie infernale? Tout apprendre de lui? devenir une vermine? Insulter une duchesse?


Si la jeune femme était noble, ce n'était qu'un titre, elle n'avait pas le coeur et els qualités de cette classe. ¨Pour le reste, Torben se mit à rire doucement. Menaces en 'lair que tout ceci. Celà ne l'atteignait pas et ne l'atteindrait jamais. Pire, il allait pouvoir de nouveau lui lancer des répliques cinglantes et des insinuations sordides. Un vrai régal, pensa le jeune gryffondor. Si en plus elle lui donnait les armes pour lutter. contre elle. Et qu'espérait elle en se rapprochant de lui de cette façon? Qu'il lui fasse l'insigne honneur de l'embrasser à nouveau. Nan mais elle espérait quoi celle là? Elle semblait fière en plus... Torben se retourna avec un sourire saracastique, faisant de nouveau face à la serpentarde, la dominant de toute sa hauteur.


- Je me fiche éperdument de vos états d'âme. Je fais ce que je veux, quand je veux, et ce n'est surement pas une petite frappe telle que vous qui va me dicter ma conduite. Pour qui me prenez vous? Vous me menacez? Vous voulez rendre ma vie infernale? Apprendre tout de moi? Me faire devenir une vermine? A votre guise, celà ne montrera qu'un peu plus votre lacheté, votre caractère abject et méprisable de la nantie que vous êtes. Faites donc ce que vous dites. Prouvez au monde entier que vous êtes une garce. Je n'ai pas peur de vous et vous allez perdre.


Torben eut un grand rire sardonique. Il avait affrotné lescréatures des ténèbres et avait vu des gens mourir, mais lui en avait réchappé. Qu'était une bande de sales aristocrates face à lui? Que risquait il? RIen. Si quiconque s'attaquerait à lui ou à sa famille, et Torben se vengerait, tout comme il partirait bientôt dans son pays natal pour une vendetta homérique... Les paroles de la jeune femme le firent éclater à nouveau de rire, et lorsque la belle brune lui tourna le dos, Torben la prit par les épaules, et la retourna face à lui. Il plongea un regard à la fois haineux et passionné dans celui froid et glacial de la jeune femme, et la fixa un long instant.


- Quand je vous parles, vous ne me tournez pas le dos. Vous croyez que je suis gentil? Vous vous trompez. Je pourrais vous infliger les pires souffrances sur le champ, rien que pour m'avoir insulté. Vous vous ennuyez, vraiment? Vous ne savez pas ce que vous ratez... Peut être pourrais je vous en donner un avant goût.


Sur ces paroles, Torben fixa encore intensément la jeune femme, puis pressa doucement ses lèvres contre celles de la jeune femme. Puis, il l'emrbassa de plus en plus passionément, posant ses mains sur le fessier de la vert et argent, pour finalement la plaquer contre le mur, et serrer fort ses mains dans les siennes. Finalement, Torben relacha l'étreinte et se retourna, pour finalement ramasser sa flasque et la regarder d'n air absent. il avait cassé le seul bien de son père qu'il gardait constamment sur lui.

_________________
Fiche


Dead Memories
http://strange-scotland.forums-actifs.com/







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: .;. Quand un lion se frotte à un magnifique Serpent .:. [PV]   



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum